Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Quatrième partie. Insécurité sur la frontière sud et mutation du pouvoir mandataire

Chapitre IX. Les franges méridionales du Bilâd al-Shâm à la fin de l’époque ottomane

Texte intégral

  • 1 Il faudrait d’ailleurs écrire « les » Bilād al-Shām.
  • 2 Dominique Chevallier, « Consciences syriennes et représentations cartographiques à la fin du XIXe s (...)

1Le Bilād al-Shām, « Pays de Damas », correspond à un ensemble de territoires liés par une destinée historique commune et une solidarité géographique née de la diversité même des paysages1, à l’opposé par exemple de l’Égypte et de l’Irak, fondamentalement liés à de grands fleuves nécessaires et suffisants. Dans cette acception, le Bilādal-Shām, ou « Grande Syrie », s’étend du Taurus au nord à Akaba au sud, et de la côte méditerranéenne à l’ouest à la Palmyrène à l’est2. A la fin de la période ottomane, ce territoire était organisé en trois ensembles administratifs, parmi lesquels le vilayet de Syrie se distinguait par une certaine homogénéité ethnique arabe, que l’on ne retrouvait pas dans le vilayet d’Alep puissamment ancré dans le monde turc, et religieuse sunnite, qui tranchait naturellement avec le profil pluri-confessionnel du vilayet côtier de Beyrouth. Avant d’être une ligne-frontière (que rend l’anglais border) séparant les États mandataires, les franges méridionales du Bilād al-Shām représentaient une sorte de région-frontière (que rend l’anglais ƒrontier) dont il nous faut saisir les grands traits à l’échelle du XIXe siècle ottoman.

Un front pionnier (milieu du XIXe siècle)

Géographie de la « frontière »3

  • 3 Références de base pour ce développement, Doris S. MILLER, The Lava Lands oƒ Syria : Régional Urban (...)

2La plaine du Hawran et le massif qui la limite à l’est, appelé Djebel Druze (Jabal al-Durūz) à partir des années 1860, confèrent à la « frontière » méridionale du Bilād al-Shām son profil géographique d’ensemble. Écologiquement, on est là dans le domaine syrien de la macmūra (litt. lieu bâti), qui correspond en gros à la zone semi-aride où la pluviosité annuelle varie entre 200 et 350 mm. En l’absence d’irrigation, ces conditions climatiques n’autorisent qu’une céréaliculture sèche tournée vers l’orge et le blé dur. La macmūra, c’est donc une zone de transition entre l’agriculture paysanne, c’est-à-dire fixée au pays, portée par des terroirs organisés pour assurer une production régulière et renouvelée, et le domaine de la bādiya (d’où dérive le terme de badū, bédouin), c’est-à-dire la steppe aride dont la pluviométrie, comprise entre 100 mm et 200 mm, ne permet qu’une économie pastorale itinérante. À mesure que l’on s’enfonce vers le sud-est, les précipitations de faibles et irrégulières, deviennent exceptionnelles : c’est le Hamād, recevant moins de 100 mm, voire moins de 50 mm de pluie par an en moyenne, s’alignant de la sorte sur le climat hyper-aride du désert véritable, le ṣaḥrā

  • 4 Cf. carte annexe p. 426-427.

3En Syrie centrale, la macmūra correspond à une mince frange de terres plaquée au piémont des grandes chaînes côtières. Celles-ci font en effet barrage à la nébulosité formée au-dessus de la Méditerranée, et fixent l’essentiel de l’humidité atmosphérique. De fait, en année moyenne, Damas est traversée par l’isohyète des 200 mm, qui marque l’extrême limite de la céréaliculture sèche. Plus au sud au contraire, le libre passage des dépressions méditerranéennes explique l’avancée soudaine de l’isohyète des 200 mm à l’intérieur des terres, dessinant un vaste anévrisme qui précisément englobe le Hawran et le Djebel Druze4. Les premières pluies d’automne interviennent généralement au début du mois d’octobre, mais l’essentiel des précipitations se concentre en hiver, de décembre à mars, sous forme d’averses importantes et de chutes de neige sur les sommets du Djebel Druze. Au début du printemps, les pluies se réduisent et s’espacent de plus en plus, avant de s’effacer complètement dès le mois avril, pour laisser la place à un été excessivement sec et chaud. À ces conditions climatiques malgré tout acceptables, s’ajoute la fertilité d’un sol de basalte décomposé particulièrement propice aux céréales.

4Situé sur le rebord septentrional de la plaque d’Arabie, le système volcanique du Hawran a pour origine le Djebel Druze, principal centre d’émission magmatique de la région. Il prend la forme d’un vaste dôme elliptique (d’environ 60 km du nord au sud, et d’une quarantaine de kilomètres dans sa plus grande largeur), dont les pentes peu prononcées n’excèdent pas 8 % pour les versants les plus accusés à l’est, et sont même inférieures à 2 % dans le grand sud. De fait, le massif du Djebel Druze se présente à l’œil comme un vaste plateau atteignant une altitude de 1 200 mètres environ, surmonté d’une couronne de cônes de scories (les tulūl) pouvant atteindre 1 799 mètres au point culminant du Djebel. On est là dans une configuration de type hawaïen, où un volcanisme effusif accouche, sans explosion ni projections majeures, d’un appareil modelé par l’empilement des couches basaltiques : c’est le fameux volcan-bouclier, pour reprendre une typologie classique de la vulcanologie.

5À l’ouest du massif, s’étend la vaste plaine de la Nuqra (litt. cavité), qui constitue localement la terre à blé par excellence. Elle correspond aux amples épanchements de laves basaltiques fluides, intervenus lors de la phase la plus ancienne de l’activité volcanique de la région (miocène), et qui ont donné naissance à de vastes étendues planes dotées d’une couche relativement épaisse de terre arable finement décomposée. À mesure que l’on remonte vers le nord-ouest, on quitte progressivement le « pays du blé » (bilād al-qamḥ), pour gagner les terrains plus accidentés du Golan, plus spécifiquement dédiés à l’élevage. Surplombant le lac de Tibériade et la dépression du Hula, le Golan marque la limite extrême des terrains basaltiques à l’ouest, tandis qu’au sud de la vallée du Yarmuk, les collines du cAjlun font réapparaître le substrat calcaire de la région.

6Cette zone est drainée par un certain nombre de rivières pérennes dont le réseau s’organise à partir du Yarmuk. Sur la rive droite, le Wadi Ruqqad et le Wadi Allan s’écoulent depuis l’Hermon, et prennent dans leurs cours inférieurs des allures torrentielles qui encaissent profondément leurs vallons, traversant l’horizon basaltique avant d’attaquer la craie sous-jacente. Descendu des hauteurs du cAjlun, le Wadi Shallal (shallāl, « cataracte ») présente les mêmes caractéristiques sur la rive gauche du Yarmuk. Enfin, depuis le versant occidental du Djebel Druze, les nombreuses sources pérennes qui s’égrènent au pied des cônes de scories, entre 1 100 et 1 300 mètres d’altitude, alimentent un certain nombre de rivières qui viennent également se jeter dans le Yarmuk.

7La région a bâti son économie agricole autour de la production d’un blé dur reconnu pour ses qualités nutritives. Il est produit en culture pluviale, suivant les principes d’un dry-farming traditionnel qui se résume le plus souvent aux labours d’hiver de la jachère, facilitant la bonne pénétration des eaux de pluie et l’emmagasinage de l’humidité. Mais en été, les labours de déchaumage, qui permettraient de rompre la capillarité des sols de manière à ralentir l’évaporation, sont en pratique impossibles à mettre en œuvre du fait de la faiblesse des agents de traction. De fait, en année de bonne pluviosité, les rendements peuvent être satisfaisants et les récoltes abondantes. Mais en cas de déficit pluviométrique, en particulier à la fin de l’hiver, au moment de l’épiaison, la quasi-monoculture céréalière de la région ne ménage aucune échappatoire aux paysans qui, d’un coup, subissent de plein fouet les inconvénients d’une situation géographique déjà très méridionale. Le Hawran du XIXe siècle n’est pas la Wheat Belt américaine du début du XXe siècle ou le Kazakhstan des années 1950, où la mécanisation appuyait l’avancée inexorable de fronts pionniers agricoles en culture sèche.

8Un autre paysage né de l’activité volcanique de la région, mais présentant des caractéristiques totalement opposées au modelé basaltique de la Nuqra, est constitué par les chaos de laves craquelées et boursouflées qui s’étendent au nord-ouest (Lajā’) et au nord-est (Qrāc et Safā du Djebel Druze. Il s’agit là de formations volcaniques beaucoup plus récentes, datant du pléistocène récent et même de l’holocène. À la différence des coulées plus anciennes du tertiaire, on a affaire ici à des laves acides (andésite), visqueuses et sursaturées, dont l’écoulement lent a provoqué la formation d’une croûte épaisse et déchiquetée. Pour désigner cet amoncellement chaotique de laves, on utilise le terme hawaïen de αα, qui correspond également aux cheires de l’Auvergne. En Syrie, la bordure de ces coulées prend la forme d’une petite falaise de 10 à 20 mètres de hauteur, dentelée et déchiquetée par le refroidissement de la lave, le luhf

9Vues aériennes du Laja’

SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, carton 27, village de Sumayd, janvier 1927.

  • 5 Que l’on croirait, vu du ciel, sculptés dans la masse. Cf. les photos page précédente du village de (...)
  • 6 SHAT, 4H 115, Note du capitaine Terrier, 6. XI.1920.

10Au nord-ouest, le Laja’ (litt. « refuge ») s’étend sur quelques 900 km2. Bien arrosé, le Laja’ disposait de ressources suffisantes pour abriter quelques fractions semi-nomades, mais aussi, notamment dans sa partie méridionale, un certain nombre de villages5. Il était en particulier parsemé de poches de terre arable extrêmement fertiles, où l’on retrouvait les qualités du sol finement décomposé de la Nuqra. Explorant l’intérieur du Laja’ en 1920, le capitaine Terrier estimait au jugé l’une de ces dépressions intérieures à environ une dizaine de km2 : « Cette terre est certainement fertile et les années pluvieuses doivent être des années d’abondance. Il existe plusieurs de ces plaines dans le Laja’, grandes dépressions séparées par des bandes rocheuses »6.

  • 7 Papiers Deleuze, Aperçu géographique sur le Safa, Lieutenant Sauvagnac, s.d., ca 1932.

11Le Qrac correspond à une étroite coulée de lave échappée des flancs nord-est du Djebel Druze, et qui s’allonge sur près de 40 km en direction du Safa. Dans ses derniers développements, elle a suivi les talwegs d’anciens oueds, ce qui lui confère un profil digité assez saisissant : « Cet aspect frappe le voyageur à son arrivée à Khirbat Ambashi ; la piste franchit alors successivement chacun des doigts et les dépressions argileuses qui les séparent »7. Le Safa a été généré par le même cycle éruptif que le Qrac, mais s’est formé indépendamment à partir d’une fissure orientée SSE-NNO, jalonnée par toute une série de cônes de scories présentant toutes les variantes possibles (double cratère, cratère égueulé, etc.). Il se prolonge vers le nord par le Dīrat al-Tulūl, alignement de cônes volcaniques plus espacés mais de même orientation.

12Si l’économie agraire qui se développe à partir du Hawran colonise allègrement le versant occidental du Djebel Druze, au moins jusqu’à 1 200-1 300 mètres d’altitude, le versant oriental du massif, au demeurant plus accusé, surplombe une région qui présente pour sa part toutes les caractéristiques du modelé steppique. Il s’agit en premier lieu des immenses étendues caillouteuses du Hārra (litt. « ardent », « chaud »), champs de pierres qui rejoignent al-Azraq au sud, et qui s’enfoncent vers l’est sur une centaine de kilomètres, après quoi ils alternent avec les espaces nus et vallonnés du Hamād. S’insinuant comme un îlot de fertilité entre les chaos volcaniques du Safa et les espaces désolés du Harra, la dépression de la Ruhbé (Ruḥbah, litt. « pays plat et cultivé »), qui s’étend sur environ 20 km de long et 5 km de large, fonctionne à la fois comme un bassin de capture de la zone endoréique, que vient parfois inonder à la fonte des neiges le Wadi Sham (qui draine le versant oriental du Djebel Druze entre Mushannaf et Busan), et un vaste réceptacle pour les pluies hivernales qui ont lessivé les sols du Safa, drainant de fines particules très riches en sels minéraux. De là, une fois tous les dix ans dit-on (terres dites cushriyya), des récoltes qui paraissent d’autant plus fabuleuses qu’elles surgissent au cœur d’une région au mieux dédiée au pacage des moutons.

L’atrophie de la zone de culture : un essai d’interprétation8

  • 8 Les références de base sont ici N. Lewis, op. cit., p. 1-24 ; Id., « The Syrian Steppe during the l (...)
  • 9 On sait que ce qu’il est convenu d’appeler la première dynastie wahhabite, appuyée sur la prédicati (...)

13Malgré un potentiel agricole certain, à l’ouest du massif du Djebel Druze en tout cas, le Hawran n’échappe pas au vaste phénomène des Wüstungen qui, dans l’histoire du Bilād al-Shām, culmine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. À la suite peut-être d’une surpopulation de la péninsule Arabique, et sous le coup plus certainement d’une mauvaise conjoncture climatique qui voit se succéder plusieurs années de sécheresse (particulièrement sévère en 1756-1757), d’amples mouvements migratoires paraissent affecter les puissantes confédérations cAnaza et Shammar, qui progressivement refluent vers les « rivages » du Bilād al-Shām pour la première, et de la Mésopotamie pour la seconde. À la fin du XVIIIe siècle, l’expansion sacudo-wahhabite intervient également dans cette mise en branle des tribus de la péninsule9, dont le ressac finit par rompre les équilibres socio-politiques de la Syrie géographique, au moment où l’État ottoman, engagé sur la voie d’un lent mais profond déclin, ne paraît guère en mesure d’intervenir massivement.

  • 10 Note de l’interprète chancelier Beaudin, Consulat de France à Damas, 17. I.1838, cité par B. Schäbl (...)

14Localement, le recul de la zone des cultures est particulièrement évident dans le sud-est du Hawran, entre Darca et Busra Eski Sham. Directement placée en front de steppe, cette zone était tout particulièrement exposée au risque de la sécheresse et aux infiltrations bédouines. Mais même en deçà du front de colonisation, l’occupation sédentaire de l’espace était particulièrement lâche. L’oliganthropie agissait comme un puissant frein à la mise en valeur de la plaine. En janvier 1838, un observateur français écrivait ainsi : « Il existe une province très riche en terre au sud de Damas, anciennement très peuplée, mais actuellement elle ne contient pas le quart de bras suffisant pour sa culture ; cette province s’appelle Hawran »10. Au début du XIXe siècle, le village de Busra Eski Sham ne compte ainsi qu’une douzaine de familles, dont le travail suffit à peine pour mettre en valeur une part minime des vastes terres qui l’entourent. Les seules localités d’importance s’égrenaient en fait le long de la route du pèlerinage, qui passait par Sanamayn, Shaykh Miskin et Muzayrib.

  • 11 France Métral, « Biens tribaux dans la steppe syrienne entre coutume et droit écrit », Revue des Mo (...)

