Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

II. Opinions et affiliations politiques

Texte intégral

1Le passe politique de Julius et Ethel fit l’objet de recherches passionnées de la part de l’accusation.

2On demanda à Max Elitcher, un ancien camarade d’études, de venir raconter les événement dont il avait été témoin et il évoqua à la barre la période où Julius et lui eurent l’occasion de se rencontrer à l’université pendant les mois qui précèdent l’examen de sortie. Quelques étudiants de l’Ecole de Technologie lui avaient demandé d’adhérer à un groupe de la Ligue des Jeunes Communistes. Elitcher se rappelle que Morton Sobell et Julius Rosenberg furent parmi ceux qui était venus le lui proposer. Mais son témoignage ne fait pas clairement apparaître si Julius était simplement présent lors de l’entretient ou s’il a effectivement pris part aux démarches de recrutement. Max Elitcher a peu de souvenirs concernant Julius, n’ayant même pas en mémoire qu’ils aient ou non assisté ensemble à certaines réunions. Il semble plus précis sur la période qui a suivi la fin de leurs études. En avril 1939, lui et Sobell habitent ensemble à Washington, et Sobell lui demande d’adhérer à la Ligue des Jeunes Communistes. « À l’époque, j’ai dit non et pendant quelque temps il a continué de me le demander, et finalement j’ai pris cette décision ». Ainsi, Max, d’après son propre témoignage, devient membre du Parti, et le demeurera jusqu’en 1948.

  • 1 La Cour Criminelle est présidée par un juge : Irving R. Kaufman.

3En tout cas, comme le Juge le précise au Jury1, après qu’il eut dûment entendu cette information : « Ce témoignage ne peut être retenu contre M. et Mme Rosenberg... »

Ils préféraient le socialisme au capitalisme

4Ce sont les Greenglass qui exposeront à la barre l’évolution de la « philosophie » politique de Julius et Ethel, remontant ainsi jusqu’en 1935. À l’accusation qui demande à David si lui et Ethel discutaient ensemble des mérites comparés de la forme de gouvernement appliquée aux États-Unis et de celle appliquée en Union Soviétique, David Greenglass répond : « Ils (Julius et Ethel) préféraient le socialisme au capitalisme ». Le Président Kaufman intervient : « Quel type de socialisme ? » Le témoin : « Le socialisme russe ». Même Dorothy Printz, la sœur de Ruth, est appelée par l’accusation à témoigner sur ces conversations relatives à la meilleure forme de gouvernement. Elle se rappelle que plus tard, en 1944 (elle n’avait encore que 16 ans), les Rosenberg lui ont dit : « La Russie possède la forme idéale de gouvernement ». Mais sa mémoire ne lui permet pas de dire qu’ils aient critiqués le gouvernement des Ét́ats-Unis. Elle se souvient simplement que tous deux ont remarqué que c’était un gouvernement capitaliste. Il est d’ailleurs indiscutable que les Rosenberg étaient « politisés ». En 1941, à l’occasion des élections au mandat de conseiller de la Ville de New York, Ethel approuve et signe une liste de candidats appartenant au PC. Mais beaucoup d’autres personnes ont signé cette pétition.

Julius révoqué de son emploi administratif pour appartenance présumée au Parti Communiste (mars 1945)

5Julius, de son côté, est un syndicaliste actif. Pendant un certain temps, il est président de la Commission des fonctionnaires de la Fédération des Architectes et Ingénieurs. Ethel est membre de la Section des Dames de ce syndicat. Il leur arrive de lire le journal communiste « Daily Worker ». Les Greenglass insistent sur ce point et prétendent : « Ils l’achetaient régulièrement ». En mars 1945, Julius est soupçonné par le Service des Transmissions (Signal Corps) d’être communiste. Ce service dispose de renseignement attestant que Julius avait signé une pétition en faveur de la constitution d’une section de l’Union des Étudiants Américains, lorsqu’il était lui-même étudiant. Selon certains rapports, cette organisation était ou avait été sous l’influence de communistes. De plus, un exposé écrit des griefs adressés à Julius par son service énonçait tout d’abord : « Que vous êtes passé à la Section 16/B de la division industrielle du parti communiste au Club Est de la première circonscription de l’Assemblée de New York, sous transfert n° 12179, en février 1944 ». Dans sa réponse du 3 avril 1945 à l’exposé des griefs, Julius affirme : « Je ne suis pas, et n’ai jamais été membre du parti communiste, j’ignore tout de la section ou des transferts du parti communiste. Je n’ai jamais entendu parler de la division ou du club auquel on se réfère. Je n’ai rien à voir avec ce soi-disant transfert. Ou cette accusation résulte d’une erreur d’identité ou d’une totale falsification. En tout cas, elle n’a pas le moindre fondement de fait ». C’est Ethel qui a dactylographié cette lettre.

