Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Deuxième partie. L’affaire Rosenberg après la publication des documents secrets du FBI 1975-1985

II. Le consensus

Texte intégral

1Si les Document secrets, tels que publiés, tronqués et incomplets, ne permettent pas de trancher, malgré le réquisitoire des uns et le plaidoyer des autres, entre l’innocence et la culpabilité de Julius Rosenberg, ils apportent la preuve, acceptée avec de simples nuances par les uns et par les autres, que le procès a été organisé et mené par le FBI, par le Ministère Public et par le Juge, sans égard aux règles les plus élémentaires de la justice pénale et des droits de la défense, pour obtenir à tout prix une condamnation et plus, une condamnation à mort.

2Ce consensus porte sur l’innocence d’Ethel Rosenberg, l’importance des informations fournies par Greenglass sur la bombe atomique, la forfaiture du Juge Kaufman. S’ajoutant aux manœuvres déjà constatées au cours même du procès, ces révélations non contestables nous autorisent à conclure que le procès des époux Rosenberg n’a été qu’une parodie de justice.

1. L’innocence d’Ethel Rosenberg

3L’une des manœuvres les plus odieuses du FBI dans le procès fut d’utiliser l’arrestation et la mise en accusation d’Ethel pour faire avouer et parler son mari. Si l’on admet que Julius était bien espion, Ethel aurait pu difficilement ignorer l’existence de ses activités. Mais de cette simple connaissance il n’était pas possible de conclure à sa complicité pénale, à sa participation au réseau d’espionnage.

  • 1 Elie Wiesel a évoqué cette forme particulière de torture qui consiste à arrêter les enfants pour in (...)
  • 2 Du 18 juillet 1950, cité par S. (p. 459) et R. et M. (p. 99).
  • 3 R. et M., ibid.

4Ruth Greenglass avait avoué sa participation active. Elle n’était pas poursuivie. Aucun élément matériel de la participation d’Ethel n’avait pu être allégué jusqu’à la veille du procès. Cet élément nécessaire pour justifier l’accusation a été « sollicité » des Greenglass à la veille du procès, lorsque le Ministère Public s’est rendu compte qu’en son absence les poursuites contre Ethel ne tenaient pas. Jusqu’au bout le FBI avait cru que la torture morale subie ainsi par Julius le ferait craquer1. Pour mieux accabler Ethel, l’accusation la présenta comme la femme forte de l’Écriture dominant son mari. Les documents secrets ne laissent sur ce point aucun doute. L’inculpation d’Ethel doit, selon la note de E. Hoover à l’Attorney General, « servir de levier » contre Julius Rosenberg2. Sur ce point le zèle de l’avocat des États-Unis Saypol était plus ardent encore que celui du FB13.

  • 4 Supra, p. 71.
  • 5 S. (p. 463) ; R. et M. (p. 164-165). Dans sa déclaration du 4 août 1950 (cité par S. et R. et M.), (...)
  • 6 Ces interrogatoires de Ruth et David n’ont pas fait l’objet de procès-verbaux mais de simples résum (...)

5La frappe à la machine des informations apportées sur la bombe par son frère David Greenglass, tel est l’élément matériel suscité à la dernière heure par l’accusation4. Dans sa déclaration signée du 17 juillet 1950 au FBI, David Greenglass dépose qu’il a rencontré Julius dans la rue pour lui remettre la description de la bombe atomique. Il n’est donc pas question d’une intervention d’Ethel pour taper son rapport. Questionné à nouveau, au début d’août peu avant l’arrestation d’Ethel, sur le rôle de sa sœur, il persiste dans ses déclarations. À aucun moment sa sœur n’était présente lorsqu’il apportait des renseignements à Julius5. Mais en février 1951, tout change. Sans qu’on sache à quelle occasion, Ruth au cours d’un interrogatoire apporte spontanément des informations complémentaires. Ces informations sont confirmées deux jours après par son mari6. Huit jours plus tard le procès s’ouvre et les Greenglass exposent leur nouvelle version des faits.

