Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Deuxième partie. L’affaire Rosenberg après la publication des documents secrets du FBI 1975-1985

I. Le désaccord fondamental

Julius Rosenberg : innocent ou coupable ?

Texte intégral

1L’innocence de Julius Rosenberg est clairement démontrée pour les uns par la fabrication policière de la visite d’Harry Gold aux Greenglass, à Albuquerque en juin 1945. Pour les autres, le « témoignage » révélé du co-détenu Jérôme Eugène Tartakow confirme les preuves de culpabilité produites par l’accusation au cours du procès. Les enquêtes secrètes du FBI sur les « amis disparus » de Julius permettent enfin de considérer que Julius Rosenberg était le chef d’un réseau d’espionnage soviétique.

1. La fabrication par le FBI de la visite d’Harry Gold aux Greenglass en juin 1945

  • 1 Supra, p. 60. Dans son interrogatoire initial par le FBI (22 mai 1950), Gold a d’abord placé cette (...)
  • 2 S., p. 381 ; R. et M., p. 459. La fiche d’enregistrement porte au recto que Gold s’est inscrit à l’ (...)

2On se souvient que Harry Gold, selon ses dires, arrive à Albuquerque le samedi 2 juin 1945, dans la soirée1. Il se rend immédiatement chez les Greenglass et ne les trouve pas. Les hôtels sont complets. Il passe la nuit dans le hall d’un garni. Le dimanche matin Gold retourne chez les Greenglass. Mais David Greenglass n’est pas prêt et doit préparer son rapport. Gold descend alors en ville, prend une chambre au Hilton et se repose quelques heures2. Il revient dans l’après-midi chez les Greenglass, entre en possession du document. Il quitte Albuquerque dans la soirée par le train.

3Ce récit rapproche des témoignages concordants et apparemment n’est pas sujet à caution même si certains ont pu s’étonner de cette location « de jour » seulement. Les hôtels américains, la fiche de Gold le montre, offrent un tarif spécial pour ce genre d’occupation.

  • 3 The Judgment of Ethel and Julius Rosenberg (1er édition 1955 – édition révisée, brochée 1977). Sur (...)

4Pourtant l’auteur dramatique John Wexley s’étonna, dans l’un des premiers ouvrages défendant la thèse de l’innocence des Rosenberg, de ce séjour de quelques heures pendant la journée, dans un hôtel de bonne réputation, comme le Hilton3. Il s’étonne aussi de l’existence d’une seconde visite rendue à Fuchs, à Santa Fe, en septembre 1945, suivie d’un second crochet par Albuquerque. Harry Gold y passe cette fois la nuit pour 5 ou 6 dollars, sous son nom comme en juin, mais en donnant l’adresse d’un autre employeur, épisodique comme le premier. Cette visite a été passée sous silence au procès des Rosenberg. Ces intuitions ont fourni le point de départ des recherches de S. sur l’authenticité de la fiche d’hôtel de juin 1945.

5Un examen de la fiche révèle que le timbre (dateur automatique) au verso de la fiche porte « 4 juin (et non 3 juin) 12 h 36’ 45 ” ». En tenant pour acquis que le timbre automatique désigne la date exacte, l’inscription portée au recto doit être un faux. La comparaison des écritures par un expert a permis de jeter un doute sérieux sur l’authenticité des mentions manuscrites portées sur la fiche de juin pourtant censées être de la même main que celles de la fiche de septembre. La note d’hôtel du 3 juin n’a pas été conservée. Les agents du FBI se sont abstenus de marquer suivant l’usage la fiche « forgée », comme ils l’ont fait pour la fiche de septembre.

  • 4 Chapitre 29 « The Hilton Hôtel Gard », p. 378-390.
  • 5 Voir l’interprétation donnée par S. des documents secrets, en maintenant leur conclusion. L’histoir (...)

6Si Harry Gold n’a pas rencontré les Greenglass à Albuquerque en juin 1945, si cette rencontre a été fabriquée de toutes pièces pour mettre en cause Julius Rosenberg, l’accusation s’effondre. Telle est la conclusion de S.4. Sans doute l’histoire du FBI n’est pas exempte de machinations aussi tortueuses5. Mais la preuve d’une telle machination existe-t-elle ?

  • 6 P. 455-470.
  • 7 L’expert graphologue consulté par S. a examiné des copies des fiches d’hôtel de Gold de juin et sep (...)
  • 8 R. et M. (p. 577, notes 462-63) citent H. Packer « The Strange Trial of the Rosenberg », New York, (...)

7R. et M. ont consacré une annexe très documentée à cette machination pour démontrer qu’elle n’était pas plausible6. D’après les déclarations du gérant de l’hôtel au FBI la machine à dater aurait « sauté » la journée du 3 juin, de sorte que toutes les fiches des clients ce jour-là portaient la date du 4 juin. R. et M. évoquent les remarques d’un expert consulté par les avocats de Sobell, estimant que la comparaison des écritures fournies (1945 et 1967) ne peut être probante7. Ils se demandent avec d’autres, pourquoi les « machinateurs » ont commis l’erreur grossière de maintenir deux dates différentes sur la fiche qu’ils ont fabriquée8.

  • 9 Mémoire de 84 pages du 24 septembre 1965 (archives des avocats Ballard et Hamilton) : R. et M., p.  (...)
  • 10 Cité par R. et M., p. 44 : déclaration signée par Gold du 22 mai 1950, 7 p. (Gold File) ; et du 2 j (...)
  • 11 R. et M., p. 469-470, 578, p. 469-70. Rapport du 5 février 1951 de l’Agent Spécial Henry L. McConne (...)

