Version classiqueVersion mobile

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Première partie. L’existence de l’OCI : une longue maturation pour une rapide disparition

Chapitre I. La formation de l’OCI (1919-1926)

Texte intégral

1Bien que le Pacte de la SDN n’ait pas prévu la création d’un organisme technique chargé de la coopération intellectuelle, la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI) est créée par la SDN en 1922. Ses débuts modestes sont marqués par l’influence de la France, qui suscite en retour la méfiance de la Grande-Bretagne. Proposé par la France en 1924 pour conforter son influence et pour permettre à la CICI de poursuivre ses travaux, l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI) est inauguré à Paris en 1926.

La laborieuse création de la CICI (1919-1922)

Les intellectuels à l’assaut de la SDN (mars 1919-décembre 1920)

  • 1 UNESCO, Cici, A.42(B). 1921, boîte 493.
  • 2 Pham-Thi-Tu, La coopération intellectuelle sous la SDN, Genève, 1962, p. 13.

2En 1914, plus de 500 institutions internationales tentent de faciliter le travail des intellectuels, de défendre leurs intérêts et de développer un esprit d’entente internationale. Il existe en particulier une Union des Associations Internationales (UAI), fondée en 1910 à Bruxelles par Henri Lafontaine et Paul Otlet, qui regroupe 230 associations poursuivant « un objet d’ordre intellectuel ou moral, ou d’utilité publique » (Institut de droit international, Institut international de statistique, Ligue des espérantistes, etc.), entre lesquelles elle veut développer les relations en vue de « l’élaboration d’une organisation mondiale, fondée sur le droit, sur le progrès scientifique et technique et sur la libre représentation de tous les intérêts communs à l’humanité »1 , proclamant qu’une Ligue des Nations est « le but ultime de tous les mouvements internationaux ». Cependant, « malgré l’action de l’Union, la plupart des institutions ne revêtaient pas, en fait, un caractère purement international. Beaucoup avaient un caractère privé ou officieux, mais non officiel. Elles étaient toutes spécialisées, mais aucune d’entre elles n’avait assez de compétence pour coordonner les efforts des autres, aucune n’était en mesure de proposer aux États l’adoption d’accords internationaux [et] un plan d’ensemble de collaboration internationale »2.

  • 3 C. Bekri, L’UNESCO : "Une entreprise erronée ?", Paris, 1991, p. 33-44.

3Pourtant, depuis la fin du XIXe siècle, l’idée se développe qu’il faut créer une organisation internationale pour promouvoir le rapprochement des peuples et donc la paix grâce à la coopération intellectuelle3. En 1885, le Néerlandais Molkenboer propose de créer un « Conseil permanent international d’éducation », « institution hybride, intergouvernementale certes, mais théoriquement dégagée des contraintes politiques », puisque « formé (...) de membres choisis par les adhérents parmi les personnalités compétentes dans le domaine de l’éducation, mais nommés par leurs Gouvernements », qui se réuniraient une fois par an, rempliraient leur mandat à titre bénévole et seraient flanqués de commissions chargées de préparer le travail des séances plénières annuelles du Conseil, ce dernier étant « relayé dans chaque pays par des sections ». Ce projet préfigure la CICI, composée d’éminents intellectuels siégeant à titre individuel mais nommés par le Conseil de la SDN – donc par les États –, tenant une session annuelle, aidée par des sous-commissions spécialisées et s’appuyant sur des commissions nationales. D’autres projets sont élaborés : une « Organisation internationale et collective du travail intellectuel », par Lafontaine er 1894 ; un « Centre consultant pédagogique international (...), conçu comme un organisme intergouvernemental dans lequel les délégués des pays, des pédagogues, sont choisis d’un commun accord par le gouvernement et par les éducateurs », par l’Allemand Kurnig en 1904 ; un « Institut international pédagogique », par le Hongrois Kemény en 1905 ; un « Conseil international d’éducation », par les Américains Andrews et Scott entre 1910 et 1912. Mais ces tentatives échouent du fait de la montée des tensions internationales et des nationalismes à partir de 1905 et parce que les États considèrent l’éducation, qui détermine la formation du citoyen, comme « une chasse gardée, un domaine réservé qui ne peut être ni laissé totalement aux mains des éducateurs, ni faire l’objet de décisions internationales ». En 1919, la création d’une organisation internationale de coopération intellectuelle semble même improbable dans la mesure où la guerre, pendant laquelle les intellectuels européens ont pratiqué l’Union sacrée, a paralysé tout effort de coopération.

  • 4 C. Bekri, op. cit., p. 44-52/ Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 17-22/ H. Greaves, The League Committees an (...)

4Pourtant, les initiatives lancées depuis la fin du XIXe siècle finissent par porter leurs fruits4. Dès novembre 1918, l’Allemand Kurnig souligne la nécessité d’englober l’éducation dans le champ de la coopération internationale : « Pas de rapprochement international (...), pas de Ligue des Nations imaginable sans que, avant tout, les éducateurs partout ne se soient mis d’accord sur leurs principes d’éducation et notamment sur une interprétation conciliante de l’histoire du passé ». En février 1919, l’UAI propose à la Conférence de la paix un projet de Charte internationale des intérêts intellectuels, non dans un but professionnel mais pour coordonner leurs travaux et les orienter vers des objectifs communs. En mars 1919, Hymans, représentant de la Belgique à la Conférence de la paix, présente la coopération intellectuelle comme un élément important de l’œuvre de la SDN et propose de modifier ainsi l’article XXI du Pacte : « Les États assureront, dans la plus large mesure possible, le développement des relations internationales, morales, scientifiques et artistiques entre les divers peuples et promouvront, par tous les moyens, la formation d’une mentalité internationale. Il est créé à cet effet une Commission internationale des relations intellectuelles ». Cette proposition n’est pas retenue par la Conférence de la paix, accablée par des tâches plus pressantes – politiques, économiques et financières –, de sorte que le Pacte de la SDN « ne contient aucun article sur l’éducation ou la coopération intellectuelle et qu’il n’y a même aucune référence ou allusion à ces domaines, alors que d’autres matières plus techniques comme le commerce, le travail, la communication et l’hygiène et même la drogue et le trafic des femmes et des enfants y figurent ». Pendant l’été 1919, l’UAI redit cependant à nouveau son désir de coopérer régulièrement avec la SDN, d’agir dans son cadre et d’y trouver un appui permanent et, lors de la 3e conférence des Associations pour la SDN, tenue à Bruxelles en décembre 1919, ses délégués obtiennent le vote d’une résolution demandant que la SDN encourage et dirige des initiatives dans le domaine des sciences et de l’éducation.

  • 5 UNESCO, Cici, A.42(B).1921, b. 493.

5En 1920, de nouvelles propositions sont développées pour organiser la coopération intellectuelle. En mai 19205, l’UAI sollicite l’aide du Conseil de la SDN pour deux projets. D’une part, elle lui demande une subvention de 1 500 livres sterling pour l’aider à publier un « Code des Vœux et Résolutions des Congrès internationaux ». D’autre part, elle souhaite obtenir son patronnage en faveur d’une « Université internationale » se proposant d’achever la formation intellectuelle d’étudiants en insistant sur les principaux aspects internationaux de toutes les grandes questions, « afin de constituer peu à peu, parmi les hommes destinés, dans tous les pays, à exercer une influence dans les fonctions publiques, dans la vie politique ou dans l’enseignement, une élite de quelques milliers d’esprits capables de collaborer à l’entente internationale et à l’œuvre de la Société des Nations ». De plus, l’UAI veut installer à Bruxelles un « Centre international » réunissant toutes les institutions fondées par Lafontaine et Otlet. Cependant, si avant la guerre le gouvernement belge et la Dotation Carnegie avaient subventionné les institutions des deux personnalités belges, en 1920 les sommes exigées dépassent largement les possibilités de l’État belge, occupé à reconstruire le pays, et le soutien financier et moral de la SDN est donc précieux. Le 31 juillet 1920, après un rapport favorable de Léon Bourgeois, représentant de la France au Conseil de la SDN, ce dernier accorde un encouragement moral à l’Université internationale et attribue le subside demandé. Pour la première fois, la SDN intervient dans les questions intellectuelles, soulignant le rôle de l’UAI dans « la diffusion d’un large esprit d’entente et de coopération mondiale ». Le congrès de l’UAI, réuni à Bruxelles en septembre 1920, propose donc à la SDN de convoquer une conférence internationale chargée d’élaborer les statuts d’une organisation internationale pour le travail intellectuel, idée reprise par la 4e conférence des Associations pour la SDN, tenue à Milan en octobre 1920.

  • 6 MAE, Sdn 1831 (lettre d’Appell à Drummond, 8 juillet 1920).

6En cette même année 1920, la deuxième initiative importante vient de l’Association française pour la SDN6, dont le président du comité exécutif, Paul Appell, recteur de l’Université de Paris, transmet en juillet à Drummond, secrétaire général de la SDN, « le vœu que la SDN comprenne à bref délai une organisation permanente du Travail intellectuel analogue à celle qui existe déjà pour le Travail manuel » : un Bureau international des relations intellectuelles et de l’éducation. Ce vœu est accompagné d’un « projet de convention créant un organisme permanent pour l’entente et la collaboration internationales dans les questions d’enseignement et dans les sciences, lettres et arts », rédigé par Julien Luchaire, inspecteur général de l’Instruction publique et chef de cabinet du ministre de l’Instruction publique. Dans le préambule de son projet, publié le 17 janvier 1920 par L’Europe nouvelle, Luchaire justifie la nécessité d’un tel organisme placé sous les auspices de la SDN : d’une part, « la paix universelle, objet de la SDN, ne saurait être établie durablement que si l’éducation nationale est orientée chez chacun des peuples associés vers une compréhension toujours plus intense de tous les autres, et si une organisation scolaire et des institutions appropriées de divulgation internationale permettent une large interpénétration des milieux intellectuels et une circulation facile des connaissances et des idées » ; d’autre part, la paix repose aussi « sur les progrès de la science qui, en diminuant la misère, atténuerait une cause permanente de mécontentement et de conflit » et qui exige une coopération internationale. Suit le projet lui-même : les membres de la SDN seraient ipso facto membres du Bureau international intellectuel et auraient chacun quatre représentants (dont deux délégués nommés par le gouvernement) qui voteraient cependant individuellement ; la Conférence générale des représentants des pays membres pourrait se réunir n’importe où au moins une fois par an ; le Bureau aurait son siège à Genève mais pourrait être établi à Paris, serait dirigé par un conseil d’administration (dont les membres seraient désignés par les gouvernements) et un directeur général désigné par lui et choisissant un personnel international, enfin serait chargé d’assurer « la centralisation et la distribution de toutes les informations concernant le travail intellectuel des Nations » et « l’organisation et la surveillance » de différents services (relations scolaires, recherches scientifiques, livres et œuvres d’art). Ce projet – inspiré par les propositions formulées depuis la fin du XIXe siècle en matière de coopération intellectuelle, perçue comme facteur de progrès et fondement du rapprochement des peuples et de la paix – révèle le rôle précoce joué par Julien Luchaire, futur expert de la CICI puis directeur de l’IICI, dans l’organisation de la coopération intellectuelle et annonce la plupart des traits de la CICI et de l’IICI.

  • 7 1ère Ass. SDN : 19e et 31e séances, 11 et 18 décembre 1920, et annexe E ; 2e commission, 16 décembr (...)

7C’est dans ce contexte que se réunit la 1ère Assemblée de la SDN en décembre 19207. Après que Hanotaux, le représentant de la France, a repoussé, en défendant la langue française, un projet de résolution favorable à l’enseignement de l’espéranto soutenu par Lafontaine, le débat sur l’organisation de la coopération intellectuelle est lancé par une proposition des délégués belge, italien et roumain d’établir une organisation internationale du travail intellectuel et par le rapport de Lafontaine sur « L’organisation du travail intellectuel ». Ce dernier détaille l’action de l’UAI, qui « s’efforce de créer un esprit international » et que la SDN « doit encourager » en « s’adjoign[ant] bientôt un organisme technique consacré à l’intellectualité mondiale ». La discussion qui suit oppose Lafontaine au délégué anglais. Le délégué belge souhaite que la SDN s’occupe de la coopération intellectuelle pour favoriser la création de « lieux de collaboration où les savants qui ont à faire des recherches communes puissent se rencontrer, où les résultats des travaux soient mis à la disposition du monde entier », en vue d’aboutir à « la formation d’un large esprit d’entente et de coopération mondiale ». En revanche, le délégué anglais estime que la SDN possède « déjà peut-être trop d’organisations techniques » et qu’on peut rattacher le travail intellectuel au BIT, craignant une dérive financière et bureaucratique génératrice d’inefficacité et, suivant une forte tradition libérale et individualiste, pensant que la coopération intellectuelle doit être laissée aux organisations privées ou aux individus. Finalement, le 18 décembre 1920, l’Assemblée de la SDN adopte une résolution « approuvant l’aide accordée par le Conseil aux œuvres qui ont pour objet le développement de la coopération internationale dans le domaine intellectuel, et notamment l’appui moral et matériel donné à [l’UAI] », encourageant le Conseil à participer « dans la plus large mesure possible aux efforts tendant à réaliser l’Organisation internationale du travail intellectuel » et « à suivre avec une bienveillante attention les travaux actuellement en cours dans ce but, à leur accorder éventuellement son haut patronage, et à présenter à l’Assemblée, lors de sa prochaine session, un rapport circonstancié sur l’influence éducative qu’ils sont appelés à exercer dans la formation d’un large esprit d’entente et de coopération mondiales et sur l’utilité qu’il pourrait y avoir de les constituer en un organisme technique à rattacher à la [SDN] ». Prenant en compte officiellement les problèmes de coopération intellectuelle, cette résolution constitue la première étape vers la création d’un organisme international du travail intellectuel.

Vers une organisation internationale du travail intellectuel (décembre 1920- septembre 1921)

  • 8 MAE, Sdn 1831.
  • 9 V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », Annuaire français de droit international, 18 (1972), p (...)
  • 10 MAE, Sdn 1831 (CL.13.1921).
  • 11 MAE, Sdn 1831.

8Le rapport adopté par le Conseil de la SDN le 1er mars 19218 rend un hommage appuyé à l’UAI et estime que « l’esprit général qui anime le Pacte (...) induit à penser que la SDN devrait exercer ses bons offices dans l’intérêt de toutes les entreprises internationales qui peuvent favoriser les manifestations de bonne volonté et de compréhension mutuelle entre les peuples » et devrait donc aider les organismes privés, auxquels on pourrait envisager d’étendre le bénéfice de l’article 24 du Pacte qui place sous l’autorité de la SDN les Bureaux internationaux établis par traités collectifs, sous réserve de l’assentiment des parties9. Deux conceptions sont cependant possibles pour la future organisation intellectuelle : « transformer [l’UAI], qui existe déjà, en une organisation semblable aux autres organisations techniques et la rattacher à la [SDN] » ou « créer une organisation entièrement nouvelle ». Mais, dans ce dernier cas, les États accepteront-ils une réplique intellectuelle du BIT et la SDN en a-t-elle les moyens financiers, alors que « le sentiment général qui s’est manifesté dans l’Assemblée [précédente] n’était pas, semble-t-il, en faveur de l’accroissement des dépenses de la Société », dont l’intérêt serait de « restreindre les dépenses aux nécessités les plus urgentes », référence à l’appauvrissement de la plupart des pays européens au sortir de la guerre. Le rapport conclut donc que, « dans la situation actuelle du monde, ce qui peut favoriser le mieux la coopération intellectuelle c’est l’effort privé (...), en outre que la Société peut, pour le moment, rendre de plus grands services à cette cause en aidant ces initiatives, qu’en essayant d’organiser le travail intellectuel ». L’UAI, citée en exemple, semble donc avoir le vent en poupe. D’ailleurs, après avoir prié Hymans, le représentant de la Belgique à la SDN – qui saisit le Conseil de la SDN en mars 1921 –, de demander la convocation d’une conférence internationale chargée d’organiser le travail intellectuel, l’UAI demande l’appui et la coopération de tous les États en faveur de l’Université internationale, vœu relayé par Drummond en mai 192110. De son côté, Léon Bourgeois rappelle le projet de Luchaire, repris par la 4e conférence internationale des Associations pour la SDN tenue à Milan en octobre 192011. Le rapport du Conseil charge le Secrétariat de présenter un rapport à une session ultérieure, mais souci d’économie et méfiance envers l’extension du rôle de la SDN semblent exclure la création d’une organisation nouvelle.

  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

9Dans ces conditions, le 30 avril 1921, Léon Bérard, ministre de l’Instruction publique, propose à Aristide Briand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, de déposer le projet de Luchaire de 1920 à la prochaine session de l’Assemblée de la SDN12. Partant du constat que la SDN n’a encore rien « tenté effectivement (...) dans l’ordre intellectuel » et que « les relations entre les milieux cultivés des divers États membres de la Société sont en général très restreintes, mal coordonnées, parfois inexistantes », Bérard souligne qu’il « serait donc heureux que la France s’assurât l’initiative de proposer l’établissement d’un organe chargé de développer les relations intellectuelles des divers milieux scolaires et universitaires, scientifiques et artistiques du monde entier ». De plus, il rappelle l’avance prise par l’UAI, dont l’utilité a été reconnue par la 1ère Assemblée de la SDN en décembre 1920 et qui aurait peut-être réussi à être investie du rôle d’organisme technique de la SDN pour la coopération intellectuelle si elle avait été capable de soumettre un projet définitif « simple et peu coûteux ». Le 30 mai, Briand oppose une fin de non-recevoir à la proposition de son ministre13. Rappelant les conclusions du rapport adopté par le Conseil de la SDN le 1er mars 1921, Briand estime que la suggestion de Bérard « semble avoir peu de chance de succès » et être finalement inopportune. Après quoi, il critique point par point le projet qui lui est soumis, soulignant notamment que les relations scolaires « revêtent un caractère plus ou moins accentué de propagande incompatible avec l’impartialité qui s’impose à un bureau international ». Il conclut même en refusant toute intervention des États dans le domaine de la coopération intellectuelle : « des efforts peuvent être utilement tentés, dans l’ordre international, en faveur du travail intellectuel, [mais] il semble inutile et même dangereux de leur donner pour instrument un organe administratif officiel. Les initiatives privées doivent être coordonnées mais non pas remplacées par des Offices permanents dont l’activité risquerait d’étouffer les éléments indispensables au progrès des sciences et des arts : la liberté et l’indépendance ». Il est vrai que Briand pratique alors une diplomatie classique, et même musclée, faisant occuper, le 8 mars, Duisbourg, Düsseldorf et Ruhrort pour obliger l’Allemagne à payer les Réparations.

  • 14 MAE, Sdn 1831.
  • 15 Ibid.

10Pourtant, Briand évolue : le 25 août, en prévision de la session du Conseil de la SDN, il demande à Bérard son opinion sur la question de la convocation d’une « Conférence internationale en vue de l’organisation du travail intellectuel » proposée par l’UAI et sur la création d’un « organisme permanent s’occupant du travail intellectuel, soit en transformant [PUAI], soit en créant un organisme nouveau »14. Bérard répond le 1er septembre de façon nuancée15. D’une part, il affiche sa préférence pour un organisme nouveau : sans nier la nécessité d’initiatives privées, il pense que « la Conférence et l’organisme permanent auraient pour objet essentiel de permettre à ces efforts particuliers de se rencontrer et ensuite de collaborer d’une façon régulière ». D’autre part, il accepte que soit convoquée une conférence internationale mais « à condition que son programme soit nettement établi et ne porte que sur les questions pour lesquelles un accord international est souhaitable et peut être efficace », c’est-à-dire sur les conditions matérielles de travail des intellectuels et de diffusion, d’impression et d’échange de leurs œuvres, mais non sur les problèmes d’enseignement et de production intellectuelle à proprement parler. Bérard infléchit donc sa position et rejoint Briand en acceptant que les questions d’éducation restent hors du champ de la coopération intellectuelle internationale, pour avoir le soutien du Quai d’Orsay mais aussi sous la menace d’autres initiatives.

  • 16 SDN, R 1029 (lettre de Lafontaine à Drummond, 25 juillet 1921).
  • 17 MAE, Sdn 1831 (lettre de de Margerie à Briand, 27 juin 1921).
  • 18 SDN, R 1029.

11En effet, l’UAI espère devenir l’organisme de la SDN pour la coopération intellectuelle16 et organise à Bruxelles, en août 1921, un congrès international du Travail intellectuel auquel Lafontaine demande à Drummond de faire représenter la SDN, par ailleurs priée de continuer son aide à l’Université internationale. Briand en est informé par son ambassadeur en Belgique, qui décrit Lafontaine comme un « propagandiste attitré du pacifisme et du désarmement universel » et Otlet comme un « personnage remuant et encombrant » qui accueille à Bruxelles toutes « les manifestations d’art ou d’opinion, pourvu qu’elles revêtent un caractère supranational »17. Mais d’autres projets voient le jour18 : en avril 1921, la Confédération des travailleurs intellectuels d’Autriche fait part à Nitobé, sous-secrétaire général de la SDN, de son désir de voir cette dernière créer « une Association Internationale des travailleurs intellectuels dans l’intérêt de la reconstruction de la vie spirituelle et culturelle en Europe », tandis qu’en juillet le chancelier autrichien envoie à Drummond un projet de coopération intellectuelle internationale destiné à « encourager les efforts de compréhension réciproque entre les nations » et à « répandre parmi les masses « l’esprit de la SDN »».

  • 19 UNESCO, Cici, A.42(B).1921, b. 493.
  • 20 UNESCO, Cici, A.42(C).1921, b. 493.

12C’est dans ce contexte que, le 2 septembre 1921, Drummond, conformément au vœu émis en décembre 1920 par l’Assemblée et en mars 1921 par le Conseil, soumet à ce dernier deux mémoires. Dans le premier, intitulé « L’activité éducative et l’Organisation du Travail intellectuel accomplies par l’Union des Associations Internationales »19, il détaille l’action de l’UAI, souligne sa « volonté de collaborer avec la Société des Nations par l’établissement de rapports réguliers avec elle, et le désir de trouver dans la Société (...) un appui permanent » et conclut par un hommage appuyé à Lafontaine et Otlet, dont les réalisations doivent être regardées par la SDN « comme des organes de collaboration très précieux ». Le deuxième mémoire est consacré à « L’utilité d’un organisme technique pour le travail intellectuel »20. Drummond y insiste sur le fait que « l’activité intellectuelle est, par sa nature même, internationale ; ses fruits profitent à toutes les nations, et elle ne peut porter tous ses fruits qu’avec l’aide de toutes les nations ». En outre, la SDN doit s’intéresser également à l’activité éducative « qui s’exerce dans chaque pays sur la formation intellectuelle et morale des collectivités nationales, des élites comme des masses », pour pouvoir poursuivre ses buts de coopération internationale.

  • 21 SDN, R 1029 (notes du Secrétariat de la SDN à Drummond, 10 et 11 août 1921).
  • 22 UNESCO, Cici, A.42(A).1921, b. 493.

13Mais Drummond reste prudent car, s’il souligne l’importance d’une collaboration intellectuelle internationale, il juge toutefois prématurée la création d’un organisme technique nouveau, pour ne pas faire double emploi avec les entreprises déjà constituées, et il suggère d’établir d’abord le bilan de la situation avant d’arrêter un plan d’action. Il propose donc un projet de résolution où « l’Assemblée invite le Conseil à procéder à la désignation d’une Commission pour l’étude des questions internationales de coopération intellectuelle et d’éducation », composée « au maximum de douze membres désignés par le Conseil » et chargée de présenter à la prochaine Assemblée « un rapport sur les mesures que la Société pourrait prendre en vue de faciliter l’échange intellectuel entre les peuples, notamment en ce qui concerne la communication des informations scientifiques et des méthodes d’éducation. (...) En attendant l’examen de ce rapport par l’Assemblée, cette Commission servira d’organe consultatif au Conseil qui pourra lui soumettre toute question technique de cet ordre qui se présenterait jusqu’à la prochaine réunion de l’Assemblée. L’étude d’un projet de Bureau international de l’éducation mentionné dans le rapport du Conseil du 1er mars 1921 sera également confiée à ladite Commission ». La prudence de Drummond est inspirée par le Secrétariat21, au sein duquel Jean Monnet suggère « de ne demander à l’Assemblée que la création d’un organisme provisoire d’étude très restreint » et non « d’une organisation permanente analogue à l’Organisation du Travail, ce qui ne manquerait pas, pour des raisons budgétaires et autres, de rencontrer l’opposition de l’Assemblée et particulièrement des Dominions britanniques ». C’est d’ailleurs cette prudence que Léon Bourgeois déplore dans son rapport sur « L’organisation du travail intellectuel »22 qu’il présente au Conseil de la SDN le même jour, avant de souligner que la SDN doit créer un esprit international pour être efficace, préconisant cependant que les questions touchant « à la défense des intérêts et à l’amélioration de la condition des travailleurs intellectuels » relèvent du BIT. Le 2 septembre 1921, le Conseil de la SDN adopte les deux mémoires et le projet de résolution de Drummond.

  • 23 2e Ass. SDN : 15e séance, 21 septembre 1921 ; 5e com., 8, 10 et 20 septembre 1921, et annexe 12.

14La balle est désormais dans le camp de l’Assemblée de la SDN23. Sa 5e commission écoute donc un exposé de Lafontaine et examine les rapports de Drummond et Bourgeois. Lafontaine, qui insiste sur les réalisations de l’UAI, espère évidemment que la SDN « pourra se construire sur les fondations existantes », preuve que la Commission d’étude projetée a un caractère consultatif et provisoire, et obtient l’adoption de la résolution proposée par Drummond, avec cependant deux modifications : d’une part, pour ne pas essuyer le reproche de s’immiscer dans les affaires intérieures des États dans le domaine de l’enseignement et pour ne pas créer l’impression que la SDN désire imposer un plan d’éducation à tous les pays, la future Commission n’étudiera pas les questions d’éducation ; d’autre part, à la demande de Melle Bonnevie, déléguée norvégienne, elle comprendra des femmes. Le Britannique Gilbert Murray, rapporteur de la 5e commission, soumet donc à l’Assemblée un rapport suggérant d’adopter cette résolution et l’accompagne d’un discours où il précise les trois aspects à considérer dans la coopération intellectuelle : « 1) l’action internationale pour la protection des travailleurs intellectuels ; 2) l’action internationale destinée à assurer les progrès des connaissances humaines ; 3) l’action internationale en vue de développer l’esprit international et la conscience de la fraternité humaine ». Le 21 septembre 1921, l’Assemblée de la SDN adopte la résolution approuvée par le Conseil le 2 septembre et amendée par la 5e commission. La Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI) est née mais n’a qu’un caractère consultatif et provisoire, très en deçà de la véritable organisation technique, mieux structurée et plus autonome, réclamée par les associations privées. En fait, trois raisons expliquent pourquoi les États acceptent en 1921 ce qu’ils ont négligé en 1919, qui tiennent aux personnes, au rôle de la SDN et à l’attitude des États et notamment de la France.

  • 24 D. Mylonas, op. cit., p. 30-31.
  • 25 G. Murray, An Unfinished Autobiography, Londres, 1960, p. 189-190.
  • 26 SDN, R 1029 (note de Nitobé, 16 septembre 1921 ; lettre d’Albert Thomas à Drummond, 14 décembre 192 (...)

15S’agissant des personnes, « les hommes qui rédigèrent le Pacte et ceux qui siégèrent au Conseil, à l’Assemblée et dans les diverses commissions et comités de la SDN, n’étaient pas les mêmes. Les premiers, influencés par les grandes puissances, considéraient l’institution qu’ils allaient créer d’un point de vue purement politique ; leurs préoccupations étaient centrées autour du problème de la sécurité collective et ils recherchaient une formule d’organisation simple, surchargée le moins possible par des organismes annexes susceptibles de faire obstacle à la réalisation de ses fonctions officielles (...). Les hommes qui animaient les réunions de la SDN à Genève, bien qu’eux aussi représentants gouvernementaux officiels, firent preuve, dans leur majorité, d’un esprit plus favorable à la coopération fonctionnelle et intellectuelle. Intellectuels pour la plupart, ils comprenaient l’importance du vide existant dans l’édifice de la Société internationale »24. De fait, l’influence d’hommes tels que Lafontaine ou Bourgeois, tous deux Prix Nobel de la paix (respectivement en 1913 et 1920), a compté pour vaincre les réticences ou le manque d’intérêt de certains délégués à l’Assemblée de la SDN25 et du Secrétariat de la SDN lui-même, très méfiant devant l’extension du rôle de la SDN – qui ne doit pas s’ériger en un « super-État » – et très sceptique quant à l’utilité de la future CICI, au sein de laquelle Nitobé, en septembre 1921, estime que « la teneur des sujets discutés (...) devrait être clairement définie », notamment dans ses rapports avec le BIT, d’ailleurs prêt à collaborer avec la CICI dès décembre 192126.

  • 27 D. Mylonas, op. cit., p. 31-32.
  • 28 MAE, Sdn 1831 (lettre d’Appell à Drummond, 8 juillet 1920).
  • 29 UNESCO, Cici : A.42(A).1921 et A.97.1921, b. 493.
  • 30 UNESCO, Cici, A.72.1921.XII, b. 493 / 2e Ass. SDN, 10e et 13e séances, 13 et 15 septembre 1921.

