Version classiqueVersion mobile

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Deuxième partie. Le fonctionnement de l’IICI : un rayonnement certain mais laborieux

Chapitre VI. L’intérêt modeste et inégal des États

Texte intégral

1L’une des grandes faiblesses de l’IICI est de n’avoir jamais réussi à obtenir un soutien franc et massif des États : dès 1926, la France se désintéresse d’un Institut qu’elle a pourtant créé mais qui est perçu comme coûteux et encombrant ; les autres grandes puissances font preuve d’une tiédeur plus ou moins bienveillante ; seuls les États latino-américains manifestent un intérêt réel mais tardif.

L’effacement de la France

  • 1 Cf. supra, p. 77-116.
  • 2 MAE, Sdn 1856 (corresp. entre Berthelot et Luchaire, 22 et 27 octobre 1926).

2En apparence, la France participe activement à l’Institut qu’elle a contribué à créer : elle l’héberge, le subventionne – couvrant à elle seule en moyenne 76 % de ses recettes et même 83 % des subventions gouvernementales –, y est représentée par un délégué dès 1925 et possède une commission nationale, enfin fournit ses deux directeurs. Précisément, ce dernier point est le seul à être vraiment délicat, et encore ne s’agit-il que de Luchaire : en effet, Bonnet a été choisi en raison de la garantie qu’il donnait d’être un fonctionnaire international d’une absolue neutralité, condition posée par les autres États pour maintenir un Français à la tête de l’Institut lors de la réforme de l’OCI réalisée en 1930-1931, réforme d’ailleurs largement provoquée par la volonté de Luchaire de faire de l’IICI le noyau de l’OCI1. De fait, la position de Luchaire est délicate : étant un ancien haut fonctionnaire français et ayant véritablement créé de toutes pièces l’Institut en montrant les avantages moraux et politiques que la France pourra en retirer, on ne peut imaginer qu’il néglige les intérêts propres de son pays ; mais, dans le même temps, directeur d’un organisme international dont il veut assurer le rayonnement, lequel passe par sa neutralité, il doit faire preuve de la plus grande impartialité et en quelque sorte oublier qu’il est français. La tâche de Luchaire est d’autant moins aisée que les autorités françaises semblent décidées à surveiller l’Institut. Ainsi, en octobre 19262, protestant de ne pas avoir été prévenu de l’organisation d’une conférence internationale se tenant sous les auspices de l’Institut, Berthelot, secrétaire général du Quai d’Orsay, administre à Luchaire un véritable rappel à l’ordre : « je n’ignore pas le caractère international de l’Institut (...) ; mais il me semble que, dans les questions pouvant avoir des répercussions politiques soit extérieures, soit intérieures, le Gouvernement de la République ait le droit d’attendre de la direction française de l’Institut, lequel a reçu l’hospitalité de la France, qu’elle n’agisse et surtout ne prenne aucune initiative sans consulter ou au moins aviser le Ministère des Affaires Étrangères et éventuellement le Département techniquement intéressé » ; de fait, quelques jours plus tard, Luchaire fait parvenir au Quai d’Orsay les renseignements sur la conférence qu’il organise.

  • 3 568. MAE, Sdn 1856 (lettre de Luchaire au Quai d’Orsay, 5 novembre 1926). (texte souligné).
  • 4 Cf. supra, p. 210-220.

3Dans la foulée, Luchaire transmet d’ailleurs au Quai d’Orsay3 une note que la France peut utiliser « pour défendre notre Institut au point de vue français ». Cette note souligne d’abord que « c’est l’impression très nette des hauts fonctionnaires du Secrétariat de la [SDN] (...) que les doutes et les méfiances qui duraient encore l’année dernière dans les pays étrangers, à l’égard de l’Institut, sont à peu près complètement dissipés » : dans ces conditions, « il n’en est que plus nécessaire de montrer au public français et, en particulier, à ses éléments dirigeants, les avantages particuliers que la France retire et retirera de cette entreprise ». De fait, grâce à la collaboration permanente établie entre l’IICI et de nombreuses associations intellectuelles internationales – dont certaines sont logées au Palais-Royal –, à la tenue de congrès internationaux et de réunions techniques organisées à l’Institut, à la réunion périodique des délégués d’État, Paris est devenu un véritable centre de la coopération intellectuelle, de sorte qu’« au fur et à mesure que s’accroîtra l’activité de l’Institut l’influence française se fera de plus en plus sentir. Dès à présent, un résultat pratique semble atteint, c’est la prévalence de la langue française dans les correspondances et discussions internationales qui ont lieu sur les sujets de coopération intellectuelle ». Enfin, tout en assurant que « l’organisme de liaison créé à Paris est en train d’apporter leur solution à un grand nombre de problèmes techniques d’organisation que les savants, les artistes, les professeurs attendent depuis longtemps », la note conclut en rappelant que « la France retirera d’autant plus de profit d’un tel état de choses qu’elle apportera une collaboration plus active à la solution des problèmes techniques soumis à cette organisation intellectuelle » et en soulignant que la résolution adoptée par l’Assemblée de la SDN en septembre 1926 proclame que l’Institut est « une initiative réussie. Or, il n’est pas de doute pour personne, dans les milieux internationaux, que cette initiative est une initiative française. Nous sommes donc en présence d’une initiative française réussie ». En faisant ainsi miroiter au gouvernement français un surplus d’influence culturelle et politique pour la France s’il s’engage activement en faveur de l’IICI, Luchaire tente aussi d’obtenir qu’il augmente sa subvention à l’IICI, avec des résultats finalement bien décevants4.

  • 5 UNESCO, Iici, A.I.64 (lettre de Luchaire à Herriot, 12 juillet 1928), b. 7.

4Cependant, l’insistance avec laquelle Luchaire souligne les avantages que la France peut retirer de son soutien à l’IICI semble indiquer que les responsables français ne cherchent pas tellement à profiter de la situation : sûrement par manque de moyens financiers, notamment entre 1926 et 1928 ; sans doute aussi par manque de volonté politique de la part de décideurs – notamment Poincaré – qui, de par leur formation politique, voient dans la coopération intellectuelle un aspect secondaire des relations internationales. C’est d’ailleurs ce que Luchaire suggère à Herriot, alors ministre de l’Instruction publique, en juillet 19285 : « il est certain que désormais tout pays, et la France plus que tout autre, a devant lui deux voies pour son action intellectuelle à l’extérieur : la voie nationale, par ses organes propres de propagande universitaires, scientifiques, etc... et la voie internationale par l’organisme de la Société des Nations que la France elle-même a fondé et a tant contribué à développer. J’ai l’impression que dans la pratique quotidienne, les administrations responsables, en France et ailleurs, ne sont pas encore habituées à faire le départ méthodique entre les affaires qui doivent suivre la première voie et celles pour lesquelles il est préférable de suivre la deuxième ». Double paradoxe que de voir la France proposer d’héberger et de subventionner un Institut pour n’en faire presque plus cas ensuite, si ce n’est pour éviter qu’il ne devienne trop international sans pour autant en faire un élément de sa politique culturelle, et le directeur d’un Institut international théoriquement tenu à la plus stricte impartialité rappeler aux autorités de son pays tous les avantages qu’elles pourraient retirer de leur initiative.

  • 6 UNESCO, Iici, A.XI.15 (note de Luchaire, 4 décembre 1928), b. 64.

5De fait, en décembre 1928, Luchaire revient à la charge en envoyant au ministère de l’Instruction publique une note « sur l’activité de l’IICI examinée dans ses rapports avec la vie intellectuelle française et plus particulièrement avec les services publics français intéressés à la vie intellectuelle »6. Après avoir rappelé que la création de l’Institut « exprimait la volonté de la France d’être au premier rang des pays qui entendaient participer à l’organisation de la vie intellectuelle internationale », alors que les autres grands États étaient plutôt réticents, Luchaire constate qu’aujourd’hui ces mêmes États ont amorcé un rapprochement plus ou moins important avec l’Institut au moment même où « il semble que, par un étrange paradoxe, les pouvoirs publics français aient cessé d’apporter dans leur participation au travail de coopération intellectuelle la même volonté créatrice » : Luchaire explique ce retournement par la crise financière que la France a traversée en 1926 mais aussi par le relâchement de la volonté politique. Tout en montrant que, « dans le cadre de l’organisation de la coopération intellectuelle, la participation française est, à l’heure actuelle, convenablement assurée » – la CICI comprend un membre français qui est en même temps président de droit du Conseil d’administration et du Comité de direction de l’Institut ; la France dispose d’un délégué auprès de l’Institut ; un service national français a été créé à l’Institut –, Luchaire estime que « c’est donc dans les milieux français que le travail complémentaire d’organisation doit être poursuivi » et précise les trois axes de toute action dans ce domaine.

6En premier lieu, il suggère une « coordination des services publics français intéressés à la coopération intellectuelle » : « il serait donc pratique et utile qu’une conférence fût organisée entre des représentants du Ministère de l’Instruction Publique, du Ministère des Affaires Étrangères et de l’Institut (...), dont l’objet serait de déterminer : a) quel est dans chaque Ministère, le service et même le fonctionnaire qui se chargerait de centraliser les questions de coopération intellectuelle internationale, b) préciser comment une coordination devrait être établie entre les différents services de Départements aussi variés ». En deuxième lieu, il réclame « l’établissement d’une liaison permanente et effective entre le Service Français de l’Institut (...) et les services publics français précédemment mentionnés » : « bien que la seule voie théorique par laquelle l’Institut doive passer pour saisir les autorités françaises soit le Département des Affaires Étrangères – la règle s’appliquant à la France comme à tous les pays – il semble que, pour des raisons pratiques et jusqu’à nouvel ordre, ce contact puisse être établi directement avec l’Instruction Publique, après accord avec les Affaires Étrangères (...). Ce qui importe en effet dans l’état de choses actuel, c’est que l’on sache dans les milieux français qu’il existe désormais une organisation consacrée à l’étude de tous les problèmes précis que pose la coopération intellectuelle internationale. Trop souvent encore la constatation peut être faite d’une ignorance presque totale dans cette matière des administrations françaises, d’où un chevauchement, un gaspillage de temps et de force » ; « la liaison du Chef du Service Français avec le Parlement est également une chose désirable. Il est de l’intérêt général et de l’intérêt français que, dans les milieux internationaux, on connaisse non seulement la sympathie témoignée, mais même la part effective que de nombreux Parlementaires français ont prise à l’organisation de la vie intellectuelle ».

7En troisième lieu surtout, Luchaire souhaite que la commission française de coopération intellectuelle soit réorganisée : « à l’heure où les Commissions nationales étrangères reçoivent un renforcement caractéristique de leur autorité et de leurs moyens d’action matériels, la Commission Nationale Française, au contraire, réduit de plus en plus son activité : les réunions en sont de plus en plus espacées (...) ; la plupart des membres (...) ne s’associent plus au travail des séances ; enfin, les moyens administratifs et financiers sont ridiculement insuffisants. (...). Il importe de dégager (...) le préjudice causé à la coopération intellectuelle par une telle stagnation. Du point de vue international, le retard apporté à l’examen des affaires, sur lesquelles il est nécessaire de recueillir le sentiment de chaque Commission, est une gêne pour l’organisation du travail ; du point de vue français, l’insuffisante participation française au travail international risque d’être interprétée comme une indifférence des milieux intellectuels français pour une tâche à laquelle d’autres pays attachent une attention de plus en plus avisée. Il importerait que la Commission Nationale Française (...) étudiât de façon plus serrée tous les problèmes intellectuels que lui soumet l’Institut (...). (...). [Elle] doit tendre à se saisir de toutes les affaires intellectuelles en suspens dans le pays et donner sur ces affaires un avis autorisé dont les autorités publiques pourront s’inspirer pour la préparation du travail parlementaire ou administratif [et] devrait être élargie de façon à comprendre à la fois des intellectuels purs (...), des représentants des associations professionnelles intellectuelles, des hommes politiques et les grands chefs de Services administratifs d’État (...). Elle devra en même temps [avoir] un secrétariat (...) [et] une personnalité chargée d’assurer le contact permanent [avec l’IICI]. La Commission Nationale Française, qui a reçu jusqu’ici des subventions des Affaires Étrangères variant de 6 000 à 10 000 francs, ne peut pas travailler. Elle devrait disposer d’un budget atteignant 50 000 francs au minimum ».

8Outre la constance des idées de Luchaire depuis 1923, cette note révèle que les autorités françaises, pourtant initiatrices du projet de créer l’IICI, ne se donnent pas les moyens d’en tirer profit, confirmant une nouvelle fois le décalage entre les ambitions et les possibilités effectives de la diplomatie française après 1919. Et cette carence oblige Luchaire à prouver le jour, en tant que directeur d’un organisme dépendant de la SDN, qu’il est le gardien sourcilleux de sa stricte internationalité – et qui y parvient si l’on considère le plus grand nombre d’États qui subventionnent l’Institut, s’y font représenter par un délégué, créent une commission nationale et participent aux travaux de l’Institut – et à s’efforcer la nuit, en tant qu’ancien haut fonctionnaire français, de pousser son pays à considérer la coopération intellectuelle comme une arme à part entière de sa panoplie diplomatique et à défendre ses intérêts à travers l’action d’une institution multilatérale.

  • 7 UNESCO, Iici, A.I.64 (rapport d’Appell au gouvernement français, janvier 1929), b. 7.

9Luchaire n’est d’ailleurs pas le seul à alerter le gouvernement français puisqu’en janvier 1929 Paul Appell, délégué de la France auprès de l’Institut, dresse le même constat7. Appell pose en effet le problème de « la participation française » et du « bénéfice que la France peut escompter des décisions prises en commun par les représentants qualifiés de nationalité et de culture intellectuelles multiples » et son opinion est aussi accablante que celle de Luchaire pour les autorités françaises : si, « d’une manière générale, il est permis de dire que la participation française aux affaires techniques a été satisfaisante », notamment lors de la constitution des comités d’experts suscités par l’IICI, « lorsqu’il s’agit par contre de problèmes qui exigent l’intervention des pouvoirs publics français, les négociations ont été toujours plus lentes et souvent même cette lenteur a nui à l’amplitude des résultats qu’on pouvait espérer » et « lorsque, malheureusement, la participation française nécessite un effort financier, les autorités administratives françaises, contraintes de rester dans les limites budgétaires extrêmement réduites, sont presque toujours gênées pour donner à la représentation française dans les manifestations internationales la part proportionnelle à l’importance de la vie intellectuelle française, et attendue par l’étranger ». Appell avance donc « diverses suggestions destinées à perfectionner encore les contacts entre les services publics français intéressés à la vie intellectuelle et l’Institut », notamment « établir une cohésion plus grande entre tous les services administratifs français » et accroître le soutien financier de l’État : « Ce ne sont ni les bonnes volontés, ni les compétences qui manquent, mais uniquement les fonds ».

  • 8 Cf. supra, p. 194-195 et 210 – 220 et infra, p. 266-270 et 276 – 279.
  • 9 MAE, Sdn 1839 (lettre de Gallié à Massigli, 17 décembre 1929).

10Les appels lancés par Luchaire et Appell sont loin d’être entendus si l’on en juge par les difficultés que Luchaire rencontre encore en 1930 pour récupérer auprès des administrations françaises les locaux attribués à l’Institut en 1925, pour loger dignement les associations, pour faire aboutir son projet de Galerie des Nations ou même pour maintenir le chiffre de la subvention votée par le Parlement8. Impression d’ailleurs renforcée par le cri de détresse que Gallié, secrétaire général du Comité français de coopération intellectuelle, pousse en décembre 1929 pour attirer l’attention du Quai d’Orsay : « le Ministère des Affaires Étrangères donnait annuellement pour les frais de secrétariat une subvention de 12 000 francs. Elle avait exceptionnellement été réduite en 1927 à 9 000 francs. Depuis cette époque, le Ministère, sans aucune décision, n’a plus effectué aucun versement. Comme ce comité n’avait aucune autre ressource, j’ai dû, comme Secrétaire Général, continuer à faire face aux dépenses. J’ai congédié la sténo-dactylographe (...) au mois d’octobre 1929 [et] j’ai dû effectuer [des avances] pour assurer la vie précaire du Comité »9.

  • 10 Ibid. (lettre de Coville, 21 juin 1929 ; note du 28 décembre 1929 ; lettres de Gallié au Quai d’Ors (...)

