Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Troisième partie. Prosopographie du SR du Levant

Chapitre VII. Formation des officiers et fonctionnement du service

Texte intégral

1Comprendre le fonctionnement du SR du Levant, c’est tout à la fois rechercher des mécanismes d’intégration, grâce auxquels des officiers présentant un profil aussi varié ont pu coexister et travailler ensemble, mais aussi repérer des lignes de faille qui, vraisemblablement, continuent de marquer en profondeur la structure du service. Dans cette optique, on étudiera d’abord le stage de formation mis en place à Beyrouth au début des années 1920, avant de plonger dans le fonctionnement interne du service, à la recherche de logiques de cohésion et /ou de dissociation, là où elles sont le plus susceptibles d’agir.

Le stage de formation du SR du Levant

  • 1 Jacques Frémeaux, « Le cours de formation des officiers des Affaires Indigènes d’Algérie entre les (...)
  • 2 Ibid., p. 31. Pour le Maroc, cf. Colonel Berriau, L’officier de renseignements au Maroc, Conférence (...)

2L’intégration effective dans le service, au moins pour les officiers qui arrivaient au Levant sans aucune expérience des AI, passait par un certain nombre de mécanismes de formation et de documentation. Sans être un « véritable cycle d’enseignement », à la manière du cours de formation des officiers des AI mis en place à Alger en 19131, la formule adoptée à Beyrouth se rattache néanmoins au traditionnel stage de quelques semaines qui, de façon plus ou moins informelle, constituait jusqu’à la guerre l’introduction la plus courante de ces officiers à leurs futures responsabilités2. Officiellement créé en novembre 1921, ce stage semble en fait avoir fonctionné dès le début de cette même année. Pour des raisons sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement, il fut en revanche supprimé dès le début de 1923. Cette existence éphémère explique qu’on ne dispose que de peu d’éléments quant à son organisation concrète. D’une durée de trois mois, il fonctionnait dans les locaux du haut-commissariat, en dehors de la période estivale, et concernait des promotions de l’ordre de 15 à 25 officiers. Il était sanctionné par un examen qui, compte tenu des besoins d’un service en voie de constitution, s’apparentait sans doute plus à un premier filtrage qu’à un véritable instrument de sélection. On dispose cependant de renseignements assez précis sur les différentes sources de documentation à partir desquelles allait s’élaborer cette première prise de contact avec les réalités du Levant.

La bibliothèque de la section d’études du SR du Levant

  • 3 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Catalogue des livres de la section d’études du SR à la da (...)
  • 4 Les bibliographies distribuées aux officiers signalent ainsi un certain nombre de références rares (...)

3Première source de documentation, la bibliothèque de la section d’études du SR qui, en 1921, compte environ 155 références3. La composition de cette bibliothèque ne saurait refléter fidèlement et très exactement l’ordre des priorités de ses initiateurs, dans la mesure où elle est globalement tributaire de l’état de la production et des livres disponibles à un moment donné4, et ponctuellement informée par divers mécanismes d’acquisitions extraordinaires, dons, transferts, etc. Son analyse cherchera davantage à restituer un climat intellectuel, au sein duquel les officiers avaient à se forger leur propre philosophie. Observons d’abord, à l’aide du tableau suivant, le fichier par matières de cette bibliothèque.

  • 5 Alaouites (6 références), Yazidis (3 références), Druzes (2 références) et Ismaéliens (2 références (...)

4Les officiers disposent tout d’abord d’une « syntaxe communautaire » qui représente près du tiers des références. Sensés éclairer les fondements historiques et les éléments de civilisation de chacune des communautés confessionnelles et ethniques présentes dans la région, ces ouvrages se répartissent en trois ensembles d’importance à peu près équivalente. Parmi les minorités dites traditionnelles, on soulignera l’intérêt tout spécialement porté sur un certain nombre de communautés fortement typées qui, depuis longtemps déjà, excitent la curiosité de l’érudition occidentale : Yazidis, Ismaéliens, Druzes et Alaouites5. Treize des dix-sept références de cette catégorie sont ainsi consacrées à ces closed communities, repliées sur les marges de l’orthodoxie islamique, et pour la connaissance desquelles un certain nombre de fondements ont d’ores et déjà été posés : c’est par exemple l’ Exposé de la religion des Druzes de Sylvestre de Sacy (1833), ou encore le livre de René Dussaud, Histoire et religion des Noçairis (1900).

5Viennent ensuite les « nouvelles minorités », dont la Première Guerre mondiale a enclenché ou accentué le mouvement de diaspora. On notera ici le traitement inégal entre Kurdes et Assyro-Chaldéens d’une part (3 références), et Arméniens de l’autre (11 références). Le créneau éditorial consacré aux premiers est sans doute encore trop restreint, si bien que l’essentiel de l’information vient de la consultation de documents officiels : un document établi par l’état-major britannique en 1919 (Kurdistan and Kurds) et un Mémoire sur la question assyro-chaldéenne présenté devant la conférence de Versailles. À l’inverse, la question arménienne bénéficie d’un excédent d’attention, qui s’explique notamment par les projets initiaux de mandat sur la Cilicie : 11 références, mêlant ouvrages savants sur l’histoire et la civilisation arméniennes et témoignages sur la tragédie des dernières années, figurent ainsi sur les rayonnages de la bibliothèque.

  • 6 Bernard Carra de Vaux, Avicenne, Paris, 1900 et Gazali, Paris, 1902, ainsi que La doctrine de l’Isl (...)
  • 7 Clément Huard, La littérature arabe, Paris, 1902 et Histoire des Arabes, Paris, 1913.

6Une rapide analyse des 16 références traitant de l’islam et de sa civilisation fait ressortir deux éléments : la qualité des auteurs, le plus souvent universitaires ou érudits reconnus, et le caractère récent de la plupart des travaux cités. Une documentation qui relève finalement des hautes études musulmanes. Signalons par exemple trois ouvrages du baron Carra de Vaux6, ou encore deux titres de Clément Huard, professeur de persan à l’École des Langues Orientales7. On remarquera également une biographie récente du Prophète, publiée en anglais à Édimbourg en 1912 par Sir William Muir, The Life of Mohammed, ou la traduction du fameux traité d’Al-Mawardi, Les statuts gouvernementaux, publiée à Alger en 1915. Un corpus de haute tenue par conséquent, mais qui privilégie un islam classique et pourrait-on dire figé, qu’archéologues, philologues et érudits tentent de restituer par-delà les temps ottomans. À l’inverse, les mutations de l’Islam contemporain constituent un point aveugle de la documentation : la Salafiyya et la maturation de l’arabisme, par exemple, paraissent ainsi très largement occultées. Seul un accès direct aux textes arabes permettrait aux officiers de court-circuiter cette tendance lourde de l’orientalisme du temps. Mais la grande majorité d’entre eux ne sont pas arabisants, et le spécialiste demeure l’intermédiaire obligé pour qui souhaite accéder à une connaissance approfondie des choses de l’Orient.

  • 8 Dont la première édition date de 1898 (Paris, F. Alcan). La bibliothèque de la section d’études pos (...)

7La documentation mise à la disposition des officiers stagiaires pénètre néanmoins plus avant dans l’époque ottomane (16 références), mais dans une optique qui, d’une certaine manière, minore l’autonomie historique des peuples de l’Orient moderne. En effet, c’est principalement sous l’angle des relations internationales et de la question d’Orient que l’histoire de l’Empire ottoman est abordée : 11 références sur 16, dans le sillage du livre d’Édouard Driault, La question d’Orient depuis ses origines jusqu ’à nos jour8. Quant aux ouvrages dont le titre ne revendique pas explicitement cette approche, leur parution dans le dernier quart du XIXe et au début du XXe siècle suggère un inévitable lien avec la conjoncture diplomatique. Cette relation est du reste revendiquée par l’« histoire immédiate » (26 références) qui fleurit au lendemain de la guerre, dans le bouillant contexte de partage de l’empire.

  • 9 M. SEURAT, « Le rôle de Lyon... », art. cit.
  • 10 René RISTELHUEBER, Traditions françaises au Levant, Paris, 1919. L’auteur fut le prédécesseur de Ge (...)
  • 11 Arthur KANN, L’Asie française, n° 176, août-novembre 1919, p. 292.
  • 12 Citons les deux principaux ouvrages de cette catégorie. George Samné (secrétaire général du comité) (...)

8C’est là une littérature engagée, orchestrée par tous les groupes de pression intéressés à la question syrienne9. Exemple type de cette production (représentée par une bonne douzaine de références), inventoriant comme autant de bases légitimes aux « droits spéciaux » de la France au Levant, ses intérêts économiques, son influence culturelle et le protectorat religieux qu’elle exerce sur les communautés catholiques locales, l’ouvrage de René Ristelhueber, publié en 1919 sous le titre Traditions françaises au Liban10. La recension qu’en fait l’ Asie française est éloquente : « Le livre de M. René Ristelhueber vient à son heure, c’est-à-dire au moment où la question de la Syrie et du Liban va être résolue au Congrès de la Paix. (...) On peut donc dire, après avoir lu le livre de M. Ristelhueber, que, par la persistance de ses traditions aussi bien que par son influence actuelle, la France est la protectrice naturelle des chrétiens du Liban et que son autorité sur ces pays s’appuie sur une tradition plusieurs fois séculaire »11. Les ouvrages libanais et syriens qui ont une place dans la bibliothèque (10 références), ne remettent pas fondamentalement en cause les prémisses de cette perspective téléologique. Ils représentent en effet les fleurons de cette « littérature-caution » produite par quelques intellectuels libanais demeurés à Paris après le congrès arabe de juin 1913, et gravitant autour du comité central syrien créé par Shukri Ghanim avec la bénédiction du parti colonial français12.

  • 13 Vital Cuinet, Syrie, Liban, Palestine. Géographie administrative, statistique, descriptive et raiso (...)
  • 14 Karl Baedeker, Palestine et Syrie, Guide du voyageur, Paris, 1912.
  • 15 Paul Masson, Éléments pour une bibliographie française de la Syrie, Marseille et Paris, 1919. L’aut (...)
  • 16 Edmund Burke III, « The First Crisis of Orientalism, 1890-1914 », in Connaissances du Maghreb, Scie (...)

9Dernière catégorie significative, les instruments de travail et les ouvrages de référence. Il s’agit d’abord d’un savoir en quelque sorte pragmatique, constitué de notes de synthèse hors commerce : deux études du service géographique de l’armée de terre et deux Handbooks de l’état-major britannique. Dans la même rubrique, signalons la présence significative d’une dizaine de documents relatifs à l’expérience marocaine, touchant principalement aux questions militaires (troupes supplétives et goums) et foncières (terres collectives, immatriculation foncière). Le rayon des ouvrages de référence paraît tout à fait au point. À côté du déjà classique Vital Cuinet, signalé comme « ancien et à consulter avec précaution »13, figure l’édition française du guide Baedeker (1912)14. On retrouve par ailleurs l’important travail bibliographique de Paul Masson15, et les 25 fascicules de l’Encyclopédie de l’Islam parus depuis 1913. En ce qui concerne les périodiques (cinq abonnements), on remarquera la Revue du monde musulman qui, se dégageant de la presse coloniale (L’Asie française, L’Afrique française et la Correspondance d’Orient), constitue peut-être le seul véritable poste d’écoute directement branché sur les mutations du monde islamique contemporain, susceptible de saper, ou simplement d’égratigner, les paradigmes de l’orientalisme ambiant16. On signalera cependant le caractère résolument franco-français de cette documentation périodique, où ne figure aucune des grandes revues étrangères récemment lancées : Der Islam en Allemagne (depuis 1910), Moslem World aux États-Unis (depuis 1919), ou encore Oriente Moderno en Italie (depuis 1921).

  • 17 Édouard Montet, De l’état présent et de l’avenir de l’Islam, Paris, 1911. En revanche, pas de trace (...)
  • 18 Renaud Avez, L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946), Damas, 1993, p. 205 et passim

10En dehors des écrivains syriens et libanais servant plus ou moins de caution au parti colonial, l’observation du fichier par auteurs permet l’identification d’au moins deux autres groupes d’intervenants, médiateurs privilégiés du rapport intellectuel à l’Orient. Les universitaires disposent du savoir scientifique et du pouvoir académique nécessaire à sa diffusion. On a déjà rencontré Paul Masson ou Clément Huard. Signalons encore le texte des six conférences prononcées au Collège de France par Édouard Montet en 1910 et publiées l’année suivante à Paris17, ainsi que la place occupée par les travaux de René Dussaud (6 références). Conservateur au département des Antiquités orientales du Louvre et professeur à l’École du Louvre, René Dussaud est une personnalité incontournable de l’histoire religieuse et de l’archéologie orientales. Il connaît bien la Syrie où il a accompli sa première mission en 1897, et où il fonde la revue Syria en 1920. Élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1923, il exercera une influence considérable sur le fonctionnement des institutions scientifiques de la période mandataire, Service des antiquités et des beaux-arts du haut-commissariat à Beyrouth, et Institut Français d’Archéologie et d’Art Musulman d’Eustache de Lorey à Damas18.

  • 19 Charles et Paul ROEDERER, La Syrie et la France, 1917.
  • 20 J. Thobie, Intérêts et impérialisme français..., op. cit., p. 473-474 et passim.

