Version classiqueVersion mobile

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Deuxième partie. Le fonctionnement de l’IICI : un rayonnement certain mais laborieux

Chapitre VIII. Une action inachevée mais prometteuse

Texte intégral

  • 1 L’IICI (1925-1946), p. 115-599/ Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 112-244/ UNESCO, Cici : A.28.1926.XII (an (...)

1Le travail de l’IICI devient de plus en plus efficace dans les années trente, grâce à des méthodes renouvelées et à un programme resserré1 .

Des méthodes de plus en plus efficaces

2Dans les années vingt, l’IICI, dont l’organisation en sections spécialisées reproduit en partie celle de la CICI en sous-commissions, travaille de la manière suivante : « toute question abordée (...) comporte, d’une part, une étude approfondie de l’état de la question, tant au point de vue général qu’en considération des dispositions spéciales de chaque pays ou de chaque milieu particulier ; une correspondance complexe avec les personnalités compétentes des divers pays ; souvent des réunions d’experts ; la préparation d’un rapport détaillé ; et ensuite (après l’approbation des propositions contenues dans le rapport par la Sous-Commission et par la Commission), des pourparlers avec les États, les administrations, les corps constitués, les personnalités importantes, pour faire admettre les conclusions adoptées par la Commission et pour réaliser les accords souhaités ». On comprend donc que des critiques s’élèvent assez vite contre le fonctionnement bureaucratique de l’Institut, même si ce dernier, à sa décharge, n’est qu’un organe d’exécution contraint de suivre les consignes de la CICI et d’en référer à cette dernière tout en faisant attention à ne pas froisser les susceptibilités des États. Il est certain que la qualité d’organe auxiliaire de la SDN et les réticences des États à accepter l’intrusion d’un organisme international dans le champ des relations intellectuelles ne favorisent pas l’action de l’IICI, auquel on reproche aussi, notamment à partir de 1928, le nombre trop important d’actions entreprises, qui entraîne une dispersion de ses efforts et donc une certaine inefficacité visible au très petit nombre de résultats concrets. Mais il est vrai que la nature même de l’IICI et les contraintes qu’il subit déterminent largement son activité et les arguments développés par Luchaire dans son rapport de 1928 ne sont pas sans valeur.

3D’abord, il souligne que le terrain d’action de l’Institut est immense puisqu’il doit « d’une part, chercher à réaliser le plus grand nombre possible d’améliorations pratiques partielles, souvent même menues, dans le champ de l’organisation internationale du travail intellectuel [et] d’autre part, favoriser, dans la mesure de ses moyens, l’élan actuel des nations vers le progrès général dans l’instruction, les lettres, les sciences, les arts », mais aussi « aider à ce rapprochement méthodique des esprits qui est le fondement nécessaire de la paix », ne faisant d’ailleurs toujours en cela que suivre les directives de la CICI, qui est donc aussi responsable de la diversité des questions étudiées. Ensuite, il insiste sur la spécificité du travail de l’Institut, qui ne produit rien par lui-même mais s’efforce de tisser les liens d’une coopération internationale : dans ces conditions, si l’on pense que les réalisations de l’Institut se résument aux seuls accords internationaux signés et appliqués, le bilan est effectivement très mince ; mais il est bien étoffé « si on estime qu’étudier les éléments des problèmes à résoudre, interroger les compétences, rassembler les bonnes volontés, préparer et formuler les solutions, (...) créer des contacts permanents et des habitudes de collaboration entre des institutions et des groupements de tous pays, faire une propagande méthodique pour l’idée de coopération intellectuelle, (...) enfin avoir mis à la disposition du public intellectuel des instruments d’information qui facilitent les rapports internationaux, les voyages d’études, etc., (...) est utile ». Luchaire aurait certes pu lancer moins d’affaires – le rayonnement de l’IICI dût-il en pâtir – mais il a essayé d’être à la hauteur de sa mission, qui était de favoriser l’entente intellectuelle et donc de contribuer au désarmement moral. Encore faut-il signaler, comme le fait Luchaire en 1928 et 1929, que le manque de personnel et de crédits entrave l’activité de l’Institut, l’empêchant notamment d’augmenter le tirage de ses publications – et donc les moyens de se faire connaître –, d’assister à de nombreuses réunions internationales ou de poursuivre chaque affaire jusqu’au bout dans chaque pays pour rendre effective son adhésion.

  • 2 H. BONNET, « L’œuvre de l’IICI », Recueil des cours de l’Académie de droit international, 1938, p.  (...)

4À partir de 1931, le fonctionnement et les méthodes de l’IICI deviennent plus efficaces2. Pour ce qui est du fonctionnement, « d’une manière générale, le programme de travail à accomplir est établi par la Commission (...) et le Conseil d’administration de l’Institut. La plupart des activités prévues répondent à des besoins du monde intellectuel ; elles sont entreprises sur la proposition ou avec l’avis des comités d’experts (...). Toutefois, des demandes peuvent venir du dehors » : de l’Assemblée de la SDN (en 1931 et en 1933, elle demande à l’IICI d’étudier l’emploi de la radio et du cinéma dans l’intérêt de la paix et du rapprochement des peuples) ; des gouvernements (en 1931, la Chine sollicite l’envoi par l’IICI d’une mission d’éducateurs chargés de l’aider à réorganiser son Enseignement) ; d’autres organisations de la SDN (à partir de 1931, le BIT demande à l’IICI de mener des enquêtes sur les bibliothèques populaires, les arts populaires, les loisirs ouvriers, les effets du machinisme, etc.) ; enfin d’organisations intellectuelles (commissions nationales ou fondations privées).

5En ce qui concerne les méthodes, la façon normale de procéder est de faire appel à des comités internationaux d’experts. « Certains d’entre eux sont permanents et se rattachent directement à la Commission ; ils ont remplacé les sous-commissions qu’elle avait constituées aux premières années de son existence » : le Comité permanent des Lettres et des Arts, que préside Paul Valéry et qui se consacre à la défense et au progrès de la culture en même temps qu’il constitue un espace de réflexion et de collaboration entre les intellectuels ; le Comité consultatif pour l’enseignement de la SDN, qui traite surtout de la diffusion dans les écoles de l’esprit de coopération internationale ; enfin, à partir de 1937, le Conseil international des Unions scientifiques qui devient l’organe consultatif dans le domaine des sciences. Par ailleurs, « d’autres comités, dont les membres sont également nommés par la [CICI], mais qui sont convoqués directement par l’Institut, possèdent aussi ce caractère de permanence : Comité de direction de l’Office international des musées, Bureau de la Commission internationale des arts populaires, Comité des experts bibliothécaires », etc. Enfin, « l’Institut assure aussi la liaison entre de grands départements nationaux par des comités permanents », comme la Commission internationale des monuments historiques, qui groupe les représentants de toutes les administrations des Beaux-Arts. Cependant, à côté de ces comités permanents, « de nombreux comités temporaires se réunissent pour établir de nouveaux programmes de travail ou pour conduire les enquêtes de l’Institut ». Par ailleurs, « il existe aussi, à l’Institut, des Comités de liaison avec de grandes organisations indépendantes collaborant avec la Commission » : notamment, le Comité des organisations internationales d’étudiants, le Comité d’entente des grandes associations internationales, la Réunion des directeurs des Offices universitaires nationaux, la Réunion des directeurs de l’Enseignement supérieur. Enfin, des entreprises permanentes et autonomes, comme la Conférence permanente des hautes études internationales, provoquent la réunion fréquente de comités techniques rassemblant des intellectuels spécialisés dans l’étude des relations internationales.

6La plupart des enquêtes sont entreprises, « non point en prétendant réunir une documentation universelle, mais en conduisant un petit nombre d’études approfondies sur les sujets envisagés. La documentation ainsi réunie [fournit] la base d’analyses, de comparaisons et d’études d’ensemble ; ou bien elle [sert] de point de départ à la discussion des comités d’experts. Les conclusions de ces travaux sont soumises à la Commission ; tantôt elles amorcent un programme d’exécution pratique, à effectuer d’accord avec les administrations, départements ou organismes intéressés ; tantôt elles fournissent le plan de travail des divers organismes techniques internationaux qui sont rattachés à la Commission (...) ; parfois elles mènent sur le terrain conventionnel et, dans ce cas, elles appelleront une consultation directe des gouvernements, en vue de nouveaux accords sur des matières précises ».

7Dans ces conditions, le champ d’action de l’IICI ne cesse de s’élargir, de sorte qu’à la fin des années trente il n’est pas un domaine de l’activité intellectuelle qui lui échappe, ce qui contribue d’ailleurs à asseoir son audience et à favoriser en retour sa prise en charge de nouvelles compétences. À partir de 1933, l’essor des activités de l’Institut est cependant contrarié par la dégradation du contexte politique et économique : en 1934, Bonnet déplore « l’incertitude devant l’avenir (...) d’une partie de la jeunesse intellectuelle », la diminution des échanges d’étudiants et des voyages de jeunes gens, la réduction des moyens financiers mis à la disposition des activités intellectuelles, les obstacles à la diffusion des travaux savants et des livres, enfin l’accentuation des « divergences entre les écoles de pensée » et des « malentendus profonds sur l’organisation même des rapports entre les hommes ». Mais, loin de baisser les bras et de conclure à la faillite de la coopération intellectuelle, Bonnet tire de ces difficultés la conviction que l’OCI doit continuer sa mission en soulignant « la nécessité, pour les peuples de se connaître et de se comprendre » : de fait, les travaux de l’OCI en matière de relations internationales (« Entretiens », « Correspondance », Conférence des hautes études internationales), de diffusion de la pensée (radio, cinéma) et d’enseignement prennent alors plus d’ampleur. Le constat est le même en 1935 : « aux limitations d’origine financière s’ajoutent encore des empêchements divers dus à la complexité des relations politiques » ; ce qui n’empêche pas Bonnet d’afficher une certaine confiance devant la « recrudescence d’accords dits culturels ou intellectuels entre gouvernements » et l’appui de nombreuses organisations nationales privées. Même son de cloche en 1936 : tout en reconnaissant que « le rôle que tient en ce moment la coopération intellectuelle dans les relations internationales peut paraître à la fois difficile et secondaire », Bonnet se veut résolument optimiste et constate que l’OCI, « bien qu’elle doive se restreindre à un champ d’action limité », participe « activement à l’organisation des rapports internationaux », qu’« un nombre de plus en plus grand de gouvernements cherchent à conclure des accords qui souvent, désormais, portent le nom d’accords de coopération intellectuelle » et que, « en réaction contre les effets du nationalisme et les difficultés économiques, le désir de collaboration gagne des couches de plus en plus larges de l’opinion publique et s’organise davantage ».

