Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un art sans frontières

 | 
Gérard Monnier
, 
José Vovelle

IV. L'architecture et ses réseaux

Les incidences de l’architecture internationale des années 30 en Espagne : le GATEPAC

Neus Juarez

Texte intégral

  • 1 . Les sources documentaires utilisées pour l’élaboration de cette étude sont principalement : les a (...)

1La relation du GATEPAC (Grupo de Artistas y Técnicos Españoles para el Progreso de la Arquitectura Contemporánea) et des architectes du IVe CIAM, Le Corbusier, Victor Bourgeois, Mallet-Stevens, Karl Mosser, Walter Gropius... illustre l’internationalisation de l’architecture fonctionnelle et son essor dans les années 301.

2Ce sont les architectes Josep-Lluís Sert, -qui avait travaillé entre 1929 et 1930 dans l’atelier de Le Corbusier- Sixte Illescas, Germà Rodríguez-Arias, Josep Torres Clavé, Ricard Churruca et Francesc Fàbregas qui sont à l’origine de ce mouvement : ils fondent en effet le « Grup Català d’Arquitectes Tècnics per a la Solució de Problemes de l’Arquitectura Moderna », GCATSPAC, au début de l’année 1930. En octobre 1930 à Saragosse, ils participent à la création d’un groupe plus important qui rassemble des architectes de toute l’Espagne : « Grupo de Artistas y Técnicos Españoles para el Progreso de la Arquitectura Contemporánea » (GATEPAC). Le groupe catalan conserve toutefois la dénomination GATEPAC (Grup d’Arquitectes Catalans per al Progrés de l’Arquitectura Contemporània), et ses membres prennent la tête de l’organisation espagnole.

  • 2 . Selon les rapports de leurs premières réunions, les avantages économiques en étaient la cause pri (...)
  • 3 . La correspondance écrite entre les différents membres du GATEPAC confirme le rôle de consultants (...)

3Le GATEPAC fait connaître ses conceptions à travers la publication de la revue AC Documentos de actividad contemporánea éditée entre 1931 et 1937 à Barcelone2. En effet, le GATEPAC, bien que rédacteur principal de la revue, souhaitait y associer les autres architectes espagnols intéressés et l’afficher en tant que média représentatif du mouvement3. Ainsi, dès l’éditorial du premier numéro, leurs objectifs sont clairement définis : architecture rationaliste basée sur une construction simple et fonctionnelle qui donne priorité à la beauté, au sens des proportions, à l’ordre et à l’équilibre. Ce mouvement moderne marque son intérêt pour la recherche d’une architecture et d’une planification urbaine de nature sociale. Cependant, les contradictions latentes entre le pragmatisme et l’utopie sous-jacente semblent annoncer avant l’heure les difficultés futures de ce groupe.

  • 4 . D’après les listes des clients et abonnés qu’on trouve aux archives du GATEPAC de Barcelone.

4La plupart des abonnés de AC sont des architectes et des étudiants d’architecture. De plus, la revue a été distribuée dans différents pays d’Europe et d’Amérique du Sud ainsi qu’au Japon et aux Etats-Unis grâce notamment à des échanges4.

5Aucun article n’est signé, pour souligner ainsi l’opinion de « tous » les membres du groupe au dessus des individualismes. Les objectifs principaux de cette publication sont la diffusion de l’architecture contemporaine ainsi que la photographie, le cinéma soviétique, la sculpture et la peinture d’avant-garde. Toutefois leur intention est d’impliquer le design, l’ingéniérie, la technique et l’industrie dans la conception et la construction architecturales, notamment le lotissement et la planification urbaine dans les grandes villes.

  • 5 . La formulation du Plan Macià est publié dans Le Corbusier, La Ville radieuse, Paris, 1935, pp. 30 (...)
  • 6 . La « maison bloc » est un immeuble de 207 habitations situées autour d’un grand parc public d’un (...)

