Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Quatrième partie. Insécurité sur la frontière sud et mutation du pouvoir mandataire

Chapitre XI. Hésitations et stabilisation du pouvoir mandataire (1925-1931)

Texte intégral

  • 1 L. Bokova, op. cit. ; Edmond Rabbath, « L’insurrection syrienne de 1925-1927 », Revue historique, a (...)

1Il ne saurait être question de revenir ici sur l’histoire de la grande révolte de 1925-1927 qui, déclenchée à partir du Djebel Druze, s’étend bientôt à la région de Damas et aux franges orientales du Grand-Liban. L’événement insurrectionnel enveloppe les formes de l’insécurité ordinaire auxquelles s’est attaché ce travail, et impose sa propre logique, dont l’analyse implique de nouvelles grilles de lecture qui ont été du reste déjà abondamment explorées. On s’appuiera donc ici sans vergogne sur ces travaux au demeurant d’excellente qualité1. Rappelons-en simplement les grands rythmes que la fortune des armes a très largement contribué à imprimer.

2La révolte, on le sait, commence par la réaction violente de la société druze comprimée par deux années de terrorisme colonial du capitaine Carbillet. Cette première phase débouche sur de cuisantes défaites de l’armée du Levant, qui se voit contrainte à l’été 1925 d’évacuer le Djebel laissé aux mains des insurgés. L’automne voit l’extension de l’onde de choc de la révolte qui trouve ses principaux relais dans le mont Hermon, région druze qui lui ouvre le Grand-Liban, et à Damas, où s’organise la guérilla périurbaine de la Ghuta. Ce faisant, la révolte revendique clairement, et endosse effectivement en partie, une dimension nationaliste qui se traduit notamment par la double connexion du mouvement insurrectionnel, en aval avec les leaders du Parti du Peuple (Ḥizb al-Shacb) récemment constitué à Damas sous la houlette du docteur cAbd al-Rahman Shahbandar, et en amont avec l’état-major de l’Istiqlāl, qui intervient avec ses hommes (cAdil Arslan, Ahmad Muraywid, Shakib Wahhab, etc.), ses armes et son expérience de la lutte armée.

3L’hiver marque l’apogée du mouvement qui se consolide à la faveur de l’immobilisation des troupes mandataires à Damas même, d’où elles ne rayonnent que par petits coups de sonde. La mauvaise saison diffère en effet l’organisation des vastes opérations de reconquête des zones rurales, et une nébuleuse de groupes armés en profite pour allumer des foyers d’insécurité à la périphérie de l’épicentre insurrectionnel. Les mois d’avril-juillet 1926 représentent la ligne de partage des eaux de la révolte syrienne, avec coup sur coup, la chute de ses trois principaux bastions : la chute en avril 1926 de Majdal Shams, quartier général des rebelles de l’Hermon ; la reconquête du Djebel Druze entre le 25 avril, date de la prise de Suwayda, et le 4 juin, date de l’occupation de Salkhad ; et enfin le nettoyage de la Ghuta dans la seconde quinzaine de juillet. Trois coups de boutoir qui achèvent de faire voler en éclats les espoirs militaires de la révolte syrienne, désormais réduite aux opérations de survie de quelques groupes disséminés sur les sommets incessibles de l’Anti-Liban ou dans les chaos volcaniques du Djebel Druze, et pourchassés sans relâche jusqu’à l’été 1927.

4Mais la chronologie des armes n’est pas hégémonique dans le déroulement de cet épisode, et entre en concurrence avec les rythmes proprement politiques que, du côté mandataire, certains responsables civils tentent d’introduire avec plus ou moins de bonheur. Situé au cœur même de cette tension, le SR du Levant constitue une nouvelle fois un indicateur particulièrement adapté à cette saisie du mouvement mandataire. De cet enregistrement, deux phases ressortent clairement : celle des convulsions des années 1925-1928, suivie d’une relative stabilisation en 1929-1931.

L’extension du modèle alépin

La montée en puissance du SR du Levant

  • 2 CADN, fds BM, 840, État nominatif du SR au 1. II. 1925 et au 5. VIII. 1926.
  • 3 Cf. documents annexes. Sauf indication contraire, on parlera ici de francs constants 1914.

5Le premier effet du déclenchement de la révolte est de précipiter le renforcement du SR du Levant, qui à cette occasion achève d’importer dans la région de Damas les formules de contre-guérilla élaborées sur la frontière turque. Cette montée en puissance du SR tient d’abord en quelques chiffres. Alignant laborieusement une cinquantaine d’officiers en début d’année 1925, l’effectif du service rebondit à hauteur de 75 officiers au mois d’août 19262. Ses dotations budgétaires, après s’être constamment affaissées au cours des précédents exercices, accusent à nouveau une courbe ascendante, passant de 398 000 à 666 000 francs entre 1925 et 1926, pour atteindre 719 000 francs l’année suivante, exercice au cours duquel les fonds politiques représentent 40 % du budget total du haut-commissariat3.

  • 4 SHAT, 4H 159, Note du 7.1.1926 : « Sur ce territoire, les officiers détachés temporairement auprès (...)
  • 5 SHAT, 4H 153, Historique du secteur du Chouf.

6Cette montée en puissance quantitative a naturellement sa traduction spatiale que visualise la carte à suivre. Au lendemain de la répression militaire de la révolte, le travail de consolidation politique passe par l’implantation d’un réseau serré de postes de renseignements plongeant au cœur des cazas, et reproduisant, au moins morphologiquement, le système mis en place les années précédentes dans le vilayet d’Alep. On retiendra en particulier ici l’extension libanaise du SR. Malgré les précautions prises par Henry de Jouvenel, qui ne cesse de rappeler que les officiers de renseignements mis à la disposition des troupes doivent se borner à un rôle strictement militaire4, les colonnes de répression opérant sur le territoire libanais sèment sur leur passage les germes de cette expansion nouvelle du SR. C’est ainsi que le commandement militaire du Chouf est réactivé le 3 mai 1926, avant d’être officiellement doté, au mois de septembre, d’un poste d’officier de renseignements qui finalement lui survivra5. C’est en effet après le départ d’Henry de Jouvenel que cette évolution, en principe provisoire, se consolide sur le plan institutionnel, avec la création d’un Service des Renseignements de la République libanaise, à la tête duquel est placé le commandant Tracol, un vétéran de l’armée coloniale arrivé en Syrie dès 1919.

CADN, fds Beyrouth mandat, 840, état nominatif du SR au 5 août 1926 ; Papiers Delcuze, état nominatif au 5 janvier 1928.

CADN, fds Beyrouth mandat, 840, état nominatif du SR au 5 août 1926 ; Papiers Delcuze, état nominatif au 5 janvier 1928.
  • 6 SHAT, ess d’Auguste Mortier, 13Yd, Gx4, dossier n° 179.

7Mais le cœur du nouveau dispositif est bel et bien constitué par le SR de la Ghuta, qui rassemble sous une direction unique les nombreux postes créés autour de la ville de Damas au lendemain de l’insurrection. Le principe en avait été exposé dès le début du mois de novembre 1925 dans un rapport signé du commandant Mortier, ancien chef du SR de la 2e Division, dépêché sur place pour organiser « un SR répondant à tous les besoins de la situation »6 :

  • 7 SHAT, 4H 152, Projet d’organisation territoriale du commandant Mortier, 25. XI.1925.

« Actuellement, les bandes sont maîtresses de la région avoisinant Damas ; elles y rançonnent les habitants, elles arrêtent la vie économique, elles y lèvent des contingents, leurs chefs parlent au nom du “Gouvernement national”. (...) Je préconise le système qui a été appliqué dans la Syrie du Nord en 1923 et qui a permis le rétablissement de l’ordre dans un laps de temps relativement court. Il consiste à partager le territoire de la région en autant de secteurs qu’il existe de postes d’officiers de renseignements, de telle sorte que les limites du secteur correspondent à celles de la zone d’action confiée à un officier du SR, correspondant elles-mêmes à celles des circonscriptions administratives »7.

  • 8 SHAT, 4H 78, Rapport pour 1926 du SR des sandjaks de Damas et du Hawran.
  • 9 CADN, fds BM, 437, Catroux à Chef SR, 27. VII.1926.

8La réalisation de ce programme intervient finalement au lendemain des opérations de juillet 1926. Un SR de la Ghuta est alors officiellement organisé qui réunit les cazas de Damas, Duma et Zabdani8. Son programme consiste d’abord en une reprise en main musclée des populations, que le lieutenant-colonel Catroux, nouveau chef du SR, définit de la manière suivante : « Vous leur ferez connaître que nous exigeons d’elles l’obéissance au gouvernement syrien, le paiement d’une amende, le versement des armes et une autodéfense éventuelle contre les bandes. Des otages bien choisis vous serviront de garantie dans ces opérations qui équivalent à une soumission. Aux villages qui ne se soumettraient pas, vous ferez connaître qu’un délai d’exécution de 48 heures leur est accordé, au terme duquel des expéditions de razzia seraient exécutées contre eux. Vous demanderez au commandement de faire à cet effet quelques exemples »9.

9Mais au-delà de ce chapitre coercitif, le SR de la Ghuta nouvellement organisé va surtout être chargé de piloter une vaste entreprise de remodelage de l’espace périurbain :

  • 10 Ibid.

« Voilà pour la reprise en main des populations. Par ailleurs, il importe que la Ghuta cesse d’être, de par sa nature même, un lieu favorable aux bandes. Il faut pour cela l’aérer et la sectionner à la manière dont les massifs forestiers sont découpés en vue d’éviter la propagation des incendies. Il faut que nos colonnes et nos engins y trouvent un accès facile. Le commandement a dressé un programme de déboisement et de percement de larges avenues en étoile et de lignes de rocades. Le programme doit être exécuté sans délai et sans désemparer par la main-d’œuvre villageoise. Vous devrez vous y employer immédiatement. C’est une tâche de première urgence »10.

  • 11 L. Bokova, op. cit., p. 215-216.
  • 12 SHAT, 4H 157, Ingénieur Delhotellerie à Directeur Société anonyme impériale ottomane des Tramways e (...)
  • 13 Anne-Marie Bianquis, « Damas et la Ghouta », in La Syrie d’aujourd’hui, A. Raymond dir., Paris, 198 (...)

10C’était là en fait, la poursuite d’un vaste plan d’aménagement défensif de Damas, annoncé le 10 décembre 1925 sous le doux euphémisme de « projet d’embellissement », et dont la concrétisation immédiate fut l’aménagement en moins de deux mois d’une douzaine de kilomètres de boulevards extérieurs11, agrémentés de fils barbelés dont seul un veto technique empêcha l’électrification12. Après la reconquête de juillet 1926, ces premiers « embellissements » furent donc complétés, sous la direction d’officiers transformés pour l’occasion en chefs de chantier que l’on devine sourcilleux, par l’abattement d’une partie des murs en boue séchée caractéristiques de la Ghuta, et l’aménagement de routes carrossables entre les principaux villages de l’oasis13.

  • 14 CADN, fds BM, 2736 et 2737.
  • 15 CADN, fds BM, 2736, Note pour M. le secrétaire général, 1. III.1926.
  • 16 Élaborées à partir des données apparaissant lors de la clôture du compte « Amendes attribuées à div (...)
  • 17 CADN, fds BM, 2737, Arrêté 97 du 30. I.1926.
  • 18 CADN, fds BM, 2737, Arrêté 527 du 24. IX.1926.

11Dernier symptôme de cette emprise croissante du SR, son rôle dans la perception et la redistribution des amendes collectives. Sur la base d’une documentation intéressante mais d’un abord difficile, on tentera malgré tout de lever un coin de l’opacité en quelque sorte consubstantielle à ce genre de comptabilité, ballottée à la fois par les événements et les jeux d’écriture14. De ce maquis, un certain nombre de faits ressortent néanmoins. Entre la fin octobre 1925 et la fin juin 1926, le montant des amendes collectives infligées aux populations syriennes représente une somme que l’on peut estimer à 260 000 francs, et dont la quasi-totalité (95 %) a été perçue en monnaie or. Surtout, s’y ajoute une forte ponction initiale de 50 000 livres turques or, directement exercée à la source par prélèvement sur les revenus douaniers de l’État de Syrie. Cette somme, qui représente le montant de l’amende infligée à la ville de Damas à la suite des événements d’octobre 1925, servira entre autres au financement des travaux engagés en décembre 192515. Pour la période juillet 1926-juillet 1927, on en est réduit à des conjectures16. Disons simplement qu’un ordre de grandeur d’un million de francs peut être avancé, dont la moitié sans doute a été perçue en espèces métalliques. En amont du mécanisme, c’est aux officiers de renseignements que revient naturellement la tâche d’identifier les villages coupables et de fixer le montant des amendes17. En aval, on les retrouve formant l’ossature de la commission créée en septembre 1926 à l’effet d’examiner les demandes de subventions émises par les victimes de la révolte, et dont le financement est précisément assuré par le fonds des amendes. Les dossiers sont ainsi instruits par un officier de renseignements désigné rapporteur, et présentés devant la commission où le directeur du SR joue un rôle prédominant18.

12Enfin, entre les deux termes, le SR dispose avec ces fonds hors budget, d’une cagnotte très pratique pour faire face à ses propres échéances. Au détour de quelques décisions retrouvées au hasard des dossiers, on s’aperçoit par exemple qu’une somme mensuelle de 20 000 francs courants est ainsi distraite du fonds des amendes, pour couvrir les frais qu’occasionne la création du SR de la République libanaise pendant les cinq derniers mois de 1926 ; ou encore qu’une somme de 34 000 francs courants ayant la même origine sert à l’achat d’une automobile Renault destinée au chef de ce même service. Mais le gros du départ a sans doute été fait avant même que les amendes ne pénètrent dans le circuit comptable, sous la forme de saisies en nature au bénéfice de groupes supplétifs dont la constitution représente précisément le second aspect de la montée en puissance du SR.

Le développement du système supplétif dans la région de Damas

  • 19 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 147, fol. 100-104, Gamelin à Guerre, s.d. (ca fin 1925- début 1926). Su (...)

13Au moment du déclenchement de l’insurrection druze, le dispositif militaire de la Syrie méridionale est totalement dépourvu de ce type d’éléments supplétifs. Il s’appuie uniquement sur la gendarmerie syrienne et les troupes régulières, troupes coloniales françaises ou troupes auxiliaires syriennes. Les premiers mois de la révolte vont clairement démontrer les limites de ce système. La gendarmerie syrienne, parce qu’elle n’est pas une troupe de combat, et parce qu’elle n’offre pas non plus toutes les garanties politiques souhaitables, est très vite marginalisée. Le général Gamelin, commandant supérieur des troupes du Levant, est ici catégorique, épinglant au passage les projets du lieutenant-colonel Sarrou : « Je sais que d’aucuns ont rêvé de tenir la Syrie avec une gendarmerie. J’espère que les événements actuels ont dévoilé leurs yeux : la gendarmerie syrienne s’est évanouie ou a passé à l’ennemi ; la gendarmerie libanaise, bien meilleure, bien mieux encadrée d’éléments français, n’a pas tenu contre le Druze tant qu’elle s’est trouvée seule devant lui »19.

  • 20 Il s’agit de l’échec des deux tentatives de sortie de la garnison de Suwayda : batailles d’al-Kafr (...)
  • 21 C’est dans ce contexte qu’il faut replacer le bombardement de Damas du 18 au 20 octobre 1925.
  • 22 SHAT, 4H 152, Projet Mortier déjà cité.

14Quant aux troupes régulières, actionnées sous la forme de colonnes, elles se révéleront incapables de résister aux attaques druzes, et subiront pendant les deux premiers mois de la révolte une succession de défaites conduisant à l’évacuation totale du Djebel au début du mois d’octobre 192520. Le commandement de l’armée du Levant ne dispose alors que d’un outil militaire quantitativement restreint (et dont la guerre du Rif interdit par ailleurs tout renforcement massif à court terme), mais également inadapté à une révolte qui accentue son caractère de guérilla à mesure qu’elle s’étend dans la région de Damas et sur les franges orientales du Grand-Liban. C’est ainsi qu’au cours du mois d’octobre 1925, les troupes de la région de Damas se trouvent très largement désemparées face aux événements, n’ayant à offrir au développement de la guérilla périurbaine de la Ghuta qu’une réponse inadaptée et bien souvent disproportionnée21. Pour les responsables mandataires, il devient urgent d’adopter un véritable dispositif de contre-guérilla calqué sur celui de la frontière turco-syrienne. Ce système, c’est d’abord, on l’a vu, l’implantation d’un réseau serré de postes de renseignements à qui est dévolue l’action politique. L’effort militaire lui, dirigé contre les bandes, doit être le fait de forces supplétives montées de type gendarmerie mobile22.

  • 23 CADN, fds BM, 433, Note sur les troupes supplétives, 1930.
  • 24 À titre de comparaison, dans le Maroc des années 1930, les formations commandées par des officiers (...)
  • 25 De 1925 à 1926, le nombre de fusils a plus que triplé pour atteindre 12 000 partisans et gardes rur (...)

15L’ampleur du mouvement tient en quelques chiffres. Dès le mois de décembre 1925, onze groupes de ce type sont créés. En mars 1926, on dénombre vingt-six « escadrons de gardes mobiles », nouvelle appellation officielle de ces unités, représentant un effectif d’environ 4 500 hommes. Après avoir compté jusqu’à trente-cinq escadrons durant l’été 1926, ces forces supplétives se stabiliseront à la fin de cette même année à hauteur de trente escadrons de gardes mobiles23. Au mois de mars 1926, l’effectif total de l’armée du Levant peut être estimé à 40 000 hommes, répartis comme suit : 30 500 hommes des troupes métropolitaines et coloniales, 5 000 hommes des troupes auxiliaires (Légion syrienne) et 4 500 hommes des troupes supplétives (escadrons de gardes mobiles). Les forces actionnées par des officiers du SR représentent ainsi plus de 11 % du dispositif militaire mandataire24, non compris les groupes de partisans et autres gardes ruraux non soldés, dont les effectifs enflent également de manière significative25.

  • 26 CADN, fds BM, 2737, Note du 12. V.1928 ; Ibid., 427, Note au sujet des dépenses militaires mises à (...)
  • 27 Voir tableaux annexes p. 438.
  • 28 Cf. supra p. 105-108.

16Ces créations posaient par ailleurs de redoutables problèmes de financement. En mai 1928, on estime à environ 12,3 millions de francs, le montant des dépenses liées à l’administration des gardes mobiles pendant la durée de la révolte26. Ces fonds ont été fournis par les États sous mandat selon un mécanisme qui ne leur laissait guère d’autonomie : l’affectation à l’entretien des escadrons du surproduit provenant de la majoration des droits de douane décidée par arrêté du haut-commissariat. Les recettes douanières constituaient en effet la principale ressource financière des États, dont la part peut être estimée pour les années 1926-1927 à 36 % de leurs recettes totales27. Depuis l’installation du mandat, le haut-commissariat gérait directement ces revenus douaniers dont il avait fait une sorte de volant budgétaire servant à financer les organismes d’intérêts communs, dans le cadre d’une gymnastique financière complexe trahissant le difficile ajustement entre unité économique et morcellement politique de l’espace syro-libanais28.

  • 29 Arrêté 2542 du 3. IV.1924 portant relèvement de certains droits de douane ad valorem.
  • 30 CADN, fds BM, 427, Note au sujet des dépenses militaires...
  • 31 Arrêté 140 du 23. II.1926 réglant l’affectation du produit des majorations des droits de douane.

