Version classiqueVersion mobile

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Deuxième partie. Le fonctionnement de l’IICI : un rayonnement certain mais laborieux

Chapitre VII. Des partenaires nombreux et variés

Texte intégral

1Malgré ses problèmes matériels, l’IICI réussit à nouer des relations, inégalement étoffées mais croissantes, avec les grands partenaires de la coopération intellectuelle internationale : les États, les associations et les commissions nationales.

La difficile coopération avec les États

  • 1 UNESCO, Iici : A.I.13 à 143, b. 3 à 14 ; A.XI.1 à 73, b. 63 à 66.

2Souhaitant faire rayonner l’IICI, Luchaire use de tous les moyens pour accroître la participation des États1 à son action – voyages à l’étranger, services nationaux à l’Institut, projet d’une Galerie des Nations, délégués d’État – alors que Bonnet, adoptant un profil plus modeste, s’appuie essentiellement sur ces derniers.

Les voyages du directeur à l’étranger

  • 2 UNESCO, Cici, CD.10e session, 30 mai 1927, b. 600.
  • 3 UNESCO, Iici, A.I.12 (lettre de Luchaire à de Castro, 29 juillet 1927), b. 2.
  • 4 UNESCO, Iici, A.I.16 (lettre de Luchaire à Murray, 19 février 1929), b. 3.

3Voulant faire de l’Institut un centre intellectuel ayant un rayonnement mondial, Luchaire entreprend très tôt des voyages pour le faire connaître, notamment à partir de 1927, estimant « qu’après s’être appliqué à construire la Maison de l’intérieur il convenait de continuer à la construire de l’extérieur par des séries de voyages à l’étranger »2, d’autant que « la visite d’un envoyé de la Coopération intellectuelle organisée avec quelque solennité est très appréciée par les milieux intellectuels et peut servir même à des intérêts nationaux dans chaque pays. De plus, pour les pays qui ne font pas partie de la [SDN] ou qui ont quelques difficultés avec elle, la Coopération intellectuelle est un excellent terrain de rapprochement »3. Les voyages de Luchaire sont cependant aussi déterminés par le désir d’obtenir des subventions ou de remercier pour celles accordées : de tous les pays visités par Luchaire, l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont les seuls à ne pas en avoir versé. La plupart de ces voyages sont entrepris en 1927 et 1928 ; on ne compte qu’un voyage en 1929 – au Brésil – et aucun en 1930 : de fait, les critiques qui se développent contre l’Institut et sa gestion à partir de 1928 empêchent Luchaire de s’absenter. Les pays européens sont d’ailleurs la destination privilégiée du directeur de l’Institut, pour des raisons techniques et politiques – le cœur de la coopération intellectuelle bat en Europe – et matérielles – les voyages sont coûteux pour un Institut dont le budget est déficitaire et qui demande une aide financière aux organisateurs de certains congrès qui se tiennent hors de France4 .

  • 5 UNESCO : Cici, CD.12e session, 31 janvier 1928, b. 601 ; Iici, A.XI.23, b. 64.
  • 6 UNESCO : Cici, CD.5e, 10e et 14e sessions, 21 mai 1926, 30 mai 1927 et 25 mai 1928, b. 600 et 601 ; (...)

4Les seuls pays extra-européens visités par Luchaire sont l’Égypte, à la fin de 1927, et le Brésil, en novembre 19295 : en Égypte, il trouve « un accueil excellent et des dispositions si favorables qu’il a pu amener le Gouvernement égyptien à décider son adhésion à la CICI, à envisager la nomination d’un délégué » (en juillet 1928) « et à inscrire à son budget une subvention annuelle » (versée en février 1929) ; au Brésil, il confirme les bonnes relations entretenues avec un État qui, bien qu’ayant quitté la SDN en 1926, continue cependant à participer activement à l’Institut. Mais Luchaire se déplace surtout en Europe6. Il se rend évidemment dans les pays voisins de la France, souvent francophiles ou même francophones, dont certains subventionnent l’Institut : aux Pays-Bas et en Suisse en 1927, au Danemark en 1928, et surtout en Italie au début de 1927, où il trouve auprès de Mussolini « l’accueil le plus cordial », et en mai 1928. Il va aussi à plusieurs reprises en Europe centrale et orientale : en Autriche et en Tchécoslovaquie dès avril-mai 1926, en Yougoslavie et en Hongrie en juin 1927. Ces nouveaux États ont connu des problèmes économiques graves – la CICI a lancé ses premiers appels auprès des États en faveur de l’Autriche et de la Hongrie – et attendent beaucoup de l’OCI, mais ils sont aussi stratégiquement importants : se rendre en Autriche permet à Luchaire de « montrer tout l’intérêt qu’il porte à la vie intellectuelle des pays de culture germanique » tandis que le voyage dans la francophile Tchécoslovaquie vient renforcer la collaboration politique et militaire franco-tchécoslovaque. Luchaire maintient ainsi un savant équilibre dans ses déplacements pour ne vexer personne, ne pas passer pour l’ambassadeur déguisé de la culture française et garantir la neutralité de l’IICI.

  • 7 UNESCO, Cici, A.23.1931.XII (appendice 4), b. 496.

5Le profil plus modeste adopté par l’IICI après la réforme de 1930 apparaît dans le fait que la part des dépenses liées aux voyages ne représente plus en moyenne que 6 % du budget global entre 1931 et 1939 – contre 16,8 % entre 1926 et 1930 – et que Bonnet se déplace moins que Luchaire, ses deux seuls grands voyages concernant la Chine et l’Amérique latine. Ce plus grand intérêt porté aux États extra-européens, souhaité par Bonnet dès 1931 – « l’Institut s’efforcera (...) de développer encore les relations avec les pays lointains »7 –, tient au souci d’élargir les assises géographiques de l’Institut pour accentuer son caractère universel et à la nécessité de compenser la passivité des grandes puissances européennes.

Les services nationaux

  • 8 UNESCO, Cici, A.28.1926.XII (annexe III), b. 494 et 509.
  • 9 UNESCO, Iici, A.XI.23 (lettre de Luchaire, 12 octobre 1927), b. 64.
  • 10 MAE, Sdn 169 (personnel IICI, 1er avril 1927)/ SDN, R 2195 (fonctionnaires de l’IICI, décembre 1928 (...)

6Entre 1926 et 1929, l’IICI comporte des services nationaux, qui sont des « services d’études se rapportant respectivement à chaque nation, chacun de ces services se trouvant, naturellement, appuyé par le délégué de l’État en question et par la Commission nationale du même pays, et chacun entretenu grâce à une partie de la subvention accordée à l’Institut par chaque État »8 : « chacun de ces services étudie méthodiquement la production intellectuelle du Pays dont il a la charge, recueille ses initiatives les plus intéressantes pour les faire connaître dans les autres Pays, entretient une correspondance suivie avec les institutions et les personnalités les plus marquantes du Pays, les tient au courant de ce qui peut les intéresser particulièrement dans l’œuvre de la Coopération intellectuelle »9. C’est en 1928 que ces services nationaux ont le plus d’ampleur10, occupant 16 fonctionnaires (contre 4 en 1927) qui ont en charge 18 pays (dont les deux tiers en Europe).

  • 11 UNESCO, Cici : CA.6e session, 29 juillet 1929, b. 590 ; C.342.M.121.1929.XII, b. 502.
  • 12 Cf. infra, p. 271-272.

7Mais les services nationaux sont supprimés en juillet 1929 : le Conseil d’administration de l’IICI veut faire des économies pour alimenter un fonds de roulement et plusieurs membres de la CICI les critiquent11. Melle Bonnevie et Marie Curie veulent défendre l’apolitisme et la neutralité de l’Institut : la première, qui reprend les arguments utilisés à propos des délégués d’État12, estime que « le fait que des pays donnent des subventions en vue d’avoir un service spécial constitue un danger et compromet le caractère international de l’Institut en permettant auxdits États d’exercer une influence plus grande qu’il ne conviendrait » ; la seconde remarque que « ces services nationaux étant en partie subventionnés de l’extérieur, il y a là un avantage pour les pays les plus puissants qui peuvent ainsi acquérir dans l’Institut une importance prépondérante. Ce n’est pas un système démocratique. Il faut, le plus possible, à l’Institut, effacer tout séparatisme entre les pays, et développer leur collaboration ». Reynold et Casares ne comprennent pas « l’utilité de ces services nationaux », qui leur semblent faire double emploi avec les commissions nationales et les délégués d’État et qui contribuent à « l’extension du caractère bureaucratique de l’Institut ». Luchaire, qui estime impossible « d’envisager un développement sérieux de l’activité de l’Institut sans avoir préalablement créé un réseau de relations très étendu avec les pays », est isolé : il assure qu’« il n’y a pas de rapport entre une subvention et la nomination d’un fonctionnaire chargé d’un service spécial » et qu’« il n’y a pas d’influences nationales au sein de l’Institut », ajoutant que, « quel que soit le mode de rétribution des fonctionnaires des services nationaux, ceux-ci sont sous l’autorité du Directeur et les subventions données par des États ou des particuliers sont inscrites au budget général ». La question est finalement renvoyée devant le Comité d’étude que la CICI vient juste de créer. En dernier ressort, l’opposition de la CICI à l’existence des services nationaux fait partie du vaste fleuve de critiques qui atteint l’Institut à partir de 1928 et qui porte notamment sur son caractère trop bureaucratique et sur sa trop grande autonomie vis-à-vis de la Commission, particulièrement visible dans le domaine des relations avec les États puisque, si l’Institut peut entretenir des contacts directs avec eux, la Commission doit, elle, passer par le Conseil de la SDN : la reprise en main de l’IICI par la CICI exige donc de renforcer le contrôle de celle-ci sur les relations de celui-là.

Le projet d’une Galerie des Nations

  • 13 UNESCO, Iici, A.IV.24 (lettres de Luchaire à de Monzie, 28 novembre 1925, et aux délégués d’État, j (...)

8Dès novembre 1925, Luchaire essaie par un autre moyen de susciter envers l’IICI l’intérêt des États13 : l’installation d’une Galerie des Nations au Palais-Royal. Luchaire conçoit en effet « le projet d’organiser auprès de l’Institut (...) une série de centres d’études et d’information consacrés à la vie intellectuelle de chaque pays séparément, les ressources nécessaires au fonctionnement de chacun de ces centres devant être assurées par les pays eux-mêmes qui se trouveraient ainsi contribuer à la marche générale de notre Institut, tout en se procurant le bénéfice de posséder à Paris un centre de représentation et de rayonnement pour leur activité ». Ces centres seraient installés dans la Galerie d’Orléans, où il y a « l’espace suffisant pour que chaque nation puisse y déposer les photographies, les fiches, les échantillons, de sa production en livres, cartes, etc. », et « présenterait donc à la fois le caractère d’un bureau et celui d’un magasin d’exposition ayant vitrines dans le centre de Paris ». Le projet de Luchaire n’est pas inspiré seulement par le désir d’assurer à l’Institut le maximum de renommée et de conforter ainsi le rôle de Paris comme capitale mondiale de l’intelligence – avec tout le profit que la France pourra retirer de cette situation – mais répond aussi à deux autres préoccupations : d’une part, trouver des ressources supplémentaires dans le plus grand nombre possible de pays, pour renforcer l’indépendance de l’Institut à l’égard de la France, dont le Parlement (et notamment le Sénat) a ratifié l’offre du gouvernement de créer l’IICI et voté la subvention de 2 millions de francs avec de sérieuses réticences et dans un contexte financier moins mauvais qu’en novembre 1925 – la livre sterling franchit la barre des 100 francs au printemps 1925 mais atteint 145 francs en décembre 1925 – ; d’autre part, donner à l’Institut des ressources stables et régulières lui permettant de poursuivre ses travaux dans de bonnes conditions et de jouer pleinement son rôle diplomatique. À cet égard, le projet de Luchaire symbolise toute l’histoire de l’IICI. Il révèle aussi les deux obstacles auxquels sa politique ambitieuse s’est heurtée : la mauvaise volonté des administrations françaises et la méfiance de la CICI.

  • 14 UNESCO, Cici, C.462.M.181.1926.XII, b. 501.

9Dès la réunion de la CICI en juillet 192614, Luchaire doit même d’abord affronter les critiques de Lafontaine et Otlet, qui revendiquent la paternité du projet, qu’ils veulent réaliser au Palais Mondial de Bruxelles, et qui rappellent que la SDN n’a accepté la création de l’IICI qu’à la condition que ce dernier n’empiète pas sur le travail des associations internationales existantes. Les deux hommes craignent d’être de nouveau dépossédés d’un de leurs projets par la France, après que l’UAI, qui espérait être l’organe de coopération intellectuelle de la SDN, a dû s’effacer devant l’IICI. Luchaire pare le coup en insistant sur le caractère « très modeste » de son projet, ne pouvant évidemment avouer à la CICI, comme il le souligne aux administrations françaises, qu’il espère renforcer le rôle de Paris comme centre intellectuel de premier ordre, et la CICI écarte finalement les critiques de l’UAI.

  • 15 UNESCO, Iici, A.IV.24 (lettres de Luchaire à l’ambassadeur de Suisse en France et à Roland-Marcel, (...)
  • 16 UNESCO, Iici : A.IV.24 (corresp. de Luchaire, mai-décembre 1926), b. 32 ; A.IV.23 (réunion du 27 oc (...)

10Au début de 1926, Luchaire négocie donc avec l’administration française la concession des locaux nécessaires, en soulignant l’intérêt manifesté par « un certain nombre d’ambassadeurs et de Ministres accrédités à Paris » et par les délégués d’État, qui ont approuvé le projet « à l’unanimité » (en mars et en mai), mais aussi le profit que la France retirerait de la création « au centre de Paris »« d’un Centre de représentation intellectuelle absolument unique dans le monde entier »15 . Les démarches de Luchaire sont finalement couronnées de succès puisque la commission du Domaine national émet un avis favorable pour l’attribution des locaux de la Galerie d’Orléans à l’IICI, sans que pour autant ce dernier puisse en prendre possession du fait de leur occupation par le ministère des Colonies. Dès lors, entre mai et décembre 1926, Luchaire fait feu de tout bois et alerte successivement le Quai d’Orsay, François-Albert, la presse et même le président de la République après qu’une réunion, tenue le 27 octobre et rassemblant, autour de Luchaire et Painlevé, des représentants du Quai d’Orsay et du ministère de l’Instruction publique, a suggéré que la question soit évoquée lors d’un conseil de cabinet16.

  • 17 UNESCO, Iici, A.IV.24 (lettres de Monier et de l’agence des Colonies à Luchaire, 31 janvier et 9 fé (...)
  • 18 UNESCO, Cici, CD.10e session, 30 mai 1927, b. 600.
  • 19 UNESCO, Iici, A.IV.24, b. 32.
  • 20 Cf. infra, p. 276-279.

11Malgré les promesses faites au début de 1927 par le ministère des Colonies et par Poincaré lui-même, alors président du Conseil17, l’IICI ne peut toujours pas disposer des locaux qu’il convoite : en mai 1927, son Comité de direction charge donc Painlevé, son président, d’« intervenir pour hâter dans la mesure du possible l’évacuation de la Galerie d’Orléans »18, cependant qu’en juillet Luchaire informe les délégués d’État que « les pourparlers (...) poursuivis sur cette affaire avec les Administrations françaises sont arrivées au point où [il] ne [peut] les pousser plus avant, sans avoir de la part des États les engagements qui [lui] permettraient de provoquer une décision »19 . Ainsi, le directeur français de l’IICI, installé à Paris précisément pour avantager le pays hôte, est obligé de demander l’aide des autres États contre sa propre administration : comme en ce qui concerne l’hospitalité donnée aux associations internationales20, Luchaire n’est pas soutenu par les autorités françaises, attachées à une vision hexagonale de la politique culturelle.

  • 21 UNESCO, Cici, CA.5e session, 22 juillet 1927, b. 596.