8R. et M. ont poussé leurs investigations plus avant. Les avocats de Harry Gold leur ont communiqué un long mémoire de leur client réfutant point par point les arguments des Schneir. Document très convaincant selon R. et M., rempli de détails exacts et « qui ne laissent aucun doute sur le fait que Gold était effectivement à Albuquerque ce week-end de juin 1945 »9. Surtout ce plaidoyer et l’un des détails de cette déclaration sont confirmés objectivement par les documents secrets du FBI. En se rendant à la gare de Santa Fe, à Albuquerque, Gold avait été retardé par une procession. Il l’avait déclaré aux agents du FBI en mai-juin 195010. Or les documents secrets font apparaître qu’en février 1951 – un peu plus de huit mois après la déclaration de Gold – une enquête approfondie a été menée par le Bureau du FBI à Albuquerque. Le dossier comprend une coupure de journal annonçant la procession, un témoignage écrit de l’Administrateur de la ville confirmant que la procession était bien passée devant la gare de Santa Fe, comme l’avait indiqué Gold, une série de photos prises par un photographe amateur, qui les tenait si nécessaire à la disposition de la justice. En constituant ce dossier, le FBI entendait permettre aux représentants de l’accusation de faire échec à la défense des Rosenberg si elle avait contesté la présence de Gold à Albuquerque le week-end du 3 juin 194511.

9Cette confirmation n’est peut-être pas aussi effective que le pensent R. et M. Elle aurait pu s’insérer dans une « machination », si naturellement celle-ci avait eu lieu.

10Comme nous l’avons indiqué, cette machination ne porte peut-être pas sur la présence de Gold à Albuquerque le 3 juin 1945 mais sur la réalité de ses trois visites aux Greenglass le samedi 2 juin et le dimanche 3.

  • 12 Déclaration de Gold du 22 mai 1950 au FBI (Doc. 68 du FBI (Washington), cité par S., p. 447 et 509  (...)

11Il faut insister en effet sur le fait que, même si Harry Gold s’est bien présenté au Hilton d’Albuquerque le dimanche 3 juin à 12 heures 36, aucune preuve matérielle ne confirme qu’il est arrivé à Albuquerque la veille. Gold prétend qu’il a passé la nuit du 2 au 3 dans le hall d’un garni. Gold déclare qu’à l’époque « ceux qui n’avaient pu trouver de chambre dans un hôtel étaient ainsi logés ». Le FBI a « recherché » le garni et ses tenanciers, les époux W.B. Freeman. Ils auraient reconnu Harry Gold sur une photo qui leur a été présentée. Ils figurent sur la liste des témoins de l’accusation au procès, mais n’ont pas été appelés à la barre. De son côté, Gold a reconnu le garni sur une photo que lui a montrée le FB112. Pourtant on ignore si une enquête sérieuse a été diligentée par le FBI sur ce garni, ses tenanciers, son personnel et ses clients. Il n’est pas sûr du tout que Gold soit arrivé le samedi 2 juin en fin d’après-midi à Albuquerque plutôt que le dimanche 3 dans la matinée. Cette lacune est étonnante ; pourtant ni S., ni R. et M. ne se posent de questions sur ce point. Elle laisse planer un doute sur les visites de Gold le samedi et même le dimanche matin chez les Greenglass.

  • 13 Voir supra, p. 61, p. 211 de R. et M. et 150 de la traduction.

12Gold semble avoir au surplus une certaine attirance pour Albuquerque. En s’entendant confier une seconde mission, après celle de Fuchs, Gold avait protesté et déclaré à Yakovlev qu’il ne voulait pas en plus courir les risques d’un détour13. Curieusement, lors de sa visite à Fuchs le samedi 2 juin 1945, il s’arrête deux fois à Albuquerque. Il aurait pu aller voir les Greenglass dès le matin. Non. Il prend l’autobus pour Santa Fe, à moins de 2 heures de trajet. Il rencontre Fuchs dans l’après-midi, reçoit les documents et retourne à Albuquerque dans la soirée. Il va directement chez les Greenglass sans les trouver.

  • 14 Gold, à l’en croire, aurait demandé à ses amis de l’argent par télégramme, pour couvrir ses frais d (...)

13S’il faut l’en croire, il a des amis à Albuquerque. Il s’y rend encore le 19 septembre 1945 après avoir rencontré une seconde fois Fuchs à Santé Fe14.

*
* *

  • 15 R. et M., p. 464-467.
  • 16 S., p. 419-422.

14D’une façon générale R. et M. ne mettent pas en doute la crédibilité de Harry Gold. Ils refusent d’admettre qu’il ait servi d’indicateur au FBI15. Ils rappellent la thèse contraire de S.16. Pourtant la thèse de la machination du FBI soutenue par S. est aussi peu vraisemblable que celle de la parfaite crédibilité de Gold, de son indépendance totale à l’égard du FBI, défendue par R. et M.

  • 17 R. et M., p. 467, 158-162 ; 517-518. S., p. 461-462. Voir plus haut ce revirement de dernière heure (...)

15Même R. et M. sont obligés, sous peine de dénaturer les documents secrets, de faire une réserve. Cette réserve est de taille : « Il n’y a pas de raison de croire que Gold ait jamais joué le rôle d’un indicateur (stoogé) du Gouvernement. Sauf l’exception possible de son emploi de la phrase « Salutations de la part de Julius », Gold n ’a jamais rien dit à la barre des témoins qui ait contredit la série des premières déclarations qu’il avait faites au FBI après son arrestation en 1950, et en ce qui concerne cette seule exception, il a résisté et maintenu ses premières déclarations jusqu’à la veille même du jour du procès » (nos italiques)17.

