Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Troisième partie. Prosopographie du SR du Levant

Chapitre VI. Origines et expérience des officiers de renseignements

Texte intégral

  • 1 Pour la consultation desquels j’ai bénéficié d’une dérogation du général Mourrut, chef du SHAT, sér (...)
  • 2 CADN, États nominatifs des officiers du SR au 1. II.1925, 5. VIII.1926, 1.1.1929 (fds BM, 840) et 1 (...)

1Ce chapitre est né d’une frustration : l’impossibilité d’accéder aux dossiers personnels des officiers qui, dans les années 1920, furent détachés au SR du Levant, dernier avatar de la grande tradition des Bureaux arabes née presque un siècle auparavant. À la recherche d’une source de substitution, je dois à Jacques Frémeaux et Frédéric Guelton de m’avoir orienté vers le document idoine : les « états signalétiques et des services » conservés au SHAT à Vincennes1. J’ai ainsi été en mesure de reconstituer la carrière de 108 officiers de renseignements, dont l’identité m’avait été révélée par quatre états nominatifs sommaires, datés de la seconde moitié des années 19202.

  • 3 Affaires militaires et organismes de temps de guerre (1800-1940).
  • 4 Pour les officiers nés à Paris avant 1893 : AD Paris ; pour les officiers nés en Algérie depuis plu (...)

2Afin de consolider ce document de base, j’ai ensuite eu recours aux fiches matricules des registres de recrutement, conservées dans les séries R des Archives départementales du lieu d’incorporation3. Sur les 108 demandes, les photocopies de 48 fiches matricules (44 %) m’ont été renvoyées par les services compétents. Tout en m’aidant à démêler certaines trajectoires particulièrement complexes, ou peu détaillées dans les états des services de Vincennes, ces fiches matricules me fournirent également quelques informations complémentaires, comme par exemple le résultat de certaines commissions de réforme. Enfin, ces documents n’apportant que peu de lumière sur les origines sociales des officiers, j’entrepris la recherche de leurs actes de naissance, sur lesquels figure en effet la profession des parents. Sur les 108 demandes introduites auprès des mairies concernées, les photocopies de 92 actes de naissance (85 %) me furent retournées4. On voit ce que cette enquête doit aux multiples échelons des services d’archives. Le degré de pertinence de l’échantillon ainsi construit est indiqué dans le tableau qui suit.

  • 5 Jean-Luc PINOL et André Zysberg, Métier d’historien avec un ordinateur, Paris, 1995, p. 6.

3Pour reprendre une formule chère à Jean-Luc Pinol5, il a ensuite fallu transformer les sources, c’est-à-dire l’information brute telle qu’elle apparaît sur les documents, en données, à savoir l’information organisée, structurée selon une grille susceptible d’être soumise avec profit au feu croisé de l’outil informatique. Cette endoscopie du SR du Levant, c’est en effet la méthode prosopographique qui va nous permettre de l’opérer : dénouer tout d’abord l’entrelacement des trajectoires individuelles révélées par l’enquête longitudinale ; soumettre ensuite le matériau ainsi obtenu au questionnement transversal de la requête informatique. Ainsi conçue, cette biographie collective devrait permettre de prendre la mesure des corrélations entre origines sociales, mouvement des carrières et constitution de ce corps spécifique des officiers de renseignements.

Les fondements d’un portrait de groupe

L’horizon sociologique des officiers : origines sociales et géographiques

4Pour préciser le milieu d’origine des officiers de renseignements, nous disposons d’un indicateur socioprofessionnel, la profession du père, et d’un indicateur géographique, le lieu de naissance. En croisant ces deux indicateurs, on cherchera à définir de quels horizons sociologiques sont issus les officiers qui intègrent le SR dans les années 1920. En tant que source, l’acte de naissance indique un métier, et non pas un statut social. Pour passer de l’un à l’autre, il aurait fallu préciser les niveaux de fortune en ayant par exemple recours aux archives de l’Enregistrement. Une telle démarche, qui a fait les beaux jours de l’histoire sociale quantitative d’inspiration labroussienne, se révèle impossible dans le cadre de notre étude, eu égard à la dispersion géographique des sources.

  • 6 Jean-Luc Pinol, Les mobilités de la grande ville. Lyon (fin XIXL-début XXe), Paris, 1991, p. 355-38 (...)

5On dispose néanmoins de quelques atouts pour persévérer dans l’exploitation de cette piste. La profession du père peut tout d’abord être étayée par un certain nombre d’indications connexes : dans l’acte de naissance lui-même, la profession de la mère (bien qu’elle soit signalée « sans profession » dans la très grande majorité des cas) et celle des témoins de la naissance, notamment lorsqu’il s’agit des grands-parents de l’enfant. Par ailleurs, les fiches matricules conservées dans les séries R des archives départementales indiquent assez souvent la profession de l’intéressé au moment de son incorporation (entre 17 et 22 ans). Ensuite, grâce à la thèse de Jean-Luc Pinol sur la société lyonnaise de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, on dispose d’un travail de référence qui explicite avec minutie comment l’auteur passe de la saisie en clair de 1 200 appellations professionnelles, à l’établissement d’un code socioprofessionnel lui permettant de mettre au jour les grandes tendances de la mobilité sociale6. Il y avait là un acquis de première importance dont je me suis inspiré pour l’établissement d’une nomenclature organisant en 12 catégories socioprofessionnelles, les 60 appellations professionnelles effectivement rencontrées dans les actes de naissance.