15Au début du XIXe siècle, l’espace sédentaire paraît donc s’être rétracté au contact de la pression bédouine. Celle-ci se manifeste en particulier selon deux modalités qui ont contribué à fixer l’image prévaricatrice du bédouin : le ghazū (pl. ghazawāt) d’une part, c’est-à-dire le rapt d’une richesse mobile, bétail ou marchandise, et l’extorsion de la khuwwa d’autre part, sorte de tribut annuel qui scelle un pacte de soumission et ouvre une relation de protection11. Ce n’est pourtant pas une logique exclusivement conflictuelle qui préside aux relations entre paysans sédentaires (fallāhīn) de la zone cultivée et groupes de pasteurs nomades qui viennent périodiquement s’y réfugier. Bien plus qu’un champ de bataille, la macmūra est d’abord un lieu où s’invente la résolution des tensions et où s’exerce le magnétisme des contraires.

  • 12 Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, 1986, p. 217
  • 13 À moins précisément que l’injection d’un nouveau type de richesses, plus nettement affranchies de l (...)
  • 14 Cf. les travaux de Riccardo Bocco. Le terme dérive du verbe dāra, qui signifie tourner, circuler. D (...)
  • 15 La qusra, l’entraide inter-tribale, ouvrait à une tribu en difficulté un droit d’accès aux pâturage (...)

16Dans le cadre des relations inter-tribales, la khuwwa et le ghazū, auxquels viennent s’ajouter d’autres mécanismes comme la ṣuḥba (litt. « compagnonnage », pacte d’amitié et de bon voisinage), signalent les rapports de pouvoir et balisent les circuits de l’échange. En corrélant la reproduction des allégeances à la circulation des richesses, cette « économie de la violence » tendait à rompre sans cesse toute suraccumulation du fragile surplus économique que pouvaient dégager ces régions à l’écologie précaire et aléatoire. Par la force des choses si l’on peut dire, le risque écologique était géré solidairement par l’ensemble des populations engagées dans l’exploitation des mêmes ressources pastorales. À la différence des royautés militaro-esclavagistes de la zone sahélo-soudanaise, dont le palais s’érigeait au sommet d’un vaste système de circulation hiérarchisée12, le circuit tributaire et redistributif de la bādiya visait au contraire à fluidifier l’écoulement des prises, de telle sorte que son amplitude spatiale augmentait à mesure que s’amincissait l’horizon politique13. Si les communautés sédentaires cherchaient à compenser les variations de la production dans le temps, par la constitution de réserves, les groupes de pasteurs nomades tentaient de l’amortir dans l’espace, par intégration de régions susceptibles de ne pas être soumises en même temps aux mêmes aléas climatiques. Ils misaient pour cela sur l’étalement des territoires tribaux (dīra)14, leur perméabilité et leur superposition15, et enfin leurs prolongements en macmūra.

  • 16 La caravane de 1850 comptait ainsi 4 000 chameaux au départ de Damas. Z. GHAZZAL, op. cit., p. 145.

17Dès lors, l’extension à la macmūra de la « guerre de prise » et de la khuwwa, témoignait non pas de la mise en coupe réglée d’une zone sédentaire, mais bien plutôt de son intégration renforcée dans une économie de la steppe qui, en débordant de la sorte sur ses marges semi-arides, diversifiait les bases de sa reproduction. Au début du XIXe siècle, l’État ottoman lui-même, lorsqu’il cherchait à intervenir dans la région frontière, se devait d’emprunter les réseaux tributaires et redistributifs qui innervaient l’économie politique de la frontière. L’instrument majeur de cette connexion était constitué par la surra, tribut annuel versé aux cheikhs des tribus les plus puissantes, qui en contrepartie garantissaient la sécurité de la caravane du pèlerinage et des principaux trafics commerciaux transitant par leurs territoires. Autour de cette courroie centrale, venait en outre se greffer toute une série d’accords relatifs au hajj : fourniture du charroi16, de l’approvisionnement, bref de toute la logistique qu’impliquait cette vaste entreprise qui périodiquement venait dilater les perspectives d’une économie frontalière corsetée le reste du temps par les seuils pluviométriques.

  • 17 Jacques Weulersse, Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, 1946, p. 169 ; André LATRON, La vie (...)
  • 18 James Reilly, Origins of Peripheral Capitalism in the Damascus Area 1830-1914, Ph. D., Georgetown U (...)

18Inversement, un certain nombre de mécanismes fonctionnaient à partir de la zone sédentaire afin d’absorber cette dilatation de l’économie de la steppe. L’imbrication agro-pastorale était particulièrement nette lors de l’estivage des troupeaux dans la macmūra. L’élevage nomade, ovin en l’occurrence, fournissait aux villageois des compléments essentiels à l’alimentation paysanne trop exclusivement fondée sur les céréales (consommées en particulier sous forme de burghul, blé concassé). Les pasteurs nomades ou semi-nomades fournissaient ainsi des agneaux pour l’alimentation carnée, et le samné, beurre de brebis qui jouait en tant que corps gras un rôle important dans le rééquilibrage nutritionnel du régime alimentaire17. Surtout, au moment des moissons, qui se faisaient à la main, les nomades représentaient un apport de main d’œuvre non négligeable, et leurs bêtes une force de traction importante. Enfin, la mobilisation des récoltes après battage, nécessitait un vaste charroi généralement assuré par le troupeau camelin : c’est ainsi qu’au moment des moissons, nous dit James Reilly, plusieurs milliers de chameaux parcouraient quotidiennement les pistes du Hawran, dirigeant vers Acre ou vers Damas le surplus des récoltes18.

19À la lumière de ces développements, un schéma interprétatif global peut-il être avancé s’agissant du recul du front de colonisation dans le Hawran du début du XIXe siècle ? Il ne s’agit pas là, me semble-t-il, d’un recul en quelque sorte absolu, reflétant l’évolution d’un choc frontal entre deux dynamiques mutuellement exclusives. Il me paraît être au contraire un reflux relatif, c’est-à-dire corrélé aux conditions mêmes de la production. Ce qui était enjeu en effet, c’est la rétractation de l’espace agricole en deçà de seuils écologiques susceptibles de garantir, non seulement la reproduction simple des communautés villageoises, mais également la consolidation de l’économie pastorale des tribus, par le biais de transferts soit redistributifs (ghazū et khuwwa), soit productifs (partenariat agro-pastoral). Or, en l’absence d’améliorations sensibles des techniques et façons culturales, toute avancée de la zone de culture au-delà de ces seuils écologiques ne pouvait se traduire que par la conquête de terroirs insuffisamment dotés pour faire face à cette double exigence. Par ailleurs, une trop grande dilatation de l’ager, risquait également de mordre sur les terrains de parcours du saltus, obstruant de la sorte une soupape pourtant indispensable au désamorçage de la pression exercée par le cheptel bédouin. Dans cette perspective, le recul du front de colonisation, et l’occupation lâche de l’espace sédentaire, constituaient bel et bien une condition permissive à l’émergence et à la stabilisation d’une synthèse agro-pastorale sur les marges semi-arides de la bādiya.

  • 19 F. Métral, art. cit., p. 90 ; N. LEWIS, op. cit., p. 5-6.

20Cette synthèse reste pourtant fragile à un double titre. Elle est d’abord périodiquement mise à mal par la conjoncture climatique, tout particulièrement lors des sécheresses printanières. Pour les bédouins, tout déficit pluviométrique au printemps est en effet dramatique. La végétation rase ne se développe pas et la steppe reste mahall, nue, désertique. Faute d’apports végétaux suffisants, la lactation est insuffisante en qualité et en quantité, et les agneaux nés au début de l’année meurent en masse19. Les nomades et leurs troupeaux gagnent alors de façon prématurée leurs zones d’estivage, alors même que les blés sont encore sur pied, compromettant une récolte qui par ailleurs s’annonçait déficitaire, la sécheresse du printemps ayant entravé l’épiaison. Le fragile équilibre socio-politique de la macmūra n’excluait donc pas, bien au contraire, l’affirmation d’une rude paysannerie pionnière, susceptible de faire face le cas échéant, au dérèglement conjoncturel de la synthèse agro-pastorale.

21À long terme ensuite, la réforme de l’État ottoman et l’extension de l’économie marchande font peser une lourde hypothèque sur le devenir de cette synthèse agro-pastorale. De fait, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le resserrement de la fiscalité d’État et l’intégration accrue de la céréaliculture sèche dans l’économie de marché, détournent les anciens circuits tributaires et redistributifs, et font sauter le verrou des seuils écologiques. Un vaste mouvement de reconquête agraire va dès lors s’enclencher, qui trouvera dans la paysannerie locale et l’immigration druze les bases sociales indispensables à son succès.

Les signes distinctifs d’une paysannerie pionnière : mushāc et mashyakha

22Dans le cadre du système agraire dit mushā c, la terre est à la fois détenue en quotes-parts, et soumise à une redistribution périodique des parcelles ajustée à la vitesse de rotation de l’assolement. La terre, c’est donc d’abord un « patrimoine social », comme on parle d’un capital social, divisé en un certain nombre de quotes-parts théoriques, équivalentes entre elles en terme de capacité de production. C’est là une égalisation formelle et purement technique de « l’actif foncier », qui ne préjuge en rien d’un quelconque nivellement économique et social entre « porteurs » des droits agraires. Ceux-ci en effet exercent leurs droits sur un nombre variable de parts. Ces quotes-parts théoriques prennent ensuite, tous les deux ou trois ans en général, une expression physique différente. Concrètement, le terroir du village est divisé en quelques grandes sections offrant une certaine homogénéité agronomique et topographique (qualité des sols, exposition, distance par rapport au village, etc.), à l’intérieur desquelles sont ensuite délimitées autant de parcelles (parts physiques) qu’il y a de quotes-parts théoriques. Un tel système se signale par un fort contrôle social de la production, qui commande en particulier au calendrier des travaux agricoles, et du point de vue de la morphologie agraire, par un parcellaire caractéristique en longues lanières parallèles.

  • 20 Voir les travaux de Martha Mundy cités dans la bibliographie.
  • 21 J. Weulersse, op. cit., p. 97, 108.
  • 22 Le mudd bien souvent, qui dans le Hawran de l’entre-deux-guerres équivalait à peu près à 17,5 kg de (...)
  • 23 Environ 913,3 m2. Le dunumjadïd sera aligné sur le système métrique en 1927 et arrondi au dixième d (...)

23Sans entrer dans le débat qui porte sur les origines d’une telle institution (présentant d’évidentes similitudes avec l’obchtchina slave)20, on se contentera de signaler ici l’enracinement du système mushāc dans des zones où, en dépit de la pression bédouine et d’une pluviométrie aléatoire, la nature des sols et l’absence d’accident topographique majeur permettent le développement d’une céréaliculture sèche plus ou moins extensive21. De fait, le système mushāc paraît bel et bien répondre à une logique pionnière, assurant la répartition solidaire des risques encourus par l’entreprise de colonisation agraire. Tourné vers l’essartage, le système mushāc s’ordonne autour de la capacité de chacun à produire, à mettre en valeur. Alors que l’ager paraît encore bien atrophiée par rapport au potentiel agricole dont recèle la région, chaque terroir villageois s’inscrit dans un espace ouvert, appréhendé non pas selon un système de mesure standardisé, mais en vertu d’un barème en quelque sorte social : la capacité de production. Le plus souvent, les villageois utilisent le faddān, correspondant à la superficie censée pouvoir être mise en valeur par l’ attelage-type de l’araire, soit une paire de bœufs ; ou bien le dunum, défini comme la superficie de terre nécessaire à la production d’une quantité donnée de grain22, et dont l’équivalence métrique variait naturellement avec la qualité des terrains concernés. Significativement, l’introduction du dunum jadīd, à la fin du XIXe siècle23, coïncide avec la clôture des espaces villageois dans un monde désormais plein, qui voit ainsi se figer ses cadres α priori de la pensée.

Papiers Deleuze, village de Khalkhala, rebord oriental du Laja’, 30 mars 1927. Au premier plan, enclos et derniers épanchements de laves ; à l’arrière-plan, méandres du Wadi al-Liwa’, au-delà desquels on devine le parcellaire en lanières caractéristique du système mushâ

Papiers Deleuze, citerne romaine de Suwayda, 31 mars 1927.

  • 24 P. G. Baldensperger, « The immovable East », Palestine Exploration Fund Quaterly Statement, 1906, p (...)

24Sur les terres arables, qui jouent un rôle essentiel dans la reproduction démographique du groupe, l’importance relative des parts réelles dépendait fondamentalement de la capacité de production, c’est-à-dire en dernière analyse, de la capacité à mobiliser ces autres facteurs de production que sont la force de travail, humaine et animale, l’outillage, etc. Solidaire, mais pas égalitaire, le système mushāc s’ajustait en fait, dans ces franges méridionales du Bilādal-Shām, à l’organisation politique de paysanneries pionnières resserrées autour de leurs cheikhs, tout à la fois chefs de guerre et entrepreneurs de colonisation. En 1906, alors que le front de colonisation avait très largement progressé, un observateur résume de la manière suivante les modalités sociales de cette reconquête à son origine : « Lorsque les incursions bédouines étaient bien plus dangereuses qu’elles ne le sont de nos jours, il y a une cinquantaine d’années, les cheikhs de la plaine cherchaient à rassembler autour d’eux autant d’hommes qu’ils le pouvaient, confiaient à chaque famille de colons une maison, des terres et, dans certains cas, des bœufs, et exigeaient d’eux en contrepartie de se tenir prêt à intervenir en cas de danger pour repousser les assaillants et de travailler la terre qui leur avait été confiée »24.

  • 25 J. REILLY, thèse citée, p. 294-297 ; pour le Djebel Druze, B. Schäbler, op. cit., p. 82-89. Au mome (...)
  • 26 Ibid. L’aire d’influence de la famille Hariri correspond en gros à toute la partie septentrionale d (...)

25Garants et bénéficiaires de cette organisation sociale pionnière, un certain nombre de clans particulièrement puissants sont ainsi à l’origine d’un système politique articulé autour de la mashyakha, la dignité de cheikh25. Dans la plaine du Hawran, trois grandes familles se disputent ainsi la suprématie locale. La famille Hariri tout d’abord, qui rayonne à partir de Busra al-Hariri, où se trouve le tombeau de l’ancêtre de la famille, et de Shaykh Miskin, où réside le chef de la famille. Au moment de l’occupation française, Ismacil al-Turki al-Hariri, alors âgé d’une cinquantaine d’années, est ainsi reconnu comme shaykh al-mashāyikh du Hawran : « Sa maison est généralement pleine de gens venant de toutes les contrées du Hawran, car on préfère en appeler à son tribunal ; son jugement est porté sans délai ; il suffit qu’il entende les discours des deux parties pour trancher la question »26.

  • 27 SHAT, 4H 115, Rapports cités ; Michael R. FISCHBACH, State, Society and Land in cAjlūn (Northern Tr (...)
  • 28 SHAT, 4H 115, Rapports cités ; J. REILLY, thèse citée, p. 294-297.

26Plus au sud, la famille al-Zucbi essaime tout d’abord dans tout l’est de Darca. Une autre branche de la famille s’est installée plus au sud, à al-Ramtha, et de là a étendu son influence sur le bassin supérieur du Yarmuk (Hit et Shajara). Dirigée au début des années 1920 par Nasir al-Fawwaz al-Barakat al-Zucbi, cette famille gérait le tombeau (maqām) du cheikh Rashid Ibrahim Mustafa al-Zucbi (mort en 1786)27. Au contact direct du Djebel Druze enfin, le clan al-Miqdad de Busra Eski Sham (la Bostra romaine). Occupé simplement par une douzaine de familles au début du XIXe siècle, le village de Busra Eski Sham paraît compter plus de 300 habitants dans les années 1850. Le clan Miqdad représente à cette époque 32 personnes, dont une dizaine de serviteurs, et contrôle une fraction de terre mushāc estimée à 70 hectares environ. Au moment de l’occupation française pourtant, le cheikh Sacd al-Din al-Khalil al-Miqdad préside aux destinées d’une famille qui apparaît quelque peu sur le déclin, bloquée dans son expansion par la médiocre qualité des terres situées plus au sud, et laminée par ses conflits de voisinage avec les Druzes28.