12Et ce n’est pas auprès de la CICI que Luchaire peut espérer trouver un appui, puisqu’il doit affronter l’opposition à son projet de certains membres du Conseil d’administration de l’IICI réuni en juillet 192721, qui demandent que la question soit étudiée l’année suivante après un examen approfondi par la CICI, à qui appartient la décision, en invoquant trois types d’arguments. Melle Bonnevie avance surtout des raisons de procédure : reprenant un argument utilisé en juillet 1926 devant la Commission, elle signale d’abord que celle-ci « n’a pas eu la faculté d’étudier ce projet et [qu’] aucune mesure nouvelle ne doit être adoptée en vue de sa réalisation tant qu’[elle] n’aura pas pris position » mais insiste aussi sur le fait que, dans la lettre qu’il a adressée aux délégués en juillet, Luchaire propose que le Conseil d’administration de la Galerie soit formé de délégués gouvernementaux, ce qui ne peut être, car « aucune partie de l’Institut ne doit être soumise au contrôle des délégués des Gouvernements, d’autant plus qu’il est entendu qu’on les considérera comme des observateurs individuels et non pas comme faisant partie d’un corps constitué » ; elle propose donc « qu’on inscrive à l’ordre du jour de la prochaine session de la CICI la question de la Galerie d’Orléans et que, dans l’intervalle, on arrête toutes les démarches entreprises ». Melle Bonnevie veut ainsi réaffirmer la prééminence de la CICI sur l’IICI, qui doit s’en tenir à un rôle d’exécution au lieu de prendre des initiatives dont la Commission n’a même pas eu connaissance, et rappeler la nécessité de conserver à la Commission son indépendance vis-à-vis des États, gage de sa crédibilité, ce qui l’amène à répéter ce qu’elle a dit en juillet 1926 devant le Conseil d’administration à propos des délégués d’État, qui ne doivent être que des observateurs individuels privés de toute compétence pour discuter des questions traitées par la CICI et l’IICI.

13Lorentz, président de la CICI, met en avant des raisons d’ordre financier : estimant sans doute que l’Institut, dont les ressources sont insuffisantes pour mener à bien sa tâche, ne doit pas disperser ses efforts, il pense que « le moment n’est pas venu de s’engager dans une entreprise de ce genre ; l’Institut doit s’efforcer d’obtenir de nouvelles subventions et de telles propositions constitueraient certainement un obstacle » ; il demande donc la suspension de toutes les négociations et propose qu’on reprenne toute cette question à la session de 1928. Marie Curie, enfin, fait appel à un motif politique : estimant, elle aussi, que « rien ne doit être entrepris sans le plein assentiment de la Commission », elle insiste sur la nécessaire neutralité de l’Institut, qui risquerait d’être remise en cause dans la mesure où « la nature de l’exposition de chaque pays, l’esprit dans lequel cette exposition serait conçue, dépendraient entièrement du délégué de cet État et seraient donc, dans certains pays, susceptibles d’être en opposition avec l’esprit de l’Institut ».

14Luchaire se défend en indiquant qu’il n’a pas outrepassé ses attributions puisqu’il a obtenu l’accord du Comité de direction sur cette question en mai 1927, que le projet « n’en est encore qu’à la phase préliminaire » qu’il ne dépassera que si le Conseil d’administration y consent et que sa lettre de juillet aux délégués d’État n’avait que la valeur indicative d’un sondage et non le caractère contraignant d’un engagement. Mais il contre-attaque également en assurant que son projet « peut donner de grands avantages » et en défendant la nécessaire autonomie dont l’IICI doit jouir pour remplir correctement sa tâche – « organe de contact et de coordination, il serait absolument paralysé s’il était mis dans l’impossibilité de tenir des conversations et de faire des enquêtes autour des problèmes posés devant la Commission » –, oubliant cependant que, dans ce cas précis, la CICI ne s’est pas saisie du problème. Luchaire est épaulé par Reynold, Destrée et Rocco, lequel « fait observer que chaque organisme d’exécution possède en même temps certains droits d’initiative qui lui sont indispensables ». Finalement, le Conseil d’administration décide « que le projet relatif à la Galerie d’Orléans sera renvoyé au Comité de Direction qui fera un rapport l’an prochain à la Commission plénière » : le Français Borel prend cependant soin de préciser que « l’on notifiera aux délégués des États que la décision définitive appartient à la Commission » et Oprescu, qui défend la tutelle du Secrétariat de la SDN sur l’IICI et s’inquiète donc de la proposition contenue dans la lettre de Luchaire de juillet de faire de la Galerie un « véritable Office international » administré par l’Institut et dirigé par les délégués d’État, obtient de Luchaire l’engagement qu’il précise à ces derniers que « tel n’est pas l’avis du Conseil d’Administration ». Finalement, ce dernier désavoue Luchaire, dont l’indépendance irrite et dont la position est fragilisée vis-à-vis de son gouvernement.

  • 22 UNESCO : Iici, A.IV.24 (lettre d’Herriot à Appell, 1er août 1927), b. 32 ; Cici, A.35.1927.XII (ann (...)
  • 23 UNESCO, Cici, A.28.1928.XII (annexe 2), b. 495 et 509.
  • 24 MAE, Sdn 1863 (CD.5 1928).
  • 25 UNESCO, Cici, CA.6e session, 29 juillet 1929, b. 590.
  • 26 Cf. supra, p. 77-91.

15De fait, Luchaire n’espère plus récupérer les locaux convoités – confirmés au ministère des Colonies par le gouvernement français – avant « le courant de l’année 1928 », voire « dans un avenir assez éloigné »22. La situation est gelée et, en juillet 1928, le Comité de direction23 se borne à constater qu’« il n’a pas été décidé si la « Galerie d’Orléans » peut être affectée à l’Institut » et que « cette question (...) doit donc être encore ajournée ». Malgré la tentative de Luchaire24 de relier son projet à la question plus générale de l’extension des locaux de l’IICI et de l’hospitalité accordée aux associations internationales, il est définitivement abandonné par le Conseil d’administration en juillet 192925 : Reynold rejoint Melle Bonnevie pour penser que le projet est « sans grand intérêt » et qu’il serait préférable « d’obtenir du Gouvernement français l’affectation de cette Galerie à l’Institut » pour y aménager de nouveaux locaux, position à laquelle doit se rallier Luchaire. Rencontrant des oppositions solides au sein du Conseil d’administration, ne recevant quasiment aucun soutien des autorités françaises et soumis à des critiques de plus en plus nombreuses à partir de 1929, Luchaire doit donc renoncer à son projet de faire de Paris le centre mondial de la collaboration intellectuelle entre les États. Mais, même abandonné, ce projet illustre le conflit de plus en plus ouvert opposant Luchaire à de nombreux membres de la CICI sur la question de savoir quel doit être le degré d’autonomie de l’IICI, dont la place au sein de l’OCI suscite de fortes critiques à partir de 192726.

Les délégués d’État

  • 27 UNESCO : Cici : A.28.1926.XII (annexe V), b. 494 et 509 ; Les travaux de l’IICI pendant l’année 192 (...)

16Des délégués d’État sont institués dès 1925, conformément au Statut organique de l’IICI qui autorise ce dernier à correspondre « directement avec les autorités gouvernementales et administratives chargées, dans les différents pays, de l’examen et de la solution des questions se rattachant à son objet ». Le nombre des délégués27 connaît une forte croissance dans les années vingt – bondissant de 5 en novembre 1925 à 32 en 1926 puis augmentant régulièrement jusqu’à atteindre 44 en mars 1930 –, mais reste stable dans les années trente – culminant à 46 en janvier 1937 avant de redescendre à 45 en 1939. Les 46 États représentés en janvier 1937 sont essentiellement européens et latino-américains : 22 sont en Europe (Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Eire, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, URSS, Yougoslavie), 20 en Amérique (Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa-Rica, Cuba, République dominicaine, Équateur, Guatemala, Haïti, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Salvador, Uruguay, Venezuela), 3 au Proche et Moyen-Orient (Égypte, Iran, Liban) et 1 en Extrême-Orient (Japon). À cette date l’Allemagne n’a plus de délégué mais a été remplacée par l’URSS, tandis qu’en 1938 et 1939 l’arrivée des délégués lituanien et chinois répond au départ des délégués italien, autrichien et espagnol.

  • 28 UNESCO, Iici, A.I.85, b. 9.
  • 29 Cf. supra, p. 119-150.

17Ainsi, en 1939 le nombre des délégués d’État est aussi important que celui les États membres de la SDN, ce qui révèle un intérêt certain des États à se faire représenter auprès de l’IICI, qui tend précisément à avoir un caractère plus mondial qu’européen : de fait, la désignation d’un délégué, dans la mesure où ce dernier est souvent un agent diplomatique en poste à Paris, n’exige aucun frais supplémentaire – alors que plusieurs commissions nationales sont subventionnées par leur État – ni aucun effort d’organisation. On comprend donc mieux que les États extra-européens soient particulièrement bien représentés et soient même plus nombreux que les États européens en 1939 : en particulier, la place très importante prise par les États d’Amérique latine – tous ont un délégué, sauf le Honduras – renvoie au soutien qu’ils ont donné à la France pour organiser la coopération intellectuelle sous l’égide de la SDN ; en revanche, l’absence persistante des États anglo-saxons (mis à part le Canada) – notamment de la Grande-Bretagne et des États-Unis –, renvoie à leur répugnance à s’engager de façon officielle, en vertu d’une conception libérale de l’activité culturelle et par méfiance envers un organisme considéré comme trop français (l’Angleterre) et lié à la SDN (les États-Unis). La présence majoritaire des délégués extra-européens doit cependant beaucoup à l’évolution politique de l’Europe : l’URSS est présente en 1939 à la suite de son adhésion à l’Institut en 1934, elle-même liée au réchauffement des relations diplomatiques avec les démocraties occidentales, mais l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne sont absentes du fait de leur retrait de la SDN (respectivement en 1933, 1937 et 1939), l’Autriche ayant, elle, disparu en tant qu’État indépendant depuis 193828. Le fait que le quart des États qui ont un délégué auprès de l’IICI ne sont pas membres de la SDN – c’est le cas de nombreux États latino-américains – montre bien que, dans les années trente, si la coopération internationale se vide peu à peu de son contenu politique avec la faillite de la sécurité collective, elle affirme cependant de plus en plus son contenu technique29. L’évolution du rôle des délégués aboutit cependant à une plus grande prise en compte des États au sein de l’OCI.

  • 30 UNESCO : Cici, Les travaux de l’Institut pendant l’année 1926, b. 494 ; Iici : A.I.12 (lettre de Lu (...)
  • 31 Cf. supra, p. 210-220 et 266 – 269.
  • 32 UNESCO, Cici : A.28.1926.XII. (annexe II), b. 494 et 509 ; CA.3e session, 29 juillet 1926, b. 548.

18Dès 1926, Luchaire demande aux délégués d’État – réunis à l’Institut quatre fois par an de 1927 à 1929 et deux fois par an à partir de 1930 – d’intervenir auprès de leur gouvernement, « d’une part pour leur mieux faire connaître et apprécier notre travail, d’autre part pour obtenir des autorités publiques (...) les mesures administratives propres à faciliter la Coopération intellectuelle »30 . De fait, Luchaire demande l’appui des délégués pour obtenir que leurs gouvernements accordent une subvention à l’Institut ou soutiennent son projet d’une Galerie des Nations31. Devant l’augmentation du nombre des délégués et la régularité de leurs réunions, les organes dirigeants de la CICI se préoccupent de définir leurs attributions et leur rôle. En juillet 192632, Reynold souligne que « les délégués d’État, dont le rôle, tout individuel, est celui d’agents de liaison, ne sauraient former une seconde [CICI] » et suggère qu’« un petit règlement, ou du moins quelques directives », pour préciser leur rôle et éviter un « double emploi avec celui des commissions nationales », soit élaboré par le Conseil d’administration de l’IICI, qui débat donc de la question. Melle Bonnevie, d’accord avec Reynold, critique la tenue de réunions périodiques des délégués et surtout leur aptitude à prendre des résolutions et même à discuter certaines questions relevant de la Commission : selon elle, les délégués ne sont que des « observateurs. Ils ont le droit d’émettre des suggestions ou de formuler des critiques et ils sont également libres de prendre des initiatives et de soulever eux-mêmes des questions, mais celles-ci ne peuvent être définitivement mises à l’étude que par l’approbation de la Commission » ; de plus, elle rappelle que la CICI est un organe politiquement indépendant des États et se demande « ce qui arriverait au cas où elle n’accepterait pas une résolution adoptée par les délégués des Gouvernements ». Pour Melle Bonnevie, les délégués des États risquent ainsi d’exercer une pression politique sur la CICI et donc d’entamer son impartialité, c’est-à-dire sa crédibilité. Oprescu rappelle que, d’après le règlement intérieur, « le rôle des délégués se borne donc à recueillir des informations et à en fournir, et tout au plus, à soumettre des suggestions. Ils peuvent s’acquitter de leur tâche soit individuellement, soit collectivement, sans d’ailleurs que l’on puisse donner à leurs réunions un caractère officiel ou qu’on leur fournisse un ordre du jour ».

  • 33 UNESCO, Cici : A.28.1928.XII (annexe 2), b. 495 et 509 ; CA.5e session, 28 juillet 1928, b. 590.
  • 34 UNESCO, Cici, A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509.
  • 35 MAE, Sdn 169 (lettre des délégués d’Argentine, du Salvador et d’Uruguay, 29 juin 1927 ; lettres de (...)
  • 36 Cf. supra, p. 233-236.
  • 37 Cf. supra, p. 100-116.

19Le Conseil d’administration tenu en juillet 192833 ayant évoqué la question à peu près dans les mêmes termes, Luchaire est obligé, en juillet 1929, de réviser à la baisse le rôle des délégués : « ils n’ont pas à discuter les problèmes techniques de coopération intellectuelle, réservés à la [CICI] ; ils n’ont pas non plus à approuver les solutions proposées par la [CICI], droit réservé aux délégués de l’Assemblée. Ils ont à examiner, avec l’Institut, le moyen de donner suite aux solutions approuvées, à obtenir l’aide effective de leurs gouvernements respectifs dans chaque cas, à faire connaître à l’Institut les désirs et les observations des gouvernements sur son travail »34 . Ce débat illustre à nouveau l’opposition existant entre Luchaire et la CICI, mécontente de voir l’IICI développer des liens diplomatiques et prendre de plus en plus d’autonomie : par le biais des délégués, l’Institut est en effet en relation directe avec les États, ce qui ne peut manquer d’accroître son rayonnement au détriment de la Commission. D’ailleurs, à la suite d’une démarche effectuée en juin 1927 par certains délégués sud-américains, Luchaire va même jusqu’à demander au Quai d’Orsay, en août 1927 et en juin 1928, d’étendre aux délégués d’État les privilèges diplomatiques reconnus aux fonctionnaires supérieurs de l’Institut35 : les autorités françaises, désireuses de limiter le plus strictement possible le bénéfice des privilèges diplomatiques36, ne répondent pas mais la démarche de Luchaire prouve cependant l’intérêt qu’il porte aux délégués d’État, qui constituent un moyen supplémentaire d’affirmer l’indépendance de l’Institut. De fait, dans sa volonté de rogner cette indépendance, le Comité d’étude chargé de réorganiser l’IICI propose en 1930 la suppression des délégués d’État et Painlevé n’arrache leur maintien qu’à la condition qu’ils n’aient désormais avec l’Institut que des rapports individuels37.

  • 38 UNESCO, Iici, A.I.136 (lettre de Bonnet au président de la Réunion des délégués d’État, 14 novembre (...)
  • 39 UNESCO, Cici, Com. Ex.3e session, 10 avril 1931, b. 543.
  • 40 UNESCO, Iici, A.I.55 (lettre de Bonnet à l’ambassadeur d’Irlande en France, 29 novembre 1934), b. 7
  • 41 UNESCO, Cici : A.23.1931.XII (appendice 4), b. 496 ; A.11.1932.XII (appendice 4), b. 496 et 510 ; A (...)
  • 42 UNESCO, Cici, C.339.M.156.1934.XII (appendice 5), b. 503.
  • 43 UNESCO, Cici, Com. Ex.11e session, 19 décembre 1933, b. 544.

20Pourtant, patiemment, Bonnet va favoriser la réévaluation du rôle des délégués, même si, dans un premier temps, il reste très prudent et annule la réunion qu’ils devaient tenir à la fin de 193038. Et si, en avril 1931, il informe le Comité exécutif que « l’Institut a inauguré un nouveau système de relations suivies avec les délégués d’État (...) en leur faisant régulièrement le service de toutes les publications imprimées » et en leur envoyant « un rapport périodique spécial sur les travaux de la CICI et de l’Institut »39, les délégués sont éclipsés par les commissions nationales, conformément au vœu du Comité d’étude40. Pourtant, Bonnet note leur montée en puissance41 et, en juillet 1934, souligne davantage leur rôle, qui a permis à l’IICI de recueillir « des réponses détaillées à ses enquêtes auprès des administrations et départements ministériels. (...) le contact avec ces représentants lui est, en beaucoup de circonstances, indispensable »42. Il approuve donc la décision prise en décembre 1933 par le Comité exécutif « d’inviter à la session plénière de juillet les délégués d’État, en résidence à Paris, de pays qui ont une commission nationale, mais qu’il serait difficile de convier à cause de leur éloignement »43 , qui montre que les délégués ne font pas double emploi avec les commissions nationales – comme le pensait le Comité d’étude – et qui ouvre la voie à un accroissement de leur rôle.

