Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

I. Famille et éducation

Texte intégral

1Ethel Greenglass est née en 1915 à New York, dans le quartier populaire de l’East Side. Son père se marie deux fois et a trois fils. Sam, le plus âgé, enfant d’un premier lit, est le demi-frère d’Ethel. Il entre dans les affaires et devient négociant en gros de montres. Bernard et David sont plus jeunes qu’Ethel. Elle étudie à l’école secondaire de Seward Park et en sort diplômée, en juin 1931 ; elle n’a pas encore seize ans. La jeune fille apprend l’hébreu avec un répétiteur qui lui donne des cours particuliers depuis longtemps. Elle prend des leçons de piano à la maison, étudie le chant pendant un ou deux ans et exerce de temps en temps le métier de chanteuse. Par ailleurs elle appartient à un groupe théâtral, le « Henry Street Settlement ». Elle a obtenu un diplôme de secrétariat après avoir suivi des cours pendant six mois et travaille comme secrétaire dans deux entreprises. Elle est syndiquée. Elle donne la plus grande partie de son salaire à ses parents, ne gardant que de quoi payer ses frais de transport et ses repas.

Ethel Greenglass et son « petit frère » David

2Son « petit frère » David est son préféré. Il est plus jeune d’à peu près six ans et elle l’aime tendrement. Comme sa sœur, il sort diplômé d’une école secondaire de New York. Puis il suit les cours d’écoles techniques. Inscrit pendant six mois à la « Brooklyn Polytech », il choisit huit sujets différents pour son examen. Il n’a alors que dix-huit ans, aime s’amuser et sèche les classes presque tout le temps. Il échoue sur les huit sujets proposés – « Trop simple » – telle est son explication. C’est alors qu’il s’inscrit au « Pratt Institute », autre école technique, pour un semestre et demi. Mais au milieu de l’année il cesse de suivre les cours. Il réussit aux examens et, malgré de bonnes notes, n’obtient pas de diplôme. Il travaille la nuit comme mécanicien. Il n’a jamais préparé de diplôme d’ingénieur ni de licence ès-sciences. Il ignore et n’a jamais étudié les calculs différentiels ou avancés, la thermodynamique, la physique nucléaire ou atomique, la mécanique des quanta. Pourtant, s’il n’a pas reçu une bonne formation scientifique, il connaît les rudiments de la théorie de base de l’énergie atomique, notions qu’il a probablement acquises à l’armée. Simple soldat en avril 1943, il est employé comme mécanicien et tourneur d’outils. À la fin de 1945, il devient contremaître de son atelier et sergent. Le 28 février 1946, son service militaire prend fin. Il reçoit un certificat de bonne conduite.

3Avant l’armée en novembre 1942, et alors qu’il était âgé d’un peu plus de vingt ans, David a épousé Ruth Printz. Tous deux vivaient depuis longtemps dans le même quartier, et pensaient tout naturellement qu’un jour, ils se marieraient. Greenglass aime très tendrement son épouse, et l’a toujours aimée, peut-être plus que lui-même. Elle lui donne deux enfants, un garçon et une fille. Si nous devons en croire Ethel, Ruth a mauvais caractère : « Tout le monde le sait », dit-elle lors d’une déclaration.

Julius et Ethel

4Quand à Ethel, elle a fait le connaissance, au cours de l’année 1936, d’un jeune homme, étudiant au « City College » de New York, Julius Rosenberg. Elle tape à la machine les travaux qu’il lui confie et on le voit de plus en plus chez la jeune fille, dans sa maison de Sheriff Street. Trois ans plus tard, Julius obtient son diplôme et épouse Ethel. Julius appartient, lui aussi, à une famille d’immigrants juifs polonais de l’Est new-yorkais. Sophie, sa mère, n’a jamais vraiment appris l’anglais. Sa belle-mère non plus. Comme Ethel et Ruth, il a fait sa scolarité à l’école de Seward Park. En même temps, il est allé à l’école de Talmud Tora, au bas de la ville, puis à l’école secondaire hébraïque de Broadway Est. À l’école de technologie de l’Université de la Ville de New York, il obtient le diplôme d’ingénieur électricien. Parmi ses camarades étudiants, on remarque Max Elitcher. Il entretient avec Morton Sobell, Joël Barr et Marcus Pogarsky des relations assez suivies. Pendant un an, après son mariage, il partage l’appartement de Pogarsky. Julius rencontre Aaron Coleman à Fort Monmouth, où il a été nommé après ses examens. À l’Université, il est membre de la section des étudiants de l’institut américain des Ingénieurs en électricité, ainsi que de l’Union des étudiants américains. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur, Julius Rosenberg passe des concours administratifs, et il est inscrit sur plusieurs listes d’aptitude à occuper un emploi dans l’administration. Sa femme a trouvé un travail au Bureau du Recensement, à Washington. Tous deux partent s’y installer au cours de l’été 1940 et Julius profite de cette occasion pour essayer d’être embauché. On lui propose un poste d’ingénieur en second à 2 000 dollars par an au service des transmissions de New York. Il regagne New York, bientôt suivi par Ethel. Sa carrière commence. Quand la guerre éclate, il est employé civil de l’armée américaine, en affectation spéciale au Service des Transmissions. Juridiquement, donc, Julius n’a jamais été mobilisé.

5David Greenglass appréciait beaucoup Julius. Il vouait à son beau-frère une sorte de culte du héros. Il le dit au procès, mais Ethel le nie fermement : « Oh, on peut imaginer tout ce qu’on veut, mais pas qu’il en faisait un héros ! ».

6À New York, Ethel et Julius vont d’abord s’installer chez la mère de Julius, puis ils habitent dans une chambre meublée. Au printemps 1942, tous deux louent un appartement de trois pièces dans Monroe Street, au « Village » de Knickerbocker. Ils devaient y vivre jusqu’à leur arrestation.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search