Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

V. Le recrutement de Max Elitcher

Texte intégral

1Inscrit au Parti Communiste, Max Elitcher est employé au Bureau du matériel du Département de la Marine à Washington (DC), de novembre 1938 à octobre 1948. En 1947, il doit signer sous serment une déclaration de loyalisme envers le Gouvernement fédéral. Il cache alors son appartenance au Parti Communiste. Un tel mensonge, fait sous serment, constitue un crime grave en vertu des lois pénales en vigueur aux Ét́ats-Unis. Ce faux serment ne cesse de le préoccuper. Le 20 juillet 1950, il reçoit la visite d’agents du FBI qui ont la preuve de son faux serment. Il n’est pas poursuivi, mais il accepte de témoigner pour l’accusation dans le procès des Rosenberg. J’ai déjà analysé certains passages de ses dépositions. Examinons maintenant l’ensemble de ses déclarations.

Rosenberg et Elitcher

2Un jour, en juin 1944, un peu avant le dîner, Max Elitcher reçoit un coup de téléphone d’une personne qui se présente sous le nom de Julius Rosenberg. C’est un ancien camarade de classe et il se souvient de lui. Rosenberg demande à le voir et arrive chez lui après le dîner. Leur conversation est banale. Comme l’épouse d’Elitcher y assiste, Rosenberg exprime le désir d’avoir un entretien privé et elle les laisse seuls. Rosenberg vante alors à Elitcher les mérites de l’effort de guerre entrepris par l’Union Soviétique. Il ajoute que certains groupes d’intérêts américains refusent à l’URSS un grand nombre d’informations militaires et il déplore que ce comportement freine les efforts de l’Union Soviétique. Rosenberg avoue alors que de nombreuses personnes lui procurent des informations à diffusion réservée sur les équipements militaires, etc., et il demande à Elitcher si ses fonctions au Bureau du matériel ne lui permettraient pas d’obtenir de telles informations afin de les lui transmettre. Il faudrait les lui apporter à New York où il les ferait photographier. Les documents seraient retournés du jour au lendemain. Pour éviter tout danger, les films des documents photographiés, protégés par des étuis hermétiquement fermés, deviendraient inutilisables au cas où une personne non autorisée les exposerait à la lumière du jour. Pour convaincre Elitcher de la nécessité de telles activités et de la sécurité qui les entourait, Rosenberg indique que Morton Sobell y prend part. Il clôt l’entretien en informant Elitcher que son nom et son adresse se trouvent dans l’annuaire téléphonique de Manhattan.

3Le témoignage d’Elitcher ne permet pas d’apprécier exactement ce qu’il répondit aux propositions de Rosenberg. D’une façon générale il déclare n’avoir pas rejeté les ouvertures qu’il lui faisait, et d’avoir accepté de poursuivre leurs entretiens. Il participera aux discussions jusqu’en 1948 prétendant qu’il pourrait fournir des renseignements. Il ne l’a jamais fait.

4Plus tard, au cours de l’année 1944, il se rend à New York et dîne au restaurant avec Rosenberg et cinq autres camarades de classe. Le problème de sa collaboration n’est pas soulevé. Puis, lors de vacances à New York, pendant l’été 1945, il téléphone à Rosenberg et accepte son invitation de venir séjourner chez lui. Sa femme l’accompagne, il apprend, comme nous l’avons déjà vu, que Rosenberg est l’objet d’une procédure de révocation de son emploi ou a déjà été renvoyé pour des raisons de sécurité. Ils s’entretiennent de l’affaire. Rosenberg lui lit certaines pages d’une mémoire en défense. Le syndicat auquel il est affilié l’assiste dans ce combat.

