Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Troisième partie. Les faits nouveaux (1986-1997) La vérité historique

II. Les sources américaines : révélations de la Central Intelligence Agency (CIA) et de la National Security Agency (NSA) depuis 1995

Texte intégral

1. Cérémonie officielle et conférence de presse du mardi 11 juillet 1995

  • 1 Le texte de la cérémonie et de la conférence de presse transcrit par l’agence privée Fédéral News S (...)

1Le mardi 11 juillet 1995, à son quartier général de Langley en Virginie, la Central Intelligence Agency a appelé à une cérémonie de déclassification et de divulgation de documents secrets relatifs à la bombe atomique ainsi qu’à une conférence de presse. Cette cérémonie revêt un caractère de particulière solennité. Le directeur de la CIA, celui du FBI, le sénateur démocrate Patrick Moynihan, le directeur-adjoint de l’Agence Nationale de Sécurité (NSA), un chercheur attaché au musée national de Cryptographie, l’historien de la NSA, le directeur des relations publiques de la NSA prennent la parole. Les documents révélés sont déposés au musée de la NSA1.

  • 2 En vérité, l’opération Venona a déjà été révélée dans l’ouvrage d’anciens fonctionnaires du renseig (...)
  • 3 Au cours de l’été 1947, Edgard Hoover, directeur du FBI, est informé que les messages du KGB n’ont (...)

2Le directeur de la CIA souligne que les informations rendues publiques révèlent « l’immense succès des États-Unis en matière de renseignement.... Elles montrent comment les États-Unis ont mis à jour les efforts intenses des Soviétiques pour découvrir les secrets du projet de bombe atomique... dans les années 1940 ». Cette opération, dénommée Venona, a permis le décryptage, dans leur presque totalité, de 2200 messages concernant l’offensive soviétique d’espionnage2. Quarante-neuf messages sont rendus publics. Les autres le seront prochainement. Le directeur de la CIA ajoute qu’il a l’intention de donner son appui à la tenue en 1996 « d’une conférence sur les tentatives du renseignement soviétique pour infiltrer le gouvernement des États-Unis au cours des années 40 et 50 et de nos efforts pour contrecarrer les leurs. Nous espérons que tous les chercheurs y participeront, y compris les chercheurs russes ». À son tour, le directeur de la NSA explique le mécanisme du décryptage. Puis il indique : « Dès que des américains étaient concernés par les renseignements étrangers recueillis, ces renseignements étaient envoyés au FBI pour enquête appropriée »3.

  • 4 En effet, le sénateur note avec une pointe d’ironie, à propos du choix des noms de code attribués p (...)

3Président de la Commission on Protecting and Reducing Secrets in the United States, le sénateur Moynihan évoque la condamnation par le Sénat, en 1954, du sénateur Mc. Carthy « pour sa conduite méprisable, contraire au droit et délatrice ». Il se réjouit de participer à cette cérémonie qui marque la fin du « secret institutionnel » tant décrié. Il ne paraît pas douter que Julius Rosenberg ait été un espion pour le compte de l’Union Soviétique4.

4Il revient à l’historien de la NSA David Kahn de donner la signification de la publication officielle des messages interceptés :

« Bien d’autres ont écrit sur Venona, mais nous avons ici, pour la première fois, les messages tels qu’ils ont été interceptés et une déclaration officielle sur ce qu’ils sont et ce qu’ils signifient. La portée historique de cette déclaration est qu’elle peut mettre fin à une controverse majeure de la guerre froide : les Rosenberg étaient-ils coupables ? Maintenant, sans dire s’ils auraient dû ou non être exécutés, et sans dire ou non s’il existait des preuves suffisantes pour qu’une cour de justice les déclare coupables, il me semble que les messages interceptés de l’opération Venona montrent une chose, sans aucun doute possible, savoir que les Rosenberg ont espionné, au bénéfice de l’Union Soviétique contre les États-Unis ».

5Précisément, l’une des premières questions posées par les journalistes, au cours de la conférence de presse qui suivit la cérémonie, concerne les Rosenberg. Elle s’adresse à David Khan :

« Vous avez dit... que ces documents démontrent que les Rosenberg, aient-ils été ou non coupables, ont espionné... Qu’est-ce que les documents révèlent sur ce qu’ils ont fait ?

6Réponse de l’historien de la NSA :

« Ces documents montrent qu’ils ont été en relation avec des soviétiques. Ils montrent qu’on leur a fourni des cassettes de films. Dans un cas, on demande 100 cassettes pour eux, et je ne pense pas qu’à l’époque, ils prenaient des photos du Grand Canyon ».

7Autre question :

« Connaissons-nous l’importance des documents qu’ils ont fait passer » ?

8Réponse :

« Non, d’après ces documents, non ».

9Le représentant de l’American Broadcasting Corporation (ABC) s’adresse à David Kahn :

« Pourriez-vous comparer l’importance des activités d’Ethel Rosenberg à celles de son mari Julius ? Je pose cette question en raison de la controverse qui s’est élevée en ce qui la concerne... »

Le professeur Kahn répond :

« Ma réponse est oui : elle est mentionnée beaucoup moins fréquemment, peut-être une ou deux fois. Ce qui signifie, en ce qui concerne son activité, ce n’est pas entièrement clair. Je suis désolé de ne pouvoir donner plus de précisions ».

10Un journaliste du Los Angeles Times demande si les « messages interceptés ont été disponibles assez tôt pour faciliter l’arrestation ou les poursuites des Rosenberg, ou bien sont-ils intervenus plus tard, simplement pour rendre valide l’enquête ouverte sur eux par le FBI ?

« Si je comprend bien, répond Kahn, ces messages ont été disponibles assez tôt pour mettre le FBI sur la piste des Rosenberg et pour les amener aux poursuites qui n’ont pas fait état de ces messages interceptés, car le FBI voulait garder ces informations secrètes ».

2. Historique de l’opération Venona et guide des décryptages des messages soviétiques

  • 5 Introductory History of Venona and guide to the translation, Center for Cryptologie History, NSA, F (...)

11Pour faciliter la compréhension des messages décryptés, la NSA a préparé une brève introduction à l’histoire de l’opération Venona et un guide des décryptages5.

12Ce livret rappelle que l’opération, commencée en février 1943, avait pour objet de tenter de tenter de décrypter les milliers de télégrammes diplomatiques soviétiques codés, recueillis et conservés par l’armée américaine depuis 1939 et qui n’avaient jamais été exploités.

13Une première analyse permet de constater que ces communications relevaient de cinq systèmes de cryptographie, spécialisés pour les services suivants : commerce (attachés commerciaux), prêt-bail, AMTORG et commission d’achat du gouvernement soviétique, GRU, service de renseignement de l’état-major général de l’armée et GRU naval.

  • 6 Ibid., p. 4. L’historique note également qu’en 1947, un décrypteur put lire deux messages du KGB, d (...)
  • 7 Les décrypteurs jouent sur les rares erreurs commises par les services soviétiques. Ainsi ils décou (...)

14Le travail de décryptage fut lent et difficile. En 1947, un rapport des décrypteurs indique que les messages du KGB « contiennent des douzaines et probablement des centaines de nom de code, dont un nombre important d’agents du KGB, y compris Antenna et Liberal, identifiés plus tard comme étant ceux de Julius Rosenberg. Un de ces messages mentionne que la femme de Liberal s’appelle « Ethel »6. Le nom du président Roosevelt figure à côté de celui de Leonid Kvasnikov, chef du service de l’espionnage soviétique à New York7.

15À l’automne de 1948, un agent du FBI, Robert Lamphere, est détaché auprès de l’opération Venona, et les services de décryptage et de renseignements britanniques se joignent à l’effort américain.

16Environ trois mille messages ont été finalement décryptés. Presque tous les télégrammes de la période 1944-1945 l’ont été entre 1947 et 1952.

  • 8 Ibid., p. 9. L’Historique explique que les messages les plus intéressants concernent les méthodes d (...)

