Version classiqueVersion mobile

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Conclusion

Texte intégral

1Les conclusions appelées par l’étude de l’OCI concernent trois sujets : le rôle de la coopération intellectuelle dans les relations internationales, la diplomatie de la France et le fonctionnement d’une institution internationale.

2Pour ce qui est du rôle de la coopération intellectuelle, il faut distinguer ses deux aspects : technique et politique. Sur le plan technique, qui concerne les résultats concrets obtenus en vue de développer l’activité intellectuelle, on ne peut nier une certaine réussite. L’OCI a vite rallié à elle de nombreux intellectuels prestigieux (Marie Curie, Bergson, Einstein, Lorentz, Murray, Painlevé, Valéry, Thomas Mann, etc.), au sein de la CICI elle-même, dans les comités d’experts spécialisés ou lors des réunions (les « Entretiens »). De plus, la plupart des organisations intellectuelles internationales sont très tôt entrées en relation avec l’IICI, notamment par l’intermédiaire du Comité d’entente, et divers accords, comme celui signé en juillet 1937 avec le Conseil international des Unions scientifiques, ont concrétisé le ralliement des milieux intellectuels à l’OCI. Enfin, toujours sur le plan technique, l’action de l’OCI n’a pas été vaine puisqu’elle a largement inspiré le programme de l’UNESCO : qu’il s’agisse de la révision des manuels scolaires, des échanges universitaires internationaux, du problème du droit d’auteur, de la coordination des bibliothèques et des archives, et même des moyens modernes de communication, l’UNESCO a suivi les traces de l’IICI, dont certaines publications ont survécu (l’Index translationum ou encore Mouseion transformé en Muséum).

  • 1 C. Bekri, op. cit., annexe X, p. 287-288.

3En revanche, si l’on veut apprécier l’efficacité de l’OCI dans sa tentative de favoriser le rapprochement et la compréhension mutuelle des peuples, les faits – la dégradation des relations internationales dans les années trente et le déclenchement de la guerre en 1939 – semblent être accablants. Ce n’est pas que le principe fondant l’action de l’OCI – une « Société des Nations » exige une « Société des Esprits » – ait été injustifié, puisqu’il a été réaffirmé dans le préambule de la Convention du 16 novembre 1945 qui crée l’UNESCO, qui déclare « que, les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ; que l’incompréhension mutuelle des peuples a toujours été, au cours de l’histoire, à l’origine de la méfiance entre nations, par où leurs désaccords ont trop souvent dégénéré en guerre (...) ; qu’une paix fondée sur les seuls accords économiques et politiques des gouvernements ne saurait entraîner l’adhésion unanime, durable et sincère des peuples et que, par conséquent, cette paix doit être établie sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité », enfin que l’UNESCO a pour but « d’atteindre graduellement, par la coopération des nations du monde dans les domaines de l’éducation, de la science et de la culture, les buts de paix internationale et de prospérité commune de l’humanité en vue desquels l’Organisation des Nations Unies a été constituée, et que sa Charte proclame »1. À s’en tenir aux principes proclamés, reposant sur une conception universaliste de la culture, la filiation est évidente entre la SDN et l’OCI d’une part, l’ONU et l’UNESCO d’autre part, et l’on ne peut nier la nécessité d’œuvrer au rapprochement des esprits pour enraciner et fortifier la coopération internationale. Quelles sont donc les raisons de l’échec de l’OCI ? En fait, elles concernent son fonctionnement et l’environnement dans lequel elle a développé son action.

  • 2 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (note de Lorotte à Mayoux, 1945), b. 176.
  • 3 C. Bekri, op. cit., annexe X, p. 288-289.

