Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Troisième partie. Les faits nouveaux (1986-1997) La vérité historique

I. Les sources soviétiques : le rôle de Julius et d’Ethel Rosenberg

Texte intégral

1. Les témoignages privés

  • 1 Le Monde, 17 avril 1995, l’article de Mr Weill. L’Economise (2 mars 1996, p. 88), sous le titre « l (...)

1On pouvait espérer que la chute du régime soviétique faciliterait l’accès à la consultation des archives. Celles-ci en effet commencent à s’entrouvrir à partir de 1988. Le président Yeltsin annonce en 1991 le transfert des documents secrets concernant le KGB et le Parti Communiste aux archives d’État russes. Le nouveau directeur général de cette administration fait connaître que toutes les restrictions d’accès seront levées. Pour les archives du KGB, cette annonce n’est pas suivie d’effet. Pour ce qui est des documents concernant l’armement nucléaire et les minutes du Comité central du Parti Communiste, en admettant même que la consultation des dossiers ait été autorisée, il est probable qu’une sorte d’autocensure aurait été exercée par les chercheurs eux-mêmes, par crainte du contrôle des services de sécurité1.

2Les sources ont donc un caractère essentiellement privé. Des mémoires s’écrivent. Des témoins parlent. Des journalistes enquêtent et interrogent. J’évoque, dans l’ordre chronologique, les plus importantes de ces publications, sans prétendre à l’exhaustivité. Puis je ferai état d’une enquête ouverte en 1951-1952 par le Comité central du Parti Communiste soviétique sur les défaillances qui auraient conduit la CIA et le FBI à découvrir Julius Rosenberg. Enfin survint un ultime témoignage d’un colonel du KGB (en 1997).

  • 2 New York Times du 10 juillet 1989. 11 s’agit d’un nommé Boris Brokovitch.

3En 1989, un collaborateur d’Igor Kourtchatov déclare à un groupe de visiteurs américains : « Vous avez mis les Rosenberg sur la chaise électrique pour rien. Nous n’avons rien reçu d’eux »2. Mais l’année suivante, les mémoires de Kroutchev apportent une version toute différente. Dans une extrait publié par Time, on lit :

  • 3 Time, 1er octobre 1989. Ces mémoires ont été publiées en septembre 1990 sous le titre « Krushev rem (...)

4« Je faisais partie du cercle de Staline quand il mentionna avec chaleur les Rosenberg. Je ne puis dire, de façon précise, le genre d’aide qu’ils nous ont apporté. Mais j’ai entendu dire tant par Staline que par Molotov alors ministre des Affaire étrangères que les Rosenberg nous ont fourni une aide importante qui nous a permis d’accélérer la production de notre bombe atomique »3.

  • 4 10 juin 1991, par Ronald Radosh et Éric Breindel. Selon ces auteurs, l’article de Chikov a été publ (...)
  • 5 Sur le rôle de ces deux espions : infra, p. 159.

5Avec plus de précision, la revue New Republic fait état en 1991 d’un article du colonel Chikov, du nouveau service d’information du KGB, qui affirme avoir eu accès à ses archives secrètes4. Chikov cite un rapport du 1er mars 1943 de Igor Kourtchatov, physicien que l’on peut considérer comme le père de la bombe atomique soviétique. Il aurait déclaré que « les renseignements fournis par les services d’espionnage soviétiques étaient d’une importance capitale pour notre État et notre science », et va même jusqu’à émettre l’opinion que ces renseignements ont contribué à 50 % au succès de fabrication de la bombe. Ce témoignage fait apparaître l’emploi systématique des membres du Parti Communiste aux USA à des fins d’espionnage. Chikov relève en particulier le rôle central dans le réseau d’espionnage soviétique de deux communistes américains – Morris et Lona – qui ont fui les États-Unis dès l’arrestation de Julius Rosenberg5. Toutefois l’article du New Republic n’indique pas clairement si d’après les sources d’information du colonel Chikov, les Rosenberg font partie des espions américains membres du Parti Communiste.

  • 6 Du 25 Nov. Par Uri Dan et Leo Standora.

6En novembre 1991, le New York Post publie une interview du major-général Alexis Nikolaïevitch Karbayanov, porte-parole du nouveau patron du KGB Vadim Bakatine, chargé par Gorbatchev de dissoudre cet organisme. Karbayanov indique qu’il ne possède aucune trace, aucun document, rien concernant la participation des Rosenberg à l’espionnage atomique. Mais pressé de questions par les journalistes sur l’existence possible d’un dossier ouvert par un autre organisme de renseignements, il évite de répondre. Il ne semble pas comprendre ce que lui demandent finalement les journalistes : « Si vous aviez des documents concernant les Rosenberg, est-ce que vous les fourniriez ? »6.

  • 7 Voir infra, p. 173 et suiv. : les messages décryptés.
  • 8 New York Post, 12 mai 1992 ; WNBC Télévision, The To day show, 13 mai 1992.

7Le premier témoignage d’un participant direct à l’espionnage atomique soviétique à New York est donné au cours d’une émission de la télévision russe par Leonid Romanovitch Kvasnikov7. Il a dirigé le bureau d’espionnage au consulat soviétique de New York de 1943 à 1945. Sous le nom de code de Anton, il correspond avec le général Fitin (nom de code Viktor), chef du service des renseignements sur l’énergie atomique au centre de Moscou. Presque tous les messages décryptés par la CIA, concernant cette période, sont signés par Kvasnikov8. Il connaît donc parfaitement l’activité des Rosenberg. Dans sa déclaration, il affirme que ceux-ci n’étaient pas directement impliqués dans l’espionnage atomique soviétique. Il reconnaît que Julius était bien un espion mais qu’Ethel n’avait pas transmis les secrets de la bombe atomique. Kvasnikov ne révèle pas tout ce qu’il sait.