17En ce qui concerne les opérations du KGB, l’Historique note que la majeure partie des informations recueillies aux États-Unis, compte tenu de leur volume, étaient transmises par courrier diplomatique. On trouve dans les télégrammes codés le modus operandi, relatif aux dispositions prises pour les rencontres avec les agents ; une attention particulière est donnée au problème de la sécurité de ces réunions secrètes8.

  • 9 Ibid., p. 10.

18Les 49 premiers messages rendus publics concernent essentiellement l’espionnage atomique effectué par Klaus Fuchs et les Rosenberg. Mais ils montrent aussi, selon l’Historique, que ces derniers, placés sous le contrôle de Leonid Kvasnikov, « avaient bien d’autres objectifs tels que le programme américain d’avions à réaction, les progrès réalisés dans le domaine des radars et des fusées, etc. »9.

3. La fin de l’opération Venona : conférence des 3-4 octobre 1996 et publication des documents décryptés (sept. 1997)

  • 10 En septembre 1997, la NSA et la CIA ont publié deux forts volumes de documents accompagnés d’une mo (...)
  • 11 Quatre communiqués (26 octobre 1995, 27 février, 17 juillet et 27 septembre 1996), dont le dernier (...)

19La National Security Agency (NSA), en accord avec la CIA et le FBI, continue à rendre public les documents Venona de 1995 à 199710. Parmi ces messages nouveaux, plusieurs concernent le savant atomiste Klaus Fuchs, aucun les Rosenberg. Ils éclairent un peu plus l’espionnage atomique soviétique11. Certains noms d’informateurs ou d’espions, connus des services de sécurité américains, sont révélés, mais pas tous. Rien ne dit que tous les documents secrets, connus des services américains, ont été publiés à ce jour. Il reste évidemment à découvrir la masse des documents transportés par la valise diplomatique soviétique.

  • 12 Indigo Publications, Intelligence News Letters. « The Last of Verona’s Secrets » (17 octobre 1996)  (...)

20La conférence internationale, envisagée en juillet 1995 par le Directeur de la CIA, s’est tenue au début d’octobre 1996 au National War College, à Washington, sous les auspices de la CIA, de la NSA et du Centre pour la Démocratie12.

  • 13 Infra, p. 209-210.

21L’un des fils des Rosenberg, Michael, et Morton Sobell assistaient à cette conférence et sont intervenus. L’exécution d’Ethel Rosenberg y fut évoqué. L’agent du FBI, Robert Lamphere, attaché à l’opération Venona, précisa qu’il avait été appelé à donner secrètement son avis, au cours du procès, lors du prononcé de la peine13.

4. Analyse et extraits des messages décryptés et publiés depuis 1995 concernant les Rosenberg

  • 14 Ils se présentent sous la forme de copie des documents originaux. Le premier document est daté du 2 (...)

22Les premiers messages publiés concernent, on l’a vu, les Rosenberg ou plutôt Julius, mais bien sur Klaus Fuchs14.

  • 15 Ces messages ne sont pas tous publiés dans Opération Venona. On les trouve dans l’Internet.
  • 16 L. Kvasnikov a été directeur du bureau de renseignement scientifique du NKDV (sécurité d’État) ; pu (...)

23Ainsi les messages du 21 juin, des 22 et 23 juin 1943 intéressant l’espionnage atomique contiennent des informations fournies par un certain « Kvant », nom de code qui n’est pas encore identifié15. Puis Fuchs apparaît dans un message du 9 février 1944. Il est adressé de New York par Leonid Kvasnikov (nom de code « Anton ») au général P.M. Fitin (Viktor) à Moscou16. Il rend compte d’une réunion entre Harry Gold (« Gus » ou « Goose » ) et Klaus Fuchs (« Rest ») le 5 février :

« Auparavant nous avons donné des instructions détaillées à [Harry Gold]. [Fuchs] l’accueillit aimablement mais se montra plutôt réservé au premier abord...[Gold] s’assura que [Fuchs] savait bien avec qui il travaillait. [Fuchs] est arrivé aux États-Unis en septembre, comme membre d’une mission [britannique] concernant le [projet américain d’énergie atomique] (Enormous). Selon Fuchs, ce projet est placé sous l’autorité directe de l’armée, représentée par le général Somervell et Stimson [secrétaire à la guerre]. À la tête de cette mission est un député travailliste, Ben Smith ».

  • 17 Les mots que j’ai placés entre parenthèses sont ceux du code. Entre crochets, leur signification en (...)

24Le télégramme conclut qu’il s’agit d’élaborer un processus de séparation des isotopes de l’uranium17.

  • 18 J’avais noté les liens entre Julius et A. Sarant dès la première version (supra, p. 139). Ce messag (...)

25Le message (n° 8) du 5 mai 1944 mentionne pour la première fois le nom de code (Antenna) que les décrypteurs assignent en note à Julius Rosenberg. Il émane d’un vice consul à New York, Stepan Apresyan (Maj ou May). Il porte que Julius a donné un tuyau sur un certain Alfred Sarant désigné en clair. Il demande à Moscou de procéder à des vérifications et de sanctionner le recrutement de Sarant – dans les plus brefs délais18.

  • 19 Ce télégramme de New York est signé du nom de code MAY (Maj) que les décodeurs attribuent à Pavel I (...)

26Un télégramme du 8 mai 1944 (n° 9) rapporte que selon Fuchs (Rest) les travaux de la commission britannique ne se déroulent pas avec succès : les Américains n’acceptent pas volontiers de partager leurs secrets avec les Britanniques19.

  • 20 Mentionné pour la première fois, Yakovlev est sous ce nom le vice-consul de l’URSS à New York charg (...)

27Puis le 22 mai (n° 10) New York fait part au général Fitin des risques importants auxquels donne lieu, en particulier, la réception des documents secrets. Elle devient de plus en plus dangereuse en raison de la surveillance régulière et ininterrompue des cadres du consulat, où le matériel destiné à être filmé est apporté. On ne peut désormais le déposer à l’appartement d’[Anatoli Antonovitch Yakovlev] (Aleksej) où se trouve une caméra portative20. La fin du message concerne directement Julius Rosenberg :

« Nous estimons nécessaire d’organiser la photographie des documents fournis par les « stagiaires » de [Julius Rosenberg] ».

  • 21 Andrei Ivanovitch Shevtchenko, selon une note de la CIA, dans le télégramme 23, est un représentant (...)

28Le nom de Shevtchenko est également mentionné. Il convient de déposer chez lui une caméra destinée exceptionnellement à filmer des documents secrets, originaux ou manuscrits. L’auteur du message estime que l’objection faite à cette suggestion concerne plutôt la bonne conservation des documents que le danger de voir Schevtchenko découvert21.

29Le télégramme suivant du 14 juin 1944 (n° 11) revient sur ce problème. Adressé par le vice-consul Apresyan au général Fitin, il porte :

« Nous avons besoin de l’appartement de [Kvasnikov] pour photographier le matériel fourni par le groupe de [Rosenberg] ».

  • 22 Ce douzième message comprend deux informations fournies par Fuchs – la troisième partie d’un rappor (...)

30Le lendemain, de New York, un message traduit par les décrypteurs [MGB], signé par (May) ou (Maj), résident à New York, informe le général Fitin que Fuchs doute de la possibilité de continuer à résider aux États-Unis sans éveiller des soupçons. Il pense qu’il devra partir dans un mois ou six semaines22.

  • 23 Sur l’activité de William Perl voir ci-dessus (p. 134 et suiv.).

31Les 15 et 16 juin 1944, un télégramme (n° 13) annonce au général Fitin l’envoi par la poste de documents importants fournis par William Perl (Gnom) et Shevtchenko (Arsenij)23. Ils concernent les nouveaux types d’avions à la disposition de certaines unités de l’armée de l’air américaine. Par ce même courrier, New York expédie deux plans secrets concernant l’agencement du Projet Manhattan, reçus d’un certain Fogel (code non identifié).

