Desktop versionMobile Version

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Quatrième partie. Insécurité sur la frontière sud et mutation du pouvoir mandataire

Conclusion

Volltext

1Dans la première moitié des années 1920, le SR du Levant d’une part, le phénomène des bandes armées de l’autre, entretiennent clairement une relation de type dialectique. L’existence sur les frontières de zones de réfraction où se structurent et à partir desquelles agissent les groupes armés, pèse et agit sur l’organisation et le fonctionnement du SR, alors même que celui-ci, parce qu’il introduit le pouvoir d’État au cœur des sociétés locales, contribue fortement à l’émergence des dissidences et à la « production » du banditisme.

2Comme lorsque deux fréquences entrent en résonance, il y a à un moment donné emballement, et point de rupture que je situe en gros au début de l’insurrection de 1925-1927. Service des Renseignements et bandes armées se trouvent dès lors projetés, chacun en ce qui les concerne, vers de nouvelles contradictions, préexistantes mais demeurées jusqu’alors confinées, et dont la résolution va désormais constituer l’élément moteur de deux histoires devenues singulières. Pour ce qui est des bandes armées, il s’agit de l’insertion et de la maturation d’un potentiel de résistance largement modelé par des déterminations locales, dans un mouvement politique revendiquant clairement une légitimité nationale. Ce processus, dont la révolte syrienne ne constitue que le point de départ, et le cycle des guérillas palestiniennes de la seconde moitié des années 1930, sinon le point d’arrivée, du moins une étape majeure, il conviendrait d’en restituer la généalogie et d’en baliser le cheminement.

3Quant à la destinée du SR du Levant, on a choisi de la suivre jusqu’à son terme. Pour cela, on a resserré la problématique autour de cette autre dialectique, sous-jacente dans la première moitié des années 1920, mais dont la résolution convulsive représente bel et bien la ligne directrice de l’histoire mandataire après 1925 : la dialectique du tout et de la partie. S’il est un élément moteur pour rendre compte de l’histoire du mandat durant cette période, il est en effet à rechercher au cœur de cette contradiction, entre d’une part une administration militaire fortement typée, appuyée sur ses traditions, son corporatisme, son expertise aussi, et la réalité englobante du mandat d’autre part, conduit à envisager de plus en plus clairement, même si cela se fait dans la douleur, les modalités de son propre effacement.

4Ainsi conçue, l’enquête a permis de faire avancer un certain nombre de dossiers importants de l’historiographie du mandat, un épisode de l’expansion française outre-mer qui, jusqu’à une date récente, était resté relativement en marge de la recherche universitaire. À cet égard, six grands apports peuvent être, me semble-t-il, dégagés.

5Les deux premiers chapitres présentent un essai d’explication globale des causes et modalités de l’installation mandataire, hissant à un même niveau d’intelligibilité, avec le même statut épistémologique, et la structure coloniale, qui intervient à la fois avec ses traditions et ses contradictions, et la société locale qui, bien loin d’être figée, est au contraire affectée par toute une série de bouleversements sociaux et politiques majeurs, plongeant leurs racines dans un long XIXe siècle ottoman. L’ensemble de la démonstration puise non seulement aux données factuelles bien connues de l’histoire des relations internationales, mais réintroduit également dans l’analyse un élément jusqu’alors largement occulté, à savoir l’affirmation en Syrie même d’une variante radicale du nationalisme arabe, sur laquelle viendront buter en définitive toutes les tentatives de résolution politique de la question du Levant. Ce versant populiste du nationalisme arabe, dont les fondements sociologiques sont éclairés et les expressions politiques décrites, donne sa cohérence à l’ensemble des événements qui ponctuent ces années tournantes du Moyen-Orient contemporain. Sa prise en compte permet également de se projeter dans le temps long de l’histoire intellectuelle et des représentations : en exaltant l’action des bandes armées (cisābāt) et des tribus (cashā’ir), les organisations populistes arabes non seulement rejettent le modèle civilisateur du « Royaume arabe » hérité de l’Europe des Lumières, mais, en faisant basculer le radicalisme politique dans la subversion sociale, menacent également la mainmise des élites locales, y compris nationalistes.

