Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Troisième partie. Les faits nouveaux (1986-1997) La vérité historique

III. Examen critique des sources soviétiques et américaines et leur portée

Texte intégral

1. Authenticité et vérité des sources

1Les sources publiées ne permettent de saisir qu’une partie de la vérité historique. Tous les messages décryptés par la CIA n’ont pas été communiqués. Les noms de code dont l’identité est connue n’ont pas tous été révélés. Le contenu des messages n’a pas toujours été déchiffré. De plus la communication entre la base de New York et le centre de Moscou se faisait par courrier diplomatique. Les archives soviétiques les concernant demeurent secrètes. Quant aux témoignages, ils sont sujets à caution. Publiés dans la presse russe ou américaine, ils ne reflètent pas nécessairement les propos tenus. Exposés dans des mémoires, souvent recueillis par des tiers, ils n’émanent que très rarement des participants directs aux activités d’espionnage qu’ils décrivent. Les sources soviétiques d’origine privée sont équivoques, ambivalentes et partielles.

2Par leur attitude et au sacrifice de leur vie, Julius et Ethel ont rendu possible une opération politique du gouvernement soviétique à la fois extraordinaire et d’envergure mondiale. C’est encore la thèse qui domine dans les divers témoignages après la chure du régime. De plus, les services secrets et ceux de la recherche ne s’accordent guère sur le rôle de l’espionnage scientifique parmi les facteurs qui ont permis à l’Union soviétique de fabriquer la bombe atomique. Il convient de tenir compte seulement des déclarations authentiques faites par les témoins directs des faits, et de confronter celles-ci aux messages décryptés et publiés par la CIA et la NSA.

  • 1 Supra, p. 160, note 15 ; les auteurs de l’introduction notent le caractère « sujet à controverses » (...)

3On a vu que dans ses mémoires, publiées en 1993, Pavel Soudoplatov a consacré un chapitre aux « Espions Atomiques ». Il expose ce qu’il sait, ou ce dont il se souvient, du rôle de Julius et d’Ethel Rosenberg1. Il va beaucoup plus loin et dénonce pêle-mêle les savants atomistes Oppenheimer, Fermi, Szilard et Nielsen Bohr. Ces accusations d’espionnage ont fait l’objet d’une enquête du FBI à la demande du président du Comité consultatif de la Maison Blanche sur les services de renseignement à l’étranger.

  • 2 New York Times, 3 mai 1995. Le journal note que c’est la première fois que le FBI s’est attaché à i (...)

4Dans une lettre à ce président, le directeur du FBI explique que le bureau « n’est en possession d’aucune preuve crédible qui suggérerait que Niels Bohr, Enrico Fermi, Robert Oppenheimer ou Léo Szilard se sont livrés à des activités d’espionnage au profit d’une puissance étrangère quelconque, concernant les secrets de la bombe atomique. Le FBI possède des informations classées secrets qui contredisent les conclusions de Soudoplatov. Il considère en conséquence que ses allégations ne sont pas fondées2. Le FBI confirme ainsi que l’histoire de l’espionnage atomique demeure ouverte.

5En réalité, les éditeurs américains des Mémoires de Soudoplatov ont complété ici et là les réminiscences de leur interlocuteur par des informations tirées de publications existantes. Les sources officielles auxquelles ils font référence sont rarement précisées.

  • 3 Message n° 33 du 27 nov. 1944. Ce fait est sans doute troublant, mais les noms d’autres personnes a (...)

6On a contesté l’authenticité des messages décryptés – en particulier l’attribution des noms de code Antenna puis Liberal à Julius Rosenberg. Les sceptiques font état notamment de la mention du nom d’Ethel en clair dans un message, ce qui découvre Julius3. Un examen attentif me conduit à une conclusion contraire. De plus on imagine mal, dans la conjoncture actuelle, que la CIA ait fabriqué et publié de faux messages ou manipulé leur contenu. Les faits révélés correspondent à ce que nous savons par ailleurs. Ils sont confirmés par les témoignages soviétiques directs antérieurs à la publication des messages décryptés. Il faudrait alors supposer une entente entre les sources soviétiques et les agents de la CIA. C’est peu vraisemblable.

  • 4 The Rosenberg File..., son coauteur est Joyce Milton. Sur les messages décryptés, Radosh a fait con (...)
  • 5 Invitation to an Inquest..., Les Schneir admettent l’authenticité des messages – en tenant compte d (...)