  • 9 Supra, p. 16.
  • 10 Voir infra : message n° 20, p. 180.
  • 11 Du 4 octobre 1992 sous la signature de Michael Dobbs. Le journaliste s’étonne et ajoute : « il est (...)
  • 12 Voprossy Istorii Estesvozanie i Tekhniki (Questions d’histoire des sciences naturelles et de la Tec (...)

8C’est encore le cas d’un autre témoin direct, placé sous les ordres de Kvasnikov au bureau de New York : le vice-consul Anatoli Yakolev. Il opère à New York avec un passeport portant ce nom. Il est désigné dans les messages décryptés sous le nom de code d’Aleksej. Son vrai nom est Yatskov. Impliqué dans le procès des Rosenberg, il ne comparaît pas9. Officier traitant de l’espion Harry Gold, il fait l’objet d’appréciations peu flatteuses de ses supérieurs10. Dans une interview accordée au correspondant à Moscou du Washington Post, il nie avoir connu les Rosenberg. Les messages publiés par la CIA montrent que Yatskov ne pouvait ignorer l’activité des Rosenberg11. Il continue de garder le silence dans sa contribution à l’histoire de l’espionnage atomique (1941-1946), ouvrage publié en 1992 par l’Académie des sciences de Russie. Il mentionne brièvement qu’un de ses courriers, une femme, était allée prendre livraison, en août 1945 à Albuquerque, des plans et d’une description détaillée de la première bombe atomique. Yatskov ne donne aucun nom, ni celui du courrier, ni celui du correspondant. Il rapporte que la mission de la femme avait failli se terminer « tragiquement ». Il ajoute que lors de son arrivée à New York, sa messagère lui a raconté en détail comment elle était sortie de cette situation dangereuse12.

  • 13 Selon ce récit, lorsqu’elle arrive à la gare d’Albuquerque, elle constate avec émoi que deux polici (...)

9Il est plus explicite dans l’interview donné à M. Dobbs. Il cite le nom de sa messagère, Lona Cohen, et raconte les détails de l’incident13. À moins qu’il n’ait laissé des archives personnelles, nous n’apprendrons rien de plus de Yatskov. Il est décédé en 1993.

  • 14 David Holloway, « Soviet scientists speak ont », The bulletin of the atomic scientists, mai 1993. L (...)

10Un témoignage sur l’espionnage atomique soviétique est apporté par les collaborateurs de Igor Kourtchatov, à l’occasion du 90e anniversaire de sa naissance. Au cours d’une conférence, le 13 janvier 1993, ils s’attachent à exposer le rôle exact joué par les services d’espionnage. Ils soulignent que les savants soviétiques, contrairement aux « mythes et légendes » propagés par la presse occidentale, ont puissamment contribué à la fabrication de la bombe atomique soviétique. Seulement, lorsqu’ils ont reçu de Klaus Fuchs une description détaillée de la bombe américaine, l’urgence exigeait qu’ils l’utilisent sans désemparer. Julius et Ethel Rosenberg ne sont pas cités parmi leurs sources de renseignement14.

  • 15 Le savant atomiste américain Hans Bethe a bien connu Fuchs à Los Alamos : « Nous travaillons tous t (...)

11En revanche Pavel Soudoplatov, dans ses mémoires, consacre de nombreux passages aux Rosenberg. Toutefois, à l’exception des documents officiels publiés dans la revue Vosprossy Istorii, avec l’article de Yatskov, il se réfère exclusivement à des conversations ou à ses souvenirs et à ses lectures15.

12Il n’a pas participé directement à l’espionnage atomique soviétique aux États-Unis, notamment aux activités du bureau de New York qui ont permis à l’Union Soviétique d’obtenir des informations détaillées sur la bombe américaine. Son nom n’apparaît pas dans les messages décryptés et publiés par la CIA.

  • 16 À la suite de la chute de Beria, Soudoplatov a été arrêté en 1953 et condamné à 15 ans de prison en (...)
  • 17 Aux Schecter qui s’étonnent de n’avoir pas vu figurer ces épisodes dans la « proposition » écrite q (...)

13L’avant-propos des collaborateurs américains mentionne déjà les Rosenberg. Les Schecter ont reçu la visite du fils de Soudoplatov en 1992 à Moscou. Il leur montre une première demande de réhabilitation présentée par son père en 1960 au Comité central du Parti alors qu’il était encore en prison16. Ce document contient les noms d’espions qu’il dénonce – Trotzki, Oppenheimer, Fermi, Fuchs et Bohr. Puis Anatoli laissa échapper d’autres noms : Rosenberg, Yalta, le prince Radziwil et Tito17.

  • 18 Mémoires, p. 226, puis p. 269. Ovakimian est arrivé aux États-Unis en 1933 pour prendre la tète des (...)
  • 19 Mémoires, p. 225-226.

14De son côté, Pavel Soudoplatov consacre un chapitre de ses mémoires aux espions atomiques. Il note, à deux reprises, que Julius et Ethel Rosenberg ont été recrutés en 1938 par Gai Ovakimian18. Il ne fournit aucune indication sur les circonstances de ce recrutement. Il donne le nom d’un officier traitant de Julius et Ethel : l’ingénieur Semion Semionov qui a travaillé aux États-Unis pour les services secrets soviétiques (à l’époque NKVD) de 1939 à 194419.

  • 20 Mémoires, p. 272. Soudoplatov explique qu’il n’avait pas prêté beaucoup d’attention à la nouvelle d (...)