  • 7 R. et M. n’en conviennent pas formellement, mais les commentateurs les plus favorables à leurs conc (...)

6Pour compléter ce revirement surprenant des Greenglass, l’accusation va montrer un portrait d’Ethel qui en fait la puissance dominatrice secrète du réseau d’espionnage. Ce portrait servira les interventions et les réquisitions du Ministère Public. Il sera repris par le mémorandum secret communiqué au Juge Kaufman avant le prononcé des peines et à la Maison Blanche saisie de la requête en grâce. Mais aucun document familial ou officiel ne permet de lui accorder le moindre crédit7.

  • 8 R. et M., p. 142, 147. Les incertitudes de R. et M. dans le cours de leur ouvrage laissent place à (...)

7La plupart des commentateurs concluent avec des nuances à l’absence de culpabilité d’Ethel Rosenberg. On aurait aimé que sur ce point R. et M. fassent preuve d’une moindre incertitude. Ils notent qu’Ethel n’était « qu’une proie destinée à pousser Julius aux aveux » ; que l’un des membres du Ministère Public avait déclaré : « L’accusation dirigée contre Mme Rosenberg n’est pas très solide. Mais que pour servir de dissuasion je pense qu’il est très important qu’elle soit également condamnée et reçoive une condamnation sévère. »8

  • 9 En effet, si au moment de l’exécution, Julius Rosenberg avait consenti à parler, l’une des question (...)
  • 10 The New York Review, 21 juillet 1983. Dans leur ouvrage, R. et M. écrivent : « Ethel, quoique décla (...)

8R. et M. relèvent enfin que la minute dernière, le Gouvernement avait des doutes sur la connaissance qu’Ethel avait des activités d’espionnage de son mari9. Dans leur compte rendu de l’ouvrage des S., ils admettent que les documents secrets « montrent que Ethel Rosenberg a été arrêtée, et poursuivie sur les plus infimes preuves, pour qu elle serve d’otage afin de forcer son mari à avouer »10. Ils n’iront pas jusqu’au bout de leur constatation. Pour nous cette perversion de la justice suffit à entacher le procès des Rosenberg d’un vice irrémédiable. Ce n’est pas le seul.

2. Les renseignements insignifiants fournis par David Greenglass sur la bombe atomique

  • 11 D’après Tad Szulc (Times de Londres, 1984), dès 1942 Staline avait été informé de l’existence du Pr (...)

9Au cours du procès, les jurés ne seront jamais informés de l’importance des renseignements fournis à l’Union Soviétique par David Greenglass en 1945. Les documents secrets révèlent que ces renseignements étaient insignifiants et contenaient de grossières erreurs. Au surplus l’Union Soviétique possédait déjà par ses propres recherches et les informations et les plans fournis par le savant atomiste Fuchs les données nécessaires pour fabriquer la bombe11.

  • 12 R. et M., p. 437-38.

10Les experts atomistes du Gouvernement savaient que le témoignage de Greenglass contenait ces grossières erreurs. Ils n’en ont rien dit, à la barre, au Juge et au Jury. Pour les excuser, R. et M. ont écrit « qu’on pourrait soutenir que selon le droit en vigueur à l’époque ce n’était pas l’affaire des témoins du Gouvernement de montrer les erreurs du témoignage de Greenglass »12. Cette excuse est stupéfiante. Il ne s’agissait pas de témoins ordinaires mais de témoins experts. Ils n’étaient pas chargés de plaider la cause de l’accusation mais d’exposer, sous serment, la vérité sur la nature, l’exactitude et la portée des informations relatives à la bombe révélées par David Greenglass. Ils n’ont pas rempli cette obligation. Leur omission a porté gravement atteinte aux droits de la défense et à l’impartialité du procès.

  • 13 Ibid., p. 446.

11Leur silence s’explique aussi par la volonté – si l’on en croit R. et M. – de E. Hoover « de faire tous efforts – légaux et, il semble illégaux –, pour que l’accusation, le Juge et le public croient que les co-conspirateurs Rosenberg-Sobell étaient responsables de rien moins que le vol du secret de la bombe atomique »13. À vrai dire Hoover n’a pas eu à faire grand effort pour convaincre l’accusation et le Juge ! Il y a plus grave.