5Elitcher revoit Rosenberg en septembre 1945. Ce dernier est à Washington et il l’appelle de la gare un samedi matin avant de venir chez lui. Il y reste un quart d’heure. La guerre est finie mais Rosenberg explique que l’URSS a encore besoin de renseignements militaires. Dans son témoignage, Elitcher déclare : « Encore une fois, il s’efforçait de connaître mon opinion à ce sujet, il essayait de savoir si, à l’avenir, je serais disposé à lui apporter ma contribution. Je lui dis que je verrai et que si j’avais quelque chose que je veuille lui donner, je le lui ferai parvenir ». La femme d’Elitcher a un rendez-vous au syndicat et les deux hommes l’accompagnent. Arrivés au siège, ils parlent un court instant dans le hall, puis ils montent dans une pièce située à l’étage supérieur. Une douzaine de membres du Syndicat, peut-être davantage, y sont rassemblés. Un photographe est venu prendre des photos. Elitcher affirme qu’il ne se souvient pas du nom des personnes présentes. Cependant, il a remarqué que Rosenberg avait semblé soucieux de ne pas être vu dans les locaux du syndicat. À la fin de l’année 1946 ou peut-être en 1947, plus d’un an après cet épisode, il va voir Rosenberg de sa propre initiative dans le but de parler d’espionnage. Il est alors en mission officielle à New York. Au début de 1946, Sobell lui aurait conseillé de faire cette visite.

6L’avocat des Rosenberg le questionne :

« Au cours de ces dix-huit mois, Rosenberg vous avait-il précisément invité à venir chez lui ? » Elitcher : « Eh bien, c’était une invitation permanente. Il m’avait dit de venir discuter de cette question d’espionnage chaque fois que je monterais à New York ou quand je le voudrais. Je veux dire qu’il n’avait émis aucune restriction en ce qui concernait mes visites chez lui ». L’avocat de la défense : « Vous dites que vous êtes venu volontairement à New York ; était-ce dans le but de discuter d’espionnage avec Julius Rosenberg. Est-ce cela ? »

Elitcher : « Oui ».

Le président de la Cour intervient : « Est-ce après votre discussion avec Sobell ? »

Elitcher : « Oui ».

Le président : « Était-ce la conséquence de votre conversation avec Sobell ? »

Elitcher : « Oui ».

7Elitcher n’est pas tout à fait sûr d’être venu à New York en mission officielle, ni même que sa femme l’ait accompagné. Au cours de cette visite, déclare Elitcher, lui-même parle de son nouveau travail, sur un système de contrôle de mise à feu. Il suppose qu’il était sans doute plus disposé qu’auparavant à accepter les projets de Rosenberg. Mais ce dernier l’interrompt au cours de son exposé et lui apprend que des problèmes se posent à eux : il y a des fuites dans leur réseau d’espionnage. Il est donc préférable de ne pas venir le voir sauf à recevoir avis de le faire. Rosenberg insiste aussi pour qu’il cesse ses activités au Parti Communiste et au Syndicat. Mais Elitcher n’est pas d’accord.

8Leur dernière rencontre est organisée par Sobell en juin 48. Elitcher apprend à Julius Rosenberg qu’il compte quitter le Bureau du Matériel. Ils se rencontrent un soir, au coin de la 42e rue et de la Troisième Avenue. Sobell assiste à l’entretien. Rosenberg souhaite qu’Elitcher conserve son poste au Bureau du Matériel. Elitcher ajoute : « Il voulait, il avait besoin que je travaille au Département de la Marine afin que je puisse les espionner... Il avait aussi une adresse dans sa poche pour que je prenne contact avec Washington et que j’y rencontre quelqu’un ». Mais Elitcher les convainc qu’il n’entend pas changer ses projets. Sa femme et lui voulaient quitter Washington.