6De 1932 à 1935, J.L. Sert collabore étroitement avec Le Corbusier à l’élaboration du Plan Macià pour la ville de Barcelone, coordonnant les travaux de ce dernier avec ceux des autres membres du GATEPAC. Le Plan Macià a été une des études choisies pour l’élaboration de la théorie de la Ville Radieuse de Le Corbusier5. Les principaux traits du Plan Macià sont : la transformation du centre historique, relativement insalubre, où règnent la maladie et la mortalité ; la poursuite de « l’Eixample », quartier créé par l’architecte et urbaniste Ildefons Cerdà au xixe siècle, en ajoutant le concept de la « maison bloc »6 ; la redéfinition des grandes infrastructures de communication et la création d’une « ville de repos et de vacances » de l’autre côté de Montjuïc. Ce concept d’aménagement de la ville est donc abordé selon une vision structurée privilégiant un ensemble d’éléments, les principaux étaient l’habitation, le loisir, le travail et la circulation.

  • 7 . C. Flores, Arquitectura española contemporánea, Bilbao, 1961, p. 37.

7On constate donc une relation professionnelle privilégiée entre les membres du GATEPAC, notamment Josep Lluís Sert, et Le Corbusier. Plus tard, l’historien de l’architecture contemporaine, Carlos Flores soulignera la fidélité excessive du GATEPAC au langage formel de l’architecture rationaliste européenne, donc de Le Corbusier en qualifiant ses membres de « les corbusiéristes ». En effet, l’influence de Le Corbusier sur le GATEPAC a été très importante7.

  • 8 . La correspondance maintenue entre Josep-Lluís Sert et Le Corbusier confirme leur amitié. Une maje (...)

8Dans l’évolution du GATEPAC vers Le Corbusier, on doit toutefois signaler le rôle joué par deux des membres les plus célèbres du groupe espagnol : Fernando García Mercadal, correspondant madrilène du GATEPAC et Josep-Lluís Sert, un des membres les plus remarqués de ce mouvement à Barcelone8. García Mercadal avait été en contact direct avec la nouvelle architecture entre 1923 et 1927 lors de ses séjours à Rome et Berlin. De retour en Espagne et jusqu’à 1932, il organise les conférences de Breuer, Mendelsohn, Van Dœsburg, Gropius et Le Corbusier à Madrid. Josep-Lluís Sert avait connu personnellement Le Corbusier lors de son voyage à Paris en 1929 et il avait étudié deux des ouvrages publiés par celui-ci Vers une architecture et Urbanisme. En 1928, Le Corbusier est donc invité à se rendre à Madrid (du 9 au 14 Mai) et ensuite à Barcelone (du 15 au 17 Mai) pour effectuer plusieurs conférences.

9En 1928, Le Corbusier était déjà connu pour la construction de l’atelier d’Ozenfant, des villas Roche, Cook et Stein, ainsi que pour le quartier Frugés à Pessac et les maisons de l’exposition de Werkbund à Stuttgart. Il était également réputé pour son habileté d’écrivain et de critique à travers L’Esprit Nouveau et pour ses théories sur l’urbanisme. De plus, la polémique qui s’était engagée à la suite du concours gagné pour la construction de la Société des Nations de Genève, finalement conçu par l’académique P.H. Nénot, lui a donné une image mythique parmi les jeunes architectes espagnols. Les conférences données à Barcelone ont été appréciées par leur caractère novateur et anti-académique : il soulignait l’importance des proportions, du traitement de la lumière et des nouvelles techniques structurales ainsi qu’une esthétique des volumes purs.

  • 9 On retrouve ces cahiers de voyage à la Fondation Le Corbusier de Paris. Voir également Le Corbusie (...)

10A partir de 1931 les voyages et séjours de Le Corbusier en Espagne se multiplient. Il traverse l’Espagne en août 1931 en compagnie de son frère Albert, de Fernand Léger et de son cousin et associé Pierre Jeanneret, en continuant vers le Maroc et l’Algérie avec leur voiture Voisin. Il y revint ensuite en 1932 avec Pierre Jeanneret pour un voyage d’agrément. De ces deux voyages, plusieurs annotations dans son cahier de voyages permettent de connaître ses impressions9.