16Cette longue hésitation de Gold est plus importante pour apprécier la culpabilité de Julius Rosenberg que la machination supposée ou réelle du FBI. On aurait souhaité que R. et M. soulignent, avec autant de vigueur que les présomptions défavorables, cette grave incertitude ouverte sur la participation de Julius à l’espionnage atomique. On comprend que David et Ruth Greenglass se soient accrochés au signal de reconnaissance, qui les délivrait en accusant Julius... Il fallait pour cela que Harry Gold renonçât à son obstination. Le FBI y trouvait naturellement plus que son compte. Le silence de R. et M. est pesant.

2. Le « Témoignage » de Jérôme E. Tartakow, co-détenu de Julius Rosenberg

  • 18 Sur tous ces points, R. et M., p. 291-297, et les notes p. 533-536 ; S., p. 475-479.
  • 19 R. et M., p. 314-317. D’après ces auteurs, Tartakow aurait remis à Me Bloch une lettre de recommand (...)

17Dans sa prison new-yorkaise, Julius Rosenberg joue aux échecs avec un jeune délinquant, et le rencontre deux fois par semaine au cours de leurs exercices physiques. Jérôme E. Tartakow purge une peine de deux ans de prison pour vol de voiture. À vingt-sept ans il a déjà été condamné deux fois pour proxénétisme et vols à main armée. Il sera poursuivi et acquitté en 1955 pour enlèvement et violences sexuelles sur une fillette de onze ans. Il propose au FBI en décembre 1950 de rapporter les confidences de Julius en échange de sa libération conditionnelle avant la date normale. Sans rien promettre, le FBI accepte l’offre, avec réticence, indiquent les documents secrets. Le 15 mai 1951, Julius est transféré à Sing Sing « la prison de la mort », où se trouve déjà sa femme Ethel. La libération conditionnelle de Tartakow survient peu après sans intervention du FBI. Toutefois le FBI s’assure de la continuité des services de l’indicateur par des versements réguliers. Tartakow a notamment pour mission de pénétrer plus avant le réseau d’espionnage de Rosenberg18. À cette fin, dès juillet 1951, il s’offre de rendre de menus services à Me Bloch, l’avocat des Rosenberg. Il lui sert de chauffeur lorsqu’il se rend, avec leurs enfants, pour une visite mensuelle à Sing Sing. Il informe le FBI. Il crée en même temps une boutique de photographe avec l’aide financière du FBI. Il quitte New York au milieu de l’année 195219.

  • 20 Du 14 janvier 1953. R. et M. (p. 317, 543 note) qui mentionnent ce document, n’indiquent pas s’ils (...)

18En 1953 un mémorandum Top Secret du Département de la Justice récapitule les informations fournies par Tartakow et les « preuves » en résultant de la culpabilité de Julius Rosenberg. Il sera communiqué au Juge Kaufman, avant qu’il ne prononce condamnation, et au cabinet du Président des États-Unis pour justifier le refus de la grâce20. La défense n’en aura pas connaissance.

  • 21 S., p. 476 ; R. et M., p. 292-93. À ceux qui ne peuvent pas croire qu’un « espion expérimenté » se (...)

19On peut s’étonner que Julius Rosenberg ait accepté de se « déboutonner » devant un co-détenu et lui ait confié candidement toute une série de faits relatifs à ses activités d’espionnage. Les S. trouvent une telle hypothèse totalement absurde. Par contre R. et M. estiment pour leur part « qu’il n’est pas réellement difficile de comprendre pourquoi Julius Rosenberg a pu céder à la tentation de se confier à Jerry Tartakow ». Les explications données par Tartakow à un journaliste du Washington Post en 1975 leur paraissent tout à fait plausibles : même milieu familial ouvrier, opinions politiques communes, occasions fournies par des heures de conversations, solitude de Julius qui éprouvait le besoin de donner libre cours à ses émotions, ses frustrations, sa colère en se confiant à la seule personne demeurant auprès de lui21. Un tel abandon chez un homme qui a proclamé avec violence jusqu’à la fin son innocence nous laisse sceptique. Même son avocat n’a reçu aucun aveu de Julius.

  • 22 R. et M. invoquent le témoignage différent de John Gates et d’un journaliste d’extrême gauche dont (...)

20Une seconde explication de la confiance de Julius est avancée. Tartakow se prétend depuis longtemps déjà ami intime d’Eugène Dennis, Secrétaire Général du PC américain. Or à l’époque, Dennis est détenu à la prison new-yorkaise, pour outrage au Congrès. Pour éviter toute suspicion de collusion, il demande à Tartakow de servir d’intermédiaire entre Rosenberg et lui. La veuve d’Eugène Dennis a contesté formellement ce point. Son mari lui a dit, après sa sortie de prison, qu’il n’évitait pas Julius et lui parlait chaque fois que c’était possible22.

  • 23 C’est la thèse de S. (p. 476). D’une façon générale les faits allégués par Tartakow sont connus ou (...)