catégorie socioprofessionnelle du père

nombre

%

propriétaires

5

5,4 %

négociants et industriels

5

5,4 %

cadres supérieurs et professions libérales

11

12,0 %

techniciens et cadres moyens

3

3,3 %

instituteurs

6

6,5 %

officiers

15

16,3 %

employés

8

8,7 %

petits commerçants

6

6,5 %

soldats, sous-officiers et gendarmes

6

6,5 %

ouvriers et artisans

13

14,1 %

agriculteurs

10

10,9 %

domesticité et assimilés

4

4,3 %

total

92

100,0 %

inconnue

16

catégorie sociale

nombre

%

bourgeoisie et notables

21

22,8 %

classes moyennes

38

41,3 %

classes populaires

33

35,9 %

total

92

100,0 %

inconnue

16

6En haut de l’échelle sociale, l’élite économique, bourgeoisie négociante et industrielle avant tout urbaine (4 cas sur 5 venant de grands centres urbains : Paris, Lyon et Roubaix) et notables traditionnels à localisation rurale (4 propriétaires sur 5), reste un peu en retrait par rapport à une élite des « capacités » qui représente 12 % de la population statistique étudiée : cadres administratifs supérieurs, professeurs et professions libérales (professions juridiques, littéraires – journalisme – et artistiques). Les classes moyennes, à la fois réalité sociologique née de la mobilisation des nouvelles filières d’ascension sociale (développement des écoles primaires supérieures et ramification de l’univers administratif), et enjeu idéologique servant de support à la thématique républicaine de la méritocratie, constituent le centre de gravité de l’échantillon : 41,3 % de l’effectif. On notera au passage que 16,3 % des officiers étudiés avaient un père qui était lui-même officier, en conformité avec ce que l’on sait de l’importante hérédité professionnelle du corps. L’univers des classes populaires s’ordonne autour du monde paysan (10,9 %) et du groupe des « ouvriers et artisans » (14,1 %). Pour cette dernière catégorie, le choix de l’amalgame renvoie à une réalité ouvrière pré-taylorienne, où la grande concentration usinière et ses disciplines collectives demeurent l’exception, et où domine au contraire la figure de l’ouvrier de métier, dépositaire d’un savoir-faire lui garantissant une certaine latitude sur le marché du travail.

  • 7 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, 1991, p. 337-338 ; J.-L. Pi (...)

7Au total, on a donc un échantillon centré sur les classes moyennes, mais penchant en quelque sorte beaucoup plus vers les classes populaires que vers les élites de la société. Ce constat, étayé par la date médiane de naissance des officiers (1892), renvoie à un monde des classes moyennes sinon en crise, du moins secoué par les premiers grippages des logiques ascensionnelles : à la fin du XIXe siècle, les classes moyennes ne sont déjà plus la classe pivot d’une mobilité sociale ascendante, permettant selon la thématique des « nouvelles couches », une hypothétique entrée en bourgeoisie. Au contraire, les chances de promotion sociale déclinent, la simple reproduction à l’identique du groupe domine, et le déclassement menace7.

Région

nombre

%

Algérie

4

3,7 %

Alpes-Savoie

4

3,7 %

Ardèche-Vivarais

2

1,9 %

Auvergne

4

3,7 %

Bourgogne

7

6,5 %

Côte d’Azur

3

2,8 %

Centre

4

3,7 %

Champagne-Ardennes

2

1,9 %

Corse

5

4,6 %

Grand Ouest

12

11,1 %

Languedoc

2

1,9 %

Lyonnais-Mâconnais

3

2,8 %

Nord-Est

13

12,0 %

Nord-Picardie

4

3,7 %

Normandie

4

3,7 %

Ouest-Atlantique

6

5,6 %

Paris et sa région

14

13,0 %

Piémont pyrénéen

15

13,9 %

Total

108

100,0 %

  • 8 Cf. Carte p. 424.
  • 9 Détail des catégories complexes : Grand Ouest (Bretagne, Basse-Loire, Maine, Anjou), Normandie (Nor (...)

8L’étude des origines géographiques des officiers s’opère en deux étapes que visualisent les cartes en annexe8. On a figuré sur la première d’entre elles la distribution spatiale réelle à partir de la saisie en clair des lieux de naissance. Le travail de codage a été une nouvelle fois entrepris a posteriori, à partir des localisations effectivement rencontrées, et a débouché sur une nomenclature régionale en 18 classes que visualise la seconde carte9.

9L’économie générale de ce travail de cartographie souligne l’importance d’une bande allant du Grand Ouest au Nord-Est, en passant par le Centre, la Normandie, la Bourgogne et la région parisienne (50 % des localisations), et plus ponctuellement, celle de la région pyrénéenne et de son piémont (13,9 %). À l’inverse, on notera la très faible représentation du Nord (3,7 %) et surtout de la région lyonnaise (2,8 %), malgré ses anciennes et nombreuses relations avec le Levant.

Profil sociologique des officiers de renseignements (en nombre)

bourgeoisie et notables

classes moyennes

classes populaires

total

Grand Ouest

1

7

4

12

Nord-Est

0

8

3

11

Paris et sa région

5

3

1

9

Piémont pyrénéen

4

4

6

14

Sud-Est

1

0

6

7

population globale

21

38

33

92

Profil sociologique des officiers de renseignements (en pourcentage)

bourgeoisie et notables

classes moyennes

classes populaires

total

Grand Ouest

8,3

58,3

33,3

100

Nord-Est

0,0

72,7

27,3

100

Paris et sa région

55,6

33,3

11,1

100

Piémont pyrénéen

28,6

28,6

42,9

100

Sud-Est

14,3

0,0

85,7

100

population globale

22,8

41,3

35,9

100

Profil sociologique des officiers de renseignements (en indice)

bourgeoisie et notables

classes moyennes

classes populaires

total

Grand Ouest

0,4

1,4

0,9

1

Nord-Est

0,0

1,8

0,8

1

Paris et sa région

2,4

0,8

0,3

1

Piémont pyrénéen

1,3

0,7

1,2

1

Sud-Est

0,6

0,0

2,4

1

population globale

1,0

1,0

1,0

1

10Le croisement des indicateurs socioprofessionnels et géographiques suppose, afin d’obtenir des effectifs acceptables, un certain nombre de choix : c’est ainsi qu’on a utilisé le regroupement des douze catégories socioprofessionnelles en trois classes sociales (bourgeoisie et notables, classes moyennes et classes populaires), et qu’on a limité la procédure aux seules régions offrant des effectifs supérieurs à 10. En outre, il nous a semblé intéressant de regrouper en une même région, les zones montagneuses du sud-est de la France (Alpes-Savoie, Corse et rebord sud-oriental du Massif Central – Vivarais et Cévennes), d’où sont originaires 11 de nos officiers, soit 10,2 % de l’échantillon.

  • 10 On notera par exemple que sur les 11 officiers originaires du Nord-Est dont on connaît la professio (...)

