Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

VI. La bombe atomique

Texte intégral

1Au milieu de novembre 1944, Ruth Greenglass rend visite aux Rosenberg. Elle y apprend quelque chose de tout à fait étonnant. David, son mari, affecté à Los Alamos, Nouveau-Mexique, travaille sur la bombe atomique, l’arme la plus destructive de toutes celles utilisées jusqu’ici. Elle demande à Julius comment il l’a appris ; elle-même, en effet, vient d’être informée par le Ministère de la Guerre qu’en raison du service « top secret » accompli par son mari, le courrier expédié par lui ou adressé à lui serait examiné par la censure. Julius lui répond que ses amis russes lui ont déjà fait connaître l’existence de ce projet. Puis, il lui explique que les États-Unis et la Grande-Bretagne collaborent à ce projet et, qu’à son avis, toutes les informations s’y rapportant doivent être partagées avec la Russie « qui est notre alliée ». Il prétend que si toutes les nations recevaient ces informations, aucune d’entre elles ne serait en mesure de menacer les autres.

2Julius lui demande de dire à David qu’il doit fournir des renseignements. Elle refuse dans un premier temps, considérant que c’est incorrect : « C’est à ceux qui ont la responsabilité de ce travail, dit-elle, qu’il revient de juger si ces renseignements doivent être partagés ou non ». Ethel lui suggère alors de transmettre simplement la proposition à David de manière qu’il décide lui-même. Ruth se laisse persuader et Julius lui donne, dans le détail, les informations qu’elle doit rapporter : description de l’implantation du projet de Los Alamos ; nombre approximatif de personnes employées ; nom de quelques-uns des savants qui y travaillent ; quelles sont les mesures de sécurité qui l’entourent, quelle distance sépare les installations du projet d’Albuquerque et de Santa Fe. Ruth ajoute : « Oh ! je m’excuse, il m’a demandé aussi de dire à David d’être très circonspect, de ne pas se lancer dans des conversations politiques, et de faire très attention à ne pas prendre des documents, des croquis ou des plans ; de ne pas laisser voir qu’il recherche des informations et de me rapporter uniquement ce qu’il retenait de mémoire ».

3Au début de son témoignage, Ruth se rappelle que les premières paroles de Julius avaient été pour lui faire remarquer qu’Ethel et lui avaient cessé de participer activement aux activités du Parti Communiste depuis un certain temps, allant même jusqu’à ne plus acheter le journal du Parti, le Daily Worker, à leur kiosque habituel. À agir ainsi, Julius apparaît plus prudent que nous l’avons vu jusqu’alors.

*
* *

4Ce détail rapporté par Ruth dans son « témoignage » semble avoir échappé à R. et M. Leurs « témoins », trente ans après, racontent une tout autre histoire. Il serait futile d’y insister ici si R. et M. n’attachaient pas une importance excessive à cet incident qui n’apporte même pas une présomption de culpabilité contre Julius Rosenberg. D’après l’un de ces « témoins », John Gates, alors rédacteur en chef du Daily Worker, l’abonnement des Rosenberg n’a pas été résilié de la façon habituelle par le service des abonnements mais sur ordre direct du Comité Central du Parti. Un second témoin, Junius Scales, alors président du Parti Communiste de Caroline du Sud, se souvient avoir entendu une personne en mesure d’être au courant dire, une vingtaine d’années après le procès, que leurs souscriptions au Daily Worker ont été résiliées peu de temps avant qu’ils commencent leurs activités d’espionnage par un membre très important du Parti et non selon la procédure habituelle. Ceci, expliquent R. et M., pour « blanchir » les Rosenberg devenus agents soviétiques (R. et M., p. 57). Junius a formellement démenti qu’il ait jamais donné à R. et M. une pareille explication de la résiliation de l’abonnement. « Il ignorait tout des Rosenberg, jusqu’à leur arrestation » (Lettre au New York Times Book Review, 18 septembre 1983). Quant à John Gates, il a confirmé par téléphone qu’il n’avait aucune connaissance personnelle des activités d’espionnage des Rosenberg (Lettre de R. et M. au New York Times Book Review, 18 septembre 1983). En tout cas la contradiction entre le témoignage de Ruth Greenglass au procès et celui des deux personnes interrogées trente ans après par R. et M. aurait mérité quelque explication de la part d’historiens très scrupuleux.

5Les projets des Rosenberg ne contrariaient pas ceux de Ruth puisqu’elle avait décidé de se rendre à New Mexico pour voir son mari, et fêter le 29 novembre 1944 leur deuxième anniversaire de mariage. D’après son témoignage, deux ou trois jours après cette première conversation, elle revoit Julius qui lui remet 150 dollars pour contribuer aux dépenses de son voyage. Toutefois, au cours du contre-interrogatoire mené par le juge Kaufman, Ruth donne à ce sujet une réponse quelque peu différente : « Julius est un parent. Il m’a dit : « Va à Albuquerque et je te donne ceci pour couvrir tes dépenses, et j’ai accepté sans arrière-pensée ». Elle ne se souvient pas des motifs qui la conduisirent de nouveau chez les Rosenberg. Cependant, le témoignage de son mari permet d’y trouver réponse : Julius l’avait invitée à dîner.

6Les déclarations des Rosenberg infirment absolument les propos tenus par Ruth. Julius indique que tous les vendredis soir, la belle-mère de Ruth, Tessie Greenglass, organisait des réunions lors desquelles ils rencontraient parfois la jeune femme. Quand Ruth revint d’Albuquerque, elle leur confia qu’elle avait rendu visite à son mari. Mais Ethel et Julius continuèrent d’ignorer l’existence du Projet de Los Alamos.

Anniversaire de mariage à Albuquerque (29 novembre 1944)

7En juillet 1944, David Greenglass, selon sa déposition, est affecté au Projet « Manhattan District » de l’armée américaine à Oakridg, Tennessee. Il ignore que ce projet concerne la construction de la bombe atomique. Après deux semaines de formation, il est envoyé en août à l’Établissement de Los Alamos. La semaine de son arrivée, il apprend que le Dr Robert Oppenheimer dirige cet établissement. En septembre ou octobre, il découvre qu’un M. Baker n’est autre que Niels Bohr, un des premiers physiciens nucléaires. Il apprend également que le savant Harold Urey participe au projet Manhattan. Pour la présence d’Urey, après avoir d’abord déclaré qu’il s’en est rendu compte en décembre 1944, il se reprend, au cours du contre-interrogatoire, et situe l’événement bien avant que sa femme ne soit venue le voir. L’un de ses supérieurs est le savant Kistiakowski. Il faut noter que l’identité des savants qui collaboraient au projet constituait un secret d’État qu’on ne devait communiquer qu’à une personne autorisée. En effet, leur présence même au sein du groupe de recherches révélait la nature des travaux spécifiques qu’ils poursuivaient.

8Ruth Greenglass n’accompagne pas son mari à Los Alamos. En novembre 1944, elle le rejoint pour fêter l’anniversaire de leur mariage. Le couple s’installe à l’hôtel Franciscan situé dans Albuquerque. David a cinq jours de permission. Vers la fin du séjour, comme ils se promènent sur la route 66, près de Rio Grande, Ruth lui fait part du message de Julius. C’est alors que David apprend qu’il travaille sur le projet de la bombe atomique. Les exigences de Julius l’effrayent. Il dit à sa femme qu’il refuse de fournir des renseignements destinés aux Soviétiques. Pourtant, dans la nuit, il y réfléchit de nouveau, change d’avis et au matin, il est prêt à accéder aux désirs de son beau-frère. Lors d’une déclaration, Ruth affirme qu’elle a préparé au cours de la soirée précédente la liste des questions posées par Julius. De son côté, David laisse entendre dans son témoignage qu’elle ne l’a interrogé sur des points spécifiques qu’après qu’il eut accepté la proposition.

9Les informations fournies à Ruth sont les suivantes : Los Alamos, auparavant une école d’équitation, se trouve à 40 milles de Santa Fe et à 110 d’Albuquerque. Le projet installé au sommet d’une colline, est à peu près complètement dissimulé à la vue. Il faut en être très proche pour le distinguer. Un système de garde, établi aux portes, permet de surveiller en permanence les entrées et les sorties. David travaille dans un atelier expérimental. Il construit des modèles à partir de plans que les chercheurs lui apportent. Urey, Oppenheimer, Kistiakowski, Niels Bohr collaborent au projet. David donne à Ruth le nombre approximatif des personnes travaillant à Los Alamos mais elle l’a oublié.

