Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

V. Le recrutement de Max Elitcher

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Inscrit au Parti Communiste, Max Elitcher est employé au Bureau du matériel du Département de la Marine à Washington (DC), de novembre 1938 à octobre 1948. En 1947, il doit signer sous serment une déclaration de loyalisme envers le Gouvernement fédéral. Il cache alors son appartenance au Parti Communiste. Un tel mensonge, fait sous serment, constitue un crime grave en vertu des lois pénales en vigueur aux Ét́ats-Unis. Ce faux serment ne cesse de le préoccuper. Le 20 juillet 1950, il reçoit la visite d’agents du FBI qui ont la preuve de son faux serment. Il n’est pas poursuivi, mais il accepte de témoigner pour l’accusation dans le procès des Rosenberg. J’ai déjà analysé certains passages de ses dépositions. Examinons maintenant l’ensemble de ses déclarations.

Rosenberg et Elitcher

Un jour, en juin 1944, un peu avant le dîner, Max Elitcher reçoit un coup de téléphone d’une personne qui se présente sous le nom de Julius Rosenberg. C’est un ancien camarade de classe et il se souvient de ...

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search