  • 29 En 1842, la population du cAjlun est estimée à 23 850 habitants, soit en gros la moitié de celle du (...)
  • 30 N. Lewis, op. cit., p. 21 ; M. FISCHBACH, thèse citée, p. 68-72.

27Au sud du Hawran, les collines du cAjlun, bien arrosées et porteuses d’une longue tradition agricole, ont très tôt servi de refuge face à la montée de la pression bédouine29. A partir de quelques puissants villages, parfois perchés sur des sites défensifs à la manière des castra du Latium médiéval, deux grandes familles de cheikhs dominent plus particulièrement la société locale. Les Furayhat de Kufranja tout d’abord, dont la fortune repose également sur une florissante oléiculture. Au début du XIXe siècle, le chef de cette famille devient le principal interlocuteur des lointaines autorités provinciales. Mais ce leadership est violemment contesté par les Shurayda qui rayonnent à partir de Tibna, plus au nord. Au milieu du XIXe siècle, Yusuf al-Shurayda réussit du reste à étendre son influence sur une grande partie du cAjlun, et est en mesure, dit-on, d’aligner plus de 500 hommes en armes pour la défense de son fief d’al-Kura (région de Tibna-cInba). En 1921-1922, un de ses fils, Kulayb al-Shurayda, opposera une résistance farouche à l’avènement de cAbdallah Ibn Husayn, avant d’être finalement défait par quelques bombardements biens ciblés de la Royal Air Force30.

  • 31 D. Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, (...)

28À la différence des collines du cAjlun, le Djebel Druze a pendant longtemps été abandonné au pâturage de quelques tribus moutonnières. C’est l’immigration druze qui va constituer le moteur de sa reconquête. Déjà ancienne, puisqu’elle débute dans les dernières années du XVIIe siècle, cette immigration paraît s’amplifier dans la première moitié du XIXe siècle. Vers 1800, la population druze du Hawran oriental est ainsi estimée à quelques milliers d’âmes (entre 3 et 5 000), mais double ensuite en une cinquantaine d’années (entre 8 et 10 000 Druzes dans les années 1850). Il faut y voir le contrecoup des tensions agraires qui agitent la montagne libanaise dans le courant du XIXe siècle, au moment où la surpression démographique condamne les hommes à s’entre-déchirer pour une terre de plus en plus nettement accaparée par les muqāṭacajī, ces détenteurs de l’iqṭāc (l’iltizām version libanaise) qui, par le jeu de l’endettement et de l’hypothèque, érigent la ferme fiscale en une véritable seigneurie foncière31.

  • 32 N. Lewis, op. cit., p. 82-85. Cf. carte annexe p. 426-427. La situation des clans druzes est celle (...)

29Fuyant ce resserrement des cadres sociaux de la production, que les paysans maronites paraissent en mesure de contester plus efficacement grâce au soutien des monastères et à leur positionnement sur les nouvelles filières séricicoles, les Druzes du Liban se tournent ainsi de plus en plus vers l’intérieur syrien et le Hawran oriental. Dans les années 1850, cette immigration paraît avoir défini trois principales zones d’implantation32. Le clan dominant des Hamdan rayonne sur l’ensemble de la communauté à partir de ses centres du versant occidental, de cAra à Qanawat en passant par Suwayda, définissant de la sorte, dès la première moitié du XIXe siècle, ce qui restera l’axe politique majeure du Djebel au moins jusqu’à l’époque mandataire. Plus au nord, les implantations druzes s’engouffrent dans une sorte de goulet qui s’enfonce comme un coin entre le Laja’ au nord et les flancs du Djebel au sud-ouest (clans Abu Fakhr, Hunaydi et Abu cAssaf), avant de resurgir sur la face nord et le bassin supérieur du Wadi al-Liwa (clan cAmir), ou d’essaimer dans l’intérieur du Laja’ jusqu’à Sumayd (clan Shalghin). Enfin, le clan Qalcani entreprend la colonisation du versant oriental du Djebel, depuis le centre de Shaqqa. Une petite dizaine de villages s’égrènent ainsi jusqu’à Busan, accrochés à la courbe des 1 400 mètres, cherchant dans l’altitude une compensation à l’aridité de la steppe qu’ils surplombent en contrebas. Dans cette zone, les terroirs forcément plus restreints ne sont sans doute pas en mesure de supporter l’avènement d’une véritable puissance territoriale, à la façon du pouvoir qu’exerceront bientôt les Atrash sur le grand sud du Djebel. Il y a là, peut-être, une explication à la rapidité avec laquelle s’est opérée cette sorte de division cellulaire que l’on peut observer sur le versant oriental du Djebel, lorsque l’on se reporte à la carte des clans druzes dans les années 1920 : en un demi-siècle, pas moins de cinq clans ont pris possession de l’espace précédemment contrôlé par les seuls Qalcani, désormais retranchés autour de leur foyer originel de Shaqqa-Nimra.

Les tribus semi-nomades

  • 33 Les principaux documents utilisés ici sont SHAT, 4H 115, Note du capitaine Terrier sur le Laja’, 6. (...)
  • 34 La dīfa, c’est l’hospitalité ostentatoire, le repas d’apparat offert à ses hôtes. Mahaja est situé (...)

30Pour terminer cette coupe transversale de la région frontière, il est nécessaire de s’attarder sur deux petites tribus semi-nomades qui hantent les chaos volcaniques du Laja’ et du Safa. Les Slut du Laja’ traînent une sérieuse réputation de pillards qui n’est pas totalement usurpée. Au cours de la Première Guerre mondiale, leurs raids s’étendirent jusqu’aux versants de l’Hermon, où ils raflèrent, nous disent les sources, toutes les chèvres de la région33. Mais généralement, leur rayon d’action se concentre sur les villages sédentaires de la plaine ou du luhf Une inspection plus poussée nous fait cependant entrevoir une organisation agro-pastorale autrement plus complexe. Les Slut sont des semi-nomades dont les faibles déplacements se font par petits bonds suivant les besoins du bétail. Chaque groupe possède en propre un territoire avec habitations d’hiver en dur (ruines qui couvrent le Laja’), et emplacements d’été sous la tente. Dans les années 1920, l’importance de la tribu est estimée à quelque 700 tentes, pour un cheptel de 20 000 moutons et de quelques centaines de bœufs et de chameaux. Les Slut, témoigne le capitaine Terrier, « ont gardé les belles traditions de l’hospitalité arabe et quand un officier du SR accompagné d’une compagnie de tirailleurs sénégalais a été leur rendre visite, il y a eu dīfa pour tous, plats de riz et de mouton, raisins en quantité achetés pour l’occasion à Mahaja »34.

  • 35 Papiers Deleuze, Aperçu géographique sur le Safa et les régions avoisinantes, s.d. Les bédouins du (...)

31Les Ghiyyath du Safa présentent un profil assez analogue, avec d’abord une solide tradition de razzias. Depuis leur repaire du Safa, ils descendaient le long d’un axe sud-est /nord-ouest (passé à la postérité sous l’appellation de Darb al-ghazawāt, le chemin des razzias), qui les amenait droit sur la grande piste caravanière qui traversait la Palmyrène, et de là ne résistaient pas à pousser quelques pointes pour razzier les villages du Qalamun, dans le voisinage nord-oriental de Damas. Mais là aussi, les activités de prédation ne doivent pas occulter les ressorts agro-pastoraux d’une micro-économie à vocation plus ou moins autarcique. L’activité agricole est cependant moindre que dans le Laja’ qui bénéficie en effet d’un meilleur bilan pluviométrique. Elle se limite en fait à la mise en culture occasionnelle de la Ruhbé : « Depuis cinq ans que j’observe ces régions, j’ai vu le Wadi Sham déborder deux fois. En 1929, ces eaux arrivant en automne, permirent aux Ghiyyath d’ensemencer une grande partie de la Ruhbé et malgré les moyens rudimentaires employés, ils obtinrent une récolte formidable. Cette Ruhbé est la terre promise des Ghiyyath et est également l’objet de convoitise des Druzes et des bédouins du Djebel Druze »35. L’élevage ovin y trouve par contre beaucoup plus régulièrement des conditions favorables à son développement :

  • 36 Pistachier sauvage d’où on tire l’huile de térébinthe.
  • 37 Papiers Deleuze, Aperçu géographique..., note citée. Au début des années 1930, un recensement de la (...)

« La terre chargée de sels minéraux provenant du lessivage des roches volcaniques est excessivement fertile et se couvre au printemps d’une herbe grasse et abondante. On trouve au Safa toute une région où pousse le butum36. On peut évaluer à près de 2 000 le nombre de ces arbres poussant dans les crevasses de la roche volcanique. Les bordures des oueds sont couvertes d’épineux qui fournissent aux troupeaux un pâturage excellent. Les fonds de quelques oueds renferment d’énormes pieds de tamaris. En résumé, végétation abondante et variée suffisant en général amplement aux besoins des troupeaux Ghiyyath. La finesse des herbes du Safa fait une renommée certaine aux sous-produits de l’élevage du mouton de cette région (lait et beurre) sur le marché de Damas »37.

  • 38 Z. Ghazzal, op. cit., p. 144. Rapprochement à faire avec la mahalla au Maghreb.
  • 39 Linda Schatkowski-Schilcher, « The Hauran Conflicts of the 1860s : a Chapter in the Rural History o (...)

32Dans la première moitié du XIXe siècle, le Hawran et ses prolongements constituent une sorte de région frontière semi-autonome, mais nullement indépendante. Des liens politiques formels la rattachent en effet au centre du pouvoir provincial, qui se concrétisent tout particulièrement au moment de la dawra. Conduite depuis le début du XVIIIe siècle par le wālī en personne, la dawra était une expédition saisonnière à travers les marches méridionales de la province, dans le but d’y prélever les fonds nécessaires à l’organisation du hajj, et d’y revivifier, au moins symboliquement, le lien de subordination à l’ordre ottoman38. Le reste du temps, la relation entre la région frontière et l’administration ottomane était médiatisée par les aghāwāt des faubourgs de Damas, qui avaient tissé avec les clans du Hawran des relations d’affaires fondées sur l’écoulement des surplus agricoles sur le marché urbain39. Ils allaient être les premiers bénéficiaires du boom de la céréaliculture sèche des années 1850-1860.

Un monde en expansion (du milieu du xixe siècle aux années 1870)

33Dans les années 1850 en effet, le marché du grain en Méditerranée orientale allait être fortement dopé par les contrecoups de la guerre de Crimée, qui non seulement interrompit les exportations par la mer Noire de blé russe vers l’Europe, mais sollicita également les productions ottomanes pour le ravitaillement du corps expéditionnaire franco-anglais. C’est dans le cadre de cette conjoncture céréalière porteuse qu’intervinrent de profondes modifications dans les équilibres socio-économiques de la région frontière.

L’avancée du front de colonisation

  • 40 Les exemples sont tirés de N. LEWIS, art. cit., et de M. FISCHBACH, thèse citée.

34Encouragé par cet élargissement des débouchés, un vaste mouvement de colonisation agraire s’enclenche définitivement dans les années 1850, qui touche principalement les zones semi-arides de la macmūra40. C’est d’abord un essartage intérieur visant à intensifier l’exploitation de terroirs qui n’étaient jusqu’alors que partiellement mis en valeur. Chaque année, l’espace cultivé autour de Busra Eski Sham s’agrandit ainsi de quelques parcelles. C’est ensuite le mitage des espaces intercalaires par l’occupation de plus en plus fréquente des habitats temporaires, l’essaimage en hameaux et fermes isolées (mazraca, pl. mazāric) à partir desquels se créent des poches d’espace cultivé qui noyautent le saltus. C’est enfin le front de colonisation qui se met en branle par la réoccupation des villages abandonnés en front de steppe (qu’atteste la fréquence du toponyme khirba, « ruine ») et la création de nouveaux centres de colonisation. Cette reconquête des Wüstungen est particulièrement nette dans la région sise entre Darca et Busra Eski Sham. À la fin des années 1850, le village de Nucayma est ainsi fondé par des habitants de Darca, tandis que quelques kilomètres plus à l’est, le village de Sayda, qui était encore en ruine en 1858, est habité par quelques 250 personnes en 1895. Sur la rive la rive gauche du Yarmuk, le village de Turra, fondé à la fin des années 1850, a également Darca pour colonie-mère. Ce mouvement de colonisation agraire est parfois impulsé et encadré par de véritables entrepreneurs, tel ce Jabr al-Warda, originaire de Tafas dans la Nuqra, qui acquiert les ruines du village de cAmrawa et les terres en friches qui l’entourent, avant d’y installer des familles de colons travaillant la terre comme métayers.

35C’est dans ce contexte qu’il convient de situer l’accélération de l’immigration druze dans les années 1860, dont on connaît par ailleurs les causes politiques. Amplifié par l’emballement des violences communautaires libanaises, le flux migratoire druze, qui se maintient durant toute la décennie suivant l’intervention française, va en effet alimenter en hommes la colonisation du versant méridional du Djebel Druze. Après un dernier raid bédouin en 1846, le village d’al-Qurayya est définitivement occupé et devient, sous la direction d’Ismacil al-Atrash, le bastion de la présence druze dans ces confins méridionaux du Djebel. Au tournant des années 1860, les villages de Salkhad et de cUrman sont à leur tour définitivement intégrés à l’aire d’influence Atrash, et constituent les principaux centres à partir desquels va s’opérer la colonisation du « grand sud ». Salkhad en particulier, aurait essaimé, nous dit Norman Lewis, pour donner près d’une quinzaine de colonies. Quelque part entre la fin des années 1860 et le début des années 1870, la jonction est en tout cas réalisée avec les clans qui occupent le versant oriental du Djebel. Les années 1860 voient ainsi se constituer une sorte de principauté guerrière quasi indépendante, dont le dynamisme ne laisse pas d’inquiéter les autorités damascènes et les aghāwāt engagés dans le commerce du grain du Hawran.

L’intégration économique du Hawran41

  • 41 Linda Schatkowski-Schilcher, « The grain economy of late Ottoman Syria and the issue of large-scale (...)
  • 42 Filières d’exportation par la façade portuaire du Levant, mais aussi circuits intérieurs pour répon (...)

36Cette expansion territoriale de la zone de culture s’accompagne en effet d’une intégration économique croissante de la céréaliculture sèche des périphéries syriennes, aux circuits de l’échange marchand dopé par la conjoncture42. L’évolution des structures économiques ne laisse pourtant apparaître ni bouleversement majeur des façons culturales, ni modification profonde des structures agraires. En particulier, le développement de grandes exploitations directement contrôlées par le capital urbain reste ici exceptionnel, à la différence des campagnes de Hama qui, on le sait, flirtent avec la grande propriété latifundiaire. Cette intégration économique renforcée des productions locales résulte plutôt, semble-t-il, de l’extension à ces régions de céréaliculture extensive, de procédures entrepreneuriales déjà en place dans l’artisanat urbain et l’agriculture irriguée des ceintures suburbaines.

  • 43 Ainsi que le remarque L. Schatkowski-Schilcher, le système ainsi mis en place, qui connecte des mod (...)