7Ronald Radosh, plus que jamais convaincu de la culpabilité de Julius et Ethel, ne se pose pas de questions sur l’authenticité des messages4. Walter et Miriam Schneir, qui avaient développé une thèse absolument contraire sur la culpabilité, reconnaissent de leur côté leur authenticité5. Examinons donc la portée de leur contenu.

2. Recrutement d’informateurs

  • 6 Supra, p. 161.

8D’après Soudoplatov, Julius et Ethel Rosenberg ont été recrutés par le chef du service d’espionnage soviétique à New York, Ovakimian (1933-1941) et placés sous le contrôle de l’ingénieur Semionov, agent des services secrets aux États-Unis de 1939 à 19446. Les messages décryptés mentionnent Julius le 5 mai 1944. On n’y trouve aucune information sur la date et les circonstances de son recrutement. Ovakimian a été exécuté, et si Semionov a parlé, je l’ignore. Ce point demeure en suspens et ne pourra être résolu que par des recherches dans les archives soviétiques.

  • 7 On retrouve ainsi dans les messages les noms d’amis de Julius poursuivis ou cités au cours du procè (...)
  • 8 V. supra, p. 178, messages 15 du 27 juin 1944 ; n° 35 du 15 décembre 1944.

9Dès maintenant, les messages publiés permettent de cerner l’activité de Julius Rosenberg au cours de l’année 1944. Elle consiste à prendre contact avec des informateurs éventuels dans son entourage. Il les signale au consulat soviétique de New York. Les agents du service d’espionnage demandent une enquête sur les personnes indiquées et l’accord du Centre de Moscou dirigé par le général Fitin7. Une fois agréés, ils sont considérés comme des « agents ». En décembre 1944, Julius occupe huit personnes : sa tache est d’assurer la photographie des documents qu’il reçoit de ses « stagiaires ». Par la suite, certains d’entre eux sont placés sous le contrôle direct d’un officier traitant et reçoivent un paiement mensuel de 100 dollars qui n’est pas toujours versé régulièrement8.

10Les renseignements fournis au bureau de New York par le groupe de Julius concernent non seulement des produits industriels mais des armements. Il n’apparaît pas, dans les messages décryptés, que Julius participe directement à leur recherche et à leur collecte. Par son caractère secret et portant sur des documents confidentiels ou classés, il s’agit bien d’une activité d’espionnage.

  • 9 V. supra, p. 160 et suiv.

11Sans doute à la même époque et pour l’effort de guerre commun, les États-Unis accueillent des ingénieurs soviétiques dans leurs entreprises industrielles et de défense. Mais ces détachements sont connus et leurs bénéficiaires peuvent faire l’objet d’une surveillance des autorités américaines9. Le général Fitin, chef du centre de Moscou, qui reçoit les informations de New York dont Julius, pour certains enquêteurs, est à l’origine, entretient les meilleures relations avec William Donovan, le chef de l’OSS.

  • 10 D’après C. Andrew et O. Gordievsky top. cil., p. 294-295). Les auteurs citent des archives officiel (...)

12Ainsi le général Donovan reçoit du secrétaire d’État Stettinius, avec l’accord du président Roosevelt, l’ordre de remettre au général Fitin un code soviétique, partiellement brûlé, acheté aux Finlandais. En exécutant ces instructions, le général Donovan déclare au général Fitin « avoir pris la seule décision ouverte à un allié loyal en acceptant le document en question dès qu’il lui a été possible de se le procurer ». Donovan ajoute : « Nous n’avons pas procédé à une étude de ces documents, de sorte que nous ne pouvons pas juger positivement de leur valeur mais nous avons agi en supposant qu’il s’agit d’une matière de réelle importance pour le gouvernement russe »10.

  • 11 Op. cit., p. 296.
  • 12 Supra, note 60.

13Fitin répond sur le même ton en adressant ses remerciements sincères « dans cette affaire tout à fait essentielle » et demande que le code soit remis personnellement à l’ambassadeur Gromyko à Washington. Les services secrets auraient changé leur code en mai 194511. Ceci expliquerait l’absence de message décryptés à partir de juin 194512.

3. L’espionnage atomique

  • 13 Publié en 1994, Yale University.
  • 14 V. supra, p. 53. David Greenglass à New York (janvier 1945) ; lire supra les messages décryptés de (...)

