Version classiqueVersion mobile

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Première partie. L’existence de l’OCI : une longue maturation pour une rapide disparition

Chapitre IV. La disparition de l’OCI (1940-1946)

Texte intégral

1Comme la SDN, mais dans des conditions plus brutales, l’OCI subit de plein fouet les conséquences de la guerre en Europe : la CICI ne se réunit plus, le Secrétariat de la SDN est en sommeil et l’IICI est réduit au silence jusqu’à la libération de Paris et même ignoré par les projets de reconstruction de la coopération intellectuelle élaborés par les Alliés pendant le conflit. En conséquence, malgré l’appui du gouvernement français, sa réouverture en février 1945 est éphémère et il doit céder la place à l’UNESCO en décembre 1946.

L’IICI victime de la guerre (1940-1944)

L’IICI réduit au silence par l’Allemagne

  • 1 Sauf indication supplémentaire : UNESCO, Iici : A.I.64 et 65, b. 7 ; A.I.144 (notamment, les rappor (...)

2L’IICI, dont les responsables n’ont pas prévu l’évacuation dans un autre pays, est directement touché par la défaite de la France et l’occupation allemande, pendant laquelle il va entrer en léthargie1 . Le 9 juin 1940, sur instruction du Quai d’Orsay, Bonnet transfère le personnel et les archives de l’IICI à Guérande, près de La Baule, puis à Bordeaux. Il confie ensuite la direction administrative et financière de l’Institut au Français Ristorcelli, en charge de la comptabilité depuis 1926, promu chef des services administratifs le 1er juin 1940, et délègue la gérance des affaires intellectuelles à un Comité intérieur – composé du Brésilien Braga, de l’Espagnol Establier, du Hongrois Lajti et du Français Weiss (le Grec Foundoukidis s’occupant de l’Office International des Musées) – chargé d’assurer une éventuelle reprise des travaux. Le 19 juin, Bonnet quitte Bordeaux et se rend à Londres puis aux États-Unis où il se rallie à la France libre : après avoir été vice-président du comité France forever de 1941 à 1943, il sera commissaire à l’Information du Comité Français de Libération Nationale (CFLN) puis ministre de l’Information du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) de juin 1943 à septembre 1944, avant d’être nommé ambassadeur à Washington en décembre 1944. À la mi-juillet 1940, les fonctionnaires de l’Institut qui rentrent à Paris trouvent les bureaux fermés et mis sous scellés par les autorités allemandes. Lajti se rend alors à l’ambassade d’Allemagne où il rencontre Epting, directeur de l’Institut allemand de Paris, et Pfleiderer, conseiller à la Wilhelmstrasse, pour « exiger l’évacuation [des locaux de l’IICI] par la police secrète de l’Armée allemande qui s’y livrait à des recherches et à des pillages » et pour essayer d’obtenir la réouverture de l’Institut. Ces démarches aboutissent à la nomination par Ribbentrop d’un « Commissaire du Reich pour la Coopération intellectuelle » en la personne de Fritz Berber, ancien collaborateur et ami d’Henri Bonnet, qui, dès son arrivée à Paris le 24 août 1940, rencontre le Comité intérieur : tout en le rassurant, en disant considérer l’IICI « comme un précieux capital moral dont la conservation [est] dans l’intérêt de tous », il rappelle la position de l’Allemagne déjà énoncée pour justifier son refus de participer à la conférence réunie en novembre 1938 pour signer l’Acte international concernant la coopération intellectuelle : « le seul obstacle pour l’Allemagne de collaborer avec l’Institut a été toujours son lien avec la Société des Nations. Il suffirait donc de rompre ces liens pour s’entendre sur les modalités d’une participation allemande ».

3La volonté de l’Allemagne de détacher l’IICI de la SDN honnie, car symbole de « l’ordre versaillais », rencontre le souci de Laval de monnayer le retrait de la France de la SDN contre un assouplissement des conditions d’armistice : dès le lendemain, Berber et Laval peuvent donc s’entendre sur le principe de séparer l’IICI de la SDN et, pour donner suite à cet accord, le Comité intérieur se rend le 9 septembre à Vichy où il reçoit l’appui d’Arnal, directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay. De fait, Vichy adresse au gouvernement allemand une déclaration stipulant la rupture des liens entre l’IICI et la SDN, rupture « d’autant plus simple que l’Institut a effectivement perdu tout contact avec le Secrétariat de la Société des Nations sans aucun espoir de le retrouver avant la cessation des hostilités ». Cette rupture – juridiquement irrégulière puisque, d’après l’Accord de 1924 confirmé par l’Acte de 1938, l’IICI est une fondation internationale autonome et que la France devrait la notifier non pas à l’Allemagne mais à la SDN – montre jusqu’à quel point certains responsables de l’IICI poussent le souci d’affirmer son apolitisme pour le faire vivre, fût-ce au mépris de ses principes fondateurs. Le 21 septembre, le gouvernement français charge donc Léon Bérard, ami de Laval et ancien ministre de ses cabinets dans les années trente, de discuter avec Berber « les conditions d’un modus vivendi de l’Institut pour la durée de l’occupation », Bérard étant destiné à succéder à Herriot comme président du Conseil d’administration de l’IICI.

  • 2 Délégation française auprès de la Commission allemande d’armistice, t. III (24 novembre 1940 – 19 j (...)

4L’entretien – auquel assistent Lajti, en qualité de représentant de l’IICI et de secrétaire interprète, mais aussi Epting et Pfleiderer – a lieu les 27 et 28 septembre à Wiesbaden, où siège la Commission franco-allemande d’armistice, et ses conclusions sont consignées dans un aide-mémoire rédigé par Bérard2. Si les gouvernements allemand et français se disent « également disposés à assurer le fonctionnement de [l’IICI] », Berber fait cependant d’abord valoir que l’instauration d’un nouvel ordre mondial, concrétisé par la signature la veille du Pacte tripartite entre l’Allemagne, l’Italie et le Japon, devrait faire déménager l’IICI de Paris vers Berlin ou Rome : en fait, c’est pour mieux étaler la magnanimité de l’Allemagne envers la France, dont la capitale continuera à héberger l’Institut. Mais « ce « geste énorme » que beaucoup d’Allemands n’approuveront pas » implique évidemment que la France « fasse des concessions » et offre une « compensation » à l’Allemagne, qui souhaite contrôler une institution internationale pour en faire un vecteur de son influence culturelle (et de sa propagande) – attitude dans la forme comparable à celle de la France en 1924. Mais Bérard, soucieux de ne pas s’engager trop avant dans une collaboration idéologique avec l’Allemagne qui nuirait à la neutralité de l’IICI et donc à son rayonnement, essaie de dépolitiser la discussion en faisant valoir qu’un accord franco-allemand « dans l’ordre intellectuel serait d’autant plus heureux et fécond qu’il ne s’inspirerait pas trop étroitement des données de la politique » et qu’il devrait surtout avoir pour but de « servir (...) la civilisation occidentale ».

5De fait, il obtient l’accord de Berber sur un « double axiome », nœud du compromis franco-allemand : pour satisfaire la France l’IICI « gardera son caractère international » et pour contenter l’Allemagne il « sera dégagé de tout lien avec la [SDN] ». Bérard propose ensuite à Berber des « dispositions pratiques » – élaborées avec des représentants du Quai d’Orsay – afin d’assurer le fonctionnement de l’IICI : « l’administration de l’Institut provisoirement confiée à un Conseil de gérance, composé de deux membres allemands, deux membres français, quatre membres appartenant à d’autres nations, puis élaboration en commun, par le Gouvernement allemand et par le Gouvernement français, d’un statut organique définitif qui serait proposé à l’adhésion des autres États dans une conférence internationale à convoquer lorsque les circonstances s’y prêteraient ». Berber accepte ces dispositions, sauf celle prévoyant des membres autres que français et allemands au Conseil de gérance pour éviter la désignation d’un ressortissant américain. Cette réserve est approuvée par Bérard, qui préfère « une collaboration franco-allemande déclarée » à « un rassemblement plus large (...) qui aurait supposé » pour la France une « adhésion implicite à un système politique » ou « la reconnaissance (...) de l’hégémonie d’un groupe de puissances » : plutôt que de voir l’Allemagne faire entrer un Italien, un Japonais et un Espagnol au Conseil de gérance de l’IICI, qui deviendrait le portevoix des dictatures et perdrait toute neutralité politique et toute crédibilité, Bérard préfère préserver l’avenir de l’IICI en s’en tenant à un tête-à-tête franco-allemand.

6Ce réalisme – la prise en compte du nouvel ordre européen –, même s’il peut nourrir l’espoir que l’Allemagne permettra à la France de garder son rang dans l’Europe hitlérienne, est d’abord un aveu de faiblesse de la part de Bérard, qui renonce ainsi à l’un des deux axiomes qu’il a posés précédemment, à savoir le caractère international de l’IICI : mais, comme le dit Bérard, il est « naturel et aisé de comprendre que, dans Paris occupé, Français et Allemands s’entendent pour gérer ensemble, à titre transitoire » l’IICI. Ainsi, la France doit-elle s’estimer heureuse de partager la gestion de l’Institut avec son vainqueur, lequel accepte même qu’un Français en soit le directeur, assisté il est vrai d’un directeur adjoint allemand. Mais ces faveurs ont un prix élevé car la compensation pour l’Allemagne revendiquée par Berber est « la faculté d’organiser en Allemagne une Commission de coopération intellectuelle qui serait substituée à la Commission de Genève », l’Allemagne créant cependant dès maintenant un « Bureau destiné à devenir plus tard le Secrétariat de la future Commission » : « ainsi se trouverait établie (...) cette égalité que nous cherchons à établir dans la collaboration intellectuelle entre les deux pays ». Le tour de passe-passe envisagé par l’Allemagne reflète le nouvel ordre européen de l’automne 1940, où la SDN n’a plus de place et l’Allemagne triomphe : Berber souligne d’ailleurs que son gouvernement est décidé « à se porter (...) héritier d’une partie de cette Société des Nations dont il répudie l’esprit et juge l’action sans complaisance ». Par ailleurs, le souci proclamé de traiter la France sur un pied d’égalité est motivé par deux raisons : d’une part, comme le dit Berber à Bérard, ne pas renouveler la « faute tragique » commise en 1919 par la France, qui « avait [exclu l’Allemagne] de la vie spirituelle des nations et [l’avait] évincée de toute collaboration intellectuelle avec les autres peuples » – ce qui révèle à quel point l’ostracisme dont a été victime l’Allemagne en 1919 a été traumatisant – ; d’autre part, faire miroiter à la France une place de choix dans la future Europe allemande pour l’encourager ainsi à collaborer dès maintenant.

7Bérard reste cependant très prudent, faisant remarquer à Berber « qu’il ne [lui] appartenait point, ni même au Gouvernement français, de disposer, fût-ce par voie de substitution ou de subrogation, d’une part quelconque de l’héritage de Genève ». Il est aussi très lucide sur le projet allemand, qui implique que la Commission qui remplacera la CICI et qui siégera à Berlin « dirigera et inspirera le travail de [l’IICI] » dont elle sera le Conseil d’administration, comprenant que la collaboration proposée par l’Allemagne à la France aboutira en fait à une soumission de la seconde à la première dans le domaine de la coopération intellectuelle : preuve de la cohérence de la diplomatie allemande, qui recherche le même objectif dans tous les autres domaines. Tout en estimant que « les mesures et dispositions prévues quant à l’administration provisoire de l’Institut par un Conseil de gérance franco-allemand (...) paraissent pouvoir être adoptées sans inconvénient », Bérard pense donc « qu’il conviendrait peut-être (...) que le Gouvernement français stipulât les réserves nécessaires pour faire valoir ses intérêts et ses vues, soit dans la préparation du statut organique de la coopération intellectuelle, soit devant la conférence diplomatique prévue ». La méfiance de Bérard ne remet cependant pas en cause le choix du gouvernement français de détacher l’IICI de la SDN, qui n’est d’ailleurs informée de l’entretien de Wiesbaden que par un entrefilet paru dans Le Temps le 30 septembre. De fait, le gouvernement de Vichy ne répond pas à la demande d’information formulée le 8 octobre par le Secrétariat de la SDN, manifestant ainsi sa rupture avec cette dernière, décidée sous l’impulsion de Laval le 8 décembre 1940 mais officiellement notifiée le 19 avril 1941 pour prendre effet deux ans plus tard.

  • 3 MAE, Guerre 1939-1945-Vichy, b. 8.