21Si Julius ne s’est pas confié à Tartakow, les déclarations de ce dernier reflètent pour l’essentiel les suggestions et les informations qu’il a reçues au cours de ses conversations avec les agents du FB123. Pour la manifestation de la vérité, l’essentiel n’est pas la source d’information mais son exactitude – la détermination de la culpabilité ou de l’innocence de Julius Rosenberg. Confident de Julius ou manipulé par le FBI, le problème est donc de déterminer quelle foi accorder aux « révélations » dont Tartakow est l’instrument. Sur ce point R. et M. sont prudents ; ils en admettent la véracité à la condition qu elles soient confirmées par une source indépendante. Ils reconnaissent que pour l’essentiel, le contenu des « rapports » de Tartakow est incontrôlable. Dans le flot des informations, souvent invraisemblables ou aberrantes, recueillies par les agents du FBI de la bouche de Tartakow, les accusations de Julius Rosenberg ont retenu essentiellement trois incidents qui, confirmés par des tiers, apporteraient la preuve de la crédibilité et de la véracité de l’indicateur :

  • la participation de William Perl au réseau d’espionnage,
  • une dernière recrue de Julius Rosenberg : Maxwell Finestone,
  • la découverte du photographe pour passeport, Ben Schneider.

La participation de William Perl au réseau d’espionnage

  • 24 D’après R. et M. (p. 206). Le President de la Cour d’Appel Swan reprocha à Saypol d’avoir eu une co (...)
  • 25 Il est acquitté sur deux autres chefs d’accusation : avoir faussement déclaré qu’il ne connaissait (...)

22À partir de mars 1951, Tartakow commence ainsi à parler au FBI des confidences que Julius Rosenberg lui aurait faites sur un jeune et brillant ingénieur chargé de cours à Columbia University, William Perl. Soupçonné d’appartenir au réseau d’espionnage de Julius, Perl est bien connu du FBI. Il a été interrogé longuement à plusieurs reprises en 1950 par ses agents et renvoyé devant un jury d’accusation. Saypol le fait arrêter pour faux témoignage le 14 mars 1951, au milieu du procès de Rosenberg. Cette arrestation avait pour objet d’aggraver les suspicions portant sur les Rosenberg. Saypol avait laissé entendre à la presse que Perl allait confirmer certains témoignages à charge importants. Mais la défense ne souleva pas d’incident ce qui aurait probablement entraîné l’annulation du procès24. En mai 1953 Perl est condamné pour avoir déclaré faussement au Jury d’accusation qu’il ne connaissait pas Rosenberg25. À aucun moment il n’est poursuivi pour espionnage.

  • 26 R. et M., p. 298.

23Les propos de Julius rapportés par Tartakow en mars-avril 1951 sont encore vagues : Perl est un homme brillant. Ce n’est pas un révolutionnaire. Il a fourni des documents « terribles » et notamment les plans d’utilisation de la fission nucléaire pour propulser des aéronefs. Il a aussi fait des bêtises. Ils ont pu échanger quelques mots lors de la brève détention provisoire de Perl mis en état d’arrestation sur l’intervention de Saypol en mars26. Mais à en croire Tartakow, Rosenberg évoque un incident précis, vérifié par le FBI.

  • 27 Il n’est au surplus pas même sûr que les documents en cause aient été empruntés et sortis par Perl. (...)

24Les faits se présentent ainsi. Perl qui travaille alors à Cleveland à la NACA (National Advisory Committee for Aeronautics) demande un congé entre le 26 juin et le 9 juillet 1948. Au cours de ce séjour, Perl se rend à l’Université Columbia où il a étudié et au Laboratoire de son ancien directeur de recherche. Il emprunte de nombreux documents – dont la consultation est restreinte – sur les problèmes de l’aérodynamique. Perl agit au vu et au su de tout le personnel présent. En mai et juin, Perl avait déjà emprunté des documents dans les mêmes conditions27. Par contre la « révélation » de Julius Rosenberg selon laquelle Perl se serait rendu dans l’un des appartements de Julius, avec quatre amis, pour photographier en catastrophe les documents empruntés ne peut être prouvée – malgré les examens de laboratoire qui sont effectués sur les documents.

  • 28 En 1956, dans un article du New Leader (2 juillet), un jeune sociologue, Nathan Glazer, affirme sa (...)
  • 29 L’ouvrage de S. décrit dans le détail les persécutions dont Perl a été victime de la part du FBI (p (...)

25On voit mal comment cet incident peut apporter un élément complémentaire à la thèse de la culpabilité de Julius Rosenberg. Même si l’on accepte que la « révélation » provient bien de Julius (et non des agents du FBI eux-mêmes), les vérifications effectuées n’établissent aucune relation d’espionnage avec William Perl28. Celui-ci n’a cessé de proclamer son innocence. Nous sommes loin du crime d’espionnage atomique pour lequel Rosenberg a été condamné29 .

Une dernière recrue de Julius Rosenberg : Maxwell Finestone

  • 30 R. et M., p. 312 ; R. et M. acceptent en définitive la crédibilité de Tartakow en s’appuyant sur le (...)

26Parmi les amis qui auraient participé à la photographie des documents empruntés par Perl, Julius Rosenberg en avait désigné un dont Tartakow n’avait pas retenu l’identité. Le FBI retrouve facilement cet X – déjà fiché – un nommé Maxwell Finestone, membre du Parti Communiste, la dernière recrue de Julius d’après Tartakow. Mais Finestone se refuse à parler, comme le fait l’ami dont il partage l’appartement, James Weinstein, également membre du Parti Communiste. Tous les efforts du FBI pour recueillir des présomptions suffisantes sont vains. Plus de vingt ans après, James Weinstein accepte, selon les propres termes de R. et M., de se confier à eux et « de donner une confirmation indépendante de l’existence d’un réseau d’espionnage postérieur à la guerre »30.

  • 31 Analyse des déclarations de Weinstein et de Finestone telles qu’elles sont rapportées par R. et M., (...)