10Dans son témoignage, David Greenglass a fait, de manière moins détaillée, le même récit. Il ne mentionne pas le Dr Urey parmi les noms cités à sa femme. Comme nous l’avons noté, il déclare avoir connu la présence d’Urey en décembre seulement. Il fait cette déclaration le 9 mars 1951. L’audience est suspendue pour le week-end. Lors de l’audience suivante, David modifie sa déclaration et déclare qu’il croit bien avoir parlé à sa femme du Dr Urey.

11Ruth témoigne qu’elle a appris par cœur les réponses de son mari. Comme le lui a demandé Julius, elle donne à David des conseils de prudence et repart. Elle arrive à New York au milieu de la première semaine de décembre. Deux ou trois jours plus tard, Julius vient chez elle. Il est seul. Elle lui répète les renseignements que David lui a confiés et l’informe qu’il aura une permission en janvier. Julius, très satisfait, lui demande de rédiger par écrit l’exposé qu’elle vient de lui faire. Il la quitte en emportant ce document. Bien entendu, dans son témoignage fait sous serment, Julius Rosenberg nie avoir rencontré sa belle-sœur en de telles circonstances.

*
* *

12Nous sommes ainsi arrivés à la fin de la première partie du témoignage de David et de Ruth. Tous deux reconnaissent leurs méfaits et les exposent. Ces deux témoins sont considérés par la loi pénale américaine comme des co-auteurs et des complices. Leur témoignage doit être pesé avec la plus extrême prudence. En effet, non corroboré par d’autres témoignages relatant les mêmes faits, il n’est pas recevable. Or ces témoignages n’existent pas.

13Nous avons noté quelques contradictions dans leur témoignage. Peut-être sont-elles sans importance. Mais il faut les analyser. Par exemple, Ruth restitue presque mot à mot ce qu’elle appelle « la conférence de novembre 1944 », c’est-à-dire les réponses que fit David aux questions demandées par Rosenberg. L’avocat est choqué par cette répétition mot à mot. Mais le juge Kaufman remarque : « Si le témoin avait oublié quelque chose, Me Bloch aurait dit que le récit du témoin n’était pas exact ». Par ailleurs, il me semble étrange que David Greenglass, qui connaissait l’identité de la plupart des savants participant au projet, puisse prétendre qu’il ne savait rien du projet lui-même quand sa femme vint le voir.

14En dernier point, je me demande pourquoi Julius Rosenberg a exigé une transcription écrite des informations tellement simples que Ruth lui rapportait. Il aurait pu retenir les points principaux de l’exposé ou prendre quelques notes.

Le secret de l’Atome

15Le colonel John Lansdale Jr. est cité par l’accusation pour expliquer à la Cour et au Jury le problème de l’Atome. Avocat, il est diplômé de l’Ecole de droit de Harvard en 1936. En mai 1941, il est mobilisé comme premier lieutenant, au Service des renseignements militaires et au Ministère de la Guerre. En décembre 1941, il apprend qu’il existe un projet de bombe atomique. Il est mis à la disposition du Dr Conant, Président de l’Université de Harvard, et Président du Comité National de Recherche pour la Défense. Ce comité a la responsabilité des recherches en cours concernant la fabrication d’une bombe atomique. Officier de renseignement, Lansdale continue cette mission spéciale jusqu’en juillet 1942, date à laquelle l’Armée prend en charge le projet. On répartit les ingénieurs au sein d’une nouvelle formation appelée « District Manhattan » qui est placée sous l’autorité du Général Leslie Groves. Ce dernier demande à Lansdale d’assumer la responsabilité de veiller à la sécurité du projet. « Nous étions préoccupés, déclare le témoin Lansdale, de garder l’existence comme la nature du projet au secret de toutes les puissances étrangères, et je dis bien toutes. En second lieu, nous étions préoccupés de garder le secret, aux États-Unis même, à l’égard de notre propre population et des départements des services armés ou autres administrations du Gouvernement ». C’est seulement après la conférence du Québec (août 1943) que le Canada et la Grande-Bretagne apportent aux États-Unis leur collaboration.

16À cette époque, expose Lansdale, les services de renseignements supposaient que les Allemands travaillaient activement sur la bombe atomique et étaient très en avance sur les efforts américains. Ils ont déterminé l’étendue et la nature de l’effort des Allemands en apprenant l’identité des savants qui avaient été réunis. Ils n’ont jamais eu connaissance du fait que les Russes travaillaient sur la bombe. Mais les Russes étaient très intéressés par ce que les Américains faisaient.

*
* *

17« On a découvert par la suite que l’effort pour la bombe, du côté allemand, était assez faible », écrit Gordon Dean (Rapport sur l’Atome, 1954, p. 244). Il indique aussi quelques-unes des découvertes des savants russes dans des domaines non tenus secrets. En 1927, Skobelzyn fait avancer substantiellement la recherche nucléaire en adaptant la chambre noire de Wilson à l’étude des rayons cosmiques. En 1937, le premier Cyclotron européen est construit à l’institut du Radium de Moscou. En 1939, Flerov et Petrashak annoncent leur découverte de la fission spontanée de l’uranium. En 1945, Veksler découvre et expose l’idée du cyclotron. À peu près au même moment, elle est développée parallèlement par le savant américain McMillan (ibid., p. 262).

*
* *

18Au début de 1943, les travaux commencent à Los Alamos. L’endroit s’appelle « Site Y » et le projet qui y est conçu s’avère le plus important de ceux qu’ait entrepris le District Manhattan. Placé directement sous le commandement du Général Groves, des mesures extraordinaires sont prises pour préserver sa sécurité. Le Président des États-Unis a personnellement ordonné que ce projet soit le plus secret de tous ceux que le Gouvernement eût entrepris. Lansdale témoigne : « Cela commença avec le choix du site lui-même. Nous avons choisi un site éloigné dans les déserts du Nouveau-Mexique, parce que l’installation y serait isolée, qu’il n’y avait qu’un ou deux moyens d’accès. La première chose que nous avons fait fut de recruter un détachement de police militaire spécialement formé, dont la seule mission était de surveiller l’endroit. Nous avons établi des règles très strictes pour y entrer et en sortir. Nous avons délimité des zones distinctes à l’intérieur du Projet lui-même. La plus importante ou l’une des plus importantes était une zone entourée d’une barrière très haute, appelée « zone technique » qui était patrouillée et gardée tout particulièrement. Nous censurions le courrier et les conversations téléphoniques. Nous avons placé des agents secrets dans toutes les villes avoisinantes. Nous avons imposé des restrictions quant aux déplacements et aux relations du personnel. Nous avons essayé d’être extrêmement prudents pour le recrutement, bien que, au fil du temps, et pressés par les événements, les choses se soient relâchées quelque peu. Un des points les plus importants était l’endoctrinement permanent du personnel lui-même, car après tout, la vraie sécurité repose sur la discrétion des gens qui ont des informations ».

19Lansdale explique que la Zone Technique était elle-même divisée en plusieurs zones. Un système d’insignes permettaient de reconnaître les personnes habilitées à pénétrer dans les diverses zones du Projet. Une des bases du système de sécurité adopté était le principe du « compartimentage ». Personne ne devait en savoir plus que ce qui lui était absolument nécessaire pour faire son travail. Il était constamment rappelé à tous les participants qu’en aucun cas, ils ne devaient rien révéler de leurs tâches, fût-ce à des membres du personnel eux-mêmes chargés des aspects les plus confidentiels du projet. Seuls les intervenants à très haut niveau étaient informés exactement de la nature de leur travail. Un grand nombre de scientifiques ont pu déduire quelle était la portée du projet mais on ne leur a jamais dévoilée. Par ailleurs, on déconseillait formellement aux gens d’émettre des suppositions ou de faire des déductions sur le travail qu’ils accomplissaient.