8En fait, la collaboration franco-allemande envisagée à Wiesbaden n’a pas lieu : d’une part, après le renvoi de Laval le 13 décembre 1940, l’Allemagne se retire de toute négociation dépassant le cadre de l’armistice et Berber abandonne sa mission ; d’autre part, Arnal « fait le nécessaire pour enterrer l’affaire », preuve que le Quai d’Orsay entend défendre face à l’Occupant ce qu’il reste d’intérêts français, même dans un domaine mineur. Dès le 15 octobre, Baudoin lui-même, ministre des Affaires étrangères, à qui Laval a demandé son avis sur l’aide-mémoire de Bérard, tient à préciser qu’il « ne lie pas les Gouvernements auxquels il a été transmis pour décision par les signataires » et partage les réserves de Bérard, en suggèrant que l’institution – qu’il juge « prématurée » – d’un Bureau appelé à devenir le secrétariat de la Commission qui remplacera la CICI et le choix de son siège soient « du ressort des deux Gouvernements, allemand et français, agissant de concert et considérés comme « héritiers de fait » en cette matière de la SDN », afin de « marquer plus nettement la collaboration des deux Gouvernements sur le plan de la coopération intellectuelle »3. L’entretien de Wiesbaden entraîne cependant l’évacuation par l’armée allemande des locaux de l’IICI, qui restent quand même sous scellés.

9Un rebondissement intervient cependant en avril 1941, à la suite des propositions sur la gestion provisoire de l’IICI faites au Quai d’Orsay par Montenach et Weiss qui, prétendant parler au nom du Conseil d’administration, souhaitent, tout en maintenant l’existence de l’Institut, « suspendre temporairement ses activités techniques » et « réduire au minimum [ses] dépenses (...) pendant la durée de la suspension envisagée » : dans ce but, ils prévoient la clôture des comptes de l’IICI par Tisseau, chef des services administratifs de l’IICI de 1927 à 1938, le licenciement de l’ensemble de son personnel (une trentaine de personnes) – notifié par lettre –, le maintien d’un fonctionnaire à l’Institut chargé de garder les locaux et « de se tenir en rapport avec toutes les autorités compétentes », la prise de mesures conservatoires concernant les moyens de travail de l’Institut, enfin « le transfert en zone non occupée, sous le contrôle du Ministère des Affaires étrangères, de toute la gestion financière de l’Institut ». En fait, le Conseil d’administration de l’IICI n’a jamais investi Weiss, conseiller juridique, d’une telle mission et, début mai, Lajti fait valoir à Tisseau que l’IICI « n’existe que par son haut personnel » et qu’« il n’existe pour le moment aucune autorité ayant le droit de (...) notifier l’expiration » de ses contrats. Arnal, alerté par Lajti et Ristorcelli, vient à Paris et prie de suite Weiss de « cesser toute activité » tandis que les Allemands refusent de laisser Tisseau entrer à l’Institut, « ne voulant admettre qu’on puisse agir en territoire occupé au nom d’une commission émanant de la Société des Nations et d’ailleurs déclarée déchue » : comme le souligne Lajti, « pour les Allemands, l’affaire de l’Institut a été réglée pour la durée de la guerre par l’enterrement de Wiesbaden et personne n’avait le droit d’y toucher sans leur autorisation ». De fait, l’initiative de Weiss – faire vivre l’IICI en zone libre (mais avec quels moyens – grâce à l’hospitalité du Centre universitaire méditerranéen de Paul Valéry à Nice ? – et quels partenaires ?) – contrariait davantage les Allemands que l’attitude prudente de Lajti et Ristorcelli, faisant le dos rond en attendant des jours meilleurs, et « le seul résultat (...) fut la décision des Allemands d’en finir maintenant avec l’Institut, devenu suspect ».

10Le 5 septembre 1941, Lajti, alarmé par une proposition de constituer « une sorte de conseil de gérance franco-allemand chargé d’opérer « la suppression pure et simple » de l’IICI, adresse à Arnal « les arguments d’ordre juridique et moral » qui s’y opposent. D’une part, il s’appuie sur l’entretien de Wiesbaden pour démontrer que « toute autre fonction que celle d’assurer les affaires courantes jusqu’à la conférence internationale [prévue pour doter l’IICI de nouveaux statuts] dépasserait les attributions fondamentales du conseil franco-allemand » ; d’autre part, il souligne que seule une conférence des États signataires de l’Acte international pourrait décider de la suppression de l’IICI et d’une modification définitive de ses statuts ; enfin, il fait valoir « que l’œuvre de reconstruction qui suivra le bouleversement actuel exigera de sérieux efforts de collaboration internationale » que l’IICI sera en mesure de fournir grâce à son réseau mondial de relations et aux actions entreprises avant 1940, à condition qu’il ne soit pas touché par « une suppression même momentanée ayant pour suite la dispersion des fonctionnaires internationaux [qui] rendrait la reprise de ses activités extrêmement pénible sinon impossible ». Pour être entendu, Lajti conclut sur le fait que « la France ne peut pas démissionner dans un domaine où elle a acquis de sérieux privilèges » : il demande donc au gouvernement français, « moralement responsable du destin de l’Institut », d’assurer « [sa] continuité matérielle (...), expression visible de sa continuité juridique ».

11L’appel lancé par Lajti est entendu par Arnal qui prend le 24 septembre des décisions, communiquées à Epting, pour assurer la survie – en hibernation – de l’IICI : les fonctionnaires de l’IICI sont informés du non-renouvellement de leur contrat d’engagement et de l’arrêt du paiement de leur salaire au 30 septembre 1941, le personnel se composant désormais de Lajti et Ristorcelli, d’un rédacteur, d’une dactylo et d’un concierge ; « la garde des intérêts matériels et moraux de l’Institut » est confiée à Ristorcelli et Lajti ; « une subvention annuelle régulièrement inscrite au budget des Affaires étrangères couvre les frais nécessaires » ; enfin, Tisseau surveille la gestion de l’IICI « en qualité de Commissaire gouvernemental aux comptes ». Les Allemands approuvent ces décisions « à la condition que l’Institut s’abstienne de toute activité véritable ». Dès lors, l’activité de l’IICI est réduite à sa plus simple expression et la tâche de Ristorcelli et Lajti est purement de sauvegarde matérielle : « Nous faisons donc acte de présence, tenons en état le bâtiment, les archives et les collections, veillons à ce que nos locaux ne soient pas pris par d’autres administrations, en un mot, nous essayons de conserver fidèlement le patrimoine de l’Institut en attendant le jour où nous pourrons le remettre dans les mains de sa direction légalement nommée ». Les deux hommes sont aidés par Arnal, grâce à qui « l’existence matérielle et juridique de l’Institut a pu être conservée sans être engagée dans la politique de ces temps ». Cette position résume bien l’attentisme dont fait preuve l’IICI pendant l’Occupation, perçu comme le seul moyen de préserver son existence matérielle mais porteur d’une dégradation de l’image de l’IICI, qui perd son âme à mettre en berne ses principes fondateurs que sont la défense de l’intelligence et la promotion de la coopération internationale pacifique.

  • 4 UNESCO, Iici, A.I.144, b. 15 / SDN, R 3990. (mot souligné dans le texte).

12En fait, la seule péripétie connue par l’IICI pendant l’Occupation résulte de ses démêlés avec l’Office International des Musées dirigé par Foundoukidis4. Au printemps 1942, Weiss et surtout Foundoukidis envisagent de détacher de l’IICI l’Office qui serait alors tranféré en zone libre. En mars 1942, Lajti fait valoir à Arnal « le danger que représente pour l’Institut la réouverture en pleine occupation de l’OIM ». D’une part, révèlant jusqu’à quel degré de blocage et d’aveuglement peut mener la politique d’apolitisme et d’universalisme pratiquée par l’OCI depuis les années trente, Lajti conteste la réouverture de l’OIM du fait que ses activités ne pourraient pas avoir un caractère international pendant la durée des hostilités : « une organisation « internationale » même installée en zone libre, devrait choisir entre l’Europe et les pays d’outre-mer. En optant pour ces derniers, elle renoncerait de ce fait à toutes les relations avec l’Allemagne et les pays occupés par elle ou alliés avec elle. En se limitant par contre à l’Europe, elle s’attirerait l’accusation de servir la politique « européenne » dirigée par l’Allemagne contre ses ennemis » et « se verrait refuser la collaboration des pays extra-européens ». D’ailleurs, du fait des « difficultés techniques de la correspondance avec les pays étrangers », l’OIM « serait condamné à la vie symbolique qui est celle de l’Institut ». D’autre part, Lajti estime que la réouverture de l’OIM serait « en flagrante contradiction avec les statuts de l’Institut » dont il « fait partie intégrante », étant l’un de ses services – qui ne peut en être séparé sans le consentement de la CICI (ou au moins du Conseil de gérance actuel) –, ayant à sa tête l’un de ses fonctionnaires, et dont les « frais de fonctionnement sont exclusivement assurés par le budget, un et indivisible, de l’Institut ». D’autant que la force de l’IICI « réside dans son unité organique, dans le fait que sa structure est adaptée à toutes les manifestations importantes de la vie intellectuelle » : en conséquence, l’ouverture de l’OIM « en dehors des cadres de l’Institut (...) serait non seulement une mesure illégale et déloyale – et d’ailleurs dans les circonstances actuelles parfaitement inutile – mais encore le premier signal donné à tous ceux qui dans certains pays guettent l’occasion de désagréger [l’IICI] et de satisfaire, par la création d’autres centres « internationaux » de coopération intellectuelle, aux amours-propres nationaux ». La vieille peur d’un démembrement de l’IICI, déjà évoquée dans les années vingt, pousse donc Lajti à préférer que l’IICI soit éteint mais entier plutôt que partiellement actif, ce qui prouve une incompréhension du contexte nouveau créé par la guerre et ce qui aboutit à favoriser plutôt les Allemands. Finalement, pour repousser l’initiative de Foundoukidis, Lajti obtient l’appui d’Arnal, sans doute sensible à la mission qui incombe au gouvernement français « de conserver, d’accord avec l’autorité occupante, intact le patrimoine de la coopération intellectuelle jusqu’au jour où l’ensemble des États garants sera en mesure de se prononcer sur son sort ».

  • 5 Cf. infra, p. 159-161.

13Mais en octobre 1942 – du fait des rivalités au sein du gouvernement de Vichy –, Foundoukidis reçoit « l’autorisation et le concours financier du Ministère de l’Éducation nationale lui permettant de rouvrir l’OIM auprès de la Direction des Beaux-Arts », laquelle voudrait obtenir des Allemands la disposition des locaux de l’IICI « pour y installer, entre autres bureaux de l’administration française, ceux de l’OIM ». En octobre 1942, puis en mai et juin 1944, Lajti et Tisseau interviennent auprès du Quai d’Orsay pour éviter que l’IICI cède des locaux revendiqués à plusieurs reprises par l’administration des Beaux-Arts, faisant valoir qu’une telle mesure nuirait à la reprise ultérieure de son activité, serait contraire à l’Accord de 1924 et à l’Acte de 1938, violerait l’autonomie et l’exterritorialité de l’IICI et surtout donnerait « l’impression fâcheuse que la France se désintéresse de l’avenir de [l’IICI] », alors que la CMAE5 envisage la création d’un « Bureau Interallié Permanent de l’Éducation » susceptible de se transformer en un Bureau international concurrent de l’IICI : « en maintenant intacte la continuité juridique et matérielle de l’Institut, la France aura démontré devant l’opinion mondiale qu’elle tient toujours à jouer son rôle de puissance protectrice, rôle pour lequel elle a été tout naturellement désignée par le niveau inégalé de sa production intellectuelle ». Arnal « partage sans réserve » ce point de vue mais Rochat, lui aussi responsable du Quai d’Orsay, donne satisfaction à la direction des Beaux-Arts, « à la condition de remettre les locaux ainsi occupés à l’Institut dès que celui-ci reprendra son activité », suscitant une nouvelle démarche de Lajti et Ristorcelli auprès du Quai d’Orsay en juillet 1944, qui insistent de nouveau, la fin proche de la guerre aidant, sur la nécessité pour la France de garantir l’intégrité de l’IICI « si la coopération intellectuelle veut garder Paris pour siège » et si la France veut conserver son prestige devant l’opinion internationale. En vain, puisque le 4 août 1944 Georges Hilaire, ami de Laval et secrétaire général aux Beaux-Arts, informe Ristorcelli et Lajti qu’il a obtenu l’autorisation d’occuper les locaux de l’IICI, dont la mise en état a commencé dès le 31 juillet. Finalement, ce n’est pas la protestation des deux fonctionnaires de l’IICI qui arrête les travaux mais la libération de Paris et la fuite de Hilaire et Laval.

L’IICI ignoré par les Alliés

  • 6 C. Bekri, op. cit., p. 107/ V.-Y. Ghebali, La France en guerre..., p. 146-147 / D. Mylonas, op. cit(...)