  • 14 S., p. 465-466, R. et M., p. 449. Plus tard, James Beckerley, directeur de la commission de l’énerg (...)

12Le Général Leslie Graves, qui dirigeait en 1945 le projet Manhattan à Los Alamos n’a pas hésité à mentir sur l’importance des « secrets » révélés par Greenglass. Près d’une année après l’exécution des Rosenberg, appelé à témoigner à huit-clos, à l’occasion de l’enquête de loyalisme effectuée dans l’affaire de Robert Oppenheimer, l’un des pères de la bombe A, le Général Groves a convenu que les renseignements en cause dans le cas des Rosenberg n’avaient qu’une valeur mineure. Il ajouta : « Je ne dirai jamais cela publiquement ». De fait, cette partie du témoignage fut supprimée du compte rendu officiel et n’apparut au grand jour que lors de la publication des documents secrets du FB114.

13La thèse du Gouvernement selon laquelle les Rosenberg avaient volé le secret de la bombe atomique, thèse soutenue par l’accusation, reprise par le Juge Kaufman dans ses instructions au jury et dans les motifs de sa sentence de mort, était donc une contre-vérité et cela, les principaux protagonistes du drame le savaient.

  • 15 S., p. 464 ; R. et M., p. 433 et suiv. Urey et Oppenheimer ont approuvé expressément le rapport d’e (...)
  • 16 Opinion rapportée par R. et M. (p. 441).

14Les documents et croquis préparés par Greenglass ont fait l’objet, après leur communication en 1966 à l’avocat de Sobell, d’une expertise de deux savants atomistes – l’un d’eux, Philip Morrison, est co-propriétaire du brevet de la bombe à implosion de Nagasaki ; l’autre, Linschitz, avait été le chef de la division des explosifs de Los Alamos, chargé notamment des fameuses lentilles à implosion. Les deux savants confirment le caractère naïf, confus, dépourvu de signification, incorrect, sans valeur pour la Russie, des données fournies par David Greenglass15. Cette dissimulation de la vérité sur les informations fournies par les espions, commise ainsi par le Gouvernement, a constitué, selon Morrison, une telle injustice à l’égard des Rosenberg que la question de leur culpabilité réelle s’efface et n’est plus qu’un simple détail16. Cette perversion de la justice vicie, à notre avis, le procès tout entier. S’y ajoute la forfaiture du Juge Kaufman.

3. La forfaiture du Juge Kaufman

15L’analyse de la sténographie du procès laisse déjà apparaître le manque d’impartialité du Juge Kaufman dans la conduite des débats. Il s’intéresse moins aux faits qu’aux opinions subversives des Rosenberg. Leur culpabilité résulte à ses yeux d’être ou d’avoir été communistes. Les motifs de la sentence de mort révèlent une exaltation hystérique. Avant même la publication des documents secrets du FBI, un juge de la Cour Suprême des États-Unis, Félix Frankfurter, avait sévèrement condamné Kaufman.

  • 17 Cité par Bruce A. Murphy, The Brandeis Frankfurter Connection, New York, 1982, p. 331. Sur ces pour (...)
  • 18 Murphy, loc. cit. Frankfurter fait allusion à la loi non écrite suivant laquelle deux juifs ne siég (...)

16Dans une lettre au Juge Learned Hand du 22 avril 1951, Frankfurter évoque le rôle controversé et passionné de Médina qui présida dans l’affaire des poursuites dirigées contre les chefs du Parti Communiste américain. Bientôt, écrit-il, Médina sera obscurci par Kaufman (will be oushone by Kaufman with a glitter rare)17. En janvier 1958, il n’a pas désarmé et écrit au même correspondant : « Je méprise un juge [Kaufman] qui croit que Dieu lui dit d’imposer une sentence de mort ». Il ajoute : « Je suis suffisamment mesquin pour m’efforcer de rester ici [à la Cour Suprême], suffisamment longtemps pour que Kaufman soit trop vieux pour me succéder »18.

