Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Avant-propos

Texte intégral

1Dans les années cinquante, le procès d’un jeune couple de juifs américains, communistes de surcroît, accusés d’avoir transmis aux Soviets le secret de la bombe atomique, a passionné l’opinion dans leur pays et dans le monde entier. Les États-Unis stupéfaits avaient appris l’année précédente que l’URSS avait mis fin à leur monopole nucléaire. Un tel coup ne pouvait qu’être le résultat d’une trahison. Certes un savant britannique d’origine allemande, Klaus Fuchs, qui travaillait au projet de bombe américaine, venait d’avouer aux services secrets du Royaume-Uni avoir fourni, en 1945, les plans de la bombe à l’Union Soviétique. Le Fédéral Bureau of Investigation et Edgar Hoover, grand maître de la police criminelle et du contre-espionnage intérieur, avaient le sentiment d’un grave échec. Il leur fallait, pour sauver l’honneur, découvrir à leur tour le réseau d’espionnage américain. Ils ne tardèrent point. En juin 1950 le FBI obtient des aveux complets d’un jeune couple, David Greenglass, mécanicien mobilisé à Los Alamos et sa femme Ruth. Les époux Greenglass reconnaissent qu’à l’instigation de leur beau-frère Julius Rosenberg, ils ont remis en juin 1945, par écrit contre argent, à un courrier à la solde des Soviets, Harry Gold, des renseignements sur certains éléments de la bombe atomique, puis en septembre, à Julius Rosenberg lui-même un croquis et une description de la bombe.

2Beaucoup plus tard ils mettront en cause Ethel la femme de Julius, la sœur de David Greenglass. Elle aurait tapé à la machine les documents fournis. Le courrier Harry Gold confirme avoir reçu mission de son officier traitant, Anatoli Yakovlev, consul de l’URSS à New York, de se rendre au cours d’un même week-end en juin 1945 d’abord à Santa Fe où Klaus Fuchs devait lui apporter le secret de la bombe, puis à Albuquerque où les Greenglass lui remettraient d’autres documents. Harry Gold ne connaît pas Julius et Ethel Rosenberg. Il ne les rencontrera jamais avant le procès. Mais le mot de passe qu’il doit donner au Greenglass établit un lien accusateur : « Je viens de la part de Julius. » Julius Rosenberg sera également accusé d’avoir jusqu’à son arrestation commis au profit de l’Union Soviétique des actes d’espionnage industriel, comme chef d’un réseau dont les membres sont ses anciens camarades d’université, tous sortis de la même école d’ingénieur. Aucun n’a été poursuivi. Au moment de l’arrestation de Julius, deux d’entre eux trouvent refuge et asile en Union Soviétique. Au cours du procès de Julius Rosenberg, il ne sera pas question de cet espionnage industriel.

3Julius et Ethel proclameront leur innocence jusque sur la chaise électrique. Le climat politique de l’époque ne leur permettait pas d’être entendus : à l’extérieur, fin du monopole nucléaire américain, invasion de la Tchécoslovaquie, blocus de Berlin, guerre de Corée ; à l’intérieur, la chasse aux sorcières, la hantise de la trahison. Les appels à la clémence venus de toutes les familles spirituelles et repris par le pape, de nombreux chefs d’États et des Prix Nobel, resteront vains.

4Le procès s’ouvre le 6 mars 1951 dans la salle d’audience 110, la plus vaste de l’imposant palais de justice fédéral de New York, au bas de la ville, à Foley Square. La 110e Chambre avait été récemment la scène de plusieurs procès politiques dont celui du chef du Parti Communiste américain, Eugène Dennis et de dix autres dirigeants du parti. Un des plus jeunes juges fédéraux, Irving Kaufman, 40 ans, préside. Le jury comprend onze hommes et une femme. À la différence de tous les autres protagonistes du drame, juge, procureur, accusés, avocats, tous juifs, aucun des membres du jury ne l’est. L’accusation est menée comme lors du procès des onze dirigeants du Parti Communiste, par le procureur du district des États-Unis, Irving Saypol, assisté de cinq substituts. D’un côté trois accusés, Julius et Ethel Rosenberg (défendus par les avocats Emmanuel Bloch et son père Alexandre), Morton Sobell (défendu par l’avocat Edward Kuntz) se déclarent innocents. De l’autre David Greenglass plaide coupable et sera témoin à charge. Sa femme Ruth, malgré des aveux formels, n’est pas poursuivie. Elle aussi sera entendue comme témoin de l’accusation. La coopération des Greenglass a été obtenue à ce prix par le procureur des États-Unis Saypol : pas de poursuites contre Ruth ; son mari Greenglass sera épargné. Le verdict tombe le 29 mars : les accusés sont déclarés coupables par les douze jurés qui doivent se prononcer à l’unanimité. Le Juge prononce les peines les 5 et 6 avril 1951.

5Le procès judiciaire est terminé. Le procès devant l’opinion publique commence. Il se poursuit encore aujourd’hui. Les uns sont mus par le parti pris ou le remords d’avoir été staliniens. Les autres, où l’auteur de ces lignes se reconnaît, par un devoir d’humanité et la passion des droits de l’homme. Mais tous ceux qui ont vécu cette époque éprouvent encore gêne et affliction à l’évocation de la tragédie de ce couple et de ses deux fils.

6 Cet ouvrage comprend trois parties.

7La première, rédigée dès 1954, relate le procès d’Ethel et de Julius Rosenberg, analysé à partir du compte rendu sténographique des débats.

8Il est réconfortant de constater qu’un juriste, utilisant aussi objectivement que possible les méthodes et les outils de son art, avait pu aboutir à des conclusions que ne remettent en cause ni les documents secrets du Fédéral Bureau of Investigation (FBI), ni ceux du ministère public fédéral, ni ceux du Gouvernement des États-Unis qui furent rendus publics vingt-cinq ans plus tard.

  • 1 Pour illustrer ces divergences d’interprétation, nous avons choisi deux ouvrages : le plaidoyer de (...)

9La deuxième partie recherche dans quelle mesure ces documents permettent aujourd’hui d’aller plus loin dans l’approche de la vérité. Elle souligne les conclusions qui sont communes aux auteurs qui affirment l’innocence de Julius Rosenberg comme à ceux qui la nient1. Elle rejette leurs positions extrêmes et confirme le doute sur sa culpabilité. Elle constate un consensus sur l’existence d’un effroyable déni de justice.

10La troisième partie confirme le déni de justice à partir des sources soviétiques et américaines couvrant la période 1986-1997.

Notes

1 Pour illustrer ces divergences d’interprétation, nous avons choisi deux ouvrages : le plaidoyer de W. et M. Schneir (qui sera cité dans le présent ouvrage sous l’abréviation S.), Invitation to an Inquest (publié en 1965 et complété en 1983 par l’examen des documents secrets révélés depuis) et le réquisitoire de R. Radosh et Joyce Milton (cité R. et M.), The Rosenberg File – A search for the Truth (1983).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/46343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search