17En avril 1924, le général Weygand décide une première majoration de 11 % à 15 % des droits d’importation ad valorem, en vue de la réalisation d’un vaste programme d’outillage économique et de travaux publics29. Au début de l’année 1926, la masse de réserve ainsi constituée se chiffre à presque 6,4 millions de francs, intérêts des fonds en banque compris30. Le 23 février 1926, le nouveau haut-commissaire Henry de Jouvenel décide d’affecter ces fonds « au règlement des dépenses qui sont la conséquence des événements exceptionnels dont les États sous mandat sont victimes », c’est-à-dire à l’entretien des 26 escadrons de gardes mobiles qui existent alors31. En mai 1926, devant l’insuffisance de ces fonds, une nouvelle majoration des droits d’importation (de 15 % à 25 %) est décidée, qui prendra effet à compter du 1er juillet 1926. Ce second relèvement des droits d’importation permettra de mettre à la disposition du SR, chargé de l’organisation et de l’administration des troupes supplétives, une nouvelle somme de 3,4 millions de francs.

  • 32 Un million et demi de francs prélevés sur 13,4 millions bloqués comme fonds de garantie.
  • 33 Un million de francs sur 16 millions d’excédents.
  • 34 exercice 1926
    en francs 1914
    Recettes douanières des États
    32 700 000
    2e majoration (25 %) : mai 1926
    (...)

18Ces fonds s’étant une nouvelle fois révélés insuffisants pour faire face aux besoins de la répression, un complément de 2,5 millions de francs fut directement ponctionné sur la part non majorée des recettes douanières de l’exercice 1926. Ce dernier prélèvement affecta aussi bien la part des recettes douanières gagée au profit de la Dette publique ottomane32, que la part dite des « excédents », qui restait en principe à la disposition des États pour financer leurs services d’intérêt commun33. Si l’on ajoute à ces sommes les 2,1 millions de francs versés par les États comme contribution forfaitaire pour l’entretien des troupes auxiliaires (Légion syrienne), on constate que la répression de la révolte druze absorbe pour l’exercice 1926 près du quart des recettes douanières des États34. À aucun moment, les États n’ont été en mesure de peser sur un processus décisionnel discrétionnaire, qui confiait finalement une part significative de leur richesse nationale à la gestion exclusive des officiers du SR.

19Il est bien sûr impossible de présenter ici une monographie détaillée de chacune des formations supplétives ayant été créées à la suite de l’insurrection. Les multiples changements d’appellation, le caractère éphémère de certaines unités mal dégagées du simple groupe de partisans, le déficit de documents dû à l’urgence et la précipitation des mesures prises, plaident en faveur d’une vision panoramique du phénomène, appuyée sur les deux principales réalisations : les escadrons tcherkesses d’une part, et les escadrons druzes de l’autre. Ces deux groupements réunissent en effet 14 des 26 formations qui survivront à la révolte, et sont représentatifs de deux phases assez différenciées de l’histoire de la répression.

  • 35 D’abord appelés « escadrons tcherkesses de Damas » et numérotés de 1 à 5, ils deviennent à partir d (...)
  • 36 Sauf indication contraire, ce qui suit est tiré de la lecture croisée du Livre d’or des Troupes du (...)

20La création des huit escadrons tcherkesses, d’environ 150 hommes chacun, s’échelonne de septembre 1925 à juin 192635 : ce sont les escadrons du début de la révolte, ceux qui plongés au cœur de la mêlée, se sont illustrés dans l’oasis de la Ghuta et dans l’Hermon. Ces escadrons constituent par ailleurs la manifestation la plus visible de l’adoption par les autorités de Damas des formules élaborées dans la région d’Alep. Dès le mois de septembre, le lieutenant Collet, ancien officier de renseignements d’Idlib et organisateur du 1er escadron de gendarmerie mobile, est ainsi dépêché à Damas avec le gros de son escadron appelé à devenir le noyau des futures unités36. En novembre 1925, après la création de deux nouveaux escadrons, un « groupement d’escadrons tcherkesses » est officiellement constitué, avec pour principal bassin de recrutement l’importante colonie de Qunaytra. Le groupement est commandé par le lieutenant Collet, auprès de qui trois lieutenants français sont détachés, tandis que les cadres tcherkesses sont fournis par les sous-officiers et vétérans du 1er escadron et par les principaux chefs de la colonie, dans le cadre d’une organisation mêlant adroitement compagnonnage militaire et solidarité tribale.

  • 37 Nacklie Elias Bou-Nacklie, Les Troupes Spéciales du Levant : Origins, Recruitment and the Historv o (...)

21En février-mars 1926, au moment de la création des 4e et 5e escadrons, les officiers français allaient élargir le recrutement à d’autres éléments, Ismaéliens, Kurdes et bédouins arabes notamment. D’après les chiffres proposés par Bou-Nacklie pour 1930, ces éléments sont alors présents dans les proportions suivantes37 :

  • Tcherkesses 53,7 %

  • Ismaéliens 14,7 %

  • Bédouins arabes 11,4 %

  • Kurdes et Turcs 4,7 %

22Il faut dire que l’exacerbation du contexte guerrier accuse le caractère de mercenariat de ces formations. Dès 1922, certains officiers français soulignent cette caractéristique : « Les Tcherkesses constituent un élément guerrier mais ne doivent pas cependant être assimilés à des soldats. Ce sont des mercenaires

Groupe de supplétifs tcherkesses dans les années 1920

Groupe de supplétifs tcherkesses dans les années 1920

Service historique de l’Armée de l’air, cliché B94 3266.

  • 38 SHAT, 4H 147, Commandant Vital à Général commandant la cavalerie, 5. IX. 1922.
  • 39 CADN, fds BM, 2737, Note de la direction du SR du 12. V. 1928.
  • 40 CADN, fds BM, 427, Note du contrôleur général Guinand, 5. III.1927.

que l’on peut assimiler aux bandes qui existaient au début de la guerre de Trente ans. Si on veut se les attacher, il faut leur donner satisfaction au point de vue de la solde »38. Au moment de la révolte, les autorités mandataires prennent naturellement soin de satisfaire aux aspirations matérielles de leurs supplétifs. Le groupement tcherkesse absorbe à lui seul près du tiers des fonds injectés par le SR dans l’organisation des unités supplétives (3,7 millions de francs sur 12,3)39. Au début de l’année 1926, le relèvement du niveau des soldes était tel, qu’il finit par gêner le recrutement des troupes auxiliaires (Légion syrienne) : « Les légionnaires dont les contrats arrivaient à expiration ne les renouvelaient pas et se rengageaient dans les troupes supplétives »40.

  • 41 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 190-193.

23Mais c’est la perspective du butin et la pratique du pillage qui paraissent constituer les éléments les plus attractifs de l’engagement, en une manière de « système guerroyant » qui n’avait rien à envier aux formations africaines de la seconde moitié du XIXe siècle41 :

  • 42 SHAT, 4H 142, Rapport du commandant Lavigne, 11 . XII. 1925.

« À leur rentrée à Damas, les escadrons tcherkesses furent très remarqués : chaque cheval portait un très volumineux paquetage constitué par des sacs copieusement bourrés. On m’a signalé que les objets dérobés et ainsi transportés étaient vendus à Damas. (...) Les Tcherkesses sont commandés par des officiers français. Non seulement ceux-ci tolèrent les exactions, mais encore le pillage semble être de règle et même une des conditions promises de l’engagement. Je lis en effet dans le bulletin de renseignements du SR de Darca du 10 décembre 1925 : “Les partisans tcherkesses reçoivent 50 livres syriennes et sont alléchés en plus par le butin qu’ils peuvent piller” »42.

24Au terme du processus, la « guerre de prise » est du reste quasiment institutionnalisée :

  • 43 CADN, fds BM, 427, Haut-commissaire p. i. à Pierre-Alype, 20. XI.1926.

« J’approuve la répartition ordonnée par M. le Général commandant les troupes de la région de Damas des 44 500 francs, valeur de la prise faite par le groupe Collet. La même procédure sera appliquée aux prises qui seront faites à l’avenir. Je prie M. le Général commandant supérieur les troupes du Levant de vouloir bien modifier en conséquence la note du 8 juillet 1924, en spécifiant que la moitié du produit des prises sera versée à la caisse des amendes du haut-commissariat, l’autre moitié étant répartie entre toutes les troupes ayant pris part à l’opération »43.

  • 44 D’abord « escadrons de gardes mobiles » numérotés 29, 31 et 35, deviennent en septembre 1926 « esca (...)
  • 45 Acte de naissance d’Antoine Desideri, né le 19 janvier 1892 à Venzolasca, Haute-Corse.
  • 46 Livre d’or des Troupes du Levant, op. cit., p. 182.
  • 47 SHAT, ess d’Antoine Desideri, 8Ye, dossier n° 92 394.

25La création des six escadrons druzes s’échelonne de la fin du mois d’avril 1926, lorsque la prise de Suwayda par la colonne du général Andréa enclenche le mouvement des premières soumissions, à la fin du mois d’octobre44. Ce sont les escadrons de la fin de la révolte, qui s’illustrent de l’été 1926 à l’été 1927 dans la réduction des dernières poches de résistance du Laja’ et du Safa. Comme les escadrons tcherkesses, la cavalerie supplétive druze possède son père putatif en la personne du capitaine Desideri. Né en 1892 dans une famille paysanne corse45, Antoine Desideri s’engage dans l’infanterie en 1910. Sorti du rang à la faveur de la guerre, il accomplit un premier séjour au Levant en 1923-1924, séjour au cours duquel il intègre le SR. De retour en Syrie en décembre 1925, il est affecté à l’encadrement des escadrons druzes, devenant très vite « l’organisateur et l’âme de cette nouvelle phalange d’auxiliaires »46. Après une parenthèse de deux années aux cours desquelles il dirige le SR du sandjak d’Alexandrette, le capitaine Desideri revient au Djebel Druze en janvier 1931 pour y prendre la direction du SR de l’État, fonctions qu’il exerce jusqu’en juin 1934, date à laquelle il quitte définitivement le Levant47.

  • 48 L’expression et l’analyse s’inspirent de D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 79-85.
  • 49 SHAT, Papiers Heurley, 1K 669, 12, Le Passepoil, 11e année, p. 29.
  • 50 Ibrahim al-Atrash est un neveu de cAbd al-Ghaffar al-Atrash. Cf. PRO, WO 208, 3 093, Note on the Dr (...)

26Ce passage de la guerre contre les Druzes à la guerre entre Druzes48, témoigne du savoir-faire des officiers du SR, passés maîtres dans l’exploitation des moindres fissures du bloc adverse et la manipulation segmentaire de la société du Djebel. Le succès militaire de la colonne Andréa, mais aussi le risque de voir la lutte par trop renforcer le leadership du clan Atrash, ouvrent les premières brèches dans le dispositif druze. En interférant dans les relations aussi bien inter- qu’intra-claniques, le SR réussit à distendre ces segments qui, dans un premier temps, s’étaient solidairement arc-boutés pour permettre la mobilisation de la quasi-totalité de la population masculine druze en âge de porter les armes. Le SR joue d’abord de l’opposition nord-sud et s’appuie sur le vieil antagonisme qui sépare Atrash et cAmir : c’est ainsi que dès le mois de février 1926, Turki cAmir, l’un des principaux chefs du clan de Shahba, prend la tête d’un petit groupe de partisans qui sera ultérieurement incorporé dans le premier escadron de cavalerie druze49. Au sein même du clan Atrash et du jubb Ismacil, le SR exploite ensuite la rivalité des grandes maisons, allant chercher dans le bayt de Suwayda, un cousin de Sultan al-Atrash, Ibrahim al-Atrash, pour en faire l’adjoint de l’officier français commandant ce même escadron50.

  • 51 Cf. supra, chapitre IX.
  • 52 Cf. supra, p. 295-296, 305-306.
  • 53 Papiers Deleuze, Capitaine Deleuze, à Délégué du haut-commissaire, 30. IV. 1930.

27Mais le SR est également habile à contrebalancer cette logique de dissociation, en réactivant de vieux réflexes pas tout à fait disparus depuis le XIXe siècle, lorsque l’immigration druze au Djebel accouchait d’une frontier-society faisant face aux tribus arabes51. En particulier, les opérations menées dans les chaos volcaniques du Safa à l’est, peuvent également être interprétées comme une reprise de l’expansion druze dans cette région, avec pour point de mire la riche dépression de la Ruhbé52. Les escadrons druzes jouèrent ainsi un rôle essentiel dans le nettoyage du Safa en 1927, et dans la pacification de la Ruhbé l’année suivante, prélude à l’arrivée des premiers colons druzes en 1930 : « J’ai déjà eu l’honneur d’attirer votre attention sur le fait que chaque année, des bédouins et des fellahs du Djebel Druze viennent en nombre croissant labourer et ensemencer la partie occidentale de la Ruhbé. Cette année, cette mainmise paraît plus importante que jamais et s’opérer dans des conditions qui semblent indiquer que cette prise de possession correspond à un mot d’ordre »53.

  • 54 L. Bokova, thèse citée, p. 400.
  • 55 SHAT, 4H 166, Note du Général Vallier du 13. II.1928.
  • 56 Bou-Nacklie, thèse citée, p. 411. Chrétiens et Sunnites originaires du Djebel fournissent 8,5 % des (...)

28La création des escadrons druzes, c’est enfin un moyen de panser les plaies du Djebel, après deux années d’une guerre qui a laissé derrière elle une économie sinistrée et une société exsangue. Les dommages matériels sont difficiles à évaluer et englobent les destructions de biens immeubles (bombardements) et les pertes agricoles directes (cultures brûlées, cheptel décimé, arbres arrachés) ou indirectes (déficit de production et réduction des ensemencements). Les pertes humaines sont également difficiles à chiffrer. Il semble bien que l’ensemble de la population masculine en âge de porter les armes ait participé à la révolte, soit à peu près 10 000 combattants54. L’état-major de l’armée du Levant estime à environ 2 200 tués les pertes druzes au cours des années 1925-1927, auxquels il faut ajouter un nombre sensiblement équivalent de grands blessés et d’exilés55. On peut donc estimer qu’au lendemain de la révolte, le nombre d’hommes en âge de porter les armes au Djebel est de l’ordre de 5 500 Druzes. D’un point de vue démographique, la création de six escadrons druzes à effectif budgétaire de 125 hommes chacun représente par conséquent l’incorporation d’environ 13,6 % de la population masculine en âge de porter les armes. En effet, contrairement aux escadrons tcherkesses qui accueillent de nombreux éléments extérieurs, le recrutement des escadrons druzes se fait de façon très homogène, au sein même de la communauté druze du Djebel : en 1930, celle-ci fournit encore 90 % des effectifs56. Autrement dit, au lendemain de la révolte, un homme adulte sur sept de la communauté druze du Djebel sert dans les troupes supplétives.

  • 57 H. Saliby-Yehia, thèse citée, t. 2, p. 710-716.
  • 58 CADN, fds BM, 3e versement, 305, Rapport du contrôleur de 1re classe Bois relatif à la participatio (...)

29Financièrement, la création de ces escadrons constitue également une source de revenus très appréciable pour le Djebel. En effet, à partir de 1927, les États sous mandat sont tenus d’assurer eux-mêmes le financement de l’ensemble des troupes locales, troupes auxiliaires (Légion syrienne) et supplétives (escadrons légers du Levant). La part contributive de chacun des États est définie selon un calcul complexe associant l’importance de son commerce extérieur (les excédents des recettes douanières constituant de loin la principale source de financement des intérêts dits communs) et sa situation du point de vue de l’insécurité. À cet égard, le Grand-Liban (33 %) et la Syrie (50 %) assurent l’essentiel du financement, alors que l’État du Djebel Druze n’intervient qu’à hauteur de 2 %57. Pour les années 1927-1928, la contribution des États est fixée à 16 millions de francs par an58, et l’État du Djebel Druze doit donc fournir 2 % de cette somme, soit 320 000 francs.

  • 59 Calcul à partir d’une solde moyenne mensuelle de 160 francs 1914, indemnités de monture et de dépla (...)
  • 60 Pour l’année 1927 par exemple, cela revient à gonfler de 50 % les recettes budgétaires et douanière (...)
  • 61 CADN, fds BM, 551. Ponsot à Clément-Grandcourt, 10. V. 1928.

30Or, dans le même temps, le volume total des soldes versées aux 750 cavaliers des six escadrons druzes peut-être estimé à 1 440 000 francs par an59. Par le biais de ce mécanisme piloté par les services du haut-commissariat, 1 120 000 francs sont ainsi injectés chaque année au Djebel Druze par les autres États sous mandat, Grand-Liban et Syrie essentiellement60. C’est là bien entendu un argument de poids que les responsables mandataires ne manquent pas de mettre en avant dans leurs discussions avec les autorités druzes : « Mais il est un point à tout le moins sur lequel les Druzes peuvent difficilement méconnaître les bienfaits de notre présence parmi eux. Les escadrons légers que nous entretenons au Djebel et qui sont presque entièrement payés sur des fonds étrangers au pays, représentent pour la population druze une source de gain appréciable. Livré à lui-même, le Djebel perdrait cet avantage et les cavaliers des escadrons devraient renoncer à un emploi qui est à la fois conforme à leur goût et rémunérateur »61.

Le refus d’une politique nouvelle : l’échec de la mission Jouvenel

Locarno au Levant

31La montée en puissance du SR du Levant constitue la trame de fond sans laquelle il n’est guère possible de comprendre les déboires des premières tentatives de réforme du pouvoir mandataire. En effet, lorsque l’on prend connaissance à Paris des initiatives pour le moins malheureuses du général Sarrail à l’orée de la révolte (arrestation par traîtrise de délégués druzes en juillet, bombardement de Damas en octobre) et des premiers revers essuyés par les armes françaises (désastre de la colonne Michaud), le haut-commissaire est rappelé d’urgence et remplacé par un parlementaire, le sénateur Henry de Jouvenel, nommé le 7 novembre 1925, et arrivé sur place le 3 décembre suivant. Le commandement de l’armée du Levant reste pour sa part entre les mains du général Gamelin, arrivé au cours de l’été précédent.

  • 62 SHAT, 7N 4186, Historique de la mission Jouvenel, Jouvenel à Briand, 10. I.1926.
  • 63 Ibid, Jouvenel à Briand, 21 . XII. 1925.

32Sénateur de la Corrèze, rédacteur en chef au Matin, ancien ministre de l’instruction publique et délégué de la France à la SDN, le choix d’Henry de Jouvenel marque clairement un changement d’orientation dans la conduite du mandat, après trois généraux ayant cumulé pouvoirs politiques et militaires. Ce changement de cap est patent dans les rapports que le nouveau haut-commissaire soumet à Briand au cours des quelques semaines qui suivent son arrivée : « Quand ces États auront voté leurs constitutions, nous devons obtenir d’eux qu’ils s’engagent les uns vis-à-vis des autres, et tous vis-à-vis de nous, par des traités de trente ans, à garantir en commun leurs frontières extérieures, à ne pas employer la force vis-à-vis les uns des autres, et à recourir à l’arbitrage de la France pour la solution des différends qui pourraient s’élever entre eux »62. On reconnaît là les principes de la sécurité collective surgis l’année précédente des « Protocoles de Genève », et consacrés à Locarno dans la première quinzaine d’octobre : « Cette politique est conforme à celle qui nous a conduits à Locarno. Elle en découle logiquement. Pour mieux dire, elle est l’application à l’Orient de l’esprit de Locarno »63. C’est bien cela le drame de 1926. La politique de Jouvenel, c’est Genève qui débarque en pleine insurrection coloniale. Le choc des cultures ne va pas se faire attendre.

