Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Troisième partie. Les faits nouveaux (1986-1997) La vérité historique

Introduction

Texte intégral

1Au cours des dix dernières années, une lumière nouvelle est apportée aux faits, du côté russe, non par l’ouverture des archives officielles soviétiques, mais par l’apport d’un certain nombre de témoignages privés. Du côté américain en revanche, un livret édité par le Center for Cryptologie History de la NSA a rendu publique l’histoire de l’opération Venona et le décryptage des messages soviétiques par les services de renseignements américains. Je crois nécessaire de présenter un résumé de ces documents : sans cette présentation, il est impossible de procéder à l’examen critique des sources américaines et soviétiques dont nous disposons jusqu’à ce jour. Cependant cet examen n’a pas pour objectif de mettre en cause la vérité historique, telle qu’elle surgit de l’ensemble de ces documents. Son réel enjeu est la question de l’intégrité du procès. La fragilité de ces sources apporte en effet une confirmation indirecte à la thèse juridique du déni de justice.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search