  • 44 UNESCO, Cici, CICI.16e session, 16 juillet 1934, b. 563.
  • 45 UNESCO, Cici, C.339.M.156.1934.XII (appendice 1), b. 503.

21De fait, lors de la session de la CICI tenue en juillet 1934, Montarroyos, le délégué du Brésil, demande le rétablissement des réunions périodiques des délégués, appuyé par Reynold qui y voit « de grands avantages » : « l’Institut qui a de plus en plus à faire avec les Gouvernements, se trouverait en contact direct avec eux. (...) grâce à ces réunions, on pourrait mettre les États au courant du travail accompli (...). (...) jadis (...) ces réunions avaient eu pour résultat que les subventions à l’Institut avaient fait un bond »44 . La suggestion de Reynold, lequel avait critiqué dès 1926 les réunions périodiques des délégués d’État qui tendaient à rogner les prérogatives de la CICI, s’explique largement par le souci d’intéresser davantage les États à l’œuvre de l’OCI, d’une part parce qu’ils constituent le relais indispensable à l’application des décisions de la CICI, d’autre part parce qu’ils sont susceptibles d’apporter des ressources nouvelles à l’IICI qui en a bien besoin – l’exercice 1933 a été déficitaire ; de plus, Bonnet n’est pas Luchaire, qui avait essayé de renforcer l’autonomie de l’IICI envers la CICI en utilisant le poids diplomatique des délégués, ce qui n’empêche pas Reynold de veiller à encadrer très soigneusement les réunions des délégués qui pourraient avoir lieu en les mettant sous le contrôle du Comité exécutif, qui est l’émanation de la CICI. La suggestion de Reynold est appuyée par Pilotti, secrétaire général adjoint de la SDN chargé de la Coopération intellectuelle, et bien sûr par Montarroyos. Prenant acte de cette discussion, la CICI adopte en juillet 1934 une résolution visant à associer plus étroitement les délégués au travail de l’IICI et confiant aux Comités exécutif et de direction « le soin d’examiner celles des mesures d’ordre pratique qui seraient de nature à favoriser la collaboration dont il s’agit » après avoir recueilli « des suggestions auprès des délégués d’État eux-mêmes »45.

  • 46 UNESCO, Iici, A.I.55 (corresp., octobre-décembre 1934), b. 7.
  • 47 MAE : Sdn 169 (corresp., mai-décembre 1931) et 170 (lettres de Bonnet et du Quai d’Orsay, 20 et 30  (...)
  • 48 MAE, Sdn 1864 (corresp., juin-juillet 1931) / UNESCO, Iici, A.I.55 (lettres de Bouglé et de la délé (...)

22Sollicités par Bonnet avant la réunion des Comités exécutif et de direction qui doit avoir lieu en décembre, les délégués souhaitent jouer un rôle plus important en réclamant notamment le rétablissement de leurs réunions plénières annuelles46. Montarroyos va même plus loin en voulant faire du délégué « un agent permanent de liaison », c’est-à-dire un intermédiaire obligé – et si possible exclusif, s’il représente aussi sa commission nationale – entre l’IICI et son pays : ne se faisant guère d’illusion sur le rôle collectif des délégués, dont les réunions ne peuvent être qu’un forum d’information et de consultation assez général, Montarroyos veut affirmer leur rôle individuel en en faisant de véritables ambassadeurs de leur pays auprès de l’IICI au même titre que les délégués nationaux à l’Assemblée de la SDN, suggérant d’ailleurs que les délégués résident en permanence à Paris et revendiquant pour eux le bénéfice d’un statut personnel (« le droit (...) à certaines garanties, telles que les prérogatives diplomatiques ») – ce que refuse catégoriquement l’administration française dès 193147 – et d’un statut collectif, qui sera « un acte d’incorporation systématique de l’institution des Délégués d’État, institution qui existe déjà de droit et de fait, aux rouages les plus essentiels à [l’OCI] ». Au delà du souci compréhensible de Montarroyos de jouer un rôle plus actif, ces propositions révèlent des motivations plus profondes : le Brésil, qui subventionne l’IICI depuis 1929, souhaite sans doute avoir un droit de regard sur son activité pour contrôler l’usage qui est fait de sa contribution et peut-être voir prises en compte les spécificités de chaque État, souci d’ailleurs visible à la même époque au sein des commissions nationales ; le Brésil, qui a quitté la SDN en 1926 et qui n’a plus de représentant au sein de la CICI depuis 1931, veut peut-être aussi accroître son influence et, partant, celle de tous les États, sur la gestion de l’IICI qui, dès lors, deviendrait indépendant de la CICI, donc du Conseil de la SDN. De fait, les suggestions de Montarroyos sont reprises par d’autres délégués48, à l’exception notable de la déléguée portugaise qui veut limiter les attributions des délégués d’État à un rôle « d’agents de liaison entre leurs gouvernements et l’Institut », qui « pourront transmettre des suggestions de leurs gouvernements, mais pas des suggestions personnelles », qui « doivent être détachés et complètement indépendants des commissions nationales » et qui « ne doivent pouvoir se réunir qu’officieusement » : « en résumé, le Délégué d’État n’est point et ne doit pas être un agent politique ou diplomatique et n’a aucun pouvoir pour discuter les méthodes ou la procédure de l’Institut ».

  • 49 UNESCO : Cici, CD.37e session, 25 avril 1935, b. 603 ; Iici, A.I.55, b. 7.
  • 50 UNESCO : Iici, A.I.55 (corresp. entre Bonnet et les délégués du Brésil et du Portugal, mai-juin 193 (...)
  • 51 UNESCO, Cici, C.318.M.199.1936.XII, b. 503.
  • 52 Cf. supra, p. 132-150.

23Dans ces conditions, en avril 1935, le Comité de direction de l’IICI adopte un projet de résolution49 visant à fixer le rôle des délégués d’État. Tout en souhaitant le développement de l’institution des délégués d’État – officiellement reconnue par le Statut organique de l’Institut – et en reconnaissant l’utilité de leur collaboration, qui permet à l’Institut de bénéficier de l’appui des États – dont le rôle de partenaires à part entière de l’OCI est ainsi reconnu – pour l’exécution de son programme, le projet souligne cependant avec force que les délégués ne peuvent prétendre exercer un droit de contrôle sur l’IICI, dont le caractère international et la subordination à la CICI, donc à la SDN, sont réaffirmés. Les délégués, définis essentiellement comme des agents de liaison et d’information entre l’IICI et leur gouvernement, ont des attributions très précisément limitées : ils ne peuvent orienter l’activité de l’Institut puisque toute demande d’inscription au programme de ce dernier d’une question intéressant leur pays est soumise à l’avis du Comité exécutif ou de la CICI ; leurs réunions sont facultatives puisque laissées à l’appréciation du directeur de l’Institut, après consultation du président de la CICI dont la tutelle est ainsi réaffirmée, et jamais convoquées sur leur initiative ; ils ne sont pas les intermédiaires exclusifs et obligés entre l’Institut et le gouvernement et les administrations de leur pays ; ils doivent être certes en rapport avec leur commission nationale mais ne doivent pas être leur représentant auprès de l’Institut ; enfin, ils ne sont pas censés devoir résider à Paris et jouir des privilèges diplomatiques. La conception de la déléguée portugaise prévaut donc : cinq ans après qu’ils avaient failli disparaître, il eût été prématuré de proposer un fort accroissement du rôle des délégués qui aurait minoré l’autorité de la CICI sur l’IICI qu’avait justement voulu réaffirmer le Comité d’étude, dont quatre membres siègent encore aux Comités exécutif et de direction en 1935. Après quelques retouches apportées par Bonnet pour contenter Montarroyos (et ne pas risquer de perdre la subvention du Brésil ?) et l’approbation des délégués d’État réunis officieusement en juin, le projet est adopté par le Conseil d’administration de l’Institut en juillet 193550. Le problème des délégués semble dès lors réglé et, en 1936, le Conseil d’administration51 constate les très bons résultats qui découlent « de l’application des règles adoptées en vue d’étendre et d’intensifier la collaboration de l’Institut avec les délégués d’État », grâce auxquels « la collaboration des administrations officielles a été se développant ». Le rôle des délégués d’État devient plus important et officiel avec l’Acte international signé en 1938, qui prévoit que les États subventionnant l’IICI seront représentés « par un délégué chargé d’en suivre l’activité et d’assurer la liaison avec les autorités officielles de son pays »52 .

La collaboration avec les associations internationales

  • 53 UNESCO, Iici, CD.5(1), b. 546.
  • 54 UNESCO : Iici : AI.64 (rapport du délégué de la France auprès de l’IICI au gouvernement français, j (...)

24Dès 1924, Luchaire, soucieux de faire rayonner l’IICI, développe les contacts, d’ailleurs prévus par son statut, avec les associations internationales intellectuelles, le règlement intérieur de l’Institut stipulant que, pour sauvegarder l’impartialité et l’apolitisme de la coopération intellectuelle, il « peut se faire représenter à des congrès internationaux de caractère strictement scientifique sans l’autorisation formelle du Comité de direction » mais qu’il « se tiendra en revanche à l’écart de toute manifestation ayant un caractère politique ou religieux »53. L’IICI envoie donc des observateurs aux congrès des associations et accueille certaines de leurs réunions54. Dès juillet 1926, « les congrès scientifiques commencent à désirer la présence à leurs réunions d’un délégué de l’Institut (...), c’est-à-dire, expriment le désir que leur œuvre soit accomplie sous les yeux de la [SDN] et que l’organisme technique instauré par celle-ci s’engage ainsi à aider les congrès dans la réalisation de leurs vœux » mais, jusqu’en juillet 1927, Luchaire déplore que trop de congrès se passent en l’absence de représentants de l’IICI qui, « fort souvent invité », manque « de ressources en hommes et en argent ». De juillet 1927 à juin 1928, les relations s’étoffent puisqu’une vingtaine d’associations internationales tiennent alors près de 70 réunions à l’Institut. Mais, en mai 1928, le Comité de direction n’accepte la participation de l’Institut à une série de congrès que « sous réserve des disponibilités budgétaires » : entre juillet 1928 et juin 1929, faute de ressources financières, l’IICI ne peut donc assister qu’à une vingtaine de congrès et accueille une quinzaine d’associations pour une quarantaine de réunions. La situation perdure en 1929-1930, d’autant que l’Institut attend les décisions du Comité d’étude. Dans les années trente, le prêt de salles est plus rarement accordé, Bonnet estimant dès janvier 1931 « que l’Institut ne peut, sous peine d’être bientôt débordé, prêter son appui à l’organisation de congrès ». De fait, le nombre des invitations diminue entre 1937 (28) et 1939 (9), comme si la tension internationale accrue raréfiait les manifestations de coopération intellectuelle. Au total, pendant les années trente, 42 associations tiennent des réunions à l’Institut. La modestie de ce chiffre confirme le profil bas adopté par l’IICI après sa réforme de 1930, Bonnet n’ayant pas, contrairement à Luchaire, l’ambition d’un rayonnement forcené de l’Institut et veillant toujours à ce que ce dernier ne serve pas une propagande en faveur d’intérêts nationaux.

  • 55 UNESCO, Cici, CA.2e session, 17 janvier 1926, b. 548.
  • 56 UNESCO, Cici, CD.19e session, 27 juillet 1929, b. 601.
  • 57 MAE, Sdn 1854 (corresp. entre la FIALS, Herriot et Luchaire, janvier-février 1925) / UNESCO : Iici, (...)

25Pour faire de Paris le centre de la coopération intellectuelle et parfaire le rayonnement de l’IICI, Luchaire souhaite aussi que celui-ci accorde l’hospitalité au plus grand nombre possible d’associations internationales, ce qu’autorise d’ailleurs l’Accord de décembre 1924, qui prévoit que « le Conseil d’administration, dans la mesure où le permettront les locaux dont il disposera, pourra concéder la jouissance de bureaux et salles de réunion aux institutions et associations tendant à développer les relations intellectuelles internationales, qui en feront la demande et lui paraîtront présenter les garanties suffisantes ». En janvier 1926, le Conseil d’administration apparaît cependant divisé sur cette question55. Marie Curie et Melle Bonnevie rappellent que la décision de donner l’hospitalité à des institutions relève du Conseil d’administration et demandent qu’on soit très prudent, pour ne pas entraver l’extension de l’Institut en concédant des locaux à des associations qui pourraient les croire définitives et « pour éviter la possibilité d’une identification entre l’Institut et certains organismes internationaux ». Mais Luchaire, appuyé par Reynold, obtient gain de cause en faisant valoir que « les concessions sont révocables du jour au lendemain » et ne nuisent pas à l’extension de l’Institut, à qui elles fournissent une documentation abondante. En 192956, l’IICI héberge donc seize associations sans que sa neutralité en soit entamée57 : le Comité de direction souligne en 1927 que la concession de l’hospitalité à des associations internationales ne peut avoir lieu sans son « autorisation formelle », « n’a qu’un caractère temporaire et peut être retirée en tout temps », et indique en 1928 qu’il n’accorde l’hospitalité qu’aux organisations qui sont « en harmonie avec l’orientation générale de l’institut » et « qu’il convient d’éviter de faire naître l’impression que l’Institut tend à devenir le siège central de toutes les organisations internationales qui s’occupent de coopération intellectuelle ».

  • 58 Cf. supra, p. 194-195 / UNESCO : Iici : A.IV.24 (lettre de Luchaire à François-Albert, 3 juin 1926) (...)
  • 59 MAE, Sdn 1863.
  • 60 UNESCO, Iici, A.IV.24, b. 32 (lettre de Brémond, 20 novembre 1928).

26Cependant, même si Luchaire doit aussi assurer au Comité de direction que priorité sera donnée, dans l’attribution des locaux, aux services de l’Institut – notamment pour apaiser la grogne de certains fonctionnaires devant la gêne causée par la présence de congrès et d’associations internationales –, c’est l’étroitesse des locaux, due à la mauvaise volonté des administrations françaises, qui l’empêche d’étendre l’hospitalité aux institutions internationales58. Faute d’être entré en possession de tous les locaux promis à l’Institut, Luchaire alerte le gouvernement français en 1928 : s’appuyant sur l’Accord de décembre 1924, il souligne « le bénéfice moral qu’aurait la France à accueillir à Paris les associations internationales de caractère intellectuel, dont l’importance et le nombre va sans cesse grandissant. Or, la Direction de l’Institut, à la suite de l’accroissement régulier des Services, va se trouver dans l’obligation, non seulement de rejeter les demandes nouvelles, mais de donner congé, à bref délai, aux associations internationales déjà logées. Celles-ci ont même des propositions venant de différentes capitales européennes. Une décision d’urgence s’impose »59 . De fait, en novembre 1928, Luchaire informe les institutions internationales logées à l’Institut qu’il va devoir récupérer leurs locaux « en vue d’assurer au personnel de l’Institut les moyens de travail qui lui sont indispensables », précisant cependant que « cette éventualité n’est envisagée que comme une mesure extrême à laquelle l’Institut (...) ne songerait à se résoudre que si l’agrandissement de nos locaux était reconnue définitivement impossible ». Il suggère donc « qu’une démarche collective [soit] faite par les associations internationales auprès de la Présidence du Conseil (...). Il ne saurait en effet échapper [aux] autorités françaises que la dispersion des associations internationales fixées à l’Institut compliquerait dans des proportions considérables [son] travail international en même temps qu’elle risquerait de ralentir l’œuvre générale de la coopération intellectuelle à laquelle le Gouvernement français s’est montré si heureux dès 1926 de témoigner son intérêt en offrant à l’Institut (...) l’hospitalité à Paris »60 .

  • 61 Ibid. (corresp., novembre-décembre 1928).
  • 62 MAE, Sdn 1863 (lettres de Luchaire au Quai d’Orsay et à Massigli, 18 janvier et 19 février 1929).
  • 63 MAE, Sdn 1866 (lettre de Massigli à Léger, 26 février 1929).
  • 64 UNESCO, Iici, A.IV.23 (lettres de Luchaire, 8 et 12 juin 1929), b. 31.