11Maîtres dans le champ des antiquités orientales et de l’Islam classique, les universitaires sont relayés, pour traiter de l’actualité du Levant, par des personnalités professionnellement impliquées dans les affaires orientales, et par conséquent prédisposées à s’exprimer sur la question. À côté des diplomates, déjà croisés avec Ristelhueber, un certain nombre d’entrepreneurs interviennent également sur le terrain éditorial. Il en est ainsi des frères Roederer19, personnalités éminentes de la communauté française du Liban d’avant-guerre. Charles Roederer, directeur du chemin de fer Beyrouth-Damas et du port de Beyrouth, est également le premier président de l’Union française de Beyrouth créée en 1896. Quant à son frère, Paul Roederer, on le retrouve comme secrétaire général d’une Société d’initiatives économiques françaises en Syrie, constituée en 1910 pour favoriser le développement du commerce franco-syrien20.

  • 21 Ibid., p. 711.
  • 22 René Pinon, L’Europe et l’Empire ottoman, 1909 ; L’Europe et la Jeune-Turquie, 1911 ; L’Empire de l (...)
  • 23 Comte de CRESSATY, La Syrie française, Paris, 1915. Cf. J. Thobie, op. cit., p. 710 et M. SEURAT, « (...)

12À Paris, c’est dans le cercle influent des publicistes que s’élabore, à partir de 1912 notamment, une information ajustée aux ambitions françaises sur la Syrie. René Pinon, « écrivain distingué et superficiel »21, représente l’un des auteurs les plus prolifiques en la matière, publiant coup sur coup, entre 1909 et 1912, trois ouvrages sur l’Empire ottoman22. Mais c’est surtout par la multiplication des conférences, la diffusion de brochures et la rédaction d’articles de presse, que s’élaborent les poncifs de ce discours orienté. La bibliothèque de la section d’études garde ainsi en mémoire le texte des interventions d’un certain comte de Cressaty qui, dans une conférence prononcée en mai 1914 dans la salle de la Société de Géographie, appelle de ses vœux une intervention française en Syrie ; discours relayé l’année suivante dans un opuscule à diffusion nationale, dans lequel il assure que « Le Syrien professe envers la France l’affection d’un fils pour sa mère »23.

  • 24 Congrès français de la Syrie, Séances et travaux : fasc. 1 « section économique » ; fasc. 2 « secti (...)
  • 25 M. Seurat, « Le rôle de Lyon... », art. cit., p. 141.
  • 26 Ibid., p. 134.
  • 27 Paul HUVELIN, Que vaut la Syrie ?, Supplément à L’Asie française de décembre 1921.
  • 28 Cité par R. Avez, op. cit., p. 12.

13Au lendemain du conflit, publicistes, universitaires, diplomates et entrepreneurs, convergent en ordre serré dans un orientalisme de circonstance, qui culmine lors du fameux Congrès français de la Syrie, organisé en janvier 1919 par la Chambre de Commerce de Marseille, et dont les actes sont naturellement conservés en bonne place à la section d’études du SR24. C’est à l’occasion de ce congrès qu’est préparé le travail bibliographique de Paul Masson, ou encore qu’intervient Clément Huard, expliquant comment « les frontières historiques de la Syrie », qui s’étendaient jusqu’au Taurus, légitiment la revendication d’une « Syrie intégrale »25. Paul Huvelin, l’un des grands ordonnateurs de cette manifestation, symbolise bien cette convergence syrienne du savoir et des intérêts politiques et économiques. Il fut avant-guerre le principal artisan de la création d’une École de droit à Beyrouth, filiale de la faculté lyonnaise où il enseignait : le 14 novembre 1913, il prononça d’ailleurs une leçon inaugurale de droit civil qui sanctionnait la naissance scientifique de la nouvelle institution26. À la suite du congrès de Marseille, la section économique lui confia la direction d’une mission d’enquête destinée à dresser un premier inventaire des ressources et des besoins du pays, et dont les conclusions seront publiées par L’Asie française en 192127. Cette mission était du reste conçue comme l’amorce d’un projet beaucoup plus vaste de création d’un « organe central et permanent d’enquête sur les besoins et les ressources trop peu connus encore du pays », un Institut de Syrie, dont « l’apparence seule [serait] exclusivement scientifique »28.

Le cycle de conférences29

  • 29 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Programme des conférences et causeries faites aux officie (...)
  • 30 A. Zeller, op. cit., p. 271.

14Deuxième source d’information, un impressionnant cycle de 130 conférences et causeries prodiguées en un temps record de trois mois, ce qui bien entendu ne laisse pas de s’interroger sur la façon dont cet enseignement a pu être effectivement assimilé par les stagiaires : « Les séances d’initiation aux mystères du Levant, annoncées par le colonel Goudot, commencèrent dès le lendemain au cercle militaire. Tout y passa : l’écheveau des races et des peuples, les civilisations assyro-chaldéennes, les pratiques fétichistes des Alaouites, les clauses des traités de paix, le pétrole de Mossoul, le trafic du port de Beyrouth. Ce traitement de choc était assuré par une équipe de “spécialistes”, désireux, évidemment, de vérifier sur nous l’étendue et les attraits de leur savoir »30. Il n’empêche ; on a là un véritable programme dont il convient de scruter les grandes orientations. À l’instar de ce qui se faisait à Alger, le programme proposé témoigne d’une gamme très étendue de préoccupations, dont on pourrait résumer l’économie générale par la combinaison de trois types d’enseignement : l’acquisition d’un savoir historique et sociographique d’abord, d’une pratique administrative ensuite, et d’une compétence technicienne enfin. Le tableau qui suit permet de prendre la mesure de ces trois grands chapitres.

15Ce cycle de conférences, spécialement organisé en vue de la formation des officiers, reflète naturellement de façon beaucoup plus nette l’ordre des priorités des responsables mandataires, et s’affranchit plus facilement des pesanteurs éditoriales et académiques à l’œuvre dans le champ de la connaissance livresque. Globalement, l’acquisition d’éléments de culture générale (30,9 %), historique et sociologique, s’intégre dans une perspective pragmatique, où les compétences administratives (30,8 %) et techniques (32,3 %) sont mises en avant.

  • 31 J. Thobie, « Le nouveau cours... », art. cit.

16Dans le détail, le tour d’horizon historique et sociologique proposé aux officiers témoigne d’un certain nombre de rééquilibrages. La syntaxe communautaire est désormais dominée par l’étude des tribus syriennes (4 conférences), tandis que les questions arménienne, assyro-chaldéenne et kurde bénéficient un traitement égal (une causerie chacune). Sur le plan historique, les grandes dates de l’histoire ancienne et moderne de la Syrie sont désormais synthétisées à l’extrême, tandis que l’histoire contemporaine ne se résume plus aux seules interventions étrangères, et flirtent parfois avec la prospective. Dans le chapitre diplomatique, trois causeries sont ainsi consacrées aux accords d’ancien style entre impérialismes concurrents (accord Sykes-Picot ou traité de Sèvres par exemple), tandis que cinq autres détaillent par le menu les difficiles négociations entreprises avec une Turquie kémaliste apprenant à parler un nouveau langage diplomatique (de l’accord de Londres à celui d’Ankara)31. De même, dans le panorama politique régional, les intervenants ne sauraient occulter les facteurs endogènes d’évolution (même s’ils les atténuent souvent par le recours classique aux couples kémalisme-bolchévisme et Hachémites-Grande-Bretagne) : « Les dangers du panislamisme », « Le nationalisme turc, genèse, évolution, tendances », « Faysal en Irak », « c Abdallah en Transjordanie », autant d’interventions qui, d’une certaine manière, témoignent du passage de la traditionnelle « question d’Orient » au « Moyen-Orient » contemporain.

17L’acquisition d’une pratique administrative en phase avec les exigences du mandat représente évidemment un enjeu de taille : comment concilier le principe d’une tutelle la plus légère possible, avec l’arborescence d’une administration militaire, dont les échelons inférieurs sont naturellement portés, et structurellement encouragés pourrait-on dire, à pratiquer une réforme par le bas, le plus souvent synonyme d’intervention directe ? Une contradiction sans doute insurmontable en l’absence d’un véritable corps de doctrine posant clairement le principe de mandat. On ne saurait naturellement attendre de l’enseignement dispensé lors de ce stage la formalisation pédagogique d’un principe que ni les hauts responsables mandataires, ni leurs autorités de tutelle à Paris, n’ont jamais su définir par eux-mêmes. Avec 21 conférences et causeries sur le mandat et son organisation, les intervenants n’éludent pourtant pas la question. Après trois conférences rappelant l’organisation administrative ottomane, l’autonomie de la montagne libanaise et le découpage en 1918-1919 des TEO, six interventions sont ensuite consacrées au principe de mandat, abordé sous l’angle juridique de la SDN (« Les bases juridiques du mandat français en Syrie et au Liban »), ou de façon comparative (« Projets de mandat pour la Syrie, la Palestine et la Mésopotamie », « Le point de vue américain »...). Viennent ensuite douze exposés déclinant dans les moindres détails les multiples replis de l’organisation mandataire : organisation et services du haut-commissariat et de ses délégations, tableau politique et administratif d’ensemble des États, exposé de détail pour chacun d’entre eux, projet de lien fédéral..., avant de passer aux maillages propres à l’armée du Levant, à la police, ou au Contrôle Bédouin. Exposer la pratique mandataire, ce serait donc, d’une certaine manière, apprendre à disséquer le principe de contrôle, le ramener à des niveaux décisionnels toujours plus précis, où il pourra, à l’abri de la complexité et en désespoir de cause, tendre vers des formes d’intervention plus directe. Découper la difficulté d’ensemble en une complexité de détail, c’est bien là le seul recours d’une pratique mandataire en panne de principe.

18S’agissant de l’organisation du SR lui-même, signalons huit interventions qui font le point sur certaines techniques de travail telles que l’emploi des fonds politiques, la contre-propagande et le contre-espionnage, le réseau des agents et la recherche des renseignements, l’organisation matérielle d’un bureau, les bulletins de renseignements, etc. Des préoccupations significatives d’une certaine codification dans l’exercice de la politique indigène, synonyme de perfectionnement, mais aussi sans doute d’alourdissement, pour un champ d’action qui, dans les années 1920, n’échappe plus tout à fait à l’inexorable inflation du modèle bureaucratique et administratif.

19Le dernier tiers du programme est consacré à toute une série d’interventions visant à développer une gamme très large de compétences techniques : sciences juridiques, questions économiques et financières, œuvres françaises et propagande, médecine et hygiène... Un idéal encyclopédique déjà classique, mais qui ne laisse pas d’impressionner. À côté de quelques grands chapitres incontournables, comme l’étude du droit musulman (6 conférences) ou la question du régime foncier (8 conférences), on remarquera des préoccupations plus neuves, ou abordées sous un angle nouveau. C’est ainsi que deux conférences sont consacrées à la question de la presse et de la propagande : « La presse du Levant. Règles à suivre et manière de l’utiliser » et « La propagande et ses formes : bibliothèques, cinéma, images, exemples » ; tandis qu’une série de conférences consacrées à l’archéologie se termine par une intervention visant à standardiser les « Mesures à prendre pour la protection des monuments historiques ».

  • 32 Les RR. PP. Dhorme et Lagrange prononcent ainsi les conférences d’histoire ancienne à l’occasion de (...)
  • 33 Ed.-L. Achard avait fait partie de la mission Huvelin. Ses rapports furent publiés dans les supplém (...)
  • 34 L’expression est de P. Huvelin qui préface l’ouvrage de Paul Parmentier, Manuel d’agriculture, par (...)

20Les sources utilisées ne mentionnent malheureusement pas l’identité des intervenants. En toute logique, on peut néanmoins penser qu’à l’exemple de ce qui se faisait à Alger ou à Rabat, le corps enseignant regroupait universitaires, officiers et fonctionnaires des services centraux. L’Université Saint-Joseph et son école de droit devaient fournir l’essentiel des enseignants, jésuites ou laïcs, pour les matières historiques et juridiques32. De leur côté, les officiers les plus qualifiés en matière d’AI assuraient la formation relative au SR, tandis que certains conseillers du haut-commissariat prêtaient sans doute leur concours pour les enseignements techniques : on peut ainsi penser qu’un Edmond-Louis Achard, ingénieur agronome et expert attitré de la mise en valeur agricole de la Syrie33, ou bien encore un Paul Parmentier, auteur d’un « petit manuel d’agriculture syrienne » faisant office de « catéchisme agricole, léger de forme, mais lourd de substance »34, collaboraient étroitement avec les organisateurs du stage pour tout ce qui concernait les questions agricoles.

Une indéniable cohérence heuristique35

  • 35 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Répertoire des principaux dossiers de la Section d’Études (...)

21À ces ressources documentaires, bibliothèque et conférences, s’ajoute la communication d’un certain nombre de pièces d’archives : l’étude des principales instructions et la consultation des collections (bulletins de renseignements et leurs annexes souvent très développées, comptes rendus de la presse, bulletin officiel des actes administratifs du haut-commissariat, etc.) permettent ainsi à l’officier stagiaire de prendre un contact direct avec ses futures responsabilités. De même, la section d’études répercute les principales informations reçues de l’ensemble des services civils du haut-commissariat. Mais toute cette information n’est pas livrée telle quelle, sous la forme d’un amalgame indigeste. Elle est au contraire hiérarchisée et organisée par tout un système de passerelles (de l’hypertexte dirions-nous aujourd’hui) qui lui confère une indéniable cohérence heuristique.

