Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Quatrième partie. Insécurité sur la frontière sud et mutation du pouvoir mandataire

Chapitre X. Effervescence frontalière et resserrement de la tutelle mandataire

Texte intégral

1Globalement, le règlement mandataire de l’après-Première Guerre mondiale achève un processus engagé sept décennies auparavant, d’intégration de la région frontière dans l’orbite damascène. À y regarder de plus près, cette intégration souffre cependant de nombre d’exemptions, larges plages d’autonomie au Djebel Druze, ou plus radicalement encore dans le caza cAjlun, sous la forme d’un changement d’allégeance étatique qui voit la région d’Irbid rattachée au nouvel Émirat transjordanien. Cette recomposition du paysage étatique régional ne saurait bien sûr effacer d’un seul coup les multiples continuités de la formation sociale pionnière née au siècle précédent. Entre les sutures encore grossières de cette opération politique imposée de l’extérieur, viennent se réfugier les germes d’un combat nationaliste qui, en même temps qu’il s’enracine et prolifère, se trouve confronté à ses propres contradictions.

La dissection à vif de la région frontière

Soumission de la plaine du Hawran

  • 1 Birgit Schäbler, « Corning to Ternis with Failed Révolutions : Historiography in Syria, Germany and (...)
  • 2 Alain CORBIN, Le village des cannibales, Paris, 1990, où l’auteur analyse le massacre d’un jeune no (...)

2Les troubles sérieux qui affectent la plaine du Hawran au lendemain de l’entrée des troupes françaises à Damas trouvent leur point nodal dans l’assassinat en gare de Khirbat Ghazala, le 20 août 1920, en plein milieu de la journée, de deux grands notables damascènes, cAbd al-Rahman al-Yusuf et cAla al-Din al-Durubi. Ces deux personnalités, alors ministres dans le gouvernement mis en place par Haqqi al-cAzm avec la bénédiction des autorités mandataires, avaient été dépêchées surplace pour rallier les principaux cheikhs de la région, et tenter de calmer les esprits surexcités par l’intervention militaire française. Peut-on extraire cet événement de la gangue téléologique dans laquelle l’ont enfermé, aussi bien l’analyse mandataire du moment, qui n’y voyait que le geste convulsif d’une foule fanatisée, que l’historiographie arabe à venir, qui l’encensera comme épisode à part entière de la vaste fresque nationaliste1 ? En s’inspirant des travaux d’Alain Corbin, on tentera de restituer ici la polysémie de cet assassinat, en remontant les chaînes psychologiques qui ont conduit à sa perpétration2.

  • 3 CADN, fds BM, 546, L’insurrection du Hawran en 1920, Note du commandant Terrier, s.d.
  • 4 SHAT, 4H 113, Rapport au sujet de l’attentat de Khirbat Ghazala, 27. VIII.1920.
  • 5 Alain CORBIN, « L’histoire de la violence dans les campagnes françaises au XIXe siècle. Esquisse d’ (...)

3Cette généalogie doit commencer par explorer le temps court. Au lendemain de l’occupation de Damas, la température collective a brusquement monté, et les rumeurs les plus folles courent à travers la plaine, propagées à l’envi par la diaspora nationaliste qui fuit vers le sud : « Les Français violent les femmes, s’attaquent à la religion et détruisent les mosquées »3. Lorsque le train des ministres pénètre en gare de Khirbat Ghazala, « c’était jour de marché, et l’affluence était grande ». Des pierres sont jetées sur le train et des coups de feu commencent à partir. cAla al-Din al-Durubi, un touriste italien, un prêtre, un commerçant d’Alep et deux tirailleurs sénégalais sont tués dans leur compartiment. « cAbd al-Rahman, qui a pu se réfugier chez le chef de gare, est découvert. D’abord frappé d’un coup de crosse à la tête, il est tué d’une balle dans le ventre à bout portant. Son corps sert de cible à toute la bande et est profané par les femmes et les enfants »4. À la différence du supplice, soigneusement codé par tout un rituel à vertu pédagogique, le sens naît ici de la soudaineté de la décharge émotionnelle et de la confusion même qui l’entoure. En se déchaînant de la sorte sur le corps sans vie du ministre damascène, la foule prend pour cible un bouc émissaire autour duquel, « par l’échange des rumeurs », s’est opérée « l’unification symbolique des menaces »5. Abréaction d’autant plus violente en effet, qu’elle répond à un complexe d’angoisses collectives qui va bien au-delà de l’instant présent, et s’inscrit également dans les temps historiques clairement ressentis de la soumission économique croissante aux intérêts damascènes.

  • 6 M. Fischbach, thèse citée, p. 194-196 ; Z. Ghazzal, op. cit., p. 91-92.

4L’identité même de la victime le souligne. Kurde originaire du quartier al-Salhiyya de Damas, cAbd al-Rahman al-Yusuf se rattache en effet à deux des plus grandes familles de notables de la ville. Dès les années 1830, son grand-père paternel, Ahmad Agha al-Yusuf, était signalé comme particulièrement impliqué dans les affaires du Hawran. Au début des années 1860, il fut du reste nommé mutessarif de ce district, alors qu’il remplissait par ailleurs les fonctions d’amīr al-ḥajj, charge importante liée à l’organisation de la caravane du pèlerinage. Son grand-père maternel, Muhammad Sacid Shamdin Pacha, exerça également de nombreuses responsabilités administratives, et succéda en particulier à Ahmad Agha al-Yusuf comme mutessarif du Hawran en 1864. Le mariage entre les enfants de ces deux grands notables damascènes marqua l’avènement d’une formidable puissance familiale, qui culmina précisément avec cAbd al-Rahman al-Yusuf, dont l’imposant domaine foncier comprenait entre autres de nombreux villages autour de Damas et approximativement un quart du Golan, notamment à al-Btayha, sur la rive syrienne du lac de Tibériade6.

  • 7 L. Schatkowski-Schilcher, « The Hauran conflicts... », art. cit., p. 162-163.

5Dès 1862, Ahmad Agha al-Yusuf, plus heureux ici que son petit-fils, avait été la victime d’une « émotion » paysanne dont les circonstances rappellent étrangement les événements de Khirbat Ghazala. Arrivé à Busra Eski Sham pour tenter de calmer les esprits après une tentative malheureuse des autorités ottomanes en vue d’imposer une amorce de conscription, il échappa de justesse à la mort lors de l’attaque de son campement par une foule de paysans en armes7. A la lumière de ce passé encore proche, les événements de l’été 1920 peuvent ainsi être interprétés comme le prolongement des troubles agraires qui avaient culminé à la fin du XIXe siècle, en réaction à l’emprise croissante des intérêts damascènes. Après l’assassinat des deux ministres, la foule se déchaîne alors sur tout ce qui incarne le rattachement de la plaine à Damas :

  • 8 CADN, fds BM, 546, L’insurrection du Hawran en 1920, note citée.

« Le désordre est à son comble ; les voyageurs sont dévalisés, le train et la gare sont pillés, ainsi que les boutiques avoisinantes, le télégraphe est coupé et les poteaux enlevés. Le train cependant repart, chargé d’insurgés, et arrive à Darca où les scènes de désordre et de pillage se renouvellent. En un clin d’œil la gare et ses bâtiments annexes sont saccagés, les portes et fenêtres enlevées, les magasins appartenant en grande partie à des Damascènes sont entièrement vidés, le Sérail est incendié »8.

  • 9 A. CORBIN, art. cit.

6Cette profondeur historique affleure à la surface de l’événement, et l’informe en profondeur. Il est pour cela des circonstances bien particulières. Le rassemblement tumultueux de Khirbat Ghazala, comme celui de Hautefaye un demi-siècle plus tôt, est en effet drainé par un jour de marché, lorsque l’affaiblissement de l’interconnaissance érode la micro-histoire locale, sans pour autant diluer un fort sentiment d’identité sociale et culturelle. Cet affranchissement du sentiment d’appartenance, ou, comme disent les politologues, du référent identitaire de base, suggère le passage à l’acte, « afin que la solidarité fût éprouvée ou que, tout au moins, les membres de ce rassemblement momentané pussent se prouver leur capacité d’agir, alors qu’ils se croyaient sans prise sur la situation »9. Ce faisant, les émeutiers dévoilent un continent jusqu’à eux-mêmes insoupçonné : « “Voici les traîtres à la Patrie ! Mort aux traîtres ! Voici les Français !” » crie-t-on à l’arrivée du train en gare de Khirbat Ghazala, comme les paysans de Hautefaye se vantaient un demi-siècle plus tôt d’avoir « rôti un Prussien ».

  • 10 Le cas de la famille Rifaci est intéressant : « Cette famille compte un petit nombre de membres [ma (...)
  • 11 Les opérations militaires sont détaillées dans Du Hays, op. cit., t. 2, p. 183-191.
  • 12 La délégation qui négocie la soumission comprend les trois principaux notables de la région, Ismaci (...)

7La nouvelle de l’assassinat des deux ministres se répand comme une traînée de poudre. Piégés par la surenchère nationaliste et la participation active de quelques familles du sud de la Nuqra, les Mahamid de Darca et les Rifaci de Umm Walad notamment10, les grands cheikhs du Hawran basculent à leur tour dans la révolte. Une première colonne de répression est organisée à la hâte dès le lendemain de l’attentat, mais se retrouve immobilisée plus au nord, en gare de Mismiyya. Quelques jours plus tard, un groupement plus important, placé sous les ordres du lieutenant-colonel Paulet, réussit à pousser jusqu’à hauteur de Mahaja. À partir du 31 août 1920, et pendant trois semaines, l’armée française se contente de quelques interventions ponctuelles et des bombardements de l’aviation11 L’offensive du 21 septembre, qui amène l’occupation sans coup férir de Shaykh Miskin, n’est qu’une formalité, pour sauver la face des grands cheikhs qui avaient offert leur soumission dès le 15 courant12.

  • 13 Ultérieurement ramenée à 74 000 livres turques or par remise de la troisième tranche de paiement en (...)
  • 14 CADN, fds BM, 546, L’insurrection du Hawran en 1920, note citée.

8Le 25 septembre 1920, les conditions de soumission sont officiellement notifiées à l’ensemble des cheikhs du Hawran réunis pour l’occasion à Shaykh Miskin. Outre le paiement d’une lourde amende de 34 000 napoléons or (līra aransiyya), la population du Hawran devait verser aux victimes une indemnisation estimée à 100 000 livres turques or (paiement de la diya, le « prix du sang », aux familles des victimes, remboursement des pertes subies par les commerçants et les administrations de l’État, etc.)13. Le « traité de Shaykh Miskin », ainsi qu’il est parfois appelé dans les documents, achève d’installer la plaine du Hawran dans la dépendance économique de Damas : « Le Hawran s’est trouvé considérablement appauvri par cette énorme indemnité de guerre. Ses habitants doivent encore chaque année s’adresser aux capitalistes damascènes pour faire face aux échéances. Or, le taux est usuraire, et le paysan, en fin d’année, se voit à la tête de nouvelles dettes envers les commerçants du Maydan »14. Ce faisant, il porte également en lui la perpétuation du mécontentement populaire, et ménage ainsi de nouvelles possibilités d’intervention pour un état-major nationaliste réfugié à quelques encablures seulement.

La création de la Transjordanie15

  • 15 Références de base, Mary C. Wilson, King Abdullah, Britain and the Making of Jordan, Cambridge, 199 (...)
  • 16 Cité par Abu Nowar, op. cit., p. 33.

9Inquiet d’une éventuelle avancée française au sud de la ligne Sykes-Picot dans l’élan de l’occupation de la zone Est, le Foreign Office entend bien combler, à l’est du Jourdain, le vide politique laissé par la disparition coup sur coup de la séculaire administration ottomane et de l’éphémère tutelle chérifienne. En lieu et place d’une intervention militaire qu’ils n’ont guère les moyens de mettre en œuvre, les responsables britanniques misent plutôt sur l’envoi d’une poignée de political officers, chargés d’encourager l’organisation de quelques petites administrations locales susceptibles de se tourner vers la Grande-Bretagne. À Sait et Amman, le major Camp et le capitaine Brunton cherchent ainsi à s’appuyer sur le mutessarif Mazhar Raslan. Mais l’agitation politique entretenue par les réfugiés syriens limite sérieusement leurs possibilités d’action. Rejetant l’autorité des notables locaux et celle des officiers britanniques, les nationalistes arabes en appellent au chérif Husayn et à la poursuite de la lutte contre les Français. Dès le début du mois de septembre, Brunton se plaint ainsi de l’activisme de ces éléments incontrôlés : « Le prestige britannique ne pourra que souffrir de la propagande de ceux qui seraient promptement jetés en prison par tout gouvernement qui se respecte »16.

  • 17 CADN, fds BM, 2378, Copie de la réponse faite par le délégué anglais aux demandes des cheikhs du ca (...)
  • 18 SHAT, 4H 113, BR du 26. I.1921.
  • 19 M. Fischbach, thèse citée, p. 222-227.

10Plus au nord, dans le caza cAjlun, la situation est bien différente. Le major Somerset, dépêché sur place en pleine révolte du Hawran, n’est pas en mesure de prendre ouvertement parti contre les réfugiés syriens, et doit même leur donner des gages au grand dam des responsables français. Il s’appuie d’abord sur un notable d’Irbid, cAli Khulqi al-Sharayri, pourtant impliqué dans des affaires de bandes dans le Hula et la région de Marjcayun. Lors d’une réunion qu’il organise ensuite à Umm Qays, sur la rive gauche du Yarmuk, il laisse clairement entendre qu’un gouvernement arabe indépendant va être prochainement créé en trans-Jordanie, et qu’un rattachement du Hawran et du Golan n’est pas à exclure, même si « cette demande est actuellement impossible à réaliser »17. Cette stratégie n’est guère plus payante. Le pouvoir dans le caza cAjlun reste en effet pulvérisé en une poussière de micro-autorités jalouses les unes des autres, et refusant en tout état de cause la tutelle administrative que l’officier britannique tente d’imposer depuis Irbid : « Une réunion des chefsducAjlunaeu lieuà Jarash le 20 janvier 1921. [Elle] avait pour but de rallier les principaux chefs à l’autorité d’un mutessarif commun aux divers nahiés du cAjlun. Ce but n’a pas été atteint, les différents nahiés désirant rester indépendants »18. Au moins trois pouvoirs concurrents continuent de résister, et pour de longs mois encore, à l’autorité de l’administration d’Irbid. Au sud-ouest, dans le nahié d’al-Kura, les Shurayda organisent leur propre « gouvernement de Dayr Yusuf », sous la conduite de Kulayb al-Shurayda. Dans le Djebel cAjlun proprement dit, au sud du caza, la famille traditionnellement rivale des Furayhat décide également d’organiser sa propre administration. Enfin, à l’est d’Irbid, le nahié d’al-Ramtha récemment détaché du Hawran, constituait son propre « gouvernement » sous l’autorité de Nasir al-Fawwaz al-Barakat al-Zucbi19.

  • 20 M. Wilson, op. cit., p. 44-48 ; CADN, fds BM, 1031, Officier délégué au Caire, Estimation des force (...)

11L’arrivée en trans-Jordanie de l’émir cAbdallah introduit une nouvelle donne. On sait que l’émir quitte La Mecque dès la fin du mois de septembre 1920, et rejoint l’oasis de Macan avec une force armée estimée à quelques centaines de réguliers, vétérans de la révolte arabe ou anciens soldats turcs de la garnison de Médine, auxquels se sont joints un certain nombre d’irréguliers des tribus. Il disposerait en outre d’une demi-douzaine de canons et autant de mitrailleuses20. Bien qu’elle attise dans l’immédiat l’effervescence locale, l’irruption de l’émir cAbdallah sur la scène transjordanienne offre en même temps une solution au dilemme britannique suivant : où trouver un relais politique qui soit à la fois accepté par la diaspora nationaliste syrienne, et en mesure de s’imposer à la multitude des cheikhs locaux ?

  • 21 Les ikhwān, litt. « frères » et par extension « fraternité », renouveau du wahhabisme traditionnel, (...)
  • 22 En mai 1921, les émeutes de Jaffa s’étendent à plusieurs autres villes et colonies agricoles en réa (...)

12Mais la solution politique qui s’esquisse alors pour la trans-Jordanie, s’inscrit également dans le cadre d’un schéma géopolitique global, imaginé par les stratèges du Colonial Office pour stabiliser l’édifice impérial britannique au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les confins steppiques qui s’étendent au-delà du Jourdain constituent en effet un maillon faible sur la voie des communications terrestres avec l’Irak, et au-delà avec l’Inde. En créant l’Émirat de Transjordanie, les Britanniques comblent un vide politique situé à la confluence de dynamiques potentiellement dangereuses pour la continuité et la sécurité des relations impériales. Au nord, il y avait bien en effet un risque de voir l’armée française intervenir sur la rive gauche du Yarmuk, où étaient venus se réfugier nombre de nationalistes et de combattants impliqués dans le soulèvement du Hawran. Au sud, il s’agissait de bloquer la poussée wahhabite, déjà sensible sur les confins irakiens (c’est en novembre 1921 que les ikhwān d’Ibn Sacud occupent définitivement le Djebel Shammar), tandis que l’occupation de l’oasis de Jawf, commandant l’entrée du Wadi Sirhan, annonçait les raids des années suivantes sur la région de cAmman21. Il s’agissait enfin de circonscrire l’aire d’application de la déclaration Balfour en créant un territoire exclu des promesses relatives à l’établissement d’un homeland juif, de façon à limiter géographiquement les graves difficultés qui d’ores et déjà, ne manquaient pas d’assombrir l’horizon palestinien22.