15Soudoplatov insiste sur le fait que les Rosenberg n’ont jamais tenu un rôle important à ses yeux : « Quant à leur contribution à nos activités d’espionnage sur l’atome, elle avait été minime »20. Les mémoires évoquent une enquête menée en 1951, sur l’ordre du Comité central du Parti, en vue de déterminer les responsabilités de la découverte par les services secrets américains des opérations d’espionnage atomique soviétique au cours des années 1944 – 1945.

  • 21 Dépêche publiée le 28 février 1996 par le Herald Tribune. Elle cite l’agence Interfax News.
  • 22 Publié en 1995 par Business Press. L’auteur ignore que le procès ne s’est pas déroulé à huis clos ( (...)

16Avant d’évoquer cette enquête, un récent témoignage nous retiendra un instant. Il n’émane pas d’un témoin direct des événements. Un télégramme du bureau de l’agence France-Presse à Moscou annonce que de nouvelles preuves de l’espionnage de Julius et Ethel ont été fournies par Moscou. Un général en retraite, M.S. Dokuchaiev, qui a travaillé pour le KGB de 1951 à 1989 écrit que les Rosenberg « ont transmis les documents les plus importants, concernant la recherche atomique ». Son livre est intitulé Moscou, le Kremlin – service de sécurité. Il se contente cependant d’affirmations très générales sur la philosophie de Julius et Ethel et leur contribution à la cause de la paix et de la lutte contre le nazisme. Il estime qu’ils ont sauvé la civilisation du désastre nucléaire21. Son discours se conclut sur une proposition éclatante : « Il est temps de reconnaître l’action héroïque de Julius et Ethel Rosenberg. On souhaiterait que nos gouvernants perpétuent leur mémoire en donnant leur nom à une rue ou un square de Moscou... Pourquoi ne procéderions-nous pas de la même façon en changeant le nom du square sur le (Garden Ring) devant l’ambassade des États-Unis ou le cours Bolchoi Devjatinsky pour celui des Rosenberg ? Cela rappellerait au peuple soviétique leur action immortelle au nom de la paix et de l’humanité »22.

2. Évocation rétrospective d’une enquête du Comité central du Parti communiste soviétique (1951)

  • 23 Supra, p. 60.
  • 24 Mémoires, p. 80.

17Le chef d’accusation le plus grave contre Julius Rosenberg est d’avoir incité, en 1944-1945, son beau-frère David Greenglass, alors sergent mécanicien à Los Alamos à remettre des informations sur ses activités à un courrier envoyé par le vice-consul Yakovlev (Yatskov), agent de l’espionnage atomique soviétique à New York. Ce courrier devait être une femme. Finalement ce fut l’espion avéré Harry Gold. Yakovlev lui ordonne, malgré ses protestations, de remplir, en juin 1945, une double mission : d’abord rencontrer le savant atomiste Fuchs à Santa Fe et prendre livraison de ses documents puis se rendre à Albuquerque chez David Greenglass pour recevoir son rapport23. Les mémoires de Soudoplatov confirment l’existence d’une telle visite. Elles font état d’une enquête diligentée en 1951 à la demande du ministre de la sécurité et du Comité central du PC après l’arrestation d’Harry Gold, des Rosenberg et des Greenglass. Les autorités soviétiques voulaient déterminer les causes des échecs subis dans leurs opérations d’espionnage atomique aux États-Unis et en Grande Bretagne. Soudoplatov reçoit la visite du général Serguei Savtchenko, alors directeur adjoint de la Direction du renseignement étranger. Le général lui apprend que le nouveau ministre de la sécurité Semion Ignatiev l’a invité à remettre tous les documents relatifs à ces échecs à une commission spéciale nommée par le Comité central24.

  • 25 Supra, p. 61.
  • 26 Mémoires, p. 269-270.

18Soudoplatov indique que l’enquête devait notamment porter sur la faute très grave commise en 1945, lors de la double mission confiée à Harry Gold de rencontrer Fuchs à Santa Fe, puis Greenglass à Albuquerque. Cette double mission avait été autorisée par le Centre à Moscou. Faisant en quelque sorte écho aux protestations de Gold à l’époque25, Soudoplatov note que le Centre avait violé le premier commandement, à savoir qu’il ne faut jamais permettre à un agent ou messager appartenant à une cellule d’entrer en contact ou de faire connaissance avec les membres d’un autre groupe26.

  • 27 Semionov est limogé. Ovakimian est rétrogradé. Le récit de Soudoplatov est vague et peu cohérent. I (...)

19Il est convoqué avec Savtchenko devant le Comité central « pour lui permettre d’établir qui était responsable de la fatale dépêche autorisant Harry Gold à rencontrer Greenglass à Albuquerque »27.

20D’après Soudoplatov, les résultats de cette enquête figurent dans un rapport adressé à la Commission spéciale du Comité central, établi sous la direction de Savtchenko et de quelques membres de la section américaine : il y était dit que nos mésaventures étaient imputables à des erreurs commises par Semion Semionov qui avait recruté Harry Gold. Le rapport de synthèse, présenté par la Commission spéciale au Comité central du PC, recommandait la révocation de Semionov et la rétrogradation de Ovakimian « qui dirigeaient le bureau américain quand avait été envoyée l’autorisation fatale ».

  • 28 Mémoires, p. 269-270

21Les Rosenberg réapparaissent dans les mémoires. Au cours de l’année qui suit le règlement de l’enquête, Soudoplatov est convoqué au Comité central. Il comparait devant Kisselov, assistant de Malenkov, alors secrétaire du Comité central et président du Conseil des ministres. En présence de Savtchenko, il se voit violemment reprocher de n’avoir pas prévenu la Commission spéciale d’enquête de l’importance des contacts pris par les Rosenberg avec Harry Gold. Savtchenko s’élève contre cette allégation. Et Soudoplatov maintient que la contribution des Rosenberg aux activités d’espionnage sur l’atome a été minime. Ici encore, il mêle à ses souvenirs des impressions personnelles28.

