Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

IX. Finale

Texte intégral

1Le 28 mars 1951, le Jury se retira à 4 h 53 de l’après-midi. À minuit, il avait fixé le verdict de deux des accusés, Ethel et Julius Rosenberg. Le sort de Morton Sobell était donc en suspens. Le lendemain matin, le Jury déclare que les trois accusés sont coupables. Restait au Président de la Cour à prononcer les condamnations.

  • 1 Sam Roberts, op. cil., p. 378-379, reprend ces informations d’un article de Ted Morgan paru dans Es (...)

2Le verdict de culpabilité exige l’unanimité. Un des jurés, James Gibbons, hésitait. Il fallut attendre le lendemain. Selon le président du jury, il l’aurait convaincu en lui rappelant que le complot des Rosenberg conduisait à sa propre destruction et à celle de sa femme et de ses enfants. Gibbons explique autrement son revirement et sa bonne conscience : « Je me sentais comme Ponce Pilate se lavant les mains »1.

Sentence de mort

3Quand Julius et Ethel Rosenberg comparaissent à l’audience de condamnation, le 5 avril, leur avocat, Me Bloch, rappelle « à la Cour et au monde entier » que ses clients ont toujours clamé leur innocence. « Ils la proclament encore », ajoute-t-il. « J’ai cru en leur innocence, je continue d’y croire, et je sens qu’il est de mon devoir de continuer, comme par le passé, à tout faire pour tenter de faire connaître la vérité et toute la vérité. Si les accusés avaient été jugés en 1945 », souligne Me Bloch, « y aurait-il eu le vacarme et l’hystérie qui ont accompagné le déroulement de cette procédure criminelle ? »

4Le Juge l’interrompt alors : « Vous passez sous silence un point très important. Leurs activités n’ont pas cessé en 1945, et il existe des preuves montrant qu’ils ont poursuivi leurs activités d’espionnage même lors d’une période où il était apparent pour tout le monde que nous étions face à une nation hostile ».

5« L’Histoire tourne », lance comme un avertissement l’avocat de la défense. « L’Union Soviétique était notre alliée dans une guerre contre l’ennemi commun. Aujourd’hui, bien que nous ne soyons pas en guerre contre l’Union Soviétique, ce pays est considéré comme un ennemi des Ét́ats-Unis. Qui sait si demain les États-Unis et l’Union Soviétique ne trouveront pas à se mettre d’accord pour résoudre leurs différends afin que tous les peuples puissent trouver cette paix à laquelle nous aspirons tous ? »

6Dans son commentaire du verdict, le Juge Kaufman ne fit pas mystère de son opinion :

« Ce jour est triste pour l’Amérique. Que des citoyens de notre pays se soient prêtés à la destruction de leur propre nation par l’arme la plus destructrice connue au monde, cette pensée est si choquante que je ne peux trouver les mots pour décrire ce crime écœurant ».

7Tel fut encore le thème principal de son jugement de condamnation :

