Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

VIII. La fuite (février-juillet 1950)

Texte intégral

1Dans sa déposition, David Greenglass déclare qu’en février 1950, il a eu deux entretiens, l’un avec un agent du FBI, l’autre avec Julius Rosenberg. Dans quel ordre, il ne se rappelle pas, de même qu’il ne garde pas un souvenir précis de l’entretien qu’il a eu avec le FBI. Il ne sait plus s’il a mentionné à ce moment-là le nom de Julius Rosenberg, mais il est persuadé qu’il n’a rien avoué de ses activités illégales à Los Alamos : « J’étais presque sur le point de le dire ». Greenglass est beaucoup plus précis en ce qui concerne la visite de Julius. Elle a lieu quelques jours après que Fuchs eut été arrêté en Angleterre. Julius lui a dit : « Tu te souviens de cet homme qui est venu vous voir à Albuquerque ? Eh bien, Fuchs était aussi un de ses contacts ». Selon Julius, le visiteur d’Albuquerque sera bientôt arrêté et David doit impérativement quitter le pays. Ce dernier lui oppose deux objections : « Je lui dis que j’aurais besoin d’argent pour payer toutes mes dettes afin de partir l’esprit libre. Rosenberg... ne considérait pas comme nécessaire que je m’inquiète pour cela, j’insistai. Alors, il me dit qu’il obtiendrait des Russes l’argent dont j’avais besoin ». En second lieu, David ne trouve pas prudent d’aller au Consulat pour demander un passeport. Julius lui fait remarquer qu’ils ont laissé partir des gens beaucoup plus importants : « Oui, ils ont laissé partir Joël Barr– il faisait partie de notre réseau d’espionnage ». Mais David n’est pas convaincu et demande pourquoi « l’autre type »– il veut parler de Gold – « n’est pas parti ». « C’est encore quelque chose de différent », lui répond Julius. De nouveau, vers le vingt avril, Julius revient le voir et lui dit qu’il faut quitter le pays. Toutefois, il ne lui apporte pas d’argent. Julius lui remet de l’argent le lendemain du jour de l’arrestation de Harry Gold, le 23 mai 1950. Il se rend chez David et lui montre le Herald Tribune où est imprimée une photo de Gold : « Voilà l’homme que tu as vu à Albuquerque ». Cette photographie ne permet pas à David de le reconnaître. Julius lui donne 1 000 dollars et lui dit qu’il en recevra 6 000 de plus. Il vont faire une promenade au cours de laquelle Julius lui explique comment il doit procéder pour quitter le pays.

2David doit tout d’abord aller au Mexique avec sa famille. Pour cela, il a besoin d’une carte de touriste qu’il peut obtenir à la frontière, ainsi que du certificat d’un médecin, déclarant qu’ils ont été vaccinés contre la variole. Des photos d’identité seront également nécessaires. Arrivé à Mexico, David écrira au secrétaire de l’Ambassadeur de l’Union Soviétique. Julius lui donne un modèle de lettre à apprendre par cœur et qu’il signera I. Jackson. Trois jours plus tard, David devra se rendre Plazza de La Colon, un guide touristique à la main, et contemplera la statue de Christophe Colomb. Il tiendra le guide ouvert en plaçant son médium à l’intérieur des pages. Il ira vers cinq heures de l’après-midi. Un homme s’approchera de lui auquel il s’adressera en ces termes : « C’est une statue magnifique. Je suis de l’Oklahoma et je n’en ai jamais vu de semblable auparavant ». L’homme répondra : « Oh ! Il y a des statues beaucoup plus belles à Paris ». Telle était la procédure qui leur permettrait de se reconnaître. David entrerait alors en possession de passeports et recevrait de l’argent. Il devrait continuer son voyage, en passant par Vera Cruz à destination de la Suède ou de la Suisse, « l’un ou l’autre ». En Suède, à Stockholm, il devrait aller devant la Statue de Linné, trois jours après avoir envoyé au secrétaire de l’Ambassadeur de l’Union Soviétique, la lettre signée I. Johnson, qu’il avait apprise par cœur. Il serait joint et identifié comme il l’avait été au Mexique et son contact lui donnerait des titres de transport pour la Tchécoslovaquie. Une fois en Tchécoslovaquie, il devrait de nouveau écrire à l’Ambassadeur de l’Union Soviétique qu’il était arrivé. Quant à ce qui se produirait par la suite, il l’ignorait. Dans son témoignage, David ne dit rien de ce qu’il était supposé faire en Suisse s’il s’y rendait et aucune question ne lui fut posée à ce sujet. En ce qui concerne les photos d’identité nécessaires à l’établissement des passeports, Julius a besoin de cinq exemplaires de chacune des photos exigées : il devrait y avoir une photo représentant David et une autre sa femme, une autre sa femme et les enfants, une autre lui-même et les enfants et une dernière rassemblant toute la famille. En dernier lieu, Julius suggère à David de prendre un avocat avant de quitter le pays au cas où il serait arrêté. David remet les 1 000 dollars à sa femme qui les utilise pour payer des factures et les dépenses de la maison.

Déposition de Ruth

3Dans sa déposition, Ruth déclare qu’elle était à la maison lorsque Julius leur rendit visite en mai 1950. Elle assiste à l’entretien et l’entend parler à David en ces termes : « Tu seras le prochain à être arrêté. La prochaine arrestation aura lieu probablement entre le 12 juin et le 16 juin. Il faut que vous quittiez le pays avant cette date ». Ruth n’a pas la moindre envie de partir. « Nous ne pouvons aller nulle part, nous avons un bébé de dix jours ». Julius lui répond alors : « Ton bébé de mourra pas. Il y a des bébés qui naissent sur les océans et dans les trains tous les jours. Mon médecin m’a dit que si vous emportez assez de lait en boîte et faites bouillir l’eau, le bébé se portera bien ». Julius leur dit qu’il faut qu’ils partent en Union Soviétique. Il demande à Ruth si elle peut obtenir d’un médecin qu’il lui donne un certificat attestant qu’ils ont tous été vaccinés contre la variole. Elle se refuse à demander une fausse attestation. « Cela ne fait rien », dit Julius, « Je m’en occuperai, mon docteur voudra bien me le donner ». Il ajoute en remettant l’argent à David : « Achetez tout ce dont vous avez besoin. Ne faites pas de dépenses trop voyantes. Vous avez un mois pour dépenser cet argent et je vous en apporterai encore... » Une partie de l’argent – 500 dollars – est déposée à la banque le 14 juin. Cette somme est destinée à payer le bungalow que son mari a loué à la campagne. Ruth explique aussi qu’elle a dû aller à l’hôpital et que son mari ne veut pas que l’argent reste à la maison quand il n’y a personne.