  • 64 E. Rabbath, La formation historique du Liban politique..., op. cit.

33Jouvenel, pièce après pièce, déploie néanmoins son écheveau. Dès le mois de janvier, il considère comme acquis le règlement libanais qui va conduire à l’adoption d’une constitution le 23 mai 1926, et à la proclamation de la République libanaise au 1er septembre suivant. Pour la circonstance, l’ancien Conseil représentatif est élevé au rang de chambre des députés, et procède à l’élection du président de la République, le grec orthodoxe Charles Debbas. Deux révisions constitutionnelles ultérieures, en octobre 1927 et mai 1929, viendront considérablement renforcer les prérogatives de l’exécutif64. Par-delà le jeu des institutions, la constitution avait pour l’heure à réguler deux problèmes fondamentaux. Les relations avec la France, d’abord, sont précisées dans l’article 90, qui réserve les droits de la puissance mandataire tels qu’ils résultent de la charte de 1923. De la sorte, le haut-commissaire gardait la haute main sur la politique extérieure et la défense du pays, et pouvait annuler toute législation jugée contraire au mandat, voire suspendre purement et simplement la constitution. Par cet article, le mandat s’introduisait en fait au cœur même de la constitution, concession à laquelle les nationalistes syriens se refuseront absolument en 1928. Au lendemain de sa démission, en septembre 1926, Jouvenel attirera l’attention du Quai d’Orsay sur cette question :

  • 65 CADN, fds BM, 363, Jouvenel à Ministre des AE, 3. IX.1926.

« Quand des pays sont libres de choisir leur constitution, leur régime électoral, de voter le budget et l’impôt (...), il est fatal qu’ils revendiquent la plénitude de leur indépendance nationale, à moins qu’elle ne leur apparaisse comme un danger. Ce danger peut bien être ressenti par les Chrétiens du Liban, minorité qui risque l’écrasement. Les Arabes de Syrie n’ont pas les mêmes raisons d’accepter notre tutelle. Donc ils la combattent. Pourquoi le Ministère se refuse-t-il à apercevoir cet enchaînement ? »65

34La constitution de 1926 conforte ensuite le confessionnalisme, déjà en germe dans le fonctionnement politique du Liban depuis la mutaṣarrifiyya, mais devenu plus nécessaire que jamais après le bouleversement du paysage communautaire en 1920. La répartition communautaire des responsabilités politiques et administratives fait ainsi l’objet de l’article 95, qui en institutionnalise le principe, mais de façon éminemment provisoire : « A titre transitoire et dans une intention de justice et de concorde, les communautés seront équitablement représentées dans les emplois publics et dans la composition du ministère, sans que cela puisse nuire au bien de l’État ». Ce provisoire a son importance, en ce sens qu’il révèle le lien qu’Henry de Jouvenel avait établi entre constitution institutionnelle et constitution territoriale de l’État libanais. Dans son esprit en effet, le confessionnalisme n’était qu’une étape obligée, en attendant le règlement de fond de la question territoriale qui devait faire l’objet d’un traité ultérieur entre la République libanaise qu’il venait de faire naître, et le futur État syrien qu’il envisageait pour l’après-révolte :

  • 66 Ibid.

« Il faudra bien un jour résoudre le problème des frontières libanaises qui pèse plus que tout autre sur notre politique au Levant. S’appuyer sur la majorité chrétienne du Liban et la réduire à 52 % en annexant 48 % d’irrédentistes, préparer ainsi le moment où cette majorité de plus en plus atteinte par l’émigration, passera à l’état de minorité, brouiller pour obtenir un tel résultat la France avec les Syriens quatre fois plus nombreux que les Libanais et avec tous les Musulmans d’Asie, c’est vouloir jouer le mandat sur une carte perdue »66.

  • 67 Cf. supra, p. 79-80.
  • 68 CADN, fds BM, 363, Section d’Études, Note sur la situation politique des États à la date du 15. IX. (...)
  • 69 AD Corrèze, Papiers Jouvenel, 5J, liasses 1-18, Jouvenel à Pierre Berthelot, Délégué du haut-commis (...)
  • 70 L. Bokova, op. cit., p. 229.
  • 71 Cf. supra, p. 173,n. 68.

35Retrouve-t-on du côté syrien, ces fils ténus que le haut-commissaire tente de nouer en vue d’un règlement global de la question mandataire ? En Syrie, la politique d’Henry de Jouvenel commence par le renouvellement, partiel par la force des choses, de l’ancien Conseil représentatif de l’État. Les arrêtés portant création de ces conseils avaient fixé à deux années la durée du mandat des premiers délégués élus, on s’en souvient, en octobre 192367. Un nouveau scrutin devait donc initialement se tenir à l’automne 1925, ce qu’interdit naturellement le déclenchement de la révolte. Par arrêté du 21 décembre 1925, le nouveau haut-commissaire décide que les élections auront finalement lieu les 8 et 22 janvier 1926 dans les régions où l’état de siège n’a pas été décrété. Pour les sandjaks de Damas et du Hawran, elles seront organisées au plus tard un mois après l’abrogation de la loi martiale68. Jouvenel explique le sens de sa politique de la manière suivante : « Nous allons voir ce que donneront les élections dans le vilayet d’Alep. Je les ai faites pour deux raisons : d’abord, pour étendre dans l’intérieur, par le nord, la tache d’huile de l’influence française que j’ai formée sur la côte ; ensuite, pour avoir un moyen de pression sur les Damascènes. Cela réussira-t-il ? »69. Partout le taux de participation est en baisse par rapport à 1923, et même en chute libre dans la ville d’Alep. La lassitude des populations autant que l’appel au boycott lancé par les nationalistes expliquent un bilan plus que mitigé70. Mais dans le mois qui suit, Jouvenel réussit à retourner en partie la situation, en arrachant la signature d’un accord avec la Turquie, dont l’article 8 intègre la convention douanière supposée sortir Alep de la crise économique dans laquelle l’ont plongée les nouvelles frontières71. Avec pour seules armes ces bien maigres acquis, le nouveau haut-commissaire s’attaque néanmoins au dernier grand chantier politique, celui de Damas. Mais là, il entre dans le fief du pouvoir militaire, consolidé par les nécessités mêmes de la répression.

  • 72 Arrêté 118 du 11.11.1926.
  • 73 C’est la signification du titre de Damad (damat en turc).
  • 74 Arrêté 259 du 26. IV. 1926.
  • 75 Les autres ministres sont ShakirNicmat al-Shacbani aux Finances, Wathiq al-Mu’ayyad aux Travaux Pub (...)

36Après la démission, en décembre 1925, de l’ancien Président de l’État de Syrie, Subhi Bey Barakat, la vacance du pouvoir local gêne considérablement Jouvenel qui n’a plus guère d’interlocuteur avec qui travailler. Le cheikh Muhammad Taj al-Din al-Hasani, qui fait figure de nationaliste modéré, est un moment pressenti pour constituer ce point d’appui qui manque encore au haut-commissaire. Mais il se dérobe finalement, incapable de rallier une équipe prête à prendre le risque d’une coopération avec la France au moment où la guérilla tient la Ghuta. En désespoir de cause, Jouvenel se résout à instituer une administration directe qu’il confie à François Pierre-Alype, ancien délégué du Levant à Paris. Avec le titre d’Envoyé Extraordinaire du haut-commissaire, Pierre-Alype se voit ainsi confier, à compter du 1 1 février 1926, l’expédition des affaires administratives de l’État de Syrie72. Mais pour Jouvenel, ce n’était là qu’un pis-aller, et la nouvelle équipe du haut-commissariat trouve bientôt le point d’ancrage qui lui faisait défaut. Il s’agit du Damad Ahmad Nami Bey, issu de la vieille aristocratie circassienne de l’Empire, et avant son divorce, gendre de l’ancien sultan cAbdülhamid73. Le 26 avril 1926, il est nommé « chef de l’État de Syrie », dans l’attente qu’une assemblée régulièrement élue puisse procéder elle-même à ce choix74. Après des discussions que l’on devine âpres, un premier gouvernement est finalement constitué le 4 mai 1926, incluant trois personnalités du Hizb al-Shacb : Husni al-Barazi à l’intérieur, Lutfi al-Haffar à l’ Agriculture, et Faris al-Khuri à l’instruction publique75. Les déclarations gouvernementales du début du mois de mai vont toutes dans le même sens. On y retrouve clairement le programme tracé par Henry de Jouvenel :

  • 76 CADN, fds BM, 363, Note citée sur la situation politique...

« Notre gouvernement s’efforcera de réaliser le programme suivant qu’il a adopté comme base de son action :
– convoquer une Assemblée constituante qui se chargera de l’élaboration de la Constitution du pays sur la base de la souveraineté nationale ;
– donner au mandat les formes d’un traité qui sera passé entre la France et la Syrie pour une période de trente ans, traité qui fixera les droits, les obligations et les relations réciproques des deux nations. (...) Il réservera à la France l’influence politique et la priorité économique sans porter atteinte à la souveraineté nationale ;
– réaliser l’unité syrienne par des moyens déjà entrepris et qui, nous l’espérons, ne tarderont pas à donner à la Nation des résultats fructueux »76.

37Deux remarques ici. À la différence du Liban, la dissociation formelle entre le mandat d’une part, et le texte constitutionnel de l’autre, paraît bel et bien à la base du montage. Après le départ d’Henry de Jouvenel, les services du Quai d’Orsay reviendront sur cette dissociation, prévoyant notamment l’inscription constitutionnelle du contrôle mandataire par le biais d’un droit de veto. Jouvenel commente alors ce nouveau projet, qui va à l’encontre de ce qu’il a essayé de faire :

  • 77 CADN, fds BM, 363, Jouvenel à Ministre des AE, 3. IX.1926.

« Le projet que vous m’avez communiqué se passe du consentement des populations. C’est un statut imposé, ou, si l’on préfère, accordé. Il est d’ailleurs large et généreux. Mais les libertés même qu’il institue entraîneront les peuples à réclamer davantage. (...) Le Ministère croit-il vraiment que le droit de veto, inscrit dans le projet de statut, protégera suffisamment le mandat ? Le nouveau statut amènera les Syriens à réclamer la seule liberté qu’on ne leur accorde pas, la liberté nationale, et laissera le haut-commissaire devant cette revendication, armé de son seul droit de veto, et obligé pour l’imposer de recourir à la force. C’est, à plus ou moins longue échéance, le recommencement des troubles. Comment éviter ces conséquences que le statut porte en lui-même ? Je ne voyais qu’un moyen : obtenir des Syriens qu’ils aliénassent eux-mêmes, par traité, leur indépendance nationale »77.

  • 78 Maître des requêtes au Conseil d’État, c’est à lui que Jouvenel confie la préparation des statuts d (...)

38Seconde remarque. Quels sont ces « moyens déjà entrepris » pour réaliser l’unité syrienne ? Eu égard à l’esprit général du projet Jouvenel, il ne peut s’agir que de l’ouverture de discussions entre Syriens et Libanais. Si aucun canal de négociation ne paraît avoir été officiellement ouvert à cette date, force est bien de constater que l’idée fait son chemin, dans les cercles dirigeants libanais, d’un réajustement territorial de la jeune république. Paul Souchier78, chef du cabinet civil du haut-commissariat, témoigne de cette évolution des esprits, dans le sillage notamment des positions défendues par Émile Eddé, futur président du Conseil en 1929, et qui n’a jamais vraiment cru à ce qu’il pensait être un trop grand Liban :

  • 79 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, 8. VII.1926. Sur Émile Eddé, cf. Michel Van Leeuw, Émile (...)

« J’ai ajouté : “Puisque vous convenez que votre Grand-Liban est trop grand et qu’il faut réduire le nombre des Musulmans pour asseoir fortement votre majorité chrétienne, c’est à vous de le dire”. La thèse a surpris beaucoup moins que je l’imaginais mes auditeurs, et un beau jour j’ai reçu la visite d’Eddé, accompagné de Mgr. ‘Abdallah Khuri et de ‘Abdallah Bayhum : “Nous avons été frappés de ce que vous avez dit l’autre jour. Nous pensons nous aussi qu’on pourrait envisager, mais en la préparant soigneusement, la possibilité d’offrir des négociations à la Syrie.” J’ai à ce moment là fait marche arrière, invité au calme, à la réflexion, à la discrétion surtout ; mais j’ai depuis lors longuement vu Eddé. Les cessions au sud ne feront à mon sens aucune difficulté. On rendra : Rashaya, Hasbaya et les territoires enveloppants. La question sera plus délicate pour Tripoli. Eddé tient à me préparer un projet d’accord avec Mgr. cAbdallah Khuri »79.

39Au mois de mai 1926, Henry de Jouvenel a donc bel et bien réussi à maintenir sur les rails cet ambitieux projet qui visait à dépoussiérer le mandat des lourdes hypothèques du passé, en faisant souffler sur lui l’esprit de Genève. Mais la réalité coloniale du mandat ne tarde cependant pas à faire vaciller le bel édifice. Les responsables militaires n’entendent pas en effet renoncer à une victoire qui leur tend les bras, au bénéfice d’un compromis politique qui remettrait en selle ces forces nationalistes qu’ils ont le sentiment d’avoir liquidées.

Le veto des militaires

  • 80 « Chez votre délégué, il y avait, ainsi que vous l’avez fort justement remarqué depuis, des soucis (...)
  • 81 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, 8. VII. 1926.

40L’obstruction des militaires survient au cours du mois de juin, alors que le haut-commissaire est à Paris pour tenter d’obtenir l’aval définitif du Quai d’Orsay. L’intérim est assuré par un triumvirat civil composé du secrétaire général Paul Verchère de Reffye, de Paul Souchier au cabinet civil, et de Pierre-Alype à Damas. Ces trois là se font très vite déborder par Gamelin et Catroux, ce dernier ayant repris la direction du SR depuis le mois d’avril. À Damas, les militaires attisent les dissensions entre deux susceptibilités à fleur de peau, celles de Pierre-Alype et du Damad Ahmad Nami Bey, et finissent par attirer à eux l’Envoyé dit extraordinaire80. A Beyrouth, Verchère de Reffye est fuyant, sans autorité aucune : « Il vit l’après-midi à Aley, le matin discrètement dans son bureau. Il ne reçoit guère, on n’a plus le sentiment d’une présence tutélaire »81. Il n’est finalement que Souchier dont la prise de conscience d’avoir été mené en bateau n’entrave en rien les capacités d’analyse. D’où l’intérêt de ses longues lettres dans lesquelles il démonte, presque douloureusement, les circonstances qui ont conduit au renversement du Ministère Ahmad Nami Bey, et plus tard au remplacement d’Henry de Jouvenel.

  • 82 CADN, fds BM, 2109, Rapport sur la situation politique en Syrie en 1926, 20. I.1927, p. 79-80.

41Dans une lettre datée du 8 juillet, Souchier rapporte les faits suivants : « Le Damad accuserait Pierre-Alype d’avoir hâté la chute du premier Cabinet en l’ayant obligé lui, Damad, à faire signer aux ministres extrémistes un document qu’ils ne pouvaient pas accepter ». De quoi s’agit-il ? Le 6 juin 1926, au terme d’une réunion rassemblant le chef de l’Etat de Syrie, l’Envoyé extraordinaire et le général Vallier, commandant les troupes de la région de Damas, il est décidé que le « Gouvernement fera prévenir le plus rapidement possible la population rurale qu’il y a danger pour elle à rester dans la Ghuta en raison de la présence des bandes et de leurs actes d’hostilité contre les troupes qui se trouvent dans l’obligation de riposter par tous les moyens dont elles disposent »82. Le même jour, l’autorité militaire notifie aux habitants d’un village de la banlieue de Damas, qu’ils ont quatre jours pour reconstruire un pont récemment détruit par les bandes, à défaut de quoi leur village serait bombardé.

  • 83 SEAT, 4H 156, Décision du Conseil des ministres en date du 8. VI.1926.

42En réaction, une motion est adoptée le 8 juin par le Conseil des ministres syrien et transmise à Pierre-Alype : « Il existe dans ces villages et jardins de la Ghuta un grand nombre d’habitants innocents, vivant dans le calme et n’ayant commis aucune faute appelant leur châtiment. Les villageois qui ne témoignent d’aucune hostilité contre les colonnes, ne sauraient être bombardés. Ils ont droit, bien au contraire, à votre protection et à votre bienveillance »83. L’étau se resserre le 10 juin. L’autorité militaire demande, en connaissant par avance la réponse, que le Gouvernement syrien signe l’avis qu’elle se propose de distribuer aux habitants de la Ghuta :

  • 84 SHAT, 4H 155, Avis aux habitants de la Ghuta, 10. VI.1926.

« Le général Vallier, Gouverneur militaire de la ville de Damas, porte à la connaissance des populations de la Ghuta et du Marj, qu’il les rend solidairement responsables de l’état de fait insupportable existant depuis de longs mois dans cette région. (...) Le Général Vallier reprenant son entière liberté d’action, avertit les villages de la Ghuta et du Marj qu’il est prêt à employer les moyens militaires à sa disposition pour y ramener rapidement l’ordre et invite les populations innocentes à évacuer une région qu’il déclare zone dangereuse pour leur sécurité »84.

43Devant le refus prévisible des ministres nationalistes, on procède à leur arrestation dans des circonstances qui ont tout du coup de force, interpellation de nuit et déportation immédiate en Jazira. L’aval des gérants du haut-commissariat est obtenu dans les conditions suivantes :

  • 85 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, s.d. (ca début juillet 1926).

« On nous assurait qu’il pouvait y avoir du désordre à Damas ; M. de Reffye partait pour je ne sais plus quelle inauguration d’hôtel dans le Chouf, nous nous sommes mis d’accord par téléphone avec Pierre-Alype et Catroux. J’ai passé un dimanche trouble. À 9 heures, Barazi m’appelait au secours par téléphone, me rappelant qu’il était mon petit frère (...). J’étais agacé, j’allais dire presque ému. J’avais un peu l’impression d’une opération de force excessive avant d’avoir tenté l’opération certes plus difficile du maintien du ministère en le dominant. (...) Alors j’ai donné une pensée à mon frère Barazi »85.

  • 86 SHAT, 7N 4189, Gamelin à Guerre, 17. VI. 1926.

44Mais le pouvoir militaire ne se contente pas de ce premier succès, et après avoir torpillé le ministère, cherche à déboulonner l’inspirateur de cette expérience gouvernementale. Une première manœuvre est tentée le 17 juin 1926, lorsque, rendant compte à son ministre de l’évolution de la situation, Gamelin détaille l’affaire du 11 juin, et conclut de la manière suivante : « Ces événements montrent qu’il a suffi d’agir énergiquement pour commencer d’arrêter un mouvement qui eût risqué de nous faire perdre le fruit des efforts fournis depuis novembre dernier. Ils me confirment dans mon opinion qu’il est indispensable de pacifier entièrement le territoire avant d’y entreprendre une œuvre politique »86. Début juillet, le second coup fait mouche. Il atteint Jouvenel à la tête. Témoin privilégié et, me semble-t-il, impliqué, Catroux en restitue la balistique :

  • 87 D’un bulletin de quinzaine que Catroux, très opportunément, mais sans doute pas innocemment, transf (...)
  • 88 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 36, Catroux à Pierre Lyautey, 12. IX.1926.