11Enfin, il participe à Barcelone en 1932 à l’Assemblée qui prépare le IVe Congrès du CIAM qui devait avoir lieu à Moscou. A cette occasion, on s’aperçoit comment l’avant-garde architecturale européenne s’articule avec le GATEPAC à travers Le Corbusier. Il arrive à Barcelone le 24 Mars et il est reçu par le conseiller culturel de la Generalitat de Catalogne, et par un représentant de la Mairie, puisque ces deux institutions parrainaient cette rencontre. C’est à cette occasion que le GATEPAC et Le Corbusier commencent à établir les bases du « Plan de Ville Radieuse », populairement dit le « Plà Macià », selon des propositions faites par Le Corbusier, et en réalisent les premières esquisses.

12Lors du même séjour, Le Corbusier donne deux conférences, l’une sur l’architecture contemporaine avec une analyse plus précise de ses derniers projets et la deuxième dans laquelle il exprime ses opinions sur l’urbanisme, plus précisement sur l’aménagement du sol à Barcelone.

13Il nous est très difficile de déterminer le degré d’intervention et d’interprétation de Le Corbusier dans la conception du Plan Macià. En fait, les théories sur l’aménagement urbain du GATEPAC et de Le Corbusier étaient très proches, quasiment identiques. Prenons un exemple : dans le IVe Congrès du CIAM, Le Corbusier donne son point de vue des principes qu’une ville moderne et fonctionelle doit respecter :

  • 10 . AC n° 11, 1933, p. 16.

« Qu’est-ce que la ville ? Et d’abord qu’est-ce que l’homme ? C’est un potentiel illimité d’énergie placé entre deux fatalités contradictoires et hostiles : l’individuel et le collectif. C’est entre ces deux destins que se trouve le point juste, le point d’équilibre. Nous sommes et devons être des réformateurs. Mot magnifique. Refaire. Créer. Créer des formes, des vérités humaines, des certitudes »10.

14Dans le compte rendu du GATEPAC sur le congrès du IVe CIAM dans la revue AC on peut lire :

  • 11 . Ibid.

« L’intérêt particulier et l’intérêt collectif sont deux forces contraposées qu’il faut coordonner...Il est nécessaire de trouver l’équilibre entre l’individu et la collectivité »11.

15Les opinions de Le Corbusier sont donc reprises par le groupe espagnol et sa doctrine est le point de référence pour les jeunes architectes du GATEPAC.

  • 12 . Le Corbusier, « La ciudad futura », Tiempos modernos, pp. 275-277.
  • 13 . « Urbanismo. Ideas de Le Corbusier » Hoy. Edificación, madera y decoración, CNT-AIT, n° 1, décemb (...)
  • 14 . Selon les documents qu’on retrouve aux archives du GATEPAC de Barcelone. Voir également J. Brugad (...)

16Le Corbusier intéresse également les anarcho-syndicalistes catalans : Diego Abad de Santillan, théoricien de l’anarchisme et donc du groupe Nervio publie dans la revue Tiempos Nuevos « La ciudad futura » de Le Corbusier12. Ce même article sera partiellement reproduit dans la revue des ouvriers de la construction Hoy13 pendant la guerre civile espagnole. En fait, cet article a étrangement inspiré Angel Pestaña, président de la CNT, à fonder un parti syndicaliste, d’après une lettre de Sert à Le Corbusier14.

  • 15 . Après sa défaite pour la construction de la Société des Nations de Genève, en accord avec d’autre (...)

17L’architecte suisse qui est à l’origine de la constitution du premier CIAM avait invité plusieurs architectes européens, dont García Mercadal, unique représentant espagnol15.

  • 16 . Voir les articles de journaux d’époque découpés (sans référence bibliographique) aux archives du (...)