37Ces procédures se caractérisent moins par un investissement direct dans les unités de production elles-mêmes, que par un contrôle et une coordination des capitaux circulants, en amont semences, matériel, main-d’œuvre saisonnière ; en aval écoulement, c’est-à-dire transport et commercialisation43. Dans ces régions de marche vivant au contact de la steppe, et où l’enracinement de solides paysanneries est la condition première de la production, l’investissement direct dans la terre, à travers la constitution de grands domaines, représentait une immobilisation risquée et passablement contradictoire avec la persistance des contraintes collectives. Au milieu du XIXe siècle, l’extension de ces stratégies entrepreneuriales au domaine de la céréaliculture sèche de la Syrie méridionale répondait à la fois à la logique économique des investisseurs urbains, et aux exigences d’une formation rurale encore pionnière, appuyée sur l’autorité traditionnelle de ses cheikhs et la redistribution périodique des parcelles entre ses membres.

38Forts de leur positionnement sur les circuits frumentaires du Hawran, les dynasties A’aghāwāt installées dans les faubourgs de Damas sont alors en mesure d’impulser une dynamique d’accumulation, au sein de laquelle la simple exploitation des trafics fondamentaux (la vente en gros organisée à partir des entrepôts à grain – bā’ika – du Maydan), se double du contrôle d’activités situées en aval de la filière grain, comme la meunerie par exemple (ṭaḥḥān al-sūqī, pl. ṭaḥḥānūn). Les plus riches d’entre eux s’érigent finalement en manieurs d’argent (murābi, pl. murābān) prompts à consolider leurs clientèles rurales par toutes les ficelles des prêts interpersonnels, avances sur récolte et autres mécanismes de crédit jamais très éloignés de la pure usure.

  • 44 H. Laurens, Le Royaume impossible..., op. cit., p. 124-125.
  • 45 L. Schatkowski-Schilcher, Families in Politics : Damascene Factions and Estates of the 18th and 19t (...)

39L’enrichissement des principaux leaders des faubourgs ouvre la voie à leur promotion dans la société englobante : la trajectoire économique se prolonge en une aventure sociale. Les profits tirés de l’économie céréalière en plein boom auraient ainsi permis l’intégration des aghāwāt dans l’oligarchie des notables de la vieille ville, grands négociants (tājir, pl. tujjār) et culamā ’des grandes institutions religieuses, dont l’assise économique reposait plutôt sur le grand commerce des produits précieux, l’activité des souks centraux (trafic des étoffes, des épices, des métaux précieux), et la rente foncière extraite des ceintures suburbaines (ghūta) ou de l’hinterland immédiat (plaines de Homs et de Hama). Cette ouverture des rangs de la grande notabilité urbaine à de nouveaux venus ne se fait pas sans secousse, et les troubles de Damas en 1860, qui ponctuent de façon dramatique « la crise chrétienne de l’Empire ottoman »44, peuvent également être lus comme un contrecoup de cette recomposition à l’œuvre dans le champ de l’économie politique damascène45. À partir du milieu des années 1870 pourtant, il semble bien que l’amalgame ait accouché d’une nouvelle notabilité urbaine, héritant à la fois du patrimoine politique et symbolique des grandes familles de la vieille ville, et de bases économiques élargies par son ouverture aux dynasties des faubourgs. Dans ce processus, l’État ottoman paraît avoir joué un rôle déterminant.

La consolidation de l’élite damascène

  • 46 Sur le milieu des réformateurs, B. LEWIS, Islam et laïcité..., op. cit., p. 107-109 et passim ; R. (...)

40L’État ottoman intervient d’abord en nommant à Damas quelques-uns des principaux représentants du milieu réformateur46. Fu’ad Pacha d’abord (1815-1869), qui fait partie des pionniers des tanzîmât au même titre que Mustafa Rashid Pacha ou cAli Pacha. Passé par la pépinière du Bureau des traductions (Tercüme odasi) de la Sublime Porte et le circuit des ambassades à l’étranger, Fu’ad Pacha est l’inspirateur du rescrit impérial de Gülhâne (1839), qui marque comme on sait le point de départ juridique du processus réformateur. Dépêché d’urgence à Damas alors qu’il est ministre des Affaires étrangères, il y organise la répression des troubles anti-chrétiens, éloignant le risque d’une extension de l’intervention occidentale en même temps qu’il affaiblit durablement les adversaires des réformes, préparant ainsi la voie à une intégration renforcée du Bilād al-Shām à l’édifice impérial.

  • 47 P. Dumont, « La pacification du sud-est anatolien en 1865 », art. cit.

41Mentionnons également Ahmed Cevdet Pacha (1823-1895), éphémère gouverneur de Damas en 1878, mais dont il faut surtout retenir l’action à la tête du vilayet d’Alep dans la seconde moitié des années 1860. Plusieurs fois ministre, principal artisan de la modernisation du droit ottoman qui accouche de ce monument juridique que sont les seize volumes du mecelle (1870-1877), Ahmed Cevdet Pacha est en effet placé à la tête de la « Division de pacification » (Firka-i islâhiyye) qui nettoie les franges montagneuses de la Cilicie en 1865, consolidant de la sorte les communications impériales avec le Bilād al-Shām. À la tête du vilayet d’Alep, il prolonge son action réformatrice en encourageant le réveil de l’économie cilicienne par de multiples travaux d’infrastructure, l’installation de colonies tcherkesses et la sédentarisation des tribus kurdes et turkmènes47. À la fin des années 1870, c’est enfin Midhat Pacha (1822-1884), le père de la constitution de 1876 (kanun-i esasî, « loi fondamentale »), qui devient wālī de Damas (1878-1880), ultime étape d’une longue carrière qui l’a déjà conduit en Bulgarie (1864) ou en Irak (1869), où il a expérimenté avec succès les réformes à l’échelon provincial.

  • 48 Quelques analogies en effet avec la situation décrite par Daniel DESSERT, Argent, pouvoir et sociét (...)

42La structuration d’un milieu relativement homogène de grands notables urbains attachés à la construction impériale des tanzîmât constitue l’objectif majeur des responsables ottomans dans les années 1860-1870. En amont, le pouvoir ottoman lie l’assise économique de ces notables au processus même de la réforme de l’appareil d’État. La consolidation de leur patrimoine foncier passe ainsi par la mise en application des nouvelles normes légales héritées du Code des terres de 1858. L’enregistrement auprès du daftar khāna et l’adjudication de nouveaux droits de taṣarruf concédés par l’État vont ainsi permettre la constitution de grands domaines dans l’hinterland immédiat de Damas. Les conséquences sociales en sont connues, avec notamment le développement du métayage (ou murābaca, « association au quart ») et l’emprise croissante de grands propriétaires absentéistes qui contrôlent également la ferme de l’impôt (iltizām). Une manière de système « fisco-financier »48 se développe ainsi à l’abri des conseils administratifs que le pouvoir ottoman prend également soin d’aménager au bénéfice de la nouvelle oligarchie urbaine.

  • 49 Philip S. KHOURY, « The urban notables revisited », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerrané (...)
  • 50 Cité par J. REILLY, thèse citée, p. 185 ; P. KHOURY, Urban notables..., op. cit., p. 44-45. À côté (...)

43En aval précisément, le factionnalisme cher aux auteurs anglo-saxons peut être interprété comme un mécanisme de redistribution des bénéfices de la croissance, à l’intérieur d’un réseau de grandes familles urbaines de plus en plus nettement apparentées entre elles49. Par le biais de la réallocation en cascade des charges publiques, le pouvoir ottoman est désormais en mesure d’influer sur la redistribution des profits, et d’éviter ainsi l’implosion du monde des notables strié par la compétition économique et les rivalité socio-politiques. En 1880 en tout cas, le consul britannique à Damas peut dresser le constat suivant : « La richesse de Damas et du pays environnant est maintenant concentrée en majeure partie entre les mains d’une douzaine de familles musulmanes, dont la plupart ont partie liée avec l’entourage officiel du gouvernement local »50.

  • 51 Eugene L. Rogan, « Bringing the State back : the limits of Ottoman rule in Jordan, 1840-1910 », in (...)
  • 52 N. Lewis, op. cit., p. 96-123 ; Papiers Deleuze, Étude sur les Tcherkesses, 1931.

44L’État ottoman intervient enfin en accompagnant militairement l’avancée du front de colonisation. Il lance ainsi un certain nombre d’expéditions contre des tribus jusqu’alors hors de portée, dans la Balqa’ ou la steppe lui faisant face. En 1863, les Bani Hasan sont ainsi défaits dans la région de Jarash et leurs troupeaux saisis. Surtout, en 1867, le wālī de Damas Mehmed Rashid Pacha, qui se maintient pendant près de cinq années à la tête de la province (de 1866 à 1871), organise une puissante expédition qui occupe Salt au mois d’août, soumet le chef de la tribu cAdwan à l’automne, et repousse les Bani Sakhr du cheikh Fandi al-Fayiz. Deux ans plus tard, à la suite d’une série de raids sur al-Ramtha, une nouvelle expédition achève de signifier l’emprise ottomane sur ces régions de marge51. Le dispositif est complété par la construction d’une chaîne de fortins commandant en général l’accès aux points d’eau de la steppe, et par l’installation de colonies tcherkesses dans les zones stratégiques. Toutes deux créées en 1878, les colonies de Qunaytra et de cAmman essaiment ensuite pour donner naissance à deux fortes implantations circassiennes qui comptent plus de 2 000 familles chacune au début du XXe siècle. Tout un réseau de villages construits en dur, bien reliés entre eux et habités par des populations attachées à l’ordre ottoman, irradie ainsi les campagnes du Golan et de la Balqa’52.

45Le Hawran et ses prolongements ne constituaient plus l’ultime frange territoriale de l’ordre ottoman, et la société locale tendait à perdre quelques-uns de ses traits pionniers. Dès lors, les immunités fiscales et administratives dont elle bénéficiait, en fait plus qu’en droit, devenaient de moins en moins acceptables pour les élites urbaines et l’administration ottomane conjointement engagées dans l’invention du territoire politique. À la fin des années 1870, l’enregistrement des terres buttait encore sur l’hostilité de la rude paysannerie du Hawran et a fortiori sur celle des clans druzes de la montagne. De même la ponction fiscale prenait-elle la forme d’une somme forfaitaire globale, appelée maqtūc, à mi-chemin finalement entre le simple tribut et la dîme (cushr) régulièrement levée à partir d’une estimation effective des récoltes. Enfin, la prise de contrôle directe de la terre par des investisseurs urbains se heurtait au risque majeur que continuaient de faire peser les descentes des guerriers druzes. Depuis le début des années 1860, une partie de la ponction que les notables de Damas réussissaient à exercer sur la production agricole de la plaine, était du reste redistribuée sous forme d’importants subsides versés aux principaux clans druzes pour les conforter dans une bienveillante neutralité. Le dernier quart du XIXe siècle verra la fin de ce modus vivendi.

La question druze dans le dernier quart du xixe siècle

46On assiste en effet, dès la fin des années 1870, au choc frontal entre l’expansionnisme druze d’une part, qui déborde de plus en plus de son bastion montagneux, et la dynamique de l’État réformé d’autre part, impulsée depuis Damas par le pouvoir ottoman et les élites urbaines qui lui sont associées. Mais les tensions du dernier quart du XIXe siècle vont au-delà de cet antagonisme particulier, et charrient des évolutions englobantes, structurelles et conjoncturelles, qu’il convient naturellement d’intégrer à l’analyse.

Blocages structurels et politique de « containment »

  • 53 Au tournant du XXe siècle, le Hawran compris au sens large, en y incluant le caza cAjlun, compte en (...)
  • 54 Les exemples sont tirés de N. LEWIS, art. cit., et M. FISCHBACH, thèse citée.

47Durant cette période, un certain nombre de symptômes font clairement apparaître la raréfaction des terres libres et l’avènement d’un monde désormais plein53. Le maillage des terroirs s’est resserré et les mitoyennetés rapprochées déclenchent toute une série de conflits de voisinage. C’est ainsi par exemple que le clan Hashish de Tall Shihab et les Zucbi de al-Ramtha se disputent violemment des terres sises dans le village d’al-Turra54. De même, le grignotage continu du saltus et des terrains de parcours vient heurter de front l’économie pastorale des tribus, remettant en cause l’équilibre entre écosystèmes complémentaires. Dès la fin des années 1850, un cheikh Rwala faisait ainsi remarquer à un voyageur occidental que l’envolée des prix céréaliers menaçait directement les pâturages d’été des nomades. Dans les années 1890, le front de colonisation en vient à gagner les terres pauvres et arides de la steppe, à Summaqiyat par exemple, village encore inhabité en 1890, mais comptant 25 familles au tournant du XXe siècle. Dans la même région, les villages d’al-Mutaciya et de Sama sont également occupés dans les années 1890, mais une tentative faite plus au sud à Umm al-Surab se solde par un échec. À l’extrême fin du XIXe siècle, la limite de l’expansion agraire paraît avoir été atteinte, et même dans certains cas dépassée.

  • 55 Lecture croisée de L. Schatkowski-Schilcher, « Violence in rural Syria in the 1880s and 1890s... », (...)
  • 56 L’un des huit fils d’Ismacil al-Atrash, qui lui succède à la tête du clan à la fin des années 1860 (...)
  • 57 La liste est donnée par Ḥannā Abū Rāshid, Jabal al-Durūz, Le Caire, Librairie Zaydān, 1925. J’ai ut (...)

48Plus précoce encore paraît avoir été l’occupation complète des versants du Djebel Druze, qui s’achève comme on l’a vu avec la colonisation du grand sud du massif. Dès la fin des années 1870, l’ouverture de nouveaux champs d’expansion devient nécessaire afin d’absorber le dynamisme druze entretenu par une immigration qui se prolonge au moins jusqu’aux années 1880. Bloqué vers le sud et l’est par la steppe, l’expansionnisme druze se tourne dès lors vers la plaine du Hawran et les étendues du Laja’55. Dans ces deux régions, les Druzes doivent cependant compter avec les autorités et les notables urbains, bien décidés à accélérer l’intégration du Hawran dans l’orbite damascène. Dans la plaine du Hawran, la ligne de faille définit du nord au sud une sorte de contesté territorial que jalonnent en particulier un certain nombre de villages chrétiens. Conduits par Ibrahim al-Atrash56, les Druzes s’emparent ainsi d’une quinzaine de villages du piémont occidental du Djebel57. En 1879, après l’intervention indécise d’une colonne forte de plusieurs milliers d’hommes, le gouverneur du moment, Midhat Pacha, dépêche sur place une commission qui doit se résoudre à laisser aux Druzes plusieurs villages dont Tira, Tacara, Sijin, Walgha et Thacla.

  • 58 CADN, fds BM, 547, Note sur les Arabes du Laja’, s.d. (ca 1920), et Note sur le Laja’, 6. XI.1920.

49Au milieu des années 1880, les Druzes investissent par ailleurs le centre du Laja’ et chassent les Slut de la région de Dama, localité à partir de laquelle ils essaiment sur une demi-douzaine de places aux alentours. Leur progression vers l’ouest se heurte cependant à l’affirmation du pouvoir ottoman qui met en place au même moment une chaîne de fortins à Buraq, Busra al-Hariri ou encore Mazraca. L’exemple de Mismiyya est particulièrement intéressant58. Au milieu des années 1880, le gouvernement turc y construit une caserne ainsi que des maisons pour abriter des immigrants, principalement des chrétiens chassés du nord du Djebel Druze ou du centre du Laja’ par l’expansion druze, et chargés « d’apprendre aux Arabes [les Slut] les méthodes de culture ». Mismiyya devient ainsi un centre d’attraction pour certaines fractions Slut à qui sont concédées des terres, et qui se détachent progressivement du restant de la tribu. En 1887, une forte expédition druze conduite par le frère et rival d’ibrahim, Shibli al-Atrash, échoue dans la conquête de la place, mais cause de lourdes pertes aux troupes ottomanes envoyées en renfort depuis Damas.