11Ce rappel lancinant du manque de moyens financiers qui lui sont alloués montre assez les limites de la politique culturelle française, dont on a l’impression qu’elle a été utilisée en 1924 lorsqu’il était nécessaire de donner des preuves de la conversion de la France à une politique de conciliation et de participation active à la SDN – d’ailleurs non désintéressée puisque recherchant la neutralisation de l’Allemagne et le soutien des Anglo-Saxons –, mais qui est laissée à l’abandon dès lors que la détente européenne semble s’installer durablement. Les responsables français ne pensent-ils pas que la coopération intellectuelle est un « gadget », les vraies négociations se déroulant sur le terrain politique et économique ? En outre, les réticences manifestées dès 1920 par le Quai d’Orsay devant les projets élaborés par le ministère de l’Instruction publique – et notamment par Luchaire – n’ont sans doute pas totalement disparu. Finalement, le seul geste du gouvernement français concerne la Commission française de coopération intellectuelle10. Sa réorganisation est envisagée dès juin 1929 mais il faut attendre décembre 1929 pour que Massigli, relancé par Jouvenel, son président, envoie une note au cabinet de Briand pour que soit accordé au Comité français « un dernier versement, qui permettrait de rembourser les avances consenties par M. Gallié, et de faire face aux dépenses courantes jusqu’au vote du Budget de l’exercice 1930. Les ressources du Comité seront en effet dès lors assurées par la part qui lui sera allouée dans la contribution de 300 000 francs que le Ministère des Affaires Étrangères accorde aux associations de propagande pour la Société des Nations » : en effet, « il serait tout à fait regrettable que l’activité du Comité français risquât d’être interrompue ou entravée précisément au moment où l’Assemblée vient de mettre à l’étude la question de la réorganisation [de l’OCI], étude à laquelle le Comité a été invité à participer ». De fait, en mars 1931, le Comité français est transformé en Commission française de coopération intellectuelle et réorganisé suivant les vues de Luchaire.

  • 11 Cf. supra, p. 132-150 et 220-226.
  • 12 UNESCO, Cici, CICI.17e session, 20 juillet 1935, b. 564.
  • 13 Cf. supra, p. 195.
  • 14 MAE, Sdn 1840 (corresp. 21 mai-25 juillet 1935).

12Mais en 1931 Luchaire n’est plus directeur de l’IICI, qui ne doit sa survie qu’à l’affirmation par la France qu’elle ne l’utilisera pas pour défendre ses intérêts, d’ailleurs clairement prouvée par le sacrifice de Luchaire. De fait, son successeur, Henri Bonnet, se comporte comme un fonctionnaire international soucieux d’assurer la bonne marche de l’Institut, quand Luchaire ne pouvait toujours oublier qu’il était un haut fonctionnaire français détaché à la tête d’un organisme international. Certes, la France fournit la plus grosse subvention gouvernementale mais elle le fait presque à son corps défendant – de fait, entre 1931 et 1939, le chiffre de sa subvention diminue – et parce qu’elle y est tenue par l’Accord de décembre 1924, et en 1938 elle organise la conférence diplomatique destinée à la signature de l’Acte international en espérant voir son fardeau financier partagé par un plus grand nombre d’États11. Même l’invitation lancée en juillet 1935 par Herriot, président du Conseil d’administration de l’IICI et ministre d’État du gouvernement Laval, à la CICI pour qu’elle prenne part à l’Exposition internationale qui doit se tenir à Paris en 193712, ne doit pas être surestimée. Certes, elle montre l’attachement de la France à la coopération internationale – en l’occurrence intellectuelle – à un moment où la sécurité collective est de plus en plus menacée mais elle n’est pas inspirée par des arrière-pensées politiques, puisqu’au même moment l’administration française menace certains locaux de l’Institut13 et que le Quai d’Orsay, du fait des économies décidées par les décrets-lois de juillet 1935, refuse d’accorder une subvention spéciale à la commission française de coopération intellectuelle14. Il est indéniable que dans les années trente la France se désengage d’une entreprise qu’elle a créée à un moment où elle n’avait pas encore perdu toute initiative et où elle avait un projet culturel au service d’une diplomatie globale : la crise économique, le discrédit de la SDN, la montée des périls extérieurs mais aussi le repli sur des préoccupations hexagonales ont réduit le prestige de l’IICI et amené les responsables français à avoir d’autres priorités, tendance accentuée par l’instabilité ministérielle. L’attitude de la France envers l’IICI paraît donc dictée par des considérations politiques et économiques étrangères à la coopération intellectuelle, situation finalement proche de celle prévalant dans les années vingt, quand la coopération intellectuelle et l’IICI étaient utilisés dans un but avant tout politique.

  • 15 UNESCO, Iici, A.VI.1, b. 41 / MAE, Sdn : 169 et 170 / SDN : R 1073, 2195 et 3988.

13Les relations entre la France et l’IICI sont d’ailleurs empoisonnées jusqu’en 1936 par un sujet concernant un point d’ordre juridique révélateur des difficultés de cohabitation entre une institution internationale et l’État hôte : les immunités et privilèges diplomatiques, notamment en matière fiscale, dont peut jouir le personnel de l’IICI15. Conformément à l’article 11 du Statut organique de l’IICI, se référant lui-même à l’article 7 du Pacte de la SDN, le Conseil de la SDN approuve en septembre 1925 la décision prise en juillet 1925 par le Conseil d’administration de l’Institut d’accorder à son personnel supérieur (directeur, chefs de section et de service et leurs adjoints) le bénéfice des privilèges et immunités diplomatiques – en matière d’exterritorialité, juridique, fiscale et douanière – consentis au personnel supérieur de la SDN (article 19 du règlement intérieur de l’IICI). Mais un véritable bras de fer, qui se focalise très vite sur les immunités fiscales du personnel supérieur français de l’Institut, se poursuit de 1926 à 1936 entre les organes dirigeants de ce dernier et les autorités françaises : les premiers veulent obtenir l’application d’un droit international nouveau et en voie d’élaboration qui assure à leur personnel un statut similaire à celui des fonctionnaires de Genève – qui bénéficient du modus vivendi conclu en septembre 1926 entre le Secrétariat de la SDN et les autorités suisses – tandis que les secondes défendent ce qu’elles considèrent comme étant un des aspects de leur souveraineté en affirmant la supériorité du droit des États.

14Les différents gouvernements français, sous la pression du ministère des Finances – qui s’appuie sur les conclusions du service juridique du Quai d’Orsay –, refusent d’accorder aux membres français du personnel supérieur de l’IICI (jamais plus de cinq personnes) le bénéfice de l’immunité fiscale, c’est-à-dire l’exemption de l’impôt sur le revenu sur les traitements versés par l’Institut, estimant qu’assimilés aux agents diplomatiques classiques ils restent, comme tous leurs concitoyens et quel que soit leur statut de fonctionnaires internationaux, soumis aux lois françaises. La souveraineté de l’État français sur ses nationaux et la primauté des lois françaises ne peuvent souffrir aucune exception de principe, ce qui, de ce fait même, n’entraîne pas l’application obligatoire de l’article 7 du Pacte de la SDN mais laisse cependant la porte ouverte à une mesure de simple courtoisie, d’ailleurs pratiquée par les États – la Suisse et les Pays-Bas – abritant des organisations internationales, qui n’accordent qu’une immunité fiscale limitée à leurs ressortissants y travaillant. En revanche, l’IICI, qui critique la vision purement comptable et hexagonale du ministère des Finances, fait valoir différents arguments : il insiste sur son caractère d’institution internationale indépendante du pays qui l’accueille – reconnu par son Statut organique, lui même approuvé par la loi du 6 août 1925 – et estime que ses fonctionnaires, français ou étrangers, doivent jouir de droits identiques, précisément destinés à garantir cette indépendance et donc se situant au-dessus des législations nationales ; il rappelle que les traitements du personnel sont payés par un budget international ; enfin, il signale que tous les pays abritant des organismes internationaux accordent l’immunité fiscale à leurs nationaux y travaillant.

15Ce conflit – déjà rencontré par les fonctionnaires suisses travaillant au Secrétariat de la SDN et au BIT – entre droit national et droit international, qui est au cœur des relations entre un État et une organisation internationale, est rendu plus aigu par le fait que l’IICI a été fondé par une loi française et surtout qu’il est hébergé par une grande puissance jalouse de ses prérogatives et de sa souveraineté. Lors des discussions, l’IICI ne manque pas d’utiliser les arguments développés vis-à-vis des autorités suisses par le Secrétariat de la SDN, avec lequel il est en relation (ainsi qu’avec le BIT), essayant de former un front commun des organisations internationales. De leur côté, les différents gouvernements français profitent du statut ambigu de l’Institut, qui est certes un organisme international placé sous le contrôle de la SDN mais qui en est largement autonome, comme le montrent son budget ou encore la décision de la SDN de limiter au personnel du Secrétariat et du BIT la compétence du Tribunal administratif qu’elle crée en 1927, laquelle semble prouver que les fonctionnaires de l’IICI ne peuvent pas être assimilés à ceux du Secrétariat : à cet égard, le service juridique du Secrétariat ne soutient pas l’IICI qui, « juridiquement, (...) est une fondation française, ne fait pas partie de la SDN et (...), personne morale de droit interne, ne saurait donc être considéré, en droit strict, comme relevant directement de l’ordre juridique international ».

16Ainsi, même si entre 1927 et 1929 les fonctionnaires supérieurs français obtiennent l’exonération de l’impôt sur le revenu pour la part de leurs revenus constituée par le traitement servi par l’IICI, peut-être en raison du sort identique fait aux fonctionnaires suisses travaillant au Secrétariat de la SDN mais surtout à cause de l’assimilation faite par l’administration française entre le personnel de l’Institut et les agents diplomatiques étrangers – ce qui prouve à quel point la France méconnaît la spécificité du statut de fonctionnaire international –, cette immunité fiscale est une mesure de courtoisie révocable à tout moment, obtenue en grande partie grâce à l’intervention de Painlevé, président du Conseil d’administration de l’IICI mais aussi ministre de la Guerre de 1925 à 1929. De fait, à partir de 1929 la sous-direction des Unions du Quai d’Orsay remet en cause cette immunité fiscale et les nombreuses démarches entreprises par Luchaire et Painlevé auprès du gouvernement français – devant lequel on insiste sur la mauvaise image qui va en résulter pour la France – et du Secrétariat de la SDN restent vaines. Il est vrai que la position de l’IICI est affaiblie par les critiques croissantes émises contre Luchaire, par la détermination des autorités françaises qui contestent au même moment tout privilège fiscal aux fonctionnaires français du bureau de correspondance du BIT installé à Paris, enfin par le peu d’empressement du Secrétariat de la SDN à le soutenir.

17En effet, alors que Painlevé suggère à Drummond de saisir le Conseil de la SDN pour examiner les obligations des États hébergeant des fonctionnaires de la SDN, Drummond se contente d’encourager l’IICI à négocier avec le gouvernement français, comme la SDN l’a fait avec le gouvernement suisse. En fait, le Secrétariat de la SDN ne veut pas s’engager dans cette affaire : pour ne pas risquer de remettre en cause le modus vivendi conclu avec le gouvernement suisse ; pour ne pas heurter de front la France, qui est une grande puissance, qui lui verse l’une des plus grosses contributions et qui vient de prendre une initiative spectaculaire en faveur de la sécurité collective par le biais du projet de Fédération européenne présenté par Briand ; plus sûrement encore parce qu’il estime impossible, « dans l’état actuel du droit international, de faire adopter par le Conseil [de la SDN] une convention universelle liant tous les États Membres de la Société » ; mais aussi parce qu’il considère que les fonctionnaires de l’IICI – dont les traitements ont, il est vrai, une origine internationale limitée – ne sont pas des fonctionnaires de la SDN. De son côté, Briand, soucieux de l’image de la France et encouragé par Massigli, directeur du service français de la SDN depuis 1929, n’arrive pas, en 1930, à faire fléchir le ministère des Finances, qui ne veut pas créer un précédent que les autres organes internationaux installés en France pourraient exploiter.

  • 16 Cf. supra, p. 125-126 et V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », p. 497.

18Malgré la réforme de l’IICI opérée en 1930-1931, la situation reste inchangée jusqu’en 1936 – date à laquelle un accord intervient entre l’Institut et la France – mais avec cette différence importante qu’à partir de 1931 l’Institut reçoit le soutien du Quai d’Orsay (de Briand et surtout Massigli) et du Secrétariat de la SDN (dirigé par Avenol à partir de 1933) pour affronter le ministère français des Finances. En effet, désormais, même si son service juridique continue à penser que l’IICI a juridiquement tort, le Quai d’Orsay reconnaît que l’Institut est bien dans l’orbite de la SDN et que son personnel – composé de fonctionnaires internationaux – peut donc bénéficier des mêmes droits que celui du Secrétariat à Genève et tente d’obtenir satisfaction en démontrant que le ministère des Finances a politiquement tort, du fait des retombées politiques négatives qu’entraînerait un affrontement avec le Secrétariat de la SDN, qui pourrait aboutir à la saisie – sans doute défavorable à la France – de la Cour permanente de Justice de La Haye. Dans le même temps, Bonnet décide de jouer la carte du Secrétariat en profitant du remplacement de Drummond par Avenol en 1933 : alors que Drummond avait laissé aux organismes techniques une grande autonomie – d’où son refus d’intervenir dans la discussion qui opposait Luchaire à l’administration française –, Avenol tente d’introduire une certaine uniformisation dans le système des commissions et des organisations techniques de la SDN16, qui va donc dans le sens d’une assimilation du statut des fonctionnaires de l’IICI à celui de leurs homologues genevois.

19De fait, le Secrétariat de la SDN appuie désormais l’IICI, en affirmant la spécificité des fonctionnaires internationaux par rapport aux diplomates classiques – les seconds restant soumis à la législation de leur État alors que les premiers y échappent pour exercer leur mission librement – et en appelant la France à respecter les engagements internationaux auxquels elle a volontairement souscrit (Pacte de la SDN et Statut organique de l’IICI) et dont l’application ne peut être subordonnée à une législation nationale unilatérale et éventuellement fluctuante. Évidemment, le ministère du Budget considère de son côté que « le principe de la souveraineté des États s’opposerait à ce que la [SDN] intervînt dans le règlement de la situation fiscale de ressortissants français », montrant ainsi qu’il considère cette question comme étant strictement du ressort du gouvernement français et ne justifiant donc pas une intervention de la SDN qui apparaîtrait comme une ingérence insupportable d’une organisation internationale dans les affaires d’un État souverain. Il finit cependant par céder aux pressions répétées du Quai d’Orsay, notamment de celles de Laval en 1935, mais seulement après qu’un arrêt du Conseil d’État a reconnu qu’un diplomate français n’a droit en France, s’il y réside, à aucune exemption fiscale, comme si la satisfaction de voir reconnaître le bien-fondé juridique de sa position lui permettait désormais de faire une concession à titre purement bienveillant : l’exonération fiscale accordée aux fonctionnaires français est en effet gracieuse et donc susceptible d’être retirée, preuve de la primauté des lois françaises sur les engagements internationaux.

20À partir de 1936, et conformément à un arrangement suggéré par le Quai d’Orsay en 1933, les fonctionnaires supérieurs français de l’IICI jouissent donc d’une exemption fiscale partielle, sur le modèle existant en Italie, en Suisse et aux Pays-Bas : ils sont exonérés de l’impôt cédulaire sur leurs traitements de fonctionnaires internationaux mais ces traitements sont pris en compte pour le calcul de l’impôt général sur le revenu dont ils sont redevables dans les conditions du droit commun. En définitive, la controverse qui a opposé l’IICI à la France pendant dix ans révèle la difficulté des jeunes institutions internationales à imposer leur droit aux États jaloux de leur souveraineté et la méconnaissance par ces derniers de la nature véritable d’un fonctionnaire international, mais confirme aussi le peu d’empressement mis par la France à aider l’IICI à s’affirmer et même sa méfiance envers une institution considérée à bien des égards comme étrangère. Cette attitude distante n’est pas compensée, loin de là, par celle des autres grandes puissances.

La tiédeur des autres grandes puissances

  • 17 Cf. supra, p. 183 et SDN, R 4016.
  • 18 UNESCO, Cici, C.253.M.150.1938.XII, b. 504 et 510.

21Les grandes puissances n’accordent pas un soutien massif et régulier à l’IICI. Seule l’Italie lui verse régulièrement une subvention – la plus importante après celle de la France – entre 1927 et 1937, au même moment où elle entretient à Rome l’Institut International du Cinématographe Éducatif (IICE). Cependant, son retrait de la SDN en 1937 entraîne son départ de l’OCI : à partir de 1938, le gouvernement italien et la commission nationale italienne ne subventionnent plus l’IICI ; la même année, le membre italien de la CICI démissionne, imité par Pilotti, secrétaire général adjoint de la SDN, et par les fonctionnaires italiens de l’IICI ; enfin, l’Italie ferme l’IICE et dissout sa commission nationale17. La réponse de l’OCI – conforme à sa philosophie dans les années trente-, formulée par Reynold en 1938, est que la coopération intellectuelle « est indépendante de la politique »18, idée que l’attitude des grandes puissances envers l’IICI ne permet cependant pas de vérifier.