18Le CIAM nommait une commission de délégués qui organisait et préparait chaque congrès, le CIRPAC (Comité International pour la réalisation des problèmes architecturaux contemporains). Pour la préparation du IVe CIAM, une de ces réunions eu lieu à Barcelone du 29 au 31 mars 1932. A cette occasion Le Corbusier, ainsi que Walter Gropius et S. Giedion arrivent à la capitale catalane. La presse de l’époque évoque l’évènement avec un grand intérêt16.

  • 17 Etant donné l’importance des intervenants, « toutes les conférences avaient été sténographiées et (...)

19Plusieurs conférences se déroulent alors dans la capitale catalane profitant de la présence des meilleurs architectes modernes des années 30. Ainsi, Siegfried Giedion parle de « La révolution optique du xxe siècle » en rappelant que l’origine de l’architecture moderne se trouve dans « l’élargissement de la vision optique provenant de la peinture moderne » ; Le Corbusier traite « L’Urbanisme » et souligne la transformation du paysage urbain avec les moyens de communication tels que la voiture et le train ; Walter Gropius aborde « L’architecture fonctionelle » et il base son discours sur l’importance des proportions, de l’espace, des formes et des couleurs donnant l’expression adéquate à une architecture pure qui refuse tout ornement. Ainsi, la tenue de cette réunion du CIRPAC à Barcelone a été un vrai succès. Elle a réuni les architectes, les hommes politiques et la presse, elle a été une excellente occasion pour rendre populaire les plus modernes théories urbaines de l’époque17.

  • 18 . Voir « Villa a Brünn. Mies van der Rohe, arquitecto », AC, n° 14, 1934, pp. 30-34.
  • 19 . Voir les archives du GATEPAC de Barcelone.

20La question des relations du GATEPAC avec Mies van der Rohe pose un problème. En effet, le pavillon allemand conçu par celui-ci à l’occasion de l’Exposition Internationale de Barcelone en 1929 a été complétement négligé par le GATEPAC. Aucune allusion n’est faite sur ce chef-d’œuvre de l’architecture du xxe siècle parmi les différentes manifestations du groupe. Paradoxalement en 1934 AC dédie un article à la villa Tugendhat (1928-1930) de Brno, de conception proche du pavillon de Barcelone18. Egalement, on trouve dans les notes de Josep-Lluís Sert lors d’une conférence portant sur les architectes contemporains : « Le sens de la collectivité aperçu parmi les créations les plus récentes dans les œuvres de Le Corbusier (l’homme des grands idées malgré ses détracteurs), Mies van der Rohe, Walter Gropius, J.P. Oud et la jeune école d’architecture de l’URSS ne doit pas se confondre avec celui qui est pratiqué par les pseudo-modernes Mallet-Stevens, Mendelsohn, Raul Spitz, Pœlzig etc. »19. On note ainsi son respect et son intérêt par Mies van der Rohe. Cependant, en aucun cas le lien n’est établi entre Mies et le GATEPAC.

  • 20 . AC n° 11 1933, p. 16.

21On constate toutefois une réelle admiration des architectes espagnols pour le Bauhaus allemand. Les Espagnols s’essayeront au design de meubles et objets de décoration, mais ils n’ont pas les moyens économiques du Bauhaus dans sa meilleure période. Ils ont profité de toute occasion pour rendre publique leur reconnaissance pour ce mouvement. A propos du IVe Congrès du CIAM, le GATEPAC dans son compte rendu publié dans la revue AC rappelle que quelques élèves du Bauhaus (alors censuré par le régime allemand) avaient montré quelques photographies d’une étude très complète sur la ville de Dessau. « Nous déplorons une fois de plus que cette école admirable ne puisse s’exprimer. Nous déplorons également l’absence des architectes allemands tels que Gropius et Breuer, lesquels auraient pu apporter beaucoup au Congrès »20.

  • 21 . Dans le bulletin du GATEPAC sont nommées les publications reçues par le groupe, ainsi que les ouv (...)

22Il faut également signaler que bon nombre de revues d’origine allemande circulent dans les milieux intellectuels catalans et tiennent une place non négligeable dans les bibliothèques catalanes. La revue Das Neue Frankfurt en est le meilleur exemple, elle est en effet la source d’inspiration formelle et idéologique de la revue AC. Documents de Arte Contemporaneo. Le GATEPAC reçoit également bon nombre de revues, grâce à des échanges, de différents pays du monde21.

