Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Troisième partie. Prosopographie du SR du Levant

Chapitre VIII. Conditions de vie des officiers et quotidien du service

Texte intégral

1Surprendre l’officier de renseignements dans sa quotidienneté, c’est d’abord découvrir un fait de mentalité. En s’exilant au cœur des cazas ou au fin fond de la steppe, l’officier du SR vit avant tout une expérience individuelle, l’assouvissement d’un formidable besoin d’indépendance et de liberté. Cet idéal, que stylise et codifie la littérature coloniale du moment, il nous faudra en démonter les logiques, et en dévoiler aussi les faux-semblants. Car derrière cet enracinement volontaire, qui mûrit dans l’ordre des représentations et s’affiche dans l’ordre du discours, se cachent en fait, dans l’ordre des choses, un isolement subi et un terrible défi physique et psychologique.

Un enracinement volontaire

Le poste

2L’enracinement dans les cazas, c’est d’abord un enracinement dans la pierre. Dans les postes de l’avant, l’espace domestique, atrophié par l’obligation qui était faite de n’y affecter que des célibataires, coïncidait le plus souvent avec l’espace professionnel, alors que dans les centres urbains, les officiers des délégations, souvent mariés, logeaient en ville. Pour les premiers, le bureau de renseignements constituait le centre même de leur espace de vie, et le cercle restreint des médiateurs locaux (interprète, médecin, etc.), le premier horizon de leur espace de relations.

  • 1 R. de Gontaut-Biron, Sur les routes de Syrie..., op. cit., p. 153.
  • 2 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

3Il est difficile de dresser un véritable panorama du cadre de vie matériel des officiers. Une certitude néanmoins, la précarité de leur installation matérielle aux premiers temps du mandat : « Combien d’officiers, dans le Djebel Druze et ailleurs, ayant fait venir femmes et enfants, habitent des maisons à demi-ruinées, brûlantes sous le soleil et glacées en hiver. Dans un pays où le luxe de la demeure est très particulièrement le signe de la notabilité, nos officiers font piètre mine dans leurs masures délabrées, resserrées et misérables, et leur crédit parmi les populations s’en ressent »1. Même s’il convient de faire la part des choses dans ce plaidoyer pro domo publié au lendemain de la révolte druze, force est de constater que l’on retrouve dans les archives les mêmes accents pathétiques : « Les logements indigènes dont les familles sont obligées de se contenter sont hors de prix et fort malsains. Aussi, la morbidité et la mortalité infantiles des petits Français sont-elles considérables. La France n’est plus assez riche en hommes pour gaspiller ainsi sa graine »2.

Le capitaine Plat en 1925-1926 officier de renseignements de Mayadin-Abu Kamal

Le capitaine Plat en 1925-1926 officier de renseignements de Mayadin-Abu Kamal

Photographie communiquée par Marielle Plat, petite-fille du capitaine Plat. À la droite du capitaine Plat, son interprète ; à sa gauche, le médecin de Mayadin.

Le capitaine Ferreux en 1938 à ‘Ayn Diwar

Le capitaine Ferreux en 1938 à ‘Ayn Diwar

Photographie tirée d’un manuscrit inédit, Le Bec de Canard, Andivar-sur-le Tigre, 1938-1939, communiqué par Jean Ferreux, fils du capitaine Ferreux. En arrière-plan, les méandres du Tigre.

  • 3 CADN, fds BM, 437, Compte rendu d’inspection du directeur du SR, s.d. (ca juin 1930).

4Avec l’achèvement de la pacification et la stabilisation de l’organisation mandataire, des efforts allaient être entrepris pour remédier à cette situation. Ce fut d’abord le fruit d’initiatives individuelles, le cumul d’aménagements ponctuels réalisés par les officiers qui se succédaient dans un poste. Se dérobant le plus souvent au regard de l’historien, cette micro-histoire du quotidien perce parfois au travers de la mémoire administrative : « À Abu Kamal, le lieutenant Ravel a réalisé une installation de tout premier ordre ; dans le coquet castel qu’il m’a présenté, j’ai eu peine à reconnaître la misérable maison où ses prédécesseurs ont vécu avec un manque de confort qui faisait pitié »3.

  • 4 CADN, fds BM, 437, Rapports du directeur du SR en 1929-1930. Cf. supra p. 177-178.
  • 5 Située à environ 6 km au sud-est de Tchoban Bey.

5Mais cette progressive amélioration des conditions de vie, c’est aussi le résultat d’une véritable politique, qui se concrétise en particulier sur la frontière turco-syrienne, en liaison sans doute avec les nouvelles responsabilités administratives dévolues aux officiers à la suite des accords de 19294. En 1929-1930, pas moins de 8 postes, bureaux et logements d’officiers du SR, sont ainsi construits (Bab, Raju, Idlib, cArab Punar, Hama), totalement rénovés (Harim) ou projetés (Tchoban Bey, Tall Abyad) dans la région. Cet effort participe d’un mouvement profond de redéploiement du quadrillage administratif de base. Alors qu’au début des années 1920, le bureau de renseignements était avant tout un poste militaire, s’inscrivant dans un plan de défense, il devient de plus en plus un bureau administratif : à Bab, « le SR vient d’être installé au nouveau sérail où deux pièces ont été mises à sa disposition » ; à Idlib, les bureaux du SR « seront prochainement transférés au nouveau sérail achevé dans un mois et où quatre pièces spacieuses ont été réservées » ; à Tchoban Bey, le nouveau bâtiment abritera à la fois le SR et le mudirié, transféré pour l’occasion de la localité voisine de Qalqum5.

Attraction et exaltation du bled

6Mais ces évolutions sont encore largement masquées à l’époque par une image de l’officier de renseignements, censé réunir, dans le tissu de ses qualités individuelles, l’ensemble des compétences que la hiérarchisation et la parcellisation croissantes du pouvoir d’État ne cessent au contraire de fragmenter. Et si la figure se fige et tourne parfois à la caricature, c’est précisément le signe de la menace que fait peser sur ce type d’existence, devenu anachronique, l’inexorable perfectionnement des technologies de pouvoir.

  • 6 CADN, fds BM, 438, Général Clément-Grandcourt à haut-commissaire, 22. IV.1930.
  • 7 CADN, fds BM, 438, Lieutenant-colonel Rippert à Envoyé extraordinaire du haut-commissaire, 3. II.19 (...)

7Pour les officiers du SR, l’exil volontaire au cœur des cazas ou dans la steppe syrienne, c’est en effet, avant toute chose, une fuite loin de toute autorité qui viendrait entraver la liberté d’action à laquelle ils aspirent. Dans les archives, les récriminations des responsables mandataires contre cet état d’esprit reviennent comme une antienne. En avril 1930, le général Clément-Grandcourt, gouverneur du Djebel Druze, se désespère : « J’ai l’honneur de vous accuser réception de votre lettre relative au remplacement de l’officier adjoint au chef du SR de l’État du Djebel Druze. En 19 mois, trois officiers se sont succédé à ce poste. Chacun d’eux l’a considéré comme une position d’attente jusqu’au moment où un caza devenu libre lui permettrait d’acquérir une situation plus indépendante »6. Quelques années auparavant, le colonel Rippert, délégué adjoint du haut-commissaire pour le sandjak de Dayr al-Zawr, pestait de la même manière contre la façon d’être et d’agir d’un officier trop indépendant à son goût : « Le lieutenant Roche ne se rend pas du tout compte de la gravité des faits. Il distribue à ses gendarmes de l’argent qui ne lui appartient pas, joue au grand seigneur, au “roi nègre”. (...) Le lieutenant Roche, à qui je reconnais une grande activité, ne peut plus rester dans la région. J’irai plus loin ; il serait bon qu’il se retrempât dans un régiment de France pour perdre les habitudes de “roi nègre” qu’il a contractées »7.

  • 8 Encore Max Weber et le « désenchantement du monde » qu’il emprunte au poète Schiller.
  • 9 Le Gavur Dagh est la montagne qui s’élève à l’est d’Alexandrette.

8C’est que « l’appel du bled », cette attraction quasi physique qui obsède les officiers, répond aussi à une quête. Au cœur des cazas, les officiers de renseignements endossent avec passion une façon de vivre et de penser qui, d’une certaine manière, exorcise le « désenchantement » de leur société d’origine8, sans que la frontière soit toujours très nette entre l’effet de style, les nécessités du service et la mue psychologique. Isolé parmi les populations turbulentes du rebord oriental du Gavur Dagh9, le capitaine Régnault affecte de se conduire en chef oriental et cultive la baraka qui sied aux personnages de son rang :

  • 10 Littéralement, le mustashār, c’est le conseiller, le consultant, et par extension, le nom donné à l (...)
  • 11 Son père, le général Régnault (1856-1937), commandait la place de Paris en 1912, et passa l’essenti (...)
  • 12 J. RÉGNAULT, En Syrie, pages détachées du carnet..., op. cit., non paginé.

« Je réfléchis quelques instants et dicte la réponse pour Ahmed agha : “Vous m’avez écrit hier de venir. Je suis venu toute affaire cessante. Un personnage de mon rang (mon titre pour eux est Moustachar bey)10 ne se dérange pas plus et je suis de trop grande famille pour aller vous voir le premier (tous savent ici que mon père est un pacha en France)11. J’attends votre visite.” (...) Un jour, un serpent se lève et se dresse sous le nez de mon cheval. Mon ordonnance a sauté à terre et d’un coup de courbache cassé les reins du reptile dressé. Grand et gros serpent de près d’un mètre. Mes hommes s’exclament : “Kör Yilan, le serpent aveugle ! Si tu es piqué à l’ombre d’un arbre, tu meurs avant d’avoir pu arriver au soleil”. Nous sommes tous à regarder la bête. Je n’en crois pas mes yeux : c’est le cobra, le cobra de l’Inde décrit par Kipling. Il est très rare ici, mais celui-ci est connu : il a tué un paysan l’an dernier. Sans me le dire, un de mes cavaliers a attaché la bête et traîne dans le sable notre trophée depuis trois kilomètres. Il l’exhibe et provoque l’enthousiasme : “Kör Yilan a voulu tuer Moustachar bey, mais c’est Moustachar bey qui a gagné !” »12.

9À la façon d’un Boumazel, certaines figures hautes en couleur endossent avec superbe cette existence stylisée à l’extrême, balançant entre une crâne exaltation du bled et une sorte de dilettantisme léger sur fond d’Années Folles :

  • 13 SHAT, Papiers du général Plan, 1K 407, 2, Carnet de route d’un officier..., op. cit., p. 61.

« Flye [Sainte-Marie] portait, en été, sa tenue de drap d’hiver, “pour s’entraîner au chaud” disait-il, et au mois de janvier, sa tenue de toile d’été, “pour s’entraîner au froid” ; ce qui faillit lui jouer un très mauvais tour. (...) Il ne prenait jamais de permission car il attendait d’avoir amassé assez d’argent pour pouvoir mener la grande vie à Paris. Il gagnait alors Beyrouth et prenait le meilleur des paquebots, en cabine de luxe. Mais comme on jouait au poker, il arrivait toujours sans un sou à Marseille. Il ne prenait pas la peine de descendre et repartait par le même bateau pour la Syrie, en cabine de deuxième classe cette fois. Il réussit une fois à aller jusqu’à Paris »13.

10Mais le lieutenant Flye Sainte-Marie, lâché dans le désert syrien aux premiers temps de l’occupation, s’enivre d’une liberté qui, année après année, tend à se réduire comme une peau de chagrin. Dès la seconde moitié des années 1920, cette façon d’être souffre des premiers signes d’anachronisme, ainsi qu’en témoigne cette note du général Gamelin :

  • 14 Papiers Deleuze, Note du 11. VIII.1927.