14Le fait que l’IICI est dans un coma profond pendant toute l’Occupation ne signifie cependant pas que l’idée de coopération intellectuelle a sombré corps et bien puisqu’en cette année 1941, où l’IICI est réduit à sa plus simple expression en attendant des jours meilleurs, une initiative surgit, qui tente de transférer l’Institut en Amérique latine par le biais d’une résolution adoptée à l’unanimité par la 2e Conférence des commissions américaines qui se réunit à La Havane du 15 au 25 novembre 19416 et à laquelle Henri Bonnet assiste : cette résolution recommande à tous les gouvernements américains « d’étudier la possibilité d’établir dans un État du continent, et pour la durée de la guerre, l’IICI ou son secrétariat. L’État qui accepterait d’accueillir l’Institut sur son territoire serait tenu de lui fournir un siège et les moyens nécessaires à sa survie » ; elle recommande aussi aux gouvernements américains qui contribuaient au budget de la SDN « d’affecter une partie de leurs contributions à l’Institut », comme ils le font pour le BIT et les autres services de la SDN établis au Canada et aux États-Unis ; elle invite enfin les gouvernements représentés « à accepter la création d’une commission de sept membres compétents en matière de coopération intellectuelle. Elle serait assistée par Henri Bonnet dans ses études des mesures à prendre pour le fonctionnement effectif en Amérique de l’IICI ou de son secrétariat ; à défaut de quoi, les gouvernements pourraient établir un « Centre international de coopération intellectuelle » qui serait chargé de poursuivre provisoirement son œuvre ». En fait, le projet n’aboutit pas : la commission de sept membres ne se réunit qu’en octobre 1943 à Washington et sa décision de créer le Centre international prévu à La Havane, où le gouvernement cubain est prêt à l’accueillir, reste lettre morte, la commission elle-même ne se réunissant plus. Ce projet révèle le poids accru, certes renforcé par la guerre, des États extra-européens – notamment latino-américains – au sein de l’OCI, mais aussi le fait que le principe selon lequel une institution internationale chargée de la coopération intellectuelle devrait siéger à Paris ne s’impose plus comme une vérité d’évidence, étant donné les circonstances et sans doute l’impact qu’a pu avoir l’entretien de Wiesbaden. En outre, la survie même de l’IICI ne semble plus aussi assurée. Lors de la conférence de La Havane, la délégation américaine suggère à cette dernière d’« examiner la possibilité d’établir un Office des relations culturelles et de la Coopération intellectuelle avec une ample assistance financière » : cette proposition révèle le poids des grandes fondations privées américaines et le souci de faire en sorte que l’institution projetée ne s’occupe pas seulement de la coopération entre les intellectuels mais prenne en charge la mission plus large de développer l’activité culturelle, premier jalon vers la création de ce qui sera l’UNESCO, dans la genèse de laquelle, plus généralement, les très nombreuses associations intellectuelles non gouvernementales anglo-saxonnes vont jouer un grand rôle.

  • 7 C. Bekri, op. cit., p. 87-115 / V.-Y. Ghebali : La France en guerre..., p. 146, 154 et 186 ; Organi (...)

15De fait, c’est à Londres que se tient à partir de novembre 1942 la Conférence des Ministres Alliés de l’Éducation (CMAE)7, réunie à l’initiative du British Council, institution privée créée en 1934 pour diffuser la culture britannique à l’étranger et rattachée au Foreign Office en 1940, pour étudier les mesures susceptibles d’aider les pays touchés par la guerre à se relever dans le domaine de l’éducation et de la culture. L’objectif est certes similaire à celui qui a conduit à la création de la CICI en 1921 mais le contexte de la guerre a modifié tant les rôles et les rapports de force entre les États que la nature de la coopération intellectuelle. La France, qui a créé et soutenu l’OCI, est – malgré l’action de de Gaulle, disposant lui-même de peu de moyens et dépendant de la Grande-Bretagne – un pays vaincu, occupé et même soupçonné, après l’entretien de Wiesbaden, d’avoir bradé l’IICI à l’Allemagne, et ne peut donc plus prétendre conserver son rang de premier plan dans le domaine de la coopération intellectuelle : de façon révélatrice, ce n’est qu’en octobre 1943 que les délégués français mandatés par le CFLN à la CMAE sont considérés comme les représentants d’un gouvernement. En revanche, la Grande-Bretagne, constamment réservée, pour ne pas dire hostile, envers l’OCI – et notamment l’IICI –, accusée de servir de relais à l’influence culturelle française, entend utiliser sa position de force – centre européen de la résistance au nazisme et refuge des gouvernements en exil – pour infléchir la coopération intellectuelle dans un sens plus conforme aux idées et aux intérêts du monde anglo-saxon, appuyée en cela par le formidable poids politique et financier des États-Unis. Par ailleurs, les ravages causés par la Deuxième Guerre mondiale supposent « d’autres structures, un personnel plus nombreux et de grands moyens » et imposent à la coopération intellectuelle « un champ d’action plus vaste et plus concret et des modalités nouvelles qui [exigent] efficacité, sens pratique, diplomatie et disponibilité ». Le caractère élitiste et apolitique de l’OCI n’est donc plus adapté au nouveau contexte, qui exige qu’on insiste davantage sur l’éducation des masses – pour éradiquer le virus totalitaire et raciste – et que les États, aidés par les associations intellectuelles non gouvernementales, jouent un rôle actif et efficace qu’ils sont les seuls à pouvoir assumer étant donné l’ampleur sans précédent des destructions et des problèmes à résoudre : il s’agit en effet non seulement de reconstituer le tissu intellectuel européen, tant humain que matériel, mais aussi, et plus encore qu’en 1919, de tenter d’instaurer un esprit de compréhension mutuelle propre à sauvegarder la paix, la démocratie et les droits de la personne humaine tellement bafoués pendant la guerre.

16De fait, la CMAE, qui regroupe d’abord les États européens en guerre contre l’Axe, modifie la perspective de ses travaux en accueillant comme observateurs à partir de 1943 les États-Unis, l’URSS, la Chine, l’Inde et les Dominions : sous l’impulsion du géant américain, qui allie puissance politique de l’État et puissance financière des fondations privées, elle acquiert une vision plus internationale des problèmes et élargit son champ d’action en passant de l’étude des problèmes de reconstruction de l’éducation en Europe – qui n’implique pas la disparition de l’IICI – à celle, dès juillet 1943, de projets successifs, inspirés par les associations intellectuelles privées anglo-saxonnes, de création d’une organisation permanente des Nations Unies pour la coopération intellectuelle. Même si ces projets s’appuient sur l’héritage de l’OCI, dont certains membres (Murray notamment) font partie des associations privées, ils inquiètent évidemment la France et l’IICI.

  • 8 UNESCO, Iici, A.I.65 (note d’avril 1944), b. 7.

17Dès janvier 1943 René Cassin, commissaire à l’Instruction publique du Comité National Français, insiste « pour que l’expérience de l’IICI [soit] examinée avec soin et prise en considération », cependant qu’en avril 1943 de Gaulle répudie le retrait de Vichy de la SDN. En février 1944, René Cassin, représentant du CFLN à la CMAE, défend de nouveau l’IICI et la position de Paris comme capitale de la coopération intellectuelle et, en mai 1944, il demande à l’Assemblée consultative d’Alger de ne pas laisser choir les intérêts de la France en matière de coopération intellectuelle. De son côté, en avril 1944, après l’adoption par la CMAE d’un projet largement inspiré par les États-Unis qui prévoit sa transformation en une Organisation des Nations Unies pour la Reconstruction Éducative et Culturelle (ONUREC), l’IICI8 se dit prêt à collaborer avec cette dernière, dont il espère « qu’elle saura se limiter à sa fonction essentielle qui doit être la reconstruction des œuvres culturelles détruites ou endommagées », mission « unique », « limitée dans l’espace, puisqu’elle concernera les pays touchés par les dévastations, et dans le temps, car elle se terminera avec l’achèvement des travaux de reconstruction » : quant aux projets plus vastes de coopération intellectuelle internationale, l’IICI affirme être le mieux à même de les mener en raison de son expérience et de ses réalisations. Mais, comme la SDN, l’IICI, dont l’image ne sort pas grandie de son inactivité pendant la guerre, semble désormais de plus en plus appartenir à un monde révolu. Dans le même temps, les États-Unis s’engagent activement au sein de la CMAE – dont ils deviennent membres à part entière en juillet 1944 – à partir d’avril 1944, en proposant de transformer celle-ci en ONUREC, et réunissent en septembre-octobre 1944 la conférence de Dumbarton Oaks pour élaborer les structures de l’ONU. La volonté des Alliés, et notamment des États-Unis, de doter le monde d’un nouveau système d’organisations internationales porte en elle la disparition de la SDN et de l’OCI malgré la réouverture de l’IICI au début de l’année 1945.

De l’IICI à l’UNESCO (1944-1946)

L’éphémère renaissance de l’IICI (1944-1945)

  • 9 UNESCO, IIci : A.I.144, b. 15 ; A.I.51, b. 6 ; A.I.77-78, b. 9 / SDN, R 4017 (CA.17e session, 25 oc (...)
  • 10 C. Bekri, op. cit., p. 101-143/ V.-Y. Ghebali, La France en guerre..., p. 185-187 / D. Mylonas, op. (...)
  • 11 UNESCO, Iici, A.I.65 (note de Vaucher, 7 avril 1945), b. 7.

18Dès le 29 août 1944, Ristorcelli et Lajti prennent contact avec Henri Bonnet, devenu commissaire à l’Information du GPRF, mais l’IICI ne rouvre ses portes et ne tente de reprendre ses activités qu’en février 19459. Entre mars 1945 et décembre 1946, l’IICI renoue des liens avec des associations internationales, dont certaines sont autorisées à tenir des réunions et d’autres (neuf en tout) à bénéficier d’un bureau. Il prévoit également d’organiser à Paris la 13e session de la Conférence permanente des hautes études internationales. À partir d’avril 1945, il crée même son propre service de radiodiffusion, « Radio Monde », et reprend contact avec les membres de la CICI et les commissions nationales. Enfin, il reconstitue aussi son personnel : Henri Bonnet, qui est nommé ambassadeur à Washington en décembre 1944 et dont le deuxième mandat expire, est remplacé en février 1945 par le Français Jean-Jacques Mayoux, professeur à la Sorbonne, directeur par interim en attendant la réunion du Conseil d’administration de l’IICI, cependant que le personnel compte 52 membres (dont 38 Français). Mais les Anglo-Saxons désirant remplacer l’OCI par une nouvelle organisation10, l’existence de l’IICI est de plus en plus menacée et les arguments présentés en faveur de son maintien se heurtent, selon Vaucher, chef de la Mission de l’Éducation nationale à Londres, « à une objection de fait et une de principe : 1) les Gouvernements étrangers n’ont eu jusqu’à présent aucune nouvelle de l’Institut et ignorent si cet Institut peut ou compte reprendre ses activités ; 2) l’Institut leur paraît s’être dans le passé borné à développer une coopération entre un nombre restreint « d’intellectuels ». Ils désirent établir une coopération sur des bases plus larges. Ils croient possible d’y réussir par les mesures communes qui seront prises dans le domaine de l’éducation »11. De fait, en mars 1945, les gouvernements anglais et américain informent la CMAE qu’ils appuient la création, en liaison avec l’ONU, d’une ONUREC, bientôt devenue UNECO (ONU pour l’Éducation et la Culture) et, en avril, les États-Unis proposent de réunir à Londres une Conférence des Nations Unies pour établir la nouvelle organisation permanente.

  • 12 C. Bekri, op. cit., annexe VIII, p. 262-273 / Notes documentaires et études, n° 449, 24 octobre 194 (...)

19Le projet anglo-saxon qui sera présenté à la conférence de Londres le 1er novembre 194512, même s’il a quelque parenté avec l’Acte international de 1938 (même objectif de paix, accentuation de l’aspect culturel au détriment de la dimension intellectuelle, rôle plus important des délégations gouvernementales), s’en distingue cependant très nettement par sa démarche plus politique et globale, comme le montrent les buts de l’UNECO projetée : d’une part, « développer et maintenir la compréhension mutuelle et l’appréciation mutuelle de la vie et de la culture, des arts, des humanités et des sciences des peuples du monde, en tant que base d’une organisation internationale effective et de la paix du monde » ; d’autre part, « associer les efforts en vue d’assurer et de faciliter l’usage à tous les peuples, pour servir les besoins communs de l’homme, de l’ensemble des connaissances et de la culture mondiale, afin de contribuer ainsi à la stabilité économique, à la sécurité politique et au bien-être général des peuples du monde ». Ainsi, l’UNECO se veut plus politique dans ses fondements – d’où la référence explicite à l’ONU, à laquelle elle est officiellement reliée, alors que l’OCI s’était peu à peu dégagée de la SDN – et ses structures – qui en font un organisme intergouvernemental dont le programme est établi par la Conférence des délégués des États –, tandis qu’elle accorde toute son attention à l’éducation – que l’OCI avait abordée avec précaution pour ne pas froisser la susceptibilité des États – du fait de son souci de toucher directement les masses – là où l’OCI voulait agir par l’intermédiaire des intellectuels.