6En démontant les institutions du mandat (chapitre III), on a ensuite cherché à dépasser le simple divide ut imperes, qui a trop fréquemment prévalu comme explication ultime de la politique mandataire de la France. Comprendre comment fonctionnait en pratique la machine politique et administrative du mandat implique d’avoir recours à un double niveau d’analyse. Le pouvoir mandataire, tel qu’il se met en place au début des années 1920, s’inscrit d’abord dans une longue tradition d’influence et d’ingérence politique et économique dans l’Empire ottoman, qui débouche en pleine guerre mondiale sur un projet spécifique : la constitution d’une Syrie en quelque sorte cantonale, « agrégat de municipes » entre lesquels la France jouerait le rôle d’arbitre et de lien fédérateur. Mais l’expérience du mandat doit être également mise en regard de l’affirmation croissante des appareils d’État, au sortir d’une guerre totale qui en a singulièrement élargi les champs d’intervention. Au cours des années 1920, l’État « légal-rationnel » prolifère par la bureaucratisation et démultiplie sa compétence technologique, investissant le champ économique (l’Etat-entrepreneur) et débordant dans le social (l’État-providence). Morcelés et dotés de compétences dérisoires, les fragiles entités que la puissance mandataire organise sur place, dans le cadre de cette promotion des autonomies locales qui constitue le fond de son projet politique, ne sauraient effectivement prétendre au statut d’État. C’est là le cœur même de la stratégie mandataire : en tant qu’organe commun à cette pluralité d’autonomies, le haut-commissariat français s’impose comme le seul et unique canal d’acquisition de l’outillage étatique, et confisque en pratique toute capacité instrumentale à agir sur la société par ces moyens modernes que l’offre techno-bureaucratique ne cesse pourtant de perfectionner.

7L’enquête a ensuite permis d’exhumer ce que j’ai appelé un « nationalisme de la frontière », émané d’une mouvance politique radicale qui trouve refuge dans ces interstices que les États mandataire et kémaliste en devenir laissent encore vacants au tout début des années 1920 (chapitres IV et V). Ce « nationalisme de la frontière », c’est d’abord l’action de puissantes bandes armées que l’historien traque par une exploitation sérielle des collections de bulletins quotidiens émis par le SR du Levant. L’étude de ce banditisme met en évidence une réalité fortement typée, avec ses mécanismes, ses logiques propres. Mais l’action des bandes armées s’inscrit également dans un environnement politique particulier, dominé par l’activisme de toute une série d’organisations nationalistes : comités turcs à forte imprégnation unioniste, société secrète islamique, associations patriotiques et culturelles. Occupant une position hautement stratégique dans ce que Maurice Agulhon appelait « la descente de la politique vers les masses », cette sociabilité politique de la frontière joue en effet un rôle majeur dans l’acculturation nationaliste des communautés rurales et de l’en-bas de la société urbaine. Mais l’existence de cette vaste zone d’insécurité allait amener les autorités mandataires à adopter un certain nombre de mesures, tendant à constituer la frontière turco-syrienne en une sorte de marche militaire couvrant Alep par le nord, tandis que du côté turc, l’activisme des organisations nationalistes de la frontière finissait par poser un problème sérieux au gouvernement d’Ankara engagé sur la voie de l’État autoritaire et centralisé. Quelque part entre 1923 et 1926, l’extension de ces logiques d’État finit par générer une mitoyenneté fondatrice de la frontière elle-même. Dans ce processus, la répression du banditisme a joué un rôle central.