L’abstention du Royaume-Uni

  • 19 UNESCO, Iici : A.I.35, b. 5, et A.I.71, b. 8 (corresp., novembre 1925-février 1926).
  • 20 UNESCO, Iici : A.I.38 (lettre de Luchaire à Nitobé, 28 septembre 1927), b. 5 ; A.I.16 (lettre de Lu (...)
  • 21 UNESCO : Iici, A.XI.45, b. 65 ; Cici, CD.14e session, 25 mai 1928, b. 601.
  • 22 MAE, Sdn 1857 (note à Massigli, 20 juin 1928).

22L’Angleterre n’a pas de rapports très étoffés avec l’IICI, qu’elle considère, au mieux comme une excroissance inutile de la SDN, au pire comme un outil de l’impérialisme culturel français. Dès 192519 Luchaire s’efforce d’intéresser le Royaume-Uni au travail de l’IICI mais en 192720 il est obligé de constater que la « collaboration effective » de la Grande-Bretagne est « lente à venir », ce pays manifestant « non pas proprement de la méfiance, mais la même expectative que les années précédentes » : de fait, à cette date, la Grande-Bretagne ne subventionne pas l’Institut et n’a ni délégué ni commission nationale au sens strict du terme, même si depuis 1925 le Universities Bureau of the British Empire joue ce rôle. Pourtant, en 1928, l’attitude de la Grande-Bretagne semble évoluer : en mai, assistant à une conférence au Royal Institute for International Affairs de Londres, Luchaire21 « a eu pour la première fois l’occasion de prendre contact avec les autorités officielles britanniques. Il a reçu, aussi bien au Foreign Office qu’auprès du Board of Education, un accueil cordial et positif. Des entretiens qui eurent lieu alors, s’est dégagée la volonté de ces administrations de collaborer d’une façon effective à l’œuvre poursuivie » par la CICI. Ce changement est confirmé en juin 1928 par le Quai d’Orsay, qui signale « que le Gouvernement anglais actuel serait disposé à collaborer effectivement avec l’Institut (...), moins pour des motifs d’ordre intellectuel que pour des motifs d’ordre politique et qu’il serait plus sensible à une intervention de la France auprès de lui sur ce point qu’aux demandes provenant du membre anglais de la [CICI], M. Gilbert Murray (avec lequel le Gouvernement anglais n’est d’ailleurs pas en communauté d’opinions politiques), ou même aux insistances des hauts fonctionnaires du Secrétariat de la [SDN], En fait, M. Dufour – Feronce, Sous-Secrétaire général allemand de la [SDN] a fait des démarches formelles auprès du Gouvernement anglais pour obtenir les marques officielles de son adhésion à [l’OCI]. Ces démarches n’ont pas eu de succès jusqu’à présent, bien qu’elles aient pu amener [à réfléchir] le Gouvernement anglais (...) frappé aussi par la récente conversion de l’Allemagne elle-même »22 .

  • 23 Ibid. (lettre du chargé d’affaires français à Berlin, 30 mars 1928).
  • 24 Ibid, (télégramme du 12 juillet 1928).
  • 25 Cf. supra, p. 82-109.
  • 26 MAE, Sdn 1841 (lettre de Luchaire à Massigli, 28 novembre 1928).

23Il est en effet possible que le rapprochement avec l’Allemagne, amorcé dès 1926 et confirmé en août 1927 par la nomination d’un délégué auprès de l’IICI et en mars 1928 par la création d’une commission nationale, pousse le gouvernement anglais à s’impliquer davantage dans la coopération intellectuelle, sans doute pour éviter un tête-à-tête franco-allemand susceptible de porter préjudice à l’influence culturelle anglaise, comme peuvent le laisser penser les résultats du séjour de Luchaire à Berlin en mars 1928, qui révèlent que « les Allemands paraissent particulièrement disposés à s’appuyer sur nous [les Français] pour contrecarrer les ambitions de la science anglo-saxonne »23 . Mais il est plus vraisemblable que le revirement de l’Angleterre soit une manœuvre politique réalisée en collaboration avec le Secrétariat de la SDN et destinée à vider l’IICI de la plupart de ses attributions – en quelque sorte, il s’agit d’entrer dans la place pour mieux la faire tomber – : c’est en tous les cas ce que peut faire penser l’attitude de Murray en juillet 1928, qui, selon l’ambassadeur de France à Berne, « aurait le dessein de ramener à Genève la plupart des services de coopération intellectuelle pour ne laisser à Paris que les bureaux d’éducation et de presse »24. De fait, c’est l’existence même de l’IICI qui semble alors en jeu et il n’est pas indifférent que le coup parte de l’Angleterre au moment où il est la cible de critiques de plus en plus vives qui aboutiront à le réformer en profondeur en 1930-193125. Les avantages – plus de publications et de fonctionnaires – que le Quai d’Orsay fait miroiter à l’Angleterre ne la convainquent donc pas de soutenir davantage l’IICI, même si Murray est élu président de la CICI en juillet 1928 et si une commission anglaise de coopération intellectuelle est officiellement créée en novembre 192826.

  • 27 UNESCO, Iici, b. 473, et supra, p. 132-150.
  • 28 UNESCO, Iici, A.I.71 (lettre de Murray à Bonnet, 27 octobre 1934), b. 8.

24La réserve anglaise persiste d’ailleurs pendant les années trente : en 1939 la Grande-Bretagne n’a toujours pas nommé de délégué auprès de l’IICI, qu’elle ne subventionne pas, et, lors de la conférence diplomatique pour la conclusion de l’Acte international qui se tient en novembre-décembre 1938, elle n’est représentée que par un observateur qui ne signe d’ailleurs pas l’Acte27. La clé de l’abstention anglaise est en fait contenue dans la remarque que Murray fait à Bonnet en octobre 193428 : « j’essaie toujours d’intéresser le Gouvernement britannique à la coopération intellectuelle. (...). Mais évidemment nous devons intéresser le Foreign Office et ils doivent combattre le Trésor ». De fait, le refus de la Grande-Bretagne de s’engager activement en faveur de l’IICI tient non pas à une quelconque désaffection à l’égard de la SDN – comme le montrent les résultats du « Peace Ballot » effectué en juillet 1935 – ou à un désintérêt à l’égard des questions intellectuelles – le British Council est créé en 1934 pour diffuser la culture britannique et il devient en 1940 un organisme officiel dépendant du Foreign Office – mais à des raisons à la fois anciennes – la méfiance envers un organisme offert et entretenu par la France, et donc perçu comme une machine de guerre contre l’influence culturelle anglo-saxonne et une manifestation de la tendance hégémonique de la France au sortir de la guerre ; mais aussi la vision libérale et non étatique de la coopération culturelle – et récentes – la crise économique des années trente qui pousse le Trésor à limiter les dépenses de l’État. Comme pour la France, le contexte économique joue un grand rôle mais il ne fait finalement qu’accentuer une attitude de retrait déjà existante.

La bonne volonté éphémère de l’Allemagne

  • 29 UNESCO, Iici, A.I.35, b. 5.
  • 30 UNESCO : Cici, A.63.1927.XII, b. 494 ; Iici, A.I.13 (lettre de Luchaire au délégué de l’Allemagne a (...)
  • 31 MAE : Sdn 1841 (note du Quai d’Orsay envoyée à de Margerie, 19 mars 1928) et 1857 (lettre du chargé (...)
  • 32 UNESCO, Iici, A.I.16 (lettres de Luchaire à Murray, 26 novembre 1928 et 19 février 1929), b. 3.
  • 33 Cf. supra, p. 82-109.

25Dès le début de 1926, Luchaire se préoccupe d’établir des liens avec les milieux intellectuels germaniques à travers ses relations avec l’Autriche. Mais l’entrée de l’Allemagne à la SDN en septembre 1926 facilite les choses et, dès novembre 1926, Luchaire informe Murray des progrès réalisés : « en ce qui concerne l’Allemagne, je puis vous confirmer que l’œuvre de rapprochement, en ce qui nous touche, se poursuit avec beaucoup d’activité. J’ai eu à Genève de nombreuses conversations avec la délégation allemande et le Ministre prussien de l’instruction publique, exécutant les promesses faites publiquement par la délégation allemande, prépare la constitution d’une Commission nationale allemande (...). D’autre part, j’ai conclu un accord avec le Directeur de la Deutsche Hochschule für Politik en vertu duquel cette École nous verse une subvention. Nous avons nommé un de ses professeurs, Melle Rothbarth, comme chargée de mission à l’Institut en qualité de chef adjoint »29, laquelle restera en poste jusqu’en juin 1940. Le rapprochement se confirme en 1927 avec, en août, la nomination d’un délégué de l’Allemagne auprès de l’IICI et, en septembre, le rapport favorable de la 2e commission de l’Assemblée de la SDN présenté par le représentant de l’Allemagne et le bon accueil reçu par Luchaire à Francfort lors d’une Exposition internationale sur la Musique30. En mars 192831, Luchaire se rend enfin officiellement en Allemagne pour assister à une réunion d’experts et à l’inauguration de la commission allemande : il « se félicite de l’accueil qui lui a été fait à cette occasion et constate que l’Allemagne est disposée à travailler avec énergie pour l’œuvre de coopération intellectuelle », envisageant même une éventuelle alliance franco-allemande pour contrer l’influence culturelle anglo-saxonne. Luchaire revient à Berlin à deux reprises32 : en novembre 1928, il rencontre le président de la commission allemande, qui « devient de plus en plus intéressé » par l’action de l’IICI ; en février 1929, il a « un très intéressant entretien » avec le chancelier Stresemann, qui semble attribuer « une véritable importance à l’entreprise de coopération intellectuelle dans le plan général de réorganisation internationale ». Ainsi, à l’heure de la détente – le Pacte Briand-Kellogg est signé en août 1928 –, l’Allemagne, soucieuse de prouver sa bonne volonté et de confirmer sa réintégration dans le concert des nations, semble vouloir participer à l’IICI, qu’elle ne subventionne cependant pas. Mais cette attitude est purement tactique, puisqu’elle appuie l’Angleterre qui réclame la réorganisation de l’IICI en 193033.

  • 34 SDN : R 3985 et 3986.
  • 35 SDN : R 4004 (lettre de Montenach à Secrétan, 19 octobre 1933 ; corresp. entre Montenach et Murray, (...)
  • 36 SDN, R 2219 (lettre de Montenach à Murray, 20 novembre 1933).
  • 37 UNESCO, Cici, Com. Ex.11e session, 20 décembre 1933, b. 544.
  • 38 UNESCO, Cici : CD.34e session, avril 1934, b. 603 ; C.339. M.156.1934.XII, b. 503.
  • 39 UNESCO, Iici, A.III.11 (lettre de Secrétan à la commission suisse, 8 mars 1935), b. 22.
  • 40 SDN : R 3985, 3986, 3987 et 3988.
  • 41 Cf. supra, p. 120-132.

26L’arrivée d’Hitler au pouvoir et le départ de l’Allemagne de la SDN en octobre 1933 entraînent évidemment la fin de la participation allemande à l’OCI, dont les liens avec la SDN et la France et l’idéal de collaboration internationale vont à l’encontre de l’idéologie nationaliste et agressive du parti nazi : dès novembre 1933, Krüss, le membre allemand de la CICI, démissionne, suivi par tous ses compatriotes membres des comités d’experts et le secrétaire principal allemand de l’IICI, tandis que les institutions intellectuelles allemandes cessent de participer aux travaux de l’OCI34. Dans un premier temps, les responsables de l’OCI veulent croire que la décision allemande n’est pas irrévocable35 : dès octobre 1933, Montenach espère qu’on pourra « trouver un modus vivendi et s’assurer que les autorités allemandes compétentes verront d’un œil favorable cette collaboration [avec l’OCI] se poursuivre ou même s’étendre » et, en novembre, Murray écrit à Krüss pour lui « rappeler que le Gouvernement des États-Unis, bien qu’il ne soit pas membre de la SDN, a toujours été représenté au sein de [la CICI] et que le Gouvernement japonais, tandis qu’il rompait ses relations politiques avec la SDN, nous a expressément fait savoir son intention de continuer à participer pleinement au travail de la Coopération intellectuelle ». Bien que Krüss informe le Secrétariat de la SDN « qu’il n’y a aucun espoir de renouer une quelconque collaboration dans le futur proche »36 , les avis sont divergents au sein du Comité exécutif réuni en décembre 193337 : Marie Curie déclare que, « si les dirigeants allemands s’en tiennent à leurs déclarations pacifiques, les représentants de l’Allemagne reprendront leur place. Les Américains collaborent sur de nombreux points avec la [SDN], bien qu’ils [n’en] fassent pas politiquement partie », et « serait d’avis de continuer à offrir systématiquement la collaboration à l’Allemagne ; en cas de refus de sa part, c’est elle qui prendrait toute la responsabilité » ; Reynold, soutenu par l’Anglais Heath, « est d’avis qu’un contact devrait être établi avec le national-socialisme » ; Murray, avec un art consommé de la litote, juge nécessaire « d’augmenter les contacts même avec les pays qui pensent autrement » (!) ; enfin, Pilotti « considère que, pour ce qui est de l’Allemagne, les vagues les plus fortes ont actuellement déferlé. Il lui semble même qu’il y ait actuellement détente » (!!) ; seul Bonnet est réservé, en constatant que « ce sont les membres allemands eux-mêmes qui ont donné leur démission des divers Comités dont ils faisaient partie ». Et, bien qu’en avril 1934, rendant compte au Comité de direction d’une conversation avec le ministre d’Allemagne à Berne, Reynold déclare « qu’une coopération officielle ne semble pas encore possible pour le moment », en août il garde encore « l’espoir que cette situation ne sera pas irrémédiable » et en appelle à « l’universalité » de l’OCI qui « doit se tenir au-dessus des contingences politiques »38. De fait, même si en mars 1935 l’IICI constate qu’il n’a plus de rapport avec la commission allemande depuis 193339, il correspond jusqu’en 193840 avec des intellectuels allemands sur des sujets techniques (demandes d’informations, participation à des enquêtes, envoi de publications), comme il le fait d’ailleurs à partir de cette date avec les intellectuels italiens, appliquant le principe d’apolitisme défendu par les responsables de l’OCI qui y voient le seul moyen de conserver des liens avec des États ayant rompu avec la SDN41, attitude aussi tenue envers l’URSS avant son adhésion à la SDN et à l’OCI.

La collaboration formelle de l’Union soviétique

  • 42 UNESCO, Iici, A.I.68 (corresp de Luchaire et Rakovsky, 28 novembre et 14 décembre 1925), b. 8.
  • 43 SDN, R 1072 (lettre de Painlevé à Drummond, 24 décembre 1925).
  • 44 Ibid. (lettre de Drummond à Painlevé, 13 janvier 1926).
  • 45 SDN : R 1073 et 2193 / UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.
  • 46 SDN, R 1074 (lettre de Luchaire à Dufour-Feronce, 9 mai 1927).
  • 47 UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.
  • 48 UNESCO : Iici, A.I.68, b. 8 ; Cici, CD.17e session, 23 mars 1929, b. 601.

27Dès novembre 1925, pour tenter d’établir des relations avec l’URSS, Luchaire rencontre Rakovsky, ambassadeur soviétique en France, et Lounatcharsky, commissaire du peuple à l’Instruction publique et chargé de la culture42. Et en décembre 1925, Painlevé, qui a « des raisons de croire » que le gouvernement soviétique « serait disposé à désigner un délégué » auprès de l’IICI, demande à Drummond si « rien ne s’oppose à ce que ce délégué soit accepté sur un pied d’égalité avec celui des autres États, ou si [l’IICI] doit se borner à un contact officieux de ce côté », le gouvernement soviétique n’ayant pas encore été reconnu par tous les États membres de la SDN43. Bien que Drummond44 – à titre officieux – ne s’oppose pas à la participation de l’URSS aux activités de la SDN, aucun délégué soviétique n’est nommé auprès de l’IICI qui, à partir de 1927, est en relation avec des intellectuels et des institutions soviétiques, en demandant des renseignements sur la vie intellectuelle en URSS ou en échangeant des publications45. En mai 1927, Luchaire informe même le Secrétariat de la SDN des résultats de son entretien avec la présidente du Bureau officiel de l’URSS pour les relations intellectuelles à l’étranger : « Elle m’a fait savoir que son désir, dans lequel elle croyait être d’accord avec son Gouvernement, était que son bureau servît désormais de centre régulier des relations avec [l’IICI] et fît (...) fonction de Commission nationale russe officielle. Elle a promis que ce bureau ferait tous ses efforts pour donner satisfaction à toutes nos demandes d’information (...). D’une façon générale, j’ai eu l’impression très nette que, tout au moins auprès de cet organe officiel (...), l’idée d’une collaboration régulière avec l’OCI était acquise »46. De fait, à partir de 1928, les Soviétiques semblent vouloir coopérer avec l’IICI47 : un philologue soviétique participe à une réunion d’experts qui se tient à l’Institut, « le président de l’Académie des sciences de Léningrad ainsi que le Commissaire du Peuple à l’Instruction publique [viennent] souvent (...) voir » Luchaire et « l’Ambassade des Soviets est généralement présente aux réceptions de l’Institut ». En 1929, cette collaboration se poursuit, comme le montrent la volonté des Soviétiques d’être tenus au courant des décisions prises par les délégués d’État lors de leurs réunions périodiques, la collaboration établie entre des intellectuels soviétiques (Grabar) et la revue Mouseion, enfin la demande de la Chambre syndicale d’État du Livre de Moscou de procéder à la composition de la liste des 40 ouvrages remarquables de l’URSS48.