14Avant la publication des messages décryptés, des historiens américains se sont penchés sur le rôle de l’espionnage dans les recherches soviétiques concernant l’énergie nucléaire. Dans son livre Staline et la bombe, le professeur David Holloway cite deux rapports du père de la bombe soviétique, Igor Kourtchatov, du 16 mars 1945 et du 7 avril 1945 rédigés sur la base des renseignements fournis par Fuchs et peut-être par Greenglass13. Toutefois le message décrypté des 22-23 juin 1943 (n° 2) décrit déjà la méthode d’implosion dont parle Kourtchatov dans son rapport du 16 mars. Ces informations sont attribuées à Kwant dont la CIA note qu’elle n’a pas identifié le nom de code. Par ailleurs les messages qui rendent compte de la visite de Greenglass à New York en janvier 1945 ne font pas état de croquis des lentilles à implosion qu’il prétend avoir fournies au cours de son séjour14. La prudence, sur ce point, du professeur Holloway est ainsi confirmée.

  • 15 Message n° 25 du 21 septembre. Supra, p. 181.
  • 16 Message du 14 novembre (n° 31), supra, p. 183 ; du 16 décembre (n° 37), supra, p. 186 ; du 8 janvie (...)

15En septembre 1944, dans le cadre de sa recherche d’informateurs, Julius avait proposé sa belle-sœur Ruth Greenglass, dont le mari est mobilisé à Los Alamos et travaille sur le projet de bombe atomique15. Ruth accepte de collaborer. Elle part en novembre rendre visite à son mari. À son retour, elle rapporte l’accord de son mari et annonce qu’il viendra en permission à New York vers la mi-janvier 1945. Dans son témoignage, au cours du procès, Greenglass dira qu’il a communiqué à son beau-frère des informations et des croquis16.

  • 17 Supra, p. 60.

16Les messages décryptés ne font pas état de la visite d’Harry Gold chez les Greenglass en juin 1945. Cette visite est indirectement confirmée par l’enquête menée par le Comité central du PC en 1951-1952, évoquée par Soudoplatov. Elle a pour but de déterminer les responsabilités dans la décision imprudente prise en 1945 d’envoyer Harry Gold, malgré ses protestations, d’abord à Santa Fe pour rencontrer Klaus Fuchs, puis à Albuquerque chez les Greenglass17. Les archives soviétiques n’ont pas été ouvertes sur cette enquête.

  • 18 Supra, p. 159.

17Les participants directs à l’espionnage soviétique, le chef du bureau de New York Kvasnikov et l’un de ses adjoints, Iatskov (Iakovlev) ont révélé l’envoi d’un courrier à Los Alamos en août 1945 – Lona Cohen (alias Helen Kruger). Elle a pris possession de documents importants ; mais ces témoins ne donnent pas l’identité de la personne que Lona a vue. Sa mission a failli mal tourner18.

18Si les messages décryptés et non encore publiés ne contiennent aucune information sur cette mission, il faut encore attendre l’ouverture des archives soviétiques pour en savoir plus.

4. Le rôle de Julius dans l’espionnage atomique

19Mais les sources soviétiques et américaines permettent de constater le rôle secondaire de Julius dans la collecte des informations sur la bombe atomique.

  • 19 Message du 16 décembre 1944 (n° 37 supra).

20Julius reçoit de son beau-frère le renseignement sur les savants qui travaillent à Los Alamos, sur les plans de l’établissement, sur la nature des travaux qui s’y poursuivent. David Greenglass mentionne la préparation d’un mécanisme qui doit servir de détonateur. Quant à Julius, il avoue son ignorance des problèmes de l’énergie nucléaire pour ne pas servir d’intermédiaire et demande que David rencontre personnellement l’agent soviétique qui l’interrogera19.

21Lors de l’émission du 22 février 1998, sur la question de Jean-Luc Hees : « Est-ce que vous pensez que Julius est coupable d’espionnage ? », André Kaspi répond : « Il n’y a plus beaucoup de doute sur la culpabilité de Julius Rosenberg... Est-il coupable d’avoir livré les secrets de la bombe atomique. Je ne le crois pas ».

  • 20 Supra, p. 182 et note 82.
  • 21 « The Old left », The New Republic, 4 nov. 1996.
  • 22 Anthony Cava Brown, Treason in blood, New York, 1994, écrit que tous les espions atomiques, à la di (...)

