Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

IX. Finale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 28 mars 1951, le Jury se retira à 4 h 53 de l’après-midi. À minuit, il avait fixé le verdict de deux des accusés, Ethel et Julius Rosenberg. Le sort de Morton Sobell était donc en suspens. Le lendemain matin, le Jury déclare que les trois accusés sont coupables. Restait au Président de la Cour à prononcer les condamnations.

Le verdict de culpabilité exige l’unanimité. Un des jurés, James Gibbons, hésitait. Il fallut attendre le lendemain. Selon le président du jury, il l’aurait convaincu en lui rappelant que le complot des Rosenberg conduisait à sa propre destruction et à celle de sa femme et de ses enfants. Gibbons explique autrement son revirement et sa bonne conscience : « Je me sentais comme Ponce Pilate se lavant les mains »1.

Sentence de mort

Quand Julius et Ethel Rosenberg comparaissent à l’audience de condamnation, le 5 avril, leur avocat, Me Bloch, rappelle « à la Cour et au monde entier » que ses clients ont toujours clamé leur innocence. « Ils la proclament encore », ajou...

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search