« Des citoyens de ce pays qui trahissent leurs concitoyens n’ont pu conserver aucune des illusions qu’ils avaient pu avoir avant la Deuxième Guerre Mondiale sur le caractère bienfaisant du régime soviétique. La nature du terrorisme russe est aujourd’hui claire aux yeux de tous. Aussi toute motivation idéaliste le concernant est en raison nulle et non avenue...
Dans cette affaire, le problème de la condamnation se pose dans un contexte historique unique. Il est très difficile de faire comprendre aux gens que ce pays est engagé dans une lutte de vie et de mort contre un système entièrement différent du nôtre. En même temps que ces deux forces antagonistes opèrent au grand jour, l’ennemi emploie – et ce procès le montre bien – des agents secrets aussi bien que publics, recrutés au sein même de notre peuple. Toutes nos institutions démocratiques sont, dès lors, directement menacées dans ce grand combat. Je crois que jamais encore dans notre histoire nous ne fûmes, au degré où nous le sommes aujourd’hui, confrontés à un tel défi. Notre existence même est en cause.
... Les Rosenberg ont fait le choix de se vouer aux Russes, à leur idéologie qui nie Dieu, la sainteté de l’individu, et agresse partout les hommes libres au lieu de servir la cause de la liberté.
« Je considère que votre crime est pire que le meurtre. Un meurtre entièrement délibéré et prémédité est insignifiant comparé au crime que vous avez commis. Commettant un acte meurtrier, le criminel ne tue que sa victime. La proche famille est plongée dans la douleur et quand justice est faite, le chapitre est clos. Mais dans votre cas, j’estime que votre action, mettant la bombe À entre les mains des Russes, des années avant que, selon nos meilleurs savants, les Russes eussent été capables de la fabriquer, a déjà été la cause, à mon avis, de l’agression communiste en Corée et a occasionné la mort de plus de 50 000 victimes. Et qui sait si des millions d’autres innocents ne paieront pas encore le prix de votre trahison ? En vérité, par votre félonie, vous avez sans aucun doute modifié le cours de l’histoire au désavantage de notre pays. Personne ne peut nier que nous vivons dans un état constant de tension. Nous avons la preuve des conséquences de votre traîtrise autour de nous chaque jour. En effet, les activités de défense civile qui ont lieu dans tout le pays ont pour but de nous préparer à une attaque atomique.
On ne peut pas dire non plus, pour atténuer votre crime, que la puissance, qui a organisé ces activités d’espionnage et en a bénéficié, n’était pas ouvertement hostile aux États-Unis à l’époque du complot. Si elle ne l’avait pas été et que vous l’invoquiez comme excuse, l’erreur que vous auriez commise en vous plaçant au-dessus de nos autorités dûment constituées et de la décision de ces autorités de ne pas partager ces informations avec la Russie, cette erreur doit être aujourd’hui évidente pour tous.
... Il est prouvé, sans doute possible, que Julius Rosenberg fut l’instigateur de la conspiration. Cependant – ne nous trompons pas sur le rôle que sa femme, Ethel Rosenberg, a joué dans le complot. Au lieu de le dissuader de poursuivre sa cause honteuse, elle l’a encouragé et lui a donné son assistance. C’était une femme mûre, adulte, âgée de presque trois années de plus que son mari et plus vieille de sept ans que son frère cadet. Elle a été une associée à part entière dans ce crime.
Bien plus, Julius et Ethel Rosenberg plaçaient la dévotion à leur cause au-dessus de leur sécurité personnelle et ils étaient conscients qu’ils sacrifiaient leurs propres enfants si leurs actes criminels étaient découverts. Mais cela ne les incita pas à renoncer à leur but. L’amour de la cause qu’ils avaient choisie dominait leurs vies – il était plus grand même que l’amour qu’ils portaient à leurs enfants. Ce que je vais dire n’est pas facile pour moi. J’en ai délibéré pendant des heures, des jours et des nuits. J’ai soigneusement pesé les preuves. Chaque nerf, chaque fibre de mon corps a été mis à l’épreuve. Je suis aussi humain que le peuple qui m’a donné le pouvoir de prononcer condamnation. Je suis, sans le moindre doute, convaincu de votre culpabilité. J’ai examiné les dossiers. J’ai consulté ma conscience, pour trouver des motifs de clémence, car il est humain de faire preuve de clémence et il est naturel de chercher à sauver des vies. Je suis convaincu, cependant, que je violerais la foi sacrée et solennelle que le peuple de ce pays a placé entre mes mains, si je montrais de l’indulgence pour les défendeurs Rosenberg.
Il n’est pas en mon pouvoir, Julius et Ethel Rosenberg, de vous pardonner. Seul le Seigneur peut vous donner grâce pour ce que vous avez fait. La sentence de la Cour prononcée contre Julius et Ethel Rosenberg pour le crime dont vous avez été reconnus coupables est, vous êtes, en conséquence, condamnés à la peine de mort ».

*
* *

8Le caractère odieux, déséquilibré et au surplus sans fondement, des motifs donnés par le Juge Kaufman à sa sentence de mort, évoque les procès de sorcellerie. Tout au long du procès, l’attitude de Kaufman a laissé apparaître qu’il était convaincu de la culpabilité des Rosenberg et ses « instructions » au Jury ont été rédigées avec une habileté et une rigueur juridique consommées pour éviter la moindre faille ouvrant la possibilité d’une cassation et d’un nouveau procès.

9Pourtant Kaufman ne pouvait ignorer que plusieurs mois avant que Greenglass ait remis à Julius (s’il l’a fait) le secret de la bombe atomique, K. Fuchs l’avait révélé à l’Union Soviétique avec toutes les précisions nécessaires. Il ne pouvait ignorer que le Président et les experts de la Commission de l’Énergie atomique des États-Unis et avant eux le Général Groves, directeur du Projet Manhattan, considéraient les renseignements fournis par Greenglass comme insignifiants. Aussi bien R. et M. reconnaissent que Kaufman était emporté par une passion irrationnelle (p. 283-284). Bien plus, les documents secrets révèlent de la part du Juge Kaufman une véritable forfaiture. Il ne pouvait ignorer que le FBI et le Ministère Public, comme on le verra dans la seconde partie de cette étude, n’avaient poursuivi et ne continuèrent de poursuivre Ethel Rosenberg que pour faire pression sur Julius. Ce chantage s’est maintenu jusqu’aux dernières minutes précédant l’exécution. Au moment de prononcer sa sentence de mort, et contrairement à ses affirmations solennelles et pathétiques, le Juge Kaufman n’était pas seul devant Dieu. Et par la suite Kaufman est intervenu « avec des efforts extraordinaires », selon R. et M., pour que l’exécution ait lieu le plus rapidement possible (p. 290). Commentaire de 1985 ; voir infra, p. 146.