8En fait, encore en 1939, Bonnet garde une certaine confiance dans l’avenir, qui n’est pas aveuglement sur les circonstances présentes très défavorables au rapprochement des peuples mais qui est plutôt pari que l’œuvre entreprise par l’OCI se justifie précisément par tous les périls qui s’accumulent sur la paix et portera ses fruits à plus long terme, grâce à « l’extension trop souvent méconnue de l’esprit international », notamment parmi la jeunesse. C’est ce que montre bien la conclusion de son rapport de 1939 qui insiste sur le fait que « les offres de collaboration, les demandes de travail et les occasions de faire œuvre utile sont de plus en plus nombreuses. Construction technique, la coopération intellectuelle demeure tout entière au service de l’esprit, sans oublier qu’elle prépare aussi, par les voies les plus efficaces peut-être, les conditions d’une amitié internationale aujourd’hui détruite sur trop de points du globe, mais sans laquelle ne se retrouveront pas les bases solides de la paix ». Sans illusion sur le présent, Bonnet sait que l’OCI travaille pour l’avenir, ce que confirment bon nombre de ses réalisations.

Les principales réalisations

9L’essentiel des travaux de l’IICI consiste en des enquêtes et des actions de coordination avec les associations intellectuelles internationales, mais l’Institut accompagne également la conclusion de quelques accords internationaux et favorise la constitution de forums de réflexion et de discussion, toutes ces activités donnant lieu à de nombreuses publications. Mais l’OCI ne crée rien par elle-même (ni œuvre littéraire, ni peinture, ni sculpture, etc.), ne cherchant pas à donner naissance à un art international – au sens où l’on parle d’un fonctionnaire international – : d’une part, parce que là n’est pas sa mission et parce que les États n’accepteraient pas la création d’un super-ministère international des Beaux-Arts ; d’autre part, parce que la création artistique suppose la liberté des intellectuels et non leur embrigadement dans une sorte de super-académie mondiale. L’OCI, et tout spécialement l’IICI, cherche à faciliter et à rendre plus féconde la collaboration entre les intellectuels du monde entier, non seulement dans l’intérêt de ces derniers mais aussi pour servir les buts pacifiques assignés à la SDN. La culture et l’activité intellectuelle sont donc considérées comme un moyen de favoriser l’essor d’une conscience internationale et pacifiste qui contrarie les idées nationalistes largement répandues en Europe après 1919. L’IICI devient ainsi un instrument et un acteur des relations internationales, cherchant à stimuler toutes sortes de rapports internationaux (réunions d’experts, correspondances, conférences, voyages, etc.) sur plusieurs niveaux (entre individus, associations privées, administrations publiques et gouvernements).

De multiples enquêtes et actions de coordination

10Créé pour aider au rapprochement des peuples, l’IICI travaille surtout dans deux directions : le désarmement moral et l’enseignement. Mais il essaye aussi de développer la coopération dans tous les autres domaines de l’activité intellectuelle.

Le désarmement moral

L’enseignement des principes de la SDN

  • 3 UNESCO, Cici, A.103.1924.XII, b. 493.
  • 4 UNESCO, Cici, A.83.1925.XII, b. 493.
  • 5 UNESCO, Cici, A.107.1925.XII, b. 493.

11En 1924, l’Assemblée de la SDN, « convaincue de l’importance fondamentale qu’il y a à familiariser la jeunesse du monde entier avec les principes et le travail de la [SDN], et à habituer les jeunes générations à considérer la coopération internationale comme la méthode normale de conduire les affaires du monde », « prie le Secrétariat de rechercher les moyens les plus propres à développer et à coordonner les efforts destinés à favoriser [les relations entre les jeunes gens de différentes nationalités], ainsi qu’à donner à la jeunesse de tous les pays un enseignement sur les idéaux de paix mondiale et de solidarité »3. En 1925, l’Assemblée de la SDN estime que « l’organisme de la [SDN] qui (...) semble le plus indiqué pour prendre en main cette très intéressante question » est la CICI, grâce à la « haute autorité morale » de ses membres, à ses experts et aux relations avec les commissions nationales, et que l’IICI peut faciliter « grandement cette tâche en faisant étudier d’une façon approfondie cette question par ses services, en liaison avec les associations de tous les pays qui se proposent le même but, et avec les délégués des Gouvernements auprès de lui »4 : elle invite donc le Conseil à prier la CICI « d’étudier la possibilité de réunir un sous-comité d’experts [qui] examinerait les méthodes les mieux appropriées en vue de coordonner tous les efforts officiels et non officiels »5.

  • 6 UNESCO, Cici : C.98 (2).1926.XII et C.87.M.43.1926.XII, b. 499 et 501 ; A.45.1926.XII [C.490.1926.X (...)
  • 7 UNESCO, Cici, A.35.1927.XII (et annexe I), b. 494 et 509.

12Après l’accord de la CICI et du Conseil de la SDN, le sous-comité d’experts se réunit à Genève en août 1926 et fait certaines propositions, auxquelles le Conseil et l’Assemblée de la SDN demandent aux États de donner suite : notamment la généralisation de l’enseignement sur l’activité de la SDN à tous les niveaux de la formation scolaire, le développement de la formation des enseignants et l’organisation de conférences et d’échanges d’enfants6. En juillet 1927, la CICI adopte les suggestions du sous-comité7 : « la création d’un centre d’information scolaire de la [SDN] » auprès du Secrétariat de la SDN et de l’IICI ; la réunion du sous-comité d’experts « tous les deux ou trois ans pour examiner les rapports des États, des Commissions nationales de coopération intellectuelle, des associations internationales, afin de se rendre compte de la suite donnée dans les faits à ses recommandations et de les compléter éventuellement à la lumière de l’expérience » ; la désignation par la CICI, « d’accord avec le Secrétariat de la [SDN] et avec l’agrément des gouvernements intéressés », « chaque année et pour chacune des grandes langues nationales, d’un conférencier conseiller permanent, renseigné sur la [SDN] et devant se tenir dans les pays où cela paraîtrait le plus nécessaire, à la disposition du personnel enseignant et en général des associations ou groupements désireux d’accroître l’esprit de coopération internationale et devant stimuler l’application pratique des recommandations et suggestions du Sous-Comité ».

  • 8 UNESCO, Cici, C.424.M.157.1927.XII, b. 501.
  • 9 L’IICI (1925-1946), p. 561-582.
  • 10 UNESCO, Cici : A.44.1927.XII [C.418(I).1927.XII], A.63.1927.XII et A.103.1927.XII, b. 494 ; A.28.19 (...)

13Le Centre d’information scolaire de la SDN, qui sera « un centre de documentation où les membres de l’enseignement pourront puiser des renseignements de tout ordre » sur la SDN, sera établi à la fois au Secrétariat de la SDN – où il sera chargé « d’entretenir les rapports avec les gouvernements et les groupes officiels » – et à l’IICI – où il « se mettra en relations avec les groupements privés, déjà pour la plupart, d’ailleurs, en relation avec lui, par le Comité d’entente des grandes associations internationales »8, créé à l’IICI en décembre 1925 par 19 associations internationales « spécialement intéressées à promouvoir l’éducation de la jeunesse dans l’esprit de la paix et particulièrement désireuses de donner aux institutions internationales officielles tout l’appui et tout le concours dont elles [sont] capables »9. Créé à l’Institut en septembre 1927, le Centre d’information scolaire procède d’abord au classement de la documentation relative à la place donnée à la SDN et à la coopération internationale dans l’enseignement des divers pays puis développe ses activités dans de nombreux domaines : la diffusion des publications de la SDN, le développement des cours et des camps de vacances, l’enseignement des principes de la SDN – par le biais du Recueil pédagogique, dont le premier numéro paraît en juillet 1929 –, la circulation des films éducatifs, les facilités de voyage des intellectuels, le cinéma, la littérature pour la jeunesse10. L’IICI est aussi en relation avec les Fédérations internationales des associations d’instituteurs et des professeurs de l’enseignement secondaire, dont les problèmes (révision des manuels scolaires, coordination des échanges scolaires, radio scolaire, radio et enseignement de la paix, etc.) sont étudiés par le Centre d’information scolaire dans les années trente.

La participation à la Conférence du désarmement

  • 11 UNESCO, Iici, B.V.9, b. 76.

14L’OCI ayant pour but non seulement de favoriser la collaboration intellectuelle internationale mais aussi de fortifier le rapprochement des peuples, il n’est pas étonnant que la Conférence du désarmement qui s’ouvre en janvier 193211 soit saisie d’un mémorandum polonais consacré au désarmement moral, « défini comme une recherche des méthodes les plus propres à provoquer une détente morale, à faire disparaître les sentiments de méfiance et d’inquiétude, à préparer l’établissement d’une paix durable ». L’initiative polonaise est relayée par Murray, qui signale « la nécessité d’une pratique régulière de la coopération internationale dans l’ordre scientifique, artistique et littéraire pour atteindre le désarmement moral » et qui offre les services de l’OCI à la Conférence. Celle-ci discute du désarmement moral en mars 1932 après avoir été saisie d’un exposé du représentant polonais et d’une note préparée par l’IICI qui développe les arguments de Murray, insistant notamment sur l’enseignement (visant notamment les jeunes générations) et l’utilisation des moyens modernes de communication (radio et cinéma). L’IICI, qui réclame l’appui des gouvernements et espère qu’un acte sera inséré dans la convention finale de réduction des armements, collabore jusqu’en 1933 avec le comité du désarmement moral de la Conférence pour élaborer un projet établissant un certain nombre de règles internationales. L’échec de la Conférence, patent en 1934, n’empêche cependant pas la Conférence des commission nationales de juillet 1937 de constituer un comité pour dresser la liste des principaux obstacles au rapprochement des peuples sur le plan intellectuel : tout en reconnaissant la possibilité d’une action sur certains problèmes techniques, l’IICI constate cependant qu’on ne peut « attaquer efficacement les obstacles à la vie intellectuelle qu’en transformant les conditions de la vie générale et des rapports internationaux », donc en ayant une action politique qui dépasse les compétences de l’OCI.

La révision des manuels scolaires

15Dès 1925, la CICI adopte une résolution proposée par son membre espagnol, Casares, qui suggère aux commissions nationales de collaborer pour essayer de supprimer ou d’atténuer dans les livres scolaires les passages susceptibles de favoriser l’incompréhension entre les peuples. En 1930, elle adopte aussi une résolution du sous-comité d’experts pour l’enseignement à la jeunesse des buts de la SDN préconisant une enquête sur les livres scolaires d’histoire, de géographie, d’instruction civique et morale et sur les livres de lecture en usage dans différents pays, pour établir dans quelle mesure ils répondent à un esprit de coopération intellectuelle, et demande donc à l’IICI de préparer un rapport destiné à servir de base de travail à un comité d’experts chargé de proposer des directives. L’Institut présente son rapport – publié en 1932 (La révision des manuels scolaires contenant des passages nuisibles à la compréhension mutuelle des peuples) – à la CICI en juillet 1931 et réunit en février 1932 le comité d’experts prévu : celui-ci propose de renforcer la résolution Casares et donc d’accroître le rôle des commissions nationales mais demande également aux gouvernements d’être vigilants et souhaite la collaboration de l’Institut et des organisations internationales concernées. Mais, en 1934, l’IICI doit reconnaître que, « par suite, sans doute, des circonstances politiques », il n’y a pas eu « une action internationale officielle » et que la procédure Casares n’est pas appliquée malgré les initiatives des pays de l’Europe du Nord.