20De fait, les moyens d’action de l’UNECO reposent plus sur « la libre diffusion des idées et des informations parmi les peuples du monde », grâce à la coopération en matière d’éducation et aux échanges culturels, que sur « les consultations des personnalités représentatives de l’éducation et de la culture ». Cet aspect est d’ailleurs accentué par deux dispositions qui minorent l’importance des milieux intellectuels : d’une part, les délégués d’État à la Conférence sont choisis avant tout par les gouvernements, même si ceux-ci peuvent consulter les commissions nationales, composées de représentants gouvernementaux ; d’autre part, le Conseil d’administration de l’UNECO, composé de quinze délégués élus par la Conférence et représentatifs des différentes aires culturelles et géographiques, ne peut être assimilé à la CICI car celle-ci, aréopage de l’esprit, imprimait sa marque à l’OCI alors que celui-là ne fait que veiller à l’exécution des décisions prises par les délégués des États. Ainsi, le projet anglo-saxon confirme une tendance existant dans l’Acte international de 1938 – qui accroissait le rôle des délégués d’État – et porte la marque des États-Unis – pour lesquels l’efficacité d’une organisation internationale passe désormais par l’implication des États qui font les choix et qui les appliquent –, mais il n’est cependant pas le seul puisque la Conférence interaméricaine de Chapultepec (Mexico) tenue en février-mars 1945 recommande aussi la création d’une « Organisation internationale de coopération intellectuelle et morale entre les Nations ». L’avenir de l’IICI paraît donc sombre dans la mesure où la CMAE semble désormais ignorer son existence et ses efforts de réorganisation et surtout concevoir une organisation globale qui ne soit pas chargée de la seule reconstruction éducative.

  • 13 Notes documentaires et études, n° 163, 10 octobre 1945.

21La riposte française est orchestrée par Henri Bonnet, qui établit, dès la fin 1944, un « Projet d’organisation provisoire de l’Institut »13 – en attendant les décisions que prendront les conférences de San Francisco et de Londres – qui vise à sauver l’IICI réorganisé. Renvoyant la France à ses engagements passés (l’Accord de 1924 et l’Acte de 1938), il insiste évidemment sur le fait que « le Gouvernement français doit être prêt à affirmer son intention de maintenir (...) l’Institut en existence, et de remplir les obligations qu’il a contractées », reprenant l’idée traditionnelle du rôle particulier de la France – dont il semble cependant sous-estimer la faiblesse entraînée par la guerre – dans le domaine de la coopération intellectuelle : « le prestige intellectuel de la France est intact, malgré les épreuves qu’elle a traversées. (...) dans le domaine de l’esprit, elle est appelée à jouer de nouveau (...) un rôle international de tout premier plan. l’Institut (...) lui en fournit, en partie, les moyens ». Dans cette optique, la mission du directeur par interim sera de remettre en route l’IICI et de s’informer et si possible de se préparer aux conférences en cours, qui déboucheront sur une nouvelle organisation intellectuelle internationale, pour « sauvegarder, quand les négociations internationales s’engageront, le rôle de l’Institut », envers lequel la Grande-Bretagne et les États – Unis ont toujours été réservés mais avec qui « les États sud-américains paraissent tous très désireux de reprendre leurs relations ».

  • 14 D. Mylonas, op. cit., p. 259 (lettre du GPRF, 20 décembre 1944).
  • 15 UNESCO, Iici, A.I.64 (note du Quai d’Orsay, 8 mars 1945), b. 7.
  • 16 Cf. aussi UNESCO, Iici, A.I.65 (note de Vaucher, 7 avril 1945), b. 7.

22De fait, Bonnet est suivi par le gouvernement français qui, s’il accepte en principe le projet d’ONUREC, se dit « préoccupé en même temps d’assurer la reprise des activités des organismes qui existaient avant la guerre et en particulier de [l’IICI], qui avait son centre à Paris », et décide « d’examiner, dans le cadre du projet qui [lui] est soumis, comment le fonctionnement de ces organismes pourrait se poursuivre en correspondance avec l’organisation nouvelle »14 . En mars 194515, en prévision de la conférence de San Francisco qui doit fonder l’ONU, Bonnet conseille encore au Quai d’Orsay de « présenter une proposition [allant] dans le même sens » que le projet de Chapultepec, qui recevrait l’appui des États sud-américains, en insistant sur le caractère universel de la future organisation et « la nécessité d’incorporer dans le système nouveau les institutions de coopération intellectuelle de la SDN après ajustement nécessaire de leurs statuts », l’IICI devant « assurer le Secrétariat de l’ensemble de l’organisation » : en effet, le projet anglo-saxon ne signifie pas forcément la mort de l’IICI, prévoyant une collaboration entre l’UNECO et « d’autres organisations internationales, tant publiques que privées, dont l’intérêt et l’activité se rattachent à ses buts et s’harmonisent avec eux »16 .

  • 17 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (Rapport financier de l’IICI, sans doute rédigé par Lorotte, 12 mars 19 (...)

23Au même moment, l’IICI, qui vient de rouvrir ses portes, entend bien obtenir l’appui du gouvernement français pour s’imposer comme un interlocuteur incontournable17. Ne renonçant à aucune de ses missions, l’IICI « confirme que son domaine d’activité est celui de la coopération intellectuelle conçue dans le sens le plus large et, en particulier, celui prévu par son statut : « la coopération des peuples dans tous les domaines de l’esprit »» et, dans cette optique ambitieuse – mais aussi pour tenir compte de l’inflation –, il réclame – uniquement pour retrouver son activité de 1938 – rien moins que 22 millions de francs (soit quatre fois plus qu’en 1938). Mais cette somme permettrait à l’IICI d’être seulement « un petit Institut « de relations culturelles internationales »», qui aurait alors bien du mal à convaincre de son utilité les Anglo-Saxons et qui aurait donc peu de chances de se maintenir : dans ces conditions, « si l’on veut constituer un Institut répondant à la mesure des temps présents et en particulier aux prévisions des Alliés pour la future « coopération intellectuelle et morale entre les Nations », l’on doit immédiatement constituer l’Institut sur de nouvelles bases, (...), le doter de puissants moyens de travail et de diffusion, l’installer dans un immeuble lui donnant aisance et présentation, favorable à la création d’un centre d’accueil mondial ». Pour que l’IICI réalise son programme ambitieux en s’appuyant sur les réalisations d’avant-guerre, il doit « présenter une façade et une structure matérielles de moyens techniques de travail et des moyens d’expression puissants et efficaces, le tout bien étayé par un appui financier tel qu’il puisse inspirer confiance à tous par ses possibilités d’action, de développement et d’influence » : les responsables de l’Institut cherchent bien sûr à restaurer l’image de ce dernier, notamment auprès des grandes fondations américaines, qui l’avaient subventionné avant la guerre, et à supporter la concurrence avec l’organisation projetée par les Anglo-Saxons, dont on imagine qu’elle aura de gros moyens financiers en raison de la participation officielle des États-Unis, car c’est « par une large aide financière que l’on permettra à l’Institut de conserver sa place et d’accomplir toute sa mission ». Pour cela, il faut rompre avec le passé et assurer à l’IICI « une subvention à long terme, vingt ans, et stable, à l’abri de toute dépréciation monétaire et de toute élévation du taux de la vie » ainsi qu’« une dotation telle qu’elle puisse par sa bonne gestion favoriser son développement continu sans attendre que la nécessité de celui-ci ne s’impose ».

24Les responsables de l’IICI, conscients que ce dernier risque de disparaître, mettent donc le gouvenement français au pied du mur : « la qualité et l’avenir de l’Institut dépendent donc de l’appui financier qu’il trouvera auprès du seul gouvernement qui puisse le remettre en route immédiatement : le Gouvernement français. Ou bien le Gouvernement français fera un geste de pure forme en laissant reprendre à l’Institut une activité modérée, comparable à celle de 1938, sans espoir d’avenir et avec le risque, sinon la certitude, de voir les prochaines Conférences mondiales se détourner d’un organisme inefficace. Ou bien le Gouvernement français voudra soutenir la réputation de la France, Nation éminemment généreuse et compréhensive de son rôle spirituel et humanitaire, soucieux de favoriser une œuvre dont elle est la fondatrice (...), et il permettra la construction d’un organisme technique répondant à la mission et à la confiance qu’élites et peuples attendent de lui pour être un facteur constructif de paix dans le Monde. Et cette dernière position semble bien celle que préconise Monsieur Bonnet (note du 8 mars 1945) ». Et de chiffrer l’effort financier nécessaire à la réalisation de la seconde hypothèse à 110 millions de francs, ce qui, compte tenu de l’inflation, équivaut à plus de 27 millions de francs de 1938, soit près de cinq fois les dépenses globales de cette année-là.

25Les responsables de l’IICI croient-ils alors réellement pouvoir obtenir cet engagement financier de la part du gouvernement français ou demandent-ils beaucoup pour être sûrs de recevoir un peu ? Sans doute les deux, dans la mesure où l’IICI joue son va-tout : il faut en effet non seulement remettre en route l’Institut mais aussi tenter de le maintenir en vie face à la menace anglo-saxonne. Le pari semble cependant perdu d’avance pour deux raisons : d’une part, l’IICI demande l’aide d’un gouvernement désargenté qui a d’autres priorités – la guerre n’est pas finie et le pays ruiné est à reconstruire – ; d’autre part, le fait de compter exclusivement sur le gouvernement français ne correspond plus au nouveau contexte international, où la France ne fait plus figure de grande puissance, et ne contribue pas à donner de l’IICI une image universelle susceptible de lui rallier de nombreux pays mais conforte au contraire l’idée qu’il reste avant tout une chose de la France. Pour autant, le gouvernement français, soucieux de restaurer l’image de marque de la France et conscient qu’il peut le faire en jouant la carte intellectuelle, ne peut abandonner brutalement l’IICI et adopte donc la seule voie possible pour lui à ce moment-là, qui permet de parer au plus pressé et peut-être déjà de sauver les apparences : limiter son appui financier à l’Institut mais défendre son existence lors des conférences internationales à venir.

  • 18 SDN : R 4017 (CA.17e session, 25 octobre 1945) et 4019 (B.L.43, 20 juillet 1946).
  • 19 MAE : Y intern. (1944-1949), b. 83 ; Rel. cult. (1945-1947), b. 176.

26Ainsi, pour 1945, le gouvernement français alloue à l’IICI une subvention de 3 millions de francs et prévoit même d’inscrire un crédit de 12 millions de francs au budget de l’État de 1946 pour faciliter sa remise en route mais aussi pour régler les dettes de Vichy (qui avait versé en 1941-1944 moins de 1,5 millions au lieu des 8 millions qu’il était juridiquement tenu de donner)18, cette somme étant cependant bien inférieure à celle espérée par l’Institut. Mais par ailleurs, en avril 194519, un projet de mémorandum français sur la coopération intellectuelle, émanant du Quai d’Orsay et destiné à la délégation française à la conférence de San Francisco, souligne la volonté du gouvernement français que cette dernière « confirme dans sa mission [l’IICI] et définisse pour lui une nouvelle structure qui l’intègre dans les mécanismes internationaux du monde nouveau » : l’IICI « existe, juridiquement et réellement » – l’Acte de 1938 étant toujours en vigueur et l’Institut ayant repris ses activités – et, « en raison de son activité et de son rayonnement passés », il pourrait « légitimement aspirer à devenir en quelque sorte le Secrétariat général de toutes les organisations qui seront appelées à traiter internationalement les problèmes de restauration de la culture, dans les domaines les plus divers ». Le mémorandum définit aussi les principes – largement inspirés par l’expérience d’avant-guerre – qui devraient guider l’action de l’IICI : susciter la « création d’un esprit international, d’une société des esprits », grâce à des contacts et des échanges permanents entre les intellectuels, qui pourront ainsi « exercer une influence sur les pouvoirs publics », et contribuer à « assurer dans les esprits des fondements solides aux organisations collectives de sécurité et de coopération qui seront créées à San Francisco » ; planifier les travaux entrepris par les organisations scientifiques et techniques ; favoriser « synthèse et diffusion des connaissances » par tous les moyens (congrès, radio, échanges universitaires, etc.). Le mémorandum suggère enfin que l’ONU non seulement « se substitue à la SDN dans la prise en charge de [l’IICI] » mais aussi nomme une nouvelle CICI, un nouveau Conseil d’administration et un directeur à la tête de l’Institut dont le siège serait maintenu à Paris.

  • 20 UNESCO, Iici, A.I.65 (note de Vaucher, 7 avril 1945), b. 7.