16Par ailleurs, le rôle de la SDN évolue27 : « en 1919, l’important était de sauvegarder une victoire difficilement gagnée, de garantir une paix qu’on savait précaire. Les rédacteurs du Pacte croyaient que cela ne pourrait se faire que par les moyens traditionnels de la politique. La contribution de forces extra-politiques, impliquant, par exemple, une coopération internationale intellectuelle et éducative, n’était pas (...) jugée nécessaire (...). Trois ans plus tard (...) la paix paraissait consolidée et la coopération internationale commençait à avoir un contenu plus large. L’institution genevoise ne se contentait plus de son rôle initial ». De fait, les partisans de la SDN font la liaison entre ses deux buts énumérés dans le préambule du Pacte – « garantir la paix et la sûreté » et « développer la coopération entre les nations » – et considèrent donc la coopération intellectuelle comme un facteur indispensable au succès de sa mission pacifique. Ainsi, dès juillet 1920, Appell fait valoir à Drummond28 que « c’est par la mise en commun toujours plus intime et plus active des idées, des sentiments, des découvertes scientifiques, des progrès moraux, des manifestations littéraires ou artistiques, c’est par la diffusion de plus en plus large des langues, c’est par la multiplication des visites, des voyages, des congrès, des rapports internationaux sous toutes les formes, que l’œuvre de la SDN trouvera les garanties les plus sûres de sa durée et de sa force. L’unité morale des cœurs et des consciences doit précéder et préparer la réconciliation des intérêts, le règlement juridique des conflits et l’organisation politique de la Paix ». Et en 1921, Léon Bourgeois29 souligne que, « sans un esprit de mutuelle intelligence internationale, une association des nations ne peut vivre », tandis que Murray affirme que « l’avenir de la Société des Nations dépend de la formation d’une conscience universelle. Celle-ci ne peut naître et croître que si les savants, les penseurs et les écrivains de tous les pays entretiennent des rapports fréquents et propagent d’un pays à l’autre les idées qui doivent assurer la paix entre les peuples ». Ainsi, l’extension des attributions de la SDN aux questions intellectuelles – que traduit également la décision de l’Assemblée de la SDN en septembre 1921 que la question de l’espéranto « soit mise à l’ordre du jour de la prochaine Assemblée et que le Secrétariat (...) propose d’ici là un rapport complet et documenté »30 – ne peut que favoriser l’accomplissement de sa tâche première, à savoir le maintien de la paix.

  • 31 C. Bekri, op .cit., p. 63.

17La création de la CICI est enfin due à l’action des États qui, dès 1920, se scindent en deux groupes. Le premier, composé surtout de la Grande-Bretagne et des Dominions, est très méfiant, voire hostile à une organisation du travail intellectuel : attachés à des réalisations concrètes et pratiques, les Anglo-Saxons ne voient pas l’utilité d’une extension des compétences de la SDN aux questions intellectuelles, susceptible d’entraîner une augmentation des cotisations des États membres au moment où il faut combattre l’inflation et le déficit budgétaire hérités de la guerre, et ne veulent pas donner un tremplin à l’influence culturelle de la France. Cette attitude sera d’ailleurs durable : Murray remarque « que le seul sujet à la SDN qui réalisait contre lui l’unanimité du Royaume-Uni et de ses Dominions était celui de la coopération intellectuelle »31. Le deuxième groupe, qui comprend les pays latins, francophones ou francophiles, est favorable à la coopération intellectuelle pour différentes raisons : réflexe de défense culturelle face à l’anglais (les pays latino-américains), souci de prestige (la Belgique, dont le délégué à la SDN est Lafontaine, qui espère faire de l’UAI le futur organe technique de la SDN pour les questions intellectuelles), occasion de recevoir une aide et de faire entendre sa voix sur la scène internationale (les nouveaux pays d’Europe centrale et orientale notamment).

  • 32 MAE, Sdn 1831 (note de Gout, 3 janvier 1921).
  • 33 Ibid. (note du service français de la SDN à Briand, 2 septembre 1921).
  • 34 MAE, Sdn 1831 (note de Berthelot, 16 septembre 1921).

18Et la France ? À la fin de 1920, sa position n’est pas clairement définie. La coopération intellectuelle a ses partisans : Léon Bourgeois, acquis à l’extension des compétences de la SDN dont il a été un des promoteurs, et certains fonctionnaires du ministère de l’Instruction publique comme Julien Luchaire. Mais le Quai d’Orsay est bien plus réticent, à l’image d’Hanotaux qui, « mal disposé pour l’internationalisation de l’intellectuel », s’oppose à l’espéranto, ou de Gout qui est réservé sur la « création d’un organisme permanent qui mettrait son nez dans toutes les questions d’enseignement au profit de je ne sais quelle doctrine internationale »32. En 1920, la France n’est donc pas la locomotive de la coopération intellectuelle, qui lui semble susceptible d’entamer son influence, et c’est précisément son évolution qui explique la création de la CICI en septembre 1921. Pendant la première moitié de 1921, Briand pratique une diplomatie classique, suivant ainsi Hanotaux ou Gout, en rejetant la proposition de Bérard de déposer le projet de Luchaire à l’Assemblée de Genève. Mais à l’approche de la session du Conseil de la SDN de septembre, Bérard, qui sait faire les concessions nécessaires (délimiter les compétences de la future Commission), fait accepter par Briand la mise en place d’une nouvelle diplomatie visant à accroître l’influence culturelle de la France par le biais d’une institution internationale. Le compromis passé entre Bérard et Briand n’exclut cependant pas quelques grincements de dents de la part du Quai d’Orsay, qui fait valoir à Briand que « l’activité intellectuelle de chaque pays lui est propre et souffrirait malaisément une sorte de tutelle internationale », surtout dans les questions d’éducation, et qu’un organisme international du travail intellectuel « où forcément les pays de langue et de science françaises se trouveraient en minorité vis-à-vis des pays de langue anglo-saxonne et de langue espagnole est dangereux pour la diffusion et la prééminence de notre langue et de notre esprit (...), rendra peu de services et coûtera fort cher »33. Mais, même si Berthelot, secrétaire général du Quai d’Orsay, demande à la délégation française à Genève de « délimiter strictement le champ d’action de tout organisme permanent »34 lors du vote à l’Assemblée de la SDN, le compromis passé entre Bérard et Briand n’est pas remis en cause.

  • 35 MAE, Sdn 1831.
  • 36 P. Guillen, « La politique culturelle de la France en Italie dans les années 1918-1922 », Relations (...)
  • 37 R. Girault et R. Frank, Turbulente Europe et nouveaux mondes 1914-1941, Paris, 1988, p. 129.

19De fait, l’opposition entre les deux hommes semble n’être qu’apparente car les motivations de Bérard ne sont pas désintéressées : ainsi, le 30 avril 192135, quand il propose à Briand de déposer à l’Assemblée de la SDN le projet de Luchaire, il souligne que « la gloire de notre pays, sa situation au carrefour des diverses civilisations l’amènent (...) à prendre cette initiative et l’on ne pourrait lui refuser d’établir chez lui le siège de cet organisme ; ce serait une facilité précieuse dont nous bénéficierions et qui permettrait de contribuer à l’expansion de la pensée française dans les deux mondes ». Bérard cherche donc à accroître l’influence intellectuelle de la France, en profitant du prestige multiséculaire de sa culture, des retombées de la guerre et de l’éclipse allemande. D’où la course de vitesse qu’il engage pour empêcher l’UAI de devenir l’organe permanent de la SDN pour le travail intellectuel et pour créer un organisme nouveau où la France pourra jouer un rôle important. Bérard peut donc s’entendre avec Briand, qui comprend que l’expansion culturelle de la France entraînera un surplus d’influence morale et politique susceptible de renforcer sa sécurité et d’éviter son isolement en Europe et qui met donc la politique culturelle au service de sa diplomatie. La détresse des finances publiques, causée par les dépenses de la guerre et aggravée par le laborieux paiement des Réparations allemandes, a rendu inopérante l’arme financière dont se servait la diplomatie française avant 1914, alors que la France est convaincue de sa supériorité culturelle : « l’arme culturelle [peut] prendre le relais, le « trésor culturel » de la France se substituer en quelque sorte, au « bas de laine » défaillant »36 . De plus, Briand a évolué sur la question de la sécurité de la France : « après avoir suivi le courant nationaliste, il s’oriente en octobre [1921] vers une autre logique. Conscient que rien n’empêchera la renaissance de l’Allemagne, pas même l’exécution intégrale du traité de Versailles, il préfère éviter l’isolement français »37 . La sécurité de la France passe ainsi par Genève : l’essor de la coopération internationale fortifiera la SDN et garantira le statu quo issu du traité de Versailles. À partir de septembre 1921, Briand collabore donc avec Bérard pour contrôler au mieux la future CICI.

La composition de la CICI (septembre 1921-mai 1922)

  • 38 MAE, Sdn 1831 (correspondance, 19 novembre 1921-14 janvier 1922 ; lettre de Roland – Marcel à Poinc (...)

20En prévision de la désignation des membres de la CICI par le Conseil de la SDN en janvier 1922, les ministères de l’Instruction publique et des Affaires étrangères vont se concerter pour définir la position de la France sur la composition et le programme de la future Commission38, Bérard se révélant alors comme le véritable inspirateur d’une politique ayant pour but de « faire bénéficier [la France] du prestige qui ne manquera de s’attacher à une telle œuvre, dans les limites qu’impose à un organisme international son caractère d’impartialité ».

21Le 19 novembre 1921, Briand demande à Bérard de lui proposer les noms de personnalités françaises susceptibles d’être membres de la CICI. Le 29 novembre, Bérard souligne « que ces représentants doivent être de hautes personnalités intellectuelles, jouissant parmi nous d’une autorité reconnue et respectée, pouvant avoir parmi les représentants des autres pays un prestige incontesté, des hommes entièrement voués aux Lettres ou à la Science » : sollicité par Léon Bourgeois, le philosophe Henri Bergson accepte d’être candidat. Le 16 décembre, Briand envoie à Bérard un mémoire de Drummond qui pose au Conseil de la SDN deux questions : « 1°) y a-t-il lieu d’instituer, au cours de la présente session, cette Commission ? 2°) si la création en est décidée, quel sera le domaine des travaux de cette Commission ? ». La mission de la future Commission semblant « devoir se borner à l’examen de l’opportunité de convoquer une Conférence internationale pour l’étude de la coopération intellectuelle, et, le cas échéant, à la formation de l’ordre du jour d’une telle réunion » – but fort limité –, Briand demande son avis à Bérard en vue de donner des instructions au représentant de la France au Conseil de la SDN.

22Bérard répond le 23 décembre dans une longue lettre qui fixe précisément les objectifs qu’il voudrait voir poursuivis par la future Commission mais aussi les profits que la France pourrait en retirer. Selon Bérard, « la coopération intellectuelle doit avoir pour objet non d’orienter et de fixer dans un certain sens la vie de l’esprit sous toutes les formes, mais d’assurer les communications entre savants, auteurs et artistes et de développer dans tous les pays les instruments de travail qui leur sont nécessaires », tant pour la production que pour la diffusion des œuvres. Le but de toute organisation internationale agissant dans le domaine intellectuel doit donc être purement technique et il ne saurait être question d’un quelconque ordre culturel qui s’imposerait aux États au mépris de leur indépendance et de leurs traditions. Cette idée, constamment reprise, correspond à la mentalité générale qui insiste sur la liberté et l’indépendance des intellectuels, mais vise aussi à contrer l’opposition de ceux qui, voyant la SDN acquérir de nouvelles compétences, crieraient au « super – État » et refuseraient d’aller plus loin, par peur du coût financier de l’opération et d’une perte de souveraineté des États. Comment comprendre autrement l’opinion de Bérard à propos de la communication des informations scientifiques, où « il peut être fait certainement une œuvre très utile et très large, à condition que la Société des Nations ne cherche pas à substituer une institution nouvelle aux organisations déjà existantes où la France tient le plus souvent une place prépondérante, mais leur apporte, au contraire, son appui moral et matériel » ? Car ce qui est finalement recherché, au delà des beaux discours internationalistes et désintéressés, c’est bien le renforcement de l’influence culturelle, morale et politique de la France. Ainsi, Bérard sait bien « les inconvénients que peut avoir pour notre pays, en particulier, dont la vie intellectuelle et les méthodes d’éducation et d’enseignement ont une originalité si forte et une influence générale si grande, une organisation internationale où nous ne serions pas représentés en proportion de notre action séculaire », mais une Commission va être nommée et dès lors la France n’a pas le choix si elle veut garder son rang : « si la France se montrait hostile, et si elle restait isolée, la résolution votée par la Société des Nations n’en serait pas moins suivie d’exécution, et il est probable que l’organisation qui existe déjà à Bruxelles, qui s’est offerte, et qui ne présente pour nous aucune garantie, prendrait dans la Société des Nations une place sans doute peu favorable à nos intérêts intellectuels. Notre effort doit donc porter non pas sur une tentative tardive pour faire revenir le Conseil de la Société des Nations sur sa précédente décision, mais sur une définition exacte des attributions de la Commission et aussi sur sa composition. Il s’agit même pour nous de manifester ici la ferme et habile volonté de mettre en œuvre tous les moyens qui se présentent, afin d’assurer à notre pays la première place qui lui est due par le rayonnement de son génie et la supériorité de ses méthodes d’enseignement ». En conséquence, Bérard « estime qu’il serait inopportun et imprudent de combattre la résolution déjà votée par l’Assemblée de la Société des Nations » et « juge indispensable que la France soit représentée dans la Commission ». Ainsi, soit la France tente d’empêcher la création de la CICI, prenant alors le risque d’être isolée et de faire le lit de l’UAI, qui imprimerait au futur organisme un ton très internationaliste ne pouvant que desservir les intérêts français ; soit elle participe à la CICI, pour la contrôler – par le biais de ses attributions et de sa composition – et maintenir l’influence française.

23De fait, une réunion tenue en janvier 1922 consacre la victoire de Bérard, qui veut limiter les attributions de la Commission, sur Bourgeois, qui souhaite les élargir, notamment aux questions d’éducation et d’enseignement. Les instructions données au représentant de la France à la SDN stipulent donc que « l’organisation créée par la Société des Nations ne saurait imposer des règles : elle doit aider ce qui existe (...). Elle ne saurait réglementer dans le domaine intellectuel ce qui relève de la souveraineté de chaque État, de ses besoins propres, de ses conceptions morales ou esthétiques, de la sécurité de son avenir, de son idéal. (...). (...) pour la France et plus que jamais dans les circonstances présentes, c’est chose capitale. Notre rôle intellectuel dans le monde, la défense et l’illustration de notre langue, de notre pensée et de notre art nous l’imposent ». Pas d’atteinte donc de la part de la SDN à la souveraineté des États, qui entamerait le prestige intellectuel de la France, qui est « unique dans le monde (...) depuis des siècles et encore plus depuis sa victoire ». Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne les questions d’enseignement : oui à des discussions sur les doctrines et les méthodes, non à des directives venant d’une organisation supranationale, car « nos enseignements primaire et secondaire, et en particulier ce dernier, qui constitue en grande partie ce qu’on peut appeler l’armature de notre formation intellectuelle, ne sauraient être en rien tributaires d’une action internationale sans dommage irréparable pour nous ». Le représentant de la France à la future Commission devra donc « tenir moralement au moins la place à laquelle nous avons droit. Il devra y veiller d’autant plus qu’un jour l’Allemagne peut apparaître dans cette organisation internationale. Il faut qu’alors notre situation prépondérante soit acquise et inébranlable » : ainsi, même dans le domaine intellectuel, la France a peur d’une revanche allemande et s’efforce d’asseoir définitivement sa domination en prenant le maximum de garanties, comme elle a essayé de le faire dans le domaine politique avec le traité de Versailles. Et il est suggéré de « rechercher tous les intérêts communs aux nations latines », en grande partie pour faire pièce aux pays anglo-saxons et scandinaves qu’on sait moins défavorables à l’Allemagne. Cet impérialisme culturel de la France correspond à ses deux objectifs depuis 1919, la volonté de puissance et le besoin de sécurité.

  • 39 MAE, Sdn 1831 (C.129.1922.XII ; télégramme de Gout au Quai d’Orsay, 12 janvier 1922 ; note du Quai (...)

24Le 14 janvier 1922, le Conseil de la SDN décide donc de créer la CICI mais renvoie à sa prochaine session toute décision sur sa composition et la date de sa convocation, faute d’accord entre toutes les parties en présence sur le mode de désignation de ses membres39. Hanotaux propose que, dans un « souci d’une représentation équitable des diverses civilisations », douze États (Belgique, Danemark, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Pologne, Suisse, Brésil, Cuba, Chine et Japon) désignent chacun un représentant. Ces États sont des membres permanents du Conseil et des pays vainqueurs de la guerre ou neutres, au détriment de pays vaincus – l’Allemagne ou l’Autriche – qui auraient plus de titres à faire valoir dans le domaine intellectuel ; de plus, les pays latins, francophones ou francophiles – alliés ou non de la France – sont majoritaires. La France cherche ainsi à sauvegarder ses intérêts politiques et pas seulement à faire de la CICI un forum représentatif de toutes les cultures. Aussi, plutôt que d’avoir une Commission nommée par la SDN ou par quelque association internationale, donc indépendante des États, internationaliste et fatalement hostile à l’impérialisme culturel de la France, et composée d’intellectuels, c’est-à-dire d’hommes indépendants et pas forcément soucieux des intérêts de leur propre État, Hanotaux souhaite que la CICI soit un organisme intergouvernemental, composé de représentants officiels des États et sous le contrôle direct de ces derniers, qui possèdent seuls les moyens d’appliquer les décisions de la Commission, et où la France disposera d’une large marge de manœuvre, appliquant en cela les principes contenus dans la lettre de Bérard du 23 décembre 1921.

25Mais le Secrétariat de la SDN envisage un autre mode de désignation : par le Conseil de la SDN, « en vue d’introduire dans la Commission des éléments recrutés dans les pays qui, tels que l’Allemagne, ne font pas partie de la Société. En outre ce mode de désignation soustrairait les travaux de la Commission à l’action des Gouvernements ». Ainsi, s’inspirant du projet de Molkenboer, le Secrétariat de la SDN désire un organisme vraiment international et indépendant des États, avant tout technique, composé d’éminents intellectuels ayant une autorité morale incontestable, nommés par le Conseil de la SDN, et non par les États, ce qui présentera trois avantages : la CICI ne sera pas paralysée par des divisions politiques, pourra être universelle, enfin aura une liberté de ton et d’action indispensable à toute entreprise intellectuelle. Finalement, c’est le point de vue du Secrétariat qui prévaut, pour des raisons techniques et juridiques (notamment, pour préserver la liberté de choix du Conseil et respecter le principe d’égalité des États membres de la SDN).

  • 40 UNESCO, Ccic, C.58.1922.XII, b. 499 / MAE, Sdn 1831 (lettres de Drummond, 17 mars, 3 et 29 avril 19 (...)
  • 41 MAE, Sdn 1831 (C.312.M.155.1922.XII).
  • 42 B. Schroeder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science : la coopération scientifique internationale (...)

26Après que Drummond a été saisi de nombreuses suggestions40, le 15 mai 1922 le Conseil de la SDN nomme donc 11 des 12 membres de la CICI41 : l’Indien Banerjee, le Français Bergson, la Norvégienne Bonnevie, le Brésilien de Castro, la Franco-Polonaise Marie Curie, le Belge Destrée, l’Allemand Einstein, le Britannique Murray, le Suisse Reynold, l’Italien Ruffini, l’Espagnol Torres-Quevedo. L’Américain Hale est nommé quelques jours plus tard. Ces douze personnalités, qui appartiennent à diverses branches de l’activité intellectuelle et qui viennent de la plupart des continents et pas seulement des pays membres de la SDN, symbolisent l’idée d’une communauté intellectuelle internationale. De plus, elles sont censées être impartiales, puisqu’elles siègent non pas en qualité de représentants de leurs pays respectifs mais en raison de leurs compétences et à titre individuel, d’où la présence d’un Américain et d’un Allemand – Einstein étant désigné en raison de son pacifisme, qui le rend acceptable par la France, et pour prouver que la CICI est universaliste42.

  • 43 SDN, R 1031 (note de Nitobé, 18 août 1922).
  • 44 MAE, Sdn 1831 (lettre de Bérard à Poincaré, 1er mai 1922).
  • 45 « Les échanges intellectuels et la SDN », Revue hebdomadaire, juin 1922, p. 342-346.
  • 46 H. Bergson, « La guerre et la littérature de demain », 23 avril 1915, Mélanges, Paris, 1972, p. 115 (...)
  • 47 MAE, Sdn 1831 (lettre de l’ambassadeur de France en Suisse à Poincaré, 29 mars 1922).
  • 48 G. de Reynold, « La reconstruction intellectuelle, les Catholiques et la Société des Nations », La (...)

27Celle-ci est cependant plus européenne que vraiment universelle puisque neuf de ses membres viennent du Vieux Continent, qui domine alors la planète et la SDN. De plus, on n’a pu totalement écarter le critère de la nationalité dans les nominations, qui assurent un certain équilibre politique, puisque « presque toutes les nationalités composant le Conseil [sont] représentées »43. Surtout, la France semble être en position de force : elle est le seul État à avoir deux ressortissants et elle peut espérer former une majorité avec les cinq nations francophones ou latines ; de plus, la composition de la CICI est largement conforme à ses vœux : elle comprend huit des douze États proposés par Hanotaux et, sur les dix membres non français, cinq font partie de la liste de candidats recommandés à Poincaré par Bérard44. La stratégie de ce dernier semble donc avoir réussi : accepter la CICI pour mieux la contrôler, au profit de la France comme l’espère André Honnorat, futur promoteur de la Cité Universitaire, qui est sûr que Marie Curie et Bergson feront prévaloir au sein de la CICI « le point de vue français »45. De fait, la France peut compter sur Bergson, chantre de l’Union sacrée pendant la guerre46, et Reynold, qui a des « sympathies françaises »47 et qui critique Lafontaine et Otlet48. Après s’être inquiétés de la création de la CICI, les responsables français, sous l’impulsion du ministère de l’Instruction publique, espèrent désormais l’utiliser au mieux de leurs intérêts.

Les débuts modestes de la CICI (1922-1924)

Une entrée sur la pointe des pieds (1922-1923)

Une action très circonscrite

  • 49 MAE : Sdn 1831 (corresp., 28 juillet-1er août 1922) et 1843 (corresp., 11-31 juillet 1922) / SDN, R (...)

28Dès 1922, les responsables français49 souhaitent assurer à la France le contrôle de la CICI – « on voudrait qu’elle groupât autour d’elle le plus de nations latines. (...). Il faudrait travailler discrètement à faire élire président M. Bergson » – en misant notamment sur l’action de Luchaire, ancien élève et ami de Bergson que celui-ci a choisi comme collaborateur. En particulier, le champ d’action de la CICI doit être strictement délimité pour préserver les prérogatives des États. Mais deux dangers guettent les intérêts français. En premier lieu, le fait que « certaines personnalités et certains groupements comptent sur la Commission (...), sinon pour organiser, du moins pour préparer adroitement une sorte de syndicalisme intellectuel mondial. C’est un rêve ; mais ce rêve peut entraîner à une politique intellectuelle et à des mesures de détail dangereuses à tous égards et finalement nuisibles à notre prestige spirituel » et il faut donc « écarter tout ce qui pourrait atteindre l’indépendance traditionnelle et légitime de nos savants, de nos hommes de lettres et de nos artistes ». Mais il faut aussi repousser l’offensive visant à ce que la CICI et l’Assemblée de la SDN reconnaissent l’espéranto comme langue auxiliaire internationale. Coville, directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique, prie donc Bergson « de bien vouloir demander fermement et obtenir la question préalable », tandis que le Quai d’Orsay engage Bergson et Marie Curie à « faire tous leurs efforts pour que cette question soit écartée, tout au moins provisoirement, pour la raison qu’elle est actuellement soumise à l’Assemblée », « insist[ant] auprès d’eux sur le grave préjudice que cette propagande risque de causer à la supériorité de la langue française ».

29Enfin, il faut faire face à une dernière péripétie puisque, le 4 juillet, Einstein informe Drummond qu’il renonce à siéger à la CICI, prétextant que « sa qualité d’israélite d’une part, et d’autre part ses sentiments antichauvins au point de vue allemand, l’empêch[ent] d’être véritablement le représentant des milieux intellectuels et des Universités de l’Allemagne ». Einstein, très choqué par l’assassinat, le 24 juin, de son ami Walter Rathenau, ministre allemand des Affaires étrangères, veut désormais s’abstenir de toute action politique. Finalement, le 28 juillet, sous la pression du Secrétariat de la SDN, qui craint pour le prestige de la jeune Commission, Einstein retire sa démission. Mais, avant même sa première réunion, il apparaît que la CICI ne peut échapper au contexte politique, ce qui laisse penser que les États ne déposeront pas leurs intérêts au vestiaire d’un organisme pourtant censé être purement technique et politiquement neutre.

  • 50 UNESCO, Cici, C.711.M.423.1922.XII, b. 501.
  • 51 UNESCO, Cici, A.61.1922.XII (C.559.1922.XII), b. 493 et 509.
  • 52 UNESCO, Cici, C.711.M.423.1922.XII, b. 501.
  • 53 UNESCO, Cici, A.61.1922.XII (C.559.1922.XII), b. 493 et 509.

30À la suite de sa 1ère session, tenue à Genève du 1er au 5 août 192250, la CICI propose d’instituer une enquête sur la situation du travail intellectuel dans les divers pays, d’apporter un secours d’urgence aux intellectuels d’Europe centrale et orientale touchés par la crise de l’après-guerre, de relancer la coopération internationale dans les domaines de la bibliographie, des rapports interuniversitaires, de la propriété intellectuelle – pour lesquels trois sous-commissions sont créées – et des recherches scientifiques. Au total, il n’y a rien de bien nouveau dans ce programme, si ce n’est l’aide à apporter aux pays sinistrés par la guerre, ce qu’expliquent les conditions de création de la CICI : entre une France soucieuse de limiter au maximum son champ d’activité et une Angleterre qui n’en voulait pas, elle a une marge de manœuvre réduite. Elle doit donc d’abord se soucier de ne pas entraîner de dépenses qui alourdiraient la contribution des États membres de la SDN : dans son rapport au Conseil, Reynold prend soin de préciser que « la [CICI] s’est d’ailleurs préoccupée d’épargner à la [SDN] toute dépense inutile et d’observer le principe de la plus stricte économie. L’institution de trois sous-commissions, qui lui paraît indispensable pour le but à atteindre, aura pour effet de rendre moins fréquentes les réunions de la Commission plénière qui seraient beaucoup plus coûteuses »51 . On sent bien la volonté de rassurer et même presque de ne pas se faire remarquer. Par ailleurs, la France a assuré ses positions52 : d’une part, Bergson a été élu président de la CICI et Murray vice-président, conformément à l’usage qui prévaut entre Anglais et Français (au Secrétariat de la SDN comme au BIT) ; d’autre part, appuyé par Reynold, il a réussi à éviter toute discussion sur l’espéranto. Enfin, même si la CICI a prévu de développer la coopération interuniversitaire (échanges de professeurs et d’étudiants, équivalences de diplômes, bourses et cours de vacances internationaux), il est spécifié qu’elle ne peut « s’ingérer dans l’enseignement universitaire lui-même, ni porter atteinte au droit souverain des États et à l’autonomie des hautes écoles »53.

  • 54 MAE, Sdn 1843 (notes du Quai d’Orsay et de Roland-Marcel, 28 août 1922). (phrases soulignées dans l (...)

31De fait, les ministères des Affaires étrangères et de l’Instruction publique sont d’accord54 pour empêcher que la souveraineté de la France soit entamée par les décisions de la CICI, notamment à propos des projets d’enquête internationale sur le travail et la vie intellectuelle dans les différents pays et de congrès international des universités. Sur le premier point, le Quai d’Orsay estime que « charger la [CICI] d’une enquête sur les maux dont souffre la vie intellectuelle, c’est laisser à un organe international sans responsabilité, le soin d’apprécier la situation intérieure des États au point de vue intellectuel et les causes de cette situation, c’est empiéter sur les légitimes attributions des Gouvernements de chaque État, et risquer d’éveiller bien des susceptibilités. Le Gouvernement français estime qu’il est inopportun d’instituer une telle enquête. Mais si ces vues ne prévalent pas, il conviendra de s’efforcer de restreindre l’enquête et de la réglementer (...). (...) une enquête sur la coopération intellectuelle possible, faite auprès des Gouvernements exclusivement, et portant uniquement sur les besoins de ces Gouvernements en moyens scientifiques à mettre à leur disposition par d’autres États, pourrait être autorisée. Mais (...) cette enquête ne pourrait pas commencer avant qu’un questionnaire à adresser aux Gouvernements, préparé dans le sens ci-dessus par la Commission, n’ait été approuvé par le Conseil ».

  • 55 MAE, Sdn 1843 (lettre de Roland-Marcel au Quai d’Orsay, 30 août 1922).
  • 56 UNESCO, Cici, A.66.1922.XII (C.650.1922.XII), b. 493 et 499.