  • 36 Georges Samné, La Syrie, Paris, 1921, Compte rendu dans L’Asie française de décembre 1921.
  • 37 Noël Maestracci, La Syrie contemporaine, Tout ce qu ’il faut savoir sur les territoires placés sous (...)
  • 38 Voir le témoignage de Pierre RONDOT, « Syrie 1929, itinéraire d’un officier », in Damas, Miroir bri (...)

22Les officiers stagiaires n’assimilent pas, bien entendu, l’ensemble des ouvrages qui sont mis à leur disposition. Les lectures de base, telles qu’elles sont définies par les organisateurs du stage eux-mêmes, se limitent aux quelques notices de l’état-major et à la lecture de l’ouvrage de Georges Samné, moins pour son contenu engagé que pour son côté pratique. Comme le note L’Asie française dans sa recension, ce gros volume de 734 pages représente « en effet une vaste synthèse, traitant de la géographie et de l’histoire, des problèmes politiques, économiques et religieux qui se posent à propos de la Syrie, et donnant un exposé de chaque sujet jusque vers le milieu de l’année 1920. (...) Ainsi se trouve constitué un vrai “manuel” des questions syriennes »36. Malgré la parution, en 1928, du livre du commandant Noël Maestracci37, il semble bien que le l’ouvrage de Georges Samné soit resté jusqu’à la fin des années 1920, le digest favori des nouveaux arrivants en Syrie38.

  • 39 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Programme des conférences et causeries...
  • 40 Compte rendu dans L’Asie française de juin 1922 du livre du R.P. Henri LAMMENS, La Syrie, Précis hi (...)

23La plupart des ouvrages sont plutôt consultés en complément des conférences, pour prolonger la réflexion sur tel ou tel point. Les stagiaires ne sont d’ailleurs pas livrés à eux-mêmes dans ce travail bibliographique, puisqu’une causerie est consacrée au commentaire des 16 pages de l’« Essai d’une bibliographie sommaire de la Syrie », rédigé par la section d’études. De même, les conférences sont très souvent fixées par écrit, conservées dans les rayonnages de la section d’études, et même disponibles par correspondance pour les officiers qui en font la demande39. Certains intervenants font d’ailleurs publier leurs travaux. C’est ainsi que la série de leçons d’histoire, professées par le R.P. Henri Lammens, aboutit à la publication d’un précis historique qui, avec chronologies, bibliographie, listes dynastiques et tableaux généalogiques, constitue un « précieux mémento, non pas seulement pour les étudiants, mais même pour les gens du monde »40. Cette imbrication des supports documentaires se retrouve lors de la discussion, sous forme de causeries, des principales pièces d’archives communiquées aux officiers stagiaires. De fait, la plupart des interventions relatives au SR s’appuient sur le commentaire de documents officiels : le répertoire des dossiers de la section d’études signale par exemple un « Projet de contrôle à exercer sur les tribus bédouines » signé du commandant Catroux, les instructions envoyées aux officiers de liaison du Caire et de Constantinople, ainsi que toutes les instructions organiques du SR.

24Au-delà de ces liens structuraux, qui naissent en quelque sorte de la porosité et de la polyvalence des formes documentaires, un fichier, présenté en fait sous la forme d’un « Répertoire des principaux dossiers de la section d’études », gère les interactions de ce petit système informationnel. C’est ainsi par exemple que la fiche sur les Druzes renvoie à un classique de l’orientalisme (l’ouvrage de Sylvestre de Sacy), à une référence scientifique des plus récentes (l’article duruz de l’Encyclopédie de l’Islam), à une annexe de BR, et enfin à une « Note sur la création d’un État autonome du Djebel Druze ».

  • 41 Disparition durable et sans doute définitive. En 1928, René de Gontaut-Biron déplore ainsi l’absenc (...)
  • 42 Cf. supra, p. 110-111.
  • 43 P. FOURNIE, thèse citée, p. 95.
  • 44 Usé physiquement, il tombe gravement malade au printemps 1922, et doit attendre le mois d’octobre a (...)

25Au total, l’organisation d’un stage de formation à Beyrouth débouche, me semble-t-il, sur une réalisation cohérente et dispensant, dans les limites imposées par les grandes orientations politiques et intellectuelles du temps, un enseignement équilibré et de qualité. Comment expliquer dès lors la disparition précoce de cette formule, que l’on peut vraisemblablement dater du début de 192341 ? Le stage de formation du SR du Levant est d’abord la victime des compressions budgétaires qui affectent l’ensemble des services du haut-commissariat. En particulier, avec un budget qui s’effondre entre 1921 et 192342, le haut-commissariat n’est sans doute plus en mesure de faire appel à des intervenants extérieurs. Ensuite, le départ du commandant Canonge, chef de la direction politique du haut-commissariat, porte également un coup très rude au bon fonctionnement de l’institution. « Fils d’un général érudit, remarquable islamisant et homme de grande culture »43, le commandant Canonge fut en effet l’âme de ce stage qu’il avait grandement contribué à mettre en place, grâce à une solide formation intellectuelle et à une longue expérience des A144.

26Enfin et surtout, on peut dire qu’en 1922, le service est définitivement constitué, et un premier noyau d’officiers durablement en place. A partir de cette date, les nouveaux arrivants pourront désormais s’appuyer sur l’expérience acquise par leurs prédécesseurs. De fait, pour les officiers qui, à partir de cette date, intègrent le SR, une formation sur le tas apparaissait comme amplement suffisante. La question de la formation des officiers se dilue alors dans celle, plus large, du fonctionnement interne du service, moins en tant qu’organisation (le mouvement des carrières informé par le fonctionnement institutionnel), qu’en tant que groupe (l’institution elle-même modelée par la somme des trajectoires individuelles). Mais avant de renouer avec l’analyse prosopographique, il nous faut aborder la difficile et importante question de la connaissance de la langue arabe.

Une compétence linguistique difficile à préciser

  • 45 « Nous avons l’administration directe dans la peau », « Nous ne savons pas l’arabe » et, ajoutait l (...)

27Tout déficit dans la connaissance et la pratique de la langue arabe pèse non seulement sur l’acquisition des connaissances, mais pousse inexorablement l’officier sur la pente de l’intervention directe et du gouvernement personnel. Entre le déficit linguistique et la tentation de l’administration directe, il y a en effet un rapport de causalité, sur lequel Lyautey attirait l’attention dans sa fameuse « circulaire du coup de barre » de novembre 1920. Isolé de la société locale par la barrière de la langue, l’officier de renseignements ne peut infuser, de l’intérieur, les évolutions qu’il estime nécessaires, ni exercer son contrôle avec toute la souplesse voulue. Bien au contraire, il est tenté, pour obtenir des résultats tangibles45, d’imposer les transformations de l’extérieur, et de pratiquer un interventionnisme musclé ou tatillon. Pour les communautés qui lui sont soumises, l’autorité de l’officier amorce souventun recul important de l’oralité politique et de la régulation sociale négociée.

28Pour traiter une question aux enjeux si importants, on ne dispose malheureusement que d’une base documentaire relativement restreinte, permettant certes de brosser, à l’aide des quelques indications glanées çà et là, un tableau d’ensemble des conditions dans lesquelles pouvait s’élaborer une connaissance de la langue arabe, mais en aucun cas de proposer un véritable bilan linguistique, mesurant avec précision les compétences des officiers dans ce domaine. Seule la consultation des dossiers personnels des officiers aurait sans doute permis d’aller plus loin dans cette enquête.

  • 46 Sauf indication contraire, les informations utilisées ici proviennent de la lecture des états signa (...)
  • 47 CADN, fds BM, 437, Compte rendu d’inspection du directeur du SR, juin 1930 : « Le lieutenant Bonifa (...)
  • 48 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. 2, p. 106. Le corps des interprètes de l’armée d (...)

29Deux pistes de recherche peuvent néanmoins être exploitées avec quelque chance de succès. Tout d’abord, où et comment les officiers présentant une certaine maîtrise de la langue arabe ont-ils acquis et perfectionné cette connaissance ? Il faut distinguer ici deux cas de figure : les officiers qui visiblement comprenaient et /ou parlaient l’arabe en arrivant au Levant, et ceux qui, au contraire, l’ont appris sur place, à la suite d’un séjour prolongé46. S’agissant des premiers, le cas le plus évident concerne les officiers nés ou ayant passé une grande partie de leur existence en Algérie. On peut citer ici les noms bien connus de Philibert Collet ou de Victor Müller, ou celui, plus obscur, de Boniface Bonifaci, né en Corse, mais recruté dans le canton d’Orléansville47. Pour d’autres, rien dans leurs origines apparentes ou leurs antécédents militaires ne permet d’expliquer cette compétence particulière, si ce n’est une évidente culture linguistique. C’est par exemple le cas de ce fils d’instituteur, Albert Perrier, qui, au moment de son incorporation, déclare parler couramment l’anglais, l’allemand et l’arabe. Enfin, quelques rares officiers dépassent le stade, déjà plus qu’honorable, de la connaissance pratique de l’arabe, et accèdent à un véritable statut d’arabisant. Signalons par exemple Marcel Baron, qui enseigne l’arabe à l’école d’application de cavalerie de Saumur en 1921-1923, ou encore Georges Trenga, fils de professeur d’arabe, et appartenant lui-même au corps restreint des officiers-interprètes de l’armée d’Afrique48.

  • 49 SDN, Procès-verbaux de la Commission permanente des mandats, 18e session, Genève, juin 1930, p. 107
  • 50 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, en cours de reclassement en 1997, Joseph Caillaux à Henry de (...)
  • 51 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 110.

30Deuxième cas de figure, le plus fréquent, les officiers qui, à la suite d’un séjour plus ou moins prolongé, vont acquérir sur place autre chose que de simples rudiments de l’arabe parlé. À la question d’un des membres de la commission permanente des mandats, qui désirait savoir quel était le temps nécessaire pour qu’un officier maîtrisât correctement l’arabe, le capitaine Pierre Terrier répondait qu’une année « au moins » était nécessaire : « L’arabe est une langue difficile, si l’on veut arriver à s’entretenir couramment avec la population »49. Citons ici l’exemple de Maurice Blondel qui, sans jamais avoir servi en Afrique du Nord, mais après six années de présence en Syrie, est signalé comme parlant couramment l’arabe syrien et un peu le turc50. Quoi qu’il en soit, pour tous ceux qui séjournent suffisamment longtemps au Levant, l’apprentissage de l’arabe se fait de façon largement empirique, et débouche, que ce soit au bout d’un an ou plus, sur une connaissance de la langue opérante à défaut d’être savante. D’un point de vue qualitatif, on s’alignera ici sur ce qu’écrit Jacques Frémeaux pour les AI d’Afrique du Nord : « Le résultat n’aboutit pas (sauf de notables exceptions), à faire des officiers les véritables arabisants que sont leurs camarades les officiers-interprètes. La correction importe moins que l’efficacité. (...) Comprendre, se faire comprendre, être capable d’écrire et de déchiffrer un document de service constituent le niveau moyen »51.

  • 52 Papiers Deleuze, Décision du 9. III. 1931, réglementant les conditions d’attribution des primes de (...)
  • 53 P. FOURNIÉ, thèse citée, p. 27.
  • 54 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Programme des conférences..., p. 7.

31Autre piste susceptible d’être exploitée : la recherche d’éventuelles mesures favorisant et prolongeant cette formation sur le tas, largement spontanée et empirique. À cet égard, il semble bien qu’aucune initiative n’ait été réellement prise avant le début des années 1930, pour organiser une véritable formation continue des fonctionnaires et officiers du haut-commissariat. Ce n’est que le 19 janvier 1931, qu’un « cours préparatoire et complémentaire d’arabe pratique » est créé à Beyrouth, en même temps qu’y est organisé un « cycle de conférences et d’entretiens sur la civilisation arabe », où l’on croit reconnaître la patte de Robert Montagne52. Néanmoins, dès le début des années 1920, un certain nombre de mesures avaient été prises pour accompagner les efforts personnels des officiers. Un cours d’arabe était ainsi organisé dans le cadre du stage de formation. Il permettait d’acquérir des bases saines à partir desquelles les officiers pouvaient envisager de poursuivre par eux-mêmes leur apprentissage, et pour ceux qui arrivaient d’Afrique du Nord, d’adapter leur connaissance des dialectes maghrébins. À cet effet, l’Université Saint-Joseph avait édité une grammaire et un lexique franco-arabe qui servaient de base à cet enseignement53. Après une causerie insistant sur « l’utilité de la langue du pays », et une introduction sensibilisant les officiers sur la richesse de l’arabe littéraire et la diversité de l’arabe parlé, le cours se proposait, à raison d’une leçon quotidienne pendant trois mois, de dispenser des notions de base de grammaire et d’écriture arabes, et d’aboutir, par des exercices quotidiens de diction, conversation et traduction, à une première maîtrise de l’arabe syrien dans le registre de la langue quotidienne54.