20À propos des savants éminents qui étaient présents, Lansdale précise encore que pour « Niels Bohr, le savant danois qui était le père de la physique nucléaire, on donna comme justification au fait qu’il ait quitté l’Angleterre pour venir aux États-Unis la nécessité de sa présence au sein de la Fondation Rockfeller ». Niels Bohr, comme David Greenglass l’a déjà dit au cours de son témoignage, portait un faux nom. par ordre secret du 4 février 1944, il était interdit de mentionner ou de révéler de quelque façon que ce soit sa participation au projet : « Il était tellement connu pour ses travaux sur la fission nucléaire et c’était une personnalité tellement importante dans ce domaine que nous estimions, déclare Lansdale, que la révélation de sa visite au Site Y, qui était l’objectif primordial de sa venue dans notre pays, suffirait à tout dévoiler ». Quant au Dr Harold Urey et au Dr Oppenheimer, il était de même interdit à tous les employés, des savants de haut rang aux mécaniciens, de révéler leur véritable identité, qu’ils l’aient apprise officiellement ou illégalement.

David Greenglass à New York (janvier 1945). Une visite matinale

21Le 1er janvier 1945, David Greenglass arrive chez lui pour une permission de trois semaines. Deux ou trois jours plus tard, Julius Rosenberg vient le voir. Il lui demande de lui fournir tout ce qu’il peut avoir sur la bombe atomique. David lui répond qu’il travaille sur des lentilles, des lentilles hautement explosives (High Explosive Lenses). Julius lui dit de rédiger par écrit les informations qu’il possède « la nuit, tard dans la nuit ». Il reviendra le lendemain matin, pour prendre le document. Questionné avec insistance par l’avocat des États-Unis, Saypol, David Greenglass ajoute : « Avant de partir, il m’a donné une description de la bombe atomique de manière à orienter mes recherches. Puis il m’a décrit ce que par la suite je découvris être la bombe lâchée sur Hiroshima... Il m’exposa qu’il y avait des matières fissibles à l’extrémité d’un cube et à l’autre extrémité une partie coulissante composée elle aussi de matières fissibles ; quand ces deux éléments étaient rapprochés sous l’effet d’une grande pression, une réaction nucléaire avait lieu. C’est le type de bombe qu’il a décrit ».

22David prépare les informations ce même soir. Elles comprennent des croquis du moule à lentilles, comment ces lentilles sont utilisées pour les expériences et leur description ; une liste des savants participant au Projet, des noms qu’il a déjà donnés, et d’autres dont il ne se souvient plus, sauf un, Hans Baker, spécialiste de la physique théorique. Il dresse aussi une liste de « recrues possibles », car Rosenberg souhaite également disposer d’une liste de gens sympathisant avec le Communisme et qui pourraient aider à fournir des informations aux Russes. Le lendemain matin, Julius revient chez David et prend possession du rapport. Ruth fait remarquer qu’il est mal écrit et demande à être déchiffré. Julius la prie de ne pas se faire de soucis, Ethel tapera la note à la machine. Il invite le couple à venir dîner chez lui quelques jours plus tard.

23Telle est déposition de David, et Ruth d’une manière générale la confirme. Ici encore, nous allons voir que les protagonistes du drame sont en désaccord complet.

24On voit apparaître ici le premier indice d’une participation d’Ethel Rosenberg aux activités d’espionnage de son mari. Si Ethel tape à la machine les informations destinées aux Russes, elle est complice. Les documents secrets révèlent que Ruth et David Greenglass ont lancé cette accusation très tardivement (23 et 24 février 1951). Prononcée dix jours avant l’ouverture du procès, elle venait à point pour étayer les charges très ténues jusque-là retenues contre Ethel qui avait été arrêtée six mois auparavant, le 11 août 1950 (R. et M., p. 163). À ce point, indiquons seulement que les dossiers du FBI rendus publics, contiennent « des pages et des pages » de l’écriture de David Greenglass, y compris sa correspondance pendant la guerre ; ces pages sont toutes très faciles à lire, même lorsque les photocopies sont de mauvaise qualité (R. et M., p. 168 et notes). Nous verrons qu’il existe un doute sérieux sur le fait qu’Ethel ait tapé à la machine les notes de David.

Dîner de famille

25Les protagonistes du drame sont en désaccord complet. En effet, dans son témoignage, Julius déclare que, lors de la permission de David en janvier 1945, il le vit pour la première fois chez sa belle-mère au cours d’un dîner. À cette occasion, David informe ceux qui sont présents qu’il travaille sur un projet secret, près d’Albuquerque, sans les renseigner sur la nature du projet. Julius nie avoir par deux fois rendu visite à David pour demander et recevoir des informations ; il nie avoir jamais décrit la bombe atomique à son beau-frère. D’ailleurs, même après en avoir entendu une description à l’audience, Julius se dit incapable de la répéter.

*
* *

26Il est difficilement imaginable que Rosenberg ait pu demander à Greenglass de lui fournir une liste de recrues sympathisant avec leur cause. Ce projet semble incompatible avec les conseils de prudence et de dissimulation que Julius avait fait transmettre à son beau-frère par l’intermédiaire de Ruth.

27De plus il est douteux que Julius Rosenberg ait pu donner à David dès janvier 1945 une description de la bombe atomique. J’aurais aimé que des savants qualifiés éclairent ce problème. L’explosion expérimentale de la première bombe a lieu six mois plus tard, le 16 juillet 1945 à l’aube, dans le désert d’Alamogordo.

  • 1 Ces doutes ne transparaissent guère dans sa correspondance de 1943-1944 avec sa femme, analysée par (...)

28Dès le début ou presque David Greenglass n’a pas bonne conscience. Il éprouve un sentiment de culpabilité à faire ce que Julius lui à demandé. Quand le Président de la Cour lui dit : « Alors vous avez vu M. Rosenberg en janvier 1945, peu de temps après avoir eu ces doutes. Ne lui avez-vous rien dit ? », David répond : « Non je ne lui ai rien dit, parce que quand j’ai commencé à faire cela, et c’était là un des principaux motifs pour le faire, j’avais une sorte de culte du héros. Je ne voulais pas que mon héros échoue et je commettais cette faute pour lui. C’est exactement pourquoi je n’arrêtais pas la chose après avoir eu mes doutes »1. Ainsi les Greenglass se rendent à l’appartement de Julius et d’Ethel à Knickerbocker Village, au cours de la permission de David. D’après David, il est 7 heures du soir environ. Ruth a déclaré qu’il était plus tôt dans l’après-midi, 4 ou 5 heures. Une femme, Ann Sidorovich, est présente. Ruth la connaît déjà. David ne connaît que son mari. La visiteuse part avant le dîner. Julius les prévient qu’elle viendra les voir à Albuquerque pour recevoir des renseignements.

29Il l’a fait venir afin qu’ils puissent l’identifier ultérieurement.

30Cela veut dire que désormais, Ruth et David vont habiter ensemble au Nouveau-Mexique et, d’après le témoignage de David, voilà ce dont ils parlent tout d’abord ce soir-là. Ruth, de son côté, prétend que le problème a déjà été soulevé lors de la visite matinale de Julius peu après l’arrivée de David en permission. Jusqu’alors, commence-t-elle à expliquer, les femmes des militaires en service à Los Alamos n’étaient pas autorisées à accompagner leur mari – mais à ce point, l’avocat des Rosenberg l’interrompt et Ruth ne finit pas sa phrase. À Julius, qui lui demande s’il lui plairait d’aller vivre à Albuquerque, elle répond alors qu’elle serait très heureuse d’être près de David. Sans doute trouvera-t-elle du travail sur place, lui dit Julius, mais qu’elle ne se préoccupe pas des problèmes d’argent, il s’en chargera.

31Ensuite, tous trois conviennent que lorsque Ann Sidorovich viendra les voir, Ruth la rencontrera dans un cinéma de Denver, où il sera procédé à un échange de sacs à mains ; les informations recueillies par David se trouveront dans le sac de Ruth. Pour le cas où une autre personne qu’Ann Sidorovich serait chargée de la mission, ils envisagent d’autres moyens d’identification. Julius emmène les deux femmes, sa belle-sœur et sa femme, dans la cuisine. Il prend le fond d’une boîte en carton de Jello, le découpe en zigzag et en donne la moitié à Ruth : « L’autre moitié, dit-il d’après Ruth, te sera remise par la personne qui t’apportera mes salutations : tu sauras ainsi que je te l’ai envoyée ». David trouve le moyen très astucieux. « Les choses les plus simples sont les plus astucieuses », répond Julius. Sur la suggestion de David, ils décident que le rendez-vous sera fixé devant le grand supermarché « Safeway », sur l’Avenue Centrale d’Albuquerque. Julius trouve que l’idée est bonne. La date exacte du rendez-vous est laissée en suspens, et devra être précisée avant le départ de Ruth.