  • 23 Au lendemain de la révolte irakienne de juin-octobre 1920, il s’agit de mettre en place une monarch (...)
  • 24 SH AT, Papiers Pierre Lyautey, 31, « Au rendez-vous des brigands ou la Transjordanie indésirable », (...)

13Ce tour de force, qui consiste à transformer en point d’appui un chaînon manquant, est, comme on sait, réalisé lors de la conférence qui s’ouvre au Caire le 12 mars 1921, et qui se prolonge à Jérusalem dans les derniers jours de ce même mois. Alors qu’on décide d’installer Faysal sur le trône d’Irak23, cAbdallah se voit promu émir de Transjordanie, avec le soutien de la RAF et un important subside. Il s’engage en contrepartie à assurer la sécurité dans la région, et surtout à prévenir toute attaque contre la Palestine britannique ou la Syrie française. En avril 1921, la composition du premier gouvernement transjordanien, à forte coloration nationaliste, provoque néanmoins un certain émoi parmi les autorités françaises. Il est en effet dirigé par Rashid Talica, Druze originaire du Chouf, qui avait exercé les fonctions de gouverneur de la province d’Alep à l’époque de l’administration chérifienne. On y retrouve également cAli Khulqi, en charge des questions de sécurité, et Ahmad Muraywid, adjoint aux Affaires tribales. Aux protestations françaises que ne manque pas de susciter la nomination de ce qui ressemble fort à un gouvernement syrien en exil, Sir Herbert Samuel répond en substance, et non sans raison : « Il est préférable de maintenir ces hommes dans leur situation actuelle car ils peuvent être ainsi surveillés par nous »24. L’avenir démontrera la justesse du raisonnement.

  • 25 S. Ghaderi-Mameli, thèse citée, p. 489-541.

14Restait à fixer les limites de cette nouvelle carte politique du Moyen-Orient sous mandat britannique, du moins avec les États sous tutelle française. La convention franco-britannique du 23 décembre 1920 constitue à cet égard le texte de référence25. Aux termes de cet accord, la frontière devait d’abord suivre le Tigre, depuis Jazirat Ibn cUmar jusqu’à la limite des anciens vilayets de Diyarbakir et de Mossoul, et de là jusqu’à une localité appelée Rumaylan Köy. Elle se dirigeait ensuite en ligne droite vers l’Euphrate qu’elle franchissait à Abu Kamal, avant de rejoindre la localité d’Imtan dans le sud du Djebel Druze. Entre ce dernier point et le chemin de fer du Hedjaz, qu’elle rejoignait à Nasib à 13 km au sud-est de Darca, la frontière traversait le Djebel Druze en laissant en zone britannique tout le piémont méridional du massif. Elle suivait ensuite la voie ferrée et la vallée du Yarmuk. Plus à l’ouest enfin, la convention introduisait un certain nombre de retouches par rapport aux accords Sykes-Picot, au profit de la Palestine britannique et de la colonisation sioniste (région de Safed et du Hula).

15L’article 2 de la convention prévoyait en outre la constitution d’une commission chargée de fixer sur le terrain la ligne frontière grossièrement décrite à l’article précédent. Cette commission se réunit au début de mars 1921, et était composée du lieutenant-colonel Paulet du côté français, et du lieutenant-colonel Newcombe du côté britannique. Elle délimita sans difficulté particulière la ligne frontière entre la Méditerranée et la station d’al-Himma au débouché de la vallée du Yarmuk. À l’autre extrémité de la frontière, le règlement définitif était gelé par un premier point de contentieux, portant sur l’identification de la localité-repère de Rumaylan Köy. La carte anglaise situait le village beaucoup plus au nord que la localisation retenue par les responsables français. Conjuguée aux revendications turques concernant la fameuse vieille route de Nisibin à Jazirat Ibn cUmar, la thèse britannique tendait à réduire l’extrémité orientale de la Jazira syrienne à un étroit couloir indéfendable.

16Entre les deux extrémités, le tracé plus ou moins rectiligne dessiné à grands traits dans les régions steppiques était brouillé par deux zones de relief, le Djebel Sindjar sur le versant irakien de la frontière, et le sud du Djebel Druze sur le versant transjordanien. Dans ces régions, la frontière de fait s’écartait sensiblement de la frontière théorique définie par les actes diplomatiques, donnant naissance à deux zones de « contesté » qui finiront par s’équilibrer lors du règlement final de la question au début des années 1930. Pour l’heure, ainsi que le montre la carte du cahier annexe (p. 428-429), la frontière ainsi définie posait de redoutables problèmes quant aux limites de l’État du Djebel Druze, privé non seulement de son piémont méridional, mais aussi des vastes terrains de parcours qui le prolongeaient plus au sud.

Quelles frontières pour l’État du Djebel Druze ?

  • 26 SHAT, 4H 113, BR du 15. XI. 1920.

17La nouvelle donne introduite par l’occupation de Damas ne tarde pas à produire ses effets sur la scène politique du Djebel Druze. Si à l’été 1920, il est encore urgent d’attendre, d’où l’abstention druze au cours de la révolte du Hawran, à l’automne, il est en revanche grand temps de faire valoir ses droits et d’avancer ses pions. Dès le début du mois d’octobre, les BR signalent les premiers signes d’une effervescence qu’ils interprètent comme le contrecoup de la révolte avortée de la plaine. Les accrochages se multiplient entre Druzes et Hawranais le long du traditionnel rift qui en gros traverse le Laja’ du nord au sud, et se prolonge par la ligne des villages chrétiens de la Nuqra. Un pas supplémentaire est franchi au début du mois de novembre, lorsqu’un Druze apparenté aux Atrash est tué par un Bédouin Slut dans le Laja’. Plusieurs milliers de guerriers druzes venus de tout le Djebel investissent alors la région des laves et en chassent les Slut. Ceux-ci reçoivent le soutien des cheikhs de la plaine et de véritables batailles rangées ont lieu pour le contrôle du Laja’ occidental, provoquant la mort d’une cinquantaine de personnes au cours de la deuxième semaine de novembre. Lors de ces affrontements, les belligérants prennent bien soin de ne rien tenter qui puisse être interprété comme un acte de résistance au pouvoir mandataire. C’est ainsi que pendant toute la durée du conflit, « la voie ferrée a été respectée et le trafic normal n’a pas été interrompu une seule fois sur la ligne »26.

  • 27 SHAT, 4H 113, BR du 8. XII.1920.
  • 28 PRO, FO 371,6 453, fol. E3510/117/89, Druze mémorandum, Consul Palmer à FO, 2. III. 1921.

18C’est qu’à travers cette reprise soudaine de l’expansionnisme druze, les cheikhs de la montagne préparent en fait les futures négociations relatives à la création d’un État du Djebel Druze sous mandat français. Entre le 27 et le 29 novembre 1920, une grande assemblée druze se réunit ainsi à Qanawat, au cours de laquelle « les principaux chefs des familles druzes s’accordent pour réclamer une large autonomie du Djebel sous la protection française, avec des agrandissements territoriaux assez sérieux, portant en particulier sur la région du Laja’ »27. Les bulletins des jours suivants confirment les faits : l’expansion territoriale et une large autonomie interne constituent le fond même du projet de constitution que les Druzes sont en train d’élaborer. C’est effectivement ce qui ressort de la lecture du texte adopté le 20 décembre suivant, à l’issue d’une nouvelle assemblée des cheikhs réunis cette fois-ci à Suwayda28. On se limitera ici à l’analyse de l’article 2 du document, relatif aux frontières, dans la mesure où les autres dispositions seront reprises presque mot pour mot dans la convention franco-druze du 4 mars 1921. L’idée-force est la suivante : l’État du Djebel Druze, tel qu’il est revendiqué dans ce texte, correspond à la totalité du système politique et économique défini au précédent chapitre, et englobe à ce titre l’ensemble de la couronne périphérique où se perpétuait encore la dynamique pionnière de la société druze. De fait, il s’étend non seulement sur le Laja’, mais également sur le Safa et la Ruhbé à l’est, et sur les grands pâturages du Ard Jabbané jusqu’à al-Azraq au sud.

19Comme dans le Laja’, la poussée druze en direction du sud n’est pas un lointain souvenir. Elle correspond au contraire à un front de colonisation encore actif, ou en tous les cas en phase de redémarrage :

  • 29 CADN, fds BM, 655, Étude sur la frontière sud, s.d. (ca 1920-1921).

« Les terrains actuellement en culture ou labourés s’étendent au sud à une assez grande distance des derniers villages druzes (cAnat, Khirbat cAwwad, al-Mughayyir, Umm al-Quttayn). Ces terrains relativement peu pierreux sont principalement cultivés en lentilles, vesces, pois chiches, et portent aussi quelques maigres champs d’orge. Il semble que les Druzes cherchent à étendre encore vers le sud leur zone de culture en créant de nouveaux villages, habités temporairement pendant la saison des pluies. C’est ainsi qu’à Umm al-Jimal, propriété de Jadallah Bey al-Atrash (Salkhad), les Druzes auraient déjà construit un certain nombre de 29
maisons »29.

  • 30 SHAT, 4H 165, Compte rendu de reconnaissance du Safa et du Harra, Capitaine Rémond, 1. V.1922.

20Quant aux terrains de parcours encore plus méridionaux, rappelons pour mémoire les liens politiques et économiques qui rattachaient les tribus moutonnières (Ahl al-Jabal) aux Druzes du grand sud, c’est-à-dire principalement aux Atrash. En 1922 encore, un officier du SR partait de ce constat pour échafauder un projet aussi remarquable qu’irréalisable. Au terme d’un séjour dans le Safa et le Harra, le capitaine Rémond préconisait ainsi de confier l’administration des tribus du Djebel au gouvernement druze lui-même. Il fallait, disait-il, « créer à Suwayda une direction des Affaires arabes relevant directement du gouvernement local. Pour ce poste, un membre de la famille Atrash semble s’imposer à notre choix, car seuls parmi les Druzes, les Turshan étendent leur autorité à la fois sur les tribus du sud et sur celles du nord ». Cette politique devait en outre avoir sa traduction territoriale. Il fallait ainsi « englober dans les limites de l’État druze toute l’étendue des terrains de parcours ». De plus, ajoutait-il, « en agissant ainsi, nous donnerions aux Druzes une satisfaction d’amour-propre et une compensation à leurs désillusions au sujet du Laja’ »30.

  • 31 SHAT, 4H 113, BR du 11. XII.1920.

21Les revendications territoriales druzes venaient en effet heurter un certain nombre de contraintes politiques. Concernant les prolongements méridionaux du Djebel Druze, il s’agissait naturellement des accords conclus avec les Britanniques quant aux limites des zones respectives de mandat. Dans l’attente d’un nécessaire ajustement, une situation de fait s’était instaurée, on l’a vu, au sud du Djebel Druze, qu’autorisait l’existence d’une situation analogue, mais inversée, sur le versant irakien de la frontière. S’agissant du Laja’, les prétentions druzes venaient heurter le bel édifice politique que Catroux avait réussi à imposer en s’appuyant sur la grande notabilité damascène : « L’expansion druze dans le Laja’ se heurte d’ailleurs à quelques oppositions du gouvernement de Damas à qui la nation druze n’est pas sympathique et qui admet difficilement que de nouvelles réductions puissent être apportées au territoire de l’État de Damas », après celles déjà opérées au bénéfice du Grand-Liban, et qui concernaient en particulier la riche plaine de la Bekaa31.

22C’est sans doute cette argumentation que Catroux oppose à Salim al-Atrash, venu le trouver à Damas pour lui présenter le projet de constitution druze. En lieu et place du texte adopté à Suwayda, Salim al-Atrash et les quelques cheikhs qui l’accompagnent acceptent finalement une nouvelle convention où toutes les dispositions territoriales ont été éludées. C’est cette seconde mouture qui est finalement adoptée par une quinzaine de cheikhs, et contresignée par Robert de Caix le 4 mars 1921. De cette seconde phase de la négociation, menée plus ou moins en catimini, la plupart des maisons du grand sud avaient été écartées, celles-là mêmes dont la puissance reposait en grande partie sur le contrôle qu’elles étaient en mesure d’exercer sur les zones de piémont et les terrains de parcours.

  • 32 L. Bokova, op. cit., p. 95-105.

23Rappelons brièvement le contenu du traité franco-druze de mars 192132. Ce texte fixe d’abord le principe de l’entente : acceptation du mandat mais large autonomie interne (art. 1). L’autonomie d’abord, se manifeste par l’exemption du service militaire et du désarmement (art. 7), la garantie qu’aucun rattachement à la Syrie ne sera réalisé (art. 9) et qu’aucune ingérence dans les affaires religieuses ne sera tentée (art. 14). L’acceptation du mandat ensuite, réserve à la France l’exclusivité de l’aide économique, technique et militaire (art. 6), le monopole de la représentation diplomatique (art. 8), ainsi qu’un droit de contrôle sur la nomination du gouverneur et les questions budgétaires (art. 3 et 11). Cette convention définit ensuite le profil institutionnel du nouvel État. Le gouvernement local sera présidé par un gouverneur indigène (art. 3), assisté d’une commission administrative permanente (art. 4), ainsi que d’un majlis élu pour trois ans et se réunissant une fois l’an pour l’examen du budget et la discussion des projets d’administration générale (travaux publics, hygiène, instruction publique...).

  • 33 CADN, fds BM, 547, Arrêté n° 1343 du 10. III.1922. L’arrêté portant création officielle de l’État a (...)

24La grande différence avec le texte adopté à Suwayda porte sur un point aveugle, la question des frontières, renvoyée aux travaux d’une hypothétique commission (art. 1) : « Les limites de ce nouveau gouvernement seront déterminées par une commission et sanctionnées par la puissance mandataire ». Le flou d’appellation permet de désamorcer, pour le moment, l’opposition des maisons du grand sud. L’année suivante, la ventilation des postes, subventions et autres honneurs, paraît avoir suffisamment joué pour que le haut-commissariat s’autorise la publication de l’arrêté précisant les frontières syriennes du nouvel État, la définition de ses limites méridionales restant suspendue à un accord définitif franco-britannique33. Le texte officialise cependant le rattachement du Laja’ occidental et du Safa à l’État de Damas, provoquant un certain émoi dans la montagne. C’est dans ce contexte qu’interviendra ce qu’il est convenu d’appeler la première révolte de Sultan al-Atrash.

La « nouvelle frontière »

Fixation de la diaspora nationaliste

  • 34 CADN, fds BM, 1031, Document cAbdallah, 31. X. 1921.
  • 35 SHAT, 4H 109, Rapport du capitaine Gennardi, 12. VIII.1920.
  • 36 CADN, fds BM, 1002, Diverses listes de condamnés par les conseils de guerre. Les tribunaux militair (...)

25La Transjordanie, on le sait, devient l’un des principaux points de fixation de la diaspora nationaliste au lendemain de la chute du gouvernement chérifien de Damas : « Pour recruter des collaborateurs, l’émir cAbdallah trouve naturel de puiser dans le panier à salade que lui fournissent nos conseils de guerre et nos tribunaux »34. L’appréciation, pour le coup, n’est pas démentie par les faits. On connaît la répression politique qui s’abat sur l’état-major nationaliste, menée tambour battant par l’inspecteur Carette, chef de la Sûreté aux Armées de la 3e division du Levant. Le moment fort en est constitué par la séance du conseil de guerre de Damas du 9 août 1920, véritable « Maysalun judiciaire » qui liquide politiquement l’épisode du gouvernement de Faysal : trente-cinq condamnations à mort avec confiscation de tous leurs biens sont prononcées à l’encontre des ténors de l’administration chérifienne et des tenants de l’agitation populiste35. Mais ce n’est là que le point de départ d’un activisme judiciaire qui s’installe au cœur même du fonctionnement politique du mandat. La lecture des listes de condamnés, conservées en vrac dans les archives de Nantes, permet au moins de repérer les peines, le plus souvent capitales, prononcées entre 1920 et 1924 à l’encontre de contumax, dont on suppose qu’ils ont pour la plupart trouvé refuge en Transjordanie : le conseil de guerre de Beyrouth condamne ainsi in absentia une cinquantaine d’individus au cours de cette période, tandis que celui de Damas prononce environ cent cinquante condamnations du même type36.

  • 37 Philip S. KHOURY, « Factionalism among Syrian Nationalists during the French Mandate », Internation (...)
  • 38 cAdil Arslan par exemple, né en 1882 à Shuwayfat, au sud de Beyrouth, avait suivi des études supéri (...)
  • 39 PRO, FO 371, 10 101, fol. E541/541/65, Philby à Jérusalem, 13. XII.1923.