  • 55 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 96.
  • 56 Une seconde session eut lieu en juillet 1922, et trois nouveaux officiers obtinrent le degré élémen (...)

32Par ailleurs, reprenant la formule appliquée en Afrique du Nord depuis 192155, un système de primes fut mis en place au Levant dès l’année suivante. En mars 1922, deux officiers de renseignements obtenaient ainsi une prime mensuelle de 200 francs courants, correspondant au « degré supérieur » de langue arabe, tandis que trois autres pouvaient prétendre à l’obtention du « degré élémentaire », qui donnait droit à une prime de 50 francs par mois56. Les décisions d’attribution des primes de langue arabe n’apparaissant plus, à partir de cette date, dans le bulletin officiel des actes administratifs du haut-commissariat, il est malheureusement impossible d’estimer, même grossièrement, le nombre des bénéficiaires.

  • 57 Papiers Deleuze, Décision relative aux primes d’arabe et de turc, 9. III. 1931.

33En revanche, quelques remarques sur le contenu des épreuves sont possibles. En 1931, celles-ci comportent un écrit éliminatoire et un oral, au cours desquels l’usage de tout manuel ou dictionnaire est interdit. Pour l’écrit du degré supérieur, les candidats sont soumis à des exercices de traduction, thème et version, portant sur des textes administratifs. À l’oral, les admissibles subissent trois épreuves : une conversation à l’occasion du service et dans laquelle le candidat sert d’interprète, la lecture et la traduction orale d’une pièce manuscrite donnant lieu par ailleurs à une interrogation grammaticale et, enfin, une interrogation sommaire sur l’histoire, la géographie et les institutions des pays du Levant. Un degré qui, à première vue, mérite bien son épithète de « supérieur ». Les épreuves écrites du degré élémentaire consistent également en un exercice de thème et de version, mais à partir de « phrases très simples sur des sujets empruntés à la vie courante ». Quant à l’oral, il se limite à un exercice de lecture et de traduction57.

34Au terme de cette enquête linguistique, l’historien est forcément gêné pour prendre la mesure réelle d’un phénomène dont il n’a fait qu’effleurer les contours. Première impression. Au début de l’expérience mandataire, la proportion d’officiers disposant d’une connaissance opérante de l’arabe paraît minime, et se réduit sans doute aux seuls individus qui, par leurs origines ou leur carrière, ont longuement séjourné en Afrique du Nord. Si on applique cette hypothèse aux officiers de notre échantillon présents au SR en 1922, on obtient une estimation de l’ordre de 15 à 20 % d’officiers susceptibles de répondre à ces critères. Seconde remarque. La maîtrise de la langue arabe n’intervient généralement qu’après un séjour prolongé sur place, au terme d’un processus où l’officier, sans être totalement laissé à lui-même, ne peut s’appuyer sur un véritable cursus de formation continue. Dans ces conditions, et en dehors de quelques esprits particulièrement brillants, une connaissance de l’arabe réellement opératoire n’est sans doute possible qu’au bout de plusieurs années. En calculant, pour les années 1927 et 1930, la proportion des officiers de l’échantillon présents au Levant depuis six ans ou plus, et /ou ayant une longue expérience de l’Afrique du Nord, on obtient des pourcentages de l’ordre de 35 à 40 %. Des estimations encore plus fragiles que les précédentes, du fait de l’insertion d’une nouvelle variable éminemment instable : le nombre d’années de présence nécessaire à une réelle maîtrise de la langue arabe, fixé ici à 6 ans.

  • 58 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées., ., op. cit., t. 2, p. 110-111. En 1933, la moitié des  (...)

35Ainsi, en l’espace de dix ans, la proportion d’officiers maîtrisant relativement bien l’arabe a peut-être doublé, passant de 15-20 % à 35-40 %, restant néanmoins en retrait par rapport aux réalités nord-africaines58. Il semble en tout cas qu’il y ait eu, au tout début des années 1920, une sorte de gap linguistique, qui ne s’atténuera que progressivement au cours de la décennie, grâce notamment à la permanence d’un noyau d’officiers renouvelant systématiquement leur séjour au Levant, et acquérant par là même une connaissance significative de la langue et des réalités locales. Une nouvelle fois, nous sommes ainsi amenés à nous interroger sur le fonctionnement interne du service, tel qu’on peut l’exhumer de l’entrelacement des trajectoires individuelles.

Le fonctionnement interne du service

36Chercher à comprendre le fonctionnement interne du service, c’est observer le jeu d’une dynamique de groupe (les officiers) et d’une mécanique institutionnelle (l’organisation SR). Pour nous guider dans cette zone de contact, trois balises ont été placées là où le frottement est le plus visible, et par là même susceptible de générer un abondant matériau documentaire, l’âge et l’ancienneté, la hiérarchie, les affectations. Mais au préalable, il nous faut observer dans le détail les modalités d’entrée au SR, telles qu’elles s’établissent et évoluent au cours de la décennie.

L’entrée au SR

37Reprenant la méthode déjà utilisée pour décrypter les circonstances de l’arrivée en Syrie, nous aurons recours à des schémas précisant les modalités d’entrée au SR en terme de filières. À cet égard, un certain nombre de remarques doivent être faites. D’un point de vue chronologique, l’affectation de nos officiers au SR se décline en quatre vagues à peu près équilibrées, alors que, on s’en rappelle, leur arrivée au Levant s’était majoritairement faite entre 1919 et 1921 (57,5 % des arrivées) et, dans une moindre mesure, au moment de la révolte druze (23,1 %). L’entrée dans le SR résiste donc à n’être que le simple décalque chronologique de l’arrivée au Levant. Entre les deux événements, un certain nombre de facteurs médiatisent et diversifient la relation.

date de 1re affectation au SR

nombre d’officiers

pourcentage

– décembre 1918 à août 1921

32

29,6 %

– janvier 1922 à novembre 1924...

29

26,9 %

– décembre 1925 à avril 1927

23

21,3 %

– janvier 1928 à février 1932

24

22,2 %

  • 59 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., ocit., t. 1, p. 5. Au Maroc, le passage dans un goum (...)
  • 60 Le parcours du capitaine Maure est exemplaire. Affecté à la Légion syrienne en avril 1919, au 2e(...)

38Par ailleurs, l’identification des filières d’affectation au Levant avait permis de distinguer deux grands types de situation : les spécialistes et les novicesen matière d’affaires indigènes et coloniales. L’identification des filières d’intégration au SR va nous permettre d’affiner quelque peu cette dernière catégorie, en distinguant les officiers novices qui intègrent le service dès leur premier séjour en Syrie, et ceux qui au contraire accomplissent au moins un séjour réglementaire de 18 mois dans la troupe et/ou transitent par l’encadrement des troupes auxiliaires et supplétives. Pour les officiers qui les commandent, ces dernières formations constituent en effet, depuis longtemps déjà, une sorte de « laboratoire de politique indigène »59. Dans notre échantillon, 18 officiers sont concernés par cette introduction particulière aux fonctions de renseignements : 12 d’entre eux ont servi dans l’encadrement des troupes auxiliaires (Légion syrienne, régiments mixtes syriens, bataillons du Levant ou régiments de cavalerie du Levant), et 6 dans l’encadrement des troupes supplétives (escadrons de gardes mobiles et escadrons légers du Levant) et des compagnies méharistes60. La taxinomie des schémas à venir s’établit dès lors de la manière suivante.

39S’agissant de l’entrée au SR au cours du premier séjour réglementaire, il a semblé opportun de distinguer les officiers qui intégraient le SR dès leur arrivée au Levant, après un délai maximum de cinq mois, et ceux qui au contraire ne rejoignaient le service qu’au cours des deux derniers tiers de leur séjour de 18 mois. Un facteur discriminant vient-il justifier ce choix ? Entre ces deux populations, il y a effectivement une différence significative, l’âge : les premiers ont en moyenne 34 ans lorsqu’ils sont affectés au SR, alors que les seconds sont de quatre ans leurs cadets. Anticipant sur le paragraphe suivant, on pressent l’importance de la question de l’âge dans le fonctionnement interne du service.

  • 61 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 54, fol. 277, Gouraud à Guerre, 16. IX.1921.

40Ces quelques précisions apportées, nous pouvons procéder à une rapide analyse descriptive des schémas (p. 244-245). Trois grandes étapes peuvent être distinguées. Durant la première moitié des années 1920, on note une stabilité globale du recrutement, au sein duquel un tiers de spécialistes encadrent une bonne moitié d’officiers novices en matière de politique indigène et arrivés depuis peu au Levant. On a suffisamment parlé des premiers au cours du précédent chapitre. Quant aux seconds, leur importance s’explique par les conditions difficiles du recrutement au début des années 1920 : « Les compétences font actuellement presque défaut. L’Afrique du Nord absorbe la plus grande partie des officiers au courant du SR. La guerre a fait perdre un grand nombre de ceux d’entre eux qui possédaient une certaine ancienneté et avaient pris du service dans les troupes indigènes »61.

41La répression de la révolte druze introduit les premiers véritables changements dans la mobilisation de ces filières de recrutement. Alors que la proportion des spécialistes reste stable, les recrutements opérés dès le premier séjour régressent (un bon tiers au lieu d’une bonne moitié), au profit de l’engagement d’officiers présents au Levant depuis plus de 18 mois et/ou ayant servi dans l’encadrement des troupes locales. Au total, on assiste à un rééquilibrage général des différentes filières, chacune d’entre elles représentant grossièrement le tiers des affectations. Enfin, entre la fin des années 1920 et le début des années 1930, les recrutements intervenant dès le premier séjour continuent à diminuer régulièrement, tandis que la proportion des spécialistes s’effondre brusquement : le recours à ce type d’officier devient alors marginal. Au contraire, la proportion des officiers recrutés après avoir servi dans les formations locales ou dans la troupe pendant au moins 18 mois explose, pour devenir le mode normal d’intégration au SR (58,3 % des cas).

  • 62 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

42Deux grands enseignements peuvent être retirés de la lecture de ces schémas. Première constatation : la diminution progressive et continue du nombre d’officiers recrutés dès leur premier séjour au Levant, alors même qu’ils ne possèdent aucune expérience des AI. C’était là un pis-aller, justifié par l’importance et l’urgence des besoins au début de l’occupation, mais qui ne saurait fonctionner, à la fin des années 1920, comme un mode normal de recrutement pour le SR. C’est en tout cas une pratique contre laquelle s’élèvent un certain nombre de responsables militaires, comme par exemple le général Clément-Grandcourt, commandant des troupes du territoire du Djebel Druze et du Hawran : « Certains officiers sont affectés à ce service délicat dès leur arrivée au Levant et sans qu’ils aient à justifier de la moindre compétence ; je n’ai pas à esquisser ici une ébauche de réforme pour ce service, mais il semble qu’on pourrait chercher d’utiles exemples dans l’Afrique du Nord et n’admettre que des officiers ayant déjà fait un séjour et détenteurs du brevet de langue arabe »62.

43Contesté, ce recours aux officiers à la fois novices et nouveaux venus sur le TOE n’en reste pas moins nécessaire, puisqu’il représente encore 29 % des recrutements entre 1928 et 1932. Néanmoins, deux changements significatifs viennent modifier les conditions de ce recrutement, et témoignent de la prudence avec laquelle il est dorénavant manié. Jusqu’aux années 1925-1927, ainsi que le montre le tableau (p. 246), aucune véritable distorsion n’est perceptible dans l’importance relative des deux populations constitutives de la catégorie « premier séjour ». Mais au cours de la période suivante, le recrutement d’officiers présents au Levant depuis moins de six mois devient tout à fait exceptionnel, alors qu’au contraire, leurs camarades recrutés après plus de six mois de présence enrayent la baisse tendancielle de leur représentation.

32 officiers affectés au SR du Levant entre décembre 1918 et août 1921

32 officiers affectés au SR du Levant entre décembre 1918 et août 1921

29 officiers affectés au SR du Levant entre janvier 1922 et novembre 1924

29 officiers affectés au SR du Levant entre janvier 1922 et novembre 1924

Conception graphique : J.-D. MIZRAHI (2000)

23 officiers affectés au SR du Levant entre décembre 1925 et avril 1927

24 officiers affectés au SR du Levant entre janvier 1928 et février 1932

% du recrutement total

moins de 6 mois de présence

de 6 à 18 mois de présence

1918-1921

25,0 %

28,1 %

1922-1924

27,0 %

24,1 %

1925-1927

17,4 %

17,3 %

1928-1932

8,4 %

20,8 %

44Deuxième indice, qui vient trahir une véritable politique, plutôt qu’un simple aménagement : l’abstention désormais totale des officiers sortant directement du rang qui, jusqu’à présent, constituaient l’essentiel du personnel officier de cette catégorie. Désormais, les officiers recrutés dans ces conditions sont tous passés par les écoles de sous-officiers élèves-officiers, en attendant peut-être de véritables officiers d’élite, ainsi que le suggère l’arrivée à la même époque d’un Louis Dillemann ou d’un Pierre Rondot par exemple.