32Ruth est soucieuse. Elle vient de perdre son emploi et ne sait comment elle fera pour vivre jusqu’à son départ. Julius lui dit qu’il s’occupera de ses dépenses et qu’à partir de maintenant, l’argent qu’il leur donne est un cadeau dont il est hors de question qu’ils le lui remboursent. Dans son témoignage, David ne fournit pas de détails aussi précis. Selon lui, Julius a indiqué qu’au cas où Ruth ne trouverait pas de travail à Albuquerque, elle recevrait de l’argent. Au cours de la soirée, David et Julius parlent travail. Ruth se rappelle avoir entendu qu’ils discutaient de la manière dont on fait exploser la bombe. David déclare simplement qu’ils ont évoqué le problème des lentilles et que Julius a souhaité lui faire rencontrer un Russe de manière à approfondir la question.

  • 2 On a vu (supra, p. 54) que Ruth et David ont ajouté à la veille du procès, d’une façon inattendue e (...)

33Quant à Ethel, d’après Ruth, elle aurait dit qu’elle était fatiguée. D’après David, c’est Ruth qui a fait la remarque et Ethel en aurait convenu. Elle doit s’occuper de son enfant et travaille tard le soir pour taper les notes. Ruth lui demande si elle a eu du mal à déchiffrer les notes de David. Sa réponse est négative : elle est habituée à son écriture2. Julius aussi est fatigué. Il a beaucoup à faire. Ethel confie à Ruth qu’il consacre tout son temps et toute son énergie à se dévouer à cette « chose » (l’espionnage). Il est souvent absent et voit des amis sur lesquels il doit faire bonne impression. Il dépense donc de 50 à 75 dollars par soirée pour sortir avec eux. D’après Ruth, voilà ce qu’Ethel lui aurait dit en aparté.

34Pour les Rosenberg, cet épisode n’a consisté qu’en une simple réunion de famille. Julius et Ethel ne se souviennent pas si Ann Sidorovich leur a rendu visite ce soir-là, avant le dîner ; de toutes façons, elle et son mari sont d’anciens voisins devenus amis. Ils nient catégoriquement les déclaration de Ruth et de David. Ils ont parlé de leur enfant, de leur travail respectif, de leur santé. Dave les a de nouveau informés qu’il travaillait à un projet secret sans leur préciser la nature, ni mentionner le nom de Los Alamos. Julius ne lui a rien demandé de plus. Comme tout Américain cultivé de l’époque, ils ont parlé de la guerre. Mais à aucun moment ils n’ont mis au point le projet d’espionnage décrit par Ruth et David Greenglass.

*
* *

35Une fois de plus le témoignage de l’un des couples est nié par celui de l’autre. Aucune corroboration extérieure des accusations formulées par les Greenglass n’existe. Ann Sidorovich n’est pas appelée à témoigner. Les dépenses coûteuses auxquelles Julius Rosenberg se serait livré selon Ruth n’ont laissé aucune trace et il est permis de douter qu’elles aient réellement eu lieu. À lire les propos tenus par Ruth et David – mais bien sûr, de telles impressions ne sont pas décisives – j’ai donc le sentiment que les contradictions qui apparaissent dans leurs témoignages ne sont pas seulement dues à des défaillances de mémoire.

*
* *

Rencontre avec un Russe

36Quelques jours après le dîner qui a réuni les Rosenberg et les Greenglass, David déclare qu’un rendez-vous a été pris sur la Première Avenue entre lui et un Soviétique. David emprunte la voiture de son beau-père. Il est environ onze heures et demie du soir. Il fait très sombre et il passe devant la devanture éclairée d’un bar avant de garer sa voiture à quelques mètres de là. Julius arrive bientôt, il l’aperçoit et va chercher le Russe qu’il conduit à la voiture. Julius reste sur le trottoir ; Greenglass et l’étranger roulent alors dans le quartier pendant une vingtaine de minutes. L’homme pose à David des questions sur les lentilles à haute explosion, sur la formule de l’explosif, celle de la courbe et sur les procédés de détonation. L’attention de David est monopolisée par la conduite et il n’accorde pas une attention soutenue aux propos de son passager. En fait, il ne sait pas bien comment lui répondre et il ne peut donner de renseignements précis. Ils reviennent à l’endroit d’où ils sont partis. Julius les attend. Il invite son beau-frère à retourner chez lui et reste avec le Russe avec qui il doit souper. David regagne son domicile et raconte l’épisode à sa femme.

37À la barre des témoins, Julius dément formellement l’incident rapporté par son beau-frère. Les deux hommes ont prêté serment.

Ruth rencontre Julius après son départ pour Albuquerque

38Le 20 janvier 1945, David quitte New York pour se rendre à Los Alamos. Sa femme le rejoindra le dernier jour de février. Entre temps, elle revoit Julius qui vient chez elle. Sa jeune sœur, Dorothée, est à la maison. Ils bavardent dans la cuisine. Au bout de quelques minutes, Julius demande à Dorothée de prendre un livre et d’aller dans la salle de bains, sous le prétexte qu’il doit parler à Ruth d’une question personnelle. Il informe alors sa belle-sœur qu’au cours de la dernière semaine d’avril et de la première semaine de mai, elle devra, comme convenu, se rendre au supermarché Safeway, où elle rencontrera quelqu’un et lui remettra les renseignements fournis par David. Tel est le témoignage de Ruth ; il est confirmé point par point par Dorothée. Elle ajoute qu’à l’époque, elle vit chez sa sœur et que la visite de Julius a eu lieu un soir.

39Quant à Julius, il se souvient de cette visite mais selon sa version, les circonstances en ont été très différentes. Ruth l’a appelé au téléphone pour lui demander de venir la voir et un soir, après le dîner, il se rend chez elle. Au seuil de l’appartement, Ruth lui murmure : « Je veux te parler seule. Dis à la gosse d’aller dans la salle de bains ». Après quelques instants, il demande donc à Dorothée de les laisser seuls. Ruth lui explique qu’elle est terriblement préoccupée car David a décidé de gagner un peu d’argent en vendant des choses volées à l’armée. Julius lui répond : « Avertis David de ne pas faire une chose aussi bête. Il ne peut que s’attirer des ennuis... » Julius fait allusion à un article relatant ce qui est arrivé à un GI qui avait volé de l’essence et des pièces détachées. David doit absolument éviter d’agir ainsi. Rosenberg déclare à la Cour qu’il n’a parlé de cet incident qu’à Ethel, à aucun autre membre de la famille. Le Président de la Cour lui demande s’il a connaissance que Ruth et David aient communiqué à ce sujet. Julius l’ignore. Il suggère qu’ils ont pu s’écrire, mais il ne saurait affirmer qu’une de leurs lettres ait évoqué ce problème.

40De son côté, le procureur demande à Julius s’il n’a pas dit aux agents du FBI, alors qu’ils l’interrogeaient, en juin 1950, que Ruth avait téléphoné à Albuquerque pour parler à David une semaine environ avant son départ de New York. Mais Julius répond : « Je ne leur ai rien dit de tel. Peut-être m’en ont-ils parlé ». Julius ne s’en souvient plus et les agents du FBI n’ont pas été appelés à témoigner sur ce point.

*
* *

41L’incident est important. Il intéresse la crédibilité du témoignage de Julius Rosenberg. Pour la première fois au cours du procès, un témoin qui n’est pas directement intéressé à l’affaire, Dorothée, met en évidence un fait. Ce fait n’est pas contesté mais il est soumis à deux interprétations. Dès lors, est-il possible de choisir entre la version de Ruth et celle de Julius ?

42Concernant le témoignage de Julius, on peut d’abord se demander comment Ruth a été informée du projet de David. Le courrier est censuré. On imagine mal que David ait osé écrire à sa femme qu’il allait gagner de l’argent en pratiquant de telles méthodes. Peut-être une conversation téléphonique avec Albuquerque a-t-elle eu lieu... Les conversations téléphoniques n’étaient pas nécessairement surveillées. Cet aspect n’est pas éclairé.