9La conversation en reste là. Sobell les quitte. Elitcher et Rosenberg dînent ensemble chez Manny Wolf s, un restaurant de la Troisième Avenue. Ils continuent à parler d’espionnage. Rosenberg désirait vivement qu’Elitcher trouve une situation dans une entreprise où s’effectuent d’importants travaux militaires. Dans ce but, il lui propose de mettre de l’argent à sa disposition afin qu’il pût suivre une formation, et améliorer son statut professionnel. À Elitcher qui lui demande pourquoi il est embarqué dans cette aventure, Rosenberg répond que telle est sa vocation depuis très longtemps. Il explique qu’au sein du Parti Communiste, il est allé d’une personne à l’autre avant de réussir à approcher un Russe qui accepte ses propositions.

*
* *

10Parmi les preuves « secrètes » de la culpabilité de Julius Rosenberg, ses accusateurs ont fait état d’un message codé, trouvé parmi les documents volés en 1944 dans le bureau de la mission d’achats soviétiques à New York. Grâce à la découverte au début de la Seconde Guerre mondiale sur un champ de bataille finlandais d’un code à demi brûlé du KGB, ce message a été déchiffré, avec beaucoup d’autres, au printemps de 1948. Il tombe à cette date entre les mains d’un agent du FBI Lamphere. Celui-ci découvre que le message concerne les efforts d’un espion américain pour recruter deux personnes identifiées, Max Elitcher et Joël Barr. Il cherche en vain l’identité de cet espion anonyme. Pris par d’autres tâches il ne suit pas la piste qui aurait dû le conduire assez facilement à Julius Rosenberg ».

11Certains journalistes ont considéré que ce document confirmait le témoignage de Max Elitcher à l’audience car « il fait état de la présence d’un espion soviétique chez Elitcher, le jour même où Rosenberg a reconnu s’y trouver ». R. et M. ne reprennent pas expressément à leur compte cette interprétation du document en cause (p. 7-8, p. 467 n.). S. conteste la véracité du document (p. 467-468, 479). L’espion inconnu visé par ce document douteux apparaît comme un agent énergique, professionnel, bien implanté. Cette image ne concorde pas avec celle de Rosenberg, amateur à la recherche difficile d’un contact soviétique. Les accusations n’arrivent pas à se fixer sur une image cohérente de Julius. R. et M. n’hésitent pas, non sans contradiction, à présenter ces deux images. Cette incertitude sur le vrai personnage de Julius contribue à rendre peu acceptable l’affirmation catégorique de sa culpabilité.

12Les souvenirs de Julius Rosenberg sont tout à fait différents de ceux d’Elitcher. À la barre des témoins, il déclare qu’il le connaît depuis leurs années d’études. Leurs relations sont intermittentes. En 1940, à Washington, il rencontra par hasard Sobell et Elitcher, à la piscine. Quelques années plus tard, en 1944, il va à Washington en mission officielle au Bureau des Standards. Il est seul et le deuxième ou le troisième jour, il en souffre un peu. Il a bien rencontré des gens au Bureau des Standards, mais n’a pas noué de relations personnelles avec eux. Le soir tombe, il consulte l’annuaire et cherche le numéro de téléphone de gens qu’il pourrait connaître à Washington. Il pense à Morton Sobell : son nom ne figure pas dans l’annuaire ; il trouve celui d’Elitcher. il lui téléphone, lui rappelle qu’ils ont été camarades d’études, va chez lui où on lui offre du café et un dessert. Ils parlent de leur travail, du temps, de la guerre, de la politique. Julius Rosenberg témoigne : « Nous avons discuté des progrès de la guerre, du fait que l’Armée allemande recevait, à l’époque, des coups sérieux et que les alliés mettaient sur pied une puissance terrifiante pour mettre le point final à la guerre ; nous avons aussi discuté du fait que les Russes avaient supporté de très lourdes charges pendant la guerre ». Madame Elitcher est là. À un moment donné, elle va dans la cuisine pour faire la vaisselle. Julius prétend ne jamais lui avoir demandé de se retirer. Rosenberg revoit Elitcher en avril 1945, lors d’un voyage à Washington entrepris pour lutter contre sa révocation de l’Administration. Julius est formel : depuis leur rencontre de 1940 à la piscine, il n’a jamais revu Sobell et Elitcher ensemble. La réunion de juin 1948, alléguée par Elitcher, n’a pas eu lieu. En aucune occasion, il n’a eu de conversation avec Elitcher concernant l’espionnage ou la recherche de secrets d’État.