45Deuxième grand fait marquant qui ressort de la lecture de ces schémas, le recul brutal des spécialistes à la fin de la décennie, que vient compenser l’inflation d’abord, puis l’explosion de la filière de recrutement interne, à savoir le recrutement d’officiers venus de l’encadrement des troupes locales ou présents au Levant depuis plus de 18 mois. Cet évident phénomène de substitution s’exprime d’abord en termes quantitatifs, l’importance relative de la filière spécialisée passant de 35 % à 12,5 % entre les deux dernières phases de recrutement, tandis que celle de la filière interne grimpe de 30,5 % à 58 % au cours de la même période. 11 est également perceptible à travers la fixation des dates médianes d’affectation au SR de chacune des populations concernées. Ainsi que le montrent les données qui suivent, il s’agit bien ici de deux logiques de recrutement chronologiquement marquées. Après avoir eu recours aux spécialistes formés sur d’autres théâtres d’opérations, le dispositif mandataire finit par sécréter sa propre substance.

  • spécialistes des AI août 1923

  • spécialistes AFN, colonies, Orient janvier 1922

  • officiers venus des troupes locales avril 1927

  • officiers ayant plus de 18 mois de présence septembre 1927

L ’âge et l’ancienneté

  • 63 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 94 et K. Perkins, op. cit., p. 45 (...)
  • 64 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du directeur du SR du Levant,
  • 65 Elle est de 33 ans pour les officiers arrivés en 1918/1921, culmine à 35 ans pour la séquence 1922/ (...)

46L’importance et la complexité de la tâche, faisaient que l’idéal de l’officier de renseignements était un homme dans la force de l’âge, à l’acmé de ses compétences physiques et intellectuelles. En Afrique du Nord, dans l’Algérie du début du XXe siècle ou dans le Maroc des années 1912-1934, l’entrée dans les AI se faisait ainsi en moyenne autour de 30 ans63. Une trop grande jeunesse des cadres était le plus souvent considérée comme un handicap. Le cas du lieutenant Stagnaro est ici particulièrement intéressant. Brillant officier sorti de Saint-Cyr en 1924 avec le numéro 39/344, Jean Stagnaro intègre le SR du Levant en janvier 1928, à l’âge de 23 ans. Affecté au poste de Tall Kalakh, dans le sud des Alaouites, « il s’acquitte avec conscience de ses fonctions (...) mais ne dissimule pas qu’il ne se plaît pas dans son poste. Il y fait du cafard ; c’est un bon officier mais pris trop jeune au SR »64. De fait, le SR du Levant des années 1920 accuse les traits de l’officier de renseignements. L’âge moyen d’affectation y est de trois à quatre ans supérieur à celui de l’Afrique du Nord, pour atteindre 33 ans et demi (54 % des officiers intègrent le service entre 31 et 40 ans). Mais alors que cette moyenne reste stable tout au long de la période65, l’écart se creuse avec l’Algérie où l’âge moyen des stagiaires des AI retombe à 27 ans en 1930, pour un écart qui passe alors à six années. Enfin, ainsi qu’on va le voir, l’enracinement professionnel de beaucoup de nos officiers explique le vieillissement constant du service, ainsi que le précise l’évolution de l’âge moyen des officiers du SR calculé à différentes dates.

  • juillet 1922 35,4 ans

  • février 1925 : 36,6 ans

  • janvier 1927 37,4 ans

  • janvier 1930 38,4 ans

47Avant même qu’elle ne s’impose dans l’imaginaire colonial français du début des années 1930, on est bien loin ici de la figure du jeune officier, le plus souvent saint-cyrien et aristocrate, qui fascine les lecteurs de Henri Bordeaux, Pierre Benoit ou Joseph Peyré. Avec leurs 14 années de service en moyenne avant d’intégrer le SR du Levant (15 d’entre eux totalisent plus de 20 ans de service militaire), leur origine sociale modeste (seulement 8,3 % d’aristocrates) et leur formation sur le tas (60 % directement sortis du rang), nos officiers paraissent en tous les cas beaucoup plus proches du vétéran baroudeur que du jeune officier frais émoulu de son école.

48Cette entrée relativement tardive dans le SR s’accompagne-t-elle d’une sortie plus précoce, ou bien au contraire d’un véritable enracinement dans l’institution ? Pour les officiers de l’échantillon, la durée moyenne du détachement au SR est de six années. Mais avec un minimum de 8 mois et un maximum de 19 années d’ancienneté, l’éventail des situations est tel que le recours à des valeurs moyennes n’est guère pertinent. Par ailleurs, c’est également en nombre de séjours réglementaires (d’une durée de 18 mois chacun) qu’il convient de raisonner. Le graphique à suivre permet de visualiser la distribution par classes d’ancienneté des officiers de notre échantillon, en fonction de cette double échelle de temps.

  • 66 Classes d’« ancienneté-année » de 0,5 (6 mois) ; trois classes d’« ancienneté-année » pour une clas (...)

49Trois groupes peuvent être distingués, dont la durée moyenne de détachement fait plus que doubler à chaque fois66. Un premier groupe représentant 22 % de l’échantillon ne prolonge pas l’expérience du SR au-delà d’un second séjour réglementaire, avec une durée moyenne de détachement de 22 mois. C’est là un groupe en quelque sorte périphérique, qui ne s’intégre pas profondément au service. Avec 43,5 % des officiers de l’échantillon, le groupe médian représente, du point de vue de l’ancienneté, la formule la plus courante de détachement, s’étendant de trois à cinq séjours, pour une durée moyenne de 58 mois, soit un peu moins de cinq années. A partir du cinquième séjour réglementaire, la courbe lissée rompt avec l’érosion du segment antérieur, et atteste d’une relance de l’ancienneté. On peut ainsi supposer qu’au-delà de 7 années de présence, de nouvelles logiques interviennent dans la prolongation du séjour, qui trouvent à s’exercer sur plus du tiers de l’échantillon étudié : 37 de nos officiers renouvellent ainsi de cinq à plus de neuf fois leur séjour au Levant, pour une durée moyenne de détachement de l’ordre de 10 ans et demi. On est là en présence d’un véritable groupe axial, pivot du service tout au long des années 1920, et maintenant son influence loin dans les années 1930. Approcher ces logiques prolongatoires à l’œuvre après plus de sept années de détachement au SR, nécessite d’orienter l’enquête vers de nouvelles pistes, où la promotion professionnelle interfère avec le background socio-culturel des officiers. Mais avant d’effectuer ces nouveaux réglages, il nous faut intégrer les paramètres de l’ancienneté, tels que nous venons de les définir, dans la question du renouvellement du service.

  • 67 1er février 1925, 1er janvier 1927, 1er janvier 1930 et 1er avril 1932.
  • 68 Par exemple, la phase de constitution du groupe médian s’étend de décembre 1918 à juin 1924, celle (...)

50Les histogrammes présentés en annexe (p. 425) enregistrent précisément les rythmes différentiels de ce renouvellement. Quatre coupes chronologiques ont été opérées dans l’échantillon, pour chacun des trois groupes précédemment identifiés : périphérique, médian et axial. Comme toujours, le choix des dates est un compromis entre la stratégie envisagée et la documentation disponible : afin de travailler sur les bases les plus solides, nous avons opté pour la seconde moitié des années 1920 et le début des années 1930, au moment où le taux de couverture de l’échantillon est le plus important (de 89 à 69 % des effectifs réels)67. Pour chaque population chronologique, on a pointé les dates d’entrée (partie supérieure du schéma) et de départ (partie inférieure) des officiers, en les distribuant par classes annuelles (de juillet x à juin x + 1). Deux principes de lecture permettent de naviguer dans ces schémas. Par convention, on distinguera une phase de constitution, exclusivement composée d’arrivées ; une séquence de renouvellement, où arrivées et départs se mêlent ; et enfin une phase d’extinction, exclusivement composée de départs68. Ensuite, dans le détail de chaque classe annuelle, la partie supérieure du schéma peut se lire de gauche à droite, et la partie inférieure, de droite à gauche : c’est ainsi que pour le groupe médian, on peut voir que sur les huit officiers de l’échantillon arrivés entre juillet 1923 et juin 1924, sept seront encore présents au 1er janvier 1927, et deux au 1er janvier 1930 ; par contre, en avril 1932, tous ont déjà quitté le service. De même, sur les sept officiers qui quittent le SR entre juillet 1930 et juin 1931, cinq étaient déjà présents au 1er janvier 1927, et trois au 1er février 1925. Une fois ces principes posés, quels enseignements peut-on tirer de la lecture des graphiques ?

51En ce qui concerne le groupe périphérique, l’interpénétration des populations chronologiques est naturellement très faible (deux années entre les populations 1925 et 1927 et trois années entre les populations 1930 et 1932), et ne concerne jamais plus de deux d’entre elles. Le schéma évoque ainsi un turn over rapide et quantitativement restreint, une sorte de jeu à la marge du service. Le renouvellement du groupe périphérique s’opère par petites ruptures que silhouettent les courbes lissées à suivre. Celles-ci font également apparaître la symétrie des rythmes d’entrée et de départ : le passage par le SR n’infléchit pas la carrière de ces officiers, et s’apparente à une simple parenthèse de courte durée.

52Le schéma relatif au groupe médian exprime au contraire une continuité, mais dans le mouvement. On peut parler ici d’une véritable imbrication des populations chronologiques, de l’ordre de la dizaine d’années quand on les considère deux à deux, mais qui les amalgame toutes en un même ensemble au moment central de l’observation : de l’été 1925 à l’été 1931, toutes les populations chronologiques considérées sont ainsi mêlées au sein du SR. Plus précisément encore, on remarquera que c’est au moment même où les premiers officiers présents en 1925 quittent le service, que commencent à arriver les officiers qui en feront partie en 1932. Autrement dit, la phase d’extinction de la première population chronologique coïncide exactement avec la phase de constitution de la dernière, pendant une période de six années. La génération des officiers du début des années 1930 cohabite ainsi avec celle des officiers de la première moitié des années 1920, pendant toute la seconde moitié de cette décennie.

53On saisit là le mode de fonctionnement normal du service quant à son renouvellement, lui assurant à la fois sang neuf et stabilité, fondant son assise collective sans pour autant peser sur les trajectoires individuelles. En effet, le passage par le SR du Levant marque la carrière de ces officiers, mais ne l’accapare pas. Il s’insère comme une simple étape, dans une trajectoire professionnelle qui impose encore sa logique et ses rythmes propres (temps de commandement à effectuer par exemple). D’où l’affirmation de ce mode de renouvellement qui assure la stabilité du service sans entraver la carrière des officiers. L’imbrication et le gonflement des volumes dessinés par les courbes lissées, mais aussi la symétrie persistante entre rythmes d’arrivée et rythmes de départ, profilent ce mode de fonctionnement normalisé du SR du Levant.

54Le schéma relatif au groupe axial exprime au contraire une véritable permanence. En occultant une valeur extrême (un officier de la population 1925 toujours présent après juin 1939), l’imbrication des quatre populations chronologiques s’étend du début de l’épisode mandataire au milieu des années 1930, surplus de 16 années : l’imbrication tourne à la fusion pure et simple. En comparant les modalités de renouvellement des groupes médian et axial, on peut faire ressortir ce qui fait l’originalité de chacune de ces deux populations. La phase de renouvellement du groupe médian, d’une durée de sept années, concentre à elle seule 58 % des arrivées et 69 % des départs des officiers concernés. On est là au cœur du système : c’est cette mécanique bien huilée du renouvellement qui constitue la signature fonctionnelle du groupe médian. Au contraire, la séquence de renouvellement du groupe axial, qui s’étend sur cinq années, ne concerne que 26 % des arrivées et 34 % des départs. La logique de fonctionnement du groupe axial est bien ailleurs, en amont, avec sa constitution quasi complète à l’été 1926, et en aval, avec sa lente érosion, amorcée au début des années 1930 et aux trois quarts achevée à l’été 1935.

  • 69 Cf. infra, p. 414.

55La courbe des arrivées le montre bien qui s’affranchit largement de la pression « gaussienne » à l’œuvre dans les précédentes distributions. Les valeurs hautes ne sont pas les valeurs centrales, mais les valeurs initiales. Pas de bel agencement faisant se succéder des séquences plus ou moins régulières, mais un modelé massif en place dès le début de l’épisode mandataire, simplement travaillé par petites touches au moment de la révolte druze et au début des années 1930. Quant à la courbe des départs, elle fait clairement apparaître deux vagues successives, l’une en 1928-1929, qui ne concerne que des officiers arrivés au cours des deux premiers tiers de la décennie ; l’autre en 1932-1935, charriant des officiers de toutes les couches chronologiques de l’échantillon. La signification de ces deux pics d’érosion sera discutée en fin d’ouvrage69.

56Une dernière remarque peut être faite quant à la dissymétrie des courbes d’arrivées et de départs. À la différence du groupe médian, le passage par le SR ne semble pas normalisé, « informé » par des contraintes externes qui viendraient en quelque sorte régulariser son tracé. Jusqu’à un certain point, qu’il nous appartiendra de préciser, les officiers du groupe axial paraissent au contraire s’affranchir du modèle englobant de la carrière militaire, trouvant à l’intérieur même de l’expérience du SR les raisons suffisantes à une prolongation systématique de leur séjour. Une sorte d’auto-entretien en quelque sorte, dont on ne sait, à l’échelle individuelle, s’il est le signe d’une émancipation ou d’une marginalisation, mais qui en tout état de cause représente bien, au niveau collectif, la dynamique même du groupe axial.

