Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

III. La technique de l’espionnage

Texte intégral

  • 1 Pour « prouver » que Julius a pu utiliser son véritable prénom dans ses activités d’espionnage.

1Selon son propre témoignage, Élisabeth Bentley accepte de devenir espionne au cours de l’année 1938. Elle passe alors dans la clandestinité et ne participe plus à aucune réunion de cellules. Elle expose ainsi les conséquences pratiques de cet engagement : « Si je rencontrais des camarades dans la rue, j’avais instruction de faire comme si je ne les connaissais pas. S’ils me demandaient ce que je faisais, je devais éluder leurs questions. Si nécessaire, je devais leur dire que j’avais quitté le Parti Communiste ». Élisabeth Bentley prend de faux noms. Elle est connue sous les noms d’Helen, Joan, ou Mary : « J’avais alors toute une collection de noms ». Elle signale pourtant qu’en certaines occasions, elle utilisait son véritable prénom. Sa réponse a été directement suggérée par une question tendancieuse de l’avocat des États-Unis1. Elle vaut la peine d’être citée : « Oui, il y a eu des occasions, mais plus tard, bien plus tard dans mon travail, mais c’était plutôt dangereux de le faire. Nous ne le faisions pas ; une partie du temps, je l’ai fait ». Elle ajoute aussi qu’un de ses chefs communistes, Jacob Golos, utilisait le nom de John ou parfois celui de Timmy avec ses contacts secrets. Le juge remarque alors – et Élisabeth Bentley l’approuve entièrement – que c’est un principe chez ceux qui se livrent à ce genre d’activités de ne pas être très bavards sur ceux qui ont choisi la même voie. Élisabeth Bentley, par exemple, ignore tout de Harry Gold. Elle va même jusqu’à sérieusement douter que son propre patron, Jacob Golos, ait su « quelle était l’identité de M. Gold ».

Un exposé d’Harry Gold sur les méthodes d’espionnage

2Témoin de l’accusation, comme Élisabeth Bentley, Harry Gold, chimiste employé par la Pennsylvania Sugar Company, de janvier 1929 à février 1946, est en même temps espion. Mais il déclare qu’il n’est ni membre ni sympathisant du Parti Communiste. Il se livre à l’espionnage au profit de l’Union soviétique du printemps 1935 jusqu’à son arrestation, en mai 1950, date à laquelle il travaille au service de cardiologie de l’Hôpital de Philadelphie. Pendant près de 3 ans, de mars 44 jusqu’à la fin décembre 46, il collabore avec un fonctionnaire soviétique, Yakovlev, qu’il connaît seulement sous le nom de John. Pendant cette période, au milieu de juin 1944, il rencontre le Dr Klaus Fuchs. Il est alors en mesure de faire savoir à John (Yakovlev) que ce savant atomiste britannique, né en Allemagne, est disposé à fournir des renseignements sur l’application de la fission nucléaire à la fabrication d’armes de guerre.

3À la barre, Harry Gold s’explique abondamment sur ses techniques de travail. Il a pour mission d’obtenir des informations de la part d’un certain nombre de sources américaines. Les rencontres avec ces sources sont organisées de deux manières. Cela peut être par présentation directe, ou bien par une série de signes de reconnaissance. Dans ce dernier cas, il y a au moins deux éléments présents. Il faut toujours que l’une ou l’autre des deux personnes en présence, ou les deux, montrent un objet ou un morceau de papier. De plus, ils échangent une phrase codée – un salut en général.

4« Dans tous les cas, quand je me présentais, explique le témoin Harry Gold, j’utilisais un faux nom et dans tous les cas, je n’indiquais jamais ma véritable adresse ». On voit ainsi qu’il était plus prudent ou plus discipliné qu’Élisabeth Bentley.

5Pour ses relations avec John (Yakovlev), Harry Gold a mis au point un système très organisé. Des dispositions étaient prises pour les rendez-vous réguliers, d’autres pour des rendez-vous exceptionnels si l’un des rendez-vous réguliers n’avait pas eu lieu. De plus un système d’urgence permettait à Yakovlev d’entrer en relation avec lui. De cette façon, faisait observer Yakovlev à Gold, « la chaîne est rompue en deux endroits ». « La personne dont je tenais les renseignements aux Etats-Unis, ajoute Gold, ne me connaissait pas sous mon vrai nom, pas plus qu’elle ne savait où je demeurais. Elle ne pouvait pas me joindre et moi je ne pouvais joindre Yakovlev. Yakovlev me disait que c’était là une bonne chose ».

6En somme, c’était un système qui permettait à Harry Gold et Yakovlev d’agir ou de réagir au moindre soupçon d’être surveillé, que ce soit en se rendant au lieu de rencontre, explique Gold, ou au cours même de l’entrevue. Ils veillaient également à ce qu’aucun mouvement suspect n’entourât l’un d’eux après la séparation. « Si nous devons choisir, déclara un jour Yakovlev à Gold, il vaut beaucoup mieux laisser passer l’occasion d’obtenir un renseignement que de faire quelque chose qui mette tout notre système en danger ».

Notes

1 Pour « prouver » que Julius a pu utiliser son véritable prénom dans ses activités d’espionnage.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search