43D’un autre point de vue, pourquoi Ruth aurait-elle fait appel à Julius ? Comment l’accusé peut-il justifier qu’il n’ait pas lui-même cherché à la voir ? Le Président de la Cour pose la question à Julius et il répond qu’il était le seul proche parent qui pût l’aider ; les frères de Dave habitent tous deux fort loin. L’analyse du contre-interrogatoire de Julius n’apporte pas grand chose de concluant. En effet à l’accusation qui lui demande pourquoi il n’a rien fait pour empêcher David de commettre des vols, sinon de lui transmettre des conseils par l’intermédiaire de sa belle-sœur, Julius répond qu’un simple message lui avait paru suffisant pour ce qu’il considérait comme un incident sans lendemain.

44Quant à la version de Ruth, elle est loin d’être sans faille. Pourquoi Julius aurait-il fait preuve d’une si grande légèreté pour lui donner des consignes d’espionnage ? Il aurait pu téléphoner à sa belle-sœur pour savoir quand la trouver seule chez elle, ou encore la faire venir à son propre domicile. Pour étayer les propos de Julius, on peut supposer que, dans sa hâte de voir sa femme près de lui, David lui aurait dit qu’il pouvait se procurer de l’argent par des moyens détournés. À cette occasion nous devons rappeler que David a effectivement volé un échantillon d’uranium. Mais en définitive, il faut reconnaître que, dans un cas comme dans l’autre, il est impossible de découvrir la vérité.

La visite d’Harry Gold à Albuquerque (juin 1945)

45D’après les témoignages, David et Ruth s’attendent donc à recevoir un visiteur à Albuquerque. Mais Ann Sidorovich ne vient pas. En avril, Ruth fait une fausse couche. Elle écrit à Ethel qu’elle doit rester au lit. Ethel lui répond qu’elle a toute sa sympathie et qu’un membre de la famille ira les voir à Albuquerque le troisième ou quatrième samedi de mai, dates auxquelles Ruth se rend devant les magasins de Safeway. Le second samedi, son mari l’accompagne. Ruth ne sait plus très bien à quelle heure – au milieu de l’après-midi, dit-elle d’abord, puis à 1 heure 30. Elle ne précise pas qu’une heure fixe ait été convenue pour le rendez-vous. On n’interroge pas David au sujet de cette deuxième visite. Il a pourtant témoigné qu’il avait l’habitude d’arriver à Albuquerque le samedi soir. Pourquoi lui a-t-il été possible de se déplacer plus tôt ce samedi-là ? Nous ne le savons malheureusement pas. Quoi qu’il en soit, personne ne se présente au rendez-vous.

46Harry Gold, l’espion professionnel, témoigne que ce même samedi de mai, il a eu rendez-vous à New York avec un agent soviétique qui travaille au consulat, Yakovlev. Celui-ci lui donne l’ordre d’aller à Santa Fe, voir le Dr Fuchs, le premier samedi de juin. Il l’investit ensuite d’une seconde mission : se rendre à Albuquerque le lendemain, un dimanche. Gold proteste. Le second voyage est dangereux. Mais Yakovlev lui répond qu’il est indispensable de s’en charger et, d’après Gold, il ajoute : « Une femme devait y aller, mais elle n’a pas pu faire le voyage ». Yakovlev lui confie une feuille de papier pelure sur laquelle sont tapés un nom – Greenglass –, un adresse à Albuquerque et enfin, un signal de reconnaissance : « Je viens de la part de Julius ». Harry Gold apprend par cœur ces indications et détruit le papier. Yakovlev lui remet également la moitié d’un côté de boîte de Jello pour compléter l’identification.

*
* *

47Le témoignage d’Harry Gold établit clairement qu’ « une femme » devait aller à Albuquerque. Il n’apporte aucune confirmation du plan évoqué par Ruth et David, le rendez-vous devant un magasin avec une personne inconnue et à une heure indéterminée. Il fait apparaître que l’espion a reçu le signal de reconnaissance et un élément matériel semblables à ceux décrits par les Greenglass. Il n’établit ni ne corrobore en aucune manière la déclaration selon laquelle ces signes de reconnaissance auraient été remis par Julius Rosenberg.

48Les procédures d’identification utilisées par Harry Gold sont conformes aux techniques d’espionnage qu’il a décrites à la barre. Par rapport à ce système, l’échange des sacs à main, l’attente devant le magasin dont les Greenglass ont fait état, ressemblent à des techniques de mauvais roman. Pourquoi les Greenglass n’ont-ils pas très simplement exposé qu’il avait été convenu chez les Rosenberg que quelqu’un viendrait chez eux, qu’il aurait « Julius » pour mot de passe et montrerait la moitié du côté d’une boîte de Jello ? Pourquoi toute cette mise en scène ? Peut-être disent-ils la vérité. Mais alors Julius est un piètre espion. Et pourtant le procureur lui donne un rôle essentiel : « Au centre de ces rouages, Rosenberg étend son action comme les tentacules d’une pieuvre ».

49Peut-être existe-t-il un motif à ce mélodrame. Il permet d’accréditer ce qui paraît invraisemblable : que Julius Rosenberg, contre toute attente, employait son propre nom comme signe de reconnaissance. Rappelons une fois encore que l’ABC de l’espionnage exposé au Jury et à la Cour par Harry Gold et Élisabeth Bentley faisait état de la nécessité absolue d’utiliser un faux nom.

*
* *

50Les documents secrets ont mis en lumière les incertitudes et les revirements de Gold dans ses déclarations au FBI Après avoir déclaré que sa rencontre avec les Greenglass avait eu lieu en septembre 1945, il la situe ensuite en juin 1945. Mais surtout, dans sa déclaration originaire de mai 1950, Gold indique qu’il a oublié le nom de la personne qui sert de mot de passe. Au mois d’août, il retrouve le nom et affirme avoir déclaré aux Greenglass qu’il venait de la part d’un certain Ben (déclaration du 1er août 1950). L’interrogatoire préparatoire au procès diligenté par le représentant du ministère public se déroule donc ainsi : « Qu’est-il arrivé lorsque Greenglass vous a ouvert la porte ? – Gold : J’ai dit que j’apportais les salutations de Ben Brooklyn » (cité par S., p. 461-462) ». La veille du jour où s’ouvre le procès (5 mai 1951), Gold se souvient enfin, « après considérable réflexion », écrit l’agent du FBI Walsh dans son rapport, que Yakovlev lui a donné comme instruction « d’apporter les salutations de Julius », ce qu’il a fait. La longue « réflexion » de Gold a sans doute été facilitée par la présence de Greenglass qui est interrogé en même temps que lui par l’agent Walsh, le 28 décembre 1950. C’est alors que le FBI suggère à Gold que le mot de passe doit être « Julius ». Un autre agent du FBI, présent à cet interrogatoire, précise qu’ils avaient simplement pour but d’aider Gold à reconstruire certains aspects d’un incident lointain (R. et M., p. 160-162).

51Ceux qui croient pouvoir affirmer l’innocence de Julius Rosenberg attachent une grande importance à cet incident (J.-A. Scott, « Greetings from Julius », The FBI lies, New York, mai 1978). Par contre, ceux pour qui la culpabilité de Julius Rosenberg est démontrée en diluent la portée. R. et M. reconnaissent cependant qu’il introduit à tout le moins un élément de confusion (p. 161-162).

52Pour nous, cet épisode aujourd’hui révélé confirme singulièrement les doutes que nous exprimions en 1954 sur le vraisemblance de la référence à Julius dans le mot de passe.

53Selon son témoignage, le samedi 2 juin 1945, Harry Gold arrive à Santa Fe. Il passe une demi-heure environ avec le Docteur Fuchs. Tard dans l’après-midi il prend l’autocar pour Albuquerque. Il ne rencontre pas les Greenglass ce soir-là, car ils sont sortis. Il parvient à se loger dans le hall d’un garni. Le lendemain, il va à l’hôtel Hilton où il s’inscrit sous son nom.