32Quant à l’enquête que la CICI compte mener auprès des universités pour préparer la conférence internationale universitaire, elle devra aussi respecter la souveraineté de la France car « les Universités de France (...) ne sont pas, comme en certains pays, des organisations autonomes ne dépendant en rien de l’Administration. Les Universités ne peuvent correspondre, surtout avec des organisations ou des Gouvernements étrangers, que par la voie du Ministre de l’Instruction Publique... Toute demande de renseignements, ou tout questionnaire, devra être adressé aux Gouvernements, qui se chargeront de les faire parvenir aux Universités ». La conférence elle-même devra d’ailleurs être strictement bornée : « étant donné que les Universités françaises (...) sont des établissements officiels, (...) nous ne sommes partisans que de la solution suivante : la SDN provoquerait, par l’intermédiaire des Gouvernements, des congrès nationaux d’Universités et chacun des Gouvernements lui communiquerait le résultat des consultations provoquées ; ainsi serait empêché un désordre certain et nous garderions le contrôle des questions posées, comme des réponses. (...). Si une autre conception devait prévaloir, les réserves les plus expresses auraient à être formulées ; nous nous refuserions à tout engagement et ne saurions accepter que des invitations fussent adressées directement à nos Universités ; il faudrait que ces invitations fussent envoyées au Gouvernement français qui se réserverait tous droits d’examen utile du programme et du règlement, le choix des délégués des Universités, etc.... C’est pourquoi M. Bergson devra réserver formellement le droit, pour chaque État (...) de négocier avec un autre tous accords possibles, sans avoir l’obligation de passer par la SDN ». La France se méfie donc de la CICI, composée d’intellectuels censés développer une propagande internationaliste nuisible à son influence culturelle et susceptible de permettre à la SDN d’entamer sa souveraineté, et semble donc vouloir freiner son développement, de peur de ne plus pouvoir la contrôler et en tirer profit, le ministère de l’Instruction publique jugeant que « les divers résolutions et projets de résolution dépassent de beaucoup en importance et répercussions éventuelles ceux qui semblaient devoir être arrêtés tout d’abord par la Commission »55. Finalement, la France obtient encore gain de cause puisque le 13 septembre 1922 le Conseil de la SDN adopte le rapport de Hanotaux sur les travaux de la CICI56 avec les précautions exigées par Paris.

  • 57 3e Ass. SDN : 13e, 21e et 23e séances, 21, 28 et 29 septembre 1922 ; 2e com., 15, 19 et 21 septembr (...)

33La France impose d’ailleurs aussi ses vues au sein de la 3e Assemblée de la SDN qui se tient en septembre 192257. Conformément à la résolution adoptée en septembre 1921, Drummond présente un rapport sur « L’espéranto comme langue auxiliaire internationale » qui suggère à l’Assemblée de la SDN de recommander l’usage de l’espéranto dans « les administrations postales et télégraphiques, à côté des langues nationales » et de « charger le Secrétariat de continuer à suivre les progrès de l’espéranto et à faire rapport à ce sujet ». Malgré un projet de résolution présenté par Murray qui reprend les conclusions du rapport de Drummond, le représentant de la France, appuyé par les délégués polonais et roumain, invoque la souveraineté des États en matière d’enseignement pour obtenir le renvoi de la question devant la CICI, où il sait qu’elle a peu de chance de trouver une solution.

  • 58 B. Schroeder-Gudehus, op. cit.

34Au même moment, la jeune Commission suscite de vifs débats qui portent non pas sur son plan de travail et ses décisions – adoptés par le Conseil et l’Assemblée – mais sur l’élargissement de son recrutement et sur ses moyens financiers. Sur le premier point, Murray souhaite que la CICI continue sa tâche « avec la collaboration des hommes les plus compétents de tous les pays », envisageant ainsi la présence de l’Allemagne, dans la mesure où, « lorsqu’on étudie les questions posées par la coopération intellectuelle, on se rend compte qu’il est difficile, sinon impossible, de laisser de côté un pays comme l’Allemagne qui, au point de vue intellectuel, a exercé une influence très grande », et rappelant que les divisions de l’Europe héritées de la guerre rendent « une pleine coopération intellectuelle impossible » et sont un obstacle à l’œuvre de la CICI. L’initiative de Murray est d’ailleurs relayée par le délégué danois qui exprime « le vœu que, dans l’intérêt de la science et de la coopération intellectuelle, tous les congrès scientifiques soient ouverts aux savants de tous les pays, sans distinction de nationalité », essayant ainsi d’annuler la quarantaine décrétée contre les institutions scientifiques des pays vaincus par le Conseil international de recherches en juillet 191958. Finalement, la proposition de Murray est incorporée dans la résolution adoptée par l’Assemblée de la SDN tandis que celle du délégué danois est renvoyée à la CICI. Par ailleurs, le crédit alloué à la CICI est augmenté, grâce au délégué de la France – appuyé par ses collègues des pays latins, européens ou latino-américains, et des pays amis d’Europe centrale et orientale –, et malgré la résistance des pays anglo-saxons et Scandinaves.

35Les débats tenus à l’Assemblée de la SDN appellent trois remarques. En premier lieu, il apparaît que le soutien de la France à la CICI constitue moins la manifestation d’une adhésion à une gestion multilatérale et désintéressée de la coopération intellectuelle – comme le montre son opposition à l’espéranto – que la volonté d’utiliser à son profit un nouvel instrument diplomatique dont elle n’a d’ailleurs accepté la création en 1921 que sous la menace de l’UAI : en ce sens, l’impérialisme culturel français apparaît plutôt comme une réaction défensive que comme une politique culturelle agressive et mûrement réfléchie, dont le seul partisan semble bien n’être alors que Julien Luchaire. En deuxième lieu, la France n’est pas le seul État à vouloir occuper le terrain de la coopération intellectuelle et elle doit compter avec l’autre Grand de la SDN, le Royaume-Uni, ce qui fait de la CICI un nouveau cadre de la rivalité des deux alliés d’hier, dont les conceptions ne sont pas au diapason : à une France dirigiste, soucieuse de placer la coopération intellectuelle sous le contrôle des gouvernements pour éviter tout dérapage internationaliste et pour en faire une arme diplomatique à part entière, s’oppose une Angleterre qui croit aux vertus de l’initiative privée, gage de liberté, d’impartialité et surtout d’économies, à un moment où elle fait tout son possible pour restaurer la convertibilité de la livre sterling, et qui donc essaie de limiter le plus possible les crédits que la CICI espère obtenir. Du coup, la division observée dès 1920 entre les États à propos de la coopération intellectuelle se confirme. En dernier lieu, dans la mesure où la coopération intellectuelle devient un enjeu politique entre les grandes puissances, il est normal qu’on y trouve le reflet des rivalités diplomatiques classiques et que s’y pose notamment le problème de la place de l’Allemagne. A cet égard, le fait que le Britannique Murray propose à deux reprises la réinsertion de l’Allemagne dans les relations intellectuelles internationales renvoie à la diplomatie anglaise du moment, qui renoue avec son traditionnel souci d’équilibre des puissances en Europe et qui cherche donc à compenser le poids excessif de la France par le retour dans le concert des nations de l’Allemagne, dont la restauration économique est, de plus, un préalable à la reconstruction européenne dont dépend la prospérité anglaise. Ainsi, loin d’être un domaine purement spéculatif, la coopération intellectuelle apparaît bien comme un terrain de rivalités politiques relié aux grands problèmes de l’heure.

  • 59 UNESCO, Cici : C.700.M.416.1922.XII et C.731.M.443.1922.XII, b. 501 ; C.343.1923.XII, b. 499 / MAE, (...)
  • 60 N. Pietri, La reconstruction économique et financière de l’Autriche par la SDN, thèse, Paris I, 198 (...)

36Une illustration en est d’ailleurs fournie par les changements qui ont lieu au sein de la CICI entre novembre 1922 et avril 192359. En effet, en octobre 1922, le Conseil de la SDN invite la CICI « à choisir un correspondant autrichien qui tiendrait la Commission au courant des besoins de la vie intellectuelle dans son pays, et à adresser un appel en faveur de l’Autriche aux institutions et sociétés savantes de tous les pays », au même moment où la SDN sauve ce pays de l’effondrement financier60. De fait, après que la CICI a appelé à aider l’Autriche, le Conseil de la SDN nomme un correspondant autrichien qui, favorable à l’Anschluss en 1921, n’a pas les faveurs de la France. Cependant, le Conseil a pris soin de ne le nommer qu’après le départ d’Einstein, qui a de nouveau démissionné le 21 mars 1923, mû par son profond « pacifisme » et « la conviction que la Société des Nations n’a ni la force ni la bonne volonté pour remplir sa grande tâche », même si pour le Quai d’Orsay le doute n’est pas permis : « la mentalité allemande Ruhr [sic] reparaît ainsi chez le savant naturalisé suisse ». Sur les conseils de Bergson, qui estime que la CICI « ne réussira, ne s’imposera que par le prestige et l’autorité de ses membres », le Conseil de la SDN désigne donc le physicien néerlandais Lorentz pour succéder à Einstein.

37Au total, le bilan de la première année de fonctionnement de la CICI apparaît bien modeste. Certes, la jeune Commission a commencé à se doter d’une structure (les sous-commissions), d’un personnel (les experts), et d’un programme (la coopération bibliographique et interuniversitaire, l’aide aux intellectuels d’Europe centrale et orientale). Mais finalement, il ne s’agit là que de renouer les fils de la coopération coupés par la guerre et de remédier à la situation qu’elle a créée : en aucun cas, la CICI n’a pris de décisions susceptibles d’approfondir la coopération intellectuelle, et ce pour trois raisons essentielles. En premier lieu, le statut d’organe consultatif – et même provisoire – du Conseil de la SDN lui interdit d’agir de son propre chef et restreint forcément son pouvoir de décision. En second lieu, les réticences (visibles à propos de l’espéranto), les arrière-pensées et les divergences des États – qui contrôlent finalement l’action de la CICI, par le pouvoir de décision qu’ils exercent en siégeant au Conseil de la SDN et par celui d’application qu’ils possèdent à l’intérieur de leurs frontières – limitent fortement les initiatives des membres de la Commission. En dernier lieu, la CICI manque d’argent, les États membres de la SDN ne voulant pas augmenter leur cotisation, ce qui montre, au pire leur désintérêt pour la coopération intellectuelle, au mieux leur souci de limiter le champ d’action d’une Commission créée presque par effraction et susceptible d’empiéter sur leurs domaines réservés. Pourtant, la CICI commence à s’enraciner grâce aux premières commissions nationales de coopération intellectuelle.

La création des commissions nationales de coopération intellectuelle

  • 61 UNESCO, Cici, C.700.M.416.1922, b. 501 / MAE, Sdn 1832 (C.111.M.52.1923.XII et C.L.6.1923.XII).
  • 62 MAE, Sdn 1843 (C.731.M.443.1922.XII).
  • 63 UNESCO, Cici, A.31.1923.XII (annexe 2), b. 493 et 509.
  • 64 UNESCO, Cici, A.31.1923.XII, b. 493 et 509.

38Entrée par la petite porte, la CICI va s’employer à sortir du cadre étroit de Genève et à conforter son caractère international en favorisant l’émergence de commissions nationales de coopération intellectuelle destinées à la relier aux milieux intellectuels nationaux. À la suite de l’enquête sur les conditions du travail intellectuel lancée par la CICI, le Conseil de la SDN approuve, en octobre 1922, l’idée d’utiliser « des institutions locales qui seraient choisies dans divers pays pour transmettre à la Commission les demandes les plus urgentes des savants et des institutions scientifiques » et autorise, en janvier 1923, le Secrétariat à faire des démarches officielles en souscrivant au questionnaire dont la Commission propose l’envoi aux gouvernements61. Par ailleurs, en novembre 1922, la CICI lance un appel à toutes les universités, académies et sociétés savantes, en faveur des travailleurs intellectuels autrichiens62. C’est en réponse à toutes ces initiatives de la CICI que se forment spontanément, pendant l’hiver 1922 et le printemps 1923, des commissions nationales de coopération intellectuelle dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale – 11 en juillet 1923 (Autriche, Bulgarie, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Tchécoslovaquie et Yougoslavie) –, les premiers visés par l’enquête de la Commission et les plus demandeurs d’aide. La CICI prend donc plusieurs résolutions63, en juillet-août 1923, pour encourager ce mouvement : elle souhaite la généralisation des commissions nationales ; elle décide de réunir leurs délégués pour coordonner les efforts entrepris ; surtout, elle prie le Conseil de la SDN « de demander aux Gouvernements, Membres de la [SDN], de vouloir bien donner leur appui moral et financier à l’œuvre de ces Commissions nationales [et] de l’autoriser à recevoir de toute institution et de tout particulier qui s’intéresserait à ses efforts des fonds qui seraient mis à la disposition de ces Commissions ». En septembre 1923, le Conseil et l’Assemblée de la SDN adoptent ces résolutions, qui permettent d’envisager une extension de l’action de la CICI, verticalement en rendant plus efficaces les relations avec chaque pays, horizontalement en suscitant l’organisation de la vie intellectuelle dans chaque pays et en favorisant des relations bilatérales et multilatérales, la toile ainsi tissée devant servir la cause de la paix, ces commissions nationales étant, selon Reynold, « non seulement le moyen d’intéresser à la [SDN] des milieux intellectuels de plus en plus étendus, mais encore et surtout de travailler efficacement au rapprochement des esprits et des âmes »64.

  • 65 UNESCO, Cici, C.570.M.224.1923.XII, b. 501.
  • 66 MAE, Sdn 1843 (note du ministère de l’Instruction publique, 5 septembre 1923).
  • 67 UNESCO, Cici, C.3.M.3.1924.XII (débats et annexes 1, 2 et 18), b. 501 et 555.
  • 68 SDN, R 1030 (lettre du Secrétariat de la SDN à Reynold, 3 novembre 1923).
  • 69 UNESCO, Cici, A.31.1924.XII (annexe I), b. 493 et 509.

39La question allemande se pose d’ailleurs à nouveau en juillet 1923, lors de la 2e session de la CICI65, quand le suppléant de Murray, appuyé par Lorentz et Melle Bonnevie, propose que la CICI distribue des secours « de manière impartiale à toutes les universités des pays en détresse, qu’ils soient ou non membres de la Société des Nations » : cette proposition, écartée par Bergson et Reynold, montre cependant la persévérance anglaise à introduire l’Allemagne à la CICI. De façon plus générale, la France66 entend limiter l’activité des commissions nationales, dont la réunion des délégués ne doit pas constituer « un organe rival » de la CICI et surtout ne doit entraîner « aucune obligation ni intervention pour les pays représentés ». Cependant, en décembre 1923, la CICI se soucie d’organiser les commissions nationales67, qui doivent être autonomes vis-à-vis des gouvernements et représentatives de la vie intellectuelle nationale. À ce propos, le Secrétariat de la SDN, dans un souci d’apolitisme, souhaite que les commissions nationales soient créées dans un cadre étatique et refuse donc que les institutions allemandes de Tchécoslovaquie forment une commission, « parce qu’autrement, les minorités de tous les pays demanderaient la même chose »68. Enfin, en attendant que les commissions nationales reçoivent une aide financière, la CICI autorise ses membres à « faire des démarches pour tâcher d’obtenir des dons », pour elle-même ou pour les commissions nationales. L’enracinement de la CICI – en juillet 1924, il y a 19 commissions nationales69 – ne garantit cependant pas son indépendance envers la France.

L’affirmation de l’influence française (1923-1924)

Le rejet de l’espéranto

  • 70 UNESCO, Cici, A.31.1924.XII, b. 493 et 509.

40Conformément à la résolution votée par l’Assemblée de la SDN en septembre 1922, la CICI doit donner son avis sur la question d’une langue internationale auxiliaire en général et sur l’espéranto en particulier. En juillet 192370, Reynold et Bergson repoussent une résolution favorable à l’espéranto : le premier estime que la SDN « est incompétente pour se prononcer en faveur de telle ou telle langue » ; le second souligne que le moyen de rapprochement « le plus puissant peut-être de tous » est la langue, « car elle est imprégnée de l’esprit du peuple qui la parle », et que la SDN doit donc « pousser à l’étude des langues vivantes, et non pas à celle de la langue artificielle ». La CICI ne recommande donc pas une langue artificielle à l’attention de la SDN, à la satisfaction de la France, dès le début hostile à l’espéranto qui pourrait entamer le rayonnement de sa langue et donc son influence culturelle.

La création d’un Office international de renseignements universitaires

  • 71 UNESCO, Cici : A.31.1923.XII, A.66.1923.XII (C.573(I).1923.XII), A.102.1923.XII et A.135.1923.XII, (...)
  • 72 M.-R. Mouton, « Du "super-budget" au "super-État" ? une campagne française contre la SDN », dans En (...)

41En vue de faciliter et d’intensifier les relations interuniversitaires71, la CICI, lors de sa session de juillet-août 1923, propose la création d’un Office international de renseignements universitaires, mais avec le maximum de précautions pour permettre son adoption par les États membres de la SDN, puisque « conçu de telle manière que les universités, à plus forte raison les États, ne puissent craindre qu’il se mêle jamais de leur organisation intérieure » et ne devant entraîner que de faibles dépenses supplémentaires. Le Quai d’Orsay est d’abord réticent et demande à Hanotaux, représentant de la France au Conseil de la SDN, de « se prononcer contre cette proposition qui risque d’entraîner des dépenses dont la nécessité n’est pas démontrée ». Cette attitude, en retrait par rapport aux propositions de la CICI pourtant présidée par un Français, s’explique par deux raisons dont Gout informe Bergson. D’une part, il faut considérer « certaines appréhensions (...) dans les sphères gouvernementales françaises [où l’on craint] une tentative de mainmise par les internationaux sur les questions d’éducation » : on retrouve ici la méfiance d’Hanotaux – et du Quai d’Orsay en général – envers toute ingérence de la SDN dans les questions d’éducation, considérées comme le domaine réservé des États et ce, malgré le contrôle de la CICI par la France. D’autre part, il faut prendre en compte le « souci d’économie et de bonne gestion des finances de la Société (...), la Chambre des Députés et le Sénat [ayant] dans leurs commissions manifesté ce même souci et imposé au Gouvernement l’obligation de rechercher et de proposer à l’Assemblée de Genève toutes les compressions de dépenses possibles » : les difficultés financières de la France – la livre sterling, qui valait 25,25 francs en 1914, est passée à 75,73 francs en 1923 –, sont d’ailleurs utilisées par Poincaré pour imposer à l’Assemblée de la SDN, en septembre 1923, une réduction du budget de la SDN pour 192472.

42La France finit cependant par accepter la création de l’Office, grâce à l’action de Bergson et du ministère de l’Instruction publique, même si ce dernier ne consent à aider les pays où la vie intellectuelle est menacée qu’à certaines conditions : « que l’Allemagne ne peut pas être actuellement visée », « que cette entraide n’obligera pas la France à intervenir financièrement », « que la France reste entièrement juge de l’aide qui pourrait être donnée en nature ». De fait, Coville et Bergson font tous deux pression sur Gout pour inverser l’attitude du Quai d’Orsay. Coville souligne que, d’après Luchaire, on trouve « l’influence française trop dominante » à la CICI et explique que « pour réagir contre cette défiance la Commission paraît disposée à faire quelques concessions sur certains points » : tout en prenant ses précautions pour que l’Office projeté n’entame pas « l’autonomie des offices nationaux », il faut donc donner à Hanotaux des instructions plus conciliantes. De son côté, Bergson estime qu’il y va de « l’avenir et peut-être de l’existence même de la Commission » et que l’influence française au sein de la CICI passe par l’acceptation de l’Office, menaçant même de démissionner si la position française n’est pas modifiée, ce qui serait désastreux pour la France car « la Commission passerait sous l’influence anglaise qui là-bas est redoutable pour nous ». Ces arguments convainquent Gout et le Quai d’Orsay demande à son représentant à Genève d’appuyer, « aux moindres frais possibles », la création de l’Office. Le 27 septembre 1923, l’Assemblée de la SDN adopte donc une résolution autorisant la CICI à transformer son secrétariat en Office international de renseignements universitaires, « malgré une résistance scandinavo – britannique » – le délégué néo-zélandais aurait préféré « voir consacrer cet argent à la constitution d’un golf » ! Cet épisode montre la persistance de divergences entre le Quai d’Orsay et l’Instruction publique sur les limites du champ de la coopération intellectuelle : même dirigée par un Français, la CICI a du mal à se faire totalement accepter par un personnel diplomatique encore attaché à une diplomatie classique.

L’élargissement de la CICI

  • 73 UNESCO, Cici, C.570.M.224.1923.XII, b. 501.
  • 74 UNESCO, Cici : A.102.1923.XII et A.135.1923.XII, b. 493.
  • 75 MAE, Sdn 1843.

43Le débat qui s’engage au sujet des correspondants lors de la 2e session de la CICI73, en août 1923, pose le problème, déjà soulevé lors de la désignation du correspondant autrichien, de la représentativité de la CICI. De fait, le 27 septembre 1923, l’Assemblée de la SDN adopte une résolution74 priant le Conseil « d’examiner la possibilité d’augmenter le nombre des membres de la Commission en introduisant en même temps un système de roulement à déterminer ». La France craint évidemment l’élargissement de la CICI qui pourrait lui en faire perdre le contrôle. Les responsables français se concertent donc en prévision de la 3e session de la CICI qui doit se tenir à Paris en décembre 1923 et se prononcer notamment sur son élargissement, l’initiative venant une fois encore du ministère de l’Instruction publique puisque, le 16 novembre, Bérard adresse à Poincaré une lettre où il dresse le bilan – qu’il juge insuffisant – de l’action de la France à la CICI et indique les principes qui doivent inspirer les représentants français à Genève75. Bérard souligne d’abord les faiblesses du dispositif français, notamment les fréquentes absences de Marie Curie aux séances de la CICI, qui privent la France d’une voix bien utile, et l’impartialité imposée à Bergson par sa qualité de président, qui l’empêche de défendre ouvertement les intérêts français. Et il conclut avec quelque appréhension : « il ne faudrait pas que (...) certaines influences contraires à nos intérêts intellectuels et à notre expansion dans le monde prévalent dans la Commission ».

  • 76 MAE, Sdn 1844. Cf. aussi note de Gout, le même jour.

44Pour sauvegarder l’influence française à la CICI et dans « le double souci de seconder la politique extérieure du Gouvernement et de veiller sur le patrimoine et le prestige intellectuels de la France », Bérard soumet donc à Poincaré une batterie de propositions très offensives : « a) Prévoir et empêcher toute modification dans le recrutement de la Commission qui atténuerait encore le rôle de la France ; b) Faire connaître plus largement ce qui se fait en France ; c) S’opposer à toutes les discussions abstraites sur les grandes cultures intellectuelles, et notamment sur la germanique (...) ; d) Faire représenter plus largement la France et ses amis sûrs dans les sous-commissions, dans les enquêtes, dans tous les travaux faits en collaboration ; e) Définir et préciser par une entente préalable réfléchie et bien concertée l’attitude des représentants de la France (...) afin d’éviter les discordances entre les divers services (...) ; f) Encourager l’organisation d’une Commission nationale de coopération intellectuelle, mais à la condition que cette organisation n’échappe pas à l’action bienveillante, mais précise et prudente du Gouvernement ». Ainsi, Bérard souhaite que la France renforce son contrôle sur la CICI, notamment par la maîtrise de son recrutement, une meilleure concertation entre les différents représentants de la France (à la CICI, au Conseil et à l’Assemblée de la SDN) – donc entre les ministères de l’Instruction publique et des Affaires étrangères-, et la création d’une commission française de coopération intellectuelle, relais en apparence neutre entre les intellectuels français et la CICI, en fait largement inféodé au gouvernement et donc susceptible d’être un agent de sa politique et de pallier les absences de Marie Curie et la discrétion obligée de Bergson. Bref, il s’agit d’établir un dispositif de combat destiné à sauvegarder l’influence culturelle de la France mais aussi à servir les buts plus généraux de sa diplomatie qui, en cet automne 1923, doit résoudre le problème de son isolement consécutif à l’occupation de la Ruhr. De fait, dans sa réponse du 23 novembre, Poincaré, assailli par des problèmes plus urgents, renvoie la balle dans le camp de Bérard en soulignant que « c’est à (...) Luchaire, qu’il appartiendr[a] de surveiller les travaux du Secrétariat de la Commission », tout en assurant que le représentant de la France au Conseil de la SDN « donnera tout son appui, tant à M. Bergson qu’à M. Luchaire, pour défendre les intérêts français »76 .

  • 77 UNESCO, Cici, C.3.M.3.1924.XII, b. 501 et 555.

45Le 8 décembre, la CICI étudie la résolution votée par l’Assemblée de la SDN le 27 septembre et s’oppose à un élargissement de son recrutement et un changement de son mode de désignation77, avançant que son efficacité dépend non du nombre mais de la qualité de ses membres, que ce ne sont pas les nations mais les disciplines et les cultures qui sont représentées, enfin que toute augmentation du nombre de ses membres occasionnera des dépenses nouvelles qu’on n’est pas sûr de pouvoir couvrir. Tout au plus, le délégué anglais envisage l’adjonction d’un représentant de la culture germanique, mais en souhaitant qu’aucune « modification révolutionnaire ne [soit] apportée à la composition ni au fonctionnement de la Commission ». La plus grande fermeté vient du délégué américain, qui souligne que la transformation de la CICI en « une sorte de Congrès international » pourrait remettre en question la participation des États-Unis à ses travaux, montrant ainsi le souci des intellectuels américains de conserver à la CICI son caractère apolitique et confirmant la volonté des États-Unis de ne pas participer à la SDN, fût-ce par le biais d’un organisme technique. Finalement, en prévision de la session du Conseil de la SDN, la CICI adopte une série de vœux préconisant qu’elle « comprenne, autant que possible, des représentants des principales branches de l’activité intellectuelle et en même temps des représentants non pas des nationalités, mais des principaux groupes de culture », soulignant que « le système de roulement paraît peu compatible avec le principe de recrutement qui avait été admis à l’origine » et proposant « la nomination de plusieurs correspondants nouveaux » pour « éviter les compétitions, probablement nombreuses et vives, que pourrait provoquer [son] élargissement » et pour tenir compte de « l’étroitesse [de ses] ressources financières ».

  • 78 UNESCO, CICI, C.802.1923.XII, b. 499.

46Les raisons expliquant l’opposition générale à l’élargissement du recrutement de la CICI sont multiples : les grandes puissances européennes représentées à la Commission (France, Grande-Bretagne et Italie) veulent garder la direction de ses débats ; les puissances moyennes (Belgique, Espagne, Norvège et Pays-Bas) veulent conserver le privilège d’en faire partie ; les intellectuels présents, choisis en fonction de leurs mérites, veulent conserver leur liberté – pas toujours réelle – et éviter de devenir de simples exécutants de la politique culturelle de leur État – ce qui ne manquerait pas de se produire si les membres de la Commission étaient nommés en fonction de leur nationalité – ; enfin, la faiblesse des moyens financiers de la CICI, qui la conduit à quémander une aide auprès des gouvernements ou des particuliers, incite à la prudence devant tout ce qui augmenterait ses dépenses et mettrait peut-être en jeu sa survie même. Cependant, le point de vue français a encore prévalu : il est vrai que les vœux adoptés par la Commission ont été rédigés conjointement par Reynold, Luchaire, Bergson et Mme Curie, preuve que le camp français a jeté toutes ses forces dans la bataille, conformément aux directives très offensives contenues dans la lettre de Bérard du 16 novembre. De plus, la promesse de Poincaré, le 23 novembre, que le représentant français à Genève aiderait Bergson, ne reste pas lettre morte puisque, le 13 décembre, Hanotaux, s’appuyant sur les arguments contenus dans les vœux de la CICI, fait adopter par le Conseil de la SDN un rapport approuvant la résolution de l’Assemblée prévoyant « un appui moral et financier » des gouvernements aux commissions nationales mais ajournant toute modification du mode de recrutement de la CICI et toute augmentation du nombre de ses membres78. La France repousse donc une nouvelle fois une offensive qui aurait pu lui coûter le contrôle de la CICI et la priver d’un instrument de sa diplomatie.

  • 79 MAE, Sdn 1837 (corresp., 30 mai-17 juin 1924) / SDN, R 1029 (corresp., 16 avril-16 juin 1924)/UNESC (...)