  • 49 UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.
  • 50 UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.
  • 51 SDN : R 2194, 3985, 3986 et 4016.

28Cette dernière initiative, chaudement appuyée par Luchaire, qui cherche à accroître le rayonnement de l’IICI, suscite d’ailleurs un débat au sein de la CICI en juillet 192949. Oprescu explique que la liste établie jusqu’ici par Roubakine, un Russe établi en Suisse mais en relation tant avec les Russes émigrés qu’avec l’URSS, n’a jamais soulevé de réclamations et que la pratique veut que ce ne soient pas les États – ou des organismes qui en dépendent, comme la Chambre d’État du Livre – mais des groupes ou des personnes indépendants qui fournissent les listes d’ouvrages remarquables ; mais il estime aussi qu’il faut prendre en compte l’opinion de Luchaire, pour qui une fin de non-recevoir adressée à la Chambre d’État du Livre « serait écarter la première offre de collaboration » de l’URSS à la CICI. Krüss préférerait aussi que l’on conserve la liste de Roubakine – « si l’on acceptait la liste officielle de la Chambre d’État, il est probable qu’une partie de la littérature russe n’y serait pas comprise » – mais il estime que, si les relations entre la SDN et l’URSS l’exigent, il faut « renoncer à la liste de M. Roubakine et accepter la liste officielle avec toutes les limitations qui s’en suivraient ». Reynold aussi exprime sa méfiance envers les listes officielles, de même que le Tchécoslovaque Susta, qui veut qu’on s’en tienne à la liste de Roubakine pour éviter une liste officielle non représentative et qui se demande si la proposition de la Chambre d’État du Livre « est véritablement un début de la collaboration ou si ce n’est pas un essai d’éliminer tous les livres écrits par des émigrés russes ». Finalement, la CICI suit la proposition de Murray d’accepter l’offre de la Chambre d’État d’établir la liste des ouvrages remarquables russes et de rajouter à la liste établie par nationalités une rubrique pour les auteurs n’ayant pas de nationalité, comme c’est le cas des Russes émigrés. De fait, la Chambre d’État du Livre envoie en juin 1930 la liste des ouvrages remarquables pour 192950. Les relations intellectuelles sont un des canaux par lesquels peuvent s’établir des contacts entre des pays ou des organisations s’ignorant officiellement et révèlent ainsi certaines orientations diplomatiques. De fait, à partir de 1928, l’URSS, engagée dans le premier Plan quinquennal et ayant besoin d’un climat de paix, amorce un rapprochement avec les démocraties et la SDN : depuis 1926 elle participe à la commission préparatoire à la Conférence du désarmement ; en mai 1927 elle est présente à la Conférence économique internationale de Genève ; enfin, en août 1928 elle signe le Pacte Briand-Kellogg, renforcé pour l’Europe orientale par le Protocole Litvinov de février 1929. Le rapprochement opéré par l’URSS envers l’OCI confirme donc une attitude générale d’adhésion officielle aux principes de sécurité collective. Le contexte international reste d’ailleurs essentiel pour comprendre pourquoi les relations entre l’URSS et l’IICI, toujours purement techniques au début des années trente51, prennent un tour plus officiel et plus politique à partir de 1934.

  • 52 UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.
  • 53 Ibid.
  • 54 UNESCO, Cici, CD.34e session, 13 avril 1934, b. 603.
  • 55 UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.

29En effet, le 20 janvier 1934, Herriot, président du Conseil d’administration de l’Institut depuis décembre 1933, écrit à titre officieux à Litvinov, commissaire du peuple aux Affaires étrangères, pour poser la question de la participation de son pays à l’IICI : « Je serais très désireux de voir se développer les rapports [que l’Institut] entretient déjà avec l’URSS ; vous savez quelle admiration j’éprouve pour la culture et la science russes, et je suis convaincu que les milieux intellectuels de votre pays, ses universités, ses établissements scientifiques, voudront bien s’associer pleinement à une œuvre de collaboration spirituelle qui, sans leur appui, ne pourrait obtenir tous les résultats qu’elle se propose d’atteindre. Je vous demande donc, à titre personnel, votre avis et vos conseils, d’autant plus que vous pourrez, j’espère, intéresser votre administration même à cette entreprise internationale »52 . Le 20 mars, la réponse de Litvinov ne peut que satisfaire Herriot53 : « Sans que je puisse me dire tout à fait au courant des questions dont s’occupe l’Institut, la haute mission de rapprochement intellectuel qui forme son objet, aussi bien que la position que vous y occupez personnellement, me permettent d’exprimer la certitude que les associations scientifiques et culturelles de mon pays seront prêtes à entretenir des relations avec l’Institut (...) dans tous les problèmes d’ordre scientifique qui peuvent l’intéresser. Je serais même disposé, si vous en exprimez le désir, à étudier la question de la nomination d’un représentant permanent de l’Union auprès de l’Institut (...) qui pourrait être choisi parmi les membres de notre ambassade à Paris ». Le 13 avril, Herriot informe le Comité de direction de l’Institut54 de la correspondance qu’il vient d’échanger avec Litvinov et lui demande s’il « est d’avis que les négociations avec l’URSS soient poursuivies » : après que Marie Curie s’y est montrée favorable, soulignant que « de plus en plus les savants russes participent aux congrès qu’organisent les pays occidentaux. Par ailleurs, ils invitent en Russie leurs collègues étrangers », et estimant « qu’il existe actuellement en URSS un grand désir de collaboration », le Comité de direction accepte la proposition d’Herriot et autorise l’Institut à continuer les pourparlers. Dès lors, plus rien ne fait obstacle à la participation soviétique à l’IICI55 : le 15 août, le chargé d’affaires de l’ambassade soviétique à Paris confirme à Herriot que son gouvernement a pris la « décision formelle » d’adhérer à l’Institut – ce qui satisfait Bonnet (« Nous nous devons cette collaboration avec la Russie ; jusqu’à présent les relations avec son Gouvernement et ses administrations étaient difficiles et irrégulières, alors qu’il y a tant d’occasions d’échanges et de contacts avec un pays où la vie intellectuelle s’est renouvelée et qui mène tant d’expériences originales ») – et, le 19 octobre, informe Bonnet qu’un conseiller de l’ambassade soviétique à Paris est nommé délégué de l’URSS auprès de l’IICI. Dans la foulée, en mai 1935, le Conseil de la SDN nomme un Soviétique membre de la CICI, qui siège pour la première fois en juillet.

  • 56 UNESCO, Cici, Com. Ex.11e session, 20 décembre 1933, b. 544.
  • 57 SDN : R 3986, 3987 et 3988.

30La signification de l’entrée en scène officielle de l’URSS à l’OCI semble être triple. En premier lieu, la décision soviétique de collaborer avec l’IICI doit beaucoup à la personnalité même d’Herriot, qui est allé en URSS à deux reprises (en 1922 et en 1933), qui a négocié la reconnaissance officielle de l’URSS en octobre 1924 et la signature du Pacte de non-agression franco-soviétique en novembre 1932 et qui, du fait de ses fonctions – membre de la CICI et président du Conseil d’administration de l’IICI en décembre 1933 et ministre d’État en février 1934 –, apparaît comme le mieux placé pour appeler l’URSS à se rapprocher des démocraties occidentales, tant sur le plan multilatéral – la participation à la SDN et à l’OCI – que sur le plan bilatéral – le réchauffement des relations avec la France. De fait, Herriot fait bien le lien entre le désir de l’URSS de se rapprocher des démocraties occidentales, le souci de la France de retrouver son alliance de revers contre l’Allemagne et la volonté de la SDN et de l’OCI d’accroître leur représentativité. En effet, en deuxième lieu, l’URSS inaugure depuis 1933 une nouvelle ligne diplomatique, qui répond au souci de la France de compenser la défaillance de la SDN pour contenir l’Allemagne : en février 1933, lors de la Conférence du désarmement, Litvinov propose de condamner toute agression, ce qui revient à accepter le statu quo territorial en Europe ; en mai 1933, un article de la Pravda indique que l’URSS ne réclame plus la révision des traités de 1919, ce qui contribue à accélérer la normalisation des relations diplomatiques entre elle et de nombreux États ; enfin, en janvier 1934, dans le même temps où un accord commercial franco-soviétique est signé, l’ambassadeur soviétique à Paris propose au gouvernement français la signature d’un accord de défense mutuelle multilatéral et déclare que son pays est disposé à entrer à la SDN, ce qui permet à Barthou de proposer en mai à Litvinov son projet de pacte oriental – en fait une alliance franco-soviétique – et de faire entrer l’URSS à la SDN en septembre. Enfin, en troisième lieu, le nouveau cours de la diplomatie soviétique rencontre le souci de l’OCI de développer son caractère universel et apolitique, cette orientation étant affirmée avec force par tous les membres du Comité exécutif réuni en décembre 1933 – un mois avant qu’Herriot ne sonde Litvinov sur la participation de son pays à l’OCI –56 : Murray – soutenu en cela par Marie Curie, Heath et Reynold – souligne que « la coopération intellectuelle doit être universelle et autant que possible indépendante de la politique » et Reynold, pourtant catholique très conservateur, ajoute qu’il « ne s’opposera pas (...) à la collaboration avec l’URSS ». De fait, l’universalisme recherché par l’OCI, qui y voit le gage de son efficacité et de sa longévité, s’accorde mal avec l’absence d’un pays comme la Russie – puisque c’est ainsi qu’Herriot et Bonnet appellent l’URSS, jeune État à l’ancienne culture – et aucune opposition à la participation de l’URSS n’est perceptible au sein de la CICI (seule Marie Curie fait part de son inquiétude devant un pays où « la science doit être politique »), trop heureuse de combler le vide laissé par le départ de l’Allemagne l’année précédente. Cependant, du fait même de son caractère politique, la participation de l’URSS à l’OCI reste largement symbolique et éphémère, reflétant sa présence à la SDN : même si des relations techniques se poursuivent jusqu’en 193957, l’IICI ne compte aucun fonctionnaire soviétique, l’URSS ne crée pas de commission nationale et ne subventionne pas l’Institut ; enfin, à partir de 1938, quand l’URSS constate la démission des démocraties – lors des crises autrichienne et tchécoslovaque –, elle ne prend plus part aux travaux de l’OCI boudant la conférence sur l’Acte international qui se tient à la fin de novembre 1938 – deux mois après Munich – et ne faisant plus siéger son représentant à la CICI, considéré dès lors comme démissionnaire. La participation éphémère de l’URSS à l’OCI montre les limites de son apolitisme dans un monde politiquement et idéologiquement divisé et le caractère secondaire de la coopération intellectuelle, considérée par les États comme un moyen et non une fin.

La concurrence des États-Unis

  • 58 10, 21, 22, 28, 29, 30 et 31 juillet 1925.
  • 59 UNESCO, Iici : A.XI.10 (lettre de Longueil à Luchaire, 7 novembre 1925), b. 63 ; B.IV.5 (lettre de (...)

31Sans susciter un profond intérêt aux États-Unis, qui ne sont pas membres de la SDN, l’IICI ne laisse cependant pas indifférente une partie de l’opinion publique, principalement sur la côte Est qui regarde vers l’Europe, comme le montrent les articles que le New-York Times lui consacre dès juillet 192558 : « cela aurait été un beau geste de la part de l’Amérique de proposer d’offrir un siège permanent à l’IICI, même s’il avait été quelque part en Europe, comme M. Carnegie fit don de l’immeuble qui est maintenant devenu le siège de la Cour permanente de Justice internationale. Assurément, nous ne sommes pas représentés officiellement à [l’IICI], de même que nous ne le sommes pas dans la Cour permanente (bien que des Américains siègent dans les deux organismes) ; mais nous pourrions au moins montrer notre sympathie (...). (...) bien que nous ne puissions officiellement prendre part à l’une des entreprises les plus élevées au monde, nous pouvons au moins prodiguer nos encouragements ». De fait, en janvier 1926, la Dotation Carnegie déclare s’associer « à l’œuvre de rapprochement par l’éducation pacifique de la jeunesse qui, de plus en plus, se révèle comme la condition nécessaire du retour à la véritable paix », et demande à l’IICI de « coopérer à cet effort de conciliation et d’apaisement si manifestement conforme à l’esprit des accords de Locarno »59.

  • 60 UNESCO, Cici, CA.2e session, 16 janvier 1926, b. 548.

32Il est révélateur que les premiers contacts entre l’IICI et les États-Unis se fassent par l’intermédiaire d’institutions privées, dont l’attitude est fort bien décrite par Zimmern, sous-directeur de l’Institut, qui se rend aux États-Unis en novembre-décembre 192560. Parmi les raisons de son voyage aux États-Unis, avec lesquels il considère que les relations de l’IICI sont « plus importantes que celles que nous pouvons entretenir avec n’importe quel autre pays », Zimmern mentionne notamment le fait qu’« il existe aux États-Unis de grandes fondations [disposant] de sommes considérables qui sont consacrées à l’entente internationale et à la coopération intellectuelle », qui sont d’ailleurs représentées au sein de la commission américaine de coopération intellectuelle créée en 1925. Tout en se défendant de vouloir fixer l’activité de l’Institut « en vue de chercher à obtenir des dollars », Zimmern suggère cependant « qu’il doit y avoir une collaboration naturelle entre ces grandes institutions (...) et [l’IICI] qui est plus humble par ses moyens matériels mais qui est grand par son prestige, son autorité morale et son idéal ». La réponse américaine faite aux offres de collaboration de Zimmern a été claire : « Montrez-nous une œuvre pratique, même restreinte, vraiment effectuée de façon satisfaisante, et vous pourrez compter sur nous pour vous aider ». Zimmern souligne en effet que dans les milieux intellectuels américains « l’attitude à notre égard est une attitude d’attente, de sympathie, mais non pas encore d’absolue confiance. Il y a eu des préjugés, des malentendus, même des soupçons, comme ceux qui avaient trait à l’intrusion, dans nos travaux, d’influences politiques ». La commission américaine a cependant promis de collaborer avec l’IICI et de créer un secrétariat permanent, lié à l’American Council of Education, qui « sera chargé de procéder aux enquêtes et de recueillir les renseignements nécessaires à nos travaux » et qui, de fait, subventionne l’IICI en 1928 et 1929 pour une enquête sur les échanges universitaires en Europe.

  • 61 D. Mylonas, op. cit., p. 57-67 / G. Archibald, op. cit., p. 17-21.

33Ainsi, les Américains, pour être idéalistes à la manière du président Wilson qui a imposé la SDN, n’en sont pas moins réalistes et pratiques en ce qu’ils recherchent l’efficacité et font de la réussite le critère permettant d’apprécier l’utilité d’un projet. La création de la CICI et de l’IICI ne les empêche d’ailleurs pas de vouloir continuer à jouer un rôle actif dans le domaine de la coopération intellectuelle, notamment par le biais de leurs riches fondations privées, comme ils le font déjà sur d’autres plans : même absents de la SDN et refusant tout engagement politique en Europe, ils interviennent indirectement en utilisant l’arme financière et les initiatives privées – banquiers et experts –, comme le montre leur rôle dans la mise au point du Plan Dawes en 1924. L’aide promise à l’IICI confirme que, dans le domaine culturel aussi, on ne peut parler d’isolationnisme américain. D’autant que cette priorité donnée aux initiatives privées et individuelles s’appuie sur la fidélité aux valeurs du protestantisme, qui insiste sur la liberté individuelle, sur l’attachement aux vertus du libéralisme politique et sur l’adhésion à des institutions fédérales et décentralisées : alors qu’en Europe la guerre a développé, par le biais de la propagande, la mainmise de l’État sur l’action culturelle, qui apparaît de plus en plus comme une arme diplomatique – comme le montre la genèse de l’IICI –, aux États – Unis ce domaine ne relève pas de l’État fédéral – il n’existe pas avant juillet 1938, date de création d’une division des Relations culturelles au sein du Département d’État, d’organe fédéral pour les questions intellectuelles et le gouvernement américain ne veut pas participer officiellement à l’IICI qui dépend de la SDN61 –, et Zimmern doit s’adresser aux institutions privées. En revanche, en Europe, les États, ruinés par la guerre, ne peuvent consacrer à leur politique culturelle que de maigres sommes, de sorte que Zimmern, même s’il s’en défend, semble quémander auprès des opulents cousins américains, révélant ainsi le renversement des rapports de forces opéré par la guerre entre les deux rives de l’Atlantique.