  • 59 L. Schatkowski-Schilcher, « Violence in rural Syria... », art. cit., p. 61.
  • 60 N. Lewis, op. cit., p. 92-93 ; B. SCHÄBLER, op. cit., p. 88-89.

50L’endiguement de l’expansion druze vers l’ouest débouche finalement sur un accord négocié avec Ibrahim al-Atrash en 1888, confortant le pouvoir des cheikhs à l’intérieur du Djebel, mais consacrant l’emprise ottomane sur la plaine59. En contrepartie d’une autonomie très large en matière administrative, judiciaire et fiscale, les chefs druzes renoncent en effet à toute intervention dans les affaires politiques et économiques du Hawran. Mais en bloquant ainsi les possibilités d’expansion druze vers l’ouest, la politique ottomane retire à la société du Djebel une soupape essentielle au désamorçage des tensions agraires très fortes dans la société locale. Les clans contrôlaient en effet l’essentiel des terres qu’ils exploitaient en exigeant des prestations en travail de la part des petits paysans moins bien lotis, ou en faisant appel à des paysans sans terre (falatiyya), simples journaliers ou murābicūn (métayers) liés par des contrats oraux. Avec la raréfaction des terres, les principaux chefs de clan resserrent encore leur mainmise sur la paysannerie, multipliant les expulsions de familles anciennement établies, et installant à leur place, sous ces statuts précaires, les derniers arrivants de l’immigration libanaise60. En 1890, une révolte paysanne chasse Ibrahim al-Atrash de Suwayda et fait souffler un vent de révolte sociale sur le Djebel. Les réunions se multiplient dans les villages et débouchent sur la proclamation d’une « commune » rurale (cammiyya) revendiquant la redéfinition complète des rapports d’exploitation. Un certain nombre de concessions des chefs de clan et l’intervention d’une colonne de répression ottomane désamorcent finalement le mécontentement populaire.

Conjoncture dépréciée et intervention militaire61

  • 61 L. Schatkowski-Schilcher, « Violence in rural... », art. cit. ; l’exposé le plus complet des deux e (...)

51Dans la plaine du Hawran, le retournement de la conjoncture économique est également lourd de conséquences. On sait que le niveau des prix agricoles en général, et céréaliers en particulier, s’affaisse considérablement lors de la phase de dépression du dernier quart du XIXe siècle. Le phénomène affecte naturellement les marges bénéficiaires que pouvaient dégager les investisseurs urbains engagés dans le commerce du grain, et de façon générale, dans l’extorsion de la rente foncière sous toutes ses formes. Les signes de la crise ne manquent pas. Dès 1887, les prix du grain à l’embarquement dans les ports du Levant s’alignent sur ceux pratiqués à l’achat dans le Hawran. Cinq ans plus tard, ces derniers sont supérieurs aux cours mondiaux orientés à la baisse par l’essor des productions des pays neufs. En 1884, les fermiers de l’impôt ne rentrent pas dans leurs frais, et à partir de 1887, l’administration provinciale ne trouve plus d’adjudicataire pour la dîme du Hawran.

52La situation affecte également les paysans qui, eu égard à la baisse des prix, doivent bien souvent sacrifier leurs propres réserves pour faire face au développement des prélèvements en espèces. Dans ce contexte, l’inquiétude paysanne face aux nouvelles exigences de l’administration explique la multiplication des récoltes clandestines, la désertion des villages et la fuite vers les badlands du Laja’, voire la révolte plus ou moins ouverte. Une jacquerie endémique couve durant les deux dernières décennies du siècle. La proximité du Djebel Druze offre à cet égard une « ligne de fuite » particulièrement efficace. Pour les autorités provinciales et les notables damascènes, un constat s’impose : un contrôle plus direct sur la production de la plaine, susceptible d’amortir les pertes subies du fait de la conjoncture économique, passe nécessairement par la neutralisation du Djebel Druze. L’oligarchie urbaine de Damas pousse ainsi à une intervention armée dans la montagne.

53En 1896, un corps expéditionnaire de 25 000 hommes intervient dans le Djebel, et livre une bataille meurtrière pour le contrôle de Suwayda. Suivent alors quatre années d’une guérilla inexpiable, tandis qu’un millier de Druzes, parmi lesquels Shibli al-Atrash, sont déportés en Anatolie. Mais pour sortir du bourbier druze et mettre un terme à cette campagne épuisante, le sultan cAbdülhamid II doit se résoudre à prononcer une amnistie générale en avril 1900. Dix ans plus tard cependant, à la suite d’une vendetta meurtrière entre les Druzes et le clan Miqdad de Busra Eski Sham, une autre expédition est montée par la nouvelle équipe jeune-turque au pouvoir à Constantinople. Sous le commandement de Sami Pacha al-Faruqi, 10 000 hommes entreprennent la pacification méthodique du Djebel, village après village, tandis que plusieurs chefs druzes, dont le père de Sultan al-Atrash, sont pendus à Damas. En quinze ans, ces deux formidables coups de boutoir de l’armée ottomane paraissent avoir porté un rude coup à l’indépendance de fait du Djebel Druze.

  • 62 « cAdāwat Banī al-Miqdād wa Banī al-Aṭrash » (Le conflit des Miqdad et des Atrash), cité par Ḥannā (...)

54Il peut être intéressant de s’attarder ici sur la manière dont est justifiée cette dernière expédition dans les journaux de Damas. Cette « vision des vainqueurs », on la trouve exprimée en particulier sous la plume de Muhammad Kurd cAli, dans un article qu’il fait paraître en octobre 1910 dans son journal al-Muqtabas (fondé en 1908)62. Ce texte renvoie d’abord à quelques-uns des poncifs qui circulent alors dans le monde des notables à propos des Druzes, ravalés au rang de simples malfaiteurs (ashqiyā’ al-Durūz) : « Les hommes en état de porter les armes sont peut-être 8 000, dont les bandits qui se livrent aux razzias et les brigands qui tuent et pillent les voyageurs. (...) Les habitants du Djebel aiment le banditisme, le meurtre et le pillage. S’ils ne trouvent personne à tuer, ils se massacrent entre eux. On dirait qu’ils ont le culte du meurtre et de l’insurrection ».

55La résistance, que la société druze oppose depuis plusieurs décennies déjà à l’avancée du nouvel ordre ottoman et urbain, heurte en fait les bases matérielles et les valeurs mêmes de la grande notabilité de Damas. L’irrédentisme druze agit d’abord, on l’a vu, comme un formidable butoir contre lequel viennent régulièrement s’épuiser les tentatives de mainmise économique :

« Lorsque les Druzes se sont établis dans le Djebel, ils étaient pauvres ; mais ils n’ont cessé d’y combattre les autochtones et de s’emparer peu à peu de leurs biens. Certaines familles de Damas possèdent encore de nos jours des titres de propriété pour des biens immobiliers que les Druzes leur ont usurpés. (...) Entre les Atrash et les Miqdad musulmans de Busra Eski Sham, il y a de vieilles inimitiés qui datent de près d’un siècle. Les Atrash croient que ce sont les Miqdad qui les ont empêché d’étendre leur pouvoir dans la plaine du Hawran, et de s’en emparer comme du Djebel ».

56De la même manière, la société druze paraît incarner l’envers de l’idéal politique ottoman tel qu’il a été légué par les tanzîmât et adopté par l’aristocratie provinciale de service : « Les Druzes résistent au gouvernement, violent ses lois, et refusent de payer impôts et taxes et de faire le service militaire. (...) À bout de patience, le gouvernement décida d’envoyer une expédition pour châtier les rebelles et les soumettre à la loi, à l’instar des autres sujets ottomans ». Traverser le prisme déformant des représentations, et saisir la réalité de la société druze au début du XXe siècle, s’avère une tâche difficile. Cette « vision des vaincus », il nous faut pourtant bien chercher à l’exhumer.

Le Djebel Druze au début du XXe siècle

Une société segmentaire ?

  • 63 Pour une vision panoramique du phénomène tribal dans le monde arabo-musulman, Pierre Bonte et Édoua (...)
  • 64 Edward E. Evans-Pritchard, The Nuer. A Description of the Modes of Livelihood and Political Institu (...)

57La tribu dans le monde arabe (cashīra, pl. cashā ’ir) correspond à un mode d’organisation sociale qui associe le principe d’ascendance (al-nasab) d’une part, enserrant les individus dans les mailles de la parenté agnatique, et l’esprit de corps (caṣabiyya) d’autre part, qui « arme » le caractère solidaire de ces regroupements63. On comprend dès lors que la réalité tribale arabe ait été très vite rapportée au modèle de la société segmentaire dont les fondements avaient été posés par Evans-Pritchard à partir de sa célèbre étude sur les Nuer64. Sollicité à l’origine dans le cadre des vastes fresques évolutionnistes de la seconde moitié du XIXe siècle, le concept de tribu va en effet devenir, dans le cadre du fonctionnalisme anglo-saxon, la cheville ouvrière de tout l’édifice épistémologique construit autour des sociétés dites segmentaires.

  • 65 On appelle ici groupe de parenté, ou groupe d’unifiliation, des groupes dont le recrutement est dét (...)
  • 66 Le big man (homme important), figure majeure de l’anthropologie mélanésienne, ne dispose pas d’une (...)
  • 67 G. Catroux, Deux missions..., op. cit., p. 40-41. On sait que Durkheim (De la division du travail s (...)

58Dans ces sociétés, le respect des règles d’unifiliation génère des groupes dotés d’une personnalité morale collective, les lignages65. La vie politique, diffuse, se révèle plus par les situations que par les institutions. Elle ne se structure que de façon intermittente, lorsque certaines prises de décision engageant l’ensemble du groupe font parfois apparaître des personnages prééminents, des conseils d’anciens, des chefs de guerre occasionnels. Le reste du temps, les fonctions qui perpétuent la cohésion et le contrôle social, dévolues ailleurs à des instances spécialisées, permanentes, et à caractère le plus souvent coercitif (logique d’Etat), sont ici assumées par le jeu alterné des oppositions (tendance centrifuge à la fission des segments de même niveau généalogique) et des solidarités (tendance centripète à la fusion pour faire face à une menace venue d’un niveau généalogique immédiatement supérieur) entre segments. Fissions et fusions entretiennent une redistribution permanente des pouvoirs dans ces sociétés dites alors « sans État » ou acéphales, et interdisent en principe l’avènement d’une chefferie de type big man, s’arrachant de la viscosité du magma segmentaire66. La description de la société druze que propose Catroux dans ses mémoires s’inscrit parfaitement dans ce paradigme de la société sans État : société « de type élémentaire et inorganique », « largement invertébrée », « groupement acéphale », « anarchie » et « dilution de l’autorité », on retrouve là tout le lexique soufflé à Durkheim par les officiers des Bureaux arabes auscultant les réalités kabyles de la seconde moitié du XIXe siècle67.

59L’application de ces schémas à la société du Djebel Druze doit d’abord être rapportée à la situation particulière de la montagne druze, front de colonisation en butte à la pression bédouine, puis région placée dans la ligne de mire de l’État des tanzîmât, et ayant à ce titre subi en l’espace de quinze ans deux formidables coups de boutoir de l’armée ottomane. Dès lors, les segments de la société druze se sont constamment arc-boutés, désamorçant largement le potentiel de violence intestine (le feud) dont recèle, selon la règle des oppositions complémentaires, toute société tribale. À l’époque de la frontier-society, les Druzes exportaient le feud sur les marges du Djebel, face à des formations sociales relativement proches (razzias sur les villages du Hawran, lutte contre les tribus bédouines de la steppe), tandis que la pression croissante de l’État ottoman dans l’entre-deux-siècles débouchait sur de véritables épisodes guerriers. Les rivalités inter- et intra-claniques existaient bien, mais ne dégénéraient que très rarement en conflits armés, suicidaires par la force des choses.

60La société du Djebel Druze avait bien développé une culture de la violence, qui s’exprimait en particulier à travers un répertoire de chants et de poésies :

  • 68 Hannā Abū Rāshid, op. cit., p. 37, 66.

« Les Druzes se communiquent de père en fils le courage et l’intrépidité dans les combats. Pour cela, ils emploient entre autres moyens la poésie. Ils ne cessent de décrire dans leurs vers, rédigés d’ailleurs en langage vulgaire et populaire, l’héroïsme de leurs camarades morts dans les guerres. (...) Les Druzes, durant le séjour de leurs hôtes, ne font que raconter le récit de leurs exploits et de leurs victoires. (...) S’il est fait appel à leur aide, les Druzes sautent sur leurs chevaux et répondent à cet appel en chantant des chansons de guerre. Celui qui ne chante pas est considéré comme un poltron »68.

  • 69 Lenka Bokova, La révolution syrienne contre le mandat français, Thèse de doctorat, Paris Vil, 1988, (...)
  • 70 E. Evans-Pritcharjd, op. cit., 1994, p. 220 : « Les rapports structuraux entre les tribus nuer et l (...)

61Dans sa thèse, Lenka Bokova insiste également sur la signification héraldique et martiale du bayraq, « drapeau » exprimant la participation d’un village au combat : « Symbole de la pompe dans une technique de guerre qui laisse la place à l’étalage de la force avant son épreuve, qui valorise la bravoure jusqu’au sacrifice, le bayraq est toujours porté par les membres d’une seule famille, dont c’est le privilège. Celle-ci en tire le bénéfice moral, consolation des saignées que ce rôle glorifiant fait subir à ses rangs »69. Mais à la différence des Druzes du Liban, traditionnellement déchirés par les conflits sanglants entre factions qaysite et yamanite jusqu’en 1711, Yazbaki et Junbulati par la suite, la société du Djebel Druze est plus en lutte contre des forces qui lui sont étrangères, qu’entraînée dans la résolution violente de ses tensions intestines. Sa culture de la violence est une culture de la guerre, pour reprendre une distinction introduite par Evans-Pritchard70.

Clans et lignages

  • 71 Les Atrash attribuent leur nom (aṭrash, pl. ṭurshān, signifiant « sourd ») à un de leurs ancêtres q (...)
  • 72 Pour 1927, les chiffres sont tirés de Narcisse BOURON, Les Druzes. Histoire du Liban et de la monta (...)

62Une grille de lecture exclusivement généalogique suffit-elle à rendre compte du fonctionnement d’ensemble de la société du Djebel Druze ? Deux niveaux de parenté doivent en particulier être examinés avec soin. Le clan tout d’abord, compris ici comme un groupe d’unifiliation dont les membres prétendent descendre d’un même ancêtre, légendaire ou plus ou moins mythique71. Premier constat, le clan est en effet une réalité majeure, mais pas exclusive, de la société du Djebel Druze, et qui traverse apparemment sans encombre l’entre-deux-guerres. En 1927, 74 villages sur 116, soit presque les deux tiers (63,8 %), sont directement soumis à l’influence d’un grand clan druze. Ces villages regroupent alors les trois quarts de la population du Djebel. Seize ans plus tard, alors même que la population a augmenté de 50 %, passant de 49 500 à 74 000 habitants, les clans druzes dominent toujours la même proportion d’habitants72.