11Les tableaux qui précèdent donnent les résultats de cette procédure, en valeurs absolues pour le premier et en valeurs relatives pour le deuxième. Le troisième tableau utilise une expression sans doute plus abstraite, mais qui suggère bien le profil sociologique d’ensemble d’une région : un indice de proximité, ou si l’on veut de conformité à la distribution de la population d’ensemble. Si l’indice est égal à 1, c’est que la répartition régionale des différentes classes sociales s’aligne sur la répartition de l’ensemble de l’échantillon ; un indice supérieur à 1 souligne un recrutement préférentiel de cette classe sociale dans cette région, alors qu’à l’inverse, un indice inférieur à 1 indique une sous-représentation10.

12Bien qu’un nombre non négligeable d’actes de naissance d’officiers nés à Paris n’aient pas été retrouvés (5 actes sur 14), le profil de la région parisienne est suffisamment typé pour mettre en évidence un recrutement préférentiel au sein des élites : aristocratie parisienne d’un Jean-Louis Piquet-Pellorce, gendre de Dimitri de Kanschine, rentier demeurant Boulevard Haussmann ; bourgeoisie d’affaires d’un Louis Laroche, entrepreneur de peinture habitant dans le XVIe arrondissement, tout comme son beau-père, rentier ; ou encore milieu des publicistes d’un Louis Terrier, secrétaire général au Journal des débats et frère d’Auguste Terrier (qui apparaît sur l’acte en tant que témoin de la naissance), personnalité importante du parti colonial, qui sera secrétaire du Comité du Maroc, puis directeur de l’Office chérifien du Maroc jusqu’en 1918, avant de reprendre ce rôle de correspondant officieux et de lobbying pour le compte du haut-commissariat français au Levant.

  • 11 Le calcul d’un indice de proximité, tel qu’il a été défini plus haut, donnerait ici 3,8 pour les in (...)

13Les milieux d’origine des officiers nés dans le Grand Ouest et dans le Nord-Est présentent un profil sociologique similaire, largement dominé par les classes moyennes : ils incarnent d’une certaine manière l’idéal républicain d’une société, dont les classes moyennes ont supplanté les notables traditionnels dans l’encadrement des populations. Plus finement encore, si on approfondit l’analyse en ayant ponctuellement recours aux catégories socioprofessionnelles précédemment définies, il est intéressant de noter une différenciation entre le Grand Ouest, où les classes moyennes s’articulent autour de la catégorie des instituteurs (3 cas sur 7), et le Nord-Est, où ce sont les officiers qui dominent le paysage social (4 cas sur 8)11. On est là sur les grands fronts de la République : politique scolaire sur fond de lutte contre l’Église à l’ouest ; regards posés sur « la ligne bleue » des Vosges à l’est.

  • 12 L’indice de proximité serait ici de 4 pour les propriétaires et de 2 pour les agriculteurs.
  • 13 20 % des officiers originaires de ce Sud pyrénéen sont d’ascendance aristocratique, alors que ce ta (...)
  • 14 L’indice de proximité serait ici de 5,2 pour les agriculteurs.

14Le piémont pyrénéen présente un profil quasi inverse à celui des deux régions que l’on vient d’étudier : les classes moyennes y sont sous-représentées, tandis que les propriétaires (3 cas sur 4 pour la classe des élites) et les agriculteurs (3 cas sur 6 pour les classes populaires) impriment leur marque à l’ensemble12. On a donc des officiers issus d’une société encore très traditionnelle, plus proche de la monarchie censitaire que de la IIIe République. C’est d’ailleurs ici, dans une région qui fut longtemps un bastion du légitimisme, que se concentrent le tiers des noms à désinence nobiliaire de notre échantillon (3 cas sur 9)13. Ce monde des notables est un monde en déclin, économiquement fragilisé par la crise agricole de la fin du siècle (particulièrement marquée dans le Sud-Ouest) et politiquement marginalisé par l’affirmation de la République, dont l’administration court-circuite peu à peu les traditionnels réseaux de patronage social. Quant aux cultivateurs, leur localisation dans les hautes terres (dans la haute vallée de l’Ariège ou au pied du Mont Bugarach) les rattache à la catégorie suivante de la petite paysannerie des montagnes pauvres du sud-est. Malgré le manque d’information sur la Corse (simplement deux actes de naissance retrouvés sur cinq recherches), le caractère populaire du recrutement des officiers dans cette région Sud-Est est patent ; plus précisément encore, il s’agit d’un recrutement majoritairement paysan (4 cas sur 6)14. L’environnement est ici celui d’un trop-plein démographique qui a déjà alimenté en partie la colonisation algérienne.

15Au total, on imagine assez bien l’engagement patriotique des « enfants de la République » du Grand Ouest et du Nord-Est, éduqués à l’école de Jules Ferry dans l’attente de la revanche ; on devine sans doute plus confusément les trajectoires de quelques cadets de bonnes familles du Sud-Ouest, fuyant un monde en déclin où ils trouvent de moins en moins leur place ; on saisit enfin la difficile extraction d’une condition paysanne précaire, dans ces montagnes riches en hommes et pauvres en terres du sud-est de la France. Il ne s’agit pas là bien sûr d’un véritable déterminisme, mais simplement de potentialités en suspension dans l’horizon social de ces individus. Un événement va se charger de précipiter ces tendances restées diffuses.

Un phénomène de génération ? Le choc de la Première Guerre mondiale

  • 15 Cinquante-deux mois de août 1914 à novembre 1918.

16S’il existe un phénomène de génération s’appliquant à notre échantillon, il est sans doute à rechercher dans l’expérience de la Première Guerre mondiale : simplement 8 officiers (7,4 %) n’ont pas ou quasiment pas connu la Grande Guerre, tandis que 74 d’entre eux (68,5 %) ont combattu pendant presque toute la durée du conflit (de 47 à 52 mois)15. Il peut être intéressant de resserrer l’objectif sur cette fraction d’officiers, entrés dans la guerre sans avoir au préalable effectué leur temps sous les drapeaux (classes militaires 1914 et suivantes) : 34 officiers, soit près du tiers de l’échantillon (31,5 %), sont ainsi directement propulsés dans la réalité de la guerre. Le principal élément qui doit être mis en avant ici est la prédominance des engagés volontaires : près des deux tiers de ces officiers (22 sur 34) ont en effet souscrit un engagement de 4 à 8 ans ou pour la durée de la guerre ; seuls 12 d’entre eux sont mobilisés en tant que jeunes appelés.