22En réalité les savants soviétiques ont reçu les plans détaillés pour la fabrication de la bombe de Klaus Fuchs et d’autres informateurs, comme celui qui est désigné dans les messages publiés sous le nom de code de MLAD et qui paraît être Théodore Alvin Hall20. Le rôle de Julius Rosenberg est secondaire dans ce domaine. Joyce Milton vient encore de le confirmer. Revenant sur les affirmations du Juge Kaufman au cours du procès, selon laquelle les Rosenberg étaient responsables du vol du « secret » de la bombe atomique, elle écrit qu’il s’agit d’une hyperbole de la part du Juge. Selon elle, cette accusation n’a pas été le fondement de la déclaration de culpabilité. À sa connaissance, il n’est pas une seule personne ayant étudié l’affaire Rosenberg qui considère cette accusation comme exacte21. Un auteur récent la reprend pourtant22 et sans doute d’autres. Cette « hyperbole » de la part du Juge est un des nombreux éléments du déni de justice.

5. Les rémunérations

  • 23 Message n° 15 du 27 juin 1944, supra, p. 178.
  • 24 Message n° 18 du 25 juillet 1944, supra, p. 189.
  • 25 Du 29 août 1944, d’Apresyan (n° 18).
  • 26 Si l’on en croit Normand Moss, l’auteur Fuchs, theman who stole the Atom Bomb, Londres, 1987, p. 94

23Les messages publiés donnent de brèves indications sur les fonds versés par les Soviétiques à leurs informateurs. On apprend que les « stagiaires » reçoivent un paiement mensuel de 100 dollars, quand Harry Gold s’étonne qu’il ait été suspendu23. Après six mois de relations avec Fuchs, le bureau de New York suggère en juillet 1944 au général Fitin d’autoriser le paiement d’une « juste rémunération de 500 dollars qu’il mérite pleinement »24. En août 1944 le correspondant de New York annonce qu’il n’a pas eu le temps de remettre à Fuchs les 500 dollars autorisés25. Fuchs aurait sans doute refusé. En juin, il avait repoussé une enveloppe apportée par Gold contenant 1 500 dollars26.

  • 27 Message du 14 septembre n° 22 supra, p. 180. C’est le cas des Sidorovitch (message 38) qui reçoiven (...)

24Un message de septembre montre que les informateurs sont généralement remboursés de leurs frais de voyage et de séjour hors de leur résidence. C’est le cas de William Perl27.

  • 28 Ibid.

25Ils peuvent recevoir un bonus : ainsi les autres membres du groupe de Julius ayant reçu un bonus du général Fitin, New York lui demande d’en accorder un de 50 dollars à Perl28.

  • 29 Message n° 42 du 6 mai 1945, supra, p. 188.

26La première et seule mention d’un versement à Julius apparaît en mars 1945, dans un message partiellement décrypté. Il a été décidé d’accorder 1 000 dollars à Julius Rosenberg à titre de bonus29. D’autres « bonus » octroyés à d’autres « sources » n’ont pu être déchiffrés. Le sens normal de « bonus » est prime ou gratification. Aucune indication n’est donnée sur la destination de cette somme. À cette époque, Julius fait des versements à sa belle-sœur, Ruth.

  • 30 Sur ces relations supra p. 75 et suiv.

27En tout cas ces informations sont insuffisantes pour déterminer quels liens financiers attachent Julius au bureau de New York et au centre de Moscou. Il faudrait pouvoir interroger les archives des services secrets soviétiques, ce qui n’a pas encore été le cas. En l’état, le désintéressement financier de Julius demeure crédible30.

6. L’absence de participation d’Ethel à l’espionnage soviétique

  • 31 Message n° 33 du 27 novembre 1944.

28L’un des messages décryptés confirme l’absence de participation d’Ethel à l’espionnage31. Il est nettement indiqué qu’Ethel, en raison de sa santé délicate, ne travaille pas. Sans doute est-elle au courant de l’activité de son mari. Elle n’a reçu aucun nom de code et son nom n’apparaît plus dans les messages décryptés et publiés jusqu’ici.

  • 32 Supra, p. 141-143.

29Ethel avait été accusée par sa belle-sœur Ruth et son propre frère, David Greenglass, de taper à la machine les rapports préparés par David, accusation nécessaire pour entraîner sa complicité légale. J’avais noté le caractère tardif et peu convaincant de ces témoignages – intervenus dix jours avant l’ouverture du procès – alors qu’Ethel avait été arrêtée six mois auparavant32.

