Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Seconde postface

Texte intégral

  • 1 Édité par Random House Inc (640 pages, cf. compte rendu par James Bompard, dans le New York Times d (...)
  • 2 Op. cit., chap. 35, The Search for David Greenglass. A la question « Pourquoi accepter maintenant a (...)

1Sous le titre Le Frère (récit inédit de l’espion atomiste David Greenglass et comment il a envoyé sa sœur, Ethel Rosenberg, à la chaise électrique), Sam Roberts a fait paraître, en septembre 2001, une véritable histoire générale de l’affaire Rosenberg1. Journaliste chargé en 1983 de retrouver et d’interviewer « le Frère » disparu dans l’anonymat avec l’assistance renouvelée du FBI, Roberts décide d’attendre cette rencontre avant toute publication. Cependant, il recueille avec minutie une documentation complète sur l’affaire. Treize ans plus tard, en 1996, il obtient de David Greenglass plus de cinquante heures d’entretiens, menés sans aucune directive ni censure de la part de son interlocuteur. David Greenglass a besoin d’argent2.

2Le livre de Roberts est destiné au grand public. Il est vivant et attachant. C’est aussi celui d’un journaliste, rédacteur en chef au New York Times. Pour lui les faits sont les faits. Ils ne doivent être ni contournés ni déformés. Les constatations de Roberts confirment, sur ces faits, mes conclusions de 1986. Elles vont même au-delà.

3Ainsi l’accusation portée contre Ethel d’avoir tapé les manuscrits de Greenglass résulte d’une machination du FBI, de Ruth, la femme de David, acceptée par lui à l’époque.

4Roberts établit que ni Ethel ni Julius Rosenberg n’ont eu à faire pression sur David et sa femme Ruth pour qu’ils portent aux nues l’idéologie communiste. Ils étaient communistes convaincus et ardents. Ils n’avaient nul besoin de Julius et d’Ethel comme maîtres à penser.

  • 3 S. Roberts, op. cit., p. 410, Ces remarques ont été omises dans le procès-verbal officiel de l’audi (...)

5Roberts rappelle les déclarations effarantes du général Graves devant la Commission de l’énergie atomique : « Je pense que les informations révélées dans l’affaire des Rosenberg étaient de faible valeur. Je ne dirai jamais cela en public »3 (cité dans la Tragédie de Julius et d’Ethel Rosenberg (1986), p. 195 ex supra, p. 145).

6Sur un fait particulier, comme la visite de Harry Gold à Albuquerque chez les Greenglass en juin 1944, Roberts confirme, comme je l’avais estimé (La Tragédie..., p. 80-87 et repris supra, p. 60 et suiv.), que la déclaration attribuée à Gold « Je viens de la part de Julius » est une pure invention. Pour Roberts, il est faux que Julius ait fourni à son beau-frère David une description de la bombe atomique et lui ait ainsi appris ce qu’il faisait à Los Alamos. J’étais arrivé à cette conclusion en 1986 (La Tragédie..., p. 89 et reprise supra, p. 66).

  • 4 Alexandre Feklissov, en collaboration avec Serguei Kostine, journaliste et écrivain francophone, pu (...)

7Si Harry Gold est un espion, le colonel en retraite du KGB, Alexandre Feklissov, est, lui, un agent soviétique. Il s’affirme officier traitant de Julius. Je m’étais interrogé sur la nature de son rôle et s’il avait vécu tous les événements dont il donne le récit. Après de nombreuses déclarations (supra, p. 164), il publie, en 1999, assez curieusement imprimées en France et en français, des mémoires sous le titre de Confession d’un agent soviétique4.

  • 5 Feklissov peut difficilement mentir en se déclarant officier traitant de Julius quand, à tout momen (...)

8Les doutes que j’avais éprouvés sur sa qualité d’officier traitant de Julius sont maintenant dissipés5. Il reste une tendance de Feklissov d’exagérer son importance dans les services secrets soviétiques – c’est le cas en particulier dans l’affaire de Cuba (supra, p. 165). Il combine, comme l’indique son éditeur français, le récit d’événements auxquels il a participés personnellement et d’autres qu’il connaît par son appartenance aux services secrets.

9 D’après son éditeur, si Feklissov a préféré « un éditeur français, c’est qu’il a gardé un très bon souvenir de l’attitude de nos compatriotes en exil lorsqu’il était en poste à New York, pendant la Seconde Guerre mondiale » (Préface, p. V). Et ce, malgré des propositions américaines qui « auraient pu lui rapporter des à-valoir autrement plus importants » (ibid.).

  • 6 En collaboration avec Sergei Kostin, The Man Behind the Rosenbergs, New York, Enigma Books. En défi (...)

10L’édition américaine n’a vu le jour qu’au début de l’année 2001. Ce n’est pas une traduction pure et simple de la Confession. Elle porte un titre différent, accrocheur : L’homme derrière les Rosenbergs6.

11Dans sa « Confession », Feklissov ne fait qu’une brève allusion à sa rencontre avec Julius en décembre 1944 à la cafétéria Horn et Hardart où ils échangèrent leur cadeaux de Noël (p. 330). Cette rencontre est plus élaborée et quelque peu différente dans l’ouvrage américain. Il n’est plus question de cafétéria.

  • 7 Cf. Roberts, op. cit., p. 169.
  • 8 Cf. Roberts, op. cit., p. 167. Le terme employé par Feklissov est meet, à savoir « être présenté » (...)

12Feklissov affirme cette fois avoir vu Ethel dans un magasin proche de l’appartement des Rosenberg. Sa présence indiquait qu’il pouvait se rendre, sans danger, au rendez-vous qu’il avait avec Julius dans cet appartement. Ethel rentra chez elle et Feklissov la suivit quelques minutes plus tard7. Pourtant, dans ses « Mémoires » américaines, Feklissov écrit : « Le fait est que je n’ai jamais rencontré Ethel »8.