47Dans un contexte diplomatique nouveau, la France doit cependant faire une concession et accepter la réintégration d’Einstein au sein de la CICI79, en grande partie sous la pression de l’Angleterre qui tente alors de profiter de la position de faiblesse de la France, consécutive à la crise du franc et à son isolement diplomatique après l’occupation de la Ruhr, pour ramener une présence allemande à la Commission. En effet, le 30 mai 1924, répondant à Murray qui lui demande de reconsidérer sa décision de démissionner de la CICI, Einstein admet que son geste a été dû « plutôt à un sentiment passager de découragement qu’à la raison » et, prenant en compte le nouveau contexte international déterminé par l’attitude apparemment plus conciliante et « la volonté de paix que la France a manifestée si clairement », se dit prêt à reprendre sa place au sein de la Commission. De plus, sous la pression anglaise, la réinsertion de l’Allemagne dans les relations culturelles internationales semble être en bonne voie puisqu’elle sera examinée par la CICI dans sa session de juillet 1924. Dans la mesure où l’influence de Luchaire, ouvert à l’égard de l’Allemagne, tend à se développer et où le Cartel des gauches, partisan d’une diplomatie plus conciliante, a gagné les élections le 11 mai, Bergson concède, le 12 juin, « que le Représentant de la France au Conseil ne peut s’opposer à ce que satisfaction soit donnée » à la demande d’Einstein. Il faut sans doute voir là non seulement la traduction du nouveau cours de la diplomatie française, soucieuse de donner des preuves de sa bonne volonté, mais aussi le souci de faire la part du feu : pour représenter l’Allemagne à la CICI, mieux vaut Einstein, très européen et pas antifrançais, que le correspondant autrichien de la Commission, auquel le Conseil de la SDN avait quasiment promis en 1923 un siège à la CICI en cas de vacance et qui est notoirement pangermaniste. De fait, le 16 juin 1924, le Conseil de la SDN décide de nommer membres de la Commission, dont l’effectif passe donc de 12 à 14, Einstein mais aussi l’Argentin Lugones. Cette nomination, motivée par le « grand nombre d’États d’Amérique latine qui sont membres de la Société des Nations », est appuyée par Bergson, qui « considère la nomination d’un membre latino-américain à la CICI comme indispensable », et par le Secrétariat de la SDN, qui estime que « le très profond intérêt montré par les pays sud-américains à l’égard du travail de la Commission semble leur donner droit à un représentant ». Là encore, la France, qui s’était opposée en décembre 1923 à tout élargissement de la CICI, a fait une concession mais elle ne perd pas totalement au change puisque les pays latins gagnent un siège et que Lugones est « un grand ami de la France ».

La création de la commission française de coopération intellectuelle

  • 80 MAE, Sdn 1839 (corresp., 21 novembre 1923-février 1924).

48La dernière manifestation de la volonté de la France d’assurer son contrôle sur la CICI apparaît nettement dans les conditions qui président à la création de la commission française de coopération intellectuelle80, demandée par Bérard en novembre 1923. Après que le Quai d’Orsay et l’Instruction publique ont réfléchi aux intellectuels français qui pourraient faire partie de cette commission, le processus de création de la commission française est lancé dès le mois de janvier 1924 par Bergson qui, rappellant les résolutions de l’Assemblée de la SDN de septembre 1923 concernant les commissions nationales, souligne « qu’il y a pour la France un grand intérêt, en même temps qu’une sorte d’obligation à constituer sans tarder un Comité National Français de Coopération Intellectuelle. Pour qu’elle conserve la grande influence qu’elle a exercée jusqu’à présent au sein de la [CICI], il importe désormais que ses représentants dans cette Commission ne figurent pas seulement à titre personnel, mais autorisés, des principales forces intellectuelles françaises ». D’ailleurs, son action est relayée par une démarche officielle du Secrétariat de la SDN qui, le 29 janvier 1924, prenant appui sur la résolution de l’Assemblée de la SDN du 27 septembre 1923 approuvée par le Conseil le 13 décembre et sur l’appel que Bergson vient d’adresser en faveur des commissions nationales, demande au gouvernement français de « bien vouloir donner son appui moral et financier » à la commission française de coopération intellectuelle qui vient de se constituer.

49En février 1924, Poincaré transmet à Bérard la demande du Secrétariat de la SDN en précisant que, « s’il convient de ne pas ménager à cette heureuse initiative tous les encouragements et les appuis du Gouvernement, il semble par contre bien difficile, dans les circonstances présentes, de contribuer financièrement à la constitution » d’une commission nationale. En effet, la contrainte financière bride la diplomatie française et se resserre depuis l’automne 1923, révélée par la dépréciation du franc qui, de 16,8 dollars en octobre 1923, bondit à 28,74 dollars le 8 mars 1924. Dès janvier 1924, Poincaré prend d’ailleurs des mesures draconiennes adoptées par la Chambre des députés en février : économies budgétaires et surtout augmentation de 20 % des impôts directs. De plus, la France négocie un emprunt auprès de la banque Morgan, qui lui sera accordé moyennant le vote des projets fiscaux par le Sénat et l’acceptation des conclusions de la commission Dawes sur les Réparations. Certes, la remontée du franc est spectaculaire dès la fin mars, mais la France doit désormais faire preuve de plus de souplesse dans sa politique extérieure. Si l’on ajoute à cela que le problème majeur de Poincaré est celui des Réparations, on comprend l’accueil réservé qu’il accorde à la demande du Secrétariat de la SDN. Cela n’empêche pas Bérard d’envoyer à Millerand, président de la République, un projet de décret portant création d’une véritable commission nationale – remplaçant le comité provisoire mis en place en 1923 – dans laquelle entreront des représentants non seulement des milieux intellectuels français mais aussi des ministères de l’Instruction publique et des Affaires étrangères. Ainsi, même si le rôle de la future commission française – établir une liaison régulière entre la CICI et les intellectuels français – semble devoir être neutre, sa composition montre qu’elle a une dimension politique grâce au contrôle que les deux ministères entendent exercer sur son activité. D’ailleurs, la lettre de Bérard accompagnant le projet de décret ne fait pas mystère de ces intentions puisqu’après avoir rappelé la faiblesse des moyens du comité actuel, elle rappelle que « les Gouvernements allemand et italien viennent de constituer par décret des Commissions nationales munies de larges moyens d’action. Il est nécessaire pour le prestige français d’envisager un organisme analogue ».

  • 81 UNESCO, Iici, A.III.8, b. 21.
  • 82 UNESCO, Iici, A.XI.17, b. 64.

50De fait, en janvier 1924, dans une « note sur le rôle du nouveau Comité national français de coopération intellectuelle »81 , Luchaire montre bien tout le profit que la France doit pouvoir tirer d’un tel organisme. En effet, la présence de Bergson à la tête de la CICI ne saurait suffire à garantir les intérêts français et « l’occasion est venue pour la France de faire un effort d’organisation qui la mette en mesure de tirer de l’activité de la [CICI] le bénéfice maximum. La création du Comité national est un pas dans cette voie ». En effet, ce comité ne doit pas se contenter « d’assurer la liaison entre la [CICI] et les institutions et milieux français de caractère intellectuel » ; il doit avoir « une autre fonction, encore plus importante. C’est lui qui peut servir à acheminer vers la France les projets d’organisation intellectuelle internationale qui pourraient être réalisés à Paris. C’est lui qui, au courant jour par jour des travaux de la [CICI], peut solliciter le Gouvernement et au besoin l’opinion publique pour que les interventions utiles se produisent pour cela en temps opportun. Étant un organisme français en quelque sorte affilié à la Société des Nations, c’est en son nom que certaines propositions peuvent être faites en risquant le moins de soulever des inquiétudes. Il importe donc tout d’abord que le Gouvernement français (...) dote sans tarder le Comité national des ressources nécessaires à son fonctionnement. Il importe surtout que le Comité soit mis en mesure de pratiquer l’hospitalité à l’égard des institutions intellectuelles internationales dont le siège n’est pas immuablement fixé ailleurs, ou, bien entendu qu’en dehors de lui une telle hospitalité puisse être offerte en toutes occasions ». Luchaire nourrit d’ailleurs de grandes ambitions pour la capitale française qui devrait posséder une « Maison des institutions et associations savantes internationales », un « Palais des Congrès » et une « Maison d’accueil des intellectuels étrangers »82 .

51Ainsi, loin d’envisager la participation de la France à la coopération intellectuelle internationale de manière désintéressée, Luchaire songe au bénéfice politique et au rayonnement culturel que la France pourra en retirer et veut donc utiliser le comité national français comme une arme supplémentaire, mais en ayant soin de prétendre agir dans l’intérêt de tous les pays : « l’expansion intellectuelle est devenue un des principaux articles du programme de politique extérieure de la France. (...) notre expansion sur ce terrain rencontre des obstacles de plus en plus grands, et assez rapidement sa limite absolue, si elle est poursuivie au nom des seuls intérêts français et pour notre seul bénéfice. Au contraire si la France, suivant une ancienne tradition, se présente comme la nation la mieux douée pour comprendre l’effort intellectuel de toutes les autres, pour servir de lieu de rencontre à leurs produits divers, les harmoniser en les mettant à la mesure de son génie et les faire passer ainsi transformés dans le patrimoine commun de l’humanité ; si la France s’organise, suivant des méthodes modernes et avec des moyens suffisants pour être le principal et le meilleur centre de coopération intellectuelle internationale, alors son influence n’aura pour ainsi dire plus de limites ». Luchaire énonce les principes d’une politique culturelle bien plus ambitieuse que l’action menée par Bérard depuis 1921 – à laquelle il a participé, avec son projet de Bureau des relations intellectuelles en 1920 et son action d’expert de la CICI depuis 1922 –, qui vise à accroître l’influence culturelle et donc politique de la France dans le monde en utilisant les armes de la diplomatie multilatérale que la création de la SDN suscite et qui trouvera son aboutissement dans l’offre française de créer l’Institut International de Coopération Intellectuelle, qui sera aussi une manière de tourner l’opposition anglaise à la politique menée par la France au sein de la CICI.

La grogne de l’Angleterre

  • 83 UNESCO, Iici, A.I.35 (projet de lettre de Reynold, 6 mars 1925), b. 5.

52L’un des points de friction au sein de la CICI entre la France et l’Angleterre concerne la place de l’Allemagne dans la coopération intellectuelle. En février 1924, cette opposition prend un tour plus vif après la parution dans le Times d’une lettre de Murray reprochant à la CICI de ne pas comprendre de membre allemand, de ne pas inclure l’Allemagne parmi les pays dont la vie intellectuelle doit être aidée et d’avoir porté préjudice au capital de confiance qu’on lui attribuait en échouant totalement à entrer en relation avec les milieux intellectuels allemands83. Les demandes anglaises de réintégration de l’Allemagne dans le concert des nations se font plus pressantes, en liaison avec les négociations du Plan Dawes et après l’aide financière accordée à l’Allemagne durant l’automne 1923, preuve supplémentaire que les questions intellectuelles sont liées à la situation politique générale : dans tous les domaines, il s’agit bien de freiner l’expansionnisme français en utilisant le contrepoids allemand.

  • 84 UNESCO, Iici, A.I.35, b. 5 / SDN : R 1034 et 1067. (mots soulignés dans le texte).

53Cette attaque implicite contre la France suscite une intense correspondance, tout au long de mars 1924, entre Bergson, Henri Bonnet, chef de cabinet d’Avenol au Secrétariat de la SDN, Reynold et Luchaire84, qui sont soucieux d’apaiser l’irritation du président de la CICI. En effet, Bergson retrouve des accents dignes de l’Union sacrée : « Mon devoir est de tenir compte de l’opinion française : je le dois comme Français, et c’est aussi l’intérêt absolu de notre Commission, car je ne pense pas qu’elle veuille rompre avec l’opinion française, avec la science française, enfin se passer de la coopération française. (...). (...) les Allemands font déjà partie de certaines commissions de la SDN. Sans aucun doute, mais ce sont des commissions techniques, s’occupant par exemple d’hygiène ou de chemins de fer : ce sont uniquement des choses qui entrent en ligne de compte, et non pas des personnes. (...). Il en est tout autrement de notre Commission. La Coopération intellectuelle est essentiellement un rapport entre des personnes : elle est impossible sans la confiance réciproque. C’est pourquoi le cas des Américains, quoiqu’ils ne fassent pas non plus partie de la SDN, n’a aucun rapport avec celui des Allemands ». Bergson veut donc répondre à Murray que, lorsque la CICI a été créée, « il n’était pas dans l’intention du Conseil [de la SDN], tout au moins des délégués français, qu’elle eût pour mission d’entrer en rapport avec les intellectuels de tous les États membres ou non de la Société des Nations ». On imagine sans peine le tollé général que la publication de tels propos provoquerait contre la France, dont les intérêts seraient atteints tant sur le plan politique, en renforçant son isolement face aux Anglo-Saxons pour le plus grand profit de l’Allemagne, que sur le plan purement intellectuel, en détournant de la Commission ces mêmes Anglo-Saxons avec pour conséquences d’amoindrir sa représentativité – donc son prestige – et de faire fuir d’éventuels donateurs. De fait, Drummond, qui désapprouve la démarche de Murray, « craint que l’opinion publique américaine ne cesse de donner son appui à la CICI si les accusations de M. Murray restaient sans réponse ou si une distinction de principe était faite par la Commission entre les pays membres ou non membres de la SDN ».

  • 85 B. Schroeder-Gudehus, op. cil., p. 185.
  • 86 UNESCO, Iici, A.I.35 (lettre de Luchaire à Reynold, 11 mars 1924), b. 5.

54Dans ces conditions, Bonnet et Reynold estiment plus habile de souligner la mauvaise volonté manifestée jusqu’ici par les intellectuels allemands à l’égard de la CICI, qui traduit le fait qu’en réponse à la quarantaine dans laquelle le CIR les a placées, les diverses organisations et institutions scientifiques allemandes « [se sont] donné la consigne d’ignorer les invitations venant de Genève. L’hostilité à la SDN – ce « Cartel des vainqueurs » – était très répandue dans l’opinion publique allemande (...). La « Coopération intellectuelle » était, de plus, considérée comme un véhicule de la politique culturelle française »85 . Bonnet et Reynold se doutent bien que l’acceptation d’une commission d’experts anglo-saxons par Poincaré fin novembre 1923, le soutien financier anglo-américain à l’Allemagne à l’automne 1923 et la crise du franc qui culmine précisément en mars 1924, ont considérablement affaibli la position de la France et ils envisagent donc dès maintenant le retour de l’Allemagne sur la scène internationale, non seulement sur le terrain strictement politique mais aussi sur le plan des relations intellectuelles. Mais ils estiment nécessaire d’attendre que la situation politique se détende et de ménager la susceptibilité française et ils veulent prouver que la France ne se considère pas propriétaire de la CICI et qu’elle est capable de bonne volonté face à l’Allemagne. Finalement, Luchaire86 obtient de Bergson qu’il fera, « le moment venu, les déclarations nécessaires en s’abstenant de toute polémique inutile » qui, étant donné la situation présente, « coûterait probablement la vie à la Commission ». Surtout, selon Luchaire, « la reprise des relations avec les intellectuels allemands et les intellectuels russes est désirable immédiatement. Mais il ne faut pas avoir Pair de céder aux injonctions des pacifistes anglais du genre Murray Rien de catastrophique ne peut se passer d’ici à la prochaine réunion plénière de la Commission et à la prochaine Assemblée. D’ici là, que les gens de bonne volonté travaillent dans la coulisse ; (...) je m’y emploie de toutes mes forces ; (...) tout cela sera réglé en juillet-août ». Ainsi, Luchaire apparaît plus conciliant que Bergson et estime inévitable la normalisation des rapports avec l’Allemagne, en raison de convictions situées plutôt à gauche et d’un sentiment européen avoué, mais aussi du nouvel environnement international, même si, par ailleurs, il ne perd pas de vue les intérêts français, préparant en sous-main la reconquête du terrain qu’il va falloir céder.

  • 87 SDN, R 1067 (lettre de Bergson à Oprescu, 26 octobre 1924).

55L’affaire est donc close mais n’est pas pour autant sans fondements ni conséquences. Certes, la manière dont Murray a fait connaître ses critiques envers la CICI a heurté un Bergson pénétré de l’importance de sa mission, menée au profit des intellectuels en général et de la France en particulier, et a donné au débat un tour un peu passionnel que son objet – l’attitude envers l’Allemagne – a encore accru. Mais les vraies raisons de cette polémique sont plus profondes. D’abord, d’un simple point de vue psychologique, elle trouve ses racines dans la rancune tenace et la méfiance presque irrationnelle de la France envers l’Allemagne puisque, cinq ans après la signature de la paix, cette dernière, pourtant ligotée par le traité de Versailles, fait encore peur, de sorte que tout ce qui pourrait la faire sortir de sa quarantaine suscite une opposition viscérale des Français : ainsi, encore en octobre 1924, Bergson refuse d’autoriser Oprescu, secrétaire de la CICI, à rencontrer le ministre allemand de l’Instruction publique pour engager un rapprochement entre les universités allemandes et l’Office de renseignements universitaires, prétextant que la CICI n’a « pas le droit (...) d’entrer en rapport direct avec aucun gouvernement, quel qu’il soit – à plus forte raison avec le gouvernement d’un État qui ne fait pas partie de la SDN »87. Ensuite, sur un plan plus politique, cette polémique s’explique par le nouveau contexte international dont l’occupation de la Ruhr a précipité la mise en place : en ce printemps 1924, la France se retrouve isolée face à une Allemagne appuyée désormais par des Anglo-Saxons irrités par l’expansionnisme français et désireux de hâter la reconstruction de l’Europe – qui exige le règlement du problème des Réparations – et affaiblie par une grave crise financière qui la fait dépendre de ces mêmes Anglo-Saxons. L’offensive lancée par Murray contre la CICI participe donc bien à l’entreprise de sape de l’influence française en Europe menée par Londres, également agacé de voir une institution internationale détournée au profit d’un seul pays. Comme sur les Réparations, la France doit donc réviser ses positions et il est révélateur que ce soit le point de vue de Luchaire, plus conciliant sur les moyens mais aussi ferme sur les buts, qui s’impose et non celui de Bergson – pourtant président de la CICI-, plus cassant et soucieux d’imposer de force la domination française : la politique de conciliation menée par Herriot à partir de l’été 1924 est déjà à l’œuvre dans le domaine de la coopération intellectuelle.

  • 88 C. Bekri, op. cit., p. 56-57.
  • 89 Ibid., p. 63.

56Ainsi, deux ans après sa création, le bilan de la CICI est loin d’être négligeable. D’abord, malgré son statut d’organe consultatif et provisoire et la baisse de ses crédits (150 000 francs-or en 1922 mais 88 000 francs-or en 192388), son existence n’est pas remise en cause. Ensuite, elle a à son actif la relance de la coopération intellectuelle dans de nombreux domaines (bibliographie, relations interuniversitaires, propriété intellectuelle), l’attention portée aux problèmes des États d’Europe centrale et orientale et la création de commissions nationales. Ce bilan honorable a été acquis grâce aux efforts de ses membres, mais aussi au soutien des États latins ou francophiles conduits par la France qui, après s’être inquiétée de la création de la CICI, a décidé de l’utiliser au mieux de ses intérêts : en confortant la mission de paix assignée à la SDN, la Commission travaille à la défense du statu quo territorial issu des traités de paix, tandis que, contrôlée par de nombreux membres amis, elle peut renforcer l’influence culturelle de la France. Mais l’activité de la CICI est contrariée par trois éléments : la faiblesse de ses moyens financiers – 0,4 % du budget de la SDN en 1924 – qui l’empêche de mener à bien bon nombre de ses projets ; la courte durée de son unique session annuelle qui ne permet pas à ses membres – par ailleurs occupés à leurs propres travaux – de suivre l’exécution de ses décisions ; enfin la méfiance des États anglo-saxons qui la considèrent toujours comme un « luxe qui [risque] de distraire l’organisation [la SDN] de son objectif principal, et de soustraire des fonds d’un budget déjà fort limité au profit d’un champ d’action non couvert par le Pacte »89 , et comme un vecteur de l’influence culturelle de la France. C’est précisément pour contourner ces trois obstacles que la France propose en 1924 la création de l’Institut International de Coopération Intellectuelle.

La difficile fondation de l’IICI (1924-1926)

De l’offre française de créer l’IICI à son adoption par la SDN (juillet-décembre 1924)

L’initiative française (juillet 1924)

  • 90 UNESCO, Cici, A.20.1924.XII, b. 493.
  • 91 MAE, Sdn 1839 (C.L.20(a).1924.XII, annexe III).
  • 92 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 134-159.

57Le 24 juillet 192490, François-Albert, ministre de l’Instruction publique du gouvernement formé par Édouard Herriot à la suite de la victoire électorale du Cartel des gauches le 11 mai 1924, informe Bergson, président de la CICI, que la France offre de créer, subventionner et entretenir à Paris un Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI). En effet, en réponse à l’appel lancé par Bergson en janvier 1924 en faveur des commissions nationales91, la France offre à la CICI les moyens matériels nécessaires à la poursuite de son action. Mais la France cherche aussi à accroître son influence, révélant ainsi l’importance de l’année 1924 dans les relations internationales et dans l’évolution de la diplomatie française92.

58À l’évidence, l’offre de créer l’IICI représente une rupture dans l’attitude française envers la SDN et la CICI par rapport aux réticences de Briand en 1921, de Poincaré en 1922 et 1923, et plus généralement du Quai d’Orsay, à engager – comme le réclame l’Instruction publique – la France dans la coopération intellectuelle, perçue jusque-là comme trop internationaliste – donc nuisible aux intérêts français –, coûteuse et finalement secondaire au regard des autres problèmes – notamment celui des Réparations. D’ailleurs, plus généralement, jusqu’en 1924 la France ne fait pas montre d’une grande considération envers la SDN et reste fidèle à une diplomatie plus classique, comme le révèle l’occupation de la Ruhr en 1923. Dans ces conditions, l’évolution de la position française est très perceptible dans la lettre de François-Albert, qui constitue une véritable profession de foi en faveur de la SDN : affirmant qu’« une collaboration largement organisée entre les nations pour le progrès du savoir et de l’intelligence implique nécessairement un rapprochement des esprits, et que le rapprochement des esprits est la première condition de la concorde et de la paix entre les hommes », le gouvernement français, par son offre, veut « prouver d’une façon précise et pratique son attachement profond aux principes que représente la Société des Nations, son désir ardent de contribuer avec elle et par elle, à la paix du monde ». De fait, conformément au statut de la CICI, qui est un organisme dépendant du Conseil de la SDN, l’offre française est faite « par l’intermédiaire de la SDN » ; de plus, pour démontrer le désintéressement de la France, François-Albert demande à Bergson « d’établir pour elle [la CICI], en [sa] qualité de membre français, et de lui soumettre le plan d’organisation de la future institution. Ce plan devra répondre aux besoins essentiels de la cause que [la CICI] soutient (...). (...) la future institution sera l’instrument d’action de [la] Commission ; il lui appartiendra de la diriger ; il lui appartient d’en arrêter le plan ».

  • 93 UNESCO, Iici, A.I.9 (note, sans doute de Luchaire, sur l’offre française), b. 2.

59De fait, la France a changé de stratégie à l’égard de la SDN93 : « L’offre faite par le Gouvernement français en 1924 de créer et entretenir à ses frais à Paris [l’IICI] est une conséquence directe et immédiate de la nouvelle orientation politique française, déterminée par les élections du 11 mai de la même année. Depuis cette date, le nouveau Gouvernement français a fondé une nouvelle méthode politique qui consiste à chercher les moyens d’établir la paix européenne, beaucoup moins par la revendication des intérêts nationaux français que par l’élaboration d’une sorte de constitution européenne » : « il s’est montré disposé à consentir le maximum de concessions en faveur du rapprochement international ; et, en particulier, le rapprochement entre les États anciennement ennemis est devenu un des objets de sa politique. Dans ces conditions, (...) le Gouvernement français, qui sait que la France a besoin d’une forte influence morale dans le monde et qui recherche légitimement à accroître cette influence, a renoncé de rechercher la poursuite de cet avantage dans une forte organisation de propagande : il croit qu’il se la procurera beaucoup plus aisément, en collaborant loyalement à l’établissement d’une solide entente entre les peuples et en prenant, toutes les fois qu’il en aura l’occasion, l’initiative des moyens de réaliser cette entente. Tel est l’avantage moral que le Gouvernement français a cherché, en offrant la création de l’[IICI]. (...). En faisant un sacrifice financier assez méritoire dans les circonstances actuelles, il n’a pas demandé d’autres bénéfices particuliers que de voir le siège du futur Institut international établi à Paris. Il a offert spontanément à la [SDN] les garanties les plus fortes de l’internationalité du futur Institut, puisqu’il a déclaré ne vouloir garder aucune part privilégiée dans son administration : c’est la [CICI] qui gérera les fonds mis par le Gouvernement français à la disposition de la [SDN], et qui nommera le personnel qu’elle choisira dans toutes les nations à sa convenance. L’Institut sera un organe auxiliaire de la [SDN], situé hors de Genève, mais ne dépendant que de la [SDN], régi par un règlement analogue à celui du secrétariat du [BIT] et absolument indépendant de tout Gouvernement. Il a été entendu, dans les délibérations qui ont suivi à Genève l’offre du Gouvernement français, que dans l’œuvre d’organisation intellectuelle, à laquelle devait travailler le nouvel Institut, toutes les nations seraient admises à égalité, pourvu qu’elles en fissent la demande, sans distinction entre celles qui font partie ou non de la [SDN] ».

60Assurément, l’offre française de créer l’IICI s’intègre bien dans la diplomatie menée par Herriot pendant l’été 1924. Le gouvernement du Cartel des gauches, dominé par les radicaux et soutenu par les socialistes, tous sensibles à l’évolution pacifiste des esprits, abandonne la politique intransigeante du Bloc national, qui a abouti à l’isolement international de la France sans pour autant régler le problème des Réparations, et inaugure une politique de conciliation dont les objectifs sont tous remplis par l’offre de créer l’IICI. D’abord, cette politique étrangère de gauche permet de souder au sein du Cartel les radicaux et les socialistes, par ailleurs divisés sur les questions économiques et sociales. Ensuite, il s’agit de reprendre l’initiative diplomatique en confirmant le changement d’état d’esprit des dirigeants français et en donnant une image autre que celle, militariste et impérialiste, laissée par l’occupation de la Ruhr, pour renouer avec les Anglo-Saxons dont la France a besoin – la Grande-Bretagne sur le plan de la sécurité, les États-Unis sur le plan financier, les deux pour la couverture de l’emprunt international prévu par le plan Dawes, condition de la reprise du paiement des Réparations par l’Allemagne – : dans cette optique, l’acceptation du Plan Dawes, qui prévoit l’évacuation de la Ruhr dans un délai d’un an, et l’offre de créer l’IICI sont deux aspects de la bonne volonté désormais affichée par la France. Et le fait d’insister sur le caractère international et indépendant des États qu’aura l’IICI et sur l’admission de tous les pays, membres ou pas de la SDN – précision visant l’Allemagne, mais aussi les États-Unis, qu’on espère peut-être faire entrer à la SDN par ce biais – prouve le revirement de la France qui, jusque-là hostile à tout élargissement de la CICI susceptible de contrarier son action, semble alors adopter la ligne définie par Luchaire en mars 1924. Enfin, l’initiative française apparaît comme l’une des premières manifestations de « l’esprit de Genève », précédant le soutien d’Herriot au Protocole de Genève en septembre 1924 : en adhérant à l’internationalisme wilsonien cher aux socialistes tout en conservant le souci de sécurité de la France auquel veillent les radicaux, en jouant la carte de la SDN et en abandonnant la politique d’exécution de Poincaré, Herriot cherche encore à renforcer son crédit auprès des Anglo-Saxons, à favoriser l’acceptation volontaire par l’Allemagne du nouvel ordre international et à consolider la paix.

  • 94 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 140.

61Pour autant, la rupture que représente l’initiative de la France semble concerner surtout les méthodes de sa diplomatie, le but restant largement identique. En d’autres termes, l’offre française n’est pas totalement désintéressée et ne signifie pas l’abandon définitif d’ambitions strictement nationales car la France recherche aussi le renforcement de son influence morale, donc politique, susceptible d’assurer sa sécurité et d’éviter son isolement en Europe. De fait, Herriot a intérêt à revitaliser une SDN qui « peut offrir deux vastes possibilités à la France : la garantie de ses frontières, à condition que le Pacte de la SDN soit réformé ; et la meilleure scène où elle puisse jouer son rôle de grande puissance, championne du nouveau pacifisme ambiant »94 . La sécurité de la France reste bien le but essentiel de la diplomatie d’Herriot mais ce dernier espère y parvenir en utilisant des moyens moins brutaux que ceux de Poincaré : la France troque sa panoplie militaire et financière contre son habit culturel, confirmant ainsi que la culture est devenue une des armes de sa diplomatie. Il est vrai que la France a de solides positions dans ce domaine, grâce au prestige mondial de sa culture et à son action depuis 1922 au sein de la CICI, dont l’offre de créer l’IICI doit être le prolongement naturel ; à cet égard, il n’est pas étonnant que le ministère de l’Instruction publique, qui n’a cessé d’engager le Quai d’Orsay à faire fructifier le capital intellectuel de la France depuis 1920, soit à l’origine du projet français. Dans le milieu des décideurs, l’initiative française marque la victoire de ceux qui pensent que la culture est un instrument à part entière de la diplomatie d’un pays au détriment des diplomates traditionnels – comme Hanotaux – pour qui elle est un genre mineur des relations extérieures.

62De fait, la paternité de l’offre française ne semble pas revenir réellement, et du moins en priorité, à François-Albert, ministre de l’Instruction publique depuis moins de trois mois quand il écrit à Bergson, même si ce jeune (47 ans) sénateur radical – socialiste, normalien, agrégé de lettres, professeur à l’Université de Paris et collaborateur de nombreux journaux radicaux, s’y reconnaît sans mal. Il faut plutôt rechercher l’origine du projet parmi les hauts fonctionnaires du ministère de l’Instruction publique, et notamment s’adresser à Julien Luchaire – que François-Albert, d’un an son cadet, a d’ailleurs croisé à l’École normale supérieure –, de plus en plus présent depuis le début de l’année 1924, comme l’a montré son rôle pour désamorcer la polémique suscitée par l’article de Murray sur la CICI en mars 1924.