  • 12 UNESCO, Cici, C.485.M.326.1937.XII, b. 503.

16Une impulsion importante est cependant donnée en juillet 1934 par la CICI, qui invite l’Institut à « préparer un projet-type d’accord bilatéral tendant à établir une procédure propre à faire disparaître, ou tout au moins à atténuer les divergences auxquelles l’interprétation de certains événements historiques donne lieu dans les manuels ». En juillet 1935, l’Institut propose donc à la CICI un projet de déclaration que l’Assemblée et le Conseil de la SDN, en septembre 1935, demandent aux États, membres ou non de la SDN, de signer. De fait, entre 1935 et 1937, de nombreuses commissions nationales sont en relation à propos des manuels scolaires, tandis qu’en décembre 1936 la Conférence panaméricaine de Buenos-Aires adopte, sur la révision des manuels scolaires et l’enseignement civique, des résolutions proches de celles votées par la CICI. En juillet 1937, la CICI examine la « Déclaration concernant l’enseignement de l’histoire (révision des manuels scolaires) » transmise au préalable aux gouvernements par le secrétaire général de la SDN12 : ce texte recommande aux gouvernements et aux auteurs de manuels scolaires « d’assurer une part aussi large que possible à l’histoire des autres nations » et « de faire ressortir dans l’enseignement de l’histoire universelle les éléments de nature à faire comprendre l’interdépendance des nations » et suggère la création dans chaque pays d’un comité de professeurs capable d’œuvrer à la révision des manuels scolaires dans ce sens. Après avoir été adoptée par l’Assemblée de la SDN, elle entre en vigueur en novembre 1937. En juillet 1938 la CICI demande aux commissions d’informer l’IICI des manuels objectifs en usage dans les pays étrangers, tandis qu’en décembre 1938 la Conférence panaméricaine de Lima recommande aux États américains d’appliquer la procédure Casares et de souscrire à la Déclaration, entrée en vigueur en 1937 et à laquelle 22 pays se sont ralliés. Mais le nouveau contexte international ne permet plus d’aboutir à des résultats. Le bilan est finalement assez mince pour plusieurs raisons : la volonté des États de protéger leur souveraineté dans le domaine sensible de l’éducation et notamment de l’enseignement de l’histoire, qui touche à la formation du citoyen et qui est un enjeu dans le contrôle des esprits, comme le savent les dictatures ; le climat international détérioré par les revendications territoriales issues de la guerre et des traités de paix, qui utilisent l’histoire à des fins politiques ; le déchaînement nationaliste des dictatures fascistes, qui exaltent la guerre et la conquête ; enfin, l’insuffisance des moyens financiers et humains de l’IICI.

L’usage pacifique de la radio et du cinéma

17Attentif au rôle intellectuel de la presse, auquel il consacre un ouvrage en 1933, l’IICI s’intéresse aussi aux moyens de diffusion modernes (radio et cinéma), qui sont « autant d’auxiliaires d’une puissance illimitée pour faciliter le rapprochement des esprits, assurer une meilleure connaissance mutuelle des peuples, répandre cette large connaissance du monde, qui doit être à la base de toute entente internationale », mais qui constituent aussi un moyen de propagande efficace des États, pour le meilleur (Roosevelt) comme pour le pire (Hitler et Mussolini).

  • 13 UNESCO, Cici : C.399(a).M.252(a).1936.XII, b. 503 ; C.327.M.220.1937.XII (appendices 5 et 13), b. 5 (...)
  • 14 UNESCO, Iici, A.I.19 (note du 23 mai 1938), b. 4.

18En ce qui concerne la radio, l’IICI, en collaboration avec les centres nationaux de radiodiffusion et l’Union internationale de radiodiffusion, lance plusieurs enquêtes sur son rôle éducatif qui donnent lieu à deux publications dans les années trente (La radiodiffusion scolaire et Le rôle intellectuel de la radiodiffusion) et étudie la possiblité d’échanges internationaux de programmes conçus dans un esprit de rapprochement spirituel et d’entente. L’IICI considère en effet que la radio n’est pas un simple organe d’information mais qu’elle « doit également contribuer à élever le niveau de la culture générale, collaborer à la formation intellectuelle, artistique et morale du grand public auquel elle s’adresse journellement ». En septembre 1931, l’Assemblée de la SDN demande donc à l’Institut d’élargir son enquête sur la radiodiffusion éducative à toutes les questions internationales soulevées par l’emploi de la radio relativement aux rapports entre les États. L’enquête souligne l’usage ambivalent qui peut être fait de la radio – agressif (propagande, diffusion de nouvelles tendancieuses ou de stéréotypes sur des populations étrangères, manipulation par un État de ses ressortissants résidant dans un autre État) ou pacifique (connaissance mutuelle des peuples et diffusion de vérités objectives) – et suggère la constitution d’ententes internationales pouvant revêtir le caractère de conventions officielles entre États ou organisations de radiodiffusion dans un cadre bilatéral, régional ou même général. Un comité d’experts se réunit à l’IICI en février 1933 et fait un certain nombre de suggestions – publiées dans une brochure intitulée La radiodiffusion et la paix – pour rendre pacifique l’usage de la radio. À la suite de ce travail, en septembre 1933, l’Assemblée de la SDN adopte la proposition que lui soumet la CICI de dresser un projet de convention internationale sur la radiodiffusion et la paix destiné à être soumis aux gouvernements. Le projet, établi en 1935, est soumis à une conférence diplomatique qui réunit à Genève, du 17 au 23 septembre 1936, 40 États (dont 27 européens et 8 latino-américains), membres ou non de la SDN13. Tandis que l’Italie quitte la conférence le 22 septembre, signe parmi d’autres de son retrait de la SDN, et que l’Allemagne est absente, la convention est signée par 30 États : 17 sont européens (dont la France, le Royaume-Uni et l’URSS), 7 latino-américains (dont l’Argentine, le Brésil, le Chili et le Mexique) et 6 d’autres continents (dont l’Afrique du Sud, l’Australie et la Nouvelle – Zelande). Mais, entrée en vigueur le 2 avril 193814, elle n’est alors ratifiée que par 10 États (Afrique du Sud, Australie, Brésil, Danemark, France, Inde, Luxembourg, Norvège, Nouvelle-Zelande, Royaume-Uni). La convention contient notamment des mesures visant à éviter les émissions tendancieuses et à favoriser celles rapprochant les peuples et apaisant les tensions internationales. Ne prévoyant pas de sanctions, elle permet aux États ayant un différend de faire appel aux bons offices de la CICI avant de recourir à d’autres organismes (la Cour internationale de Justice). À partir de 1937, l’IICI poursuit deux objectifs : d’une part, réunir une documentation sur les problèmes internationaux (pour fournir des informations objectives et impartiales utilisables par les émissions consacrées aux relations internationales), sur l’état présent des sciences (pour informer le grand public des découvertes scientifiques), sur les mouvements littéraires et artistiques ; d’autre part, organiser un Office central de documentation chargé de recueillir et de transmettre toutes ces informations aux entreprises nationales de radiodiffusion, d’établir une collaboration régulière entre les instituts d’étude et de recherche et les comités des programmes des entreprises de radio, enfin de constituer, avec l’aide des commissions nationales, un réseau de correspondants nationaux spécialisés qui feraient des exposés radiophoniques.

  • 15 UNESCO, Cici, C.185(1).1938.XII, b. 499.

19Les initiatives de l’IICI concernant le cinéma sont moins poussées, en grande partie du fait qu’il existe un Institut International du Cinématographe Éducatif (IICE) créé à Rome en 1928 par le gouvernement italien. l’IICI conserve néanmoins un service d’études cinématographiques – dans la mesure où le cinéma, accessible à un large public, peut influer d’une façon profonde sur le développement du goût et sur l’éducation générale – et insiste particulièrement sur le cinéma éducatif, sur lequel il lance des enquêtes et recueille une documentation qui débouche, dans les années trente, sur deux ouvrages (Le rôle intellectuel du cinéma et Le cinéma et le goût du public). Le congrès international du Cinéma d’éducation et d’enseignement, qui se réunit à Rome en avril 1934 et pour lequel l’IICI prépare un mémorandum détaillé sur « le cinéma dans la vie internationale », jette les bases de l’action future de l’OCI en matière de cinéma et de relations internationales en posant trois grands problèmes : comment le cinéma peut-il faciliter la compréhension mutuelle des peuples ? Comment éviter que le cinéma soit utilisé pour une propagande nuisible au rapprochement international ? Comment utiliser le cinéma pour élever le niveau intellectuel du public ? Sur un plan pratique, le congrès de Rome demande à l’OCI d’attirer « l’attention des Gouvernements sur le rôle international du cinématographe et son utilisation comme moyen de rapprochement des esprits » – suggérant la conclusion d’accords internationaux – et de « provoquer des ententes directes (...) entre producteurs et chercher ainsi à s’assurer leur concours pour encourager la production de films conçus dans un esprit d’impartialité présentant une réelle valeur intellectuelle et pouvant contribuer à la mutuelle compréhension des peuples ». En septembre 1938, le Secrétariat de la SDN convoque à Genève une conférence diplomatique pour examiner les répercussions de la fermeture de l’IICE par l’Italie en décembre 1937, notamment en ce qui concerne l’application de la convention signée en 1933 pour faciliter la circulation internationale des films ayant un caractère éducatif : cette conférence confie à la CICI la mission dévolue à l’IICE comme organe d’exécution de la convention, entrée en vigueur le 15 janvier 193515.

L’enseignement

20Dotée dès 1923 d’une sous-commission des relations universitaires, la CICI aborde les problèmes d’éducation en étudiant les questions de l’enseignement des principes de la SDN, de la condition des travailleurs intellectuels, des équivalences de diplômes ou des échanges scolaires. L’IICI mène donc un travail d’information et de liaison : il recense les entreprises existantes et centralise les renseignements fournis par les organisations nationales ; il assure une liaison entre les organismes qui travaillent dans le même sens et s’efforce donc d’encourager la création de comités de coordination autonomes ; enfin, il répercute ses informations dans diverses publications. L’IICI collabore également avec le gouvernement chinois.