Elitcher et Sobell

13Les liens qui unissent Elitcher à Morton Sobell sont plus étroits puisqu’ils sont amis d’école et ont partagé le même appartement à Washington pendant plus de deux ans. Pendant cette période, tous deux ont travaillé au Bureau du Matériel du Département de la Marine. Sobell quitte Washington en septembre 1941 pour aller à l’Université du Michigan et, jusqu’en 1944, il reviendra deux fois dans la capitale fédérale pour rendre visite à Elitcher.

14En juin 1944, trois mois avant la Fête du Travail et alors qu’ils sont en vacances, Elitcher, selon son témoignage, informe Sobell des propositions que lui a soumises Rosenberg trois mois plus tôt. Les deux hommes n’ont pas prémédité qu’ils se rencontreraient dans ce but précis. D’ailleurs Elitcher remarque qu’il n’aurait averti son ami que plus tard si l’occasion s’en était présentée ainsi. Malgré tout, il tient à préciser au Jury qu’il avait l’intention d’en parler à Sobell pour, dit-il, « s’assurer de sa position ». Il apprend à Sobell qu’à en croire Rosenberg, il apporte « son aide ». Cette information plonge Sobell dans une très grande colère et il répète à deux reprises : « Il n’aurait pas dû vous dire cela ». Elitcher essaye de lui expliquer que Rosenberg est au courant de leur amitié et probablement de leur présente rencontre. Sobell ne décolère pas : « Cela ne fait aucune différence, il n’aurait pas dû faire cela ».

15Elitcher assiste au mariage de Sobell en mars 1945 et le revoit au début de l’année 1946. Le Département de la Marine a envoyé Elitcher en mission à l’usine General Electric à Schenecdaty, New York, où Sobell travaille. Il passe la nuit chez lui et selon Elitcher, Sobell lui demande alors des informations secrètes sur un système de contrôle de mise à feu dont il est responsable, plus précisément, les rapports ou la notice qui en donnent une description complète. Elitcher lui répond qu’il peut disposer des rapports, mais qu’ils n’ont aucun intérêt et que la notice n’est pas terminée. Quand Elitcher revient à Schenecdaty, Sobell lui demande à nouveau la notice qui n’est toujours pas achevée. Sobell lui suggère aussi de rendre visite à Rosenberg « impliquant, dit Max Elitcher, que c’était en relation avec ce travail d’espionnage ».

16En 1947, Sobell prend un emploi chez Instrument Reeves Corporation à New York. Il est chargé de projets classés secrets. Elitcher le rencontre à plusieurs reprises chez Reeves. À la fin de 1947 ils déjeunent ensemble au Sugar Bowl, sur la Troisième Avenue. Sobell lui demande des noms d’élèves ingénieurs d’opinions progressistes ou des renseignements sur eux. Elitcher, selon sa déposition, n’en connaît pas et répond que, s’il lui arrive d’en rencontrer, il lui fera savoir. À cette époque, Elitcher et son épouse traversent une période difficile. En fait, dès 1943, après leur mariage, ils se sont rendu compte qu’il leur était difficile de vivre ensemble. Ils consultent tous deux un psychiatre. Elitcher va suivre un traitement de 1947 à juillet 1950. Pendant le déjeuner au Sugar Bowl, il parle de ses problèmes. Sobell lui manifeste son inquiétude, lui demandant si sa femme est au courant de ses activités d’espionnage. Elitcher suppose qu’elle pourrait l’être mais n’en est pas sûr. Sobell commence : « Ce n’est pas bon ».