63À 48 ans, Julien Luchaire a déjà effectué un brillant parcours : fils du médiéviste Achille Luchaire, il a été normalien (1894-1897), agrégé de grammaire (1897), professeur à l’Université de Paris (1906), directeur de l’Institut de Florence (1908-1918), directeur du département de l’éducation au ministère des Colonies (1919), inspecteur général de l’Instruction publique (1920), enfin expert de la CICI (1922) et membre de la commission française de coopération intellectuelle (1923). Sa carrière universitaire et les postes officiels qu’il a occupés lui ont donné une bonne connaissance des milieux intellectuels européens qui a certainement contribué à le faire nommer expert de la CICI, dont il a été un des initiateurs avec son projet de Bureau international des relations intellectuelles et de l’éducation présenté en 1920. À ce poste, il a utilement secondé Bergson en s’opposant, avec Reynold, à toute dérive internationaliste de la Commission. Mais, comme l’a montré son attitude en mars 1924, il a compris, plus vite que Bergson, que la France ne pouvait plus s’approprier la CICI et qu’elle devait faire des concessions, notamment en s’ouvrant aux intellectuels allemands. Et, comme Herriot, il a décidé de prendre l’initiative, pour ne pas paraître céder à la pression des Anglo-Saxons et pour sembler participer volontairement aux mutations en cours, en ne perdant jamais de vue les intérêts français, comme l’a révélé sa note de janvier 1924 sur le nouveau comité français de coopération intellectuelle.

  • 95 UNESCO, Iici, A.I.9, b. 2.

64De fait, deux indices montrent qu’il est le vrai père du projet français de créer l’IICI. D’abord une lettre à Coville le 9 janvier 192495 : « [Bergson et moi] nous préoccupons maintenant, après avoir été très « internationaux » au début (et il le fallait), d’attirer doucement vers Paris, dans la mesure du possible, une bonne partie de l’activité de la [CICI], et surtout les organismes stables qu’elle créera ou patronnera. (...). Il y a des susceptibilités à ménager ; mais la valeur de Paris comme centre intellectuel est si grande que les objections pourraient être levées, si nous proposions un plan séduisant, avantageux matériellement, et tel qu’il ménageât les craintes des autres nations, d’un accaparement d’une affaire internationale par la France. Le plan le meilleur serait à notre avis celui-ci. Le Gouvernement français mettrait à la disposition de la Société des Nations un local dans Paris, pour y installer les services et institutions d’ordre intellectuel qu’elle jugerait bon d’y mettre. Il devrait affecter au fonctionnement de ces services une contribution spéciale, à titre de don. Il s’agit donc d’un gros effort ; mais le résultat en serait considérable. (...). Et il ne faudrait pas trop tarder ; sinon les habitudes se prendraient à Genève ; les institutions existant et fonctionnant seraient beaucoup plus difficiles à déplacer ».

  • 96 F. Sereni, « La Cité internationale universitaire de Paris, 1925-1950. De la SDN à la construction (...)

65Ainsi, le plan exposé par Luchaire préfigure exactement l’offre faite, en juillet 1924, à Bergson par François-Albert et permet d’affirmer que ce dernier n’est que l’exécutant d’une politique déjà mise au point mais dont l’application a été sans doute retardée par son caractère non prioritaire aux yeux de Poincaré, tout entier absorbé par le problème des Réparations et par les difficultés financières traversées par la France pendant l’hiver 1924. Ces difficultés ne sont d’ailleurs pas finies en juillet 1924 et on imagine mal la France offrir de subventionner un organisme sans chercher à en tirer profit. Ainsi, l’offre de la France de créer l’IICI n’est pas désintéressée et vise à renforcer son rayonnement culturel et politique, même accommodé à la sauce genevoise, semblant annoncer en 1924 l’émergence d’une véritable politique culturelle de la France qui cherche à faire fructifier son capital intellectuel sans pour autant être agressive – d’où le patronage de la SDN –, concrétisée au même moment par la création de la Cité Universitaire à Paris96.

  • 97 J. Luchaire, « L’organisation du futur IICI », conférence du 24 novembre 1924.

66Bergson lui-même confirme que Luchaire est bien l’inspirateur de l’offre française : « [Luchaire] a été le premier à connaître l’intention du Gouvernement français. Quand cette intention eut été annoncée à la Commission (...), quand la Commission eut nommé une sous-commission pour esquisser le plan du futur Institut, M. Luchaire, expert de cette sous-commission, apporta aussitôt, tout prêt, un projet si bien conçu qu’on put l’adopter sans grand changement »97 . De fait, Luchaire concilie aisément son désir d’expert de la CICI de voir celle-ci disposer d’un instrument efficace et son souci de haut fonctionnaire français d’accroître l’influence culturelle de son pays.

  • 98 SDN, R 1031 (CICI.13).

67Cependant, le projet de Luchaire, annoncé par ses initiatives antérieures, est largement inspiré par une proposition, formulée en juillet 1922 par le Belge Destrée98, de créer un Centre intellectuel international, « centre permanent, organisme d’études, de recherches et d’exécution, doté d’un budget sérieux », destiné à éviter que les délibérations de la CICI restent « stériles et uniquement décoratives », en relation avec les États et les commissions nationales, qui « n’aurait pas à se substituer aux organismes nationaux ou internationaux déjà existants, mais à réclamer leur collaboration et à coordonner leur activité », et qui soumettrait à la SDN « des projets de résolution ou d’accords internationaux dans le domaine des sciences, des lettres et des arts ». La seule différence avec le projet de Luchaire réside dans le fait que Destrée envisage de voir ce Centre siéger à Bruxelles, « du fait que dans cette ville existent déjà des organismes internationaux dont on pourrait demander la collaboration », référence évidente à l’UAI. Luchaire partage donc la paternité de l’IICI avec Destrée mais a su faire preuve de plus d’opportunisme, ce qui aide à comprendre pourquoi l’initiative française est mal reçue par certains milieux intellectuels belges en 1924.

La réception de l’offre française (juillet-août 1924)

  • 99 MAE, Sdn 1854 (lettre d’Herbette à Herriot, 21 août 1924).
  • 100 UNESCO, Cici, A.20.1924.XII, b. 493.

68En France, l’offre de François-Albert passe presque inaperçue dans la presse, l’actualité étrangère étant dominée par la conférence de Londres sur les Réparations, qui paraît autrement plus importante qu’un vague projet touchant un domaine réservé encore largement à des milieux intellectuels restreints. À l’étranger, les réactions belges sont négatives99 : certains milieux intellectuels belges gravitant autour de Lafontaine et Otlet accusent la France d’avoir voulu supplanter la Belgique comme centre européen de la coopération intellectuelle et réclament donc la présence du futur Institut à Bruxelles, qui abrite déjà le Conseil international de recherches, l’Union académique internationale et l’Institut international de bibliographie, ce dernier venant d’ailleurs de faire l’objet en juillet 1924 de la part de la CICI d’un projet de convention avec la SDN qui doit lui permettre d’obtenir le patronage de Genève, l’aide et le contrôle de la Commission, et le vote d’une subvention annuelle par l’Assemblée de la SDN100. Même si la polémique s’apaise après l’intervention de Destrée – qui pense sans doute que son idée a plus de chances d’aboutir si elle est portée par une grande puissance comme la France –, elle révèle néanmoins le dépit d’une puissance de second ordre, qui avait pris de l’avance dans le domaine de la coopération intellectuelle internationale grâce à l’activité déjà ancienne de Lafontaine et Otlet, envers l’attitude, jugée arrogante, de la France.

  • 101 Ibid.
  • 102 J. Luchaire, op. cit., p. 16 (intervention de Bergson).
  • 103 UNESCO, Iici, A.I.9 (lettre de Luchaire à Mantoux), b. 2.

69Au sein de la CICI101, la lecture par Bergson de la lettre de François-Albert suscite d’abord une réaction spontanée très positive : « surprise d’abord, émotion croissante ; finalement, les applaudissements éclatèrent.[...]. Tel fut le premier mouvement. Vinrent ensuite, il est vrai, des réserves »102. En effet, on distingue très vite deux types de réaction. Certains membres, pour la plupart issus de pays latins ou francophiles (l’Italien Ruffini, l’Argentin Lugones, le Néerlandais Lorentz, le Suisse Reynold et le Belge Destrée), remercient chaudement la France pour son offre généreuse et désintéressée, dont ils espèrent qu’elle sera imitée par d’autres États. D’autres membres (le Britannique Murray, l’Américain Millikan, le suppléant de la Norvégienne Bonnevie et Einstein) sont plus réservés : ils rappellent froidement que, conformément à ses statuts, la CICI doit soumettre cette proposition au Conseil de la SDN et craignent même que l’offre française n’ait « pour conséquence le transfert d’une partie des activités de la Société des Nations de Genève à Paris », qui empêcherait la CICI « d’atteindre les buts élevés qu’elle poursuit », Einstein rappelant que « beaucoup de personnes en Allemagne se méfient de la [SDN] ». Évidemment, le groupe anglo-saxon et Scandinave se soucie de préserver le caractère international de la CICI et doute du désintéressement de la France, malgré les assurances données par Reynold, Destrée, Bergson et Luchaire, lequel – après s’être concerté avec Avenol et Henri Bonnet pour donner à la proposition française, « grandement avantageuse à la fois à la SDN et à la France », « la forme convenable » – va même jusqu’à présenter le futur Institut comme « une maison de travail internationale et autonome » à la disposition de la CICI, devant être située « en dehors de Paris (...) dans la verdure »103 (!).

  • 104 UNESCO, Cici : A.20.1924.XII, b. 493 ; CICI.123, b. 569.

70De fait, Luchaire joue un rôle de plus en plus important puisque le rapport que la CICI transmet au Conseil de la SDN le 29 juillet reprend pour l’essentiel un projet qu’il a préparé104. Sur le plan technique, ce projet révèle une fois de plus la continuité de vues de Luchaire en ce qui concerne l’organisation de la coopération intellectuelle internationale puisque, tout en s’inspirant des propositions énoncées par Destrée en 1922, le plan du futur Institut – dont les structures épousent celles de la CICI – rappelle son projet de Bureau des relations intellectuelles et de l’éducation. Mais l’aspect politique du projet de Luchaire n’est pas moins important. Il souligne avec beaucoup d’insistance le caractère vraiment international du futur Institut, condition de son rayonnement et de son efficacité, pour éviter l’écueil anglo-saxon et Scandinave et en raison de ses sentiments européens. Il assure même que la localisation de l’Institut à Paris ne doit pas faire craindre son accaparement par la France : au contraire, à partir du moment où elle n’entraînera pas le départ de la CICI de Genève, elle sera la traduction concrète du caractère universel de la Commission, l’IICI constituant le premier élément d’un réseau d’organismes similaires qui lui seront tous reliés et que Luchaire appelle de ses vœux. De plus, d’autres États que la France pourront subventionner l’Institut, garantissant donc ainsi davantage son indépendance envers les autorités françaises. Enfin, la relative autonomie dont l’Institut pourra jouir à Paris, loin de Genève, non seulement n’en fera pas une forteresse française, mais au contraire permettra de dépasser les blocages institutionnels et surtout psychologiques qui ont jusqu’à présent empêché le véritable élargissement de la CICI, en rendant possible la participation de tous les États – y compris de ceux qui ne font pas partie de la SDN, et sur un pied d’égalité – à l’œuvre de la coopération intellectuelle, un peu comme si la CICI, dirigée par un Bergson trop patriote, trop intransigeant face aux Anglo-Saxons et surtout à l’Allemagne, bref trop poincariste, était court-circuitée par un Institut enregistrant, mais aussi concrétisant, les changements diplomatiques intervenus dans l’été 1924.

71Ainsi, Luchaire – et Herriot derrière lui – donne une preuve de la bonne volonté de la France et du nouveau cours de sa diplomatie depuis l’arrivée au pouvoir du Cartel, en essayant d’amarrer à la SDN non seulement les Anglais et les Américains – pour éviter l’isolement de la France – mais aussi les Allemands – pour garantir la sécurité de la France par une adhésion aux principes wilsoniens –, et à cet égard, la probable et souhaitable participation de l’Allemagne à l’IICI annonce son entrée à la SDN en septembre 1926, l’Institut étant donc une sorte de laboratoire de la diplomatie française. Cette impression semble renforcée par deux éléments. D’une part, dans son projet, Luchaire prévoit que tous les États pourront être représentés au sein du personnel de l’Institut : c’est vouloir faire de ce dernier un organisme vraiment international, ce que n’est pas la CICI, dont les membres ne sont pas nommés en fonction de leur nationalité. Mais précisément, la France tirera bénéfice d’un organisme international qui pourra être plus représentatif que la CICI et la SDN elle-même. D’ailleurs, sur un plan strictement technique, tout en justifiant l’extension du programme de l’Institut par la faiblesse des moyens financiers de la CICI et tout en précisant qu’il n’empiétera pas sur l’action des institutions internationales existantes – il faut rassurer l’UAI –, Luchaire envisage la création d’un Institut très ambitieux, voué à être le centre de la vie intellectuelle mondiale, au détriment de la fluette Commission. Finalement, et sans pouvoir l’avouer, Luchaire pense sans doute que la CICI n’est plus adaptée à la nouvelle situation politique et que, faute de pouvoir la modifier, il convient de lui adjoindre un organisme apparemment plus international mais qui, par sa localisation, ne pourra échapper au contrôle de la France, tout en prenant soin de présenter son action comme exclusivement vouée aux intérêts de la Commission. À charge pour la France de convaincre le Conseil et l’Assemblée de la SDN auxquels la CICI soumet son offre.

La SDN adopte l’offre française (août-décembre 1924)

L’accord du Conseil de la SDN (août-septembre 1924)

  • 105 MAE, Sdn 1854 (lettre de Drummond à Herriot, 23 août 1924) / UNESCO, Cici, C.418.1924.XII, b. 499.
  • 106 MAE, Sdn 1854.
  • 107 UNESCO, Iici, A.I.9 (lettre de François-Albert à Herriot, août 1924), b. 2.

72En prévision de la séance du Conseil de la SDN qui doit se prononcer sur l’offre française105, les responsables français précisent leurs positions. D’une part, en soumettant à Herriot le projet de rapport du représentant de la France au Conseil, le Quai d’Orsay demande si ce dernier « peut faire état (...) de l’assurance d’une contribution financière dont l’offre n’est faite que sous réserve d’un vote favorable des Chambres françaises, d’autant que ce vote devra être obtenu chaque année pour assurer le fonctionnement constant de l’Institut »106. En effet, l’offre française de créer l’IICI devra être soumise à l’approbation du Parlement qui, en des temps financièrement difficiles, n’est pas forcément acquise. En deuxième lieu, François-Albert fait part de ses observations à Herriot dans une lettre visant à donner des armes au représentant français au Conseil de la SDN pour défendre son projet107.

  • 108 UNESCO, Cici, A.64.1924.XII [C.447(I).1924.XII], b. 493.

73En effet, rappelant que « certains membres [de la CICI] ont exprimé le doute que, le futur Institut devant être établi à Paris, l’influence française dans l’organisation intellectuelle internationale ne fût excessive », François-Albert estime que le représentant français devra prouver le désintéressement absolu de la France, condition de l’approbation du Conseil, grâce à trois types d’arguments : technique, en rappelant que l’offre française a été déterminée par « les déclarations faites à plusieurs reprises par la Commission elle-même qu’elle se trouvait dans un grand embarras pour poursuivre utilement ses travaux, faute de personnel et d’argent » et en déclarant que la France serait heureuse de voir son exemple suivi par d’autres nations ; politique, en soulignant « la plus sincère volonté [de la France] de contribuer à l’entente entre les peuples » et « les preuves de désintéressement et d’esprit international que la politique française donne en ce moment même sur d’autres terrains » – l’acceptation du Plan Dawes lors de la conférence de Londres en juillet-août- ; financier enfin, en insistant sur « l’important sacrifice d’argent » consenti par la France et sur le fait que « nous ne demandons, pour l’Institut projeté, aucune convention internationale par laquelle les autres États se trouveraient amenés à sanctionner même l’apparence d’un privilège à la France, ni d’ailleurs obligés à aucune contribution financière. Nous ne demandons pas non plus que la responsabilité financière de la [SDN] (...) soit engagée d’aucune façon ». D’ailleurs, en ce qui concerne la forme juridique du futur Institut qui soit susceptible de garantir son caractère international, François-Albert suggère que « le Gouvernement français propose et le Conseil et l’Assemblée acceptent que la [CICI] fonctionne comme Conseil d’Administration du futur Institut. À ce titre elle l’administre et le dirige, en établit le budget annuel sur les bases de la subvention versée par le Gouvernement français, nomme les fonctionnaires et contrôle leur gestion ». La France ne renonce cependant pas à tirer avantage de son initiative : « la France a besoin que grandisse dans le monde la place accordée à l’activité intellectuelle, et que s’accroisse la production et les échanges en matière scientifique, artistique, littéraire. Sa position est telle sur ce terrain que pour ainsi dire automatiquement elle profite, plus que toutes les autres nations, de tous les progrès accomplis dans la voie de l’organisation internationale. A plus forte raison il en sera ainsi si elle a su se placer au centre de cette organisation. (...) en cette affaire, notre intérêt national coïncide exactement avec les plus hauts intérêts de l’humanité ». Ainsi, la France, qui a renoncé à l’usage de la force pour défendre le traité de Versailles en souscrivant aux accords de Londres et qui est handicapée par ses défaillances monétaires, entend désormais se servir de l’arme culturelle. De fait, le 9 septembre, le rapport d’Henry de Jouvenel au Conseil de la SDN reprend les arguments de François-Albert, assurant notamment que la France respectera les prérogatives de la CICI, donc du Conseil de la SDN108.

  • 109 MAE, Sdn 1854 (note de Clauzel à Herriot, 12 septembre 1924).
  • 110 SDN, R 1070.
  • 111 MAE, Sdn 1854 (corresp., 2-9 septembre 1924) / UNESCO, Cici, A.66.1924.XII [C.448(1).1924.XII], b. (...)

74Toutes ces précautions ne suffisent cependant pas, car l’offre française est ajournée lors de la séance du Conseil de la SDN du 30 août « à la suite d’objections anglaises et suédoises » et alors que Hymans, le délégué belge, est « préoccupé des relations du futur Institut et des institutions internationales existant à Bruxelles »109. Il est vrai que le 3 septembre Lafontaine et Otlet ont demandé au Conseil de la SDN d’adopter une démarche prudente et de « tenir compte des réalisations et des desseins des Associations internationales » groupées dans l’UAI, en soulignant que « toute création par la SDN d’un organisme, tel que le propose maintenant le Gouvernement français, engage l’avenir [et] implique des décisions sur au moins quatre points : statut organique de l’institution, sort réservé aux institutions et œuvres existantes, appel à la collaboration des pays ne faisant pas partie de la SDN et en premier lieu des États-Unis d’Amérique, siège de l’institution »110. La session tenue par le Conseil de la SDN le 9 septembre111 est donc l’occasion d’un marchandage pour empêcher la Belgique de rejoindre le bloc anglo-scandinave. D’une part, Jouvenel présente un projet de résolution, « préparé d’accord avec Hymans », proposant au Conseil d’accepter l’offre du gouvernement français, mais sous réserve de l’examen par l’Assemblée de certains points qui renvoient aux doléances de l’UAI : « Attributions du nouvel Institut », « Conditions administratives et juridiques de son fonctionnement » et surtout « Relations entre l’Institut projeté et les Institutions internationales existantes, d’ordre intellectuel, telles que l’Union des Associations internationales, l’Office international de bibliographie, le Conseil international de recherches, l’Union académique internationale, dont le siège est à Bruxelles et dont il importe de maintenir l’autonomie ». D’autre part, Jouvenel souligne, l’intérêt du projet de convention entre la SDN et l’Institut international de bibliographie.

  • 112 UNESCO, Cici, A.65.1924.XII, boîte 493 / MAE, Sdn 1854 (note de Clauzel à Herriot, 12 septembre 192 (...)
  • 113 MAE, Sdn 1854 (lettre du chargé d’affaires français à Bruxelles, 11 septembre 1924).

75La stratégie française s’avère finalement payante112. Certes, le projet de convention entre la SDN et l’Institut international de bibliographie n’est accepté que du bout des lèvres par le Conseil : malgré le rapport favorable de Jouvenel, précisant qu’il n’engage pas automatiquement la SDN au point de vue financier et qu’il assure le contrôle de l’Institut par la CICI, Hymans se heurte à l’opposition du délégué britannique, qui craint « que ce projet n’entraîne des dépenses à la charge de la [SDN] » et qui obtient que « le Conseil approuve en principe le projet d’accord (...) sous réserve de la question des subventions financières, et le renvoie à l’Assemblée ». Par contre, le Conseil adopte à l’unanimité le projet de résolution sur l’offre française de créer l’IICI soumis par Jouvenel, qui a confirmé son utilité, son caractère désintéressé et international. Il est vrai que le nouveau climat international redonne un certain lustre à la SDN, qui accueille d’ailleurs pour la première fois les chefs de gouvernement français et anglais : au moment où Herriot et Mac Donald semblent s’entendre pour donner plus d’efficacité politique à la SDN, la Grande-Bretagne ne peut empêcher un approfondissement de la coopération intellectuelle. D’autant que l’offre française n’entraînera aucune dépense supplémentaire pour la SDN, donc pour les États membres, dont la Grande-Bretagne, qui souhaite rétablir la valeur de sa monnaie. Enfin, Hymans est rassuré sur la survie des institutions internationales bruxelloises et l’acceptation de l’offre française est d’ailleurs « accueillie sans commentaire en Belgique »113. Mais si l’obstacle belge peut être considéré comme levé, l’offre française doit être aussi acceptée par l’Assemblée de la SDN.

L’acceptation de l’Assemblée de la SDN (septembre 1924)

  • 114 UNESCO, Cici, A.79(1).1924.XII, b. 493 / MAE, Sdn 1854 (lettre de Clauzel à Herriot, 19 septembre 1 (...)

76L’offre française, acceptée en principe par le Conseil de la SDN, est examinée par la 2e commission de l’Assemblée114. Malgré les garanties – conformes au projet de Luchaire et aux propositions de François-Albert – données par Murray, son rapporteur, contre toute mainmise française sur l’IICI, le délégué australien craint « que l’influence française ne [soit] quand même prédominante ». Mais le vœu transmis à l’Assemblée reproduit le rapport de Murray et jette les bases du statut de l’IICI : « Désirant souligner le caractère international que l’Institut devra avoir, tant par le programme de ses travaux que par le choix de son personnel, selon l’intention du Gouvernement français, ainsi que du Conseil (...) : A. Les attributions du nouvel Institut seront définies par la Commission (...), conformément aux principes établis par elle-même (...) et aux indications du Conseil et de l’Assemblée. Ces attributions pourront être développées ultérieurement par la Commission, avec l’assentiment du Conseil et de l’Assemblée. B. Le Conseil de la [SDN] est invité à prendre, avec le Gouvernement français, tous les accords nécessaires à l’établissement, à la continuité et au bon fonctionnement de l’Institut. Suivant ces accords, l’administration de l’Institut devra être confiée à la Commission (...) agissant comme Conseil d’administration. Celui-ci déléguera, avec l’approbation du Conseil, cinq personnes de nationalités différentes, qui formeront un Comité de direction. Les fonctions du Comité de direction, qui se réunira au moins tous les deux mois, de même que la durée du mandat de ses membres et le système de roulement selon lequel ils seront renouvelés, seront déterminés par la Commission (...). Le budget et les comptes de la Fondation seront communiqués au Conseil et à l’Assemblée. Les comptes seront vérifiés, au moins une fois par an, par le Commissaire aux comptes de la [SDN], Le rapport de celui-ci sera joint au budget et aux comptes. C. La Commission (...) déterminera (...), après avoir consulté les parties intéressées, et d’accord avec elles, les rapports des institutions (...) de caractère intellectuel avec l’Institut (...) [et] sera prête à collaborer avec ces institutions, en vue de résoudre des questions particulières, sans cependant porter en aucune manière atteinte à leur autonomie ».

  • 115 5e Ass. SDN, 18e séance, 23 septembre 1924.

77L’IICI doit donc remplir quatre conditions : être international, par ses travaux et son personnel ; dépendre de la CICI, qui définira ses attributions, l’administrera et nommera son Comité de direction ; être sous le contrôle éminent du Conseil et de l’Assemblée de la SDN, sur le plan de ses activités et de son budget ; respecter l’autonomie des organisations intellectuelles internationales existantes. Ces conditions sont les garanties essentielles que la France doit concéder pour que son offre soit acceptée par l’Assemblée de la SDN, où la lecture du rapport de la 2e Commission, le 23 septembre, suscite un débat qui voit s’opposer certains Dominions (l’Australie et la Nouvelle-Zélande), hostiles au projet français, à un groupe de pays appuyant la France (la Belgique, la Pologne et la Yougoslavie)115.

78Le délégué australien s’oppose à l’offre française pour deux grandes raisons. D’abord, il conteste le caractère vraiment international du futur Institut, qui « se révélera, en très peu d’années, comme ayant un aspect uniquement national » : d’une part, parce que « les crédits devront être votés par le Parlement français (...). À ce point de vue donc, l’Institut projeté ne sera pas directement sous le contrôle de la Société des Nations. Il reste suspendu aux événements » ; d’autre part, parce qu’il est « impossible de fixer des conditions maintenant à une institution son caractère international. C’est le fonctionnement pratique de l’institution qui décidera de cela, une fois que celle-ci sera établie » ; enfin, parce que « Paris sera le centre intellectuel distribuant la culture et les lumières à toutes les autres parties du monde ». Si l’on veut conserver à la SDN son aspect international, il faut donc maintenir toutes les institutions qui en dépendent à Genève. Ensuite, le délégué australien met en avant les aspects financiers du problème en suggérant que, si toutes les institutions de la SDN sont à Genève, on fera « d’importantes économies dans l’administration » et que la SDN, qui vient de voter pour la coopération intellectuelle un crédit de 6 000 livres sterling – presque la moitié de la subvention promise par la France pour l’Institut, à savoir 12 500 livres sterling (deux millions de francs) –, pourrait peut-être augmenter sa contribution. Le délégué néo-zélandais reprend les arguments de son collègue australien et, dépassant le cas particulier de l’IICI, réaffirme son opposition absolue à tout élargissement des compétences de la SDN aux questions intellectuelles – qui n’est pas prévu par le Pacte –, maintes fois manifestée lors des précédentes Assemblées. Si l’on considère que la Grande-Bretagne a accepté l’offre française du bout des lèvres – comme le prouvent les multiples garanties adoptées par la 2e commission pour assurer le caractère strictement international de l’Institut – sans pouvoir cependant la refuser – au vu des sacrifices consentis par Herriot sur le problème allemand et étant donné le nouveau contexte international symbolisé par le Protocole de Genève présenté à cette même session –, il apparaît que Londres s’exerce à la ventriloquie en donnant sa voix aux délégués des Dominions, chargés en quelque sorte de rappeler les préventions que nourrit le bloc anglo-saxon à l’égard d’un Institut dont on se doute qu’il servira forcément les intérêts français.

79La défense du projet français est assurée par les délégués yougoslave (Pitamic), polonais (Halecki) et belge (de Brouckère). D’abord, tous insistent sur les retombées politiques à attendre de la création de l’IICI : « il n’existe qu’une sécurité absolue pour la paix du monde : c’est celle qui réside dans l’esprit et la bonne volonté des hommes. Ce ne sont ni les traités, ni les pactes, ni les instruments diplomatiques, ni la limitation des armements (...), mais seulement l’éducation, l’échange des idées, la connaissance, la compréhension et le respect mutuels, en un mot la coopération intellectuelle et morale, qui peuvent fournir une garantie absolue de paix » (Pitamic) ; la pensée « doit remplir dans les relations internationales [un] rôle tout de confiance mutuelle, de concorde et d’apaisement » (Halecki) ; « la seule manière d’instaurer définitivement la paix, c’est de désarmer les haines et les esprits. Ce but ne sera atteint que le jour où l’on aura appris à tous les penseurs à travailler ensemble et à acquérir ce sentiment de fraternité qui naît du travail accompli en commun » (de Brouckère). Cet idéalisme – qui annonce celui du préambule de la Convention de l’UNESCO de 1946 selon lequel « les guerres [prennent] naissance dans l’esprit des hommes » – n’est pas seulement de commande : il correspond au sentiment largement partagé en 1924 qu’après la période agitée de l’immédiat après-guerre, la SDN peut faire régner plus d’ordre dans les relations internationales et peut être un facteur de paix, comme en témoigne le dépôt, lors de la même Assemblée, du Protocole de règlement pacifique des conflits. Il faut cependant reconnaître aussi que la Yougoslavie, la Pologne et la Belgique sont des États alliés de la France et satisfaits des traités de paix, donc attachés au maintien du statu quo. En deuxième lieu, les partisans de l’offre française essayent de prouver que l’Institut sera vraiment international. Halecki montre d’abord que le projet d’IICI ne bouscule pas les dispositions du Pacte, dont l’article 24 prévoit « expressément qu’il peut y avoir, en dehors des rouages de la [SDN], des institutions internationales, quelque part dans le monde, qui seront rattachées à la [SDN] par un lien particulier, à préciser dans chaque cas » ; puis il rappelle que « toute l’administration de l’Institut, y compris la gestion financière et la nomination du personnel, sera confiée » à la CICI ; enfin, il signale que de nombreuses institutions internationales scientifiques sont installées à Paris. De son côté, Pitamic pense que « l’internationalisation du futur Institut sera surtout assurée et maintenue, si les différentes nations collaborent avec lui ». De Brouckère estime enfin que d’autres nations, pour ne pas laisser à la seule France l’avantage scientifique, moral et politique résultant de la création de l’IICI, créeront leur propre Institut. Ces interventions confirment l’attachement des États d’Europe centrale et orientale à la CICI mais aussi le souci de la Belgique de ne pas renoncer à posséder, elle aussi, un Institut. Le projet français est finalement adopté par l’Assemblée de la SDN le 23 septembre 1924, le Conseil de la SDN étant chargé de s’entendre avec le gouvernement français pour fixer précisément le statut de l’IICI.