  • 22 . M. Guifreda, « Arquitectura alemanya », Mirador, Septembre 1931.

23Marius Gifreda, journaliste proche des membres du GATEPAC, publie en 1931 dans le journal Mirador un article sur l’architecture allemande22. Il considère l’Allemagne comme le berceau de l’architecture expérimentale. Il qualifie Walter Gropius de « romantique du machinisme et du fonctionnalisme » ; Bruno Taut de fonctionnaliste avec un sens classique dans ses compositions ; Hans Pœlzig de maître de l’architecture contemporaine bien que trop répétitif dans ses projets ; Erich Mendelsohn, quant à lui, utilise bien la superficie curviligne et il varie ses créations ; Mies van der Rohe utilise très bien le sol, tout en adaptant le fonctionnalisme à sa fantaisie ; il remarque encore Paul Melbes, Paul Emmerich, Brüder Luckhardt et Alfons Anker. Il termine son article en soulignant que les Allemands ont bien compris les enjeux de la nouvelle architecture méritant ainsi son respect et son admiration. Cet article serait la preuve de la grande estime de la presse spécialisée à l’égard des architectes germaniques.

24Les relations internationales dans les années 30 dans le milieu architectural sont donc très fréquentes. La création du CIAM répond à un besoin pour les architectes d’analyser dans un cadre européen et non national les problèmes posés par la restructuration de la ville. La conception de la ville en tant que partie d’un ensemble économique, social et politique qui doit répondre aux besoins collectifs de sa population est le centre des propositions du CIAM et plus précisement de Le Corbusier, et une référence constante des théories du GATEPAC. L’amélioration des conditions d’habitation, l’augmentation de l’espace attribué au logis, l’introduction de l’espace vert et la création d’un système sanitaire développé sont les caractéristiques principales de tous les projets proposés lors du IVe CIAM. L’aménagement d’un espace d’habitation confortable avec un espace de loisir et un espace de travail relié à travers un réseau de communication pertinent est le but de cette théorie d’urbanisation de la ville proposé par la Charte d’Athènes. L’internationalisation des théories architecturales et urbaines est donc le résultat de l’analyse des problèmes communs à tous les pays industrialisés.

Notes

1 . Les sources documentaires utilisées pour l’élaboration de cette étude sont principalement : les archives du GATEPAC qui appartient à « l’Arxiu Històric del Col.legi d’Arquitectes de Catalunya » de Barcelone. On y trouve une grande partie de la correspondance entre les divers membres du groupe ainsi que de nombreuses lettres avec divers architectes ; la Fondation Le Corbusier de Paris. Celle-ci conserve la plupart des projets du Plan Macià ainsi qu’une partie des lettres envoyés par Josep-Lluís Sert et Josep Ma de Sucre (fonctionnaire de la Generalitat) à Le Corbusier.

2 . Selon les rapports de leurs premières réunions, les avantages économiques en étaient la cause principale.

3 . La correspondance écrite entre les différents membres du GATEPAC confirme le rôle de consultants de García Mercadal, Aizpurúa, Labayen et Vallejo, architectes membres du GATEPAC isolés dans le nord et le centre de l’Espagne.

4 . D’après les listes des clients et abonnés qu’on trouve aux archives du GATEPAC de Barcelone.

5 . La formulation du Plan Macià est publié dans Le Corbusier, La Ville radieuse, Paris, 1935, pp. 305-309.

6 . La « maison bloc » est un immeuble de 207 habitations situées autour d’un grand parc public d’un hectare, où on trouve l’école, la maternelle, la bibliothèque, un jardin d’enfants, des jeux, un centre de sport, une bibliothèque pour adultes, une coopérative de consommation et un club ou salle de réunion pour la communauté locale.

7 . C. Flores, Arquitectura española contemporánea, Bilbao, 1961, p. 37.