« Le général a transmis à son ministre un exemplaire87 où j’analysais les raisons de notre évolution politique, en l’accompagnant d’un commentaire où il dénonçait la faillite du système Jouvenel. Lettre et rapport sont lus au Conseil des ministres et y font quelques remous car la révolte ressemblait peu au tableau qu’en avait fait Henry. Vous devinez la suite. Le crédit d’Henry a été atteint, son programme a été rejeté »88.

Que trouve-t-on dans cette fameuse lettre d’accompagnement ?

  • 89 SHAT, 4H 134, Gamelin à Guerre, 1 . VII. 1926.

« La lecture de ce bulletin est extrêmement instructive. Elle fait nettement apparaître les résultats de deux méthodes successives d’action politique. Au mois de mai, la politique suivie vise à une pacification immédiate en accordant aux idées nationalistes les plus larges concessions. Bien loin d’obtenir le résultat recherché, cette politique est interprétée comme la manifestation de notre faiblesse profonde. (...) Les mesures énergiques prises au début de juin et continuées depuis donnent très rapidement les effets inverses : la mise en résidence forcée à Hassetché des ministres nationalistes enlève subitement à la rébellion le point d’appui qu’elle venait d’obtenir. En quelques semaines un rétablissement marqué est obtenu. J’estime que cette dernière méthode a fait ses preuves, même par la contre-épreuve, et qu’il importe de poursuivre dans la même voie »89.

  • 90 « Il y avait [chez Catroux] tant d’amertume aussi, celle de n’être point au tableau d’avancement. C (...)
  • 91 SHAT.4H 157, Ordre général du 26. V.1926.

45À l’heure où les cadres de l’armée du Levant redoutent de voir leurs collègues du Maroc creuser l’écart au tableau d’avancement, il y a d’abord des soucis de carrière derrière cette obstruction des responsables militaires, y compris pour ceux qui, bien évidemment, ont d’autres préoccupations que leur seule réussite professionnelle90. Or, la politique du haut-commissaire civil stoppe net les grands projets de l’état-major du Levant, à commencer par le fameux nettoyage de la Ghuta, point d’orgue d’une reconquête savamment mise en scène. L’opération, projetée de longue date, est brutalement ajournée par la constitution du premier gouvernement du Damad : « À Damas, nous sommes momentanément condamnés à une situation d’expectative, écrit ainsi Gamelin à la fin mai 1926. Les procédés qui permettraient de nettoyer la Ghuta aux moindres frais ne cadreraient pas avec les intentions de notre politique »91. En juillet, il n’y aura plus d’obstacle politique à la reprise de l’opération.

  • 92 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, Lettre s.d. (ca début juillet 1926).

46Mais il est surtout un autre projet politique. Souchier souligne ainsi qu’il y avait chez Catroux, « une conviction profonde, la vanité, peut-être légitime, d’une politique personnelle et, sans doute heureuse, faite à Damas, mais autrefois, dans un temps si différent »92. Loin d’être un simple cache-misère du tout répressif, cette politique résonnait en fait des derniers échos du « royaume de Damas » :

  • 93 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, 8. VII. 1926.

« Quant à Catroux, il avait une autre politique, il ne l’a jamais caché. La chute du ministère nationaliste pouvait être, pour lui, l’occasion de réaliser cette politique, et je suis porté à croire que la mesure d’internement des anciens ministres à Hassetché a été aussi bien qu’une mesure d’ordre, l’indication volontaire de cette politique. (...) Le colonel Catroux garde l’envie secrète d’aller à Damas, mais avec une fiction gouvernementale qui impliquerait le retour de Haqqi Bey al-cAzm ». Et Souchier de stigmatiser plus loin « tous ceux qui s’imaginent qu’un régime d’autorité à l’abri d’une fiction gouvernementale docile arriverait à résoudre la question »93.

47Mais il devient difficile de faire du Lord Cromer dans la Syrie de l’après-révolte, tandis que l’association façon Lyautey ne trouve plus guère à s’employer auprès de cette grande « notabilité d’ancien régime » qui constituait le relais de la politique de Catroux au début des années 1920. En effet, une nouvelle génération de notables urbains, frottés au nationalisme de combat qui a prévalu pendant la révolte, incarne désormais le pays politique. Même si leur profil social tend à les éloigner des héritiers de l’Istiqlāl et du populisme radical, premières victimes de la répression politique et militaire de la révolte, la politique réactionnaire de Catroux, au sens mécanique du terme, ne peut que les conforter dans une surenchère nationaliste dont le mandat aura bien du mal à se sortir. C’est ce que croit comprendre le nouveau haut-commissaire Henri Ponsot qui, instruit des déconvenues de son prédécesseur, aura pris soin de se prémunir contre une nouvelle obstruction des militaires. D’autres désillusions l’attendent cependant.

La politique de Henri Ponsot

Le courage de Ponsot (1927-1928)

  • 94 Jean-Louis Bacqué-Grammont et alii, Représentants permanents de la France en Turquie (1536-1991) et (...)
  • 95 Bourhane Azziz, Cahiers de Damas (1830-1930), Manuscrit inédit aimablement communiqué par M. l’Amba (...)

48Lorsqu’il est nommé haut-commissaire, au début du mois de septembre 1926, Henri Ponsot, qui approche de la cinquantaine, a déjà derrière lui une longue expérience diplomatique. Entré dans la Carrière en 1904, il est resté longtemps en poste en Extrême-Orient, à Bangkok notamment, avant de réintégrer l’administration centrale en octobre 192494. Après son arrivée en Syrie, Ponsot parcourt le pays, multiplie les rencontres, bref se livre à une enquête de terrain approfondie. Pendant de longs mois, la Syrie paraît suspendue dans l’attente d’une déclaration d’intention qui ne vient pas : « On dit que l’esprit enregistre en profondeur les choses vécues et entendues dans le bas âge. Et le “silence de Ponsot”, en avais-je eu les oreilles pleines et rebattues ? Monsieur Ponsot arriva. Il dit : “Je vais étudier la situation”, et observa le silence, un silence de “méditation et d’observation” qui dura plus d’une année. Cette période fut appelée la “politique du silence” de Monsieur Ponsot »95.

  • 96 CADN, fds BM, 925, Service de la Presse, Rapport mensuel, août 1927.
  • 97 L’Asie française, n° 253, septembre-octobre 1927, p. 283.
  • 98 CADN, fds BM, 925, Ponsot à AE, 2. IX.1927.

49Finalement, le 26 juillet 1927, Ponsot communique aux Syriens et aux Libanais les conclusions de son enquête et les grandes lignes de sa politique. Il parle enfin... mais pour ne rien dire. Les réactions des journaux sont unanimes : « La déclaration est obscure », « C’est du langage diplomatique, par conséquent ambigu », etc. Tel journal « considère le document comme un hymne en faveur de l’unité. Tel autre soutient de son côté qu’il constitue l’éloge de l’autonomie des États. Il applaudit, avec son ennemi, et pour des raisons diamétralement opposées. À quoi bon les détromper : le bonheur réside dans l’idée qu’on s’en fait », commente goguenard le chef du service de la presse du haut-commissariat96. L’Asie française, elle, se fend d’un mémorable : « Par une réserve qui laisse place à un effort pour comprendre... »97 ! Il pouvait difficilement en être autrement, puisque de l’aveu même de Ponsot, la déclaration ne devait « ni condamner le passé, ni préjuger trop nettement de l’avenir, ni se prononcer catégoriquement pour ou contre l’Unité syrienne »98.

  • 99 Ibid.

50Osons néanmoins quelques bribes d’analyse qui, pour un tel texte, ne vaut finalement que par ses points aveugles : « Les nationalistes, écrit Ponsot, ont noté que mention n’y était pas faite de l’intention d’accorder à la Syrie avec l’Unité, le libre usage de la souveraineté, une Constituante, un Gouvernement assuré de la confiance des populations, une armée nationale et enfin une Convention à terme qui réglât les rapports du mandataire et du pays »99. Pourtant, noyé sous les formules évasives, la déclaration du haut-commissaire recèle bien un signal politique fort. Ponsot affecte de déclarer à son ministre qu’il n’a pas été entendu : « En Syrie notamment, les nationalistes n’ont relevé de cette déclaration que ce qui n’y figurait point et qu’ils souhaitaient y trouver ; l’affirmation que notre politique continuerait celle de M. de Jouvenel ne leur a pas suffi ». Mais à la fin du rapport, pour ainsi dire en annexe, il communique au Quai d’Orsay la teneur des discussions qu’Ibrahim Hananu vient d’avoir avec un de ses émissaires :

  • 100 Ibid. Il est bien spécifié que la conversation a eu lieu en français, sans interprète. Le point 3 d (...)

« Le paragraphe 3 de la déclaration, où le haut-commissaire affirme qu’il restera attaché à la politique de M. de Jouvenel, nous a frappé, pour l’unique raison que nous étions sur le point de nous entendre avec ce dernier, et nous sommes encore pleins d’espoir. (...) Aujourd’hui les nationalistes ont décidé de travailler sur des bases nouvelles. La révolution est à bout de souffle. Trop de sang a coulé, trop de sacrifices ont été consentis. La Syrie ne peut plus supporter tant de ruines. (...) Nous, nationalistes, nous ne sommes plus vos ennemis et notre programme sera très modéré »100.

  • 101 L’Asie française, n° 253, sept.-oct. 1927, p. 283-289, n° 257, février 1928, p. 65-67.
  • 102 Après son départ de Beyrouth en 1923, Robert de Caix devient délégué français à la Commission perma (...)
  • 103 Sur la question du traité dans les années 1930, Jean-David Mizrahi, « La France et sa politique de (...)

51C’est la conférence nationaliste de Beyrouth qui pointe ici à l’horizon. En fait, Ponsot cherche à obtenir du Quai d’Orsay des instructions avalisant par le haut l’ouverture de négociations avec les nationalistes. Il souhaite d’autant moins prendre le risque d’une initiative individuelle nécessairement fragile, le cas de son prédécesseur le démontre, qu’à Paris, les groupes de pression intéressés à la question syrienne ont eux aussi bien compris la portée du message. Ils réagissent dans deux articles que publie L’Asie française en septembre 1927, puis en février 1928101. Bien qu’anonymes, ces articles portent si l’on peut dire les stigmates de la politique des « autonomies locales » chère à Robert de Caix102. Si tant est qu’il en fût l’auteur, voyons comment celui-ci tente d’ajuster à ses vues l’héritage politique d’Henry de Jouvenel, en s’attachant tout particulièrement à la question du traité103.

  • 104 Relisons la longue lettre que Jouvenel adresse au Quai d’Orsay le jour même de son remplacement. CA (...)

52Pour Jouvenel, l’avantage du traité avec la Syrie est qu’il allait en quelque sorte aspirer le mandat et en affranchir le texte constitutionnel à venir. C’était là, et l’avenir allait lui donner raison, le seul moyen de rallier les nationalistes au mandat. C’était aussi à terme, un terme que Jouvenel avait fixé à trente ans, une véritable stratégie de sortie de mandat104. Pour Robert de Caix, c’est exactement l’inverse. Les traités « ne se confondent pas avec le mandat ni ne peuvent se substituer à lui. (...) Si des traités peuvent très heureusement déterminer, d’accord avec les gouvernements sous mandat, l’exercice des pouvoirs du mandataire, ils ne sauraient donc être l’origine de ces pouvoirs qui leur sont antérieurs et extérieurs ».

  • 105 Louis Massignon, « Note sur Faysal Ier (1946) », in Id., Opéra minora, Beyrouth, 1963.

53Dans ces conditions, et alors que le gouvernement persiste dans son abstention, il faut bien de la ténacité à notre haut-commissaire pour s’engager malgré tout sur la voie de la coopération avec les nationalistes. On comprend mieux dès lors l’appréciation rétrospectivement portée par Louis Massignon : « Je ne revins là que sept ans plus tard, lorsqu’un haut-commissaire courageux sut aider Damas à redevenir la capitale constitutionnelle d’une Syrie nationale arabe »105. Il faut dire qu’il est bien aidé en cela par l’intelligence de ses interlocuteurs arabes.

  • 106 P. K. Houry, Syria and the French mandate..., op. cit., p. 245-268.
  • 107 Peter A. Shambrook, French Imperialism in Syria 1927-1936, Reading, 1998, p. 9.

54Fin octobre 1927, les leaders nationalistes se réunissent à Beyrouth pour s’accorder sur les suites à donner à la déclaration de Ponsot. Une sorte de syndicat des notables urbains nationalistes est en train de se former, sous la houlette d’un Hashim al-Atasi, d’un Jamil Mardam ou d’un Ibrahim Hananu. Ces prémices annoncent, comme on sait, la création du Bloc national (al-Kutla al-waṭaniyya) qui dominera la vie politique syrienne jusqu’à l’indépendance106. Au terme de la conférence, une motion est adoptée qui se termine ainsi : « Nous croyons en la nécessité d’une collaboration basée sur la réciprocité des intérêts et la détermination des obligations mutuelles. Nous ne sommes en aucun cas les ennemis de la France... La Nation syrienne est tout à fait prête à lui tendre une main amicale et à oublier le passé douloureux, si tant est qu’elle obtienne sa souveraineté nationale et la satisfaction de ses légitimes aspirations »107. On a ici comme l’accusé de réception du signal précédemment envoyé par Ponsot.

55Première condition indispensable à la réussite de cette nouvelle politique, desserrer l’étreinte des militaires. Ponsot s’y emploie dès l’été. Pour assurer ses arrières, il lui faut d’abord désamorcer l’état de siège. Début août, il rédige ainsi à l’attention de Catroux, une note à la formulation aiguisée :

  • 108 CADN, fds BM, 367, Ponsot à Directeur SR, 3. VIII. 1927, passages soulignés par moi.

« Comme suite à la conversation que nous avons eue à Damas, je vous serais reconnaissant d’obtenir, si possible, qu’il soit demandé à M. le général commandant supérieur d’envoyer des instructions précisant que l’état de siège n’est maintenu qu’en principe et (...) dans le but aussi de conserver une arme dont on se servirait à l’occasion, mais à l’occasion seulement. En fait, l’autorité militaire devra rendre à l’autorité civile tous les pouvoirs qu ’elle croit posséder en vertu de l’état de siège, et notamment les seuls qu’elle détient réellement, c’est-à-dire les pouvoirs de police, de contrôle de toutes les réunions et le contrôle de la presse. (...) Il avait bien été dit qu’on pourrait peut-être se borner à prier l’autorité militaire de n’intervenir, en vertu des pouvoirs d’état de siège, qu’après avoir fait part de ses intentions au délégué du haut-commissaire. Mais étant donné l’opinion erronée que l’autorité militaire s’est formée des prérogatives que lui confie l’état de siège, j’estime qu’une demi-mesure serait plus nuisible »108.

  • 109 CADN, fds BM, 437, Notes sur les réactions de la presse suite au départ de Catroux en novembre 1927
  • 110 Cité par Jean LACOUTURE, De Gaulle, t. 1, p. 164.
  • 111 CARAN, Papiers Maréchal Lyautey, 475 AP, 270, Catroux à Lyautey, 23. VIII.1927.

56Un constat s’impose ensuite : le maintien de Catroux constitue bien un obstacle à une solution politique du problème syrien. Les nationalistes le tiennent, non sans raison d’ailleurs, pour directement responsable de l’échec du ministère Ahmad Nanti Bey, et pour le grand ordonnateur du tour de vis militaro-répressif qui a suivi109. Il ne s’agit pas de jouer ici au petit déboulonneur de statue. Mais le panache de la formule du commandant de Gaulle – « Il y a un homme, et je crois un seul, qui comprenait bien la Syrie et savait y faire : c’était le colonel Catroux. C’est pourquoi il est parti »110 – ne doit pas, me semble-t-il, masquer une réalité un peu plus complexe. Catroux a quitté le Levant parce que son intelligence des faits était précisément en train de mûrir, sans pouvoir encore lui offrir une véritable alternative. Il était dans le doute. Et il ne se l’avouait qu’à moitié, n’acceptant pas tout à fait de n’avoir d’autre choix que l’usage de la force : « L’Orient m’apparaît de plus en plus comme un nœud gordien, où l’on se casse les ongles et qui ne se dénoue que par l’autorité. Je ne vis pas par le glaive. Je pense souvent que vous eussiez dû être ici à l’origine, dans ce pays où les hommes sont tout, et où les principes ne sont que le la fumée. Allah ne l’a pas voulu », écrit-il à Lyautey à la veille de son départ111.

  • 112 L’exposé le plus récent, et le plus convaincant aussi, de ces événements, est à rechercher dans P. (...)

57Ponsot lui, passe la vitesse supérieure112. Fin janvier 1928, il prend secrètement contact avec le cheikh Taj al-Din al-Hasani. Le 16 février, celui-ci est officiellement invité à former un nouveau gouvernement chargé de superviser l’élection d’une Constituante. L’état de siège est officiellement levé pour l’occasion et une amnistie prononcée d’où sont cependant exclus une soixantaine de noms, dont Sultan al-Atrash et Shahbandar. Les élections sont prévues pour le mois d’avril. Sur 70 sièges à pourvoir, les nationalistes en obtiennent 22. Les débats qui marquent l’ouverture de l’assemblée, le 9 juin 1928, achèvent de disqualifier la vieille stratégie qui consistait à s’appuyer sur les circonscriptions rurales, bien encadrées par le SR, pour neutraliser le ferment nationaliste des centres urbains. Appuyés sur un véritable programme, liés par un profil sociologique commun, rompus à l’art du débat politique, les nationalistes s’assurent sans peine du contrôle de l’assemblée : Hashim al-Atasi est élu président de la Chambre, tandis qu’Ibrahim Hananu prend la direction de la commission chargée de rédiger la Constitution. Face à la pression des militaires, Ponsot tient bon :

À la manière du colonel Catroux (‘ala tarîqat al-kûlûnîl kâtrû)

À la manière du colonel Catroux (‘ala tarîqat al-kûlûnîl kâtrû)

« Un dessin du Dabbûr (le Frelon) : Le Dabbûr publie un dessin représentant le député Arslan sur un fauteuil de dentiste, disant à M. Dammus qui lui arrache une dent : “Nous vous avons mandaté pour que vous nous arrachiez les dents et non pour nous casser la gueule”. M. Dammus lui répond : “Qui vous a dit de me mandater ? Ne savez-vous pas que le mandat casse les gueules ?”. Le dessin porte le titre : “À la manière du colonel Catroux”. »

CADN, fds Mandat, série Renseignements et presse, article 1692. Revue de la presse libanaise du 10 décembre 1927.

  • 113 SHAT, 7N 4181, Ponsot à AE, 30. V.1928.

« Le général Gamelin, avec toute l’autorité que lui confèrent ses services passés, sa situation et son long séjour au Levant, soutient qu’en Orient c’est par une “politique forte” qu’on évite d’avoir recours à la force. J’avoue que je demanderais avant d’en convenir qu’on m’expliquât ce qu’on entend par une politique forte. Que serait-ce ici en dernière analyse qu’une “politique forte” ? Ce ne pourrait être autre chose qu’une politique fortement répressive, et cette politique là, il n’est pas en notre pouvoir de la faire. (...) La politique qui consiste à essayer de nous concilier nos anciens adversaires et de collaborer avec eux implique des risques. Je ne vois qu’une manière de prévenir ces risques, c’est de ne pas pratiquer cette politique. Je n’avance pas le cœur léger sur la route où nous sommes engagés, mais j’ai bien le sentiment qu’en dehors d’elle, il n’y a que des voies sans issue. Quoi qu’il en soit de ces quelques divergences, je sais gré au général Gamelin de m’avoir exposé avec franchise son sentiment sur les questions qui nous préoccupent également l’un et l’autre. Je tiens le général pour un esprit trop distingué, pour un homme de trop d’expérience, je sais que son opinion reflète celle de trop de personnes de bon jugement pour que j’aie cru pouvoir me dispenser de placer sous les yeux de V.E. le document qu’elle voudra bien trouver ci-joint »113.