  • 16 Guy Pedroncini dir., Histoire militaire de la France, t. 3, De 1871 à 1940, p. 264-267. Les auteurs (...)
  • 17 Ibid., p. 266 ; à Béziers, un tiers d’engagements volontaires pour la classe 1919 et pas un seul da (...)

17Les motivations de ces engagements volontaires sont bien sûr délicates à saisir. Néanmoins, en intégrant à l’analyse la date de l’engagement et l’arme choisie, il devient possible d’avancer quelques hypothèses. De façon générale, les engagements volontaires dans l’armée française ont été relativement rares au début du conflit, ont commencé à enfler avec la mobilisation de la classe 1917 (en janvier 1916), et ont explosé avec l’incorporation des classes 1918 (en avril-mai 1917) et 1919 (en avril 1918)16. De même, à mesure que le mouvement des engagements prenait de l’ampleur, l’infanterie était délaissée au profit des armes techniques : « C’est d’une fuite devant la guerre dont il s’agit. Pour échapper à l’infanterie, à la guerre en première ligne, on devance les décisions des conseils de révision et des bureaux d’incorporation. Cette fuite en avant s’observe au niveau national : 24 % des engagements de la guerre sont souscrits en 1918 et pour les armes techniques »17.

  • 18 Ibid., p. 257-258, est donné le calendrier de la mobilisation anticipée des classes 1914-1919.

18Or, avec nos officiers, on est dans une situation quasi inverse. L’arme choisie d’abord : près des deux tiers des officiers de l’échantillon engagés volontaires de la Grande Guerre intègrent « la biffe » (14 cas sur 22), et seuls trois d’entre eux l’artillerie. La date d’incorporation ensuite : presque les trois quarts de ces officiers s’engagent au cours des six premiers mois du conflit (16 cas sur 22 avant fin janvier 1915), au moment même où cette démarche est encore rare à l’échelle de l’armée française. Autre constat allant dans le même sens : alors que la règle générale est de prendre son engagement dans les jours qui précèdent la tenue du conseil de révision de sa classe, 82 % de ces officiers (18 sur 22) devancent la mobilisation de leur classe, pourtant elle-même anticipée, de façon très significative18 : de 3 à 8 mois pour 13 d’entre eux (appartenant pour l’essentiel aux classes 1915 et 1916 ; la classe 1914, et pour cause, n’a guère eu le temps de devancer une mobilisation quasi immédiate), de 11 à 16 mois pour quatre d’entre eux (tous de la classe 1917), et même de plus de deux ans pour le dénommé Jean Burtin, qui s’engage dans l’infanterie à la fin du mois d’août 1914, alors qu’il n’est âgé que de 17 ans ; la classe 1918 dont il fait partie ne sera mobilisée qu’en avril-mai 1917. L’ensemble de ces choix révèle, me semble-t-il, une démarche largement volontariste : la volonté de prendre part individuellement à la défense collective de la patrie. Ils traduisent ainsi l’exaltation patriotique qui accompagne les premiers mois de la mobilisation. La confrontation avec la réalité de la guerre n’en sera que plus douloureuse. Mais c’est au niveau de l’échantillon en son entier qu’il nous faut poser la question du traumatisme de la Grande Guerre.

  • 19 Décédés et disparus (non retrouvés parmi les prisonniers et, par suite, vraisemblablement presque t (...)

19Le graphique qui suit permet de préciser l’impact qu’a eu cet événement dans le déroulement des trajectoires individuelles : il met en rapport la distribution des années de naissance des officiers de l’échantillon (histogramme) et les pertes relatives subies par ces classes d’âge au cours du premier conflit mondial (courbe)19.

Le traumatisme de la Grande Guerre

Le traumatisme de la Grande Guerre

% des officiers de renseignements appartenant à la classe d’âge
– o – % des pertes de la classe d’âge lors de la Première Guerre mondiale

  • 20 Il s’agit des classes militaires 1912 et 1913 déjà sous les drapeaux au moment de la mobilisation, (...)

20Malgré un léger décalage dans l’évolution des deux phénomènes, le constat d’ensemble est flagrant : les officiers qui intègrent le SR du Levant dans les années 1920 appartiennent majoritairement aux classes d’âge ayant payé le plus lourd tribut à la Première Guerre mondiale. Les deux tiers d’entre eux appartiennent en effet aux classes d’âge ayant perdu plus de 18 % de leurs mobilisés (classes 1882 à 1896) ; au cœur du carnage, plus du quart d’entre eux (27,8 %) appartiennent aux quatre classes d’âge ayant perdu de 25 à 30 % de leurs effectifs (1892 à 1895)20. À l’inverse, seuls 16,6 % des officiers de l’échantillon appartiennent à des classes d’âge relativement préservées, si l’on peut dire, car ayant perdu moins de 9 % de leurs mobilisés, ou n’ayant pas connu la guerre.

  • 21 SHAT, ess de Maurice Blondel, 8Ye, dossier n° 122 561.
  • 22 SHAT, ess de Louis Coustillière, 13Yd, Gx4, dossier n° 199.

21Même s’ils survivent à cette terrible épreuve, les officiers de notre échantillon n’en gardent pas moins physiquement les stigmates de la guerre. Quasiment les deux tiers de ceux qui ont combattu au moins 16 mois durant la Première Guerre mondiale (63 officiers sur 98), ont reçu une ou plusieurs blessures de guerre. Et encore ne s’agit-il là que d’un minimum attesté par les sources dont l’exhaustivité dans ce domaine reste à prouver. Une approche quantitative s’avère donc ici beaucoup trop aléatoire. Pour dresser une typologie des violences physiques de la guerre moderne, « massifiée » et industrialisée, le mieux est encore de s’attarder sur les meurtrissures de quelques destinées. Le parcours de Maurice Blondel est à cet égard tout à fait explicite. Né à Bayonne en décembre 1892, fils d’un sous-officier d’infanterie, Maurice Blondel s’engage volontaire pour 5 ans en décembre 1910, à l’âge de 18 ans. Son comportement sur le front, ponctué d’une dizaine de citations, lui permet de s’extraire du rang et lui vaut d’être fait chevalier de la Légion d’Honneur en octobre 1918. Cette promotion personnelle, il est allé la chercher au cœur du carnage : en mai 1916, devant Douaumont, il est blessé par éclats d’obus ; en avril 1918, devant Courcelles, il est intoxiqué par les gaz de combat, et un mois plus tard, au même endroit, il est blessé par balle21. La trajectoire de Louis Coustillière est très différente dans son déroulement, mais vient inexorablement buter sur la même tragédie. Né à Dijon en 1879, ce fils d’officier passe par Saint-Cyr, d’où il sort en 1902 avec le numéro 10/515. En juillet 1903, il entame en Tunisie une longue carrière africaine, qui le conduira au SR du Maroc où il restera jusqu’en avril 1917, date à laquelle il est rapatrié sur le front français. Pour ce vétéran de la « guerre arabe » et du baroud, la confrontation avec la guerre moderne est foudroyante. En trois mois, de juillet à octobre 1918, il reçoit coup sur coup trois blessures de guerre : en juillet, il souffre de plaies multiples de la face par éclats d’obus ; en octobre, il est d’abord intoxiqué à l’arsine puis, quelques jours plus tard, de nouveau atteint à la mâchoire par un éclat d’obus22.

