Version classiqueVersion mobile

Julius et Ethel Rosenberg. Un déni de justice

 | 
Roger Pinto

Avertissement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1986, j’ai constaté sur la base des faits connus, que le procès de Julius et Ethel Rosenberg constituait un véritable déni de justice. Dix ans après, cette conclusion demeure plus forte encore – collusion entre le président de la cour criminelle, le juge Kaufman et l’accusation, volonté du juge dès avant l’ouverture du procès de condamner Julius à la peine de mort, poursuites contre sa femme, Ethel, sans autre fondement que de tenter de la contraindre à témoigner contre son mari, en violation de la loi pénale.

Sur la véracité des faits reprochés à Julius Rosenberg, il m’apparaissait nécessaire d’attendre l’ouverture devenue possible des archives soviétiques. Ces archives, si elles existent encore, sont demeurées secrètes. Seuls des témoignages privés ont été recueillis. Par contre la Central Intelligence Agency (CIA) a rendu publics en 1995 49 messages échangés entre le bureau de New York et le centre de Moscou des services d’espionnage et contre-espionnage soviétiques de 1943 à 1...

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search