  • 114 P. Shambrook, op. cit., p. 18-19.
  • 115 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 225, cité par P. Shambrook, p. 18-19.

58Le dernier passage, souligné par mes soins, montre néanmoins que Ponsot a clairement conscience de ce que sont les rapports de force à Paris, et au final, de ce que sa position a de fragile. S’il en doutait, la petite tournée que Robert de Caix accomplit au Levant après les élections, est là pour le lui rappeler114. De Caix bombarde Berthelot de rapports alarmistes : « Vous devez immédiatement demander à Ponsot, sans bien sûr me mentionner, ce qu’il envisage pour faire en sorte que l’assemblée ne remette en cause ni les pouvoirs essentiels du mandat, ni les droits des États autonomes que nous avons créés... Je ne dis pas que cela sauvera la situation, mais cela forcera Ponsot à choisir un programme politique définitif qu’il aura à vous communiquer »115. En y mettant les formes, Berthelot demande à Ponsot de préciser officiellement son programme, ce que le haut-commissaire fait par lettre du 19 juillet 1928. Mais à cette date, Ponsot est piégé. Les nationalistes ont été trop loin, trop vite.

59Emportée par son élan, la commission passe outre les consignes de modération prodiguées par Ponsot et son secrétaire général Maugras. Au terme de deux semaines de travail, elle accouche en effet d’un texte de 115 articles, dont six posent, c’est le moins qu’on puisse dire, un réel problème de compatibilité avec le mandat. L’article 110 prévoit ainsi la mise sur pied d’une armée nationale, les articles 112 et 73 à 75 restituent à la Syrie la plénitude de sa personnalité internationale (représentation extérieure, conclusion de traités) et transfère au nouvel État l’ensemble des compétences en matière d’amnistie et de loi martiale. L’article 2 enfin, proclame l’indivisibilité d’une Syrie incluant le Liban, la Palestine et la Transjordanie ! Unité, armée nationale, représentation extérieure, autant de chapitres qui, dans l’esprit de Ponsot, devaient être précisés ultérieurement dans le cadre d’un traité. Les nationalistes à leur tour, mais dans un sens évidemment inverse, avaient vidé le traité de toute sa substance.

60Bien entendu, les parlementaires syriens se refusent à modifier les six articles comme le leur conseillent Ponsot et Maugras. De même refusent-ils l’inscription d’un article supplémentaire, précisant que dans l’attente d’un accord à intervenir avec la puissance mandataire, l’application des articles incriminés sera soumise à certaines conditions. En désespoir de cause, Maugras arrache un compromis bien timide : une motion sera parallèlement adoptée par l’assemblée, invitant le futur président de la République à engager sans plus attendre des négociations avec la France pour la conclusion d’un traité garantissant « les droits spéciaux » que celle-ci possède en Syrie. Les textes de la Constitution et de la motion sont alors transmis à Paris, où leur réception provoque un véritable branle-bas. Réunion d’urgence au Quai d’Orsay, et réponse immédiate rédigée par Robert de Caix en personne : ou les six articles sont supprimés, ou une référence explicite au mandat est introduite dans la constitution elle-même.

  • 116 F.-X. Guerra, Le Mexique..., op. cit., t. 1, p. 52. Emilio Rabasa, le plus grand juriste mexicain d (...)

61À Damas, la discussion des articles est prévue pour le 9 août. Dans une atmosphère tendue, Maugras lit une déclaration du haut-commissaire demandant le retrait des articles contraires aux obligations internationales de la puissance mandataire. Les députés adoptent, sans modification, le texte constitutionnel, ainsi qu’une motion précisant que la suppression des six articles équivaudrait tout simplement à une « amputation de la Constitution ». Arrêtons-nous un instant sur cette dernière déclaration. Ce que refusent ici les nationalistes syriens, c’est d’introduire le mandat dans la constitution elle-même. Jouvenel l’avait bien senti. Une constitution (dustūr), ce n’est pas simplement un texte juridique, une technique de précision sensée assurer la respiration d’un régime. C’est aussi, et surtout dans un contexte d’affirmation nationale, un capital symbolique qu’aucun acteur politique ne prendrait le risque d’entailler. On ne peut que reprendre ici ce qu’a si bien écrit François-Xavier Guerra à propos de la constitution mexicaine de 1857 : « La Constitution apparaît alors comme la pièce-clé, la référence d’un système de pensée qui précède et tente de modeler une réalité sociale plus ancienne. Elle est aussi le masque d’un système de pouvoirs qui a adopté formellement son cadre, mais dont la réalité est autre. Elle est enfin un enjeu dans les rapports des acteurs, car la conquête des pouvoirs symboliques qu’elle définit est le but final de la lutte politique »116.

62Ponsot se résout donc à suspendre l’assemblée pour une durée initiale de trois mois. Alors qu’il est à Paris pour consulter, il prolonge de trois nouveaux mois le décret d’ajournement. Il est finalement de retour à Beyrouth le 26 décembre 1928, avec dans ses bagages, une ultime proposition du Quai d’Orsay : il s’agit d’inclure dans la Constitution une réserve faisant simplement référence aux « obligations de la France vis-à-vis de la Société des Nations ». Le refus des nationalistes reste toujours motivé par la même argumentation, et le 5 février 1929, Ponsot signe le décret ajournant l’assemblée constituante sine die. Pourquoi, après tant d’efforts, ne pas oser ce tout petit geste qui rendrait l’accord possible ? Du côté des nationalistes syriens, les raisons avancées au mois d’août restent toujours valables : ils ont bel et bien rédigé la Constitution, mais elle ne leur appartient pas ; elle transcende leur capacité d’agir qu’elle finit par conditionner. Or, en janvier 1929, un nouvel élément vient encore accentuer cet empire de la Constitution. La perspective d’une nouvelle révision constitutionnelle pour le Grand-Liban, effective comme on sait au mois de mai 1929, témoigne de la cristallisation à la fois institutionnelle et territoriale de l’État libanais. Ce qui était peut-être encore possible en 1926, à savoir un réajustement de ses frontières, l’est sans doute beaucoup moins en 1929, après trois années d’une maturation politique accélérée. Insérer le mandat dans la Constitution syrienne, c’est donc y faire pénétrer une cicatrice plus importante encore, et le préjudice politique, pour ceux qui s’y risqueraient, n’en serait que plus grand.

  • 117 P. Shambrook, op. cit., p. 23-24. Publiciste de la droite nationaliste, René de Gontaut-Biron, lui- (...)

63Mais enfin, ces hommes ont aussi fait la preuve de leur courage. Ils ont également noué des liens que l’on devine profonds avec Ponsot. On aurait tendance à penser qu’un petit coup de pouce du haut-commissaire aurait bien réussi à emporter leur adhésion. Ils l’ont peut-être attendu. Que ne l’a-t-il fait ? Ponsot éprouve certainement de la lassitude, après cette course d’endurance qu’il a dû mener au rythme d’un sprint final. Rappelons pourtant qu’il va rester fidèle au poste jusqu’en juillet 1933, et mener à bien une entreprise tout aussi difficile de réforme de l’appareil mandataire. Non, c’est ailleurs qu’il faut chercher. Ponsot vient de passer plusieurs mois en France. Il a vu se mettre en branle tous les réseaux du conservatisme mandataire, les militaires se gausser de son indécision, Gontaut-Biron crier au bradeur d’Empire117.11 sait bien qu’à Paris, le vieil esprit du mandat détournera sans cesse la lettre de l’accord. D’où le risque constant d’une nouvelle rupture, d’un nouveau clash qui mettrait définitivement fin à cette « honorable coopération » dont les bases avaient été si difficiles à mettre en place.

64L’heure est à la pause, et les nationalistes l’ont bien compris. Durant les quelques années qui vont suivre, ils vont affiner leur organisation et mettre en place les bases d’une économie nationale. Peut-être le pays entame-t-il également le travail de deuil qui rendra possible le désamorçage politique de la question des territoires rattachés au Grand-Liban. La Syrie après tout, a bien le droit, elle aussi, à ses années de recueillement. Quant à Ponsot, après avoir échoué à réformer le mandat par le haut, il s’attache à le réformer par le bas, de l’intérieur, par des réformes de structure. C’est précisément dans ce contexte qu’il nous faut appréhender la réforme du SR, devenu Services Spéciaux du Levant en 1931. Mais on ne passe pas impunément de la grande politique au fonctionnement de détail de l’appareil mandataire. Un sas de dépressurisation est nécessaire. Cette transition, c’est la réforme des troupes locales qui va nous l’offrir, à mi-chemin entre l’enjeu politique et la nécessité structurelle.

La naissance des Troupes Spéciales du Levant

  • 118 Auxquels s’ajouteront deux nouveaux escadrons créés peu de temps après. Ces neuf escadrons de garde (...)
  • 119 CADN, fdsBM, 895, Note de l’état-major de l’armée du Levant, 29. XII.1926. En plus des escadrons dr (...)

65Une fois la répression de la révolte achevée, le commandement va en effet chercher à stabiliser le dispositif guerrier créé en 1925-1926, en l’insérant dans un cadre militaire plus rigide. Au 1er janvier 1927, le général Gamelin fait ainsi procéder à une vaste réorganisation des troupes syriennes : sur les trente escadrons de gardes mobiles existant encore à cette date, quatre sont dissous, sept sont laissés à la disposition des officiers du SR118, tandis que les dix-neuf autres deviennent « escadrons légers du Levant », entièrement administrés et actionnés par l’autorité militaire119. À cette date, les forces syriennes intégrées dans l’armée du Levant comptent 9 000 hommes environ, et sont organisées suivant le dispositif suivant :

  • Troupes auxiliaires (5 750 h.)
    – 6 bataillons du Levant : 4 750 h.
    – 4 escadrons de ligne du Levant : 550 h.
    – 2 compagnies méharistes 450 h.

  • Troupes supplétives (3 150 h.)
    – 5 compagnies de chasseurs du Liban . 750 h.
    – 19 escadrons légers du Levant : 2 400 h.

66On constate que les troupes initialement organisées et encadrées par le SR (compagnies méharistes et surtout escadrons légers) représentent quasiment le tiers des effectifs des troupes syriennes ainsi réorganisées. Les conséquences de cette irruption des forces supplétives dans le dispositif de l’armée régulière sont de deux ordres. Elle renforce d’abord la composante minoritaire des troupes syriennes.

  • 120 Sources : Bou-Nacklie, thèse citée, p. 411-415 pour la composition des escadrons. Les estimations c (...)

Composition communautaire des escadrons légers du Levant (1930)120

Composition communautaire des escadrons légers du Levant (1930)120

67Le tableau qui précède témoigne en effet du recrutement préférentiel des formations supplétives au sein des minorités ethniques ou religieuses : Kurdes, Tcherkesses, Ismaéliens et Druzes représentent ainsi 11 % de la population totale des États du Levant, mais 63,4 % des effectifs des escadrons légers.

68Elle introduit ensuite un ferment beaucoup plus guerrier que militaire au sein de troupes devant en principe servir de base aux futures armées syrienne et libanaise. L’origine des officiers servant dans les troupes locales est à cet égard assez intéressante :

  • 121 Bou-Nacklie, thèse citée, p. 49. L’école militaire de Damas a été créée par les autorités mandatair (...)

Officiers syriens en 1927121

Origine

nombre

pourcentage

armées ottomanes

23

14,3 %

École militaire de Damas :

55

34,2 %

sortis du rang

23

14,3 %

troupes supplétives

57

35,4 %

inconnue

3

1,9 %

Total

161

100,0 %

  • 122 SHAT, 4H 55, Note sur les troupes auxiliaires et supplétives, janvier 1928.

69En 1927, plus de 35 % des cadres syriens viennent des troupes supplétives, et sont donc recrutés au terme d’un parcours de chef de guerre évidemment fort éloigné d’une véritable formation de type militaire. En recrutant ses cadres supplétifs « directement parmi l’élite de la population »122, c’est-à-dire essentiellement parmi les chefs traditionnels kurdes, druzes ou tcherkesses, le pouvoir mandataire facilite en fait l’introduction de logiques communautaires et de solidarités segmentaires au sein même de la hiérarchie militaire syro-libanaise. Une situation évidemment grosse de développements ultérieurs. Mais dans l’immédiat, c’est surtout la question du financement des troupes syriennes qui se trouve posée.

  • 123 CADN, fds BM, 427, Note du contrôleur général Guinand, 5. III. 1927. Les crédits supplémentaires s’ (...)

70La question budgétaire, c’est d’abord la question du budget français de la Guerre. Pour l’exercice 1927, les crédits alloués à l’armée du Levant s’élèvent à environ 31,8 millions de francs, correspondant à des effectifs de 650 officiers et 15 000 hommes de troupes. Or, au 1er janvier 1927, l’effectif réel des troupes françaises atteint en fait le double de l’effectif budgétaire (1 200 officiers et 32 000 hommes de troupe). En attendant le rapatriement des excédents, prévu pour le prochain exercice, des crédits supplémentaires doivent donc être demandés au Parlement123. On comprend dans ces conditions que le ministère de la Guerre ait cherché à se libérer de l’entretien des troupes auxiliaires (Légion syrienne), dont il assurait jusqu’alors l’essentiel du financement : à partir de 1927, le principe est posé de l’entretien de l’ensemble des forces locales par les États eux-mêmes.

  • 124 Avec notamment la création de six à sept nouveaux bataillons d’infanterie.
  • 125 En 1926, les dépenses militaires des États se sont élevées à 13,5 millions de francs, dont une char (...)
  • 126 CADN, fds BM, 427, Effectifs et contributions militaires des États, Note du haut-commissariat, 20. (...)

71Dans le même temps, le commandement de l’armée du Levant insiste sur la nécessité de compenser en partie cette diminution des troupes françaises par une augmentation des effectifs syriens, dont l’effectif serait porté à 15 000 hommes environ124. L’entretien des troupes syriennes réorganisées sur cette base est estimé à plus de 21 millions de francs qui, étant donné le désengagement de la Guerre, seraient à la charge exclusive des États sous mandat. Par rapport aux dépenses engagées en 1926, période d’insurrection, ce chiffre représente une augmentation de plus de 55 % des charges supportées par les États, pour l’entretien d’un dispositif militaire de temps de paix125. On comprend l’hostilité du haut-commissaire Ponsot, qui non seulement refuse de financer l’organisation projetée126, mais rejette également toute idée de financement par les États de l’ensemble des unités existantes. Pour l’exercice 1927, il ne consent à verser que les 6,5 millions de francs nécessaires à l’entretien des troupes supplétives (escadrons légers et compagnies de chasseurs du Liban), laissant les troupes auxiliaires à la charge du ministère français de la Guerre, qui n’a évidemment pas prévu de ligne budgétaire pour cette nouvelle charge de 9,5 millions de francs.

  • 127 Rapport Bois, déjà cité, p. 11. La part de la Syrie et du Liban représentait 8,41 % de l’ensemble d (...)

72Durant les six premiers mois de l’année 1927, une négociation très serrée s’engage, au terme de laquelle le haut-commissariat finit par s’engager sur la base d’une contribution forfaitaire de 16 millions de francs, tandis que le général Gamelin doit se contenter dans l’immédiat de la création de trois nouvelles compagnies de chasseurs libanais, d’une troisième compagnie méhariste, et d’un 7e bataillon du Levant (en mars 1928). Comment expliquer l’attitude nouvelle du haut-commissaire ? En s’opposant à une prise en charge totale par les États des frais d’entretien des troupes syriennes, Ponsot cherchait à éviter l’affectation d’une part trop importante de leurs revenus à des dépenses non productives, alors même qu’un important effort devait être fait pour développer l’équipement et l’outillage économiques des pays de mandat. Pour permettre le financement local des troupes syriennes, sans pour autant hypothéquer le développement des États, de nouvelles ressources étaient donc nécessaires : la solution fut finalement trouvée au mois de juin 1927, lorsque furent mis à la disposition du haut-commissariat les fonds jusqu’alors bloqués par l’administration de la Dette Publique Ottomane127.

  • 128 Voir tableaux annexes.

73D’un point de vue financier, l’action du haut-commissaire est donc couronnée de succès. D’un côté, il récupère des fonds importants qui vont lui permettre de lancer un programme d’équipement du pays ; de l’autre, en posant le principe d’une contribution forfaitaire fixée à 16 millions de francs, il réussit à contenir les dépenses militaires et de sécurité des États, dans des limites somme toute raisonnables relativement à leurs recettes ordinaires : en 1927, les dépenses militaires représentent ainsi 14,5 % des recettes totales des États, proportion qui atteint 25 % en comptabilisant l’ensemble des dépenses de sécurité (budgets de la gendarmerie et de la police compris)128. Ce règlement ne signifie pas pour autant la fin des escarmouches budgétaires.

  • 129 CADN, fds BM, 3e versement, 305, Lettre d’accompagnement du rapport Bois déjà cité.
  • 130 CADN, fds BM, 3e versement, 305, Guerre à Finances, 30. VII.1929.

74À partir de 1928, les services du ministère de la Guerre protestent en effet contre ce système de contribution forfaitaire fixée a priori, sans véritablement tenir compte des dépenses réellement engagées. Dans un imposant rapport daté du 5 mars 1928, un fonctionnaire de la Direction du Contrôle militaire fait ainsi « nettement ressortir les caractères de la politique financière du haut-commissariat, qui consiste à ne dépasser sous aucun prétexte la contribution forfaitaire des États sous mandat, en laissant à la charge du budget français tous les excédents de dépenses militaires »129. L’intérêt de ces discussions ne provient pas du contentieux financier lui-même, qui porte sur des sommes de l’ordre de trois millions de francs130. Elles valent surtout par l’argumentation développée par le haut-commissaire Ponsot, qui s’oppose une nouvelle fois à tout relèvement de la contribution des États, mais sur la base d’une analyse dont l’acuité met en évidence un certain nombre de contradictions dans lesquelles la puissance mandataire semble s’être enfermée. C’est dans une longue lettre datée du 7 mars 1928, que le haut-commissaire développe avec le plus de clarté son analyse des causes profondes, et éminemment politiques, qui selon lui pèsent sur le principe d’un financement endogène des forces locales. La clarté de l’exposé suffit à justifier, me semble-t-il, la longueur de la citation :

  • 131 Archives Économiques et Financières, B32 934, Ponsot à AE, 7. III.1928.

« Il y a quatre États indépendants au Levant et s’il n’est guère facile d’avoir quatre armées nationales sur un territoire qui comprend deux millions d’habitants, il l’est encore moins de n’y en avoir qu’une quand ce territoire est partagé entre quatre États indépendants. Aussi n’existe-t-il pas d’armée nationale dans les États sous mandat et c’est se méprendre que de donner ce nom aux troupes auxiliaires et supplétives que nous avons créées. (...) Encore, des quatre États existants, est-ce le plus important, la Syrie, dont l’armée est la moins nationale. En Syrie, nous enrôlons de préférence des hommes appartenant aux minorités confessionnelles ou ethniques, Tcherkesses, Kurdes, Assyro-Chaldéens, parce qu’ils font de meilleurs soldats et sont inaccessibles à la propagande qui s’exerce contre nous. Il faut le dire franchement : si aucun des États du Levant n’a une armée nationale, la Syrie a une armée que les nationalistes du pays affectent de considérer comme antinationale puisqu’elle est en grande partie organiquement hostile aux aspirations de la majorité de la population. Ce sont là des idées qu’il faut clairement concevoir avant d’aborder le problème de la contribution financière à demander aux États au titre militaire. (...) Pourrais-je, étant donné le caractère de ces forces sur lequel j’attirais précédemment l’attention, aller devant les Assemblées locales, devant le Parlement syrien en particulier qui sera réuni dans quelques semaines, pour leur demander des crédits supplémentaires. Évidemment non »131.