26En Transjordanie, la diaspora nationaliste se structure autour de cAdil Arslan et Nabih al-cAzma, tous deux à l’initiative d’une nouvelle branche du Ḥizb al-Istiqlāl al-cArabī37. Ayant très souvent servi dans l’administration ottomane et plus tard chérifienne, les exilés représentaient en effet un personnel qualifié pour aider au démarrage étatique du jeune Émirat transjordanien38. En décembre 1923, Philby, Chief British Représentative en poste à Amman depuis plus de deux ans, brosse le tableau suivant de la situation politique du moment : « Ces extrémistes, unis par une allégeance commune au Hizb al-Istiqlāl, ont toujours représenté un élément de danger et ont été en mesure d’accaparer toutes sortes de fonctions officielles, du poste de ministre à celui de petit employé. L’aspect le plus inquiétant de leur activité réside cependant dans le fait qu’ils ont investi en nombre les rangs les plus élevés de la Légion arabe. (...) Ils doivent être considérés comme étant anti-mandataires, anti-britanniques, anti-français et anti-sionistes. J’ai toujours considéré avec appréhension l’existence et les activités de ce parti, et n’ai jamais manqué une occasion d’inviter l’Émir et son Gouvernement à se tenir sur leur garde »39.

  • 40 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 2, Note de Catroux, 26. VI.1923.

27Avec l’attentat perpétré contre le général Gouraud, les réfugiés syriens avaient d’emblée manifesté leur résolution à poursuivre la lutte contre les Français depuis leur nouvelle base transjordanienne. Le 23 juin 1921, aux environs de Qunaytra, le haut-commissaire français, qui se rend auprès du cheikh Mahmud al-Facur récemment soumis, essuie les tirs d’une bande composée d’une quinzaine de cavaliers. Le propre frère de Ahmad Muraywid, ainsi que son cousin, sont directement impliqués dans cette affaire, qui de plus se déroule aux portes mêmes du village d’origine de la famille, Jubbata al-Khashab, à une dizaine de kilomètres au nord de Qunaytra. Au moment des faits, ces deux individus occupent des fonctions de gendarmes dans la région d’Irbid, et résident dans le village de Sahm al-Kafarat, sur la rive gauche du Yarmuk40. Incidemment, au cours de l’enquête, un certain nombre d’éléments suggèrent l’existence d’une sorte de société des marges, accrochée aux collines du caza cAjlun qui surplombent la vallée du Yarmuk, et constituée d’hommes en rupture de ban parmi lesquels les leaders nationalistes recruteront leurs principaux chefs de bandes. Ce phénomène sans nul doute important, mais historiquement peu visible avant 1924, il nous faut tenter d’en extraire quelques fragments.

La société des marges

  • 41 S. Mervin, op. cit., p. 42-49.
  • 42 Pierre BONASSIE, La Catalogne au tournant de l’an mil, Paris, 1990, p. 283-289, 304-305. Sur les cr (...)

28Prenons d’abord le cas du Djebel cAmil, cette région chiite du Liban sud où le régime de l’iqṭāc accouché d’une féroce seigneurie foncière et banale, qui n’est pas sans rappeler les grands caïdats du sud marocain, y compris dans son utilisation par le pouvoir colonial. Pour imposer leur pouvoir aux paysans et défendre leurs privilèges face à d’éventuels concurrents, les zucamā’ entretiennent des bandes armées, dont les meneurs sont bien souvent recrutés au sein de branches familiales dites « pauvres », c’est-à-dire issues d’alliances avec des familles de statut social moindre41. À l’instar des bandes de cabalers, ces agents du terrorisme seigneurial dans la Catalogne du milieu du XIe siècle, nos chefs de bandes sont ici bien plus proches du bandit sicilien à la Anton Blok, que du bandit social façon Hobsbawm42. Au début des années 1920, le Djebel cAmil est en tout cas dominé par la grande famille des Ascad, dont le chef Kamil al-Ascad, installé à Tibnin et al-Tayyiba, est décrit de la manière suivante par un officier français :

  • 43 CADN, fds BM, 2442, Notice sur les métoualis du Liban sud, 20. I.1924. « Métouali » est la forme fr (...)

« C’est lui qui a fait les élections au Conseil représentatif pour tout le Liban sud. En la circonstance, il est descendu personnellement à Sayda et a pris la peine de rédiger les bulletins de vote et de les faire remettre sous plis fermés aux électeurs qui ainsi ne savaient même pas pour qui ils votaient. (...) Dans son rôle actuel de grand notable du Djebel cAmil, Kamil al-Ascad semble vraiment maintenant nous servir, bien plus que nous gêner. En échange de sa fidélité au gouvernement actuel, il demande seulement qu’on le traite comme le chef le plus important du Djebel cAmil. C’est au fond son droit et notre intérêt »43.

  • 44 S. Mervin, op. cil., p. 349-357.
  • 45 Elles leur dépêchent pour l’occasion eAli Khulqi al-Sharayri comme conseiller technique.

29Mais dans le Djebel cAmil, comme ailleurs dans le Liban chiite, l’autonomisation des agents de la contrainte extra-économique, les caskar (sing. caskarī), a été accélérée par les troubles de la guerre et l’agitation nationaliste des années 1919-1920. C’est dans ce contexte qu’il convient de replacer l’action de deux chefs de bandes, Sadiq Hamza et Adham Khanjar44. Le premier, originaire d’un village du caza de Tyr, est lui-même issu d’une de ces « branches pauvres » de la famille Ascad. Soutenus par l’administration chérifienne et les organisations populistes de la zone Est45, ces deux chefs vont être les principaux animateurs du mouvement des cisābāt dans la région, menaçant plus ou moins ouvertement le leadership d’un Kamil al-Ascad, conduit dès lors à embrasser la cause chérifienne de plus ou moins bon gré. Dans sa thèse déjà citée, Sabrina Mervin nous propose une relation significative du congrès de Wadi al-Hujayr qui, en avril 1920, réunit toutes les composantes de la société camilite, pour tenter de trouver une réponse commune aux multiples défis du moment : on y voit l’ensemble de la société camilite traditionnelle en quasi-représentation symbolique, les foules paysannes attendant les décisions prises solennellement par l’élite des culamā ’et des zucamā’, tandis qu’à l’écart, brouillant ce bel ordonnancement, se tiennent les ciṣābāt armées jusqu’aux dents, force politique devenu autonome à la faveur du combat nationaliste. Condamnés à mort par les conseils de guerre français, Sadiq Hamza et Adham Khanjar trouveront naturellement refuge en Transjordanie, et participeront à l’attentat manqué contre le général Gouraud. On ne tardera pas à les croiser à nouveau.

  • 46 Dossier conservé dans CADN, fds BM, 2440.
  • 47 Cf. carte ci-contre.
  • 48 En s’inspirant d’Armand frémont, La région espace vécu, Paris, 1976, p. 182-184, où l’auteur décryp (...)

30Mais l’exil sur les confins de la Syrie méridionale ne concerne pas uniquement des personnages fortement impliqués dans les résistances anti-mandataires, et à ce titre clairement identifiés. À la différence de ce qui se passe sur la frontière turco-syrienne, on assiste moins ici aux incursions de fortes bandes, mais plutôt aux pérégrinations de petits groupes de quelques individus, qui cheminent à couvert, rejoignent un village ou une famille, volent quelques vivres ou s’en font offrir au hasard de leurs rencontres. Tentons de suivre quelques-uns de ces bandits gyrovagues, en s’appuyant sur l’instruction d’une affaire à première vue très banale46. A travers la reconstitution d’un itinéraire47, celui d’une bande de quatre individus armés qui parcourent le Chouf pendant une douzaine de jours au mois d’août 1924, on tentera de retrouver d’éventuelles altérations du rapport à l’espace, et d’en révéler les logiques sous-jacentes48.

31Dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 août 1924, vers une heure, un groupe de quatre hommes franchit donc le Litani au nord-est de Jub Jannin. À l’aube, ils atteignent une forêt de chênes au nord de Kifrayya, et décident d’y rester toute la matinée. À midi, ils reprennent leur trajet vers le nord, en direction d’un col permettant le franchissement du Djebel Baruk. Une heure et demie plus tard, ils rencontrent un jeune moucre qui fait le trajet entre Baruk et cAna avec une charge de teben. Il leur donne du pain, leur signale la présence d’une faction de gendarmes un peu plus haut, et leur indique un sentier à flanc de montagne permettant de passer plus au sud. En fin d’après-midi, nos quatre hommes sont ravitaillés par des bergers avec qui ils restent jusqu’à la nuit. Ils reprennent ensuite leur marche et atteignent le sommet de la montagne au petit matin. Ils y passent toute la journée du 9. Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 août, ils descendent le versant occidental du Djebel Baruk, et passent entre Macasir al-Shuf et Mristi, en évitant soigneusement les routes. Ils continuent en lisière du village de Mukhtara, prennent le risque d’une halte près du moulin du village, et redescendent ensuite vers Mazracat al-Shuf, où ils sont accueillis par deux femmes dans une maison en périphérie du village. Ils y passent toute la journée du dimanche 10 août, et leur piste est ensuite perdue.

Itinéraire de la bande Tawfîq Dhabyan du 8 au 20 août 1924

Itinéraire de la bande Tawfîq Dhabyan du 8 au 20 août 1924

32L’un d’eux se fait cependant arrêter deux jours plus tard à Gharifé, quelques kilomètres plus au sud. On retrouve la trace de ses trois compagnons dans la soirée du jeudi 14 août, vers 20 heures, en bordure du village de Hasrut, lorsqu’un paysan leur offre du pain et du lait. À minuit, les trois hommes coupent la route qui conduit à Bacaqlin, à hauteur d’un pont sur le Nahr al-Hamman. Ils dérobent quelques pièces, du pain et une paire de chaussures à six villageois qui reviennent de faire moudre du grain. On perd une nouvelle fois leur trace. Dans la nuit du 16 au 17 août, on les retrouve un peu avant minuit dans un jardin près du village de Bisri. Là, ils s’emparent de quatre livres syriennes et de quelques pastèques. Mais, lorsqu’ils quittent le village, ils croisent deux gendarmes de Jazzin en patrouille. Dans l’engagement qui suit, l’un des gendarmes est tué, et les trois hommes prennent alors la fuite en direction de Mazracat al-Shuf. Enfin, dans la nuit du 19 au 20 août 1924, ils agressent un habitant du village de cAmatur, dans ce qui ressemble fort à un règlement de compte. Ils disparaissent ensuite de la région.

  • 49 CADN, fds BM, 2431, Note de la gendarmerie du Grand-Liban, 22. III.1922. Notons que le terme « Hawr (...)

33Les déclarations des victimes et des témoins, l’interrogatoire du « bandit » arrêté, permettent de saisir une sorte de retournement des espaces, une inversion qui fait que l’on est libre loin de chez soi, et comme un étranger dans son propre pays. Entre les deux pôles, les bandits gyrovagues ne cessent de balancer, et s’installent dans une motilité chronique dont les observateurs du moment n’enregistrent que la violence du ressac. C’est ainsi que le chef de la bande, un dénommé Tawfiq Dhabyan, est signalé dès 1922 comme revenant tous les ans au Liban, à la tête d’une bande, après quoi il retourne dans le Hawran, son lieu de refuge49.

34Au plan large, l’itinéraire correspond à un déplacement géographique de grande amplitude, un exil synonyme d’arrachement au terroir et à toutes les pesanteurs accumulées dans la micro-histoire locale. La trajectoire du dénommé Nimr Najm Abu Hamdan, arrêté à Gharifé le 12 août, est évoquée de la manière suivante par le cheikh du village :

  • 50 CADN, fds BM, 2440, Lettre du cheikh du village de Gharifé, août 1924.

« Le nommé Nimr Abu Hamdan, natif de Gharifé, avait déserté le village, étant tout jeune et depuis une huitaine d’années ; cet individu n’avait donné, depuis, aucun signe de vie ; les uns disaient qu’il était au Hawran et les autres à cAmman ou dans quelque pays limitrophe. La nuit du 11 de ce mois, Nimr nous a été annoncé venant du Hawran, portant avec lui une physionomie d’un bandit élevé, tout à fait à l’école de ces voleurs de grand chemin »50.

  • 51 CADN, fds BM, 2440, Interrogatoire de l’inculpé, août 1924.
  • 52 CADN, fds BM, 936, Note sur Hasib Dhabyan, 1928 ; Abu Nowar, op. cit., p. 113.
  • 53 CADN, fds BM, 2440, Interrogatoire de l’inculpé, août 1924.

35La dilatation de « l’espace vécu » naît non seulement du déplacement spatial, mais aussi du brassage des hommes libérés du confinement local. L’exil de Nimr Najm Abu Hamdan est une migration de la pauvreté : « J’étais dans le Hawran, je travaillais chez Muhammad Qasim al-Barbur [maison de Umm al-Rumman], j’ai travaillé chez lui pendant un an, mais la part qui me revint put à peine suffire à mes dettes. Je me suis mis à aller d’un village à l’autre pour travailler, je n’y ai rien trouvé et n’eut aucun argent. Les gens désœuvrés se mirent à se rendre à Macan »51. L’impulsion première du parcours de Tawfiq Dhabyan est plus nettement politique, puisqu’il accompagne dans l’exil son parent (peut-être son frère) Hasib Dhabyan, né comme lui à Mazracat al-Shuf. Ancien lieutenant de la gendarmerie libanaise, Hasib Dhabyan rejoint en effet l’armée chérifienne dès 1919, puis passe en Transjordanie, laissant sa famille dans le Chouf. À cAmman, il devient avec Fu’ad Salim, ancien conseiller technique chérifien auprès des bandes de l’émir Malunud al-Facur, l’un des principaux représentants du Ḥizb al-Istiqlāl dans la hiérarchie de l’Arab Légion 52. Ces deux trajectoires se rejoignent donc dans l’exil transjordanien, où se tisse peu à peu une autre trame du liant social : à cAmman, « j’ai rencontré Tawfiq Dhabyan de Mazracat al-Shuf et Hamzi de Jaramana [dans la Ghuta] ; ils m’ont dit nous, nous voulons nous rendre dans notre pays, voulez-vous venir avec nous ; je me suis dit je vais avec eux dans mon pays. (...) Avant notre venue, nous ne nous étions pas rencontrés, mais je les voyais dans les rues »53.

  • 54 CADN, fds BM, 2440, Déclaration du dénommé Muhammad Mulhim de Hasrut.

36Au plan resserré ensuite, ce qui se dévoile, c’est la logique déambulatoire de l’homme traqué et indécis, l’itinéraire en boucle qui rebondit au gré des événements, la présomption d’une errance inquiète. Cet exil intérieur, nos « bandits » s’empressent de l’exorciser en retrouvant les gestes du passé. Voici comment Muhammad Mulhim, du village de Hasrut, évoque sa rencontre avec la bande au soir du 14 août : « D’abord, ils lui ont demandé de quoi manger ; et comme il n’avait qu’un pain qui restait de son dîner, il leur donna et ayant une chèvre, il voulait la traire pour leur donner du lait, mais un d’eux se présenta volontairement à faire ce service qu’il accomplit avec tant d’habilité que cela surprit Muhammad »54. Mais devenus étrangers dans leur propre pays, c’est précisément dans le Chouf qu’ils doivent avoir recours à la violence, vols de subsistance, assassinat non prémédité et vieux règlement de compte.

37Entre ces deux pôles, la tension est génératrice de nouvelles identités ; dans cet entre-deux, l’itinéraire révèle un cheminement. Précisément sur le versant oriental du Djebel Baruk, lorsque les bandits ne sont plus très loin de chez eux, mais pas encore tout à fait dans leur pays. C’est là que l’on repère le seul segment de trajet diurne, et que se nouent des relations de solidarité avec des personnes inconnues sans être étrangères :

  • 55 CADN, fds BM, 2440, Interrogatoire de l’inculpé, août 1924.

« Le moucre nous avait dit, avez-vous besoin du pain ou du tabac, Tawfiq lui répond si vous avez du pain donnez-nous, il leur donna un morceau et demi de pain. Ensuite le moucre leur avait dit, je m’en vais et si je trouve des soldats au poste je vous ferai signe de vous en aller. (...) Ensuite arrivent les bergers, ils nous ont donné du lait et avons pris du pain ; nous avons passé chez eux jusqu’à minuit, et puis nous sommes partis du côté de la montagne. (...) Nous sommes restés tout le jour sur la montagne, mes compagnons se mirent à me donner les noms des villages, jusqu’au soir »55.

  • 56 CADN, fds BM, 1030, Traductions de lettres envoyées aux détenus de l’île d’Arwad, lettre du 15. X. (...)

38Du sommet de la montagne, au centre même d’une trajectoire à la fois géographique et psychologique, nos « bandits » se réapproprient le paysage qu’ils contemplent en contrebas, et ce faisant, le relient à une communauté plus vaste, éprouvée avant d’être pensée, une manière de nation émergeant peu à peu du « pays » qui se dérobe et de l’exil qu’on vous impose. Répété à l’infini des groupes itinérants, ce cheminement finit par se condenser en un topos du discours nationaliste, et prend valeur de parcours initiatique conduisant à l’éveil du sentiment national. Dans une lettre qu’il adresse aux prisonniers de l’île d’Arwad, où sont détenus nombre d’opposants au régime mandataire, un réfugié syrien de Transjordanie se félicite ainsi « d’avoir eu l’habitude de traverser les montagnes rocheuses et boisées, les ravins et les crêtes sous la chaleur étouffante du soleil brûlant, loin de la route et des villes, couchant dans les souterrains et les grottes s’il y a lieu, sans aucun compagnon »56. La cryptie des « bandits gyrovagues » informe ainsi le discours nationaliste, et l’enracine en retour dans le vécu de tous ceux qui, sans être forcément des opposants politiques, ont fui l’investissement mandataire de leur quotidien.