22La Première Guerre mondiale apparaît ainsi comme une véritable ligne de faille dans la sédimentation de notre échantillon d’officiers. Elle n’est cependant pas exclusive d’autres expériences qui, avec moins de violence, se superposent et s’entremêlent pour donner sa texture au vécu de nos officiers. En particulier, il convient de voir dans quelle mesure l’expérience coloniale, en Afrique du Nord notamment, a pu s’affirmer comme un temps fort du parcours de ces officiers.

L’expérience coloniale

23Le séjour aux colonies concerne 55,6 % des officiers de l’échantillon ; une expérience coloniale par conséquent prégnante, sans être pour autant écrasante : 48 de nos officiers (soit 44,4 % de l’échantillon) arrivent en effet au Levant sans aucun antécédent colonial. Une donnée qu’il importe de garder à l’esprit pour la suite de l’analyse. Pour les autres, l’expérience coloniale, c’est d’abord et avant tout un séjour en Afrique du Nord. Le tableau qui suit le montre clairement : sur les 60 officiers de l’échantillon ayant une expérience coloniale, 53 sont passés par le Maghreb.

expérience coloniale

nombre

%

Asie

3

2,8 %

Afrique noire

2

1,9 %

Asie-Afrique noire

2

1,9 %

Asie-Afrique noire-Maghreb

2

1,9 %

Maghreb-Afrique noire

4

3,7 %

Maghreb

47

43,5 %

sous-total expérience coloniale

60

55,6 %

pas d’expérience coloniale

48

44,4 %

Total

108

100,0 %

24Quelques mots néanmoins sur les 13 officiers de l’échantillon ayant servi dans d’autres domaines coloniaux, en Asie (au Tonkin surtout), et en Afrique noire (AOF, AEF et Madagascar). Il s’agit logiquement d’officiers appartenant presque exclusivement aux troupes coloniales (11 cas sur 13), et accomplissant outre-mer des séjours relativement longs (de 1,5 à 10,5 ans avec une durée moyenne de 3,5 ans). Cette expérience a-t-elle pesé sur la manière dont ces militaires concevaient leur rôle outre-mer ? Il convient de distinguer ici deux types de situation. Pour cinq d’entre eux, le premier contact avec ces terres lointaines de l’Empire colonial est postérieur à la Première Guerre mondiale, à une époque où les responsabilité politiques et administratives de l’armée y sont en net recul. Les autres au contraire, s’ils n’ont pas connu les grandes heures de la conquête, ont néanmoins baigné dans une atmosphère où l’armée tenait à la fois les rênes de la pacification et ceux de l’organisation politique et administrative : ce sont les colonies du Tonkin et de Madagascar façonnées par Gallieni, ou encore les territoires militaires du Tchad, du Niger et de Mauritanie qui, après la dislocation du Soudan français en 1899, laissent encore de vastes champs d’initiatives aux militaires.

  • 23 SHAT, ess de Jean Tracol, 8Ye, dossier n° 116 792.
  • 24 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 174, 185 : en vue d’étudier l’ada (...)
  • 25 SHAT, ess d’Édouard Arnaud, 13Yd, Gx4, dossier n° 418.

25Deux exemples permettent de donner une épaisseur humaine à l’analyse. Voici tout d’abord le lieutenant d’infanterie coloniale Tracol, sorti de Saint-Cyr en octobre 1898 et qui fait partie du corps expéditionnaire de Chine de septembre 1900 à octobre 1901, avant de servir au Tonkin jusqu’en octobre 1902. Quelques années plus tard, il accomplit deux séjours à Madagascar, le premier en 1906-1907, puis le second, en tant que capitaine, de janvier 1911 à avril 191423. Autre trajectoire significative, celle du lieutenant d’infanterie coloniale Arnaud, sorti de Saint-Cyr en octobre 1897, et qui séjourne en AOF d’octobre 1903 à octobre 1905. Jeune capitaine, il est mis à la disposition du ministère des colonies pour une mission commencée dans le Sud algérien en février 1907 et prolongée en AOF jusqu’à l’été24. On le retrouve ensuite en AEF (de mars 1910 à mai 1912) où il prend part aux difficiles campagnes contre le Ouaddaï, l’un des derniers sultanats esclavagistes indépendants du continent africain25.