4L’OCI a d’abord été pénalisée par la façon dont elle a envisagé son rôle et dont elle a été organisée, comme le reconnaît d’ailleurs très lucidement Jean Lorotte, secrétaire général de l’IICI en 19452, qui déplore fort justement l’insuffisance des sources et des moyens d’expression de l’IICI, comparé à un « cerveau sans parole ». Selon Lorotte, trois raisons expliquent cette situation : d’une part, l’Institut « avait trouvé une base d’expression de qualité dans une certaine élite intellectuelle, mais elle n’était en relations étroites et suivies qu’avec une minorité des forces spirituelles mondiales, et pas du tout avec la masse des peuples » ; d’autre part, ses travaux, « d’une utilité intellectuelle internationale indiscutable et d’une [grande] qualité », avaient « une portée limitée quant au nombre de personnes touchées (...) comme dans la propagande pour la compréhension mutuelle des peuples, ou comme facteur d’organisation de la Paix » ; enfin, ses moyens d’expression étaient « inexistants » et « complètement négligés, non pas tant parce que l’on en a méconnu l’importance, mais parce que les subventions faites à l’Institut ne lui permettaient pas de les posséder » – en particulier, « les quelques ouvrages, études, fascicules, revues, etc..., quoique d’une élévation d’esprit et d’une tenue de haute valeur, n’ont pas la diffusion désirable tant en quantité qu’en public, même intellectuel ». L’IICI – et l’OCI en général – a donc été trop élitiste et n’a pas été en mesure, en raison de ses principes fondateurs et de ses structures mais aussi de la faiblesse de ses moyens financiers, de toucher les masses et donc d’obtenir des résultats concrets. De fait, l’expression même de « Société des Esprits » renvoie à une conception très élitiste de la coopération intellectuelle, d’après laquelle le savant doit être une sorte de guide spirituel pour les masses qu’on ne cherche donc pas à atteindre directement. L’UNESCO tirera d’ailleurs la leçon de l’échec de l’OCI, en visant les masses et en affirmant que la culture n’est pas le monopole d’une minorité d’intellectuels mais qu’elle doit être distribuée à l’humanité entière : ainsi, dans son article I énumérant les buts et les fonctions de l’UNESCO, la Convention du 16 novembre 1945 déclare que cette dernière « a) favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses (...) ; b) imprime une impulsion vigoureuse à l’éducation populaire et à la diffusion de la culture (...) ; c) aide au maintien, à l’avancement et à la diffusion du savoir »3. Certes, l’opposition entre l’OCI et l’UNESCO n’est pas absolue, puisque la première s’est intéressée aux moyens modernes de diffusion (radio et cinéma), mais, fondamentalement, et malgré les appels à une action moins confidentielle lancés par les commissions nationales en 1937, l’OCI a considéré que son terrain d’action privilégié était le milieu des intellectuels, ce qu’ont bien montré le tirage limité et le style austère de ses publications, qui ne visaient absolument pas la vulgarisation. La différence entre l’OCI et l’UNESCO n’est donc pas que sémantique : quand l’UNESCO veut diffuser auprès des peuples la culture, l’éducation et la science – donc tout le champ de l’activité intellectuelle –, l’OCI s’est occupée de développer la coopération intellectuelle, c’est-à-dire d’abord les relations entre les intellectuels. Deux visions et deux époques s’opposent derrière ces deux sigles : à une UNESCO d’inspiration anglo-saxonne et représentative du second XXe siècle marqué par la diffusion plus massive des connaissances, répond une OCI d’inspiration française ancrée dans le premier XXe siècle qui charge les élites de guider les peuples.

  • 4 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (note de Lorotte à Mayoux, 1945), b. 176.

5Mais les structures mêmes de l’OCI ont également amoindri son efficacité : elle a d’abord souffert de ne pas avoir été prévue par le Pacte de la SDN et d’être donc apparue au départ comme secondaire ; elle a joui d’une autonomie très relative, les résolutions de la CICI devant être approuvées par le Conseil et l’Assemblée de la SDN, à qui elle devait rendre compte de ses activités et par l’intermédiaire desquels elle entrait en relation avec les États ; le budget alloué par le Secrétariat de la SDN a été très réduit ; enfin, les membres de la CICI ont été désignés en grande partie pour leurs compétences personnelles et n’ont donc eu aucune autorité pour amener les gouvernements à appliquer les résolutions qu’ils ont adoptées – la faiblesse politique de la CICI apparaissant donc inversement proportionnelle à son autorité morale. Quant à l’IICI, sa subordination à la CICI et son intégration dans les rouages d’une OCI bureaucratique n’ont pu que « limiter [son] initiative et ralentir la mise en œuvre des résultats de son activité », cette dernière ayant d’ailleurs été fortement affectée par la précarité de ses ressources – de surcroît amoindries par les nombreuses dévaluations de l’entre-deux-guerres – et leur origine longtemps trop française4. L’évolution de l’OCI a cependant montré qu’elle était en passe de surmonter ces difficultés : les marchandages suscités par la nomination des membres de la CICI ont révélé que le critère de la nationalité a joué un rôle dans le choix du Conseil de la SDN et que les intellectuels désignés n’ont pas été de purs esprits ; l’OCI a été formellement reconnue par la SDN comme une organisation technique à part entière en 1931 ; surtout, à partir de cette date, l’OCI a développé son autonomie par rapport à la SDN par l’intermédiaire de l’IICI – dont le budget était supérieur à celui de la CICI et indépendant de la SDN –, d’une part en prétendant atteindre l’universalité que la SDN s’avérait incapable de réaliser, d’autre part grâce à l’Acte international signé en 1938. Ce dernier, en assurant des recettes gouvernementales stables à l’IICI et en gonflant le rôle des délégués d’État, ouvrait la voie à la mise en place d’une organisation technique originale, à la fois intergouvernementale – grâce aux contributions des États et au contrôle de leurs délégués – et indépendante du pouvoir politique – les membres de la CICI représentant une « Société des Esprits » apolitique, une conscience universelle supérieure aux seuls intérêts nationaux.