4En fait les Greenglass n’ont pas utilisé ces 1 000 dollars pour rembourser des membres de leur famille et permettre à David de partir « l’esprit libre ». Ruth aussi a déclaré qu’elle ne souhaitait pas mettre ces gens en difficulté. En réalité, l’argent leur sert à régler des commerçants. « Nous avons commencé à rembourser ces dettes dès que mon mari commença à travailler pour Arma. Et aussi, nous avions acheté des meubles à crédit que nous avons payé avec ces 1 000 dollars. Nous avons également réglé une dette que nous avions contractée auprès de la National City Co. Nous avons rendu l’argent que nous devions à un voisin. J’ai payé une machine à écrire que nous avons achetée à crédit ». Ruth se souvient que David et Rosenberg ont parlé de la somme que son mari exigeait en échange de ses actions pendant le mois de mai 1950 mais pas lors de leur entretien du 24 mai : « Quand on a envie de quitter le pays – et en supposant que nous le voulions, on ne se préoccupe pas d’être remboursé d’un investissement », dit-elle.

Déposition de Julius Rosenberg

5Le récit de Julius Rosenberg est tout différent. Vers le milieu de mai 1950, David arrive un matin à son magasin et l’emmène dehors pour lui parler. Ils marchent jusqu’au parc situé en face du magasin et David dit à Julius qu’il doit immédiatement lui trouver 2 000 dollars. Julius répond qu’il n’a pas cette somme. David est très énervé et refuse de répondre aux questions de Julius. Il dit alors : « Si tu ne peux m’aider de cette façon, peut-être peux-tu faire autre chose pour moi ? »« De quoi s’agit-il ? » dit Julius, « si je peux t’aider, je le ferai ». « Veux-tu aller chez ton docteur et lui demander s’il veut bien faire un certificat de vaccination contre la variole ? »« Pourquoi ne vas-tu pas chez ton docteur ? »« Ne me pose pas cette question. Je ne peux pas le faire ». – « C’est irrégulier, mais je vais demander à mon médecin s’il accepte de le faire ». – « Ne lui dis pas pour qui c’est et incidemment, demande-lui s’il sait quel genre de vaccination il faut pour aller au Mexique ». Julius le presse encore de questions mais, extrêmement troublé et agité, David ne veut pas répondre.

6Ce soir-là, quand il rentre chez lui, Rosenberg raconte à sa femme la visite de David sans évoquer le départ au Mexique. Deux choses lui reviennent à l’esprit : l’interrogatoire auquel le FBI a soumis David au mois de février à propos d’uranium, ainsi qu’une conversation avec Ruth qui a eu lieu de nombreuses années auparavant. Mais Julius ne se souvient pas d’avoir fait part de ses réflexions à sa femme ce jour-là ou à une autre occasion. Quoi qu’il en soit, Ethel se rend compte que son jeune frère traverse une mauvaise passe et elle se fait du souci.

7Remplissant sa promesse, Julius parle à son docteur, le docteur Bernhard, qui le soigne régulièrement contre le rhume des foins. Après avoir téléphoné pour s’assurer qu’il sera chez lui, il se rend un soir à son domicile. Dans le salon, il rencontre un autre malade, un M. Schreier, qui s’entretient avec le médecin. « Ils parlaient de vacances en général et de celles que le docteur avait prises les années précédentes à Cape Cod. Il y avait un grand album de photographies ouvert et ils regardaient les photos. Ils me les montrèrent et nous en discutâmes ensemble. Nous avons également parlé de Miami, de la montagne. M. Schreier parti, j’ai alors parlé au docteur Bernhard de vacances au Mexique et lui ai demandé les conditions qu’il fallait remplir. Il me dit qu’une vaccination antivariolique est requise ; je lui demande alors s’il ferait un certificat de vaccination antivariolique pour quelqu’un qu’il n’aurait pas vacciné. Il répond par la négative et je ne continue pas la discussion plus avant mais il me donne des renseignements assez détaillés sur les vaccins dont a besoin une personne désireuse d’aller au Mexique ». Julius indique au docteur que la vaccination n’est pas pour lui car il a été déjà vacciné quelques années auparavant. Environ deux jours plus tard, Rosenberg se rend chez Greenglass. Il dit à David que le docteur n’accepte pas de délivrer un certificat de vaccination de complaisance. David lui répond alors qu’il s’en occupera lui-même.

8Au début du mois d’août 1950, le docteur Bernhard reçoit la visite de deux agents du FBI. Ils lui demandent si un M. Rosenberg l’a approché à un moment quelconque pour lui demander de signer un faux certificat de vaccination pour son beau-frère. Le Docteur leur répond qu’autant qu’il peut s’en souvenir, il n’a jamais été l’objet d’une telle démarche. Mais quelques jours après, il se souvient d’un coup de téléphone de M. Rosenberg et fournit volontairement des renseignements au FBI. Le docteur Bernhard a soigné les enfants Rosenberg pendant plusieurs années. Il a également soigné leur père. Plus précisément en mai 1950, Julius vient le voir régulièrement pour faire faire des piqûres contre le rhume des foins. M. Schreier est également un client du docteur. À l’époque, le docteur a beaucoup de photographies du Cape Cod qu’il montre à ses malades pour en parler avec eux. Pourtant il ne se souvient pas de la scène rapportée par Julius Rosenberg. Seule une conversation téléphonique qu’il a eue avec Rosenberg vers la fin du mois de mai 1950 lui revient à l’esprit : « Docteur », me dit-il, « je voudrais vous demander un service. Je voudrais savoir quels sont les vaccins dont on a besoin pour aller au Mexique ». J’hésitais un peu à lui répondre. Il me dit alors en riant : « N’ayez pas peur, ce n’est pas pour moi, mais pour un de mes amis ». Je lui appris qu’il lui faudrait se faire vacciner contre la typhoïde et contre la variole. Je lui demandais si son ami avait fait son service militaire, ajoutant que, si c’était le cas, il avait seulement besoin de rappels au lieu d’avoir à faire la série entière des vaccinations. Il me répondit : « C’est un ancien combattant ». Puis je lui demandais si son ami devait rester à Mexico City ou s’il se rendrait à l’intérieur du pays. S’il allait à l’intérieur, il aurait besoin d’être vacciné contre le typhus. Il me dit : « Oui, il ira probablement dans l’intérieur du pays ». Je lui dis que dans ce cas, il faudrait m’avertir un peu à l’avance, car je n’ai pas l’habitude de conserver les vaccins contre le typhus. Je devrais m’en procurer. Il me dit qu’il me le ferait savoir ».

*
* *

9Les accusateurs et l’accusé sont ici d’accord sur un fait : ils ont eu l’intention de demander au docteur de Julius de fournir un certificat de complaisance. Ce docteur vient témoigner et déclare qu’il n’a pas été approché à cet effet. De toutes façons, il est impossible de déterminer si cette initiative fut le fait de Julius, comme le prétendent les Greenglass, ou de David comme le prétendent les Rosenberg. Il faut noter que le récit des Greenglass est incomplet car ils n’ont plus jamais fait allusion au certificat dans leurs témoignages ni expliqué pourquoi Julius n’avait pu le leur procurer.