« En vous transmettant copie du rapport de traversée ci-dessous, je vous prie de rappeler à une plus juste notion des choses certains des officiers méharistes en service sous vos ordres. Ces officiers, lorsqu’ils se trouvent à la tête de leurs troupes, peuvent être autorisés à revêtir la tenue de leurs hommes, encore que les tenues réglementaires aient toujours suffi, depuis déjà plusieurs générations, à d’illustres prédécesseurs, ayant passé dans les sables et le véritable désert saharien de longues années de leur vie de méhariste. Mais ces excentricités doivent cesser dès le retour dans les villes de garnison, et à plus forte raison, à bord d’un bateau. (...) D’autre part, certains officiers rapatriables se sont faits accompagner dans leurs déplacements par des hommes de leur unité, en armes, qui les suivaient partout. Outre que cette pratique n’est pas réglementaire, la sécurité est suffisamment obtenue à Beyrouth pour que vous puissiez les assurer qu’un garde du corps est inutile. Il semble qu’il y ait là quelque exagération, à l’encontre desquelles vous voudrez bien mettre en garde vos officiers, de crainte que l’indulgence sympathique qui les tolère au Levant, ne se transforme, à mesure qu’on s’en éloigne, en une ironie polie. Vous leur rappellerez que s’ils tiennent à rappeler par des signes extérieurs leur vie coloniale des confins désertiques, les récompenses qu’ils peuvent mieux que tous autres en rapporter, et leur teint basané, suffisent à évoquer, pour les yeux étrangers, ces pays d’aventure et de soleil »14.

11Ne forçons pas le trait. Nos officiers ne sont pas non plus de grands enfants, des potaches mal dégrossis rattrapés par un monde de plus en plus policé et rationalisé. Bien au contraire, en maniant l’auto-dérision, la plupart savent pointer les excès et se préserver de la caricature. Témoin de cette salutaire distanciation, cette Histoire naturelle de l’officier du SR qui passe de mains en mains dans le service :

  • 15 Ṭayyib : exclamation signifiant : bien ! très bien ! c’est bien !
  • 16 Papiers Deleuze, Histoire naturelle de l’officier du SR, 2 pages.

« L’officier du SR sera ordinairement un homme ne dépassant pas la trentaine, d’une intelligence moyenne, mais d’une brillante imagination. Il aura le geste mesuré, la voix grave, la démarche tranquille et puissante de celui “qui sait”. Si son système pileux est abondant, sa réussite est presque assurée. (...) L’officier du SR se laissera de temps en temps arrêter sur les places publiques par des bédouins, écoutera avec gravité leurs discours qu’il ne comprendra pas, mais les ponctuera cependant, pour paraître très au fait de la langue arabe, par des “Tayeb”15 fortement accentués : ce faisant, il s’attirera une respectueuse considération des camarades “de la troupe” qui pourraient assister à l’opération »16.

L’ imaginaire

12De fait, c’est avant tout dans le regard extérieur que l’anachronisme se fige parfois en un effet de mode littéraire, en attendant, pour très bientôt, les grandes figures du cinéma colonial. C’est là un phénomène général, qui affecte aussi bien l’infra-littérature des mémoires et souvenirs non publiés, que les grands succès populaires de Pierre Benoit ou Joseph Peyré. S’essayant à la littérature, Paul Verchère de Reffye, secrétaire général du haut-commissaire de 1923 à 1927, nous offre un parfait exemple de ce type de production regorgeant d’inévitables clichés :

  • 17 MAE, Papiers Verchère de Reffye, dossier unique, fol. 185, 254.

« Mais est-ce un mirage ? Ces ombres démesurées qui s’allongent sur le désert, c’est une compagnie de méharistes qui accourt au grand trot de ses montures. Un officier cabre son méhari, saute à terre et sabre. Je descends, et le capitaine Müller, le type de l’officier méhariste, un “blédard”, chevaleresque et brave, vient me serrer la main, tandis que les beaux guerriers en burnous rouges présentent les armes. (...) Le type accompli des officiers “blédards” était le capitaine Müller, qui a inspiré, dit-on, à Pierre Benoit, son capitaine Walter de “La Châtelaine du Liban”. Vivant au milieu de leurs hommes, habillés comme eux, les pieds nus dans leurs sandales, le grand burnous rouge et blanc couvrant leurs corps, étant à la fois le chef respecté, le père et le conseiller au besoin, nos officiers vivaient une vie de grandeur et de sacrifice »17.

  • 18 « Tout texte est un intertexte ; d’autres textes sont présents en lui, à des niveaux variables, sou (...)
  • 19 J’ai utilisé l’édition suivante, Pierre BENOIT, La Châtelaine du Liban, Le Livre de Poche, 1995, 24 (...)
  • 20 Citation extraite du site Internet Un siècle d’écrivains.

13La référence faite à La Châtelaine du Liban, nous rappelle de façon opportune l’existence d’une intertextualité qui, de Pierre Benoit à Joseph Peyré, structure toute la littérature coloniale du temps18. Et de fait, entre La Châtelaine du Liban et L’Escadron blanc, que de passerelles19 ! Ces deux romans sont d’abord d’énormes succès de librairie, que sanctionnent les multiples rééditions dont ils bénéficient depuis leur première parution, en 1924 pour La Châtelaine du Liban, et en 1930 pour L’Escadron blanc. Ils témoignent tous deux d’un même souci documentaire. Contrairement à la légende qu’il se plaisait à entretenir lui-même, Pierre Benoit n’était pas ce singulier voyageur, découvrant les pays qu’il était sensé visiter en restant cloîtré dans sa cabine de paquebot. C’est ainsi que La Châtelaine du Liban fut écrit, entre mai 1923 et avril 1924, alors que l’auteur séjournait bien en Syrie. À propos de son métier d’écrivain, Pierre Benoit avouait d’ailleurs, avec une certaine jubilation : « Je fais ça comme une thèse. Ce qui m’intéresse le plus, c’est la bibliographie »20.

  • 21 J. Frémeaux, art. cit., p. 282.

14Une formule que n’aurait sans doute pas désavouée Joseph Peyré, dont l’ouvrage étudié « se présente, à bien des égards, comme un travail de reportage [et] repose sur une documentation précise, sans doute recueillie auprès de son frère, le médecin-capitaine Peyré, alors chargé du service de la compagnie méhariste du Touat ».21 Dans ces deux romans, le réalisme imprègne l’évocation des lieux, des hommes et même des événements. Cela a été démontré de façon circonstanciée pour L’Escadron blanc. S’agissant du livre de Pierre Benoit, on cherchera à capter ce phénomène de fusion, par lequel le romanesque absorbe le réel à forte dose pour créer, sous son effet, une tonalité particulière à la littérature coloniale. Deux opérations seront tentées : la restitution de l’épaisseur narrative d’un épisode événementiel d’une part, et l’identification romanesque de personnages réels d’autre part.

  • 22 Massacre évoqué aux pages 105-108.
  • 23 Sur l’affaire de Bayandur, C. Velud, thèse citée, p. 149-169.

15Dans le roman de Pierre Benoit, le massacre par des tribus kurdes d’une compagnie méhariste et de ses deux officiers, D’Hollonne et Ferrières22, fait directement référence à la mort tragique, en juillet 1923, de trois officiers méharistes, les lieutenants Regard, Roberto et Carer, tués avec leurs hommes en Jazira, au terme d’une folle équipée en direction du Tigre23. Une critique littéraire classique se contenterait sans doute de restituer ce lien contextuel entre l’événement historique et sa fixation littéraire. Entre les deux bornes, il y pourtant tout un cheminement. Avant de devenir texte, l’événement est d’abord une nouvelle, une rumeur ; il chemine oralement, rebondit par ouï-dire, déambule dans les bars et les cercles militaires au hasard des rencontres. C’est ce que suggère cet extrait des mémoires du général Régnault :

  • 24 J. Régnault, op. cit. La déformation même des noms propres (Bouyoundour pour Bayandur, Roberteau po (...)

« Traversant le dancing avec un officier de marine, nous venions de nous asseoir au bar, presque désert à cette heure tardive, quand un lieutenant de spahis nous rejoignit et se présenta. “Ils étaient trois officiers, n’est-ce pas ? Oui, trois. Regard, Roberteau et Carrère avec onze gradés français ou algériens.” (...) Je revoyais les traits énergiques et posés de Regard quand au printemps 1923, il déjeunait avec nous au mess d’Alep. Le marin nous avait quittés, nous étions seuls au bar, on dansait toujours à côté. “Si vous voulez, mon capitaine, nous pourrions prendre encore un cocktail, et aussi parler d’autres choses” »24.

16C’est déjà nimbé d’une forte charge affective, paré d’une dimension quasi narrative, que l’événement investit le texte littéraire et l’enrichit d’une profusion de détails et d’impressions, qui ne sont pas là uniquement pour faire couleur locale, mais participent sans doute bien plus profondément à la familiarisation du lecteur avec un univers exotique, corollaire obligé de son identification aux personnages.

  • 25 SHAT, ess de Gérard Blary, 8Ye, dossier n° 12 344.
  • 26 Le lieutenant Régnault fait son apparition à la p. 241 du roman.
  • 27 On retrouve ces personnages secondaires directement « importés » du réel dans L’Escadron blanc. Cf. (...)

17L’identification romanesque de personnages réels permet à cet égard de dégager certaines règles. Le personnage médiateur, celui auquel le lecteur peut d’emblée s’identifier, paraît relever de la fiction pure, et aucune correspondance biographique ne s’impose, ni même à vrai dire ne s’esquisse : c’est le brillant capitaine Domèvre de La Châtelaine du Liban, ou le jeune lieutenant Kermeur de L’Escadron blanc. C’est là une plage de fiction totale, ménagée par l’auteur pour absorber sans conflit des réels, le lecteur et son univers. Celui-ci se retrouve alors au cœur de l’intrigue, croisant nombre de personnages secondaires, dont la texture romanesque peut sans inconvénient décalquer des figures cette fois-ci authentiques. Le camarade de Domèvre, le lieutenant Blary, sert bien au Levant dans l’entre-deux-guerres. Arrivé en Syrie en 1921, il est d’abord affecté à l’encadrement de la cavalerie auxiliaire, avant d’intégrer le SR du Levant en novembre 1926. Il y restera jusqu’en 193425. Autre exemple, celui du lieutenant Régnault, dont on a utilisé les mémoires pour ce travail, et qui dans le roman succède au lieutenant Ferrières à la tête d’un des pelotons méharistes massacrés en Jazira26. On pourrait multiplier les exemples de ces personnages secondaires qui, sans travestissement aucun, peuplent le roman27. Le processus d’identification ne déborde pas sur ces marges de l’intrigue ; et peut-être même l’auteur jalonne-t-il latéralement, avec ces personnages irréductibles à la fiction, et donc à l’identification, une sorte de parcours initiatique.

  • 28 Ibid., p. 284 ; SHAT, ess de Laurent Flye Sainte-Marie, série 8Ye, dossier n° 125 987.
  • 29 Cf. J. Frémeaux, art. cit., p. 288-291 ; P. BENOIT, op. cit., p. 49.