17Frankfurter considérait Kaufman comme le principal responsable du traitement injuste réservé aux Rosenberg par les tribunaux. Encore ignorait-il les faits révélés par les documents secrets. Ainsi un mois avant le début du procès, Kaufman avait fait part au Département de la Justice de son intention de condamner à mort si les preuves le permettaient.

  • 19 T. Goldstein, The News at any cost, Simon et Schuster, New York, 1985, p. 14 et 194-199.

18Les documents secrets montrent que la peine de mort a été « discutée » par Kaufman avec des fonctionnaires du Ministère de la Justice, avec les avocats des États-Unis et des agents du FBI. Parmi les premiers documents révélés aux deux fils des Rosenberg (publiés sous le titre, The Kaufman Papers, New York, 1977), figure une notation du successeur du Général Groves, Gordon Dean, Président de l’AEC, notation consignée dans le journal tenu officiellement par ses services. À la date du 7 février 1951, un mois avant l’ouverture du procès, il indique qu’un haut fonctionnaire du Ministère de la Justice, McInerney, Directeur adjoint de la division criminelle s’est entretenu avec le Juge Kaufman : « McInerney... a parlé au Juge et ce dernier est disposé à prononcer [une sentence de mort], si les preuves le permettent ». Gordon Dean, avocat lui-même, n’a pas rapporté cette information à la légère. Cette information est confirmée par un mémorandum interne daté du 16 mars 1951 et écrit par Belmont, Directeur de la Sécurité du FBI à Ladd, un des collaborateurs directs de l’Edgar Hoover : « J’ai eu une conversation avec Ray Whearty du Département (de la Justice), dans l’après-midi du 16 mars 1951, et celui-ci m’a déclaré : « En ce qui concerne l’affaire Rosenberg, si Rosenberg est reconnu coupable, le Juge Kaufman prononcera la peine de mort ». Je lui ai demandé pourquoi il pensait ainsi. Il m’a dit : « Je sais qu’il le fera s’il ne change pas d’avis ». (Photocopie dans les Kaufman Papers, et reproduit par R. et M., p. 27). Dean assure un peu plus tard le Sénateur Hickenlooper que l’on peut « approcher » le Juge Kaufman si nécessaire dans un intérêt national. Cité par R. et M. (p. 277 et 531 note). La vraie figure de ce magistrat apparaît dans l’ouvrage récent du chroniqueur judiciaire du New York Times. Le journaliste évoque un accord tacite intervenu entre le Juge et le New York Times. Le New York Times ouvrait généreusement ses colonnes à Kaufmann et s’abstenait de critiquer ses activités. « Quand Kaufman était impliqué dans un événement, écrit l’auteur, tout jugement critique normalement appliqué aux nouvelles était suspendu »19.

19Le juge a persisté à faire part de son opinion sur l’affaire au Département de la Justice. Il devait aller plus loin encore dans son aveuglement. Cet épisode assez sordide ne serait jamais venu au grand jour sans la curiosité de Barbara, fille de Saypol, ancienne étudiante du Smith College. En 1975, Barbara lit dans la revue de son université un article d’un professeur ; ce dernier laisse entendre que son père, quoique hostile à la peine de mort, l’avait requise au cours du procès, sur instruction du Gouvernement. Elle envoie l’article à son père, cerclant de rouge le passage en question et lui écrit : « Je pensais que vous n’aviez pas demandé la peine de mort. Est-ce une erreur ? » Saypol éclaire sa fille et au surplus prend soin de rétablir les faits par une lettre au Directeur du FBI de l’époque et lui fournit un témoignage direct.

  • 20 Lettre du 13 mars 1975 de Saypol au Directeur du FBI, Kelley successeur de Hoover, publiée dans The (...)
  • 21 Par la suite Kaufman intervient secrètement à plusieurs reprises auprès des autorités gouvernementa (...)
  • 22 Dans son compte rendu de l’ouvrage de R. et M. pourtant favorables à leurs conclusions sur la culpa (...)