  • 62 UNESCO, Cici, CD.9e session, 28 mars 1927, b. 600.

34D’un second voyage aux États-Unis, il n’engrange que des encouragements de la part des puissantes institutions américaines, qui attendent que l’IICI obtienne des résultats. Évoquant, devant le Comité de direction réuni en mars 192762, la possibilité d’une aide de la Fondation Rockefeller à la CICI, Zimmern avoue que « les États-Unis sont peu renseignés sur le travail de la [CICI] et ont pris très peu d’intérêt à l’Institut », qui essuie plusieurs critiques : « 1° Disproportion entre la tâche assignée à l’Institut par le Conseil et l’Assemblée, et ce que l’Institut a réalisé ; 2° Insuffisance de la représentation, à l’Institut, des éléments de langue et de culture anglo-saxonnes ; 3° Soupçon d’influences politiques, les Américains craignant que la SDN ne fasse sentir son action politique à travers l’Institut ; 4° Crainte de doubles emplois avec les activités existantes des organisations américaines ». Luchaire répond que l’on peut augmenter la représentation anglo-saxonne dans le personnel de l’Institut, que les « réalisations définitives, telles que les accords internationaux, les créations d’organismes internationaux, comme l’Office des Musées, (...) sont peu nombreuses, car elles sont très difficiles » et que « l’œuvre de coordination, qui est la tâche essentielle de l’Institut (...), est considérable mais silencieuse ».

  • 63 UNESCO, Iici, A.XI.11 (corresp. entre la PAU et l’IICI, 10 novembre 1925, 1er et 13 décembre 1927), (...)
  • 64 UNESCO, Cici, CICI.210, b. 573.

35Mais l’IICI ne suscite pas l’enthousiasme des États-Unis qui, déjà rivaux des Européens en Amérique latine sur le plan économique et financier, lancent en 1928 une offensive pour détacher de l’OCI les États latino-américains. L’instrument de cette offensive est l’Union panaméricaine (Pan American Union), fondée en 1910 par les États-Unis et les vingt États latino-américains pour favoriser leur coopération économique et politique, dirigée par un Conseil d’administration composé du secrétaire d’État américain et des représentants diplomatiques des autres États à Washington et administrée par un directeur général. Dès 1925, la PAU demande à l’IICI de la renseigner sur son activité et, en 1927, les deux organismes échangent leurs publications63. Mais la PAU, poursuivant sa mission de rapprochement des États américains, est à l’origine de la résolution adoptée par la 6e Conférence panaméricaine réunie à La Havane en janvier 1928 qui envisage la création d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle, dont les statuts seront élaborés par un congrès de présidents et de doyens d’universités prévu en 1930 et qui fait l’objet d’un questionnaire envoyé à tous les États latino-américains64 .

  • 65 SDN, R 2233 (mémorandum du Secrétariat de la SDN sur la Conférence de La Havane, 27 mars 1928).

36La stratégie américaine semble être double, à la fois défensive et offensive. Le projet d’Institut interaméricain de coopération intellectuelle apparaît comme une concession donnée aux pays latino-américains par les États-Unis, qui comprennent peu à peu que leur tutelle politique est de plus en plus mal ressentie et que la politique du « gros bâton » atteint ses limites et risque même de pénaliser leurs intérêts économiques et financiers : ainsi, en 1923, lors de la 5e Conférence panaméricaine tenue à Santiago, les États-Unis et de nombreux États latino-américains signent le traité Gondra, qui est une convention multilatérale prévoyant l’usage de la conciliation pour éteindre un conflit, et certains États latino-américains, ulcérés par la présence militaire américaine au Nicaragua65, tentent d’obtenir que la 6e Conférence panaméricaine, qui se tient à La Havane en janvier-février 1928, affirme le principe de non-intervention et l’égalité de droits de tous les États américains. Les États-Unis repoussent le vote d’une telle résolution mais adoptent cependant une déclaration condamnant l’agression, ce qu’ils répètent en août avec la signature du Pacte Briand-Kellogg. Le projet d’Institut interaméricain annonce donc la politique de bon voisinage menée par les États-Unis à partir de 1928.

  • 66 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 119 et 52 .
  • 67 P. Renouvin, Histoire des relations internationales, t. VII (1914-1929), Paris, 1969, p. 333.

37Mais il revêt aussi un caractère offensif de la part des États-Unis : il s’agit de compléter sur le terrain intellectuel – et, à terme, politique – l’action entreprise dans les domaines économique et financier pour détacher les États latino-américains de l’influence européenne. La Première Guerre mondiale a en effet atteint les intérêts économiques européens : la rupture des liens commerciaux avec les pays européens et l’appauvrissement de ces derniers ont poussé les pays d’Amérique latine à réorienter leur commerce vers les États-Unis et à s’adresser à eux pour placer leurs emprunts, tendance accélérée après la guerre par leur désir de développer leur industrialisation, qui accroît les investissements de capitaux en provenance des États – Unis. Au total, « en 1930, les capitaux yankees placés en Amérique latine représentent environ le double des capitaux britanniques, quinze fois plus que les capitaux français » et, « en 1928, les USA vendent autant que l’Europe entière aux États d’Amérique latine »66 . Il est donc logique qu’en 1928 les États-Unis estiment venu le temps d’agir sur le terrain culturel, où les résistances à l’impérialisme nord-américain sont vives, notamment au sein des élites sud-américaines, et sont en quelque sorte fortifiées par l’existence de l’OCI, que les États latino-américains, presque tous membres de la SDN, ont soutenue dès 1920 et avec laquelle ils collaborent ensuite – ayant deux représentants à la CICI et de nombreux délégués auprès de l’IICI –, la SDN et les organismes qui en dépendent étant perçus comme des moyens de « tenir tête à l’hégémonie des États-Unis »67. Mais la lutte d’influence dont l’Amérique latine est l’enjeu entre l’Europe et les États-Unis profite à ces derniers, comme le montrent les solutions apportées aux litiges frontaliers opposant certains États latino-américains (le Chili et le Pérou ; la Bolivie et le Paraguay) : ce n’est pas devant la SDN – c’est-à-dire devant la France et la Grande-Bretagne – que sont portés ces conflits, mais devant la Conférence panaméricaine dominée par les États-Unis. L’offensive des États-Unis sur le plan de la coopération intellectuelle révèle donc leur impérialisme envers les pays latino-américains et leur persistance à considérer la SDN comme un organisme exclusivement européen et non vraiment universel qui ne peut donc prétendre parler au nom des Américains.

  • 68 UNESCO, Iici, A.XI.11 (corresp. entre Luchaire et Thompson, 3 et 30 avril 1928), b. 63.

38Dès avril 192868, Luchaire cherche à obtenir « des renseignements précis » sur le futur Institut auprès de Thompson, le secrétaire de la commission américaine, qui lui envoie les documents officiels qui y sont relatifs. Thompson se veut rassurant, en précisant qu’« il est peu probable que les divers Gouvernements latino-américains seront disposés à fournir les fonds nécessaires à l’organisation définitive de l’Institut interaméricain, qui risque fort de rester, pour une période très importante au moins, un simple projet. Pendant ce temps, cependant, l’Union panaméricaine peut en fait fonctionner (...) comme un Institut interaméricain de Coopération intellectuelle ». Il demande même l’appui de la CICI : « la Commission Nationale Américaine (...) a l’intention de coopérer directement avec l’Union panaméricaine pour développer la coopération intellectuelle entre les États-Unis et les pays latino-américains de n’importe quelle manière qui semblerait apporter à coup sûr d’importants résultats pratiques. Je remarque que seulement quatre pays latino-américains ont organisé des Commissions Nationales. Il semblerait que la CICI pourrait renouveler l’invitation d’organiser des Commissions Nationales au reste de ces pays, car de telles Commissions pourraient avoir maintenant l’intérêt supplémentaire d’organiser l’Institut interaméricain ». Et il transmet à Luchaire la requête du chef de la section d’Éducation de la PAU : « pour que nous puissions appuyer plus efficacement le travail qui est entrepris par [l’IICI] en ce qui concerne les pays latino-américains, nous serions heureux de savoir desquels d’entre eux l’Institut reçoit maintenant une information satisfaisante. Cela nous permettra de porter plus d’attention à ceux qui n’ont pas répondu de façon adéquate. Nous aimerions aussi juste connaître quels renseignements concernant les universités sont recherchés par [l’IICI] ».

  • 69 SDN, R 2233 (lettre de Rowe, 5 juin 1928).
  • 70 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 / SDN, R 2233 : lettres d’Oprescu, 13 et 18 juin 1928.
  • 71 UNESCO, Iici, A.XI.11 (corresp., 22 janvier et 12 février 1929), b. 63.

39Les Américains ne doutent donc pas de la coopération des Européens et le directeur de la PAU informe d’ailleurs le Secrétariat de la SDN du projet d’Institut interaméricain69. Mais ils sont loin de recueillir les faveurs des Européens, si l’on en juge par l’absence de réponse de l’IICI et par la réaction d’Oprescu70, qui confie à Luchaire que « les Américains désirent copier en tout l’activité de la [CICI] » cependant qu’il montre au Secrétariat de la SDN une perplexité inquiète : « je ne sais réellement pas si je dois me réjouir ou pas du fait qu’ils entreprennent le même travail ; je me demande même si la Conférence panaméricaine a commencé ces activités parce qu’elles les trouve vraiment nécessaires ou si elle désire uniquement concurrencer la [SDN] ». De même, en février 1929, Zimmern répond de façon très vague et à contrecœur à une demande de renseignement sur les étudiants latino-américains étudiant en Europe émanant de la section d’Éducation de la PAU71.

  • 72 UNESCO : Iici, A.XI.11 (lettre de Thompson à Luchaire, 18 avril 1929), b. 63 ; Cici : CICI.210, b. (...)

40La PAU prépare cependant activement le projet d’organisation de l’Institut interaméricain qui doit être présenté à la conférence des présidents et des doyens d’universités prévue à La Havane en février 193072. La mission de l’Institut est « de favoriser et de coordonner les efforts qui tendent à établir, dans les domaines de la science, des arts et des lettres, une coopération intellectuelle entre les nations du continent américain, (...) sous la direction du Conseil d’administration de l’Union panaméricaine », et sa composition sera faite « d’un Conseil national de coopération intellectuelle, dans chacune des républiques américaines, et d’un Office central de coopération intellectuelle. Le programme des travaux de l’Institut ainsi qu’un rapport sur son activité seront soumis chaque année à l’approbation du Conseil d’administration de l’Union panaméricaine et un rapport spécial sera présenté à la Conférence internationale des États américains ». Les conseils nationaux, qui rassemblent les représentants des milieux intellectuels, ont pour mission de servir d’intermédiaires entre ceux-ci et l’Office central, de favoriser les échanges de professeurs et d’étudiants, de développer les enseignements propres à faire avancer la connaissance mutuelle de leurs cultures par les États américains, de pousser les États à adhérer aux accords internationaux et aux programmes de coopération intellectuelle, d’encourager les relations intellectuelles interaméricaines, d’aider l’Institut interaméricain à réaliser les projets que pourront lui confier les futures Conférences panaméricaines. Oprescu a raison : les États-Unis réalisent la copie de la CICI et même de la SDN : les conseils nationaux correspondent aux commissions nationales, l’Office central est une réplique de l’IICI, l’Institut interaméricain fait penser à la CICI, le Conseil d’administration de la PAU – sous la direction duquel est placé l’Institut et auquel l’Office doit soumettre chaque année un rapport sur son activité – remplit le rôle du Conseil de la SDN, la Conférence internationale des États américains reproduit l’Assemblée générale de la SDN. Les États-Unis semblent donc vouloir créer une organisation concurrente de la SDN qui détache les pays latino-américains de l’orbite européenne. D’ailleurs, l’indépendance du futur Institut par rapport à l’OCI apparaît dans le fait que la CICI n’est jamais mentionnée dans le projet et que l’IICI ne l’est que parce que l’une des fonctions de l’Office central est de « nommer, conjointement avec les conseils nationaux, des commissions interaméricaines chargées d’effectuer des enquêtes spéciales et [de] se maintenir en contact avec les institutions ou commissions interaméricaines ayant un caractère intellectuel ou scientifique ainsi qu’avec [l’IICI] ».

  • 73 SDN, R 2233 (lettre de Thompson à Oprescu, 7 mars 1929).
  • 74 SDN, R 2233 (lettre du Secrétariat de la SDN à Oprescu, 15 avril 1929). Cf. infra, p. 258-262.
  • 75 Ibid. (lettre d’Oprescu à Thompson, 17 avril 1929).
  • 76 SDN, R 2233 (lettre de Thompson à Murray, 16 avril 1929) / UNESCO, Iici, A.XI.11 (lettre de Thompso (...)

41Dès mars 192973, Thompson communique – à titre confidentiel – ce projet à Oprescu en essayant de le rassurer : « pas un seul gouvernement latino-américain n’a répondu à la requête du Directeur de la PAU pour donner des suggestions. Il est évident, par conséquent, qu’ils portent vraiment un très faible intérêt à la question ». Mais il s’inquiète du fait que « seulement trois des gouvernements latino-américains ont établi une commission nationale de coopération intellectuelle affiliée à la CICI » et suggère donc « qu’il pourrait être souhaitable et temps de renouveler l’invitation aux autres gouvernements d’établir de telles commissions, en indiquant qu’elles pourraient en même temps être utilisées en liaison avec l’Institut interaméricain qui est projeté ». Le Secrétariat de la SDN, informé par Oprescu, estime que l’initiative américaine ne doit pas être considérée comme hostile et qu’elle peut même aider l’OCI dans un continent latino-américain jusque-là plutôt passif74. Dès lors, Oprescu semble abandonner ses préventions envers le projet d’Institut interaméricain75 : après avoir avoué sa surprise « de voir combien ce schéma ressemble à l’organisation de la SDN (...) et combien il est inspiré par les mêmes méthodes », il répond à Thompson qu’« après tout, nous sommes très contents de voir qu’une telle organisation va être créée, parce que de notre point de vue et d’un point de vue plus général, ce qui importe est que la coopération intellectuelle existe, que ce travail de coopération sera en accord avec les principes de la [SDN], et (...) en collaboration avec elle » ; épousant l’avis du Secrétariat de la SDN, Oprescu dit même espérer que, « sous l’influence de la PAU, certains États sud-américains qui jusqu’à présent ont été plutôt tièdes à l’égard de l’idée de coopération intellectuelle montreront plus d’intérêt et y prendront une part plus grande » et ne croit « pas réellement possible », pour le Conseil ou l’Assemblée de la SDN ou même la CICI, de « renouveler l’invitation aux pays où n’existe pas une commission nationale d’établir de telles commissions », dans la mesure où « nous avons déjà répété cette invitation trois fois ». Ce dernier point préoccupe cependant Thompson, qui s’en ouvre à Murray et Luchaire, étant donné qu’il souhaite avoir « un seul organisme de ce type [commission nationale ou conseil national de coopération intellectuelle] dans chaque pays américain fonctionnant à la fois » pour l’OCI et l’Institut interaméricain, ce que semblent accepter les responsables de la PAU76.

  • 77 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 / SDN, R 2233 : lettre du 23 avril 1929.
  • 78 UNESCO, Cici, CICI.210, b. 573.
  • 79 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 (lettre de la PAU à Zimmern, 25 avril 1929).