27Ainsi, face à l’offensive anglo-saxonne, la France semble vouloir tout faire pour maintenir en vie l’IICI dans des conditions assez proches de celles d’avant-guerre. D’ailleurs, au même moment, Vaucher conseille au GPRF d’informer la CMAE « que le Gouvernement français renouvelle sa subvention à l’Institut, qu’un directeur intérimaire a été désigné, qu’il se préoccupe de rassembler une partie du personnel et qu’une réunion des Comités Nationaux de Coopération Intellectuelle sera convoquée prochainement », bref que l’IICI a recommencé à fonctionner et qu’il dispose d’une solide expérience et « d’un personnel spécialisé et entraîné » : le sort de l’IICI n’est peut-être pas encore scellé car « les intentions des Ministres de l’Éducation des pays alliés à l’égard de l’Institut n’ont pas encore été clairement exprimées. Les Britanniques sont restés silencieux. Les Américains ont paru s’orienter vers une disparition de l’Institut, mais leurs opinions pourraient se modifier s’ils étaient amenés à reconnaître que l’Institut [peut] maintenir son autonomie. Les pays de l’Europe continentale éprouvent à la fois le désir de limiter leurs charges financières et celui de préserver l’Institut parce qu’ils souhaitent conserver une création française »20 .

  • 21 UNESCO, Iici, A.I.65, b. 7.
  • 22 UNESCO, Iici, A.I.65 (note sur le projet allié d’un Office International de l’Éducation), b.7.

28De fait, s’appuyant sur la décision prise par la CMAE en janvier 1945 de créer un comité chargé d’étudier les relations entre la nouvelle organisation projetée et l’IICI, le 7 mai 1945, Jean Lorotte21, secrétaire général de l’IICI, informe la CMAE que l’IICI « a maintenant réouvert ses portes et est prêt à reprendre toutes ses activités » et rappelle les buts (« sauvegarder le patrimoine spirituel de l’humanité et favoriser le développement des sciences, des arts et des lettres » et encourager « dans l’intérêt de la paix les relations spirituelles des peuples ») et les principes (universalité, permanence et indépendance) de l’Acte signé en 1938 par 40 États et entré en vigueur en 1940 : il signale d’ailleurs que l’IICI, qui « a accompli un travail très important dans tous les domaines de l’éducation », pourrait établir avec la CMAE « une très fructueuse coopération ». En fait, l’IICI se rappelle ainsi au bon souvenir de la CMAE et prétend être l’organisation intellectuelle « la plus complète » et la plus efficace, « capable d’organiser avec les meilleures garanties d’objectivité et de compétence, toutes les enquêtes et toutes les études dont la Conférence de Londres pourrait avoir besoin », grâce à son universalité et son indépendance politique : « une organisation de coopération intellectuelle (...) jouira de la confiance des milieux intellectuels dans la mesure où elle saura garder sa liberté vis-à-vis des gouvernements. (...). Nous ne croyons donc pas qu’il soit dans l’intérêt de l’esprit de confier à une réunion de ministères de l’Éducation le souci de définir les principes dont doit s’inspirer désormais l’éducation des peuples. Dans les circonstances psychologiques actuelles plus que jamais, seules des idées émises par des esprits indépendants et ayant le prestige intellectuel nécessaire pourraient s’imposer avec assez de force pour amener les peuples à introduire certaines mesures éducatives préconisées »22. L’IICI est donc décidé à se maintenir coûte que coûte en jouant la carte traditionnelle de l’apolitisme et semble d’ailleurs être soutenu par le gouvernement français, dont les représentants à la CMAE (Pozzo di Borgo, inspecteur général de l’Éducation nationale, et Henri Laugier, directeur des Relations culturelles au Quai d’Orsay) insistent sur la nécessaire autonomie des commissions nationales et, plus largement, de la future organisation à l’égard des États : la France veut continuer à faire une large place aux intellectuels et aux associations privées, censés adopter un point de vue universel plus conforme à la coopération internationale, tandis que les Anglo-Saxons, tirant les leçons de l’impuissance de l’OCI à faire appliquer ses décisions, recherchent l’efficacité grâce à une implication plus poussée des États.

  • 23 UNESCO, Iici, A.I.51 (lettres de Reynold à Lorotte, 20 avril et 14 mai 1945), b. 6.
  • 24 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (lettre de Luchaire à Mayoux, 11 février 1945), b. 176.
  • 25 UNESCO, Iici : A.I.76 (lettre à Mayoux, 15 mai 1945), b. 8 ; A.I.65 (lettre à Vaucher, 8 juin 1945) (...)

29Le camp français est d’ailleurs encouragé par Luchaire et Reynold. Celui-ci souhaite que « la France reprenne l’initiative » en convoquant la CICI à Genève en juillet 194523, tandis que Luchaire24 espère que les obstacles qu’il a rencontrés – la volonté des États de ne pas laisser l’IICI s’occuper des questions d’enseignement et, de façon générale, « le spectre de la souveraineté nationale » – seront levés, que le futur organisme intellectuel international sera « aussi indépendant que possible de toute autorité politique » et aura « une forte autonomie dans l’ensemble des organismes internationaux officiels », enfin que le gouvernement français admettra que « plus l’Institut sera strictement international, plus l’influence française y gagnera ». Mais cette vision de la coopération intellectuelle, guère adaptée au nouveau contexte international marqué par la perte de puissance de la France, va être battue en brèche à la conférence de San Francisco, dont Lorotte espère pourtant qu’elle décidera de promouvoir « une coopération intellectuelle « indépendante » et « universelle »» et non « une collaboration éducative et culturelle « dirigée » et « intergouvernementale »» : « si une organisation éducative peut et doit être une organisation « inter-gouvernementale », il n’en est pas de même dans le domaine culturel où l’esprit doit être indépendant s’il veut s’épanouir et garder sa pureté. Le point de vue du plan Kefauver [délégué américain à la CMAE] est en régression sur la conception admise jusqu’ici pour [l’OCI], laquelle était largement indépendante de la Société des nations et complètement autonome vis-à-vis des pouvoirs publics nationaux »25.

  • 26 C. Bekri, op .cit., p. 105-106 / D. Mylonas, op. cit., p. 302-305 / G. Archibald, op. cit., p. 54-6 (...)

30En effet, la conférence de San Francisco26, qui s’ouvre en avril 1945, inclut dans la Charte des Nations Unies un article (55) stipulant que celles-ci « favoriseront (...) la coopération internationale dans les domaines de la culture intellectuelle et de l’éducation » et deux autres (57 et 63) établissant une liaison entre le Comité économique et social de l’ONU et les institutions spécialisées créées par un accord intergouvernemental. N’ayant pas renoncé à soutenir l’IICI, la délégation française, emmenée par Henri Bonnet et fortement appuyée par les nations d’Amérique latine, fait approuver par la conférence une résolution soulignant que la coopération intellectuelle est un facteur décisif de la paix qui, « pour être sûre et durable, doit se fonder sur la compréhension et la connaissance mutuelles », et doit donc constituer l’une des missions de l’ONU, qui a le « devoir (...) d’assurer à tous (...) l’accès au domaine de la culture », « de faciliter (...) le progrès des lettres, des arts et (...) de la science », dont les résultats auront « la diffusion la plus large possible en faisant appel à tous les aspects de la technique moderne », enfin « de faciliter (...) les échanges et la diffusion d’informations et de documents » sur les activités de chaque État. Cette résolution débouche sur une recommandation faite aux États participant à la conférence « de convoquer, dans un délai de quelques mois, une Conférence générale chargée d’établir les statuts d’une Organisation internationale de coopération intellectuelle », réunissant tous les États membres de l’ONU mais aussi, « à titre consultatif, les organisations internationales existantes spécialisées dans l’étude des mêmes problèmes » – donc l’IICI –, qui pourrait se tenir à Paris.

  • 27 MAE, Rel. CULT. (1945-1947), b. 176 (lettre de Bonnet au Quai d’Orsay, 28 mai 1945).

31Aussitôt cette motion adoptée, Bonnet demande au Quai d’Orsay27 d’adopter une position offensive qui sauvegarde les intérêts de l’IICI et donc de la France : en informant les États – notamment les États-Unis, après réception de leur projet d’UNECO, et les États latino-américains, attachés à l’IICI – que le gouvernement français va proposer de convoquer la Conférence générale, devant laquelle il présentera son propre projet (sauf si un accord peut être trouvé avec les Anglo-Saxons) ; en « [s’assurant] l’appui complet du Gouvernement britannique pour que le siège de l’Organisation définitive, et par conséquent de son Secrétariat général [l’IICI] fût à Paris » si Londres abrite la Conférence générale ; enfin, en se conciliant les bonnes grâces soviétiques par le rappel « que les relations des corps savants et des institutions scientifiques de l’URSS avec [l’IICI] ont toujours été très bonnes et ne manqueraient pas de prendre un grand développement au sein d’une organisation internationale ayant son siège à Paris ».

  • 28 Ibid. (note du Quai d’Orsay, 7 juillet 1945).
  • 29 Ibid. (note du Quai d’Orsay pour Laugier et instructions de Capitant à la délégation française à la (...)

32Dans un premier temps, la France semble obtenir satisfaction puisque la Grande-Bretagne n’est pas opposée en principe à ce que Paris abrite la future organisation internationale, à condition cependant que la France renonce à en assurer la direction28. Mais le Quai d’Orsay29charge néanmoins les représentants de la France de contrôler l’influence anglo-saxonne lors de la réunion de la CMAE, à Londres en juillet 1945, qui fixera le lieu de la Conférence générale. Les instructions données à la délégation française visent à conserver intactes les chances de la France de voir aboutir son projet de transformer l’IICI en secrétariat de la future organisation intellectuelle : élargissement de la CMAE à toutes les Nations Unies (en particulier aux États latino-américains), au cas où elle poursuivrait son activité comme organisme technique de préparation de la Conférence générale, pour éviter un tête-à-tête entre les Anglo-Saxons ; participation de la France au secrétariat de la CMAE (alors assuré par le British Council) ; emploi de la langue française « sur un pied d’égalité avec l’anglais » ; proposition que Paris abrite la future Conférence générale et la future organisation intellectuelle. En particulier, dans la mesure où la CMAE va préparer la création d’une organisation internationale s’intégrant dans le système onusien, Laugier devra veiller à ce « que les décisions soient au premier stade préparées par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité » et « qu’une place soit donnée dans le Secrétariat à des représentants de ces cinq puissances » ; de plus, si la Conférence générale était convoquée à Londres, « il devrait être entendu que ceci ne préjuge pas le siège du futur organisme permanent lequel, dans notre pensée, dont le Foreign Office et le State Department ont été saisis, ne pourrait être qu’à Paris ». La France essaie de se servir de sa position de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, possédant donc un droit de veto, pour défendre sa position, qu’elle sait menacée par le projet anglo-saxon d’UNECO qui doit être examiné par la CMAE.

  • 30 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (lettre de Massigli au Quai d’Orsay, 24 juillet 1945), b. 176 / UNESCO, (...)

33Les résultats de la réunion de la CMAE tenue le 12 juillet 1945, sans être très satisfaisants, préservent néanmoins l’avenir30. Laugier obtient que « le français soit considéré, de pair avec l’anglais, comme langue officielle pour les travaux de la Conférence », conteste aux Britanniques le droit de convoquer et d’organiser seuls la conférence de Londres et n’accepte pas que le projet américain d’UNECO en soit le seul document de base. Finalement, on parvient à éviter la tenue de deux réunions concurrentes et la France accepte d’être associée à la Grande-Bretagne comme puissance invitante, à condition de pouvoir soumettre à la conférence de Londres un contre-projet, qui est établi conjointement par l’IICI et le gouvernement français et qui « se place dans la continuité de l’œuvre de la [CICI] ». Mais la CMAE charge le gouvernement britannique d’inviter le 1er novembre à Londres les Nations Unies à une conférence destinée à créer une nouvelle organisation internationale pour l’éducation et la culture, conformément au projet américain adopté en avril : les États-Unis estiment en effet que leur projet aura plus de chance d’aboutir si la Grande-Bretagne est la puissance invitante.

  • 31 UNESCO, Iici, A.II.1 (note de Mayoux à Joxe, 13 juillet 1945), b. 16.

34Mayoux31 est donc déçu par la conférence de San Francisco et s’inquiète des desseins de la CMAE, où « on reproche à la France en matière de culture, comme ailleurs, de chercher à garder des positions acquises, en particulier l’Institut que, ni la mise en œuvre de celui-ci entre les deux guerres, ni le présent affaiblissement de notre rayonnement national ne justifient ». De fait, la volonté de de Gaulle de redonner son rang à la France ne peut compenser sa perte de puissance et de prestige due à la guerre et se heurte aux ambitions des Anglo-Saxons – déjà très réservés envers l’IICI avant-guerre – et notamment des États-Unis, qui ont les moyens de leurs ambitions et qui, dans leur projet de remodeler le système des organisations internationales, ne se sentent pas tenus par les réalisations existantes comme l’IICI. Dans ces conditions, le 13 juillet, Mayoux informe Joxe, secrétaire général du GPRF, qu’« un changement total et immédiat de tactique s’impose » et qu’à la « tactique d’attente. Faire savoir que l’Institut existe et qu’il est prêt à fonctionner dès qu’il aura reçu la consécration de l’Organisation internationale nouvelle », doit succéder une attitude plus offensive : « il n’est plus question de se déclarer prêt à agir : il faut agir au maximum. Il faut que toutes les nations soient prévenues non seulement de notre désir de servir l’avancement intellectuel et moral de l’humanité, mais aussi des moyens sérieux que nous mettons dès à présent en œuvre pour le poursuivre ». « Pour engager le personnel (...), pour réunir à Paris le plus vite possible, les premières assemblées, même restreintes, d’intellectuels et d’experts (...), pour reconstruire notre réseau mondial de correspondants et de soutiens », Mayoux demande donc au gouvernement français « tous les moyens matériels nécessaires » – notamment la revalorisation de la subvention statutaire de 2 millions de francs, alors seule perçue par l’IICI – susceptibles d’aider « la meilleure forme de propagande française, celle qui consisterait à montrer que nous savons mieux que toute nation dépasser l’intérêt national et nous placer sur le plan de l’universel ».