  • 29 Ibid., p. 271. Le chef de la division de recherches du Centre d’histoire de la cryptologie de la NS (...)

22Malgré mes efforts, d’ailleurs limités, je n’ai pas obtenu les différents rapports établis à la suite de cette enquête. S’ils existent toujours dans les archives du Parti Communiste soviétique, ils en sortiront peut être un jour29. En tout cas le témoignage ultime d’un colonel en retraite du KGB ne fait aucune allusion à cette enquête.

3. Témoignage ultime du colonel en retraite du KGB Aleksandr Feklissov (mars 1997)

  • 30 Discovery Channel a seulement imposé à ces commentateurs qu’ils ne publient rien avant la sortie de (...)
  • 31 Le récit de ces interviews est fait par Michael Dobbs, du Washington Post (16 mars 1997). La corres (...)
  • 32 D’après le correspondant à Moscou du New York Times (16 mars 1997), Walter Schneir remarque dans so (...)

23C’est, semble-t-il, à partir de 1993, que le colonel Feklissov accepta de se confier à une chercheuse de l’institut Américain de Moscou, Svetlana Chervounaya, puis à un réalisateur indépendant de films documentaires, notamment sur l’espionnage soviétique aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, Ed. Wierzbowski. La société de ce dernier – Global American Télévision – obtient en août 1996 l’accord du colonel pour qu’il vienne participer aux États-Unis à un film sur ses souvenirs de l’affaire Rosenberg. La diffusion du film a lieu sur la chaîne câblée « Discovery Channel ». Le journal Washington Post est associé aux interviews donnés à New York par le colonel Feklissov. Les auteurs des deux ouvrages que nous avons commentés, Radosh et Schneir, apparaissent dans ce documentaire comme consultants. Schneir et sa femme participent même à l’interview publié par le Washington Post30 Le colonel souhaite à 83 ans libérer sa conscience31. Il le fait sans demander l’autorisation des services secrets soviétiques. Le porte-parole du service de renseignement étranger, questionné par le New York Times sur les révélations, déclare : « Nous ne faisons pas de commentaires sur les Rosenberg »32.

  • 33 C. Andrews et O. Gordievskhy, KGB (op cit., p. 475, 478, et Annexe D 1, p. 661). Toutefois, d’après (...)
  • 34 Ibid. p. 475. Selon ces auteurs, il y avait établi sa réputation auprès du centre de Moscou.

24Le colonel Feklissov a eu son heure de notoriété, lors de la crise des missiles soviétiques destinés à Cuba. Il aurait joué un rôle relativement important dans son dénouement33. Auparavant, il avait été en poste à Londres, à la fin des années quarante, comme officier chargé des départements du renseignement politique34.

  • 35 La désignation comme clerk n’était qu’une couverture. Il avait rang d’officier (lieutenant en premi (...)
  • 36 De son coté, dans ses mémoires, Soudoplatov (p. 226-229) écrit que les Rosenberg ont été recrutés e (...)

25D’après son témoignage, rapporté dans le Washington Post, Feklissov est arrivé aux États-Unis au début de 1941 ; il travaille au bureau d’espionnage de New York, sous le couvert habituel de fonctions consulaires, en réalité comme simple clerk35 et sous le pseudonyme d’Alexandre Fomin. Au printemps de 1942, Julius est recruté par l’agent soviétique Semen Semenov – employé à l’AMTORG36. Traqué par le contre espionnage américain, Semenov rentre à Moscou en 1943.

  • 37 Interview avec le journaliste Michael Dobbs, précité.
  • 38 Feklissov déclare absurde l’affirmation du juge Kaufman selon laquelle Rosenberg aurait livré à l’U (...)
  • 39 Ils dînent dans un restaurant de l’Upper West Side de Manhattan et font une dernière promenade, le (...)
  • 40 Loc. cit.

26Quelques mois se passent, et Feklissov devient l’officier traitant de Julius Rosenberg et de plusieurs autres informateurs de Semionov. Il a rencontré Julius Rosenberg au moins une cinquantaine de fois à New York de 1943 à 1946. Feklissov a gardé un souvenir très net de leur premier entretien, vers la fin de 1943, un dimanche au pied de l’escalier de secours de l’immeuble de Knickerboker Village où Julius occupait un appartement. Leur prochain rendez-vous était prévu plusieurs semaines après, au restaurant populaire Child’s. Feklissov expose d’une façon détaillée comment, au début, il recevait les document copiés par Julius. Cette procédure n’était pas sans risque. Il la remplaça au milieu de l’année 1944, en distribuant des Leica à ses informateurs. Il lui suffisait alors de quelques secondes37, en se croisant ici ou là, pour échanger des documents. Des réunions étaient organisées pour des séances d’ « instruction ». Toujours, selon Feklissov, les renseignements fournis par Julius Rosenberg et ses amis concernaient l’industrie électronique militaire des États-Unis (systèmes de radar – fusée de proximité pour abattre des avions sans contact). Ils ne concernaient pas le secret de la bombe atomique38. Lors de la Noël 1944, Feklissov rencontre Julius pour lui apporter un cadeau du KGB, un sac en crocodile pour sa femme et un jouet pour son fils Michael. Il se souvient de leur dernier rendez-vous d’août 1946, après son rappel à Moscou. Il indique à Julius comment entrer en rapport avec des agents soviétiques et lui remet 1 000 dollars pour parer à toute éventualité urgente39. Feldissov n’a jamais rencontré Ethel Rosenberg40.