*
* *

10À cette époque, si l’on croit Ruth, son mari et elle n’ont jamais fait le projet de partir. Pourtant, le 28 mai, un dimanche, ils se font faire des photos d’identité destinées à des passeports. En réalité ils veulent laisser croire à Julius qu’ils vont quitter le pays. Ils font tirer six jeux de photos. Le jour du « Memorial Day », Julius vient chercher les épreuves chez les Greenglass. David lui remet cinq jeux dans le hall de l’immeuble ; il y a des gens chez lui et il ne veut pas qu’ils s’aperçoivent de la visite de son beau-frère. Les Greenglass ont donc conservé un jeu de photos que Ruth remet au FBI en accord avec son mari. Pourtant David garde une des cinq photos qui ont été prises.

11Citons leurs réponses :

Question du procureur des États-Unis : « Qu’avez-vous fait du sixième jeu de photos ? »

– David Greenglass : « Je l’ai gardé dans le tiroir ».

– Q. : « Est-ce que ce jeu a été donné au FBI après votre arrestation ? »

– David Greenglass : « Je l’ai donné au FBI ».

– Q. : « Incidemment, je crois que vous avez donné quatre photos sur les cinq ».

– David Greenglass : « Oui, c’est vrai ».

Question à Ruth Greenglass : « Combien de jeux de photos avez-vous fait prendre ? »

– Ruth Greenglass : « Six jeux ».

– Q. : « Qu’avez-vous fait de ces six jeux ? »

– Ruth Greenglass : « Nous en avons donné cinq à Julius et j’ai donné le sixième jeu au FBI ».

*
* *

12La semaine suivante, Julius revient chez les Greenglass. Il tire David du lit et met 4 000 dollars enveloppés dans du papier d’emballage sur le manteau de la cheminée de la chambre à coucher. C’était le 4 juin, ajoute Ruth : « Il donne à mon mari un paquet enveloppé dans du papier brun et nous dit qu’il y avait là 4 000 dollars et que nous en recevrions bien plus à Mexico quand nous serions là-bas. Il nous dit que nous aurions à partir plus tôt que prévu, car ils nous cernaient de près et se préparaient à procéder à une arrestation ». « Puis », explique David, « Julius m’emmena faire une promenade. Il voulait que je lui répète les instructions qu’il m’avait données ». En chemin, David rencontre deux amies, Hernie et Diana Einsohn. Il traverse la rue pour leur dire bonjour et Diana lui remet un chèque de 40 dollars qu’elle lui devait. David rattrape Julius. Il lui récite les instructions. Julius dit que c’est parfait et le quitte aussitôt. Ils partent chacun de leur côté.

13Plus tard, David ne se souvient pas exactement de la date mais Ruth dit que c’était trois jours après – Julius revient à leur appartement. Il demande à David : « Es-tu suivi ? »« Oui, je le suis ». Julius ajoute : « Je viens de rentrer du nord de l’État de New York où j’étais allé voir des gens, et j’allais partir à Cleveland dans l’Ohio. Mais je n’y vais plus. Qu’allez-vous faire maintenant ? »« Je ne vais rien faire. Je reste ici, un point c’est tout ».

14Sur ce, Julius les quitte. Cette conversation est ainsi rapportée par Ruth : « Il revint et parla tout bas. Il nous dit qu’il était suivi et qu’il était sur le point de nous apporter 2 000 dollars de plus. Mais en définitive, il ne l’avait pas fait car il devait être extrêmement prudent ». Telle fut leur dernière rencontre. Peu de temps après, le 15 juin 1950, David est arrêté par les agents du FBI.

*
* *

15Les Greenglass avaient caché le paquet de 4 000 dollars dans la cheminée de leur appartement. Ils n’ont pas déposé cet argent à la banque : « Cela aurait semblé très bizarre », dit Ruth, « que nous déposions 4 000 dollars en une seule fois ». Cependant, « ils n’avaient pas un amour particulier pour ces 4 000 dollars ». Son mari voulait déchirer l’argent et s’en débarrasser en le jetant dans les toilettes, ce que David déclare avoir commencé à faire avant de donner l’argent à son beau-frère, Louis Abel (le mari de la sœur de sa femme, Dorothy Printz), pour qu’il le lui garde. « Je lui dis de s’en servir chaque fois qu’il en aurait besoin, de prendre ce dont il avait envie, mais aussi que je pourrais en avoir besoin moi-même et qu’en ce cas, il faudrait qu’il me le rende ». Ruth reconnaît seulement qu’ils ont confié l’argent à Abel. Elle explique que quand son mari a déclaré à Abel qu’il envisageait de détruire les billets : « M. Abel lui a demandé de lui donner l’argent et de ne pas agir ainsi ».

16Louis Abel est entendu comme témoin. Une semaine environ avant l’arrestation de David, il le voit chez lui. « David me confia de l’argent que j’acceptais de garder ». L’argent a été placé dans un papier brun manille. Abel prend le paquet, l’emmène chez lui et le cache dans un coussin jusqu’au moment où il le rend à l’avocat de David, John O. Rogge. À cette date David avait été arrêté. M. Rogge lui avait rendu visite. À son retour il demande à Louis Abel de lui remettre le paquet selon le désir formulé par son client.

17Ici encore, les Rosenberg ne sont pas d’accord. Julius admet qu’il rencontre David à trois reprises dans des circonstances tout à fait différentes de celles décrites par son beau-frère. Une semaine ou une quinzaine de jours après que David fut venu au magasin, Julius reçoit un appel téléphonique de beau-frère. David affirme que c’est important et lui demande de venir chez lui. Quelques jours plus tard, Julius se rend chez David après dîner. Mais il n’est pas seul et ne peut pas lui parler. Il lui dit qu’il le contactera plus tard. « David sortit de la maison et m’attira à lui », dit Julius pendant un interrogatoire. Et en contre-interrogatoire : « Il sortit dans le hall et me poussa contre la rampe. Je pense que c’était celle de l’escalier ». Puis vers la fin de mai ou le début juin, Julius est de nouveau appelé par son beau-frère, celui-ci dit qu’il est très urgent qu’il vienne chez lui. Ce qu’il fait une matinée ou deux plus tard. Ruth est là. Mais ils ne se parlent pas. David veut qu’ils sortent immédiatement de la maison. En chemin, David rencontre deux amies et traverse la rue pour leur parler, puis il rejoint Julius et tous deux se dirigent vers l’East River Drive. David est pâle et il a le regard hagard. Julius lui demande ce qui se passe : « Je ne peux pas tout te dire », dit David, « tout ce que je veux que tu fasses pour moi, Julius, c’est que tu m’obtiennes 2 000 dollars en argent liquide ». Mais Julius ne voit aucun moyen de se procurer cet argent. David lui dit alors : « Eh bien, Julius, il faut absolument que j’aie cet argent et si tu ne peux pas l’obtenir, tu vas le regretter ». Julius n’admet pas d’être menacé ou victime d’un chantage et il suggère à David de prendre une douche froide. Lorsqu’il le quitte, celui-ci est très agité. Julius relate cette scène à Ethel et sa femme, terriblement inquiète, veut appeler Ruth. Mais Julius n’est pas certain que sa belle-sœur soit au courant de l’histoire. En dépit de tout, Ethel tient à rencontrer David. Julius lui dit alors qu’il passera chez eux. Un ou deux jours plus tard, il le fait et les Greenglass lui réservent un accueil assez froid. Il regarde l’enfant, s’assied à la table de la cuisine et ne parle de rien en présence de Ruth. « Je vis que Davey était plus calme et n’était pas sur le point de faire une chose inconsidérée. Je ne restais donc que quelques minutes et quittais l’appartement. Ce fut la dernière fois que je vis Dave Greenglass ».