75Ces contradictions, qui pèsent sur le principe d’un financement endogène des troupes syriennes, en faussent également les mécanismes :

  • 132 Ibid.

« Jusqu’à présent, nous n’avons rien demandé ; nous avons pris d’autorité sur les fonds que le hasard des perceptions fiscales mettait à notre disposition, des sommes variables que nous avons affectées au paiement de nos auxiliaires indigènes. (...) Les recettes des douanes dont nous avons jusqu’ici eu la libre et secrète disposition vont être désormais soumises au contrôle ou au moins à l’examen d’une conférence inter-États à laquelle nous devrons exposer, expliquer les dépenses que nous imputerons à ce compte »132.

  • 133 H. Saliby-Yehia, thèse citée, p. 698-716.

76Par arrêté du 12 mars 1928, le haut-commissariat crée en effet un « compte de gestion des recettes et des dépenses des services d’intérêt commun », dont les Douanes constituent toujours la pompe financière. Il s’agit en l’occurrence de centraliser et d’ordonner la gestion des intérêts communs, au premier rang desquels on trouve naturellement l’entretien des armées locales, gestion à laquelle les États seront progressivement associés par le biais d’une « Conférence annuelle des Intérêts Communs », opérationnelle en 1930133. Mais si le compte de gestion est unique, il n’est pas à proprement parler commun aux États,

  • 134 Archives Économiques et Financières, B32 934, Ponsot à AE, 7. III. 1928.

« en ce sens que ses recettes appartiennent à chacun des États selon la proportion où il est présumé y avoir contribué. (...) Il nous est difficile de prétendre aux avantages à la fois du séparatisme et de l’unité ; être séparatistes quand les Syriens nous demandent par exemple l’incorporation du Djebel Druze à la Syrie, mais unitaires quand il s’agit de compléter par des prélèvements sur les recettes douanières de la Syrie les faibles ressources que la Douane peut mettre à la disposition du Djebel pour l’entretien de ses milices »134.

77Ces analyses fort pertinentes du haut-commissaire précèdent de quelques mois la rupture de l’été 1928. On sait que l’un des six articles litigieux de la constitution prévoyait précisément l’organisation d’une armée nationale par le gouvernement syrien lui-même. Bien évidemment, l’ajournement sine die de l’assemblée en février 1929 ne résout en rien les contradictions pointées par le haut-commissaire. Les discussions relatives au statut des troupes syriennes soulignent au contraire la grave hypothèque qu’elles font peser sur le futur même des États indépendants.

  • 135 Pour ce qui suit, CADN, fds BM, 432, Procès-verbal de la 4e séance de la 2e réunion des délégués, 2 (...)
  • 136 Les P. V de la commission Naulin sont conservés dans CADN, fds BM, 893.
  • 137 Le général Gamelin quitte le Levant en août 1928. Son successeur arrive en janvier 1929.
  • 138 Le projet comprend 4 titres et 47 articles : le titre I pose les principes du commandement et l’org (...)

78La question du statut des troupes syriennes, et notamment du statut du personnel officier, représente une étape importante dans le processus de consolidation institutionnelle amorcé en 1927135. Au moment où les forces locales prenaient une importance croissante dans le dispositif militaire du Levant, il devenait en effet urgent de régler cette question. L’instruction du 5 juillet 1920, qui constituait toujours l’unique charte des forces locales, n’accordait aucune garantie statutaire au personnel officier : « Les officiers ne sont liés au service que par un engagement de deux ans au maximum ; ce délai terminé, leur contrat peut ne pas être renouvelé ; aucun texte ne règle l’avenir ni pour eux, ni pour leur famille en cas de départ, de maladie ou de décès ». À plusieurs reprises déjà, le commandement de l’armée du Levant s’était inquiété de la situation. En octobre 1924, une commission présidée par le général Naulin avait ainsi rédigé un premier projet136, repris en janvier 1927 par le général Gamelin. Mais les difficultés budgétaires du moment en interdirent l’adoption. C’est finalement à la demande du nouveau commandant en chef de l’armée du Levant, le général Bigault du Granrut137, que le lieutenant-colonel Halbwachs fut dépêché sur place au début de 1929, avec pour mission d’élaborer un nouveau projet. Ce « projet de statut des Troupes Spéciales du Levant » fut soumis aux responsables mandataires au mois de mars, et discuté au cours d’une réunion tenue le 2 mai 1929138.

  • 139 CADN, fds BM, 432, Note sur le statut des troupes auxiliaires, 25. IV.1929.
  • 140 W. Serman, op. cil., p. 11-14. La monarchie de Juillet a doté le corps des officiers d’un véritable (...)

79En accordant au personnel officier « un statut indépendant fixant les règles de son recrutement et lui donnant les garanties légales indispensables »139, le projet Halbwachs s’inspirait directement de la législation française des années 1830, dont on connaît l’importance en ce domaine : consacrer juridiquement « l’état de l’officier, c’est-à-dire, au sens étymologique du mot, quelque chose de stable, de durable », et le protéger ainsi de toute décision arbitraire de l’État, telle avait été la grande innovation introduite par la monarchie de Juillet140. L’introduction de ces principes au Levant, et leur application aux troupes syriennes de la fin des années 1920, posaient néanmoins un certain nombre de problèmes. C’est une nouvelle fois Henri Ponsot qui résumait le mieux les contradictions inhérentes à cette volonté de réforme. Dans une lettre qu’il adressait au général Gamelin en mars 1928, le haut-commissaire donnait son point de vue sur la question :

  • 141 CADN, fds BM, 432, Ponsot à Gamelin, 7. III.1928.

« Il ne semble pas que nous ayons qualité pour promettre à des officiers locaux la propriété de leur grade jusqu’à l’âge de cinquante ans ou davantage, ou du moins n’avons-nous pas la certitude que la promesse ainsi faite serait respectée par les États le jour où les unités auxiliaires passeraient sous leur autorité. Les difficultés que vous rencontrez sont multiples ; mais elles tiennent toutes à la même cause ; je n’y vois pour ma part d’autre remède qu’une évolution qui amène les troupes locales à renoncer à la vie indépendante mais précaire et anémiée qu’elles mènent en marge ou au-dessus des États, pour rentrer dans les cadres nationaux à l’abri desquels leur existence puisse se développer »141.

80Ce document, qui fait le lien entre la question budgétaire (« anémiée ») et statutaire (« précaire »), confirme également les vastes perspectives politiques de Ponsot en 1928. Mais on l’a vu, l’ajournement de la Constituante conduit le haut-commissaire à mettre en veille ses velléités de réformes politiques. Au cours des discussions relatives au projet Halbwachs, Ponsot adopte du reste une attitude résolument attentiste, se contentant d’évoquer le problème en termes financiers, mais renonçant à toute considération d’ordre politique. Le relais est timidement pris par le directeur des Finances du haut-commissariat, Le Bec, qui s’interroge sur « le sort qui sera réservé à ce projet de statut élaboré en dehors des États, à qui incombera la charge des pensions ». La réponse qu’il se voit opposer par le général Bigault du Granrut est alors très lourde de sens :

  • 142 CADN, fds BM, 432, P. V. de la 4e séance de la 2e réunion des délégués, 2. V.1929.

« Il n’y a pas à se préoccuper des inquiétudes que marque M. le directeur des Finances sur le sort qui sera réservé à ce statut lorsque la France n’exercera plus son mandat. Les officiers des Troupes spéciales se font fort d’exiger de leur gouvernement futur le respect des engagements pris par la puissance mandataire. Ce sera affaire à débattre par eux, avec leurs gouvernants, et ils ne doutent pas que ceux-ci ne s’inclinent devant la puissance de persuasion de leur réclamation »142.

81L’armée contre l’État : une perspective qui, dès la fin des années 1920, semble bel et bien inscrite dans les « gênes » de l’armée du Levant ; mais cela aussi, le haut-commissaire Ponsot l’avait pressenti, lorsqu’il estimait nécessaire « une évolution qui amène les troupes locales à renoncer à la vie indépendante mais précaire et anémiée qu’elles mènent en marge ou au-dessus des Etats ». Le projet Halbwachs fut finalement adopté et servit de base à l’arrêté 3045 du 20 mars 1930 portant création des Troupes spéciales du Levant. Au même moment, un 8e bataillon d’infanterie est créé à partir d’éléments exclusivement assyro-chaldéens, portant l’effectif total des Troupes Spéciales du Levant à environ 13 000 hommes. Les troupes françaises présentes au Levant comptant par ailleurs 15 000 hommes, on assiste finalement à la réalisation du plan Gamelin de 1927. Les avertissements du haut-commissaire Ponsot, singulièrement étouffés il est vrai après février 1929, n’auront pas suffi à faire changer le cours de l’histoire de l’armée syrienne dans les années 1920.

La réforme du SR du Levant

  • 143 CADN, fds BM, 437.

82La réforme du SR, c’est d’abord un texte, l’arrêté 3390 du 31 décembre 1930 portant instructions sur les conditions d’affectation et d’emploi des officiers des Services Spéciaux143. Et de prime abord, force est bien de constater que le changement d’appellation paraît constituer la seule véritable innovation. Bien plus, le texte confirme les prérogatives administratives des officiers en poste dans certaines régions spécifiques, comme les zones de steppe (sandjaks de Dayr-al-Zawr et de Jazira, Contrôle Bédouin) et les gouvernements autonomes (Alaouites et Djebel Druze). Ce document n’était en fait ni la sanction une évolution antérieure, ni l’affirmation d’une ambition réformatrice, mais simplement un ajustement juridique, rendant l’existence du SR compatible avec le nouveau cadre organique du mandat.

83À l’origine, la charte du mandat de septembre 1923 prévoyait la promulgation d’une loi organique pour les États du Levant dans un délai maximum de trois années. Comme on sait, la prescription avait été respectée pour le Liban, mais la crise de 1928 avait laissé le problème en suspens pour la Syrie. Le Statut organique des État du Levant fut finalement promulgué unilatéralement le 22 mai 1930, quelques jours avant l’ouverture de la session de la Commission permanente des mandats. Celle-ci s’annonçait en effet délicate pour le délégué français, en raison de la signature imminente du traité anglo-irakien du 30 juin 1930. Le Statut reprenait en fait la Constitution avortée de 1928, délestée de l’article 2 relatif à l’unité d’une grande Syrie, et neutralisée pour le reste par l’ajout d’un article 116 garantissant le maintien des positions françaises.

  • 144 Ministère français des AE, Rapport à la SDN sur la situation de la Syrie et du Liban, 1930, Paris, (...)

84Dans le rapport à la SDN pour l’ année 1930,1a puissance mandataire peut ainsi mettre en avant la mise en conformité du SR, devenu Services Spéciaux du Levant, avec le nouveau cadre organique : « Régis par des dispositions spéciales, ayant leur hiérarchie propre et recevant leurs instructions d’une Direction qui relevait à la fois de l’autorité civile et de l’autorité militaire, les officiers de renseignements formaient une organisation à part, nettement en marge des autres rouages du mandat. Cette organisation, justifiée lors de sa création, ne répondait plus à la situation qui était devenue celle des États sous mandat au cours des dernières années. Comme le faisait par ailleurs remarquer un des membres de la Commission des mandats, au cours de la session de juin 1930, son maintien eût été difficilement compatible avec la mise en vigueur du Statut organique des États »144.

85De fait, l’arrêté prévoyait bien l’intégration des officiers dans les cadres du personnel civil du mandat, mais ne proposait en aucun cas une véritable redéfinition de sa mission. Il y a pourtant bien une réforme profonde du service qui s’opère entre la fin des années 1920 et le début des années 1930. Mais celle-ci, loin d’être explicitée en un seul et même texte, se développe par petites touches, au gré de décisions ponctuelles ou de transformations informelles. Cette réforme en douceur, mais en profondeur, il nous faut en révéler les affleurements restés peu visibles au seul plan institutionnel.

  • 145 CADN, fds BM, 437, Décision du 30. XI.1929.

86Cette mutation, on la lit d’abord sur une carte, celle de la distribution spatiale des postes SR au 1er janvier 1933. Par rapport à l’empreinte cartographique laissée par le SR en 1926-1928, un certain nombre de remarques peuvent être faites. On signalera d’abord le décongestionnement du réseau. Aux Alaouites, on passe ainsi de huit à cinq postes en cinq ans. La restructuration touche également la zone ouest d’Alep, le bureau d’Idlib ayant absorbé les trois autres postes qui fonctionnaient dans la région depuis le début des années 1920. De même, l’ancien SR de la Ghuta est-il en partie démantelé, tandis que le SR de la République libanaise était supprimé le 31 décembre 1929. Deux postes, Baalbeck et Marjcayun, auxquels viendra s’ajouter plus tard Tyr, furent néanmoins maintenus et directement rattachés à la direction du SR du Levant145.

Distribution spatiale des postes SR au 1er janvier 1933

Distribution spatiale des postes SR au 1er janvier 1933

Papiers Deleuze, état nominatif du SR au 1er janvier 1933.

  • 146 Centre 1 : direction, délégations et sous-délégations (Beyrouth, Damas, Alep) ; centre 2 : chefs-li (...)

87Par contre, la vocation frontalière du SR se confirme, non seulement dans le sud, où les postes créés au lendemain de l’insurrection se maintiennent, mais aussi et surtout sur la frontière turco-syrienne, en liaison avec les accords signés en 1929 : cinq postes sont ainsi créés entre Raju et cAyn Diwar. D’une façon générale d’ailleurs, ce que l’on pourrait appeler la gestion des confins tend bel et bien à devenir l’axe de priorité du SR. À partir d’une discrimination des postes de renseignements fondée sur le type de localisation, on peut résumer l’évolution anatomique du service de la manière suivante146 : alors que l’enracinement du service dans les sandjaks et les cazas reste relativement stable, l’implantation dans les confins prend clairement le relais des fonctions de direction. Le SR infiltre de moins en moins le cœur de l’administration mandataire, et tend au contraire à se concentrer sur sa périphérie.

1928

1930

1931

1932

centre 1

32 %

23 %

19 %

17 %

centre 2

14 %

13 %

13 %

12 %

caza

37 %

37 %

40 %

40 %

confins

14 %

20 %

22 %

28 %

hors-cadre

3 %

7 %

6 %

3 %

  • 147 « [Comme] un fonctionnaire remis à la disposition de son administration, parce qu’il ne se conduit (...)
  • 148 Comme Ponsot, Gaston Maugras avait derrière lui une bonne expérience de l’Extrême-Orient (Tokyo, Ba (...)

88Le point de départ de cette évolution est à rechercher dans la décapitation politique du service qui intervient en deux temps. Le départ de Catroux, d’abord, laisse le champ libre à l’inflation du pouvoir civil au sein des services du haut-commissariat. Tandis que Verchère de Reffye est renvoyé sans ménagement147. le secrétariat général du haut-commissariat reprend du volume avec la duplication du poste au bénéfice d’un duo de choc, Gaston Maugras, conseiller d’ambassade, et Daniel Tétreau, consul général. Le premier prend en charge les dossiers politiques et peut être considéré en somme comme un véritable « délégué général » du haut-commissaire (on se souvient de son rôle au moment de la Constituante), tandis que le second prend en main le fonctionnement administratif du haut-commissariat148.

  • 149 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, Lettre manuscrite, s.d. (eu été 1926) : « ... comme Morti (...)
  • 150 P. FOURNIÉ, thèse citée, p. 142 ; CADN, fds BM, 366.

89La Direction du SR du Levant est alors confiée au lieutenant-colonel Mortier. Véritable organisateur du SR de la 2e Division, et principal artisan de l’extension du modèle alépin au moment de l’insurrection, ce choix peut paraître curieux. Mais Mortier était un spécialiste et, surtout, il s’était opposé aux coups de force des mois de mai et juin 1926, ce qui lui avait valu l’hostilité des militaires et le soutien de Jouvenel149. Un an plus tard, en décembre 1928, la direction du SR est définitivement supprimée en tant qu’organe de décision politique. Le lieutenant-colonel Mortier reste simplement le chef administratif du service, sous l’autorité d’Henri Hoppenot, conseiller du haut-commissaire aux affaires politiques et chef du Bureau diplomatique150. C’en est définitivement fini de cette direction du SR que Catroux avait tenté d’élever à la hauteur d’une véritable Direction des affaires politiques.

  • 151 CADN, fds BM, 438, Ponsot à Délégué Damas, 27. I.1930.
  • 152 CADN, fds BM, 437, Décision du 31 . XII. 1930.

90Commencée à la tête, la réforme du service s’étend ensuite au niveau intermédiaire de la délégation. En janvier 1930, Ponsot décrit à son délégué le système qu’il entend mettre en place à Damas : « Mon intention serait dans les circonstances actuelles, de procéder à la suppression du SR central de l’État de Syrie, dont les attributions propres doivent logiquement passer à la Délégation elle-même. Cette réorganisation remettrait directement en vos mains la direction, dans le domaine politique, de tous les SR de l’État, ce qui me paraît désirable à tous les points de vue »151. À la fin de l’année, les délégués renforcent encore leur contrôle sur le SR, en se voyant confier la ventilation des fonds spéciaux jusqu’alors directement mis à la disposition des SR par la direction de Beyrouth152.

  • 153 CADN, fds BM, 438, Hoppenot à Délégué Damas, 28. II.1930.

91À l’échelon des sandjaks, on n’en est encore qu’aux prémices d’une politique qui prévoit la nomination de fonctionnaires civils aux fonctions dites de « conseillers administratifs ». Le premier poste de ce type paraît avoir été créé à Homs en février 1929. L’année suivante pourtant, c’est encore un officier du SR, le commandant Plat, qui exerce ces responsabilités, à titre provisoire il est vrai. Mais l’évolution paraît bien aller dans le sens d’un cadre civil de contrôle des sandjaks : « Cette dualité des attributions assumées par cet officier supérieur me paraît présenter des inconvénients de principe qui n’en rendent pas la prolongation désirable. Nous avons toujours tendu, depuis plusieurs années, à séparer aussi complètement que possible le rôle propre des officiers du SR du rôle administratif, direct ou indirect, qui incombe à d’autres agents du mandat. 11 serait inutile de dissocier ainsi ces deux ordres de fonctions si elles devaient de nouveau être confondues dans la pratique et confiées à une même personne »153.

  • 154 CADN, fds BM, 437, Note de service du 24. XI.1928. Les comptes rendus de quatre tournées du lieuten (...)

92Après avoir ciblé ses interventions sur les points névralgiques du réseau, le haut-commissariat entend agir sur le fonctionnement global du service. La subordination du SR par le haut doit se prolonger en une rationalisation de son fonctionnement interne, de telle sorte que l’impulsion venue du haut-commissariat puisse se répercuter à tous les échelons. Toute une procédure d’inspections et de liaisons est ainsi mise en place dès la fin des années 1920 : « Cette mesure aura, je pense, pour effet de détruire les cloisons étanches qui se sont établies entre certaines circonscriptions voisines, d’empêcher en cas de différend l’échange d’une correspondance quelquefois acrimonieuse portant atteinte à l’esprit de bonne camaraderie qui doit unir tous les officiers du service, de diminuer la paperasserie qui absorbe une trop grande partie du temps du personnel »154.