  • 32 MAE, Rel. Cult. (1945-1947), b. 176.
  • 33 Cf. infra, p. 324-325.

35Mayoux est épaulé par Lorotte, qui lui transmet un rapport « au sujet des développements possibles de l’IICI »32 dans lequel, après avoir lucidement analysé les raisons de l’échec de ce dernier33, il suggère au gouvernement français de mener une politique ambitieuse : d’une part, en ne lésinant pas sur sa subvention, ne serait-ce que pour tenir compte de la dépréciation du franc (« il faudrait que l’Institut reçût en 1945 une subvention d’au moins 10 millions pour avoir la même activité qu’en 1925 ») ; d’autre part et surtout, en sachant rénover l’IICI pour adapter la coopération intellectuelle au nouveau contexte international : « le monde veut du neuf, il appelle de grandes réalisations. Pour lui, les organes rattachés à la SDN ont, avec elle, fait faillite » et, « si le Gouvernement français veut, suivant sa volonté constamment exprimée, reprendre sa place dans le monde, justifier sa supériorité intellectuelle et civilisatrice, il doit s’arrêter à une formule inédite, brillante, grandiose. (...). Le Gouvernement français ne peut se contenter, pour sa bonne renommée, de conserver un organisme étriqué et dont l’efficacité est discutée. Il doit s’offrir à créer une institution à la mesure de son génie et de celle des temps : une organisation de coopération et d’expression intellectuelles et spirituelles mondiale ».

  • 34 J.-P. Rioux, La France de la Quatrième République, I. 1944-1952, Paris, 1980, p. 122-126.

36Devant la menace anglo-saxonne, les responsables de l’IICI comprennent que son salut réside dans sa transformation profonde – toute reconstitution à l’identique étant vouée à l’échec en raison des bouleversements causés par la guerre – et prient donc le gouvernement français de le soutenir, retrouvant des accents jadis employés par Luchaire. Mais leur geste ressemble à un baroud d’honneur non exempt d’une certaine « myopie » : en 1945, la France n’est plus une grande puissance tandis que sa situation économique (chute des productions et pénuries) et financière (inflation, déficits commercial et budgétaire, endettement) la fait dépendre de l’aide américaine (le prêt-bail, de février à août 1945). La nouvelle donne internationale limite les ambitions de la France et donc de l’IICI : le « statut de super-Grand » que semble lui conférer son siège permanent et son droit de veto à l’ONU « est un habit taillé un peu large » pour « la France pauvre [qui] rentre dans le rang » en signant les accords Blum-Byrnes en mai 1946, qui liquident les dettes de guerre, ouvrent des crédits américains et, de façon significative, contiennent un volet culturel (la diffusion massive de films américains)34.

  • 35 UNESCO, Iici, A.I.64 (lettres de Mayoux au Quai d’Orsay, 28 juillet et 22 août 1945), b. 7.
  • 36 UNESCO, Iici, A.II.1, b. 16 (lettre de Mayoux à Joxe, 24 août 1945).

37Mayoux déploie cependant tous ses efforts pour assurer la survie de l’IICI, en essayant par tous les moyens d’impliquer davantage le gouvernement français mais aussi en contre-attaquant au sein de la CMAE. Fin juillet, Lorotte demande au Quai d’Orsay d’envoyer à ses représentants à l’étranger une circulaire « en vue d’apporter des renseignements précis et (...) actuels destinés à favoriser le rayonnement spirituel de [la France] à l’étranger », tandis qu’en août, Mayoux lui demande de nommer un délégué d’État pour remplacer Bouglé, décédé35. Dans cette optique, Mayoux, utilisant des arguments désormais classiques, revient à la charge auprès de Joxe à la fin août36 : « pour remettre l’Institut en marche et le présenter à la Conférence de Londres en novembre comme apte à assurer le Secrétariat général de la nouvelle [OICI], Secrétariat que demande le projet du Gouvernement français, il est indispensable de le doter d’une forte subvention. Les Nations Unies n’appuieront le projet français qu’autant que les moyens financiers mis à la disposition de l’Institut leur donneront toute confiance dans sa capacité de servir utilement la cause de l’esprit dans le monde. (...) la France, qui n’a cessé de se poser en nation noble dans le domaine de la pensée, trouvera là l’occasion de justifier sa place et de montrer sa compréhension » ; de plus, « le Gouvernement français devrait, en même temps, offrir des locaux à la mesure de la nouvelle Organisation, ceux qu’occupe actuellement l’Institut étant absolument insuffisants. De même, à une heure où la radio prend toute sa valeur dans son action sur les masses, la France devrait doter l’Institut d’un poste émetteur international dont il n’est pas nécessaire de souligner l’importance pour elle-même de sa présence sur son territoire ».

  • 37 Ibid. (lettre de Mayoux à Bidault, 27 août 1945).

38Mayoux s’adresse aussi à Georges Bidault37, ministre des Affaires étrangères du GPRF, en faisant vibrer la fibre nationale et en instrumentalisant l’IICI – ce qui confirme les craintes des Anglo-Saxons – : « si notre Institut a toujours travaillé dans un esprit loyalement international, il n’en est pas moins vrai qu’il a contribué fortement au rayonnement et au prestige de la France et que c’est pour cette raison même qu’aujourd’hui des ambitions rivales se font jour ». Et Mayoux de réclamer une nouvelle fois – preuve qu’il a du mal à se faire entendre d’un gouvernement qui, il est vrai, a des priorités plus urgentes que la survie de l’IICI – « des moyens d’action », qui « sont jusqu’à présent nuls » car identiques à ceux de 1924 pour des besoins accrus, et notamment une voiture – preuve du dénuement de l’Institut.

  • 38 UNESCO, Iici, A.I.65 (lettre de Mayoux à Zimmern, 25 août 1945), b. 7.

39Enfin, Mayoux écrit à Zimmern, alors chef de cabinet du ministre anglais de l’Éducation et secrétaire de la CMAE, pour défendre l’IICI : « il serait (...) désastreux qu’une Conférence destinée à mettre sur pied la Coopération culturelle internationale fît paraître tout un arrière-plan d’ambitions et de rivalités nationales. Il faut bien avouer pourtant que la possibilité existe. Nous voudrions voir l’Institut maintenu à sa place, avec toutes les réformes de structures et remaniements de personnel qu’on puisse imaginer, (...), je ne suis pas bien sûr que tout le monde chez vous ni outre-Atlantique, même à ces conditions, soit d’accord. Voilà l’un des points de friction possible. Il est lié à la question « idéologique ». Le souci de maintenir très fortement le côté culturel et de ne pas le laisser noyer par l’« éducation », le souci, au moment même où les grands nationalismes s’affirment sur le plan politique bien plus fort qu’ils ne faisaient en 1919, d’aller beaucoup plus loin sur notre terrain que la Charte de San Francisco et de recommencer à forger l’esprit nouveau et universel n’est pas séparable de notre préoccupation de maintenir l’Institut »38. Mayoux prie aussi Zimmern de « calmer la susceptibilité » de Kefauver, que ne manquera pas d’irriter le contre-projet que la France présentera à la conférence de Londres.

  • 39 UNESCO, Iici, A.I.64 et 65 (corresp. de l’IICI, août-septembre 1945), b. 7.
  • 40 C. Bekri, op. cit., annexe IX, p. 274-284 (et commentaire, p. 113-115)/ Notes documentaires et étud (...)

40Le projet français39 est en effet remis à l’ambassadeur de Grande-Bretagne le 21 août 1945 puis largement diffusé par l’IICI auprès des commissions nationales et des associations internationales et par le gouvernement français auprès des autres gouvernements, notamment ceux d’Amérique du Sud, dont plusieurs responsables politiques se disent déjà partisans de l’installation à Paris de la future organisation internationale. Intitulé « Organisation de Coopération Intellectuelle des Nations Unies »40 , il reproduit les buts et les moyens contenus dans le projet anglo-saxon : même objectif de paix par la compréhension mutuelle des peuples, même connexion avec les principes proclamés par la Charte des Nations Unies, même recours à la libre circulation des personnes et des idées, même accentuation de l’aspect éducatif et culturel. Mais il est à la fois plus théorique – en proclamant davantage la nécessité de défendre des idées démocratiques (« base d’une culture morale, sociale et politique universelle propre à faire triompher dans le monde futur l’harmonie, la solidarité et la paix ») et en prenant davantage en compte la dimension purement intellectuelle, et non pas seulement éducative, de l’organisation envisagée – et plus pratique – en insistant plus sur les moyens modernes de communication et en précisant le travail de coordination, qui reprend celui accompli par l’IICI, de l’organisation projetée. Surtout, il se distingue par plusieurs points du projet anglo-saxon.

41Avant tout, il suppose le maintien de l’IICI (« qui se présente avec une existence internationale déjà reconnue, vingt ans d’expérience et une œuvre importante dans les domaines les plus divers »), qui assurera le Secrétariat de l’Organisation : la continuité entre les deux organismes apparaît d’ailleurs dans la reprise du nom d’OCI. De plus, il propose une structure qui en fait un organisme mixte, gouvernemental et non gouvernemental : « les points de divergence entre les deux textes portent essentiellement sur le partage du pouvoir entre d’une part le gouvernement et ses représentants, et d’autre part la communauté intellectuelle et ses membres ». En effet, dans le projet français, la délégation de chaque État à la Conférence n’est pas composée uniquement de représentants gouvernementaux (directement ou par le biais de la commission nationale) mais de trois éléments distincts – les délégués du gouvernement (trois au maximum), de la commission nationale (pas plus de cinq) et de chaque « Association intellectuelle de caractère mondial » (un par association) –, cette représentation tripartite étant « de nature à garantir l’intérêt des États, celui des cultures nationales et le développement graduel d’une civilisation commune ».

42Ainsi, les représentants de l’État sont en minorité face à ceux de la communauté intellectuelle nationale – et ce, d’autant plus que, contrairement au projet anglo-saxon où chaque État membre dispose d’une voix, chaque délégué a une voix –, pour « éviter de donner à la Conférence un caractère strictement « étatiste »», qui ne permettrait pas de prendre en compte les intérêts spécifiquement intellectuels et culturels et risquerait de déboucher sur des débats stériles car trop politisés. Deux autres éléments empêchent l’organisation projetée d’être exclusivement intergouvernementale : d’une part, la Conférence peut admettre, en tant que membre et au même titre que les États, « toute association de caractère mondial ayant une activité répondant aux fins de l’Organisation » ; d’autre part, les commissions nationales ne peuvent pas être constituées selon la guise de leur gouvernement – qui doit leur assurer « les ressources nécessaires » – mais doivent être représentatives des milieux intellectuels nationaux. Au total, la filiation est évidente avec l’OCI d’avant-guerre, qui a fait de l’apolitisme son credo, mais le projet français sait tirer aussi les conséquences de l’impuissance de l’OCI en imposant aux États de ratifier les recommandations ou les projets de convention votés à la majorité des deux tiers par la Conférence. Il est une synthèse de l’OCI et du projet anglo-saxon, ne sacrifiant pas l’efficacité de l’organisation nouvelle, garantie par l’implication plus grande des États, mais préservant en son sein, par la représentation privilégiée de la communauté intellectuelle, l’existence d’une « Société des Esprits » susceptible de s’élever au-dessus des divisions politiques et des intérêts nationaux pour être une sorte de conscience du monde.

  • 41 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (corresp., octobre-novembre 1945), b. 176.
  • 42 UNESCO, Iici, A.I.64, b. 7. (mots soulignés dans le texte).
  • 43 UNESCO, Iici, A.II.1 (lettres de Mayoux, 23 et 29 octobre 1945), b. 16.