*
* *

18Encore une fois, la question se pose. Qui devons-nous croire en cette affaire ? Julius a-t-il organisé la fuite des Greenglass, dans les circonstances rapportées par ces derniers ? Ou bien les Greenglass, déjà préoccupés par la première enquête du FBI, en février, et inquiétés par l’arrestation de Gold, en mai, firent-ils appel à Julius, comme lui-même l’affirme ?

19Le juge et l’accusation s’intéressèrent essentiellement à la crédibilité du récit raconté par les Rosenberg. En premier lieu, pourquoi David aurait-il sollicité le soutien de son beau-frère alors que tous deux étaient en mauvais termes, divisés par des questions d’intérêt ? Ensuite, pourquoi David aurait-il proféré des menaces contre Julius, insinuant qu’il regretterait de ne pouvoir lui fournir les 2 000 dollars dont il avait besoin ?

20Sur le premier point, Julius Rosenberg répond ainsi : « Un de ses frères, qui vivait près de chez lui, était cloué à l’hôpital auprès de sa femme mourante. Un autre frère habitait loin de la maison et entretenait des rapports très distants avec lui. Les seuls parents proches qu’il avait était ma femme, c’est-à-dire sa sœur et moi-même ».

21Sur le second point :

22« Eh bien, il savait que je lui devais, il avait dans l’idée que je lui devais de l’argent concernant l’affaire et je pense que c’est pourquoi il estima qu’il pouvait exiger de l’argent de moi ».

23L’explication de Greenglass est-elle plus crédible ? Laissons au lecteur le soin de décider. Elle me paraît lourde d’incertitudes. Elle n’a jamais été entérinée par un témoignage extérieur, et ne fournit pas de preuve suffisante confirmant les faits allégués par l’accusation.

24Les Rosenberg et les Greenglass s’accordent cependant sur un point. De la mi-mai jusqu’à la mi-juin 1950, Julius et David se rencontrèrent à quatre reprises. La première fois, Julius va chez les Greenglass – Ruth est là – et emmène David dehors. Julius, de son côté, déclare que David lui rendit visite dans sa boutique et l’entraîna à l’extérieur pour lui parler. Comme le reconnaissent les deux parties, la seconde rencontre a lieu dans le hall de l’appartement des Greenglass car ces derniers reçoivent des invités chez eux. La troisième fois, Julius va chez les Greenglass ; il sort avec David et tous deux se dirigent vers l’East River Drive et rencontrent les Einsohn en chemin. Puis c’est l’ultime visite de Julius aux Greenglass où rien d’important ne se produit. Quelle signification accorder au fait qu’Ethel n’a jamais pris part à ces conversations ? Qui, des Greenglass ou des Rosenberg, prit l’initiative de ces rencontres ? Rien ne permet de trancher en faveur de l’une ou l’autre partie.

25D’autre part, que devons-nous penser de l’intervention de Julius auprès du docteur Bernhard ? Peut-on supposer que si Julius avait été personnellement impliqué dans l’affaire, il aurait hésité à contacter son propre docteur ? Son comportement n’indique-t-il pas, au contraire, qu’il n’avait pas la moindre raison de se méfier ?

26Enfin, si les projets de fuite des Greenglass ont été conçus par Julius de la manière dont ils le racontent, n’est-il pas surprenant que Rosenberg, prétendu chef d’un réseau d’espionnage qui devait être passé maître dans les techniques employées par les espions, n’est-il pas étonnant qu’un tel homme eût été incapable de mener ses projets à bien, de février à juin 1950 ? Les instructions données par Julius à David pour trouver refuge à l’étranger ne sont-elles pas étranges et impraticables ?

27Il nous faut admettre que la sténographie du procès ne fournit aucune réponse à ces questions.

Morton Sobell

28Pourtant, après l’arrestation de David, Morton Sobell part pour le Mexique sans rencontrer la moindre difficulté. Le 20 juin 1950, un de ses amis, William Danziger lui demande s’il peut emprunter sa perceuse électrique. Morton lui propose de venir la chercher et de la rapporter vite car il est sur le point de partir en voyage à Mexico. William se rend chez les Sobell. La famille prépare les bagages et Morton lui dit qu’ils vont prendre l’avion pour Mexico.

29Quelque temps après son arrivée à Mexico vers la mi-juillet, Sobell demande à un voisin, Manuel de Los Rios, qu’il a rencontré lors d’une soirée et plus tard invité à dîner, comment on peut quitter Mexico. Il dit que la police militaire le recherche et qu’il craint de retourner à l’armée. Los Rios explique qu’il est impossible de partir sans papiers en règle et que si l’on ne remplit pas ces conditions, on risque des ennuis. Quelques jours plus tard, Sobell l’interroge sur les moyens de se rendre au port de Vera Cruz. Le 20 ou le 22 juillet, il part pour Vera Cruz et il y demeure une dizaine de jours au Grand Hotel Diligencias. Puis il va en avion jusqu’au port de mer de Tampico et, le 20 août, revient à Mexico. À cette époque, Morton Sobell prend soin de ne pas révéler sa véritable identité. Il écrit à William Danziger et joint à ce courrier des lettres destinées à sa belle-sœur et à ses parents que son ami leur transmettra. Au dos de l’enveloppe, le nom de l’expéditeur est indiqué ainsi : « M. Sowell ». Pendant son séjour à Vera Cruz et à Tampico, Sobell écrit à sa famille et à sa femme Hélène ; il envoie ces missives par l’intermédiaire de Manuel de Los Rios.