  • 41 Ce message (n° 36 du 13 décembre 1944) est reproduit (infra, p. 195). Il est ambigu. Sans autre exp (...)

27La relecture des messages décryptés par la NSA ne m’a permis de n’en retrouver qu’un mentionnant à la fois Rosenberg et Feldissov41.

  • 42 J’analyse ce message plus loin (infra, note 88). Les mots entre parenthèses sont les notes de la CI (...)

28Il s’agit du message du 13 décembre 1944 de New York à Moscou, adressé au général Fitin. Partiellement décrypté, il porte : « laissez OSA (ie Wasp [Ruth Greenglass]) et Kalibr (ie : calibre [David Greenglass]) en contact avec Liberal Qulius Rosenberg) jusqu’à ce que [3 groupes de mots non déchiffrés] marche ». Plus loin, ce message note : « ... il sera nécessaire de mettre SVET (« lumière » [probablement Aleksandr Andreevitch Ravev] en relation avec Kalistrat (Calistratus [Alexsandr Semenovitch Fomin (Feklissov)] pour apporter les documents à photographier à la Plant (le consultat soviétiques). Il ne peut pas transporter des documents dans et hors de la Plant tard dans la soirée. J’insiste avec force pour que l’on mette ensemble Kh’yus (« Hughes » [Sarant, employé de Bell Téléphoné Laboratories, New York, de 1942 à 1946]) et Metr (Mertr [Joël Barr]), que l’on place ce dernier en liaison avec Kalistrat ou SVET et qu’on les sépare tous les deux [Sarant et Barr] de Libéral »42.

29On constate que Feklissov fait bien partie, en décembre 1944, du bureau de New York. De plus, dans un message du 13 juillet 1943 (publié dans Venona n° 14, p. 233, 235), il est précisé qu’il est resté dans ce bureau de 1941 à 1946. Les plus récents messages décryptés et publiés par la CIA et la NSA désignent Flekissov comme simple clerk au consulat de New York (message du 24 mai 1943, sixth Venona Release, Sept. 1997, vol. 1, p. 84-85).

30Il n’a aucune relation directe avec Julius Rosenberg. Naturellement il peut connaître les activités de celui-ci par ses collègues de l’époque, par ses lectures ultérieures des ouvrages publiés en Russie et aux États-Unis et par les documents du FBI et de l’opération Venona concernant Julius.

  • 43 Radosh s’insurge (article précité) contre l’acceptation par la correspondante du New York Times à M (...)

31Dans l’ensemble, si l’on met à part ses descriptions romantiques de leur premier entretien de 1943 et de leur ultime séparation, en août 1946, ce témoignage de Flekissov reflète ce que nous savons par ailleurs des activités de Julius et d’Ethel. La participation de julius au recrutement d’informateurs, à la photographie de documents secrets concernant des inventions civiles et militaires pour le bureau de New York, son rôle dans l’espionnage atomique limité à présenter le frère d’Ethel et la femme de celui-ci, Ruth. Quant aux informations fournies par Greenglass sur la bombe A, elles n’avaient guère de valeur43. Il apparaît aussi que Julius n’était pas un informateur stipendié du Bureau de New York.

  • 44 Dans son article, Radosh rappelle que dès 1979 (dans le New Republic), il a soutenu qu’Ethel « a ét (...)

32Nous savons qu’Ethel n’était pas complice des activités de son mari, sauf à lui imputer comme crime de ne pas l’avoir dénoncé44.

33Aucune question n’a été posée au colonel Flekissov sur ce qui s’est passé en juin 1945, lorsque le courrier Harry Gold s’est rendu à son corps défendant recueillir des documents auprès de Klaus Fuchs puis de David Greenglass. Il n’a pas été interrogé sur l’enquête menée en 1951 par le Comité central du Parti Communiste soviétique sur les responsables de cette grave atteinte aux règles de l’espionnage. Sur cette visite de juin 1945, les messages de l’opération Venona sont muets et la NSA n’a pas connaissance de l’enquête du PC.

  • 45 Lettre du 7 mai 1998. R. Benson remarque que les messages décryptés entre Moscou et New York concer (...)

34Au cours de l’impression de ce volume, Robert Benson a retrouvé le message décrypté du 3 juin 1943 adressé par le général Fitin à New York. Les décrypteurs indiquent que le nom de « Fomin » est un pseudonyme non identifié. Ce message ne révèle donc pas s’il s’agit de Fomin, dont le nom de code était Kalistrat et le pseudonyme Alexandr Semenovich Fomin (tel qu’il est identifié dans le message du 13 novembre 1944). Toutefois Benson remarque que dans le message du 3 juin 1943, Fomin (Stazher) et Officier (Officer). De plus, il y est désigné comme exerçant les fonctions d’opérateur-radio (radio operator). Or, ajoute Benson, « Il est curieux que le vrai Fomin (Fleldissov) ait été aussi opérateur-radio. On a vu que Fleklissov découvre qui est devenu l’officier traitant de Julius vers la fin de 1943. Si c’est lui le « Fomin » du message du 3 juin 1943, aucun document n’établit qu’il a changé d’affectation et de grade de juin à fin 1943, pour devenir l’officier traitant de Julius45. Est-il bien le témoin direct qu’il prétend être ?

35À la suite de l’émission de Flekissov, le criminaliste Alan Derskowitz, de l’université de Harvard, écrit à propos de l’affaire Rosenberg :

  • 46 Dans un article du Washington Post (6 avril 1997) sur le rôle du défenseur dans les procès criminel (...)