  • 155 CADN, fds BM, 840, Note de service du 15. XI.1929.
  • 156 Papiers Deleuze, Note de service relative à la présentation du bulletin hebdomadaire, 27. I.1931.

93De même, un important effort est fourni dans le domaine de l’information. La rédaction des bulletins de renseignements fait en particulier l’objet de multiples recommandations : « Les BR des États sont souvent rédigés dans une forme qui ne répond pas à leur objet, ou renferment des informations qui ne devraient pas y figurer. Parmi ces informations, certaines n’ont trait qu’à de simples faits divers, crimes et délits de droit commun, arrestations de délinquants, etc., et sont sans intérêt pour la conduite politique du mandat. D’autres font double emploi avec les renseignements fournis par les services techniques du haut-commissariat : activité de la gendarmerie, résultats des perceptions, fonctionnement de la justice, statistiques d’ordre économique, etc. »155. Bref, au grand désespoir de l’historien, les BR sont désormais formatés selon une grille préétablie et contraignante, qui en assèche considérablement le contenu, mais en facilite l’exploitation : « Le document ainsi établi donnera, sous une forme concise et facile à lire, la physionomie exacte de la vie du pays sous ses divers aspects. Dépouillé des formules inutiles ou des renseignements qui n’ont pas un intérêt réel, il permettra au haut-commissaire de suivre exactement et sans perte de temps l’évolution des affaires qui doivent retenir son attention »156.

  • 157 CADN, fds BM, 438, Capitaine Olive, 1. I.1930.
  • 158 Parmi d’innombrables exemples, CADN, fds BM, 437, Note du 31. VIII. 1929.

94Tout aussi significative est la question des archives des postes. L’état déplorable dans lequel elles se trouvent à la fin des années 1920 ne s’explique pas uniquement par la réticence des officiers à constituer une documentation de base régulièrement mise à jour. Elle est aussi le symptôme d’un rapport particulier à l’information. L’officier a pour ainsi dire tendance à thésauriser sa connaissance du caza : « Plus ou moins, chacun de nous travaille de mémoire. Cela peut suffire à nous-mêmes et pour le temps présent. Cela ne suffit point à garantir la continuité de l’effort. Cela ne suffit même pas à assurer une unité d’action »157. À partir de la fin des années 1920, les officiers sont ainsi invités à remettre de l’ordre dans leurs archives, et à s’engager dans la rédaction de monographies158.

  • 159 Louis MASSIGNON, « La structure du travail à Damas en 1927 », repris in ID., Opéra minora, op. cit.(...)

95Ces mesures, dictées par les nécessités du service, répondent également à une politique plus large de mise en place d’un outil d’observation des sociétés musulmanes contemporaines. À l’issue d’un séjour en Syrie, d’où sortira son étude sur l’organisation du travail à Damas159, Louis Massignon dresse en quelque sorte le programme de travail. Le tiers des officiers du SR, écrit-il en décembre 1928,

  • 160 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 415, fol. 149, Rapport de Louis Massignon, décembre 1928. Depuis Beyrou (...)

« est tout près à se spécialiser dans ce qui est la fonction réellement féconde de ce service important (...), inventorier méthodiquement les forces politiques et sociales, les leviers de commande du pays, ainsi que la direction générale des Affaires Indigènes a su si bien le faire au Maroc. Malheureusement les trois directeurs successifs du SR n’ont constitué aucune documentation de base alors que la continuité du SR en dépend essentiellement. C’est à cela qu’on s’occupe actuellement de remédier : nous avons beaucoup d’officiers qualifiés pour établir des monographies sociales locales, et je dois remercier plusieurs d’entre eux pour l’appui qu’ils m’ont prêté à cet égard dans mon enquête sur les organisations artisanales et agricoles »160.

  • 161 François Pouillon et Daniel Rivet dir., La sociologie musulmane de Robert Montagne, Paris, 2000, p. (...)
  • 162 L’ouvrage de référence est ici celui de Renaud Avez.

96Il appartiendra à Robert Montagne de sceller définitivement cette collaboration entre officiers du SR et institutions scientifiques. En décembre 1930, au lendemain de la fermeture de l’ancien Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulmans d’Eustache de Lorey, le haut-commissaire crée à cet effet l’institut Français de Damas. La direction en est confiée à Robert Montagne qui vient tout juste de soutenir sa thèse. Ingénieur « d’une sociologie inscrite dans le souci de l’administration »161, Montagne élargit le champ de recherche de l’institut bien au-delà de l’orientalisme classique de l’ancienne section des arabisants (Sauvaget, Laoust, etc.), et oriente vers la sociologie et l’ethnographie un certain nombre d’officiers qu’il attire dans son équipe, comme Pierre Rondot ou Albert de Boucheman162.

  • 163 CADN, fds BM, 438, Délégué Damas à Chef SR sandjak de Damas, 7. VII. 1930.
  • 164 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée, 25. VIII.1929. Gaston Chevilliard était en effet arrivé (...)

97Cette mutation d’ensemble du SR se heurte naturellement à un certain nombre de résistances. En juillet 1930, le délégué du haut-commissaire à Damas se voit contraint de rappeler à l’ordre le chef du SR du sandjak : « À la lecture de votre lettre, il m’est apparu que vous n’avez pas très bien saisi le rôle de votre service. Si, du fait qu’il est chargé de me renseigner sur la ville, le SR du sandjak a été amené, de tous temps, à avoir des relations avec le gouvernement syrien, il est évident que ces relations sont de pure courtoisie et qu’elles ne peuvent avoir aucun caractère officiel. Le délégué du haut-commissaire et les conseillers auprès des ministères sont seuls qualifiés pour entretenir des relations de service avec le président du Conseil et avec les ministères »163. Il y a bien quelque chose de changé, un style nouveau dans l’exercice du mandat, que les textes organiques ne sauraient restituer entièrement : « Le délégué n’est pas très satisfait de la manière de servir du capitaine Chevilliard qui reste trop officier SR des premiers temps de l’occupation », rapporte ainsi le lieutenant-colonel Mortier en 1929164.

98Cette réforme du SR s’accompagne-t-elle d’une politique du personnel ? Premier constat, l’évolution de la structure par grades du service fait clairement apparaître une érosion accélérée de la proportion des officiers supérieurs, et au contraire, une importance croissante des lieutenants.

1928

1930

1933

officiers supérieurs

17 %

9 %

5 %

capitaines

42 %

42 %

36 %

lieutenants

41 %

49 %

59 %

  • 165 Cf. supra, p. 250.
  • 166 Cf. le témoignage de P. RONDOT, « Syrie 1929... », art. cit., p. 95-104.

99Cette évolution traduit naturellement le souci de disposer d’un personnel plus jeune et plus malléable, affranchi à tout le moins des vieux réflexes de la première administration mandataire. Mais elle ne signifie pas pour autant que l’ancien cadre du SR, ce que j’ai appelé plus haut le groupe axial, ait été totalement démantelé. Bien au contraire. Reportons-nous aux schémas figurant le renouvellement de ce groupe axial165. La courbe des départs fait clairement apparaître deux vagues successives, l’une dans le dernier quart des années 1920 ; la seconde dans le deuxième tiers des années 1930. La première vague recèle une signification événementielle : elle correspond bien à une purge du service, dans la foulée du départ de Catroux. C’est à ce moment que les officiers du SR les plus hostiles à la politique de Ponsot, ou bien sont poussés vers la sortie, ou bien prennent d’eux-mêmes l’initiative de quitter le service. Deux noms suffisent ici à illustrer notre propos : Philibert Collet d’abord, qui, en tant que chef du SR de Damas-ville et de la Ghuta, a tout fait pour torpiller l’expérience de la Constituante166. Il quitte finalement le SR au 1er novembre 1928, et ne conserve que la direction du groupement tcherkesse désormais intégré dans le dispositif de l’armée du Levant. Victor Müller ensuite, qui n’apparaît plus sur les rôles du SR dès janvier 1928, et qui prend finalement un commandement en décembre 1929, au 5e Spahis Marocains à Alep. Au moment de la refonte du service, le maintien de ces fortes personnalités, qui incarnaient d’une certaine manière l’âme du SR des premiers temps, ne pouvait qu’être problématique.

100Mais les nouveaux responsables du haut-commissariat ne peuvent pour autant se passer entièrement du capital d’expertise accumulé par les officiers du groupe axial. Aussi s’efforcent-ils, après avoir écarté les personnalités les plus compromises dans l’ancien régime mandataire, de conserver ce personnel qualifié, sur lequel repose finalement la reconstruction en douceur du service. C’est ainsi qu’une prime d’ancienneté est instituée en mars 1931, à un moment où quelques départs rapprochés soulignent l’importance d’une stabilisation de ce personnel ancien. Si la première vague de départs, qui affecte le groupe axial à la fin des années 1920, est donc bien porteuse d’une signification événementielle, la seconde vague, celle qui se niche au milieu des années 1930, recèle au contraire une signification structurelle : elle correspond à la fin d’un cycle, commencé bien souvent au tout début de l’épisode mandataire, et que les réformateurs de l’appareil mandataire avaient pris soin de laisser se développer jusqu’en ses ultimes prolongements.

Notes

1 L. Bokova, op. cit. ; Edmond Rabbath, « L’insurrection syrienne de 1925-1927 », Revue historique, avril-juin 1982, p. 405-447 ; Joyce Laverty Miller, « The Syrian Revoit of 1925 », International Journal of Middle East Studies, 8 (1977), p. 545-563 ; P. KHOURY, « A Reinterpretation of the Origins and Aims... », art. cit.

2 CADN, fds BM, 840, État nominatif du SR au 1. II. 1925 et au 5. VIII. 1926.

3 Cf. documents annexes. Sauf indication contraire, on parlera ici de francs constants 1914.

4 SHAT, 4H 159, Note du 7.1.1926 : « Sur ce territoire, les officiers détachés temporairement auprès du commandement militaire doivent donc se cantonner strictement dans leurs fonctions dites de 2e Bureau ».

5 SHAT, 4H 153, Historique du secteur du Chouf.

6 SHAT, ess d’Auguste Mortier, 13Yd, Gx4, dossier n° 179.

7 SHAT, 4H 152, Projet d’organisation territoriale du commandant Mortier, 25. XI.1925.

8 SHAT, 4H 78, Rapport pour 1926 du SR des sandjaks de Damas et du Hawran.

9 CADN, fds BM, 437, Catroux à Chef SR, 27. VII.1926.

10 Ibid.

11 L. Bokova, op. cit., p. 215-216.

12 SHAT, 4H 157, Ingénieur Delhotellerie à Directeur Société anonyme impériale ottomane des Tramways et d’Éclairage électrique de Damas, 12. II.1926.

13 Anne-Marie Bianquis, « Damas et la Ghouta », in La Syrie d’aujourd’hui, A. Raymond dir., Paris, 1980, p. 359-384.

14 CADN, fds BM, 2736 et 2737.

15 CADN, fds BM, 2736, Note pour M. le secrétaire général, 1. III.1926.

16 Élaborées à partir des données apparaissant lors de la clôture du compte « Amendes attribuées à divers » en 1931.

17 CADN, fds BM, 2737, Arrêté 97 du 30. I.1926.

18 CADN, fds BM, 2737, Arrêté 527 du 24. IX.1926.

19 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 147, fol. 100-104, Gamelin à Guerre, s.d. (ca fin 1925- début 1926). Sur le rapport Sarrou, cf. supra p. 155.

20 Il s’agit de l’échec des deux tentatives de sortie de la garnison de Suwayda : batailles d’al-Kafr des 21 (colonne du capitaine Normand) et 22 juillet (colonne du capitaine Druout) ; et du désastre de la colonne de secours du général Michaud, du 30 juillet au 3 août 1925. Les pertes subies par l’armée du Levant au cours de ces affaires peuvent être estimées à 900 tués.

21 C’est dans ce contexte qu’il faut replacer le bombardement de Damas du 18 au 20 octobre 1925.

22 SHAT, 4H 152, Projet Mortier déjà cité.

23 CADN, fds BM, 433, Note sur les troupes supplétives, 1930.

24 À titre de comparaison, dans le Maroc des années 1930, les formations commandées par des officiers des AI (goums, mokhaznis et partisans payés en permanence) représentent environ 10 000 hommes, soit 15 % du dispositif militaire du protectorat. J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 180-181.

25 De 1925 à 1926, le nombre de fusils a plus que triplé pour atteindre 12 000 partisans et gardes ruraux en mai 1926, avec notamment de nombreux groupes créés sur les franges orientales du Grand-Liban. AD Corrèze, Papiers Jouvenel, 5J 66, Note de la direction du SR, 22. V.1926 ; CADN, fds BM, 433, Instruction du 3. III.1926 au sujet de l’organisation de partisans dans l’État du Grand-Liban.

26 CADN, fds BM, 2737, Note du 12. V.1928 ; Ibid., 427, Note au sujet des dépenses militaires mises à la charge des États, 5. IX.1927.

27 Voir tableaux annexes p. 438.

28 Cf. supra p. 105-108.

29 Arrêté 2542 du 3. IV.1924 portant relèvement de certains droits de douane ad valorem.

30 CADN, fds BM, 427, Note au sujet des dépenses militaires...

31 Arrêté 140 du 23. II.1926 réglant l’affectation du produit des majorations des droits de douane.

32 Un million et demi de francs prélevés sur 13,4 millions bloqués comme fonds de garantie.

33 Un million de francs sur 16 millions d’excédents.

34 exercice 1926
en francs 1914
Recettes douanières des États
32 700 000
2e majoration (25 %) : mai 1926
3 400 000
Fonds DPO et excédents
2 500 000
Contribution forfaitaire Légion syrienne
2 100 000
Participation totale des Etats
8 000 000

35 D’abord appelés « escadrons tcherkesses de Damas » et numérotés de 1 à 5, ils deviennent à partir de février-mars 1926 « escadrons de gardes mobiles » numérotés de 13 à 16 et 18,19,27 et 28, avant de prendre en janvier 1927 leur appellation définitive d’« escadrons légers du Levant », numérotés de 12 à 19.

36 Sauf indication contraire, ce qui suit est tiré de la lecture croisée du Livre d’or des Troupes du Levant, op. cit., p. 167-179 ; et de SHAT, 4H 261, Historique du groupement d’escadrons légers du Levant, s.d.

37 Nacklie Elias Bou-Nacklie, Les Troupes Spéciales du Levant : Origins, Recruitment and the Historv of the Svrian-Lebanese Paramilitary Forces under the French Mandate 1919-1947, Ph. D., University of Utah, 1989, p. 412-413.

38 SHAT, 4H 147, Commandant Vital à Général commandant la cavalerie, 5. IX. 1922.

39 CADN, fds BM, 2737, Note de la direction du SR du 12. V. 1928.

40 CADN, fds BM, 427, Note du contrôleur général Guinand, 5. III.1927.

41 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 190-193.

42 SHAT, 4H 142, Rapport du commandant Lavigne, 11 . XII. 1925.

43 CADN, fds BM, 427, Haut-commissaire p. i. à Pierre-Alype, 20. XI.1926.

44 D’abord « escadrons de gardes mobiles » numérotés 29, 31 et 35, deviennent en septembre 1926 « escadrons de cavalerie druze » numérotés de 1 à 6, avant de prendre en janvier 1927 leur appellation définitive d’« escadrons légers du Levant » numérotés de 1 à 6.

45 Acte de naissance d’Antoine Desideri, né le 19 janvier 1892 à Venzolasca, Haute-Corse.

46 Livre d’or des Troupes du Levant, op. cit., p. 182.

47 SHAT, ess d’Antoine Desideri, 8Ye, dossier n° 92 394.

48 L’expression et l’analyse s’inspirent de D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 79-85.

49 SHAT, Papiers Heurley, 1K 669, 12, Le Passepoil, 11e année, p. 29.

50 Ibrahim al-Atrash est un neveu de cAbd al-Ghaffar al-Atrash. Cf. PRO, WO 208, 3 093, Note on the Druze tribes, 1943, p. 18, où il est présenté comme un personnage brutal et tyrannique. En 1943, il sert toujours dans les escadrons druzes.

51 Cf. supra, chapitre IX.

52 Cf. supra, p. 295-296, 305-306.

53 Papiers Deleuze, Capitaine Deleuze, à Délégué du haut-commissaire, 30. IV. 1930.

54 L. Bokova, thèse citée, p. 400.

55 SHAT, 4H 166, Note du Général Vallier du 13. II.1928.

56 Bou-Nacklie, thèse citée, p. 411. Chrétiens et Sunnites originaires du Djebel fournissent 8,5 % des effectifs des escadrons druzes.

57 H. Saliby-Yehia, thèse citée, t. 2, p. 710-716.

58 CADN, fds BM, 3e versement, 305, Rapport du contrôleur de 1re classe Bois relatif à la participation de la France et des États aux dépenses militaires dans les États sous mandat, 17 pages + 11 tableaux annexes, 5. III. 1928, tableau de la p. 4.

59 Calcul à partir d’une solde moyenne mensuelle de 160 francs 1914, indemnités de monture et de déplacement comprises. Le détail des soldes est donné dans N. Maestracci, op. cit., p. 165.

60 Pour l’année 1927 par exemple, cela revient à gonfler de 50 % les recettes budgétaires et douanières de l’État du Djebel Druze ; celles-ci peuvent être estimées en appliquant le coefficient de 2 % aux recettes de l’ensemble des États pour cette année (109 878 723 francs), soit 2,2 millions de francs. Cf. tableaux annexes.

61 CADN, fds BM, 551. Ponsot à Clément-Grandcourt, 10. V. 1928.

62 SHAT, 7N 4186, Historique de la mission Jouvenel, Jouvenel à Briand, 10. I.1926.

63 Ibid, Jouvenel à Briand, 21 . XII. 1925.

64 E. Rabbath, La formation historique du Liban politique..., op. cit.

65 CADN, fds BM, 363, Jouvenel à Ministre des AE, 3. IX.1926.

66 Ibid.

67 Cf. supra, p. 79-80.

68 CADN, fds BM, 363, Section d’Études, Note sur la situation politique des États à la date du 15. IX.1926.

69 AD Corrèze, Papiers Jouvenel, 5J, liasses 1-18, Jouvenel à Pierre Berthelot, Délégué du haut-commissariat à Paris, 20. I.1926.

70 L. Bokova, op. cit., p. 229.

71 Cf. supra, p. 173,n. 68.

72 Arrêté 118 du 11.11.1926.

73 C’est la signification du titre de Damad (damat en turc).

74 Arrêté 259 du 26. IV. 1926.

75 Les autres ministres sont ShakirNicmat al-Shacbani aux Finances, Wathiq al-Mu’ayyad aux Travaux Publics et Yusuf al-Hakim à la Justice.

76 CADN, fds BM, 363, Note citée sur la situation politique...

77 CADN, fds BM, 363, Jouvenel à Ministre des AE, 3. IX.1926.

78 Maître des requêtes au Conseil d’État, c’est à lui que Jouvenel confie la préparation des statuts dont les textes sont envoyés au Quai d’Orsay à la mi-avril.

79 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, 8. VII.1926. Sur Émile Eddé, cf. Michel Van Leeuw, Émile Eddé (1884-1949), « Pour le Liban avec la France », Thèse de doctorat, Paris VIII, 2001.