La hiérarchie

  • 70 CADN, fds BM, 437, instruction n° 56/SR sur la situation du personnel SR, 1.1.1922.

57La dimension administrative du SR du Levant se manifeste par l’existence d’une hiérarchie spéciale se déclinant en cinq grades : stagiaire, officier de 2e classe, officier de 1re classe, chef de bureau, et enfin chef de service. L’avancement se fait à l’ancienneté, « dans la limite des vacances provenant des départs ou de l’avancement, et dans les limites de l’effectif budgétaire pour chaque classe »70. Bien que les états des services ne mentionnent pas de façon systématique les dates de promotion à ces différents grades, on peut néanmoins dresser la table d’avancement suivante :

58Comme il est figuré sur le graphique de la page 248, les officiers sont généralement promus officier de renseignements de 2e classe dès leur premier séjour, au bout d’une année de service en moyenne. Les officiers de renseignements de 1re classe doivent attendre leur deuxième séjour (avec une ancienneté moyenne de deux ans et demi), tandis que les chefs de bureau sont en général promus au cours de leur quatrième séjour, avec une ancienneté de cinq ans et demi environ. La promotion des chefs de service, enfin, s’effectue le plus souvent lors du sixième séjour, au bout de huit années de présence en moyenne. Ce mécanisme, propre au SR du Levant, s’articule avec d’autres hiérarchies, voisines ou englobantes. Un certain nombre de dispositions réglementaires assurent la compatibilité. C’est ainsi qu’une correspondance est admise entre chacun des grades de la hiérarchie spéciale des officiers du SR du Levant d’une part, et ceux des services spéciaux des colonies et protectorats de l’autre :

  • Colonies et protectorats SR du Levant
    – chef de bureau de 1reclasse chef de service
    – chef de bureau de 2e classe chef de bureau
    – adjoint de 1re classe off. de 1re classe
    – adjoint de 2eclasse ? off. de 2e classe

  • 71 Papiers Deleuze, État nominatif des officiers du SR au 5.1.1928.

59La hiérarchie propre au SR s’insère ensuite dans la hiérarchie militaire globale. Deux prescriptions régulent cet emboîtement : l’obligation d’être lieutenant pour faire partie du service, et l’obligation d’être officier supérieur pour être chef de service, cette dernière règle limitant les risques de voir des officiers supérieurs subordonnés à des capitaines dans le cadre de leur service spécial. De fait, aucun sous-lieutenant ne fait partie du service au cours de la période étudiée. Quant au grade spécial de chef de service, il semble bien que le monopole des officiers supérieurs ait été respecté jusqu’à la fin des années 1920, ainsi qu’en témoigne le graphique suivant71.

Structure du SR par grades et grades spéciaux au 5.1.1928

Structure du SR par grades et grades spéciaux au 5.1.1928
  • 72 États nominatifs du 5.1.1928, du 1.1.1930 et du 1. IV. 1932.

60Néanmoins, au début des années 1930, un certain nombre de capitaines viendront rogner les prérogatives des officiers supérieurs, accédant ainsi aux principaux postes de responsabilité du service. C’est ce que souligne l’analyse de trois états nominatifs ayant permis d’isoler 178 associations grade/grade spécial72.

  • 73 CADN, fds BM, 437, Compte rendu d’inspection du directeur du SR, 23. VII.1930.

61Mais la hiérarchie, ce n’est pas seulement une mécanique collective, plus ou moins bien huilée, qui régule tant bien que mal l’avancement d’un corps d’officiers. C’est aussi une hiérarchie vécue, pensée ou espérée par l’officier lui-même, dans une perspective avant tout personnelle. Au cours de sa tournée de l’été 1930, le lieutenant-colonel Mortier, directeur du SR, remarque ainsi : « Le capitaine Desfarges ne parle que de ses chances d’inscription au tableau d’avancement. (...) Le capitaine May parle du gros travail qu’il a fourni aux Alaouites sans être récompensé, dit-il ; il pense bien qu’il en sera tenu compte lors des propositions pour la rosette d’officier de la Légion d’Honneur »73.

  • 74 SHAT, 4H 201, Note du 23. IX.1920 sur le statut des officiers servant sur les TOE et Note sur la si (...)

62Toute une série de mesures ont été prévues pour répondre aux aspirations des officiers. La proportion des places réservées dans le tableau annuel d’avancement est ainsi plus élevée pour les officiers de l’armée du Levant que pour ceux de l’intérieur ou des autres TOE. De même, les propositions pour l’inscription au tableau, au titre de faits de guerre ou de services exceptionnels, peuvent être faites à toute époque de l’année et déboucher sur une nomination immédiate. Il est également prévu une extension de l’usage des citations individuelles et collectives qui, depuis 1911, assure généralement à l’officier cité le bénéfice d’une annuité supplémentaire pour la rosette. De même, tout officier ayant prolongé son séjour au Levant bénéficie, dans ce même tableau, d’une annuité supplémentaire par année passée au Levant74.

  • 75 S’agissant de mesurer des vitesses d’avancement, il est impossible d’amalgamer des officiers sortis (...)
  • 76 SHAT, ess de Philibert Collet, 13Yd, Gx4, dossier n° 473.

63Le Levant ne joue pourtant pas le rôle d’un véritable accélérateur de carrière. On ne peut malheureusement le mesurer avec précision. L’élaboration de tables d’avancement, détaillant les temps de passage de nos officiers aux différents grades, devait en effet tenir compte d’un trop grand nombre de facteurs discriminants pour être réellement opératoire à cette échelle75. Une réflexion sur les grades atteints en fin de carrière peut en revanche être tentée. Seuls dix officiers de notre échantillon (9,3 %) deviendront officiers généraux, et un seul d’entre eux, à la suite d’ailleurs de circonstances bien particulières, passera divisionnaire : en ralliant la France Libre avant les événements de l’été 1941, Philibert Collet passe ainsi, en quelques mois, du grade de commandant qui était le sien en début d’année, à celui de général de brigade au mois d’août 1941. Il sera finalement promu général de division en novembre 1944, à l’âge de 48 ans76. Sur cette dizaine d’officiers, trois, tous Saint-Cyriens, ont d’ailleurs intégré l’armée dès la fin du XIXe siècle, si bien que le pli de leur carrière avait été pris bien avant leur arrivée en Syrie. Au total, les futurs officiers généraux ne représentent donc qu’une catégorie marginale de l’échantillon.

64Ces quelques remarques s’appuient sur une base documentaire solide, dans la mesure où les états des services des officiers généraux sont conservés dans des séries à part, qui en rendent le recensement évident. On ne peut en revanche identifier avec la même certitude les grades de fin de carrière des autres officiers de l’échantillon. En effet, les états des services ne peuvent être considérés comme des documents définitifs et absolument complets. Ce sont en fait des documents de base, qui sont consultés, vérifiés et complétés par les autorités compétentes lorsque le besoin s’en fait sentir, c’est-à-dire essentiellement lors de la constitution des dossiers de pension. L’historien, lui, ne peut entreprendre ce va-et-vient entre l’état des services et le dossier personnel de l’officier. Les chiffres qui suivent ne sont donc que des ordres de grandeur, et on restera très prudent dans leur interprétation.

65Ce qui frappe avant tout, c’est le plafonnement relativement bas des distinctions de fin de carrière : le quart seulement de nos officiers atteignent le grade de colonel, et la moitié simplement le grade de lieutenant-colonel. Plus surprenant encore : entre 20 et 25 % de nos officiers paraissent n’avoir jamais accédé au statut d’officier supérieur, plafonnant au grade de capitaine. Mais ce dernier chiffre est sans doute à prendre avec prudence. Les faiblesses de la documentation nous imposent en tout cas de nous en tenir aux seules évidences : le SR du Levant est loin de constituer un tremplin professionnel. En cela d’ailleurs, il ne fait que confirmer l’impression générale qui se dégage de l’observation des organisations similaires de l’Afrique coloniale :

  • 77 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 91.

« En dehors des situations de guerre outre-mer, la spécialisation politique et militaire n’est pas une voie d’accès privilégiée aux hautes fonctions. (...) La hiérarchie militaire a tendance à se méfier de ceux qui s’attardent trop longtemps dans ces tâches, dans la mesure où elle craint toujours que ce ne soit au détriment de la formation professionnelle. Placés la plupart du temps hors-cadres, les officiers courent le risque de se faire oublier des bureaux dont dépend leur avancement »77.

  • 78 CADN, fds BM, 428, Guerre à Commandant supérieur des Troupes du Levant, 4. II.1931.
  • 79 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.
  • 80 La durée moyenne de détachement au SR des officiers passés par Saint-Cyr est de 13 mois inférieure (...)

66La même méfiance se retrouve dans le Levant des années 1920. Si, ainsi qu’on l’a montré, la tendance à un renouvellement systématique des séjours est bien une réalité statistique, on ne peut pas dire qu’elle soit acceptée de gaieté de cœur par les bureaux parisiens ou les chefs de l’armée du Levant. C’est ainsi qu’en février 1931, le ministère de la Guerre attire l’attention du général Bigault du Granrut, commandant supérieur des troupes du Levant, sur l’inconvénient que représente « le séjour prolongé et ininterrompu des officiers au Levant pour leur instruction militaire ou leur valeur morale »78. Quelques mois auparavant, le général Clément-Grandcourt avait exprimé les mêmes réserves, qu’il destinait tout particulièrement aux officiers de renseignements : « Si l’expérience du Levant est indispensable aux officiers SR, plusieurs exemples ont prouvé qu’il était mauvais, et pour le service et pour eux-mêmes, de rester trop longtemps en contact avec les milieux indigènes. À notre avis, après trois ans passés au SR, un officier devrait être astreint à aller passer au moins un an dans la troupe en France »79. Dans ces conditions, on comprend que les officiers les plus qualifiés, et /ou les plus ambitieux, aient évité de s’enterrer dans le service. C’est ce que suggère en tout cas le croisement des indicateurs de formation et d’ancienneté dans le SR. Ainsi que le montre le tableau ci-dessous, l’élite des officiers sortis de Saint-Cyr a plutôt tendance à ne pas s’attarder dans le service, laissant aux officiers sortis du rang une large prépondérance au sein du groupe axial80.

67Comment dès lors, rendre compte de l’évident enracinement des officiers du groupe axial ? Il est d’abord à mettre en relation avec la situation générale du corps des officiers de l’armée française dans les années 1920. Dans son rapport déjà cité, le général Clément-Grandcourt dresse le tableau suivant :

  • 81 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

« Le laps de temps qui s’est écoulé depuis l’armistice permet de se faire une opinion d’ensemble sur les officiers sortis de la guerre. La masse s’est montrée parfaitement digne de l’épaulette gagnée sur les champs de bataille. Cependant, cette appréciation favorable ne peut et ne doit pas s’étendre à tous. Le recrutement direct a fourni aussi une proportion assez considérable d’officiers sans moyens. (...) Pour certains d’entre eux, le départ d’office ou plus ou moins volontaire pour les TOE a été une véritable catastrophe. Ayant fait la guerre cahin-caha, et en étant sortis avec bénéfice, ils espéraient n’avoir plus jamais à la faire, et leur manière de servir, aujourd’hui encore, s’en ressent. Assurés de l’existence, ils sont restés dans l’armée pour laquelle ils ne constituent pas une force, au contraire »81.

68Coincés entre la baisse, réelle ou supposée, du niveau des cadres, et l’engorgement des carrières consécutif à l’afflux massif d’officiers sortis du rang à la faveur de la Grande Guerre, les plus qualifiés de nos officiers vont trouver dans le SR du Levant le moyen d’échapper à cet effet de masse et d’accéder à des postes de responsabilité en rapport avec leurs qualités, sans entamer pour autant le monopole qu’exercent les filières d’excellence sur les hautes charges militaires et les promotions les plus rapides.

  • 82 SHAT, état signalétique et des services de François Vuilloud, 8Ye, dossier n° 12 477 ; AD Haute-Sav (...)

69La trajectoire de François Vuilloud est à cet égard particulièrement explicite. Né en Haute-Savoie, d’un père agriculteur, il est incorporé en 1911 en tant qu’appelé de la classe 1910. Sorti du rang à la faveur de la guerre, il est promu lieutenant en juin 1918, alors qu’il est âgé de 28 ans. Il devra attendre mars 1931 avant d’être nommé capitaine, à l’âge de 41 ans. Toujours capitaine, il est rayé des cadres de l’armée active en novembre 1940. Il a 50 ans. Parallèlement à cette carrière qui tourne au ralenti et qui plafonne à un niveau subalterne, le capitaine Vuilloud a franchi un à un tous les paliers de la hiérarchie spéciale du SR, avant d’accéder, dans la seconde moitié des années 1930, à des postes de hautes responsabilités. Nommé chef de bureau en septembre 1930, alors qu’il n’est encore que lieutenant, il est finalement promu chef de service au milieu des années 1930, et assure un moment la direction du SR des Alaouites. En octobre 1936, il devient le représentant du haut-commissaire au Conseil des trustées, organisme créé par la SDN, pour piloter l’installation des réfugiés assyriens en Syrie. Il en sera d’ailleurs le président à partir d’octobre 1939. La trajectoire de François Vuilloud nous fournit un bel exemple de promotion interne au service, venant en quelque sorte amortir et assouplir la rigidité d’une stagnation hiérarchique globale. Avec ses 19 années de présence au SR du Levant, le capitaine Vuilloud représente une version exacerbée, jamais très éloignée de la rupture définitive d’avec la carrière militaire, de ces trajectoires constitutives du groupe axial82.