  • 5 C. Bekri, op. cit., p. 13.
  • 6 Ibid., annexe X, p. 285-300.
  • 7 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 246.

6 En fait, les structures de l’UNESCO, définies par la Convention du 16 novembre 1945, montrent qu’on a voulu éviter d’instituer une organisation sans pouvoir. Ainsi, l’UNESCO est clairement « une organisation intergouvernementale, politique dans sa nature, éthique dans ses objectifs et technique dans ses domaines d’intervention (...) où les décisions [sont] prises exclusivement par ceux qui ont le pouvoir, la responsabilité et les moyens de les faire exécuter »5, ce qui, joint au fait qu’elle est une institution spécialisée de l’ONU jouissant à l’égard de celle-ci d’une quasi-indépendance, lui donne l’efficacité dont l’OCI n’a pu profiter. En effet, alors que, malgré l’Acte de 1938 qui accroissait le rôle des délégués d’État, c’est la CICI composée d’intellectuels ne représentant qu’eux-mêmes qui contrôlait l’OCI, l’UNESCO6 est dirigée par la Conférence générale, qui est composée de représentants des États et qui « détermine l’orientation et la ligne de conduite générale de l’Organisation », « se prononce sur les programmes établis par le Conseil exécutif » et nomme le directeur général, même si une sorte de « Société des Esprits » est recréée par le biais du Conseil exécutif, élu par la Conférence générale et composé de « personnalités compétentes dans le domaine des arts, des lettres, des sciences, de l’éducation et de la diffusion de la pensée, et ayant l’expérience et la compétence nécessaires pour remplir les fonctions administratives et exécutives qui incombent au Conseil ». Il reste que le Conseil exécutif agit « sous l’autorité de la Conférence générale », c’est-à-dire des représentants des États. Ceci n’empêche pas l’UNESCO de reprendre certains des éléments de la structure de l’OCI : les États non membres de l’ONU peuvent faire partie de l’UNESCO (comme pouvaient participer à l’OCI les États non membres de la SDN) ; des Comités nationaux de coopération sont chargés d’assurer la liaison entre l’UNESCO et les milieux intellectuels nationaux, comme les commissions nationales ; l’UNESCO, comme l’IICI, peut recevoir directement des dons, legs et subventions provenant de gouvernements, d’institutions publiques ou privées ou de particuliers ; l’UNESCO peut aussi entretenir des relations avec d’autres organisations internationales spécialisées. Il reste pourtant une différence importante par rapport à l’OCI : l’UNESCO revêt « un caractère nettement officiel et intergouvernemental. L’appui que lui accordent les gouvernements des États membres constitue sa principale source d’autorité et rend possible la réalisation de la plupart de ses projets »7.

  • 8 C. Bekri, op. cit., p. 34.

7Au travers de la comparaison des structures de l’OCI et de l’UNESCO, c’est le problème général des rapports entre les intellectuels et les responsables politiques au sein d’une organisation internationale de coopération intellectuelle qui est posé : « En effet, comment peut-on ignorer les gouvernements et faire appel exclusivement aux initiatives privées pour s’occuper des questions de l’esprit, établir des relations entre les scientifiques, mettre en contacts les éducateurs, sans courir le risque inévitable, faute d’autorité et de moyens, de bâtir sur du sable, de travailler au jour le jour et d’être finalement inefficace. Comment, au contraire, faire des gouvernements les maîtres d’œuvre exclusifs de l’institution, en faisant jouer aux intellectuels, éducateurs, scientifiques, artistes, un rôle de subordonnés sans risquer de voir les idéologies et les politiques envahir les domaines techniques, se heurter et se neutraliser, et d’être tout autant inefficace »8. En ce qui concerne l’OCI, l’action des intellectuels a été faiblement relayée, voire contrariée, par des gouvernements occupés à des tâches considérées comme plus urgentes que la coopération intellectuelle, mais l’OCI a bel et bien été créée par les États et subventionnée par certains d’entre eux et d’autres raisons, indépendamment de ses structures internes, expliquent l’échec de sa mission politique qui était de sauvegarder la paix.

  • 9 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 247-248.