8La troisième partie de l’ouvrage s’est attachée à la biographie collective d’un échantillon significatif d’officiers du SR (chapitres VI à VIII). On a cherché ici à proposer un modèle opératoire d’enquête prosopographique permettant de prendre la mesure des corrélations entre origines sociales, mouvement des carrières et constitution de ce corps spécifique des officiers de renseignements. Celui-ci se présente à l’origine comme une administration articulée autour d’un noyau de spécialistes, principalement formés en Afrique du Nord avant 1914 et poursuivant au Levant une carrière aux allures de vocation, autour duquel viennent s’agréger une majorité d’officiers plus jeunes, ayant commencé leur carrière avec la Première Guerre mondiale, et affectés au Levant au débouché d’un circuit des théâtres d’opérations extérieures dont il nous a fallu reconstituer les ramifications. L’objectif s’est ensuite resserré autour de ce que j’ai appelé le « groupe axial » du SR, à savoir un noyau d’officiers renouvelant systématiquement leur séjour au Levant où ils restent en moyenne près de onze années, et s’affirmant à ce titre comme la structure pivot d’un service dont ils représentent toujours plus du tiers de l’effectif. La méthode prosopographique permet de rapporter ces logiques prolongatoires à l’œuvre dans le fonctionnement interne du service, à ce que l’on sait des origines sociales et du profil de carrière des officiers concernés. Originaires pour la plupart des classes moyennes (41 %) et populaires (36 %), principalement formés sur le tas (60 % directement sortis du rang) et sur le tard (14 années de service avant l’affectation au SR du Levant), gênés par l’engorgement des carrières consécutif à l’afflux massif d’officiers promus à la faveur de la Grande Guerre, nos officiers vont trouver dans le SR du Levant le moyen d’échapper à cet effet de masse : parallèlement à des carrières qui tournent au ralenti et qui plafonnent à un niveau subalterne, le service spécial offre en effet à ces officiers l’opportunité d’une vie en marge des pesanteurs hiérarchiques et des mécanismes de sélection qui, ils le savent, ne jouent pas en leur faveur. Mais au final, le SR finit par emprisonner ces trajectoires, en ce sens que l’abandon du service spécial ne peut plus signifier qu’un déclassement, d’où ces logiques prolongatoires jamais très éloignées de la rupture définitive d’avec la carrière militaire.

9Les chapitres IX et X proposent, à la lumière des évolutions profondes du XIXe siècle ottoman, une relecture du découpage inter-mandataire du début des années 1920, entre la Syrie sous contrôle français et la Transjordanie sous influence britannique. Alors que plus au nord, sur la frontière turco-syrienne, on avait à faire à une région bien intégrée à l’édifice impérial, et à ce titre exposée depuis longtemps déjà aux évolutions de la modernité politique, au sud, les franges méridionales du Bilād al-Shām représentaient au contraire une marche de l’ordre ottoman, une frontière pour tout dire, mais au sens de région-frontière. Alors qu’entre Alep et cAyntab s’affirmait d’emblée un monde à la Gramsci, où la lutte pour l’hégémonie politique investissait et informait le social, dans les confins méridionaux du pays de Damas au contraire, se perpétuait un paysage à la Malthus, où le nombre des hommes, le contrôle de la terre, bref le substrat social de base, en déterminaient encore très largement l’expression du politique. Une différence fondamentale qui explique le décalage chronologique entre les dissidences de l’époque mandataire.

10Un vaste mouvement de reconquête agraire s’était en effet enclenché au XIXe siècle, attirant dans les franges méridionales du Bilād al-Shām une immigration qui fuyait la surpression démographique de la montagne libanaise ou des faubourgs de Damas. Une société pionnière se constituait ainsi dans ce front de colonisation situé aux marges de l’Empire ottoman. Or, au lendemain de la Première Guerre mondiale, cette région-frontière devenait d’un coup une ligne-frontière. Cette dissection, à vif en quelque sorte, portait en elle deux types d’évolution, renvoyant à des temporalités différentes, mais qui allaient néanmoins se rejoindre : une évolution précipitée d’abord, qui correspondait à la fixation, en Transjordanie, d’une diaspora nationaliste ayant fui l’occupation française de la Syrie ; et la mobilité de groupes gyrovagues ensuite, en quête de travail, de terre, d’une vie nouvelle, et déambulant entre le Liban, Damas et la Transjordanie, dans ce qui ne faisait que prolonger finalement la fluidité du front de colonisation. Et dans cette Transjordanie encore balbutiante, un brassage allait s’opérer entre cette transhumance des hommes, inscrite dans l’histoire à écoulement lent, et l’exil des nationalistes, emportés par les soubresauts nerveux de l’histoire événementielle. Une société nouvelle émergeait alors peu à peu, qui s’inventait elle aussi de nouveaux horizons, une « nouvelle frontière » pour tout dire, celle d’une nation arabe, éprouvée avant que d’être pensée.