30Leur caractère mensonger résulte clairement des messages décryptés.

  • 33 « The Venona files », The New Republic, 7 août 1995. Dans un article du New York Post (17 juillet), (...)
  • 34 Elle aurait incité Ruth Greenglass à apporter à son mari un message de Julius lui demandant d’espio (...)
  • 35 Entretien avec André Kaspi, L’Histoire (juin 1994, p. 91 – 92). Lors de l’émission du 22 février 19 (...)

31Dans son livre de 1983, Ronald Radosh avait, malgré son incertitude, admis la complicité d’Ethel. Après la publication des messages, il persiste dans une interprétation ambiguë : « Ethel était complice de l’espionnage de son mari mais non participant personnellement »33. Le professeur André Kaspi, allant bien au-delà de Radosh, a écrit : « Ethel était bien sa complice »34. L’historien officiel de la NSA est plus prudent : « Elle est mentionnée... peut-être une fois ou deux. Ce que cela signifie en ce qui concerne son activité n’est pas entièrement clair »35.

  • 36 Supra, p. 175. En fait Ethel est bien mentionnée deux fois : message n° 25 du 21 septembre 1944 et (...)
  • 37 D’après Joyce Milton, art. précité, New Republic, 4 nov. 1996, p. 13.
  • 38 Cf. Weinstcin, article précité du Wall Street Journal, supra, p. 137. J’avais rapporté ces hésitati (...)

32Au cours de la conférence du 2 octobre 1996, l’agent Robert Lamphere du FBI, qui a participé aux poursuites contre les Rosenberg et à l’opération Venona, a précisé ce qui était passé lors de la condamnation à mort d’Ethel. Rarement, au cours de sa carrière, il avait été consulté sur la peine à prononcer. Il l’avait été exceptionnellement cette fois-là et s’était déclaré contre la peine de mort36. D’autres agents du FBI et même son directeur Edgar Hoover avaient recommandé une commutation de peine. Les uns et les autres considéraient Ethel comme coupable. Mais ils estimaient que les preuves recueillies étaient insuffisantes. Ils pensaient aussi que l’exécution d’une mère de deux enfants serait mal acceptée par l’opinion publique37. S’il confirme ainsi le déni de justice, Robert Lamphere avait oublié que les messages décryptés par l’opération Venona démontrent qu’il n’y avait aucune preuve contre Ethel38.

  • 39 Supra, p. 111-112.
  • 40 Aujourd’hui le directeur-adjoint de la NSA évoque dans ses « souvenirs sur Venona » (http:///ac.acu (...)

33Le héros du décryptage des messages soviétiques, Meredith Know Gardner, un enseignant des langues aux universités du Texas et du Wisconsin a fait également part de ses scrupules et de ses doutes au cours de la conférence de presse d’octobre 199639. Présenté par le sénateur Moynihan, il évoque notamment l’exécution de Julius et d’Ethel Rosenberg, le 19 juin 1953. Il ne doutait pas que Julius fût un agent des Soviets. Mais il se posait des questions sur l’étendue de la culpabilité d’Ethel. Les messages Venona ne parlent que de la connaissance qu’avait Ethel de l’activité de son mari. Pour lui cette exécution avait été une grande tragédie. Elle l’avait terriblement déprimé40.

  • 41 Rapporté par Michael Dobbs (article précité du International Herald Tribune, 22 oct. 1996).

34La vérité est qu’Ethel n’a pas été un agent des services secrets soviétiques. Ni la sympathie pour la cause des Soviets, ni la connaissance, ni l’absence de dénonciation des activités de son mari peuvent être considérés, en fait et en droit, comme une participation au réseau d’espionnage. Les faits nouveaux confirment qu’elle a été victime d’une erreur judiciaire dans le cadre du déni de justice qui entache le procès entier41.

Notes

1 Supra, p. 160, note 15 ; les auteurs de l’introduction notent le caractère « sujet à controverses » des mémoires de Soudoplatov (p. 18, n° 30). Il fait l’objet d’actions en diffamation intentées par certains de ses collègues du KGB (André Schneider).