  • 116 J. Luchaire, op. cit., p. 5-6/ UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IIC (...)
  • 117 L’Europe nouvelle, 20 septembre 1924 (article de Julien Luchaire sur l’IICI).

80Finalement, l’offre française a été acceptée par les États et la SDN pour trois raisons116. La première a trait à « l’action tantôt discrète, tantôt claire et vibrante, qui a été exercée sur l’Assemblée » par les représentants de la France à la SDN (Jouvenel, Loucheur et Georges Bonnet). La seconde raison renvoie à la diplomatie française de l’été 1924 : « l’attitude politique, si forte et si franche, du Gouvernement français et de sa délégation à propos des grands problèmes de l’arbitrage, de la sécurité et du désarmement, a beaucoup contribué à dissiper les préventions sur ce terrain d’ordre secondaire » et son « attitude toute de bonne volonté, de désir de paix et de conciliation, a ébranlé les adversaires de notre projet, ou plutôt ceux qui exprimaient des craintes sur ce qu’on a pu appeler notre impérialisme culturel ». De fait, la France propose au même moment à la SDN la création de l’IICI et l’adoption du Protocole de Genève : ces deux projets doivent étendre les compétences et l’efficacité de la SDN et prouvent ainsi que la France a définitivement abandonné sa politique solitaire d’exécution des traités et que l’attitude de conciliation adoptée envers l’Allemagne lors de la conférence de Londres en juillet 1924 n’est que la manifestation d’une politique plus large visant à renouer les liens avec les Anglo-Saxons et à assurer la sécurité française, non plus seulement par les alliances militaires classiques, mais aussi par une adhésion à une SDN moins impuissante. De sorte que sur ce terrain – troisième raison du succès français – la France ne rencontre pas d’opposition majeure : elle trouve à ses côtés ses alliés politiques traditionnels – la Belgique, une fois garanti le fonctionnement autonome des institutions internationales qu’elle abrite, et ses clients d’Europe centrale et orientale, demandeurs de coopération intellectuelle – et ne suscite chez les Anglais que de la réserve – « la réserve est une chose particulièrement anglaise » note Luchaire avec beaucoup d’humour... anglais – devant une opération qui apparaît avantageuse pour la France, du point de vue moral et politique. Il est vrai que, dans cette affaire, la marge de manœuvre de l’Angleterre est assez réduite car au moment où Herriot et Mac Donald présentent ensemble un projet de nature à rendre plus crédible la SDN, il est difficile – sauf à se contredire et à décourager la France qui vient de changer sa diplomatie – de s’opposer à une initiative française qui va dans le même sens : « si le monde était plus cultivé et plus intelligent, et si les peuples se connaissaient et se comprenaient mieux les uns les autres, il est probable qu’on aurait moins de peines à trouver les formules de la paix et de la sécurité. Les premiers ministres (...) l’ont dit ces jours derniers ; M. Mac Donald, surtout, mit (...) une insistance remarquable à soutenir que toutes les précautions juridiques et militaires ne serviraient pas à grand-chose pour éviter une nouvelle catastrophe, et qu’il fallait avant tout procéder au désarmement moral. On put même se demander si M. Herriot était bien d’accord avec lui là-dessus, et s’il ne lui semblait pas que le seul désarmement moral serait pour la France une garantie insuffisante de sécurité... M. Mac Donald dit encore qu’il fallait rechercher tous les moyens pratiques d’opérer le désarmement moral. M. Bergson le prit donc au mot, quelques jours après, en demandant et obtenant un accroissement considérable des moyens d’action de la [CICI]. (...). La politique d’entente, d’arbitrage, de désarmement, de sécurité, que préconisent Mac Donald et Herriot et avec eux toute l’Assemblée, repose sur un postulat : la bonne foi générale. La bonne foi suppose une certaine mesure de désintéressement. (...). En tête de ces incarnations du désintéressement, viennent les hommes de pensée, les institutions intellectuelles. Qu’ils entrent dans le système général de la sécurité, c’est logique, et le moment en était venu »117. En offrant de créer et de subventionner l’IICI malgré ses difficultés financières, la France prouve son désintéressement et donne l’exemple – suivi par l’Italie qui propose de créer à Rome un Institut international pour l’unification du droit privé –, contrairement à la Grande-Bretagne qui reste obnubilée par la valeur de sa monnaie et répugne à s’engager dans la coopération intellectuelle.

  • 118 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert, novembre 1924), b. 1.

81Il semble donc qu’on assiste à une véritable renaissance de la CICI, jusque-là simple rejeton de la SDN accepté du bout des lèvres et désormais présentée comme un élément clé du nouvel ordre international, comme le souligne Luchaire118 en novembre 1924 : « l’attente est grande dans les milieux internationaux, et point seulement dans les milieux intellectuels : car les rapports entre l’œuvre de rapprochement intellectuel et l’œuvre générale de la paix ont été clairement aperçus par la cinquième Assemblée. Les discours des premiers ministres français et anglais contenaient à cet égard des déclarations formelles qui ont été reprises et développées. C’est maintenant une vérité admise qu’il y a un travail de préparation intellectuelle à l’organisation générale du monde qu’il faut se préoccuper dès maintenant d’accomplir dans les meilleures conditions possibles et de la façon la plus large. On s’attend donc à ce que la France, chargée sur ce terrain d’une sorte de mission privilégiée, fasse vite et fasse grand. D’une façon générale, la grande majorité des personnes présentes à Genève au cours du mois de septembre a été frappée du progrès brusque et considérable fait par l’idée de la coopération intellectuelle ; l’organe de cette idée à la Société des Nations, jusqu’alors considéré comme de beaucoup le cadet et le moins important des autres organes techniques, est apparu soudain comme l’une des affaires les plus graves et les plus complexes ; alors que pendant les premières années la [CICI] a dû lutter péniblement pour justifier son existence et faire admettre son programme, elle se trouve maintenant en situation de rassembler aisément dans tous les pays les éléments d’une action vaste et profonde sur tous les milieux intellectuels et dans tous les ordres de la culture ».

  • 119 5e Ass. SDN, 18e séance, 23 septembre 1924.

82Luchaire force sans doute le trait pour justifier l’importance et l’utilité de son projet face à ses détracteurs, prompts à en souligner le coût pour la France, mais il exprime aussi le nouveau climat diplomatique instauré depuis l’été 1924, le fameux « esprit de Genève », qui fait la part belle à la négociation et à la conciliation et auquel la coopération intellectuelle doit contribuer. De fait, les résolutions votées par l’Assemblée de la SDN en septembre 1924119 montrent l’élargissement du champ d’action de la CICI : le Conseil de la SDN est chargé « d’inviter à nouveau les Gouvernements des États qui ne l’auraient pas encore fait à encourager la création de commissions nationales et, si possible, à les soutenir financièrement dans leur œuvre d’entraide intellectuelle » ; la CICI est invitée à « mettre à l’étude (...) la question d’un emprunt international sous le contrôle de la [SDN], destiné exclusivement au développement intellectuel des membres de la [SDN] qui le désireraient », et à adresser, « sous l’autorité du Conseil, [un] appel aux universités, académies et sociétés scientifiques, dans l’intérêt des travailleurs intellectuels de la Hongrie » ; le Secrétariat de la SDN est prié « de rechercher les moyens les plus propres à développer et à coordonner les efforts destinés à favoriser [les] relations [entre les jeunes gens de différentes nationalités], ainsi qu’à donner à la jeunesse de tous les pays un enseignement sur les idéaux de paix mondiale et de solidarité », étant donné « l’importance fondamentale qu’il y a à familiariser la jeunesse du monde entier avec les principes et le travail de la [SDN], et à habituer les jeunes générations à considérer la coopération internationale comme la méthode normale de conduire les affaires du monde ». Ces propositions reflètent un interventionnisme accru de la SDN qui connaît comme une seconde naissance en cette année 1924.

  • 120 J. Luchaire, op. cit., p. 14.
  • 121 UNESCO, Iici : A.I.3 (rapports de Luchaire sur l’IICI, 15 octobre et novembre 1924), b. 1 ; A.III.8 (...)

83Malgré le changement de méthodes, la France cherche cependant toujours à assurer sa sécurité et mène une politique d’expansion intellectuelle, comme le souligne Luchaire : « pour garder la place à laquelle nous croyons avoir droit, nous devons moins chercher à imposer directement notre influence qu’à prendre l’initiative et le mérite d’une grande œuvre d’organisation intellectuelle internationale »120. Selon Luchaire, qui réfléchit à l’organisation du futur Institut121, « l’État français doit se préoccuper maintenant de faire face à cette obligation solennellement contractée. Tout d’abord, il y a lieu d’admettre l’absolue internationalité de la fondation française : en réalité nous n’avons qu’à y gagner : car la prépondérance des éléments français dans la [CICI] se reproduira par la même fatalité et d’une façon aussi aisée dans l’Institut qui dépendra d’elle : et l’atmosphère de Paris achèvera d’établir cette part d’influence principale que d’ailleurs, au fond, toutes les nations sont disposées à nous accorder. Mais en même temps, le caractère strictement international de son personnel et de son fonctionnement rendra très difficile, sinon impossible, d’apporter des obstacles et des limitations au développement de la future institution. Il a été bien entendu que, pour respecter le principe de l’égalité entre les nations sur ce terrain, d’autres instituts pourraient être créés dans d’autres capitales. Mais il résulte de multiples déclarations faites au Conseil et à l’Assemblée (...) que parmi tous les instituts à venir, l’Institut de Paris doit jouer un rôle capital et, pour ainsi dire, central : il n’a pas de compétence spécialisée : il a au contraire un caractère tout à fait général, il est l’instrument d’action immédiate de la [CICI] et, pour ainsi dire, une extension de son secrétariat. Dans ces conditions, les instituts à créer dans d’autres pays ne pourront, au contraire, que recevoir des fonctions limitées à une branche déterminée de l’activité intellectuelle ».

84La France va donc mettre à profit le temps qui précède la réunion du Conseil de la SDN, en décembre 1924, pour préparer l’accord prévu par la résolution de l’Assemblée comme nécessaire à l’établissement de l’IICI et pour en jeter les bases, dans un sens qui soit conforme à ses intérêts : « l’État français doit faire dès maintenant tout le nécessaire pour que l’Institut de Paris soit établi sur les bases (...) d’où la France doit tirer tant d’avantages. (...). Il faut ici sortir sans hésitation des anciennes voies, et adopter sur le terrain intellectuel des formules aussi nouvelles que celles auxquelles on vient d’aboutir en ce qui concerne les relations politiques entre les peuples ». Luchaire désire assurer le rayonnement de l’IICI essentiellement de deux manières : en accordant l’hospitalité – par la concession de bureaux – aux associations intellectuelles internationales, aux délégués des États et aux secrétariats permanents des congrès et en assurant à l’Institut des locaux en rapport avec son rôle international. Ces deux suggestions visent à affirmer le rôle central de l’Institut et à servir les intérêts français, culturels et politiques, confirmant ainsi l’existence d’un véritable programme d’expansion culturelle que Luchaire essaie patiemment de réaliser depuis 1920, comme le montre encore sa proposition de créer un service français de coopération intellectuelle au ministère de l’Instruction publique. Luchaire estime en effet que l’installation à Paris de l’IICI « rend nécessaire la création d’un organe de liaison qui aurait pour objet d’assurer la régularité et la rapidité de la transmission des affaires de coopération entre cet Institut et les divers services ministériels intéressés (...) mais aussi avec de grandes institutions d’État ou privées, où se concentre une grande part de l’activité scientifique, littéraire et artistique de la France », car « le grand intérêt que présente au point de vue français la création de cet Institut international est précisément que cet organe d’action sur les milieux intellectuels du monde entier doit avoir, étant installé à Paris, des relations particulièrement suivies et intimes avec les milieux intellectuels français ».

L’établissement de l’Accord créant l’IICI par la France et le Secrétariat de la SDN (octobre-décembre 1924)

  • 122 SDN, R 1070 (corresp. entre Drummond et Bergson, 5 et 12 novembre 1924) / UNESCO, Cici, C.540.1924. (...)
  • 123 UNESCO, Iici : A.I.1 et 3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IICI, novembre 1924), b. 1 ; (...)
  • 124 UNESCO, Iici, A.I.1, b. 1.

85Le 30 septembre 1924, le Conseil de la SDN approuve les résolutions votées par l’Assemblée le 23 septembre et charge le secrétaire général « de préparer avec le Gouvernement français pour l’approbation ultérieure du Conseil, les accords nécessaires à l’établissement, à la continuité et au bon fonctionnement de [l’IICI] »122. Le 12 novembre 1924, Bergson envoie à Drummond un projet d’Arrangement entre le gouvernement français et la SDN et de Statut organique de l’IICI123, résultant de conversations entre le représentant officieux du ministère de l’Instruction publique, le directeur du service juridique du Secrétariat de la SDN et une sous-commission de la CICI composée de Luchaire, Bergson, Destrée et Lorentz. Ces projets, largement repris dans le texte adopté par le Conseil de la SDN en décembre 1924, s’inspirent de la résolution votée par l’Assemblée de la SDN le 23 septembre 1924 et de notes préliminaires rédigées par Luchaire en octobre124.

  • 125 SDN, R 1070 (lettres du Secrétariat de la SDN, 3 décembre 1924, et de Drummond à Bergson, 4 décembr (...)
  • 126 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 88.

86L’Arrangement constitue le fondement juridique de l’accord entre la France et la SDN tandis que le Statut organique précise les règles de fonctionnement de l’IICI : tous deux offrent à la SDN toutes les garanties nécessaires pour faire de l’Institut un organisme vraiment international, subordonné à la CICI – et donc au Conseil de la SDN – et indépendant de la France. Bien que créé par une loi française, installé à Paris, subventionné par le gouvernement français auquel il est tenu d’adresser un rapport annuel sur son activité, l’Institut est protégé vis-à-vis de toute ingérence française par plusieurs dispositions : il est « indépendant des autorités du pays dans lequel il est établi » et se voit reconnaître le caractère de « fondation autonome jouissant de la personnalité civile » ; il est administré par la CICI, laquelle nomme le personnel, qui est international et dont les membres supérieurs jouissent des « franchises et immunités diplomatiques prévues à l’article 7 du Pacte de la Société des Nations » leur assurant donc un statut de fonctionnaires internationaux ; ses recettes peuvent être fournies par d’autres États ou par des institutions, ce qui permet d’éviter une trop grande dépendance vis-à-vis de la subvention française. En revanche, l’Institut est « placé sous l’autorité et le contrôle de la Société des Nations », cette tutelle se manifestant de différentes manières : il est administré et géré par un Conseil d’administration qui n’est autre que la CICI – qui est elle-même un organe consultatif du Conseil de la SDN –, dont il doit préparer les délibérations, faire exécuter les décisions et à laquelle il doit adresser un rapport annuel sur son activité ; ses comptes sont vérifiés annuellement par le commissaire aux comptes de la SDN et sont communiqués au Conseil et à l’Assemblée de la SDN. Cependant, la tutelle de la SDN est toute relative et l’Institut est doté d’une assez grande autonomie : d’une part, il peut entretenir directement – donc sans en référer au Conseil de la SDN, contrairement à la CICI – des relations avec des associations internationales intellectuelles, auxquelles il peut concéder des locaux, et avec les États ; d’autre part, son budget est indépendant de celui de la SDN puisqu’il ne reçoit aucune participation financière de sa part et qu’il peut bénéficier des contributions de particuliers, d’associations ou d’autres États que la France, membres ou non de la SDN. Ainsi, le statut global de l’Institut apparaît être un compromis entre les intérêts de la France et ceux de la SDN : Paris accepte de garantir au mieux l’indépendance d’un Institut que la France va héberger et subventionner, à la fois pour prouver ses motivations désintéressées mais aussi pour obtenir que le Conseil de la SDN qui doit se réunir en décembre 1924 accueille favorablement son offre ; Genève, soulagé de n’avoir aucune charge financière à supporter et satisfait de voir l’autorité de la CICI affirmée sur l’Institut, laisse à ce dernier une assez grande autonomie (dont la France peut d’ailleurs être tentée de se servir pour profiter de son rayonnement), la SDN n’assumant qu’« une responsabilité morale, d’ordre général, (...) quant à l’activité de l’Institut » mais n’engageant pas sa « responsabilité juridique »125. De fait, c’est bien ce dernier aspect qui apparaît le plus original puisque, mis à la disposition de la SDN, l’IICI n’en fait cependant pas formellement partie si l’on s’en tient aux termes du Pacte et il fonctionne simplement sous ses auspices : « les deux institutions étaient liées par d’étroites relations, mais il est indéniable que l’IICI pouvait subsister sans l’aide de la SDN, tout en gardant son caractère international. La SDN n’était pas une condition sine qua non de son existence et de son bon fonctionnement, parce que la Société n’exerçait qu’un droit de contrôle et de gestion sur son travail »126.

  • 127 UNESCO, Iici, b. 1 : A.I.1 (lettres d’Avenol à Bergson, 14 novembre 1924, de Luchaire à Henri Bonne (...)
  • 128 M.-R. Mouton, op. cit.

87Le projet d’Arrangement et de Statut organique satisfait d’ailleurs la France et la SDN puisque les modifications qui y sont apportées sont peu importantes127. Le Secrétariat obtient l’accroissement de l’indépendance de l’IICI envers la France et la confirmation de la tutelle de la SDN, et donc du contrôle des États, pour surveiller l’impartialité de l’Institut. Ainsi, le contrôle du Conseil de la SDN – plutôt que celui de la CICI, organe théoriquement apolitique ne représentant pas les États et d’ailleurs fortement noyauté par la France – est renforcé, puisqu’il devra approuver un règlement financier que lui adressera le Conseil d’administration sur la gestion des finances de l’Institut et qu’il recevra de l’Institut un rapport annuel d’activité qu’il communiquera à tous les membres de la SDN. Par ailleurs, l’indépendance du budget de l’IICI vis-à-vis de la SDN est réaffirmée : pour que le Conseil de la SDN accepte définitivement l’offre française, il est indispensable de confirmer aux États qu’ils n’auront à supporter aucune dépense supplémentaire. De fait, il est stipulé que la subvention française sera « une allocation minimum. Elle assure plus sûrement le fonctionnement continu de l’Institut, et elle écarte les difficultés qui, chaque année, pourraient être soulevées lors de l’examen de la situation de l’Institut par rapport au budget » : la subvention devant être votée par le Parlement français, le Secrétariat de la SDN désire obtenir la garantie qu’un versement minimal sera effectué par la France pour ne pas rendre l’existence de l’Institut trop précaire, surtout en des temps difficiles pour les finances françaises et après qu’en septembre 1923128, sous la pression des parlementaires, le gouvernement français a obtenu que le budget de la SDN prévu pour 1924 soit revu à la baisse. De son côté, le gouvernement français décide que c’est sous la forme d’une lettre du président du Conseil français au président du Conseil de la SDN que se présentera l’accord entre la France et la SDN et précise qu’il se réserve, « au cas où le développement de l’Institut l’exigerait, de demander aux Chambres une augmentation de la subvention » et que son engagement est soumis à « l’approbation législative et ne deviendra définitif qu’après notification de cette approbation au Secrétaire général de la [SDN] » – preuve qu’on commence à se préoccuper des droits du Parlement, qui n’est pas totalement acquis au gouvernement puisque la droite est majoritaire au Sénat.

  • 129 UNESCO, Cici, C.286.M.104.1925.XII (annexe 1) [C.825(1).M.280.1924.XII (CICI.133)], b. 501 et 555.
  • 130 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IICI, novembre 1924), b. 1 / MAE, (...)
  • 131 MAE, Sdn 198.
  • 132 MAE, Sdn 1854 (télégramme de Besnard au Quai d’Orsay, 14 décembre 1924 ; lettre du président du Con (...)

88Le Conseil de la SDN se réunit à Rome le 8 décembre 1924, le jour même de l’envoi de la lettre d’Herriot stipulant l’Arrangement et le Statut organique de l’IICI. Cette lettre129 souligne que ni la France ni la SDN ne pourront être amenées à éponger d’éventuels déboires financiers de l’IICI – il faut rassurer les parlementaires français et les délégués de la SDN hostiles au projet – et que le budget et les comptes de l’Institut seront communiqués annuellement non seulement à la SDN mais aussi au gouvernement français, pour montrer au Parlement que la France exercera un contrôle, même a posteriori et consultatif, sur un organisme qui peut paraître trop coûteux dans les conditions présentes. Surtout, elle fixe le montant de la subvention française à 2 millions de francs, chiffre inférieur à la proposition de François-Albert (2,5 millions) – qui suivait là encore Luchaire – qu’Herriot a lui-même réduite130. En effet, la situation financière de la France s’est dégradée en cette fin d’année 1924, au cours de laquelle le franc s’est retrouvé au quart de sa valeur de 1914. À la crise financière léguée par la guerre vient s’ajouter l’incapacité du Cartel à susciter la confiance des milieux d’affaires et des classes moyennes, du fait des divergences entre les radicaux et les socialistes et de la politique intérieure de gauche d’Herriot. De sorte qu’en novembre 1924 le gouvernement français doit lancer un emprunt intérieur mais aussi extérieur (auprès de la banque Morgan). Celui-ci est un succès, au contraire de celui-là, ce qui contraint Herriot à recourir aux avances de la Banque de France et ce qui le fragilise face à un Parlement en partie hostile, soucieux d’économies et devant ratifier l’accord passé avec la SDN. Herriot abaisse donc le montant de la subvention française à l’IICI, qui représente cependant 25,3 % de la contribution française aux dépenses de la SDN pour 1924131 : de fait, pour pouvoir tirer un bénéfice de l’Institut, la France se doit de le bien doter. L’offre du gouvernement français est finalement acceptée par le Conseil de la SDN le 13 décembre 1924, le président du Conseil de la SDN confirmant l’acceptation par le Conseil de l’offre française le 5 janvier 1925132. Il faut désormais organiser l’IICI et obtenir la ratification du Parlement français.

La ratification de l’offre française par le Parlement français et l’organisation de l’IICI (décembre 1924-juillet 1925)

Le projet de loi créant l’IICI devant le Parlement français (décembre 1924- mars 1925)

  • 133 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert, novembre 1924), b. 1.
  • 134 JO, Ch.dép. : déb. parl., 1ère séance du 26 décembre 1924, 1ère séance du 30 décembre 1924, 2e et 3(...)

89Dès le 26 décembre 1924, la Chambre des députés est saisie d’un projet de loi portant création de l’IICI. Cette hâte s’explique par la dégradation de la situation financière, qui pourrait amener le Parlement à refuser de voter la subvention de 2 millions de francs, mais aussi par le souci de préserver la crédibilité de la France, en montrant qu’elle ne tarde pas à exécuter sa promesse133. Le 30 décembre, François-Albert ouvre les débats134 en précisant que les intérêts français et la nouvelle situation diplomatique – deux données intimement liées – sont en jeu : d’une part, il estime que « la France, dont les intérêts, en matière intellectuelle, sont particulièrement importants, on peut dire vitaux, (...) peut [et] doit chercher à jouer un rôle de premier plan dans cette organisation du monde de l’esprit qui se prépare » ; d’autre part, faisant référence aux conversations ayant eu lieu à Genève lors de l’Assemblée de septembre 1924, il souligne qu’il n’y a « pas d’entente politique sincère entre les peuples sans une entente morale. Cette entente morale doit être préparée par une action méthodique, tendant à mettre les peuples en mesure de mieux se connaître les uns les autres et de se lier par une collaboration organisée ». Mais il demande aux députés d’inscrire au budget du ministère de l’Instruction publique une subvention de 3 millions de francs pour 1925 pour couvrir les dépenses de fonctionnement et d’entretien mais aussi d’installation de l’IICI. Les commissions des Finances et de l’Enseignement étant favorables au projet de loi, celui-ci est adopté à l’unanimité, le 31 décembre 1924, par des députés sensibles aux deux facettes de l’IICI : enraciner l’action de la SDN et donc fortifier la sécurité collective – ce qui plaît à la gauche – tout en servant les intérêts de la France en accroissant son rayonnement et les conditions de sa sécurité – ce qui contente la droite.

  • 135 JO, Sénat : déb. parl., séance du 31 décembre 1924 ; doc. parl., 1925, annexes n° 88 et 117 / MAE, (...)

90Le jour même, François-Albert dépose le projet de loi créant l’IICI devant le Sénat – où la droite est majoritaire –, mais ce dernier en renvoie l’examen à ses commissions des Finances et de l’Enseignement. Les réticences du Sénat, exprimées par ces dernières en février 1925135, sont d’ordre politique et financier. D’une part, pour garantir les intérêts français, les sénateurs désirent pouvoir contrôler l’emploi de la subvention française et s’inquiètent de la présence à Paris d’un Institut perçu comme étant plus étranger qu’international et soupçonné de répandre une idéologie internationaliste antifrançaise, contestant même le bien-fondé des immunités diplomatiques accordées à son personnel supérieur. D’autre part, préoccupés par la charge que la subvention annuelle de 2 millions de francs fera peser sur le budget de la France, ils rejettent le crédit d’installation d’un million de francs – d’ailleurs non explicitement mentionné dans l’Accord de décembre 1924 –, les plus critiques d’entre eux étant prêts à refuser de voter le projet de loi au nom de la nécessité de réduire les dépenses publiques. Il est vrai que la situation financière de la France s’est dégradée depuis juillet 1924 : la hausse des prix s’est emballée dès la fin de 1924 sous l’effet du déficit budgétaire, des désordres dans la rue provoqués par la politique religieuse du gouvernement – le 2 février 1925, la Chambre a voté la suppression de l’ambassade de France au Vatican – et de la panique entretenue à des fins politiques par la presse de droite qui, en agitant la menace d’un impôt sur le capital, incite les épargnants à retirer leurs fonds des caisses d’épargne et des banques et les porteurs de bons à court terme à en demander le remboursement. Le gouvernement a donc recours aux avances de la Banque de France, accroissant ainsi la masse monétaire en circulation et alimentant l’inflation. En janvier 1925, la circulation fiduciaire dépasse le plafond légal, obligeant le gouvernement à user de jeux d’écritures dans les bilans de la Banque de France pour masquer la gravité de la situation. Finalement, pris en tenaille entre les socialistes qui réclament l’institution d’un impôt sur le capital et la Banque de France – les milieux d’affaires – qui exige un remboursement des avances faites au gouvernement, Herriot démissionne le 10 avril 1925 et cède la place à Paul Painlevé, moins lié à la SFIO.

  • 136 UNESCO, Iici, A.I.9 (note de Luchaire sur le projet de loi créant l’IICI, 17 février 1925 ; note su (...)

91François-Albert et Luchaire tentent sans succès de vaincre les réticences du Sénat. Le premier précise que la subvention française sera payée en francs-papier et non en francs-or et que les droits du Parlement sont garantis par l’Accord de décembre 1924, qui lui laisse la possibilité de modifier ou même de refuser de voter cette subvention. Quant à Luchaire136, très irrité, il souligne la nécessité de garantir le caractère international de l’IICI pour obtenir que la SDN installe un organisme qui lui est rattaché dans la capitale d’une grande puissance et que les autres États y participent : « pour qui connaît les milieux internationaux, il est évident que le caractère strictement international de la future institution est ce qui correspond le mieux aux intérêts français. En effet, si la France paraissait exercer une influence privilégiée dans cette organisation, la collaboration et la bonne volonté internationale s’en retireraient dans une certaine mesure, et, pour avoir voulu posséder en propre cet instrument, nous lui aurions enlevé toute efficacité ». Même s’il ne croit pas le Sénat capable de repousser le projet de créer l’IICI, Luchaire pense donc que « toute modification [de l’Accord] qui tendrait à accroître d’une façon privilégiée le droit de contrôle de la France sur [l’IICI] serait certainement repoussée à Genève et un vote du Sénat dans ce sens équivaudrait pratiquement à un rejet du projet ». En outre, il déplore le retard apporté à l’adoption du projet de loi par le Parlement, qui risque d’entamer la crédibilité de la France. En vain, car, avant de voter le projet de loi créant l’IICI, le Sénat décide d’attendre que la CICI ait établi le plan détaillé et notamment le budget du futur Institut, dont l’ouverture, que Luchaire croyait possible et souhaitable dès le début de l’année, est ainsi retardée.