20Après le verdict, à la veille de prononcer les peines, le 4 avril 1951, Kaufman convoque à son cabinet Saypol pour lui demander son avis sur la peine qui doit être prononcée mais aussi de recueillir celui du FBI et du Département de la Justice. Saypol est partisan de la peine de mort pour Ethel et Julius. Il prend l’avion pour Washington. Ses interlocuteurs ne vont pas aussi loin. Le Département de la Justice et le FBI ne sont pas d’accord pour recommander au Juge la condamnation à mort d’Ethel. Saypol retourne à New York le soir même. Il voit Kaufman. Sur sa demande et en présence du Juge, il téléphone au ministre adjoint de la Justice. Mais le désaccord persiste. Kaufman lui demande alors de ne pas faire de recommandation à l’audience publique de lendemain20. Il s’abstient de faire part de ces tractations à la défense, lors de cette audience. Bien plus, il ment hypocritement en jouant sur les mots : « ... Je me suis abstenu de demander au Gouvernement de faire une recommandation ». Nous avons cité les motifs de la condamnation donnés par Kaufman. Il accuse les Rosenberg, d’avoir causé l’agression de l’URSS en Corée en lui remettant la bombe atomique. Aucune accusation de ce genre n’avait été portée contre les Rosenberg. Kaufman ne s’est pas arrêté là. Après le procès il intervient secrètement à plusieurs reprises, pour que l’exécution ait lieu sans délai21. Ici encore cette perversion de la justice vicie gravement le procès conduit par le Juge Kaufman22.

Notes

1 Elie Wiesel a évoqué cette forme particulière de torture qui consiste à arrêter les enfants pour intimider leurs parents – aujourd’hui en Syrie, au Chili, en Irak, au Salvador, en Iran, hier sous l’occupation nazie ou au Goulag (Le Monde, 20 septembre 1984). Il est affligeant qu’une telle méthode ait pu être employée en 1950 aux États-Unis.

2 Du 18 juillet 1950, cité par S. (p. 459) et R. et M. (p. 99).

3 R. et M., ibid.

4 Supra, p. 71.

5 S. (p. 463) ; R. et M. (p. 164-165). Dans sa déclaration du 4 août 1950 (cité par S. et R. et M.), David Greenglass s’exprime ainsi : « Sur question du FBI – « Ethel était-elle présente en l’une quelconque de ces occasions ? » David : « Jamais. » Sur question du FBI : « Ethel vous a-t-elle jamais parlé de cela ? » David : « Elle ne m’en a jamais parlé et je n’essaie pas de protéger ma sœur, croyez-moi, c’est un fait. »»

6 Ces interrogatoires de Ruth et David n’ont pas fait l’objet de procès-verbaux mais de simples résumés par télex envoyés à Hoover. R. et M. notent (p. 518) qu’on ne trouve pas dans les documents secrets les rapports d’enquête du FBI concernant Ethel Rosenberg. On trouve seulement des références isolées à Ethel dans le dossier de Julius Rosenberg (p. 518, note 163).

7 R. et M. n’en conviennent pas formellement, mais les commentateurs les plus favorables à leurs conclusions sur la culpabilité de Julius Rosenberg sont catégoriques sur ce point : « La notion qu’Ethel, mère de deux jeunes enfants et en mauvaise santé, était la figure dominante du couple n’a aucun fondement dans les documents officiels. Elle sort apparemment de l’imagination de Morris Ernst, l’avocat bien connu des droits de l’homme, qui, approché par les parents des Rosenberg pour assurer leur défense des époux... proposa au FBI de coopérer avec eux tout en assurant la défense des Rosenberg. » (Prof. Glazer, dans « Commentary », précité p. 68). De même Murray Kempton écrit : « ... il n’y a presque rien, même dans les témoignages – encore discutables – entendus qui nous donne justification de créditer Ethel d’une force de caractère ou d’un pouvoir de commandement supérieur à son mari » (The New York Review of Books, 22 octobre 1984). De son côté le Professeur Dershowitz, convaincu de la culpabilité de Julius Rosenberg par R. et M. considère en ce qui concerne Ethel que la preuve de sa participation est « beaucoup plus problématique » (loc. vit.).