Le travail de liaison et de documentation

21Le travail de liaison s’appuie sur quelques grandes organisations, dont l’IICI assure le secrétariat et reçoit les réunions périodiques : le Comité des directeurs des Offices universitaires nationaux, relayé dans les années trente par le Comité restreint des directeurs de l’Enseignement supérieur, le Comité des représentants des grandes associations internationales d’étudiants, le Comité d’entente des grandes associations internationales, enfin le Comité permanent de correspondance scolaire internationale. De plus, dans les années trente, l’IICI, en liaison avec les commissions nationales, réussit à susciter la création de Centres nationaux de documentation pédagogique. En collaboration avec toutes ces instances, et aidé par des comités d’experts, l’IICI lance plusieurs enquêtes sur des problèmes pratiques (bourses, cours de vacances), techniques (échanges de professeurs, équivalences des diplômes, organisation des études universitaires, conditions d’admission à l’enseignement supérieur), juridiques (relations entre universités et gouvernements) et économiques (chômage des diplômés et des intellectuels). À partir de 1937, l’IICI collabore avec le Bureau international de statistique universitaire, qui centralise des renseignements sur l’enseignement universitaire et l’emploi des diplômés et des intellectuels.

Le travail d’information

22Le travail d’information relève du Centre d’information scolaire créé en 1927 mais aussi de diverses publications, dont le Bulletin des Relations universitaires publié de 1924 à 1928, qui donne des renseignements de tous ordres sur la vie universitaire (cours internationaux, Instituts à l’étranger, bourses internationales, etc.) et sur les relations interuniversitaires et qui est remplacé à partir de 1928 par une chronique consacrée à tous les problèmes éducatifs paraissant dans le Bulletin de l’Institut, Coopération intellectuelle. Sur les problèmes universitaires, l’IICI publie plusieurs ouvrages ou brochures, surtout dans les années trente et sur deux grands sujets : les échanges universitaires (Cours de vacances en Europe, Les échanges universitaires en Europe, L’étudiant à l’étranger, Les instituts nationaux à l’étranger, Quelques ouvrages de référence pour l’étudiant à l’étranger, Les associations internationales d’étudiants) et l’avenir de l’enseignement universitaire (L’organisation de l’Enseignement supérieur, Problèmes d’Université, L’avenir des diplômes, Étudiants à la recherche de leur Université). Sur l’enseignement, outre le rapport sur l’aide apportée à la Chine (La réorganisation de l’enseignement public en Chine et L’enseignement et la science du droit en Chine), il publie deux ouvrages (Documents sur l’enseignement de l’histoire, La coordination des enseignements du second degré) et un Bulletin de Correspondance scolaire internationale à partir de 1930. Enfin, il publie un Répertoire des centres nationaux de documentation pédagogique et une Bibliographie pédagogique internationale sur quelques sujets.

La collaboration avec la Chine

  • 16 UNESCO, Cici, C.471.M.201.1931.XII (annexe 15), b. 502.

23En mars et avril 1931, l’OCI est saisie par le gouvernement chinois de deux demandes de collaboration : d’une part, une proposition de développer les relations intellectuelles entre la Chine et les autres États membres de la SDN (notamment par l’échange de professeurs) et l’IICI et d’envoyer des professeurs à l’Université de Nankin ; d’autre part, une demande de disposer de conseillers susceptibles de perfectionner le système d’enseignement chinois et de développer les échanges entre les centres intellectuels en Chine et des pays étrangers16. En mai 1931, le Conseil de la SDN accepte ces propositions et les transmet à l’OCI. De fait, trois professeurs vont à Nankin et une mission de quatre experts (dont le Français Paul Langevin), d’ailleurs accompagnés par le chef de cabinet du secrétaire général de la SDN et bientôt rejoints par un représentant de l’IICE et Henri Bonnet lui-même, se rend en Chine de septembre 1931 à janvier 1932 et publie un rapport en 1932. À son tour, le gouvernement chinois envoie en Europe une mission restreinte de six éducateurs chargée d’étudier le système d’enseignement de plusieurs pays, qu’elle traverse entre septembre 1932 et février 1933 (Pologne, Allemagne, Danemark, France, Royaume-Uni, Italie, Autriche et URSS). La mission chinoise rentre à Nankin au printemps 1933 alors que l’enseignement primaire commence à être réorganisé selon un plan conforme aux propositions avancées par les experts de la SDN ; au même moment, pour faciliter les contacts avec l’Europe, la Chine crée une « Délégation chinoise auprès des organisations internationales de coopération intellectuelle » ayant un bureau à Genève et à Paris et se dote d’une commission nationale, qui participe à la création d’une Bibliothèque sino-internationale qui ouvre ses portes à Genève en septembre 1933. En 1934, la collaboration de l’OCI avec le gouvernement chinois se poursuit : à la demande du ministère chinois de l’Instruction publique, Fernand Maurette, sous-directeur du BIT, effectue, mandaté par la SDN, un séjour en Chine en février-mars pour étudier la mise en pratique des propositions des experts occidentaux et chinois ; en juillet, la CICI désigne une sous-commission chargée d’étudier l’aide éventuelle que les organisations internationales et nationales pourraient apporter aux bureaux de placement intellectuel et technique que le gouvernement chinois va établir à Nankin (en octobre 1934) et en Occident afin de favoriser la formation professionnelle des étudiants chinois à l’étranger ; enfin, L’IICI demande à Jean Escarra, professeur à la Faculté de droit de Paris et sinologue réputé, de préparer une étude spéciale sur la science et l’enseignement du droit en Chine, au cours d’un voyage dans ce pays, dont le rapport est publié en 1935. Après cette date, les rapports de l’IICI ne mentionnent plus la collaboration avec le gouvernement chinois, officiellement en guerre avec le Japon en juillet 1937.

Les autres domaines de la coopération intellectuelle

Les sciences exactes et naturelles

  • 17 UNESCO, Cici, C.327.M.220.1937.XII (appendice 4), b. 503 et 510.

24Dans le domaine des sciences exactes et naturelles, l’IICI lance des enquêtes et travaille au rapprochement avec les organisations internationales scientifiques. Tout en publiant un Bulletin des relations scientifiques internationales, l’IICI étudie diverses questions : la conservation des manuscrits et imprimés, l’unification de la terminologie scientifique, la coordination des bibliographies scientifiques, la collaboration entre les musées scientifiques (qui fait l’objet d’une publication), etc. À partir de 1931, l’IICI consacre tous ses efforts à conclure un accord de collaboration avec les différentes Unions scientifiques internationales (notamment de Physique et de Chimie) et leur Conseil international. Après la tenue de plusieurs comités d’experts suscités par l’Institut, un accord, signé en juillet 193717, fait du Conseil des Unions un organe consultatif de l’OCI pour les problèmes scientifiques, l’OCI étant consultée par le Conseil pour toutes les questions d’ordre international touchant l’organisation du travail scientifique et l’IICI assurant le secrétariat des commissions qui seront nommées par le Conseil. Cet accord permet à l’IICI d’organiser, entre 1937 et 1939, des réunions d’études groupant des scientifiques et portant sur une question précise, dont certaines sont publiées. L’IICI essaie aussi d’assurer la diffusion des travaux scientifiques dans le grand public et réunit donc, en février 1939, un comité de scientifiques qui recommande la création d’un Centre international de documentation et de diffusion scientifique, mais la guerre empêche ce projet d’aboutir malgré l’appui financier de la Fondation Rockefeller.

La littérature

  • 18 Cf. supra, p. 120-132.

25Dans le domaine des relations littéraires, l’IICI essaye surtout de développer les traductions, dans un souci compréhensible de diffusion internationale du patrimoine littéraire de chaque nation, en collaborant notamment avec les PEN Clubs. À partir de 1932, l’IICI publie quatre fois par an un répertoire international des traductions, l’Index Translationum, et édite deux collections de traductions en français d’œuvres littéraires classiques : d’une part, la Collection ibéro-américaine (12 volumes de 1930 à 1939), financée par quelques États latino-américains et qui connaît un tel succès qu’en décembre 1938 la commission américaine envisage de traduire quelques ouvrages en anglais ; d’autre part, la Collection japonaise (3 volumes de 1936 à 1939), financée par des Japonais. Cette dernière publication montre d’ailleurs la force de l’apolitisme de l’OCI, soucieux d’universalisme, puisqu’au même moment le Japon mène une guerre de conquête brutale en Chine18.

Les questions artistiques

  • 19 UNESCO, Cici, A.28.1926.XII (annexe I), b. 494 et 509.

26Du fait de la diversité des disciplines concernées, les travaux de l’IICI dans le domaine artistique sont très variés, allant d’enquêtes sur les origines de la civilisation européenne au projet d’établir des programmes radiophoniques internationaux visant à mieux faire connaître la musique des différents peuples. Ainsi, l’IICI participe au Congrès international des arts populaires qui se tient à Prague en 1928 et suit les travaux de la Commission internationale des arts populaires créée en 1930, avec l’aide de laquelle il publie plusieurs ouvrages dans les années trente (Actes et Mémoires du Congrès de Prague, Arts populaires et loisirs ouvriers, Musique et chanson populaire, Folklore musical). De même, l’IICI collabore avec le Centre international des Instituts d’archéologie et d’histoire de l’art, dont il édite le Bulletin. Mais l’initiative la plus importante est la création, en juillet 192619, d’un Office International des Musées (OIM), qui commence à fonctionner au Palais-Royal au début de 1927. Les principales activités de l’OIM consistent en la publication d’un bulletin annuel d’informations (Mouseion) – qui se spécialise bientôt dans la publication d’études et de travaux scientifiques et qui abandonne les nouvelles proprement dites, les actualités et la bibliographie courante à un supplément, les Informations mensuelles –, en des expositions, des enquêtes et des conférences sur les musées. L’OIM se dote également d’un service radiophonique, qui organise des causeries consacrées aux musées, effectue des études sur l’aménagement des musées, qui donnent lieu à la publication de plusieurs ouvrages de muséographie, et publie un Répertoire des musées de certains pays européens et un Recueil de législation comparée consacré à l’art et l’archéologie en vue de préparer des conventions internationales. De fait, dans les années trente, l’OIM a deux objectifs principaux : la conservation et la protection des monuments et des œuvres d’art et la protection juridique internationale des collections publiques.

  • 20 UNESCO, Cici, C.327.M.220.1937.XII (appendice 11), b. 503 et 510.

27L’OIM organise plusieurs conférences internationales, dont les travaux sont publiés par l’IICI, sur les problèmes relatifs à la protection et à la conservation des monuments et des œuvres d’art. En 1933, l’OIM va plus loin en créant en son sein une Commission internationale des monuments historiques dont le programme comporte plusieurs aspects : une action morale et éducative pour favoriser le respect et la sauvegarde des chefs-d’œuvre par tous les peuples ; une action législative et administrative visant à protéger juridiquement les monuments – notamment ceux considérés comme appartenant au patrimoine commun de l’humanité – ; une action technique pour déterminer la nature des matériaux utilisés pour consolider des édifices ; l’établissement d’une documentation internationale sur les monuments historiques nationaux. À la suite de la Conférence internationale des fouilles tenue au Caire en mars 1937, l’OIM envisage un statut international des antiquités et des fouilles20 prenant en compte les problèmes juridiques, législatifs, techniques et documentaires : en fait, faute de pouvoir élaborer un tel statut, l’acte final de la conférence du Caire est considéré par les administrations nationales comme un engagement auquel elles tentent de se conformer. De plus, l’IICI publie un Manuel de la technique des fouilles et crée une rubrique spéciale dans Mouseion.