27Weinstein et Finestone terminent leur dernière année d’étude à l’Université de Cornwell (Ithaca) en 1948-49. Finestone lui annonce au milieu de l’année universitaire qu’il quitte le Parti pour faire du travail secret. Weinstein n’a aucune idée de ce que peut être ce travail et ne pose pas de question. À différentes reprises au cours de l’année, Finestone emprunte la voiture de son camarade. Son diplôme obtenu, Weinstein retourne habiter New York en juin 1949. Il passe un week-end de septembre à Ithaca à l’occasion d’une visite à son ancienne université. Il rentre à New York, avec Finestone, un autre étudiant de Cornwell et une quatrième personne, présentée par Finestone, « Julius ». Tout au long du voyage, Julius ne dit mot. Il les quitte à George Washington Bridge. À l’époque Weinstein ne soupçonne pas qu’il puisse s’agir d’un voyage d’espionnage et sur ce point se confirmeraient d’une façon indépendante les révélations de Tartakow au FBI. En décembre 1949, Finestone vient partager l’appartement de son ami à New York. Il continue à lui emprunter sa voiture de temps à autre. R. et M. pensent que l’un de ces voyages au moins est celui dont Rosenberg a parlé à Tartakow, en mai-juin 1950, à Ithaca, où il va recueillir les informations de ses contacts. Un soir de juillet 1950, on frappe à la porte de l’appartement de Weinstein. Il ouvre et reconnaît Julius. Finestone n’est pas là. Julius demande à Weinstein de lui dire qu’il est venu. À son retour Finestone apprend avec stupeur cette visite. Il s’assure que Weinstein a bien reconnu le Julius qu’il a ramené d’Ithaca à New York. Il devient blanc comme un linge et s’écrie : « Il sait bien qu’il ne doit pas venir ici ! » Weinstein ne comprend la situation que lors de l’arrestation de Rosenberg, deux semaines plus tard. Aux reproches de Weinstein d’être venu habiter chez lui alors que le FBI était en alerte, Finestone ne fournit aucune explication. De son côté, Finestone dément l’incident rapporté par Weinstein. Il nie avoir jamais confié à ce dernier qu’il allait faire du travail secret31.

  • 32 En tout cas la déclaration de Weinstein ne justifie pas la conclusion du Professeur Dershowitz dans (...)

28Weinstein, aujourd’hui éditeur et rédacteur en chef d’un hebdomadaire socialiste, These Times, a longuement rendu compte du livre de R. et M. Il n’ajoute rien à ses déclarations – qui en définitive n’apportent aucun élément de fait, aucun détail précis mais seulement des impressions32. Par contre, il n’hésite pas à écrire et à détacher dans un encadré de son compte rendu :

29« QUE LES ROSENBERG AIENT ÉTÉ OU NON ESPIONS, LEUR EXÉCUTION A ÉTÉ UN ASSASSINAT LÉGAL ».

La découverte du photographe pour passeport, Ben Schneider

  • 33 R. et M., p. 295. 11 semble que le FBI n’ait pas communiqué le texte de cette lettre (si elle exist (...)

30Les documents secrets révèlent que Tartakow avait mis le FBI sur la piste du photographe chez qui les Rosenberg, préparant leur fuite, auraient fait tirer des photos d’identité pour passeport. Le 23 mars 1951, donc au cours du procès, Tartakow, dans une lettre dactylographiée adressée au FBI et transmise par un « contact » appartenant à l’administration de la prison, révèle que Rosenberg est extrêmement inquiet ; il a peur que le FBI ne découvre le photographe qui avait pris des photos pour passeport de toute la famille, peu après l’arrestation de David Greenglass. Une enquête de dernière minute de deux agents du FBI dans le quartier du Lower East Side les amène rapidement dans le studio de Schneider, 99 Park Row33.

  • 34 Cf. les commentaires embarrasses de R. et M. (p. 265-266) et ceux de S. (p. 151-153 et 180-183).

31Il est difficile d’accepter cette confidence miraculeuse sans un très sérieux bénéfice d’inventaire. R. et M. la mentionnent sans aucune explication particulière. Pourquoi une telle confidence à un tel moment ? Pour agir vite les agents du FBI devaient trouver un studio de photographie près du Bureau. Il était particulièrement facile de faire pression sur ce petit fournisseur attitré de l’administration. Pour être sûr qu’il reconnaîtra ses clients, le FBI l’amène secrètement dans la salle d’audience la veille de sa déposition – le jour même où les agents du FBI viennent pour la première fois l’interroger dans sa boutique. La défense n’en sera pas informée. Ni la crédibilité de Tartakow, ni la réalité de la visite des Rosenberg chez Ben Schneider n’en sont renforcées34.

*
* *

  • 35 Murray Kempton dans son compte rendu de R. et M. (The New York Review, 27 octobre 1983) croit pouvo (...)
  • 36 On peut ajouter les interrogatoires, non contradictoires, trente ans après les faits, des protagoni (...)

32Le poids attaché par les accusateurs de Julius Rosenberg au « témoignage » de Tartakow surprend35. Il permet de mettre en doute l’objectivité de la méthode que Radosh et Milton ont employée pour écrire leur ouvrage36. Surtout ce témoignage suspect ne contribue en aucune façon à apporter, au-delà du procès lui-même, la preuve de la culpabilité de Julius Rosenberg. Il est utilisé pour créer un climat de trouble, vaguement inquiétant, qui ne saurait suffire à l’historien pour trancher catégoriquement avec certitude. Les faits n’établissent pas plus le rôle de maître espion attribué à Julius parmi ses amis « disparus ».