18Le terme en serait alors le personnage du capitaine Walter dans La Châtelaine du Liban, et du lieutenant Marçay dans L’Escadron blanc. Le réel le dispute ici à la fiction. Sous ces noms de scène, on retrouve en fait des officiers bien connus. Le lieutenant Marçay apparaît ainsi « comme un double de Flye Sainte-Marie », cet officier évoqué plus haut, qui servit effectivement en Syrie avant de rejoindre les AI d’Algérie où l’attendait la plume de Joseph Peyré28. Le capitaine Walter, c’est clairement le capitaine Müller, figure incontournable de l’armée et des méharistes du Levant. L’identification du lecteur à ces personnages de l’entre-deux, mi-fictifs mi-réels, ne peut s’opérer qu’au terme d’un effort initiatique que symbolisent les trajectoires du capitaine Domèvre et du lieutenant Kermeur. C’est ainsi que les couples Kermeur/Marçay et Domèvre/Walter se répondent clairement, et renvoient en définitive à un couple Jeune/Aîné. Ces deux romans baignent du reste dans un même mode d’affectivité où affleure une homophilie constitutive du cheminement initiatique29.

19Constatons simplement que c’est dans cette zone particulièrement sensible de l’affect, que se cristallise une image de l’officier blédard, archétypée en même temps qu’elle commence à devenir anachronique. Tout, dans ces officiers ultimes, respire l’authenticité du désert, jusqu’à la caricature parfois, du moins chez Pierre Benoit. Voici par exemple comment il met en scène l’arrivée du capitaine Walter, exploitant sans vergogne un effet de contraste un peu facile, le blédard traversant la terrasse d’un café à la mode du Beyrouth mondain :

  • 30 P. Benoit, op. cit., p. 38.

« Au bruit joyeux des conversations venait tout d’un coup de succéder le silence, un silence troublé seulement par le chuchotement de quelques voix qui murmuraient le nom du nouvel arrivant. – Walter ! Le capitaine Walter ! Je savais que toute l’armée du Levant connaissait la réputation de héros que s’était acquise cet homme. Mais j’étais loin de me douter que cette réputation eût pénétré jusqu’à la frivole société qui venait de lui réserver spontanément le seul hommage dont elle pût disposer, celui du silence. Lui, il avançait, indifférent en apparence, dédaigneux. (...) Comme toujours, il portait son képi bleu à galons d’or un peu en arrière de la tête, cette terrible tête tannée par le vent du désert, à la barbe fauve, au front embroussaillé de sourcils sous lesquels les yeux, d’un bleu pareil à la flamme de l’alcool, avait un si curieux mélange de dureté et de douceur presque naïve. (...) Son pas avait le balancement que donnent les milliers de kilomètres accomplis à dos de chameau, à travers les steppes infinies. – Walter, c’est le capitaine Walter »30.

  • 31 J. FRÉMEAUX, art. cit., p. 282.
  • 32 P. BENOIT, op. cit., p. 237.

20Physiquement, le désert ne bénéficie pourtant pas du même traitement dans les deux romans. Dans L’Escadron blanc, il est le cadre exclusif de l’action, et est évoqué dans une exactitude documentaire qui « ne fait pas la moindre concession à la fiction »31. Dans La Châtelaine du Liban, bien que sa présence soit spirituellement obsédante, il demeure physiquement absent pendant la plus grande partie du roman, ne surgissant que dans les dernières pages, dans le cadre d’une mise en scène qu’il importe d’évoquer. Aspiré par une machine infernale tout droit sortie de la tragédie grecque, Domèvre est le spectateur de sa propre déchéance, que rien ne paraît devoir enrayer. Une à une, il franchit les étapes de l’ ignominie : abandon du bled pour un poste à la direction centrale du SR, projet de mariage et enfin, comble de l’horreur, trahison au profit de l’Angleterre. Dans cette chute qu’on nous dit vertigineuse, seule la main ferme du capitaine Walter saura se tendre au bon moment, et remettre notre jeune officier dans le droit chemin, celui qui mène au désert. En route pour Palmyre où il va reprendre son ancien poste, Domèvre peut alors se laisser aller à ces quelques méditations : « Son amitié [celle du capitaine Walter] était là-bas, de l’autre côté des montagnes bleuâtres qui barraient l’horizon. Elle m’attendait, cette amitié, virile et pure. J’allais pouvoir, tout ensemble, m’y blottir et m’y laver »32.

Le désenchantement

  • 33 L’expression est du colonel Prieur, l’un des supérieurs du capitaine Domèvre. P. BENOIT, op. cit., (...)
  • 34 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 74.
  • 35 CADN, fds BM, 437, Note de service, 24. XI. 1928.

21Mais nos officiers sont de moins en moins ces « chevaliers de l’espace libre »33, dont la littérature coloniale se plaît à fixer les traits au moment même où s’affirme le primat de l’espace quadrillé. Comme au Maroc, « les officiers vivent dans la tension l’institutionnalisation » du dispositif colonial34. En novembre 1928, le lieutenant-colonel Mortier, directeur du SR, inaugure un système de réunions et d’inspections périodiques, de façon à resserrer la cohésion d’un service qui se distend sous l’action centrifuge de ses éléments de base : revue des effectifs des gardes mobiles, vérification des caisses des comptabilités, constatation de l’existence des pièces de principe, ponctuent ces mesures qui, espère-t-on, auront « pour effet de détruire les cloisons étanches qui se sont établies entre certaines circonscriptions voisines »35.

  • 36 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 74 : « Les paperasses ne respecte (...)
  • 37 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du Directeur du SR, 10. VII.1930.
  • 38 CADN, fds BM, 1580, Piquet-Pellorce à Délégué adjoint du haut-commissaire, 13. I.1926.

22Plus que toute autre contrainte, l’invasion de la paperasse symbolise le désenchantement de la fonction36. En juillet 1930, à Dayr al-Zawr, le capitaine Delon signale au directeur du SR qu’il « n’arrive pas à étaler. Le rapport journalier du colonel délégué adjoint, où les questions du plus infime détail sont agitées, lui prend près de trois heures chaque matin. Le reste de son temps est pris par la paperasserie volumineuse du service courant. Il ne peut traiter aucune question sérieuse, il ne sort jamais et ne fait pas de renseignements »37. Quelques années avant, le capitaine Piquet-Pellorce, quelque peu désabusé, rendait compte à ses supérieurs qu’il devait gérer six comptabilités différentes : fonds spéciaux, frais d’hébergement, passeports et visas, dépenses pour automobiles, dépenses pour frais de bureau, dépenses pour frais de chauffage et éclairage des bureaux38 !

  • 39 SHAT, Papiers Trenga, 1K 207, 1, Catroux à haut-commissaire, 4. IX.1922.

23De fait, il existe bien une tension latente entre les officiers des cazas, épris de liberté, et des services centraux de plus en plus présents. Cette tension diffuse a son postulat : la primauté du jugement de ceux qui sont sur place. En 1922, Catroux, alors délégué du haut-commissaire pour l’État de Damas, analyse ainsi l’attitude de l’officier-interprète Trenga, seul officier français présent au Djebel Druze au moment de la première dissidence de Sultan al-Atrash : « Il estime qu’étant sur les lieux, il juge plus sainement que tout autre. Témoin la lettre qu’il adressait au commandant Large, et où il écrivait : “N’omettez pas de faire appel à moi si vous êtes contraints de vous disculper aux yeux de ceux qui ont vu l’affaire... de très loin” »39. Et lorsque la distance devient vraiment trop grande entre l’officier confronté à l’urgence de son caza et les services centraux immobilisés par une appréhension globale des problèmes, la tension vire parfois à l’affrontement. Dans ses souvenirs, le capitaine Régnault évoque l’un de ces moments de rupture, dont la sauvagerie met à nu l’artifice d’une exaltation finalement bien trompeuse :

  • 40 J. Régnault, op. cit. ; AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 47, Shakib Arslan et Ihsan al-Jab (...)

« Mais le 12 mars [1926], une bande de douze hommes vient de Turquie en renfort : Noutary la prend en chasse et la détruit. Il ramène 11 cadavres, les fait décapiter, exposer et photographier au carrefour de la route menant d’Aczaz en Turquie. Cela fait une belle histoire. Les autorités turques se plaignent par la voie diplomatique et, quatre mois plus tard, M. de Jouvenel relève Noutary de ses fonctions car, dans une belle note diffusée, il nous prévient tous que “la mort est un châtiment et non un spectacle”. Heureusement, l’envoi de ces photos aux Turcs a calmé les autorités de cAyntab et totalement tari le recrutement des bandes. Mais de cela, M. de Jouvenel, dans sa Résidence à Beyrouth, n’a cure : nous n’avons qu’à nous débrouiller. Les pluies redoublent et j’ai quelques jours de 40
repos »40.

Un isolement subi

Parc automobile et réseau téléphonique : un équipement tardif

  • 41 CADN, fds BM, 840, Répartition des voitures du haut-commissariat au 4. V.1925.
  • 42 Ibid.

24L’enracinement de l’officier de renseignements n’est pas uniquement une plongée volontaire au cœur des cazas. C’est aussi un isolement subi, que ne permet guère de rompre, du moins jusqu’à la fin des années 1920, la parcimonie des moyens modernes de communication dont il dispose. L’automobile d’abord. L’impression qui prévaut, est bien celle d’un sous-équipement. En mai 1925, le SR ne dispose ainsi que de huit automobiles, soit un véhicule pour six officiers41. Particulièrement dommageable à cet égard, est la situation du SR des territoires de l’Euphrate, qui ne dispose d’aucun véhicule motorisé pour le contrôle de la steppe : « Il y aurait le plus grand intérêt à ce que le SR de la région de l’Euphrate soit pourvu d’une auto ou tout au moins soit autorisé à utiliser les autos militaires. L’absence d’auto paralyse l’action du chef de ce bureau, étant donné les énormes distances à parcourir dans l’accomplissement du service »42.

  • 43 CADN, fds BM, 437 et 840, Liste des voitures du SR au 5. XII.1930 et au 1.1.1932.
  • 44 CADN, fds BM, 840, Tableau des voitures au 4. V.1925. Un parc à bout de souffle puisque 8 des 10 De (...)
  • 45 Citroën surtout, dont les agents adoptent peu à peu les méthodes marketing développées par Ford. Ma (...)

25Néanmoins, la situation s’améliore nettement au début des années 1930, et l’on peut dire que le SR dispose alors des moyens motorisés nécessaires à sa mission : en décembre 1930, on dénombre ainsi 22 véhicules (dont 9 pour les zones de steppe), puis 28 au 1er janvier 1932, soit quasiment un véhicule pour deux officiers43. Amorcé en septembre 1928, date d’achat de la voiture la plus ancienne encore en service en 1932, ce renouvellement du parc automobile du SR confirme par ailleurs la prédilection du service pour les voitures américaines, de marque Ford notamment. À cet égard, une comparaison avec les modèles adoptés en ville se révèle intéressante. En 1925, les services civils du haut-commissariat et des principales délégations roulent en De Dion-Bouton (10 véhicules sur 29) et en Turcat-Méry (10 voitures également)44, en attendant, pour très bientôt, les grandes marques qui virent en tête à la sortie du virage taylorien de la production automobile française, Citroën et Renault45.

Au cœur des cazas : la répression des bandes armées

Au cœur des cazas : la répression des bandes armées

Archives départementales de la Corrèze, Fonds Henry de Jouvenel, 5.

Officiers français à Palmyre en 1926

Officiers français à Palmyre en 1926

Collection Service historique de l’Armée de l’air, cliché B 96 3221.

  • 46 CADN, fds BM, 840, Note du 31. X.1926. Cf. également, « Le commerce des automobiles dans le Levant (...)
  • 47 Papiers Deleuze, La marque Renault au Levant, 25. V. 1932.
  • 48 Ces automobiles « font merveille dans le désert carrossable, grandes étendues sablonneuses clairsem (...)