  • 24 À ce point, le télégramme n’a pu être déchiffré. Il indique que la personne en question, C., a fait (...)

32Le 27 juin (n° 14), le vice-consul Apresyan (Maj – May) demande à Moscou l’agrément d’une personne (C) dont l’identité est connue mais non révélée. Il indique que, selon les dires de Julius Rosenberg (Antenna), C. connaît bien « l’ingénieur »24. Le même jour, Apresyan propose le transfert à Harry Gold de trois « stagiaires » non identifiés. Gold s’étonne que le paiement mensuel de 100 dollars ait été suspendu (n° 15).

  • 25 Le télégramme note que les caméras coûtent 200 dollars et sont envoyés d’Allemagne via Mexico. Ils (...)

33Par un télégramme du 11 juillet 1944 (n° 16), New York invite Moscou (général Fitin) à donner pour instruction à Mexico d’acheter deux caméras et de les envoyer par le premier courrier. L’une est destinée au bureau et la seconde, déjà autorisée, à Julius Rosenberg (Antenna)25.

34Vers la fin de ce mois de Juillet, le vice consul Apresyan attire l’attention du général Fitin sur la valeur des informations fournies par Fuchs.

« Parce que six mois de relations établies avec [Fuchs] (Rest) ont démontré la valeur du travail qu’il effectue pour nous. Nous considérons qu’il est nécessaire de lui payer, pour ces six mois, une juste rémunération de 500 dollars. Il mérite pleinement cette somme. Télégraphiez votre accord » (25 juillet 1944 n° 18).

  • 26 Il s’agit du service des transmissions du ministère de la guerre où Julius est employé à l’époque, (...)

35Le lendemain (n° 19), Apresyan informe le général Fitin que Julius Rosenberg a été envoyé « par la firme » à Washington (DC) pour y travailler pendant dix jours26.

36Il a rendu visite à son camarade d’études Max Elitcher (en clair et en caractères romains dans le texte). Ce dernier travaille au bureau des standards, comme chef de la section de contrôle de mise à feu pour les navires de guerre [qui procède au montage des canons d’un calibre supérieur à cinq inches. Il a accès à des informations d’une très grande valeur sur les canons].

  • 27 Sur les relations entre Julius Rosenberg et Max Elitcher voir supra, p. 35. En réalité, à l’époque (...)

« Il y a cinq ans, Max Elitcher a obtenu le diplôme du City College de New York (département électrotechnique). Il a une maîtrise de sciences. Depuis sa sortie de l’université, il travaille au bureau des standards. Il est membre du parti communiste. Il a adhéré après avoir fait ses études.
« Selon Julius Rosenberg) c’est un homme loyal, sûr, équilibré et compétent. Il est marié. Sa femme est communiste. Elle exerce sa profession de psychologue et travaille au ministère de la défense »27. « Max Elitcher est un excellent photographe amateur et possède tout l’équipement nécessaire pour prendre des photographies. Procédez s’il vous plaît aux vérifications concernant Elichter et communiquez nous votre feu vert ».

37Un mois plus tard (20 août 1944), Apresyan apporte au général les informations suivantes :

  • 28 À la suite du télégramme du 25 juillet 1944 (n° 18), il n’est pas sûr que Fuchs ait éventuellement (...)

« En juillet, lorsque nous avons appris qu’il était possible que [Fuchs] retourne en Angleterre, des instructions ont été données à [Yakovlev] et par ce dernier à [Harry Gold] de prévoir un mot de passe en vue d’un rendez-vous avec [Fuchs] si celui-ci devait partir. Le 5 août [Fuchs] ne vint pas au rendez-vous prévu et [Gold] manqua le rendez-vous suivant en invoquant la pression du travail. [Fuchs] ne se présenta pas au rendez-vous de contrôle suivant.
Lorsque [Gold] se renseigne à l’appartement de [Fuchs], on l’informa que [Fuchs] était parti pour l’Angleterre. J’ai alors opéré une double vérification en envoyant [Gold] chez la sœur de [Fuchs].... Je n’ai pas eu le temps de remettre à [Fuchs] les 500 dollars que vous aviez autorisés »28.

  • 29 Le message n° 21 énumère plus d’une vingtaine de noms de code dont la moitié indiqués par le généra (...)

38Le 2 septembre 1944, le vice consul Apresyan avise le général Fitin des nouveaux noms de code donnés aux informateurs, pour faciliter le chiffrage. Ainsi Antenna (Julius Rosenberg) devient Liberal ; William Perl (Mutterperl), autrefois Yakov, Gnom29. Dans un télégramme (n° 22) du 14 septembre, Andresyan note que Perl est remboursé seulement de ses frais de voyage et de séjour à New York. Il ajoute :

« Le matériel fourni par [Perl], sa valeur n’est pas moins grande que celle du matériel fourni par les autres membres du groupe de [Rosenberg] à qui vous avez donné un bonus. Autorisez le paiement de 500 dollars » (à Perl).

  • 30 Message n° 23, 15 septembre 1944. Commentaire de la CIA.
  • 31 En note, la CIA indique que grâce à la capture d’un V-1, ce délai a pu être tenu.

39Le message n° 23, adressé par New York au général Fitin, l’informe sur le dernier rendez-vous de Shevtchenko et d’une personne qu’il rencontre régulièrement et dont le nom de code Stamp n’est pas identifié. Les décrypteurs considèrent qu’il s’agit peut-être d’un employé de la Bell Aircraft Corporation. Shevtchenko est « le représentant soviétique » auprès de cette entreprise30. Shevtchenko et (Stamp) ont rendu visite à une connaissance commune, un nommé B, au service de la Republic Aviation Corporation ». Au cours de la conversation, B leur apprend que le gouvernement des États-Unis entend produire des JB-2, version américaine du V-1 allemand dans un délai de 60 jours31. Le message ajoute :

« [Julius Rosenberg] confirme que la production des robots (JB-2) a commencé et nous informe que les plates-formes de lancement seront installées sur des porte-avions en vue de leur emploi contre le Japon ».

  • 32 Message du 18 septembre 1944 (n° 24). P. Soudoplatov, dans ses mémoires (p. 25), transcrit le nom d (...)

40Au général Fitin qui se plaint des retards dans l’envoi des informations demandées, New York (Apresyan) explique que ces retards sont notamment dus à la surveillance accrue exercée sur le consulat soviétique – et par moment sur Leonid Kvasnikov lui-même. Des instructions particulières données par le général Fitin n’ont pu être exécutées, en raison de la surveillance dont Semen M. Semenov (Twam) fait l’objet32.

  • 33 Message n° 25. Le nom de Ruth Greenglass est mentionné en clair.

41Le 21 septembre 1944 Apresyan fait état de progrès dans le recrutement de nouvelles personnes33.

« [Julius Rosenberg] a recommandé la femme du frère de sa femme, Ruth Greenglass, avec en vue un appartement sûr. Elle a vingt ans, de nationalité américaine. Elle est membre de la ligue des jeunesses communistes depuis 1942. [Rosenberg] et sa femme la recommandent comme étant une fille intelligente et habile...
Ruth a appris que son mari était mobilisé mais n’avait pas été envoyé au front. C’est un mécanicien et il travaille maintenant à l’usine (Enormous) [Projet concernant l’énergie Atomique] à Santa Fe, Nouveau Mexique...
En ce qui concerne la voie du (parti communiste), [Rosenberg] est en relation avec Chester [Bernard Schuster, membre du parti]. Ils se voient une fois par mois pour le paiement des cotisations. Chester aimerait savoir si nous sommes satisfaits de la collaboration et si il n’y a pas de malentendus. Il ne cherche pas à se renseigner sur les éléments spécifiques du travail. Étant donné que Chester est au courant du rôle du groupe de [Rosenberg] nous vous prions de nous autoriser à demander à C. [Chester] par l’intermédiaire de [Rosenberg] des indications sur les gens qui travaillent au [Projet Atomique] et dans d’autres domaines techniques ».