43Désormais, la dernière chance de l’IICI réside dans la capacité de conviction du gouvernement français lors de la conférence de Londres qui doit s’ouvrir le 1er novembre 1945 et à laquelle, en août, le gouvernement anglais, auquel s’associe la France, invite les États membres de l’ONU à se faire représenter. L’URSS, qui estime que la future organisation doit dépendre du Conseil économique et social qui n’est pas encore établi et que la conférence de Londres est donc prématurée, décline l’invitation – malgré les demandes répétées de la France41 – et n’entrera d’ailleurs à l’UNESCO qu’en 1954. En revanche, les États-Unis envoient une délégation importante, conduite par Archibald Mac Leish, pour défendre leur projet d’UNECO. Quant à la France, elle fourbit ses armes. Le 7 septembre, Mayoux s’adresse de nouveau à Bidault pour pousser le gouvernement français à défendre l’IICI et par là même son propre intérêt42. Il insiste notamment sur le fait que l’OCI a tracé « toutes les directions, indiquées dans les projets récents, anglo-saxon ou autres », et que, si elle « n’a pas laissé que des souvenirs reconnaissants », cela est dû à « l’exiguité de [ses] moyens matériels » et surtout à « l’apathie de nombreux gouvernements, tel celui de la Grande-Bretagne » ; de plus, il souligne que l’IICI ne s’est pas mis au service de Vichy ou de l’Allemagne pendant la guerre et que, depuis sa fondation, il « n’a jamais cédé à la tentation de servir un impérialisme culturel français ». Et si la France a peu participé à la CMAE, elle ne doit pas pour autant « renoncer à ce qui vraiment paraît l’une de ses missions les plus propres, à une activité que sa capitale paraît plus apte qu’aucune autre à faire rayonner » : « Nous sommes là (relativement) en dehors de la matière et du temps et il ne faut pas à la France le même travail préparatoire pour redevenir une très grande puissance intellectuelle que pour redevenir une moyenne puissance économique ». Et Mayoux, méfiant envers la conférence de Londres, dont la commission préparatoire a pour secrétaire Zimmern, demande à Bidault de faire en sorte que « la Conférence [soit] libre de son choix » : « il serait bon (...) que dans la conjoncture actuelle, la France marquât qu’elle attache de l’importance à son ancienne primauté, et sinon à une position acquise (...) au moins à une position qu’elle estime pouvoir très bien occuper pour le profit de tous ». Malgré plusieurs démarches, Mayoux n’obtient cependant pas une rallonge de 3 millions de francs (l’équivalent du budget de 1945) pour terminer l’année43.

  • 44 SDN, R 4017 / UNESCO, Iici, A.I.51, b. 6.

44Mais un événement vient conforter la position de Mayoux en montrant qu’il faut toujours compter avec l’IICI, à savoir la réunion de son Conseil d’administration à Paris le 25 octobre44, convoqué dès la fin août par Herriot, son président : en dehors de la nécessité de faire le point grâce à deux rapports de Mayoux (sur l’existence de l’IICI pendant la guerre et sur les travaux entrepris depuis sa réouverture), il s’agit de prouver, une semaine avant l’ouverture de la conférence de Londres, que l’IICI est décidé à se maintenir mais aussi « combien étrangères à la réalité ont été les rumeurs qui ont circulé un peu partout (...) selon lesquelles l’Institut serait tombé entre les mains allemandes. En réalité, il est resté en léthargie aussi longtemps qu’il le fallait, et ne s’est réveillé qu’à la libération. Il faut, si l’on considère son histoire véritable, celle de son âme et non point celle de son corps, passer un trait du 18 juin 1940 au 1er février 1945. Tout ce qui s’est fait à Paris entre ces deux dates ne saurait engager la responsabilité de l’Institut ni celle de son Conseil d’administration ». Ainsi blanchi de tout soupçon de collaboration, l’IICI aspire à continuer à exister, mais son destin est bientôt scellé par la conférence de Londres qui a lieu du 1er au 16 novembre 1945.

La liquidation de l’IICI (1945-1946)

  • 45 C. Bekri, op. cit., p. 117-143 / D. Mylonas, op. cit., p. 378-401 / G. Archibald, op. cit., p. 66- (...)
  • 46 UNESCO, Iici, A.I.22 (lettre de Mayoux à Montenach, 12 mars 1946), b. 4.

45En effet, dès le premier jour de la conférence, qui réunit 44 États et 7 organisations internationales (dont l’IICI)45, la délégation française – conduite par Léon Blum, coprésident de la conférence, et comprenant Henri Bonnet, René Cassin, Henri Laugier, Frédéric Joliot-Curie – déclare qu’elle n’a pas l’intention de proposer le maintien de l’IICI. L’attitude réaliste du gouvernement français explique cet abandon « sans conditions »46 : d’une part, il est conscient que son projet est trop partisan, trop français en somme, par rapport à celui de la CMAE, qui résulte de négociations multilatérales où la France a d’ailleurs joué un rôle ; d’autre part, mesurant son affaiblissement stratégique et financier, il sait n’avoir aucune chance contre les Anglo-Saxons – et principalement les Américains, bailleurs de fonds de toute institution internationale – et il préfère donc sacrifier l’IICI pour obtenir plus facilement la compensation que le siège de l’UNESCO (la science est officiellement incluse dans les compétences de l’UNECO dont le sigle est donc modifié) sera à Paris. De fait, la conférence décide que Paris hébergera l’UNESCO : bien que « les circonstances de la guerre, la défense héroïque de Londres, l’activité qui s’y était développée, les liens qui s’y étaient forgés entre les membres des gouvernements en exil » militent en faveur de la capitale anglaise, « l’habileté de la délégation française, l’attrait de Paris sur les intellectuels latino-américains (...), le passé de l’IICI », et la faible résistance des Anglo-Saxons – plus préoccupés d’éviter le maintien de l’IICI – font pencher la balance en faveur de la capitale française.

  • 47 MAE, Nations Unies (1945-1949) (note du Quai d’Orsay sur la 2e session du Conseil exécutif de l’UNE (...)

46Dans ces conditions, même si Henri Bonnet obtient que l’UNESCO ait des relations avec les associations internationales non gouvernementales, la conférence choisit le projet de la CMAE – donc des États-Unis, pour qui « la qualité de membres de l’Organisation doit être réservée aux États » – pour établir les structures de l’UNESCO, qui « sera une organisation exclusivement intergouvernementale, dans laquelle la communauté intellectuelle n’aura sa place qu’encadrée par le pouvoir politique » : « tout se fera par l’État et ses représentants habilités, et les intellectuels devront trouver leur place uniquement à l’intérieur de ce système. Les grandes orientations de la nouvelle organisation, son contrôle, ses activités et son financement relèveront exclusivement des autorités gouvernementales » ; « les travailleurs intellectuels ne pouvaient participer aux décisions à l’UNESCO que comme représentants de leurs gouvernements, au sein de délégations gouvernementales homogènes à la Conférence générale. Ils ne pouvaient être membres du Conseil exécutif [émanation de la Conférence qui contrôle le travail du Secrétariat entre ses sessions et qui surveille l’exécution du programme qu’elle a décidé] qu’à condition de faire partie des délégations gouvernementales. Ils ne pouvaient être associés aux activités des Commissions nationales, organes consultatifs créés et subventionnés par l’État qu’avec l’accord de l’autorité de tutelle ». Ainsi, les États tiennent à ce que leurs délégués à l’Assemblée générale soient les seuls à élire les membres du Conseil exécutif, tournant ainsi le dos à la structure de l’OCI, dont l’organe de direction, la CICI, était apolitique puisque composé de sommités théoriquement choisies en dehors de toute considération de nationalité ; de plus, la création, l’organisation, la composition et le fonctionnement des commissions nationales sont du seul ressort des États. La France arrive seulement à faire mentionner que les membres du Conseil exécutif, bien que choisis parmi les délégués à la Conférence et donc désignés par leur gouvernement, soient des personnalités éminentes dans les différents domaines intellectuels, originaires de différentes zones géographiques et représentant, une fois élues, l’ensemble de la Conférence et non plus seulement leur État : ainsi, « un certain équilibre » semble exister entre la Conférence générale, organe politique, et le Conseil exécutif dont la mission est technique, mais l’impulsion vient bien des États via la Conférence. C’est d’ailleurs ce que constatera le Quai d’Orsay dès les débuts du fonctionnement de l’UNESCO : « du fait de l’influence anglo-saxonne prédominante, l’UNESCO est beaucoup plus une organisation gouvernementale que l’Assemblée des savants et des peuples que la Délégation française voulait réaliser. Elle risque, par conséquent, d’être plus politique que culturelle »47 .

47La France réussit cependant à modifier le projet de la CMAE (notamment le préambule et les dispositions concernant les buts et les fonctions de l’UNESCO) pour que soit souligné le fait que la paix internationale est fondée sur la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité et suppose donc une pacification des esprits, écho aux propos de Bourgeois et Valéry : « ce qu’il fallait viser, c’était l’esprit de la paix, comme essence de l’éducation ; Pour ce faire, l’UNESCO devait transcender les limites imposées par sa fonction d’organisation intergouvernementale et toucher directement les peuples. Ce n’était pas la compréhension entre gouvernements mais bien la compréhension entre peuples qui pouvait apporter les fruits de la paix ». Ce faisant, l’UNESCO affirme plus fortement que l’IICI les principes démocratiques et humanistes et, au delà de sa mission technique, poursuit donc un but politique. Enfin, la France insiste pour que l’expérience et la documentation de l’IICI profitent à l’UNESCO, dont l’Acte constitutif est signé le 16 novembre 1945 et entre en vigueur le 4 novembre 1946.

  • 48 UNESCO, Iici, A.II.1 (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 11 décembre 1945), b. 16.
  • 49 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (réunion de la commission française de coopération intellectuelle, 28 d (...)
  • 50 UNESCO, Iici, A.I.22 (lettre de Mayoux à Montenach, 12 mars 1946), b. 4.
  • 51 UNESCO, Iici, A.I.22, b. 4.
  • 52 UNESCO, Iici, A.I.19b (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 17 avril 1946), b. 4.

48Désormais, avant la tenue de la 1ère Conférence générale de l’UNESCO à Paris en novembre-décembre 1946, l’IICI s’occupe de sa succession en prenant contact avec la délégation américaine, qui lui « demande des notes, des plans, des projets », ce qui incite Mayoux à vouloir finir en beauté, en demandant au gouvernement français 12 millions de francs pour 1946 qui « peuvent être d’un bon rapport pour la France », et à préparer l’avenir, en soulignant que le Majestic – hôtel de l’avenue Kléber qui sera le siège initial de l’UNESCO – « n’a rien d’excessif pour l’UNESCO »48. Mais le cœur n’y est plus et, en décembre 194549, la commission nationale française estime que « l’Institut doit entrer (...) dans une tâche de préliquidation » : même si, en mars 1946, Mayoux juge nécessaire que l’IICI « fonctionne tant que rien d’autre ne fonctionnera », il doit constater tristement, devant l’absence de soutien accordé à l’Institut, que we are nobody’s baby50. De fait, le 3 avril 1946, en prévision de la ratification de la Convention du 16 novembre – acquise le 14 mai – et du vote de crédits destinés à installer l’UNESCO à Paris, le Quai d’Orsay informe Mayoux qu’il ne peut « envisager de poursuivre l’effort financier qu’il a accordé jusqu’ici à [l’IICI] », dont le personnel ne pourra se maintenir après le 30 septembre51. Mayoux tente malgré tout d’obtenir du gouvernement français une somme supplémentaire de 1,5 millions de francs en faisant valoir que Julian Huxley, secrétaire exécutif de la commission préparatoire de l’UNESCO, souhaite voir l’IICI « fonctionner en toute indépendance jusqu’à la fin de 1946 », date de la 1ère Conférence de l’UNESCO prévue en novembre52.

  • 53 UNESCO, Iici, A.I.19a (lettres de Lester à Mayoux, 30 avril et 16 mai 1946), b. 4 / MAE, Nations Un (...)
  • 54 UNESCO, Iici, A.I.19a (note du Quai d’Orsay à Mayoux, 14 mai 1946), b. 4.
  • 55 UNESCO, Iici, b. 4 : A.I.19a (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 21 mai 1946) et A.1.22 (lettre de M (...)
  • 56 UNESCO, Iici, A.I.22 (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 16 juillet 1946), b. 4.
  • 57 SDN, R 4019 (B.L.128, 17 avril 1947).
  • 58 UNESCO, Iici : A.1.22 (lettres de Mayoux au Quai d’Orsay, 31 août et 6 septembre 1946), b. 4 ; A.I. (...)

49Mais désormais tout va trop vite pour l’IICI puisque, le 18 avril, l’Assemblée de la SDN décide de transférer les biens de l’IICI – et notamment ses archives – à la SDN, qui les cède elle-même à l’ONU, selon un accord passé entre les deux organisations le 19 juillet53. L’Assemblée de la SDN accepte cependant de verser « 300 000 francs suisses à l’Institut, pour sa liquidation », « solution inespérée » qui « paraît avoir l’avantage majeur de donner à l’Institut, avant sa disparition, un dernier coup de vernis international » dont l’IICI pourra faire état auprès de l’UNESCO54. Heureusement surpris, Mayoux tente d’ailleurs d’obtenir aussi du gouvernement français « le rappel des cotisations de guerre de la France », étant entendu que « l’Institut ne saurait faire usage de ces fonds pour prolonger son existence au delà des limites qui devront être fixées au plus tard à la Conférence de novembre prochain par accord avec l’UNESCO »55. En vain, puisqu’en juillet 1946 Mayoux apprend avec stupeur que le gouvernement français va prélever, sur les fonds destinés à l’IICI, 1 million de francs pour financer la Conférence permanente des hautes études internationales qui doit se tenir à Londres56. Finalement, bien qu’entre avril 1946 et avril 1947 le gouvernement français verse à l’IICI une somme de 5 357 000 francs57, Mayoux doit licencier 20 fonctionnaires de l’IICI au 30 septembre et en conserver 19 pour en assurer la liquidation prévue officiellement le 31 décembre 194658.