27Cet appel est entendu puisqu’en novembre et décembre plusieurs associations apportent leur soutien à l’IICI et se disent prêtes à appuyer une démarche auprès du gouvernement français, que la presse est alertée ainsi que Painlevé, ministre de la Guerre, à qui il est demandé, « en sa qualité de président du Conseil d’administration de l’Institut, [de] s’associer à la démarche » des associations internationales61. Celle-ci a lieu en février 1929 mais reste vaine et Luchaire informe Massigli que, faute d’avoir pu obtenir du gouvernement français l’accroissement des locaux de l’Institut, il va donner congé aux associations internationales qui y sont logées, soulignant en outre qu’il a eu des « observations » de la part du Comité de direction, où « des personnes non françaises (...) ne sont pas précisément enthousiastes de cette cristallisation des Associations internationales que j’essaie de faire ici. Comme j’en ai l’autorisation formelle en vertu de mon règlement, on ne peut s’y opposer mais le prétexte du manque de place est excellent » : Luchaire, qui craint que le Comité de direction refuse un crédit destiné au relogement des associations expulsées, demande donc au Quai d’Orsay, « à titre tout à fait exceptionnel et pour l’année 1929 seulement (...), sur ses fonds spéciaux, la somme nécessaire pour installer provisoirement quelques-unes de ces Associations »62. Massigli soutient la requête auprès d’Alexis Léger, directeur de cabinet de Briand : « la somme demandée est minime et le but poursuivi est intéressant. Quelles que soient les critiques que la Direction de l’Institut puisse à l’heure actuelle justifier, il ne faut pas laisser péricliter une organisation qui dans d’autres conditions peut rendre à l’influence intellectuelle française d’appréciables services »63 . Mais, en juin 1929, Luchaire doit demander à la CITI, aux Amitiés internationales et à la Fédération internationale des journalistes d’échanger leur bureau contre une petite pièce au 4e étage64.

  • 65 MAE, Sdn 1863.
  • 66 JO, Ch. dép., déb. parl., 2e séance du 12 juillet 1929.
  • 67 MAE, Sdn 1863.
  • 68 JO, Ch. dép., déb. pari., 2e séance du 11 mars 1930.
  • 69 MAE, Sdn 1863.

28Du coup, le 28 juin 1929, Chabrun, député républicain-socialiste mais aussi président de la section française des Amitiés internationales, dépose un demande d’interpellation à destination de Briand65 « sur les mesures qu’il compte prendre pour maintenir en France les organismes dirigeants des Associations internationales d’intellectuels (...) en assurant à ces associations un siège social qui soit digne à la fois de leur importance et de l’œuvre qu’elles poursuivent ». Le 12 juillet, Chabrun, soutenu par François-Albert et applaudi par les députés de gauche et d’extrême-gauche, interpelle le gouvernement et brandit le risque « de voir les organismes directeurs de certaines grandes associations quitter la France, ce qui serait un malheur pour nous ». Le ministre de l’Instruction publique le rassure en précisant qu’« il ne peut être question de mettre en demeure les associations en question de vider les locaux qu’elles occupent » et en assurant être « tout disposé à envisager des conditions d’installations meilleures »66 : Painlevé est sans doute intervenu pour geler la situation, dans le but d’éviter un trop grand développement de cette affaire qui aurait pu aliéner au gouvernement la majorité de députés nécessaire au vote de la subvention française à l’IICI. Le problème est assez sérieux pour faire l’objet d’une note confidentielle adressée au directeur de cabinet de Tardieu, président du Conseil et ministre de l’Intérieur, en novembre ou décembre 192967 : d’une part, cette note insiste sur les conditions précaires et inconfortables dans lesquelles sont logées les institutions internationales à l’Institut ; d’autre part, elle rappelle « quel bénéfice moral la France retirerait de l’hospitalité donnée, à Paris, à toutes les Associations Internationales de caractère intellectuel, dont la plupart sont l’organe moteur des Congrès internationaux dont l’importance et le nombre vont sans cesse grandissants », et estime donc qu’une « décision doit être prise sans tarder (...) car la situation actuelle ne peut se prolonger ». Pour autant, la question n’est pas réglée puisque, le 11 mars 1930, Jean Mistler, député radical-socialiste, pose une question orale à Tardieu sur « la situation précaire de diverses associations internationales, actuellement logées à l’Institut (...), qui, après avoir été menacées de devoir quitter cet établissement, s’y trouvent maintenant logées dans des conditions manifestement insuffisantes », soulignant lui aussi le risque de voir ces associations, si elles « ne sont pas logées décemment en France, (...) peu à peu transférer leur siège dans d’autres capitales européennes, ce qui représenterait pour nous un très grave préjudice moral » ; ce à quoi Tardieu répond en prenant « l’engagement qu’avant la fin de notre session ordinaire, la question sera réglée dans des conditions satisfaisantes »68. Mais, le 30 mars 1931 encore, Painlevé demande au ministre de l’Instruction publique de rendre effective l’attribution de tous les locaux attribués à l’Institut, notamment pour loger décemment les associations internationales69. Finalement, malgré sa volonté de faire de l’IICI un centre intellectuel dont le rayonnement profiterait à la France, Luchaire pâtit de l’inertie du gouvernement français, due à la faiblesse des efforts financiers qu’il est disposé à consentir envers un organisme très critiqué à partir de 1929, à l’instabilité ministérielle qui empêche une action suivie, et donc à l’incapacité d’assumer les choix opérés en 1924.

  • 70 UNESCO, Cici, A.21.1930.XII (appendice 4), b. 496 et 510.
  • 71 UNESCO, Cici, CD.24e session, 30 janvier 1931, b. 602.
  • 72 UNESCO, Iici, A.IV.22 (corresp. de Bonnet, 12 et 20 mars 1931), b. 31.
  • 73 UNESCO, Cici, CD.25e session, 13 avril 1931, b. 603.
  • 74 UNESCO : Cici, A.24.1931.XII (appendice 4), b. 496 ; Iici, CD.12.1931, b. 546.
  • 75 UNESCO : Iici, A.IV.22 (lettre de Montenach à Bonnet, 11 juin 1931), b. 31 ; Cici : CD.26e session, (...)
  • 76 UNESCO : Iici, A.IV.22, b. 31 ; Cici : CD.27e, 28e, 30e, 47e et 48e sessions, 30 novembre 1931, 31  (...)

29En fait, même si en 1930 le Comité d’étude n’a pas critiqué l’hospitalité offerte aux associations internationales, avec lesquelles les relations ont même été considérées comme nécessaires au développement de la coopération intellectuelle70, Bonnet adopte un profil bas dès janvier 1931 en indiquant au Comité de direction « que l’exiguïté des locaux ne lui permet que difficilement d’hospitaliser [sic] de nouvelles associations »71 . Bonnet avance des raisons d’ordre matériel mais veut rassurer sur son intention de recentrer l’IICI sur ses propres activités et de ne pas en faire, comme le voulait Luchaire, le pôle unique de la coopération intellectuelle. Il indique ainsi sa volonté d’accorder l’hospitalité de l’Institut de manière sélective pour préserver sa neutralité72. De nouvelles associations ayant demandé l’hospitalité, le Comité de direction, en avril 193173 , charge Nisot (membre de la section juridique du Secrétariat de la SDN) et Weiss (conseiller juridique de l’Institut), « de préparer (...) un texte interprétatif du passage de la lettre [d’Herriot], relatif à la concession par l’Institut de bureaux et de salles de réunions ». Outre le statut juridique des locaux concédés par l’IICI, le mémoire de Nisot et Weiss74 indique que l’Institut ne doit pas souffrir de la présence d’associations internationales dans ses murs, tant sur le plan de la réputation, de la moralité et de la neutralité qui sont nécessaires au développement de son action et de son audience, que sur le plan pratique, en réaffirmant que les concessions de locaux sont faites à titre précaire et ne peuvent pénaliser le travail réalisé par l’Institut en le privant définitivement de certains bureaux. Après avoir été soumises au Secrétariat de la SDN, les conclusions du rapport de Nisot et Weiss sont adoptées par le Comité de direction et le Conseil d’administration de l’Institut en juillet 193175. L’application des nouvelles règles – notamment de celle exigeant qu’un siège social ou un local ne soit concédé qu’à « des fédérations internationales ou groupements internationaux de caractère international et intellectuel » – aboutit, conjointement au manque de place dont souffre l’IICI, à restreindre la concession de son hospitalité, refusée jusqu’en 1939 à une douzaine d’associations et accordée seulement à deux qui rejoignent la liste des seize (parmi lesquelles, les Amitiés internationales, le Comité d’entente des grandes associations internationales, la Confédération internationale des travailleurs intellectuels) déjà logées en 1930 et qui le restent entre 1931 et 193976.

L’affirmation des commissions nationales

Un nombre croissant

  • 77 MAE, Sdn 1841 : CICI.156 et 156(1)/ UNESCO : Iici : CD.3(c)(1)1926, CD.3(c)(1) 1927 et CD3. (c) (2) (...)

30Le nombre des commissions nationales augmente fortement pendant les années vingt, passant de 12 en 1923 à 38 en 1930, puis monte lentement à 46 en 1938-1939. Les 46 commissions nationales existant en 1939 sont essentiellement européennes et latino-américaines77 : 23 sont en Europe (Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Islande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Yougoslavie), 15 en Amérique (Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Cuba, République dominicaine, Équateur, États-Unis, Haïti, Mexique, Pérou, Salvador, Uruguay, Venezuela), 8 dans les autres continents (Afrique du Sud, Australie, Chine, Égypte, Inde, Iran, Liban, Syrie). En outre, Il existe deux commissions transnationales : la commission catholique de coopération intellectuelle et la commission interparlementaire permanente pour les relations intellectuelles. Ainsi, les appels à la création d’une commission nationale dans chaque État, lancés par la Conférence des commissions nationales en 1929 et par le Comité d’étude en 1930, ont eu un certain écho puisqu’entre 1929 et 1939 le nombre des commissions a augmenté de presque 25 %, du fait de la poussée des commissions extra-européennes et malgré le contexte politique des années trente qui entraîne la disparition de nombreuses commissions, pour la plupart européennes.

31De fait, l’assise géographique des commissions nationales est de moins en moins européenne au cours des années trente. Certes, en 1930, la très grande majorité d’entre elles (28 sur 38, soit 73,7 %) se trouvent en Europe, ayant été créées à l’origine pour informer la CICI des conséquences de la guerre sur la situation intellectuelle des pays européens : cette prépondérance européenne ne fait d’ailleurs que refléter – en l’exagérant, du fait d’une structuration plus grande des milieux intellectuels européens – celle observable au même moment parmi les pays membres de la SDN (50 % du total) et au sein même de la CICI (64,7 % des membres). Mais, en 1939, les commissions nationales européennes sont moins nombreuses (23 sur 46, soit 50 %) alors que celles d’Amérique latine (6 en 1930 mais 15 en 1939) et des autres continents (4 en 1930 et 8 en 1939) connaissent une forte poussée.

  • 78 UNESCO, Iici : A.III.20 à 65, b. 24 à 30.
  • 79 Cf. supra, p. 183-186.
  • 80 UNESCO, Iici : A.III.11 (lettre de Secrétan au secrétaire de la commission suisse, 8 mars 1935), b. (...)
  • 81 UNESCO, Iici : A.III.20 (lettre de Secrétan au Secrétariat de la SDN, 21 octobre 1935), b. 24 ; A.I (...)
  • 82 UNESCO, Iici, A.III.56 (3) (corresp. entre la commission ukrainienne et Bonnet, janvier-avril 1937) (...)
  • 83 UNESCO, Iici, A.III.53 (corresp. entre Murray, l’IICI et le Secrétariat de la SDN, novembre 1931-ja (...)
  • 84 UNESCO, Iici, A.III.13 (lettres du président de la commission japonaise à Bonnet, 24 décembre 1936  (...)

32Ainsi, à la création de commissions nationales extra-européennes78 – surtout en Amérique latine et à partir de 1936 –, qui révèle l’intérêt croissant porté par les intellectuels non européens au travail de la CICI, dont la composition leur est d’ailleurs plus ouverte, et la tendance à l’universalisation de l’OCI79, répond la disparition, pour des raisons politiques, de commissions européennes80 : allemande en 1933, après le départ de l’Allemagne de la SDN bientôt suivi par son retrait de l’OCI ; dantzicoise – Dantzig est dirigé par des nazis – et italienne – lorsque l’Italie quitte à son tour la SDN et l’OCI – en 1937 ; autrichienne en 1938, après l’Anschluss. Disparaissent aussi les commissions des Russes émigrés et des Ukrainiens émigrés, créées en 1923 et 1925, que l’OCI ne reconnaît plus à partir de novembre 1934, quand elle accueille l’URSS qui nomme alors un délégué auprès de l’IICI puis fait élire l’un de ses ressortissants au sein de la CICI en 193581 : ce réalisme politique, défendu par l’IICI et le Secrétariat de la SDN au titre qu’une commission nationale doit avoir un cadre étatique mais contredisant l’apolitisme officiel de l’OCI, empêche ainsi la commission ukrainienne de participer à la Conférence qui se tient à Paris en juillet 193782, alors même qu’elle a pris part à celle de 1929 et que la Conférence de 1937 accepte la présence, à titre d’observateur, du chancelier de l’Université juive de Jérusalem, qui essaie depuis 193183 de créer une commission nationale en Palestine – en vain, du fait de l’antagonisme croissant entre Arabes et Juifs. Enfin, hors d’Europe, le Japon ne participant plus aux activités affiliées à la SDN, la commission japonaise est remplacée en 1939 par une Société pour les relations culturelles internationales, qui souhaite coopérer « officieusement » avec l’IICI84.

Une organisation homogène mais sans uniformité

  • 85 UNESCO : Cici, C.424.M.157.1927.XII. b. 501 ; Iici, b. 492, et Cici, b. 573 et 502 (C.342.M.121.192 (...)

33Dès décembre 1923, la CICI a demandé aux commissions nationales d’être aussi représentatives que possible de la vie intellectuelle de leur pays et d’adopter un minimum de principes communs d’organisation. Ces deux souhaits sont sans cesse renouvelés85, par la CICI elle-même en juillet 1927 et par les deux Conférences générales des commissions nationales tenues en juillet 1929 et juillet 1937. Mais leur répétition prouve la difficulté d’unifier l’organisation de commissions nationales très diverses : « les unes sont des institutions officielles créées en exécution d’une loi ou d’un décret ; d’autres sont dues à l’initiative d’un homme, d’autres encore doivent leur existence à une société savante, à une académie, à une université, parfois à une impulsion du Ministère des Affaires étrangères ou du Département de l’Instruction publique. Le nombre des membres varie considérablement de pays à pays. Il oscille entre 5, 6, 50 et même 100 (...). (...). Certaines commissions ont un statut, d’autres pas. Beaucoup ont un bureau ou un comité exécutif. Plusieurs ont formé des sous-commissions. La plupart (...) ont un secrétariat permanent, rétribué et actif. Certaines se réunissent tous les mois ; beaucoup une ou deux fois par an ; quelques unes plus rarement ». Les deux Conférences générales s’en tiennent donc à des recommandations laissant une assez grande liberté à chaque commission, suivant en cela le principe de décentralisation cher à Reynold : certes, « la constitution et le fonctionnement de ces commissions ne doivent être soumis à aucune règle rigide », mais il est cependant désirable que, « sans revêtir un caractère d’uniformité et en tenant compte des conditions particulières de chaque pays, [elles] s’efforcent d’adopter certaines normes communes ». La Conférence de 1937 demande surtout aux commissions de collaborer davantage avec les responsables – hommes politiques, intellectuels, journalistes – de leurs pays et avec les associations internationales et souligne la nécessité d’avoir un « minimum de moyens matériels ».

  • 86 UNESCO, Cici, C.424.M.157.1927.XII, b. 501.
  • 87 SDN, R 1063 (corresp. d’Oprescu, février-mai 1927).

34En fait, le problème le plus délicat, celui de la représentativité étatique des commissions nationales, est réglé par la CICI dès juillet 192786. En effet, il existe alors des commissions nationales sans cadre étatique : comité académique ukrainien, commissions des Russes émigrés, croate, serbe, Slovène et catalane. De fait, suite au projet de création d’une commission catalane et sans doute encouragé par la position du Roumain Oprescu, selon lequel la CICI ne peut reconnaître une commission régionale si elle n’a pas été constituée « après une entente préalable avec la commission nationale »87 , l’Espagnol Casares voudrait en effet que la CICI « recherchât une formule d’un caractère général pour réglementer la situation des commissions régionales représentant des minorités de langues » et propose le texte d’une résolution stipulant que, « si une Commission régionale de coopération intellectuelle venait à se constituer dans un pays où il existe déjà une Commission nationale, il appartiendra à celle-ci de décider s’il convient que les personnalités de la Commission régionale soient reconnues par la [CICI] et de faire à cette dernière des propositions sur la nature des rapports à établir avec la Commission régionale ». Casares adopte donc une attitude centralisatrice en envisageant de laisser le dernier mot aux commissions nationales représentant un État constitué et reçoit de nombreux appuis : Reynold ; le Roumain Oprescu qui, redoutant sans doute la création d’une commission régionale par les Hongrois de Transylvanie, pense que la dénomination de « commission nationale » ne peut être accordée « qu’à un seul organisme dans chaque pays » et n’envisage l’existence d’une commission régionale que si elle est « incorporée dans la Commission nationale » ; Rocco qui, appuyé par Oprescu et Murray, rappelle que la CICI « doit s’inspirer des mêmes principes » que ceux de la SDN, qui est « une société d’États, qui ne peut reconnaître que des États ». En revanche, Melle Bonnevie, Marie Curie et Luchaire souhaitent que l’IICI entre en relation avec le plus grand nombre possible d’organismes, acceptant cependant de demander l’autorisation de la commission nationale concernée : Melle Bonnevie et Marie Curie, issues de nations récemment indépendantes, défendent le droit des minorités à être représentées sur le plan culturel tandis que Luchaire cherche un rayonnement maximal pour l’IICI.