42Ainsi, la commission américaine, tiraillée entre ses bonnes relations avec l’IICI et sa loyauté envers son gouvernement, essaie de trouver un terrain d’entente et de coopération entre les deux Instituts en ne rendant pas inconciliable l’appartenance aux deux organisations de coopération intellectuelle. Par ailleurs, Thompson demande à Luchaire d’étudier le projet d’organisation de l’Institut interaméricain et suggère à Murray de l’examiner lors de la prochaine session de la CICI, estimant que « cela fournit au Secrétariat l’occasion de faire un autre effort envers les gouvernements latino-américains pour l’établissement de Commissions Nationales (...) qui pourraient relever des deux organisations, l’Internationale et l’Interaméricaine », et que Luchaire « pourrait discuter de ce sujet avec les Délégués d’État latino-américains dans le but d’obtenir d’eux qu’ils usent de leur influence auprès de leurs gouvernements respectifs pour que soient créées des Commissions Nationales dans les pays qui n’ont pas pris cette disposition ». Thompson, qui n’a pas encore entretenu de cette question sa propre commission et qui exprime donc son opinion personnelle, tente d’apaiser les craintes des Européens et se veut conciliant : « je pense qu’il est très important que cette initiative interaméricaine soit accueillie avec la plus grande cordialité par [l’OCI] et qu’elle soit considérée comme un groupement régional d’agences de coopération intellectuelle qui dans le même temps soit encouragé à former une partie de toute l’activité internationale dans ce domaine. (...) les États latino-américains sont en train d’essayer de réaliser dans l’Hémisphère Occidental une agence analogue à [l’IICI] ». De fait, Thompson convainc les responsables de la PAU, dont le directeur, en avril 192977, lui déclare souhaiter « que le conseil national, la commission nationale, ou toute autre agence qui pourra être créée dans un pays donné, soit au service de tous les intérêts des relations intellectuelles, européens ou panaméricains. En vue de clarifier ce point, conformément à votre suggestion, nous avons rédigé une disposition additionnelle qui peut être introduite sous la forme d’un amendement par les délégués des États – Unis au Congrès des Présidents d’Universités ». Cet amendement78 stipule que « comme il est désirable que le même organisme national serve non seulement à l’Institut interaméricain mais aussi à la [CICI], la commission nationale de coopération intellectuelle, lorsqu’elle existera déjà dans un pays, pourra servir de conseil national » : ainsi, faute d’une liaison permanente entre les deux organisations, non prévue par le projet d’Institut interaméricain, les commissions nationales serviront d’intermédiaires. Cet arrangement semble permettre une coopération transatlantique. Le chef de la section de la Coopération intellectuelle de la PAU envoie donc à Zimmern des copies du projet et l’informe que l’amendement proposé par la commission américaine a été accepté, concluant sa lettre sur des propos rassurants : « nous désirons sérieusement que l’Institut interaméricain, s’il est créé, puisse travailler dans l’harmonie et la coopération les plus étroites avec [l’IICI] »79.

  • 80 Ibid. (lettre de Luchaire à Thompson, 7 mai 1929).
  • 81 SDN : R 2233 et 2248 (lettre de Thompson à Oprescu, 16 mai 1929).
  • 82 SDN, R 2248 (note du Secrétariat de la SDN, 24 juin 1929).
  • 83 P. Renouvin, op. cit., p. 334.

43Luchaire reprend la balle au bond, en estimant « certainement désirable que les Comités de Coopération Intellectuelle dans les différents pays d’Amérique soient appliqués à la fois aux rapports avec notre organisation et avec l’organisation Panaméricaine » et en estimant que la CICI l’autorisera « à entretenir avec la nouvelle organisation panaméricaine les relations les plus cordiales et les plus pratiques »80 . Thompson souhaite d’ailleurs que la CICI adopte une résolution « se réjouissant de la formation de cet Institut interaméricain en tant que développement régional d’importance pour le mouvement de la coopération intellectuelle internationale », qui « aurait une valeur considérable en encourageant un bon climat entre l’organisation de la PAU, quand elle sera établie, et celle dirigée par la CICI »81. Enfin, le Secrétariat de la SDN82 estime qu’il faut faciliter les contacts entre deux organisations plus complémentaires que concurrentes, la PAU « à base continentale » et la SDN « à base universelle », dont les objectifs se confondent : « resserrer les liens de solidarité humaine et les affinités intellectuelles communes entre tous les pays ». En fait, la SDN doit faire contre mauvaise fortune bon cœur : sauf à entraver l’action de la PAU et donc à se heurter aux États-Unis et à prendre ainsi le risque de voir coupé tout lien entre l’OCI et le futur Institut interaméricain, elle ne peut que paraître se réjouir de la création de ce dernier, en espérant ainsi le transformer en une section régionale de l’OCI et y gagner une participation plus active des États latino-américains et un rapprochement avec les États-Unis, sur un plan technique et peut-être politique dans la mesure où elle « n’a pas perdu l’espoir d’obtenir un jour l’adhésion des États-Unis, et veut, par conséquent, les ménager »83 .

  • 84 SDN, R 2233 (lettre de Thompson à Oprescu, 4 juin 1929)/ UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502

44Dans cette affaire, l’intérêt politique de la SDN ne se confond cependant pas avec celui, intellectuel, de l’OCI, comme le révèlent les débats de la CICI84 qui, examinant en juillet 1929 le projet d’Institut interaméricain, se divise en deux camps. Le premier est emmené par le Péruvien Cornejo, qui insiste à plusieurs reprises sur « la nécessité de maintenir le caractère universel de la coopération intellectuelle ». Il est appuyé par Marie Curie, pour qui « on doit redouter dans une certaine mesure un mouvement séparatiste » (« Genève est le lieu de réunion de toutes les civilisations et la formation de sous-organisations n’apparaît pas nécessaire ») et qui estime « en particulier, tout à fait indispensable que, partout où il existe des commissions nationales, [la CICI et l’IICI] continuent de communiquer directement avec elles ». Destrée aussi « voit la création projetée avec une certaine inquiétude », craignant « de voir se fonder, après l’Institut panaméricain, des instituts européens, asiatiques, africains », et insiste pour que le futur Institut n’empêche pas « la Commission et l’Institut de Paris de faire appel à des experts américains, ni de recevoir des donations américaines » et pour qu’on rejette « l’éventualité où la nouvelle organisation demanderait que tout ce qui a trait à l’Amérique se fasse par son intermédiaire, ce qui serait inadmissible ». Cornejo, Mme Curie et Destrée sont donc attachés à préserver la dimension mondiale de la coopération intellectuelle et refusent toute espèce de régionalisation au nom d’un universalisme de l’activité intellectuelle. Mais, derrière ces justifications philosophiques, cette volonté de centralisme institutionnel révèle des raisons politiques : le Péruvien ne veut évidemment pas d’un Institut qui sera dominé par les États-Unis et les deux Européens – francophones de surcroît – veulent préserver l’influence acquise par la France grâce à l’IICI, dont ils veulent éviter l’affaiblissement.

45L’autre camp défend des positions plus nuancées : Oprescu estime que « les Américains sont libres de faire une création englobant les deux Amériques », rassure sur le maintien des liens avec la commission américaine et pense qu’on pourrait « considérer le futur Institut comme une grande commission nationale » ; l’Allemand Krüss pense que le futur Institut répond à la préoccupation exprimée par les commissions nationales lors de leur Conférence tenue en juillet 1929 de développer leur collaboration entre elles. Ils sont évidemment soutenus par l’Américain Mann. Ici encore, derrière une conception peut-être plus pragmatique et moins centralisée de la coopération intellectuelle, on peut discerner des motivations politiques : Krüss n’a aucune raison de critiquer une initiative américaine qui ne gêne pas la culture allemande, d’autant qu’au même moment la prospérité de l’Allemagne est assurée par les capitaux américains – peut-être éprouve-t-il même une secrète joie à voir entamer l’influence culturelle française – tandis qu’Oprescu exprime les vues du Secrétariat de la SDN, favorable à un rapprochement avec les États-Unis. Finalement, la CICI « prend acte avec intérêt du projet de création d’un Institut interaméricain de Coopération intellectuelle », « se plaît à y voir un résultat des efforts réalisés pour développer l’esprit de coopération internationale », « constate avec plaisir que le programme envisagé pour le nouvel Institut rentre dans le cadre des travaux entrepris par [l’OCI], et espère que dans ce cadre, conçu du point de vue universel, la collaboration de l’Institut interaméricain [avec l’OCI] sera fructueuse ». Cette résolution est une victoire du camp conduit par Cornejo, puisqu’elle souligne l’imbrication de l’Institut projeté dans l’OCI – donc dans la SDN – : la CICI, en majorité francophone ou francophile, ne peut pas faire moins pour garder le soutien et la confiance des États latino-américains et refuser le démantèlement de l’OCI, dont la réorganisation est alors à l’ordre du jour.

  • 85 SDN, R 2233 (corresp., septembre 1929).
  • 86 SDN, R 2248 (corresp., décembre 1929-février 1930).
  • 87 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 / SDN, R 2233 : lettres de Thompson, 11 mars 1930.
  • 88 UNESCO, Cici : CICI.225, b. 574 ; Com. Ex.3e session, 12 avril 1931, b. 543 / SDN, R 2204 (lettres (...)

46Dès septembre 1929, Oprescu transmet la résolution de la CICI à Thompson, qui en informe aussitôt le directeur de la PAU, lequel estime qu’elle « sera profondément appréciée » par la conférence des recteurs et des doyens d’universités qui doit se réunir à La Havane pour établir les statuts du futur Institut interaméricain85 : en fait, cette formule de politesse cache mal la volonté de la PAU de ne pas voir s’immiscer dans ses affaires la SDN, qui n’est pas invitée – malgré les efforts des autorités cubaines – à se faire représenter à la conférence86. C’est d’ailleurs Thompson qui, en mars 1930, envoie à Oprescu et à l’IICI le texte des statuts définitifs adoptés en février par la conférence et deux notes, dont l’une précise que « La Havane a été choisie à l’unanimité pour être le siège de l’Institut interaméricain en hommage à son essor culturel rapide et en reconnaissance de sa situation géographique avantageuse à la jonction des domaines latin et anglo-saxon » et qu’il a été décidé que « les futurs Congrès interaméricains des Recteurs, Doyens et Éducateurs se tiendraient à tour de rôle dans chacune des capitales américaines »87 . La dégradation des rapports entre la PAU et la SDN est d’ailleurs prouvée par le fait que, malgré l’adoption par la conférence de La Havane de la clause stipulant que les commissions nationales pourront faire office de conseil national du futur Institut interaméricain, Thompson doit informer Oprescu que « la Délégation des États-Unis à la Conférence de La Havane a, néanmoins, recommandé au Secrétaire d’État de ne pas envisager l’utilisation à cet effet de la Commission nationale américaine existante et de créer un organisme distinct », à savoir un Conseil national de coopération intellectuelle pour les États-Unis qui relèvera de l’Institut interaméricain et qui n’aura aucun contact avec l’OCI, malgré l’espoir formulé en avril 1931 par Henri Bonnet qu’il « aura au moins des relations indirectes » avec l’IICI88.

  • 89 MAE, Sdn 1837 (note du 3 décembre 1930).

47Ce geste politique de l’administration américaine révèle sa volonté de rendre étanches les activités de l’IICI et du futur Institut interaméricain et donc de ne pas considérer ce dernier comme faisant partie intégrante de l’OCI, dont l’influence en Amérique latine est ainsi ouvertement contestée, comme le dit très bien une note en provenance de Bogota destinée à Bonnet, qui insiste sur les retombées négatives du futur Institut interaméricain pour l’influence culturelle française : « il est bien évident que cette nouvelle institution fera une sérieuse concurrence à celle dont le siège est à Paris et que le Comité des États-Unis (...) en sera l’inspirateur et l’élément dirigeant. Les pays de l’Amérique latine vont à leur tour constituer chacun leur section respective et on peut être assuré que l’une des premières conséquences de l’entrée en exercice de l’Institut interaméricain sera de drainer davantage les étudiants du Continent méridional vers les Universités du Nord : (...) ces tendances, soutenues et encouragées par l’organisation interaméricaine, favorisées par les facilités nouvelles de communications maritimes avec les États-Unis, ne feront que se fortifier et s’étendre, risquant ainsi de changer en peu d’années les dispositions traditionnelles à notre égard qui dominent encore dans une petite élite, mais qui sont chaque jour de plus en plus battues en brèche »89 . Ce témoignage recèle un triple aveu : échec de la politique culturelle française ; reconnaissance de la force de la géographie et de l’économie dans les relations intellectuelles ; preuve de la montée en puissance des États-Unis en Amérique latine pendant l’entre-deux-guerres et de l’éviction progressive de l’Europe.

  • 90 Cf. infra, p. 259-262.
  • 91 SDN, R 3976 (notes du Secrétariat de la SDN, janvier-février 1937).

48Pourtant, la PAU ne peut créer l’Institut interaméricain de coopération intellectuelle – dont le plan définitif, établi lors de la conférence de La Havane de février 1930, est approuvé par la Conférence panaméricaine tenue à Montevideo en décembre 1933 –, du fait de l’attitude des États latino-américains et des rapports entre les États-Unis et l’OCI. Le projet américain semble susciter une réaction des États latino-américains en faveur de l’OCI et de la SDN90 : en particulier, la 6e Conférence panaméricaine, tenue à Buenos-Aires en décembre 1936, adopte une résolution qui appelle les États latino-américains à créer des commissions nationales reliées à l’IICI et qui est vite perçue par le Secrétariat de la SDN comme un moyen d’éviter « la création à Washington ou ailleurs en Amérique d’un Institut continental qui ne ferait que compliquer et peut-être réduire considérablement la coordination dont [l’IICI] est chargé »91. Quant à l’attitude des États-Unis envers l’OCI et la SDN, elle est double et elle évolue à la fin des années trente.

  • 92 UNESCO, Iici : A.XI.10 (lettre du Secrétariat de la SDN à Bonnet, 27 février 1936 ; lettre de Bonne (...)
  • 93 Cf. supra, p. 125-150.
  • 94 UNESCO, Iici, A.I.31 (corresp., 20 janvier, 3 et 10 février 1931), b. 5.
  • 95 SDN, R 3976 (note du Secrétariat de la SDN, janvier 1937).
  • 96 UNESCO, Iici, A.XI. 10 (lettre de Bonnet, 18 mars 1936), b. 63.
  • 97 UNESCO, Iici, A.I.31,b. 5.
  • 98 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.
  • 99 UNESCO, Iici, b. 473. Cf. supra, p. 132-150.

49La participation des États-Unis au travail de l’OCI n’est pas le fait du gouvernement américain mais celui de particuliers ou d’organisations privées, à travers l’appui de la commission américaine, la présence permanente d’un Américain au sein de la CICI, la participation d’experts américains aux travaux de l’IICI et surtout l’appui financier de la Dotation Carnegie et de la Fondation Rockefeller92. Toutes ces initiatives démentent l’isolationnisme officiel de Washington et favorisent même l’indépendance, notamment financière, de l’OCI vis-à-vis de la SDN93, rendant possible, à terme, une participation américaine à l’OCI, sans cependant remettre en cause l’abstention officielle des États-Unis. Celle-ci n’est pourtant pas due à la mauvaise volonté de l’OCI qui multiplie les appels du pied. Ainsi, en janvier 1931, Bonnet envoie des documents sur l’OCI au consul général des États-Unis à Genève – qui joue le rôle d’un véritable délégué permanent auprès de la SDN –, qui les lui avait demandés afin de les transmettre au Département d’État, et lui demande son avis « sur la possibilité de créer une liaison entre l’administration américaine et [l’IICI] » : la réponse du diplomate américain n’est guère encourageante puisqu’elle souligne la nécessité d’agir sans précipitation et de façon très pragmatique et de s’appuyer sur les initiatives privées américaines en faveur de l’IICI et, faute d’une meilleure perspective, Bonnet se contente donc de fournir des renseignements sur les travaux et les publications de l’Institut, qui envoie dès lors de très nombreux documents sur les questions qu’il étudie94. En septembre 1935, l’Assemblée de la SDN adopte une résolution autorisant le secrétaire général de la SDN « à maintenir avec le Directeur Général de l’Union Panaméricaine toutes relations utiles en voie d’information mutuelle »95 : de fait, en 193696, Bonnet se montre prêt à échanger des informations avec la PAU – à qui le Bulletin de l’Institut pourrait réserver une page, à charge de réciprocité – et souhaite la présence d’un attaché américain parmi le personnel de l’Institut pour renforcer la liaison avec les États-Unis et, en février 1940 encore97, l’IICI transmet à l’ambassade des États-Unis à Paris une note très détaillée sur le fonctionnement et les travaux de l’OCI. Rien n’y fait : malgré l’appel lancé par la Conférence des commissions nationales réunie en juillet 1937 aux États non membres de la SDN pour qu’ils collaborent davantage avec l’OCI98, le gouvernement américain ne participe pas officiellement à l’OCI, ne nommant pas un délégué auprès de l’IICI, contrairement à presque tous les autres États du continent américain, et envoyant un observateur et non un délégué à la conférence qui se tient en novembre 1938 pour la conclusion de l’Acte international, qu’il ne signe pas99.