3. Les amis disparus de Julius

  • 37 D’après R. et M., chap. V « The Other Spy Ring » (p. 104-129). James Weinstein {In These Times, 14- (...)

33Pour faire de Rosenberg le maître espion d’un réseau, encore faut-il en présenter les membres, opérant après la Seconde Guerre mondiale. On les trouve parmi un groupe d’amis ingénieurs, souvent coreligionnaires, en tout cas camarades d’études et de parti, au City College de New York : William Perl, Joël Barr, Alfred Sarrant (sans compter Morton Sobell poursuivi avec Julius Rosenberg). Julius Rosenberg aurait été leur chef d’orchestre invisible. Aucun des membres de ces réseau n’a été poursuivi. Aucun lien d’espionnage n’a été établi entre eux et Julius Rosenberg. Julius s’est rendu à Ithaca au moins une fois, où Alfred Sarrant habitait comme l’a rapporté Weinstein. Or le FBI n’a rien découvert de plus. Joël Barr a quitté les États-Unis dès 1947. Tous les deux se sont finalement réfugiés en Union Soviétique, après l’arrestation de Julius. Ils ont ainsi signé des aveux de culpabilité. Mais quelle culpabilité ? Il ne s’agissait en tout cas que d’espionnage industriel37. Ici encore, il faut constater que ce procès n’a pas été fait à Julius Rosenberg. Il a été poursuivi et condamné pour avoir communiqué à l’Union Soviétique le secret de la bombe atomique.

  • 38 Aujourd’hui le Professeur Glazer trouve la confirmation de sa conviction dans le livre de R. et M. (...)
  • 39 Comme l’écrit le Professeur K.-O. Reilly, dans son compte-rendu de R. et M. (Am. Historical Review, (...)

34Nous avions ceux qui, comme les Schneir pour la défense et Radosh et Milton pour l’accusation, osent mettre un point final au drame des Rosenberg. Sans doute dès la fin du procès, des hommes de bonne foi ont opposé leurs convictions tels Nathan Glazer et le Professeur Malcom Sharp38. À l’époque, nous avons lu les pièces du procès et exprimé notre doute. Nous persistons à penser après la publication des documents secrets que le jugement définitif sur la culpabilité ou l’innocence de Julius Rosenberg dans le cadre du procès qui lui a été fait doit continuer à être suspendu39.

Notes

1 Supra, p. 60. Dans son interrogatoire initial par le FBI (22 mai 1950), Gold a d’abord placé cette visite aux Greenglass en septembre 1945. Mais Greenglass était en permission en septembre. Il n’a donc pu rencontrer à cette date Gold à Albuquerque.

2 S., p. 381 ; R. et M., p. 459. La fiche d’enregistrement porte au recto que Gold s’est inscrit à l’hôtel le 3 juin à 12 h 36 – pour la journée jusqu’à 20 h 30 ; au tarif de 1 dollar 50 (chambre 1001). Cf. supra, p. 63, note.

3 The Judgment of Ethel and Julius Rosenberg (1er édition 1955 – édition révisée, brochée 1977). Sur ce point, R. et M. raillent la naïveté de Wexley : « ... Gold n’est sans doute pas le premier voyageur de commerce, un peu las, ayant quelques heures à tuer dans une ville peu familière, qui a pris une chambre dans un hôtel confortable pour faire un somme. Dans les hôtels, les femmes de chambres voient des choses plus étranges que cela. » (p. 457 et 459, citant Wexley, éd. de 1977, p. 328-33.)

4 Chapitre 29 « The Hilton Hôtel Gard », p. 378-390.

5 Voir l’interprétation donnée par S. des documents secrets, en maintenant leur conclusion. L’histoire des services secrets montre assez que leurs agents n’hésitent pas à ourdir des machinations contre des personnes soupçonnées de crimes ou de délits. À Los Alamos même, le témoignage récent d’un savant d’origine polonaise, Joseph Rotbalt, en donne un exemple. Rotbalt est envoyé à Los Alamos pour le Gouvernement britannique pour y « travailler » à la bombe. Il demande vers la fin de 1944 à rentrer dans son pays d’adoption pour des raisons de conscience. Le chef des services de renseignements l’accuse alors d’être un espion. Ses agents font état contre lui de conversations fabriquées. Heureusement il peut se disculper (« Pourquoi j’ai cessé de travailler sur la bombe », The Times, 17 juillet 1985).

6 P. 455-470.

7 L’expert graphologue consulté par S. a examiné des copies des fiches d’hôtel de Gold de juin et septembre 1945 rédigées (en ce qui concerne les parties concernant l’hôtel) par Anna Kinderknecht et plusieurs spécimens de l’écriture de celle-ci. L’examen de l’expert et ses conclusions (S., p. 386-387) ont porté essentiellement sur les deux fiches. L’argument tiré des modifications dans l’écriture de A.K. n’est donc pas très sérieux (R. et M., p. 463).

8 R. et M. (p. 577, notes 462-63) citent H. Packer « The Strange Trial of the Rosenberg », New York, Rev. of Books, 3 février 1966, p. 5-7).

9 Mémoire de 84 pages du 24 septembre 1965 (archives des avocats Ballard et Hamilton) : R. et M., p. 467-468).

10 Cité par R. et M., p. 44 : déclaration signée par Gold du 22 mai 1950, 7 p. (Gold File) ; et du 2 juin 1950, faite aux agents R.-E. Brennan et T. Scott Miller (FBI Memo de Ladd à Hoover, Directeur du FBI) (Gold File).