  • 9 Roberts, op. cit., p. 297.
  • 10 Ibid., p. 417.
  • 11 Ibid., p. 108-109,459.

13Il a son mot à dire sur le caractère peu lisible de l’écriture de David Greenglass, ce qui aurait expliqué que Ethel ait eu à dactylographier ses notes. Il a lu les notes de David : « Elles sont parfaitement lisibles »9. Feklissov confirme qu’il a fourni à Julius un appareil de photos Leica10, et surtout à la Noël 1944 Julius lui a fait cadeau d’une « fusée de proximité » que les Soviétiques fabriquaient d’ailleurs déjà grâce aux schémas que Julius leur avait procurés11.

14Roberts ne s’est pas intéressé à l’enquête effectuée en 1951 au sein du Parti Communiste des États-Unis sur les défaillances du service d’espionnage soviétique (supra, p. 162).

  • 12 Op. cit., p. 491.

15Il termine son ouvrage en évoquant le sort des principaux protagonistes de l’affaire. Il note la fin très paisible de Théodore Hale, jamais poursuivi faute de preuves suffisantes. Il s’était exilé en Grande Bretagne et meurt en 1999, à l’âge de 73 ans12. En septembre 2001, Feklissov et David Greenglass sont encore bien vivants.

  • 13 Noté par le correspondant du Monde, Eric Leser, et par Fabrice Rousselot dans Libération (8 et 9 dé (...)

16Ce dernier, qui a toujours besoin d’argent, accepte de « témoigner » à nouveau le 5 décembre 2001 au cours de la célèbre émission de la chaîne de télévision CBS « 60 Minutes ». Sam Roberts prête son concours à CBS pour obtenir cette interview intitulée « Le traître »13.

  • 14 L’interview « 60 Minutes II : The Traitor » a été mené par Bob Simon. Il est analysé sur le site de (...)

17Aucune révélation nouvelle n’y apparaît. Mais pour la première fois, David Greenglass confesse ses mensonges de vive voix devant le public considérable des téléspectateurs de « 60 Minutes ». Il explique sa participation à la machination du FBI, de l’Accusation et du Juge qui a fait du procès une parodie de justice. Il sauve sa femme et ses enfants en sacrifiant sa sœur. Sa conscience est pure. Et elle ne le harcèle pas vraiment. Il considère qu’Ethel est responsable de sa propre mort par son refus de coopérer. En ses rares moments de doute, sa femme Ruth le rassure : « Ecoute, nous sommes toujours vivants. Nous avons toujours nos enfants. Tout est OK14 ».

18En ce début du XXIe siècle, l’annulation du « Procès » de Julius et Ethel Rosenberg s’impose plus que jamais.

1929 janvier 2002

Notes

1 Édité par Random House Inc (640 pages, cf. compte rendu par James Bompard, dans le New York Times du 18 Sept. 2001 ; et quelque peu hostile aux Rosenberg, celui de David Oshinsky dans The New York Times Book Review (2001).

2 Op. cit., chap. 35, The Search for David Greenglass. A la question « Pourquoi accepter maintenant après tant de refus », Greenglass répond : « Maintenant j’ai besoin d’argent » (p. 472). Geenglass n’a pris connaissance de l’ouvrage qu’après sa publication (ibid., p. 2).

3 S. Roberts, op. cit., p. 410, Ces remarques ont été omises dans le procès-verbal officiel de l’audition.

4 Alexandre Feklissov, en collaboration avec Serguei Kostine, journaliste et écrivain francophone, publié sous la direction de Pierre Lorrain (Éditions du Rocher, Monaco). L’affaire Rosenberg est traitée pages 291-331.

5 Feklissov peut difficilement mentir en se déclarant officier traitant de Julius quand, à tout moment, les archives encore secrètes du KGB peuvent démontrer le contraire.

6 En collaboration avec Sergei Kostin, The Man Behind the Rosenbergs, New York, Enigma Books. En définitive, Feklissov a bien été l’officier traitant de Julius. L’exactitude de son récit demeure. Roberts relève certaines contradictions. Après avoir accepté l’opinion de Julius sur la totale confiance que l’on pouvait avoir en David et Ruth Greenglass, bien des années plus tard, Feklissov s’est dissocié de la décision prise de recruter David : « Dès le début, je n’étais guère enthousiaste, c’est le moins qu’on puisse dire, à faire participer David Greenglass » (Roberts, op. cit., p. 83). L’ouvrage est précédé d’une « Introduction » de Ronald Radosh qui persiste dans son hostilité déclarée à l’égard de Julius et d’Ethel.

7 Cf. Roberts, op. cit., p. 169.

8 Cf. Roberts, op. cit., p. 167. Le terme employé par Feklissov est meet, à savoir « être présenté » à Ethel, qui est littéralement exact. Feklissov a vu Ethel de loin, si cette version est retenue. Il ne l’a même jamais vue si l’on se réfère à sa « Confession ».

9 Roberts, op. cit., p. 297.

10 Ibid., p. 417.

11 Ibid., p. 108-109,459.

12 Op. cit., p. 491.

13 Noté par le correspondant du Monde, Eric Leser, et par Fabrice Rousselot dans Libération (8 et 9 décembre 2001).

14 L’interview « 60 Minutes II : The Traitor » a été mené par Bob Simon. Il est analysé sur le site de CBS (http://www.cbsnews.eom/new/story/0,1597,320170-412,00.shtml). Le texte intégral, les cassettes audio et vidéo sont aussi disponibles.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search