Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Première partie. Les faits devant la Cour Criminelle et le Jury 1950-1953

Prologue

Note de l’éditeur

Cette première partie a été publiée en anglais sous le titre : The Case of Julius and Ethel Rosen berg – Facts before Court and Jury, Problèmes contemporains de Droit Comparé, Tome II, p. 269, Tokyo (1962). Nous avons simplement adapté en français ce texte rédigé en 1954. Je remercie très vivement Elisabeth Lott d’avoir bien voulu préparer cette adaptation.

Texte intégral

1Dès le verdict, le procès de Julius et Ethel Rosenberg apparaît comme la « cause célèbre » du siècle. Les grands procès politiques, en Union Soviétique et dans les démocraties populaires, ont mis en scène, dans un cadre révolutionnaire, de hautes personnalités ou de puissants adversaires. Les héros ici sont deux êtres obscurs, sans passé, sinon celui de leurs ancêtres juifs. Pris dans l’appareil de répression pénale le plus formaliste, le plus légaliste, le plus terriblement juste, ils sont devenus pour tout un peuple le symbole du mal absolu.

2J’ai voulu mettre à la disposition du public le récit des faits tels qu’ils apparaissent dans le compte rendu sténographique du procès criminel. Je me suis efforcé d’éliminer tout élément subjectif. Mes propres commentaires, rares et isolés du contexte, soulignent simplement les contradictions de fait. Les appréciations quant à la crédibilité des témoins sont plus rares encore, et toujours exprimées sous une forme interrogative. J’ai évité toute interprétation partisane des déclarations successives faites par les accusés au Fédéral Bureau of Investigation (FBI). Le plus souvent, en effet, les procès verbaux de ces déclarations ne sont pas versés au débat dans les procédures criminelles américaines. En général, les enquêteurs ne témoignent pas et leurs investigations préliminaires restent secrètes.

3Finalement, pour que cette analyse ne subisse pas l’influence de réactions personnelles, j’ai pris soin, avant d’y procéder, de ne pas lire d’ouvrages concernant l’affaire tel, par exemple, les Lettres de la Maison de la Mort.

4Ce récit, tiré exclusivement de la sténographie des débats, ne comprendra pas les faits nouveaux, découverts après le verdict. Ceux-ci font l’objet de la postface.

5 La sténographie des débats du procès ne prouve pas l’innocence de Julius et Ethel Rosenberg. Mais elle n’apporte pas davantage la preuve adéquate et raisonnable de leur culpabilité. Un doute subsiste. Et du fait de ce doute, Julius et Ethel Rosenberg auraient dû être acquittés. En tout cas, en présence d’un verdict de culpabilité prononcé par le Jury, la Cour n’aurait pas dû imposer une sentence irrévocable.

  • 1 Ce qu’il a dû faire au moins partiellement depuis 1997, en vertu de la loi sur l’administration au (...)

6La vérité dans l’affaire Rosenberg sera-t-elle jamais révélée ? Il serait nécessaire que le Gouvernement soviétique autorise Anatoli Yakovlev, à l’époque vice-consul de l’URSS à New York, à parler. Il serait nécessaire que le FBI révèle le secret de ses enquêtes1.

7Le Général Von Schwartzkoppen, l’attaché militaire allemand que l’affaire Dreyfus rendit célèbre, ne fut en mesure de donner son témoignage que plus de trente ans après le procès. Heureusement Dreyfus fut innocenté bien avant cet éclaircissement tardif. Puisse ce précédent ne pas être oublié !

8Le procès de Julius et Ethel Rosenberg commence le 6 mars 1951 devant la Cour des États-Unis pour le District Sud de New York. Le 29 mars 1951, le jury déclare les accusés coupables du crime d’espionnage commis de concert avec d’autres. Le 6 avril, le juge condamne Julius et Ethel Rosenberg à la peine de mort. Morton Sobell, complice de Julius et d’Ethel, est condamné à trente ans de prison. Le jour suivant, le juge condamne David Greenglass, frère d’Ethel, à quinze ans d’emprisonnement. David avait plaidé coupable. Ruth Greenglass, l’épouse de David, bien qu’ayant fait partie du complot, n’a pas été poursuivie. Elle vient à la barre comme témoin à charge cité par l’accusation. Un autre conspirateur, Harry Gold, est cité comme témoin à charge. Déjà poursuivi pour espionnage, il avait plaidé coupable et avait été condamné le 20 juillet 1950 à trente ans de prison. Cette fois il n’est pas poursuivi. Le cas d’Anatoli Yakovlev, agent diplomatique soviétique, qui avait quitté les États-Unis, est disjoint. Enfin, Max Elitcher, qui n’avait pas accepté, malgré les pression exercées sur lui, de devenir membre du complot, apporte son témoignage à l’accusation.

9 Je ne puis espérer recréer l’atmosphère du procès. Pourtant, des déclarations des témoins, des plaidoiries de la défense, du réquisitoire de l’accusation, des intervenions du juge, les faits surgissent. Ces faits peuvent être évoqués. Replacés dans leur chronologie, reliés les uns aux autres, ils forment la trame historique dans laquelle les personnages se heurtent et se parjurent.

10Laissons parler les protagonistes de l’affaire tels que le Juge et le Jury les ont entendus.

Notes

1 Ce qu’il a dû faire au moins partiellement depuis 1997, en vertu de la loi sur l’administration au grand jour (Freedom of Information Aci). Mais en ce qui concerne le Gouvernement soviétique, le secret de ses archives, si elles existent, demeurera sans doute longtemps encore absolu.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search