11 R. et M., p. 469-470, 578, p. 469-70. Rapport du 5 février 1951 de l’Agent Spécial Henry L. McConnell (Dossier Rosenberg).

12 Déclaration de Gold du 22 mai 1950 au FBI (Doc. 68 du FBI (Washington), cité par S., p. 447 et 509 note) Plus tard, après la lecture du livre de S., Gold fait une longue déclaration datée du 24 septembre 1965 à ses avocats (Hamilton et Ballard) dans laquelle il revient sur sa nuit couché à même le sol dans ce garni minable, plein à craquer, sans aucune intimité, alors qu’il doit protéger les documents secrets remis par Fuchs (d’après R. et M., p. 468 et 578 note). Mais Gold n’identifie toujours pas ce garni. Il indique simplement que le matin il dépose ses bagages à la consigne de la gare à peu près à mi-chemin entre le garni et le Hilton. R. et M. ne s’intéressent pas plus à cette identification. Dans son mémoire de 1965 à ses avocats, Gold indique que la recherche de son lieu de séjour pendant la nuit de ce samedi de juin n’a pas paru importante au FBI (R. et M., p. 468). Mais il se garde bien d’en parler avec précision à ce moment-là. Il ne dit rien du lieu exact de ce garni misérable.

13 Voir supra, p. 61, p. 211 de R. et M. et 150 de la traduction.

14 Gold, à l’en croire, aurait demandé à ses amis de l’argent par télégramme, pour couvrir ses frais de voyage de Chicago à Santa Fe. (Déclaration de Gold à son avocat Hamilton, cité par S., p. 414 et 506). La fiche d’hôtel du Hilton montre que Gold s’est fait enregistrer le 19 septembre à 12 heures 34 pratiquement à la même heure qu’en juin. On peut se demander si en juin et en septembre, il n’est pas arrivé à Albuquerque à la mi-journée et s’est rendu directement à l’hôtel.

15 R. et M., p. 464-467.

16 S., p. 419-422.

17 R. et M., p. 467, 158-162 ; 517-518. S., p. 461-462. Voir plus haut ce revirement de dernière heure de Gold. Gold n’a de plus fait état comme signe de reconnaissance de la seconde moitié d’un couvercle en carton de boîte de Jello qu’après avoir indiqué que ce signe de reconnaissance était un morceau de papier pelure (R. et M., p. 211-212). Enfin il place d’abord sa rencontre avec les Greenglass en septembre 1945.

18 Sur tous ces points, R. et M., p. 291-297, et les notes p. 533-536 ; S., p. 475-479.

19 R. et M., p. 314-317. D’après ces auteurs, Tartakow aurait remis à Me Bloch une lettre de recommandation d’Eugène Dennis, le Secrétaire Général du Parti Communiste des États-Unis. Toutefois, ils n’ont pas vu cette lettre et relatent en note (p. 541 note 14 et p. 535 note 293) qu’une source anonyme proche de la défense leur a confirmé que Tartakow avait été recommandé à Me Bloch par Eugène Dennis. Cf. infra, p. 133.

20 Du 14 janvier 1953. R. et M. (p. 317, 543 note) qui mentionnent ce document, n’indiquent pas s’ils ont eu connaissance de son texte intégral et ne fournissent aucune référence aux documents secrets du FBI. De son côté, S. (p. 477) fait état d’un autre mémorandum « Top Secret », du 5 juin 1953, de Hoover du Département de la Justice, mentionnant que le Bureau possède des preuves secrètes des activités d’espionnage des Rosenberg ; d’après eux ce mémorandum n’a pas été rendu public.

21 S., p. 476 ; R. et M., p. 292-93. À ceux qui ne peuvent pas croire qu’un « espion expérimenté » se soit ainsi confié à un co-détenu, cherchant à gagner sa confiance, ce qui n’aurait manqué d’éveiller ses soupçons (J. Wexley, The Judgment of Julius and Ethel Rosenberg, New York, 1977, p. 231-32), R. et M. répondent qu’on peut de la même façon suggérer qu’il n’est pas surprenant qu’un espion du type de Julius non professionnel et imprudent, ait placé sa confiance en Tartakow, comme il l’avait donnée à des personnes aussi peu sûres que les Greenglas et Elitcher (p. 534, note). Espion expérimenté ou amateur, Julius ne pouvait ignorer, en se confiant à Tartakow, que leurs conversations devaient être « surveillées » par le FBI.

22 R. et M. invoquent le témoignage différent de John Gates et d’un journaliste d’extrême gauche dont ils respectent l’anonymat (p. 535 note). Si Dennis a « recommandé » ainsi Tartakow à Rosenberg pendant leur commun séjour en prison, Me Bloch l’aurait su. On ne comprend pas pourquoi Dennis aurait alors écrit une lettre de recommandation à Me Bloch en faveur de Tartakow (supra, p. 177, n. I). Me Bloch a pu accueillir les offres de service de Tartakow simplement parce qu’il savait que celui-ci jouait aux échecs avec Julius.

23 C’est la thèse de S. (p. 476). D’une façon générale les faits allégués par Tartakow sont connus ou supposés par les enquêtes déjà menées par le FBI. Par ailleurs, Tartakow a pu imaginer certains faits plausibles dans la perspective de la culpabilité de Rosenberg.

24 D’après R. et M. (p. 206). Le President de la Cour d’Appel Swan reprocha à Saypol d’avoir eu une conduite « totalement répréhensible », sans que la Cour puisse pour des raisons techniques, en l’absence de conclusions à cette fin à l’audience, prononcer l’annulation du procès criminel (Arrêt du 31 décembre 1952).