8En premier lieu, le contexte économique et politique des années trente a évidemment contrarié l’action de l’OCI. La crise financière n’a pas épargné l’OCI : le Secrétariat de la SDN, dont les recettes ont pâti des difficultés de trésorerie des États membres, a dû réduire le crédit qu’il allouait à la CICI et l’IICI a vu le total des contributions gouvernementales décroître continûment de 1933 à 1936, du fait que certains États ont renoncé à le subventionner, que d’autres ont versé leur contribution de manière irrégulière, que d’autres enfin – c’est le cas de la France – ont diminué leur subvention ; de plus, la dépréciation des monnaies (et notamment du franc en 1926 et à partir de 1936) a encore aggravé la diminution des ressources de l’IICI. La crise politique, matérialisée par la montée des nationalismes et des dictatures, n’a pas non plus favorisé l’action de l’OCI en faveur de la paix. D’une part, sur un plan pratique, l’essor des régimes autoritaires a multiplié les obstacles aux actions concrètes de coopération intellectuelle en vue de rapprocher les peuples, d’ailleurs bien relevés lors de la Conférence générale des commissions nationales tenue en 1937 : « interdiction ou limitation des devises, ce qui empêchait les intellectuels de voyager à l’étranger, interdiction d’entrée de journaux, livres, revues, mesures contre les correspondants étrangers, restriction à l’importation de films, propagande radiophonique dirigée contre d’autres pays, abandon de l’enseignement de certaines langues étrangères, etc. »9. D’autre part, sur le plan idéologique, les idées universalistes et pacifistes de l’OCI ont été combattues par des idéologies racistes et belliqueuses. Enfin, dans les années trente, l’Allemagne, l’Italie et le Japon ont quitté l’OCI, contrariant ses visées universalistes et apolitiques et lui déniant la possibilité d’être indépendante de la SDN, cette dernière faiblesse renvoyant d’ailleurs aux deux autres questions initialement posées : la politique des États à l’égard de l’IICI, moteur de l’OCI, et son degré d’autonomie en tant qu’institution internationale.

  • 10 A. Salon, L’action culturelle de la France dans le monde, thèse, Université de Paris I, décembre 19 (...)
  • 11 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 102.
  • 12 J. Bariety, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, 1918- 1924, Paris, 1 (...)

9En ce qui concerne l’attitude adoptée par les États envers l’IICI, il faut distinguer le cas de la France de celui des autres États. Si l’on embrasse la période qui part de la création de la CICI en 1921 à la fermeture de l’IICI en 1940, la position de la France a évolué dans le cadre de deux époques d’inégale durée. De 1921 à 1926, non sans réticence de la part de certains responsables du Quai d’Orsay, elle s’est engagée en faveur de la coopération intellectuelle sous l’égide de la SDN et a donc contribué à la création de la CICI et de l’IICI, déployant ainsi un évident impérialisme culturel, et ce, quelle qu’ait été la couleur politique du gouvernement en place : finalement, l’offre de créer l’IICI faite par le gouvernement du Cartel des gauches, bien qu’elle ait semblé confirmer le revirement diplomatique de la France en faveur d’une diplomatie de conciliation et d’un attachement aux principes de sécurité collective de la SDN, n’a pas marqué une rupture fondamentale par rapport aux orientations des gouvernements précédents et a été en fait motivée par le souci d’accroître l’influence culturelle, donc politique, de la France. Pendant toute cette période, l’omniprésence de Julien Luchaire – qui lui a valu d’obtenir la direction de l’IICI – et, de façon plus générale, des responsables du ministère de l’Instruction publique et l’approbation par la majorité de la droite parlementaire du projet de loi créant l’IICI ont montré que l’inflexion de la politique française amenée par le Cartel n’était qu’apparente : le début des années vingt semble bien avoir été marqué par un véritable projet culturel français, visant à compenser la perte de puissance financière par un surcroît d’influence culturelle, la guerre ayant joué ici aussi le rôle de catalyseur. Ainsi, la Première Guerre mondiale a entraîné une « intensification de l’action culturelle de la France essentiellement sous la direction et l’impulsion de l’État » tandis que, « face à l’affaiblissement sensible des bases démographiques, militaires, politiques et économiques de sa puissance, la France a naturellement cherché à en valoriser davantage les bases plus proprement culturelles pour maintenir, voire recouvrer, sa place et son influence dans le monde »10 . De fait, en 1919, les responsables français ont voulu « exploiter tous les acquis de la victoire pour renforcer la puissance de la France dans le plus grand nombre de domaines différents »11 : au « projet sidérurgique », à l’impérialisme économique en Europe centrale et à l’ambition pétrolière, il faut ajouter l’expansionnisme culturel12.