17Puis ils se revoient en juin 1948. Sobell apprend qu’Elitcher a l’intention de quitter le Bureau du Matériel et il organise un rencontre avec Rosenberg. En juillet, Elitcher arrive à New York accompagné de sa famille et se rend chez Sobell. Il lui explique qu’il pense avoir été suivi par le FBI de Washington à New York. Sobell se fâche. Il est inquiet. Les explications d’Elitcher n’atténuent ni ses craintes, ni sa colère, il refuse qu’Elitcher reste chez lui. Ce dernier déclare à la barre : « Je lui ai dit que cela n’était pas possible. Je ne savais où aller. Je n’avais rien. C’est tout. Je ne voyais rien d’autre à faire que rester ». Mais quand l’avocat de la défense lui fait subir un contre-interrogatoire, Elitcher n’est plus très sûr que Sobell ait montré de l’inquiétude et il allègue simplement que son ami ne croyait pas qu’il eût été suivi : « Il est demeuré sceptique, je pense, jusqu’au bout ».

18C’est à ce moment que, comme on l’a vu, Sobell emmène Elitcher dans le quartier où habite Rosenberg et qu’il va chez lui. À son retour, Elitcher lui demande ce que pense Julius du fait qu’il ait été suivi : « Tout est bien, lui dit Sobell. Ne soyez pas inquiet, c’est OK ».

*
* *

19Depuis le procès, les documents secrets ont révélé que le FBI avait placé Elitcher sous surveillance pendant plusieurs mois au cours de l’année 1948 (S., p. 467 ; R. et M., p. 140). Les documents relatifs à cette surveillance, à l’époque même où elle était effective, n’ont pas, semble-t-il, été rendus publics. Toutefois, un rapport résumant cette surveillance a été publié. Ce rapport révèle que le 30 juillet 1948, Max Elitcher et sa femme ont été suivis par le FBI depuis Washington, d’abord jusqu’à la résidence de leur famille, puis, vers le milieu de la soirée, jusque chez Sobell Les agents ont cessé leur surveillance à ce moment-là, pensant qu’Elitcher passerait la nuit chez Sobell. Cette erreur de jugement a permis à Sobell, si l’on croit Elitcher, de quitter tranquillement son appartement en compagnie d’Elitcher, de se rendre dans le voisinage de la maison de Julius Rosenberg, et d’aller lui porter le rouleau du film qu’il lui destinait. Elle est bien regrettable car elle crée un « trou » dans la filature, ce qui permet de justifier une visite compromettante chez Julius Rosenberg sur la seule foi de l’affirmation d’Elitcher. Cet incident sent la falsification. R. et M. indiquent bien que l’éventualité d’une telle falsification n’est pas à rejeter. Mais ils tiennent pour vrai le témoignage d’Elitcher : ils s’appuient sur le fait que ce dernier, lorsqu’il a révélé l’incident, en octobre 1950, bien après ses premières déclarations au FBI en juillet, a commencé par se tromper sur sa date exacte (p. 138-141 ; 515). Cet oubli plaiderait en faveur de sa sincérité. Pourtant, si l’on ajoute à cette malencontreuse interruption de la filature, la confirmation par les agents du FBI qu’Elitcher était parfaitement conscient d’être filé en allant chez Sobell, on comprend difficilement ce départ nocturne vers la maison des Rosenberg avec un document compromettant. Les documents secrets confirment donc le doute que l’on pouvait avoir sur la crédibilité de Max Elitcher.

*
* *

  • 1 Sur ce voyage, considéré par l’accusation comme une fuite et ses suites, cf. p. 90 et suiv.