30À l’Hotel Diligencias, il se déclare sous le nom de Morris Sand et c’est le nom qu’il utilise pour acheter le 26 juillet une paire de lunettes à l’Optico Palacios de Vera Cruz. À Tampico, il s’inscrit sous le nom de Marvin Slat et achète son billet d’avion sous cette identité.

31Ni les Rosenberg ni les Greenglass n’ont le moindre rapport avec cet épisode. Pourtant Julius est questionné à ce sujet par l’accusation et la Cour :

– M. Saypol, avocat des États-Unis : « Quand avez-vous su que Sobell était à Mexico ? »
– Julius Rosenberg : « Quand je l’ai su ? »
– M. Saypol : « Vous avez entendu ma question, n’est-ce pas ? »
– Julius Rosenberg : « Oui ».
– M. Saypol : « Est-elle difficile ? »
– Julius Rosenberg : « Oui, j’ai su que Sobell était à Mexico par les journaux ».
– M. Saypol : « Qu’avez-vous eu à faire pour le départ de Sobell ? »
– Julius Rosenberg : « Rien ».
Comme la défense objecte que cette question laisse supposer que Julius a effectivement fait partir Sobell et n’est pas acceptable, le Juge la reformule :
– La Cour : « Êtes-vous intervenu d’une manière quelconque lors du départ de Sobell à Mexico ? »
– Julius Rosenberg : « Je ne suis absolument pas intervenu, Monsieur le Président ».

32Le 18 août, Morton Sobell est amené par la police de sécurité mexicaine au Bureau de l’Immigration du port de Laredo, dans le Texas. Des agents des États-Unis sont présents et l’arrêtent.

*
* *

33Si ces faits ont un sens, ils permettent de mettre en doute le récit de David Greenglass sur les instructions qu’il déclare avoir reçues de Julius. Morton Sobell arrive sans encombre à Mexico. S’il fait partie d’un complot et que Julius en soit l’âme, il est étrange qu’au contraire de David, il n’ait reçu aucune instruction pour faciliter sa fuite, ni ait été informé que des gens sur place le reconnaîtraient au moyen de signaux convenus et interviendraient pour faciliter la suite de son voyage. Sobell, espion en fuite, aurait dû recevoir, avant son départ des États-Unis, des instructions analogues à celles que David Greenglass prétend avoir reçues de Julius Rosenberg pour obtenir l’aide et la protection des autorités soviétiques à l’étranger. Le départ de Morton Sobell ressemble davantage à un départ dicté par la panique qu’à une fuite organisée. Dès qu’il apprend que David Greenglass a été arrêté et que son propre nom est mêlé au complot, il veut au plus vite sortir des Ét́ats-Unis.

34En aucun cas, l’incident ne révèle que Rosenberg a organisé à l’étranger la fuite de ses complices supposés.

*
* *

35Toutefois R. et M., utilisant les documents secrets aujourd’hui publics, font état d’un rapport du FBI adressé à Edgar Hoover, le 11 mars 1951. Ce rapport contient des informations données par un co-détenu auquel Rosenberg se serait confié. D’après ce « mouton » que le FBI lui-même considère comme un informateur dont « la fiabilité est inconnue », Rosenberg aurait reçu un appel à l’aide de Sobell par l’intermédiaire de William Danziger. Rosenberg lui aurait répondu que Sobell aurait dû attendre des instructions avant de quitter le pays et que désormais il ne pourrait rien faire pour lui. Selon son témoignage, William Danziger déclare qu’il s’est effectivement rendu deux fois à l’atelier de Rosenberg en juin et juillet 1950, mais pour des questions d’affaires. R. et M., tout en considérant que l’indicateur donne « une explication plus plausible » des visites de Danziger à l’atelier de Rosenberg, reconnaissent que ses affirmations sont « invérifiables » (R. et M., p. 219 et 424, note). Nous verrons dans la deuxième partie de cette étude ce qu’on peut penser des révélations miraculeuses de ce co-détenu dénommé Tartakow (infra, p. 131 et suiv.). Sur ce point particulier, ses affirmations quant aux confidences de Rosenberg nous paraissent non seulement « invérifiables » mais hautement improbables ».

Les Rosenberg

36Quand Julius Rosenberg vient voir David le 24 mai 1950 pour lui donner les instructions nécessaires à sa fuite, il laisse entendre si l’on en croit les Greenglass « que lui aussi devra probablement quitter le pays et qu’il s’y prépare ». David dit : « Pourquoi toi ? » Julius répond que Jacob Golos le connaissait et probablement aussi Élisabeth Bentley. Ruth lui demande ce qu’il va faire. Julius répond qu’il va partir mais qu’il ne peut le faire en même temps qu’eux. « Il nous rencontrerait à Mexico, nous le verrions là-bas. Et je lui demandais ce qu’Ethel pensait. Il dit qu’Ethel n’aimait pas cette idée mais qu’elle comprenait que leur départ était indispensable ! »

*
* *

37Saypol, avocat des États-Unis, pose la question, suivante à Julius :

« Au cours du mois de mai ou juin 1950, avez-vous fait prendre une photographie de vous pour un passeport ? » – « Non, je ne l’ai pas fait », répond l’accusé.
M. Saypol : « Avez-vous été dans un magasin de photo au 99 Park Row, pour vous faire prendre des photos ? »
Julius Rosenberg : « J’ai été dans de nombreux magasins pour m’en faire tirer ».
M. Saypol : « En avez-vous fait prendre en mai ou juin 1950 ? »
– Julius Rosenberg : « Je ne me le rappelle pas. Il est possible que je l’ai fait ».
– M. Saypol : « Vous souvenez-vous avoir dit à l’homme, au 99 Park Row, que vous deviez vous rendre en France pour régler une succession ? »
– Julius Rosenberg : « Je ne lui ai rien dit de la sorte ».
– M. Saypol : « Que lui avez-vous dit lorsque vous avez fait prendre ces photos ? »
– Julius Rosenberg : « De quelles photos parlez-vous ? »
– M. Saypol : « Les photos faites au 99 Park Row ».
– Julius Rosenberg : « Je ne sais pas si c’était au 99 Park Row que les photos ont été prises ».
– M. Saypol : « Où était-ce alors, si ce n’était pas au 99 Park Row ? »
– Julius Rosenberg : « Je ne sais pas. J’ai fait prendre des photos à plusieurs reprises ».
– M. Saypol : « Des photos pour passeport ? »
– Julius Rosenberg : « Non, pas des photos pour passeport ».
– M. Saypol : « Avez-vous jamais dit à quelqu’un que vous vouliez des photos pour aller en France régler une succession ? »
– Julius Rosenberg : « Je n’ai dit cela à personne ».
– M. Saypol : « Vous ne vous rappelez pas, ou vous êtes sûr de ne jamais l’avoir dit ? »
– Julius Rosenberg : « Je suis sûr de ne l’avoir jamais dit ».