10Mais il semble qu’en ce qui concerne l’OCI cette politique ait pris fin au moment même où elle semblait devoir porter ses fruits, c’est-à-dire en 1926, lors de l’inauguration de l’IICI : en effet, à partir de cette date, la France s’est désintéressée peu à peu de l’Institut qu’elle avait contribué à fonder, qu’elle hébergeait et auquel elle fournissait en moyenne les trois quarts des recettes budgétaires normales. Les raisons de l’effacement français – visible dans l’incapacité de ses deux directeurs à faire entrer l’IICI en possession de tous les locaux qui lui ont été attribués et dans la volonté de l’administration française de limiter strictement le bénéfice des privilèges diplomatiques accordé à son personnel français – ont été d’ordre financier et politique. D’une part, la contrainte financière a obligé tous les gouvernements à une gestion rigoureuse – notamment sous la pression du Sénat, temple de l’orthodoxie budgétaire – qui a conduit à vouloir limiter, voire restreindre, la subvention destinée à l’IICI, qui est passée de 2 à 2,5 millions de francs à partir de 1928 – du temps de la prospérité des finances publiques – mais est retombée à 2 millions de 1934 à 1937 – au plus fort de la crise. Cependant, des raisons politiques sont aussi intervenues : alors que dans la deuxième moitié des années vingt l’IICI avait servi à conforter le climat de détente internationale, dans le contexte de tension internationale des années trente la France a fait confiance à d’autres armes que le rapprochement des esprits pour assurer sa sécurité, d’autant qu’elle n’avait maintenu l’Institut à Paris lors de sa réforme opérée en 1930 qu’au prix d’un certain renoncement à exercer une influence culturelle à travers lui. À cet égard, le remplacement de Luchaire par Bonnet, c’est-à-dire d’un ancien haut fonctionnaire français dévoué à son pays par un de ces nouveaux fonctionnaires internationaux secrétés par la SDN, montre bien l’inflexion apportée au fonctionnement de l’IICI. On comprend d’ailleurs ainsi pourquoi la France a réduit sa subvention à un Institut qui ne lui était plus d’une grande utilité et a tant cherché à partager son fardeau financier avec d’autres États en appuyant l’Acte international en 1938. À cette date, la France n’utilise plus l’IICI que comme un moyen de rapprocher les démocraties – essentiellement le Royaume-Uni et les États-Unis – autour d’une réalisation commune abandonnée par les dictatures.

  • 13 P. Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935- 1938, Paris (...)
  • 14 A. Mares, op. cit., p. 78.

11La politique menée par la France à l’égard de l’OCI paraît donc avoir été à courte vue : en particulier, l’offre de créer l’IICI annoncée en juillet 1924 ressemble fort à un coup médiatique, opéré par une majorité électorale de circonstance et dans un contexte international favorable, qui n’a cependant pas été exploité à fond, faute de ressources financières mais aussi de volonté politique, l’IICI semblant avoir été plus subi que voulu à partir du moment où il a été créé. Du coup, le projet culturel élaboré au début des années vingt – et que Luchaire semble bien avoir été le seul à défendre, y compris contre les autorités de son propre pays, qui n’ont pas compris toute la portée d’une politique culturelle active par le biais d’un organisme multilatéral – s’est étiolé, notamment dans les années trente (y compris sous le Front populaire dont la politique culturelle active ne s’est pas manifestée vis-à-vis de l’IICI13). Et même si, contrairement à l’Italie qui a fermé l’IICE en 1937, la France n’a pas osé dénoncer l’Accord passé avec la SDN en décembre 1924, a malgré tout maintenu une subvention que n’ont pas versée beaucoup d’autres États et a semblé continuer à s’intéresser à l’OCI – en l’accueillant lors de l’Exposition internationale de 1937 ou en organisant la conférence diplomatique sur l’Acte international en 1938 –, sa politique culturelle, loin d’être une arme offensive de sa diplomatie – à cet égard, le combat mené par Painlevé en 1930 pour garder l’Institut à Paris a tenu plus d’une sorte de réaction d’amour-propre que d’une stratégie d’exploitation de l’IICI clairement définie –, apparaît plutôt comme « un constat d’impuissance ou un substitut à une ancienne puissance »14 . Dans les années trente, sur le plan culturel – comme sur le plan militaire –, la France vit dans l’illusion de sa puissance et est incapable de faire fructifier le legs de l’histoire. Après la Deuxième Guerre mondiale, la France ne peut retrouver son rang dans le domaine de la coopération intellectuelle et l’IICI sa place dans le nouveau système d’organisations internationales qui émerge en 1944 sous l’impulsion et l’égide des États-Unis : la défaite et les compromissions de la première, la léthargie et l’impuissance du second entraînent l’adoption du projet américain d’UNESCO lors de la conférence de Londres de novembre 1945.