  • 73 Avec plus de 4 700 habitants en 1927, Suwayda se détache nettement d’un groupe de cinq villages aya (...)
  • 74 Les précédents moins al-Qurayya, dont la superficie est comprise entre 5 000 et 8 000 ha. B. Schäbl (...)

63Second constat, les clans ne sont pas égaux entre eux. Au Djebel Druze, depuis le milieu du XIXe siècle, le premier rang de la hiérarchie clanique est sans conteste occupé par le clan Atrash. Depuis 1869 et l’expulsion du dernier cheikh Hamdan de Suwayda, les différents chefs Atrash qui se sont succédé à la tête du clan ont du reste toujours fait figure de shaykh al-mashāyikh du Djebel. L’aire d’intluence Atrash s’étend en 1927 sur 22 villages regroupant 38,5 % de la population du Djebel. On y trouve les villages les plus importants, aussi bien en terme de population (les 6 villages les plus peuplés)73, que de superficie (cinq des six villages dont les terres s’étendent sur plus de 8 000 ha)74. Le clan cAmir, installé sur le versant nord du Djebel, apparaît comme le principal concurrent du leadership des Atrash. Mais il ne domine directement que 13 villages rassemblant simplement 8,7 % de la population du Djebel. Seul le village de Shahba (l’ancienne Philippolis) est en mesure de rivaliser avec les centres du grand sud.

  • 75 Cf. schéma généalogique en annexe, p. 434-435.

64Chaque clan se décompose ensuite en ajbāb (sing. jubb), que l’on traduira ici par lignage, défini comme groupe de parenté rattaché à un ancêtre historique dont on conserve le souvenir et la trace généalogique précise. C’est ainsi que le jubb le plus important du clan Atrash est le jubb Ismacil, du nom du bisaïeul de Sultan al-Atrash, qui s’installa avec ses huit fils dans le sud du Djebel Druze au milieu du XIXe siècle75. En amont, deux autres grands lignages se sont singularisés aux niveaux généalogiques immédiatement supérieurs. Le ubb Najm a ainsi pour fondateur l’oncle paternel d’Ismacil, et le jubb Hamud, son grand-oncle (en ligne agnatique bien sûr).

  • 76 Les champs d’expansion les plus récents ayant été l’occupation du Wadi al-Liwa par le clan Halabi d (...)

65Mais si la trame clanique de la société du Djebel Druze paraît remarquablement prégnante, y compris dans l’entre-deux-guerres, ce n’est pas simplement parce qu’un déterminisme structurel travaille en permanence la matière éminemment fissible de la tribu. C’est aussi parce que cette trame s’est en quelque sorte enracinée dans l’histoire encore récente d’un vaste mouvement de colonisation agraire, dont les clans avaient précisément constitué l’armature76. L’exemple des Atrash constitue à ce titre un champ d’observation particulièrement intéressant, en ce sens qu’il paraît révéler des logiques d’expansion assez différenciées.

  • 77 L’importance du cheptel est donnée par B. Schäbler, op. cit., carte hors-texte.

66L’implantation territoriale du jubb Najm constitue l’expression la plus achevée d’une expansion de type agro-pastoral, trouvant sur les terres du grand sud, aux pentes quasi imperceptibles, de vastes espaces ouverts à la colonisation et au pâturage des bêtes. Imtan, Malah et cUrman font à la fois partie des villages les plus peuplés du Djebel (entre 1 200 et 1 500 habitants chacun), les plus étendus (3 des 6 villages ayant une superficie supérieure à 8 000 ha), et possédant le cheptel le plus important, avec un troupeau ovin et caprin estimé à 4 000 têtes chacun77. Le jubb Najm, c’est donc d’abord, à l’échelle de la société du Djebel, une vraie puissance économique. Les principales branches du jubb Ismacil, à cAra, Rassas et Suwayda, présentent un profil sensiblement différent. L’implantation Atrash y est ici le résultat d’une conquête avant tout politique, que sanctionne, à la fin des années 1860, la « chute de la maison Hamdan ». La fortune y est tout autant symbolique (cAra abrite le chef du clan depuis la fin du XIXe siècle) et politique (Suwayda comme capitale du Djebel). Entre ces deux logiques, les branches d’al-Qurayya et de Salkhad occupent une position à la fois ambiguë et stratégique, généalogiquement proches des centres politiques du versant occidental, mais historiquement engagées dans la colonisation du grand sud au même titre que le jubb Najm. Pour aller plus loin dans l’analyse, il nous faut achever d’opérer ce glissement qui nous conduit insensiblement de la parenté au territoire.

« Maisons » druzes et alliances pastorales

  • 78 Claude Lévi-Strauss, « L’organisation sociale des Kwakiutl », in ID., La voie des masques, Paris, 1 (...)
  • 79 Cl. Lévi-Strauss, art. cit., p. 435.
  • 80 Le bayt (maison) excède la simple « parentèle » (terme par lequel les anthropologues désignent le g (...)
  • 81 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 234, fol. 10, Rapport du conseiller Daclin, 7. IX.1926.

67Pour cerner de plus près cet enracinement territorial des segments tribaux, il nous a paru intéressant d’avoir recours à ce que Claude Lévi-Strauss, puisant entre autres dans le matériel ethnographique amassé par Franz Boas chez les indiens Kwakiutl de Colombie britannique, appelait les « sociétés à maisons »78. Dans ce type de société, un aspect important de la dynamique sociale repose en effet sur la « dialectique des “noms de race” et des “noms de terre”, avec la disparition progressive des premiers au bénéfice des seconds »79. Dans la montagne druze du début du XXe siècle, le concept de « maison » permettrait, me semble-t-il, de rendre compte d’une réalité sociale stabilisée au sortir d’un vaste mouvement de colonisation agraire, et où le capital symbolique et le prestige politique, transmis par la seule parenté, tendent à se consolider en un patrimoine matériel et un faisceau d’alliances s’accumulant désormais autour d’un terroir. Au reste, c’est bien de cette manière que les Druzes eux-mêmes désignent les subdivisions de leurs ajbāb : le bayt (pl. butürif)80 apparaît ainsi comme la véritable structure pivot de la société du Djebel Druze, là où se résout en définitive la dialectique du nasab et de la caṣabiyya. Chargé d’enquêter sur les doléances syriennes au lendemain de la révolte de 1925, le conseiller Daclin relève ainsi dans son rapport que la société du Djebel Druze est avant tout formée de « la juxtaposition de communes autonomes »81.

  • 82 C’est-à-dire avant les coupes sombres occasionnées par la conjoncture climatique catastrophique du (...)
  • 83 Sauf indication contraire, les principaux documents utilisés ici sont les suivants : Papiers Deleuz (...)

68Dans cette perspective, l’intégration des tribus moutonnières de la montagne (ahl al-Jabal) dans la clientèle des grandes « maisons » druzes, par le biais d’alliances pastorales contractuelles reflétant l’intégration de deux écosystèmes complémentaires dans un même espace de pouvoir, paraît devoir constituer un théodolite tout aussi efficace que l’agencement généalogique pour cartographier les grands équilibres politiques de la société tribale et agro-pastorale du Djebel Druze. Il y a d’abord une légitimité économique à poser le problème en ces termes. À force de recoupements, on peut avancer un ordre de grandeur quant à l’importance des troupeaux ovin et caprin à la fin des années 192082, qui seraient d’environ 150 000 têtes, avec peut-être un tiers des bêtes appartenant en propre aux tribus moutonnières du Djebel, le reste leur étant confié par des propriétaires druzes. L’élevage du mouton vient en tout cas au deuxième rang dans l’activité économique du Djebel, immédiatement après la culture du blé et de l’orge83.

69Il y a ensuite une incitation politique à l’exploration de cette problématique, en ce sens que le secteur pastoral apparaît comme organiquement lié au système des clans, selon des modalités qu’il nous appartiendra d’éclairer. C’est ainsi que dans les années 1920, 80 % du troupeau ovin et caprin du Djebel sont détenus par les villages placés sous l’influence directe d’un grand clan druze (65 des 101 villages dont on connaît l’importance du cheptel). Les villages « sans clan » possèdent un troupeau moyen de 516 bêtes, contre 1 097 pour les villages contrôlés par les grandes familles druzes. Rapporté aux chiffres de la population, on obtient pour les premiers un ratio de 1,6 mouton ou chèvre par habitant, contre 2,1 pour les seconds.

  • 84 Le teben, paille hachée ou du moins brisée par les modes rudimentaires de dépiquage.

70Quelles sont d’abord les bases économiques de cette relation entre activités pastorales d’une part, et organisation politique de la société druze d’autre part ? Elles résident dans la pratique d’un élevage en association avec des bergers nomades, qui assurent le pâturage des troupeaux et les protègent contre les razzias et les loups. Les conditions de contrat varient selon les cas et on ne dispose que de quelques exemples isolés. Dans le sud du Djebel Druze, les bédouins reçoivent du blé à raison de 6,5 kg par tête de bétail, ainsi que du teben pour constituer une réserve fourragère en cas de neige au moment de l’hivernage dans la steppe84. En retour, ils doivent fournir au propriétaire druze une mesure de samné par groupe de cinq brebis ou de huit chèvres dont ils ont la garde. La laine revient en totalité au propriétaire. Dans le nord du Djebel, les bédouins reçoivent pour chaque groupe de quatre moutons confiés à leurs soins, une des bêtes et 7 rotl de grain, soit environ 15 kg.

  • 85 SHAT, 4H 165, Compte rendu de reconnaissance dans le Harra et le Safa, Capitaine Rémond, 1. V.1922.
  • 86 La dissimulation défensive de la foi à laquelle ont recours les membres des ghulāt, les sectes chii (...)
  • 87 CADN, fds BM, 2381, notice citée.

71L’association économique débouche sur des phénomènes de clientélisation qui s’expriment en particulier à travers un certain nombre de codes sociaux : « Les Druzes sont les maîtres incontestés des Arabes de la montagne, et ceux-ci avouent franchement être les serviteurs des grandes familles du Djebel. Sous une tente arabe, un Druze se considère comme chez lui et commande »85. Dans le cas druze cependant, cette clientélisation ne paraît scellée par aucun mécanisme de pseudo-parenté (ou parenté élective), comme c’est souvent le cas dans d’autres sociétés tribales. Au Djebel Druze, le discriminant communautaire explique sans doute cette imperméabilité. D’où l’intérêt de cette tradition locale qui fait des Sardiyya une ancienne tribu druze, ayant dû renoncer à sa foi pour échapper aux vexations du pouvoir sunnite, dans la plus pure tradition de la taqiyyca86 : « Une tradition druze enseigne qu’autrefois les Sardiyya étaient de confession druze, mais que l’oppression mahométane les avait obligés à revenir au Coran. Aussi les Druzes ont-ils cette tribu bédouine en particulière affection. (...) Les Sardiyya sont d’intimes amis [on pourrait écrire « alliés »] de la famille Atrash »87.

  • 88 Papiers Deleuze, Note sur l’organisation de la sécurité en Transjordanie désertique, Albert de Bouc (...)
  • 89 Le terme de maqran (pl. maqārin) désigne localement les secteurs cardinaux du Djebel, en gros chacu (...)

72Mais c’est naturellement au cours de l’épisode guerrier que cette solidarité s’exprime de la manière la plus nette. Les Druzes interviennent ainsi régulièrement aux côtés des Ahl al-Jabal dans les vieux conflits qui les opposent aux Ahl al-Shamāl, c’est-à-dire principalement les Bani Sakhr qui nomadisent entre la Balqa’ et le Wadi Sirhan, et un groupe de petites tribus, les Sirhan, cIsa et Bani Khalid, toutes engagées dans le commerce du sel entre l’oasis d’al-Azraq et les collines du Djebel Zumla (région Darca, al-Ramtha, Irbid)88. Cette compromission des Druzes dans la réalité bédouine représentait précisément aux yeux de Muhammad Kurd cAli, la marque même de l’opprobre druze : « Tantôt, les brigands du maqran sud s’unissaient aux Arabes Sardiyya pour razzier les tribus des Bani Sakhr, des Huwaytat et des Sirhan ; tantôt les bandits du maqran est rejoignaient les Arabes du Safa pour piller les commerçants de Bagdad et de Dayr al-Zawr »89.

  • 90 L. Bokova, op. cit., p. 108, 179.
  • 91 René Gallissot, « AU Maghreb. Sociétés segmentaires et violence politique », in ID., Maghreb Algéri (...)

73Inversement, les Druzes ne manquent pas d’associer les Bédouins à leurs descentes dans la plaine du Hawran, et puisent dans cette réserve en cas de conflit avec les armées régulières. C’est le cas par exemple lors de la marche sur Damas en septembre 1918, ou au moment de la hamla aux allures de grande razzia qui, à l’été 1925, était sensée ouvrir un second front dans la Ghuta90. Eu égard au potentiel guerrier qu’elles représentaient, la prise en compte de ces clientèles bédouines apparaît comme indispensable à une bonne compréhension du fonctionnement politique de la société druze organisée en « maisons ». On rejoint ici certaines des mises au point opposées avec virulence par René Gallissot à la toute-puissance des schémas globalisants déversés par la social science : « Ce qui constitue la base de chaque fraction, ce n’est pas tant son agencement généalogique, mais le nombre de fusils [dont elle dispose]. L’inégalité est bien là, dans cette capacité qui vaut richesse »91.

  • 92 Pour les zones de campement des Ahl al-Jabal, cf. carte annexe p. 428-429.

74L’introduction de cette nouvelle variable permet la poursuite de l’analyse à deux niveaux. À l’échelle inter-clanique d’abord, se trouve confirmé et précisé l’antagonisme entre le clan Atrash et le clan cAmir. La composante pastorale de ce dernier clan paraît en effet bien affirmée, avec un cheptel ovin et caprin estimé à 12 500 têtes de bétail, soit près de 14 % de l’ensemble du troupeau druze, et un ratio élevé de 3,2 animaux par habitant. De fait, le clan cAmir intègre dans sa clientèle un certain nombre de groupements bédouins, au premier rang desquels la tribu Hasan. L’hiver, celle-ci emmène au pâturage les troupeaux cAmir et ses propres bêtes dans les confins nord-orientaux du Djebel, principalement dans le Ard al-Bathaniyya. L’été, elle campe autour des villages de Shahba, Hit, Shaqqa et Buthayna92. Elle entraîne dans son sillage deux autres petits groupements plus ou moins apparentés, les Hawasni et les Jwabr, directement attachés semble-t-il au chef du clan, Talal Pacha cAmir. Au total, on a là un demi-millier d’hommes en âge de porter les armes, et qui participent naturellement à l’assise politique du clan cAmir.

75Dans les années 1920 cependant, le clan Atrash, même limité à ses « maisons » du grand sud, a depuis longtemps surpassé la puissance des cAmir. En retranchant les chiffres des maisons de Suwayda, cAra, Rassas et Mujaymir, on a encore 16 villages représentant en 1927 plus du quart de la population totale du Djebel Druze (26,3 %). Par ailleurs, ces maisons Atrash du grand sud détiennent un cheptel ovin et caprin estimé à 33 500 animaux, soit 37 % de l’ensemble du troupeau du Djebel. L’importance de l’activité pastorale implique l’existence d’une très forte clientèle bédouine. Celle-ci repose d’abord sur la tribu Masacid, qui charrie dans son sillage deux autres tribus satellites, les Adhamat et les Shurafat. Au total, plus de 1 500 hommes en âge de porter les armes. Leurs circuits de transhumance sont légèrement plus complexes que ceux des groupements du nord du Djebel. En hiver, ces tribus conduisent leurs troupeaux et ceux des Atrash, soit vers l’est, dans le Harra (les Shurafat s’installant même certaines années aux abords de la Ruhbé), soit vers le sud, jusqu’à al-Azraq, où les Atrash possèdent de nombreux terrains. En mars, ces divers groupes se rejoignent dans les grands pâturages situés au sud du Djebel, en lisière des derniers villages habités et des ruines de Umm al-Jimal et Khirbat cAwwad. Enfin, dans la deuxième quinzaine d’avril, les tribus gagnent leurs pâturages d’été sur le versant occidental du Djebel, en particulier autour des sources qui jalonnent les environs de Salkhad et d’al-Qurayya.