  • 100 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 217.

50L’attitude américaine semble tenir au contexte intérieur mais aussi à sa vision de l’OCI. Bien sûr, « pendant les années Trente, jamais les Américains n’ont atteint un tel degré d’isolationnisme, ni ne furent aussi peu conscients des responsabilités mondiales qu’une semblable puissance économique devait endosser. Au fond, Roosevelt et les Américains semblent refuser alors d’assumer les charges et les risques d’une puissance mondiale, se cantonnant au rôle plus modeste d’une puissance régionale, à l’échelle de leur continent »100 : de fait, la terrible crise économique et morale que traversent les États-Unis à partir de 1930 oblige Roosevelt à concentrer ses efforts sur les problèmes intérieurs et à négliger la politique extérieure, sauf en ce qui concerne l’Amérique latine où il confirme la politique de bon voisinage entamée par son prédécesseur, et l’OCI n’est donc pas une priorité pour le gouvernement américain. Mais il faut aussi prendre en compte la méfiance de ce dernier envers l’IICI, qui dépend de la SDN dont ils ne sont pas membres et dont ils ont peur qu’elle n’imprime un tour européen, et aussi politique et étatique, à la coopération intellectuelle, qu’ils veulent avant tout universelle (pour mieux diffuser les idéaux américains présentés aussi comme universels ?), libérale et privée – l’administration de Luchaire n’a pas pu les rassurer même si Bonnet se montre plus pragmatique – et bien sûr imprégnée de la culture anglo-saxonne.

  • 101 SDN, R 3974.
  • 102 UNESCO, Cici, CN.2e session, 9 juillet 1937, b. 539.
  • 103 Cf. supra, p. 158-178.

51Ainsi, en mars 1936, la commission américaine101, qui n’a pourtant pas ménagé son soutien à l’IICI, critique le travail de la CICI, « qui prend encore (...) insuffisamment en compte les activités des autres organismes internationaux spécialisés dans certains domaines d’intérêt intellectuel » – soutien implicite au travail des grandes fondations américaines – et regrette que le personnel de l’IICI « [ait] été largement recruté parmi les Européens continentaux dont les méthodes d’approcher les problèmes sont très différentes de celles du monde anglophone » – critique explicite de la faiblesse de l’élément anglo-saxon. Par ailleurs, même si Shotwell, président de la commission américaine, s’exprime à titre personnel, il reproduit cependant l’opinion des autorités américaines en déclarant, à la Conférence des commissions nationales de juillet 1937, qu’il « rêve d’une organisation de la communauté mondiale où les cultures ne seraient plus influencées par la diplomatie et la politique et où les obstacles nationaux ne s’opposeraient plus au développement intellectuel du monde »102 : il y a là comme la revendication d’un libre-échange intellectuel – une sorte de « porte ouverte » culturelle – qui ne peut que favoriser les États-Unis, sûrs de la supériorité de leurs valeurs et maîtres de nombreux moyens de communication (radio et cinéma), et qui sera largement réalisé après 1945 avec la création de l’UNESCO, dont les États-Unis sont en grande partie à l’origine103.

  • 104 SDN, R 4034 (rapport de Kullman, février 1936).
  • 105 UNESCO, Cici, CN.2e session, 9 juillet 1937, b. 539.
  • 106 V.-Y. Ghebali, La Société des Nations et la Réforme Bruce, 1939-1940, Genève, 1970, p. 9-27.
  • 107 V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », p. 507.

52Pourtant, les États-Unis infléchissent leur attitude à la fin des années trente. En 1936104, le directeur américain de la PAU confie à Kullmann, membre du Secrétariat de la SDN en voyage aux États-Unis, « qu’il [croit] encore que le temps viendr[a] où les États-Unis se rendr[ont] compte que leur contribution la plus constructive au maintien de la paix mondiale ser[a] d’être membres de la [SDN] » et « exprim[e] l’espoir (...) qu’une initiative ser[a] prise par les différents services de la [SDN] s’occupant des aspects non politiques du travail de la [SDN], pour assurer une coopération plus étroite avec les services de [la PAU] s’occupant des problèmes similaires ». Et en 193 7105, Shotwell « souhaite qu’un jour [l’OCI] soit considérée comme une section autonome nettement reconnue par la [SDN] », étant convaincu que « si cela s’avère possible (...) l’on s’assurera d’une manière générale le précieux appui de la masse intellectuelle des États-Unis ». Ces propos, qui vont dans le sens d’une collaboration accrue des États-Unis avec une SDN recentrée sur ses activités techniques, annoncent exactement ceux, extrêmement favorables et élogieux envers la SDN, que Cordell Hull, secrétaire d’État américain, adresse le 2 février 1939 au Secrétariat de la SDN, en réponse à la résolution votée par l’Assemblée de la SDN le 30 septembre 1938 dans laquelle elle sollicitait l’avis des États non membres de la SDN sur le renforcement de leur participation à ses activités techniques et non politiques106. En janvier 1939, Avenol « apprit même, officieusement, que le gouvernement américain considérerait d’un œil favorable une émancipation des organismes techniques de la tutelle du Conseil et de l’Assemblée, émancipation qui permettrait à tout État non membre de la SDN d’y participer de plein droit (...) sans être impliqué dans les activités politiques sociétaires »107.

53Ainsi, les États-Unis caressent l’espoir de profiter des structures mises en place par la SDN dans les domaines techniques sans avoir à supporter les contraintes entraînées par la participation à ses structures politiques et on comprend dès lors pourquoi la PAU ne semble pas pousser à la création d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle : outre la résistance des États latino-américains, l’idée existe sans doute que l’influence américaine pourra se répandre par l’intermédiaire d’une OCI autonome envers une SDN ayant elle-même abandonné ses activités politiques. De fait, dans un contexte international nouveau, marqué par la faillite des activités politiques de la SDN à partir de 1936 et surtout 1938, Avenol envisage de développer les activités techniques de la SDN, alors en plein essor, pour obtenir la participation à ces activités des États non membres de la SDN, notamment des États – Unis, qui pourraient, par ce biais, adhérer plus tard à une SDN dépolitisée. La guerre ne permet pas de vérifier ces projets, mais ils résument bien à eux seuls l’évolution des rapports entre la SDN et les États-Unis, dans le cadre desquels les organismes techniques, et notamment l’OCI, ont œuvré dans le sens du rapprochement.

La motivation tardive des États latino-américains

54Parmi les États extra-européens soutenant l’IICI, les États latino-américains occupent une place de choix, notamment pendant les années trente. En effet, les autres États extra-européens sont peu nombreux : d’une part, du fait des préventions du monde anglo-saxon, seule une commission nationale existe aux États-Unis et dans trois Dominions (Afrique du Sud, Australie et Canada, ce dernier ayant aussi un délégué d’État) ; d’autre part, du fait de la colonisation européenne en Afrique et en Asie, seulement cinq États ont une commission et un délégué (Chine, Égypte, Iran, Japon, Liban), l’Inde et la Syrie n’ayant qu’une commission et l’Égypte étant le seul à subventionner l’IICI. En revanche, la collaboration entre l’IICI et les 20 États latino-américains est plus étoffée : en 1939, 19 ont un délégué (42,2 % du total et presque autant que l’Europe) et 13 une commission (28,3 % du total), alors qu’ils ne sont plus que 10 à être encore membres de la SDN ; de plus, depuis 1928, certains d’entre eux subventionnent la publication de la Collection ibéro-américaine (Chili en 1928, Brésil en 1929, Argentine et Venezuela en 1930, Pérou et Uruguay en 1937, de nouveau Argentine en 1938) ou contribuent épisodiquement au budget de l’IICI (Équateur, Venezuela, Colombie, Brésil, Mexique, Pérou).

  • 108 SDN, R 2217 (note de Levinson pour Luchaire, 1er juillet 1929).

55L’intérêt des États latino-américains pour la coopération intellectuelle, visible dès les années vingt dans l’appui donné à la France par leurs délégués à l’Assemblée de la SDN, s’accroît dans les années trente, en réaction à l’impérialisme économique et politique, mais aussi culturel – révélé par le projet d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle – des États-Unis : « Parlant de la mainmise économique des États-Unis, (...) les Républiques de l’Amérique latine cherchent par tous les moyens à se dégager de ce monopole, dangereux au point de vue de la souveraineté nationale de ces petits pays. (...) par « réflexe de conservation », les sympathies des Républiques de l’Amérique latine pour la SDN iront en s’accentuant. (...) la coopération panaméricaine n’exclut pas la coopération internationale »108. Pour les États latino-américains, renforcer les liens avec l’OCI est donc un moyen d’éviter un tête-à-tête inégal avec le géant nord-américain et de préserver leur indépendance. Cette profession de foi en faveur de la SDN n’est cependant pas vraiment suivie d’effets pratiques : en 1929, seuls 5 États ont jusqu’alors contribué au budget de l’IICI (Brésil, Chili, Colombie, Équateur et Venezuela) et surtout, si 19 d’entre eux ont déjà nommé un délégué auprès de lui, on ne compte que 4 commissions nationales (au Brésil, en Bolivie, à Cuba et au Salvador).

  • 109 SDN, R 2233 (mémorandum du Secrétariat de la SDN, 27 mars 1928).
  • 110 SDN, R 2245 (mémorandum du Secrétariat de la SDN, 21 mai 1930).
  • 111 SDN, R 4044 (Com. Ex.78, annexe, 8 décembre 1936). (mots soulignés dans le texte).

56Le Secrétariat de la SDN voit donc dans le projet de la PAU de créer un Institut interaméricain de coopération intellectuelle un moyen d’accroître la participation à l’OCI des États latino-américains, dont la relative tiédeur tient sans doute à leur situation même : l’éloignement géographique de Genève et Paris bien sûr, l’importance numérique restreinte de l’élite intellectuelle tournée vers l’Europe, le manque de crédits d’États économiquement dominés, l’influence croissante des États-Unis, peut-être aussi « les rivalités et les jalousies qui dominent ces nations [latino-américaines] qui devraient, semble-t-il, aux yeux de l’Europe, pouvoir former un ensemble compact ayant des orientations politiques communes définies et précises »109. Précisément, l’attitude des Européens est également en cause. En 1930, le service de liaison avec les Républiques latino-américaines du Secrétariat de la SDN regrette que ce dernier accorde « une plus grande attention (...) à l’Europe simplement parce que les pays européens sont de loin plus développés économiquement et parce que l’Europe en général attache aussi plus d’attention à [ses] requêtes, questionnaires, etc. » et, après avoir provoqué l’intervention de l’ambassadeur d’Uruguay à Paris devant le Comité d’étude chargé de réorganiser l’OCI pour évoquer les problèmes spécifiques de l’Amérique latine, fait quelques suggestions pour intensifier les relations entre l’OCI et les États latino-américains : faire preuve de plus de considération envers ces États, agir sur les autorités locales par le biais des correspondants sur place, enfin adapter les questionnaires envoyés par l’OCI « aux conditions réelles existant dans la totalité des pays américains », comme le fait d’ailleurs la PAU, au lieu d’envoyer les mêmes questionnaires qu’aux pays européens110. Mais ces recommandations ne semblent pas être entendues puisqu’en décembre 1936 un membre uruguayen du Secrétariat déplore « l’erreur très répandue dans beaucoup de milieux européens et (...) l’artifice créé par certains d’entre eux pour mieux satisfaire 20 pays différents par un tout petit effort collectif. Il n’y a pas une entité politique « Amérique latine » ; il y a les pays de l’Amérique latine, comme il y a les pays de l’Europe et de l’Asie »111.

  • 112 UNESCO, Cici, Com. Ex. 19e session, 11 juillet 1936, b. 545 / SDN, R 4044.
  • 113 UNESCO, Cici, Com. Ex.20e session, 21 décembre 1936, b. 545.
  • 114 UNESCO, Iici, A.XI.11 (note de Montenach à Bonnet, mai 1937), b. 63.

57À partir de 1936, un vent nouveau semble cependant souffler sur les relations entre l’OCI et l’Amérique latine. En juillet 1936, le Comité exécutif112 examine le vœu émis par le Chili lors de l’Assemblée de la SDN tenue en 1935 « de voir se développer en Amérique latine les activités de coopération intellectuelle » et « la participation de représentants de l’Amérique latine aux différents Comités de la coopération intellectuelle ». Au nom du Secrétariat, Montenach « dit qu’en effet, de l’avis de plusieurs représentants de l’Amérique latine, c’est dans le domaine de la coopération intellectuelle que la [SDN] devrait faire le plus gros effort pour garder le contact avec ce continent » et Bonnet signale « que les contacts avec l’Amérique latine sont beaucoup plus étendus qu’il n’apparaît à première vue, bien que la participation de Latino-Américains, ne soit pas toujours en relation directe avec leur importance réelle », pour faire ressortir aussitôt les deux obstacles au développement de cette collaboration : le manque de crédits de l’OCI, qui ne permet pas d’inviter en Europe davantage de personnalités latino-américaines, et les ambitions des États – Unis, dont il ne faut pas froisser la susceptibilité, d’autant qu’on n’a pas renoncé à les voir adhérer, sinon à la SDN, du moins à l’OCI. Le délégué de la Colombie à la SDN propose pourtant que l’OCI envoie « une mission de Coopération intellectuelle dans les pays d’Amérique latine », suggestion soumise au Comité exécutif en décembre 1936113 : bien que le Brésilien Braga, secrétaire de l’Institut, qui a séjourné pendant l’été au Brésil, en Argentine et en Uruguay, signale qu’il « a reçu partout un accueil des plus chaleureux et (...) constaté tout l’intérêt que suscitait dans ces pays l’œuvre de la Coopération Intellectuelle » et estime qu’il ne suffit pas « d’associer les pays d’Amérique latine à ses travaux » mais qu’il « est indispensable que des contacts personnels puissent s’établir », Bonnet souligne qu’une « mission spéciale de Coopération intellectuelle semble difficile à organiser » faute de crédits mais espère « que l’exemple des Entretiens de Buenos-Ayres [tenus en septembre 1936 sur les rapports des cultures européennes et latino-américaines] sera suivi ». Et, en avril 1937, le Secrétariat de la SDN suggère « d’étudier de près comment [l’OCI] pourrait (...) resserrer les liens entre les Républiques américaines et la [SDN] »114.

  • 115 UNESCO, Iici, CN.2e session, 6 juillet 1937, b. 539.
  • 116 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.
  • 117 Ibid.

58Certes, lors de la Conférence des commissions nationales tenue à Paris en juillet 1937, le représentant argentin115 souligne la force des liens reliant l’Amérique latine à l’Europe – « quel que soit le degré d’américanisme, d’esprit local, qui anime les écrivains sud-américains, ces pays ont toujours les yeux tournés vers l’Europe. (...) ils tiennent à se proclamer qu’ils se considèrent comme les fils spirituels de la culture européenne » –, tandis que le représentant brésilien116 précise que le projet d’Institut interaméricain de coopération intellectuelle n’obéit pas à « une intention d’isolement ou de séparation » et que cet Institut, « pour les grandes questions d’intérêt universel, (...) travaillera en collaboration étroite » avec l’OCI. Mais les résolutions de la Conférence117 ne mentionnent pas particulièrement les États latino-américains et encouragent même le développement de la coopération intellectuelle régionale, considérée comme susceptible d’enrichir « l’œuvre de coopération intellectuelle dans son ensemble », selon une vision décentralisée de l’OCI qui peut sans doute contribuer à respecter la spécificité de chaque commission nationale mais qui peut s’avérer dangereuse dans le cas de l’Amérique latine, qui est courtisée non seulement par l’OCI mais aussi par l’Union panaméricaine.

  • 118 UNESCO, Iici, A.I.43 (lettre du 12 novembre 1937), b. 6.
  • 119 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 219.