80 « Chez votre délégué, il y avait, ainsi que vous l’avez fort justement remarqué depuis, des soucis de dynastie déchue, un ensemble de froissements ridicules révélant la plus étrange vanité, que devait d’ailleurs aggraver, en la concurrençant, l’enfantine vanité du Damad » ; AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, Lettre manuscrite s.d. (ca été 1926).

81 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, 8. VII. 1926.

82 CADN, fds BM, 2109, Rapport sur la situation politique en Syrie en 1926, 20. I.1927, p. 79-80.

83 SEAT, 4H 156, Décision du Conseil des ministres en date du 8. VI.1926.

84 SHAT, 4H 155, Avis aux habitants de la Ghuta, 10. VI.1926.

85 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, s.d. (ca début juillet 1926).

86 SHAT, 7N 4189, Gamelin à Guerre, 17. VI. 1926.

87 D’un bulletin de quinzaine que Catroux, très opportunément, mais sans doute pas innocemment, transforme en rapport mensuel, pour donner un plan large faisant mieux ressortir le scénario : « Les événements importants qui ont donné sa physionomie à la seconde quinzaine de mai n’ont atteint leur plein développement que dans les premiers jours de juin. Il a donc paru intéressant d’en condenser le compte rendu en un seul bulletin courant du 15 mai au 15 juin et sans la coupure habituelle du 1er du mois ». SHAT, 4H 134, Bulletin de la Direction des Renseignements, 15. VI.1926.

88 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 36, Catroux à Pierre Lyautey, 12. IX.1926.

89 SHAT, 4H 134, Gamelin à Guerre, 1 . VII. 1926.

90 « Il y avait [chez Catroux] tant d’amertume aussi, celle de n’être point au tableau d’avancement. Catroux est venu ici en homme qui avait le droit d’espérer une carrière rapide et qui se sait miné par les conséquences d’une histoire retentissante. Il est venu chercher des motifs d’avancement capables de réduire l’hostilité certaine des ministères Herriot à son endroit. Ce but légitime devait inévitablement obliger celui qui le poursuivait à des indulgences, voire à des compromissions avec l’autorité militaire ». AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, Lettre manuscrite s.d. (ca été 1926). Ce souci est bel et bien présent dans nombre de lettres de Catroux de cette époque. Lieutenant-colonel en juin 1923, il est finalement promu colonel en mars 1927.

91 SHAT.4H 157, Ordre général du 26. V.1926.

92 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, Lettre s.d. (ca début juillet 1926).

93 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, 8. VII. 1926.

94 Jean-Louis Bacqué-Grammont et alii, Représentants permanents de la France en Turquie (1536-1991) et de la Turquie en France (1797-1991), Istanbul-Paris, 1991, p. 85-87. Ponsot reste en place à Beyrouth jusqu’en 1933. Il devient ensuite Résident général au Maroc jusqu’en 1936, puis ambassadeur en Turquie jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

95 Bourhane Azziz, Cahiers de Damas (1830-1930), Manuscrit inédit aimablement communiqué par M. l’Ambassadeur Bernard Le Tourneau. L’auteur, cousine de Sacid al-Ghazzi qui fut élu député dans la Constituante de 1928, fut la première femme à exercer la profession d’avocat au Liban.

96 CADN, fds BM, 925, Service de la Presse, Rapport mensuel, août 1927.

97 L’Asie française, n° 253, septembre-octobre 1927, p. 283.

98 CADN, fds BM, 925, Ponsot à AE, 2. IX.1927.

99 Ibid.

100 Ibid. Il est bien spécifié que la conversation a eu lieu en français, sans interprète. Le point 3 de la déclaration Ponsot commençait ainsi : « Continuité de la politique française et statut organique. Cette politique nettement définie par M. de Jouvenel, avait déjà reçu l’approbation du Gouvernement français et celle de la SDN, et devait trouver son expression formelle dans le statut organique ».

101 L’Asie française, n° 253, sept.-oct. 1927, p. 283-289, n° 257, février 1928, p. 65-67.

102 Après son départ de Beyrouth en 1923, Robert de Caix devient délégué français à la Commission permanente des mandats à Genève jusqu’en 1939. À ce titre, il joue en quelque sorte le rôle d’éminence grise du Quai d’Orsay pour toutes les questions du Levant.

103 Sur la question du traité dans les années 1930, Jean-David Mizrahi, « La France et sa politique de mandat en Syrie et au Liban 1920-1939 », in France, Syrie et Liban 1918-1946 : les dynamiques et les ambiguïtés de la relation mandataire, Nadine Méouchy dir., Damas, 2002, p. 35-65.

104 Relisons la longue lettre que Jouvenel adresse au Quai d’Orsay le jour même de son remplacement. CADN, fds BM, 363, 3. IX.1926 : « Et ceci nous amène à la dernière contradiction qui oppose mon projet et celui du Ministère. Je souhaitais un traité de trente ans. Vous aviez donné vous-même votre agrément à cette conception en janvier dernier. Je ne sais pourquoi en avril, la conception du Ministère a changé. (...) Les Syriens vont donc conserver le sentiment que le mandat est précaire. Chaque interpellation à la Chambre ou au Sénat renouvellera cette impression. Les hommes d’affaires, les capitaux qu’il nous faut à tout prix attirer là-bas pour mettre le mandat en œuvre continueront à se réserver. La prospérité des pays sous mandat en sera retardée d’autant. Au lieu de nous installer, nous resterons campés. Pas de garanties de durée. Tous les risques. Le mandat sur la corde raide. Et combien de vies humaines à sacrifier encore ? J’aurais cru manquer à mon devoir si je ne vous avais pas signalé les dangers que comporte à mon sens le projet de statut que vous m’avez fait l’honneur de me communiquer. Maintenant j’ai satisfait à ma conscience. Le Gouvernement est responsable. Je ne le suis plus... ».

105 Louis Massignon, « Note sur Faysal Ier (1946) », in Id., Opéra minora, Beyrouth, 1963.

106 P. K. Houry, Syria and the French mandate..., op. cit., p. 245-268.

107 Peter A. Shambrook, French Imperialism in Syria 1927-1936, Reading, 1998, p. 9.

108 CADN, fds BM, 367, Ponsot à Directeur SR, 3. VIII. 1927, passages soulignés par moi.

109 CADN, fds BM, 437, Notes sur les réactions de la presse suite au départ de Catroux en novembre 1927.

110 Cité par Jean LACOUTURE, De Gaulle, t. 1, p. 164.

111 CARAN, Papiers Maréchal Lyautey, 475 AP, 270, Catroux à Lyautey, 23. VIII.1927.

112 L’exposé le plus récent, et le plus convaincant aussi, de ces événements, est à rechercher dans P. Shambrook, op. cit., p. 10-35.

113 SHAT, 7N 4181, Ponsot à AE, 30. V.1928.

114 P. Shambrook, op. cit., p. 18-19.

115 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 225, cité par P. Shambrook, p. 18-19.

116 F.-X. Guerra, Le Mexique..., op. cit., t. 1, p. 52. Emilio Rabasa, le plus grand juriste mexicain du temps, écrivait : « La Constitution fut d’abord un drapeau, quelques temps après une idole, un objet de vénération transmis comme un dogme ».

117 P. Shambrook, op. cit., p. 23-24. Publiciste de la droite nationaliste, René de Gontaut-Biron, lui-même ancien officier SR des premiers temps de l’occupation, fait un peu figure de spécialiste des questions du Levant, à propos desquelles il a d’ailleurs commis trois ouvrages, dont le dernier paraît précisément en 1928, Sur les routes de Syrie..., op. cit.

118 Auxquels s’ajouteront deux nouveaux escadrons créés peu de temps après. Ces neuf escadrons de gardes mobiles mis à la disposition du SR du Levant et directement financés par les États sur le territoire desquels ils sont stationnés, seront numérotés de 51 à 59. CADN, fds BM, 433, Note au sujet des troupes supplétives, 1930.

119 CADN, fdsBM, 895, Note de l’état-major de l’armée du Levant, 29. XII.1926. En plus des escadrons druzes et tcherkesses déjà rencontrés, un troisième groupement, dominé par les éléments arabe sunnite (30,8 %) et kurde (26,9 %), réunit les escadrons stationnant sur la frontière turco-syrienne. Voir l’historique des ces formations, parfois appelées « escadrons légers des Territoires Nord-Syrie », dans Revue des Troupes du Levant, n° 12, octobre 1938, p. 37-44.

120 Sources : Bou-Nacklie, thèse citée, p. 411-415 pour la composition des escadrons. Les estimations concernant la population des États sous mandat sont tirées de R. de Fériet, op. cit., p. 19. Les chiffres proposés ne sont que des ordres de grandeur et concernent le milieu des années 1920. Pour décomposer la population sunnite en Arabes sédentaires et bédouins, Tcherkesses et Kurdes, je me suis appuyé sur un certain nombre de notices du SR conservées dans les papiers Deleuze : Note au sujet de la question bédouine dans les États sous mandat, s.d. (ca fin des années 1920), 47 pages + 27 annexes ; Note sur la question kurde, 1. II. 1929, 56 pages ; Étude sur les Tcherkess, 1931, 34 pages. Sur l’indice utilisé, cf. supra p. 190.

121 Bou-Nacklie, thèse citée, p. 49. L’école militaire de Damas a été créée par les autorités mandataires en 1921.

122 SHAT, 4H 55, Note sur les troupes auxiliaires et supplétives, janvier 1928.

123 CADN, fds BM, 427, Note du contrôleur général Guinand, 5. III. 1927. Les crédits supplémentaires s’élèveront finalement à 34,5 millions de francs, pour un budget total de plus de 61 millions. Sauf indication contraire, on parle ici de francs constants 1914.

124 Avec notamment la création de six à sept nouveaux bataillons d’infanterie.

125 En 1926, les dépenses militaires des États se sont élevées à 13,5 millions de francs, dont une charge exceptionnelle de 11,5 millions de francs pour l’entretien des escadrons de gardes mobiles. Cf. tableaux annexes.

126 CADN, fds BM, 427, Effectifs et contributions militaires des États, Note du haut-commissariat, 20. II.1927 : « Mais aucun plan financier n’existe, en Syrie, pour faire face à un tel plan militaire. La situation militaire, la situation financière et la situation politique sont dans la plus étroite dépendance et quelque opinion qu’on puisse professer sur les affaires de Syrie, nous ne pourrons régler notre action politique et militaire qu’après avoir fait le bilan de nos moyens d’action ».

127 Rapport Bois, déjà cité, p. 11. La part de la Syrie et du Liban représentait 8,41 % de l’ensemble de la DPO, soit 10 870 000 livres turques or (environ 345 millions de francs). De la lecture du contrat de janvier 1929, on peut déduire qu’à partir de juillet 1920 sans doute, sur le produit des gages de Muharrem d’abord (tabac, sel, etc.), puis, à partir du 1er janvier 1926, sur celui des douanes, une somme annuelle d’environ 600 000 Ltqs or (13,5 millions de francs) était prélevée et mise de côté par l’administration de la DPO. En juillet 1927, date à laquelle ces fonds sont finalement remis à la disposition des États, ou plus exactement du haut-commissariat, cette masse financière pouvait par conséquent s’élever à 94 millions de francs. Une première avance de 8 millions de francs avait néanmoins été consentie au haut-commissariat dès le mois de juillet 1926, et une seconde, d’un montant inconnu, en février 1927. On suppose donc qu’en juillet 1927, Ponsot pouvait compter sur une somme de 75 à 85 millions de francs. En juillet 1930 en tout cas, il dispose toujours de 30 millions de francs provenant de cette dotation exceptionnelle, qu’il destine à des travaux d’irrigation, à la construction de routes et au développement du réseau téléphonique. J’ignore par contre quels arguments furent avancés par le gouvernement français pour convaincre les représentants des porteurs. Notons que cette décision intervient alors même qu’Auguste Adib Pacha, président du Conseil de la République libanaise et ministre des Finances, est présent à Paris pour négocier avec les représentants des porteurs la question de la monnaie dans laquelle les annuités de la DPO seront payées. Sources : Contrat entre les États du Levant sous mandat français et les représentants des porteurs de la Dette Publique Ottomane, Paris, 19. I.1929, 60 pages ; Jacques Thobie, Phares ottomans et emprunts turcs (1904-1961), Paris, 1972, p. 45-55, 89-91 ; H. Saliby-Yehia, thèse citée, p. 725, 770 ; CADN, fds BM, 427, Procès-verbal de la réunion du 29. VII.1930 relative à la question des dépenses de l’armée du Levant ; L’Asie française, n° 246, janvier 1927, p. 27-28 et n° 269, avril 1929, p. 137.

128 Voir tableaux annexes.

129 CADN, fds BM, 3e versement, 305, Lettre d’accompagnement du rapport Bois déjà cité.

130 CADN, fds BM, 3e versement, 305, Guerre à Finances, 30. VII.1929.

131 Archives Économiques et Financières, B32 934, Ponsot à AE, 7. III.1928.

132 Ibid.

133 H. Saliby-Yehia, thèse citée, p. 698-716.

134 Archives Économiques et Financières, B32 934, Ponsot à AE, 7. III. 1928.

135 Pour ce qui suit, CADN, fds BM, 432, Procès-verbal de la 4e séance de la 2e réunion des délégués, 2. V. 1929.

136 Les P. V de la commission Naulin sont conservés dans CADN, fds BM, 893.

137 Le général Gamelin quitte le Levant en août 1928. Son successeur arrive en janvier 1929.

138 Le projet comprend 4 titres et 47 articles : le titre I pose les principes du commandement et l’organisation des armes et services ; le titre II règle le statut des militaires non officiers (engagés volontaires, sous-officiers de carrière, avancement) ; le titre III règle le statut des officiers (recrutement et avancement, positions et soldes) ; le titre IV détermine les conditions dans lesquelles sont organisées les pensions de retraite.

139 CADN, fds BM, 432, Note sur le statut des troupes auxiliaires, 25. IV.1929.

140 W. Serman, op. cil., p. 11-14. La monarchie de Juillet a doté le corps des officiers d’un véritable statut en promulguant successivement la loi du 11. IV. 1831 sur les pensions militaires, la loi du 14. IV. 1832 sur l’avancement dans l’armée et la loi fondamentale du 19. V.1834 sur l’état des officiers.

141 CADN, fds BM, 432, Ponsot à Gamelin, 7. III.1928.

142 CADN, fds BM, 432, P. V. de la 4e séance de la 2e réunion des délégués, 2. V.1929.

143 CADN, fds BM, 437.

144 Ministère français des AE, Rapport à la SDN sur la situation de la Syrie et du Liban, 1930, Paris, 1931, p. 45-47.

145 CADN, fds BM, 437, Décision du 30. XI.1929.

146 Centre 1 : direction, délégations et sous-délégations (Beyrouth, Damas, Alep) ; centre 2 : chefs-lieux des principaux sandjaks (Alexandrette, Hama, Homs, Lattaquié, Tripoli) ; caza : postes des cazas plus Darca et Tartus ; confins : Territoires de l’Euphrate et Jazira, Contrôle Bédouin.

147 « [Comme] un fonctionnaire remis à la disposition de son administration, parce qu’il ne se conduit pas bien ou n’arrive pas à l’heure à son bureau », se lamente Verchère de Reffye à l’automne 1927. AD Corrèze, 5J 70, Verchère de Reffye à Jouvenel, 16. X.1927.

148 Comme Ponsot, Gaston Maugras avait derrière lui une bonne expérience de l’Extrême-Orient (Tokyo, Bangkok et Pékin), avant d’être nommé Consul général à Jérusalem entre janvier 1924 et décembre 1925. Comme Ponsot également, il sera ambassadeur en Turquie, en 1945-1948. Quant à Tétreau, il arrivait du Consulat général de Barcelone. PRO, FO 371, 12 303, fol. E5450/44/89, Consul Satow à FO, 28. XI. 1927 ; J.-L. Bacqué-Grammont et alii, op. cit., p. 89-90. Tous deux arrivent au Levant à l’été 1927.

149 AD Corrèze, 5J 1-18, Souchier à Jouvenel, Lettre manuscrite, s.d. (eu été 1926) : « ... comme Mortier que vous aviez sauvé quand il avait déclaré que l’opération du Maydan était sévèrement jugée à Damas ».

150 P. FOURNIÉ, thèse citée, p. 142 ; CADN, fds BM, 366.

151 CADN, fds BM, 438, Ponsot à Délégué Damas, 27. I.1930.

152 CADN, fds BM, 437, Décision du 31 . XII. 1930.

153 CADN, fds BM, 438, Hoppenot à Délégué Damas, 28. II.1930.

154 CADN, fds BM, 437, Note de service du 24. XI.1928. Les comptes rendus de quatre tournées du lieutenant-colonel Mortier sont conservés dans ce même carton.

155 CADN, fds BM, 840, Note de service du 15. XI.1929.

156 Papiers Deleuze, Note de service relative à la présentation du bulletin hebdomadaire, 27. I.1931.

157 CADN, fds BM, 438, Capitaine Olive, 1. I.1930.

158 Parmi d’innombrables exemples, CADN, fds BM, 437, Note du 31. VIII. 1929.

159 Louis MASSIGNON, « La structure du travail à Damas en 1927 », repris in ID., Opéra minora, op. cit., p. 422-443.

160 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 415, fol. 149, Rapport de Louis Massignon, décembre 1928. Depuis Beyrouth, Massignon écrivait : « Je voudrais qu’on amène les officiers du SR à l’enquête ethnologique et sociologique objective, seule base solide de notre action présente et future, comme cela s’est fait au Maroc, et avant en Algérie et en Tunisie », Massignon à Jean Marx, 18. XI.1928, cité par R. Avez, op. cit., p. 144.

161 François Pouillon et Daniel Rivet dir., La sociologie musulmane de Robert Montagne, Paris, 2000, p. 11.

162 L’ouvrage de référence est ici celui de Renaud Avez.

163 CADN, fds BM, 438, Délégué Damas à Chef SR sandjak de Damas, 7. VII. 1930.

164 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée, 25. VIII.1929. Gaston Chevilliard était en effet arrivé au Levant dès 1919, et avait connu les services administratifs de Cilicie. SHAT, 8Ye, dossier n° 21 450, ess de Gaston Chevilliard.

165 Cf. supra, p. 250.

166 Cf. le témoignage de P. RONDOT, « Syrie 1929... », art. cit., p. 95-104.

Table des illustrations

Titre CADN, fds Beyrouth mandat, 840, état nominatif du SR au 5 août 1926 ; Papiers Delcuze, état nominatif au 5 janvier 1928.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Groupe de supplétifs tcherkesses dans les années 1920
Crédits Service historique de l’Armée de l’air, cliché B94 3266.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre À la manière du colonel Catroux (‘ala tarîqat al-kûlûnîl kâtrû)
Légende « Un dessin du Dabbûr (le Frelon) : Le Dabbûr publie un dessin représentant le député Arslan sur un fauteuil de dentiste, disant à M. Dammus qui lui arrache une dent : “Nous vous avons mandaté pour que vous nous arrachiez les dents et non pour nous casser la gueule”. M. Dammus lui répond : “Qui vous a dit de me mandater ? Ne savez-vous pas que le mandat casse les gueules ?”. Le dessin porte le titre : “À la manière du colonel Catroux”. »
Crédits CADN, fds Mandat, série Renseignements et presse, article 1692. Revue de la presse libanaise du 10 décembre 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Composition communautaire des escadrons légers du Levant (1930)120
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Distribution spatiale des postes SR au 1er janvier 1933
Crédits Papiers Deleuze, état nominatif du SR au 1er janvier 1933.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search