  • 34 Le même message – très partiellement décodé – fait état d’entretiens entre le Président Roosevelt e (...)

42Le message suivant (n° 26, du 22 septembre 1944) informe le général Fitin que [Harry Gold] doit se rendre le 26 chez la sœur de [Fuchs]. Toutefois on ne sait pas exactement où elle se trouve actuellement. Elle aurait dû rentrer chez elle après le 20. New York rendra compte du voyage de [Gold] immédiatement34.

43Un mois plus tard, le 22 octobre, Leonid Romanovitch Kvasnikov fait part au général Fitin de l’opinion de [Julius Rosenberg] sur un membre du parti communiste, Mikhail Sidorovitch et sa femme :

  • 35 Ce message (n° 28) est en grande partie non déchiffré. Comme on l’a vu, Mme Sidorovitch a rendu vis (...)

« Il a été volontaire en Espagne. Il vit dans la partie occidentale de l’État de New York... au cours des trois dernières années, il ne s’est livré à aucun travail politique actif. [Julius Rosenberg] le connaît depuis leur enfance... au cours des six dernières années, il l’a connu dans la vie politique. Il considère que sa femme et lui sont des gens dévoués et sûrs. Sa femme exerce la profession de couturière et peut ouvrir une boutique en ville pour servir de couverture. Faites-nous savoir si vous considérez Linza [Mikhail Sidorovitch] comme convenant mieux que Yacov [Perl]. Votre réponse, à communiquer à [Julius Rosenberg], est nécessaire avant le 23 octobre. Au cours de son entretien avec [Julius Rosenberg], [M. Sidorovitch] s’est déclaré prêt à reprendre contact avec nous »35.

  • 36 Message n° 30 du 12 novembre. Il s’agit d’une source indépendante de Julius Rosenberg. Hall, dont l (...)

44En novembre 1944, Serge Nikolaevitch Kurnakov rencontre un Jeune physicien américain, Théodore Alvin Hall, employé au projet Manhattan. Hall lui remet un rapport sur le projet et les personnalités qui y travaillent36.

45Le message suivant (n° 31) du 14 novembre 1944, de Kvasnikov, informe le général Fitin des approches effectuées par Julius Rosenberg :

  • 37 Selon les décrypteurs, « KH’yus » et METR sont probablement Joël Barr ou Alfred Sarant ou vice-vers (...)

« Liberal (Julius Rosenberg) a mené à bien l’engagement de « kh’yus ». Kh’yus est un bon copain de METR. Nous vous proposons de les coupler et de leur faire photographier leur propre matériel après leur avoir donné une caméra à cette fin. Kh’Yus est un bon photographe : il a une grande chambre noire avec tout l’équipement mais il n’a pas de Leica. Qulius Rosenberg) recevra les films de METR pour les transmettre. Il continuera de superviser les stagiaires, ceci diminuera sa charge. Les détails de l’engagement sont fournis dans la lettre n° 837.

46Le même message concerne Ruth Greenglass :

  • 38 Sur ce voyage de Ruth Greenglass, supra, p. 48.

« OSA [Ruth Greenglass] a accepté de collaborer avec nous pour entraîner [David Greenglass] dans l’affaire du (Projet d’Énergie Atomique). Sur la demande de [David] elle part le 22 novembre 1944 pour la région du camp 2 [Los Alamos]. [David] doit avoir un congé d’une semaine. Avant le départ de [Ruth], [Julius] aura avec elle deux réunions pour lui donner des instructions »38.

  • 39 Du 17 novembre 1944 (n° 32).

47Peu après, Kvasnikov signale au général Fitin que le manque de cassettes se fait sentir pour réaliser les projets de photographie des documents par [Julius Rosenberg], puis par [Michael Sidorovitch], Il demande l’envoi, par priorité et sans retard, de cent cassettes pour caméra Leica, via Mexico39.

48Au général Fitin qui lui a demandé des renseignements sur la femme de [Julius Rosenberg], Kvasnikov répond :

  • 40 Du 27 novembre 1944 (n° 33). Kvasnikov en profite pour demander au général Fitin l’autorisation d’e (...)

« Nom de famille, celui de son mari, prénom Ethel, 29 ans, mariée depuis cinq ans ; a terminé ses études secondaires ; membre du [parti communiste] depuis 1938. Politiquement bien avertie. Est au courant du travail de son mari et du rôle joué par [John Barr ou Sarant] et par MIL (non identifié). En raison de sa santé délicate ne travaille pas. Appréciation positive et comme personne fidèle »40.

49Un message de New York du 2 décembre, très partiellement déchiffré, répond à une question de Moscou. Il énumère des savants qui travaillent au projet d’énergie atomique : « Hans Bethe, Niels Bohr, Enrico Fermi, G.J. Taylor, William Penney, Arthur Compton, Ernest Lawrence, Harald Vrey, Hans Slanarm, Edward Teller, Percy Bridgeman, Werner Eisenberg, Strasenman » (message n° 34). Il n’indique pas l’origine de ce renseignement.

50Quelques jours plus tard, Krasnikov réclame au général Fitin de hâter une autorisation déjà demandée concernant Alfred Sarant et Joël Barr :

  • 41 Message n° 35 du 5 décembre 1944. Sur la demande de New York concernant Sarant et Barr, supra, p. 1 (...)

« Accélérez votre accord pour que [Sarant et Barr] photographient ensemble leurs documents. Julius Rosenberg s’occupe de huit personnes, de la photographie des documents. Son état de santé est rien moins que splendide. Nous craignons de le mettre hors d’activité pour surmenage »41.

51Le bureau de New York fait part au général Fitin des risques que soulève l’activité de Harry Gold. Répondant à une interrogation de Fitin, il évoque l’insuffisance de Julius Rosenberg. Il insiste sur la nécessité de faire travailler ensemble Sarant et Barr :

  • 42 Message du 13 décembre 1944 (n° 36). Ce message comporte de longs passages, non décryptés. La CIA p (...)

« Nous considérons qu’il est dangereux de concentrer tous les contacts relatifs au [projet atomique] sur le seul [Harry Gold], Cela est bon en ce que cela limite les cercles... des personnes mais il est dangereux de perturber... le travail sur (le projet atomique)... Nous proposons :
1. de laisser (Ruth Greenglass) et (David Greenglass) en contact avec Julius Rosenberg jusqu’à ce que... marche.
2. « MLAD »
Tous les deux, [Sarant et Barr] sont membres du parti communiste. Tous les deux nous aident et tous deux rencontrent [Julius Rosenberg] et [Harry Gold], [Sarant] nous a remis 17 dessins authentiques relatifs au APQ – 7. On peut lui faire confiance. Le transfert de [Sarant] seul à [probablement Alexander Andreevitch Raev] n’est pas exclu. Il sera nécessaire de mettre [Raev] en rapport avec [Alexander Semonovitch Fomin] pour apporter les documents à photographier au consulat.
Je ne puis transporter les documents hors du consulat tard dans la soirée. J’insiste pour que [Sarant] et [Barr] travaillent ensemble, en mettant ce dernier en rapport avec [Fomin] ou [Raev] et pour qu’ils soient tous les deux séparés de Julius Rosenberg...
... Il n’y a aucune contradiction entre nos lettres 5 et 7 concernant [Julius Rosenberg]. Elles se complètent. Les insuffisances de [Julius] ne signifient pas qu’il sera complètement inutilisable pour la photographie. Il s’habitue peu à peu à la photographie »42.

  • 43 Message rendu public le 27 février 1996 (n° 31 bis).

52Le 16 novembre 1944, New York signale à Moscou que Klaus Fuchs n’a pas quitté les États-Unis et travaille encore au projet de bombe43.

53Le message du 16 décembre 1944 concerne la visite de Ruth Greenglass auprès de son mari à Los Alamos :

  • 44 Message n° 37 de Kvasnikov au général Fitin. Ce message vise un rapport établi par MLAD (Young) don (...)