38Un peu plus tard, on montre à Julius un lot de photos qui ont été saisies chez lui par le FBI. Il remarque que parmi ces photos, il en manque beaucoup et ne voit pas dans celles qui lui sont montrées de photos qui auraient pu être prises en mai ou juin 1950.

39Ethel Rosenberg nie également avoir fait établir des photos de passeport :

– M. Saypol : « Avez-vous été chez un photographe commercial, à un moment quelconque des deux dernières années pour faire faire des photos de vous ou de votre famille ou de votre mari, ou de vous tous ? »
– Ethel Rosenberg : « Oui, nous y avons été ».
– M. Saypol : « Quand ? »
– Ethel Rosenberg : « De temps en temps ».
– La Cour : « Quand était la dernière fois ? »
– Ethel Rosenberg : « Eh bien, il est difficile de dire exactement quand pendant ces deux ans ».
– La Cour : « Vous vous souvenez très bien du mois de mai, n’est-ce pas ? »
– Ethel Rosenberg : « Oui ».
– La Cour : « Vous vous rappelez très bien du mois de juin 1950 ? »
– Ethel Rosenberg : « Oui ».
– La Cour : « Vous vous rappelez de tous les incidents survenus ? »
– Ethel Rosenberg : « Oui ».
– La Cour : « Avez-vous fait faire des photos dans un but quelconque en mai ou juin 1950 ? »
– Ethel Rosenberg : « C’est possible, c’est possible ».
– La Cour : « Vous rappelez-vous où ? »
– Ethel Rosenberg : « Non, tout ce dont je me rappelle, c’est qu’il s’agissait d’un photographe commercial ».
– M. Saypol : « Vous rappelez-vous avoir posé avec votre famille devant l’appareil d’un photographe commercial ? »
– Ethel Rosenberg : « Oui ».
– La Cour : « Pourquoi avez-vous été chez ce photographe en particulier ? »
– Ethel Rosenberg : « Eh bien, je n’ai pas dit que j’étais allé chez un photographe en particulier ».
– La Cour : « Vous vous rappelez seulement d’avoir posé ».
– Ethel : « Oui ».
– La Cour : « Par quel hasard vous êtes-vous rendu chez ce photographe ? »
– Ethel : « Eh bien, mon grand garçon est très intéressé par les machines de toutes sortes ».
– M. Saypol : « C’est le garçon de huit ans ? »
– Ethel : « C’est cela. Il est très précoce ».
– M. Saypol : « Ainsi vous l’avez emmené pour jouer chez le photographe, est-ce là l’idée ? »
– La Cour : « Un moment, s’il vous plaît ».
– E.-H. Bloch, avocat des Rosenberg : « Je considère que le témoin... »
– M. Saypol : « ... »
– La Cour : « Voulez-vous attendre que j’ai terminé ? »
– E.-H. Bloch : « Je requiers que les remarques de M. Saypol soient rayées des débats ».
– La Cour : « Elles le seront ».
– La Cour au témoin Ethel Rosenberg : « J’ai demandé comment vous êtes allée chez ce photographe en particulier ? Qui vous l’avait recommandé ? »
– Ethel Rosenberg : « Personne ne nous a jamais recommandé un photographe en particulier ».
– La Cour : « Comment êtes-vous parvenue chez celui-là ? »
– Ethel Rosenberg : « Comme j’essayais de l’expliquer, mon fils aîné est passionné par les machines entre autres choses. Nous avions l’habitude de nous promener avec les enfants et nous nous arrêtions devant les vitrines intéressantes. Et très souvent, lors de ces promenades, l’aîné demandait : « Oh, venez, allons nous faire prendre en photo ! » C’est ainsi, je pense, que les enfants se comportent souvent ».
– La Cour : « Combien de fois diriez-vous qu’il l’a fait ? »
– Ethel Rosenberg : « Oh ! Plusieurs fois. Nous sommes ce qu’on pourrait appeler des « chasseurs de photos » et les photos que vous avez vues ici ne représentent qu’une faible partie de toutes celles que nous avons faites ensemble ».
– La Cour : « Alors, vous vous rappelez, dites-vous, avoir fait prendre des photos en mai ou juin ? »
– Ethel Rosenberg : « Peut-être à cette époque. Je ne suis pas très sûre. Nous avions tellement d’occasions d’entrer dans ces endroits ».
– La Cour : « Je vous parle des toutes dernières que vous avez fait faire ? »
– Ethel Rosenberg : « Eh bien, je ne peux pas parler de ce dont je ne me souviens pas et réellement je ne me rappelle pas spécialement ».
– M. Saypol : « Mais maintenant nous savons au moins que le photographe, le photographe commercial, est installé suffisamment près de chez vous, pour que vous ayez pu y aller à pied. Est-ce vrai ? »
– Ethel Rosenberg : « Il y a bien des fois où nous nous sommes promenés et fait photographier ailleurs ».
– M. Saypol : « Nous parlons maintenant de la dernière fois dont vous vous rappelez, au cours des deux dernières années, quand vous êtes allée avec votre famille chez un photographe commercial pour faire faire une photo ou plusieurs photos ? »
– Ethel Rosenberg : « Mais je n’ai pas dit que nous avions fait une promenade à un moment particulier pour aller à cet endroit en particulier ».
– M. Saypol : « Où était-ce ? »
– Ethel Rosenberg : « Je ne saurais le dire ».

40L’homme du 99 Park Row fut entendu. Il ne figurait pas sur la liste des témoins de l’accusation. Jusqu’à la visite chez lui des agents du FBI, la veille du jour (le 27 mars 1951) où il fut appelé à témoigner, il ignorait qu’il serait témoin dans le procès Rosenberg. Vers 11 h 30, deux agents se rendent à son magasin, et lui montrent des photos de Julius et Ethel Rosenberg. Le photographe, Ben Schneider, reconnaît en eux les gens qui lui ont commandé des photos de passeport, en mai ou juin 1950. Les agents restent peu de temps et ne mènent pas l’interrogatoire plus avant.

41Ben Schneider témoigne qu’il n’a jamais revu les Rosenberg depuis le jour où ils lui ont commandé des photos.

– M. Saypol : « Est-ce la dernière fois que vous avez vu Julius Rosenberg avant aujourd’hui ? »
– Ben Schneider : « C’est vrai, Monsieur ».
– M. Saypol : « Quand les agents sont venus vous voir hier, ils vous ont montré des photos ? »
– Ben Schneider : « Oui ».
– M. Saypol : « Est-ce grâce à ces photos que vous l’avez reconnu ? »
– Ben Schneider : « C’est vrai ».
– M. Saypol : « Et de le voir ici maintenant, en compagnie de sa femme, ramène à votre mémoire que ce sont eux qui vinrent chez vous ? »
– Ben Schneider : « C’est vrai, oui, c’est vrai ».
« Un samedi matin – dépose-t-il –, et « ce devait être à peu près à la mi-juin », les Rosenberg vinrent à ma boutique avec deux enfants, d’à peu près six et quatre ans. Ils commandèrent trois douzaines de photos d’identité pour passeports. Le prix était à peu près de 9 dollars ». Ben Schneider prit une photo de M. Rosenberg assis seul ; puis Mme Rosenberg toute seule ; finalement Mme Rosenberg et ses deux enfants, le plus âgé debout à côté d’elle et le plus jeune assis sur ses genoux. Toutes les photos étaient « du même format ».