26Mais pour parcourir la steppe ou les pistes plus ou moins sommaires des cazas, les officiers du SR ont besoin d’un matériel robuste, rustique et facile d’entretien. Avec leur suspension relativement souple, leur garde au sol importante et la simplicité de leur mécanique, les modèles dérivés de la fameuse Ford T, dont on connaît le succès auprès des farmers américains, apparaissent bien comme les véhicules de prédilection des officiers de renseignements. Réclamant un véhicule pour le SR de Palmyre, le colonel Catroux estime ainsi « indispensable de le pourvoir d’une automobile Ford. Cette marque est la seule appropriée »46. Nous sommes en 1926. Six ans plus tard, le capitaine Desmaires reproche encore aux productions françaises, en l’occurrence Renault, des « carrosseries souvent trop lourdes et trop basses. Sur les mauvaises pistes pierreuses, nombreuses au Levant, le fond arrière touche fréquemment. Le mécanisme est en général assez compliqué et demande de bons mécaniciens »47. De fait, entre 1925 et 1932, le SR du Levant est équipé principalement de voitures Ford (la moitié des 8 véhicules en 1925 et les deux tiers des 28 automobiles en 1932), et secondairement de Chevrolet (le quart des véhicules de 1925 et le tiers du parc de 1932)48.

  • 49 L’ensemble de ce paragraphe s’appuie sur SHAT, 4H 55, Note 50/2 de janvier 1928.

27La même périodisation peut être retenue pour le développement des systèmes de transmission, téléphone et radioélectricité49. Là encore, il faut attendre la fin des années 1920 et la répression définitive de la révolte druze pour assister à une réelle amélioration des infrastructures de télécommunication. C’est ainsi que 1 300 km de fil téléphonique sont posés en 1927, contre simplement 250 km l’année précédente. La carte à suivre suivante restitue l’économie générale de ce réseau qui, pour sa construction comme son exploi tation, relevait exclusivement des autorités militaires. Certaines lignes restaient néanmoins ouvertes au public : réseau côtier de Lattaquié à la frontière palestinienne, couverture du versant occidental de la montagne libanaise, percée par Zahlé sur Damas et la Bekaa, et par la trouée de Homs, connexion sur la ligne du chemin de fer jusqu’à Alep. On retrouve là les grands axes de la pénétration européenne de l’entre-deux-siècles.

28Mais dans la première moitié des années 1920, l’espace des cazas échappe encore largement à ce maillage. Dans la plupart des cas, il faut attendre l’effort d’équipement amorcé en 1927 pour voir les priorités politiques et militaires imposer leur propre logique, et venir informer le réseau téléphonique civil : alors que le nombre de kilomètres de fil posés quintuple entre 1926 et 1927, le nombre d’abonnés civils ne bouge quasiment pas (de 1 054 à 1 100 abonnés ; seules huit nouvelles localités accèdent au trafic téléphonique civil en 1927). De fait, la géographie du réseau militaire reflète ces nouvelles préoccupations : pénétration de la montagne alaouite, quadrillage de l’hinterland alépin, couverture du Djebel Druze et de la frontière sud, dérivation Homs-Damas par Nabak pour court-circuiter le relais de Beyrouth.

29À la fin des années 1920, on peut estimer que la plupart des postes de cazas de la zone sédentaire ont dorénavant à leur disposition une liaison téléphonique. Tout n’est pourtant pas parfait. D’abord, le faible débit des lignes, et son corollaire, les durées d’attente interminables, font que les sections ouvertes au trafic civil sont très souvent saturées. Exaspéré, le lieutenant-colonel Tracol, chef du SR de Damas, rend compte de la difficulté qu’il a, en 1929 encore, à joindre Beyrouth :

  • 50 CADN, fds BM, 840, Note du lieutenant-colonel Tracol, 21. III.1929.

« J’ajouterais que les communications téléphoniques ne peuvent pas se faire avec toute la rapidité voulue en ce qui concerne mon service. C’est ainsi que le 20, j’ai demandé de mon bureau la communication avec le directeur du SR du Levant, pour une question urgente. Il m’a été répondu que la ligne ne fonctionnait pas et qu’il n’était pas possible de me donner la communication. Le même jour, le lieutenant Tézé a attendu environ deux heures pour pouvoir téléphoner à la Direction du SR. Mon appareil téléphonique est défectueux, malgré de nombreuses réparations ; c’est un appareil de campagne qui doit dater de la Guerre de Cent ans. J’ai demandé trois fois qu’on me le change »50.

  • 51 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du Directeur du SR, 25. VIII.1929.

30Ensuite, il existe encore d’importants angles morts dans la couverture téléphonique des États du Levant. C’est le cas en particulier des postes, pourtant sensibles, de la frontière turque : « Le lieutenant Letang attire l’attention sur l’absence de moyens de liaison rapide entre son poste de cArab Punar et les postes voisins de Jarablus et de Tall Abyad. Cette situation regrettable existe d’ailleurs tout le long de la frontière turque. Aucune ligne téléphonique ne relie ni nos postes militaires, ni nos postes de gendarmerie, alors que du côté turc, tous les postes de gardes-frontière sont reliés et pourraient par ailleurs utiliser les lignes téléphoniques et télégraphiques du chemin de fer »51. De fait, pour ces postes de la frontière, comme d’ailleurs pour l’ensemble des zones de confins, la TSF joue le rôle de relais et prolonge vers l’est le dispositif des télécommunications militaires : 8 postes fixes assurent ainsi la couverture de la Jazira et de l’Euphrate, tandis que 4 postes couvrent la zone sensible du contesté syro-transjordanien au sud du Djebel Druze.

Le réseau des télécommunications dans les États du Levant au 1er janvier 1928 : téléphone et T.S.F.

Le réseau des télécommunications dans les États du Levant au 1er janvier 1928 : téléphone et T.S.F.

Conception graphique : J.-D MIZRAHI (2000)

Un dépérissement physique

  • 52 SHAT, 4H 190, Gouraud à Guerre, 29. VII.1922.
  • 53 SHAT, 4H 190, Rapport au sujet de l’estivage à Aley, 12. XI.1921.
  • 54 J. Régnault, op. cit. L’Afrin Su est la rivière qui coule entre le Kurd Dagh et le Djebel Samcan, a (...)
  • 55 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du Directeur du SR, 10. VII.1930.

31Isolé, l’officier de renseignements est aussi bien souvent fragilisé par le défi physique que lui impose un environnement particulièrement corrosif. Le climat d’abord, particulièrement malsain sur la côte lors de la saison chaude : « Les officiers coloniaux identifient les ports de Syrie, en été, à nos colonies les plus pénibles au point de vue climatérique »52. À Beyrouth, de la mi-juin à la mi-octobre, « il règne en ville une température de serre surchauffée et humide, extrêmement pénible. Il en résulte rapidement pour l’organisme tous les inconvénients bien connus des climats tropicaux : asthénie rapide, troubles gastro-intestinaux, troubles hépatiques, anémie consécutive et finalement, fréquemment obligation d’un rapatriement anticipé »53. Dans l’intérieur, le climat est extrêmement rude, que ce soit dans les montagnes l’hiver, ou dans la steppe l’été. En faction dans les passes du Kurd Dagh en janvier 1926, le capitaine Régnault doit faire évacuer plusieurs tirailleurs sénégalais victimes de graves gelures aux pieds ; quelques jours plus tard, des pluies diluviennes inondent la plaine de l’Afrin Su54. En été, dans les postes de l’Euphrate, les températures atteignent fréquemment les 39° dans les appartements des officiers, tandis qu’un « vent de sable constant » rend leur service extrêmement pénible55.

  • 56 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 66, Conseils aux militaires, aux fonctionnaires civils et (...)

32L’action débilitante du climat aggrave l’impact des pathologies coloniales qui sévissent au Levant. De la lecture des multiples brochures et imprimés distribués aux militaires et fonctionnaires en service en Syrie, il ressort que trois grandes affections sont tout particulièrement redoutées : les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes, le paludisme et la dysenterie amibienne56. Et de fait, lorsque l’on accède aux résultats des commissions de réforme de nos officiers, ce que l’on découvre le plus souvent, ce sont des organismes rongés par la dysenterie, usés par les fièvres et le paludisme devenu chronique. Tel officier, qui n’a jamais servi ailleurs qu’au Levant, où il reste il est vrai pendant plus de 15 ans, arrive ainsi dans un « état général médiocre » devant une commission de réforme de la fin des années 1940 : troubles hépato-biliaires chroniques avec flatulence, dyspepsie, fatigabilité, séquelles d’un ancien paludisme ; troubles colitiques chroniques avec alternance de diarrhée et de constipation, suite à d’anciennes dysenteries, etc. Avec une précision triviale, cette description clinique témoigne de la misère des corps, sans pour autant rendre compte, bien sûr, de la douleur morale qui l’accompagne immanquablement.

  • 57 SHAT, 4H 132, Rapport sur l’état d’esprit dans la 2e Division, 11. VI.1924.
  • 58 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.
  • 59 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 66, Conseils aux militaires..., 21. V.1926.
  • 60 SHAT, ess d’Aimé Larrieste, 8Ye, dossier n° 56 011 ; AD Pyrénées-Atlantiques, Fiche matricule n° 16 (...)

33Un certain nombre de circonstances viennent aggraver cette vulnérabilité des officiers. Les responsables mandataires n’ont de cesse de rappeler un certain nombre de règles qui, la répétition de ces mises en garde le prouve, sont loin d’être toujours respectées. On ne sert pas au Levant comme on séjourne en Rhénanie : « Il semble qu’un soin plus minutieux apporté en France à la visite des officiers en instance de départ pour le Levant réduirait dans des proportions sensibles les évacuations ou indisponibilités »57. Au début des années 1930, on réclame encore l’adoption de la formule indochinoise : pas d’arrivées en été, au moment de la prolifération des insectes vecteurs58. On insiste enfin auprès des officiers, sur les bienfaits du congé interrupteur : « N’abusez pas de séjours plusieurs fois renouvelés sans profiter des interruptions régulières pour aller vous rattraper en France »59. Dans la plupart des cas, les états des services de nos officiers ne sont pas suffisamment précis pour restituer, dans le détail, l’entrelacs des séjours réglementaires et des congés interrupteurs. Néanmoins, parmi les trajectoires que l’on peut ponctuellement reconstituer, il en est de particulièrement explicites, telle celle du capitaine Larrieste, qui aligne huit séjours réglementaires d’affilée (soit 12 années de présence au Levant), entrecoupés d’un seul et unique congé de cinq mois en France60 !

  • 61 Actuellement Dalat, à environ 250 km au nord-est de Saigon.
  • 62 Sauf indication contraire, le développement qui suit s’appuie sur SHAT, 4H 190, Note relative aux f (...)
  • 63 SHAT, ess de Raymond Giraud, 6Ye, dossier n° 45 538.
  • 64 À une vingtaine de kilomètres à l’est de Beyrouth.
  • 65 Près de Zabdani, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Damas.
  • 66 À une dizaine de kilomètres au sud-est d’Alexandrette.

34Pour tenter d’amortir le choc de la maladie, un certain nombre de « stations de plein air » sont aménagées sur place, sur le modèle du sanatorium du Cap d’Ambre à Madagascar, destiné aux troupes du territoire de Diégo-Suarez, et surtout de Lang Bian en Indochine, dont la construction avait été préconisée par Alexandre Yersin, un an avant qu’il ne découvre le bacille de la peste en 189461. Au Levant, deux types d’établissement accueillent les officiers et les soldats à leur sortie des hôpitaux militaires62. Un centre de traitement est installé à Suq al-Gharb, non loin d’Aley, à une douzaine de kilomètres au sud de Beyrouth. On y reçoit des convalescents ayant encore besoin d’une surveillance médicale et d’un régime alimentaire spécial. A la fin des années 1920, le centre sera d’ailleurs dirigé par un ancien du SR, le capitaine Giraud, avant qu’il ne soit lui-même rapatrié sanitaire en juillet 193063 ! Trois « dépôts d’éclopés » sont ensuite installés à cAyn Sofar64, Bludan65 et Beylan66. Il s’agit de centres de repos destinés à accélérer le rétablissement des convalescents, et à éviter toute rechute prématurée.