Caractéristiques générales du séjour nord-africain

26Mais l’expérience coloniale majeure est le séjour en Afrique du Nord, puisqu’il concerne quasiment un officier de notre échantillon sur deux. Il convient donc de détailler ici les modalités de cette expérience nord-africaine qui, incontestablement, représente un moment fort des trajectoires individuelles. Pour cela, deux étapes sont nécessaires. Dans un premier temps, on cherchera à offrir une vision d’ensemble de la question en posant quelques points de repère : quels sont les territoires nord-africains concernés et dans quelle proportion ? Quelle est la durée moyenne du séjour au Maghreb ? S’accompagne-t-il d’une expérience des AI ? Dans un second temps, nous tenterons de croiser ces données en les ordonnant selon un critère chronologique : la date de première arrivée en Afrique du Nord. Cette procédure nous permettra de décliner avec précision les différentes circonstances qui se sont succédé pour amener 53 de nos officiers à fouler le sol maghrébin. Premier temps logique de notre enquête, tracer le cadre général de l’expérience nord-africaine.

expérience au Maghreb

nombre

%

Algérie

14

13,0 %

Maroc

12

11,1 %

Algérie-Maroc

12

11,1 %

Algérie-Tunisie

2

1,9 %

Maroc-Tunisie

6

5,6 %

Algérie-Maroc-Tunisie

3

2,8 %

Tunisie

4

3,7 %

sous-total AFN

53

49,1 %

pas d’expérience en AFN

55

50,9 %

Total

108

100,0 %

durée de séjour en AFN

nombre

%

– de 1 an

11

20,8 %

de 1 à 3 ans

13

24,5 %

de 3 à 6 ans

17

32,1 %

de 6 à 9 ans

7

13,2 %

+ de 11 ans

5

9,4 %

Total

53

100,0 %

expérience des AI

nombre

%

AI Algérie

2

1,9 %

SR Maroc

11

10,2 %

Troupes auxiliaires Maroc

3

2,8 %

AI Tunisie et SR Maroc

1

0,9 %

trois services

1

0,9 %

sous-total AI

18

16,7 %

pas d’expérience des AI

90

83,3 %

Total

108

100,0 %

service dans les AI

nombre

%

– de 1 an

3

16,6 %

de 1 à 3 ans

5

27,8 %

de 3 à 6 ans

5

27,8 %

de 6 à 9 ans

4

22,2 %

de 11 à 12 ans

1

5,6 %

Total

18

100,0 %

27La première remarque introduit une nuance dans la mesure du phénomène : 11 officiers restent moins d’une année au Maghreb où ils ne font finalement que passer. Autrement dit, un cinquième des officiers ayant servi en Afrique du Nord n’y ont pas effectué un séjour véritablement significatif. Deuxième remarque : la prédominance de l’Algérie et du Maroc. Les deux territoires ont le même poids (31 officiers sont passés par la colonie et 33 par le protectorat), avec au surplus, une très forte perméabilité entre les deux expériences (15 officiers, soit en gros la moitié de chacun des deux effectifs, ont servi dans les deux territoires).

28La troisième remarque concerne les AI : l’expérience nord-africaine est-elle, pour ces officiers, une expérience spécialisée dans ce domaine ? L’expérience des AI (à laquelle on a rattaché l’encadrement des troupes auxiliaires marocaines) concerne en fait 18 des 53 officiers ayant servi au Maghreb, soit une proportion non négligeable d’un tiers. Mais ce constat doit être fortement nuancé. Seuls 10 de ces officiers peuvent être considérés comme de véritables spécialistes des AI, domaine dans lequel ils ont servi pendant au moins 3 ans (et jusqu’à 12 ans pour l’un d’entre eux), alors qu’à l’inverse, trois officiers n’y sont restés que pendant quelques mois. Surtout, c’est à l’ensemble de l’échantillon qu’il convient de rapporter ces chiffres : sur les 108 officiers de l’échantillon, 15 % seulement ont des antécédents dans les AI d’Afrique du Nord. L’image qui prévaut alors est celle d’un cadre de spécialistes, constituant l’armature d’un SR du Levant très majoritairement constitué d’officiers n’ayant aucune expérience des AI (dans 85 % des cas), voire aucune expérience coloniale du tout (dans 45 % des cas). Dernière remarque enfin, qui vient conforter l’importance de l’expérience marocaine pour notre propos : la quasi-totalité (16 sur 18) des officiers présentant une expérience des AI en Afrique du Nord, l’ont acquise, de façon exclusive pour 14 d’entre eux, ou en partie pour les deux autres, dans le cadre du SR du Maroc.

  • 26 Surtout après 1887. Cf. G. Pedroncini dir., op. cit., p. 46-47.
  • 27 Grignotage du Maroc oriental à partir d’Aïn Sefra, expéditions d’Oujda et de Casablanca de 1907, in (...)

29Cette prédominance du Maroc, plus ou moins perceptible en termes quantitatifs, doit être soulignée. Historiquement en effet, l’expérience marocaine, pour ces officiers entrés dans l’armée entre 1889 et 1925 (avec significativement 1912 pour année médiane), est sans doute porteuse d’une signification particulière. Alors que l’armée d’Afrique est stratégiquement intégrée dans les plans de défense de la métropole tournés vers l’Allemagne26, l’Algérie et la Tunisie ne constituent pas vraiment un front, en dehors peut-être des confins sahariens particulièrement agités au cours du premier conflit mondial (révolte du Sud tunisien et coups de main sénoussistes). Le Maroc, au contraire, constitue la seule véritable conquête d’envergure de l’époque, sans commune mesure avec les campagnes de Mauritanie ou du Tchad des années 1908-1913 : de part et d’autre de la grande conflagration mondiale qui va monopoliser, pendant plus de quatre ans, l’essentiel de l’activité guerrière, le Maroc donne le ton de l’histoire militaire du temps27. Plus encore, pour les militaires de cette génération, le Maroc, ce n’est pas seulement des terres à conquérir et des batailles à gagner ; c’est aussi, au moins jusqu’au milieu des années 1920, une société à prendre en charge et un projet politique à faire aboutir : le Maroc est alors, et de loin, le principal champ d’action offert à l’exercice de responsabilités politiques et administratives par l’armée, une mission qu’elle n’exerce plus par ailleurs que dans les seules zones de confins, que ce soit en Algérie ou en Tunisie.

30Après avoir évoqué le cadre général de l’expérience nord-africaine, on peut maintenant entrer dans le détail des différentes situations historiques qui ont présidé, pour notre groupe d’officiers, à la prise de contact effective avec l’Afrique du Nord. Trois grandes périodes peuvent être distinguées, donnant lieu chacune à un ou plusieurs types de situation.

début du 1er séjour

nombre

%

1900-1911

14

26,4 %

1913-1917

13

24,5 %

1919-1923

19

35,8 %

1925

5

9,4 %

après 1926

2

3,8 %

Total

53

100,0 %

Analyse séquentielle

31Pour les officiers de l’échantillon arrivés en Afrique du Nord entre 1900 et 1911, le croisement des indicateurs disponibles met en évidence un type de situation assez homogène qui s’infléchit légèrement à partir de 1907. Cinq officiers sont arrivés au Maghreb avant cette date : pour ces militaires, on note tout d’abord la prédominance d’une expérience multiple de l’Afrique du Nord, associant deux, voire les trois territoires de la région (4 cas sur 5). Ces quatre trajectoires complexes se rejoignent par ailleurs au Maroc (antériorité du séjour en Algérie et en Tunisie), au moment des campagnes de 1907 pour trois d’entre elles, et en 1911 pour la dernière. Enfin, pour trois de ces officiers, l’expérience nord-africaine va se prolonger pendant la Première Guerre mondiale, puisqu’ils passent en moyenne les trois quarts du conflit dans une région qu’ils ne quittent qu’en 1917-1918.