8 . La correspondance maintenue entre Josep-Lluís Sert et Le Corbusier confirme leur amitié. Une majeure partie de ces lettres se trouve à la Fondation Le Corbusier de Paris.

9 On retrouve ces cahiers de voyage à la Fondation Le Corbusier de Paris. Voir également Le Corbusier y Barcelona, catalogue d’exposition, Barcelone, Fundació Caixa de Pensions, 1988, pp. 18-25.

10 . AC n° 11, 1933, p. 16.

11 . Ibid.

12 . Le Corbusier, « La ciudad futura », Tiempos modernos, pp. 275-277.

13 . « Urbanismo. Ideas de Le Corbusier » Hoy. Edificación, madera y decoración, CNT-AIT, n° 1, décembre 1937.

14 . Selon les documents qu’on retrouve aux archives du GATEPAC de Barcelone. Voir également J. Brugada, « Ha nascut un Partit Sindicalista », La Rambla, Barcelone, 16/04/1934.

15 . Après sa défaite pour la construction de la Société des Nations de Genève, en accord avec d’autres architectes français tels que P. Chareau et Guévrékian, il avait demandé en 1928 à une de ses riches compatriotes, Mme Hélène de Mandrot, d’organiser une rencontre internationale d’architectes pour définir une base théorique à la planification urbaine et aux nouvelles constructions. Cette première rencontre a eu lieu au château de Mme. de Mandrot à La Sarraz (Suisse) : le le CIAM avait le but de « formuler le problème architectural contemporain ; de représenter l’idée architecturale moderne ; de faire pénétrer cette idée dans les cercles techniques, économiques et sociaux ; veiller à la réalisation du problème de l’architecture ». Le IIe CIAM s’est déroulé à Francfort en 1929 sur le thème de l’habitat économique ; le IIIe CIAM à Bruxelles en 1930 avait comme projet d’analyser les méthodes rationnelles pour la construction des groupements d’habitation ; et le IVe CIAM, prévu à Moscou, prit place finalement à bord du bateau « Patris II », qui devait traverser, lors d’un voyage aller-retour du 29 juillet au 13 août 1933, la Méditerranée de Marseille à Athènes. Ce IVe CIAM traitait « La ville fonctionnelle ».

16 . Voir les articles de journaux d’époque découpés (sans référence bibliographique) aux archives du GATEPAC de Barcelone.

17 Etant donné l’importance des intervenants, « toutes les conférences avaient été sténographiées et celle de Le Corbusier avait été retransmise par radio » selon des annotations recueillies dans les archives du GATEPAC de Barcelone.

18 . Voir « Villa a Brünn. Mies van der Rohe, arquitecto », AC, n° 14, 1934, pp. 30-34.

19 . Voir les archives du GATEPAC de Barcelone.

20 . AC n° 11 1933, p. 16.

21 . Dans le bulletin du GATEPAC sont nommées les publications reçues par le groupe, ainsi que les ouvrages étrangers déposés en exposition par la librairie Martínez Pérez au siège social du GATEPAC à Barcelone :
Allemagne : Bauen Siedeln Wohnen ; Deutsche bau Zeitung ; Bauwelt ; Moderne bau-formen ; Der P. Träger ; Die Neue Stadt ; Die wohnung ; Die bau und werkkunst ; Deutsches bauwesen ; Electroschweissung ; Deutsche linoleum werke ; Baugilde BDA ; Wohnungs wirt-chaft ; Hollande : Kunst ; 8 Opbow.
Tchécoslovaquie : Stavitel ; Stauba ; Suède : Bygmästeren ; France : Architecture d’Aujourd’hui ; L’Architecte ; Belgique : La cité et techne ; Emulation ; Pologne : Dont, osiedle, mieszkanie ; Preasens ; Italie : La casa bella ; Argentine : Revista de arquitectura ; México : Tolteca ; USA : Architectural Record ; Shelter.

22 . M. Guifreda, « Arquitectura alemanya », Mirador, Septembre 1931.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site