Versione classicaVersione mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

VII. Argent et cadeaux

Testo integrale

1Harry Gold n’était pas communiste. Seul l’argent l’intéressait. Il avait commencé sa carrière dans l’espionnage industriel en volant des procédés chimiques appartenant à la Sugar Company. Ensuite il était devenu courrier pour un réseau d’espionnage soviétique.

*
* *

2S’il est exact que Gold n’a jamais été membre du Parti Communiste, il est possible que des motifs idéologiques l’aient entraîné à faire de l’espionnage pour le compte des Soviétiques. (R. et M., p. 23-37 ; 155-156 ; S., p. 103.) R. et M. s’abstiennent de rechercher si Gold a été membre ou non du parti. S. cite (sans référence) des extraits du témoignage de Gold lors du procès d’un ami et employeur, Brothman, poursuivi non pas pour espionnage mais pour avoir fait obstruction au cours de la justice (novembre 1950). Dans son contre-interrogatoire, Gold déclare à la fois n’avoir jamais été membre du PC et en même temps n’avoir jamais pu recouvrer les cotisations du parti dues par Brothman, ce qui semble indiquer qu’il travaillait pour le PC Gold explique qu’il a accepté de devenir espion par reconnaissance envers un ami, Black, qui lui a autrefois trouvé du travail et aussi pour que Black cesse de l’importuner en lui demandant d’adhérer au Parti Communiste : « Pour ne plus avoir Black sur le dos. Je ne voulais pas adhérer. Je ne les aimais pas. (S., p. 103).

*
* *

Les Greenglass et l’argent

3En dehors de leur engagement politique, les Greenglass semblent avoir été motivés aussi par l’appât du gain. Ils ont reçu 500 dollars de Gold et énumèrent un certain nombre de paiements réglés par Julius : les 150 dollars donnés à Ruth en novembre 1944 lors de son voyage à Albuquerque pour célébrer son anniversaire de mariage. David reçoit ensuite 200 dollars au moment où il apporte les croquis de la bombe atomique en septembre 1945. Obtenir le secret de la bombe atomique pour 200 dollars c’était bon marché. Cependant on peut imaginer que les renseignements fournis sur la bombe atomique lui ont rapporté plus de 200 dollars. Mais ces paiements ont pu être effectués par d’autres que Julius. Dans sa déposition, Ruth mentionne encore l’existence de 800 dollars remis à David au cours de l’été 1948 alors qu’elle est partie à Monticello. David lui aurait dit qu’il avait déposé cette somme à sa banque de New York. Cependant, dans sa déposition, David Greenglass n’a pas fait état de cette somme. Aucune reçu bancaire n’a été produit en preuve. Les Greenglass prétendent qu’en mai 1950, quand les choses commencèrent à aller mal, Julius leur apporta 1 000 dollars et au cours de la première semaine de juin, 4 000 autres dollars. Ce n’était pas là une rémunération mais un viatique qui leur permettrait de s’enfuir à l’étranger.

4Hormis les 500 dollars remis par Harry Gold et dont Ruth déposa 400 à la banque le lendemain du jour où elle les reçut (pièce à conviction n° 17), nos source d’information concernant ces paiements viennent des seuls Greenglass. Par ailleurs, Greenglass, comme le déclare Julius, était à court d’argent en 1945. Il demanda même à son beau-frère de lui donner 2 000 dollars.

5Dans leurs dépositions, les Greenglass révèlent leur attitude vis-à-vis de l’argent. Ainsi David relate une conversation qu’il eut en 1945 avec Harry Gold.

6« Il me demande : « Est-ce que ce sera assez ? » Je réponds : « Ce sera très suffisant pour le moment ». Il me dit alors : « Vous en avez besoin ? » Nous ouvrîmes une parenthèse sur le fait que ma femme avait fait une fausse-couche au début du printemps et il ajouta : « Je vais voir ce que je peux faire pour vous obtenir un peu plus d’argent ». Quand à Ruth, c’est à ce moment-là qu’elle comprend la signification des paiements. « Quand mon mari a reçu les 500 dollars, je me suis rendu compte », déclare-t-elle dans sa déposition, « qu’on le payait comptant à la livraison. Il fournissait des informations et on le payait ». Mais ce détail n’explique pas pourquoi David Greenglass a reçu 800 dollars en 1948 alors que, si on l’en croit, il avait cessé de fournir des renseignements.

Les finances de Rosenberg

  • 1 Février 1954, p. 219.

7« Leur crime est né de leurs convictions plutôt que de leur vénalité », conclut un commentateur de la Columbia Law Review1. Ruth laisse entendre dans sa déposition que les affaires entreprises par Julius lui servaient seulement de couverture. « Julius Rosenberg m’a dit en 1947 qu’il se moquait que ses affaires réussissent ou non... il pouvait en effet obtenir 10 ou 15 000 dollars pour créer une affaire quelconque servant de couverture à ses activités ». Mais elle doit admettre qu’il leur fallut chercher un bailleur de fonds réel pour que l’entreprise familiale créée en 1946 puisse continuer de vivre. Quand leur voisin Golstein se retire en 1947, un certain David Schein investit 15 000 dollars dans la nouvelle société, la Pitt Machine Product Company. Ruth explique que David Schein était un véritable homme d’affaires et non une couverture. En 1948 les affaires sont mauvaises. Pendant plusieurs mois aucun des associés ne peut prélever de salaire et David quitte la firme en 1949, suivi de quelques semaines plus tard par Bernard Greenglass. Julius avait racheté les actions de Schein pour 5 500 dollars. Comme il ne peut lui donner comptant que 1 000 dollars, il promet de payer le solde par mensualités de 160 dollars. David évalue à 2 000 dollars le prix de ses propres actions mais Julius n’accepte de payer que 1 000 dollars. « Il me dit » déclare David dans sa déposition, « qu’il me paierait quand il aurait de l’argent ». David cède ses actions à Julius le 4 février 1950. Toutefois il en conserve la possession matérielle et retarde sa démission du Conseil d’administration. Il reconnaît que Julius venait fréquemment chez lui pour lui demander sa signature et qu’il refusait de signer si son beau-frère ne lui remettait pas l’argent. Mais finalement David remet ses actions à Julius et démissionne du Conseil d’administration de la Pitt Machine Products Co, le 1er mai 1950, sans recevoir un sou.