Les affectations

70Dernier élément à prendre en considération dans cette traque des logiques de fonctionnement du SR, les affectations reçues à l’intérieur même du service. Pour aborder cette question, on a choisi de considérer non seulement le type de poste (poste de direction ou de responsabilité, officier de caza, poste d’adjoint), mais également sa durée moyenne d’occupation. Malheureusement, les états des services ne mentionnent que très rarement le détail des affectations à l’intérieur du SR. Ces durées seront donc estimées, à partir de bornes chronologiques fixées aux dates médianes séparant séquences minimales attestées et séquences maximales possibles. La définition de ces séquences s’est faite à partir des nombreuses indications ponctuelles, glanées çà et là dans notre documentation, mais principalement sur la base de 14 états nominatifs couvrant la période 1925-1933. La base de calcul ainsi obtenue représente 197 durées de poste estimées. Bien entendu, il ne s’agit pas là de chiffres exacts, et à peine d’ordres de grandeur. Ce qu’il faut en attendre, ce sont des éléments de comparaison permettant de profiler chaque type de poste existant. L’image qui prévaut alors est celle d’une relative continuité, à la tête comme à la base de l’édifice.

  • 83 René De Fériet, L’application d’un mandat. La France, puissance mandataire en Syrie et au Liban. Co (...)

71Les postes de responsabilité d’abord, à savoir les directeurs des principaux territoires, les responsables des bureaux centraux à Beyrouth, Alep ou Damas, auxquels on a joint les chefs de SR des sandjaks les plus importants (Alexandrette, Homs-Hama, Dayr al-Zawr). Pour ces postes, la durée moyenne d’occupation est de 26 mois. René de Fériet incarne bien la longévité d’un certain nombre de ces officiers qui se spécialisent dans le travail de bureau et le service dit « sédentaire ». Cet inamovible responsable de la section études de la direction du SR à Beyrouth, poste qu’il occupe d’octobre 1923 à décembre 1930, a d’ailleurs tiré de son expérience une thèse de droit soutenue en 192683.

  • 84 Sleiman El-Dirani, Les rapports de parenté et le pouvoir socio-politique au Liban. Application sur (...)

72Dans les cazas, la durée moyenne d’affectation est de l’ordre de 22 mois. Mais là encore, on trouve de nombreux exemples de longévité très marquée. C’est ainsi qu’en l’espace de neuf ans, le poste de Masyaf, sur le versant oriental du Djebel Alaouite (à environ 35 km à l’ouest de Hama), a été occupé par simplement deux officiers : le capitaine Péria, de juin 1924 à octobre 1927, et le capitaine Vuilloud, d’octobre 1927 à l’été 1933. Autre exemple significatif, celui de la Bekaa, qui devient entre novembre 1924 et la fin 1928, un véritable fief du lieutenant Mamier. Dans la région de Hermel, la mémoire collective conservera le souvenir de ce « lieutenant Mamé », dont les anciens du clan Dandash parlaient encore au début des années 198084.

  • 85 Lettre du général Pierre Rondot à l’auteur, mai 1990.

73Entre ces deux secteurs relativement stables du SR, les postes d’adjoints, dans les bureaux de la direction centrale ou auprès des responsables de délégation et de sandjak, présentent au contraire des durées moyennes d’occupation beaucoup plus faibles, de l’ordre de onze mois environ. Deux raisons peuvent être mises en avant pour expliquer ce turn over. Ce type de poste constitue d’abord un volant de régulation dans le mouvement général du service. Il s’agit souvent d’affectations provisoires, en attendant la libération d’un poste ou le départ d’un collègue. Surtout, le passage par les bureaux représente en fait, depuis l’abandon prématuré de la formule du stage en 1923, le mode normal d’initiation des jeunes officiers : « J’ai été affecté sur ma demande, en janvier 1929, au SR du Levant. Après quelques semaines d’information et travaux divers auprès de la “Direction du SR de Syrie” à Damas, j’eus à choisir entre des affectations possibles, et je fus chargé d’installer un poste à Busra Eski Sham », au sud du Djebel Druze85.

  • 86 À l’instar du lieutenant-colonel Mortier, tour à tour chef du SR du vilayet d’Alep, du SR de l’État (...)

74La question des affectations doit également être posée dans une perspective dynamique : en l’occurrence, la succession des postes occupés par un même officier décrit-elle une trajectoire transversale synonyme d’ascension hiérarchique ? Les sources utilisées ne permettent pas de faire un tri quantifié entre l’officier qui se spécialise et /ou s’enterre au fin fond d’un caza, et l’officier supérieur qui arrive au Levant avec un bagage qui le prédestine naturellement aux seules fonctions de direction86 ; entre ceux dont la trajectoire, court-circuitée par les circonstances, semble animée d’un pur mouvement brownien, et ceux pour qui au contraire, la qualité, l’ancienneté, le grade et parfois la chance, déterminent l’existence d’un ordre ascendant dans la succession des affectations. On se contentera donc de suivre ici deux trajectoires significatives.

  • 87 SHAT, ess de Gaston Anfré, 6Ye, dossier n° 53 802 ; et témoignage de Marie-Claude Tenin, sa petite- (...)

75Après avoir participé à la guerre de Cilicie, le chef de bataillon Gaston Anfré est affecté au poste de Tartus, petit sandjak des Alaouites où il reste en place de septembre 1920 à décembre 1922. Puis, pendant trois ans, il prend la direction du sandjak de Lattaquié, poste qui constitue en fait l’antichambre de la direction SR des Alaouites ; en novembre 1924, il est effectivement nommé chef du SR de cet État. Au mois d’août 1926, il est désigné pour le poste sensible de directeur du SR du Djebel Druze, au lendemain même de la révolte. Enfin, au printemps 1927, il prend en main le SR du sandjak d’Alexandrette. Cette dernière affectation est en fait le prélude à l’ultime étape, la sortie du SR. En effet, pour cet officier d’élite, passé par Saint-Cyr et l’École Supérieure de Guerre, le SR ne saurait entraîner à lui seul les mécanismes de l’avancement. À un certain niveau, quelque part entre le grade de commandant et celui de lieutenant-colonel, il est même susceptible de les fausser : ici, l’ascension hiérarchique peut et doit se poursuivre en dehors du service spécial. De fait, alors qu’il vient d’être promu au grade de lieutenant-colonel, et au moment même où des accords cruciaux vont être signés avec la Turquie, Gaston Anfré devient chef d’état-major des troupes de la Région Nord-Syrie, fonctions auxquelles il s’était préparé à Alexandrette87.

  • 88 SHAT, ess de Maurice Blondel, 8Ye, dossier n° 122 561.

76La comparaison avec la trajectoire de Maurice Blondel est particulièrement éclairante. Sorti de la guerre avec le grade de sous-lieutenant, Maurice Blondel intègre le SR du Levant en mars 1919. En 1932, à l’âge de 40 ans, il est promu au grade de capitaine. Lorsqu’il quitte le service en 1941, il a alors 49 ans, et n’est toujours pas officier supérieur. Sa trajectoire rappelle celle de François Vuilloud : progression lente et plafonnement bas pour ces officiers sortis du rang à la faveur de la guerre, et dont la carrière s’enroule inexorablement autour du SR du Levant, qui seul peut leur offrir l’opportunité d’accéder à des postes de responsabilité. Après avoir été, dans les années 1920, officier de renseignements des cazas de Tall Kalakh, Jisr al-Shughur ou encore Bab-Manbij, le capitaine Blondel prend en effet la direction du SR des territoires de l’Euphrate au milieu des années 1930, avant d’être nommé chef du SR des Alaouites, poste sensible qu’il occupe pendant toute la seconde moitié de la décennie88. À la différence du lieutenant-colonel Anfré, la trajectoire du capitaine Blondel vient en quelque sorte buter sur l’enveloppe institutionnelle du SR. Pour cet officier, comme pour le capitaine Vuilloud, le franchissement de cette ligne ne peut signifier qu’un déclassement, le retour à des pesanteurs hiérarchiques dont il avait précisément réussi à s’affranchir par le biais de son service spécial.

77Mais le SR du Levant n’est pas non plus une niche institutionnelle, parfaitement imperméable aux pesanteurs à l’œuvre dans le champ englobant de la hiérarchie militaire. Avant même de se refermer complètement sur les limites du service, le sas ascensionnel se rétrécit, spécialement entre postes de responsabilité (bureaux des services centraux et des sandjaks) et postes de direction (SR des États et délégations). C’est ainsi que sur les 18 officiers de l’échantillon dont on est sûr qu’ils ont accédé à des postes de direction, huit (44,5 %) sortent de Saint-Cyr, et six (le tiers) sortent du rang. Les proportions s’inversent pour les 38 officiers de l’échantillon dont on est sûr qu’ils n’ont accédé qu’à des postes de responsabilité : dix d’entre eux simplement (26,3 %) sortent de Saint-Cyr, tandis que 21 sortent du rang (55,3 %).

78L’approche prosopographique permet de saisir des mécanismes diffus, largement informels, qui sont pourtant à la base du fonctionnement interne du service. À cet égard, la question de la formation des officiers nous a permis de mettre en regard une démarche directement volontariste, ambitieuse mais éphémère, et une formation sur le tas qui, informelle sans être inorganisée, obéit à un certain nombre de règles diluées dans le fonctionnement général du service. Mais le SR du Levant, ce n’est pas seulement cette mécanique des fluides, que l’on appréhende par le haut, à l’aide d’une sociographie affûtée par l’outil informatique. C’est aussi une réalité triviale, saisie au ras du sol, un quotidien où la poussière et la maladie le disputent à l’exaltation et au fantasme.

Notes

1 Jacques Frémeaux, « Le cours de formation des officiers des Affaires Indigènes d’Algérie entre les deux guerres », Les cahiers de Montpellier, n° 7, 1983, p. 31-37.

2 Ibid., p. 31. Pour le Maroc, cf. Colonel Berriau, L’officier de renseignements au Maroc, Conférence faite au centre de perfectionnement de Meknès, mai 1918. Après la guerre, le déménagement du centre à Rabat, « dans l’ombre de l’institut des hautes études marocaines », sanctionne également la consolidation institutionnelle de la formule. Cf. D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 47.

3 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Catalogue des livres de la section d’études du SR à la date du 15. VII.1921, et Essai d’une bibliographie sommaire de la Syrie, 16 pages, 1. III.1922 ; SHAT, 4H 246, BR du 18. VII.1921.

4 Les bibliographies distribuées aux officiers signalent ainsi un certain nombre de références rares ou épuisées, qui n’apparaissent pas dans le catalogue des ouvrages disponibles auprès de la section d’études. Par exemple l’ Histoire ancienne des peuples de l’Orient classique de Gaston MASPÉRO (3 vol. publiés à Paris en 1895-1899), ou encore la traduction française de l’ouvrage de William G. PALGRAVE, Une année de voyage dans l’Arabie centrale (1862-1863), Paris, 1866. Mais les ressources documentaires des établissements d’enseignement supérieur de Beyrouth devaient combler ces lacunes.

5 Alaouites (6 références), Yazidis (3 références), Druzes (2 références) et Ismaéliens (2 références).

6 Bernard Carra de Vaux, Avicenne, Paris, 1900 et Gazali, Paris, 1902, ainsi que La doctrine de l’Islam, Paris, 1909. Ce qui devait être son magnum opus, Les penseurs de l’Islam, est alors en cours de publication, Paris, Paul Geuthner, 5 vol., 1921-1926.

7 Clément Huard, La littérature arabe, Paris, 1902 et Histoire des Arabes, Paris, 1913.

8 Dont la première édition date de 1898 (Paris, F. Alcan). La bibliothèque de la section d’études possède l’édition de 1917, La question d’Orient depuis ses origines jusqu ’à la Grande Guerre.

9 M. SEURAT, « Le rôle de Lyon... », art. cit.

10 René RISTELHUEBER, Traditions françaises au Levant, Paris, 1919. L’auteur fut le prédécesseur de Georges-Picot au consulat général de Beyrouth avant la guerre.

11 Arthur KANN, L’Asie française, n° 176, août-novembre 1919, p. 292.

12 Citons les deux principaux ouvrages de cette catégorie. George Samné (secrétaire général du comité), La Syrie, Paris, 1921, et Nadra Moutran (délégué de Baalbeck au Congrès arabe de Paris de juin 1913), La Syrie de demain, Paris, 1916.

13 Vital Cuinet, Syrie, Liban, Palestine. Géographie administrative, statistique, descriptive et raisonnée, Paris, 1896.

14 Karl Baedeker, Palestine et Syrie, Guide du voyageur, Paris, 1912.

15 Paul Masson, Éléments pour une bibliographie française de la Syrie, Marseille et Paris, 1919. L’auteur, professeur à l’université Aix-Marseille, avait par ailleurs commis une Histoire du commerce français dans le Levant en 2 volumes, Paris, 1896-1911.