  • 88 UNESCO, Cici, A.103.1927.XII, b. 494.
  • 89 SDN, R 1063 (lettres d’Oprescu et Zimmern, 4 octobre et 29 décembre 1927).
  • 90 SDN : R 3973 (corresp. du Secrétariat de la SDN, octobre 1936-mai 1938) et 3975 (lettre du Secrétar (...)
  • 91 UNESCO, Iici, A.III.20 (lettre de Montenach au président de la commission américaine, 11 novembre 1 (...)

35Finalement, la CICI décide qu’elle « ne peut considérer qu’une commission nationale par État, (...) libre de s’organiser à son gré, notamment de se diviser en sections correspondant à la diversité des activités ethniques ou régionales », et qu’elle « ne peut entrer en relations régulières officielles avec d’autres groupes nationaux que les commissions nationales ». Tout en admettant la possibilité d’une représentation des minorités au sein des commissions nationales, elle réaffirme donc le droit éminent des États, interlocuteurs privilégiés de l’OCI : il est vrai que la CICI dépend du Conseil de la SDN, émanation des États dont elle a besoin financièrement, comme le rappelle en septembre 1927 l’Assemblée de la SDN qui, se référant à sa résolution de septembre 1924 et répondant à l’appel de la CICI, « invite les États membres de la [SDN] (...) à envisager la possibilité de subvenir aux besoins de leurs commissions nationales respectives »88 . Ce réalisme politique aboutit à ce qu’à partir de 1928 les listes officielles des commissions nationales ne font plus mention des commissions catalane, croate et Slovène – ces deux dernières ayant été poussées à se regrouper autour de la commission serbe89 –, même si, en l’occurrence, la volonté de la CICI correspond au souhait des États de préserver leur unité et de couper court à toute revendication des minorités nationales, comme le montre la Yougoslavie, où Alexandre Ier institue un État unitaire dominé par les Serbes en 1929. De même, à partir de 1934, l’OCI ne reconnaît plus les commissions des Russes émigrés et des Ukrainiens pour ne pas remettre en cause l’adhésion de l’URSS à l’OCI90 : malgré quelques divergences au sein du Secrétariat de la SDN, le point de vue prévaut que les commissions nationales sont des intermédiaires entre la CICI et « les autorités intellectuelles officielles des différents pays », que la SDN « est une organisation constituée de Gouvernements et [que] cela mettra en grande difficulté le Secrétariat [s’il entre] en relations, publiquement reconnues, avec des commissions de peuples qui, pour différentes raisons, ont quitté les pays des États Membres de la Société », d’autant que, si l’on continuait à reconnaître les commissions des émigrés russes et ukrainiens, les réfugiés allemands ou espagnols pourraient vouloir créer d’autres commissions non étatiques. De fait, à l’exception des commissions catholique et interparlementaire, toutes les commissions nationales sont créées dans un cadre étatique – même si l’État en question n’est pas indépendant (Inde, Liban, Syrie) –, ce qui montre les limites de l’action de la CICI, qui doit promouvoir des idées universelles en s’appuyant sur des sections nationales mais en respectant la souveraineté des États, qui subventionnent les commissions nationales et qui y ont d’ailleurs pour la plupart des représentants, issus des ministères de l’Instruction publique ou des Affaires étrangères91 . Cela n’empêche cependant pas le développement du rôle des commissions nationales au sein de l’OCI.

Un rôle de plus en plus important

  • 92 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 106.
  • 93 UNESCO : Iici, Conférence des CNCI de Varsovie, juin 1926, b. 492 ; Cici, Rapport à la CICI sur la (...)
  • 94 UNESCO, Cici, C.462.M.181.1926.XII, b. 501.
  • 95 UNESCO, Cici, C.424.M.157.1927.XII (annexe 3), b. 501.
  • 96 UNESCO, Cici : C.424.M.157.1927.XII et C.533.M.160.1928.XII, b. 501.
  • 97 MAE, Sdn 1841 (M.L.1.1929.XII).

36Une résolution adoptée par la CICI en décembre 1923 demandait aux commissions nationales de l’« aider (...) dans ses travaux en la renseignant sur les besoins de la vie intellectuelle de leurs pays respectifs, en donnant à ses décisions les suites qu’elles comportaient, en faisant connaître sur le plan national les activités de l’organisation internationale »92 . Les commissions nationales constituant le relais essentiel entre la CICI et les différents pays et permettant de tisser des relations directes entre ces derniers, l’Assemblée de la SDN avait d’ailleurs adopté, en septembre 1923 et septembre 1924, des résolutions engageant les États à favoriser leur création et à les aider financièrement. Dès le début, l’IICI s’efforce donc de nouer des liens avec les commissions nationales, notamment en suscitant une réunion de leurs délégués – essentiellement d’Europe centrale et orientale, où la demande d’entraide intellectuelle est plus pressante – qui se tient à Varsovie en juin 192693. La conférence examine des projets, déjà étudiés par l’Institut et transmis à la CICI en juillet 1926 : notamment, un emprunt international destiné au développement intellectuel des pays éprouvés par la crise économique, le financement de bourses internationales, des achats de livres à prix réduit, une caisse de prêts pour faciliter les recherches et les relations scientifiques internationales. Ainsi, les commissions nationales, en liaison étroite avec l’IICI, développent leur activité dans les directions déjà tracées par la CICI qui, en juillet 1926, malgré les faibles moyens financiers dont elle dispose pour les inviter, « se prononce en principe sur la tenue de réunions, à intervalles réguliers, de délégués de commissions nationales »94 . De fait, en juillet 1927, à la suite d’un mémoire de Reynold95 suggérant de relier davantage les commissions nationales à la CICI et de les associer à ses travaux, la CICI renouvelle son vœu de voir les commissions nationales « envoyer un ou plusieurs délégués à des réunions soit générales, soit partielles qui, par l’examen des travaux en cours, pourraient assurer une meilleure coordination des efforts », et convoque leurs représentants à une Conférence générale à Genève en juillet 192996, qui devra montrer « le rôle des Commissions nationales, leur composition, afin qu’elles puissent offrir à la fois une image exacte de l’aspect intellectuel du pays et afin qu’elles puissent faire face à tous les problèmes que la CICI peut se poser », « quels rapports doivent exister entre les Commissions nationales et la [CICI] », « également comment les Commissions nationales peuvent aider la [CICI] dans son travail et comment cette dernière peut faire des suggestions concernant [leur] activité »97 .

  • 98 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 573 et 502 (C.342.M.121.1928.XII, annexe 15) : CICI.215.
  • 99 Cf. supra, p. 91-93.
  • 100 UNESCO, 3e et 4e séances de la Conférence des CNCI (19 juillet 1929) : Iici, b. 492, et Cici, b. 53 (...)
  • 101 UNESCO : Iici, A.III.1 à 44, b. 20 à 26 ; Cici : A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509 ; A.21. (...)
  • 102 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 573 et 502 (C.342.M.121.1929.XII, annexe 15) : CICI.215.
  • 103 UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.

37Les représentants des commissions nationales se réunissent à Genève du 18 au 20 juillet 192998, provenant de 28 États – sur les 35 ayant alors une commission nationale –, tous européens à l’exception du Japon, du Brésil et des États-Unis. Les conclusions de cette Conférence concernent deux points principaux. D’une part, les commissions nationales prient la CICI « d’examiner, à la lumière de l’expérience acquise, le fonctionnement pratique et les buts ultérieurs de [l’OCI] » – dont la révision des structures est donc prévue – ce que la CICI accepte en juillet 1929 en décidant de créer un Comité d’étude chargé de cette tâche, poursuivant ainsi le mouvement de réforme de la Commission et de l’Institut envisagée dès 192899. D’autre part, les débats, en permettant aux représentants des commissions nationales d’exposer leur activité et leurs ambitions100, révèlent qu’elles ne sont pas seulement des relais entre la CICI, l’IICI et les milieux intellectuels de leur pays, mais qu’elles sont aussi des agents des relations intellectuelles interétatiques et que leur champ d’action s’est beaucoup étendu, étudiant et exécutant sur le plan national les mêmes problèmes et travaux que l’Institut – avec lequel elles sont en étroits contacts – sur le plan international101. Les résolutions adoptées par la Conférence102 visent d’ailleurs à renforcer le rôle des commissions nationales. Pour consolider leur structure, la Conférence souhaite qu’elles soient constituées de façon à « établir la liaison effective entre les éléments internationaux de la coopération intellectuelle, les autorités gouvernementales, les corps savants et les autres milieux intellectuels du pays » et à « coordonner les initiatives nationales » et « qu’elles aient une organisation assez importante pour permettre de mener à bonne fin les travaux utiles à l’application des recommandations de la CICI et à la préparation de rapports sur les questions qu’elles désireraient soumettre à la CICI ». La Conférence demande aussi à la CICI de « décider la réunion périodique, à Genève, de Conférences des commissions nationales » et veut étendre leur activité, sur le plan de la coopération avec l’OCI et de certains travaux (la traduction et la publication de livres en faveur de la SDN et de l’OCI). La CICI tient compte de ces vœux en estimant « souhaitable en principe la réunion périodique à Genève de conférences des Commissions nationales si les fonds nécessaires peuvent être inscrits à son budget »103, le Comité d’étude devant préciser la place des commissions au sein de l’OCI.

  • 104 Cf. supra, p. 97-109.
  • 105 UNESCO, Cici, Com.Ex.3e session, 10 et 12 avril 1931, b. 543.
  • 106 UNESCO, Cici, C.471.M.201.1931.XII (annexe 16), b. 502.
  • 107 UNESCO, Cici, A.23.1931.XII, b. 496.
  • 108 UNESCO, Cici : A.VI.1.1931.XII et A.69.1931.XII, b. 496 / 12e Ass. SDN, 13e séance, 24 septembre 19 (...)
  • 109 UNESCO, Cici, Com.Ex.32 (16 mars 1932), b. 606.

38Le Comité d’étude ayant souhaité l’approfondissement de la collaboration entre la CICI et les commissions nationales et leur réunion périodique104, leur rôle va s’affirmer. Dès avril 1931, Bonnet signale au Comité exécutif105que « les rapports avec les commissions nationales donnent des résultats extrêmement satisfaisants. Une correspondance plus régulière s’est établie qui permet de recevoir tous les renseignements intéressants » : en effet, l’IICI leur fait « régulièrement le service de toutes les publications imprimées » et « leur fait parvenir un rapport périodique spécial sur les travaux de la CICI et [les siens] ». De fait, en juillet 1931, la CICI demande à la SDN de convoquer pour 1934 une Conférence des représentants des commissions nationales, dont « la préparation (...) devrait être immédiatement entreprise par les soins du Secrétariat et de l’Institut, qui procéderaient à une consultation préalable des Commissions nationales sur les questions qu’elles désireraient voir figurer à l’ordre du jour de la Conférence », et d’accorder à l’OCI un crédit à cet effet106. Reynold, rappelant que les commissions nationales ont été à l’origine de la réforme de l’OCI, explique en effet que « le but est d’arriver peu à peu à faire [d’elles] la base d’une organisation qui (...) n’est solide et n’arrive à des résultats que si elle repose sur de solides points d’appuis nationaux »107. En septembre 1931108, le Conseil et l’Assemblée de la SDN entérinent la convocation d’une Conférence générale des commissions nationales dont Montenach, pour le Secrétariat, suggère le programme : le rôle des commissions nationales au sein de l’OCI, leurs travaux, les problèmes d’organisation et un débat sur un sujet de caractère plus général109.

  • 110 UNESCO, Cici : CICI.14e session, 21 juillet 1932, b. 560 ; A.11.1932.XII, b. 496 et 510 / SDN, R 22 (...)
  • 111 UNESCO, Cici, Com.Ex.5e et 7e sessions, 30 novembre 1931 et 15 juillet 1932, b. 506 et 613.
  • 112 UNESCO, Cici : A.11.1932.XII, b. 496 et 510 ; A.VI.1.1932.XII et A.54.1932.XII, b. 496 / 13e Ass. S (...)
  • 113 UNESCO, Cici : CICI.15e session, 21 juillet 1933, b. 561 et 562 ; A.14.1933.XII (appendice 1), b. 4 (...)
  • 114 UNESCO, Cici : Com.Ex.8e session, 17 décembre 1932, b. 613 ; Com.Ex.49, b. 606.
  • 115 UNESCO, Cici : CICI.16e session, 16 juillet 1934, b. 563 ; C.339.M.156.1934.XII (appendices 1 et 5) (...)

39Cependant, alors que s’étoffe la collaboration entre l’OCI et les commissions nationales110, les difficultés financières de la SDN empêchent la tenue de la Conférence111, de sorte qu’en juillet 1932 la CICI, qui souligne à nouveau « le rôle primordial » des commissions nationales au sein de l’OCI, décide, en attendant, de faire participer à ses travaux leurs présidents et secrétaires, décision approuvée112 par le Conseil et l’Assemblée de la SDN. Finalement, après accord entre la CICI, le Comité exécutif et le Secrétariat de la SDN, quatre ou cinq commissions – de préférence issues de pays non représentés à la CICI, selon le vœu du Secrétariat113 – participent, à partir de 1933, à la session de la CICI – au cours de laquelle elles exposent leurs travaux – et à ses comités d’experts114. Et, en juillet 1934, la CICI adopte une résolution reprenant ses recommandations antérieures115. En effet, elle redit son souhait « qu’une Commission nationale soit instituée dans chaque État » et que « des conférences périodiques réunissant les représentants de toutes les commissions nationales [soient] convoquées », retenant la proposition de l’IICI « de prévoir une conférence de ce genre en 1937, à Paris, à l’occasion de l’Exposition internationale », et l’engageant « à procéder à des consultations préalables auprès des différentes Commissions nationales ». Elle désire aussi « encourager les contacts, les échanges et les correspondances entre les différentes Commissions » – que l’Institut devra faciliter – mais aussi « entre les organes internationaux et les Commissions ».

  • 116 UNESCO, Cici, A.41.1934.XII, b. 497 / 15e Ass. SDN, 11e séance, 26 septembre 1934.
  • 117 UNESCO : Iici, A.III.56(1), b. 28 ; Cici : C.290.M.154.1935.XII (appendices 1 et 6), b. 503 ; CICI. (...)

40La CICI considère donc ces dernières comme un relais indispensable entre elle et l’IICI, reconnu comme leur interlocuteur privilégié, et les États, auxquels l’Assemblée de la SDN demande en septembre 1934116de faire « tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre les Commissions en mesure de remplir normalement leur tâche ». Dès lors, la préparation de la Conférence prévue en 1937 mobilise la CICI – le Comité exécutif doit établir son ordre du jour-, l’IICI – qui recueille les suggestions des commissions et qui est en rapport avec l’administration française pour l’organisation pratique de la Conférence –, le Secrétariat de la SDN et les États – la France qui, par la bouche d’Herriot, président du Conseil d’administration de l’IICI mais aussi ministre d’État du gouvernement Laval, invite la CICI à prendre part à l’Exposition internationale prévue à Paris en 1937, mais aussi les autres États, à qui la CICI demande d’aider financièrement leur commission nationale117.

  • 118 UNESCO, Iici : A.XII.10 (lettre de Montenach à Secrétan, 11 février 1936), b. 67 ; A.III.56(3) (M.L (...)
  • 119 UNESCO, Iici, A.XII.10, b. 67.
  • 120 UNESCO : Iici, A.III.56(1) (lettre de Secrétan à Heath, 13 février 1935), b. 28 ; Cici, Com.Ex.18e (...)

41Le premier problème est celui du financement de l’opération, d’autant plus important que l’OCI veut organiser toute une série de manifestations regroupées sous le nom de « Mois de la Coopération intellectuelle »118 : « 1° Une exposition proprement dite (...). 2° Des manifestations spéciales de coopération intellectuelle dans le domaine de la diffusion de la pensée (Cinématographe, Radiodiffusion, Télévision). 3° Des congrès et réunions » (Conférence permanente des hautes études internationales, 2e Conférence générale des commissions nationales, réunion du Comité exécutif de la CICI, session de la CICI, « Entretien » organisé par le Comité permanent des Lettres et des Arts, etc.). Finalement, une correspondance échangée entre février et mai 1936 entre le Secrétariat de la SDN, l’IICI et le Commissariat de l’Exposition permet de fixer la somme que ce dernier versera à l’OCI119. Le deuxième problème est celui de la définition de l’ordre du jour de la Conférence qui, pour l’IICI120, « comprendra quatre groupes de questions », comme le suggérait Montenach en 1932 : « l’œuvre réalisée par [l’OCI] de 1931 à 1937, (...) les commissions nationales (...) : leur statut, leurs compétences, leurs ressources, etc. Enfin (...) la structure de [l’OCI] [et un] thème général et d’actualité qui sera choisi à l’avance ». Comme en 1929, il s’agit donc de consulter les commissions nationales sur le devenir de l’OCI après la réforme de 1930.