8 R. et M., p. 142, 147. Les incertitudes de R. et M. dans le cours de leur ouvrage laissent place à une conclusion hésitante et pour ainsi dire contradictoire : « Ethel Rosenberg connaissait et appuyait probablement les efforts de son mari, et il est presque certain qu’elle a agi comme complice, au moins pour activer son propre frère David Greenglass. Nous ne soutenons pas qu’Ethel n’était pas impliquée ; néanmoins, il est frappant que les dossiers du FBI ne contiennent aucune information solide montrant que la participation active d’Ethel dans le réseau d’espionnage s’est étendue au-delà de l’incident Greenglass. De plus, le procès qui lui était fait, en droit, était fondé en grande partie sur un changement de témoignage de dernière minute de la part de témoins-clés qui l’accusaient, et même ainsi relativement faible » (p. 450- 51). En définitive, R. et M. acceptent de fonder la complicité d’Ethel sur le témoignage des criminels qui ont avoué, l’une pour ne pas être poursuivie, l’autre pour sauver sa peau. Il n’est pas raisonnable de la part de R. et M. de déclarer Ethel coupable sur une base aussi fragile.

9 En effet, si au moment de l’exécution, Julius Rosenberg avait consenti à parler, l’une des questions (contenue dans un mémorandum du 17 juin 1953) que les agents du FBI devaient lui poser était : « Votre femme était-elle au courant de vos activités ? »

10 The New York Review, 21 juillet 1983. Dans leur ouvrage, R. et M. écrivent : « Ethel, quoique déclarée coupable sur le fondement de preuves douteuses, était presque certainement son complice » (p. 448).

11 D’après Tad Szulc (Times de Londres, 1984), dès 1942 Staline avait été informé de l’existence du Projet Manhattan par ses services secrets. Les efforts soviétiques avaient commencé dès 1940. Truman informe Staline de la première explosion atomique (16 juillet 1945) lors de la Conférence de Postdam, le 24 juillet 1945. Mais Staline était déjà au courant. Le fameux Général Groves estimait à l’époque qu’il faudrait 15 à 20 ans à l’Union Soviétique pour posséder la bombe. L’explosion eut lieu le 29 août 1949. Le Président Truman, son ministre de la Défense et le Général Groves refusent d’y croire. Le vain combat pour la suprématie nucléaire allait commencer.

12 R. et M., p. 437-38.

13 Ibid., p. 446.

14 S., p. 465-466, R. et M., p. 449. Plus tard, James Beckerley, directeur de la commission de l’énergie atomique, devait admettre que l’espionnage n’avait joué qu’un rôle mineur dans la production parles Soviets de la bombe A (New York Times, 17 mars 1954, cité par S., p. 275-76).

15 S., p. 464 ; R. et M., p. 433 et suiv. Urey et Oppenheimer ont approuvé expressément le rapport d’expertise de Linschitz (supra, p. 69).

16 Opinion rapportée par R. et M. (p. 441).

17 Cité par Bruce A. Murphy, The Brandeis Frankfurter Connection, New York, 1982, p. 331. Sur ces poursuites contre les chefs communistes américains, Affaire Dennis, cf. notre ouvrage, La Crise de l’État aux Etats-Unis, Paris, 1952.

18 Murphy, loc. cit. Frankfurter fait allusion à la loi non écrite suivant laquelle deux juifs ne siégeront pas en même temps à la Cour Suprême des États-Unis. Kaufman a paisiblement terminé sa carrière judiciaire fédérale comme président d’une Cour Fédérale, sans pouvoir atteindre la Cour Suprême.