« [David] se déclare prêt à aider à faire la lumière sur le travail effectué à Los Alamos et indiqua qu’il avait déjà réfléchi à cette question. Il a dit que les autorités du camp prennent ouvertement des mesures de précautions pour empêcher que des informations sur le [Projet relatif à l’énergie atomique] ne tombent aux mains des Russes. Cela cause un grave mécontentement parmi les progressistes...
...[David Greenglass] sera à New York à la mi-janvier.
[Julius Rosenberg] faisant état de son ignorance du problème a exprimé le désir que notre agent rencontre [David Greenglass] et l’interroge personnellement. Il affirme que [David] serait très heureux d’une telle rencontre. Estimez-vous qu’une telle rencontre est à conseiller, faites savoir si vous avez des questions prioritaires pour nous.
[David] apporte encore les informations suivantes :
[Oppenheimer] de Californie et Kistiakovski (le rapport de MLAD mentionnait ce dernier) travaillent maintenant au camp. Kistiakovski fait des recherches sur les processus thermodynamiques. Indiquez-nous si vous avez des informations sur ces deux professeurs »44.

54Le dernier message de 1944 informe Moscou de l’installation du couple Sidorovitch à Cleveland en Ohio où réside William Perl.

  • 45 Du 20 décembre (n° 38) adressé au général Fitin. L’expéditeur n’est pas identifié par les décrypteu (...)

« Linza [Mikhail Sidorovitch] et sa femme [Anne] sont partis pour la ville de [William Perl]. À la fin décembre [Julius Rosenberg] se rendra là-bas et mettra [Sidorovitch] en rapport avec [Perl]. Avant leur déménagement, [Sidorovitch] et sa femme se sont rendus dans cette ville et ont pris un appartement dont nous avons donné l’adresse dans notre lettre n° 9. [Sidorovitch] a vendu sa maison et dépensé une partie de l’argent pour le déménagement. Nous lui avons fait un paiement de 500 dollars, en tout et pour tout »45.

55L’année 1945 s’ouvre par l’annonce de l’arrivée de David Greenglass en permission à New York :

  • 46 Message n° 39 du 8 janvier 1945, de Kvasnikov au général Fitin. Un très grand nombre de mots n’ont (...)

« Il a confirmé son accord pour nous aider. En plus des renseignements qu’il nous a transmis par l’intermédiaire de [Ruth Greenglass], il nous a donné un plan manuscrit de l’agencement du Camp 2 [Los Alamos – Mexico] et exposé les faits venus à sa connaissance sur le travail et le personnel. La tache essentielle du camp est de fabriquer le mécanisme qui doit servir de détonateur et on se livre à un travail expérimental en vue de la construction d’un tube de ce genre, des essais ont lieu avec des explosifs... »46.

  • 47 Du 23 janvier 1945 (n° 40) adressé au général Fitin. Il est noté que Serguei Kournakov se plaint du (...)
  • 48 Sur Hall supra, p. 182 et note 82.

56Un second télégramme47 concerne des informateurs dont l’identité est connue des décrypteurs mais oblitérée. Il s’agit encore de MLAD – qui serait Théodore Alvin Hall48.

  • 49 Du 20 février 1945 (n° 41). En note le message indique que Kvasnikov est ingénieur et employé à AMT (...)

57Il est suivi un mois plus tard d’un message du général Fitin (à Moscou) à Kvasnikov. Il concerne les noms de code de personnes se trouvant en des lieux proches des centres de recherche nucléaire49.

  • 50 N° 42. En dehors de cette ligne concernant Julius Rosenberg et la mention incomplète de cadeaux ou (...)

58Le 6 mars 1945, dans un message du général Fitin à New York, on lit : « Décision a été prise d’accorder à nos sources à titre de bonus, les sommes suivantes : à [Julius Rosenberg] 1000 dollars... »50.

59Puis le 21 mars (n° 43), le général Fitin rappelle à Kvasnikov les instructions données concernant les informateurs possibles et notamment :

« Nous avons donné instruction d’envoyer Guron (nom de code non identifié par les décrypteurs) à Chicago pour reprendre contact avec VEKSEL (dont les décrypteurs indiquent comme « possible que ce soit le Dr Julius Robert Oppenheimer »). Exécutez ces instructions le plus tôt possible. GURN devrait également profiter de son séjour à Chicago pour renouer connaissance avec (le nom est oblitéré) qui vous est connu et participe au (Projet US d’énergie atomique) ».

  • 51 Message n° 44. L’identité de MLAD est oblitérée comme dans le précédent message. Il en va de même d (...)

60Le général Fitin envoie le 31 mars à Kvasnikov une évaluation du projet atomique, établie notamment sur la base des documents fournis par Fuchs. Il note qu’ils « apportent des renseignements complets et de valeur ». Un passage du télégramme concerne un rapport de MLAD sur le travail en cours51.

61En avril un message quelque peu confus, qui n’a été que partiellement déchiffré, concerne Julius Rosenberg, indiqué ici par des points de suspension, dans les termes suivants :

  • 52 Du 5 avril 1945 (n° 45). Les décrypteurs hésitent sur le sens de la première phrase. D’après eux, e (...)

« Si... l’appartenance de [Julius] au parti communiste... et que des informations précises sur lui, à travers la direction du parti, n’existent pas. Les suppositions relatives à la présence à... DB ont été rapportées par [Julius] lui-même à la direction du parti52 ».

  • 53 N° 45 bis : « En dehors des informations concernant la masse atomique de l’explosif nucléaire et su (...)
  • 54 Supra, p. 169.

62Communiqué après la cérémonie du 11 juillet 1995, un message de Moscou à New York du 19 avril 1945 souligne la « grande valeur » des informations fournies par Klaus Fuchs sur la bombe atomique53. Dans son commentaire, Benson souligne que ce message est d’un grand intérêt et ranimera la controverse concernant le rythme du développement de la bombe par les Soviets54.

  • 55 Messages n° 48 du 13 novembre et n° 49 du 27 novembre. Adressés de San Francisco au général Fitin à (...)

63Aucun message daté du mois de juin, si il en existe, n’est rendu public. Un seul message en juillet, aucun en août, septembre et octobre. Les deux derniers sont de novembre 1945. Ils ne concernent ni David ou Ruth Greenglass ni Julius Rosenberg, ni Ethel55.

  • 56 Dans sa lettre du 14 mai 1996, M. Thomson Johnson m’écrit : « De prochaines publications plus tard (...)

64Nous savons par des sources soviétiques – témoins directs de l’activité du bureau de New York – qu’en août 1945 un courrier, Lona Cohen, s’est rendue à Los Alamos pour y recueillir des documents importants sur la bombe atomique et a failli se faire prendre56.

Quelques messages décryptés Copies Xerox de Venona. Soviet espionage and the American Response 1939-1957, R.L. Benson et M. Warner dir. (NSA et CIA), Washington DC, 1995.

Quelques messages décryptés Copies Xerox de Venona. Soviet espionage and the American Response 1939-1957, R.L. Benson et M. Warner dir. (NSA et CIA), Washington DC, 1995.

14. New York 1132-3 to Moscow, 13 July 1943.

14. New York 1132-3 to Moscow, 13 July 1943.

76. New York 1749-50 to Moscow, 13 December 1944.

76. New York 1749-50 to Moscow, 13 December 1944.

Notes

1 Le texte de la cérémonie et de la conférence de presse transcrit par l’agence privée Fédéral News Service sert de base à notre analyse.