  • 67 CADN, fds BM, 840, Chef SR Syrie à Directeur SR Levant, 9. II.1929.
  • 68 Il s’agit du capitaine Bonnet (décédé en janvier 1934), du lieutenant-colonel Müller (décédé en mai (...)
  • 69 Nécrologie (d’où sont extraites les citations) dans Revue des Troupes du Levant, n° 14, avril 1939, (...)

35Telles sont, comprises au sens large, les conditions sanitaires du séjour au Levant dans les années 1920. Dans ce cadre général, les officiers du SR, sans doute plus exposés du fait de leurs fonctions spéciales, et pas forcément mieux préparés, subissent souvent de plein fouet le choc de la maladie et de l’usure physique. En février 1929, le chef du SR de Syrie signale ainsi que tous les officiers SR en poste à Dayr al-Zawr et à Abu Kamal, sont malades et couchés depuis plusieurs jours67. Globalement, un officier sur dix de notre échantillon voit son séjour au Levant se terminer de façon anticipée par un rapatriement sanitaire, ou même, pour trois d’entre eux, par une mort prématurée. Pour ces derniers, il est vrai, d’anciennes et longues campagnes en Afrique du Nord expliquent également l’épuisement fatal des organismes68. On peut évoquer ici la destinée du célèbre lieutenant-colonel Müller : « Fatigué par son long séjour sous un climat chaud et déprimant, dans ces régions de l’Euphrate et de Jazira, il doit rentrer en France en 1932 ». Il revient bien au Levant trois ans plus tard, mais est à nouveau rapatrié sanitaire en juillet 1937. Neuf mois plus tard, il décède à l’hôpital militaire Ambroise Paré de Rennes, bien loin des steppes où chemine encore le capitaine Walter, son alter ego du roman de Pierre Benoit69.

36Circonstance aggravante et particulière aux officiers de l’entre-deux-guerres : l’impact de cette morbidité est d’autant plus fort qu’elle agit sur des organismes déjà bien souvent fragilisés par les traumatismes subis au cours de la Grande Guerre. En fin de carrière, beaucoup de nos officiers combinent ainsi, dans leurs chairs meurtries, les séquelles de la guerre moderne et industrialisée, et les reliquats des pathologies coloniales. Dans sa séance du 16 octobre 1948, la commission de réforme de Nice examine ainsi un officier, présentant à la fois des séquelles pulmonaires d’intoxication par gaz, et des séquelles de paludisme et de dysenterie amibienne. Un autre de nos officiers souffre à la fois de bronchite chronique avec emphysème pulmonaire, reliquat d’une transfixion opérée dans l’urgence du front pour déloger une balle nichée dans sa poitrine, et d’une amibiase chronique avec abcès au foie, aux reins et aux poumons, vieux souvenirs de dysenteries contractées au cours d’une longue carrière coloniale.

Un défi moral et psychologique

  • 70 Papiers Deleuze, 27. V. 1921, 6 pages.

37Comme tout séjour colonial, un service prolongé au Levant est bien souvent synonyme d’abandon, réjouissant pour ceux qui ont le sentiment d’échapper ainsi à une société bourgeoise parfois étouffante, de quelques règles élémentaires de savoir-vivre. Les officiers s’en amusent, comme en témoigne ce Petit manuel de la civilité puérile et honnête70 qui circule dans l’armée du Levant, et qui « a pour objet de rappeler aux Français rentrant dans leur pays les premiers éléments de civilisation qu’un séjour trop prolongé au Levant leur a fait perdre » : « Tout pouilleux rencontré dans la rue n’est pas nécessairement un vieux copain de Jarablus. (...) Tenez pour assuré que l’absorption des aliments se fera avec quelque difficulté si, au début du repas, vous racontez – ce qui est parfaitement faux d’ailleurs – que du côté de cArab Punar, les chefs bédouins, pour honorer leurs hôtes, leur font ingurgiter l’eau qui a servi à leur laver les pieds ».

38Mais à mesure que l’on s’enfonce dans les postes les plus reculés, la solitude et le désœuvrement accentuent leur travail de sape. Cette requête colorée d’Odette, tenancière de la maison de tolérance de Palmyre, restitue à merveille ce microcosme colonial à l’atmosphère confinée, où se désagrègent avec une étonnante facilité les normes sociales les plus policées :

  • 71 CADN, fds BM, 841, Odette à haut-commissaire, 24. II.1927.

« Le 13 février, un sous-officier fut invité par des sous-officiers méharistes à se battre, et le lendemain, le commandant de la place faisait contre moi un rapport dont la réponse revint aujourd’hui simple et pure, mais pas très nette, ordre de vendre ma maison. Je voudrais bien savoir quel crime j’ai commis en ayant des relations avec un sous-officier, sans doute celui de m’être refusée au commandant, et en quoi cela mérite la peine qui m’est infligée. Voici deux mois, le commandant voulut me forcer à prendre un gérant (pour ne pas donner d’autre nom), alors qu’une certaine loi l’interdit formellement puisque tous ceux qui existaient ont été expulsés. Je vous serais très reconnaissante monsieur si vous avez le pouvoir de régler cette affaire, car voilà quatre années que je suis ici et c’est la première fois que l’on me fait pareille injustice, surtout que je n’ai rien fait que l’on puisse me reprocher, ayant été battue moi-même par ces mêmes sous-officiers, contre lesquels je n’ai pas voulu porter plainte ne m’attendant pas à pareille injustice de la part de ce que l’on appelle des Français. Recevez, Monsieur, mes sincères salutations. Signé : Odette »71.

  • 72 P. Benoit, op. cit., p. 51.

39Pour les officiers affectés dans les zones de confins ou dans le désert syrien, à qui le règlement impose d’être célibataire, les tensions nées d’une libido contrariée pèsent, à n’en point douter, sur l’équilibre moral et psychologique d’hommes dans la force de l’âge. De fait, cet univers désespérément masculin sécrète, comme un antidote plus ou moins frelaté, sa propre vision de la femme : celle d’une partenaire exclusivement sexuelle, et encore, faute de mieux pourrait-on dire. C’est ainsi que dans une tirade frappée au coin du désordre amoureux, le capitaine Walter, le héros de Pierre Benoit, s’exclame à propos d’une jeune prostituée : « Ces femmes-là, vois-tu, ce sont nos vraies femmes, à nous, les blédards. Une nuit passée auprès de l’une d’elles, et nous voilà vaccinés, dégoûtés pour longtemps des bêtises plus compliquées qu’on peut perpétrer auprès des animaux de leur espèce ». Et d’entonner le fameux air : « Y a queq’chose qui dure toujours, c’est l’amour »72 ! Derrière le discours outrancier amplifié par le procédé romanesque, se cache une misère sexuelle et affective bien réelle, que les mal nommées filles de joie ne sont sans doute pas en mesure de soulager à elles seules.

  • 73 D. Rivet, op. cit., p. 44-45 ; J. FRÉMEAUX, L’Afrique à l’ombre..., op. cit., t. 2, p. 103.
  • 74 SHAT, 4H 148, Weygand à Guerre, 5. IX.1923.

40De l’ascèse du moine-soldat faisant dans le désert l’expérience d’une catharsis exigeante, au défoulement de tendances homosexuelles libérées du carcan de la société bourgeoise métropolitaine ; de l’exaltation d’une mère ou d’une sœur qu’on idéalise à distance, au culte de l’amitié virile entretenu par une communauté militaire à la fois exclusive et possessive, la panoplie des dérivatifs est bien large. Mais l’historien n’a guère les moyens de pénétrer dans ces replis de l’âme humaine73. Reste, pour reprendre l’expression de Laperrine, la pratique des « collages », à savoir les « petites épouses indigènes » avec qui on vit en ménage le temps d’une affectation. Mais ce qui était possible dans les colonies, et même encouragé dans une certaine mesure, ne l’est plus guère dans le Levant des années 1920, même si les anciens coloniaux ont parfois du mal à se défaire de leurs vieux réflexes de « broussards ». Significativement, ce que le commandement reproche au capitaine de Girval, officier de la 2e méhariste condamné en septembre 1923 à 30 jours d’arrêt de forteresse, c’est à la fois une attitude un peu trop musclée dans l’exercice de ses fonctions, et d’avoir « manqué à la dignité de son grade en vivant maritalement avec une femme indigène au moment où, en raison de la situation troublée dans le pays, rien n’aurait dû le détourner de ses préoccupations de service »74.

  • 75 Médecin-major Cazanove, « Mémento de psychiatrie coloniale indigène », Bulletin du comité des trava (...)
  • 76 SDN, Commission permanente des mandats, Procès-verbal de la 8e session (Rome), 16e séance, 26. II.1 (...)

41Quoi qu’il en soit, orphelins de toutes les contraintes sociales et familiales qui, dans leur société d’origine, jouent le rôle de garde-fous, les officiers, du moins ceux des confins, se retrouvent placés dans des conditions psychologiques particulièrement difficiles. Comme l’écrit un médecin militaire de l’époque, « les tendances morbides psychiques ou passionnelles ne sont plus contenues par la famille, le milieu, la société, la peur du gendarme »75. Deux grands types de désordres psychiques peuvent être distingués. Le plus voyant, c’est bien sûr l’autoritarisme à l’excès, l’agressivité maladive, la susceptibilité à fleur de peau. Fragilisé par le défi physique que lui imposent le climat et la maladie, isolé et soumis à de multiples pressions psychologiques et morales, en butte à l’hostilité plus ou moins contenue de ses administrés dont bien souvent il ne parle pas la langue, l’officier de renseignements n’est pas ce maître absolu dominant son caza dans la plénitude d’une autorité incontestée. L’abus de pouvoir, le dérapage autoritaire, c’est aussi l’expression d’une inquiétude sourde, d’une tension quasi paranoïaque : « On a beaucoup parlé [au moment de la révolte druze] de l’amende infligée à la ville de Suwayda pour le vol du chat du lieutenant Maurel. Le fait est exact, mais il n’est pas tout à fait aussi incompréhensible qu’on le croirait au premier abord. Ce vol pouvait paraître une sorte de taquinerie, un acte calculé pour commencer à tâter l’autorité. On peut concevoir que des officiers isolés dans un pays peu sûr aient des réactions un peu vives »76.

  • 77 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 189, fol. 38, Weygand à Président du Conseil, 19. VIII.1923. Cf. égalem (...)

42Ce réservoir névrotique, qui dégénère si facilement en « soudanite », pour reprendre l’expression forgée par les vieux coloniaux eux-mêmes, entraîne parfois nos officiers dans de sanglantes chevauchées qui, sans prendre les proportions d’un nouveau « Voulet-Chanoine », les conduit néanmoins aux pires extrémités. Exécutions sommaires, interrogatoire sous la torture, désobéissance aux ordres reçus, et finalement massacre de leurs hommes aventurés jusqu’aux rives du Tigre, ponctuent ainsi l’affaire de Bayandur, au cours de laquelle trois officiers du SR et des formations méharistes trouvent la mort en juillet 1923 : « Leur acte, comme le disent les rapports de leurs chefs hiérarchiques, ne peut s’expliquer que par un coup de folie dû à leur isolement dans un poste lointain et plein d’insécurité, à leur vie d’alertes épuisantes, sous un climat et dans une saison très durs »77.