  • 121 UNESCO, Cici, CICI.18e session, 17 juillet 1936, b. 564.
  • 122 UNESCO, Cici, C.328.M.205.1936.XII (appendice 8), b. 503.
  • 123 UNESCO, Cici, C.328.M.205.1936.XII (appendice 1), b. 503.
  • 124 UNESCO : Cici : CA.13e session, 15 juillet 1936, b. 597 ; Com.Ex.20e session, 22 décembre 1936, b. (...)

42En juillet 1936, la CICI121 confie la présidence de la Conférence à Murray, règle certains problèmes matériels et suggère que le quatrième thème de discussion soit le rôle de la coopération intellectuelle dans l’organisation du monde contemporain : finalement, la résolution adoptée par la CICI « approuve les grandes lignes de l’ordre du jour telles qu’elles résultent de la discussion ainsi que du rapport du Directeur de l’Institut122 », « charge le Comité exécutif d’arrêter les termes définitifs de cet ordre du jour et de nommer un rapporteur pour chacun des groupes de problèmes envisagés », « souligne la nécessité d’une étude attentive tant par le Secrétariat que par l’Institut de tous les problèmes administratifs, techniques et intellectuels que soulève l’organisation de la Conférence » et « exprime le vœu que l’Assemblée veuille bien recommander aux gouvernements membres de la [SDN] d’accorder les plus larges facilités possibles pour permettre aux représentants des Commissions nationales de prendre part à la Conférence »123. La fin de l’année 1936 et le premier semestre de 1937 sont consacrés aux ultimes préparatifs matériels, qui fournissent d’ailleurs l’occasion d’un conflit de compétences entre le Secrétariat de la SDN et l’IICI qui, en organisant de bout en bout la Conférence, tend à devenir l’élément clé de l’OCI124.

  • 125 UNESCO : Cici, CN.2e session, b. 539 ; Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.350.M.369.1937.XII.
  • 126 UNESCO : Cici : CA.46.1935, b. 592 ; CN.13 bis à 20, b. 539 ; Iici, A.26, 28, 29, 31, 32, 33, 34 et (...)
  • 127 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

43La 2e Conférence générale des commissions nationales se tient à Paris du 5 au 9 juillet 1937125et regroupe 42 des 47 commissions nationales alors existantes : sur les 40 créées dans un cadre étatique, 24 sont européennes, 9 américaines, 7 d’autres continents. On mesure ainsi les progrès, sur le plan du nombre et de l’extension géographique, réalisés depuis la Conférence de 1929 : en effet, entre 1929 et 1937, le nombre des commissions nationales créées sur une base étatique qui sont présentes à la Conférence est passé de 28 (sur un total de 37) à 40 (sur un total de 45) mais surtout, parmi les commissions présentes, la part des commissions européennes est passée de 89,3 % à 60 %, révélant ainsi le caractère plus universel de l’OCI qui constitue pour ses responsables autant un objectif à réaliser pour rendre son action plus efficace qu’un constat de l’essor de pays neufs désirant voir reconnue leur spécificité et aspirant à jouer un rôle sur le terrain culturel, plus ouvert que ceux de la politique et de l’économie encore dominés par les grandes puissances. La Conférence, saisie par les commissions de plusieurs propositions126, est présidée par Murray, et ses débats s’articulent autour des rapports portant sur les quatre grands thèmes définis au préalable127 : l’activité de l’OCI depuis 1931 ; l’organisation et les activités des commissions nationales (avec, en outre, des rapports plus spécialisés sur la coopération intellectuelle nationale et régionale) ; la structure de l’OCI ; le rôle de la coopération intellectuelle dans l’organisation du monde contemporain.

  • 128 Cf. supra, p. 128-132.
  • 129 Cf. supra, p. 282.
  • 130 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

44De fait, comme lors de la précédente Conférence, les débats et les résolutions concernent deux grands aspects de la coopération intellectuelle : l’organisation et l’activité des commissions nationales d’une part, les structures et le rôle de l’OCI d’autre part. En ce qui concerne ce dernier point128, les propositions soumises à la Conférence sur la nécessité de toucher plus largement l’opinion publique – notamment grâce aux moyens modernes de communication – pour susciter la compréhension mutuelle des peuples et consolider la paix et les rapports du Danois Münch – qui préconise une adhésion générale des États à l’IICI par le biais d’une convention internationale – et de Reynold – qui est partisan d’une coopération intellectuelle apolotique, universelle et décentralisée – aboutissent à une redéfinition de l’OCI vis-à-vis d’une SDN qui cherche elle-même à préciser la place respective de ses activités politiques et techniques. En revanche, les propositions soumises à la Conférence et les débats qui intéressent strictement les commissions nationales sont marqués par une réelle unanimité en faveur de l’accroissement de leur rôle au sein de l’OCI comme le montrent les résolutions adoptées par la Conférence, qui concernent, outre l’organisation des commissions nationales129, deux grands points : leur participation au travail de l’OCI et leur place au sein de l’OCI130.

  • 131 UNESCO, Iici, CN.2-1938, b. 492.
  • 132 L’IICI (1925-1946), p. 544-553.

45La Conférence souhaite en effet « que les commissions nationales soient étroitement associées à l’exécution [du] programme [de l’OCI] et [les] invite à prendre toutes dispositions utiles, chacune dans leurs pays respectifs, en vue d’être à même de prêter le concours le plus actif et le plus efficace à l’œuvre générale de coopération intellectuelle ». En fait, ce vœu traduit l’engagement des commissions nationales sur le terrain de la coopération intellectuelle, leurs rapports d’activité au cours de l’année 1937-1938131 montrant l’importance de leur travail sur les sujets étudiés par l’OCI132 : elles sont pour l’IICI, auquel elles envoient de nombreux rapports, des centres de documentation sur la vie culturelle de leurs pays respectifs ; elles coordonnent des congrès internationaux et des réunions d’experts organisés par l’OCI ; elles travaillent au désarmement moral par le biais de la révision des manuels scolaires et du développement de l’enseignement des langues vivantes.

46La Conférence désire donc confirmer et accroître le rôle des commissions nationales. D’abord, elle souhaite que des représentants des commissions nationales continuent à participer, selon un système de roulement, à la session annuelle de la CICI, qui consacrera, « chaque année, un jour de sa session ordinaire à l’examen des questions intéressant l’activité des commissions nationales, avec le concours des représentants de ces commissions », et, pour donner plus d’audience au travail de l’OCI, elle demande aux commissions nationales « de faire connaître dans leurs pays respectifs les publications éditées par [l’OCI] » et d’adresser à la CICI un rapport annuel de leurs activités. Elle souhaite aussi que les commissions nationales soient associées à la préparation et à l’exécution des « accords de caractère bilatéral ou multilatéral conclus par les gouvernements en vue de développer les rapports intellectuels et culturels de leurs pays respectifs » : en particulier, elle leur demande d’intervenir auprès de leur gouvernement pour « hâter la ratification et la mise en vigueur des conventions ou accords conclus sous les auspices de [l’OCI] » – notamment ceux portant sur la circulation des films éducatifs, la révision des manuels scolaires et l’utilisation pacifique de la radio. Elle demande enfin aux commissions de réfléchir avec la CICI et l’IICI sur « les obstacles à la coopération intellectuelle et les mesures propres à les faire disparaître ou à les atténuer ».

  • 133 UNESCO : Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII ; Cici, C.328.M.205.1936.XII ( (...)
  • 134 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.
  • 135 Cf. supra, p. 247-255.

47Enfin, la Conférence prend deux résolutions qui reconnaissent l’autonomie et le rôle régional des commissions nationales. D’une part, à la suite du rapport présenté par la commission australienne, la Conférence « estime qu’il doit être tenu compte des conditions et des besoins spéciaux de celles des commissions nationales qui travaillent dans les pays neufs et séparés par de grandes distances des centres de Genève et de Paris » et « souhaite que soient suscitées (...) des occasions d’organiser des visites de membres de la [CICI] ou de fonctionnaires dans ces pays ». D’autre part, elle désire que la CICI « suive avec attention et soit tenue au courant de l’activité des commissions nationales agissant dans le cadre régional ». À cette date, en effet, la coopération régionale concerne les commissions baltes et américaines. Du fait de liens historiques et culturels forts et anciens entre les États riverains de la Baltique, la coopération intellectuelle se développe par le biais de conférences périodiques des commissions nationales133 : la 1ère, tenue en octobre 1935 à Kaunas, a rassemblé les commissions estonienne, lettonne, lituanienne – dont les pays ont d’ailleurs conclu en 1934 l’Entente baltique politique – et finlandaise, tandis que la 2e, réunie à Tartu en novembre 1936, a admis la commission suédoise en tant qu’observatrice ; la commission suédoise sera membre à part entière de la 3e, réunie à Helsinki en novembre 1937, et la 4e, tenue à Riga en novembre 1938, accueillera également les commissions danoise et norvégienne ; la conférence prévue à Stockholm en novembre 1939 n’aura pas lieu du fait de la guerre. Les problèmes évoqués par ces conférences sont pour la plupart ceux étudiés par la CICI et l’IICI. La coopération interbaltique offre donc l’exemple réussi d’une coopération intellectuelle décentralisée et adaptée aux besoins et aux moyens spécifiques d’une région. C’est aussi le cas de la coopération interaméricaine134 – même si celle-ci, en raison de l’immensité de la région concernée, semble moins élaborée – qui s’est développée sous l’impulsion d’associations privées (PEN Clubs, Dotation Carnegie et Fondation Rockefeller), de gouvernements (par le biais d’accords bilatéraux) et de la PAU. En particulier, le projet élaboré par cette dernière, lors de la 6e Conférence panaméricaine de La Havane tenue en 1928, de créer un Institut interaméricain de coopération intellectuelle a été approuvé par la 7e Conférence panaméricaine réunie à Montevideo en décembre 1933 ; de plus, en décembre 1936, la Conférence panaméricaine de Buenos-Aires a créé une commission spéciale pour l’étude des questions intellectuelles. Cependant, même si les Conférences interaméricaines et l’OCI étudient les mêmes problèmes, la coopération interaméricaine a un arrière-goût de séparatisme vis-à-vis de celle-ci, considérée comme d’abord européenne135.

48Enfin, la Conférence prend une série de résolutions confirmant le rôle important des commissions nationales, qui « se trouvent en mesure de constituer aujourd’hui l’assise principale de [l’OCI] considérée dans son ensemble ». La Conférence propose d’institutionnaliser les conférences générales de commissions nationales et de leur donner de réelles attributions : « elle estime (...) que les Conférences générales groupant les représentants de toutes les commissions nationales, doivent devenir (...) l’un des rouages principaux [de l’OCI] » et doivent être « régulièrement convoquées toutes les trois années ». Une telle Conférence devrait avoir de nombreuses compétences : elle « connaît de toute question rentrant dans la sphère d’activité de [l’OCI] et de toute question intéressant les commissions nationales, que ce soit leur rôle sur le plan international ou leur action comme facteur de la vie intellectuelle de leurs pays respectifs » ; « sans chercher à donner un caractère d’uniformité à la structure des commissions nationales, [elle] a pour but d’aider chacune d’elles à s’assurer un même degré d’autorité et d’efficacité » ; elle « s’occupe de rechercher les obstacles de toute nature qui contrarient le développement des rapports intellectuels sur le plan international et d’indiquer les remèdes qu’elle considère les plus appropriés » ; elle « examine le programme de [l’OCI] et peut, à ce sujet, soumettre toutes suggestions utiles » ; elle « connaît des rapports des commissions nationales entre elles, des collaborations régionales, dans le cadre général de la coopération intellectuelle » ; elle « peut formuler des suggestions sur le statut de [l’OCI], les adaptations à y introduire, afin de faciliter le rôle qui incombe aux commissions nationales et de tenir compte de leurs attributions et des prérogatives qui reviennent à la Conférence » ; elle « a généralement pour mission d’assurer le caractère essentiellement apolitique de l’action de la coopération intellectuelle, de favoriser son universalité, de veiller à ce que dans toute action sur le plan international, il soit tenu compte des légitimes intérêts et aspirations nationales » ; elle « peut formuler des résolutions et des vœux à l’adresse de la [CICI] et, par son entremise, au Conseil et à l’Assemblée de la [SDN] » mais aussi « à l’adresse des gouvernements, en chargeant les commissions nationales qui la composent de les transmettre aux pouvoirs publics de leurs pays respectifs ».

  • 136 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

49Cette vision décentralisée de la coopération intellectuelle est largement inspirée par les idées de Reynold, qui estime en particulier que, « si la coopération intellectuelle veut jouer un rôle dans le monde contemporain, il faut qu’elle devienne plus nationale », c’est-à-dire « qu’elle s’efforce d’établir des contacts plus directs avec les vies nationales »136 par l’entremise des commissions nationales. Ces dernières aspirent donc à jouer un rôle accru au sein de l’OCI dont elle voudraient devenir une sorte d’Assemblée générale – les « États Généraux de la Coopération intellectuelle » dira Herriot – qui puisse être une instance intermédiaire entre la coopération intellectuelle internationale et l’activité intellectuelle nationale, entre les organismes internationaux – l’OCI et donc le Conseil et l’Assemblée de la SDN – et les gouvernements nationaux. La Conférence demande d’ailleurs aux commissions nationales d’intervenir auprès de leurs gouvernements respectifs – lorsqu’ils sont membres de la SDN – pour qu’ils « fassent figurer régulièrement dans leurs délégations à l’Assemblée un représentant qualifié de la commission nationale de leur pays » et pour qu’ils poussent les États non membres de la SDN à participer « aux travaux de la Commission de l’Assemblée de la [SDN] appelée à délibérer sur les questions relatives à l’activité de » l’OCI ; en outre, elle invite les commissions nationales « à entreprendre toute action pertinente auprès des gouvernements de leurs pays respectifs » – membres ou non de la SDN – afin qu’ils réservent un accueil favorable aux suggestions qui leur seront faites ultérieurement à propos d’un accord intergouvernemental généralisant le soutien moral et financier des États à l’IICI. Ainsi, les commissions nationales sont les agents actifs de la décentralisation de l’OCI mais aussi le ferment de l’universalisme de son action.

  • 137 UNESCO, Cici : Com.Ex.22e session, 10 juillet 1937, b. 614 ; CICI.19e session, 16 juillet 1937, b. (...)
  • 138 UNESCO, Cici, C.327.M.220.1937.XII, b. 503 et 510. Cf. aussi supra, p. 132-137.
  • 139 UNESCO, Cici : C.371.1937.XII, b. 499 ; A.51.1937.XII, b. 497 / 18e Ass. SDN, 10e séance, 30 septem (...)

50Toutes les résolutions de la Conférence sont adoptées en juillet 1937 par le Comité exécutif et la CICI137, qui transmet aussi au Conseil et à l’Assemblée de la SDN le projet d’Acte international concernant la coopération intellectuelle138, qui a pour but « de consacrer le statut international et d’accroître les ressources » de l’IICI et de « favoriser la constitution et le développement des Commissions nationales », auxquelles les gouvernements sont invités à prêter un appui moral et financier accru, et dont l’article 1er, « conforme au vœu maintes fois exprimé par la Conférence des commissions nationales, prévoit la constitution, dans chaque pays contractant, d’une Commission nationale chargée de centraliser les efforts nationaux ou internationaux, en matière de coopération intellectuelle. Par une disposition spéciale, les États s’engageraient à accorder à ces Commissions des facilités leur permettant de prendre part aux Conférences générales ». En septembre 1937, le Conseil et l’Assemblée de la SDN approuvent à leur tour les recommandations de l’OCI, dont ils souhaitent l’application par tous les États, membres ou non de la SDN139.

  • 140 UNESCO, Iici, A.III.67, b. 30.
  • 141 UNESCO : Iici, A.III.63, b. 29 ; Cici, Com.Ex.23e session, 20 décembre 1937, b. 614 / SDN : R 3975  (...)
  • 142 UNESCO, Cici, Com.Ex.24e session, 26 avril 1938, b. 614/ SDN, R 4036 (corresp. entre la commission (...)