  • 21 UNESCO, Cici, C.253.M.150.1938.XII (appendice 2), b. 504 et 510.
  • 22 UNESCO, Cici, C.231.M.153.1939.XII (sous-appendice), b. 504 et 510.

28L’OIM se saisit aussi de la question – qui devient de plus en plus d’actualité depuis le début de la guerre d’Espagne en 1936 – de la protection des monuments et œuvres d’art en temps de guerre. En juillet 1937, l’OIM présente à la CICI un rapport qui est un avant-projet de convention internationale21, qui oblige chaque État à assurer la protection matérielle de ses monuments et œuvres d’art – en vertu du fait que la conservation du patrimoine artistique et historique intéresse la communauté des États –, mais qui propose aussi la désignation par les États de refuges jouissant de l’immunité (disposition qui, étendue aux villes d’art, aboutit à leur neutralisation) et une signalisation propre à épargner les monuments ainsi qu’une possiblité de transfert des œuvres d’art dans un pays non belligérant ; il prévoit aussi la constitution de commissions internationales d’inspection. Après avoir été approuvé par la CICI, le projet est soumis aux gouvernements mais la guerre empêche sa conclusion par une conférence internationale. Il en est de même en ce qui concerne les initiatives de l’OIM en faveur de la protection juridique internationale des collections publiques. En 1931, l’OIM adopte un rapport de la CICI suggérant une entente internationale en vue de prévenir ou de réprimer les ventes d’objets soustraits aux collections publiques ou exportés clandestinement à l’étranger. À la suite d’une résolution adoptée en juillet 1932 par la CICI, l’Assemblée de la SDN recommande aux États de collaborer pour la protection du patrimoine artistique et la récupération d’objets soustraits aux collections nationales et l’OIM établit en 1936 un projet de convention internationale ouverte à tous les États : sur la proposition formulée par la CICI en juillet 1937, l’Assemblée de la SDN approuve la convocation d’une conférence diplomatique chargée de conclure la convention, qui ne peut cependant se réunir à cause de la mise au point tardive – en 1939 – de son texte définitif22.

Les bibliothèques et les archives

  • 23 UNESCO, Cici, CICI.228, b. 574.

29L’IICI tente de développer une meilleure coordination dans le domaine des bibliothèques et de la bibliographie à travers plusieurs enquêtes (sur l’échange des publications, la construction et l’aménagement des bibliothèques, le dépôt légal, la mission sociale et intellectuelle des bibliothèques populaires), menées surtout après 1930 avec l’aide du comité d’experts bibliothécaires, créé en 1927 et réuni chaque année à l’Institut, de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d’autres organisations internationales (dont le BIT). Plusieurs de ces enquêtes sont publiées dans les années trente (La coordination des bibliothèques, Code international d’abréviations de titres de périodiques, Index Bibliographicus, L’adoption universelle des caractères latins, Rôle et formation du bibliothécaire). Surtout, sollicité par le BIT en mars 1931, l’IICI entreprend une enquête au sujet des bibliothèques et des arts populaires « comme moyens de défense et de développement de la culture générale des milieux ouvriers, pendant les heures de loisirs »23, qui donne lieu à deux ouvrages (Bibliothèques populaires et loisirs ouvriers et Mission sociale et intellectuelle des bibliothèques populaires). Dans le domaine des archives, l’IICI publie, avec l’aide du comité des experts archivistes créé en 1931, un Guide international des archives et travaille à divers problèmes (l’unification de la terminologie archivistique ou la conservation des documents).

La protection des droits des intellectuels

  • 24 UNESCO : Iici, B.IV.9 (corresp., octobre 1924-janvier 1926), b. 71 ; Cici, C.77.1926.XII [CICI 170] (...)
  • 25 UNESCO : Iici : B.IV.17 (lettre de Maurette à Oprescu, 21 mai 1925), b. 72 ; A.I.18 (corresp. de Lu (...)

30L’IICI cherche d’abord à délimiter les compétences de l’Institut international pour l’unification du droit privé, offert à la SDN par le gouvernement italien en septembre 192424, mais surtout du BIT. Celui-ci et l’IICI – dont le règlement intérieur prévoit la collaboration –, échangent leurs publications, sont en liaison constante à propos du problème des immunités diplomatiques des fonctionnaires français de l’Institut et participent conjointement à la Commission consultative des travailleurs intellectuels créée par le BIT en avril 1927 pour défendre les intérêts matériels et économiques de ces derniers25. L’IICI s’emploie ensuite à protéger les droits de deux grandes catégories d’intellectuels, les savants et les artistes, déjà énoncés dans les conventions internationales de Paris (1883) sur la propriété industrielle (les brevets d’invention) et de Berne (1886) sur le droit d’auteur portant sur les œuvres littéraires et artistiques. Pour atteindre cet objectif, l’Institut collabore avec les organismes internationaux compétents, professionnels (l’Association littéraire et artistique internationale, l’Académie internationale de droit comparé, la Confédération internationale des travailleurs intellectuels, la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs, la Fédération internationale des journalistes, etc.) ou intergouvernementaux (le BIT, l’Institut international pour l’unification du droit privé, les Bureaux internationaux de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, le Secrétariat de la SDN). Les représentants de ces organismes sont d’ailleurs regroupés dans un Comité des droits intellectuels qui se réunit une fois par an à l’Institut. La principale question étudiée durant les années trente est celle du droit d’auteur, protégé par la convention de Berne, qui concerne les États européens et le Brésil, et la convention de La Havane, qui s’applique aux autres États latino-américains. Dès 1931, l’IICI étudie la possiblité de mettre en harmonie ces deux conventions et cherche donc l’appui des commissions nationales d’Amérique latine pour entrer en relation avec les gouvernements des pays membres de l’Union panaméricaine, en vue de la 7e Conférence panaméricaine qui se tient à Montevideo en décembre 1933. Celle-ci se prononce en faveur du rapprochement des deux conventions et crée une commission interaméricaine chargée d’établir un avant-projet de convention susceptible de rejoindre la convention de Berne, afin d’aboutir à une convention générale de la protection universelle du droit d’auteur. La 8e Conférence panaméricaine, tenue à Lima en décembre 1938, et la 1ère Conférence des commissions américaines, tenue à Santiago du Chili en janvier 1939, adoptent une résolution favorable au principe d’une protection universelle du droit d’auteur et recommandant aux États américains d’envoyer des délégués à une conférence générale qui doit avoir lieu à Bruxelles mais qui est annulée du fait de la guerre. Finalement, l’IICI se sera contenté de publier quelques livres (La propriété scientifique, La protection internationale du droit d’auteur, Le dépôt légal).

Des publications austères et peu diffusées

  • 26 SDN, R 3995.

31Les premières publications de l’IICI « [sont] de petits fascicules, rédigés en français et en anglais, et qui rend[ent] compte des activités de chacune des sections de l’Institut. La vente n’en [est] pas assurée par [l’Institut] mais confiée à un éditeur qui se charg[e] de la publicité et établit des dépositaires dans quatre pays ». Au fur et à mesure que l’Institut se développe, le nombre de ces brochures augmente rapidement : 28 en 1926, 48 en 1927 et 58 en 1928. L’année 1929 constitue un tournant, dans la mesure où l’Institut devient son propre éditeur et « adopte une nouvelle méthode pour la présentation de ses publications périodiques : réunissant les éléments qui, jusque-là, servaient à composer les bulletins des diverses sections, il en fait une seule revue mensuelle de 64 pages intitulée La Coopération intellectuelle » – ce qui a pour conséquence de faire tomber le nombre des publications de 58 à 27 – « et pour laquelle, entreprenant lui-même sa publicité, il [lance] des formules d’abonnement : aux Bibliothèques, Universités, Ministères de l’Instruction publique, Académies, Associations, Institutions, ainsi qu’aux cercles de librairie ». Du coup, la diffusion des publications s’étend en prenant appui sur plusieurs relais : le service gratuit assuré aux collaborateurs, le service d’échange avec d’autres revues, l’envoi de prospectus aux libraires et de communiqués à la presse, aux agences et aux compagnies radiophoniques, enfin les ventes de dépositaires à l’étranger, qui arrivent à être 31 répartis dans 26 pays (18 pays européens – dont les grandes puissances et les pays d’Europe centrale et orientale – ; les Dominions et l’Inde ; les États-Unis, la Chine et le Japon). Cependant, toujours faute d’argent, le tirage de la nouvelle revue ne dépasse pas 2 000 exemplaires et elle n’est pas publiée en anglais. En 1930, on compte toujours 27 brochures, réparties en trois types d’ouvrages : des périodiques, des collections et des volumes. Parmi les périodiques, il faut signaler la revue mensuelle La Coopération intellectuelle : comprenant environ 80 pages, elle donne un aperçu de l’activité de l’OCI (réunions, ouvrages, études en cours), tient une chronique sur des aspects particuliers de la coopération intellectuelle, rend compte de certains ouvrages, présente des documents et annonce le calendrier des principales manifestations. L’impact des publications de l’Institut est difficile à apprécier mais, malgré l’augmentation des recettes liées à la vente des publications (plus de 3 000 francs en 1927 et plus de 65 000 francs en 1930), en juillet 1930 La Coopération intellectuelle et Mouseion ne comptent respectivement que 260 et 120 abonnés, n’atteignant qu’un public très étroit. La situation n’évolue guère dans les années trente. Certes, le nombre des publications ne cesse de progresser de 1931 (30) à 1938 (94) – pour retomber en 1939 (59) et bien sûr en 1940 (27), l’Institut cessant de fonctionner en juin-, en relation avec l’essor des activités de l’Institut. Mais ces publications conservent leur caractère confidentiel : entre 1933 et 1935, le nombre des abonnements aux périodiques est toujours inférieur à 900 et les ventes d’ouvrages (hors périodiques) atteignent leur maximum en 1933 (17 200) mais se situent généralement aux alentours de 6 000 exemplaires. Cette maigre publicité donnée à son action constitue une des faiblesses de l’Institut, qui renvoie à celle de l’OCI en général26 : les publications, très techniques et assez austères, s’adressent en priorité à un public de spécialistes forcément restreint et ne montrent aucun souci de vulgarisation, conformément d’ailleurs aux objectifs initiaux de l’OCI qui étaient de toucher les masses par l’intermédiaire des milieux intellectuels et non directement. De fait, l’UNESCO s’emploiera à diffuser plus largement et en les vulgarisant les aspects de son action.

  • 27 L’IICI, Recueil des accords intellectuels, Paris, 1938.