16 Edmund Burke III, « The First Crisis of Orientalism, 1890-1914 », in Connaissances du Maghreb, Sciences sociales et colonisation, Paris, 1984, p. 220-222. Lancée par Alfred Le Châtelier en 1906, la Revue du monde musulman paraîtra jusqu’en 1925.

17 Édouard Montet, De l’état présent et de l’avenir de l’Islam, Paris, 1911. En revanche, pas de trace du cours professé par Alfred Le Châtelier, titulaire depuis 1902 d’une chaire de « Sociologie et sociographie musulmanes », créée à son attention.

18 Renaud Avez, L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946), Damas, 1993, p. 205 et passim.

19 Charles et Paul ROEDERER, La Syrie et la France, 1917.

20 J. Thobie, Intérêts et impérialisme français..., op. cit., p. 473-474 et passim.

21 Ibid., p. 711.

22 René Pinon, L’Europe et l’Empire ottoman, 1909 ; L’Europe et la Jeune-Turquie, 1911 ; L’Empire de la Méditerranée, 1912. Tous sont présents sur les rayonnages de la bibliothèque.

23 Comte de CRESSATY, La Syrie française, Paris, 1915. Cf. J. Thobie, op. cit., p. 710 et M. SEURAT, « Le rôle de Lyon... », art. cit., p. 156.

24 Congrès français de la Syrie, Séances et travaux : fasc. 1 « section économique » ; fasc. 2 « section d’archéologie, d’histoire, de géographie et d’ethnographie » ; fasc. 3 « section de l’enseignement » ; fasc. 4 « section de médecine et d’hygiène publique » ; fasc. 5 « Éléments d’une bibliographie française de la Syrie » par P. MASSON.

25 M. Seurat, « Le rôle de Lyon... », art. cit., p. 141.

26 Ibid., p. 134.

27 Paul HUVELIN, Que vaut la Syrie ?, Supplément à L’Asie française de décembre 1921.

28 Cité par R. Avez, op. cit., p. 12.

29 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Programme des conférences et causeries faites aux officiers stagiaires au stage d’instruction du SR du Levant, Beyrouth, 1921-1922.

30 A. Zeller, op. cit., p. 271.

31 J. Thobie, « Le nouveau cours... », art. cit.

32 Les RR. PP. Dhorme et Lagrange prononcent ainsi les conférences d’histoire ancienne à l’occasion de la foire-exposition de Beyrouth de 1921. R. P. DHORME, « La Syrie à travers les âges » et R. P. Lagrange, « L’Empire palmyrénien », in La Syrie et le Liban en 1921 : La foire exposition de Beyrouth, conférences, liste des récompenses, Haut-Commissariat de la République Française en Syrie et au Liban, Paris, 1922, p. 7-52,53-70. Voir le compte rendu qu’en fait L’Asie française, n° 203, juin 1922, p. 62-63.

33 Ed.-L. Achard avait fait partie de la mission Huvelin. Ses rapports furent publiés dans les suppléments de L’Asie française. Ed.-L. ACHARD, « Le coton en Cilicie et en Syrie », L’Asie française, n° 203, juin 1922, 48 pages ; ID., « Notes sur la Cilicie et notes sur la Syrie », n° 204, juillet-août 1922,24 pages. Lors de la foire-exposition de Beyrouth, il prononce une conférence intitulée « La Syrie pays d’agriculture », dont on trouvera le texte dans La Syrie et le Liban en 1921..., op. cit., p. 149-169.

34 L’expression est de P. Huvelin qui préface l’ouvrage de Paul Parmentier, Manuel d’agriculture, par demandes et par réponses, à l’usage des cultivateurs syriens et des élèves des écoles, Lyon, 1922. Paul Parmentier, professeur de botanique agricole à la faculté des sciences de Besançon, avait également fait partie de la mission Huvelin.

35 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Répertoire des principaux dossiers de la Section d’Études, s.d. (ca 1921), 16 pages.

36 Georges Samné, La Syrie, Paris, 1921, Compte rendu dans L’Asie française de décembre 1921.

37 Noël Maestracci, La Syrie contemporaine, Tout ce qu ’il faut savoir sur les territoires placés sous mandat français, Paris, Charles-Lavauzelle et Cie. Une seconde édition en 1930.

38 Voir le témoignage de Pierre RONDOT, « Syrie 1929, itinéraire d’un officier », in Damas, Miroir brisé d’un Orient arabe, A.-M. Bianquis dir., op. cit., p. 97 : « Avant de me retirer, j’indique au colonel Tracol que j’ai acquis, et commencé de lire, l’ouvrage de Georges Samné, La Syrie. 11 approuve... ».

39 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Programme des conférences et causeries...

40 Compte rendu dans L’Asie française de juin 1922 du livre du R.P. Henri LAMMENS, La Syrie, Précis historique, Beyrouth, 1921. C’est à la demande de Gouraud, qui envisageait alors la création d’une véritable école pour former les officiers administrateurs, que l’auteur entreprit de préparer ces conférences.

41 Disparition durable et sans doute définitive. En 1928, René de Gontaut-Biron déplore ainsi l’absence d’un « centre d’instruction où serait inculquée [aux officiers] la doctrine mûrie par leurs aînés au prix d’expériences parfois amères. La création d’une école de ce genre s’impose ». René de Gontaut-Biron, Sur les routes de Syrie, Après neuf ans de mandat, Paris, 1928, p. 166.

42 Cf. supra, p. 110-111.

43 P. FOURNIE, thèse citée, p. 95.

44 Usé physiquement, il tombe gravement malade au printemps 1922, et doit attendre le mois d’octobre avant de pouvoir être rapatrié dans de bonnes conditions.

45 « Nous avons l’administration directe dans la peau », « Nous ne savons pas l’arabe » et, ajoutait la circulaire de Lyautey, « Nous ne sommes pas patients ».

46 Sauf indication contraire, les informations utilisées ici proviennent de la lecture des états signalétiques et des services.

47 CADN, fds BM, 437, Compte rendu d’inspection du directeur du SR, juin 1930 : « Le lieutenant Bonifaci est servi par sa connaissance de la langue arabe ».

48 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. 2, p. 106. Le corps des interprètes de l’armée d’Afrique avait été créé dès 1845. Ils étaient peu nombreux (62 en 1901 et 80 vers 1940, date à laquelle ils sont désormais appelés « officiers des affaires militaires musulmanes »), et leur qualité d’arabisants en faisaient des membres à part entière du service des AI d’Afrique du Nord.

49 SDN, Procès-verbaux de la Commission permanente des mandats, 18e session, Genève, juin 1930, p. 107.

50 AD Corrèze, Papiers Henry de Jouvenel, en cours de reclassement en 1997, Joseph Caillaux à Henry de Jouvenel, 29. III.1926.

51 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 110.

52 Papiers Deleuze, Décision du 9. III. 1931, réglementant les conditions d’attribution des primes de langue arabe et de langue turque. Robert Montagne est nommé directeur de l’institut français de Damas en octobre 1930. Cf. R. Avez, op. cit., p. 141-146 etpassim.

53 P. FOURNIÉ, thèse citée, p. 27.

54 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247, 31, Programme des conférences..., p. 7.

55 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 96.

56 Une seconde session eut lieu en juillet 1922, et trois nouveaux officiers obtinrent le degré élémentaire de langue arabe. Décisions n° 1323 et 1468, BOAAHC, 2e année, n° 29, p. 209.

57 Papiers Deleuze, Décision relative aux primes d’arabe et de turc, 9. III. 1931.

58 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées., ., op. cit., t. 2, p. 110-111. En 1933, la moitié des 83 officiers affectés aux AI des territoires du Sud algérien bénéficient de la prime d’arabe de 1re classe, qui équivaut à peu près au niveau exigé au Levant pour l’obtention du degré supérieur.

59 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., ocit., t. 1, p. 5. Au Maroc, le passage dans un goum a longtemps fait fonction de stage probatoire avant d’intégrer le SR Cf. D. RIVET, op. cit., t. 2, p. 46-47.

60 Le parcours du capitaine Maure est exemplaire. Affecté à la Légion syrienne en avril 1919, au 2e Régiment mixte syrien en juin 1922, puis au 3e Bataillon du Levant en 1925, il intégrera finalement le SR du Levant en avril 1927, après 8 années de service dans les troupes auxiliaires du Levant. SHAT, ess de Paul Maure, 6Ye, dossier n° 54 834.

61 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 54, fol. 277, Gouraud à Guerre, 16. IX.1921.

62 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

63 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 94 et K. Perkins, op. cit., p. 45-47.

64 CADN, fds BM, 437, Compte rendu de tournée du directeur du SR du Levant,

65 Elle est de 33 ans pour les officiers arrivés en 1918/1921, culmine à 35 ans pour la séquence 1922/1924, avant de revenir à son niveau initial en 1928/1932.

66 Classes d’« ancienneté-année » de 0,5 (6 mois) ; trois classes d’« ancienneté-année » pour une classe d’« ancienneté-séjour » (18 mois). Nombre d’officiers sur l’axe des ordonnées. Le commentaire de la flèche de la hiérarchie spéciale du SR du Levant interviendra lors du point suivant : 2 = officier de 2e classe, 1 = officier de 1re classe, B = chef de bureau, S = chef de service.

67 1er février 1925, 1er janvier 1927, 1er janvier 1930 et 1er avril 1932.

68 Par exemple, la phase de constitution du groupe médian s’étend de décembre 1918 à juin 1924, celle de son renouvellement de juillet 1924 à juin 1931, et celle de son extinction de juillet 1931 à juin 1938.

69 Cf. infra, p. 414.

70 CADN, fds BM, 437, instruction n° 56/SR sur la situation du personnel SR, 1.1.1922.

71 Papiers Deleuze, État nominatif des officiers du SR au 5.1.1928.

72 États nominatifs du 5.1.1928, du 1.1.1930 et du 1. IV. 1932.

73 CADN, fds BM, 437, Compte rendu d’inspection du directeur du SR, 23. VII.1930.

74 SHAT, 4H 201, Note du 23. IX.1920 sur le statut des officiers servant sur les TOE et Note sur la situation des officiers au Levant en 1921, s.d. ; SHAT, 7N 4177, Note relative à la situation des officiers de l’armée du Levant, s.d. (ca fin 1920).

75 S’agissant de mesurer des vitesses d’avancement, il est impossible d’amalgamer des officiers sortis du rang et d’autres passés par Saint-Cyr, des officiers ayant débuté leur carrière au cours des campagnes du début du siècle et d’autres ayant bénéficié des promotions de la Grande Guerre. De telles tables découperaient un échantillon déjà restreint en de minuscules sous-populations échappant à toute logique statistique.

76 SHAT, ess de Philibert Collet, 13Yd, Gx4, dossier n° 473.

77 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 91.

78 CADN, fds BM, 428, Guerre à Commandant supérieur des Troupes du Levant, 4. II.1931.

79 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

80 La durée moyenne de détachement au SR des officiers passés par Saint-Cyr est de 13 mois inférieure à celle des officiers sortis du rang (64 mois contre 77).

81 SHAT, 4H 55, Rapport sur le moral, 15. XI.1930.

82 SHAT, état signalétique et des services de François Vuilloud, 8Ye, dossier n° 12 477 ; AD Haute-Savoie, fiche matricule communiquée sans référence ; Archives municipales de La Chapelle-d’Abondance, extrait de l’acte de naissance ; CADN, fds BM, 584, Installation en Syrie des réfugiés assyriens d’Irak..

83 René De Fériet, L’application d’un mandat. La France, puissance mandataire en Syrie et au Liban. Comment elle a compris son rôle, Paris, 1926. SHAT, ess de René de Fériet, 8Ye, dossier n° 67 338.

84 Sleiman El-Dirani, Les rapports de parenté et le pouvoir socio-politique au Liban. Application sur les cashā’ir de la région Baalbeck el-Hermel (1920-1975), Thèse de 3e cycle, EHESS, 1984, p. 105. Le village de Hermel est situé au nord de la Bekaa. La « tribu » chiite des Dandash (en fait un clan au sens anthropologique du terme) constitue l’archétype de la micro-société guerrière, endogroupe replié sur son caṣabiyya (esprit de corps) et pourvoyeur de ciṣābāt (émanations ponctuelles d’une casabiyya sous la forme de bandes armées).

85 Lettre du général Pierre Rondot à l’auteur, mai 1990.

86 À l’instar du lieutenant-colonel Mortier, tour à tour chef du SR du vilayet d’Alep, du SR de l’État de Syrie, puis directeur du SR du Levant.

87 SHAT, ess de Gaston Anfré, 6Ye, dossier n° 53 802 ; et témoignage de Marie-Claude Tenin, sa petite-fille.

88 SHAT, ess de Maurice Blondel, 8Ye, dossier n° 122 561.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre 32 officiers affectés au SR du Levant entre décembre 1918 et août 1921
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre 29 officiers affectés au SR du Levant entre janvier 1922 et novembre 1924
Légende Conception graphique : J.-D. MIZRAHI (2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 23 officiers affectés au SR du Levant entre décembre 1925 et avril 1927
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende 24 officiers affectés au SR du Levant entre janvier 1928 et février 1932
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Structure du SR par grades et grades spéciaux au 5.1.1928
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45406/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search