2 En vérité, l’opération Venona a déjà été révélée dans l’ouvrage d’anciens fonctionnaires du renseignement américains ou britanniques. En particulier Peter Wright, membre du M15, à la fin de sa carrière chef-adjoint du service, consacre un chapitre entier à Venona dans son ouvrage Spy Catcher (traduit chez Robert Laffont, Paris, 1987 ; éd. originale Viking Penguin Inc., New York, 1987, chap. 13, p. 207-217). D’après Wright, le décryptage a été permis par la découverte des restes carbonisés d’un livre de code soviétique sur un champ de bataille en Finlande. Mais dans une brochure remise à la presse lors de la cérémonie du 11 juillet 1995, la NSA remarque que les décrypteurs ont cassé, avant 1952, par leurs seuls efforts, le code soviétique : ce n’est qu’en 1953 que la photocopie d’un code en partie brûlée (découverte par les services de renseignements militaires US en 1945) fut rattachée aux systèmes de décryptage de Venona (p. 8). J’avais fait état de ce décryptage dès la première version de cet ouvrage.

3 Au cours de l’été 1947, Edgard Hoover, directeur du FBI, est informé que les messages du KGB n’ont pu être décryptés.

4 En effet, le sénateur note avec une pointe d’ironie, à propos du choix des noms de code attribués par les services de renseignement soviétique à Julius Rosenberg : « J’ai remarqué... que l’un des plus notoires traîtres soviéto-américains a reçu le nom de code de « Liberal ». Ce nom de « Liberal », (et aussi « Antenna ») a été considéré par les décrypteurs comme concernant Julius. Le sénateur est lui aussi un « libéral »– de sensibilité de gauche au sens américain.

5 Introductory History of Venona and guide to the translation, Center for Cryptologie History, NSA, Fort George G. Meade, Maryland, 12 pages. (1996).

6 Ibid., p. 4. L’historique note également qu’en 1947, un décrypteur put lire deux messages du KGB, de décembre 1944, révélant que quelqu’un, au sein de l’état-major général du ministère de la guerre US, fournissait aux Soviétiques des informations classées très secrètes. Il ajoute que ces deux messages sont toujours considérés comme secrets et que l’on examine la possibilité de les rendre publics.

7 Les décrypteurs jouent sur les rares erreurs commises par les services soviétiques. Ainsi ils découvrent qu’un certain Frost est un agent du KGB sous le nom de code de Moros qui signifie Frost (gel) en russe, (sur Kvasnikov, supra, p. 158).

8 Ibid., p. 9. L’Historique explique que les messages les plus intéressants concernent les méthodes d’évaluation et de recrutement des communistes américains en vue de l’espionnage... les informations fournies par les décryptages de Venona montrent l’étendue considérable des contacts du KGB avec le parti communiste américain. Nombre des activités d’espionnage de membres du parti communiste américain apparaissent dans ce décryptage.

9 Ibid., p. 10.

10 En septembre 1997, la NSA et la CIA ont publié deux forts volumes de documents accompagnés d’une monographie (n° 6) préparée par Benson intitulée : New releases, Spécial Reports and Project Shutdown. Voir note suivante.

11 Quatre communiqués (26 octobre 1995, 27 février, 17 juillet et 27 septembre 1996), dont le dernier est indiqué comme mettant fin à la publication des documents, sont encore suivis des deux volumes de 1997. Les documents publiés figurent aussi à l’Internet (http : www, nsa. gov8080/ docs/venona). Ils ont fait l’objet à chaque étape d’une monographie explicative : l’Historique (n° 1) ; les messages entre Moscou et New York, 1942-1943 (n° 2) ; entre New York et Moscou, 1944-1945 (n° 3) ; le KGB à San-Fransisco et Mexico et GRU (service de renseignement des armées de terre et de mer soviétique à New York et Washington (n° 4) ; le KGB et le GRU, en Europe, en Amérique du Sud et en Australie (n° 5) ; et le dernier (n° 6, septembre 1997).
De plus, sous la direction de Robert L. Benson et Michael Warner, la NSA et la CIA ont publié en août 1996, avec une préface du directeur adjoint de la NSA, William P. Crowell un volume historique et documentaire : Venona : Soviet Espionnage and the American Response, 1939-1957. (cité ci-après Venona).

12 Indigo Publications, Intelligence News Letters. « The Last of Verona’s Secrets » (17 octobre 1996) ; sur cette conférence : Allen Weinstein, « Cold War Spying. Mystery gives way to History », Wall Street Journal, 16 octobre 1996 ; The Sun (Baltimore), 20 octobre 1996, article par Tom Bowman ; Michael Dobbs, « American Counterspy and the Silence » International Herald Tribune, 22 octobre 1996) ; Venona Project ; Joyce Milton (coauteur de l’ouvrage cité R et M), « The Oed Left », New Republics, 4 novembre 1996. En principe une transcription complète de la conférence est préparée par la CIA. Elle devait être publiée avant la fin de l’année 1997 – selon le responsable Michael Warner, le retard est dû au fait que les crédits de la CIA seraient limités.

13 Infra, p. 209-210.

14 Ils se présentent sous la forme de copie des documents originaux. Le premier document est daté du 21 juin 1943 ; le dernier du 27 septembre 1945. Dans le corps du texte les décodeurs indiquent les passages qu’ils n’ont pu traduire ou le cas échéant, assez rare, ceux qui étaient illisibles. Les traductions sont accompagnées de notes explicatives et de commentaires. Notre correspondant au centre de l’histoire du Décryptage de la NSA nous a informé (lettre du 13 octobre 1995) qu’à cette date la NSA avait rendu publics 300 messages et comptait les compléter par 1 800 autres avant la fin de septembre 1996. Mon analyse porte sur les 49 documents fournis que nous avons identifiés sous les numéros 1 à 49. Les quatre premiers intéressent l’espionnage soviétique au Canada. Certains de ces messages ont été publiés dans le recueil de 1996 (précité, note 57). Nous donnons leurs références sous la forme Venona (p.). Le recueil Opération Venona publie des messages révélés après 1995. Je note en particulier celui du 10 août 1941 (n° 3, p. 201) intitulé : interview de Klaus Fuchs, échangé entre Londres et Moscou. Fuchs a rencontré une ancienne connaissance, un certain Simon Davidovivch Kramer. Ce message mentionne également le professeur Werner Heisenberg.

15 Ces messages ne sont pas tous publiés dans Opération Venona. On les trouve dans l’Internet.

16 L. Kvasnikov a été directeur du bureau de renseignement scientifique du NKDV (sécurité d’État) ; puis il dirige, de 1943 à 1945, le centre d’espionnage de New York. Pour sa couverture, il est ingénieur chez AMTORG (mission commerciale soviétique). C’est l’une des sources soviétiques que j’ai analysées (supra, p. 167) : Pavel Mikhailovitch Fitin. Chef du département étranger pendant la Seconde Guerre mondiale, il collabore officiellement avec les services de sécurité américains au plus haut niveau (voir pages suivantes).

17 Les mots que j’ai placés entre parenthèses sont ceux du code. Entre crochets, leur signification en clair.

18 J’avais noté les liens entre Julius et A. Sarant dès la première version (supra, p. 139). Ce message est publié dans Venona (p. 275, n° 32). Le décryptage de ce message a d’abord été complètement faussé. Il est donné en premier lieu comme une description d’Antenna (Julius). Corrigé par la suite, il apparaît qu’il s’agit d’une description par Julius de son ami Sarant (monographie n° 6, par Benson, p. 5)

19 Ce télégramme de New York est signé du nom de code MAY (Maj) que les décodeurs attribuent à Pavel Ivanovitch Fedosimov – alors que dans le télégramme précédent, le même nom de code désignait le vice-consul soviétique Apresyan. Fedosimov indique qu’il sera proposé à Fuchs soit de rentrer en Grande Bretagne, soit de travailler au laboratoire spécial du camp.

20 Mentionné pour la première fois, Yakovlev est sous ce nom le vice-consul de l’URSS à New York chargé de l’espionnage atomique. Son nom réel est Yatskov. Il est « officier traitant » de Harry Gold et au moins indirectement de Julius Rosenberg. Voir son témoignage parmi les sources soviétiques (supra, p. 1 58).