6Cependant, cité comme témoin à charge, Max Elitcher donne de l’incident une version différente. Pendant l’été 1945, il rend visite aux Rosenberg et dans son témoignage au procès, il rapporte ainsi les propos qu’ils ont échangés : « Apparemment Julius allait être révoqué ou l’avait été pour des raisons de sécurité... Il me dit que cette affaire l’avait préoccupé pendant des semaines, car il pensait qu’elle se rapportait aux activités d’espionnage qui font aujourd’hui l’objet de ce procès. Mais il fut vraiment soulagé de découvrir qu’elle concernait seulement ses activités dans le Parti ».

7À la barre, Julius oppose un démenti formel au témoignage de Max Elitcher. Il explique qu’en avril 1945, il est allé à Washington avec l’accord de son avocat, Me V. Rabinowitz, pour consulter son député ainsi que des membres du Syndicat des Travailleurs, tous à même de traiter les dossiers d’employés révoqués. À cette occasion, il rend visite à Elitcher et à sa femme et n’invoque pas d’autres motifs de sa visite que ceux qu’il vient d’exposer. Ils l’emmènent en voiture au siège du Syndicat. Ni David ni Ruth n’ont commenté cet épisode dans leurs dépositions.

Contribution au Fonds des enfants des Républicains espagnols (1948)

8D’ailleurs Julius ne craint pas, quelques années plus tard, de faire des dons à un comité de réfugiés antifasciste. « Une Organisation, explique le procureur, considérée comme subversive par le Ministère de la Justice des États-Unis ». Le procureur insiste sur ce point, même après que la Cour eut admis les objections de la défense contre un exposé aussi partial et excessif. Il ajoute : « Julius avait même chez lui, où le FBI l’a trouvé, un tronc destiné à recueillir l’argent de quêtes. On lit sur l’étiquette apposée sur le tronc : « Sauvez un enfant républicain espagnol – Volveremos, nous reviendrons –, Le Comité antifasciste ». Une note au dos indique que cette quête est autorisée par la Ville de New York. Dans son témoignage, Julius déclare que ce tronc lui avait été envoyé par une compagnie d’assurances – l’Ordre International des Travailleurs –, où il avait souscrit pendant des années une assurance sur la vie de 5 000 dollars. Il ajoute qu’il leur avait envoyé un don mais que jamais il n’avait sollicité d’argent de quiconque. Il est certain que l’Ordre International des Travailleurs était lié aux organisations antifascistes. Pourtant, l’accusation va jusqu’à prétendre qu’il « s’agissait là d’une organisation exclusivement communiste ».

Ce que je crois

9Une question posée par le Président de la Cour conduit Julius Rosenberg à exposer ses croyances politiques et idéologiques depuis janvier 1945 et jusqu’à ce jour :

10« J’approuve de tout mon cœur notre système judiciaire, la façon dont il est mis en œuvre dans ce pays, la philosophie du droit anglo-saxonne. Je suis favorable, de tout mon cœur, à notre Constitution et notre Déclaration des Droits et je dois allégeance à mon pays en tout temps... Dans mes discussions sur les mérites d’autres formes de gouvernement, [...] j’ai estimé que le Gouvernement soviétique a beaucoup amélioré le sort des plus déshérités, qu’il a fait beaucoup de progrès dans la lutte contre l’analphabétisme, qu’il a entrepris de nombreux travaux de reconstruction et développé de nombreuses ressources. J’ai aussi déclaré que les Soviétiques ont apporté une contribution très importante à la destruction de la bête féroce qu’était Hitler qui a tué six millions de mes coréligionnaires, et dont les actions me dégoûtent... J’aimerais dire que mon opinion personnelle est que les peuples de chaque pays doivent décider eux-mêmes de la sorte de gouvernement qu’ils veulent ». Comme son avocat lui demande s’il n’a rien à ajouter, « sur ses idées politiques », Julius reprend la parole, mais le Juge l’interrompt : « Non, il a répondu ».

Avez-vous jamais appartenu à un groupe qui discutait du régime politique ?

  • 2 Extraits du contre-interrogatoire en annexe I.