19 T. Goldstein, The News at any cost, Simon et Schuster, New York, 1985, p. 14 et 194-199.

20 Lettre du 13 mars 1975 de Saypol au Directeur du FBI, Kelley successeur de Hoover, publiée dans The Kaufman Papers. Cette lettre ne précise pas exactement la nature de ce désaccord, cette divergence, cette division. Elle mentionne que la peine capitale pour l’un ou les deux accusés n’est pas exclue. R. et M. font état des mémos échangés entre E. Hoover et ses collaborateurs, les 2 et 3 avril 1951. Ils révèlent que le ministre adjoint de la Justice, Ford, était hostile à la peine de mort pour Ethel Rosenberg ; c’était une femme et on pouvait espérer qu’elle parlerait un jour. Hoover ne lui laisse aucune illusion sur ce dernier point. Mais il est partisan d’une peine de prison et non de la peine de mort. Il craint, au moins à terme, une réaction hostile de l’opinion publique défavorable au FBI et au Gouvernement. Dans son rapport officiel au Ministère de la Justice du 2 avril 1951, E. Hoover fait également état de circonstances atténuantes concernant Ethel (R. et M., p. 279-281).
Le fait que Kaufman ait cherché à connaître l’avis du Gouvernement, du FBI et de certains de ses collègues, n’est pas une pratique inconnue dans le système américain. Pourtant en 1977, une centaine de professeurs de droit appuyés par l’American Civil Liberties Union ont demandé qu’une enquête soit ouverte. L’Association du Barreau américain a chargé l’un de ses comités, dont la présidence était assurée par Rifkind, un vieil et excellent ami de Kaufman, d’examiner ces griefs. Les conclusions n’ont pas été rendues publiques. Mais aucune action n’a été prise par le Barreau contre Kaufman (R. et M., p. 431, 572 ; cf. le Bulletin de l’École de droit de Harvard, Harvard Law Record, 29 avril 1977). Il reste que l’attitude partiale du Juge Kaufman pendant les débats du procès, le fait qu’il n’ait pas communiqué à la défense le mémorandum établi par le FBI sur les révélations de l’indicateur Tartakow (ci-après), sa décision de ne pas révéler au grand jour, ni même de faire connaître à la défense, l’opinion du Ministère de la Justice et du FBI sur les peines encourues par les accusés, les motifs qu’il a donnés pour prononcer la peine capitale, constituent des éléments de déni de justice dont Ethel et Julius Rosenberg ont été victimes.

21 Par la suite Kaufman intervient secrètement à plusieurs reprises auprès des autorités gouvernementales et du FBI pour que soient combattus directement et indirectement les articles et ouvrages favorables aux Rosenberg. En 1965, après la publication du livre de William et Myria Schneir, il « fait » écrire une longue lettre au rédacteur en chef du New York Times (The Kaufman Papers, Mémo du Gouvernement en date du 16 octobre 1965, p. 3). Il téléphone au Directeur du FBI, en 1969, pour s’inquiéter des représentations d’une pièce de théâtre et il fait écrire par son ami l’avocat Rifkind une lettre au New York Times qui a donné à son avis trop d’importance à cette pièce. Il intervient encore en 1970 lorsque la pièce est jouée à New York sous un autre titre. Puis en 1974, lorsque deux émissions de télévision présentent l’affaire Rosenberg il fait intervenir à nouveau Rifkind – qui écrit un article dans « TV Guide » (The Kaufman Papers, loc. cit.).

22 Dans son compte rendu de l’ouvrage de R. et M. pourtant favorables à leurs conclusions sur la culpabilité de Julius Rosenberg, Murray Kempton, après examen de la carrière judiciaire, à travers ses jugements, conclut que Kaufman apparaît comme un de ces juges auxquels le Gouvernement peut faire appel pour faire un sale travail. Il reproche à R. et M., après avoir mis en lambeau le rôle du juge dans l’affaire Rosenberg, de s’appuyer sur l’opinion du Professeur Dershowitz, de Kaufman, pour affirmer son indépendance à l’égard du Gouvernement (The New York Review, loc. cit). Le Professeur Glazer n’est pas moins sévère : « La figure de Kaufman qui émerge des rapports secrets du FBI est aussi misérable que celle de Morrist Ernst » (Commentary, oct. 1983, p. 68). Ernst, comme on l’a dit, est cet avocat qui, sollicité par la famille des Rosenberg, avait offert ses services au FBI (supra, p. 143, note 51).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search