21 Andrei Ivanovitch Shevtchenko, selon une note de la CIA, dans le télégramme 23, est un représentant soviétique détaché auprès de la Bell Aircraft Corporation. Dans Venona, il est précisé que les agents du FBI, qui le surveillaient, lui fournissaient des informations inoffensives ou trompeuses (p. XVIII, note 31).

22 Ce douzième message comprend deux informations fournies par Fuchs – la troisième partie d’un rapport technique établi par Fuchs lui-même, et le fait que les États-Unis sont opposés à la construction d’une usine en Grande Bretagne : « Ce qui serait directement contraire à l’esprit de l’accord conclu concernant Enormous (projet du district de Manhattan), et signé en même temps que la charte de l’Atlantique. Les Britanniques ont cependant construit une telle usine à Harvell pour fabriquer leur propre bombe atomique. Fuchs y devint conseiller scientifique jusqu’à son arrestation en 1950.

23 Sur l’activité de William Perl voir ci-dessus (p. 134 et suiv.).

24 À ce point, le télégramme n’a pu être déchiffré. Il indique que la personne en question, C., a fait des études au collège des ingénieurs de la ville de New York, participé à l’activité de l’organisation syndicale – Fédération des architectes, Ingénieurs, Chimistes et Techniciens (environ 3000 membres) où il travaille. Il est marié et a deux enfants.

25 Le télégramme note que les caméras coûtent 200 dollars et sont envoyés d’Allemagne via Mexico. Ils n’ont pas de caméras à New York. Il suggère qu’une personne dont le nom de code est (Rele) photographie les documents qu’elle fournit et amène les films non développés à New York, si cela permettait d’aller plus vite. Les décrypteurs n’ont pu déterminer l’identité de (Pele) ou (Pelay). Ils indiquent en note : « Peut-être Morton Sobell ». Sur Morton Sobell, v. ci-dessus. Le télégramme suivant (20 juillet, n° 17) ne présente pas d’intérêt ici.

26 Il s’agit du service des transmissions du ministère de la guerre où Julius est employé à l’époque, jusqu’à sa révocation en 1945.

27 Sur les relations entre Julius Rosenberg et Max Elitcher voir supra, p. 35. En réalité, à l’époque Elitcher est employé au bureau du matériel du ministère de la marine. L’erreur peut provenir de l’auteur du message ou du décrypteur.

28 À la suite du télégramme du 25 juillet 1944 (n° 18), il n’est pas sûr que Fuchs ait éventuellement accepté ce paiement. Lors d’une rencontre avec Harry Gold en février 1945, Fuchs refuse une enveloppe contenant 1 500 $ (Norman Moss, Klaus Fuchs, The man who stole the atom bomb, 1987, p. 94).

29 Le message n° 21 énumère plus d’une vingtaine de noms de code dont la moitié indiqués par le général Fitin. Plusieurs n’ont pas été identifiés ou ne sont pas révélés par la NSA. (Venona, p. 327, n° 52). Le message suivant (n° 22) est également publié dans Venona, p. 335, n° 55).

30 Message n° 23, 15 septembre 1944. Commentaire de la CIA.

31 En note, la CIA indique que grâce à la capture d’un V-1, ce délai a pu être tenu.

32 Message du 18 septembre 1944 (n° 24). P. Soudoplatov, dans ses mémoires (p. 25), transcrit le nom de code décrypté par la CIA (soit Tven – Twain) en Semion Semonov. Mais il s’agit de la même personne. Soudoplatov indique qu’il a recruté en 1938 ce jeune ingénieur et qu’en 1939 « on l’avait envoyé faire des études au MIT avec mission de s’intégrer à la société américaine » (p. 226). Semion Semonov continua de « travailler » aux États-Unis de 1939 à 1944. D’après Soudoplatov, il était officier traitant de Julius et Ethel Rosenberg.

33 Message n° 25. Le nom de Ruth Greenglass est mentionné en clair.

34 Le même message – très partiellement décodé – fait état d’entretiens entre le Président Roosevelt et le général O’Dwyer, chef de la section économique de la mission alliée de contrôle en Italie, sur la nécessité d’apporter une aide importante à l’Italie et de faire échec à des opérations douteuses de banquiers anglais dans ce pays.
Le message suivant (n° 27) du 5 octobre 1944 notifie le nom de code de vingt-cinq personnes dont Fuchs (de Rest à Charles) et Gold (de Goose à Arno), une demi-douzaine sont identifiés mais non révélés par la CIA ; une quinzaine ne sont pas identifiés.

35 Ce message (n° 28) est en grande partie non déchiffré. Comme on l’a vu, Mme Sidorovitch a rendu visite aux Rosenberg au début de 1945. Elle y a rencontré Ruth Greenglass. Après son départ, Julius a annoncé à Ruth qu’elle viendra les voir à Albuquerque. Ils discutent les modalités de cette rencontre. Sur les relations de Julius avec Perl, supra, p. 134.
Le 3 novembre 1944, le message n° 29 mentionne Ruth et David Greenglass mais son contenu n’a pu être déchiffré.

36 Message n° 30 du 12 novembre. Il s’agit d’une source indépendante de Julius Rosenberg. Hall, dont le nom paraît en clair, a 19 ans. Il est le fils d’un fourreur. Il aurait agi, selon le télégramme, sur le conseil d’un collègue, Saville Sax (Savil Saks). La mère de Sax est membre du Parti Communiste et travaille pour le Russian War Relief. Certaines indications sur Sax, données en note par la CIA, sont oblitérées dans le message. Le vice-consul Yakovlev (Aleksej) s’est chargé de maintenir le contact avec Hall. Le Herald Tribune (en mars 1996) reproduit en partie le message avec un article du journaliste Michael Dobbs (Washington Post Service}. Hall réapparaît dans les messages sous le nom de code de MLAD [Young] sans que son identité soit révélée. Aujourd’hui la lumière a été faite définitivement par la CIA et la NSA (publication de septembre 1997, vol. p. 122). MLAD est bien Théodore Alvin Hall.
D’après cet article « Decoded Soviet Union cables point to American Physicist », Hall a fait l’objet d’une enquête du FBI de 1950 à 1952 pour espionnage. Il s’est établi en Angleterre en 1962 et a continué une carrière scientifique brillante dans le domaine de la biophysique à l’Université de Cambridge. Aujourd’hui à la retraite, il habite l’Angleterre. Le journaliste n’a pu obtenir d’informations directes du FBI et du ministère de la Justice – qui continuent de classer cette affaire comme secrète. Il estime qu’il est possible que Hall ait bénéficié d’une immunité en échange de renseignements sur le KGB – ou bien que le gouvernement n’a pas poursuivi par manque de preuve suffisante ou pour ne pas révéler en justice des preuves décisives qui devaient être tenues secrètes. Son activité est mieux connue depuis son interview par Joseph Albright et Maria Kunstel dans le New York Times (14 septembre 1997) : « The boy who gave away « the Bomb ». Serguei Kournakov, ancien membre du GUEPEOU, a émigré aux États-Unis après la guerre civile de 1920. D’après les mémoires de Soudoplatov (p. 226, note 4), il servait de « dépisteur » chargé de trouver des gens, contrôler leur bonne foi ».

37 Selon les décrypteurs, « KH’yus » et METR sont probablement Joël Barr ou Alfred Sarant ou vice-versa.

38 Sur ce voyage de Ruth Greenglass, supra, p. 48.

39 Du 17 novembre 1944 (n° 32).

40 Du 27 novembre 1944 (n° 33). Kvasnikov en profite pour demander au général Fitin l’autorisation d’employer dans leur travail un ingénieur soviétique, affecté à l’usine de la Bell Aircraft à Niagara Falls, NY, où se trouve Andréi Ivanovitch Schevtchenko. Le nom de cet ingénieur apparaît en clair, celui de Schevtchenko sous son nom de code.

41 Message n° 35 du 5 décembre 1944. Sur la demande de New York concernant Sarant et Barr, supra, p. 183, message n° 31 du 14 novembre.