  • 57 L. Bokova, thèse citée, p. 152-158.

39L’instabilité des réfugiés sur les confins de la Syrie méridionale est enfin à l’origine directe de la première dissidence de Sultan al-Atrash. Rappelons-en les principales étapes57. Au mépris de la tradition de la ḥimāyat al-dakhīl, la protection que l’on doit à « celui qui entre », c’est-à-dire celui qui vient demander asile, Adham Khanjar est arrêté le 12 juillet 1922 dans la propre maison de Sultan al-Atrash. Cherchant à récupérer son protégé, Sultan et ses frères, renforcés par les hommes de Hamad al-Barbur, attaquent aux environs de Suwayda trois véhicules de l’armée française sensés transporter Adham Khanjar. En fait, celui-ci a déjà été évacué et sera finalement exécuté à Damas en mai 1923. Pour l’heure, l’attaque a provoqué la mort de quatre soldats français dont un officier, le lieutenant Bouxin. Sultan entre alors en dissidence tandis que plusieurs villages sont bombardés en guise de représailles.

  • 58 SHAT, 4H 120, Registre de la délégation du Djebel Druze, Renseignements du 15. III.1922 et de novem (...)
  • 59 Elles imposent par exemple aux shuyūkh al-caql une proclamation jetant l’anathème sur Sultan. Branc (...)
  • 60 Pour le paragraphe qui suit, M. Wilson, op. cit., p. 73-75 ; Abu Nowar, op. cit., p. 79-81.

40Les conditions de la dissidence sont intéressantes à relever58. Sultan a principalement entraîné à sa suite des hommes des villages d’al-Qurayya, Umm al-Rumman, Hut et Bakka. Au total, entre 30 et 50 cavaliers. S’y ajoutent une vingtaine de Druzes du Chouf (Shawāfna) et de métoualis du Djebel cAmil, installés autour du village de Umm al-Jimal. Parmi eux, citons les dénommés Yusuf et Muhammad Dhabyan de Mazracat al-Shuf, ou encore Shakib Wahhab, originaire du village de Gharifé. Ce dernier était connu pour avoir trempé dans l’assassinat, en juillet 1921, du caymakam du Chouf, Fu’ad Junblatt. Jusqu’au printemps 1923, Sultan et les hommes qui l’accompagnent nomadisent dans le Ard Jabbané et le Harra occidental, campent aux côtés des Sardiyya et des Masafid, et lancent quelques raids sur les villages les plus méridionaux du Hawran, Tisiyya et Samaj notamment. Mais à la différence des réfugiés libanais qui l’accompagnent dans son exil, Sultan al-Atrash n’est pas vraiment un homme en rupture de ban. Le maintien du statut de sa maison lui commande de prévenir un isolement politique que les autorités mandataires sont habiles à encourager59. Surtout, sa présence devient quelque peu embarrassante pour cAbdallah, à un moment clé des négociations anglo-transjordaniennes relatives au statut de l’émirat60.

  • 61 Cité par M. Wilson, op. cit., p. 74.
  • 62 La proclamation britannique tant attendue par l’émir est finalement officialisée le 25 mai 1923 àc (...)

41Le nouveau Cabinet conservateur, au pouvoir à Londres depuis octobre 1922, fait en effet traîner en longueur la reconnaissance officielle d’un émirat transjordanien, gouverné par cAbdallah et exclu de l’aire d’application de la déclaration Balfour. La promesse d’une déclaration formelle allant dans ce sens avait été arrachée par cAbdallah au cours de son séjour londonien du 15 octobre au 14 novembre 1922. Finalement, le FO conditionne cette déclaration à un geste de bonne volonté à l’égard de la France, l’arrestation des responsables de l’attentat contre le général Gouraud, ou bien l’expulsion de Sultan al-Atrash. Pour donner plus de corps au rapprochement entre les deux puissances mandataires, Philby et Peake Pacha, commandant de la Légion arabe, se rendent à Damas le 10 février 1923 pour faire le point sur la question de la sécurité des confins. Le chef du SR de l’État de Damas, le commandant Arlabosse, se rend à son tour à cAmman pour régler les derniers détails d’un exercice militaire combiné sur la frontière. À cette occasion, il déjeune avec l’émir, et repart avec une impression assez favorable : « Si ce type-là avait été à Damas à la place de Faysal, il serait là jusqu’à maintenant »61. En tout cas, les manœuvres projetées ont effectivement lieu le 8 mars, rendant manifestement de plus en plus intenable la position de Sultan al-Atrash62.

  • 63 SHAT, 4H 120, cité par L. BOKOVA, thèse citée, p. 156.

42Dès février 1923, le SR signale la scission intervenue entre Druzes du Hawran et Shawāfna, tandis que le principe d’un pardon est admis par les responsables mandataires. Le 5 avril 1923, le jour même des festivités célébrant le premier anniversaire de l’État druze, Sultan al-Atrash réapparaît à Suwayda, et est aussitôt gracié par le délégué français, Ernest Schoefïler : « Nous risquions sérieusement d’en faire un héros, bientôt peut-être un martyr, et de voir un jour ou l’autre se cristalliser autour de lui les oppositions latentes dont il serait naïf de ne pas soupçonner malgré tout l’existence », se justifie celui-ci63. La dissidence de Sultan al-Atrash n’a pas sérieusement ébranlé le compromis franco-druze de mars 1921. Il faudra attendre l’activisme colonial du capitaine Carbillet, pour voir l’ensemble de la société du Djebel basculer dans la révolte. Mais pour l’heure, la soumission de Sultan ne signifie pas la disparition des bandes réfugiées sur les confins de la Syrie méridionale. Elle confirme simplement que le cœur de la question se situe un peu plus à l’ouest, sur les hauteurs du caza cAjlun. Les événements de l’année 1924 vont clairement le démontrer.

Les troubles de l’année 1924

  • 64 On a dû recourir ici à trois collections différentes de BR, toutes conservées à Nantes : dans le fd (...)

43C’est en effet au moment même où se confirme l’endiguement du banditisme sur la frontière nord, que l’action armée paraît rebondir sur les confins transjordaniens de la Syrie mandataire. Bien sûr, tout cela reste encore en deçà des grandes descentes qui, chaque été, mettaient en coupe réglée la région à l’ouest d’Alep : 41 actions sont ici recensées pour les huit mois que dure la crise, dont le quart simplement endossent une dimension clairement anti-mandataire64. L’histogramme à suivre fait néanmoins ressortir la montée en puissance d’un banditisme qui, après deux premières pulsions, fin février-début mars, puis fin mai-début juin, va culminer au cours de la première quinzaine d’août.

L’action armée sur la frontière sud en 1924

L’action armée sur la frontière sud en 1924
  • 65 CADN, fds Jérusalem Consulat général, 101, BR du 28. I.1924.
  • 66 SHAT, 4H 59, BR du 20. VI au 10. VII.1923. Le principal article paraît dans le numéro du 15. VI.192 (...)
  • 67 CADN, fds BM, 982, Copie d’une lettre du capitaine Carbillet adressée à ?, 15. VII. 1924.

44Le parallèle avec les bandes armées de la frontière turco-syrienne ne manque cependant pas d’intérêt. Les organisateurs du mouvement eux-mêmes déclarent ainsi vouloir agir « à la manière des tchétés dans le nord »65. L’année précédente déjà, le journal du Caire al-Muqattam, qui bénéficie d’une réelle écoute dans les milieux nationalistes arabes, avait fait paraître une série d’articles sur l’action des bandes dans la région d’Alep66. Et le capitaine Carbillet, observateur attentif de ces événements, conclut : « Je crois à une tentative d’organisation de bandes analogue à celle qui avait réussi aux Turcs en Cilicie et à celle qu’ils ont essayé à la 2e Division »67.

  • 68 U. Dann, op. cit., p. 84-85. En marge d’une note signalant l’agacement des autorités mandataires fr (...)

45Cette effervescence coïncide avec un effacement sensible de la position de l’émir cAbdallah en Transjordanie. À cela deux raisons. Tout d’abord et avant tout, la visite prolongée de son père, le chérif Husayn, qui arrive à Amman le 18 janvier 1924, et ne repart vers le Hedjaz que le 20 mars, après un séjour de plus de deux mois au cours duquel il multiplie les actes de souveraineté : « Il devint bientôt évident que le roi considérait son fils comme une sorte de vice-roi en Transjordanie, et que cAbdallah s’en tenait d’ailleurs à ce rôle, aux dépens de son propre prestige et de son crédit auprès de Londres »68. Husayn proclame ainsi une amnistie pour tous les cheikhs cAdwan de la Balqa’, qui s’étaient révoltés l’année précédente ; il crée autour de Macan et d’Akaba un vilayet qu’il rattache directement au Hedjaz, au mépris des priorités géostratégiques britanniques ; et enfin, comme on sait, il relève pour lui-même la fonction califale que la Turquie kémaliste venait tout juste de supprimer au début du mois de mars 1924. Cet effacement de l’émir cAbdallah se confirme ensuite, à la fin du mois de juin, avec son départ en pèlerinage pour huit semaines. À son retour, le paysage politique intérieur aura été complètement bouleversé.

  • 69 CADN, fds Jérusalem Consulat général, 101, BR du 28. I.1924.

46Les observateurs français sont prompts à faire le lien entre l’emballement de la violence frontalière et le séjour du roi Husayn en Transjordanie : « Tous les condamnés syriens, politiques ou de droit commun, qui résident en différentes localités de Transjordanie, sont actuellement rassemblés à cAmman, et se préoccupent des moyens d’agir contre nous en Syrie. Le roi Husayn favorise ces préparatifs. Il a amené avec lui à cAmman 3 mitrailleuses et 250 caisses de munitions. Ce matériel, dont l’arrivée a été tenue secrète, ne serait pas destiné à figurer sur les contrôles officiels de l’armée transjordanienne »69. Que le chérif soit directement impliqué dans les troubles qui vont agiter la frontière syrienne, on ne peut l’affirmer de façon péremptoire, et tel n’est pas d’ailleurs notre propos. Par contre, il est clair que son séjour et l’effervescence qui l’entoure, introduisent des conditions propices à la reprise de l’action armée contre la France.

  • 70 PRO, FO 371, 10 101, fol. E541/541/65, Philby à Jérusalem, 13. XII.1923.
  • 71 Réunie le 17 décembre 1923, la conférence de Koweït est ajournée une première fois le 22 décembre. (...)

47Pris au piège de sa dépendance financière à l’égard de la Grande-Bretagne, cAbdallah avait dû en effet se résoudre, au mois de décembre 1923, à éloigner un certain nombre de dirigeants de l’Istiqlāl, parmi lesquels cAdil Arslan et Nabih al-cAzma. Dans la même fournée, le Cabinet Hasan Abu al-Huda, nommé en septembre 1923 sur la base d’un programme mettant au premier rang de ses préoccupations le renforcement de la sécurité publique et le recrutement préférentiel de Transjordaniens dans l’administration locale, procédait, à la demande de Philby, au licenciement d’une douzaine de cadres de la Légion arabe trop ouvertement engagés dans le combat nationaliste, parmi lesquels Fu’ad Salim et Hasib Dhabyan. C’était le premier pas d’une politique qui devait conduire, espérait le Chief British Représentative, à « nettoyer l’administration et le pays de tout élément extrémiste syrien »70. Or, la plupart des expulsés trouvèrent refuge au Hedjaz, où ils eurent tout le loisir de préparer le futur voyage de Husayn. Au reste, celui-ci n’était sans doute pas complètement hostile à l’idée de créer des difficultés, non seulement aux Français, mais également aux Britanniques, avec lesquels les relations se détérioraient de plus en plus. Annoncée au printemps 1923, la suspension du versement des importants subsides anglais allait ainsi prendre effet à compter du 31 mars 1924, tandis que de son côté, le gouvernement anglais était de plus en plus gêné par l’obstination du chérif à ne pas vouloir reconnaître le nouvel ordre mandataire. En particulier, Husayn continuait à boycotter la laborieuse négociation de Koweït qui, sous les auspices britanniques, tentait de régler de façon globale la question des frontières entre les États hachémites et l’Arabie d’Ibn Sacud71.

  • 72 CADN, fds BM, 1703, BR du 25. II.1924 ; fds Jérusalem, 101, BR du 25. III. 1924.
  • 73 SHAT, 4H 141, Commandant Arnaud à Délégué Damas, 26. IV.1923.
  • 74 L’embranchement à voie étroite Darca-Haïfa avait été construit par le gouvernement ottoman après ra (...)

48Le contexte politique étant précisé, replongeons au contact de la frontière. L’insécurité y est le fait de trois groupes principaux. À l’est, en plein contesté syro-transjordanien où ils se sont maintenus depuis la fin de la dissidence de Sultan al-Atrash, Shakib Wahhab et ses hommes, en liaison avec quelques groupes de Bédouins Shurafat ou Masacid, écument les alentours de Busra Eski Sham et pillent les caravanes revenant des salines des Qurayāt al-Milḥ 72. A l’ouest, dans le Djebel cAmil, et le long de la passe qui y conduit par le sud de l’Hermon, c’est la bande de Sadiq Hamza qui naturellement mène le jeu. Mais c’est surtout dans la vallée du Yarmuk que l’activisme des réfugiés de Transjordanie se fait le plus violemment sentir. La station de Maqarin, au débouché du Wadi Shallal, est ainsi attaquée à quatre reprises durant les sept mois que dure l’observation. Un tel acharnement s’explique aisément par la topographie. L’axe de pénétration des bandes est en effet commandé dans la région par l’existence de vallons particulièrement encaissés : « La région montagneuse et peuplée du cAjlun, est le refuge de tous les brigands de Transjordanie, lesquels profitant de la coupure du Yarmuk et des fossés profonds que forment ses affluents, peuvent impunément passer, pendant la nuit, dans notre zone pour tenter des coups de main, ou gagner la région de l’Hermon »73. Or, dévalant du Wadi Shallal, les bandes se heurtent à la petite station de Maqarin qui, équipée d’une draisine, agit comme une sorte de verrou bloquant le passage vers les affluents de droite du Yarmuk, le Wadi Ruqqad et le Wadi Allan74. De la même manière, la multiplication des accrochages autour du village de Muzayrib signale l’autre grand point de passage des bandes, au carrefour de routes et de défilés qui rayonnent dans toutes les directions.

  • 75 SHAT, 4H 120, Communication du mutessarif du Hawran, 4. VIII. 1922 ; 4H 113, Note du 18. XII.1920.
  • 76 CADN, fds BM, 1002, Liste des condamnés par les conseils de guerre.
  • 77 CADN. fds BM, 1703, BR du 2. VII. 1924.
  • 78 SHAT, 4H 146, État nominatif des 21 bandits arrêtés en Transjordanie, 17. VIII.1924.

49Dans cette zone du Yarmuk, le principal chef de bande est le dénommé Mustafa Khalili. Originaire de Darca, celui-ci n’est pas un novice en matière d’action armée. Lors de la tentative de soulèvement du Hawran à l’été 1920, il avait ainsi fait sauter le pont de la voie ferrée Damas-Darca, à hauteur de Izrac. Il se réfugie ensuite avec une dizaine de membres de sa famille à al-Mughayyir, dans la vallée supérieure du Wadi Shallal75. Son bras droit, Mahmud al-Mahamid, faisait partie d’une famille disséminée dans tout le sud de la Nuqra. Par-delà la figure de ces deux chefs, c’est un véritable réseau qui se dévoile, émergeant de cette société des marges qui s’est développée dans le caza cAjlun. On découvre ainsi que Mahmud al-Mahamid, Salim al-cAbd, son esclave noir, et le fils de Mustafa Khalili, Musa, ont déjà été condamnés ensemble en novembre 1922 aux travaux forcés à perpétuité pour vol76. À ce noyau initial, deux groupes viennent s’agglomérer de façon plus ou moins permanente. On repère d’abord un certain nombre de déserteurs de la Légion syrienne. C’est le cas par exemple de Ahmad al-Murshid al-Mahamid77, sans doute un parent de Mahmud, ou encore du dénommé Shehadi al-Mutlaq, par ailleurs condamné par contumace à deux ans de prison78.

L’action armée sur la frontière sud (janvier à août 1924)

L’action armée sur la frontière sud (janvier à août 1924)

Conception cartographique : J.-D. MIZRAHI (2001)

  • 79 SHAT, 4H 115, Catroux à Robert de Caix, 31. XII.1920.
  • 80 SHAT, 4H 115, Rapport du 5. I.1921.

50À la tête de sa propre bande, mais n’hésitant pas à s’associer le cas échéant aux hommes de Mustafa al-Khalili, le Kurde Husni Kahla se fait connaître par d’audacieux raids sur Damas et sa banlieue, où il peut compter sur de nombreuses complicités. Dès son arrivée à Damas, Catroux signalait le profil particulier du quartier kurde de Damas, accroché aux pentes du Qasyun, au nord-est de la ville : « Le Hārat al-Akrād est de tous les quartiers de Damas celui où la sécurité est la plus compromise, où se réfugient les déserteurs et les hors-la-loi, avec la complicité des habitants, où l’action de la police et de la gendarmerie est la plus difficile à exercer »79. Dans les premiers jours de 1921 cependant, l’un des chefs de bande les plus redoutés est arrêté. Il s’agit précisément de Husni Kahla, « qui s’était engagé dans la Légion syrienne à Beyrouth pour échapper à la poursuite des autorités faysaliennes de jadis. Il déserta en emportant ses armes et recommença ses méfaits »80. Le 30 mars 1921, il est condamné à 20 ans de travaux forcés, mais réussit à s’évader l’année suivante avec une demi-douzaine de ses compagnons.