  • 93 CADN, fds BM, 2381, notice citée. Nombre d’hommes en âge déporter les armes : Masacid (1 000), Adha (...)

76La tribu des Sardiyya, dont on a évoqué les liens privilégiés avec le clan Atrash, s’insère également, selon des modalités qui lui sont propres, dans le paysage politique du Djebel méridional. Les Sardiyya en effet ne sont pas les bergers des Druzes. Ils font paître leurs propres bêtes, dont un important troupeau camelin estimé à quelques milliers de têtes. De même ne gagnent-ils pas régulièrement le Djebel Druze, restant parfois en trans-Jordanie, entre Balqa’ et al-Azraq. Cependant, lorsqu’ils estivent dans le Djebel, ils campent sur une ligne qui va de Umm al-Rumman au sud à al-cAfina au nord, en passant naturellement par al-Qurayya. Ainsi que le fait apparaître la carte annexe (p. 428-429), cette dernière « maison » se situe en définitive au cœur même d’un vaste complexe agro-pastoral, dont l’assise territoriale s’ouvre résolument vers les prolongements méridionaux du Djebel Druze, et dont le rayonnement politique intègre une puissante clientèle bédouine, qui représente au début des années 1920 près de 1 800 hommes en état de porter les armes93.

  • 94 Ibid.

77Poursuivant dans cette exploration intra-clanique des équilibres de pouvoir, il peut être intéressant de soupeser ici la composante pastorale des grandes maisons druzes du versant occidental. On constate que les quatre localités de Suwayda, cAra, Rassas et Mujaymir, concentrent près de 14 % de la population du Djebel, pour un troupeau ovin et caprin de l’ordre de 5 500 têtes de bétail, soit un ratio de simplement 0,9 animal par habitant. La faiblesse relative de l’activité pastorale se confirme au niveau des associations bédouines. Ces maisons ne charrient en effet dans leurs clientèles que de petits groupements, les Madahala de cAra (une soixantaine d’hommes en état de porter les armes), et les Ghanim de Rassas (une quarantaine d’hommes en armes au maximum). Plus au nord enfin, les Shannabala (150 hommes adultes), bien qu’ils ne soient soumis à l’influence d’aucune maison en particulier, représentent l’archétype de ces bergers quasi sédentarisés du maqran ouest : « Ils vivent sous la tente tissée de poils de chèvres. Ils construisent généralement de petites murettes et s’installent à proximité des villages, cherchant avant tout les points d’eau. Les Shannabala ne quittent guère le caza de Suwayda et ne sortent jamais du Djebel »94.

78Au total, la prise en compte de la composante pastorale de la société du Djebel Druze confirme ce que l’organisation territoriale des segments lignagers avait laissé entrevoir, à savoir l’existence de deux logiques différenciées de structuration politique au sein même du jubb Ismacil. Celui-ci voit en effet coexister, d’une part de grandes maisons dotées d’un prestige familial important et d’un fort capital symbolique et politique : ce sont les maisons, d’ailleurs concurrentes, de cAra et de Suwayda ; et de l’autre, des maisons ayant plus nettement conservé les traits de la société pionnière du milieu du XIXe siècle, et où l’importance de l’économie pastorale a en quelque sorte prolongé la dynamique initiée par la colonisation agraire des années 1860-1870. Le révélateur de la conjoncture va d’une certaine manière confirmer la pertinence de cette distinction.

Le Djebel Druze dans la Première Guerre mondiale

  • 95 Les références de base sont Schatkowski-Schilcher, « The famine of 1915-1918... », art. cit. ; Phil (...)

79Pour les franges méridionales du Bilād al-Shām, la conjoncture militaire cède d’abord le pas à la conjoncture frumentaire. On connaît l’ampleur dramatique de la grande famine qui frappa l’ensemble du Levant dans les années 1915-1918, et qui provoqua la mort d’un demi-million de personnes au bas mot95. La côte libanaise est touchée dès le second semestre 1915, tandis que Damas connaît ses premières émeutes de la faim au printemps 1916. Les mesures de rationnement et de réquisition qui suivent, enclenchent à l’approche de la moisson les premières récoltes clandestines et un début d’exode des paysans en direction du sud profond et du Djebel Druze. Au même moment, grâce aux subsides britanniques, l’armée de la révolte arabe manie l’arme alimentaire en attirant à prix d’or le moindre surplus disponible. Idéalement placés, les cheikhs druzes accueillent les paysans en fuite, achètent à vil prix les récoltes de la plaine, et s’emparent des silos et réserves que l’état-major turc tente de constituer. Cette rente de situation culmine durant l’hiver 1917-1918, lorsque la pénurie de grain est totale à Damas et que les clans druzes exercent un quasi-monopole sur les productions locales. À ce moment précis, il semble bien que fonctionne une sorte de joint-venture politico-frumentaire entre les cheikhs druzes et un certain nombre de nationalistes arabes présents sur place. Les circuits de drainage du grain syrien en direction de l’armée arabe se doublent en effet d’un véritable parcours de fuite pour les déserteurs de l’armée ottomane, les familles des nationalistes arabes, etc. L’un de ces circuits d’évasion passait par le village de Jaramana dans la Ghuta, avant de transiter par Khalkhala dans la vallée du Wadi al-Liwa.

80La mise en place de cette combinaison politico-frumentaire avait été rendue possible par au moins deux évolutions sensibles avant-guerre. Tout d’abord, l’intégration croissante de la production céréalière locale dans le négoce damascène avait resserré les liens entre la montagne druze et les commerçants du Maydan. Chaque village organisait ses caravanes et entretenait des relations d’affaires privilégiées avec telle ou telle famille marchande. Une relation de ce type existait par exemple entre Sultan al-Atrash et les Shuwayri du Maydan. Yusuf Shuwayri possédait ainsi un magasin à al-Qurayya, où il vint se réfugier pendant la guerre. À partir de l’été 1917, il organisa des caravanes vers Akaba, livrant du grain et conduisant des recrues pour l’armée arabe.

81Ensuite, une nouvelle génération de notables urbains, le plus souvent issus de familles de plus récente extraction que la grande notabilité des Yusuf, cAzm ou cAbid, avait subi un préjudice politique certain du fait de la tournure centralisatrice prise par le régime jeune-turc. Pour ces notables que rejoignait la nouvelle élite des « capacités », la conversion à l’arabisme devenait une alternative tentante. De fait, lorsque les Druzes se révoltèrent contre les Turcs en 1910, leur image évalua sensiblement dans les cercles nationalistes de Damas, qui délaissèrent le cliché traditionnel du Druze prévaricateur (ashqiyā’ al-Durūz), pour celle, beaucoup plus valorisante, de rebelle en lutte contre un régime abhorré. La famille al-Bakri représente un bon exemple de ce type de trajectoire. Issu d’une famille de grands propriétaires, cAta al-Bakri avait occupé un certain nombre de sièges dans divers conseils administratifs de la province dès la fin du XIXe siècle. Trop lié au sultan cAbdülhamid II au goût du nouveau régime jeune-turc, il perdit la plupart de ses positions après 1908. À sa mort en 1914, trois de ses fils, dont Nasib al-Bakri, avaient rejoint les rangs de l’organisation nationaliste al-Fatāt, et noué des contacts avec quelques chefs druzes du sud du Djebel, parmi lesquels Sultan al-Atrash (dont le père avait été pendu par les Turcs en 1911), Husayn de cAnz, et l’oncle de celui-ci, Nasib de Salkhad. Au printemps 1915, c’est dans la maison que les Bakri possédaient dans la Ghuta, que fut scellé l’accord entre Faysal et les nationalistes arabes de Damas.

82Dans cette course au ralliement des cheikhs druzes, l’état-major turc mise au contraire sur les maisons du maqran ouest. Après la mort de Yahya al-Atrash en 1914, Djemal Pacha entreprend ainsi de rallier le petit-fils de Shibli, Salim al-Atrash, confirmant de la sorte le leadership de la maison de cAra, à un moment où les clans du grand sud basculent dans la révolte arabe. À l’été 1918, Nasib al-Bakri revient au Djebel porteur d’une proclamation de Faysal appelant à l’offensive. Le groupe de combat druze qui est alors constitué réunit quelques-uns des principaux cheikhs du sud de la montagne, Sultan al-Atrash bien sûr, Hamad al-Barbur de Umm al-Rumman, et Husayn de la maison de cAnz-Salkhad. Les négociations menées entre Nasib al-Bakri et les chefs druzes, peu avant la marche sur Damas, précisent les conditions politiques de l’intervention druze. L’indépendance politique et administrative du Djebel dans le respect des traditions tribales en constitue le point principal. Elle s’intégre dans un projet de confédération réunissant outre le Djebel Druze, la Syrie gouvernée par Faysal, et le Hedjaz du chérif Husayn. Faysal ne se voit reconnaître aucune autorité effective sur le Djebel Druze, « sauf comme témoignage d’honneur ».

83Le 25 septembre 1918, Sultan al-Atrash et Hamad al-Barbur, à la tête de quelques centaines de cavaliers, s’emparent sans coup férir de la forteresse de Busra Eski Sham. La jonction avec les forces du chérif Nasir, frère de Husayn, se fait à Shaykh Miskin. Après des combats à hauteur de Dayr cAli, les cavaliers pénètrent finalement dans Damas le 30 septembre 1918, précédant de trois jours l’arrivée de l’émir Faysal. Ce serait Sultan al-Atrash en personne qui aurait hissé le drapeau arabe au-dessus du Sérail, acte symbolique qui consacrait la promotion politique des maisons druzes du grand sud. Rééquilibrage des pouvoirs, mais nullement renversement. Après une réconciliation solennelle entre Salim et Sultan, Faysal confirme le premier dans sa dignité de shaykh al-mashāyikh, et confère au second, ainsi qu’à ses principaux compagnons de lutte, le titre de pacha.

Notes

1 Il faudrait d’ailleurs écrire « les » Bilād al-Shām.

2 Dominique Chevallier, « Consciences syriennes et représentations cartographiques à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle », in The Syrian Land in the 18 th and 19th Century, Thomas Philipp éd., Stuttgart, 1992, p. 1-10.

3 Références de base pour ce développement, Doris S. MILLER, The Lava Lands oƒ Syria : Régional Urbanism in the Roman Empire, Ph. D., New York, 1984, p. 1-48 ; Louis DUBERTRET, « Etude des régions volcaniques du Haouran, du Djebel Druze et du Diret et Touloul (Syrie) », Revue de géographie physique et de géologie dynamique, 2 (1929), n° 4, p. 275-321 ; Norman N. LEWIS, Nomads and Settlers in Syria and Transjordan 1800-1980, Cambridge, 1987.

4 Cf. carte annexe p. 426-427.

5 Que l’on croirait, vu du ciel, sculptés dans la masse. Cf. les photos page précédente du village de Sumayd. Un peu plus au nord, on trouve d’assez nombreux habitats troglodytes : c’est la « région des grottes » des cartes mandataires. De même a-t-on du mal à faire une différence entre les bases déchiquetées des anciennes boursouflures magmatiques, et les enclos aménagés pour parquer les moutons et les chèvres. La main de l’homme se limite le plus souvent à un simple compartimentage afin d’éviter le piétinement des agneaux par les animaux adultes (cf. photo des campements itinérants).

6 SHAT, 4H 115, Note du capitaine Terrier, 6. XI.1920.

7 Papiers Deleuze, Aperçu géographique sur le Safa, Lieutenant Sauvagnac, s.d., ca 1932.

8 Les références de base sont ici N. Lewis, op. cit., p. 1-24 ; Id., « The Syrian Steppe during the last Century of Ottoman Rule : Hauran and the Palmyrena », in The Transformation of Nomadic Society in the Arab East, M. Mundy et B. Musallam éd., Cambridge, 2000, p. 33-43.

9 On sait que ce qu’il est convenu d’appeler la première dynastie wahhabite, appuyée sur la prédication rigoriste de Muhammad cAbd al-Wahhab et la puissance militaire et familiale de Muhammad Ibn Sacud, s’affirme à partir de 1744, pour culminer au tournant du XIXe siècle avec l’occupation de La Mecque en 1803.

10 Note de l’interprète chancelier Beaudin, Consulat de France à Damas, 17. I.1838, cité par B. Schäbler, op. cit., p. 62. Quatre ans plus tard, ce même Beaudin fournit une Statistique religieuse du Pachalik de Damas, citée par Zouhair Ghazzal, L’économie politique de Damas durant le XIXe siècle, Structures traditionnelles et capitalisme, Damas, 1993, p. 38-39. Pour les régions qui nous intéressent, les chiffres donnés sont les suivants : Qunaytra (Golan) 12 500 habitants, Jaydur (Hawran septentrional) 11 250, Hawran (c’est-à-dire Nuqra) 21 500, Djebel Hawran (c’est-à-dire Djebel Druze) 5 000.

11 France Métral, « Biens tribaux dans la steppe syrienne entre coutume et droit écrit », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, 1996, n° 1 -2, p. 89-112 ; riccardo Bocco, « La notion de Dirah chez les tribus bédouines en Jordanie. Le cas des Bani Sakhr », in Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Byron D. Cannon éd., Lyon, 1987, p. 194-215 ; ID. et Tareq TELL, « Frontières, tribus et État(s) en Jordanie orientale à l’époque du mandat », Maghreb-Machrek, n° 147, janvier-mars 1995, p. 26-47.

12 Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, 1986, p. 217.

13 À moins précisément que l’injection d’un nouveau type de richesses, plus nettement affranchies de la variabilité climatique, ne permette l’émergence d’une nouvelle formation sociale, manière de condensation proto-étatique du pouvoir : c’est le passage du statut de shaykh al-mashāyikh (sorte de primus inter pares) au statut d’émir (amīr), passage que les Shaclan par exemple sont en mesure d’opérer au tournant du XXe siècle grâce aux revenus tirés de l’exploitation des salines du Jawf.

14 Cf. les travaux de Riccardo Bocco. Le terme dérive du verbe dāra, qui signifie tourner, circuler. De la même racine dérive le mot dār, maison, c’est-à-dire la construction, mais aussi le lieu où l’on plante la tente (le « douar », duwwār, d’Afrique du Nord).

15 La qusra, l’entraide inter-tribale, ouvrait à une tribu en difficulté un droit d’accès aux pâturages d’une voisine mieux lotie.

16 La caravane de 1850 comptait ainsi 4 000 chameaux au départ de Damas. Z. GHAZZAL, op. cit., p. 145.

17 Jacques Weulersse, Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, 1946, p. 169 ; André LATRON, La vie rurale en Syrie et au Liban, Beyrouth, 1936, p. 120-121.

18 James Reilly, Origins of Peripheral Capitalism in the Damascus Area 1830-1914, Ph. D., Georgetown University, 1987, p. 164.