36« Il paraît clair maintenant d’après les services de renseignements soviétiques qu’il y a eu un effroyable déni de justice. Le gouvernement a exagéré la culpabilité d’Ethel Rosenberg dans le vain effort d’obtenir de son mari qu’il révèle le nom de ses complices »46.

Notes

1 Le Monde, 17 avril 1995, l’article de Mr Weill. L’Economise (2 mars 1996, p. 88), sous le titre « la bataille pour les archives de Moscou », fait état de ces difficultés. Malgré une apparence d’ouverture, elles demeurent secrètes, en particulier dans le domaine du nucléaire.

2 New York Times du 10 juillet 1989. 11 s’agit d’un nommé Boris Brokovitch.

3 Time, 1er octobre 1989. Ces mémoires ont été publiées en septembre 1990 sous le titre « Krushev remembers, the Glasnost Tapes », traduction par Gérald Schecher et Vyacheslav Luchov, avec une préface de Strobe Talbott, rédacteur en chef de Time, Little Brown). Les déclarations de Kroutchev recueillies sur bandes magnétiques ont été conservées secrètes pour des raisons de sécurité. Les deux premiers volumes des mémoires de Kroutchev publiées en 1970 et 1974 n’évoquaient pas les Rosenberg. Une traduction française partielle a été publiée en 1971.

4 10 juin 1991, par Ronald Radosh et Éric Breindel. Selon ces auteurs, l’article de Chikov a été publié dans un numéro récent de l’hebdomadaire soviétique New Times.

5 Sur le rôle de ces deux espions : infra, p. 159.

6 Du 25 Nov. Par Uri Dan et Leo Standora.

7 Voir infra, p. 173 et suiv. : les messages décryptés.

8 New York Post, 12 mai 1992 ; WNBC Télévision, The To day show, 13 mai 1992.

9 Supra, p. 16.

10 Voir infra : message n° 20, p. 180.

11 Du 4 octobre 1992 sous la signature de Michael Dobbs. Le journaliste s’étonne et ajoute : « il est impossible de dire si cette dénégation est sincère ou motivée par les protestations répétées d’innocence des Rosenberg ».

12 Voprossy Istorii Estesvozanie i Tekhniki (Questions d’histoire des sciences naturelles et de la Technologie), n° 3, 1992, Moscou. L’ouvrage publie en annexe un certain nombre de documents extraits des archives du service de renseignement étranger. On trouve leur traduction (en partie) dans les mémoires de Soudoplatov (ci-après). La contribution de Yatskov couvre les pages 103 à 107 de l’ouvrage russe. Elle est intitulée : « Atome et contre-espionnage ».
Les quelques lignes consacrées à l’incident figurent p. 105.

13 Selon ce récit, lorsqu’elle arrive à la gare d’Albuquerque, elle constate avec émoi que deux policiers en civil contrôlent les bagages des voyageurs qui prennent le train. Elle décide de ne monter qu’au dernier moment. Elle confie à l’un des policiers la boîte de mouchoirs en papier au fond de laquelle elle avait fourré les documents, pendant qu’elle cherche son billet et sa carte d’identité. Après la fouille de ses bagages, les policiers lui rendent la boîte. Lona est la femme de Morris Cohen, ancien de la brigade Abraham Lincoln pendant la guerre d’Espagne. Il quittent les États-Unis après l’arrestation de Julius Rosenberg et réapparaissent en Angleterre sous le nom de Peter et Hélène Kroger. Ils fournissent une assistance technique à l’espion soviétique Gordon Lonsdale (Konon Molody). Arrêtés en 1961, ils sont échangés contre un agent britannique.

14 David Holloway, « Soviet scientists speak ont », The bulletin of the atomic scientists, mai 1993. Le bulletin publie le texte intégral de cette conférence et des documents annexes. Les conférenciers Yuli Khariton et Yusz Sminar sont d’éminents savants atomistes. Ils répondent ainsi aux affirmations de Yatskov sur le rôle prépondérant de l’espionnage.

15 Le savant atomiste américain Hans Bethe a bien connu Fuchs à Los Alamos : « Nous travaillons tous terriblement durement, mais lui s’arrangeait pour travailler deux fois plus durement. En plus de ses travaux théoriques, il était volontaire pour suivre les expériences pratiques sur les lentilles à explosion, de sorte qu’il avait une expérience directe de leur aspect, d’importance capitale pour le projet – séparation des Isotopes et implosion » (Hans Bethe, (compte rendu de Richard Rhodes, The making of the hydrogen bomb. Simon and Shuster, New York, 1995) in Science, vol. 269, 8 Sept. 1995, p. 1455). Le prof. David Holloway a publié : Staline and the Bomb – The Soviet union and Atomic energy, 1939-1956, Yale University Press, 1994. Missions spéciales – mémoires du maître Espion Pavel Soudoplatovpar Pavel Soudoplatov et Anatoli Soudoplatov avec Jerrald L et Leona P. Schecter. Préface de Robert Conquest – traduction sous la direction de Marc Saporta – Éditions du Seuil (1994) : ci-après cité Mémoires. Le titre original est « Spécial Tasks – The memoirs of an unwanted witness – A KGB’s spy master « Little Brown an Cy, Boston, 1994. Pavel Soudoplatov est en 1943 officier de renseignement du Guépéou. En 1939, il est chargé d’opération au Mexique. Il devient chef du bureau de la commission spéciale de conseil des commissaires du peuple, chargé de diriger les recherches sur la bombe atomique. Il dirige le département des services de sécurité du KGB qui à l’époque sert d’instrument de travail à ce bureau (d’après sa requête au Comité central du Parti le 20 juillet 1982. (Mémoires, annexe 6, p. 584).

16 À la suite de la chute de Beria, Soudoplatov a été arrêté en 1953 et condamné à 15 ans de prison en 1958.