11De fait, ces deux rythmes historiques allaient rapidement se conjuguer : à partir de 1924, on assistait, pour la première fois sur la frontière sud, à l’irruption de puissantes bandes armées reproduisant le type d’action uniquement repéré jusqu’alors sur la frontière nord. L’effervescence des confins frontaliers de la Syrie méridionale, en 1923-1924, préfigurait ainsi l’insurrection syrienne des années 1925-1927. Mais pour l’heure, la réduction de ces franges d’insoumission scellait la solidarité impériale franco-britannique et, comme sur la frontière turco-syrienne, sanctionnait la consolidation d’un pouvoir de type étatique, auquel se ralliait définitivement une Transjordanie hachémite jusqu’alors balbutiante, mais désormais bien arrimée au nouvel ordre mandataire.

12Pour clore cet ouvrage (chapitre XI), on a tenté de mesurer l’impact de ces différentes questions sur l’évolution de la politique mandataire globale dans la seconde moitié des années 1920. L’insurrection syrienne des années 1925-1926 précipite en effet une crispation coercitive de l’administration mandataire, qui se traduit par l’extension à la région de Damas des formules de contre-guérilla forgées sur la frontière turco-syrienne : ramification d’un réseau serré de postes de renseignements d’une part, organisation à grande échelle de nouveaux groupements supplétifs de l’autre. De levier important du pouvoir mandataire, le Service des Renseignements se hisse peu à peu à la hauteur d’un véritable contre-pouvoir. Rien ne l’illustre mieux que son rôle dans le torpillage de la politique d’ouverture engagée par le premier haut-commissaire civil du mandat, Henry de Jouvenel. Il faudra bien de la ténacité à son successeur, Henri Ponsot, pour que l’appareil mandataire réussisse, mais en partie seulement, à opérer sa mue. Ne pouvant réformer le mandat par le haut (échec de l’expérience de la Constituante de 1928), Henri Ponsot s’attache en effet à le réformer par le bas, de l’intérieur, par des réformes de structure. La création des Services Spéciaux du Levant permet ainsi de conserver de l’ancien SR tout un capital d’expertise, mais en le maintenant désormais éloigné de la direction politique du mandat. En revanche, les efforts du haut-commissaire n’auront pas suffi à faire changer le cours de l’histoire de l’armée syrienne. La création des Troupes Spéciales du Levant, qui introduit dans les troupes locales une composante supplétive plus guerrière que véritablement militaire, n’est pas sans poser de redoutables problèmes : elle renforce en effet la composante minoritaire de l’armée syrienne, et facilite l’introduction de logiques communautaires et de solidarités segmentaires au sein de sa hiérarchie. Une situation évidemment grosse de drames à venir pour les futurs États indépendants.

13En combinant ainsi la monographie d’un corps militaire ayant joué un rôle majeur dans la structuration d’un appareil de type colonial, et l’étude de cas de deux zones de dissidence campées sur les confins syriens, on a voulu présenter en définitive un essai de compréhension de la genèse de l’État mandataire dans les années 1920. La nature même des phénomènes observés nous a conduit à étendre cette réflexion aux États voisins, jeune Turquie kémaliste d’une part, et Transjordanie hachémite gardée à vue par Londres d’autre part. Dans les interstices de ces constructions étatiques en train de dessiner la carte du Moyen-Orient contemporain, on a ainsi été amené à explorer des régions réfractaires au nouvel ordre politique, réceptacles de multiples lignes de fracture nées de la décomposition de l’Empire ottoman, mais aussi puissants creusets où des mondes nouveaux s’inventaient encore plus ou moins confusément. Entre ces « nationalismes de la frontière », insurgés avec un décalage de quelques années contre le mandat français, il y a au final un dénominateur commun : ils seront l’un et l’autre broyés par une raison d’État plus forte que les différends ou antagonismes entre républiques turque et française au nord, empires coloniaux britannique et français au sud.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search