  • 81 CADN, fds BM, 1703, BR du 14. III.1924.
  • 82 Ibid., BR du 17. VI.1924.
  • 83 CADN, fds Jérusalem, 101, BR du28. III.1924 ; fds BM, 1703, BR du 30. VIII. 1924.

51C’est essentiellement dans le nahié d’al-Ramtha et dans la vallée du Wadi Shallal que viennent se fixer la plupart de ces hommes. À Mughayyir, nous disent les documents, les hommes de Mustafa Khalili construisent de nouvelles maisons81. À Turra, les habitants prennent les armes pour couvrir la retraite de Mahmud al-Mahamid, en difficulté après une blessure reçue au retour d’un coup de main sur Muzayrib82. Comme à Kilis enfin, les chefs de bande impriment leur marque au quotidien : « Le chef de bande Sadiq Hamza et quinze de ses compagnons sont arrivés ces jours-ci et racontent leurs exploits. Ils se vantent d’avoir tué l’individu qui avait témoigné contre Adham Khanjar » ; « ... les bandits circulaient librement, exhibaient leur butin et se vantaient des méfaits qu’ils avaient commis chez nous »83.

52Entre l’état-major nationaliste du Ḥizb al-Istiqlāl, et ce milieu de réfugiés émergeant sur les franges de la Syrie mandataire, un homme en particulier va jouer un rôle essentiel, Ahmad Muraywid. Véritable entrepreneur de guerre, celui-ci s’affirme en effet, à la façon d’un Fath al-Marcashli plus au nord, comme un intermédiaire obligé entre les cadres politiques du mouvement arabe, et ces hommes de la frontière auprès desquels il peut faire valoir son passé à la tête du mouvement des ciṣābāt, et son engagement sans faille en faveur d’un nationalisme aux accents populistes. Car le banditisme de la frontière devient, au cours de cette année 1924, autre chose qu’une simple guerre de prise, et tend à se structurer en une véritable guérilla. Du moins est-ce là l’intention des organisateurs du mouvement.

  • 84 SHAT, 4H 72, Rapports des 23. IX et 3. X.1924.
  • 85 CADN, fds BM, 1703, BR du 4. III. 1924.
  • 86 CADN, fds Jérusalem Consulat général, 101, BR du 21. VIII. 1924.

53Pour cela, ils arment les bandes. En septembre, des perquisitions opérées par les autorités britanniques dans une maison de Ahmad Muraywid amènent la découverte d’un véritable arsenal : neuf mitrailleuses, deux mille chargeurs, des grenades...84 De même, les principaux chefs de bande reçoivent-ils des fonds pour favoriser le recrutement de leurs hommes. C’est ainsi qu’à la veille des attaques de mars 1924, Mustafa Khalili est signalé comme revenant de cAmman avec 150 livres or destinées à cet usage85. Des interrogatoires conduits au lendemain du démantèlement des bandes, dans la deuxième quinzaine d’août, il ressort d’ailleurs que « beaucoup des hommes enrôlés pour sept livres par mois étaient persuadés qu’ils étaient recrutés par le gouvernement transjordanien pour faire une guerre régulière aux autorités de Syrie »86.

  • 87 Sauf indication contraire, les données factuelles et citations sont tirées de CADN, fds BM, 1703, B (...)

54La crise de la première quinzaine d’août 1924 se situe clairement au débouché de cette maturation politique du banditisme de la frontière87. Mais si elle flirte un moment avec la grande descente de type alépin, elle est cependant désamorcée sans délai par l’intervention des autorités britanniques. Alors même que les BR signalent des regroupements importants au sud de Busra Eski Sham, et une incursion de la bande Sadiq Hamza jusqu’aux premiers contreforts de l’Hermon, la vallée du Yarmuk est le théâtre, durant plus d’une semaine, d’une très violente recrudescence de l’action armée, impliquant des groupes parfois forts d’une cinquantaine de cavaliers. Tout commence le 3 août, avec l’attaque de quelques officiers de la garnison de Darca, rentrant d’excursion avec femmes et enfants, et accompagnés par un détachement de cavalerie syrienne. La sortie s’achève dans le sang : deux légionnaires syriens sont tués, cinq personnes, dont deux femmes d’officiers, sont gravement blessées, tandis que deux autres soldats sont portés disparus. Le lendemain, dans la soirée, ce sont une quarantaine d’individus, dont certains portent l’uniforme militaire, qui assaillent la station de Maqarin : « La gare a été complètement pillée ; les employés et ouvriers ont été dévalisés, emmenés prisonniers puis relâchés au bout de quelques kilomètres ». Enfin, dans la nuit du 8 au 9 août, un très violent combat oppose dans les environs de Tall Shihab, pendant plus de cinq heures, une bande d’une cinquantaine de cavaliers à plusieurs groupes de gendarmerie envoyés sur place à la suite des derniers événements. Dans les sacoches des chevaux abandonnés par la bande, les gendarmes récupèrent des tracts ainsi rédigés :

  • 88 SHAT. 4H 253, Traduction d’une proclamation distribuée dans le Hawran, 11 . VIII. 1924.

« Ô ! Fils de la Patrie arabe ! Y a-t-il plus grand malheur que le nôtre ? Confiants dans la providence divine, nous nous sommes soulevés pour sauver la Patrie arabe, comptant sur l’ardeur patriotique de notre Nation. Où est l’honneur arabe ? Où est la fierté arabe ? Où est l’énergie (noblesse) arabe ? Levez-vous et coordonnez vos efforts. Combattez vos ennemis jusqu’à ce que vous les mettiez hors des territoires de vos pères et de vos ancêtres. Soyez solidaires les uns des autres pour former un tout indivisible. (...) Et dites avec moi les vers du poète arabe : “Nos actes sont blancs (éclatants), noirs sont nos combats (affreux), verts (riches) sont nos pâturages et rouges (sanglantes) sont nos épées” »88.

  • 89 PRO, FO 371, 10 118, fol. E7582/6308/65, Clayton à Cox, 14. VIII.1924.
  • 90 SHAT, 4H 71, Rapport du 3e trimestre 1924.
  • 91 Le compte rendu de la rencontre entre cAbdallah et le lieutenant-colonel Cox est conservé dans PRO, (...)

55Mais le soulèvement fait long feu. Avec l’accord de Londres, le secrétaire général du haut-commissariat britannique à Jérusalem, Gilbert Clayton, qui assure alors l’intérim de Herbert Samuel parti en congé, dépêche en Transjordanie un détachement de gendarmes britanniques, composé pour l’essentiel d’anciens Black and Tans. Ces hommes passent sous les ordres directs de Peake Pacha, dans le cadre d’une zone frontalière provisoire placée sous sa responsabilité, et relevant directement de Jérusalem. Ils resteront sur place jusqu’à la fin de l’année89. Un second détachement est également envoyé à Amman pour soutenir l’action du lieutenant-colonel Cox, qui a pris en avril 1924 la succession de Philby comme Chief British Représentative. Les officiers français ne s’y trompent pas : « L’action des bandes a donné aux autorités anglaises l’occasion de reprendre en main l’administration et le gouvernement de Transjordanie »90. De retour à Amman le 19 août 1924, l’émir cAbdallah se voit en effet notifier un véritable ultimatum : dissolution de la direction semi-indépendante des Affaires tribales ; expulsion définitive des principaux leaders de l’Istiqlāl qui se maintenaient malgré les précédentes tentatives de purge ; subordination de l’Arab Légion aux autorités anglaises de Palestine ; contrôle financier sévère de l’Émirat par un fonctionnaire britannique91.

  • 92 SHAT, 4H 71, Rapport du 3e trimestre 1924.

56L’échec de cette tentative de soulèvement est naturellement riche d’enseignements pour les leaders nationalistes. La force de frappe des seules bandes est insuffisante pour mettre à mal le dispositif défensif mandataire, tandis que la présence britannique rend illusoire l’utilisation du territoire transjordanien comme tremplin pour une reconquête de la Syrie. Il y a là bien sûr des cadres qui peuvent intervenir au moment idoine ; une base arrière pouvant servir de zone de transit pour les hommes et le matériel. Mais pour avoir une chance de réussite, le mouvement ne pouvait être déclenché qu’à partir de la Syrie elle-même. À cheval sur la frontière, le Djebel Druze apparaît dès lors comme le dernier atout de la résistance anti-mandataire. Au lendemain de la crise de l’été 1924, les militaires français signalent la validité de cette option stratégique : « L’ensemble des renseignements et des documents de tous ordres permettent d’affirmer que le soulèvement du Djebel Druze rentrait dans le plan de ceux qui voulaient agiter notre frontière sud, et si possible nous chasser de Damas. Ils considéraient probablement le soulèvement du Djebel Druze comme leur meilleure carte »92.

57Mais en 1924, le Djebel n’était sans doute pas encore mûr pour une révolte anti-mandataire. Il faudra pour cela que l’activisme colonial du capitaine Carbillet vienne saper les bases du compromis franco-druze de 1921. Les dérapages du fougueux officier ne sauraient cependant se comprendre sans référence à un resserrement global de la tutelle mandataire, particulièrement sensible au Grand-Liban et dans l’État de Damas, et dont l’origine doit être en partie recherchée dans l’amplification même des phénomènes d’insoumission que l’on vient de décrire. Une nouvelle fois, structuration du pouvoir mandataire et insécurité aux frontières entrent clairement en résonance.

Le resserrement de la tutelle mandataire

Le choc budgétaire et son contrecoup

  • 93 Cf. supra, p. 111.
  • 94 P. Gouraud, op. cit., p. 149-161.

58Au départ pourtant, ce « tour de vis » s’inscrit dans le cadre exclusivement franco-français de ce que j’ai appelé le choc budgétaire de 1922-1923. Rappelons-en brièvement la principale donnée quantitative93. Le choc budgétaire, c’est à proprement parler un changement d’échelle dans la dotation financière globale du mandat, avec en particulier l’effondrement des crédits du haut-commissariat qui, en francs constants, accusent une baisse spectaculaire de 78 % entre 1922 et 1923. Cette rupture budgétaire a d’emblée un contrecoup politique avec la démission du général Gouraud et son remplacement par le général Weygand. Replongeons un instant dans les affres de la décision budgétaire94. Au printemps 1922, les services financiers du haut-commissariat établissent un projet de budget se montant à 23 millions de francs courants pour l’exercice 1923. Fin avril, Poincaré, qui comme on sait a pris la succession de Briand en janvier, fait savoir au haut-commissaire que les crédits mis à sa disposition pour le prochain exercice ne dépasseront pas 7 millions de francs courants ! Le 24 juin 1922, après un nouvel examen, Gouraud finit par proposer une seconde mouture de 13 millions de francs, rejetée quelques jours plus tard par le président du Conseil. En conséquence, le haut-commissaire demande à être remis à la disposition de la Guerre : « Un homme nouveau vaudra d’ailleurs assurément mieux pour une conception nouvelle ». Sa démission est acceptée le 20 octobre 1923. Après un intérim exercé par Robert de Caix au haut-commissariat et le général de Lamothe à la tête des troupes du Levant, le général Weygand débarque à Beyrouth au printemps 1923, cumulant comme son prédécesseur la direction politique et le commandement militaire du dispositif mandataire.

59Dans l’historiographie du mandat, Weygand bénéficie d’un traitement assez favorable. Et de fait, il n’est que juste de souligner les vastes perspectives que le nouveau haut-commissaire souhaitait apparemment ménager au mandat. Pour s’en convaincre, il suffit de lire par exemple le rapport-fleuve qu’il rédige en novembre 1924, à propos de la politique française au Moyen-Orient :

  • 95 SHAT, 7N 4186, Weygand à Président du Conseil, Rapport du 10. XI.1924.

« D’autre part, notre politique intérieure syrienne doit avoir pour but de mettre sur pied une Syrie indépendante conformément au mandat et qui nous soit liée par une communauté d’intérêts telle, qu’elle devienne ultérieurement notre alliée et reste volontairement attachée à nous. (...) La réunion en un seul État des États d’Alep et de Damas réalisera un premier stade vers cette unité qui hante les cerveaux arabes et détruira un des principaux arguments qui était élevé contre nous. (...) Dans cet État indépendant, il faut ensuite développer le sentiment national et l’opposer au factice nationalisme arabe. Un parti politique décidé à collaborer avec nous doit y être créé. L’activité politique est actuellement monopolisée par des extrémistes arabes, féodaux intéressés ou intellectuels ambitieux. Là où ils entretiennent simplement l’agitation, il faut créer la vie politique, la répandre parmi la classe moyenne en l’intéressant au développement économique du pays, et faire ainsi échapper la masse à l’emprise des politiciens professionnels qui ont partie liée avec l’étranger. Le programme politique sera donc doublé d’un programme économique »95.

  • 96 Cf. supra, p. 108-109.
  • 97 SHAT, 7N 4186, rapport cité.

60Mais comme on a eu l’occasion de le souligner, Weygand n’a pas les moyens financiers de cette politique96, qui par ailleurs s’inscrit dans un long terme que les convulsions du paysage politique métropolitain abrègent subitement. Un mois à peine après l’exposition de son ambitieux programme, Weygand est en effet brutalement rappelé en métropole et remplacé par le général Sarrail, qui récolte là les fruits de l’arrivée au pouvoir du Cartel des gauches. Cela n’interdit nullement de revenir sur le sens profond que Weygand entendait donner à sa politique : « L’idée de base de mon programme étant de créer un nationalisme syrien et de le faire rayonner autour de la capitale historique, politique et religieuse que constitue Damas, j’estime que cette action, pour réussir et absorber le nationalisme arabe à notre profit, doit être soutenue par une action politique exercée en particulier en Turquie et en Égypte »97.

61On pourrait dire qu’il définit ici une véritable politique syrienne, dégagée des pesanteurs héritées de la « civilisation du Levant », sans être encore pour autant une grande politique arabe. Comparons cette conception de la question syrienne à la vision précédemment développée par Catroux. Elle s’en distingue par l’épaisseur sociale que le nouveau haut-commissaire entend donner au sentiment national. Catroux enracinait son « royaume arabe » dans la grande notabilité urbaine imprégnée de culture ottomane ; pour Weygand, cet agent de diffusion de l’influence française prend plus résolument l’aspect d’une « république arabe », ancrée dans une classe moyenne à faire naître, et s’inspirant des évolutions contemporaines de l’Égypte et de la Turquie :

  • 98 Ibid.

« Ces deux puissances sont en effet actuellement à la tête du mouvement national en Orient. Tous les yeux sont fixés sur elles. Toutes deux viennent de s’émanciper de la tutelle de l’étranger, tutelle directe ou indirecte ; pour la première fois des gouvernements nationaux, républicains ou constitutionnels mais en tout cas à forme moderne, s’établissent en pleine indépendance et libres de toute servitude en Orient ; l’influence des idées françaises dans cet événement est trop évidente pour que nous ne cherchions pas à en exploiter le bénéfice moral et que nous ne devions pas y réussir »98.

62Quels effets ces changements de personnel introduisent-ils dans le fonctionnement même de l’appareil mandataire. L’arrivée du commandant Dentz à la tête du SR du Levant ne signifie nullement, après avoir fait si cruellement défaut dans les premières années, l’unité d’action enfin réalisée.

  • 99 Louis DILLEMANN, « Les Druzes et la révolte syrienne de 1925 », Revue Française d’Histoire d’Outre- (...)

Dentz « était chef du SR de Constantinople quand il fut pressenti pour le poste de Beyrouth. Il fit remarquer que ses fonctions actuelles ne le préparaient nullement à celles auxquelles il était appelé. Le général Weygand lui répondit qu’il ne recherchait pas un spécialiste des questions spécifiques du Levant. Il avait besoin au contraire d’être tenu au courant des grands problèmes qui agitaient l’Orient, ceux précisément qui étaient suivis de Constantinople »99.

  • 100 CADN, fds BM, 2390, Aperçu sur la délégation du haut-commissariat à Damas, Rapport du docteur cArab (...)

63Le départ de Catroux en revanche, qui quitte le Levant en même temps que Gouraud, condamne à terme la pratique mandataire souple qu’il avait réussi à mettre en œuvre à Damas. Son successeur, l’administrateur des colonies Ernest Schoeffler, se signale au contraire, en particulier dans l’État des Alaouites dont il devient gouverneur en juillet 1925, comme le principal tenant d’une administration directe pure et dure. Quand au nouveau chef du SR de la délégation, le commandant Tommy-Martin, voici comment il est décrit dans un rapport rédigé par une personnalité libanaise francophile : « On sait qu’un bureau de renseignements ne peut bien fonctionner que grâce à deux facteurs : l’argent et l’amabilité. Or, le commandant Tommy-Martin est réputé pour sa rudesse et ses manières brusques ; il envoie promener plus ou moins poliment ses visiteurs de sorte qu’il a été surnommé “l’ours Martin”. Quant aux ressources financières dont il dispose, elles sont hélas depuis les compressions continuelles du budget, bien restreintes »100. C’est qu’en effet, au-delà des questions de personnes qui naturellement jouent leur rôle, le choc budgétaire pèse sur la pratique mandataire.