17 Aux Schecter qui s’étonnent de n’avoir pas vu figurer ces épisodes dans la « proposition » écrite qui leur avait été faite par son père lors de la préparation et l’édition des mémoires, Anatoli répond qu’il s’agissait d’affaires enterrées depuis longtemps... qui n’avaient pas été évoquées lors de l’arrestation de Soudoplatov, ni pendant son procès et son incarcération (Mémoires, p. 20-21).

18 Mémoires, p. 226, puis p. 269. Ovakimian est arrivé aux États-Unis en 1933 pour prendre la tète des opérations d’espionnage sous la couverture d’AMTORG, la mission commerciale soviétique à New York (Mémoires, p. 109, note 5). Les notes des mémoires ont été rédigées par J. et L. Schecter. Ils ajoutent qu’Ovakimian a été arrêté, puis autorisé à quitter les États-Unis en juillet 1941. D’après Robert A. Lamphere et Tom Schatchman, The FBI – KGB war, New York, Random House, 1986, p. 25-27. En 1951, à la suite d’une enquête dont nous parlons plus loin, concernant les activités soviétiques d’espionnage en 1945 aux États-Unis, il est rétrogradé (Mémoires, p. 270-271), puis toujours selon Pavel Soudoplatov, Ovakimian, alors général, avait été victime de la purge qui a suivi la mort de Beria (ibid., p. 49).

19 Mémoires, p. 225-226.

20 Mémoires, p. 272. Soudoplatov explique qu’il n’avait pas prêté beaucoup d’attention à la nouvelle de l’arrestation des Rosenberg en 1950, qu’il avait été le premier à apprendre par une dépêche de l’agence Tass. Cela, parce qu’il avait sous sa responsabilité, pendant la guerre, « des milliers de combattants implantés derrière les lignes allemandes, outre des centaines d’agents aux États-Unis parmi lesquels il y avait des clandestins, des « sources de renseignements » et des indicateurs ». Il ne connaissait que les sources les plus importantes. Il ajoute « Quant aux Rosenberg, ils n’appartenaient pas à cette catégorie ; comme sources de renseignements, ils ne présentaient aucun intérêt ». Il qualifie les Rosenberg de « comparses ». « Ils n’avaient absolument rien à voir avec mes réseaux les plus importants, ceux qui rassemblaient les secrets atomiques ». (ibid., p. 269-270).
Sur David Greenglass, Soudoplatov s’exprime ainsi : « A vrai dire, ce que David Greenglass nous avait apporté était négligeable, et jamais plus il ne fut utilisé après sa rencontre avec Harry Gold » (ibid., p. 274).

21 Dépêche publiée le 28 février 1996 par le Herald Tribune. Elle cite l’agence Interfax News.

22 Publié en 1995 par Business Press. L’auteur ignore que le procès ne s’est pas déroulé à huis clos (sauf une exception). En réalité il n’a commencé sa carrière dans les services secrets qu’à partir de 1959. Il ne cite aucune source documentaire soviétique.

23 Supra, p. 60.

24 Mémoires, p. 80.

25 Supra, p. 61.

26 Mémoires, p. 269-270.

27 Semionov est limogé. Ovakimian est rétrogradé. Le récit de Soudoplatov est vague et peu cohérent. Il ne donne aucune référence d’archives concernant les deux rapports et la décision prise par le Comité central.

28 Mémoires, p. 269-270

29 Ibid., p. 271. Le chef de la division de recherches du Centre d’histoire de la cryptologie de la NSA a bien voulu m’écrire : » Nous n’avons pas d’informations supplémentaires concernant l’enquête des Soviets relative aux erreurs commises en 1945 » (lettre du 14 mai 1996). L’exposé des faits de Soudoplatov manque de clarté et de précision. Il indique que la rencontre entre Greenglass et Harry Gold « avait été autorisée par un message spécial émanant du Centre. Il indique également que Semionov et Ovakimian dirigeaient le bureau américain. Ce qui semble viser le bureau de New York. Or Semionov avait quitté les États-Unis en 1944 et l’incident se situe en juin 1945. Soudoplatov ne mentionne pas qui au Centre avait envoyé le message spécial.

30 Discovery Channel a seulement imposé à ces commentateurs qu’ils ne publient rien avant la sortie de leur documentaire. Le colonel les rencontre dans sa chambre d’hôtel à New York. Cette chaîne de diffusion mondiale a une bonne réputation (cf. Nicole Vulser, Le Monde, 26 septembre 1997). Elle ne peut prétendre apporter un récit historique exact, compte tenu des exigences des médias. Le 22 février 1998, une version française de ce documentaire a été projetée dans l’émission « le Sens de l’histoire » (chaîne câblée la cinq) sous le titre « l’affaire Rosenberg », présentée par Jean-Luc Hees. J’ai pu constater que la qualité de ce documentaire était meilleure, plus complète et objective, que ne le donnaient à penser les comptes rendus dont j’avais pris connaissance.
Par contre la réalité du rôle d’officier-traitant de Julius que se donne Flekissov demeure incertaine. Les deux invités de l’émission, A. Kaspi et S. Ekovich, ont également remarqué que les anciens agents du KGB ont été incités à décrire des événements auxquels ils n’ont pas directement participé mais qu’ils connaissaient par leur appartenance aux services secrets soviétiques, pour arrondir leur maigre retraite.