  • 28 À la suite de la bataille de Kousseri, sur les bords du lac Tchad, le 22 avril 1900.
  • 29 SHAT, ess de Georges Trenga, 8Ye, dossier n° 9 520.

32Au total, on a là de vieux routiers de l’Afrique du Nord, totalisant en moyenne plus de 11,5 ans de présence au Maghreb. C’est du reste parmi ces cinq officiers arrivés en Afrique du Nord avant 1907, que l’on trouve trois des meilleurs spécialistes des AI qui intégreront par la suite le SR du Levant. La trajectoire de l’officier interprète Georges Trenga est tout à fait explicite. Né à Alger en mars 1881, Trenga intègre les AI de Tunisie en novembre 1903, comme stagiaire interprète au cercle de Médénine, cercle créé dans le Sud tunisien une quinzaine d’années plus tôt pour couvrir la zone frontière du côté de la Tripolitaine. Moins d’un an après, en octobre 1904, il est mis à la disposition du ministre des colonies pour servir dans les territoires militaires de l’Oubangui-Chari-Tchad, au lendemain de l’élimination de la puissance de Rabah28. En octobre 1907, il rejoint les troupes débarquées à Casablanca, et reste au Maroc jusqu’en décembre 1917. Il part ensuite combattre en métropole, mais réintègre le SR du Maroc de mai à novembre 1919, avant d’être désigné pour servir au Levant29.

33Les neuf officiers qui arrivent en Afrique du Nord entre 1907 et le début de 1911, vivent globalement la même expérience, avec néanmoins quelques inflexions. La trajectoire complexe est là encore la norme : dans 8 cas sur 9, le séjour en Afrique du Nord associe deux, voire les trois territoires. De même, on retrouve l’antériorité du séjour en Algérie et en Tunisie : les 8 trajectoires complexes se rejoignent une nouvelle fois au Maroc, mais cette fois-ci exclusivement en 1911-1913, au moment de l’instauration du protectorat. Leur expérience de l’Afrique du Nord, tout en restant importante, est cependant moindre, avec en moyenne 6 années de présence en Afrique du Nord avant leur affectation au SR du Levant. Même inflexion pour l’expérience spécifique des AI : sans être absente, elle est quantitativement moins marquante (3 cas sur 9). Enfin, la tendance à prolonger l’expérience nord-africaine pendant la Première Guerre mondiale n’est pas confirmée. Arrivés plus tard au Maghreb, ces militaires en repartent également plus tôt : 8 d’entre eux quittent la région au début du conflit, même si pour trois de ces officiers, il ne s’agit en fait que d’un fractionnement du séjour, réamorcé par un retour précoce en 1916-1917.

34Les treize officiers de l’échantillon qui arrivent au Maghreb entre 1913 et 1917 voient leur expérience nord-africaine assujettie aux contraintes de la Grande Guerre européenne : les carrières sont ballottées par l’accélération de l’histoire, d’où l’importante dispersion des profils. Peut-on malgré tout, en dépit de cette mauvaise lisibilité conjoncturelle, repérer des logiques qui se meurent et d’autres qui émergent ? Premier constat : séjours simples et trajectoires complexes s’équilibrent durant cette période : 6 séjours simples pour 7 trajectoires complexes. Second constat : il n’y a plus, comme avant-guerre, de circuits préférentiels modelant les trajectoires complexes. Alors que l’antériorité du séjour algérien ou tunisien exprimait la réalité de la conquête du Maroc, on a désormais presque autant de circuits que d’individus : 6 circuits différents pour 7 trajectoires complexes. Cette dispersion des trajectoires est doublée d’une grande variation dans la durée des séjours. Ici, la moyenne arithmétique est inopérante, car elle masque la variété de situations qui se déclinent en trois types.

  • 30 Ce profil statistique correspond à deux cas de figure : il s’agit soit d’officiers qui, arrivés au (...)

35Premier type de situation : c’est au cours de cette période que l’on repère les premiers séjours non significatifs. Cinq des treize officiers de la séquence restent en dessous de la barre des 16 mois de présence, et ne s’enracinent donc pas en Afrique du Nord où ils ne passent en moyenne que 10 % du temps de guerre. Logiquement, il s’agit le plus souvent de trajectoires simples (4 cas sur 5), et aucune expérience des AI ne vient étayer un séjour qui reste globalement superficiel30.

36On a ensuite une catégorie médiane de cinq officiers qui restent en moyenne en Afrique du Nord pendant 4,5 ans. C’est au sein de cette population que passe la ligne de partage la plus difficile à débusquer entre logiques d’avant-guerre et formules d’après-guerre. Dans trois des cinq cas, on a des officiers arrivés au Maghreb durant le second semestre de 1913, rapatriés en métropole au début de la guerre, et de retour en Afrique du Nord à partir de 1916. Deux d’entre eux vont d’ailleurs capitaliser leur première expérience nord-africaine en intégrant le SR du Maroc au cours de leur second séjour. Mais l’année 1916 charrie également de nouveaux arrivants (2 cas sur 5) dont c’est le premier séjour en Afrique du Nord : à l’inverse de leurs camarades, ces deux officiers n’ont eu aucun contact avec l’Afrique du Nord d’avant la guerre, et n’intègrent pas les AI.

  • 31 SHAT, ess de Hyppolyte Thémoy, 8Ye, dossier n° 63 372.