25 Il est acquitté sur deux autres chefs d’accusation : avoir faussement déclaré qu’il ne connaissait pas Sobcll, Anne Sidorovich et son mari.

26 R. et M., p. 298.

27 Il n’est au surplus pas même sûr que les documents en cause aient été empruntés et sortis par Perl. W. et M. Schneir, lettre à la New York Review du 29 septembre 1983 (p. 55-56, note 4).

28 En 1956, dans un article du New Leader (2 juillet), un jeune sociologue, Nathan Glazer, affirme sa conviction de la culpabilité des Rosenberg après une double lecture attentive de la sténographie du procès. Il évoque un réseau d’espionnage gravitant, selon le FBI, autour de Julius Rosenberg et y note longuement la présence de William Perl, le savant le plus important parmi eux. Aujourd’hui, professeur d’éducation et de sociologie à Harvard, Glazer a rendu compte de l’ouvrage de R. et M. (Commentary – octobre 1983). Il ne mentionne pas Perl. Pourtant R. et M. ont conclu qu’il n’a jamais été définitivement établi que « William Perl ait ou non fourni des documents aux Soviets par l’intermédiaire de Julius » (Lettre au New York Times du 14 octobre ; Cf. R. et M., p. 303). Dans leur lettre au New York Times, R. et M. soulignent d’ailleurs que leur discussion de l’affaire Perl avait pour seul objet de confirmer la crédibilité de Tartakow. On peut douter qu’ils aient réussi.

29 L’ouvrage de S. décrit dans le détail les persécutions dont Perl a été victime de la part du FBI (p. 288-292). R. et M. révèlent que la rage du FBI et de son directeur Hoover le poursuit dans sa prison – et les tâches de technique ou d’enseignement qu’il a sollicitées, compte tenu de ses qualifications, le conduisent au nettoyage des latrines (p. 303).

30 R. et M., p. 312 ; R. et M. acceptent en définitive la crédibilité de Tartakow en s’appuyant sur le fait que le FBI ne connaissait pas les rapports entre Julius Rosenberg, Max Finestone et James Weinstein – et n’a donc pu souffler cet incident à Tartakow : « Le mémo de Tartakow... est ainsi confirmé complètement et d’une façon indépendante par l’interview que nous avons eue avec James Weinstein » (p. 474). Rien n’est moins sûr. Il faudrait au moins attendre que les trous du FBI dans leur communication des documents secrets au public aient été comblés. La conclusion absolue de R. et M. est donc pour le moins prématurée.

31 Analyse des déclarations de Weinstein et de Finestone telles qu’elles sont rapportées par R. et M., p. 311-314.

32 En tout cas la déclaration de Weinstein ne justifie pas la conclusion du Professeur Dershowitz dans sa lettre au New York Times (18 septembre 1984) : « Elle apporte, avec les informations données indépendamment par Tartakow, la preuve de la culpabilité de Julius Rosenberg ». Elle n’apporte même pas la preuve que Julius Rosenberg ait « recruté » Finestone pour le « travail secret » dont il aurait parlé à son camarade d’études et de parti. De même, contrairement aux affirmations de R. et S., Weinstein ne révèle ni dans sa déclaration ni dans son compte rendu (In These Times) (14-20 sept. 1983) aucun fait dont il aurait eu personnellement et directement connaissance sur l’existence d’un réseau d’espionnage postérieur à la guerre.

33 R. et M., p. 295. 11 semble que le FBI n’ait pas communiqué le texte de cette lettre (si elle existe) mais un résumé par télex envoyé par un agent de E. Hoover (loc. cit., p. 536 note 595).

34 Cf. les commentaires embarrasses de R. et M. (p. 265-266) et ceux de S. (p. 151-153 et 180-183).

35 Murray Kempton dans son compte rendu de R. et M. (The New York Review, 27 octobre 1983) croit pouvoir écrire que Tartakow a peint le portrait le plus persuasif de Rosenberg : son sens de la grandeur, de sa place dans l’histoire. Mais cette appréciation toute littéraire de l’homme ne permet pas d’en induire la réalité des faits.

36 On peut ajouter les interrogatoires, non contradictoires, trente ans après les faits, des protagonistes du drame ou de témoins nouveaux dont certains contesteront l’interprétation donnée par R. et M. à leurs réponses.

37 D’après R. et M., chap. V « The Other Spy Ring » (p. 104-129). James Weinstein {In These Times, 14-20 sept. 1980) écrit que les faits rapportés par R. et M. n’ont de sens que « s’il existait vraiment un réseau d’amis personnels et politiques se livrant ensemble à l’espionnage industriel ».

38 Aujourd’hui le Professeur Glazer trouve la confirmation de sa conviction dans le livre de R. et M. Malcom Sharp a disparu. Mais l’un de ses disciples, le Professeur Anastaplo de l’Université Loyola, à Chicago, nous assure qu’il avait conservé lui aussi sa conviction.

39 Comme l’écrit le Professeur K.-O. Reilly, dans son compte-rendu de R. et M. (Am. Historical Review, 89, juin 1984, p. 874) : « Radosh et Milton écartent l’effort tenté par W. et M. Schneir (pour démontrer l’innocence) en le qualifiant de « mémoire en défense »... appréciation raisonnable qui pourrait être tout aussi facilement retournée en qualifiant le « The Rosenberg File » de « mémoire pour l’accusation » qui va bien au-delà des débats qui ont eu lieu dans la salle d’audience... »

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search