31 Le récit de ces interviews est fait par Michael Dobbs, du Washington Post (16 mars 1997). La correspondante du Monde à New York, S. Kaufman, les analyses (Le Monde, 20 mars 1997). Le film est programmé sur Discovery Channel le 23 mars (v. le New York Times du 22 mars, revue des programmes TV par W Goodman : The Rosenberg File – case closed). Ronald Radosh commente ces révélations sous le titre Final Verdict dans The New Republic du 7 avril 1997 et Schneir dans The Nation du 7 avril 1997 : « Tales from the KGB ». De plus Radosh et Milton publient dans la seconde édition de leur ouvrage une introduction nouvelle qui tient compte des révélations de sources américaines (opération Venona) et soviétiques (Yale University press, 1997). Le reste du volume reprend le texte de la première édition (1983) et de l’édition Vintage (1984).

32 D’après le correspondant à Moscou du New York Times (16 mars 1997), Walter Schneir remarque dans son article que Feklissov se montre très prudent dans ses réponses aux questions (article précité). Il mentionne que le colonel a publié ses mémoires en 1994.

33 C. Andrews et O. Gordievskhy, KGB (op cit., p. 475, 478, et Annexe D 1, p. 661). Toutefois, d’après Schneir (art. précité), des sources officielles soviétiques révèlent que les messages de Feklissov étaient parvenus trop tard à Kroutchev pour jouer un rôle dans le règlement de la crise. Ces indications sont confirmées par la publication de documents américains (enregistrements secrets des débats du comité de crise par le Président Kennedy) et cubains (interventions de Fidel Castro au Comité central du PC, 25 et 26 janvier 1968 – Le Monde du 15 août 1997).

34 Ibid. p. 475. Selon ces auteurs, il y avait établi sa réputation auprès du centre de Moscou.

35 La désignation comme clerk n’était qu’une couverture. Il avait rang d’officier (lieutenant en premier ou capitaine de la Sécurité d’État en poste à New York de 1943 à 1945). Il pouvait être chargé de « traiter » des agents.

36 De son coté, dans ses mémoires, Soudoplatov (p. 226-229) écrit que les Rosenberg ont été recrutés en 1938 par Ovakimian. Le premier message décrypté concernant Julius n’apparaît que le 5 mai 1944 (infra, p. 176, non publié dans opération Venona). Semenov était surveillé par le FBI qui lui fournissait des informations dirigées (supra).

37 Interview avec le journaliste Michael Dobbs, précité.

38 Feklissov déclare absurde l’affirmation du juge Kaufman selon laquelle Rosenberg aurait livré à l’URSS le secret de la bombe A : « Rosenberg n’est pas directement impliqué dans le vol des secrets atomiques ». Il ajoute avec force que Greenglass (son beau-frère) n’a pas plus fourni de renseignements de valeur aux Soviétiques, concernant la bombe (interview précité).

39 Ils dînent dans un restaurant de l’Upper West Side de Manhattan et font une dernière promenade, le long de l’Hudson sur la Riverside Drive.

40 Loc. cit.

41 Ce message (n° 36 du 13 décembre 1944) est reproduit (infra, p. 195). Il est ambigu. Sans autre explication, Schneir indique que l’ensemble des messages de l’opération Venona contient « une douzaine de références à Fomin, aucune d’elles en relation directe avec Julius Rosenberg » (art. précité). Il existe un message concernant Fomin (n° 203) de 1943, publié par la NSA qui n’a pu en retrouver la copie (lettre du 19 décembre 1997 à l’auteur). Ils continuent à la rechercher.

42 J’analyse ce message plus loin (infra, note 88). Les mots entre parenthèses sont les notes de la CIA et de NSA ; entre crochets, mes traductions. Le message est publié dans « Venona » (p. 387-89, n° 76) ; le nom du signataire n’a pu être décrypté.

43 Radosh s’insurge (article précité) contre l’acceptation par la correspondante du New York Times à Moscou (15 mars 1997) des affirmations de Feldissov et des conclusions de plusieurs agents du KGB à la retraite sur le caractère peu utile des renseignements fournis par Greenglass sur la bombe. Il invoque à l’appui l’ouvrage de Richard Rhodes, Dark Sun : The making of the Hydrogen Bomb, 1996. Mais le compte rendu de cet ouvrage par le savant atomiste Bethe (cf. supra, p. 160, note 15) ne confirme pas cette opinion prêtée à Rhodes.

44 Dans son article, Radosh rappelle que dès 1979 (dans le New Republic), il a soutenu qu’Ethel « a été mise en accusation, jugée et condamnée à mort dans un seul et unique but – faire pression sur son mari pour qu’il apporte son témoignage sur les autres membres de son réseau ». Mais il ajoute : « Ethel était pleinement consciente du travail de son mari et était complice (accessory) de ses activités. Dans leur introduction (précitée, p. XXI – XXX de 1997), R et M reconnaissent que contrairement aux affirmations des Greenglass, les messages soviétiques publiés par la CIA et la NSA établissent qu’Ethel n’a jamais dactylographié de documents concernant l’espionnage. Ils considèrent que si « la façon de traiter Ethel est marquée par un excès de zèle et est fondamentalement injuste en plusieurs de ses aspects, cela ne signifie pas qu’elle était innocente de l’accusation de complot d’espionnage » (cf. infra, p. 209).

45 Lettre du 7 mai 1998. R. Benson remarque que les messages décryptés entre Moscou et New York concernant Julius Rosenberg n’identifient pas nécessairement l’officier traitant : « Le général paraît s’être concentré sur les informations fournies plutôt que sur les officiers traitants ».

46 Dans un article du Washington Post (6 avril 1997) sur le rôle du défenseur dans les procès criminels. En 1983. Derskowitz avait déjà exprimé ses doutes sur l’activité d’espionnage d’Ethel Rosenberg. Il affirmait en tout état de cause la réalité d’un déni de justice viciant le procès (compte rendu de l’ouvrage Radosh et Milton, The New York Times, 14 août 1983).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search