11L’avocat des États-Unis, Saypol, semble lui aussi avoir été impressionné par cette déclaration de Julius. Phrase par phrase, il la dissèque. Que sait Julius et d’où tient-il ses informations sur la Russie. « Vous avez évoqué le développement de nombreuses ressources, parlez-moi donc de ces ressources, s’il vous plaît ? De quelle sorte sont-elles ? Où sont-elles ? Que sont-elles ? À quelles fins les destinait-on ? Avez-vous lu quelque chose sur la demande russe concernant la bombe atomique ? Ne serait-ce pas là, peut-être, une des ressources que vous aviez en tête ? »2

12La première question qui pose abruptement le problème de l’appartenance politique de Rosenberg est le fait du Président de la Cour : « Eh bien ! avez-vous jamais adhéré à une organisation qui discutait du système soviétique ? » Puis, sans relâche, l’accusation se met à questionner les prévenus sur leurs affiliations idéologiques : ont-ils adhéré au PC, fréquenté des amis communistes, eu des contacts avec des organisations sympathisant avec le communisme ? L’accusation sait parfaitement de quoi il retourne. Mais Julius et Ethel refusent systématiquement de se prononcer par l’affirmative ou la négative. Le faire tendrait à les incriminer ; telle est leur opinion, probablement inspirée des avis de leur avocat. Agissant ainsi, ils invoquent les droits que leur reconnaît le Ve Amendement de la Constitution des États-Unis : « Aucune personne ne peut, dans un cas criminel, être obligée de témoigner contre elle-même ». Quel était donc leur dilemme ? Qu’ils reconnaissent leur appartenance aux organisations du Parti Communiste, ils étaient passibles de poursuites en vertu de la loi Smith de 1940. Dans l’affaire Dennis, onze dirigeants du Parti Communiste avaient été lourdement condamnés en 1950 pour avoir ainsi organisé une association ayant pour objet la destruction par la violence du Gouvernement des Etats-Unis, publié des écrits préconisant les principes du marxisme-léninisme, et répandu cette doctrine. Que les Rosenberg nient cette affiliation, ils devenaient passibles de poursuites pour faux serment. Bien entendu, pour respecter la loi et la constitution, le Président de la Cour met le Jury en garde : « Je veux que les membres du Jury comprennent qu’ils ne doivent tirer aucune conclusion dans un sens ou dans l’autre du fait que le témoin se refuse à répondre, en invoquant son privilège constitutionnel ». La formule rituelle est bien là, mais les membres du Jury ne vont pas moins en tirer leurs conclusions. L’avocat des États-Unis le sait bien. Il insiste, pose et repose ces torturantes questions. Les Rosenberg gardent le silence – et ce silence les condamne : il semble cacher une complicité inavouable, les désigner comme communistes plus clairement qu’un aveu. Or un communiste est un espion virtuel.

Tout communiste est un espion

13Quand il ouvre les débats, l’avocat des États-Unis déclare : « Les preuves réunies montrent que le loyalisme et l’allégeance des Rosenberg et de Sobell n’allaient pas à notre pays, mais au Communisme. Communisme dans ce pays et communisme dans le monde entier ». Son réquisitoire final est plus précis et plus explicite encore : « Ce que signifie être membre de ce parti, ce que signifie l’appartenance des accusés à ce parti, leur loyalisme envers le Parti Communiste des États-Unis et envers l’internationale Communiste, cela nous est révélé par le témoignage d’Élisabeth Bentley... Elle nous dit ce que signifie en être membre secret ou déclaré, quelles activités en découlent, et qu’en particulier, l’espionnage au profit de la Russie soviétique en est inséparable ».

14En effet, Élisabeth Bentley, communiste et espionne, est venue apporter son témoignage à l’accusation. C’est la troisième fois que la Mata-Hari de l’espionnage rouge est appelée à témoigner sur son travail chez les communistes. Assez curieusement, lors de l’affaire Dennis, elle n’a pas été citée comme « expert » au procès des dirigeants du Parti Communiste américain. Quant elle parle à la barre, face aux accusés Rosenberg, son opinion est sans ambiguïté : « Le Parti Communiste, étant partie de l’internationale Communiste, ne sert que les intérêts de Moscou, qu’il s’agisse de propagande, ou d’espionnage, ou de sabotage ». Pour elle, le moyen de s’assurer sans défaillance le loyalisme de ceux que le Parti a converti en espions, consiste en une recette fort simple : « Nous les maintenions bons communistes », dit-elle, faisant ainsi de tout communiste un espion.

15Une telle adéquation est sujette à caution : ainsi, dans le procès même des Rosenberg, il y a au moins un membre du Parti Communiste dont on n’a jamais pu prouver qu’il eût été espion. C’est Max Elitcher, témoin cité par l’accusation. Étudiant à l’Université, devenu membre du Parti en 1938, il ne cesse d’adhérer qu’en 1948. Bien que le Parti eût énormément compté pour lui, il n’a jamais été espion. Ainsi, l’accusation elle-même apporte la démonstration : on peut être communiste et ne pas accepter d’être espion.

Notes

1 La Cour Criminelle est présidée par un juge : Irving R. Kaufman.

2 Extraits du contre-interrogatoire en annexe I.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search