54« Le dimanche, vers 8 h 30, je retourne chez eux, dans la Grande-Rue. Je me rappelle avoir eu à monter un escalier très raide. Je frappe à une porte. Un jeune homme d’environ 23 ans, aux cheveux noirs, m’ouvre en souriant. Je lui dis : « Monsieur Greenglass ? » Il répond affirmativement. Je dis : « Je viens de la part de Julius ». Et je lui montre le morceau de carton que Yakovlev m’avait donné au Volk’s Café. Il me prie d’entrer. Greenglass prend un sac à main de femme et en sort un morceau de carton. Nous les ajustons l’un à l’autre... À ce point je me présente à Greenglass comme étant Dave de Pittsburg. C’est tout. Greenglass me présente à la jeune femme qui est là et me dit que c’est sa femme, Ruth. Mme Greenglass remarque que, par coïncidence, mon prénom et celui de son mari sont les mêmes ».

55Les renseignements concernant la bombe atomique ne sont pas prêts. Greenglass dit à Gold « qu’il n’attendait pas sa visite ce jour-là, qu’elle le prend par surprise ». Il lui demande donc de revenir dans l’après-midi. Gold lui remet une enveloppe qui contient 500 dollars. Greenglass la prend et remarque que bien des gens travaillant à Los Alamos accepteraient d’être recrutés comme espions ! Il commence alors à en donner une liste.

56« Je l’interromps immédiatement, sans prendre de gants, témoigne Harry Gold. Je lui dis que sa façon de procéder était extrêmement dangereuse, folle, qu’en aucun cas, il ne devait essayer de faire, de sa propre initiative, des propositions à quiconque pour tenter d’obtenir des renseignements destinés à l’Union Soviétique. Je lui dis d’être très circonspect dans sa conduite, et de ne jamais laisser entendre à personne, par le moindre propos, que lui-même fournit des renseignements sur la bombe atomique à l’Union Soviétique ».

57Comme Harry Gold se prépare à partir, environ un quart d’heure après son arrivée, Mme Greenglass lui confie que juste avant de quitter New York pour venir à Albuquerque, elle a parlé à Julius. Après le départ de Gold, David, selon son témoignage, prend du papier réglé de 8 inches sur 10 :

58« J’ai dessiné, déclara-t-il, quelques croquis du moule à lentilles détaillant la manière dont les lentilles sont montées pour une expérience. J’ai également fait une description de cette expérience » (sic).

59David mentionne aussi qu’une explosion atomique doit avoir lieu à Alamogordo (Nouveau-Mexique). Cette explosion, la première dans l’histoire de l’humanité, eut effectivement lieu le 16 juillet 1945, à l’aube.

  • 3 Scion la déposition de Greenglass légèrement différente de celle de Gold.

60Gold revient. David lui remet son rapport dans une chemise. Il y a adjoint une liste de recrues possible pour l’espionnage. En retour, il reçoit une enveloppe3. Il la soupèse et se rend compte qu’elle contient de l’argent.

61De son côté, Gold nous apprend que Greenglass attendait une permission pour Noël, et qu’à cette occasion il irait à New York. « Il me dit que si je voulais entrer en relation avec eux, je pourrais le faire en appelant son beau-frère Julius. Et il me donne son numéro de téléphone à New York ». En novembre 1945, à l’approche de Noël, Gold rappelle cette indication à Yakovlev et lui dit : « Nous devrions établir un plan pour entrer en relation avec le beau-frère de Julius et obtenir d’autres renseignements par son intermédiaire ». Yakovlev l’interrompt alors avec brusquerie et l’enjoint de s’occuper de ce qui le regarde.

62L’échange des documents chez les Greenglass n’a pas duré plus de dix minutes. Le 5 juin, Harry Gold est de retour à New York. Le soir, dans un endroit retiré, il remet à Yakovlev deux enveloppes. Sur l’une est inscrit « Docteur » et sur celle de Greenglass « Autre ».

*
* *

63S. soutiennent que la visite de Gold aux Greenglass est une pure fabrication du FBI imposée aux trois témoins de l’accusation. Ils allèguent sur la base des documents secrets, que la fiche d’hôtel du Hilton, où Gold aurait occupé une chambre pour la journée du dimanche 3 juin 1945, est un faux. Ils ajoutent que, dans ses déclarations au FBI, Gold fait exclusivement état de sa rencontre avec Fuchs à Santa Fe sans mentionner en quoi que ce soit la visite aux Greenglass (S., p. 445-450). R. et M. consacrent une annexe de leur ouvrage à ce qu’ils appellent la Conspiration du Hilton (p. 454-470). Sans entrer dans les détails de leur argumentation et malgré certaines obscurités (par exemple la note d’hôtel n’a pas été versée aux débats), il ressort que le machination du FBI n’est nullement prouvée.

64Si la présence de Gold à Albuquerque, le 3 juin 1945, paraît bien établie, le doute subsiste sur la réalité de la visite qu’Harry Gold aurait fait aux Greenglass. Aucune indication précise n’a été fournie sur le garni où Gold aurait passé la nuit du samedi 2 au dimanche 3 juin 1945. Il avait quitté les Greenglass un peu avant 9 heures du matin. Or, d’après la fiche du Hilton, Gold est arrivé à cet hôtel à 12 h 36. Où était-il entre 9 heures et midi trente ? De plus Gold semblait se rendre à Albuquerque où il avait des amis pour ses propres convenances. Avant d’aller à Santa Fe le samedi 2 juin, Gold passe par Albuquerque ! Il y retourne en septembre sans qu’une « mission » d’espionnage l’y ait contraint. Les deux fois il s’inscrit à l’hôtel sous son vrai nom ce qui est contraire à la façon dont il procède quand il est « en service ». En définitive, non seulement le lien entre Julius Rosenberg et la rencontre de Gold et de Greenglass à Albuquerque n’est pas établi, mais on peut raisonnablement « se demander si cette rencontre a bien eu lieu ». (Ci-après, p. 126 et suiv.).

65La défense s’abstient de procéder au contre-interrogatoire du témoin Harry Gold. Gold connaissait le mot de passe. Mais n’ayant jamais rencontré Julius Rosenberg, il n’aurait pu dire si le mot « Julius » désignait l’homme. Ou encore s’il s’agissait d’une coïncidence comme dans le cas de « Dave ». Son témoignage n’incrimine donc pas Julius Rosenberg, sauf s’il est prouvé que le signal de reconnaissance se réfère à lui.

66Cette preuve, on la trouve dans le témoignage des Greenglass. Nous sommes ainsi ramenés au problème central – quelle foi donner aux témoignages de complices avoués ? Examinons de nouveau leurs déclarations. En admettant que la rencontre avec Harry Gold ait vraiment eu lieu, pourquoi David Greenglass a-t-il cru bon de donner à Harry Gold le numéro de téléphone de Julius Rosenberg ? Si l’on en croit son témoignage et celui de sa femme, le courrier Harry Gold lui est envoyé par son beau-frère Julius. David, sachant qu’Harry Gold et Julius Rosenberg sont déjà en relations directes ou indirectes, pourquoi pense-t-il nécessaire de donner un moyen d’accès à Julius ? Ou encore, si Harry Gold est vraiment le courrier envoyé par Julius, attendu par David et Ruth – en ce cas, nous ne comprenons toujours pas pour quels motifs David a fourni à Gold cette adresse. On peut aussi supposer qu’en juin 1945, David savait parfaitement que son beau-frère ne lui avait pas envoyé de courrier et qu’il avait informé ceux pour qui il espionnait des moyens d’entrer en relation avec lui lors de sa permission à New York. Au cours de leur témoignage, David et sa femme se sont abstenus de mentionner cette partie de leur conversation avec Gold.

Le témoignage de l’ingénieur Koski sur les lentilles à implosion

67L’ingénieur chargé à Los Alamos de préparer les lentilles à implosion, le Dr Koski, est entendu comme témoin : « Une lentille à implosion, explique-t-il, est une combinaison d’explosifs de vitesses différentes et d’une forme appropriée de telle sorte que si on les fait exploser en un point déterminé il se produit une onde de détonation convergente... Une lentille à implosion assure la convergence de l’onde de détonation ou de forte pression qui la pénètre... »

68On lui demande d’examiner les dessins, refaits par Greenglass au cours du procès et qui reproduisent ceux qu’il a prétendu avoir remis en janvier 1945 à Rosenberg et en juin 1945 à Gold. Le Dr Koski reconnaît qu’il s’agit là de copies raisonnablement conformes aux croquis qu’il a établis pour exécution au cours de son travail d’expérimentation à Los Alamos. La copie du croquis qui a été confiée à Harry Gold lui apparaît comme représentant en gros le schéma expérimental qu’il a conçu pour l’étude de l’implosion cylindrique. Il ajoute que les renseignements fournis avec les croquis donnaient une description raisonnablement correcte des expériences et de leurs détails. David Greenglass, qui travaillait dans l’atelier où les croquis du Dr Koski étaient exécutés, pouvait y avoir accès.