12 Privé assez vite du soutien de la France, l’IICI a-t-il pu compter sur celui d’autres États ? En fait, l’intérêt suscité par l’Institut auprès des autres gouvernements a été pour le moins très inégal. L’abstention des grandes puissances apparaît remarquable : à l’exception de l’Italie, qui a versé une contribution régulière entre 1927 et 1937, ni le Royaume-Uni, ni les États-Unis, ni l’Allemagne, ni l’URSS, ni le Japon n’ont jamais subventionné l’IICI. Pourquoi un tel retrait de la part d’États qui, excepté les États-Unis, ont été, à un moment ou à un autre, membres de la SDN ? Le Royaume-Uni, qui a entraîné à sa suite la plupart des Dominions, a refusé de soutenir un organisme créé par la France pour développer son influence culturelle et tendant assez vite à être bureaucratique et brouillon ; les États-Unis sont restés fidèles à l’idée que l’État n’avait pas à s’occuper des affaires culturelles et ont donc laissé leurs grandes fondations privées représenter leurs intérêts, ce qui a eu en outre pour avantage de ne pas impliquer officiellement le gouvernement fédéral dans un organisme dépendant de la SDN et de ne pas contrevenir ainsi à l’isolationnisme officiellement pratiqué par Washington ; l’Allemagne de Weimar a supporté l’IICI sans y adhérer vraiment dans la mesure où il représentait – comme aux yeux de l’Angleterre – une forme de l’impérialisme français et l’Allemagne hitlérienne a cessé toute participation à une institution internationale dont les idéaux universalistes et pacifistes étaient en contradiction avec les théories racistes et expansionnistes du régime nazi ; l’URSS a adhéré à l’IICI de façon circonstancielle à partir de 1934, pour confirmer son ralliement à la SDN et dans une certaine mesure son rapprochement avec la France, et s’en est détachée à mesure qu’elle s’est éloignée de Genève et de Paris. A contrario, la participation financière de l’Italie renvoie au soutien général des pays de culture latine à l’IICI, perçu comme un moyen efficace de lutter contre l’impérialisme culturel anglo-saxon. Car, en définitive, les pays qui ont soutenu le plus activement l’IICI ont été de petits États, soit en Europe centrale et orientale – par amitié pour la France ou pour lutter contre l’influence culturelle allemande –, soit en Amérique latine – pour contrer l’influence culturelle croissante des États-Unis. Mais ce soutien, perceptible chez les États latino-américains pendant et même après la Deuxième Guerre mondiale, n’a pas permis à l’OCI d’atteindre l’universalisme, malgré ses efforts pour développer son apolitisme et son autonomie à l’égard de la SDN, qui renvoient au dernier problème, à savoir son statut et sa marge de manœuvre en tant qu’organisme international.

13Bien que l’OCI – que ce soit la CICI ou l’IICI – ait été créée à l’initiative de la France dans le cadre de la SDN, elle n’a eu de cesse de se libérer de cette double tutelle et d’affirmer une autonomie dont le principal promoteur et bénéficiaire a été l’IICI. Ce dernier, bien que créé par une loi française, siégeant en France, subventionné surtout par le gouvernement français et dirigé par un Français d’une part, soumis à l’autorité de la CICI donc du Conseil et de l’Assemblée de la SDN d’autre part, a su profiter de son statut et des circonstances pour affirmer une indépendance croissante : son statut lui reconnaissant la personnalité juridique, l’autonomie financière et la possiblité d’entretenir des relations diplomatiques, l’IICI pouvait agir indépendamment de la SDN et du gouvernement français, cette autonomie s’étant trouvée grandement favorisée par les circonstances.

14 Vis-à-vis du gouvernement français, l’émancipation de l’IICI s’est faite en trois temps. Entre 1926 et 1930, Luchaire, ayant compris que l’Institut serait d’autant plus reconnu à l’étranger – et donc qu’il servirait d’autant mieux l’influence culturelle française – qu’il se montrerait indépendant à l’égard de la France qui l’avait créé et qui le subventionnait, a tout fait pour internationaliser son personnel et son budget -avec un succès mitigé – et a bataillé pour que l’État français accordât le bénéfice des privilèges et immunités diplomatiques au plus grand nombre possible de ses fonctionnaires : ainsi, Luchaire s’est comporté plus en fonctionnaire international qu’en agent du gouvernement français et a contribué à la reconnaissance par la France du caractère d’institution internationale indépendante de l’IICI. En 1930-1931, la réforme de l’IICI a encore réduit l’influence de la France : même si elle a pu éviter son démembrement, grâce notamment à l’action décisive de Painlevé, l’IICI a été remis dans l’orbite de la CICI et même du Secrétariat de la SDN ; de façon d’ailleurs symbolique, le successeur de Luchaire a certes été un Français, mais aussi un ancien fonctionnaire international du Secrétariat de Genève, gage d’une plus grande impartialité envers la France. De fait, à partir de 1931, l’IICI a réussi à affirmer son indépendance envers le gouvernement français : d’une part, ce dernier s’est désintéressé de l’OCI, accaparé par la crise économique, sociale et politique et par la montée des tensions internationales ; d’autre part, Bonnet a poursuivi les combats de Luchaire avec un certain succès, sur le plan des immunités diplomatiques du personnel français ou de l’internationalisation du budget, que l’Acte international devait étendre.

  • 15 V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », p. 503 et suiv.