19 F. Métral, art. cit., p. 90 ; N. LEWIS, op. cit., p. 5-6.

20 Voir les travaux de Martha Mundy cités dans la bibliographie.

21 J. Weulersse, op. cit., p. 97, 108.

22 Le mudd bien souvent, qui dans le Hawran de l’entre-deux-guerres équivalait à peu près à 17,5 kg de blé ou 14 kg d’orge, selon la table donnée par A. Latron, op. cit., annexe.

23 Environ 913,3 m2. Le dunumjadïd sera aligné sur le système métrique en 1927 et arrondi au dixième d’hectare par les autorités mandataires.

24 P. G. Baldensperger, « The immovable East », Palestine Exploration Fund Quaterly Statement, 1906, p. 193, cité par N. LEWIS, op. cit., p. 91-92.

25 J. REILLY, thèse citée, p. 294-297 ; pour le Djebel Druze, B. Schäbler, op. cit., p. 82-89. Au moment de l’occupation française, les rapports du SR véhiculent l’image d’une société d’ordres. Cf. SHAT, 4H 115, Rapport sur le Hawran, 23. VIII.1920.

26 Ibid. L’aire d’influence de la famille Hariri correspond en gros à toute la partie septentrionale de la Nuqra. Cf. carte annexe p. 426-427, élaborée pour ce point précis à partir des indications fournies par quatre rapports sur le Hawran, SHAT, 4H 115, 1920.

27 SHAT, 4H 115, Rapports cités ; Michael R. FISCHBACH, State, Society and Land in cAjlūn (Northern Transjordan) 1850-1950, Ph. D., Georgetown University, 1992, p. 176.

28 SHAT, 4H 115, Rapports cités ; J. REILLY, thèse citée, p. 294-297.

29 En 1842, la population du cAjlun est estimée à 23 850 habitants, soit en gros la moitié de celle du Hawran entendu au sens large (Golan, Jaydur, Nuqra, Djebel Druze).

30 N. Lewis, op. cit., p. 21 ; M. FISCHBACH, thèse citée, p. 68-72.

31 D. Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, 1971.

32 N. Lewis, op. cit., p. 82-85. Cf. carte annexe p. 426-427. La situation des clans druzes est celle de la fin des années 1850, telle que l’a cartographiée B. Schäbler, op. cit., p. 104.

33 Les principaux documents utilisés ici sont SHAT, 4H 115, Note du capitaine Terrier sur le Laja’, 6. XI.1920 ; Les tribus nomades et semi-nomades des États du Levant sous mandat français, Beyrouth, Direction du SR du Levant, 1930, p. 61-62.

34 La dīfa, c’est l’hospitalité ostentatoire, le repas d’apparat offert à ses hôtes. Mahaja est situé sur le luḥƒ occidental du Laja’, au sud-ouest de Mujaydil.

35 Papiers Deleuze, Aperçu géographique sur le Safa et les régions avoisinantes, s.d. Les bédouins du Djebel Druze sont les Ahl al-Jabal dont l’étude est entreprise plus bas.

36 Pistachier sauvage d’où on tire l’huile de térébinthe.

37 Papiers Deleuze, Aperçu géographique..., note citée. Au début des années 1930, un recensement de la tribu fait état de 318 tentes, soit précisément 1 531 individus dont 479 enfants. Leur cheptel est alors estimé à 1 800 chameaux et environ 5 000 moutons. Papiers Deleuze, Notice sur la tribu Ghiyyath.

38 Z. Ghazzal, op. cit., p. 144. Rapprochement à faire avec la mahalla au Maghreb.

39 Linda Schatkowski-Schilcher, « The Hauran Conflicts of the 1860s : a Chapter in the Rural History of Modem Syria », International Journal of Middle East Studies, 13 (1981), p. 159-179. Pour une définition des aghāwāt, cf. supra, p. 51, n. 19.

40 Les exemples sont tirés de N. LEWIS, art. cit., et de M. FISCHBACH, thèse citée.

41 Linda Schatkowski-Schilcher, « The grain economy of late Ottoman Syria and the issue of large-scale commercialization », in Land Holding and Commercial Agriculture in the Middle East, F. Tabak et Ç. Keyder éd., Albany, 1991, p. 173-195.

42 Filières d’exportation par la façade portuaire du Levant, mais aussi circuits intérieurs pour répondre à la croissance démographique des grands centres urbains, Damas passant de 90 000 habitants au début du XIXe siècle à plus de 220 000 à la veille de la Grande Guerre.

43 Ainsi que le remarque L. Schatkowski-Schilcher, le système ainsi mis en place, qui connecte des modes traditionnels de tenure et de production sur les réseaux de l’échange marchand, n’est pas sans faire penser au putting out System qui triomphe dans l’Europe proto-industrielle du XVIIIe siècle.

44 H. Laurens, Le Royaume impossible..., op. cit., p. 124-125.

45 L. Schatkowski-Schilcher, Families in Politics : Damascene Factions and Estates of the 18th and 19th centuries, Stuttgart, 1985, p. 57.

46 Sur le milieu des réformateurs, B. LEWIS, Islam et laïcité..., op. cit., p. 107-109 et passim ; R. Mantran dir., Histoire de l’Empire ottoman, op. cit., p. 462-464.

47 P. Dumont, « La pacification du sud-est anatolien en 1865 », art. cit.

48 Quelques analogies en effet avec la situation décrite par Daniel DESSERT, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, 1984.

49 Philip S. KHOURY, « The urban notables revisited », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, 55-56 (1990), n° 1-2, p. 222.

50 Cité par J. REILLY, thèse citée, p. 185 ; P. KHOURY, Urban notables..., op. cit., p. 44-45. À côté d’un noyau constitué d’une douzaine de familles représentant l’élite de la notabilité urbaine (les cAzm, Yusuf, cAbid, etc.), l’auteur fait graviter une cinquantaine de familles de moindre importance.

51 Eugene L. Rogan, « Bringing the State back : the limits of Ottoman rule in Jordan, 1840-1910 », in Village, Steppe and State. The Social Origins of Modern Jordan, Id. et T. Tell éd., Londres, 1994, p. 32-57.

52 N. Lewis, op. cit., p. 96-123 ; Papiers Deleuze, Étude sur les Tcherkesses, 1931.

53 Au tournant du XXe siècle, le Hawran compris au sens large, en y incluant le caza cAjlun, compte entre 150 000 et 200 000 habitants, soit entre deux et trois fois plus qu’au début des années 1840.

54 Les exemples sont tirés de N. LEWIS, art. cit., et M. FISCHBACH, thèse citée.

55 Lecture croisée de L. Schatkowski-Schilcher, « Violence in rural Syria in the 1880s and 1890s... », art. cit., et de N. LEWIS, op. cit., p. 88-91.

56 L’un des huit fils d’Ismacil al-Atrash, qui lui succède à la tête du clan à la fin des années 1860 et chasse le dernier cheikh Hamdan de Suwayda en 1869.

57 La liste est donnée par Ḥannā Abū Rāshid, Jabal al-Durūz, Le Caire, Librairie Zaydān, 1925. J’ai utilisé une traduction établie par le drogmanat du haut-commissariat, 175 pages dact., que l’on peut trouver à Nantes, CADN, fds BM, 551.

58 CADN, fds BM, 547, Note sur les Arabes du Laja’, s.d. (ca 1920), et Note sur le Laja’, 6. XI.1920.

59 L. Schatkowski-Schilcher, « Violence in rural Syria... », art. cit., p. 61.

60 N. Lewis, op. cit., p. 92-93 ; B. SCHÄBLER, op. cit., p. 88-89.

61 L. Schatkowski-Schilcher, « Violence in rural... », art. cit. ; l’exposé le plus complet des deux expéditions militaires ottomanes peut être trouvé dans B. Schäbler, op. cit., p. 175-194.

62 « cAdāwat Banī al-Miqdād wa Banī al-Aṭrash » (Le conflit des Miqdad et des Atrash), cité par Ḥannā Abū Rāshid, op. cit., p. 41-43. La pagination renvoie à la traduction conservée dans CADN, fds BM, 551.

63 Pour une vision panoramique du phénomène tribal dans le monde arabo-musulman, Pierre Bonte et Édouard Conte, « La tribu arabe. Approches anthropologiques et orientalistes », in Al-ansâb. La quête des origines. Anthropologie historique de la société tribale arabe, Paris, 1991, p. 13-48.

64 Edward E. Evans-Pritchard, The Nuer. A Description of the Modes of Livelihood and Political Institutions of a Nilotic People, 1940, trad. française, Les Nuer, Paris, Gallimard, 1968 et 1994.

65 On appelle ici groupe de parenté, ou groupe d’unifiliation, des groupes dont le recrutement est déterminé par l’application d’une règle de filiation unilinéaire, en l’occurrence patrilinéaire.

66 Le big man (homme important), figure majeure de l’anthropologie mélanésienne, ne dispose pas d’une autorité héritée, mais d’un pouvoir acquis par son habilité manœuvrière, ses dons oratoires, et ses capacités à produire et à rassembler des richesses qu’il redistribue pour se tailler une aire de réciprocité. Ce faisant, il entre en compétition avec d’autres big men. Son pouvoir est fragile, constamment menacé par l’affirmation d’un rival plus efficace, et précaire, non transmissible.

67 G. Catroux, Deux missions..., op. cit., p. 40-41. On sait que Durkheim (De la division du travail social, 1893) distinguait les sociétés simples d’une part, fondées sur des solidarités mécaniques et composées « d’agrégats semblables entre eux, semblables aux anneaux de l’annelé », et les sociétés complexes d’autre part, où la division croissante du travail social déterminait des solidarités de type « organique », coordonnant et hiérarchisant l’action de groupes désormais différenciés.

68 Hannā Abū Rāshid, op. cit., p. 37, 66.

69 Lenka Bokova, La révolution syrienne contre le mandat français, Thèse de doctorat, Paris Vil, 1988, p. 208-209.

70 E. Evans-Pritcharjd, op. cit., 1994, p. 220 : « Les rapports structuraux entre les tribus nuer et les autres peuples, et entre tribu et tribu, s’appuient sur l’institution de la guerre ; les rapports structuraux entre segments d’une même tribu s’appuient sur l’institution de la vendetta ».

71 Les Atrash attribuent leur nom (aṭrash, pl. ṭurshān, signifiant « sourd ») à un de leurs ancêtres qui aurait trouvé très pratique d’être dur d’oreille dans ses discussions avec les autorités turques !

72 Pour 1927, les chiffres sont tirés de Narcisse BOURON, Les Druzes. Histoire du Liban et de la montagne haouranaise, Paris, 1930, p. 411-413 ; pour 1943, PRO, WO 208, 3093, Notes on the Druze tribes, 1943.

73 Avec plus de 4 700 habitants en 1927, Suwayda se détache nettement d’un groupe de cinq villages ayant une population comprise entre 1 100 et 1 900 habitants : Salkhad, cUrman, Imtan, Malah et al-Qurayya.

74 Les précédents moins al-Qurayya, dont la superficie est comprise entre 5 000 et 8 000 ha. B. Schäbler, op. cit., carte hors-texte.

75 Cf. schéma généalogique en annexe, p. 434-435.

76 Les champs d’expansion les plus récents ayant été l’occupation du Wadi al-Liwa par le clan Halabi dans les années 1880, et celle du « grand sud » par le clan Atrash dès les années 1860.

77 L’importance du cheptel est donnée par B. Schäbler, op. cit., carte hors-texte.

78 Claude Lévi-Strauss, « L’organisation sociale des Kwakiutl », in ID., La voie des masques, Paris, 1979, p. 164-192 ; ID., article « Maison », in Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, P. Bonte et M. Izard dir., Paris, p. 434-436.

79 Cl. Lévi-Strauss, art. cit., p. 435.

80 Le bayt (maison) excède la simple « parentèle » (terme par lequel les anthropologues désignent le groupe d’unifiliation opérationnel, c’est-à-dire incluant à un moment donné les individus ayant effectivement des droits et devoirs réciproques du fait de leur parenté), puisqu’il s’ouvre à des formes de solidarité autres que consanguines, et à des modalités d’alliance autres que matrimoniales.

81 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 234, fol. 10, Rapport du conseiller Daclin, 7. IX.1926.

82 C’est-à-dire avant les coupes sombres occasionnées par la conjoncture climatique catastrophique du début des années 1930 : hivers extrêmement rigoureux et sécheresses printanières plusieurs années de suite.

83 Sauf indication contraire, les principaux documents utilisés ici sont les suivants : Papiers Deleuze, Rapport du capitaine Desmaires sur l’élevage des moutons dans le sud du Djebel Druze, 19. II.1930 ; ibid., Tableau des tribus bédouines de l’État de Syrie, 19. VII.1928 ; CADN, fds BM, 2381, Notice sur les tribus du Djebel Druze, s.d. (ca 1927) ; Les tribus nomades et semi-nomades des États..., op. cit., p. 193-200. Les chiffres des troupeaux villageois sont donnés par B. Schäbler, op. cit., carte hors-texte.

84 Le teben, paille hachée ou du moins brisée par les modes rudimentaires de dépiquage.

85 SHAT, 4H 165, Compte rendu de reconnaissance dans le Harra et le Safa, Capitaine Rémond, 1. V.1922.

86 La dissimulation défensive de la foi à laquelle ont recours les membres des ghulāt, les sectes chiites extrémistes issues du rameau ismaélien.

87 CADN, fds BM, 2381, notice citée.

88 Papiers Deleuze, Note sur l’organisation de la sécurité en Transjordanie désertique, Albert de Boucheman, octobre 1935, p. 9-13.

89 Le terme de maqran (pl. maqārin) désigne localement les secteurs cardinaux du Djebel, en gros chacun des quatre versants. On pourrait parler de quartier. Les Huwaytat sont une tribu jordanienne estivant dans la région de Macan et dont certaines fractions hivernent dans la partie nord du Wadi Sirhan, où elles peuvent parfois entrer en contact avec les Ahl al-Jabal. Les « Arabes du Safa » auxquels il est fait ici allusion sont les Ghiyyath.

90 L. Bokova, op. cit., p. 108, 179.

91 René Gallissot, « AU Maghreb. Sociétés segmentaires et violence politique », in ID., Maghreb Algérie. Classes et nation, Paris, t. 1, p. 55-82.

92 Pour les zones de campement des Ahl al-Jabal, cf. carte annexe p. 428-429.

93 CADN, fds BM, 2381, notice citée. Nombre d’hommes en âge déporter les armes : Masacid (1 000), Adhamat (200), Shurafat (350), Sardiyya (220), Ghanim (35), Madahala (60), Shannabala (150), Hasan (350), Jwabr (50), Hawasni (30). Total : 2 445 hommes.

94 Ibid.

95 Les références de base sont Schatkowski-Schilcher, « The famine of 1915-1918... », art. cit. ; Philip S.K. H0URY, « A Reinterpretation of the Origins and Aims of the Great Syrian Revoit, 1925-1927 », in Arab Civilization. Challenges and Responses, G. Atiyeh et I. Oweiss éd., Albany, 1988, p. 241-271 ; B. Schäbler, op. cit., p. 194-203.

Table des illustrations

Crédits SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, carton 27, village de Sumayd, janvier 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Crédits Papiers Deleuze, village de Khalkhala, rebord oriental du Laja’, 30 mars 1927. Au premier plan, enclos et derniers épanchements de laves ; à l’arrière-plan, méandres du Wadi al-Liwa’, au-delà desquels on devine le parcellaire en lanières caractéristique du système mushâ
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Crédits Papiers Deleuze, citerne romaine de Suwayda, 31 mars 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search