42Cette manière de procéder fut tirée au clair pendant le contre-interrogatoire. Les premières réponses de Ben Schneider avaient été :

– M. Saypol : « Avez-vous pris des photos des enfants aussi ? »
– Ben Schneider : « Oui ».
– M. Saypol : « Pour passeports ? »
– Ben Schneider : « Oui, d’identité, format passeport ».

43Les enfants sont un peu remuants et Ben Schneider a peur qu’ils ne cassent ou dérangent quelque chose. Il demande à la famille de sortir et de revenir dans vingt minutes ou une demi-heure. À leur retour, le travail est pratiquement fini. Rosenberg paye. Comme ils s’en vont, il dit au photographe qu’ils se préparent à partir en France. Sa femme a hérité de quelque bien et ils doivent s’en occuper.

44Ben Schneider peut se souvenir de tous ces faits, car d’ordinaire il n’était pas ouvert le samedi. Non qu’il ne vînt pas à sa boutique, simplement qu’il n’ouvrait pas afin de préparer ses produits, régler les papiers pour toute la semaine et nettoyer le local. En juillet et août il se donnait un jour de congé, le samedi. Il se souvient de ce samedi en particulier, car il avait eu un ou deux autres clients, des ingénieurs, employés par la Municipalité dont l’immeuble est situé juste en face de sa boutique. Il se rappelle aussi de ces faits car la commande était d’une importance inhabituelle et coûtait 9 dollars. D’habitude, trois photos seulement sont nécessaires pour des passeports. Elles coûtent un dollar les trois.

45Ben Schneider ne tient aucun livre de compte. Il n’a pas de reçu, pas de bulletin de vente permettant de vérifier qu’il ait vendu quoi que ce soit aux Rosenberg. Il ne garde pas les négatifs, sauf une journée mais pas davantage.

46Sa boutique est située à peu près à dix minutes de marche de Knickerbocker Village où habitent les Rosenberg. Sur la façade, deux enseignes rouges et blanches annoncent : « Photos ». Dans la devanture des photos de mariage, de mariées et de mariés, d’immeubles sont exposées. De plus, un panonceau indique : « Photos de famille, photos d’identité » et une autre : « Passeports et cartes d’identité pour Ingénieurs ». La boutique de Ben Schneider est en face de l’immeuble de la Municipalité, juste sous le nez du FBI comme l’avocat des États-Unis, M. Saypol, l’a souligné dans son réquisitoire : « Le moyen le plus simple de ne pas attirer l’attention en se faisant faire des photos d’identité était d’aller dans un magasin installé sous le nez du FBI ».

47Pourquoi douze exemplaires de chaque pose ? David avait eu à faire cinq exemplaires mais qui correspondaient à cinq poses. Dans son réquisitoire, M. Saypol l’interprète ainsi : « La réponse à ceci repose dans le fait – et vous pouvez la déduire – que pour rendre possible cette fuite clandestine de pays en pays, des passeports contrefaits et faux sont nécessaires. Or, il peut arriver qu’en falsifiant ou en fabriquant un faux passeport, des erreurs soient commises. Des photos peuvent être déchirées. Par ailleurs différents passeports peuvent être nécessaires pour choisir l’itinéraire le plus favorable et le moins risqué. C’est pour ces raisons, je le suggère, vous pouvez déduire qu’un nombre plus important de photos qu’il n’est habituel ont été prises ».

48Ben Schneider n’avait pris connaissance de l’affaire Rosenberg que très occasionnellement en lisant le Daily News, le Daily Mirror, le Journal, ou le Telegram. L’avocat des Rosenberg, Me Bloch, lui demande :

– Me Bloch : « Avez-vous déjà vu les photos de M. et Mme Rosenberg dans un journal quelconque ? »
– Ben Schneider : « C’est vrai ».
– Me Bloch : « Vous les avez vus ? »
– Ben Schneider : « Oui, il y a environ deux semaines pour la première fois ».
– Me Bloch : « Avez-vous reconnu les photos que vous avez vues dans les journaux comme étant celles de M. et Mme Rosenberg ? »
– Ben Schneider : « Non, non, je n’ai pas pensé à eux. Je n’ai pas pensé à eux à ce moment-là ».
– Me Bloch : « Et la première fois que vous avez pensé à eux fut...? »
– Ben Schneider : « Quand les hommes du FBI vinrent chez moi et me montrèrent une photo, de face et de profil, et là je les ai reconnus ».
– Me Bloch : « Quel genre de photo de M. Rosenberg avez-vous vu dans les journaux ? »
– Ben Schneider : « Simplement une vue de face ».
– Me Bloch : « Aviez-vous déjà vu une photo de face de Mme Rosenberg dans les journaux ? »
– Ben Schneider : « Non, jamais ».
– Me Bloch : « Avez-vous déjà vu sa photo dans les journaux ? »
– Ben Schneider : « Non, je ne m’en souviens pas ».

49De tous ces faits l’accusation tire une conclusion nette. Julius Rosenberg a organisé la fuite des membres de son réseau d’espionnage et la sienne propre :

50« Vous avez entendu le témoignage de Greenglass », déclare M. Saypol dans son réquisitoire. « De même que Rosenberg ordonne à Greenglass de quitter le pays, de même que Joël Barr s’enfuit-il lui-même, de même Rosenberg et sa famille étaient-ils prêts à fuir les États-Unis et à chercher refuge derrière le rideau de fer. Vous avez entendu Ethel Rosenberg témoigner sous serment qu’elle, Julius et leurs enfants n’avaient pas fait faire de photos d’identité. L’admettre eut été avouer la préparation de leur fuite en tant qu’agents de l’espionnage soviétique prêts à s’installer de manière définitive derrière le rideau de fer... Vous avez entendu les détails, les instructions données aux Greenglass pour aller à Mexico et en sortir, et finalement se rendre derrière le rideau de fer. Vous vous souvenez des statues, des trois jours d’attente et ainsi de suite. Juste après l’arrestation de Greenglass, en juin 1950, Sobell s’enfuit... La dissimulation des noms et des adresses indiquent suffisamment les vraies raisons de cette fuite ».