  • 101 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 324, fol. 68-83, Note sur le budget de 13 millions du général Gouraud.

64Dans quelle mesure le choc budgétaire affecte-t-il les fonds politiques mis à la disposition du SR ? Deux réponses ici. Tout d’abord, les fonds politiques baissent relativement moins vite que l’ensemble des crédits de l’administration mandataire. Entre 1921 et 1924, la part des fonds gérés par le SR passe en gros de 10 à 25 % du budget total du haut-commissariat. Autrement dit, l’effondrement quantitatif des fonds politiques, qui durant cette période passent de 2,9 millions à 500 000 francs 1914, s’accompagne d’une sorte d’inflation qualitative du SR au sein de l’appareil mandataire. La logique sous-tendant cette évolution perce de façon assez nette dans le budget de 13 millions que Gouraud propose en désespoir de cause en juin 1922 : « Quant aux sommes inscrites aux chapitres 15 à 18, elles font partie de la somme de 5 millions environ que le haut-commissariat n’a cessé de déclarer nécessaire comme fonds politiques mis à sa disposition. Si l’on fait le total de ces fonds tels qu’ils figurent dans le projet de budget de 13 millions, on constate qu’ils s’élèvent à un total de 4 967 000 francs »101. Dans ce projet, les fonds politiques représentaient donc 38,5 % du budget total du haut-commissariat. Le nœud financier tendait à se resserrer ainsi autour du SR, noyau dur offrant une plus grande résistance à l’érosion budgétaire, et dernier retranchement à l’abri duquel Gouraud et ses collaborateurs entendaient poursuivre leur politique de mandat :

  • 102 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 325, fol. 122-123, Note du 18. III.1924 de l’état-major de l’armée du L (...)

« Toute réduction sur le SR en personnel, moyens matériels et pécuniaires, est inopportune en ce moment et imprudente pour l’avenir. Des réductions des forces militaires sont escomptées par la métropole et préparées par le haut-commissariat. Le Maréchal Lyautey n’a pu en 1914 tenir le Maroc et renvoyer en France les troupes qu’on lui demandait que grâce à l’action du SR, auquel il s’est opposé à ce que l’on touche et où il a maintenu d’office les officiers. À toute diminution des forces régulières doit correspondre en effet une augmentation de puissance du SR »102.

  • 103 Cf. supra, p. 113-114.
  • 104 SHAT, 4H 71, Délégation de Damas, Rapport pour le 1er trimestre 1923.

65On rappellera ensuite que, s’agissant des fonds politiques, c’est le poste dit des « subventions et cadeaux politiques » qui supporte l’essentiel du choc budgétaire : entre 1922 et 1923, il s’effondre ainsi de plus de 85 %, et s’aligne finalement sur les autres postes des fonds politiques. Or, c’était là pour l’essentiel, le coût de la pratique mandataire souple et discrète que Catroux avait impulsée à Damas avec la réussite que l’on sait103. Ses successeurs n’auront ni les mêmes moyens, ni le même succès : « Enfin, les moyens d’action mis à la disposition de la délégation de Damas sous forme de fonds politiques sont, en 1923, 54 fois moindres qu’en 1922 », souligne ainsi Schoeffler avec amertume104. Il y a dès lors forte présomption de voir le choc budgétaire durcir en quelque sorte le style d’action du SR. À l’appui de cette thèse, deux symptômes peuvent être mis en avant.

  • 105 CADN, fds BM, 1580, Mortier à Billotte, 24. IV. 1923.
  • 106 Archives Économiques et Financières (AEF), B32 937, Sarrail à Président du Conseil, 8. X.1925.

66La tentation toujours plus forte de l’amende collective d’abord. Pour faire face aux dépenses imprévues, assurer le roulement d’une trésorerie, les officiers du SR voient naturellement dans la perception des amendes un expédient d’autant plus utile qu’elles sont le plus souvent perçues en monnaie métallique, la seule qui ait cours pour rémunérer un informateur ou acheter une influence : « Il est impossible de trouver des agents fixes à moins de 8 à 10 livres or par mois, nos informateurs de l’intérieur ne risquant pas les représailles des tchétés pour nos beaux yeux »105. Le système s’étend du reste aux autres dépenses de l’administration, avec l’aval plus ou moins tacite du haut-commissariat. C’est ainsi qu’à l’automne 1925, l’intendance de la 2e Division compte sur « la rentrée prochaine de l’amende de 2 000 livres turques or infligée à deux tribus de Dayr al-Zawr » pour financer l’essentiel de sa campagne d’achat d’orge106. L’extension de ces pratiques finit d’ailleurs par alerter les fonctionnaires des Finances, ce qui ne signifie naturellement pas qu’elles aient dès lors cessé :

  • 107 CADN, fds BM, 2737, Ministre des Finances à Président du Conseil, 10. I.1924.

« À la date du 22 novembre 1924, notre collègue de la Guerre a bien voulu me remettre copie d’une communication adressée à Votre Département au sujet d’un compte tenu par le Général commandant la 2e Division, pour la gestion du produit des amendes et razzias infligées pour actes de brigandage postérieurs à l’accord d’Ankara. (...) Ce maniement de fonds par un général qui n’a aucune qualité pour exercer les fonctions de comptable, soit au nom du Trésor français, soit au nom de la Trésorerie du haut-commissariat, soit au nom des États syriens, constitue à mon avis une irrégularité des plus graves et pourrait, le cas échéant, susciter de sérieuses critiques de la part des membres du Parlement. Il s’agit, en effet, d’une véritable gestion occulte, à laquelle il importe de mettre fin sans délai »107.

67Second symptôme : l’anémie des ressources financières fait explicitement ressortir le lien qui, dans l’esprit de bon nombre d’officiers, rattachait l’efficacité d’une action de renseignement à l’implication administrative de celui qui en avait la charge. Récemment arrivé dans l’État d’Alep, où l’administration indirecte, bien que fictive, demeurait en principe le fondement de la pratique mandataire, le général Billotte souligne ainsi l’impossibilité dans laquelle il se trouve de compenser par une action administrative la réduction de ses moyens financiers :

  • 108 CADN, fds BM, 1580, Billotte à Haut-Commissaire, 24. IV. 1923.

« Notre service d’information ne doit pas agir seulement à l’extérieur des frontières, mais également à l’intérieur, où, grâce à la forme d’administration choisie, nous ignorons tout ce qui se passe. Gouverneurs, mutessarifs, caymakams, police, gendarmerie locale, ne nous donnent jamais de renseignements. Il faut payer pour savoir ce qui se passe dans ce pays, si nous ne voulons pas y vivre comme des aveugles ou des étrangers. Aux Alaouites, je savais tout parce que j’administrais, et je n’ai rien dépensé comme fonds politiques. Ici, je ne sais rien, parce que je n’ai que des attributions ridicules »108.

  • 109 CADN, fds BM, 438, Schoefïler à Chef du Bureau politique, 16. X.1930.

68Nonobstant la mauvaise foi d’un délégué en quête d’une rallonge budgétaire, il y a bien là, malgré tout, comme la révélation des bases objectives de l’administration directe, bientôt érigées en un dogme derrière lequel viendront se réfugier tous les tenants d’un mandat autoritaire. Significative à cet égard est l’argumentation utilisée en 1930 par Ernest Schoeffler, alors gouverneur des Alaouites, pour s’opposer aux orientations nouvelles prises par Ponsot et son équipe : « J’ai la prétention d’avoir appris depuis onze ans comment les renseignements utiles peuvent parvenir aux oreilles des représentants du mandat. J’affirme qu’il n’est pas de meilleur poste d’écoute que la fonction de contrôleur du service administratif assurée ici par les officiers du SR »109.

La crispation de l’appareil mandataire

69Les compressions budgétaires constituent ainsi un terrain favorable au démantèlement des options les plus souples du mandat. Mais c’est bien de l’emballement de l’agitation frontalière, et plus largement du choc produit dans les sociétés locales par l’affirmation du mandat, que découle en dernier ressort la crispation de l’appareil mandataire des années 1923-1924. Dans cette perspective, les campagnes de désarmement qui se succèdent alors au Grand-Liban constituent sans nul doute un champ d’observation privilégié, en ce sens qu’elles mettent enjeu cette monopolisation de la violence légitime en laquelle Nobert Elias voyait l’un des principaux creusets du pouvoir d’État.

  • 110 Sauf indication contraire, les données factuelles sont tirées de CADN, fds BM, 2442.
  • 111 CADN, fds BM, 2390, Rapport cité du docteur cArab.

70En dehors du cas particulier de la direction du service à Beyrouth, il n’y a pas à proprement parler de bureaux de renseignements qui fonctionne au Liban dans la première moitié des années 1920. Mais on y trouve, à partir de 1923, des institutions qui y ressemblent fort, les « commandements militaires ». Le premier à être érigé est le « commandement militaire du Chouf », avec pour centre Bayt al-Din, et un ressort s’étendant progressivement sur les cazas de Hasbaya, Rashaya et Marjcayun110. Il est officiellement institué le 11 mai 1923, à la suite d’une succession d’assassinats mettant aux prises les Druzes du Chouf et les Chrétiens de l’enclave de Dayr al-Qamar. Dès le mois de juillet 1923, le commandement militaire passe entre les mains d’un officier du SR, le commandant Coustillière, qui dispose par ailleurs d’un adjoint détaché à Marj – cayun. Bien que la vague de crimes confessionnels ait été rapidement réprimée, grâce notamment à l’institution à Beyrouth d’un « tribunal extraordinaire qui a condamné à mort un grand nombre de bandits, en faisant pendre comme du temps des Turcs dans la grande cour du palais de Justice »111, le commandement militaire du Chouf se maintient néanmoins jusqu’en décembre 1924, avant d’être réactivé d’urgence l’année suivante pour cause de révolte syrienne. Le glissement vers l’administration directe est ici patent :

  • 112 CADN, fds BM, 2442, Coustillière à Gouverneur du Grand-Liban, 12. VIII.1924.

« Depuis quelque temps, le mutessarif et le directeur de l’intérieur paraissent avoir brusquement perdu de vue l’ordre du commandant en chef instituant au Chouf un commandement militaire, et s’efforcent de reprendre le commandement direct. Je suis obligé aujourd’hui d’adresser un rappel au mutessarif qui envoie aux mudirs, sans prendre mon agrément préalable, des instructions qui se trouvent absolument contraires à celles que j’ai données moi-même ; le mutessarif n’ignore pourtant pas qu’aux termes de l’ordre instituant le commandement militaire, il est lui-même, en ce qui concerne le Chouf, sous mes ordres »112.

71Avec la verve satirique qui le caractérise, le Dabbūr de Beyrouth peut s’en donner à cœur joie dans un article intitulé « L’État Coustilliérien » :

  • 113 CADN, fds BM, 931, Traduction d’un article du Dabbūr sans mention de date.

« Nous avons relaté dans notre dernier numéro que le commandant Coustillière avait fondé, lors des élections, l’État du Chouf indépendant. (...) Nous prions une deuxième fois pour le maintien de cet État et son entrée prochaine à la Société des Nations. Notre correspondant a appris que certaines personnes de la suite coustilliérienne cherchent à faire signer des pétitions pour demander le maintien étemel au sérail de Bayt al-Din, du commandant Coustillière et de ses héritiers »113.

  • 114 SHAT, 4H 250, Résultat des campagnes de désarmement du Grand-Liban, 25. I.1924.
  • 115 CADN, fds BM, 930, Propositions au sujet du désarmement, 27. VIII.1923.
  • 116 CADN, fds BM, 930, Décision du 12. IX.1923.

72Le désarmement des populations favorise la consolidation institutionnelle de ce commandement. C’est en effet dans le Chouf que débute au cours de l’été 1923, une vaste campagne de désarmement qui va très rapidement s’étendre à tout le territoire du Grand-Liban. Dès la fin du mois d’août, les cazas du Chouf, de Jazzin, de Rashaya et de Hasbaya, ont d’ores et déjà versé près de 10 000 fusils et plus de 250 000 cartouches114. Dans la foulée, trois nouveaux commandements sont créés pour entreprendre le désarmement des districts du Liban Sud (Sayda et Tyr), du Liban Nord (Tripoli sans la ville, Batrun, cAkkar et Zghorta), de la Bekaa (Baalbeck et Hermel) et du Mont-Liban (Matn et Kisrawan) : « Un commandement militaire, chargé de la conduite générale des opérations, sera placé pendant leur durée à la tête de chacun des sandjaks précités. Il sera assisté d’un officier du SR, chargé de la préparation morale du désarmement et de la recherche du nombre d’armes détenues par chaque village. (...) Les autorités civiles seront à sa disposition en ce qui concerne l’exécution des mesures préparatoires au désarmement »115. Des officiers de renseignements venus des Alaouites sont pour l’occasion dépêchés sur place116. Au terme des opérations, quelques 20 000 fusils et 650 000 cartouches sont ainsi récupérés, avant même que le désarmement des villes de Tripoli et de Beyrouth n’ait été entrepris.

  • 117 CADN, fds BM, 893.

73Mis à part le commandement du Chouf, les autres territoires militaires ne se maintiennent pas au-delà de cette première campagne de désarmement. Au début de 1924 cependant, à la suite des raids de Sadiq Hamza dans le Djebel cAmil, les responsables mandataires décident de créer un « commandement de la frontière de Palestine », s’étendant de Naqura jusqu’au nord du Hula. Ce commandement est confié au capitaine de Marliave, cadre des Chasseurs libanais, qui ne tarde pas à préconiser l’organisation de milices villageoises à la façon des gardes ruraux de la région d’Alep117.

  • 118 SHAT, 4H 149 ; CADN, fds BM, 930 et 936. On trouve dans ce dernier carton, la traduction d’une long (...)

74La recrudescence de l’insécurité est également à l’origine directe d’une ultime réalisation. Le 6 juillet 1924, le maréchal des logis Vilain est tué dans la Bekaa, au cours de l’attaque de trois voitures près des villages de Brital et de Hurtacla, à une douzaine de kilomètres au sud-ouest de Baalbeck. Le chef de ces villages, un certain Mulhim Qasim al-Masri, gagne aussitôt la montagne avec ses hommes, tandis qu’un détachement de gendarmerie est violemment accroché trois jours plus tard. À la suite de ces événements, une quinzaine d’individus sont arrêtés pour l’attaque du 6 juillet, et 44 autres personnes inculpées de rébellion pour l’affaire du 9. Mulhim Qasim se rend finalement le 10 septembre, et ses deux fils, accompagnés de leur oncle, deux mois plus tard118. Entre-temps, un « commandement militaire de l’Anti-Liban » est créé le 12 octobre 1924, et confié au colonel Carron. Il a pour mission principale d’achever le désarmement de la région commencé l’année précédente, et de percevoir les amendes des villages qui ne seraient pas en mesure de livrer les armes demandées. En deux mois et demi, 4 200 nouveaux fusils sont récupérés, ainsi que 150 000 cartouches. Au cours de son action, le colonel Carron voit en outre sa compétence étendue à trois cazas de l’État de Damas (Zabdani, Nabak et Jirud), où 1 500 fusils supplémentaires sont saisis. Quant au montant total des amendes, il représente l’équivalent de 118 000 francs or, soit environ 1,3 % de l’ensemble des recettes budgétaires du Grand-Liban en 1922. Une rallonge d’autant plus intéressante qu’elle est perçue pour les trois-quarts en monnaie métallique, livres turques or pour l’essentiel. S’y ajoute enfin la contre-valeur des troupeaux saisis dont la vente vient également alimenter les caisses de l’État.

Les deux fils de Mulhim Qasim et leur oncle (au centre).

Les deux fils de Mulhim Qasim et leur oncle (au centre).

SHAT, 4H 149.

  • 119 SHAT, 4H 253, Journal de marche du Commandement de la frontière sud. Son ressort s’étend d’al-Himma (...)

75Orphelin de l’administration civile libanaise sur son flanc ouest, le dispositif mis en place par Catroux dans l’État de Damas est également rogné de l’intérieur, lorsque la crise de 1924 précipite le raidissement de l’administration mandataire dans le Hawran. Ce durcissement prend là encore la forme d’un « commandement militaire de la frontière transjordanienne », créé le 11 août 1924, et confié au lieutenant-colonel Lancelot. Il est supprimé le 1er mars 1925, quelques mois à peine avant le déclenchement de la révolte druze119. Le premier avantage de ce commandement est de faciliter les liaisons avec les autorités britanniques qui, on l’a vu, ont également opté pour un traitement des questions de sécurité centralisé par Peake Pacha. De fait, les liaisons se succèdent à un rythme soutenu et aboutissent à un nettoyage relativement rapide de la vallée du Yarmuk.

  • 120 PRO, FO 371, 10 118, fol. E7962/6863/65, Officier de liaison Beyrouth, 4. IX.1924.
  • 121 CADN, fds BM, 1703, BR du 17. VI.1924.