32Finalement, les publications révèlent à la fois les qualités et les défauts de l’activité de l’IICI : d’une part il n’a négligé aucun domaine de la coopération intellectuelle mais d’autre part il s’est le plus souvent contenté de faire des études sans pouvoir passer aux réalisations concrètes, faute de moyens financiers suffisants, du fait du contexte très défavorable à la coopération internationale et en l’absence du soutien des États, seuls habilités à prendre des décisions. En fait, l’Institut a pu jouer un rôle surtout en favorisant la conclusion d’accords intellectuels ou englobant des clauses intellectuelles : sur les 43 accords bilatéraux conclus entre 1919 et 1938 et recensés par l’Institut27 , 26 l’ont été entre 1931 et 1938. Mais il faut être prudent car, dans la plupart des cas, les accords intellectuels ont été passés entre des États alliés ou amis politiquement. En outre, si l’on considère que l’une des missions de l’Institut était de favoriser le rapprochement des peuples, le déclenchement de la guerre en 1939 semblerait prouver que son travail n’a pas été productif et efficace. En fait, il faut sans doute porter un jugement moins sévère : d’une part, l’Institut n’a commencé à travailler en profondeur qu’à partir de 1931, à un moment justement où le contexte lui était défavorable, et bon nombre de ses initiatives n’ont pu aboutir du fait du déclenchement de la guerre en 1939 ; d’autre part, il n’a jamais eu qu’un rôle de proposition auprès d’États jaloux de leurs prérogatives dans le domaine de l’activité intellectuelle. L’IICI s’est cependant imposé comme un partenaire essentiel de la coopération intellectuelle et en a retiré un réel rayonnement international auprès des associations internationales et des États, qui explique en partie qu’il ait survécu à la crise qui manque de le faire disparaître en 1929-1930 et qu’il soit même en passe d’assurer sa pérennité en 1938, juste avant de sombrer du fait de la guerre.

Des espaces de réflexion et de discussion

33Plus que par des réalisations concrètes finalement assez minces, c’est par un rôle de forum international de discussion et de réflexion que l’IICI essaye surtout de rapprocher les intellectuels, notamment en Europe, dans le but de faciliter le règlement des problèmes internationaux, de rapprocher les peuples et même de jeter les bases d’une morale internationale. Mais cette action, développée surtout dans les années trente au sein de la Conférence permanente des hautes études internationales et du Comité permanent des Lettres et des Arts, est contrariée par l’évolution des relations internationales alors défavorable à la coopération internationale.

La Conférence permanente des hautes études internationales

34Dès 1926, la CICI demande à l’IICI d’étudier le problème de l’organisation des études supérieures se rapportant à un objet international et d’envisager la création d’une fédération des institutions qui, dans les divers pays, enseignent les matières indispensables à la connaissance du monde contemporain et des relations internationales : c’est reconnaître ainsi « la nécessité chaque jour plus urgente de créer un organisme d’étude et de documentation objectives au service des hommes d’État, des diplomates, des journalistes et d’une façon générale, de toutes les personnes en contact avec la vie internationale ». Répondant à la convocation de l’IICI, une réunion internationale d’experts se tient à Berlin en mars 1928, qui aboutit à la formation de la Conférence permanente des hautes études internationales, « organe permanent de coopération, de liaison et de coordination entre les institutions nationales se consacrant à l’étude scientifique des affaires internationales. Son but essentiel est de développer la collaboration technique entre les institutions qui lui sont affiliées, et d’organiser des recherches collectives sur certains problèmes du domaine des relations internationales. L’instrument international de liaison entre les membres de la Conférence consiste en un appareil administratif dont les rouages principaux sont : des sessions plénières se tenant à intervalles réguliers, un Comité exécutif et les services administratifs de l’IICI » ; de plus, dès sa création, la Conférence encourage la création dans chaque pays de commissions nationales de coordination des hautes études internationales, appelées à devenir les centres nationaux par l’intermédiaire desquels la participation aux travaux de la Conférence doit s’effectuer dès lors qu’un pays possède plus d’une institution se consacrant aux études internationales. En mars 1929, sur l’initiative de l’IICI, a lieu à Londres une 2e Conférence qui désigne un comité permanent et décide d’entreprendre simultanément dans divers pays « des enquêtes sur les problèmes dont l’ampleur nécessite une coopération internationale ou dont la complexité réclame une coordination de différentes disciplines ». La 3e Conférence, qui a lieu à Paris en 1930, confirme le choix d’une recherche décentralisée par l’intermédiaire d’organisations nationales.

35L’organisation de la Conférence s’étoffe dans les années trente : les sessions plénières se tiennent chaque année et comprennent des réunions administratives, au cours desquelles sont examinées les questions de coopération technique et administrative entre les institutions affiliées, et des séances d’études, consacrées à la discussion de problèmes internationaux d’actualité, un même problème étant examiné deux années consécutives à partir de 1934. En 1940, la Conférence plénière réunit 6 institutions internationales (dont le centre européen de la Dotation Carnegie de Paris et l’Institut universitaire des hautes études internationales de Genève) et 25 institutions nationales (dont 13 européennes). En 1933-1934, comme les autres organes de l’OCI, la Conférence enregistre la démission de l’institution allemande avec laquelle elle était en rapport. L’IICI joue le rôle d’un secrétariat international permanent de la Conférence : « il convoque et organise toutes les réunions de la Conférence, exécute ses décisions, rédige et publie ses rapports et publications et supporte les frais de ses travaux. Un de ses services, agissant sous les ordres du directeur de l’Institut, est responsable de l’administration de la Conférence. Un des fonctionnaires permanents de l’Institut exerce les fonctions de secrétaire de la Conférence ». En particulier, l’IICI transmet des informations aux institutions membres de la Conférence et accueille les réunions internationales d’experts chargés de coordonner leurs travaux et d’établir le plan de discussion des Conférences plénières. En outre, la Fondation Rockefeller joue un rôle très important grâce aux sommes qu’elle verse aux centres nationaux d’étude des relations internationales et à l’IICI, qui reçoit environ 80 000 francs en 1935, plus de 320 000 francs en 1936, mais presque 2 900 000 francs en 1939 (soit plus que le total des subventions gouvernementales). C’est la preuve de l’engagement des fondations privées américaines au côté de l’IICI dès lors que celui-ci n’impose pas une doctrine – la Conférence est autonome – et s’occupe d’activités susceptibles de déboucher sur des résultats concrets : de fait, à partir de 1931, la Conférence donne la priorité à la discussion de problèmes internationaux d’actualité, à partir de recherches menées par les institutions affiliées et destinées à être utilisées « pour des discussions techniques au sein de la [SDN] » ou « pour l’enseignement des relations internationales ».

36La première question est directement dictée par la crise économique mondiale puisque la 4e Conférence (Copenhague, juin 1931) étudie « les rapports entre le politique et l’économique, en théorie et en pratique », relayée par la 5e (Milan, mai 1932) qui s’intéresse particulièrement à « l’État et la vie économique, spécialement du point de vue des relations économiques et politiques internationales » et la 6e (Londres, mai-juin 1933) qui est consacrée à « l’intervention de l’État dans la vie économique » : les études – dont les conclusions sont remises à la Conférence intergouvernementale économique et monétaire qui se réunit à Londres en juin 1933 – portent essentiellement sur les mesures affectant le commerce et les finances internationales et sur l’intervention de l’État dans l’économie nationale. La deuxième grande question est aussi d’actualité puisqu’elle concerne « la sécurité collective » que les 7e et 8e Conférences (Paris, mai 1934, et Londres, juin 1935) envisagent sous quatre angles principaux : les fondements de l’idée de sécurité collective, la prévention de la guerre, la détermination de l’agresseur et les sanctions, la neutralité. Les 9e et 10e Conférences (Madrid, mai 1936, et Paris, juin-juillet 1937) étudient « les méthodes de règlement pacifique en ce qui concerne les colonies, la population, les marchés et les matières premières, les questions danubiennes ». Les 11e et 12e Conférences (Prague, mai 1938, et Bergen, août-septembre 1939) examinent « les politiques économiques et la Paix ; réciprocité, régionalisme et autarcie dans les politiques commerciales d’aujourd’hui ; leur lien avec le problème de la sécurité nationale et leur effet sur les relations économiques, financières et politiques des États ». La guerre réduit le nombre des séances d’études de la Conférence de 1939 mais le programme futur de la Conférence est cependant établi : « l’organisation internationale : sa forme, ses possibilités et ses limites ». Au total, la Conférence permanente des hautes études internationales a permis de réunir une documentation (21 ouvrages publiés par l’IICI) sur les problèmes internationaux et de créer un forum de discussion pour les responsables politiques et économiques de nombreux pays. Mais elle a été peu efficace en raison d’une diffusion restreinte de ses travaux.

Le Comité permanent des Lettres et des Arts

37À partir de 1931, le Comité permanent des Lettres et des Arts – qui succède à la sous-commission des Arts et des Lettres de la CICI – étudie des questions littéraires et artistiques mais aussi des questions générales qui intéressent l’avenir de la culture et de la civilisation occidentale et inaugure donc deux types d’action en faveur d’un dialogue plus fécond des intellectuels, par la parole et par la plume : les « Entretiens » et la « Correspondance ». Entre 1932 et 1938 ont lieu neuf « Entretiens » – dont les huit premiers sont publiés par l’IICI –, qui rassemblent des intellectuels surtout européens et qui portent sur des thèmes finalement assez proches puisque tournant autour de la définition d’une morale universelle : « Goethe », en tant qu’intellectuel européen (Francfort, mai 1932) ; « L’avenir de la culture » (Madrid, mai 1933) ; « L’avenir de l’esprit européen » (Paris, octobre 1933) ; « L’art et la réalité ; l’art et l’État » (Venise, juillet 1934) ; « La formation de l’homme moderne » (Nice, avril 1935) ; le développement d’« un nouvel humanisme » (Budapest, juin 1936) ; les rapports des cultures européennes et sud-américaines – « Europe-Amérique latine » … (Buenos-Aires, septembre 1936) ; « Le destin prochain des lettres » (Paris, juillet 1937) ; « La qualité et la vie moderne » (Nice, octobre 1938). Parallèlement, l’IICI publie entre 1933 et 1935 la « Correspondance » échangée par des intellectuels (notamment Freud et Einstein) sur quelques grandes questions : « Pour une société des esprits » ; « Pourquoi la guerre ? » ; « L’esprit, l’éthique et la guerre » ; « Civilisations : Orient-Occident, génie du Nord-latinité ».

  • 28 L’IICI, Entretiens sur Goethe, 1932, p. 77.
  • 29 L’IICI, Pourquoi la guerre ?, 1933, p. 63.
  • 30 L’IICI, Vers un nouvel humanisme, 1937, p. 54.
  • 31 Ibid., p. 225.
  • 32 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 36.
  • 33 Ibid., p. 165.
  • 34 L’IICI, La formation de l’homme moderne, 1936, p. 175-176.

