Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première postface

Texte intégral

1Le Président Kennedy a quitté la Maison Blanche sans reconnaître officiellement l’innocence d’Ethel Rosenberg et l’illégalité de la condamnation à la peine de mort de Julius.

  • 1 Le 27 septembre 1999, à New York, présentée par le critique de télévision Walter Goodman du New Yor (...)

2Les conclusions de mes recherches ont été confirmées par une série d’interviews conduites en 1999 lors de la préparation de l’émission intitulée Red Files, de la chaîne de télévision – indépendante et vouée à l’intérêt général – PBS1.

3Parmi ces interviews, celle de Robert Lamphère, retraité du FBI, précise les conditions dans lesquelles la peine de mort a été prononcée contre Ethel et Julius.

  • 2 http://www.pbs.org/redfiles/kgb/deep/interv/k_int_robert_lamphere.htm,p. 7

4« Avant que la sentence ne soit prononcée, le Département de la Justice nous a demandé que nous recommandions autant pour Julius que pour Ethel. Nous avons recommandé la peine de mort pour Julius Rosenberg. Nous avons recommandé une peine de 30 ans de prison pour Ethel Rosenberg. Cette recommandation était due au fait que les preuves que nous avions apportées, au cours du procès contre Ethel Rosenberg, étaient loin de peser autant que celles de son mari et, en second lieu, parce qu’elle était la mère de deux petits enfants. Cependant le juge maintint la peine de mort, mais il laissa clairement entendre aux avocats des accusés, que si ceux-ci acceptaient de coopérer avec le gouvernement, il remplacerait les peines de mort par d’autres peines : mais seulement s’ils parlaient et seulement s’ils disaient la vérité aux autorités. Ainsi, la nuit des exécutions, celle où les exécutions avaient été programmées, j’étais assis à côté du bureau du numéro 3 du FBI, Mickey Ladd, et le directeur-adjoint du FBI se trouvait à Sing Sing. J’étais là, espérant, espérant, espérant qu’ils se décideraient à parler2 ».

528 mars 2001

Notes

1 Le 27 septembre 1999, à New York, présentée par le critique de télévision Walter Goodman du New York Times (section 3, p. 6). Abamedia était chargée d’organiser les interviews.

2 http://www.pbs.org/redfiles/kgb/deep/interv/k_int_robert_lamphere.htm,p. 7

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search