2 New York Times, 3 mai 1995. Le journal note que c’est la première fois que le FBI s’est attaché à innocenter un savant accusé de trahison. Le professeur André Kaspi avait accepté les accusations portées par Soudoplatov contre Robert Oppenheimer – en le qualifiant sinon de « véritable espion », mais de ce que l’on peut appeler un « informateur » (Entretien avec L’histoire, juin 1993, p. 91, cf. infra}. Sur le rôle de R. Oppenheimer, v. l’article de Thomas Power (The New York Review, 9 juin 1994) et la controverse qui a suivi (22 sept. 1994) entre les éditeurs américains de Soudoplatov et Powers. Lire également de Michel Rival : Robert Oppenheimer, Bibliographies, Flammarion, 1993.

3 Message n° 33 du 27 nov. 1944. Ce fait est sans doute troublant, mais les noms d’autres personnes apparaissent en clair dans les messages. Un nom de code ne semble leur être attribué qu’à partir du moment où ils deviennent des informateurs établis. Ainsi le nom d’Alfred Savant est donné dans le message du 5 mai 1944 (n° 8), avant de recevoir le nom de code de Kh’Yus ou Met (n° 31). Celui de Rose Oison, qui n’a pu être retrouvé (20 juillet 1944, n° 17) ; celui de Max Elitcher (message du 26 juillet 1944, n° 19), désigné d’abord sous le nom de code Scout puis Metr (2 sept. 1944, n° 21) ; Ruth Greenglass (21 sept. 1944, n° 25) ; devenue OSA (cf. message n° 31, 14 nov. 1944) ; Théodore Alvin Hall (12 nov. 1944, n° 30) codé probablement sous le nom de Mlad (16 dec. 1944, n° 37). Parmi les critiques de l’authenticité des messages décryptés : Sidney Zion, New York Daily News, 14 juillet 1995 ; Russell Miller, The Sunday Times, 16 juillet 1995. D’après l’article de Browman dans le Baltimore Sun (20 octobre 1996), l’historien Arthur Schlesinger Jr. considère que Venona est fait « en grande partie de commérages et de conjectures ».
Les sources officielles américaines admettent la possibilité d’erreurs, notamment dans l’identification des personnes dont le nom est codé. Elles citent un exemple assez stupéfiant : « L’une des traductions (octobre 1944) indique dans une note le nom de code Brumble – Bee (en russe Shmel) comme correspondant à celui de David Greenglass ; cependant une correction manuscrite raie le nom de « David Greenglass » pour celui de Walter Lippman, qui est la correspondance correcte, (monographie n° 3, précitée, p. II). Il s’agit du message du 23 octobre 1994 (supra, n° 28 bis rendu public le 27 février 1996).

4 The Rosenberg File..., son coauteur est Joyce Milton. Sur les messages décryptés, Radosh a fait connaître son opinion dans « Case Closed on the Rosenberg » New York Post, 17 juillet 1995, et « The Venona Files », New Republic, 7 août 1995.

5 Invitation to an Inquest..., Les Schneir admettent l’authenticité des messages – en tenant compte des enquêtes qu’ils avaient eux-mêmes effectuées après la fin de la guerre froide – avant la publication de la CIA – auprès des services de renseignements tchèques et russes, et d’Anatoli Yakovlev (Yatskov), Morris et Lona Cohen (alias Kroger), Joël Barr et la veuve d’Alfred Sarant (The Nation, 14/31 août 1995, « Cryptic Answers »).

6 Supra, p. 161.

7 On retrouve ainsi dans les messages les noms d’amis de Julius poursuivis ou cités au cours du procès : Morton Sobell, Max Elichter, William Perl, Joël Barr, Alfred Sarrant. Voir supra, p. 132 ; la portée du terme prohationes a varié.

8 V. supra, p. 178, messages 15 du 27 juin 1944 ; n° 35 du 15 décembre 1944.

9 V. supra, p. 160 et suiv.

10 D’après C. Andrew et O. Gordievsky top. cil., p. 294-295). Les auteurs citent des archives officielles américaines concernant cette remise.

11 Op. cit., p. 296.

12 Supra, note 60.

13 Publié en 1994, Yale University.

14 V. supra, p. 53. David Greenglass à New York (janvier 1945) ; lire supra les messages décryptés de cette période : du 8 janvier 1945 (n° 3) et du 23 janvier (n° 40).

15 Message n° 25 du 21 septembre. Supra, p. 181.

16 Message du 14 novembre (n° 31), supra, p. 183 ; du 16 décembre (n° 37), supra, p. 186 ; du 8 janvier 1945 (n° 39), supra, p. 187.

17 Supra, p. 60.

18 Supra, p. 159.

19 Message du 16 décembre 1944 (n° 37 supra).

20 Supra, p. 182 et note 82.

21 « The Old left », The New Republic, 4 nov. 1996.