59Ainsi, en novembre 1937, le secrétaire de la commission argentine se montre préoccupé par une désaffection possible des États latino-américains à l’égard de l’OCI et préconise d’augmenter leur représentation au sein de ses divers comités : « La [SDN] n’a pas beaucoup de sympathies dans notre continent (...). Mais je suis convaincu que la coopération intellectuelle peut faire renaître un mouvement d’intérêt et de sympathie qui d’année en année a été en diminuant. D’autre part, la tendance à localiser l’activité culturelle et politique en réalisant un bloc des nations américaines s’accentue de jour en jour. (...). L’Entretien de Buenos-Aires réalisa le miracle de provoquer une certaine curiosité pour l’œuvre de coopération intellectuelle ; mais je considère de la première importance la nécessité d’incorporer un plus grand nombre de ressortissants hispano-américains, actuellement fort rares, aux comités, par ailleurs très nombreux, de [l’OCI] »118. De fait, en 1937, la CICI et le Comité permanent des Lettres et des Arts ne comptent chacun qu’un seul ressortissant latino-américain. En revanche, les relations entre les États-Unis et l’Amérique latine se resserrent : en décembre 1936, Roosevelt reçoit un accueil triomphal lors de la Conférence panaméricaine de Buenos-Aires et, en décembre 1938, lors de la Conférence de Lima, « tous les États américains affirment leur solidarité, leur décision d’une défense commune du continent et leur capacité à se concerter si un seul d’entre eux se sent menacé par une puissance étrangère. La « politique du bon voisinage » portait ses fruits et l’on pouvait parler d’une communauté à l’échelle du continent américain »119.

  • 120 UNESCO, Iici, A.III.20 (corresp., 14 décembre 1936 et 16 avril 1937), b. 24.
  • 121 Cf. infra, p. 293-296.
  • 122 UNESCO, Iici : A.I.12, b. 2, et A.III.63, b. 29 (lettre de Secrétan à Reynold, 13 février 1939).

60Ce contexte nouveau, d’ailleurs évoqué par le secrétaire de la commission argentine, n’empêche pas les États latino-américains de prendre des initiatives favorables à l’OCI. À partir de 1936 des commissions nationales se créent dans plusieurs États (en Argentine en 1936, en Haïti, République dominicaine et Uruguay en 1937, en Équateur et au Pérou en 1938, au Venezuela en 1939), sous la double impulsion de la délégation argentine qui, en décembre 1936, fait adopter par la Conférence panaméricaine de Buenos-Aires une recommandation visant à la création dans chaque État américain d’une commission nationale qui se mette en relation avec l’IICI, mais aussi sous l’influence concurrente de l’Union panaméricaine qui, en mars 1937, recommande la création dans chaque État américain d’une commission nationale qui se mette « en contact avec les autres groupes nationaux similaires et avec [son] Bureau de coopération intellectuelle »120. Par ailleurs, en 1939 la CICI compte trois membres latino-américains (un Péruvien, un Brésilien et une Argentine) cependant que depuis 1930 de nouveaux pays subventionnent l’IICI (Mexique, Pérou, Argentine, Uruguay). Enfin, Secrétan, représentant l’IICI à la 1ère Conférence des commissions nationales américaines121, tenue à Santiago en janvier 1939 et à laquelle l’OCI a d’ailleurs apporté un soutien financier, estime que l’Amérique latine est sur le point de participer davantage à l’action de l’OCI et de l’IICI : en particulier, il pense « qu’on peut attendre de ce voyage une augmentation sensible du nombre des commissions nationales, une connaissance plus précise des travaux de l’Institut et des adhésions plus rapides à l’Acte international »122 .

  • 123 UNESCO : Iici : Com. Ex. Institut.76.1939, b. 472 ; conférence diplomatique, b. 473 ; A.I.57, b. 7  (...)
  • 124 UNESCO, Iici, A.I.44 (lettre de Bonnet au ministère des Affaires étrangères d’Uruguay, 15 mars 1940 (...)
  • 125 Cf. supra, p. 158-159.

61En fait, le bilan est plus mitigé123 : certes, la 8e Conférence panaméricaine qui se tient à Lima en décembre 1938 adopte un rapport favorable à l’Acte international concernant la coopération intellectuelle, qui donne « une autonomie et une stabilité plus grande à l’Institut » et qui « offre aux pays qui ont quitté la Société des Nations, ou qui n’en ont jamais fait partie, la possibilité de collaborer aussi à l’œuvre de rapprochement spirituel des peuples » mais, en novembre 1938, si 16 États latino-américains sont représentés à la conférence diplomatique pour la conclusion de l’Acte international (sur un total de 45 États présents), seulement 10 (sur les 21 États signataires) signent l’Acte, et en 1940, parmi les 11 États l’ayant ratifié, le Mexique est le seul État latino-américain. En 1940124, Bonnet continue cependant à prôner la collaboration avec l’Amérique latine où, en pleine guerre, il essaiera de réactiver l’IICI fermé par les Allemands depuis juin 1940125. Au total, les relations entre l’IICI et les gouvernements latino-américains révèlent la volonté de part et d’autre d’établir des rapports étroits – surtout par l’intermédiaire des commissions nationales –, l’Institut pour asseoir son caractère universel et les États latino-américains pour échapper à la tutelle des États-Unis. Mais ces rapports restent ponctuels et concrètement assez limités, au contraire des relations nouées avec les autres partenaires de la coopération intellectuelle, notamment les associations internationales et les commissions nationales.

Notes

1 Cf. supra, p. 77-116.

2 MAE, Sdn 1856 (corresp. entre Berthelot et Luchaire, 22 et 27 octobre 1926).

3 568. MAE, Sdn 1856 (lettre de Luchaire au Quai d’Orsay, 5 novembre 1926). (texte souligné).

4 Cf. supra, p. 210-220.

5 UNESCO, Iici, A.I.64 (lettre de Luchaire à Herriot, 12 juillet 1928), b. 7.

6 UNESCO, Iici, A.XI.15 (note de Luchaire, 4 décembre 1928), b. 64.

7 UNESCO, Iici, A.I.64 (rapport d’Appell au gouvernement français, janvier 1929), b. 7.

8 Cf. supra, p. 194-195 et 210 – 220 et infra, p. 266-270 et 276 – 279.

9 MAE, Sdn 1839 (lettre de Gallié à Massigli, 17 décembre 1929).

10 Ibid. (lettre de Coville, 21 juin 1929 ; note du 28 décembre 1929 ; lettres de Gallié au Quai d’Orsay, 21 avril 1931 et 13 juillet 1932).

11 Cf. supra, p. 132-150 et 220-226.

12 UNESCO, Cici, CICI.17e session, 20 juillet 1935, b. 564.

13 Cf. supra, p. 195.

14 MAE, Sdn 1840 (corresp. 21 mai-25 juillet 1935).

15 UNESCO, Iici, A.VI.1, b. 41 / MAE, Sdn : 169 et 170 / SDN : R 1073, 2195 et 3988.

16 Cf. supra, p. 125-126 et V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », p. 497.

17 Cf. supra, p. 183 et SDN, R 4016.

18 UNESCO, Cici, C.253.M.150.1938.XII, b. 504 et 510.

19 UNESCO, Iici : A.I.35, b. 5, et A.I.71, b. 8 (corresp., novembre 1925-février 1926).

20 UNESCO, Iici : A.I.38 (lettre de Luchaire à Nitobé, 28 septembre 1927), b. 5 ; A.I.16 (lettre de Luchaire à Lorentz, 4 octobre 1927), b. 3.

21 UNESCO : Iici, A.XI.45, b. 65 ; Cici, CD.14e session, 25 mai 1928, b. 601.

22 MAE, Sdn 1857 (note à Massigli, 20 juin 1928).

23 Ibid. (lettre du chargé d’affaires français à Berlin, 30 mars 1928).

24 Ibid, (télégramme du 12 juillet 1928).

25 Cf. supra, p. 82-109.

26 MAE, Sdn 1841 (lettre de Luchaire à Massigli, 28 novembre 1928).

27 UNESCO, Iici, b. 473, et supra, p. 132-150.

28 UNESCO, Iici, A.I.71 (lettre de Murray à Bonnet, 27 octobre 1934), b. 8.

29 UNESCO, Iici, A.I.35, b. 5.

30 UNESCO : Cici, A.63.1927.XII, b. 494 ; Iici, A.I.13 (lettre de Luchaire au délégué de l’Allemagne auprès de l’IICI, 3 septembre 1927), b. 3.

31 MAE : Sdn 1841 (note du Quai d’Orsay envoyée à de Margerie, 19 mars 1928) et 1857 (lettre du chargé d’affaires français à Berlin, 30 mars 1928) / UNESCO, Cici, CD.14e session, 25 mai 1928, b. 601.

32 UNESCO, Iici, A.I.16 (lettres de Luchaire à Murray, 26 novembre 1928 et 19 février 1929), b. 3.

33 Cf. supra, p. 82-109.

34 SDN : R 3985 et 3986.

35 SDN : R 4004 (lettre de Montenach à Secrétan, 19 octobre 1933 ; corresp. entre Montenach et Murray, 24 octobre-8 novembre 1933) et 2219 (lettre de Murray à Krüss, 13 novembre 1933).

36 SDN, R 2219 (lettre de Montenach à Murray, 20 novembre 1933).

37 UNESCO, Cici, Com. Ex.11e session, 20 décembre 1933, b. 544.

38 UNESCO, Cici : CD.34e session, avril 1934, b. 603 ; C.339. M.156.1934.XII, b. 503.

39 UNESCO, Iici, A.III.11 (lettre de Secrétan à la commission suisse, 8 mars 1935), b. 22.

40 SDN : R 3985, 3986, 3987 et 3988.

41 Cf. supra, p. 120-132.

42 UNESCO, Iici, A.I.68 (corresp de Luchaire et Rakovsky, 28 novembre et 14 décembre 1925), b. 8.

43 SDN, R 1072 (lettre de Painlevé à Drummond, 24 décembre 1925).

44 Ibid. (lettre de Drummond à Painlevé, 13 janvier 1926).

45 SDN : R 1073 et 2193 / UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.

46 SDN, R 1074 (lettre de Luchaire à Dufour-Feronce, 9 mai 1927).

47 UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.

48 UNESCO : Iici, A.I.68, b. 8 ; Cici, CD.17e session, 23 mars 1929, b. 601.

49 UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.

50 UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.

51 SDN : R 2194, 3985, 3986 et 4016.

52 UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.

53 Ibid.

54 UNESCO, Cici, CD.34e session, 13 avril 1934, b. 603.

55 UNESCO, Iici, A.I.68, b. 8.

56 UNESCO, Cici, Com. Ex.11e session, 20 décembre 1933, b. 544.

57 SDN : R 3986, 3987 et 3988.

58 10, 21, 22, 28, 29, 30 et 31 juillet 1925.

59 UNESCO, Iici : A.XI.10 (lettre de Longueil à Luchaire, 7 novembre 1925), b. 63 ; B.IV.5 (lettre de la Dotation Carnegie à Halecki, 6 janvier 1926), b. 71.

60 UNESCO, Cici, CA.2e session, 16 janvier 1926, b. 548.

61 D. Mylonas, op. cit., p. 57-67 / G. Archibald, op. cit., p. 17-21.

62 UNESCO, Cici, CD.9e session, 28 mars 1927, b. 600.

63 UNESCO, Iici, A.XI.11 (corresp. entre la PAU et l’IICI, 10 novembre 1925, 1er et 13 décembre 1927), b. 63.

64 UNESCO, Cici, CICI.210, b. 573.

65 SDN, R 2233 (mémorandum du Secrétariat de la SDN sur la Conférence de La Havane, 27 mars 1928).

66 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 119 et 52 .

67 P. Renouvin, Histoire des relations internationales, t. VII (1914-1929), Paris, 1969, p. 333.

68 UNESCO, Iici, A.XI.11 (corresp. entre Luchaire et Thompson, 3 et 30 avril 1928), b. 63.

69 SDN, R 2233 (lettre de Rowe, 5 juin 1928).

70 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 / SDN, R 2233 : lettres d’Oprescu, 13 et 18 juin 1928.

71 UNESCO, Iici, A.XI.11 (corresp., 22 janvier et 12 février 1929), b. 63.

72 UNESCO : Iici, A.XI.11 (lettre de Thompson à Luchaire, 18 avril 1929), b. 63 ; Cici : CICI.210, b. 573.

73 SDN, R 2233 (lettre de Thompson à Oprescu, 7 mars 1929).

74 SDN, R 2233 (lettre du Secrétariat de la SDN à Oprescu, 15 avril 1929). Cf. infra, p. 258-262.

75 Ibid. (lettre d’Oprescu à Thompson, 17 avril 1929).

76 SDN, R 2233 (lettre de Thompson à Murray, 16 avril 1929) / UNESCO, Iici, A.XI.11 (lettre de Thompson à Luchaire, 18 avril 1929), b. 63.

77 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 / SDN, R 2233 : lettre du 23 avril 1929.

78 UNESCO, Cici, CICI.210, b. 573.

79 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 (lettre de la PAU à Zimmern, 25 avril 1929).

80 Ibid. (lettre de Luchaire à Thompson, 7 mai 1929).

81 SDN : R 2233 et 2248 (lettre de Thompson à Oprescu, 16 mai 1929).

82 SDN, R 2248 (note du Secrétariat de la SDN, 24 juin 1929).

83 P. Renouvin, op. cit., p. 334.

84 SDN, R 2233 (lettre de Thompson à Oprescu, 4 juin 1929)/ UNESCO, Cici, C.342.M.121.1929.XII, b. 502.

85 SDN, R 2233 (corresp., septembre 1929).

86 SDN, R 2248 (corresp., décembre 1929-février 1930).

87 UNESCO, Iici, A.XI.11, b. 63 / SDN, R 2233 : lettres de Thompson, 11 mars 1930.

88 UNESCO, Cici : CICI.225, b. 574 ; Com. Ex.3e session, 12 avril 1931, b. 543 / SDN, R 2204 (lettres de Thompson, 4 décembre 1930 et 13 février 1931).

89 MAE, Sdn 1837 (note du 3 décembre 1930).

90 Cf. infra, p. 259-262.

91 SDN, R 3976 (notes du Secrétariat de la SDN, janvier-février 1937).

92 UNESCO, Iici : A.XI.10 (lettre du Secrétariat de la SDN à Bonnet, 27 février 1936 ; lettre de Bonnet à Zook, 7 décembre 1939), b. 63 ; A.II.28, b. 18. Cf. aussi supra, p. 206-207.

93 Cf. supra, p. 125-150.

94 UNESCO, Iici, A.I.31 (corresp., 20 janvier, 3 et 10 février 1931), b. 5.

95 SDN, R 3976 (note du Secrétariat de la SDN, janvier 1937).

96 UNESCO, Iici, A.XI. 10 (lettre de Bonnet, 18 mars 1936), b. 63.

97 UNESCO, Iici, A.I.31,b. 5.

98 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

99 UNESCO, Iici, b. 473. Cf. supra, p. 132-150.

100 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 217.

101 SDN, R 3974.

102 UNESCO, Cici, CN.2e session, 9 juillet 1937, b. 539.

103 Cf. supra, p. 158-178.

104 SDN, R 4034 (rapport de Kullman, février 1936).

105 UNESCO, Cici, CN.2e session, 9 juillet 1937, b. 539.

106 V.-Y. Ghebali, La Société des Nations et la Réforme Bruce, 1939-1940, Genève, 1970, p. 9-27.

107 V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », p. 507.

108 SDN, R 2217 (note de Levinson pour Luchaire, 1er juillet 1929).

109 SDN, R 2233 (mémorandum du Secrétariat de la SDN, 27 mars 1928).

110 SDN, R 2245 (mémorandum du Secrétariat de la SDN, 21 mai 1930).

111 SDN, R 4044 (Com. Ex.78, annexe, 8 décembre 1936). (mots soulignés dans le texte).

112 UNESCO, Cici, Com. Ex. 19e session, 11 juillet 1936, b. 545 / SDN, R 4044.

113 UNESCO, Cici, Com. Ex.20e session, 21 décembre 1936, b. 545.

114 UNESCO, Iici, A.XI.11 (note de Montenach à Bonnet, mai 1937), b. 63.

115 UNESCO, Iici, CN.2e session, 6 juillet 1937, b. 539.

116 UNESCO, Iici, b. 492, et Cici, b. 503 et 539 : C.530.M.369.1937.XII.

117 Ibid.

118 UNESCO, Iici, A.I.43 (lettre du 12 novembre 1937), b. 6.

119 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 219.

120 UNESCO, Iici, A.III.20 (corresp., 14 décembre 1936 et 16 avril 1937), b. 24.

121 Cf. infra, p. 293-296.

122 UNESCO, Iici : A.I.12, b. 2, et A.III.63, b. 29 (lettre de Secrétan à Reynold, 13 février 1939).

123 UNESCO : Iici : Com. Ex. Institut.76.1939, b. 472 ; conférence diplomatique, b. 473 ; A.I.57, b. 7 ; A.II.30, b. 19.

124 UNESCO, Iici, A.I.44 (lettre de Bonnet au ministère des Affaires étrangères d’Uruguay, 15 mars 1940), b. 6.

125 Cf. supra, p. 158-159.

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search