42 Message du 13 décembre 1944 (n° 36). Ce message comporte de longs passages, non décryptés. La CIA précise que l’APQ-7 est un radar de haute capacité destiné à l’aviation dont les plans ont été établis par le Massachusetts Institute of Technology et la construction confiée à Bell Téléphoné Laboratories – où, comme on l’a vu, Sarant travaille (supra, message 31 du 14 nov. 1944). Tout un passage non décrypté vise une personne sous le nom de code MLAD-dont la CIA note qu’il signifie « young » (jeune), et dont elle connaît l’identité mais qu’elle a effacé dans la copie rendue publique. Aucune partie du message concernant ce MLAD n’a été décryptée selon la CIA. (sur MLAD, supra, message n° 30). D’après le journaliste Dobb, MLAD (young) serait Hall et aurait également fourni les renseignements envoyés à Moscou le 2 déc. 1944 (message 34). Le message n° 37 du 1er déc. 1944 mentionne encore un rapport de MLAD. Un message du 23 janvier 1945 (n° 40) indique que MLAD a fait l’objet d’un contrôle par un membre du Parti Communiste dont le bureau de New York n’a pas encore le résultat. Sergei Kournakov a rencontré MLAD. Ce dernier a été mobilisé mais est resté sur place aux laboratoires de Los Alamos. Le journaliste Dobbs a vérifié auprès de collègues de Hall qu’il a bien été mobilisé à cette époque et est resté sur place, ce qui lui permet de considérer que Hall est bien le MLAD des messages soviétiques (sur Serguei Kournakov, supra, note 82). Ce message (n° 36) intéresse le témoignage du colonel en retraite Flekissov (supra, p. 165). La phrase concernant Fomin est ambiguë. Elle signifie qu’il convient de séparer Sarant et Joël Barr de Julius Rosenberg et de les mettre en contact avec Flekissov. Elle n’indique pas s’il existe des rapports entre Julius et Flekissov, s’ils ont travaillé ensemble. Sur ce point, dans leur introduction précitée, R et J constatent qu’il n’existe aucun document permettant d’établir que le colonel Fleklissov a bien été l’agent traitant de Julius Rosenberg, mais son unique témoignage a été confirmé par la suite (loc. cit., p. XXIII).

43 Message rendu public le 27 février 1996 (n° 31 bis).

44 Message n° 37 de Kvasnikov au général Fitin. Ce message vise un rapport établi par MLAD (Young) dont l’identité est effacée (supra, n° 36) lors de la première publication puis indiquée en clair dans Venona : Théodore A. Hall. La visite de Ruth Greenglass à Albuquerque en novembre 1944 a été relatée (supra, p. 47) et celle de David Greenglass à New York en janvier 1945 (ibid.).

45 Du 20 décembre (n° 38) adressé au général Fitin. L’expéditeur n’est pas identifié par les décrypteurs. Il s’agit sans doute de Kvasnikov. Dans ce même message, il est question d’un laboratoire que Gold veut créer à Philadelphie. Au départ, il n’a pas demandé l’aide du bureau du KGB à New York, mais maintenant « il nous explique qu’il n’aura pas besoin de plus de deux mille dollars ». L’auteur du message a des doutes sur la possibilité de réaliser ce projet : « [Harry Gold] n’a pas conscience de toutes les difficultés que pose l’organisation d’un laboratoire et n’a jamais suffisamment exploré la possibilité de conclure des accords avec les firmes intéressées – Accords sur lesquels il compte énormément. Je lui ai suggéré d’étudier les possibilités d’une manière beaucoup plus détaillée ».

46 Message n° 39 du 8 janvier 1945, de Kvasnikov au général Fitin. Un très grand nombre de mots n’ont pu être décryptés (169).
Nous avons noté dès la première version (p. 53) ce séjour de David Greenglass à New York. [Venona ne publie pas ce message mais un autre long message du même jour d’Apresyan à Fitin (p. 403, n° 82) qui fait état de l’activité de Judith Coplan : « Dans sa nouvelle affectation sera en mesure de faire un travail important pour nous en mettant en lumière les activités du FBI » (ce message ne faisait pas partie des 49 premiers messages divulgués en 1995).

47 Du 23 janvier 1945 (n° 40) adressé au général Fitin. Il est noté que Serguei Kournakov se plaint du transfert d’un informateur – nom de code Old – au vice-consul Yakovlev (Yatskov). On a vu que Kournakov est un « dépisteur » pour les services de renseignement soviétiques. Supra, note 82.

48 Sur Hall supra, p. 182 et note 82.

49 Du 20 février 1945 (n° 41). En note le message indique que Kvasnikov est ingénieur et employé à AMTORG de mars 1943 à octobre 1945.

50 N° 42. En dehors de cette ligne concernant Julius Rosenberg et la mention incomplète de cadeaux ou de paiements à faire aux « stagiaires » (« stagiaires » désigne les agents soviétiques – en particulier après 1940, ceux qui ne sont pas encore attachés à une mission diplomatique, mais aussi, on le voit, des informateurs récents). 150 groupes n’ont pas encore été décryptés – c’est à dire la quasi-totalité du message.

51 Message n° 44. L’identité de MLAD est oblitérée comme dans le précédent message. Il en va de même dans deux autres messages qui le concernent également. Celui du 26 mai 1945 (n° 46) énumère toute une liste de documents fournis par lui sur les lieux où se poursuivent les recherches concernant la bombe atomique, avec le nom du directeur de l’établissement ; il mentionne une brève description qu’il a donnée des quatre méthodes de production de l’uranium. Le message du 5 juillet (n° 47) met en cause le vice-consul soviétique dans un incident avec MLAD.
Sous le nom de code [Aleksej], Anatoli Antonovitch Yakovlev (nom de famille latkov) : « Son travail avec les agents concernés par le projet [d’Énergie Atomique] laisse totalement à désirer ».

52 Du 5 avril 1945 (n° 45). Les décrypteurs hésitent sur le sens de la première phrase. D’après eux, elle peut signifier soit : « il n’y a pas de possibilité d’obtenir... des informations », soit : « il n’y a pas de difficultés à obtenir... des informations ». Il est question de Julius à la fin du message et de lui confier éventuellement un travail concernant des documents. Mais les passages relatifs à ce travail n’ont pas été décryptés.

53 N° 45 bis : « En dehors des informations concernant la masse atomique de l’explosif nucléaire et sur les détails de la méthode de déclenchement de l’explosion, ces informations, fournies pour la première fois par vous, sont relatives à la méthode électromagnétique de la séparation ». Moscou demande plus encore : « c’est pour quel genre de fission – par voie de neutrons rapides ou lents ? ». Le reste du message n’a pu être décrypté. (Rendu public le 27 février 1996, non reproduit dans Venona. Voir fac-similé ci-après.

54 Supra, p. 169.

55 Messages n° 48 du 13 novembre et n° 49 du 27 novembre. Adressés de San Francisco au général Fitin à Moscou. Comme on l’a vu, le mois de juin 1945 est celui de la visite de Harry Gold à Fuchs puis aux Greenglass. Gold aurait rendu visite à Fuchs à Santa Fe en septembre 1945. L’absence de télégrammes publiés pour le mois août 1945 ne permet pas de vérifier les sources soviétiques qui ont fait état d’une mission de Lona Cohen (alias Helen Kruger).

56 Dans sa lettre du 14 mai 1996, M. Thomson Johnson m’écrit : « De prochaines publications plus tard cette année apporteront d’autres messages décryptés mais je pense que cela n’apportera aucune nouvelle lumière sur l’affaire de l’espionnage atomique ». Il note que deux messages décryptés et récemment publiés concernent Klaus Fuchs.

Table des illustrations

Titre Quelques messages décryptés Copies Xerox de Venona. Soviet espionage and the American Response 1939-1957, R.L. Benson et M. Warner dir. (NSA et CIA), Washington DC, 1995.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 14. New York 1132-3 to Moscow, 13 July 1943.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre 76. New York 1749-50 to Moscow, 13 December 1944.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46453/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search