Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Deuxième partie. L’affaire Rosenberg après la publication des documents secrets du FBI 1975-1985

Conclusion

Le déni de justice

Texte intégral

  • 1 Op. cit., p. 451,452-453. Lors d’une confrontation publique en présence des tenants des deux thèses (...)

1Que Julius soit coupable ou innocent, les documents dont nous disposons en 1985 démontrent qu’il n’a pas reçu – et encore moins Ethel – bonne justice. Cette conclusion s’impose et aurait dû s’imposer à Radosh et Milton. Ils l’admettent entre les lignes : « Le zèle du Gouvernement à réaliser ses objectifs a entraîné des tactiques douteuses et, éventuellement, un grave déni de justice ; les Rosenberg ont été les « malheureux » boucs-émissaires de la guerre froide ». Ils admettent que leur exécution fut un crime1. Plus net encore est sur ce point l’avis de ceux des commentateurs qu’ils ont convaincus de la culpabilité de Julius Rosenberg et à un moindre degré de celle d’Ethel. Le climat de terrorisme moral de l’époque ne permettait pas aux jurés de se prononcer en toute indépendance. Les manœuvres du FBI et de l’accusation, les poursuites terroristes engagées contre Ethel, les pressions sur les témoins et les complices, le coup de théâtre de l’arrestation d’un soi-disant complice au milieu du procès, la forfaiture du Juge Kaufman qui fit moins le procès des accusés que celui de l’Union Soviétique et du stalinisme ont entraîné ce déni de justice. Il convient alors d’en tirer les conséquences.

  • 2 R. et M., sans en tirer cette conséquence, écrivent pourtant : « La conduite du procès est loin d’a (...)

2Sans doute la révision du procès, après plus de trente-cinq années, paraît hors de question. Mais le procès et le jugement de Julius et Ethel Rosenberg doivent être considérés comme nuls et non avenus. La procédure de constatation de cette nullité pure et simple pour déni de justice – et sans préjuger, au moment où j’écris ces lignes de la culpabilité de Julius Rosenberg – doit prendre une forme appropriée au système juridique des États-Unis – décision judiciaire, grâce motivée accordée par le Président des États-Unis ou acte du Congrès. Ainsi, serait effacée cette tache sur la conscience de l’Amérique2.

Notes

1 Op. cit., p. 451,452-453. Lors d’une confrontation publique en présence des tenants des deux thèses, Joyce Milton s’est écriée : « Le jour où les Rosenberg ont été exécutés a été un jour honteux pour les États-Unis » (New York Times, 22 oct. 1983).
On ne sait pas pourquoi le traducteur français traduit scapegoats par « les objets malheureux » (p. 312, cd. française). Mais beaucoup plus grave encore, il traduit miscarriage of justice par « erreur judiciaire » (p. 311 de l’éd. française), véritable contresens ; car la thèse de R. et M. est précisément que Julius au moins n’a pas été victime d’une erreur judiciaire puisqu’ils croient avoir démontré sa culpabilité. Par contre, ils sont obligés de reconnaître que Julius, coupable ou non, a été victime d’un déni de justice.

2 R. et M., sans en tirer cette conséquence, écrivent pourtant : « La conduite du procès est loin d’avoir été conforme aux normes (standard) élevées de la justice américaine et d’un traitement équitable. Le destin des Rosenberg demeure une tache sur la conscience de l’Amérique » (p. 453).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search