La CICI dessine le corps de l’IICI (mai 1925)

  • 137 UNESCO, Cici, C.286.M.104.1925.XII, b. 501 et 555.
  • 138 UNESCO : Cici : CICI.127, b. 569 ; CICI.139, b. 570 ; Iici : A.I.3 (rapports de Luchaire sur l’IICI (...)

92La 5e session de la CICI137,qui s’ouvre à Paris le 11 mai 1925, est presque totalement consacrée à dresser le plan de l’IICI. La Commission s’appuie sur l’Accord de décembre 1924 et s’inspire des projets de Destrée et surtout de Luchaire et Reynold138 pour établir les structures et le budget de l’IICI. En ce qui concerne les structures, l’accord se réalise sur le fait que, l’Institut étant le prolongement naturel de la CICI, leur organisation doit être parallèle. L’Institut comportera six sections et des services : les sections seront des divisions stables (relations universitaires, bibliographie et relations scientifiques, affaires juridiques – ces trois sections correspondant aux sous-commissions de la CICI –, affaires générales, relations littéraires et artistiques, information) dirigées par des fonctionnaires permanents ; les services seront consacrés à des objets plus restreints, seront temporaires et donc confiés à des experts engagés à temps partiel. En outre, le représentant du BIT fait admettre la nécessité d’une étroite collaboration entre ce dernier et l’Institut : du BIT relèveraient « toutes les questions relatives au régime des contrats de travail », de l’IICI dépendraient « les autres questions d’intérêt matériel touchant les travailleurs intellectuels, telles que la propriété littéraire et scientifique, les droits d’auteur, etc. ».

93Par ailleurs, la Commission précise le fonctionnement des organes directeurs de l’Institut que le Statut organique a déjà fixé dans ses grandes lignes. Bergson fait part d’abord des craintes exprimées par le Sénat de voir l’Institut, juridiquement indépendant du gouvernement français, devenir « un corps étranger inséré dans l’ensemble des administrations françaises, et pouvant, à un moment donné, devenir quelque peu dangereux pour elles », et remarque ensuite que la CICI pourrait un jour avoir à sa tête, en tant que Conseil d’administration de l’Institut, un président hostile à la France. Reynold vient alors au secours de Bergson pour proposer ce que le président de la CICI, étant français, ne peut demander à ses collègues, sous peine de les voir mettre en cause son impartialité : à savoir que le président du Conseil d’administration de l’Institut soit toujours français, « garantie morale » suffisante pour l’opinion française. La CICI adopte la proposition de Reynold et, comprenant la nécessité de rassurer aussi les autres pays, décide que le directeur de l’Institut, nommé par elle, aura un mandat de sept ans renouvelable une fois et que son successeur immédiat n’aura pas la même nationalité. Bergson attire aussi l’attention de la CICI sur les pouvoirs importants et sur « l’indépendance à peu près complète » du directeur de l’IICI, dans la mesure où le Conseil d’administration ne se réunira qu’une fois par an et où le Comité de direction, composé de « savants occupés par leurs travaux, qui ne pourront probablement tous assister à toutes les séances » et qui seront d’ailleurs soumis à renouvellement, se réunira tous les deux mois. La CICI décide donc que chacune de ses sous-commissions soit en contact avec la section de l’IICI correspondante ; mais le risque d’une indépendance du directeur de l’Institut n’est pas écarté, du fait que l’IICI est une fondation autonome, reliée à la SDN par des liens assez lâches et théoriquement indépendante de la France. Enfin, la CICI propose que le Comité de direction soit habituellement recruté parmi les membres du Conseil d’administration et désigne une sous-commission (composée de Destrée, Lorentz, Luchaire et Reynold) chargée de préparer le plan de travail et le programme de l’IICI, ses règlements intérieur et financier et le statut de son personnel.

94Les autres décisions prises par la CICI ont trait au budget de l’Institut. En ce qui concerne les traitements des fonctionnaires, il faut concilier deux exigences contradictoires : offrir de forts salaires aux fonctionnaires de l’Institut pour attirer des personnes venant de pays à la monnaie moins dépréciée et constituer un personnel vraiment international tout en ne provoquant pas la jalousie des fonctionnaires et intellectuels français mais aussi les critiques des parlementaires français qui doivent ratifier l’offre du gouvernement et qui seraient sévères à l’égard de tout débordement financier ; de plus, il faut majorer les traitements de tous les fonctionnaires de l’Institut pour compenser l’absence d’avantages accordés aux fonctionnaires de l’État français (stabilité, avancement, retraites) du fait du caractère provisoire de nombreux postes. Refusant de majorer le traitement des fonctionnaires étrangers, la CICI accorde à tout le personnel d’éventuelles indemnités de résidence, de déménagement et familiales et fixe les traitements en s’inspirant des propositions de Luchaire : 6 000 francs pour le directeur ; 45 000 francs minimum pour chacun des six chefs de section ; 23 000 pour chacun des dix adjoints et chefs de service ; 10 000 ou 20 000 francs pour chacun des dix postes de traducteurs et secrétaires-dactylographes ; 8 000 francs en moyenne pour la dizaine de gens de service ; enfin, on prévoit 250 000 francs pour les collaborateurs occasionnels dont le nombre n’est pas fixé.

  • 139 B. Schroeder-Gudehus, op. cit., p. 183.
  • 140 UNESCO, Cici, CICI.135, b. 570 / MAE, Sdn 1855 (lettre du gouvernement monégasque à Herriot, 11 avr (...)

95Les décisions de la CICI concernant le personnel de l’Institut appellent plusieurs remarques. D’abord, le personnel initial prévu – 17 fonctionnaires supérieurs et 20 employés administratifs et de service, soit au total 37 personnes – est très proche des projections de Luchaire et de Reynold (15 et 25, soit 40) qui ont donc réussi à faire prévaloir leurs vues contre les membres de la CICI (comme Lorentz ou Melle Bonnevie) qui voulaient un personnel initial plus modeste. Mais ce personnel reste cependant assez réduit pour montrer au Sénat que l’Institut ne deviendra pas une machine stérile, parce que bureaucratique, ou un organisme tentaculaire sortant de son rôle purement technique et empiétant sur les activités d’autres organisations internationales où la France a de bonnes positions. La part des traitements du personnel dans le budget total s’élève cependant à 51,7 %, soit un pourcentage bien plus proche du projet de Luchaire (56,5 %) – qui voulait un personnel bien payé, donc jouissant d’une certaine considération qui ne manquerait pas de contribuer au prestige de l’Institut – que de celui de Reynold (40,5 %). Le poste très important de dépenses prévu pour les collaborateurs occasionnels répond à plusieurs motivations : d’une part, l’appel très souple à des experts temporaires permettra d’internationaliser davantage le recrutement du personnel de l’Institut et d’asseoir sa popularité en ne blessant l’amour-propre d’aucun État ; d’autre part, le recrutement temporaire de ces experts à petit traitement permettra de faire des économies en réduisant la part des traitements fixes des fonctionnaires dans le budget et d’éviter toute lourdeur bureaucratique en allégeant le personnel stable. Ces mesures vont d’ailleurs dans le sens des désirs du Sénat et de la plupart des membres de la CICI. Les deux autres postes du budget sont d’inégale importance : les dépenses d’entretien et de fonctionnement représentent respectivement 4,8 % et 24,1 % du budget total. Quant aux critères de recrutement des fonctionnaires, Toynbee (suppléant de Murray), fidèle à l’attitude anglaise depuis 1920, déclare que si les milieux anglais sont disposés à accepter que le directeur de l’Institut soit français, étant donné l’origine de sa création et son siège parisien, ils seraient cependant très déçus si l’un des postes de chef de section n’était pas attribué à un Allemand, qui pourra ainsi en outre représenter la culture germanique et prouver que l’Institut est vraiment international. Au même moment, Lorentz, « au nom des académies hollandaise, danoise et suédoise », propose d’ailleurs, lors de la 2e assemblée du CIR, en juillet 1925139, « d’abroger les dispositions d’exclusion » envers l’Allemagne. Ainsi, l’isolement de l’Allemagne tend à s’estomper sous la poussée des Anglo-Saxons depuis les accords de Londres de l’été 1924, et l’IICI, dont on prévoit l’importance du rôle de forum international, devient un enjeu diplomatique qui suscite déjà l’intérêt de plusieurs États : la Pologne offre de subventionner un service d’entraide intellectuelle à l’Institut, au sein duquel la Grèce, Monaco et l’Italie souhaitent être représentés140.

  • 141 UNESCO, Cici : C.288.1925.XII et C.350(1).1925.XII, b. 499.

96Finalement, les décisions de la CICI révèlent une volonté manifeste de rassurer l’opinion étrangère sur le caractère international et non bureaucratique du futur Institut et le Sénat sur l’absence d’influences néfastes et de dépenses excessives qu’entraînera pour la France sa création à Paris. En fait, la plus grosse résistance ne vient pas des autres pays, comme le montre l’adoption par le Conseil de la SDN141, le 11 juin 1925, du rapport de la CICI rédigé par Reynold et du rapport de Briand. Il est vrai que le rapport de Reynold veut rassurer le Conseil de la SDN en soulignant dans quelles limites sera enfermée l’activité de l’IICI, défini comme « un secrétariat technique et un organe exécutif » de la CICI : « en aucune manière il ne saurait pénétrer dans les domaines qui ne sont pas les siens ; s’immiscer, par exemple, dans ces questions scolaires si délicates et qui touchent de si près à la souveraineté des États comme à la vie intime des peuples, ni porter atteinte à l’autonomie des universités, des académies, des sociétés savantes. L’Institut ne cherchera pas non plus, ni à faire de la science, ni à favoriser telle ou telle tendance, ni à répandre une doctrine, ni à faire concurrence à des établissements qui lui seront antérieurs, mais à résoudre pratiquement, le mieux possible, les problèmes qui lui seront soumis, à demeurer un organe de liaison au service des intellectuels dans le monde entier, à leur créer des intérêts qui soient internationaux et à leur fournir de nouveaux ou de meilleurs instruments de travail. Voilà pourquoi l’Institut, qui partira du point auquel la Commission est parvenue elle-même, aura nécessairement des débuts modestes. Il ne sera point construit selon un schéma susceptible d’extensions indéfinies, mais d’après l’expérience. Voilà pourquoi aussi l’on évitera qu’il devienne bureaucratique : il aura toujours le minimum de fonctionnaires et le maximum de collaborateurs, de correspondants, d’experts choisis dans divers pays. Voilà pourquoi, enfin, il restera toujours étroitement subordonné à la Commission, qui l’inspirera de son esprit, lui donnera ses méthodes, préparera et contrôlera ses travaux » ; enfin, « l’Institut ne commencera qu’avec un personnel réduit ; les nouvelles fonctions ne seront créées que selon les besoins », même si « des simplifications et des suppressions pourront toujours intervenir, suivant les buts atteints et les résultats obtenus ». L’IICI ne sera donc pas bureaucratique et restera un organisme purement technique sous le contrôle de la CICI qui ne pourra donc inquiéter aucun pays. Le rapport de Briand insiste aussi sur le fait que le développement de l’activité de l’IICI dépend de la CICI, « dont les décisions sont naturellement soumises à l’approbation du Conseil et de l’Assemblée », gage d’un strict contrôle de la SDN – donc des États – d’ailleurs prévu par l’Accord de décembre 1924. Mais cette volonté de limiter l’activité de l’IICI est aussi motivée par la nécessité d’obtenir le vote par le Sénat du projet de loi le créant.

Le Parlement français adopte le projet de loi créant l’IICI (juin-juillet 1925)

  • 142 JO, Sénat, doc. parl., 1925, annexe n° 356.

97Le 6 juin, dans l’espoir de convaincre le Sénat d’accepter la création de l’IICI, François-Albert écrit dans L’Europe nouvelle un article qui souligne « l’immense bénéfice moral et concret que la France est en droit d’attendre de son initiative » et qui s’achève par une conclusion résolument optimiste : « nul doute que le Sénat ne sanctionne définitivement le vote de la Chambre, sous réserve des modifications partielles que la haute assemblée croit devoir apporter au projet. Et peut-on, même par ces temps de farouches économies budgétaires, hésiter à charger notre budget annuel de deux millions, – deux millions de francs-papier naturellement ! – quand on consent à mettre en parallèle le sacrifice financier et les avantages légitimement escomptés ? ». En fait, plus que ces exhortations, ce sont les décisions de la CICI qui vont influencer les sénateurs, comme le prouve l’avis supplémentaire déposé le 27 juin par Victor Bérard au nom de la commission de l’Enseignement : même si les sénateurs trouvent excessifs les traitements du personnel supérieur de l’Institut (42 000 francs en moyenne pour un chef de section) par rapport à ceux des professeurs d’université (maximum de 28 000 francs), craignent que les sommes affectées aux dépenses internationales de coopération intellectuelle ne dotent des œuvres étrangères dont l’action ne soit pas forcément conforme aux intérêts de la France, enfin critiquent les ambitions « grandioses » de Luchaire, ils reconnaissent cependant que la CICI a tenu compte des recommandations et des craintes du Sénat, notamment en décidant que le président du Conseil d’administration de l’Institut sera toujours le membre français de la Commission et que la concession de locaux par l’Institut à des organisations intellectuelles internationales sera étroitement contrôlée (« il nous suffit d’une ambassade soviétique à Paris, et nous n’éprouvons nullement le besoin d’avoir (...) un Institut soviétique », dira Bérard)142.

  • 143 JO, Sénat, déb. parl., séances des 7 et 8 juillet 1925.
  • 144 UNESCO, Iici, A.I.2 (note de Luchaire à de Monzie, 6 juin 1925), b. 1.

98Lors des débats143, les rapporteurs des commissions des Finances et de l’Enseignement (Fernand Faure et Victor Bérard) demandent donc au Sénat d’adopter le projet de loi créant l’IICI : ils estiment impossible de désavouer l’engagement solennel du gouvernement français et acceptent de voter une subvention annuelle de 2 millions de francs pour l’entretien et le fonctionnement de l’IICI mais refusent d’accorder un million supplémentaire pour couvrir les dépenses d’installation, dans la mesure où cette somme n’est pas explicitement mentionnée dans l’Accord de 1924 et où les finances françaises sont détériorées, et proposent même de n’allouer qu’un million de francs pour l’année 1925 puisque l’Institut ne va fonctionner au plus que pendant six mois. Les commissions sénatoriales maintiennent donc leurs critiques, accrues par la dégradation de la situation financière depuis le début de l’année, et recommandent au Sénat de voter le projet de loi créant l’IICI plus par résignation que par véritable adhésion. Le ministre de l’Instruction publique, Anatole de Monzie, défend le projet en prédisant un discrédit de la France si le Sénat rejette son offre et le déménagement de l’IICI dans une autre capitale européenne, en acceptant un crédit d’un million de francs pour 1925 et, s’appuyant sur une note de Luchaire144, en indiquant que les fonctionnaires français de l’IICI ne jouiront pas d’immunités diplomatiques à l’égard de l’État français.

  • 145 JO, Sénat, déb. parl., annexe à la 1ère séance du 8 juillet 1925.
  • 146 JO, Ch. dép., déb. parl. : 2e séance du 9 juillet 1925 et séance du 10 juillet 1925.
  • 147 JO, Lois et décrets, 9 août 1925.
  • 148 UNESCO, Cici, A.35.1925.XII, b. 493.

99Finalement, le 8 juillet 1925, le Sénat adopte à une large majorité le projet de loi créant l’IICI modifié par la commission des Finances du Sénat en mars : 47 sénateurs – pour la plupart à droite et au centre – se sont abstenus et, sur les 251 votants, 230 ont voté pour, les 21 voix contre provenant essentiellement de la droite, qui a cependant voté en majorité pour le projet145. Le 10 juillet, les députés adoptent le projet de loi146, qui reconnaît l’Accord conclu en décembre 1924 entre la France et la SDN, accorde une subvention annuelle de 2 millions de francs pour le fonctionnement de l’Institut (mais seulement un million pour le deuxième semestre de 1925), inscrite au budget du ministère de l’Instruction publique, et garantit les droits du Parlement français, auquel sera adressé chaque année un rapport sur le budget, les comptes et l’activité de l’Institut. La loi ayant été promulguée le 6 août par Gaston Doumergue, président de la République147, le 31 août, Briand notifie à Drummond l’approbation législative de l’Accord de décembre 1924148.

100Les débats auxquels a donné lieu la ratification par le Parlement du projet de loi créant l’IICI appellent deux grandes remarques. En premier lieu, la gauche confirme son attachement à la nouvelle conception de la diplomatie mise en œuvre par le Cartel depuis 1924, qui mise sur la SDN et la sécurité collective en tant que facteurs permettant, au mieux de stabiliser la situation issue des traités de 1919, au pire de la modifier par la négociation : dans cette optique, Briand est à l’aise pour défendre à la SDN le projet lancé par un ministre d’Herriot. De son côté, la droite, mis à part quelques nationalistes irréductibles qui craignent pour la souveraineté et les intérêts de la France, souscrit à une démarche diplomatique qui poursuit le même but que celle du Bloc national : la sécurité de la France. D’ailleurs, les députés ont voté à l’unanimité le projet de loi créant l’IICI et, au Sénat, Poincaré a voté en sa faveur. Mais, en deuxième lieu, la diplomatie française est affaiblie par la crise financière profonde que traverse la France depuis 1919 et qui motive une grande partie des critiques adressées au projet de loi. Finalement, l’écueil financier a failli être fatal au projet du Cartel, dans une conjoncture il est vrai très dégradée depuis 1924, et a minoré les ambitions des promoteurs de l’Institut, comme il avait empêché Poincaré de recueillir les fruits politiques de l’occupation de la Ruhr, confirmant que la contrainte financière est une constante de la diplomatie française des années vingt. À tel point que cet aspect du problème en vient à masquer tous les autres. Ainsi, à propos d’une offre émanant du ministère de l’Instruction publique, la commission des Finances présente un rapport alors que la commission de l’Enseignement ne donne que des avis. De plus, l’Institut n’est presque jamais mentionné comme un élément de la politique culturelle de la France : le débat reste financier et strictement politique, l’IICI n’étant envisagé que sous l’angle du profit (ou du danger) politique qu’il peut amener. Vision finalement très classique et révélatrice de l’incapacité d’une partie du personnel politique à penser la nouvelle donne diplomatique des années vingt. De façon significative, les adversaires du projet critiquent l’ambition – réelle – de Luchaire et sa volonté de faire de l’Institut un pôle diplomatique susceptible d’entamer l’influence des organisations purement françaises. Il est vrai que le multilatéralisme et l’internationalisme font peur – comme le montre l’assimilation de l’Institut à un « soviet » ! – mais aussi que les discours idéalistes tenus par la gauche masquent souvent des soucis bien français. En ce milieu des années vingt, la SDN reste encore à construire dans les têtes, ce qui est d’ailleurs la tâche de l’IICI.

L’installation de l’IICI (juillet 1925-janvier 1926)

  • 149 UNESCO, Cici : C.445.M.165.1925.XII, b. 501, 509 et 555 ; A.83.1925.XII, b. 493 / SDN, R 1034 (CICI (...)
  • 150 Cf. infra, p. 266, 270 et 276.

101Cependant que la CICI149 adopte, en juillet 1925, une série de résolutions en faveur du désarmement moral, l’IICI entre déjà en relation avec les États et les associations internationales150 et commence à fonctionner à l’automne 1925.

Un personnel au complet

  • 151 UNESCO, Cici, CA.1ère session, 27-28 juillet 1925, b. 548.
  • 152 UNESCO, Cici, CICI.144, b. 570.
  • 153 UNESCO, Cici : C.432.1925.XII.(CICI.144(1)), C.501.1925.XII et A.44.1925.XII, b. 499 ; A.24.1925.XI (...)

102Après l’établissement légal de l’IICI, la CICI, réunie à Genève en juillet 1925, siège en tant que Conseil d’administration de ce dernier151 pour nommer les membres de son Comité de direction et ses principaux fonctionnaires et pour adopter les textes détaillant son organisation. Le Conseil d’administration adopte sans grandes modifications les projets de règlement intérieur, financier et du personnel établis par une sous-commission de la CICI152 et inspirés de l’Accord de décembre 1924, du rapport de Reynold d’avril 1925 et des décisions prises par la CICI en mai 1925. Il maintient l’échelle des traitements prévue par la CICI, décide que seuls les fonctionnaires supérieurs jouiront des immunités diplomatiques consenties par l’article 7 du Pacte de la SDN et institue des représentants des États auprès de l’IICI. Il adopte un budget pour 1926 très proche de celui prévu par la CICI. Puis il élit d’abord les cinq membres du Comité de direction présidé par Bergson : Murray, Destrée, Ruffini, Lorentz et Reynold, soit les membres les plus éminents de la CICI après Bergson mais aussi ceux provenant de pays peu éloignés de Paris, disposition nécessitée par la réunion du Comité tous les deux mois. Il procède ensuite à la nomination du directeur et des chefs de section et de service. Sans grande surprise, Julien Luchaire est désigné directeur : cette nouvelle concession faite à la France est cependant compensée par le visage international du personnel supérieur et notamment par la nomination d’un Allemand à un poste de chef de section, le marchandage proposé en mai par le membre anglais de la CICI ayant donc été conclu. Au total, sur les neuf chefs de section et de service nommés, un seul – le même – n’est pas européen et est une femme (la Chilienne Gabriela Mistral) ; par ailleurs, les principales cultures et les grandes puissances européennes sont représentées puisqu’on trouve un Belge, un Polonais, un Italien, un Allemand, un Espagnol, deux Britanniques et un Français. En septembre, le Conseil et l’Assemblée de la SDN approuvent toutes les décisions du Conseil d’administration153.

  • 154 UNESCO, CICI, CD.1ère session, 9-10 octobre 1925, b. 600.
  • 155 UNESCO, Comptabilité Iici, traitements et salaires 1925-1926 (registre 12), b. 627.

103Les dernières nominations sont opérées par le Comité de direction, réuni à Paris en octobre 1925154, et obéissent à un savant dosage entre les nationalités, le Comité décidant de ne pas attribuer un poste d’adjoint à un ressortissant d’une nationalité déjà représentée par un chef de section. Sont donc nommés adjoints deux Français, un Néerlandais, un Autrichien, une Japonaise, un Suisse, un Tchécoslovaque, un Américain, un Roumain. Par ailleurs, le Comité nomme un autre chef de service britannique. Enfin, un Français est nommé contrôleur général des dépenses. Au total, le personnel supérieur stable de l’Institut, composé de 20 personnes – conformément aux décisions de la CICI –, comprend des ressortissants de quinze nations, preuve d’un recrutement international qui est, en fait, surtout européen : pour 17 Européens (dont 4 Français et 3 Anglais), on compte seulement un Américain, une Chilienne et une Japonaise. Enfin, deux de ses membres viennent de pays non membres de la SDN mais déjà représentés à la CICI (un Allemand et un Américain). Le 16 janvier 1926, le personnel de l’Institut s’élève à 71 personnes, qui proviennent de 17 pays différents155 .

  • 156 MAE, Sdn 1837 (C.435.1925.XII et C.683.1925.XII ; notes du Quai d’Orsay, 28 novembre et 1er décembr (...)
  • 157 UNESCO, Cici, CA.2e session, 16 janvier 1926, b. 548 / MAE, Sdn 1856 (corresp. du Quai d’Orsay, 13- (...)

104Par ailleurs, les instances dirigeantes de l’Institut subissent quelques modifications156 du fait de la démission de deux membres de la CICI, Bergson – malade – en août et Ruffini en octobre 1925 : le 11 décembre 1925, le Conseil de la SDN les remplace par le mathématicien français Paul Painlevé – alors ministre de la Guerre – et le juriste italien Alfredo Rocco- alors ministre de la Justice et ami personnel de Mussolini. Le caractère apolitique des nominations à la CICI semble appartenir de plus en plus au passé et la Commission devient un enjeu disputé par les États : Painlevé et Rocco ont certes des titres intellectuels à faire valoir pour siéger à la CICI mais leur qualité de ministres les aurait fait écarter en 1922. Les changements qui interviennent au sein du Comité de direction confirment d’ailleurs cette politisation157 : outre Painlevé, qui préside le Comité de direction en tant que membre français du Conseil d’administration, ce dernier, réuni le 16 janvier 1926, désigne Rocco – sous la pression du gouvernement italien et avec l’appui de la France – et Einstein – pour contenter le bloc anglo-saxon et Scandinave hostile à la candidature du dignitaire fasciste. Ainsi, à peine créé et bien qu’il soit un organisme international neutre, l’IICI devient un lieu de rivalités entre les États, qui espèrent en tirer un surplus d’influence culturelle et politique.

105Le savant dosage opéré entre les nationalités pour nommer les fonctionnaires supérieurs de l’Institut pouvait d’ailleurs déjà être interprété non pas seulement comme la volonté d’en assurer le caractère vraiment international mais aussi comme le souci de ne froisser aucune susceptibilité parmi tous les grands États européens qui, de fait, ont obtenu chacun au moins un poste. L’incident provoqué par l’élection de Rocco confirme cette dernière lecture et semble bien s’intégrer dans un vaste marchandage entre la France et l’Italie : cette dernière, par ailleurs garante des accords de Locarno d’octobre 1925, accepte en décembre 1925 l’élection de Painlevé à la CICI à la place d’un autre Français, alors même qu’il est ministre de la Guerre, et fait des concessions au sujet du statut de l’Institut international pour l’unification du droit privé qu’elle va installer à Rome ; en retour, la France favorise l’élection d’un proche de Mussolini, pour rendre la pareille à l’Italie et ne pas encourir le reproche de partialité, d’autant que Murray avance la candidature de Melle Bonnevie qui, depuis l’offre de François-Albert, a toujours soutenu la conception d’un Institut le plus international possible. De plus, Luchaire, à la fois en tant que Français et que directeur de l’IICI, a pu pousser dans ce sens, pour obtenir de Rocco qu’en échange de son élection au Comité de direction de l’Institut de Paris, il n’essaierait pas d’empiéter sur les attributions de ce dernier quand il serait à la tête de l’Institut de Rome. Cette conjonction des deux sœurs latines a sans doute irrité les Anglo-Saxons, de sorte que la candidature d’Einstein, qui a pour la France le double défaut d’être allemand et internationaliste, a favorisé l’élection de Rocco, tout en confirmant le retour de l’Allemagne dans les instances internationales, ce qui a aussi pour effet de prouver l’impartialité de la France vis-à-vis de l’IICI.

Un emménagement difficile mais prometteur

  • 158 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire sur l’IICI, 15 octobre 1924 ; rapport de Luchaire à Franço (...)
  • 159 UNESCO, Iici, A.I.1, b. 1.

106À l’automne 1924, Luchaire estime « infiniment désirable, sinon absolument nécessaire, [que l’Institut] se trouve dans l’intérieur de Paris. Une institution, appelée à servir de centre de relations entre les intellectuels de tous les pays qui viennent à Paris, aura besoin de la proximité des bibliothèques ; elle devra être, d’autre part, en contact avec le Ministère de l’Instruction Publique : elle ne doit pas être installée à l’écart. Le local choisi devra présenter outre la commodité certaines qualités d’élégance »158. Comme il est loin ce jour de juillet 1924 où Luchaire voulait vaincre les réticences des membres de la CICI en suggérant que l’Institut fût situé « en dehors de Paris (...) dans la verdure » ! En fait, la France veut installer dignement l’IICI pour en assurer le rayonnement maximal. Dans un rapport adressé à Herriot en novembre 1924159, François-Albert reprend d’ailleurs les arguments de Luchaire en soulignant que, pour « réaliser ce qui doit être le bénéfice français de l’opération : attirer à Paris les organes stables de l’activité intellectuelle internationale » et pour établir « le plus étroit contact avec les milieux universitaires parisiens », « le choix d’un local dans Paris et autant que possible sur la rive gauche s’impose. Il faut qu’il soit vaste et beau. Si on avait accordé à l’Allemagne le privilège de loger le centre international des relations intellectuelles, quel palais n’eût-elle pas donné ».

  • 160 UNESCO, Iici, A.I.5 (lettre de François-Albert au ministre de la Guerre), b. 1 / MAE, Sdn 1854 (art (...)
  • 161 JO, Lois et décrets, 12 septembre et 1er décembre 1925 / UNESCO, Iici : A.IV.17 (corresp. entre l’I (...)
  • 162 UNESCO : Iici, A.I.38 (lettre de Luchaire à Nitobé, 27 octobre 1925), b. 5 ; Cici, CA.2.1926, b. 58 (...)
  • 163 UNESCO : Cici : CD.2e session, 15 décembre 1925, b. 600 ; CA.2e session, 17 janvier 1926, b. 548 ; (...)

107Après que plusieurs locaux ont été envisagés (châteaux de Vincennes et de Versailles, ancienne ambassade d’Autriche rue de Varenne, rue du Bac)160, deux décrets, pris le 8 septembre et le 22 novembre 1925, affectent à l’IICI les locaux des 1er, 2e, 3e et 4e étages du Palais-Royal (aile Montpensier), ce qui suppose le départ des services qui y sont alors installés161. De fait, l’installation de l’Institut a lieu le 26 octobre dans la partie du Palais-Royal la « plus digne d’une grande institution internationale »162. Même si le 16 janvier 1926, jour de son inauguration, l’Institut n’est pas encore entré en possession de tous ses locaux, Luchaire estime cependant que « l’avenir est largement assuré » du fait des promesses faites par diverses administrations françaises de céder d’autres locaux au Palais-Royal163. L’IICI peut donc être inauguré.