8Si les affaires de Julius n’étaient qu’une couverture, ce n’était pas une couverture facile ! Julius se débattait pour trouver de l’argent et il n’en disposait jamais de beaucoup. Ces difficultés montrent que Julius n’avait pas la source occulte de financement dont Ruth a parlé dans sa déposition.

9Un mystère demeure. Si Julius n’a pas versé 5 000 dollars aux Greenglass en mai-juin 1950, qui l’a fait ? Cet argent pouvait représenter un règlement versé à la suite d’une opération d’espionnage et qui aurait été mis de côté par les Greenglass. Mais dans ce cas, pourquoi David aurait-il demandé à Julius de lui donner 2 000 dollars de toute urgence comme nous allons l’entendre dire ?

*
* *

10S. (p. 460-61) estiment que les Greenglass ont pu mettre de côté les 5 000 dollars qu’ils prétendent avoir reçus de Julius Rosenberg. D’après les documents secrets ils ont en effet loué un coffre dans un banque en septembre 1945. Pourtant R. et M. constatent que s’il est possible que l’argent leur ait été donné par une autre source que celle des Rosenberg – personne n’a pu découvrir ni deviner l’identité de cette source (p. 200). Toutefois rappelons que Julius Rosenberg ne disposait pas facilement de grosses sommes d’argent, de 10 à 15 000 dollars si nécessaire, comme l’a prétendu sa belle-sœur Ruth. Le mystère que nous évoquions en 1954 reste entier après la publication des documents secrets.

Les cadeaux des Russes

11Dans son témoignage, David déclare que Julius lui a parlé des récompenses données par les Soviétiques en échange des services rendus. On lui a donné une montre, de même, aux dires de Ruth, qu’à Ethel. On leur a aussi offert la fameuse table-console en acajou qui joignant l’utile à l’agréable, servait à photographier les documents. Lors d’une audience, David fait allusion à certains privilèges dont aurait bénéficié Julius s’il était allé en URSS Sauf en ce qui concerne la console, Ruth ne fut pas appelée à confirmer le témoignage de son mari.

12À propos de ces montres, Julius est l’objet d’un interrogatoire approfondi et il dit au Procureur des États-Unis qu’il en a acheté une pour sa femme en 1945. On lui présente à l’audience l’ensemble des montres qui ont été saisies chez lui par le FBI Il y a une montre d’homme en métal jaune de marque Clebar, 17 rubis ; une Croton aquamatique dans un boîtier en métal blanc : il s’agit d’une montre ancienne qui a appartenu au père de sa femme. Julius parle aussi d’une Oméga que son père lui a donnée et qu’il a perdue dans le train alors qu’il partait en vacances. Il a fait une déclaration de perte au bureau des objets trouvés de la gare centrale de New York. Enfin, une montre-bracelet Waltham lui a été offerte pour sa barmitzvah. Quant à Ethel, elle fait allusion à une montre-bracelet que son frère Sam lui a donnée et à la montre que son mari lui a offerte. Elle confirme les circonstances dans lesquelles la montre Oméga a été égarée. Julius et Ethel nient formellement avoir jamais reçu de montre des Soviétiques.

13La table-console a joué un grand rôle dans le procès. Pourtant, le FBI ne s’y était pas intéressé lors de sa perquisition. Ils ne l’ont pas saisie chez les Rosenberg. Elle ne figure donc pas parmi les pièces à conviction du procès. Aucune question n’est posée sur le lieu où elle pourrait être. Selon la déposition de Julius, il l’a achetée en 1944 ou 1945 aux grands magasins Macy pour environ 21 dollars. Le Procureur affirme quant à lui qu’elle en vaut au moins 85. Ethel corrobore le témoignage de son mari. Tous deux déclarent qu’ils n’ont jamais utilisé la table pour faire des photographies, contredisant ainsi la déclaration de Ruth. Évelyne Cox, la femme de ménage des Rosenberg, est appelée à déposer, au sujet de cette table. Elle l’a bien remarquée, plus probablement en 1945 qu’en 1944 et se souvient d’avoir interrogé Ethel sur sa provenance. Celle-ci lui a répondu qu’il s’agissait d’un présent d’un ami de son mari qu’ils n’ont pas vu depuis longtemps, et qui leur a fait ainsi une sorte de cadeau de mariage. Pendant tout le temps où elle a travaillé chez les Rosenberg, Évelyne Cox a pensé que la console servait de meuble décoratif : elle ne lui a découvert aucun emploi particulier. Elle ne dit nullement comme l’a fait Ruth : « qu’il y avait une partie de la table qui était creuse afin qu’on puisse y placer une lampe ». Assez curieusement, David Greenglass n’a rien dit concernant les aménagements particuliers de ce meuble.

  • 2 La table-console a été découverte après la fin du procès. Ci-après p. 112.

14Julius Rosenberg déclare, lui, qu’on doit retrouver la trace de son achat chez Macy puisque le magasin le lui a livré. Mais les archives du grand magasin, y compris les bulletins de livraisons des années 1944-45 ont été détruites2.

Note

1 Février 1954, p. 219.

2 La table-console a été découverte après la fin du procès. Ci-après p. 112.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search