  • 78 C’est là un thème récurrent dans les témoignages des anciens des AI. Cf. par exemple G. MANUE, Sur (...)

43Mais la pression psychologique qui pèse sur l’officier isolé n’aboutit pas toujours à cette déchirure spectaculaire, mais finalement assez rare, du quotidien. Bien souvent, elle chemine au contraire de façon souterraine, en une lente et inexorable « mue psychologique » qui, petit à petit, aspire l’agent colonial78. Évoquant l’attitude de l’officier-interprète Trenga au moment de la première dissidence de Sultan al-Atrash, Catroux, dans un rapport déjà cité, écrivait ainsi :

  • 79 SHAT, Papiers Trenga, 1K 207, dossier unique, Catroux à haut-commissaire, 4. IX.1922. Catroux lui r (...)

« Inconsciemment, et comme il arrive fréquemment à ceux de nos agents qui sont isolés dans un milieu différent du nôtre, et particulièrement en Orient, il aura laissé entamer sa personnalité d’officier de renseignements ; l’ambiance l’aura pénétré et aura tendu devant ses yeux le voile qui a égaré son jugement. (...) Pénétrer la mentalité du milieu, tout en la dominant et sans se laisser entraîner par elle, tel est l’art de l’officier de renseignements et quand il possède ce fil conducteur, il est assuré d’agir en conformité des intérêts de son pays. C’est pour ne pas avoir su échapper à cette influence de l’ambiance locale, pour s’être, à son insu et dans une certaine mesure, créé une âme druze, que notre conseiller n’a pas aperçu dans cette affaire la droite voie »79.

44L’irrésistible attraction du bled ronge ainsi, lentement mais sûrement, telle une morbide accoutumance, les forces vives, physiques et psychologiques de l’agent colonial. Distendu par des officiers à l’indépendance farouche et au sur-moi exigeant, miné sur ses marges par un environnement indigène particulièrement corrosif, le SR est-il pour autant un service confronté au risque constant de la rupture ? Dans les années 1920, de moins en moins sans doute. Rattrapé par le flux de la civilisation mondiale en train d’éclore, le dispositif colonial s’accompagne désormais de mécanismes de compensation qui, dans une certaine mesure, contribuent à absorber le choc culturel subi par les officiers. Il faut s’inspirer ici de ce qu’écrit Daniel Rivet à propos du Maroc de Lyautey :

  • 80 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 54.

« Emprunter aux Marocains un costume, des mots, des habitudes corporelles et alimentaires : pour la majorité des officiers c’est un jeu dont ils contrôlent la règle et qu’ils modulent à volonté. Trop de contrepoids culturels interviennent, qui maintiennent l’officier dans le bain de sa civilisation d’origine. Et puis le télégraphe, bientôt le téléphone, et l’automobile effacent l’impression de distance et donc de dépaysement au sens fort, en maintenant l’officier dans le circuit de la civilisation mondiale et en lui ménageant à quelques heures de piste les plaisirs de la ville. Le Maroc des années 20 n’est plus le “vieux Maroc’’ de Moulay Hassan. L’Européen, même aux confins de la siba, n’y vit plus en état de choc culturel aussi violent et de menace de perte de son identité aussi massive »80.

45Dans le Levant des années 1920, et plus encore dans celui des années 1930, au moins deux modes de régulation peuvent être observés.

Deux phénomènes régulateurs

Les plaisirs de la ville

  • 81 P. Rondot, « Syrie 1929, itinéraire d’un officier », art. cit., p. 96-97.
  • 82 Lettre du général Rondot à l’auteur, mai 1990 : « On se voyait très souvent, à l’occasion de passag (...)
  • 83 SHAT, 8N 228, Rapport du Contrôle de l’administration de l’Armée, 1. VI.1933.

46Malgré d’inévitables accrochages, les rapports entre officiers étaient excellents : « J’ai été reçu au SR – à Beyrouth comme à Damas – avec cette charmante camaraderie, apanage des TOE », écrit ainsi le jeune lieutenant Rondot lors de son arrivée en Syrie81. Les relations professionnelles, les permissions, l’inévitable passage par Beyrouth au début ou à la fin d’un congé interrupteur, entretenaient la cohésion du service82. Soucieux d’encourager ce mouvement naturel, les responsables de l’armée du Levant vont porter une attention toute particulière à la mise en place de lieux de sociabilité militaire. Trois importants cercles d’officiers sont ainsi installés à Alep, Damas et surtout Beyrouth, en gérance civile au cours des années 1920, puis en gestion directe à partir de 193083.

  • 84 Ibid.
  • 85 P. Khoury, Syria and the French Mandate..., op. cit., p. 292.
  • 86 SHAT, 4H 132, Statuts du cercle militaire des officiers de la garnison de Beyrouth ; 4H 250, Rappor (...)
  • 87 Mais que ces derniers aient goûté ou non à ce privilège, je l’ignore.

47Ces institutions non seulement raffermissent la cohésion interne du service, mais contribuent également à replonger les officiers dans l’ambiance salvatrice de leur société d’origine. C’est ainsi qu’à Damas, le cercle est situé « en plein cœur du quartier européen »84, donnant sur la rue al-Salhiyya, cette grande artère qui prolonge la ville au nord-ouest jusqu’aux premiers contreforts du Qasyun. Parsemée de jardins et bordée d’hôtels et de commerces, cette avenue est alors le lieu de résidence favori des fonctionnaires français et des représentants des colonies étrangères85. À Beyrouth, le cercle est situé sur l’ Avenue des Français, face à la mer, à deux pas de tous les bâtiments officiels. Il occupe deux bâtiments contigus, dont celui de l’ancienne administration de la DPO. Il comprend une bibliothèque, une salle de lecture et de correspondance, un jardin, un restaurant, un café et une salle de conférence où sont parfois organisées des séances cinématographiques86. Par ailleurs, divers équipements de loisirs sont rattachés au cercle, tout en gardant leurs statuts particuliers : une salle d’hydrothérapie, un tennis, etc. Au-delà de la simple sociabilité militaire, le cercle de Beyrouth déborde ainsi sur l’ensemble de la colonie française. Il a d’ailleurs pour vocation, selon ses statuts, « de resserrer entre les officiers de l’armée du Levant, de la Division navale de Syrie et les fonctionnaires du haut-commissariat, les liens d’une cordiale camaraderie », tandis qu’y sont admis de droit, sur simple demande, les civils français faisant partie du cercle de l’Union française87.

  • 88 Selon le Dalil (guide) Gedeon utilisé par Marwan Buheiry, Beirut’s Rote in the Political Economy of (...)

48Cette sociabilité militaire se prolonge ensuite dans les bars, les restaurants et les dancings de la ville. Entre 1923 et 1929, le nombre de ces établissements serait passé pour la ville de Beyrouth, de 80 à 120 environ88, sans compter les maisons plus ou moins interlopes du quartier réservé. Dans le roman de Pierre Benoit, on se retrouve ainsi sur la terrasse du Kursaal, dont le jardin est mitoyen de celui du cercle militaire, et on dîne au Tabaris, avant de se perdre dans de plus sombres établissements dont le nom n’a finalement plus beaucoup d’importance à cette heure tardive de la nuit. Là, dans les plaisirs de la ville moderne, nos officiers vont pouvoir se libérer de toute la tension accumulée au cours de leur séjour dans le bled. Le général Plan garde ainsi un souvenir ému de ses virées nocturnes dans les rues d’Alep, avec ses camarades de la 2e méhariste :

  • 89 SHAT, Papiers du Général Plan, 1 K 407, 2, Carnet de route..., op. cit., p. 75.

« Le soir, après le travail, nous allions tous danser dans un cabaret d’Alep en empruntant les taxis, sortes d’arabas attelés de deux chevaux, victorias de la Belle Époque. Pour rentrer la nuit, nous les reprenions, mais cette fois chacun en prenait une, se mettant à la place du cocher qui courait derrière ; nous faisions alors la course à grands coups de fouet, dans les rues d’Alep, au grand galop. (...) Le cabaret se nommait “Le Chat Bandar”. Là se réunissaient tous les soirs les officiers de passage. On y dansait avec des taxi-girls venant des bordels voisins, au son d’un orchestre autrichien »89.

49Les responsables mandataires finissent par s’inquiéter de ce formidable besoin de vivre, dopé par l’atmosphère débridée des Années Folles, mais sans doute un peu trop voyant dans un contexte politique aussi délicat que celui des États sous mandat :

  • 90 Papiers Deleuze, Rapport du haut-commissaire au sujet de la tenue des officiers, 3. VI.1928.

« Il m’a été rapporté qu’un officier supérieur du SR de l’État de Syrie, donnant un bal d’hiver en 1927, eut l’heureuse idée de lancer un intermède inédit. La maîtresse de maison, slave, d’origine assez discutée, s’exhibait en tenue plus que légère au pied d’un bec de gaz en carton-pâte ; reconstitution de music-hall de deuxième ordre à l’usage des anglo-saxons ou rastas sud-américains en tournée libidineuse dans notre capitale à la monnaie dépréciée. (...) À Beyrouth, la liberté des mœurs est poussée jusqu’à la licence : les réceptions ne suffisent plus aux jeunes femmes ivres de charleston ou d’autres nouveautés chorégraphiques endiablées autant qu’indécentes. Les soldes couvrent difficilement les notes de champagne ou de bols du Tabaris et du Français »90.

L’importance croissante de la famille

  • 91 Cité par J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, op. cit., t. 2, p. 104.
  • 92 P. Benoit, op. cit., p. 48.
  • 93 SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 202.

50On connaît les poncifs qui circulent alors dans la société militaire, à propos de l’influence néfaste qu’exercerait le mariage sur l’activité et la valeur des officiers aux colonies. De Montherlant, qui rapporte la formule classique selon laquelle « une femme d’officier colonial invalide de quatre-vingts pour cent la valeur de son mari »91, à Pierre Benoit, qui fait dire à son capitaine Walter que les officiers mariés « n’ont plus d’officier que le nom »92, toute une batterie de formules à l’emporte-pièce traduisent ce trait d’esprit bien ancré dans la mentalité militaire du temps. Au Levant, le général de Lamothe illustre bien les préjugés de cette vieille école de l’armée aux colonies. Selon le lieutenant-colonel Pichot-Duclos, qui faisait partie de son staff à Alep entre 1920 et 1922, « l’irrégulier qu’était devenu cet homme, fort courtois quand il voulait se souvenir qu’il était du monde et d’excellente extraction, réprouvait les complications de service que les femmes créent souvent aux colonies quand elles se mettent à y vouloir jouer un rôle. Il entendait se libérer de semblables entreprises. Aussi bien n’avait-il aucune femme dans son entourage militaire, vivant en célibataire, ne recevant qu’à titre officiel, des hommes le plus souvent »93.

  • 94 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.
  • 95 Près de la moitié des stagiaires qui suivent le cours préparatoire aux AI d’Alger sont mariés. Cf. (...)
  • 96 J’ai également eu la chance de pouvoir m’entretenir avec Messieurs Charles Démangé, né au Liban alo (...)