51Dès lors, l’IICI s’impose, au détriment du Secrétariat de la SDN, comme l’interlocuteur privilégié des commissions nationales et soutient le développement de leur coopération régionale, en envoyant un représentant à la Conférence interbaltique réunie à Riga en novembre 1938140 ou en appuyant la proposition – dont il est saisi en juillet 1937 – de la commission chilienne d’organiser, sous ses auspices, un congrès des commissions nationales américaines à Santiago, auquel il accepte d’envoyer une délégation et de fournir, tout comme la SDN, une aide financière. L’OCI ayant accepté la proposition chilienne – le Secrétariat de la SDN estime que « le moment paraît en effet très indiqué pour tâcher d’établir des rapports plus durables avec les différentes commissions latino-américaines, dont l’activité naissante doit être à tout prix dirigée vers l’organisation de Genève » –, la conférence, dont l’ordre du jour est préparé par l’IICI et le Secrétariat, est convoquée pour janvier 1939141. L’importance accrue de l’Amérique latine au sein de l’OCI se mesure d’ailleurs à la décision du Comité exécutif réuni en avril 1938 de renoncer, « vu les circonstances » – l’Italie a quitté la SDN en décembre 1937 et l’Autriche a disparu en mars 1938, entraînant la disparition de leurs commissions nationales-, à la traduction des actes de la Conférence de 1937 en allemand et italien et d’envisager une traduction espagnole, demandée par les commissions chilienne et argentine142.

  • 143 UNESCO, Cici, CICI.20e session, 14 juillet 1938, b. 565.
  • 144 UNESCO, Iici, A.III.63, b. 29 (lettre du Secrétariat de la SDN, 15 novembre 1938).

52En juillet 1938, devant la CICI143, le secrétaire de la commission chilienne expose son projet, dont le but est de « développer la coopération intellectuelle en Amérique en resserrant les liens culturels entre les différents pays américains et en les rattachant aux organismes internationaux de coopération intellectuelle de Genève et de Paris », même si les invitations ont été lancées non seulement à l’OCI et à l’IICI, aux commissions nationales et aux États – quand ceux-ci n’ont pas de commission nationale –, mais aussi à « quelques institutions internationales qui ont une influence culturelle en Amérique, comme l’Union panaméricaine, l’Institut international d’éducation de New-York, la Fédération internationale des PEN Clubs » (et aussi la Dotation Carnegie, la Fondation Rockefeller, la Fondation Guggenheim, etc.144). Le membre américain de la CICI se veut lui aussi rassurant en signalant que, « du point de vue de la [SDN], la Conférence de Santiago ne doit pas être envisagée comme un effort à tendance séparatiste, mais au contraire comme un renforcement de la coopération mondiale », relayé en cela par Reynold, le représentant du Secrétariat et Bonnet, qui insistent tous sur l’intérêt des regroupements régionaux qui préludent à une coopération universelle, Reynold comparant l’OCI « à un arbre dont les commissions nationales sont les racines. Sans la sève apportée par ces racines, l’arbre ne pourrait porter ni fleurs ni fruits ». L’argument a d’autant plus de poids que le 1er juin 1938 le Chili a fait connaître sa décision de quitter la SDN, preuve éclatante que l’OCI est en passe de réussir là où la SDN a échoué puisqu’elle est capable de tendre davantage vers l’universalité. Cependant, au même moment où des blocs économiques régionaux plus ou moins fermés se sont constitués pour répondre à la crise, des zones de coopération régionale se développent, certes reliées entre elles par l’IICI – qui y gagne ainsi en importance – mais conservant une large autonomie susceptible de se retourner contre l’OCI de deux manières.

  • 145 Ibid. (lettre du 10 novembre 1938). Cf. aussi supra, p. 247-255.
  • 146 SDN, R 4039 (rapport du Secrétariat de la SDN, 9 décembre 1938).

53D’une part, une tendance séparatiste est toujours à craindre concernant la coopération interaméricaine, comme le souligne la commission mexicaine, qui pense sans doute à l’influence des États-Unis : « il y a quelques nations du Continent qui ont quitté la [SDN], et par contre, ont installé des Commissions nationales (...), selon les résolutions des Conférences américaines de Montevideo et de Buenos-Aires. Jusqu’à présent on ne connaît pas l’attitude de ces commissions dernièrement organisées, mais nous sommes au courant de ce qu’on a l’idée de proposer à la Conférence de Santiago du Chili la création d’un Institut américain de coopération intellectuelle pour coordonner les travaux des Commissions de ce Continent. Une organisation de ce genre pourrait se considérer contraire au caractère universel (...) propre à notre organisation »145. D’autre part, la crise économique peut aussi révéler un aspect pervers de la régionalisation de la coopération intellectuelle, comme le craint le représentant de la SDN à la Conférence interbaltique de Riga : « j’ai été frappé par le désir très net exprimé (...) de maintenir cette œuvre régionale de coopération intellectuelle dans le cadre de la SDN » ; « Nonobstant cet intérêt pour la SDN et la bonne volonté évidente de développer également la collaboration sur le plan universel par l’entremise de Genève et de Paris, on est fondé de se demander si l’intensification de l’œuvre de coopération intellectuelle régionale ne se fera pas dans une certaine mesure au prix d’un relâchement de la collaboration de ces États avec les organismes centraux. En effet, les ressources financières et en personnel de certains de ces pays sont, par la nature même des choses, assez limitées et on ne voit pas trop bien comment ils pourront mener de front un programme ambitieux d’activité régionale qui se place en tête de leur programme et, en même temps, une collaboration plus étendue sur le plan international »146.

  • 147 UNESCO, Cici : C.253.M.150.1938.XII, b. 504 et 510 ; C.284.1938.XII, b. 499 ; A.65.1938.XII, b. 498 (...)
  • 148 UNESCO, Iici, Com.Ex.Institut.76.1939, b. 472.
  • 149 UNESCO, Cici, C.231.M.153.1939.XII (appendice 1), b. 504 et 510.
  • 150 UNESCO, Iici, A.III.68 (corresp. entre la commission cubaine et Secrétan, 22 février et 25 avril 19 (...)

54Quoi qu’il en soit, en juillet 1938, la CICI adopte une résolution favorable aux propositions de la Conférence des commissions nationales réunie en juillet 1937 et approuvant la tenue de la conférence de Santiago, demandant à l’IICI et au Secrétariat de la SDN d’assurer son organisation et sollicitant l’appui moral et matériel de l’Assemblée de la SDN, que celle-ci accorde en septembre sur la recommandation du Conseil de la SDN147. La Conférence des commissions nationales américaines a donc lieu du 6 au 12 janvier 1939 à Santiago du Chili148 et regroupe des délégations venant de 20 États (le Salvador et le Honduras sont les seuls absents) et des représentants de l’IICI et du Secrétariat de la SDN. L’Acte final de la Conférence149 compte une cinquantaine de résolutions concernant des problèmes techniques qui s’intégrent dans le champ d’action de l’OCI. Surtout, la Conférence se prononce en faveur de l’Acte international qui vient d’être signé à Paris le 3 décembre 1938, estimant « que cet Acte est de nature à contribuer efficacement au développement de l’œuvre de Coopération intellectuelle », émettant « le vœu que les adhésions des pays du Continent américain soient aussi nombreuses que possible » et invitant « les Gouvernements à apporter tout leur appui à [l’IICI], ceci notamment afin de défendre (...) l’universalité de la Coopération intellectuelle et l’universalité de la vie de l’esprit ». Enfin, la Conférence décide de réunir les commissions nationales américaines à La Havane en novembre 1941, avant la 9e Conférence panaméricaine prévue à Bogota en 1942 et dans des conditions d’organisation identiques à celles de la conférence de Santiago150.

  • 151 UNESCO : Iici, A.III.63 (lettre de Secrétan à Reynold, 13 février 1939), b. 29 ; Cici, Com. Ex.27e (...)
  • 152 UNESCO, Iici, Com.Ex.Institut.76.1939, b. 472.
  • 153 Cf. supra, p. 158-159 / D. Mylonas, op. cit., p. 63 / SDN, R 3977.

55Quel bilan l’IICI peut-il tirer de celle-ci ? À en croire Secrétan151, les résultats sont encourageants : il a pu constater les « sentiments d’amitié » de certains gouvernements (argentin, brésilien, chilien et uruguayen) à l’égard de l’Institut, la « diffusion (...) très encourageante » des livres de l’Institut et le succès rencontré par la publication de la Collection ibéro-américaine ; en outre, il a pu négocier avec certains États (Colombie, Équateur et Mexique) et il estime finalement « que l’on peut attendre de ce voyage une augmentation sensible du nombre des Commissions nationales, une connaissance plus précise des travaux de l’Institut et des adhésions plus rapides à l’Acte international ». Ce dernier a été, il est vrai, déjà favorablement accueilli par la 8e Conférence panaméricaine tenue à Lima en décembre 1938, qui y a vu un moyen d’offrir « aux pays qui ont quitté la [SDN], ou qui n’en ont jamais fait partie, la possibilité de collaborer aussi à l’œuvre de rapprochement spirituel des peuples, ouvrant ainsi de nouvelles et vastes possibilités d’avenir »152. En fait, le tableau est optimiste : en 1939 on ne compte qu’une seule nouvelle commission sud-américaine (au Venezuela) et seulement trois États sud-américains contribuent au budget général de l’IICI (Brésil, Colombie et Mexique) et en 1940 seul le Mexique aura ratifié l’Acte international. Pourtant, les relations établies entre l’IICI et de nombreuses commissions latino-américaines expliquent que la 2e Conférence des commissions américaines de coopération intellectuelle, tenue à La Havane en novembre 1941, demande aux gouvernements américains d’accueillir l’IICI fermé par l’Allemagne dès l’été 1940153. Même si ce vœu reste pieux, il prouve cependant l’intérêt suscité par l’IICI en Amérique latine.

  • 154 UNESCO, Iici, Com.Ex.Institut.67.1939, b. 472.
  • 155 UNESCO, Cici : Com.Ex.27e session, 5-6 avril 1939, b. 614 ; CICI.21e session, 21 juillet 1939, b. 5 (...)
  • 156 UNESCO, Cici, Com.Ex.110, b. 609.

56La conférence de Santiago terminée, l’OCI envisage la tenue, à l’IICI et en juin ou juillet 1940, d’une 3e Conférence générale des commissions nationales, s’appuyant sur les résolutions adoptées par la Conférence de 1937 et approuvées par la CICI – selon lesquelles de telles conférences « doivent devenir (...) l’un des rouages principaux [de l’OCI] » et doivent être « régulièrement convoquées toutes les trois années » – et sur l’article 2 de l’Acte international signé en décembre 1938 – qui stipule que « toutes dispositions utiles seront prises pour favoriser la participation des Commissions nationales aux Conférences générales qu’elles tiendront périodiquement »154. De fait, cette proposition est adoptée par le Comité exécutif en avril 1939 puis par la CICI en juillet 1939155, Herriot ayant déclaré que « la France accueillera très certainement » la Conférence à Paris et Bonnet ayant suggéré de « demander aux États de soutenir cette conférence », se disant persuadé que sa tenue pendant « l’année 1940 serait bien choisie : le monde se trouvera encore dans un état, sinon d’inquiétude, du moins d’attente et il sera utile que les représentants des différentes élites nationales puissent faire entendre leur voix et sinon lancer des manifestes, du moins avancer des idées avec autorité ». En fait, après le déclenchement de la guerre en Europe en septembre 1939, le Comité exécutif réuni en décembre 1939 estime que « les circonstances actuelles ne permettent pas d’envisager une conférence générale des Commissions nationales pour » 1940 mais « engage, toutefois, l’Institut à poursuivre les démarches qu’il a entreprises auprès des Commissions nationales en vue de connaître leur avis sur l’ordre du jour éventuel d’une conférence générale »156 : symbole du rêve brisé de l’OCI de participer à la mise en place d’un monde plus pacifique, mais aussi preuve que, dans les années trente, les commissions nationales ont constitué le principal relais de l’action de l’IICI, d’ailleurs prometteuse même si inachevée.

Notes

1 UNESCO, Iici : A.I.13 à 143, b. 3 à 14 ; A.XI.1 à 73, b. 63 à 66.

2 UNESCO, Cici, CD.10e session, 30 mai 1927, b. 600.

3 UNESCO, Iici, A.I.12 (lettre de Luchaire à de Castro, 29 juillet 1927), b. 2.

4 UNESCO, Iici, A.I.16 (lettre de Luchaire à Murray, 19 février 1929), b. 3.

5 UNESCO : Cici, CD.12e session, 31 janvier 1928, b. 601 ; Iici, A.XI.23, b. 64.

6 UNESCO : Cici, CD.5e, 10e et 14e sessions, 21 mai 1926, 30 mai 1927 et 25 mai 1928, b. 600 et 601 ; Iici, A.I.16 (lettre de Luchaire à Lorentz, 6 juin 1927), b. 9 / MAE, Sdn 1841 (lettre de l’ambassadeur de France au Danemark au Quai d’Orsay, 9 novembre 1928).

7 UNESCO, Cici, A.23.1931.XII (appendice 4), b. 496.

8 UNESCO, Cici, A.28.1926.XII (annexe III), b. 494 et 509.

9 UNESCO, Iici, A.XI.23 (lettre de Luchaire, 12 octobre 1927), b. 64.

10 MAE, Sdn 169 (personnel IICI, 1er avril 1927)/ SDN, R 2195 (fonctionnaires de l’IICI, décembre 1928) / UNESCO, Cici, A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509.

11 UNESCO, Cici : CA.6e session, 29 juillet 1929, b. 590 ; C.342.M.121.1929.XII, b. 502.

12 Cf. infra, p. 271-272.

13 UNESCO, Iici, A.IV.24 (lettres de Luchaire à de Monzie, 28 novembre 1925, et aux délégués d’État, juillet 1927), b. 32.

14 UNESCO, Cici, C.462.M.181.1926.XII, b. 501.

15 UNESCO, Iici, A.IV.24 (lettres de Luchaire à l’ambassadeur de Suisse en France et à Roland-Marcel, 15 février et 12 mars 1926), b. 32.

16 UNESCO, Iici : A.IV.24 (corresp. de Luchaire, mai-décembre 1926), b. 32 ; A.IV.23 (réunion du 27 octobre 1926), b. 31.

17 UNESCO, Iici, A.IV.24 (lettres de Monier et de l’agence des Colonies à Luchaire, 31 janvier et 9 février 1927), b. 32 / SDN, R 1073 (réunion des délégués d’État, 25 mars 1927).

18 UNESCO, Cici, CD.10e session, 30 mai 1927, b. 600.

19 UNESCO, Iici, A.IV.24, b. 32.

20 Cf. infra, p. 276-279.

21 UNESCO, Cici, CA.5e session, 22 juillet 1927, b. 596.

22 UNESCO : Iici, A.IV.24 (lettre d’Herriot à Appell, 1er août 1927), b. 32 ; Cici, A.35.1927.XII (annexe IV), b. 494 et 509/ SDN, R 1073 (réunion des délégués d’État, 8 novembre 1927).

23 UNESCO, Cici, A.28.1928.XII (annexe 2), b. 495 et 509.

24 MAE, Sdn 1863 (CD.5 1928).

25 UNESCO, Cici, CA.6e session, 29 juillet 1929, b. 590.

26 Cf. supra, p. 77-91.

27 UNESCO : Cici : A.28.1926.XII (annexe V), b. 494 et 509 ; Les travaux de l’IICI pendant l’année 1926, b. 494 ; Rapport général de Luchaire à la CICI (annexe II), b. 509 ; Iici : CD.3 (7) et (8) 1927, CD.3 (10) et (11) 1928, CD.3 (12) 1929, CD.3 (13) 1930, b. 546 ; A.I.31 (février 1940), b. 5 / SDN, R 4006 (janvier 1937).

28 UNESCO, Iici, A.I.85, b. 9.

29 Cf. supra, p. 119-150.

30 UNESCO : Cici, Les travaux de l’Institut pendant l’année 1926, b. 494 ; Iici : A.I.12 (lettre de Luchaire, 12 novembre 1929), b. 2 ; A.III.39 (lettre de Luchaire, 31 octobre 1927), b. 26.

31 Cf. supra, p. 210-220 et 266 – 269.

32 UNESCO, Cici : A.28.1926.XII. (annexe II), b. 494 et 509 ; CA.3e session, 29 juillet 1926, b. 548.

33 UNESCO, Cici : A.28.1928.XII (annexe 2), b. 495 et 509 ; CA.5e session, 28 juillet 1928, b. 590.

34 UNESCO, Cici, A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509.

35 MAE, Sdn 169 (lettre des délégués d’Argentine, du Salvador et d’Uruguay, 29 juin 1927 ; lettres de Luchaire au Quai d’Orsay, 2 août 1927 et 2 juin 1928).