Trente ans

10Puis la Cour prononce la condamnation de Morton Sobell. « Les preuves fournies dans cette affaire ne montrent aucune activité de votre part concernant le projet de la bombe atomique. Je ne peux agir par hystérie ni être motivé par le désir de faire une chose populaire. Je dois reconnaître que vous êtes impliqué dans ce crime à un degré moindre. C’est pourquoi je vous condamne au maximum de la peine de prison prévue par la loi, à savoir trente ans ».

Quinze ans

11Le lendemain, David Greenglass est appelé à comparaître pour entendre sa sentence. L’avocat des États-Unis, Saypol explique que la preuve du crime des Rosenberg n’aurait pas été faite sans les informations fournies par des gens comme Max Elitcher, Harry Gold, Ruth Greenglass et l’accusé David Greenglass. « Le choix que j’ai fait de ceux qui seraient poursuivis n’a pas à être débattu ici ».

12La réalité, révélée par les documents secrets, est quelque peu différente. Au début de l’affaire, un accord était intervenu entre l’avocat Rogge et un représentant du Ministère Public fédéral de New York pour que Greenglass dépose devant un juge fédéral à New York des conclusions dans lesquelles il reconnaissait sa culpabilité. Ce qui fut fait. Aucun accord exprès n’était conclu sur la peine qui serait prononcée. D’après R. et M., une sorte de Gentleman ’s understanding intervint qui impliquait que David ne se verrait pas infliger une peine supérieure à 5 ans de prison. Mais Saypol ne se considérait pas lié par ce qui avait pu se passer entre son collaborateur et l’avocat Rogge. En tout cas, le Juge Kaufman prononça la peine même que Saypol avait requise à l’audience (R. et M., p. 283-287, 352).

13L’avocat de David Greenglass, Me Rogge, confirme l’exposé de Saypol. Il souligne que David a coopéré avec le Gouvernement « et ce presque depuis le début ». Un des arguments que Rogge développe en faveur de David concerne le fait que, de 1945 jusqu’en 1948, les idées concernant l’Union Soviétique étaient « confuses ». Il cite un auteur conservateur, du Herald Tribune, rappelant que le peuple américain « était invité à aimer et à aider la Russie comme amie et alliée ». Il rappelle que le Général MacArthur avait envoyé un télégramme de chaudes félicitations à l’Armée Rouge, que le Président du District du Bronx avait instauré une « Journée de l’Armée Rouge ». Bien des gens plus avisés que David Greenglass ont parlé de l’assistance et de l’admiration qu’il fallait porter aux Soviétiques.

14Le Président de la Cour Kaufman est quelque peu troublé par cet argument et le dit.

15L’avocat poursuit : « Nous surestimons peut-être l’importance de l’assistance que les Greenglass ont apporté... Je ne pense pas que les Russes aient eu besoin de se donner tant de mal pour obtenir ces informations. Il leur suffit de lire nos publications. Je veux dire que nous faisons connaître presque tout ce que nous faisons ». Ici encore, le Juge se sentit contraint d’intervenir : « Eh bien, M. Rogge, je ne pense pas que cet argument soit très pertinent, car votre client a témoigné – je suis sûr qu’il a dit la vérité, à tous égards –, il a témoigné, si vous voulez bien vous en souvenir, du caractère vital des informations qu’il a données à Julius Rosenberg ».

  • 2 David Greenglass a été libéré en 1960, dix ans après sa condamnation.

16Quoi qu’il en soit, la Cour n’entendait pas prononcer une peine inférieure à celle que le Gouvernement avait requise et elle condamne David Greenglass à quinze ans d’emprisonnement parce que : « Il s’est repenti et il a amené devant la Justice ceux qui (l’) avaient recruté dans cette cause »2.

*
* *

Notes

1 Sam Roberts, op. cil., p. 378-379, reprend ces informations d’un article de Ted Morgan paru dans Esquire, mai 1975. Il estime ce souvenir « peu satisfaisant ». D’autres jurés ont assuré Gibbons qu’il n’aurait pas le verdict – anonyme et unanime – sur la conscience. J’ignorai l’article d’Esquire en 1986.

2 David Greenglass a été libéré en 1960, dix ans après sa condamnation.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search