51Mais au lendemain de la Première Guerre mondiale, les réalités sociologiques s’affranchissent définitivement de ces traits de mentalité. En 1930, le général Clément-Grandcourt, commandant les troupes du Djebel Druze et du Hawran, enregistre cette évolution : « L’officier, et le sous-officier, se marient beaucoup plus volontiers et beaucoup plus tôt qu’autrefois » ; pour la seule garnison de Suwayda, il recense une cinquantaine de femmes d’officiers et de sous-officiers, et une quarantaine d’enfants94. Cette réalité statistique, on peut tenter de la mesurer pour les officiers du SR. Comme en Afrique du Nord, le mariage tend bel et bien à devenir la norme95. Sur les 102 officiers de l’échantillon dont on connaît la situation familiale au moment de leur arrivée en Syrie, plus de la moitié (52 officiers) sont déjà mariés, avec un âge moyen au mariage de 29 ans. Sur les 50 qui arrivent comme célibataires, 21 se marient pendant leur séjour au Levant (avec un âge moyen au mariage de 34 ans), dont 11 sur place. De véritables cellules familiales se créent outre-mer. Les sources utilisées ne permettent pas de chiffrer ce phénomène avec exactitude, mais les exemples abondent de ces officiers du SR qui fondent une famille au Levant. On peut citer ici les trois enfants du couple Deleuze, nés entre 1927 et 1932, ou encore le fils du lieutenant Coux, né à Tartus au mois d’août 192696. A ce bilan quantitatif, il faut ajouter deux remarques d’ordre qualitatif.

  • 97 Témoignage du colonel Charles Démangé, son fils.
  • 98 C’est le cas par exemple d’Auguste de Labarrière, qui se marie à Beyrouth en 1939, avec une certain (...)
  • 99 Citons l’épouse du lieutenant-colonel Anfré, qui multiplia les initiatives pour la promotion de la (...)

52Première remarque. Le mariage avec des Syriennes et des Libanaises est visiblement rare, malgré l’importance, notamment au Liban, d’importantes clientèles chrétiennes susceptibles de médiatiser le rapport colonial. De ces mariages mixtes, je n’en connais qu’un seul exemple pour les années 1920 : l’union du commandant Démangé avec Marie-Marguerite Balit, fille d’une famille chrétienne d’Alep97. Il faudrait également tenir compte de ces relations durables qui ne seront officialisées que plus tard, dans les années 1930, ou bien au moment du retour en métropole98. Mais en tous les cas. le contact des corps et l’harmonie des âmes ne viennent guère combler le fossé colonial. Seconde remarque. Au sein du couple, qui n’est donc que très rarement un couple mixte, la place de la femme tend à s’affirmer de plus en plus, reproduisant, voire amplifiant les mutations profondes de la société bourgeoise métropolitaine. La femme de l’officier aspire à un rôle social, aussi bien en direction des populations locales, auprès desquelles elle multiplie les œuvres caritatives et culturelles99, que vis-à-vis de la société coloniale elle-même, assumant par le bas, dans la sphère privée du domicile, une fonction de relations que les grandes réceptions officielles, engluées dans un protocole exigeant et sélectif, se contentent de modeler par le haut.

Marie-Émilie et René Deleuze dans les années 1930

Marie-Émilie et René Deleuze dans les années 1930

Papiers Deleuze.

Papiers Deleuze.

  • 100 Marie-Émilie Jeannin, fille d’un médecin bien établi de la petite localité de Saint-Marcel, près de (...)
  • 101 Retrouvés dans les Papiers Deleuze, ils ont été rendus à Mathilde Brézins, leur arrière-petite-fill (...)
  • 102 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 45.
  • 103 Soit tout l’état-major du SR de Damas en 1930.

53À cet égard, le couple des Deleuze mérite de retenir notre attention. Par son histoire d’abord, qui commence de façon toute traditionnelle par un mariage négocié, mettant en relation un officier à la solde modeste et une jeune femme issue d’une bourgeoisie plus aisée100, et qui se poursuit en Syrie, bien loin de toutes ces conventions, par quinze années d’un bonheur conjugal qui transpire à chaque ligne de quelques petits mots griffonnés à la hâte, lorsque le capitaine Deleuze partait en mission dans le désert101. Les Deleuze incarnent à merveille cette modernité naissante du couple, que « les années 20 dégagent lentement des conventions du XIXe siècle et sacralisent aux dépens de la parenté »102. Leur vie sociale ensuite, que mémorise un album photo parsemé d’excursions familiales, comme par exemple cette pochette référencée « Excursion à Bosra avec Marguet, Tézé et leurs épouses »103 ; ou que restitue une correspondance privée truffée de petits mots sans importance, mais qui sont pour l’historien comme autant d’éclats du quotidien : ce ne sont que remerciements, remémorations de moments passés et prévisions de rencontres futures, entre ménages d’officiers liés de toute évidence par autre chose que de simples relations professionnelles.

  • 104 Nuri Shaclan, cheikh des Rwala (mouvance de Damas).
  • 105 Barjas ibn Hudayb, cheikh des Sbaca cUbidih (mouvance d’Alep).
  • 106 Papiers Deleuze, Charles Terrier à capitaine Deleuze, 29. XII.1933.

54Une nouvelle sociabilité familiale de l’officier outre-mer se dessine ainsi dans l’entre-deux-guerres. Et contrairement aux vieux clichés, elle n’est en rien exclusive de la traditionnelle camaraderie militaire, et ce, lors même que la patine du temps lui confère un contenu évidemment nostalgique : « Mon cher ami, Nous serions très heureux d’avoir de vos nouvelles ainsi que de celles de Madame Deleuze et de votre petite famille. Tout a bien changé là-bas depuis le temps où nous nous rencontrions dans ce bon vieux désert de Syrie, sous la tente de notre Noury national104, ou encore avec ce vieux crabe de Bergès105. Ma femme se rappelle aux bons souvenirs de Madame Deleuze. Je vous envoie en outre, à vous, une franche et traditionnelle accolade. Votre vieux. Signé : Charles Terrier »106.

  • 107 Papiers Deleuze, Albert de Boucheman à capitaine Deleuze, 30. VI.1933. Après trois années passées à (...)
  • 108 Papiers Deleuze, Mme de Boucheman à Mme Deleuze, 26. VI.1941.

55Cette sociabilité familiale qui, à l’évidence, joue un rôle dans la stabilisation du personnel officier en poste au Levant, assume également, à mesure que l’on avance dans les années 1930, une fonction d’accueil et de parrainage pour les jeunes gens, officiers ou non, amenés à séjourner en Syrie. Il faut lire les lettres et les cartes postales régulièrement adressées au capitaine Deleuze par les jeunes Louis Dubertret, Henri Charles ou autre Albert de Boucheman. Cette dimension tutélaire, on la devine précisément dans cette lettre que lui envoyait en 1933 le jeune lieutenant de Boucheman, au terme de son premier séjour en Syrie : « Mon capitaine, J’ai vivement regretté de ne pouvoir pousser jusqu’à Homs. Je le regrette d’autant plus que je me réjouissais d’avoir encore une fois l’occasion de quelques heures de conversation avec vous après tant de fois où vous m’avez si aimablement accueilli à Damas »107. Elle se confirme, de façon dramatique, au moment des événements de 1941. Une semaine après la mort prématurée du jeune homme, survenue lors des combats du mois de juin, sa veuve, dans une lettre extrêmement poignante, écrira ces quelques lignes à l’attention de l’épouse du commandant Deleuze : « Si je risquais d’être bloquée ici, je me permettrais d’aller vous demander l’hospitalité. Je me permets de vous demander cela sans phrase parce que mon mari appelait votre maison “la maison du bon Dieu” et qu’il aimait tant le commandant »108.

Notes

1 R. de Gontaut-Biron, Sur les routes de Syrie..., op. cit., p. 153.

2 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

3 CADN, fds BM, 437, Compte rendu d’inspection du directeur du SR, s.d. (ca juin 1930).

4 CADN, fds BM, 437, Rapports du directeur du SR en 1929-1930. Cf. supra p. 177-178.

5 Située à environ 6 km au sud-est de Tchoban Bey.

6 CADN, fds BM, 438, Général Clément-Grandcourt à haut-commissaire, 22. IV.1930.

7 CADN, fds BM, 438, Lieutenant-colonel Rippert à Envoyé extraordinaire du haut-commissaire, 3. II.1927.

8 Encore Max Weber et le « désenchantement du monde » qu’il emprunte au poète Schiller.

9 Le Gavur Dagh est la montagne qui s’élève à l’est d’Alexandrette.

10 Littéralement, le mustashār, c’est le conseiller, le consultant, et par extension, le nom donné à l’officier du SR par les populations locales ; l’équivalent du hākim du protectorat marocain.

11 Son père, le général Régnault (1856-1937), commandait la place de Paris en 1912, et passa l’essentiel de la guerre sur le front d’Orient. C’est lui en particulier qui dirigea l’action contre la Grèce en juin-juillet 1917.

12 J. RÉGNAULT, En Syrie, pages détachées du carnet..., op. cit., non paginé.

13 SHAT, Papiers du général Plan, 1K 407, 2, Carnet de route d’un officier..., op. cit., p. 61.

14 Papiers Deleuze, Note du 11. VIII.1927.

15 Ṭayyib : exclamation signifiant : bien ! très bien ! c’est bien !

16 Papiers Deleuze, Histoire naturelle de l’officier du SR, 2 pages.

17 MAE, Papiers Verchère de Reffye, dossier unique, fol. 185, 254.

18 « Tout texte est un intertexte ; d’autres textes sont présents en lui, à des niveaux variables, sous des formes plus ou moins reconnaissables : les textes de la culture antérieure et ceux de la culture environnante » : Roland Barthes, « Texte (Théorie du) », in Encyclopœdia Universalis.

19 J’ai utilisé l’édition suivante, Pierre BENOIT, La Châtelaine du Liban, Le Livre de Poche, 1995, 245 pages. Tout ce qui est dit du livre de Joseph Peyré est tiré de J. Frémeaux, « Expédition de guerre et imaginaire colonial... », art. cit.

20 Citation extraite du site Internet Un siècle d’écrivains.

21 J. Frémeaux, art. cit., p. 282.

22 Massacre évoqué aux pages 105-108.

23 Sur l’affaire de Bayandur, C. Velud, thèse citée, p. 149-169.

24 J. Régnault, op. cit. La déformation même des noms propres (Bouyoundour pour Bayandur, Roberteau pour Roberto), témoigne de l’oralité de la résonance première.

25 SHAT, ess de Gérard Blary, 8Ye, dossier n° 12 344.

26 Le lieutenant Régnault fait son apparition à la p. 241 du roman.

27 On retrouve ces personnages secondaires directement « importés » du réel dans L’Escadron blanc. Cf. J. FRÉMEAUX, art. cit., p. 284.

28 Ibid., p. 284 ; SHAT, ess de Laurent Flye Sainte-Marie, série 8Ye, dossier n° 125 987.

29 Cf. J. Frémeaux, art. cit., p. 288-291 ; P. BENOIT, op. cit., p. 49.

30 P. Benoit, op. cit., p. 38.

31 J. FRÉMEAUX, art. cit., p. 282.

32 P. BENOIT, op. cit., p. 237.

33 L’expression est du colonel Prieur, l’un des supérieurs du capitaine Domèvre. P. BENOIT, op. cit., p. 23.

34 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 74.

35 CADN, fds BM, 437, Note de service, 24. XI. 1928.

36 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 74 : « Les paperasses ne respectent même pas le Soudan », écrivait dès la fin du XIXe siècle le jeune Gouraud.

37 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du Directeur du SR, 10. VII.1930.

38 CADN, fds BM, 1580, Piquet-Pellorce à Délégué adjoint du haut-commissaire, 13. I.1926.

39 SHAT, Papiers Trenga, 1K 207, 1, Catroux à haut-commissaire, 4. IX.1922.

40 J. Régnault, op. cit. ; AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 47, Shakib Arslan et Ihsan al-Jabiri à Commission permanente des mandats, 7. VI.1926.