36 Cf. supra, p. 233-236.

37 Cf. supra, p. 100-116.

38 UNESCO, Iici, A.I.136 (lettre de Bonnet au président de la Réunion des délégués d’État, 14 novembre 1930), b. 14.

39 UNESCO, Cici, Com. Ex.3e session, 10 avril 1931, b. 543.

40 UNESCO, Iici, A.I.55 (lettre de Bonnet à l’ambassadeur d’Irlande en France, 29 novembre 1934), b. 7.

41 UNESCO, Cici : A.23.1931.XII (appendice 4), b. 496 ; A.11.1932.XII (appendice 4), b. 496 et 510 ; A.14.1933.XII (appendice 8), b. 497 et 510.

42 UNESCO, Cici, C.339.M.156.1934.XII (appendice 5), b. 503.

43 UNESCO, Cici, Com. Ex.11e session, 19 décembre 1933, b. 544.

44 UNESCO, Cici, CICI.16e session, 16 juillet 1934, b. 563.

45 UNESCO, Cici, C.339.M.156.1934.XII (appendice 1), b. 503.

46 UNESCO, Iici, A.I.55 (corresp., octobre-décembre 1934), b. 7.

47 MAE : Sdn 169 (corresp., mai-décembre 1931) et 170 (lettres de Bonnet et du Quai d’Orsay, 20 et 30 décembre 1939).

48 MAE, Sdn 1864 (corresp., juin-juillet 1931) / UNESCO, Iici, A.I.55 (lettres de Bouglé et de la déléguée du Portugal à Bonnet, décembre 1934), b. 7.

49 UNESCO : Cici, CD.37e session, 25 avril 1935, b. 603 ; Iici, A.I.55, b. 7.

50 UNESCO : Iici, A.I.55 (corresp. entre Bonnet et les délégués du Brésil et du Portugal, mai-juin 1935), b. 7 ; Cici : CA.12e session, 18 juillet 1935, b. 597 ; C.278.M.145.1935.XII, b. 503.

51 UNESCO, Cici, C.318.M.199.1936.XII, b. 503.

52 Cf. supra, p. 132-150.

53 UNESCO, Iici, CD.5(1), b. 546.

54 UNESCO : Iici : AI.64 (rapport du délégué de la France auprès de l’IICI au gouvernement français, janvier 1929), b. 7 ; A.IV.25, b. 32 ; A.XI.1 à 73, b. 63 à 66 ; A.XII.1 à 4, b. 67 ; B.IV.1 à 39, b. 71 à 73 ; Cici : A.28.1926.XII (annexe IV) et A.35.1927.XII (annexe III), b. 494 et 509 ; A.28.1928.XII (annexe 3) et A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509 ; A.21.1930.XII (appendice 6), b. 496 et 510 ; Rapport de Luchaire sur l’activité de l’IICI en 1927-1928 (annexe IV), b. 509 ; CD.14e et 24e sessions, 25 mai 1928 et 30 janvier 1931, b. 601 et 602 / MAE, Sdn 1867 (CA.18.1929, annexes 9 et 10).

55 UNESCO, Cici, CA.2e session, 17 janvier 1926, b. 548.

56 UNESCO, Cici, CD.19e session, 27 juillet 1929, b. 601.

57 MAE, Sdn 1854 (corresp. entre la FIALS, Herriot et Luchaire, janvier-février 1925) / UNESCO : Iici, B.IV.12 (corresp. entre la FIALS et Luchaire, mai 1926 et juin 1927), b. 72 ; CD.5(1), b. 546 ; Cici : CD.11e session, 2 novembre 1927, b. 601 ; A.28.1928.XII (annexe 2), b. 495 et 509.

58 Cf. supra, p. 194-195 / UNESCO : Iici : A.IV.24 (lettre de Luchaire à François-Albert, 3 juin 1926), b. 32 ; A.IV.28 (notes de Dupierreux, décembre 1926), b. 33 ; Cici : A.28.1926.XII (annexe III), b. 494 et 509 ; CD.7e session, 30 octobre 1926, b. 600.

59 MAE, Sdn 1863.

60 UNESCO, Iici, A.IV.24, b. 32 (lettre de Brémond, 20 novembre 1928).

61 Ibid. (corresp., novembre-décembre 1928).

62 MAE, Sdn 1863 (lettres de Luchaire au Quai d’Orsay et à Massigli, 18 janvier et 19 février 1929).

63 MAE, Sdn 1866 (lettre de Massigli à Léger, 26 février 1929).

64 UNESCO, Iici, A.IV.23 (lettres de Luchaire, 8 et 12 juin 1929), b. 31.

65 MAE, Sdn 1863.

66 JO, Ch. dép., déb. parl., 2e séance du 12 juillet 1929.

67 MAE, Sdn 1863.

68 JO, Ch. dép., déb. pari., 2e séance du 11 mars 1930.

69 MAE, Sdn 1863.

70 UNESCO, Cici, A.21.1930.XII (appendice 4), b. 496 et 510.

71 UNESCO, Cici, CD.24e session, 30 janvier 1931, b. 602.

72 UNESCO, Iici, A.IV.22 (corresp. de Bonnet, 12 et 20 mars 1931), b. 31.

73 UNESCO, Cici, CD.25e session, 13 avril 1931, b. 603.

74 UNESCO : Cici, A.24.1931.XII (appendice 4), b. 496 ; Iici, CD.12.1931, b. 546.

75 UNESCO : Iici, A.IV.22 (lettre de Montenach à Bonnet, 11 juin 1931), b. 31 ; Cici : CD.26e session, 15 et 16 juillet 1931, b. 603 ; CA.8e session, 21 juillet 1931, b. 597.

76 UNESCO : Iici, A.IV.22, b. 31 ; Cici : CD.27e, 28e, 30e, 47e et 48e sessions, 30 novembre 1931, 31 mars et 18 décembre 1932, 9 juillet et 20 décembre 1938, b. 603 et 604 ; CA.15e session, 15 juillet 1938, b. 597.

77 MAE, Sdn 1841 : CICI.156 et 156(1)/ UNESCO : Iici : CD.3(c)(1)1926, CD.3(c)(1) 1927 et CD3. (c) (2) 1928, b. 546 ; A.I.31 (note de février 1940), b. 5 ; Cici : C.533.M.160.1928.XII (annexe 1), b. 501 et 509 ; Rapport de Luchaire à la CICI (annexe III), b. 509 ; CICI.209(a) et CICI.209(1), b. 573 ; A.23.1931.XII, b. 496 ; Les CNCI en 1932, b. 576 ; CA.50.1936, b. 450 ; CICI.461, b. 492 et 582 / SDN, R 3975 (les CNCI en 1933).

78 UNESCO, Iici : A.III.20 à 65, b. 24 à 30.

79 Cf. supra, p. 183-186.

80 UNESCO, Iici : A.III.11 (lettre de Secrétan au secrétaire de la commission suisse, 8 mars 1935), b. 22 ; A.III.20 (lettre de Secrétan au Secrétariat de la SDN, 21 octobre 1935), b. 24 ; A.III.56 (2) (lettre de Secrétan au Secrétariat de la SDN, 4 novembre 1937), b. 28 ; A.II.21 (lettre du secrétaire de la commission italienne à Bonnet, 2 mars 1938), b. 17 ; A.III.17, b. 23.

81 UNESCO, Iici : A.III.20 (lettre de Secrétan au Secrétariat de la SDN, 21 octobre 1935), b. 24 ; A.III.56 (3) (note du 20 janvier 1937), b. 28. Cf. aussi infra, p. 284.

82 UNESCO, Iici, A.III.56 (3) (corresp. entre la commission ukrainienne et Bonnet, janvier-avril 1937), b. 28.

83 UNESCO, Iici, A.III.53 (corresp. entre Murray, l’IICI et le Secrétariat de la SDN, novembre 1931-janvier 1936), b. 27.

84 UNESCO, Iici, A.III.13 (lettres du président de la commission japonaise à Bonnet, 24 décembre 1936 et 21 février 1939), b. 23.

85 UNESCO : Cici, C.424.M.157.1927.XII. b. 501 ; Iici, b. 492, et Cici, b. 573 et 502 (C.342.M.121.1929.XII, annexe 15) : CICI.215 ; Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII /L’IICI (1925-1946), p. 537-560.

86 UNESCO, Cici, C.424.M.157.1927.XII, b. 501.

87 SDN, R 1063 (corresp. d’Oprescu, février-mai 1927).

88 UNESCO, Cici, A.103.1927.XII, b. 494.

89 SDN, R 1063 (lettres d’Oprescu et Zimmern, 4 octobre et 29 décembre 1927).

90 SDN : R 3973 (corresp. du Secrétariat de la SDN, octobre 1936-mai 1938) et 3975 (lettre du Secrétariat de la SDN, 18 mars 1937). Cf. supra, p. 281.

91 UNESCO, Iici, A.III.20 (lettre de Montenach au président de la commission américaine, 11 novembre 1936), b. 24.

92 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 106.

93 UNESCO : Iici, Conférence des CNCI de Varsovie, juin 1926, b. 492 ; Cici, Rapport à la CICI sur la Conférence de Varsovie in Les travaux de l’IICI pendant l’année 1926, b. 494.

94 UNESCO, Cici, C.462.M.181.1926.XII, b. 501.

95 UNESCO, Cici, C.424.M.157.1927.XII (annexe 3), b. 501.

96 UNESCO, Cici : C.424.M.157.1927.XII et C.533.M.160.1928.XII, b. 501.

97 MAE, Sdn 1841 (M.L.1.1929.XII).

98 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 573 et 502 (C.342.M.121.1928.XII, annexe 15) : CICI.215.

99 Cf. supra, p. 91-93.

100 UNESCO, 3e et 4e séances de la Conférence des CNCI (19 juillet 1929) : Iici, b. 492, et Cici, b. 539.

101 UNESCO : Iici, A.III.1 à 44, b. 20 à 26 ; Cici : A.20.1929.XII (appendice 3), b. 495 et 509 ; A.21.1930.XII (appendice 6), b. 496 et 510.

102 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 573 et 502 (C.342.M.121.1929.XII, annexe 15) : CICI.215.

103 UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.

104 Cf. supra, p. 97-109.

105 UNESCO, Cici, Com.Ex.3e session, 10 et 12 avril 1931, b. 543.

106 UNESCO, Cici, C.471.M.201.1931.XII (annexe 16), b. 502.

107 UNESCO, Cici, A.23.1931.XII, b. 496.

108 UNESCO, Cici : A.VI.1.1931.XII et A.69.1931.XII, b. 496 / 12e Ass. SDN, 13e séance, 24 septembre 1931.

109 UNESCO, Cici, Com.Ex.32 (16 mars 1932), b. 606.

110 UNESCO, Cici : CICI.14e session, 21 juillet 1932, b. 560 ; A.11.1932.XII, b. 496 et 510 / SDN, R 2204 (rapport de la commission américaine, novembre 1931).

111 UNESCO, Cici, Com.Ex.5e et 7e sessions, 30 novembre 1931 et 15 juillet 1932, b. 506 et 613.

112 UNESCO, Cici : A.11.1932.XII, b. 496 et 510 ; A.VI.1.1932.XII et A.54.1932.XII, b. 496 / 13e Ass. SDN, 8e séance, 10 octobre 1932.

113 UNESCO, Cici : CICI.15e session, 21 juillet 1933, b. 561 et 562 ; A.14.1933.XII (appendice 1), b. 497 et 510.

114 UNESCO, Cici : Com.Ex.8e session, 17 décembre 1932, b. 613 ; Com.Ex.49, b. 606.

115 UNESCO, Cici : CICI.16e session, 16 juillet 1934, b. 563 ; C.339.M.156.1934.XII (appendices 1 et 5), b. 503.

116 UNESCO, Cici, A.41.1934.XII, b. 497 / 15e Ass. SDN, 11e séance, 26 septembre 1934.

117 UNESCO : Iici, A.III.56(1), b. 28 ; Cici : C.290.M.154.1935.XII (appendices 1 et 6), b. 503 ; CICI.17e session, 16 et 20 juillet 1935, b. 564 ; A.59.1935.XII, b. 497 / 16e Ass. SDN, 13e séance, 28 septembre 1935.

118 UNESCO, Iici : A.XII.10 (lettre de Montenach à Secrétan, 11 février 1936), b. 67 ; A.III.56(3) (M.L.3.1937.XII), b. 28.

119 UNESCO, Iici, A.XII.10, b. 67.

120 UNESCO : Iici, A.III.56(1) (lettre de Secrétan à Heath, 13 février 1935), b. 28 ; Cici, Com.Ex.18e session, 6 et 7 avril 1936, b. 545.

121 UNESCO, Cici, CICI.18e session, 17 juillet 1936, b. 564.

122 UNESCO, Cici, C.328.M.205.1936.XII (appendice 8), b. 503.

123 UNESCO, Cici, C.328.M.205.1936.XII (appendice 1), b. 503.

124 UNESCO : Cici : CA.13e session, 15 juillet 1936, b. 597 ; Com.Ex.20e session, 22 décembre 1936, b. 545 ; Iici : A.III.56(1), (2) et (3), b. 28 ; A.XII.12, b. 68/MAE, Sdn 1832.

125 UNESCO : Cici, CN.2e session, b. 539 ; Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.350.M.369.1937.XII.

126 UNESCO : Cici : CA.46.1935, b. 592 ; CN.13 bis à 20, b. 539 ; Iici, A.26, 28, 29, 31, 32, 33, 34 et 36. 1937, b. 412.

127 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

128 Cf. supra, p. 128-132.

129 Cf. supra, p. 282.

130 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

131 UNESCO, Iici, CN.2-1938, b. 492.

132 L’IICI (1925-1946), p. 544-553.

133 UNESCO : Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII ; Cici, C.328.M.205.1936.XII (appendice 8), b. 503 ; Iici, A.III.67, b. 30/ SDN 4039.

134 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

135 Cf. supra, p. 247-255.

136 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

137 UNESCO, Cici : Com.Ex.22e session, 10 juillet 1937, b. 614 ; CICI.19e session, 16 juillet 1937, b. 545 ; C.327.M.220.1937.XII (appendice 1), b. 503 et 510.

138 UNESCO, Cici, C.327.M.220.1937.XII, b. 503 et 510. Cf. aussi supra, p. 132-137.

139 UNESCO, Cici : C.371.1937.XII, b. 499 ; A.51.1937.XII, b. 497 / 18e Ass. SDN, 10e séance, 30 septembre 1937.

140 UNESCO, Iici, A.III.67, b. 30.

141 UNESCO : Iici, A.III.63, b. 29 ; Cici, Com.Ex.23e session, 20 décembre 1937, b. 614 / SDN : R 3975 et 3976 (corresp. entre la commission chilienne, l’IICI et le Secrétariat de la SDN, juillet 1937-novembre 1938).

142 UNESCO, Cici, Com.Ex.24e session, 26 avril 1938, b. 614/ SDN, R 4036 (corresp. entre la commission chilienne et Montenach, avril-mai 1938).

143 UNESCO, Cici, CICI.20e session, 14 juillet 1938, b. 565.

144 UNESCO, Iici, A.III.63, b. 29 (lettre du Secrétariat de la SDN, 15 novembre 1938).

145 Ibid. (lettre du 10 novembre 1938). Cf. aussi supra, p. 247-255.

146 SDN, R 4039 (rapport du Secrétariat de la SDN, 9 décembre 1938).

147 UNESCO, Cici : C.253.M.150.1938.XII, b. 504 et 510 ; C.284.1938.XII, b. 499 ; A.65.1938.XII, b. 498 / 19e Ass. SDN, 11e séance, 29 septembre 1938.

148 UNESCO, Iici, Com.Ex.Institut.76.1939, b. 472.

149 UNESCO, Cici, C.231.M.153.1939.XII (appendice 1), b. 504 et 510.

150 UNESCO, Iici, A.III.68 (corresp. entre la commission cubaine et Secrétan, 22 février et 25 avril 1939), b. 30.

151 UNESCO : Iici, A.III.63 (lettre de Secrétan à Reynold, 13 février 1939), b. 29 ; Cici, Com. Ex.27e session, 5-6 avril 1939, b. 614.

152 UNESCO, Iici, Com.Ex.Institut.76.1939, b. 472.

153 Cf. supra, p. 158-159 / D. Mylonas, op. cit., p. 63 / SDN, R 3977.

154 UNESCO, Iici, Com.Ex.Institut.67.1939, b. 472.

155 UNESCO, Cici : Com.Ex.27e session, 5-6 avril 1939, b. 614 ; CICI.21e session, 21 juillet 1939, b. 565 ; C.231.M.153.1939.XII, b. 504 et 510.

156 UNESCO, Cici, Com.Ex.110, b. 609.

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search