69Mais quelle était l’importance réelle des renseignements ainsi recueillis ? L’avocat des Rosenberg lui pose la question : « Est-ce que les dimensions de ces moules à lentilles n’avaient-elles pas une importance capitale ? »

70Dr Koski : « Les dimensions physiques globales dont vous parlez ne sont pas importantes. Ce sont les dimension relatives qui le sont ».

71L’avocat de la défense : « Bien ! Ces dimensions relatives sont-elles révélées par les croquis versés au débat ? »

72Dr Koski : « Elles ne sont pas révélées ».

73C’est alors que l’avocat des États-Unis intervient : « Si nous distinguons maintenant entre les dimensions relatives et la représentation générale, n’est-ce pas vrai que cette représentation générale est l’essentiel dans ces croquis ? »

74Dr Koski : « C’est le cas ».

75M. Saypol : « De sorte que les croquis montrent les dimensions relatives en ce sens qu’ils décrivent les relations de chacun des facteurs, dans la lentille, les uns par rapport aux autres ».

76Dr Koski : « Oui ».

77Quoi qu’il en soit, un expert pouvait déterminer, au vu des croquis, que les activités en cours à Los Alamos concernaient la fabrication d’une bombe atomique.

« Une bombe description de la bombe atomique » (septembre 1945)

78David Greenglass n’a fourni à Harry Gold aucun renseignement sur la bombe atomique elle-même, et il n’y fait même pas allusion, bien que les instructions données selon lui par Rosenberg fussent de recueillir des explications la concernant. Pourtant, au cours des mois qui ont suivi la réunion de janvier 1945 avec Julius, il a obtenu, selon son propre témoignage, des informations sur la bombe.

79« Au cours de mon travail à Los Alamos, déclara-t-il à la barre, je suis rentré en relation avec diverses personnes qui travaillaient à différents aspects du projet et, de plus, j’ai travaillé directement sur certains éléments qui entraient dans la Bombe. J’ai aussi rencontré des gens qui parlaient des bombes et de leur fonctionnement. J’avais habituellement accès à divers secteurs du projet. De plus, je m’étais lié d’amitié avec un certain nombre de personnes travaillant à des aspects différents du projet. Chaque fois que la conversation portait sur quelque chose que je ne connaissais pas, j’écoutais avidement et je questionnais mes interlocuteurs pour élucider ce qu’ils venaient de dire. Je le faisais d’une façon détournée pour que personne ne s’en rende compte ».

80David reconnaît qu’il faisait tout pour obtenir des renseignements. Il s’était donné pour mission de surprendre les conversations ou de participer à celles qui lui permettraient de s’informer. Il donne des exemples de la façon dont il travaillait : « J’entre dans une salle, je vois qu’il y a une pièce sur la table. Je la prends et je dis, « Tiens cette pièce est intéressante, la manière dont elle est travaillée aussi ». L’homme à qui je me suis adressé et son collaborateur expliquent : « Oh ! c’est une source de neutrons, et dans la conversation ils exposent la façon dont cette pièce est utilisée. Voilà un exemple...

81Un autre exemple : un homme vient à moi avec un croquis et une pièce de métal. Il me dit, « Tourne-là de façon à ce qu’elle ait des coins carrés pour que je puisse y placer des lentilles. Viens chez moi la chercher ». Alors j’allais chez lui. C’était un mathématicien, un savant. Il avait préparé la pièce et je lui demandais : « De quoi s’agit-il ? » Il me l’expliquait ».

82Grâce à quoi, en septembre 1945, David Greenglass est capable d’arriver à New York avec en tête « une bonne description de la bombe atomique elle-même ». Le type est différent de celui utilisé à Hiroshima et qui a été défini par Julius. La bombe d’Hiroshima est la seule de ce type à avoir jamais été fabriquée. Celle sur laquelle David Greenglass a obtenu la plupart de ses informations repose en effet sur un effet d’implosion.

*
* *

83Les documents secrets ont révélé que le savant atomiste Fuchs avait remis à Gold en juin 1945, trois mois avant que David Greenglass ait donné, selon l’accusation, ses informations et son croquis à Julius Rosenberg, une description détaillée de la bombe de Nagasaki accompagnée de dessins précis et cotés (cité par R. et M., p. 442-43, et 54-75). Par la suite deux experts ayant pris une part importante à la fabrication de la bombe atomique à Los Alamos ont examiné le témoignage de David Greenglass sur ce point. L’un d’eux Morrisson, co-propriétaire du brevet concernant la bombe de Nagasaki, juge l’exposé de Greenglass « confus et imprécis » et son croquis une « caricature ». L’autre (Linschitz) écrit : « Il n’est pas possible qu’un mécanicien simple diplômé du secondaire condense dans un diagramme et sur une simple feuille de papier les résultats d’une recherche qui a coûté deux millions de dollars, d’une façon qui soit technologiquement utile ». (S., p. 464 ; R. et M., p. 441-42). R. et M. admettent bien que les connaissances de Greenglass étaient « très superficielles » (p. 437). Ils ajoutent que les experts de l’A.E.C. savaient que le témoignage de Greenglass comportait « de grossières erreurs » (p. 437) et « qu’ils n’ont rien fait pour le signaler au Juge et au Jury ». Ainsi « de certaines erreurs techniques » (p. 143) ils passent sans explications aux « grossières erreurs » (p. 437). Mais surtout on peut difficilement accepter la justification qu’ils donnent au silence des experts : « On pourrait soutenir que, la loi étant ce qu’elle était, ce n’était pas l’affaire des témoins du gouvernement de mettre en lumière les erreurs du témoignage de Greenglass ». (p. 437-438.) Beckerley, chef du bureau chargé de classer les documents scientifiques de la Commission de l’énergie atomique selon qu’ils pouvaient être publiés, soumis à restriction de consultation, au secret ou au plus haut secret, dans une lettre au « New York Times » du 5 août 1966 (cité par R. et M., p. 573) donne une autre excuse – à savoir que le procès ne portait pas sur l’exactitude des données de Greenglass.

*
* *

84Au cours du procès, Greenglass prépare une copie du croquis en coupe de la bombe atomique qu’il avait dessiné pour les Rosenberg en 1945. Ce croquis est produit comme preuve par l’accusation (pièce à conviction n° 8). Un expert, John Derry, qui avait été assistant de l’ingénieur de zone du District Manhattan pendant la guerre, puis officier de liaison du Général Groves pour le projet de Los Alamos et qui a une formation d’ingénieur électronicien, examine la copie préparée par David Greenglass et commente : « C’est la bombe que nous avons larguée sur Nagasaki », déclare-t-il. « Elle est similaire. Ce croquis donne substantiellement le principe en cause ».

85Mais l’expert Derry n’est pas autorisé à répondre à la question posée par la défense :

86« Pouvez-vous dire qu’un ouvrier tourneur ne possédant aucun diplôme d’ingénieur ou même un savant quelconque puisse décrire avec exactitude le fonctionnement de la bombe atomique et ses éléments composants tout à la fois, dans la mesure où ils fonctionnent indépendamment les uns des autres et en relation les uns avec les autres ? » L’avocat des États-Unis explique ainsi son opposition, approuvée par le Juge Kaufman, à ce que la question soit posée : « C’est le jury qui doit juger de cela sur la base du témoignage de Greenglass. Et non ce témoin ».

*
* *

87D’après le témoignage des Greenglass, au lendemain de l’arrivée de David à New York en septembre 1945, Julius lui rend visite. Quand David lui parle de la bombe, Julius veut immédiatement que son beau-frère écrive ce qu’il en sait. Il lui donne 200 dollars et lui demande de venir chez lui. Dans sa déposition, Ruth déclare qu’elle a pris l’argent un peu plus tard, bien qu’elle ne soit pas d’accord : « La Bombe avait déjà été lâchée sur Hiroshima », déclare-t-elle au Jury, « et je me rendais parfaitement compte de ce qu’elle représentait. J’estimais donc que ces renseignements ne devaient pas être donnés ». Mais son mari en avait décidé autrement. « J’ai été jusque-là » déclare-t-il, « et j’irai jusqu’au bout ».