41 CADN, fds BM, 840, Répartition des voitures du haut-commissariat au 4. V.1925.

42 Ibid.

43 CADN, fds BM, 437 et 840, Liste des voitures du SR au 5. XII.1930 et au 1.1.1932.

44 CADN, fds BM, 840, Tableau des voitures au 4. V.1925. Un parc à bout de souffle puisque 8 des 10 De Dion-Bouton sont en panne à cette date !

45 Citroën surtout, dont les agents adoptent peu à peu les méthodes marketing développées par Ford. Malgré tout, le marché automobile au Levant, en pleine expansion (le parc passe de 724 véhicules en 1921 à plus de 10 000 en 1932), reste dominé par les firmes américaines, Ford et Chevrolet. Papiers Deleuze, Renseignements au sujet des automobiles au Levant, 27. IV. 1932.

46 CADN, fds BM, 840, Note du 31. X.1926. Cf. également, « Le commerce des automobiles dans le Levant », L’Asie française, mars-avril 1925, n° 230, p. 124-125.

47 Papiers Deleuze, La marque Renault au Levant, 25. V. 1932.

48 Ces automobiles « font merveille dans le désert carrossable, grandes étendues sablonneuses clairsemées de cailloux de 20 à 30 cm de hauteur et de petites touffes de végétation », Papiers Deleuze, Renseignements au sujet des automobiles au Levant, 27. IV. 1932.

49 L’ensemble de ce paragraphe s’appuie sur SHAT, 4H 55, Note 50/2 de janvier 1928.

50 CADN, fds BM, 840, Note du lieutenant-colonel Tracol, 21. III.1929.

51 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du Directeur du SR, 25. VIII.1929.

52 SHAT, 4H 190, Gouraud à Guerre, 29. VII.1922.

53 SHAT, 4H 190, Rapport au sujet de l’estivage à Aley, 12. XI.1921.

54 J. Régnault, op. cit. L’Afrin Su est la rivière qui coule entre le Kurd Dagh et le Djebel Samcan, avant de se jeter dans le lac Amik, au nord d’Antioche.

55 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du Directeur du SR, 10. VII.1930.

56 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 66, Conseils aux militaires, aux fonctionnaires civils et à leurs familles venant au Levant, 21. V. 1926.

57 SHAT, 4H 132, Rapport sur l’état d’esprit dans la 2e Division, 11. VI.1924.

58 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

59 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, 5J 66, Conseils aux militaires..., 21. V.1926.

60 SHAT, ess d’Aimé Larrieste, 8Ye, dossier n° 56 011 ; AD Pyrénées-Atlantiques, Fiche matricule n° 160 de la classe 1910. Cf. également SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 239-250 : « Malheureusement pour lui [le commandant du secteur d’Alep en 1923], ayant pris le goût des pays de soleil, célibataire et dépourvu de famille, il s’est éternisé au Levant. Usé à la longue, il a fini par décliner et mourir du fait de ce séjour trop prolongé qu’il ne coupait même pas par les congés réglementaires ».

61 Actuellement Dalat, à environ 250 km au nord-est de Saigon.

62 Sauf indication contraire, le développement qui suit s’appuie sur SHAT, 4H 190, Note relative aux formations d’estivage de l’armée du levant, 1. V. 1922.

63 SHAT, ess de Raymond Giraud, 6Ye, dossier n° 45 538.

64 À une vingtaine de kilomètres à l’est de Beyrouth.

65 Près de Zabdani, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Damas.

66 À une dizaine de kilomètres au sud-est d’Alexandrette.

67 CADN, fds BM, 840, Chef SR Syrie à Directeur SR Levant, 9. II.1929.

68 Il s’agit du capitaine Bonnet (décédé en janvier 1934), du lieutenant-colonel Müller (décédé en mai 1938) et du général Coustillière (décédé en février 1939).

69 Nécrologie (d’où sont extraites les citations) dans Revue des Troupes du Levant, n° 14, avril 1939, p. 146-148 ; SHAT, ess de Victor Müller, 6Ye, dossier n° 53 053.

70 Papiers Deleuze, 27. V. 1921, 6 pages.

71 CADN, fds BM, 841, Odette à haut-commissaire, 24. II.1927.

72 P. Benoit, op. cit., p. 51.

73 D. Rivet, op. cit., p. 44-45 ; J. FRÉMEAUX, L’Afrique à l’ombre..., op. cit., t. 2, p. 103.

74 SHAT, 4H 148, Weygand à Guerre, 5. IX.1923.

75 Médecin-major Cazanove, « Mémento de psychiatrie coloniale indigène », Bulletin du comité des travaux historiques et scientifiques de l ’AOF, 1927, cité par J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., p. 99.

76 SDN, Commission permanente des mandats, Procès-verbal de la 8e session (Rome), 16e séance, 26. II.1926, réponse de Robert de Caix.

77 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 189, fol. 38, Weygand à Président du Conseil, 19. VIII.1923. Cf. également L. Dillemann, « Les Français en Haute-Djezireh... » art. cit. : « Les méharistes se morfondaient dans le désœuvrement, dans la chaleur implacable de l’été. Habitués à l’espace et aux déplacements, ils vivaient entassés, rivés à un minuscule village d’une quarantaine de maisons sans aucune ressource, avec la menace constante d’agressions traîtresses. Comme le fit remarquer plus tard leur capitaine, de telles épreuves dépriment les caractères ordinaires, elles exaltent dangereusement les caractères mieux trempés ».

78 C’est là un thème récurrent dans les témoignages des anciens des AI. Cf. par exemple G. MANUE, Sur les marches du Maroc insoumis, op. cit., p. 78 : « Ce charme [de la vie de l’officier de renseignements] a toute la force qu’on prête aux envoûtements et il conquiert un esprit, un cœur, en un temps si bref que ceux-là même qui, six mois plus tôt, se flattaient de connaître un fils, un frère, un ami, s’étonnent et s’attristent devant une âme nouvelle ».

79 SHAT, Papiers Trenga, 1K 207, dossier unique, Catroux à haut-commissaire, 4. IX.1922. Catroux lui reproche en fait de s’être opposé à un recours à la force précoce et massif (par bombardements aériens notamment). Trenga, qui prend connaissance de ce rapport 16 ans après les faits, se défend : « J’avais vécu au Djebel en contact permanent avec la population sans pour cela “m’endruzer” ; j’avais pu apprendre l’histoire des Druzes, leurs luttes intestines, leur opposition aux Égyptiens et aux Turcs, eux aussi, réputés excellents soldats ; les pertes sérieuses qu’ils avaient fait subir aux nombreuses colonnes lancées contre eux. Je voyais les forces dont ils disposaient, leur ardeur au combat, leur cohésion en cas de danger les menaçant ; c’est à tout cela que je pensais quand j’ai conseillé la prudence... ». Sur la première dissidence de Sultan al-Atrash, cf. infra, p. 346-348.

80 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 54.

81 P. Rondot, « Syrie 1929, itinéraire d’un officier », art. cit., p. 96-97.

82 Lettre du général Rondot à l’auteur, mai 1990 : « On se voyait très souvent, à l’occasion de passage à Beyrouth et de voyages à l’intérieur ».

83 SHAT, 8N 228, Rapport du Contrôle de l’administration de l’Armée, 1. VI.1933.

84 Ibid.

85 P. Khoury, Syria and the French Mandate..., op. cit., p. 292.

86 SHAT, 4H 132, Statuts du cercle militaire des officiers de la garnison de Beyrouth ; 4H 250, Rapport de la place de Beyrouth du 4. III.1923.

87 Mais que ces derniers aient goûté ou non à ce privilège, je l’ignore.

88 Selon le Dalil (guide) Gedeon utilisé par Marwan Buheiry, Beirut’s Rote in the Political Economy of the French Mandate 1919-1939, Oxford, Centre for Lebanese Studies, 1987.

89 SHAT, Papiers du Général Plan, 1 K 407, 2, Carnet de route..., op. cit., p. 75.

90 Papiers Deleuze, Rapport du haut-commissaire au sujet de la tenue des officiers, 3. VI.1928.

91 Cité par J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, op. cit., t. 2, p. 104.

92 P. Benoit, op. cit., p. 48.

93 SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 202.

94 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

95 Près de la moitié des stagiaires qui suivent le cours préparatoire aux AI d’Alger sont mariés. Cf. J. FRÉMEAUX, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 104.

96 J’ai également eu la chance de pouvoir m’entretenir avec Messieurs Charles Démangé, né au Liban alors que son père, le commandant Henry Démangé, dirigeait le SR de la République libanaise, et Jean Larrieste, né en Syrie en 1926, alors que son père, le lieutenant Larrieste, était officier de renseignements d’Aczaz.

97 Témoignage du colonel Charles Démangé, son fils.

98 C’est le cas par exemple d’Auguste de Labarrière, qui se marie à Beyrouth en 1939, avec une certaine Thamara Tchkeidze, ou encore d’Aimé Larrieste qui, de retour en France, épouse en 1940 Khatoun Kachkarian (témoignage de M. Jean Larrieste, son fils).

99 Citons l’épouse du lieutenant-colonel Anfré, qui multiplia les initiatives pour la promotion de la langue et de la littérature françaises, en particulier dans l’État des Alaouites. Témoignage de Mme Tenin, sa petite-fille.

100 Marie-Émilie Jeannin, fille d’un médecin bien établi de la petite localité de Saint-Marcel, près de Chalon-sur-Saône. Dans l’exploration de cette histoire familiale, j’ai eu la chance de bénéficier des éclairages de Mme Alix Deleuze, belle-fille du colonel Deleuze : une évocation pleine d’objectivité et de sensibilité, précise et retenue à la fois.

101 Retrouvés dans les Papiers Deleuze, ils ont été rendus à Mathilde Brézins, leur arrière-petite-fille.

102 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 45.

103 Soit tout l’état-major du SR de Damas en 1930.

104 Nuri Shaclan, cheikh des Rwala (mouvance de Damas).

105 Barjas ibn Hudayb, cheikh des Sbaca cUbidih (mouvance d’Alep).

106 Papiers Deleuze, Charles Terrier à capitaine Deleuze, 29. XII.1933.

107 Papiers Deleuze, Albert de Boucheman à capitaine Deleuze, 30. VI.1933. Après trois années passées à Palmyre comme officier méhariste en 1930-1933, Albert de Boucheman reviendra en Syrie en 1934, détaché auprès de l’institut français de Damas, dans l’entourage de Robert Montagne. Il fera du reste partie des premières promotions du CHEAM. Cf. R. AVEZ, op. cil., p. 236-237 et passim.

108 Papiers Deleuze, Mme de Boucheman à Mme Deleuze, 26. VI.1941.

Table des illustrations

Titre Le capitaine Plat en 1925-1926 officier de renseignements de Mayadin-Abu Kamal
Crédits Photographie communiquée par Marielle Plat, petite-fille du capitaine Plat. À la droite du capitaine Plat, son interprète ; à sa gauche, le médecin de Mayadin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Le capitaine Ferreux en 1938 à ‘Ayn Diwar
Crédits Photographie tirée d’un manuscrit inédit, Le Bec de Canard, Andivar-sur-le Tigre, 1938-1939, communiqué par Jean Ferreux, fils du capitaine Ferreux. En arrière-plan, les méandres du Tigre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Au cœur des cazas : la répression des bandes armées
Crédits Archives départementales de la Corrèze, Fonds Henry de Jouvenel, 5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Officiers français à Palmyre en 1926
Crédits Collection Service historique de l’Armée de l’air, cliché B 96 3221.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Le réseau des télécommunications dans les États du Levant au 1er janvier 1928 : téléphone et T.S.F.
Légende Conception graphique : J.-D MIZRAHI (2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Marie-Émilie et René Deleuze dans les années 1930
Crédits Papiers Deleuze.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits Papiers Deleuze.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45411/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search