15Parallèlement, l’IICI a également réussi au cours des années trente, sinon à couper, du moins à distendre le cordon qui le reliait à la SDN et ce, pour des raisons financières et politiques. La baisse des recettes de la SDN a entraîné la diminution des crédits alloués à la CICI et le rééquilibrage des relations entre cette dernière et l’IICI : celui-ci, dont les ressources étaient indépendantes de la SDN et qui recevait des sommes de plus en plus considérables de la part de la Fondation Rockefeller, s’est donc affirmé davantage au sein de l’OCI comme l’élément principal, ce qu’a confirmé en 1938 l’Acte international, qui visait à lui assurer des recettes régulières et en rapport avec son activité et qui, de façon significative, ne mentionnait pas la CICI – ce qui était une manière de rejeter la tutelle du Conseil et de l’Assemblée de la SDN. D’ailleurs, au même moment, la faillite des organes politiques de la SDN a convaincu les responsables de l’OCI de la nécessité de détacher cette dernière de l’organisme genevois, en affirmant son apolitisme et en recherchant ainsi à préserver son universalité : de fait, l’IICI étant une fondation internationale distincte de la SDN, il pouvait très bien continuer à exister et à fonctionner en dehors d’elle, comme le suggèrait l’Acte international en 1938. En cela, l’évolution de l’OCI a été tout à fait comparable à celle des autres organismes techniques de la SDN, qui a mené à la réforme Bruce de 1939, laquelle partait du principe que la coopération internationale dans les domaines non politiques n’était pas seulement un moyen au service des activités politiques, mais devait devenir, « en tant que fonction positive rapprochant les peuples à travers un effort commun, une fin en soi »15 .

16 Cette évolution de l’OCI pose cependant le problème de savoir si l’apolitisme était possible et si l’universalisme a été réalisé. En ce qui concerne l’apolitisme, il est frappant de constater que, lorsqu’elle a été créée dans les années vingt, l’OCI a été investie d’une mission politique, puisqu’elle devait conforter l’action des organes politiques de la SDN – le Conseil et l’Assemblée – en faveur de la sécurité collective : mieux, l’action de l’OCI était même considérée comme un préalable à la réussite de la mission politique de la SDN (pas de « Société des Nations » sans une « Société des Esprits », dira Paul Valéry). Dans les années trente, devant la dégradation du climat international, l’OCI a mis en berne sa mission politique et a affiché un apolitisme semblant seul susceptible de lui permettre d’atteindre l’universalité et donc l’efficacité. Les résultats de cette politique n’ont cependant pas été à la hauteur de ses espérances et ont montré les limites d’un apolitisme qui confinait à la démission devant les dictatures.

  • 16 E. Bussiere, « L’Organisation économique de la SDN et la naissance du régionalisme économique en Eu (...)

17D’une part, l’apolitisme a amené l’OCI à cautionner la politique des dictatures, soit en refusant de faire imprimer des livres d’auteurs juifs interdits en Allemagne, soit en publiant des traductions d’ouvrages japonais à la demande du gouvernement japonais qui, au même moment, entreprenait une guerre de conquête au détriment de la Chine. D’autre part, cette stratégie n’a pas empêché l’Allemagne, l’Italie et le Japon de quitter l’OCI et n’a pas incité les États-Unis à y entrer pleinement. Malgré tout, les années trente ont révélé deux évolutions intéressantes. D’une part, sans que cela semble avoir été le résultat de son apolitisme, l’OCI a essayé, et commencé tout à la fin des années trente, de n’être pas trop européenne : certes, les Européens y ont été largement majoritaires, parmi les membres de la CICI et le personnel de l’IICI – mais souvent pour des raisons pratiques (les distances et les difficultés de communication) –, mais les États extra-européens (notamment sud-américains) ont été un peu plus représentés à la CICI et surtout auprès de l’IICI, grâce aux commissions nationales et aux délégués d’État. En cela aussi, l’OCI a révélé l’effacement progressif de l’Europe et annoncé la véritable universalité de l’UNESCO après la Deuxième Guerre mondiale. D’autre part, la tendance à l’universalisme s’est doublée d’une certaine décentralisation – en Europe du Nord et en Amérique latine – respectueuse des particularismes culturels, qui n’est pas sans faire penser à « la promotion du modèle régionaliste » à laquelle aboutissent, au début des années trente, les travaux de l’Organisation économique de la SDN16.

  • 17 « Les organisations internationales au XXe siècle », Relations Internationales, n° 75 et 76,1993.
  • 18 R. Girault, « Encore une nouvelle histoire des relations internationales : l’histoire des organisat (...)