38Les « Entretiens » et la « Correspondance » insistent sur le rôle de la culture dans le rapprochement des peuples et l’établissement d’un humanisme et de valeurs universelles. Les intellectuels affirment d’abord que la culture universelle s’enrichit des cultures nationales : « les différences qui existent d’une nation à l’autre (...) aident à enrichir l’héritage total de l’humanité. Elles ne comportent aucun élément intrinsèque d’antagonisme mutuel » (Murray)28. La recherche de valeurs communes à l’humanité ne saurait donc aboutir à une uniformisation diluant les spécificités nationales mais se nourrit plutôt de ces dernières pour retrouver l’universel dans le national. La culture peut donc rapprocher les hommes : « tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre » (Freud)29 ; l’humanisme est « le contraire du fanatisme » (Th. Mann)30 ; l’humanisme est « une force qui crée une communauté spirituelle au-dessus de ce qui divise les hommes et les peuples. Les humanités sont par elles-mêmes un instrument moral et spirituel de paix entre les hommes » (Capek)31. Selon l’idéologie optimiste des Lumières, les différences culturelles entre les hommes sont donc transcendées par des valeurs universelles véhiculées par l’humanisme – qui est le souci de placer l’être humain au centre de toutes les préoccupations –, qui travaillent au rapprochement des élites cultivées. Mais, précisément, ces élites – les intellectuels – ont pour mission de diffuser la culture, donc l’humanisme et les valeurs universelles, auprès des masses pour que ces dernières soient à leur tour converties à l’idée qu’il existe plus de points communs que de différences entre les peuples et que toute guerre est donc une forme de suicide du genre humain : « il faut nous [les intellectuels] défendre d’une espèce de sentiment d’aristocrates ou de mandarins » et diffuser la culture partout (Romains)32 ; « l’élite périt si elle s’isole et devient ésotérique » si elle se coupe des masses et elle doit donc « se vouer à la vulgarisation » (Langevin)33 ; « si la Société des Nations se heurte à de graves difficultés politiques, il faut la soutenir par tous les moyens de la culture. Il faut que ce qu’on nomme les élites sortent des tours d’ivoire dans lesquelles elles se sont enfermées et entreprennent l’éducation de (...) l’opinion publique » (Capek)34. Les intellectuels doivent donc s’engager politiquement pour défendre leurs propres valeurs qui se confondent avec celles de toute l’humanité.

  • 35 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 62.
  • 36 L’IICI, L’esprit, l’éthique et la guerre, 1934, p. 60.
  • 37 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 239.
  • 38 L’IICI, Vers un nouvel humanisme, 1937, p. 207.
  • 39 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 36 et 41.
  • 40 Ibid., p. 197.
  • 41 Ibid., p. 151.
  • 42 Ibid., p. 173.
  • 43 Ibid., p. 46.

39Cet engagement des intellectuels a quatre objectifs principaux. Il faut d’abord combattre le nationalisme, « caricature du vrai patriotisme » (Huizinga)35 et « cause primordiale de la guerre » (A. Huxley)36, que contredit la solidarité croissante entre les nations, qui « n’ont pas plus d’indépendance que la main n’en a par rapport au bras ou au coude » (Madariaga)37. Dans l’Europe des années trente, dont l’unité culturelle est menacée par la montée des nationalismes de toutes sortes (politiques, économiques, biologiques), les intellectuels tirent la sonnette d’alarme et s’engagent clairement pour les valeurs de solidarité et d’unité contre la propagande de haine et de division des dictatures. Mais les intellectuels visent aussi des objectifs positifs, le premier d’entre eux étant de travailler à créer une conscience européenne grâce à l’humanisme, qui permet de lutter contre le nationalisme en consolidant la communauté spirituelle de l’Europe (Halecki)38. Les intellectuels européens déplorent en effet le déficit affectif de l’idée d’Europe, qui reste encore trop abstraite et limitée aux seuls intellectuels : si « l’avenir de l’Europe dépend d’une compréhension mutuelle, d’une coopération effective et d’une unité spirituelle de ses élites » et s’il existe un « Esprit européen » – c’est-à-dire l’existence de valeurs communes au Vieux Continent –, le Portugais Dantas39 constate qu’il n’existe pas de « Conscience européenne » – c’est-à-dire de sentiment, partagé par la masse, d’une communauté de destin – et le Danois Broendal estime que « pour faire naître un véritable patriotisme européen »« il faudrait une mystique »40. Ces propos – qui renvoient aux difficultés de l’Union européenne de la fin du XXe siècle à susciter une adhésion des peuples l’empêchant d’être une construction purement technique et désincarnée –, montrent que les intellectuels, si prompts à justifier leurs positions par des arguments rationels, savent aussi la nécessité de faire la part à l’émotion, tout en se gardant évidemment de tomber dans l’exaltation des forces vitales que pratiquent les régimes totalitaires. Les remèdes à cette conscience européenne défaillante peuvent être intellectuels – l’enseignement du patrimoine artistique européen (Focillon)41 ou la conversion des élites car, « si l’âme des élites devient européenne, l’Europe existera, car de tout temps les masses ont agi et réagi par fermentation des esprits d’élites » (Madariaga)42 – ou politiques, car « le véritable esprit européen ne se créera pas avant (...) qu’un certain degré de l’unification des régimes intérieurs des grands États européens ne soit atteint » (Bénès)43.

  • 44 L’IICI, Pour une société des esprits, 1933, p. 75-80.
  • 45 L’IICI, Pourquoi la guerre ?, 1933, p. 39-40.

40Cette question, au delà de son aspect théorique – la culture est-elle le nécessaire fondement ou l’inévitable produit d’une construction politique, nationale ou, plus encore, supranationale ? –, amène les intellectuels à envisager un moyen plus ambitieux – ébauché par la création de la SDN – pour assurer la paix dans le monde au nom des valeurs universelles dont ils se réclament : l’institution d’un gouvernement supranational doté d’une force armée et suscitant une adhésion affective. L’actualité de cet objectif – qu’on songe à la relative impuissance de l’ONU et au peu de considération qui lui est portée après cinquante ans d’existence – montre encore une fois que les intellectuels européens ne sont pas de doux rêveurs mais sont bien des hommes de leur temps enracinés dans les réalités de plus en plus sombres du continent européen. Déplorant l’essor des armes de destruction qui aboutit à ce que « les nations peuvent aujourd’hui se saccager et se détruire mutuellement à un degré jusqu’alors insoupçonné », Murray44 estime que le péril pourrait être écarté « s’il existait un gouvernement mondial, ou si un organisme semblable au Conseil de la Société des Nations avait un pouvoir exécutif réel. Mais, en fait, cet organisme international est défié et contrarié par les organismes nationaux » : « la collectivité des nations perçoit ce qui convient à l’intérêt général mais cette collectivité n’a aucun pouvoir d’action. Car l’action de chacune d’entre elles dépend de son parlement ou de son gouvernement, qui ne songe qu’à son intérêt particulier et immédiat », de sorte que, « tandis que le monde civilisé s’unifie chaque jour davantage, cette unité n’a pas d’organe de gouvernement ». L’incapacité de la SDN à imposer son autorité aux États est aussi soulignée par Freud45 : « il n’est possible d’éviter à coup sûr les guerres que si les hommes s’entendent pour instituer une puissance centrale aux arrêts de laquelle on s’en remet dans tous les conflits d’intérêt. En pareil cas, deux nécessités s’imposent au même titre : celle de créer une semblable instance suprême et celle de la doter de la force appropriée. Sans la seconde, la première n’est d’aucune utilité. Or la Société des Nations a été conçue comme autorité suprême de ce genre, mais la deuxième condition n’est pas remplie. La Société des Nations ne dispose pas d’une force à elle et ne peut en obtenir que si les membres de la nouvelle association – les différents États – la lui concèdent ».

  • 46 Ibid., p. 15-16.
  • 47 Ibid., p. 33 et 41.
  • 48 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 41.
  • 49 L’IICI, La formation de l’homme moderne, 1936, p. 130.

41Ce constat, largement dû à la montée des égoïsmes nationaux et à l’affaiblissement puis la faillite parallèles de la SDN dans les années trente, reste actuel : en cette fin de XXe siècle, à l’heure de la mondialisation technico – économique, on attend toujours la mise en place d’une organisation internationale supranationale dotée de pouvoirs contraignants – ce que n’est pas l’ONU – qui soit en mesure d’imposer ses décisions aux États, dont les intérêts politiques et stratégiques sont souvent divergents alors même qu’ils sont confrontés de plus en plus à des problèmes identiques (prolifération nucléaire, terrorisme, pollution, etc.). Car la solution passe bien par l’abandon par les États d’une partie de leur souveraineté politique au profit d’une organisation internationale censée défendre les intérêts de l’humanité tout entière, comme le suggèrent Murray et surtout Einstein46 : « Nous sommes actuellement fort loin d’une organisation supra-étatiste qui soit capable de conférer à son tribunal une autorité inattaquable et de garantir la soumission absolue à l’exécution de ses sentences » : « la voie qui mène à la sécurité internationale impose aux États l’abandon sans condition d’une partie de leur liberté d’action, en d’autres termes de leur souveraineté ». Mais, de même qu’il faut susciter la formation d’une conscience européenne pour assurer l’adhésion des masses à l’idée d’Europe, de même il faut que la SDN soit porteuse d’une véritable identité collective des nations et crée une sorte de patriotisme international qui soit le pendant affectif des valeurs universelles qu’elle défend : « il faut susciter des attaches d’ordre sentimental » pour fonder la force de la collectivité des nations (Freud)47 ; « je reproche à la Société des Nations d’être une œuvre trop purement administrative, raisonnable et tranquille, d’être trop exclusivement une œuvre de sagesse bureaucratique. Je voudrais que l’on fît pour elle des manifestations populaires et passionantes qui remuent les foules » (Romains)48 ; « l’échec de la Société des Nations (...) pour créer une ambiance internationale de paix et de collaboration est dû à ce que les efforts faits dans ce sens l’ont été sur l’intelligence, parce qu’on a abandonné le plan des symboles et des mythes » (Madariaga)49.

  • 50 L’IICI, Pour une société des esprits, 1933, p. 108.
  • 51 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 232-233.