22 Anthony Cava Brown, Treason in blood, New York, 1994, écrit que tous les espions atomiques, à la différence de Philby, n’ont pas fui les États-Unis. C’est le cas des « Rosenberg, les personnages principaux du réseau soviétique d’espionnage atomique » (p. 411).

23 Message n° 15 du 27 juin 1944, supra, p. 178.

24 Message n° 18 du 25 juillet 1944, supra, p. 189.

25 Du 29 août 1944, d’Apresyan (n° 18).

26 Si l’on en croit Normand Moss, l’auteur Fuchs, theman who stole the Atom Bomb, Londres, 1987, p. 94.

27 Message du 14 septembre n° 22 supra, p. 180. C’est le cas des Sidorovitch (message 38) qui reçoivent 500 dollars (supra, p. 187).

28 Ibid.

29 Message n° 42 du 6 mai 1945, supra, p. 188.

30 Sur ces relations supra p. 75 et suiv.

31 Message n° 33 du 27 novembre 1944.

32 Supra, p. 141-143.

33 « The Venona files », The New Republic, 7 août 1995. Dans un article du New York Post (17 juillet), Radosh résume d’une façon embarrassée son point de vue. En 1983, « nous avions soutenu qu’Ethel bien que consciente des activités de son mari n’avait joué elle-même aucun rôle direct dans l’espionnage. Le dossier Venona confirme cette hypothèse ». Lors de la simulation du procès initial, sous les auspices de l’association du barreau américain, Radosh avait déjà admis : « Plus important, il est clair, si l’on s’en rapporte aux preuves que l’accusation dirigée contre Ethel Rosenberg était tout à fait faible » The Wall Street Journal, 18 août 1983. Dans leur récente introduction à la nouvelle édition de leur ouvrage, R et M reprennent une position plus accusatrice à l’égard d’Ethel. Ils estiment que les documents Venona confirment, comme ils l’avaient écrit, qu’« Ethel était seulement complice (accessory) des activités de son mari ». Ils considèrent que même si Ethel n’a pas participé à la frappe des documents fournis par son frère David Greenglass : « Elle aurait encore été impliquée dans l’ensemble du complot (overall conspiracy) et aurait été probablement déclarée coupable » (loc. rit., p. XXII). R et M s’appuient pour déterminer la complicité d’Ethel sur deux faits.

34 Elle aurait incité Ruth Greenglass à apporter à son mari un message de Julius lui demandant d’espionner pour le compte de l’URSS et lui aurait écrit une lettre à Albuquerque pour lui annoncer la visite d’un ami de sa famille (p. XXII). Mais ces faits résultent du seul témoignage de Ruth Greenglass.

35 Entretien avec André Kaspi, L’Histoire (juin 1994, p. 91 – 92). Lors de l’émission du 22 février 1998 (précitée), sur une question précise de Jean-Luc Hees, André Kaspi a répondu plus nettement : « Quant à Ethel... elle savait ce que son mari faisait, elle n’a pas été elle-même espionne » (émission précitée du 22 février 1998, supra, p. 165). Surprenants sont ces deux articles très superficiels de Rémi Kauffer dans Historia (spécial nov. – décembre 1996) : « Qui a volé le secret de la bombe » (p. 68) et « Les Rosenberg étaient coupables » (p. 74). Comme nous l’avons exposé, les révélations de la CIA (juillet 1995, opération Venona) confirment l’innocence d’Ethel et le fait que la participation de son mari était limitée.

36 Supra, p. 175. En fait Ethel est bien mentionnée deux fois : message n° 25 du 21 septembre 1944 et n° 33 du 27 novembre.

37 D’après Joyce Milton, art. précité, New Republic, 4 nov. 1996, p. 13.

38 Cf. Weinstcin, article précité du Wall Street Journal, supra, p. 137. J’avais rapporté ces hésitations du FBI dès 1986 (p. 141-143).

39 Supra, p. 111-112.

40 Aujourd’hui le directeur-adjoint de la NSA évoque dans ses « souvenirs sur Venona » (http:///ac.acusd.edu/History/text/venona–crowell.html) ce brillant linguiste « qui réalisa des premiers percées réellement décisives pour décrypter les messages de opération Venona ».

41 Rapporté par Michael Dobbs (article précité du International Herald Tribune, 22 oct. 1996).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search