  • 59 V.-Y. Ghebali, Organisation internationale et Guerre mondiale, p. 867-871 / MAE : Rel. cult. (1945- (...)
  • 60 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (télégramme de la délégation française à la SDN au Quai d’Orsay, 18 aoû (...)
  • 61 MAE, Nations Unies (1945-1949) (note du Quai d’Orsay, 12 octobre 1951), b. 333.

50À cette date, l’effacement de l’IICI au profit de l’UNESCO59 est chose faite, non sans qu’ait été reconnue la filiation entre les deux organisations. Faisant suite à une résolution adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU le 21 octobre 1946, un accord est signé le 9 novembre 1946 entre Mayoux et Huxley et approuvé peu après par la 1ère Conférence générale de l’UNESCO, qui a pour objet d’« assurer, sous la responsabilité de l’UNESCO et par des mesures appropriées, la continuité de l’œuvre menée depuis 1924 par [l’IICI] » sur le plan des avoirs, du personnel et du programme de travail de l’IICI. Sur le plan matériel, le 19 novembre 1946, jour d’ouverture de la 1ère Conférence générale de l’UNESCO, l’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution autorisant l’UNESCO à utiliser les avoirs de l’IICI (bibliothèque, archives, publications et mobilier, transférés60 par la SDN à l’ONU en août) et rendue effective après un accord intervenu le 19 décembre entre l’IICI et l’UNESCO61 . En ce qui concerne le personnel, dans la mesure où, « à conditions égales de compétence et de mérites, – et compte tenu des principes fixés par l’UNESCO pour son personnel, une considération particulière sera donnée à la candidature des anciens fonctionnaires de l’Institut qui, en raison de l’expérience acquise au service de celui-ci, seront en mesure de contribuer efficacement à l’œuvre de l’UNESCO », 16 anciens fonctionnaires (dont Jean-Jacques Mayoux) sont engagés par l’UNESCO.

  • 62 Notes documentaires et études : n° 449, 24 octobre 1946 ; n° 609, 28 avril 1947.

51Enfin, dès sa 1ère Conférence, l’UNESCO, là encore conformément à la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU du 19 novembre lui recommandant de reprendre « les fonctions et activités de [l’IICI] », décide « de mener à bien (...) certains travaux entrepris par l’Institut ». – certes, dans une optique nouvelle et sur une plus vaste échelle –, notamment ceux relatifs à la révision des manuels scolaires, aux échanges universitaires internationaux, à l’enseignement des relations internationales, à la traduction des œuvres classiques ou à la coordination internationale des bibliothèques. De façon significative, dans son premier plan de travail, l’UNESCO se démarque certes du programme de l’IICI, en insistant sur la diffusion des connaissances et de la culture, mais le prolonge aussi, en cherchant à encourager le progrès des connaissances, l’épanouissement des différentes cultures et même la diffusion de l’information62. Ainsi, même si les principes fondateurs des deux organisations sont différents – l’IICI s’adressait surtout aux élites intellectuelles alors que l’UNESCO veut toucher les masses –, leur parenté est évidente et le fait que l’UNESCO soit l’héritière spirituelle et matérielle de l’IICI justifie l’existence et l’action de ce dernier et lui apporte une reconnaissance tardive mais bien réelle.

Notes

1 Sauf indication supplémentaire : UNESCO, Iici : A.I.64 et 65, b. 7 ; A.I.144 (notamment, les rapports de Lajti), b. 15 / SDN, R 3990 et 4017/ D. Mylonas, op. cit., p. 313-315 / V.– Y. Ghebali, La France en guerre et les organisations internationales (1939-1945), Paris, 1969, p. 78-83 / C. Bekri, op. cit., p. 107.

2 Délégation française auprès de la Commission allemande d’armistice, t. III (24 novembre 1940 – 19 janvier 1941), Paris, 1952, p. 258-265.

3 MAE, Guerre 1939-1945-Vichy, b. 8.

4 UNESCO, Iici, A.I.144, b. 15 / SDN, R 3990. (mot souligné dans le texte).

5 Cf. infra, p. 159-161.

6 C. Bekri, op. cit., p. 107/ V.-Y. Ghebali, La France en guerre..., p. 146-147 / D. Mylonas, op. cit., p. 62-64/ SDN, R 3977 et 4048 / UNESCO, Iici, A.I.51 (lettre de Ozorio de Almeida à Mayoux, 6 octobre 1945), b. 6.

7 C. Bekri, op. cit., p. 87-115 / V.-Y. Ghebali : La France en guerre..., p. 146, 154 et 186 ; Organisation internationale et Guerre mondiale, thèse, Université de Grenoble, juin 1975, p. 527-528 et 533 / D. Mylonas, op. cit. / G. Archibald, Les États-Unis et l’UNESCO (1944-1963), Paris, 1993, p. 22-44 / R. Cassin, « Il y a vingt ans, la naissance de l’UNESCO », Le Monde, 2 novembre 1966.

8 UNESCO, Iici, A.I.65 (note d’avril 1944), b. 7.

9 UNESCO, IIci : A.I.144, b. 15 ; A.I.51, b. 6 ; A.I.77-78, b. 9 / SDN, R 4017 (CA.17e session, 25 octobre 1945).

10 C. Bekri, op. cit., p. 101-143/ V.-Y. Ghebali, La France en guerre..., p. 185-187 / D. Mylonas, op. cit., p. 316 et suiv. / G. Archibald, op. cit., p. 45-53 / R. Cassin, « Il y a vingt ans, la naissance de l’UNESCO », Le Monde, 2 novembre 1966.

11 UNESCO, Iici, A.I.65 (note de Vaucher, 7 avril 1945), b. 7.

12 C. Bekri, op. cit., annexe VIII, p. 262-273 / Notes documentaires et études, n° 449, 24 octobre 1946.

13 Notes documentaires et études, n° 163, 10 octobre 1945.

14 D. Mylonas, op. cit., p. 259 (lettre du GPRF, 20 décembre 1944).

15 UNESCO, Iici, A.I.64 (note du Quai d’Orsay, 8 mars 1945), b. 7.

16 Cf. aussi UNESCO, Iici, A.I.65 (note de Vaucher, 7 avril 1945), b. 7.

17 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (Rapport financier de l’IICI, sans doute rédigé par Lorotte, 12 mars 1945), b. 176. (mots soulignés dans le texte).

18 SDN : R 4017 (CA.17e session, 25 octobre 1945) et 4019 (B.L.43, 20 juillet 1946).

19 MAE : Y intern. (1944-1949), b. 83 ; Rel. cult. (1945-1947), b. 176.

20 UNESCO, Iici, A.I.65 (note de Vaucher, 7 avril 1945), b. 7.

21 UNESCO, Iici, A.I.65, b. 7.

22 UNESCO, Iici, A.I.65 (note sur le projet allié d’un Office International de l’Éducation), b.7.

23 UNESCO, Iici, A.I.51 (lettres de Reynold à Lorotte, 20 avril et 14 mai 1945), b. 6.

24 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (lettre de Luchaire à Mayoux, 11 février 1945), b. 176.

25 UNESCO, Iici : A.I.76 (lettre à Mayoux, 15 mai 1945), b. 8 ; A.I.65 (lettre à Vaucher, 8 juin 1945), b. 7. (mot souligné dans le texte).

26 C. Bekri, op .cit., p. 105-106 / D. Mylonas, op. cit., p. 302-305 / G. Archibald, op. cit., p. 54-66 / Notes documentaires et études, n° 163, 10 octobre 1945.

27 MAE, Rel. CULT. (1945-1947), b. 176 (lettre de Bonnet au Quai d’Orsay, 28 mai 1945).

28 Ibid. (note du Quai d’Orsay, 7 juillet 1945).

29 Ibid. (note du Quai d’Orsay pour Laugier et instructions de Capitant à la délégation française à la CMAE, 11 juillet 1945).

30 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (lettre de Massigli au Quai d’Orsay, 24 juillet 1945), b. 176 / UNESCO, Iici, A.I.65 (lettre de Lorotte à Zimmern, 16 août 1945), b. 7.

31 UNESCO, Iici, A.II.1 (note de Mayoux à Joxe, 13 juillet 1945), b. 16.

32 MAE, Rel. Cult. (1945-1947), b. 176.

33 Cf. infra, p. 324-325.

34 J.-P. Rioux, La France de la Quatrième République, I. 1944-1952, Paris, 1980, p. 122-126.

35 UNESCO, Iici, A.I.64 (lettres de Mayoux au Quai d’Orsay, 28 juillet et 22 août 1945), b. 7.

36 UNESCO, Iici, A.II.1, b. 16 (lettre de Mayoux à Joxe, 24 août 1945).

37 Ibid. (lettre de Mayoux à Bidault, 27 août 1945).

38 UNESCO, Iici, A.I.65 (lettre de Mayoux à Zimmern, 25 août 1945), b. 7.

39 UNESCO, Iici, A.I.64 et 65 (corresp. de l’IICI, août-septembre 1945), b. 7.

40 C. Bekri, op. cit., annexe IX, p. 274-284 (et commentaire, p. 113-115)/ Notes documentaires et études : n° 163, 10 octobre 1945 ; n° 449, 24 octobre 1946 / D. Mylonas,op. cit., p. 325-329 / MAE, Rel. cult. (1945-1947), b. 176.

41 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (corresp., octobre-novembre 1945), b. 176.

42 UNESCO, Iici, A.I.64, b. 7. (mots soulignés dans le texte).

43 UNESCO, Iici, A.II.1 (lettres de Mayoux, 23 et 29 octobre 1945), b. 16.

44 SDN, R 4017 / UNESCO, Iici, A.I.51, b. 6.

45 C. Bekri, op. cit., p. 117-143 / D. Mylonas, op. cit., p. 378-401 / G. Archibald, op. cit., p. 66- 77 / R. Cassin, op. cit. / Notes documentaires et études, n° 449, 24 octobre 1946.

46 UNESCO, Iici, A.I.22 (lettre de Mayoux à Montenach, 12 mars 1946), b. 4.

47 MAE, Nations Unies (1945-1949) (note du Quai d’Orsay sur la 2e session du Conseil exécutif de l’UNESCO, 3 août 1947), b. 333.

48 UNESCO, Iici, A.II.1 (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 11 décembre 1945), b. 16.

49 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (réunion de la commission française de coopération intellectuelle, 28 décembre 1945), b. 176.

50 UNESCO, Iici, A.I.22 (lettre de Mayoux à Montenach, 12 mars 1946), b. 4.

51 UNESCO, Iici, A.I.22, b. 4.

52 UNESCO, Iici, A.I.19b (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 17 avril 1946), b. 4.

53 UNESCO, Iici, A.I.19a (lettres de Lester à Mayoux, 30 avril et 16 mai 1946), b. 4 / MAE, Nations Unies (1945-1949) (notes du membre français du comité de liquidation de la SDN, 19 juin 1947, et du Quai d’Orsay, 12 octobre 1951), b. 333.

54 UNESCO, Iici, A.I.19a (note du Quai d’Orsay à Mayoux, 14 mai 1946), b. 4.

55 UNESCO, Iici, b. 4 : A.I.19a (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 21 mai 1946) et A.1.22 (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 29 juin 1946).

56 UNESCO, Iici, A.I.22 (lettre de Mayoux au Quai d’Orsay, 16 juillet 1946), b. 4.

57 SDN, R 4019 (B.L.128, 17 avril 1947).

58 UNESCO, Iici : A.1.22 (lettres de Mayoux au Quai d’Orsay, 31 août et 6 septembre 1946), b. 4 ; A.I.144, b. 15.

59 V.-Y. Ghebali, Organisation internationale et Guerre mondiale, p. 867-871 / MAE : Rel. cult. (1945-1947) (résolution de l’Assemblée générale de l’ONU, 19 novembre 1946), b. 176 ; Nations Unies (1945-1949) (1ère session de la Conférence générale de l’UNESCO, novembre-décembre 1946), b. 333.

60 MAE, Rel. cult. (1945-1947) (télégramme de la délégation française à la SDN au Quai d’Orsay, 18 août 1946), b. 177.

61 MAE, Nations Unies (1945-1949) (note du Quai d’Orsay, 12 octobre 1951), b. 333.

62 Notes documentaires et études : n° 449, 24 octobre 1946 ; n° 609, 28 avril 1947.

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search