42Si les intellectuels européens comprennent qu’il est nécessaire de développer la dimension affective de la SDN, comme d’ailleurs de toute construction qui essaie de rapprocher les hommes et de défendre des valeurs universelles, ils ne tombent pas pour autant dans l’éloge du fanatisme, pratiqué au même moment par les régimes totalitaires soucieux d’assurer l’adhésion des masses à un homme et à l’idéologie qu’il incarne. Bien au contraire, l’enthousiasme populaire que doit susciter la SDN doit avoir un but, mais aussi un fondement, bien raisonnable (au sens des Lumières), à savoir l’affirmation des droits de l’homme : il faudrait « établir un Code simple et court de principes universels sur l’homme, qui serait explicitement reconnu comme obligatoire pour tous et partout et qui, enseigné dans les écoles, deviendrait la base d’une morale nouvelle » et qui « donnerait à l’humanité une loi commune, une solidarité et, en quelque sorte, une consanguinité morale faisant de la race humaine comme une vaste famille » (Madariaga)50 ; « on pourrait établir les « Droits de l’homme international », un code de droit imprescriptible de l’humanité comme telle, qui ne pourrait être foulé aux pieds par aucun pouvoir » (Morente)51. Ainsi, au moment même où en Italie et en Allemagne triomphent des idéologies nationalistes et racistes qui proclament l’inégalité intrinsèque des peuples et piétinent ainsi l’humanisme des Lumières, les intellectuels européens disent leur croyance en l’unité organique de l’humanité et en l’existence de valeurs universelles : ils préfigurent ainsi la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée en décembre 1948 mais aussi la création de notions juridiques nouvelles en 1945 — comme celle de « crime contre l’humanité » – que la barbarie nazie rendra nécessaire et justifient donc la position d’éclaireurs des sociétés humaines qu’ils s’accordent.

  • 52 Ibid., p. 174.
  • 53 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 18 et 30.
  • 54 L’IICI : L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 209 ; La formation de l’homme moderne, 1936, p. 98

43Pourtant, les prises de position contenues dans les « Entretiens » et la « Correspondance », pour fortes et lucides qu’elles soient, sont quelque peu atténuées par trois éléments. En premier lieu, l’impact de ces discussions est limité au cercle très étroit de leurs participants ou des lecteurs des publications qui en sont tirées. Ensuite, les intellectuels européens ne sont pas unanimes : sur tous les sujets, les intellectuels allemands – excepté Thomas Mann – et italiens répandent des idées inspirées de l’idéologie fasciste et nazie. L’Autrichien Strzygowski52 ne croit pas que les cultures nationales puissent se fondre dans une culture universelle et oppose de façon radicale une culture indo-aryenne des peuples du Nord à une culture méditerranéenne. L’Allemand Keyserling53 fait l’éloge des « élans vitaux, impulsions primitives généreuses », et prend le contre-pied total du rationalisme humaniste : « les premières manifestations de l’Esprit (...) sont le Courage et la Foi, et non pas l’Intelligence » ; « la renaissance de la foi aveugle est (...) un signe certain de rajeunissement et, par conséquent, d’accroissement de vitalité » ; les intellectuels ne doivent pas s’opposer aux peuples et, « si les peuples préfèrent à un certain moment un régime autoritaire à un régime libéral, on n’a qu’à s’incliner ». L’Italien Coppola54 développe lui aussi une pensée antilibérale favorable au culte du chef : « c’est un acte de liberté (...) que de reconnaître comme chef quelqu’un qui, à un certain moment de l’histoire, représente ce qui est le désir, le besoin, la poussée vitale d’un certain peuple » ; « l’élite (...), les hommes qui possèdent une personnalité très forte (...) élaboreront pour l’avenir les nouvelles formes et l’évolution de la culture qui descendra ensuite dans les masses. Mais il faut dans la multitude une discipline, une possibilité d’unité d’action ».

  • 55 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 208.
  • 56 Ibid., p. 32.
  • 57 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 235.
  • 58 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 184-185.
  • 59 L’IICI, La formation de l’homme moderne, 1936, p. 199.

44Intellectuels allemands et italiens font de la nation la cellule de base de l’humanité et insistent sur l’inégalité « des hommes et des peuples au point de vue politique et social » (Coppola)55, refusant de reconnaître ainsi l’existence de valeurs universelles : « sur le plan politique il n’y a pas d’humanité, mais des nations en lutte » (Keyserling)56 qui sont « les unités biologiques, irréductibles de la Société humaine » (Severi)57. Dans ces conditions, ils s’opposent à une Europe de la culture dans laquelle les spécificités nationales se dilueraient : « l’unification de l’Europe ne se fera pas par le moyen de l’éducation », « c’est la force qui obligera les nations européennes à se solidariser : c’est la révolte de l’Asie et de l’Afrique, celle de l’Islam et du monde jaune (...) ; c’est le danger soviétique (...) ; c’est la pression américaine » (Coppola)58. Cette vision d’une Europe assiégée par les populations non blanches ou contaminées par les virus internationalistes (communisme ou capitalisme) explique l’hostilité à toute organisation internationale comme la SDN, porteuse d’une « universalité abstraite » (Orestano)59 que contredit le caractère palpable et incontournable du fait national. Ainsi, malgré le ton souvent feutré des « Entretiens » et de la « Correspondance », des lignes de fracture apparaissent nettement au sein de la communauté intellectuelle européenne, qui reproduisent celles observées au même moment entre les régimes politiques européens. Mais – et c’est la troisième nuance à apporter à l’impact des discussions – la mentalité de combat de certains participants (Jules Romains ou Aldous Huxley), se heurte à la volonté d’apolitisme affichée par les responsables de l’OCI qui, après avoir essuyé une forte tempête en 1930 – qui a failli coûté la vie à l’IICI –, misent sur l’abstention politique pour atteindre l’universalité, gage de succès, au moment où la SDN doit relever le défi d’une désaffection croissante.

Notes

1 L’IICI (1925-1946), p. 115-599/ Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 112-244/ UNESCO, Cici : A.28.1926.XII (annexes III et IV) et A.35.1927.XII (annexe III), b. 494 et 509 ; A.28.1928.XII (annexe 3) et A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509 ; A.21.1930.XII (appendice 6), A.23.1931.XII (appendice 4) et A.11.1932.XII (appendice 4), b. 496 et 510 ; A.14.1933.XII (appendice 8), b. 497 et 510 ; C.339.M.156.1934.XII (appendice 5), C.290.M.154.1935.XII (appendice 6) et C.328.M.205.1936.XII (appendice 8), b. 503 ; C.327.M.220.1937.XII (appendice 6), b. 503 et 510 ; C.253.M.150.1938.XII (appendice 5) et C.231.M.153.1939.XII (appendice 1), b. 504 et 510. Sauf indication, les citations proviennent de ces documents.

2 H. BONNET, « L’œuvre de l’IICI », Recueil des cours de l’Académie de droit international, 1938, p. 487-492 / UNESCO, Cici, A.23.1931.XII, b. 496.

3 UNESCO, Cici, A.103.1924.XII, b. 493.

4 UNESCO, Cici, A.83.1925.XII, b. 493.

5 UNESCO, Cici, A.107.1925.XII, b. 493.

6 UNESCO, Cici : C.98 (2).1926.XII et C.87.M.43.1926.XII, b. 499 et 501 ; A.45.1926.XII [C.490.1926.XII] et A.107.1926.XII, b. 494 / 7e Ass. SDN, 15e séance, 24 septembre 1926.

7 UNESCO, Cici, A.35.1927.XII (et annexe I), b. 494 et 509.

8 UNESCO, Cici, C.424.M.157.1927.XII, b. 501.

9 L’IICI (1925-1946), p. 561-582.

10 UNESCO, Cici : A.44.1927.XII [C.418(I).1927.XII], A.63.1927.XII et A.103.1927.XII, b. 494 ; A.28.1928.XII (annexe 1) et A.20.1929.XII, b. 495 et 509.

11 UNESCO, Iici, B.V.9, b. 76.

12 UNESCO, Cici, C.485.M.326.1937.XII, b. 503.

13 UNESCO, Cici : C.399(a).M.252(a).1936.XII, b. 503 ; C.327.M.220.1937.XII (appendices 5 et 13), b. 503 et 510.

14 UNESCO, Iici, A.I.19 (note du 23 mai 1938), b. 4.

15 UNESCO, Cici, C.185(1).1938.XII, b. 499.

16 UNESCO, Cici, C.471.M.201.1931.XII (annexe 15), b. 502.

17 UNESCO, Cici, C.327.M.220.1937.XII (appendice 4), b. 503 et 510.

18 Cf. supra, p. 120-132.

19 UNESCO, Cici, A.28.1926.XII (annexe I), b. 494 et 509.

20 UNESCO, Cici, C.327.M.220.1937.XII (appendice 11), b. 503 et 510.

21 UNESCO, Cici, C.253.M.150.1938.XII (appendice 2), b. 504 et 510.

22 UNESCO, Cici, C.231.M.153.1939.XII (sous-appendice), b. 504 et 510.

23 UNESCO, Cici, CICI.228, b. 574.

24 UNESCO : Iici, B.IV.9 (corresp., octobre 1924-janvier 1926), b. 71 ; Cici, C.77.1926.XII [CICI 170], b. 499 et 509.

25 UNESCO : Iici : B.IV.17 (lettre de Maurette à Oprescu, 21 mai 1925), b. 72 ; A.I.18 (corresp. de Luchaire et Thomas, 24 octobre et 5 novembre 1925), b. 3 ; Cici : C.424.M.157.1927.XII (et annexe 4), b. 501 ; CD.8e et 9e sessions, 30 janvier et 26 mars 1927, b. 600 ; CICI.185, b. 572 ; C.311.1927.XII, b. 499.

26 SDN, R 3995.

27 L’IICI, Recueil des accords intellectuels, Paris, 1938.

28 L’IICI, Entretiens sur Goethe, 1932, p. 77.

29 L’IICI, Pourquoi la guerre ?, 1933, p. 63.

30 L’IICI, Vers un nouvel humanisme, 1937, p. 54.

31 Ibid., p. 225.

32 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 36.

33 Ibid., p. 165.

34 L’IICI, La formation de l’homme moderne, 1936, p. 175-176.

35 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 62.

36 L’IICI, L’esprit, l’éthique et la guerre, 1934, p. 60.

37 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 239.

38 L’IICI, Vers un nouvel humanisme, 1937, p. 207.

39 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 36 et 41.

40 Ibid., p. 197.

41 Ibid., p. 151.

42 Ibid., p. 173.

43 Ibid., p. 46.

44 L’IICI, Pour une société des esprits, 1933, p. 75-80.

45 L’IICI, Pourquoi la guerre ?, 1933, p. 39-40.

46 Ibid., p. 15-16.

47 Ibid., p. 33 et 41.

48 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 41.

49 L’IICI, La formation de l’homme moderne, 1936, p. 130.

50 L’IICI, Pour une société des esprits, 1933, p. 108.

51 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 232-233.

52 Ibid., p. 174.

53 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 18 et 30.

54 L’IICI : L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 209 ; La formation de l’homme moderne, 1936, p. 98.

55 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 208.

56 Ibid., p. 32.

57 L’IICI, L’avenir de la culture, 1933, p. 235.

58 L’IICI, L’avenir de l’esprit européen, 1934, p. 184-185.

59 L’IICI, La formation de l’homme moderne, 1936, p. 199.

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search