76L’autre grand avantage pour les officiers du SR est que cette réalisation leur permet d’envisager une prise de contrôle rapide de la gendarmerie locale qui, dans l’État de Damas, était en effet restée relativement indépendante, sous la direction jalouse du colonel Wahid Bey et de son conseiller technique, le capitaine Gérardin : « À la grande satisfaction des autorités militaires, la gendarmerie est désormais directement placée sous les ordres du commandant local, le colonel Lancelot », observe ainsi l’officier de liaison britannique120. Cette subordination institutionnelle a son prolongement opérationnel, en ce sens que la gendarmerie du Hawran se retrouve en quelque sorte comprimée à l’intérieur du nouveau dispositif sécuritaire. Pression par le haut d’abord, avec la création de deux groupes mobiles allégés, l’un basé à Darca, et l’autre rayonnant dans le sud du Djebel Druze. Pression par le bas ensuite, avec la création de milices villageoises : « Une organisation analogue fonctionne depuis longtemps à Alep et a donné les meilleurs résultats »121.

  • 122 SHAT, 4H 253, Colonel Marquet à Général commandant en chef l’Armée du Levant,

77Mais les responsables militaires veulent aller plus loin : « La création de ce Commandement est assurément d’une grande utilité, mais cela ne suffit pas. Il me paraît indispensable que la gendarmerie, ou tout au moins une partie de celle-ci, soit mise en principe, sur toute l’étendue du territoire, à la disposition des officiers du SR (...) C’est ce qui se passe à la 2e Division ; cette façon de procéder a fait ses preuves. Il faut donc l’appliquer ici »122. Comme à Alep, la mainmise sur la gendarmerie doit aboutir à la marginalisation d’une institution concurrente dans le quadrillage administratif du pays, levant ainsi un ultime obstacle à l’extension des pouvoirs du SR. Alors que la révolte syrienne a commencé depuis plusieurs mois déjà, le capitaine Gérardin, qui n’a certes pas beaucoup de raisons d’apprécier les officiers de renseignements, dresse rétrospectivement l’acte de décès de l’expérience Catroux :

  • 123 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 5, Capitaine Gérardin à Inspecteur général des gendarmeri (...)

« Les officiers du SR se sont substitués dans la plupart des cas aux mutessarifs, aux autorités judiciaires et même aux autorités relevant du ministère des Finances. Les instructions que les officiers de renseignements avaient reçues en 1920 du colonel Catroux étaient tout autres. Ils n’avaient pas le droit de faire de l’administration directe. Cette administration indirecte a fait la force du mandat pendant la période du colonel Catroux. Petit à petit, lorsque le délégué fut civil, le SR gagna à la main, intervint dans toutes les questions (...). Nous nous trouvons actuellement en présence de deux administrations qui se superposent : l’une régulière, comprenant le délégué, le gouvernement, les conseillers ; l’autre, officieuse, le SR (...). Le malaise politique dont nous souffrons depuis déjà deux ou trois ans n’a d’autre origine. Cette opinion que je vous soumets, ne m’est pas personnelle ; c’est celle de tous les conseillers »123.

Le dossier Carbillet

  • 124 SHAT, Papiers Trenga, 1K 207, dossier unique, Trenga à ?, 12. XII.1938.

78Le capitaine Carbillet, c’est d’abord un cas. « La seule erreur que je prends à mon compte, écrira plus tard son prédécesseur, l’officier interprète Trenga, c’est de l’avoir pistonné à Suwayda ; mais, à ma décharge, je peux dire qu’il était le seul candidat. Le délégué de Damas ne trouvait personne. Trois commandants pressentis s’étaient dérobés ; l’un d’eux, après une courte visite à Suwayda, aurait même dit qu’il ne désirait pas être désigné pour ce poste, parce qu’on “s’y cassait les reins” »124.

  • 125 Cf. supra, p. 190-191. Les données biographiques sont tirées de AD Haute-Marne, Fiche matriculaire  (...)

79Sans vouloir à tout prix pénétrer l’insondable complexité d’une âme humaine, signalons à tout le moins quelques étapes marquantes de la carrière de cet officier par qui le scandale est arrivé. Lorsqu’il s’installe à Suwayda en juillet 1923, le capitaine Carbillet a au moins deux bonnes raisons d’être animé par un certain esprit de revanche. Né à Langres en 1884, ce fils de marchand libraire fait sans nul doute partie de ces « enfants de la République » évoqués dans un précédent chapitre125. Sorti de Saint-Cyr en 1905 avec le numéro 146/275, Gabriel Carbillet se signale d’emblée par l’excellence de son profil d’officier. En 1913, le général Franchet d’Esperey le note ainsi : « Profondément dévoué, fanatique, apte à tout. Officier de premier ordre ». Or, victime d’une grave blessure, il quitte le front dès le 8 septembre 1914, pour ne plus y revenir, laissant échapper l’accomplissement de la destinée qu’il s’était forgée. Le Maroc lui donne l’occasion de se rattraper. À l’occasion du retour de flamme insurrectionnel qui embrase le Tafilalet en 1918-1919, il fait montre d’une activité prodigieuse qui lui vaut les citations les plus élogieuses, et lui ouvre les plus belles perspectives. Une sombre affaire de mœurs vient cependant briser l’élan que sa carrière semblait enfin avoir pris. C’est dans ce contexte qu’il tente de rebondir en se portant volontaire pour le Levant, où il arrive en 1920.

  • 126 SHAT, 4H 118, Note du 29. XI.1923.
  • 127 SHAT, 4H 118, Croquis des pistes du Djebel Druze à la date du 15. XI.1923.
  • 128 SHAT, 4H 72, Rapport du 3. VI.1924.
  • 129 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 234, fol. 40, Rapport du Conseiller Daclin, 7. IX.1926.

80Sa nomination au Djebel en juillet 1923, et sa titularisation un an et demi plus tard comme gouverneur de l’État, au mépris d’ailleurs de la convention signée en mars 1921, balisent à grands traits le cadre de son action. On connaît celle-ci. Contentons-nous de verser quelques pièces au dossier. Dans la grande tradition des officiers bâtisseurs, Carbillet multiplie les chantiers : « À Salkhad, il a déclaré que la France ne saurait tolérer qu’une politique, celle d’action, celle qui fait des seguias, ouvrir des écoles, aménager des pistes »126. Et de fait, entre son arrivée en juillet 1923 et la mi-novembre de cette même année, ce sont près de 170 km de pistes carrossables qui sont ainsi aménagés dans le Djebel Druze127 ! Et pour la réalisation de ces travaux, en ces temps de compressions budgétaires, il ne peut naturellement compter que sur lui-même, c’est-à-dire sur les prestations de travail imposées aux villageois : « Suwayda a continué de fournir chaque jour, malgré la moisson, 110 hommes et une trentaine de chameaux, pour les travaux de cAyn [?]. La grande rue des souks (12 m de large et 200 m de long) est complètement empierrée »128. Pour se faire obéir, Carbillet a mis en place, on le sait, un véritable régime disciplinaire. Au terme d’une minutieuse enquête sur le terrain, le conseiller Daclin détaille les agissements de l’officier français : « Il a institué le système de la prison administrative. De nombreux individus ont été ainsi détenus sans intervention de tribunaux (300 ou 400, peut-être plus, dit un témoin). Certains individus étaient enfermés dans un petit réduit spécial appelé la cave à charbon. 11 se trouvait sous un escalier, était sans lumière et mesurait à peu près 5 m2 sur 1,70 m de hauteur »129.

  • 130 SHAT, Papiers Andréa, 1K 208, La pacification du Djebel Druze par le général Andréa, Capitaine Desi (...)
  • 131 Gabriel Carbillet, Au Djebel Druze. Choses vues et vécues, Paris, 1929, p. 22.
  • 132 Alice POULLEAU, À Damas sous les bombes. Journal d’une Française pendant la révolte syrienne, 1924- (...)
  • 133 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 234, fol. 44-45, Rapport cité du Conseiller Daclin.

81L’un des reproches les plus communément adressés au capitaine Carbillet est d’avoir été à l’encontre de toutes les règles de la politique indigène, en tentant de prendre fait et cause pour la plèbe des fellahs face à la toute-puissance des chefs de clan. Cela se traduisait en particulier par l’abaissement ostentatoire de certains cheikhs au rang du peuple : « Le chef du village de Sala, Sulayman Nassar, fut à cette époque jeté en prison par ordre du gouverneur, et condamné à casser des cailloux sur la route d’al-Kafr, au milieu d’autres comparses qui n’étaient pas de son rang. Ce fut pour le mudir de Sala, une injure qu’il ne pardonna pas au capitaine Carbillet »130. Celui-ci a beau se référer aux idéaux de la Révolution, pour légitimer une action qu’il présente comme la défense de « 60 000 Druzes » contre « vingt chefs »131, ce que l’historien devine ici, ce sont plutôt des fragments, des prodromes de « totalitarisme » au sens où l’entendait Hannah Arendt, le façonnage d’un agrégat indifférencié d’individus sans appartenance et sans pouvoir, d’individus sans clan, pourrions-nous écrire ici : « Carbillet semble avoir jugé ce peuple subjectivement : il a voulu créer un Djebel Druze nouveau à sa manière »132. Fragments seulement, bien entendu, car Carbillet n’est pas un Big Brother froid et calculateur, un ingénieur du contrôle social et de l’embrigadement. 11 reste violemment exposé au ressac d’une société bien moins malléable qu’il ne le souhaiterait, et qui sait lui opposer sa propre violence. L’agent colonial perd facilement pied, et sa « druzite », pour reprendre sa propre expression, finit par avoir sinon sa peau, du moins son âme : « Le général lui-même, raconte le commandant de Vaux, témoin d’un accès de folie de l’officier, a cherché à calmer Carbillet qui avait l’écume aux lèvres et était dans un état de fureur extrême. Et je puis dire que tous à Beyrouth avons vu avec plaisir le capitaine Carbillet quitter la Syrie »133.

  • 134 SHAT, 4H 118, Compte rendu du médecin de 1re classe Delmas, 7. XI.1923.

82Et pour les Druzes, qui était Carbillet ? Pour les chefs de clan, un nouveau paramètre dans le jeu des rapports de pouvoir d’abord, puis très vite un concurrent, et finalement un danger dont il fallait se débarrasser à la première occasion, en l’occurrence un départ en congé interrupteur au printemps 1925. Et pour le peuple, pour cette cāmma qu’il prétendait émanciper ? On ne peut vraiment le savoir, mais l’imaginer peut-être. Revenons pour cela sur un événement qui n’a guère été souligné jusqu’à présent : l’épidémie de variole qui frappe le Djebel Druze en 1923, un mois à peine après l’arrivée de Carbillet134. La maladie s’étend très vite à tous les villages du Djebel, les rites funéraires d’exposition des corps contribuant pour beaucoup à la vitesse de sa propagation. Au plus fort de la crise, on dénombre chaque jour une trentaine de morts. Au bout de trois mois, alors que l’épidémie commence enfin à décliner, on estime qu’elle a provoqué la mort d’au moins 2 000 personnes. La population se montre il est vrai particulièrement rétive à la vaccination. 11 faut toute la poigne du nouvel officier français pour amener les villageois à composition :

  • 135 SHAT, 4H 118, BR du 15. XI.1923.

« Le mercredi 14 novembre, le capitaine Carbillet se rend chez Najm Pacha al-Halabi, à Thacla. Avant d’entrer dans le village, il fait refaire une partie de la piste qui n’avait été aménagée que sommairement. Le village de Thacla a refusé le matin de se laisser vacciner par le docteur Pouget. Les habitants redoutent le vaccin parce que le fils de Najm Pacha al-Halabi, vacciné à l’école de Suwayda, est mort récemment. Cependant, le capitaine Carbillet leur déclare nettement qu’il n’admettra pas qu’on désobéisse aux ordres donnés. C’est là une reprise en main, d’autant plus nécessaire que le village voisin d’al-Dara n’a consenti que très difficilement à laisser vacciner quelques rares individus. Une amende sera infligée et une seconde vaccination aura lieu en présence du chef du bureau de renseignements »135.

  • 136 Ibid.

83Et le scénario se répète dans chaque village. C’est qu’en effet, « le bruit se répand de plus en plus que notre vaccin tue »136. D’où vient la rumeur ? D’un constat implacable : les enfants vaccinés tombent comme des mouches. La souche envoyée par l’institut vaccinogène de Damas ayant perdu toute virulence, des cas de variole survenaient en effet chez les enfants des écoles à qui on avait inoculé ce produit inactif. L’intervention de l’officier colonial ne fait donc qu’ajouter encore, au trouble que la maladie a jeté dans l’ordonnancement de la société druze, et à n’en point douter, les deux outrages en viennent à être confondus. Carbillet est bel et bien le mauvais génie du Djebel Druze, le shaytān (démon) qui a amené le mal avec lui.

Notes

1 Birgit Schäbler, « Corning to Ternis with Failed Révolutions : Historiography in Syria, Germany and France », Middle Eastern Studies, 35 (1999), n° 1, p. 17-44.

2 Alain CORBIN, Le village des cannibales, Paris, 1990, où l’auteur analyse le massacre d’un jeune noble, Alain de Monéys, le 16 août 1870, par une foule de plusieurs centaines de personnes réunies sur le foirail de la commune de Hautefaye, au nord de la Dordogne.

3 CADN, fds BM, 546, L’insurrection du Hawran en 1920, Note du commandant Terrier, s.d.

4 SHAT, 4H 113, Rapport au sujet de l’attentat de Khirbat Ghazala, 27. VIII.1920.

5 Alain CORBIN, « L’histoire de la violence dans les campagnes françaises au XIXe siècle. Esquisse d’un bilan », Ethnologie française, 1991, n° 3, p. 224-236.

6 M. Fischbach, thèse citée, p. 194-196 ; Z. Ghazzal, op. cit., p. 91-92.

7 L. Schatkowski-Schilcher, « The Hauran conflicts... », art. cit., p. 162-163.

8 CADN, fds BM, 546, L’insurrection du Hawran en 1920, note citée.

9 A. CORBIN, art. cit.

10 Le cas de la famille Rifaci est intéressant : « Cette famille compte un petit nombre de membres [mais] elle est regardée comme une famille religieuse. Son chef, cAbd al-Rahman al-Rifaci, fanatique et francophobe, qui réside à Umm Walad, est considéré comme le chef des nobles du Hawran. Il est le naqīb al-ashrāƒ du Hawran. Les autres chefs sont Ahmad al-Rifaci de Nasib et cAbdallah al-Rifaci ». SHAT, 4H 115, Renseignement du 23. VIII.1920. Dans les grandes villes ottomanes, les familles réputées descendre du Prophète, et bénéficiant à ce titre d’un certain nombre de privilèges fiscaux, étaient organisées en corps, la naqabāt al-ashrāf, sous l’autorité d’un naqīb al-ashrāƒ, dont la fonction essentielle était précisément de tenir le registre des chérifs, et d’éviter ainsi l’usurpation d’un titre procurant à la fois prestige et avantages matériels. André Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, p. 85-87.

11 Les opérations militaires sont détaillées dans Du Hays, op. cit., t. 2, p. 183-191.

12 La délégation qui négocie la soumission comprend les trois principaux notables de la région, Ismacil al-Turki al-Hariri, shaykh al-mashāyikh, Ibrahim Salim al-Zucbi de Khirbat Ghazala et Sacd al-Din al-Miqdad de Busra Eski Sham. SHAT, 4H 113, BR du 16. IX.1920.

13 Ultérieurement ramenée à 74 000 livres turques or par remise de la troisième tranche de paiement en 1923. Au total, on peut donc estimer la répression financière effectivement exercée à plus de 2,3 millions de francs germinal.

14 CADN, fds BM, 546, L’insurrection du Hawran en 1920, note citée.

15 Références de base, Mary C. Wilson, King Abdullah, Britain and the Making of Jordan, Cambridge, 1990 ; Macan Abu Nowar, The History of the Hashemite Kingdom of Jordan, t. 1, The Création and Development of Transjordan 1920-1929, Oxford, 1989 ; Uriel DANN, Studies in the History of Transjordan. The Making of a State 1920-1929, Londres, 1984.

16 Cité par Abu Nowar, op. cit., p. 33.

17 CADN, fds BM, 2378, Copie de la réponse faite par le délégué anglais aux demandes des cheikhs du caza cAjlun, 2. IX.1920.

18 SHAT, 4H 113, BR du 26. I.1921.

19 M. Fischbach, thèse citée, p. 222-227.

20 M. Wilson, op. cit., p. 44-48 ; CADN, fds BM, 1031, Officier délégué au Caire, Estimation des forces de l’émir cAbdallah d’après le capitaine Brunton, 19. XII.1920.

21 Les ikhwān, litt. « frères » et par extension « fraternité », renouveau du wahhabisme traditionnel, apparaissent au début du siècle dans le Najd et le Hasa, comme système de sédentarisation et d’organisation agraire qui débouche très vite sur un formidable outil d’affirmation politique et militaire au service d’Ibn Sacud. Cette nouvelle fraternité socio-religieuse, qui se substitue aux traditionnels liens tribaux, permet la création d’une puissante année de plus de 70 000 hommes, qui ne tarde pas à entrer en contact avec les Hachémites au sud-est du Hedjaz (victoires des oasis de Khurma et de Turaba en 1918-1919), avant d’amorcer une puissante poussée vers le nord en 1921-1924. Cf. Y. BESSON, op. cit.