L’inauguration de l’IICI (janvier 1926)

  • 164 L’Illustration, 23 janvier 1926.
  • 165 MAE, Sdn 1856 (lettres de Luchaire à la CFR et à Briand, 6 et 8 janvier 1926 ; lettre de Briand au (...)
  • 166 UNESCO, Iici, A.I.6, b. 1.

108L’IICI est solennellement inauguré le 16 janvier 1926 en présence de nombreuses personnalités françaises et étrangères (ministres, parlementaires et universitaires français, corps diplomatique, associations et institutions intellectuelles françaises et internationales)164. La cérémonie – retransmise par la Compagnie française de Radiophonie pour une « vaste diffusion à l’étranger »165 – consiste en des discours entrecoupés de pièces musicales166 qui, pour bien marquer la vocation et le caractère internationaux de l’IICI, émanent de compositeurs représentant les grandes cultures de l’Europe (Vivaldi, Rameau, Haendel, Mozart, Beethoven, Schumann). Entre les morceaux musicaux, sont donc prononcés des discours par les principaux responsables français et internationaux.

  • 167 UNESCO, Cici, C.87.M.43.1926.XII, b. 501.
  • 168 Cf. infra, p. 116.

109Scialoja, président en exercice du Conseil de la SDN, Drummond, secrétaire général de la SDN, et Lorentz, qui vient d’être élu président de la CICI167, remercient tous les trois le gouvernement français pour son offre généreuse. Drummond, dans une très brève intervention, souligne que l’Institut « constitue un pas de plus dans le processus de la coopération internationale qui est le premier but de la SDN d’après le préambule du Pacte ». Scialoja et Lorentz rappellent l’origine de la CICI, dont l’Institut sera l’organe d’exécution pour organiser le travail intellectuel mais aussi développer le rapprochement des esprits et consolider la paix. Dans un discours très technique, Luchaire insiste sur le rôle tenu par la France, qui a permis la création de l’Institut par son geste généreux et désintéressé, et souligne la nouveauté que constitue l’installation d’un organe de la SDN ailleurs qu’à Genève. Après avoir tracé le vaste programme de l’Institut, il assure les représentants de la SDN de son appui total et du caractère vraiment international de l’Institut, qui ne sera qu’un organe technique, et en appelle à l’avènement d’une « République générale des Intelligences » qui préfigure la « Société des Esprits » que Paul Valéry appellera de ses vœux en 1930168 : discours mariant patriotisme et internationalisme, pour rassurer à la fois les responsables français et internationaux.

  • 169 SDN, R 1029 (lettre de Destrée à Oprescu, 12 octobre 1925).

110Daladier, ministre de l’Instruction publique, et Painlevé, président du Conseil d’administration de l’IICI169, insistent aussi sur le fait que, grâce à ses atouts – « la permanence et l’universalité » –, l’Institut, tout en organisant le travail intellectuel, collaborera aussi « au désarmement des esprits et au rapprochement des peuples » et à leur « compréhension mutuelle » en favorisant « la formation d’une conscience universelle », pour que s’établissent des rapports fréquents entre les intellectuels de tous les pays – car « le progrès de l’esprit scientifique est le facteur le plus actif de la formation de cette morale internationale sans laquelle la paix est incertaine et précaire » – et pour « fournir aux élites dont la pensée oriente celle du grand nombre, notamment aux jeunes élites en formation, les occasions de se rapprocher ». L’IICI sera d’ailleurs autant européen qu’universel car « il lui appartient de renouer, dans le domaine intellectuel, le fil rompu de la civilisation européenne ». Prenant en exemple les accords de Locarno, voulus par des dirigeants soutenus « par le profond désir de paix et de sécurité qui animaient leurs peuples », les deux responsables français en appellent à « une collaboration fraternelle de tous les hommes », que l’Institut devra favoriser en établissant « d’abord entre tous les intellectuels, puis entre tous les hommes cultivés, enfin entre tous les peuples » une coopération intellectuelle, et comptent sur la jeunesse pour se pénétrer de cet idéal et ainsi affermir la paix entre les peuples. Profession de foi pacifiste, en un moment où l’Europe semble enfin sortir du tumultueux après-guerre, mais aussi preuve de la nouvelle orientation de la diplomatie française, qui rejette les coups de force et mise sur la conciliation.

111Finalement, tous ces discours révèlent trois soucis : assurer le caractère international et universel, qui s’enrichit des différentes cultures nationales, de l’IICI, seul gage de sa réussite et de sa crédibilité ; développer les deux missions de l’Institut – la poursuite de la coopération intellectuelle sous l’autorité de la CICI et le rapprochement des esprits pour soutenir l’action politique de la SDN – ; intégrer la culture dans le champ d’action des États, au niveau national et international, et insister sur la responsabilité des élites, guides spirituels des masses dans la quête vers un monde débarrassé des conflits armés. Mais quel en est l’écho ?

112En France, le journal qui couvre le plus l’événement est l’hebdomadaire dirigé par Louise Weiss, L’Europe nouvelle, paneuropéen et favorable à la diplomatie de conciliation menée par le Cartel des gauches : son numéro daté du 16 janvier 1926 est tout entier consacré à l’IICI. Outre des documents relatifs à sa fondation, on y trouve plus de vingt articles rédigés par des personnalités françaises et étrangères engagées dans la coopération intellectuelle et regroupés autour de trois thèmes : l’interdépendance spirituelle des peuples, l’organisation de l’Institut et la coopération intellectuelle à travers le monde. Les articles illustrant le premier thème sont dus à des intellectuels (Einstein, Valéry, Murray) et à des hommes politiques (de Monzie, Daladier, François-Albert, Destrée) et soulignent tous le but à la fois technique – aider la CICI – et politique – contribuer à enraciner la paix en rapprochant les esprits – de l’IICI : ainsi, de Monzie estime que l’Institut se doit « de créer une idéologie commune à tous les peuples, de susciter entre eux le sentiment de leur interdépendance spirituelle ». Seul Einstein ne partage pas cette vision optimiste d’un Institut élaborant et répandant une morale et une conscience internationales génératrices de paix, craignant en effet de voir l’IICI être manipulé par la France : « le fait que le Gouvernement français crée et entretienne à Paris, avec les ressources de l’État français, avec un Français comme directeur, un Institut devant être l’organe permanent de la Commission, peut faire redouter une prépondérance de l’influence française au sein de la Commission ». Ses craintes sont d’ailleurs partagées par Murray, qui tient à réaffirmer que « la CICI n’a, ou du moins ne doit avoir, dans la pensée de ses fondateurs, aucune attache gouvernementale ».

  • 170 23 janvier 1926.
  • 171 16 janvier 1926.
  • 172 17 et 18 janvier 1926.
  • 173 17 janvier 1926.

113Seulement deux autres journaux accordent une certaine importance à l’inauguration de l’IICI : L’Illustration170 et Le Bulletin Quotidien171, où s’exprime le point de vue du Comité des Forges. Les autres journaux172 sont très succincts, qu’ils soient de droite (Le Temps, Le Journal des Débats, L’Intransigeant et Le Matin) ou de gauche (L’Œuvre et Le Quotidien, lequel, très favorable au Cartel, se montre enthousiaste envers l’Institut). Tous ces journaux sont cependant favorables à l’IICI, soit qu’ils insistent sur le profit que la France pourra en retirer, soit qu’ils soulignent son rôle pour consolider l’atmosphère d’entente qui prévaut en Europe depuis 1924, montrant ainsi que la politique de conciliation entamée par Herriot et poursuivie par Briand recueille l’adhésion de la grande majorité de l’opinion française. La seule note discordante vient de L’Humanité173, pour qui l’IICI a un « caractère de conservation sociale et bourgeoise » : de fait, sa mission – la sauvegarde de la paix et donc le maintien du statu quo territorial en Europe – ne correspond pas vraiment aux buts de l’Union soviétique, pour qui la SDN est encore un syndicat des vainqueurs capitalistes virtuellement prêts à la combattre.

114Ainsi, l’inauguration de l’IICI est finalement peu couverte par la presse française. Ce relatif désintérêt est dû au caractère élitiste du nouvel Institut mais aussi aux problèmes politiques et économiques du moment qui semblent plus importants que les problèmes culturels : la révolte d’Abdel-Krim au nord du Maroc depuis avril 1925 et celle des Druzes de Syrie depuis août 1925, l’évacuation anticipée de la zone de Cologne par les troupes françaises en contrepartie des accords de Locarno, la dégradation de la situation financière.

115L’IICI existe désormais, résultat d’une volonté politique imposée aux États étrangers et au Parlement français par le gouvernement de Cartel des gauches, dans un contexte international favorable mais dans une situation financière critique. Et même si l’engagement français en faveur du système genevois n’est pas exempt d’arrière-pensées impérialistes, il contribue à consolider la détente en Europe et accroît la crédibilité de la SDN. Créé par la France, il doit cependant faire la preuve de son caractère international et apolitique et trouver sa place en tant qu’institution internationale indépendante de la France et autonome vis-à-vis de la SDN.

Notes

1 UNESCO, Cici, A.42(B). 1921, boîte 493.

2 Pham-Thi-Tu, La coopération intellectuelle sous la SDN, Genève, 1962, p. 13.

3 C. Bekri, L’UNESCO : "Une entreprise erronée ?", Paris, 1991, p. 33-44.

4 C. Bekri, op. cit., p. 44-52/ Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 17-22/ H. Greaves, The League Committees and World order, Londres, 1931, p. 114 et 128.

5 UNESCO, Cici, A.42(B).1921, b. 493.

6 MAE, Sdn 1831 (lettre d’Appell à Drummond, 8 juillet 1920).

7 1ère Ass. SDN : 19e et 31e séances, 11 et 18 décembre 1920, et annexe E ; 2e commission, 16 décembre 1920, et annexes 27a et 28.

8 MAE, Sdn 1831.

9 V.-Y. Ghebali, « Aux origines de l’ECOSOC », Annuaire français de droit international, 18 (1972), p. 475 et suiv.

10 MAE, Sdn 1831 (CL.13.1921).

11 MAE, Sdn 1831.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 MAE, Sdn 1831.

15 Ibid.

16 SDN, R 1029 (lettre de Lafontaine à Drummond, 25 juillet 1921).

17 MAE, Sdn 1831 (lettre de de Margerie à Briand, 27 juin 1921).

18 SDN, R 1029.

19 UNESCO, Cici, A.42(B).1921, b. 493.

20 UNESCO, Cici, A.42(C).1921, b. 493.

21 SDN, R 1029 (notes du Secrétariat de la SDN à Drummond, 10 et 11 août 1921).

22 UNESCO, Cici, A.42(A).1921, b. 493.

23 2e Ass. SDN : 15e séance, 21 septembre 1921 ; 5e com., 8, 10 et 20 septembre 1921, et annexe 12.

24 D. Mylonas, op. cit., p. 30-31.

25 G. Murray, An Unfinished Autobiography, Londres, 1960, p. 189-190.

26 SDN, R 1029 (note de Nitobé, 16 septembre 1921 ; lettre d’Albert Thomas à Drummond, 14 décembre 1921, C.546.1921.XII).

27 D. Mylonas, op. cit., p. 31-32.

28 MAE, Sdn 1831 (lettre d’Appell à Drummond, 8 juillet 1920).

29 UNESCO, Cici : A.42(A).1921 et A.97.1921, b. 493.

30 UNESCO, Cici, A.72.1921.XII, b. 493 / 2e Ass. SDN, 10e et 13e séances, 13 et 15 septembre 1921.

31 C. Bekri, op .cit., p. 63.

32 MAE, Sdn 1831 (note de Gout, 3 janvier 1921).

33 Ibid. (note du service français de la SDN à Briand, 2 septembre 1921).

34 MAE, Sdn 1831 (note de Berthelot, 16 septembre 1921).

35 MAE, Sdn 1831.

36 P. Guillen, « La politique culturelle de la France en Italie dans les années 1918-1922 », Relations Internationales, n° 25, 1981, p. 67-85.

37 R. Girault et R. Frank, Turbulente Europe et nouveaux mondes 1914-1941, Paris, 1988, p. 129.

38 MAE, Sdn 1831 (correspondance, 19 novembre 1921-14 janvier 1922 ; lettre de Roland – Marcel à Poincaré, 1er août 1922).

39 MAE, Sdn 1831 (C.129.1922.XII ; télégramme de Gout au Quai d’Orsay, 12 janvier 1922 ; note du Quai d’Orsay, 13 janvier 1922).

40 UNESCO, Ccic, C.58.1922.XII, b. 499 / MAE, Sdn 1831 (lettres de Drummond, 17 mars, 3 et 29 avril 1922).

41 MAE, Sdn 1831 (C.312.M.155.1922.XII).

42 B. Schroeder-Gudehus, « Pas de Locarno pour la science : la coopération scientifique internationale et la politique étrangère des États pendant l’entre-deux-guerres », Relations Internationales, n° 46, 1986, p. 173-194.

43 SDN, R 1031 (note de Nitobé, 18 août 1922).

44 MAE, Sdn 1831 (lettre de Bérard à Poincaré, 1er mai 1922).

45 « Les échanges intellectuels et la SDN », Revue hebdomadaire, juin 1922, p. 342-346.

46 H. Bergson, « La guerre et la littérature de demain », 23 avril 1915, Mélanges, Paris, 1972, p. 1154.

47 MAE, Sdn 1831 (lettre de l’ambassadeur de France en Suisse à Poincaré, 29 mars 1922).

48 G. de Reynold, « La reconstruction intellectuelle, les Catholiques et la Société des Nations », La Revue Générale, 15 juin 1922, p. 617-633.

49 MAE : Sdn 1831 (corresp., 28 juillet-1er août 1922) et 1843 (corresp., 11-31 juillet 1922) / SDN, R 1029 (corresp., 4-30 juillet 1922).

50 UNESCO, Cici, C.711.M.423.1922.XII, b. 501.

51 UNESCO, Cici, A.61.1922.XII (C.559.1922.XII), b. 493 et 509.

52 UNESCO, Cici, C.711.M.423.1922.XII, b. 501.

53 UNESCO, Cici, A.61.1922.XII (C.559.1922.XII), b. 493 et 509.

54 MAE, Sdn 1843 (notes du Quai d’Orsay et de Roland-Marcel, 28 août 1922). (phrases soulignées dans le texte).

55 MAE, Sdn 1843 (lettre de Roland-Marcel au Quai d’Orsay, 30 août 1922).

56 UNESCO, Cici, A.66.1922.XII (C.650.1922.XII), b. 493 et 499.

57 3e Ass. SDN : 13e, 21e et 23e séances, 21, 28 et 29 septembre 1922 ; 2e com., 15, 19 et 21 septembre 1922 ; 4e com., 26 septembre 1922, et annexe 17 ; 5e corn., 12,13, 14 et 18 septembre 1922 / UNESCO, Cici : A.5.1922, A.81.1922, A.137.1922.XII et A.156.1922, b. 493.

58 B. Schroeder-Gudehus, op. cit.

59 UNESCO, Cici : C.700.M.416.1922.XII et C.731.M.443.1922.XII, b. 501 ; C.343.1923.XII, b. 499 / MAE, Sdn 1837 (corresp., mars-octobre 1923) / SDN, R 1029 (lettre de Bergson à Nitobé, 20 avril 1923).

60 N. Pietri, La reconstruction économique et financière de l’Autriche par la SDN, thèse, Paris I, 1981.

61 UNESCO, Cici, C.700.M.416.1922, b. 501 / MAE, Sdn 1832 (C.111.M.52.1923.XII et C.L.6.1923.XII).

62 MAE, Sdn 1843 (C.731.M.443.1922.XII).

63 UNESCO, Cici, A.31.1923.XII (annexe 2), b. 493 et 509.

64 UNESCO, Cici, A.31.1923.XII, b. 493 et 509.

65 UNESCO, Cici, C.570.M.224.1923.XII, b. 501.

66 MAE, Sdn 1843 (note du ministère de l’Instruction publique, 5 septembre 1923).

67 UNESCO, Cici, C.3.M.3.1924.XII (débats et annexes 1, 2 et 18), b. 501 et 555.

68 SDN, R 1030 (lettre du Secrétariat de la SDN à Reynold, 3 novembre 1923).

69 UNESCO, Cici, A.31.1924.XII (annexe I), b. 493 et 509.

70 UNESCO, Cici, A.31.1924.XII, b. 493 et 509.

71 UNESCO, Cici : A.31.1923.XII, A.66.1923.XII (C.573(I).1923.XII), A.102.1923.XII et A.135.1923.XII, b. 493 / MAE, Sdn 1843 (corresp., 31 août-27 septembre 1923) / 4e Ass. SDN, 15e séance, 27 septembre 1923.

72 M.-R. Mouton, « Du "super-budget" au "super-État" ? une campagne française contre la SDN », dans Enjeux et Puissances : pour une histoire des relations internationales au XXe siècle, Paris, 1986, p. 143-153.

73 UNESCO, Cici, C.570.M.224.1923.XII, b. 501.

74 UNESCO, Cici : A.102.1923.XII et A.135.1923.XII, b. 493.

75 MAE, Sdn 1843.

76 MAE, Sdn 1844. Cf. aussi note de Gout, le même jour.

77 UNESCO, Cici, C.3.M.3.1924.XII, b. 501 et 555.

78 UNESCO, CICI, C.802.1923.XII, b. 499.

79 MAE, Sdn 1837 (corresp., 30 mai-17 juin 1924) / SDN, R 1029 (corresp., 16 avril-16 juin 1924)/UNESCO, Cici, CICI.106, b. 568.

80 MAE, Sdn 1839 (corresp., 21 novembre 1923-février 1924).

81 UNESCO, Iici, A.III.8, b. 21.

82 UNESCO, Iici, A.XI.17, b. 64.

83 UNESCO, Iici, A.I.35 (projet de lettre de Reynold, 6 mars 1925), b. 5.

84 UNESCO, Iici, A.I.35, b. 5 / SDN : R 1034 et 1067. (mots soulignés dans le texte).

85 B. Schroeder-Gudehus, op. cil., p. 185.

86 UNESCO, Iici, A.I.35 (lettre de Luchaire à Reynold, 11 mars 1924), b. 5.

87 SDN, R 1067 (lettre de Bergson à Oprescu, 26 octobre 1924).

88 C. Bekri, op. cit., p. 56-57.

89 Ibid., p. 63.

90 UNESCO, Cici, A.20.1924.XII, b. 493.

91 MAE, Sdn 1839 (C.L.20(a).1924.XII, annexe III).

92 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 134-159.

93 UNESCO, Iici, A.I.9 (note, sans doute de Luchaire, sur l’offre française), b. 2.

94 R. Girault et R. Frank, op. cit., p. 140.

95 UNESCO, Iici, A.I.9, b. 2.

96 F. Sereni, « La Cité internationale universitaire de Paris, 1925-1950. De la SDN à la construction de l’Europe », Relations Internationales, n° 72, 1992, p. 399-407.

97 J. Luchaire, « L’organisation du futur IICI », conférence du 24 novembre 1924.

98 SDN, R 1031 (CICI.13).

99 MAE, Sdn 1854 (lettre d’Herbette à Herriot, 21 août 1924).

100 UNESCO, Cici, A.20.1924.XII, b. 493.

101 Ibid.

102 J. Luchaire, op. cit., p. 16 (intervention de Bergson).

103 UNESCO, Iici, A.I.9 (lettre de Luchaire à Mantoux), b. 2.

104 UNESCO, Cici : A.20.1924.XII, b. 493 ; CICI.123, b. 569.

105 MAE, Sdn 1854 (lettre de Drummond à Herriot, 23 août 1924) / UNESCO, Cici, C.418.1924.XII, b. 499.

106 MAE, Sdn 1854.

107 UNESCO, Iici, A.I.9 (lettre de François-Albert à Herriot, août 1924), b. 2.

108 UNESCO, Cici, A.64.1924.XII [C.447(I).1924.XII], b. 493.

109 MAE, Sdn 1854 (note de Clauzel à Herriot, 12 septembre 1924).

110 SDN, R 1070.

111 MAE, Sdn 1854 (corresp., 2-9 septembre 1924) / UNESCO, Cici, A.66.1924.XII [C.448(1).1924.XII], b. 493.

112 UNESCO, Cici, A.65.1924.XII, boîte 493 / MAE, Sdn 1854 (note de Clauzel à Herriot, 12 septembre 1924).

113 MAE, Sdn 1854 (lettre du chargé d’affaires français à Bruxelles, 11 septembre 1924).

114 UNESCO, Cici, A.79(1).1924.XII, b. 493 / MAE, Sdn 1854 (lettre de Clauzel à Herriot, 19 septembre 1924).

115 5e Ass. SDN, 18e séance, 23 septembre 1924.

116 J. Luchaire, op. cit., p. 5-6/ UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IICI, novembre 1924), b. 1.

117 L’Europe nouvelle, 20 septembre 1924 (article de Julien Luchaire sur l’IICI).

118 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert, novembre 1924), b. 1.

119 5e Ass. SDN, 18e séance, 23 septembre 1924.

120 J. Luchaire, op. cit., p. 14.

121 UNESCO, Iici : A.I.3 (rapports de Luchaire sur l’IICI, 15 octobre et novembre 1924), b. 1 ; A.III.8 (note de Luchaire, 15 octobre 1924), b. 21.

122 SDN, R 1070 (corresp. entre Drummond et Bergson, 5 et 12 novembre 1924) / UNESCO, Cici, C.540.1924.XII, b. 499.

123 UNESCO, Iici : A.I.1 et 3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IICI, novembre 1924), b. 1 ; A.II.5 (lettre de Bergson à Luchaire, 21 octobre 1924), b. 16 / SDN, R 1070 (lettre de Bergson à Drummond, 12 novembre 1924).

124 UNESCO, Iici, A.I.1, b. 1.

125 SDN, R 1070 (lettres du Secrétariat de la SDN, 3 décembre 1924, et de Drummond à Bergson, 4 décembre 1924).

126 Pham-Thi-Tu, op. cit., p. 88.

127 UNESCO, Iici, b. 1 : A.I.1 (lettres d’Avenol à Bergson, 14 novembre 1924, de Luchaire à Henri Bonnet, 28 novembre 1924, et de Drummond au Quai d’Orsay, 1er décembre 1924) ; A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IICI, novembre 1924) ; A.I.4 (lettre de Luchaire à Destrée, 18 novembre 1924).

128 M.-R. Mouton, op. cit.

129 UNESCO, Cici, C.286.M.104.1925.XII (annexe 1) [C.825(1).M.280.1924.XII (CICI.133)], b. 501 et 555.

130 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert sur l’IICI, novembre 1924), b. 1 / MAE, Sdn 1854 (note du Quai d’Orsay, 9 décembre 1924).

131 MAE, Sdn 198.

132 MAE, Sdn 1854 (télégramme de Besnard au Quai d’Orsay, 14 décembre 1924 ; lettre du président du Conseil de la SDN, 5 janvier 1925)/ UNESCO, Cici, C.814(I).M.279.1924.XII (CICI.132), b. 499 et 501.

133 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire à François-Albert, novembre 1924), b. 1.

134 JO, Ch.dép. : déb. parl., 1ère séance du 26 décembre 1924, 1ère séance du 30 décembre 1924, 2e et 3e séances du 31 décembre 1924 ; doc. parl., 1924, annexes n° 966, 1018 et 1019.

135 JO, Sénat : déb. parl., séance du 31 décembre 1924 ; doc. parl., 1925, annexes n° 88 et 117 / MAE, Sdn 1855 (notes du Quai d’Orsay, 19 et 21 février 1925 ; annexe III au rapport de la commission des Finances du Sénat sur le projet de loi créant l’IICI, 24 février 1925).

136 UNESCO, Iici, A.I.9 (note de Luchaire sur le projet de loi créant l’IICI, 17 février 1925 ; note sur le vote de la commission des Finances du Sénat ; note sur les rapports de Fernand Faure et Victor Bérard, mars 1925), b. 2 / MAE, Sdn 1855 (note du Quai d’Orsay, 6 mars 1925).

137 UNESCO, Cici, C.286.M.104.1925.XII, b. 501 et 555.

138 UNESCO : Cici : CICI.127, b. 569 ; CICI.139, b. 570 ; Iici : A.I.3 (rapports de Luchaire sur l’IICI et à François-Albert, 15 octobre et novembre 1924 ; lettres de Luchaire à Reynold et Destrée, 28 octobre et 18 novembre 1924 ; CICI.130, 2 janvier 1925) et A.I.4 (lettres de Destrée à Luchaire, 8, 18 et 20 novembre 1924), b. 1 ; A.II.5 (lettres de Bergson à Luchaire, 17 et 21 octobre 1924), b. 16.

139 B. Schroeder-Gudehus, op. cit., p. 183.

140 UNESCO, Cici, CICI.135, b. 570 / MAE, Sdn 1855 (lettre du gouvernement monégasque à Herriot, 11 avril 1925 ; lettre du Quai d’Orsay au ministère de l’Instruction publique, 18 mai 1925).

141 UNESCO, Cici : C.288.1925.XII et C.350(1).1925.XII, b. 499.

142 JO, Sénat, doc. parl., 1925, annexe n° 356.

143 JO, Sénat, déb. parl., séances des 7 et 8 juillet 1925.

144 UNESCO, Iici, A.I.2 (note de Luchaire à de Monzie, 6 juin 1925), b. 1.

145 JO, Sénat, déb. parl., annexe à la 1ère séance du 8 juillet 1925.

146 JO, Ch. dép., déb. parl. : 2e séance du 9 juillet 1925 et séance du 10 juillet 1925.

147 JO, Lois et décrets, 9 août 1925.

148 UNESCO, Cici, A.35.1925.XII, b. 493.

149 UNESCO, Cici : C.445.M.165.1925.XII, b. 501, 509 et 555 ; A.83.1925.XII, b. 493 / SDN, R 1034 (CICI.116) / MAE, Sdn 1841 (CICI.156) / 6e Ass. SDN, 14e séance, 22 septembre 1925 / Cf. aussi infra, p. 301, 302 et 304.

150 Cf. infra, p. 266, 270 et 276.

151 UNESCO, Cici, CA.1ère session, 27-28 juillet 1925, b. 548.

152 UNESCO, Cici, CICI.144, b. 570.

153 UNESCO, Cici : C.432.1925.XII.(CICI.144(1)), C.501.1925.XII et A.44.1925.XII, b. 499 ; A.24.1925.XII, b. 493 et 509 ; A.7.1925, A.7(a).1925 et A.83.1925.XII, b. 493 / MAE, Sdn 1855 (Journal de l’Assemblée de la SDN, 19 septembre 1925).

154 UNESCO, CICI, CD.1ère session, 9-10 octobre 1925, b. 600.

155 UNESCO, Comptabilité Iici, traitements et salaires 1925-1926 (registre 12), b. 627.

156 MAE, Sdn 1837 (C.435.1925.XII et C.683.1925.XII ; notes du Quai d’Orsay, 28 novembre et 1er décembre 1925 ; télégramme de Clauzel, 11 décembre 1925).

157 UNESCO, Cici, CA.2e session, 16 janvier 1926, b. 548 / MAE, Sdn 1856 (corresp. du Quai d’Orsay, 13-16janvier 1926).

158 UNESCO, Iici, A.I.3 (rapport de Luchaire sur l’IICI, 15 octobre 1924 ; rapport de Luchaire à François-Albert, novembre 1924), b. 1.

159 UNESCO, Iici, A.I.1, b. 1.

160 UNESCO, Iici, A.I.5 (lettre de François-Albert au ministre de la Guerre), b. 1 / MAE, Sdn 1854 (articles parus dans L’Information) / SDN, R 1070 (lettre de Luchaire à Oprescu, 27 décembre 1924).

161 JO, Lois et décrets, 12 septembre et 1er décembre 1925 / UNESCO, Iici : A.IV.17 (corresp. entre l’IICI et la Comédie-Française, octobre-décembre 1925), b. 31 ; A.IV.23 (lettre de Delbos à Caillaux, 2 septembre 1925 ; lettre de de Monzie à Luchaire, 13 septembre 1925), b. 31.

162 UNESCO : Iici, A.I.38 (lettre de Luchaire à Nitobé, 27 octobre 1925), b. 5 ; Cici, CA.2.1926, b. 586.

163 UNESCO : Cici : CD.2e session, 15 décembre 1925, b. 600 ; CA.2e session, 17 janvier 1926, b. 548 ; CA.2.1926, b. 586 ; Iici, A.IV.23 (lettre de Luchaire au garde des Sceaux, 7 janvier 1926), b. 31.

164 L’Illustration, 23 janvier 1926.

165 MAE, Sdn 1856 (lettres de Luchaire à la CFR et à Briand, 6 et 8 janvier 1926 ; lettre de Briand au ministre du Commerce et de l’Industrie, 11 janvier 1926).

166 UNESCO, Iici, A.I.6, b. 1.

167 UNESCO, Cici, C.87.M.43.1926.XII, b. 501.

168 Cf. infra, p. 116.

169 SDN, R 1029 (lettre de Destrée à Oprescu, 12 octobre 1925).

170 23 janvier 1926.

171 16 janvier 1926.

172 17 et 18 janvier 1926.

173 17 janvier 1926.

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search