  • 4 Les « documents secrets » font apparaître que Ruth et son mari ne se sont « souvenus » de cet épiso (...)

88Ils sortent tard ce matin-là et prennent en même temps petit déjeuner et déjeuner dans un restaurant. De retour à leur appartement, David dessine un croquis de la bombe atomique et rédige un rapport descriptif qui accompagnera son croquis. Il y joint également les noms de quelques savants ainsi que d’éventuelles recrues pour l’espionnage. Il écrit à peu près douze pages et termine son rapport vers deux heures de l’après-midi. Ruth et David se rendent alors en voiture chez Julius. Ce dernier prend le rapport, s’installe seul dans une chambre pour le lire, et en sort avec les mots suivants : « C’est très bon. Il faut le taper immédiatement ». Ethel se met au travail4. De temps à autre, ils apportent des corrections grammaticales ou stylistiques et vers cinq heures ils ont terminé. Les papiers originaux sont brûlés dans une poêle à frire et les cendres jetées dans les toilettes. Tout en surveillant la dactylographie du rapport, David et Julius bavardent. Julius apprend à David qu’il avait volé une fusée alors qu’il travaillait pour Emerson Radio et qu’il l’avait donnée à la Russie. Il veut que David reste à Los Alamos comme employé civil et continue ainsi à fournir des renseignements. Telles sont les dépositions concordantes de Ruth et de David Greenglass. Toutefois, Ruth ne se rappelle pas le contenu des notes préparées par son mari.

89Julius et Ethel opposèrent un démenti formel à leur témoignage et nièrent l’ensemble de l’épisode.

*
* *

  • 5 On sait aujourd’hui que ces deux bombes étaient différentes. La bombe d’Hiroshima a été la seule de (...)

90Il faut noter, ici encore, que les accusateurs des Rosenberg sont aussi les complices du couple et que leur témoignage n’est confirmé pas aucune source extérieure. Postulons l’exactitude de leur témoignage. Julius aurait alors décrit à David la bombe d’Hiroshima et ce dernier lui aurait fourni des renseignements sur la bombe de Nagasaki. Ces deux bombes étaient-elles différentes ?5

  • 6 On a vu p. 69 (supra), que les experts appelés à se prononcer sur ce point, après le procès, ont do (...)

91Sur l’éventualité de cet échange de données entre David et Julius, une grave question se pose. Était-il possible en 1945 pour un ingénieur non-spécialisé, comme Julius, ou pour un mécanicien qualifié, comme David, de mémoriser les principes et les éléments composants de bombes atomiques ?6 Aucun expert n’a été appelé au cours du procès pour éclairer ce point. De même, on ignore les circonstances lors desquelles David dessina pour les besoins du procès la copie des croquis qu’il avait livrés à Julius en 1945. Une chose est sûre : ces croquis n’ont pas été exécutés devant la Cour ou le Jury, ni même devant les experts. Greenglass effectue cette reconstitution pour le FBI et non contradictoirement. Par contre, s’il a vu Harry Gold à Albuquerque, il n’est pas impossible que David lui ait remis un croquis des moules à lentilles qu’il avait tournés. Mais, répétons-le, nulle preuve ne vient attester qu’il eût donné ces documents à Julius Rosenberg.

Dernières tentatives des Rosenberg pour convaincre les Greenglass de continuer à se livrer à des activités d’espionnage (1946-1948)

92Le dernier jour de février 1946, David Greenglass est démobilisé avec un certificat de bonne conduite. Il revient à New York et jusqu’en août 1946 travaille dans les affaires avec Julius, son frère Bernard Greenglass et un nommé Goldstein. Il voit Julius presque tous les jours et son beau-frère lui parle de ses activités d’espionnage. David déclare : « En 46 ou en 47, Julius Rosenberg m’offrit de me faire payer une partie de mes études par les Russes. La loi sur les anciens combattants permettrait de payer le reste ; je devrais aller à l’Université afin de cultiver l’amitié des gens que j’avais connus à Los Alamos ; et aussi pour lier de nouvelles amitiés avec les gens qui travaillaient à des recherches menées par ces universités, telles la physique et l’énergie nucléaire... Il aurait voulu que j’aille à l’Université de Chicago parce qu’il y avait là-bas des gens que j’avais connus à Los Alamos, que c’était une institution très connue et qu’elle faisait beaucoup de bon travail dans le domaine de la physique nucléaire ». D’après David, Julius mentionne également l’institut de Technologie du Massachussets et lors d’un entretien ultérieur, l’Université de New York qui vient de créer un département d’ingénierie nucléaire. En fait, David n’a jamais appartenu à l’une de ces universités.

93Julius apprend aussi à David que des collaborateurs à lui poursuivent des études dans différents lieux. Certains, au nord de l’État de New York, d’autres dans l’Ohio, lui fournissent des renseignements destinés aux Soviétiques. Il connaît aussi quelqu’un qui travaille à l’usine de la General Electric de Schenecdaty. Un jour, en présence du frère de David, Julius fait allusion à un projet de plate-forme céleste ; il s’agirait d’une sorte de grand engin qui serait suspendu entre la Lune et la Terre – en dehors de toute pesanteur – et qui tel un satellite tournerait autour de la Terre. Ce renseignement lui a été fourni par « un de ses gars ». Celui-ci a aussi confié que le problème de l’utilisation de l’énergie atomique dans l’aviation a été résolu. De plus, Julius explique à David le système qu’il a mis au point avec les Soviétiques pour communiquer avec eux : « Il y avait, dans un cinéma, une niche où il plaçait des microfilms ou des messages que les Russes passaient prendre. Si c’était nécessaire, il les rencontrait en quelque endroit désert de Long Island ».

94Dans sa déposition, Ruth, elle aussi, déclare avoir été le témoin des activités d’espionnage de Julius. Au cours de l’année 1946, en effet, elle remarque chez les Rosenberg une table console en acajou. Julius lui montre alors, ainsi qu’à David, l’usage très particulier de ce meuble. Il a été creusé afin qu’en dessous, on puisse y installer une lampe et Rosenberg l’utilise pour prendre des photos sur microfilms de notes dactylographiées. Dans la même déposition, Ruth dit se souvenir également que Julius pressait son mari d’étudier la fission nucléaire. Mais les Greenglass le font patienter en invoquant une excuse ou une autre. Pourtant, David suit pendant quelque temps des cours l’après-midi, malgré la désapprobation de Julius qui déplore qu’il n’étudie pas l’énergie nucléaire. Il s’est inscrit pour justifier les subsides que l’État lui verse en vertu de la loi sur les anciens combattants. À ce moment-là, David a déjà refusé une offre. On lui avait proposé de retourner à Los Alamos pour y travailler comme civil. Bien que le salaire soit assez élevé, ce poste ne l’intéresse pas et Julius en éprouve une grande contrariété. « David lui dit alors », déclare Ruth dans son témoignage, « qu’il ne voulait pas fournir de renseignements ».

Notes

1 Ces doutes ne transparaissent guère dans sa correspondance de 1943-1944 avec sa femme, analysée par R. et M. (note de 1985).

2 On a vu (supra, p. 54) que Ruth et David ont ajouté à la veille du procès, d’une façon inattendue et abrupte, ces incidents à leurs déclarations initiales au FBI et au ministère public, qui n’en faisaient pas mention (note de 1985).

3 Scion la déposition de Greenglass légèrement différente de celle de Gold.

4 Les « documents secrets » font apparaître que Ruth et son mari ne se sont « souvenus » de cet épisode attenant à la dactylographie du rapport qu’à la veille du procès. Auparavant, leurs déclarations n’en faisaient pas état. (Supra, p. 54 et 57. S., p. 463, R. et M., p. 162-169).

5 On sait aujourd’hui que ces deux bombes étaient différentes. La bombe d’Hiroshima a été la seule de ce type (note de 1985).

6 On a vu p. 69 (supra), que les experts appelés à se prononcer sur ce point, après le procès, ont donné une réponse négative (note de 1985).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search