22 En mai 1921, les émeutes de Jaffa s’étendent à plusieurs autres villes et colonies agricoles en réaction à la politique trop ouvertement pro-sioniste de Sir Herbert Samuel.

23 Au lendemain de la révolte irakienne de juin-octobre 1920, il s’agit de mettre en place une monarchie constitutionnelle susceptible de camoufler en partie la présence britannique. Le traité anglo-irakien du 10 octobre 1922 précise le domaine réservé de la Grande-Bretagne, contrôle des finances et de la politique étrangère essentiellement, tandis que Bagdad, qui renonce à réclamer l’indépendance dans l’immédiat, conserve l’administration intérieure.

24 SH AT, Papiers Pierre Lyautey, 31, « Au rendez-vous des brigands ou la Transjordanie indésirable », Projet d’article, s.d.

25 S. Ghaderi-Mameli, thèse citée, p. 489-541.

26 SHAT, 4H 113, BR du 15. XI. 1920.

27 SHAT, 4H 113, BR du 8. XII.1920.

28 PRO, FO 371,6 453, fol. E3510/117/89, Druze mémorandum, Consul Palmer à FO, 2. III. 1921.

29 CADN, fds BM, 655, Étude sur la frontière sud, s.d. (ca 1920-1921).

30 SHAT, 4H 165, Compte rendu de reconnaissance du Safa et du Harra, Capitaine Rémond, 1. V.1922.

31 SHAT, 4H 113, BR du 11. XII.1920.

32 L. Bokova, op. cit., p. 95-105.

33 CADN, fds BM, 547, Arrêté n° 1343 du 10. III.1922. L’arrêté portant création officielle de l’État autonome du Djebel Druze suit de quelques mois : arrêté n° 1641 du 24. X.1922.

34 CADN, fds BM, 1031, Document cAbdallah, 31. X. 1921.

35 SHAT, 4H 109, Rapport du capitaine Gennardi, 12. VIII.1920.

36 CADN, fds BM, 1002, Diverses listes de condamnés par les conseils de guerre. Les tribunaux militaires d’Alep sont encore plus actifs puisqu’ils condamnent 270 personnes. Mais ils avaient à connaître de nombreuses affaires relevant clairement du droit commun.

37 Philip S. KHOURY, « Factionalism among Syrian Nationalists during the French Mandate », International Journal of Middle East Studies, 13 (1981), p. 441 -469.

38 cAdil Arslan par exemple, né en 1882 à Shuwayfat, au sud de Beyrouth, avait suivi des études supérieures à Paris et à l’école Mülkiye d’Istanbul. Caymakam du Chouf pendant la guerre, il était devenu un proche conseiller de Faysal en 1919-1920.

39 PRO, FO 371, 10 101, fol. E541/541/65, Philby à Jérusalem, 13. XII.1923.

40 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 2, Note de Catroux, 26. VI.1923.

41 S. Mervin, op. cit., p. 42-49.

42 Pierre BONASSIE, La Catalogne au tournant de l’an mil, Paris, 1990, p. 283-289, 304-305. Sur les critiques faites au modèle du banditisme social, Anton BLOK, « The Peasant and the Brigand : Social Banditry reconsidered », Comparative Studies in Society and History, 14 (1972), n° 4, p. 494-503.

43 CADN, fds BM, 2442, Notice sur les métoualis du Liban sud, 20. I.1924. « Métouali » est la forme francisée du terme local désignant les Chiites libanais, mutāwila, sing. mutawālī.

44 S. Mervin, op. cil., p. 349-357.

45 Elles leur dépêchent pour l’occasion eAli Khulqi al-Sharayri comme conseiller technique.

46 Dossier conservé dans CADN, fds BM, 2440.

47 Cf. carte ci-contre.

48 En s’inspirant d’Armand frémont, La région espace vécu, Paris, 1976, p. 182-184, où l’auteur décrypte l’itinéraire de Pierre Rivière dans le bocage normand, depuis le triple meurtre du 3 juin 1835, jusqu’à son arrestation le 2 juillet suivant. Cf. Michel Foucault, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur, et mon frère... Un cas de parricide au XIXe siècle, Paris, 1973.

49 CADN, fds BM, 2431, Note de la gendarmerie du Grand-Liban, 22. III.1922. Notons que le terme « Hawran » est sans doute et significativement employé ici pour désigner l’ensemble de la région frontière perçue de façon encore globale.

50 CADN, fds BM, 2440, Lettre du cheikh du village de Gharifé, août 1924.

51 CADN, fds BM, 2440, Interrogatoire de l’inculpé, août 1924.

52 CADN, fds BM, 936, Note sur Hasib Dhabyan, 1928 ; Abu Nowar, op. cit., p. 113.

53 CADN, fds BM, 2440, Interrogatoire de l’inculpé, août 1924.

54 CADN, fds BM, 2440, Déclaration du dénommé Muhammad Mulhim de Hasrut.

55 CADN, fds BM, 2440, Interrogatoire de l’inculpé, août 1924.

56 CADN, fds BM, 1030, Traductions de lettres envoyées aux détenus de l’île d’Arwad, lettre du 15. X. 1922.

57 L. Bokova, thèse citée, p. 152-158.

58 SHAT, 4H 120, Registre de la délégation du Djebel Druze, Renseignements du 15. III.1922 et de novembre 1922.

59 Elles imposent par exemple aux shuyūkh al-caql une proclamation jetant l’anathème sur Sultan. Branche dissidente de l’ismaélisme (Chiites dits parfois septimains par opposition aux duodécimains), la religion druze, constituée au début du XIe siècle, incarne bien cette sensibilité particulière des ghulāt, ces « sectes » chiites extrémistes adeptes d’une approche ésotérique (bātin) de la religion, permettant d’aller au-delà du sens apparent (ẕāhir). De fait, la communauté druze se retrouve bien partagée entre les « ignorants » (jāhil, pl. juhhāl) et les « initiés » (ᶜāqil, pl. cuqqāl). Parmi ces derniers, les plus pieux sont élevés au rang de shaykh al-caql. Dans le Djebel Druze du début du XXe siècle, il s’agit en pratique d’une poignée de dignitaires, toujours recrutés au sein des mêmes familles : les Jarbuca de Suwayda, les Hannawi de Sahwat al-Balata, les Hajari de Qanawat et les Abu Fakhr de Rimât al-Luhf.

60 Pour le paragraphe qui suit, M. Wilson, op. cit., p. 73-75 ; Abu Nowar, op. cit., p. 79-81.

61 Cité par M. Wilson, op. cit., p. 74.

62 La proclamation britannique tant attendue par l’émir est finalement officialisée le 25 mai 1923 àc Amman.

63 SHAT, 4H 120, cité par L. BOKOVA, thèse citée, p. 156.

64 On a dû recourir ici à trois collections différentes de BR, toutes conservées à Nantes : dans le fds BM, les BR de l’État de Damas, carton 1703, et ceux du Grand-Liban, carton 1675 ; dans le fonds Jérusalem Consulat général, série B, sous-série 1914-1941, carton 101, les très riches bulletins rédigés par le capitaine de corvette Lefebvre de Maurepas, officier de liaison du haut-commissariat à Jérusalem, véritable attaché militaire disposant d’un réseau d’informateurs très performant. S’y ajoute, SHAT, 4H 253, Liste des actes de banditisme exécutés dans l’État de Damas par des bandes d’origine politique depuis le 1er janvier 1924, Gendarmerie de Damas, 6. VIII.1924.

65 CADN, fds Jérusalem Consulat général, 101, BR du 28. I.1924.

66 SHAT, 4H 59, BR du 20. VI au 10. VII.1923. Le principal article paraît dans le numéro du 15. VI.1923.

67 CADN, fds BM, 982, Copie d’une lettre du capitaine Carbillet adressée à ?, 15. VII. 1924.

68 U. Dann, op. cit., p. 84-85. En marge d’une note signalant l’agacement des autorités mandataires françaises après que le chérif les eut constamment ignorées, un fonctionnaire du FO souligne : « Il a agi exactement de la même manière avec notre mandat en Transjordanie », PRO, FO 371, 10 160, fol. E3605/218/89, Consul Damas à FO, 10. IV.1924.

69 CADN, fds Jérusalem Consulat général, 101, BR du 28. I.1924.

70 PRO, FO 371, 10 101, fol. E541/541/65, Philby à Jérusalem, 13. XII.1923.

71 Réunie le 17 décembre 1923, la conférence de Koweït est ajournée une première fois le 22 décembre. Elle reprend le 18 janvier 1924, le jour même de l’arrivée de Husayn en Transjordanie, et est de nouveau suspendue le 30. Après une ultime reprise en février, elle se sépare définitivement sur un constat d’échec le 12 avril 1924. Les négociations buttent en particulier sur ce qui constitue le nœud du problème, à savoir le contrôle de l’axe hautement stratégique du Wadi Sirhan, que les Britanniques seraient disposés à abandonner à Ibn Sacud, en échange de sa renonciation à la région de Macan-Akaba, indispensable pour sécuriser l’évacuation des hydrocarbures irakiens dont on espère àjuste titre le jaillissement prochain. Cf. S. Ghaderi-Mameli. thèse citée, p. 820-821 ; Y. BESSON, op. cit., p. 165-166.

72 CADN, fds BM, 1703, BR du 25. II.1924 ; fds Jérusalem, 101, BR du 25. III. 1924.

73 SHAT, 4H 141, Commandant Arnaud à Délégué Damas, 26. IV.1923.

74 L’embranchement à voie étroite Darca-Haïfa avait été construit par le gouvernement ottoman après rachat d’une ancienne concession britannique.

75 SHAT, 4H 120, Communication du mutessarif du Hawran, 4. VIII. 1922 ; 4H 113, Note du 18. XII.1920.

76 CADN, fds BM, 1002, Liste des condamnés par les conseils de guerre.

77 CADN. fds BM, 1703, BR du 2. VII. 1924.

78 SHAT, 4H 146, État nominatif des 21 bandits arrêtés en Transjordanie, 17. VIII.1924.

79 SHAT, 4H 115, Catroux à Robert de Caix, 31. XII.1920.

80 SHAT, 4H 115, Rapport du 5. I.1921.

81 CADN, fds BM, 1703, BR du 14. III.1924.

82 Ibid., BR du 17. VI.1924.

83 CADN, fds Jérusalem, 101, BR du28. III.1924 ; fds BM, 1703, BR du 30. VIII. 1924.

84 SHAT, 4H 72, Rapports des 23. IX et 3. X.1924.

85 CADN, fds BM, 1703, BR du 4. III. 1924.

86 CADN, fds Jérusalem Consulat général, 101, BR du 21. VIII. 1924.

87 Sauf indication contraire, les données factuelles et citations sont tirées de CADN, fds BM, 1703, BR du mois d’août 1924.

88 SHAT. 4H 253, Traduction d’une proclamation distribuée dans le Hawran, 11 . VIII. 1924.

89 PRO, FO 371, 10 118, fol. E7582/6308/65, Clayton à Cox, 14. VIII.1924.

90 SHAT, 4H 71, Rapport du 3e trimestre 1924.

91 Le compte rendu de la rencontre entre cAbdallah et le lieutenant-colonel Cox est conservé dans PRO, CO 733, 72, Dépêches du mois d’août 1924, Cox à Clayton, 20. VIII.1924 : « Il lut ensuite la lettre et dit, avec des larmes dans les yeux, que c’était là un grand choc pour lui. (...) Il me demanda si le Gouvernement britannique avait perdu toute confiance en lui, car si tel était le cas, il n’avait plus qu’à se préparer à quitter le pays, et nous verrions ainsi par nous-mêmes ce qu’il adviendrait... ».

92 SHAT, 4H 71, Rapport du 3e trimestre 1924.

93 Cf. supra, p. 111.

94 P. Gouraud, op. cit., p. 149-161.

95 SHAT, 7N 4186, Weygand à Président du Conseil, Rapport du 10. XI.1924.

96 Cf. supra, p. 108-109.

97 SHAT, 7N 4186, rapport cité.

98 Ibid.

99 Louis DILLEMANN, « Les Druzes et la révolte syrienne de 1925 », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, 1982, n° 254, p. 49-54 ; sur la base de Géo London, L’amiral Esteva et le général Dentz devant la Haute Cour de Justice, Lyon, 1945, p. 189-190.

100 CADN, fds BM, 2390, Aperçu sur la délégation du haut-commissariat à Damas, Rapport du docteur cArab, s.d. (ca 1923).

101 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 324, fol. 68-83, Note sur le budget de 13 millions du général Gouraud.

102 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 325, fol. 122-123, Note du 18. III.1924 de l’état-major de l’armée du Levant. Les effectifs de l’AFL passent en gros de 60 000 hommes au début de 1922, à 40 000 hommes au milieu de l’année, et à 25 000 hommes au début de 1923, niveau auquel ils se stabilisent.

103 Cf. supra, p. 113-114.

104 SHAT, 4H 71, Délégation de Damas, Rapport pour le 1er trimestre 1923.

105 CADN, fds BM, 1580, Mortier à Billotte, 24. IV. 1923.

106 Archives Économiques et Financières (AEF), B32 937, Sarrail à Président du Conseil, 8. X.1925.

107 CADN, fds BM, 2737, Ministre des Finances à Président du Conseil, 10. I.1924.

108 CADN, fds BM, 1580, Billotte à Haut-Commissaire, 24. IV. 1923.

109 CADN, fds BM, 438, Schoefïler à Chef du Bureau politique, 16. X.1930.

110 Sauf indication contraire, les données factuelles sont tirées de CADN, fds BM, 2442.

111 CADN, fds BM, 2390, Rapport cité du docteur cArab.

112 CADN, fds BM, 2442, Coustillière à Gouverneur du Grand-Liban, 12. VIII.1924.

113 CADN, fds BM, 931, Traduction d’un article du Dabbūr sans mention de date.

114 SHAT, 4H 250, Résultat des campagnes de désarmement du Grand-Liban, 25. I.1924.

115 CADN, fds BM, 930, Propositions au sujet du désarmement, 27. VIII.1923.

116 CADN, fds BM, 930, Décision du 12. IX.1923.

117 CADN, fds BM, 893.

118 SHAT, 4H 149 ; CADN, fds BM, 930 et 936. On trouve dans ce dernier carton, la traduction d’une longue lettre de Mulhim Qasim au haut-commissaire (s.d.) : « Déjà, du temps des Turcs, j’étais chef de bande à la tête de mes coreligionnaires, les Mutāwila, et j’ai mené contre eux une lutte de guérilla pendant les trois dernières années de la guerre ; tandis que ma famille, les femmes de ma tribu et mes jeunes enfants étaient persécutés par les Turcs, arrêtés et exilés (...). Mulhim Qasim a été un chef de guérilla et non un vulgaire détrousseur de femmes et de moines. (...) Je suis presque à bout de souffle, moi, fils des montagnes, je suis enfermé dans une prison qui ruine ma santé et me conduit au désespoir ».

119 SHAT, 4H 253, Journal de marche du Commandement de la frontière sud. Son ressort s’étend d’al-Himma, dans la basse vallée du Yarmuk, jusqu’au sud du Djebel Druze.

120 PRO, FO 371, 10 118, fol. E7962/6863/65, Officier de liaison Beyrouth, 4. IX.1924.

121 CADN, fds BM, 1703, BR du 17. VI.1924.

122 SHAT, 4H 253, Colonel Marquet à Général commandant en chef l’Armée du Levant,

123 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 5, Capitaine Gérardin à Inspecteur général des gendarmeries locales du Levant, 23. XI.1925.

124 SHAT, Papiers Trenga, 1K 207, dossier unique, Trenga à ?, 12. XII.1938.

125 Cf. supra, p. 190-191. Les données biographiques sont tirées de AD Haute-Marne, Fiche matriculaire ; Archives municipales de Langres, Acte de naissance ; SHAT, 7N 4189, Notice relative au capitaine Carbillet, 15. IX.1926.

126 SHAT, 4H 118, Note du 29. XI.1923.

127 SHAT, 4H 118, Croquis des pistes du Djebel Druze à la date du 15. XI.1923.

128 SHAT, 4H 72, Rapport du 3. VI.1924.

129 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 234, fol. 40, Rapport du Conseiller Daclin, 7. IX.1926.

130 SHAT, Papiers Andréa, 1K 208, La pacification du Djebel Druze par le général Andréa, Capitaine Desideri, s.d., p. 30.

131 Gabriel Carbillet, Au Djebel Druze. Choses vues et vécues, Paris, 1929, p. 22.

132 Alice POULLEAU, À Damas sous les bombes. Journal d’une Française pendant la révolte syrienne, 1924-1926, Yvetot, 1925, p. 46.

133 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 234, fol. 44-45, Rapport cité du Conseiller Daclin.

134 SHAT, 4H 118, Compte rendu du médecin de 1re classe Delmas, 7. XI.1923.

135 SHAT, 4H 118, BR du 15. XI.1923.

136 Ibid.

Table des illustrations

Titre Itinéraire de la bande Tawfîq Dhabyan du 8 au 20 août 1924
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre L’action armée sur la frontière sud en 1924
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre L’action armée sur la frontière sud (janvier à août 1924)
Légende Conception cartographique : J.-D. MIZRAHI (2001)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Les deux fils de Mulhim Qasim et leur oncle (au centre).
Crédits SHAT, 4H 149.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search