18Ces conclusions ne sauraient dispenser de poursuivre des recherches, qui pourraient se développer selon trois axes : le dépouillement systématique des archives concernant les différents domaines d’activité de l’IICI, pour apprécier plus justement les modalités de la coopération intellectuelle, branche par branche ; l’analyse précise des rapports entretenus par les autres gouvernements que celui de la France avec l’IICI ; enfin l’étude des autres organisations techniques de la SDN, pour avoir un meilleur panorama des activités non politiques entreprises par celle-ci et pour mieux faire sa place à l’étude des organisations internationales, qui sont, au XXe siècle, des acteurs incontournables des relations internationales face aux États17. En ce qui concerne l’OCI, il est indéniable que « la vision traditionnelle d’une SDN décadente est remise en cause, non point quant à ses résultats politiques momentanés, mais quant à ses influences sur la vie internationale actuelle ; en vérité la continuité entre l’avant 1945 et l’après 1945 est plus grande que prévu. La Seconde Guerre mondiale n’est point césure, plutôt accélération de tendances antérieures. L’ONU est bien fille de la SDN »18.

  • 19 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 252.
  • 20 C. Bekri, op. cit.
  • 21 MAE, Papiers H. Bonnet, 271, volume 4 (discours devant la Commission nationale américaine pour la C (...)

19De fait, en 1939, malgré des difficultés de toutes sortes, l’OCI avait à son actif un certain nombre de réalisations et était en passe de voler de ses propres ailes : seul le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale l’a empêchée de perdurer. Elle n’a cependant pas totalement disparu car elle « a réussi à créer, envers et contre tout, une certaine communauté d’esprit, de concorde, de compréhension mutuelle qui contribua à mieux faire apprécier la nécessité de la constitution de l’UNESCO »19. Mieux : outre la parenté évidente – technique et idéologique (et même géographique, en ce qui concerne l’IICI) – existant entre l’OCI et l’UNESCO, le modèle offert par la première – une organisation composée de représentants des États mais aussi d’intellectuels – est même invoqué aujourd’hui pour sortir la seconde des blocages entraînés par une trop forte politisation20. Mais faut-il s’en étonner puisque la mission des deux organismes est finalement la même – créer les conditions spirituelles de la paix dans le monde –, comme le dit Henri Bonnet dès septembre 1946 avec des propos qui font écho à ceux de Léon Bourgeois dans les années vingt : « la preuve doit être donnée que, à travers une véritable coopération internationale, il y a des solutions à la plupart des difficultés qui menacent une fois encore de diviser le monde en différents camps au moment où le progrès de la civilisation a créé toutes les conditions pour réaliser l’unité du monde. (...). Comme tout traité international, [la Charte des Nations Unies] a besoin, pour se développer et donner des résultats, d’une atmosphère de confiance et d’amitié. C’est une grande tâche de la créer. L’UNESCO doit être à la fois la conscience et le fer de lance des Nations Unies »21 .

20Ainsi, comme son héritière, l’OCI constitue la première pierre d’une construction qui aspire à ôter l’idée de guerre de l’esprit des hommes. Son échec – sur ce plan – ne doit pas faire oublier la justesse et l’actualité de son action.

Notes

1 C. Bekri, op. cit., annexe X, p. 287-288.

2 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (note de Lorotte à Mayoux, 1945), b. 176.

3 C. Bekri, op. cit., annexe X, p. 288-289.

4 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (note de Lorotte à Mayoux, 1945), b. 176.

5 C. Bekri, op. cit., p. 13.

6 Ibid., annexe X, p. 285-300.

7 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 246.

8 C. Bekri, op. cit., p. 34.

9 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 247-248.

10 A. Salon, L’action culturelle de la France dans le monde, thèse, Université de Paris I, décembre 1980, p. 174 et 181.

11 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 102.

12 J. Bariety, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, 1918- 1924, Paris, 1977/ G. Soutou, « L’impérialisme du pauvre : la politique économique du gouvernement français en Europe centale et orientale de 1918 à 1929 », et A. Nouschi, « L’État français et les pétroliers anglo-saxons : la naissance de la Cie française des pétroles, 1923-1924 », Relations Internationales, n° 7, 1976, p. 219-239 et 241 – 259.

13 P. Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935- 1938, Paris, 1994.

14 A. Mares, op. cit., p. 78.

15 V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », p. 503 et suiv.

16 E. Bussiere, « L’Organisation économique de la SDN et la naissance du régionalisme économique en Europe », Relations Internationales, n° 75, 1993, p. 301-313.

17 « Les organisations internationales au XXe siècle », Relations Internationales, n° 75 et 76,1993.

18 R. Girault, « Encore une nouvelle histoire des relations internationales : l’histoire des organisations internationales », Relations Internationales, n° 75, 1993, p. 274.

19 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 252.

20 C. Bekri, op. cit.

21 MAE, Papiers H. Bonnet, 271, volume 4 (discours devant la Commission nationale américaine pour la Coopération éducative, scientifique et culturelle, 25 septembre 1946).

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search