51Le 16 juin 1950, un jour après l’arrestation de David Greenglass, Julius Rosenberg est interrogé par le FBI qui le conduit dans ses bureaux de New York, vers 9 heures du matin. Il en sort vers 2 ou 3 heures de l’après-midi. Un mois plus tard, le 15 juillet, il est arrêté. Il ne s’est pas enfui.

52Le témoignage de Ben Schneider est important. C’est le seul, dans tout le procès, qui corrobore un chef d’accusation – secondaire sans doute. Mais il est précieux car il ne vient pas d’un complice. « Vous avez ici le contraste »– Saypol ne se fit pas faite de le souligner – « entre le témoin désintéressé et crédible et les Rosenberg qui ont tout intérêt à mentir et à tromper ».

53S’il est vrai, ce témoignage signifie qu’après l’arrestation de David Greenglass, les Rosenberg ont fait faire des photos d’identité pour passeports et pensaient à fuir. Il signifie que les Rosenberg craignaient d’être impliqués. On leur avait adressé des menaces. Et les hommes du FBI avaient fait remarquer à Julius Rosenberg, le 16 juin, que David l’accusait.

54« Le rang de Rosenberg au sein de la hiérarchie de l’espionnage soviétique dans notre pays était tel », déclare l’avocat des Etats-Unis, M. Saypol, en s’appuyant uniquement sur la parole de Greenglass, « qu’il savait qu’Harry Gold, lors de son voyage vers l’Ouest pour voir Greenglass, était celui-là même qui avait au même moment reçu des informations provenant du Dr Fuchs sur la bombe atomique ». S’il était tellement impliqué, nous pouvons nous demander pourquoi Rosenberg attendit si longtemps pour prendre des mesures préliminaires qui consistaient à se faire faire des photos d’identité. Dès le mois de février, lorsque Fuchs fit se aveux, il aurait pu préparer sa fuite. S’il était « au centre du rouage, s’étendant comme les tentacules d’une pieuvre », pour reprendre la métaphore de M. Saypol, il lui aurait été facile, semble-t-il, d’organiser et de réaliser sa fuite.

55Mais pouvons-nous être sûr de Ben Schneider ? Il entre en scène miraculeusement et à la dernière minute. Nous n’avons aucune idée de la façon dont il fut découvert par le FBI. En tout cas, l’énorme publicité donnée par la presse au procès n’a pas rafraîchi la mémoire du photographe. De plus, son récit ne s’appuie sur aucune preuve matérielle. Qui pourrait déclarer un accusé coupable en s’appuyant sur des preuves indirectes aussi incertaines ? »

*
* *

56On apprit, après le procès, que Ben Schneider avait été amené secrètement à l’audience avant d’être entendu comme témoin. L’incident est rapporté par S. et R. et M. Un agent du FBI accompagne Ben Schneider dans la salle d’audience la veille de son audition – sur la réquisition de l’avocat des États-Unis Saypol –, pour lui permettre de confirmer son identification de Rosenberg (S., p. 181). D’après R. et M. le FBI aurait été « conduit » à Ben Schneider par les informations du « mouton » Tartakow placé auprès de Julius Rosenberg. Dans une lettre dactylographiée du 23 mars 1951, Tartakow écrit que Julius Rosenberg « est très inquiet et craint que le FBI ne mette la main sur un certain photographe qui avait pris des photos de toute la famille Rosenberg peu après l’arrestation de David Greenglass » (R. et M., p. 295). Cette lettre n’a pas été rendue publique, seul un résumé du FBI, en date du 24 mars 1951, a été envoyé en télex à Edgar Hoover (R. et M., p. 536, note). Les agents du FBI ont alors mené une enquête de toute dernière minute et découvert le studio de Ben Schneider, tout près du tribunal et du FBI.

57Les suspicions que nous exprimions en 1954 sont ainsi confirmées. Ben Schneider est amené dans la salle d’audience pour être en mesure de reconnaître Julius et Ethel en cas de confrontation. Il ment lorsqu’il déclare ne pas avoir revu Julius depuis la prise des photos d’identité. Quant à l’information fournie par Tartakow, dont la seule preuve repose dans le télex du FBI résumant la lettre qu’il aurait envoyée le 23 mars 1951, elle sent la fabrication. Faut-il, au surplus, croire que Julius, maître espion, aurait confié à son co-détenu le nom d’un témoin dont il pouvait craindre les révélations ? Finalement, si l’incident est vrai, il se situe après l’arrestation de David Greenglass. Dans les circonstances de l’époque, l’idée de s’enfuir pouvait se présenter même à un innocent.

Instructions du Juge au Jury sur les preuves relatives à la fuite

58Dans ses instructions au jury, en résumant les thèses de l’accusation, le Juge s’étend assez longuement sur les projets de fuite dont la nature témoigne, selon lui, d’un complot longuement médité :

59« Finalement », selon l’accusation, « le complot est découvert à la suite de l’arrestation du Dr Klaus Fuchs et plus tard d’Harry Gold, en février et en mai 1950. Les accusés, craignant d’être appréhendés, essayent de fuir et leurs tentatives suivent un modèle commun qui signale l’existence d’un plan préconçu. Morton Sobell se rend au Mexique, y utilise plusieurs noms d’emprunt et cherche les moyens de sortir du pays. Il est arrêté par les autorités mexicaines et livré aux Ét́ats-Unis. Julius Rosenberg veut fuir le pays et lui, Ethel et ses enfants se font faire des photos d’identité. Afin qu’eux aussi s’enfuient, Julius a donné 5 000 dollars aux Greenglass et leur a transmis des instructions extrêmement détaillées concernant les moyens de se rendre au Mexique et de rejoindre la Tchécoslovaquie. Il a également demandé au docteur Bernhard de lui indiquer les vaccins qui seraient nécessaires aux Greenglass pour aller au Mexique.

60En ce qui concerne toute preuve de fuite alléguée par le Gouvernement dans la présente affaire, voici mes instructions : la preuve d’une fuite ne crée aucune présomption de culpabilité, bien qu’elle donne motif légitime d’en déduire l’existence d’une intention coupable, si les jurés concluent qu’une telle déduction est justifiée. La fuite est une circonstance que le jury peut considérer comme tendant à prouver la culpabilité d’un accusé, comme indication d’un sentiment de culpabilité. Elle ne doit pas être envisagée seule et en soi. Cet élément doit être pesé avec toutes les autres circonstances environnantes et bien sûr, doit être examiné avec toutes les autres preuves, dans l’affaire, pour déterminer de la culpabilité ou de l’innocence de ces accusés.

61Je vous donne pour instruction de ne tirer aucune déduction contre les accusés Julius et Ethel Rosenberg en raison des incidents relatifs au voyage de Morton Sobell au Mexique et de ses différents déplacements dans ce pays. Mais vous pouvez vous demander si ce voyage et ces déplacements révèlent un plan préconçu, élément du complot, qui doit être suivi par les conspirateurs dans leur tentative pour fuir le pays ».

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search