Desktop versionMobile Version

L’UNESCO oubliée

 | 
Jean-Jacques Renoliet

Introduction

Volltext

1Bien que le Pacte de la SDN ne contienne aucune disposition relative à la coopération intellectuelle, le Conseil et l’Assemblée de la SDN adoptent en septembre 1921 une proposition française suggérant la constitution d’un organisme international du travail intellectuel destiné à renforcer la collaboration dans ce domaine et à susciter la formation d’un esprit international pour consolider l’action de la SDN en faveur de la paix. La Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI) est officiellement créée en janvier 1922 et constitue la première pièce de ce qui va devenir une organisation technique de la SDN formellement reconnue en septembre 1931, l’Organisation de Coopération Intellectuelle (OCI). Celle-ci comprend d’autres institutions créées autour de la CICI : les commissions nationales de coopération intellectuelle, constituées dans un nombre croissant d’États à partir de 1923 ; l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI), inauguré à Paris en 1926 ; l’Institut International du Cinématographe Éducatif (IICE), ouvert à Rome en 1928. Le destin de ces différents organismes n’est pas le même : l’IICE est fermé le 31 décembre 1937 quand l’Italie quitte la SDN ; la CICI tient sa dernière session en juillet 1939 ; l’IICI fonctionne jusqu’en juin 1940 – date à laquelle il est fermé par les autorités allemandes –, rouvre ses portes en 1945 et disparaît en 1946 pour laisser place à l’UNESCO – au sein de laquelle subsistent les commissions nationales –, qui assure donc avec l’OCI une continuité institutionnelle et même géographique puisque, comme l’IICI, son siège est à Paris.

2Seul un public de spécialistes connaît aujourd’hui l’OCI, dont la brève existence a été éclipsée par l’UNESCO. Pourtant, les deux organisations sont intimement liées par une origine commune – les ravages de la guerre – et un but identique – contribuer au rapprochement des peuples pour favoriser la paix – : l’UNESCO est fille de l’OCI – comme l’ONU l’est de la SDN – et leur structure différente, loin d’en faire des étrangères, prouve que l’UNESCO s’est bâtie en tenant compte de l’expérience de l’OCI. De façon générale, en tant qu’excroissance de la SDN, l’OCI est un bon exemple du développement, caractéristique du XXe siècle, des organisations internationales spécialisées dans un domaine technique : longtemps considérées comme secondaires, celles-ci, gouvernementales ou non, s’affirment aujourd’hui comme des partenaires indispensables des relations internationales, profitant depuis longtemps de l’impuissance ou de la paralysie, liées aux rivalités politiques des États, des institutions généralistes comme la SDN ou l’ONU. Étudier l’histoire de l’OCI, c’est donc contribuer à écrire l’histoire des organisations techniques de la SDN, dont beaucoup survivent d’ailleurs dans le système onusien (le BIT, par exemple). Mais la coopération internationale que veut développer l’OCI s’applique à un domaine un peu particulier, à savoir celui de l’esprit. Étudier l’action de l’OCI, c’est essayer de montrer ce que fut la première expérience de coopération intellectuelle internationale visant à créer une conscience universelle et pacifiste, en signalant ses carences mais aussi ses promesses et ses leçons pour l’avenir : en particulier, c’est poser la question de l’engagement politique des intellectuels et montrer la difficulté d’une organisation internationale à concilier ses idéaux fondateurs fondamentalement politiques – la défense de valeurs humanistes – avec un apolitisme nécessaire à l’obtention de la participation de tous les États. Car l’action de l’OCI se développe dans un environnement politique et économique particulier – celui de l’entre-deux-guerres – et doit compter avec les États, qui interviennent à un double titre : d’une part, la culture – et en particulier l’éducation – est un de leurs centres d’intérêt et devient de plus en plus, depuis la fin du XIXe siècle, un outil de leur diplomatie et un vecteur de leur influence, notamment en ce qui concerne la France ; d’autre part, toute organisation internationale a vocation à affirmer ses compétences et à écorner la souveraineté des États. Étudier l’histoire de l’OCI, c’est donc apprécier le rôle de la culture comme moyen de rapprochement ou d’affrontement des États, mais aussi éclairer leurs rapports – toujours actuels – avec une institution internationale.

  • 1 Cf. sources et bibliographie, p. 335-338.
  • 2 Cf. notre thèse sur L’Institut International de Coopération Intellectuelle (1919-1940), Université (...)

3Les réponses à toutes ces questions ont été recherchées dans une documentation qui fait la part belle aux archives de l’IICI, conservées à l’UNESCO, de la SDN et du Quai d’Orsay1. Pour rendre intelligible l’histoire de l’OCI – dont a été exclu l’IICE, qui constitue une entité bien distincte, mais au sein de laquelle l’IICI, qui s’impose comme son organe principal dans les années trente, a été privilégié2 –, cette abondante documentation a été organisée selon un plan à la fois chronologique et thématique. La première partie retrace l’histoire, courte mais mouvementée, de l’OCI : les conditions de sa formation, de 1919 à 1926, lorsque la SDN décide de s’occuper de la coopération intellectuelle, qui n’est pourtant pas mentionnée dans son Pacte, en acceptant la création de la CICI puis de l’IICI, en grande partie sous l’influence de la France, qui semble mue par une véritable ambition culturelle ; sa contestation et sa réforme, de 1926 à 1930, sous les coups répétés de la Grande-Bretagne et du Secrétariat de la SDN ; sa promotion au sein de la SDN, de 1931 à 1940, dans un contexte difficile ; enfin sa disparition, de 1940 à 1946, handicapée par la fermeture de l’IICI pendant l’Occupation et concurrencée par le projet anglo-saxon d’UNESCO. La deuxième partie décrit le fonctionnement de l’IICI, poumon de l’OCI, sous quatre principaux aspects : les problèmes matériels (en matière de personnel, de locaux et surtout de budget), qui sont souvent révélateurs de ses difficultés à se faire accepter par les États ; l’intérêt globalement limité que lui portent ces derniers ; l’importance des autres partenaires (commissions nationales et associations notamment) ; enfin, les réalisations somme toute honorables, étant donné les circonstances défavorables et les difficultés matérielles.

Anmerkungen

1 Cf. sources et bibliographie, p. 335-338.

2 Cf. notre thèse sur L’Institut International de Coopération Intellectuelle (1919-1940), Université de Paris I, novembre 1995, 1 139 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1981

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search