20À partir d’octobre 1948, Elitcher travaille chez Reeves Instrument Company. Il se rend à son travail dans la voiture de Sobell et tous deux la conduisent tour à tour. Ils habitent deux immeubles mitoyens. Une fois de plus Sobell lui demande s’il connaît de jeunes élèves ingénieurs ne s’occupant pas de politique et qui, de la sorte, ne seraient pas suspects : ils pourraient procurer des renseignements d’ordre militaire. Elitcher ne connaît toujours personne. En cet instant de l’interrogatoire le procureur lui demande : « À l’époque où vous avez travaillé à la Compagnie des Instruments Reeves, avez-vous jamais vu Sobell prendre des papiers ou des documents quelconque ? » – « Eh bien, dans l’exercice de son travail, je l’ai vu, autant que je sache, prendre dans sa serviette des choses qui appartenaient à Reeves. Je suppose qu’elles ne concernaient que son travail. Nous avions une autre installation à Roosvelt Field, Long Island, et il y allait très souvent. Et je garantis qu’il avait un serviette. Et qu’il y mettait des choses. Mais ce que c’était je ne le sais pas ». En juin 1950, Elitcher voit Sobell pour la dernière fois. Il apprend que sa famille se rend à Washington. Il n’en sait pas plus long sur leurs projets, Sobell ne lui ayant rien dit d’un éventuel voyage au Mexique1.

La signification du témoignage d’Elitcher

  • 2 Sobell s’est tu. Il a refusé de témoigner dans sa propre cause, comme la constitution des États-Uni (...)

21Si la déposition d’Elitcher que nous venons de rapporter est véridique, elle révèle l’existence de tentatives avortées pour obtenir des secrets de la Défense Nationale. Elle éclaire la personnalité de Julius Rosenberg, ses objectifs et son idéal, tels qu’il les a décrits à Elitcher. Mais Elitcher n’est pas libre de ses paroles. Il aurait pu être poursuivi pour faux serment et faux témoignage. Il ne l’a pas été. Il aurait pu être impliqué dans le complot des Rosenberg. Il ne l’est pas. Son attitude est pour le moins ambiguë. Comme il l’explique, il n’a jamais dit « oui ou non » aux propositions d’espionnage qui lui étaient faites. À la barre des témoins, poussé dans ses derniers retranchements par l’avocat de la défense, il va jusqu’à dire : « Bon, en fait j’ai accepté, mais avec des réserves ». Et pourtant, il n’est pas accusé de complicité. Son exposé sur les interrogations qu’il a subis au FBI montre que de lourdes menaces d’arrestation pesaient sur lui. Son témoignage n’est confirmé par aucune autre source indépendante2.

22En bien des occasions, de surcroît, l’accusation oriente les réponses de Max Elitcher en formulant ses questions. Par deux fois le Président de la Cour, Kaufman, remarque que les représentants de l’accusation ne devraient pas essayer de guider le témoin dans ses réponses : « Ne pouvons-nous pas obtenir le récit sur tel point du témoin lui-même, demande le juge, sans qu’il soit interrompu ni inspiré par des questions additionnelles ? » Au mieux, nous semble-t-il, le témoignage de Max Elitcher est équivoque.

23Supposons, cependant, qu’il soit exact. Dans ce cas, les techniques d’espionnage employées par Rosenberg et Sobell semblent le fait d’hommes naïfs et imprudents. Ils méconnaissent les règles de sécurité les plus élémentaires. Ils continuent après des années de réticence à traiter Elitcher comme s’il s’était engagé tout entier dans leur complot. Ils n’appliquent en rien les méthodes d’espionnage si bien décrites par Élisabeth Bentley et Harry Gold. Ce serait pourtant avec ces techniques rudimentaires que Julius Rosenberg aurait réussi à obtenir et à transmettre à l’Union Soviétique le secret de la bombe atomique.

Notes

1 Sur ce voyage, considéré par l’accusation comme une fuite et ses suites, cf. p. 90 et suiv.

2 Sobell s’est tu. Il a refusé de témoigner dans sa propre cause, comme la constitution des États-Unis lui en donne le droit.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search