37Avec la dernière catégorie, on bascule vraiment sur le versant de l’après-guerre : il s’agit de trois officiers qui arrivent au Maghreb en pleine guerre mondiale, au cours du second semestre de 1915 (en liaison notamment avec la révolte de Khalifa ben Asker et des Ouderna du Sud tunisien), et qui vont y rester jusqu’au cœur des années 1920. Au moment d’intégrer le SR du Levant, ces trois officiers auront ainsi acquis une solide expérience nord-africaine, basée sur une longue présence au Maghreb (de 7 à 13 ans), et doublée d’une véritable expertise dans le domaine des AI (entre 5 et 9 années de service). On a là en fait une nouvelle génération de spécialistes des AI, qui arrivent en Afrique du Nord au moment même où les Trenga, Arnaud et autres Coustillière s’apprêtent à la quitter. Nés entre 1888 et 1894, ils ont en moyenne 13 ans de moins que leurs prédécesseurs vétérans du Maghreb d’avant-guerre, et n’arriveront au Levant que dans la seconde moitié des années 1920. Le parcours d’Hyppolyte Thémoy mérite ici d’être évoqué. Né à Bordeaux en 1888, Thémoy est placé hors cadres au service des AI de Tunisie en octobre 1915 ; il y restera jusqu’à juillet 1920, passant notamment par les postes de Kebili et de Tatahouine. De septembre 1921 à octobre 1923, il est mis à la disposition du gouverneur général de l’Algérie, et affecté au bureau des AI d’Aïn Sefra. Enfin, il complète son expérience par le SR du Maroc, où il sert de février 1926 à juin 1927, dans la région de Marrakech notamment. Il sera l’année suivante volontaire pour le Levant, où ses antécédents en feront un personnage central dans la réforme du SR du Levant du début des années 193031.

  • 32 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 62.
  • 33 Pour en terminer avec la conquête du « Maroc utile ». Ibid., t. 2, p. 8.

38L’expérience nord-africaine des 19 officiers qui arrivent pour la première fois au Maghreb au lendemain de la Première Guerre mondiale et au début des années 1920, peut être profilée en insistant sur trois caractéristiques. Première caractéristique : la prédominance très marquée des séjours simples (16 cas sur 19). Le pays de destination n’est pas aléatoire, mais corrélé à la date d’arrivée : en 1919, on débarque au Maroc (4 cas sur 5), en liaison sans doute avec les premières alertes rifaines et le soulèvement du Tafilalet32 ; en 1920-1922, on séjourne en Algérie ; en 1923 enfin, c’est de nouveau le Maroc, dans le cadre peut-être de la remontée conjoncturelle des effectifs qui, pour un court moment, perturbe le rapatriement en forme de trend des troupes stationnées au Maroc33. Deuxième constat à mettre en avant dans ce portrait de groupe : la plupart des officiers de cette cohorte ont commencé leur carrière militaire avec la Première Guerre mondiale (15 cas sur 16). La rupture est ici vraiment consommée avec les réalités d’avant-guerre. Dernière notation enfin : c’est dans cette population que l’on rencontre les premiers cas d’officiers ayant séjourné au Levant avant même de servir en Afrique du Nord. Cinq officiers sont dans ce cas, tous arrivés au Levant pour participer aux difficiles affaires de Cilicie. Ils en repartent au plus tard en 1921, et sont donc orientés vers le Maghreb où ils arrivent entre 1921 et 1923.

  • 34 Jacques Frémeaux, « Expédition de guerre et imaginaire colonial : Autour de L’Escadron blanc », in (...)
  • 35 SHAT, ess d’Augustin de Labarrière, 8Ye, dossier n° 69 858.

39Un seul officier de cette séquence acquiert finalement une véritable expertise dans le domaine des AI, et se rattache d’une certaine manière à la génération des spécialistes dont on a signalé l’émergence en pleine guerre mondiale. Augustin de Labarrière, né en 1899, arrive en Algérie en septembre 1920. Deux ans plus tard, il est détaché en qualité d’élève au cours d’instruction préparatoire au service des AI qui fonctionne alors à Alger, stage au terme duquel il intègre la compagnie saharienne du Touat. C’est là qu’il croise le lieutenant Flye Sainte-Marie qui, au tout début des années 1920, avait fait partie des premiers officiers méharistes du Levant, et qui inspirera à Joseph Peyré son fameux lieutenant Marçay de L’escadron blanc34. En juillet 1926, Augustin de Labarrière accomplit un trajet inverse à celui de son illustre camarade, puisqu’il est affecté au SR du Levant : il y restera jusqu’en juillet 193935.

40Au terme de ce parcours, une conclusion d’ensemble peut être avancée. Pour les officiers de notre échantillon, l’expérience nord-africaine, quantitativement marquante, se décline en une pluralité de situations historiques, à partir desquelles deux grandes tendances peuvent néanmoins être dégagées. Avant la guerre, la longue durée des séjours et une propension certaine pour les AI se conjuguent en une manière de « carrière africaine », aux allures de spécialisation, voire de vocation. Avec la Première Guerre mondiale, ce type de trajectoire devient minoritaire : le raccourcissement et le fractionnement des séjours reflètent désormais la subordination du théâtre nord-africain aux nouvelles priorités, le plus souvent européennes, dictées par le règlement du conflit. Dans ce nouveau contexte international, le séjour en Afrique du Nord devient une mission militaire parmi d’autres, une étape dans un circuit des théâtres d’opérations extérieures qui se ramifie et s’accélère.

Les théâtres d’opérations extérieures non coloniaux36

  • 36 Pour simplifier, l’expression « théâtres d’opérations extérieures » (TOE) sera utilisée ici pour le (...)

41Au lendemain de la guerre, l’armée française est en effet présente dans plusieurs régions européennes, en Rhénanie et dans les Balkans notamment, où l’ont conduite les nécessités de la guerre et de son règlement. Dans quelle mesure ces nouvelles missions de l’armée française ont-elles affecté les carrières des officiers de notre échantillon ? Le tableau qui suit permet de répondre à cette question.

séjour TOE

nombre

%

Orient

21

19,4 %

Rhénanie

26

24,1 %

Orient et Rhénanie

6

5,6 %

Pologne

6

5,6 %

sous-total TOE

59

54,6 %

pas de séjour TOE

49

45,4 %

Total

108

100,0 %

  • 37 Patrick Facon, Soldats français de l’armée d’Orient (1915-1919). Recherches sur le moral et approch (...)
  • 38 Les dernières troupes françaises évacuent les Dardanelles en septembre 1922.
  • 39 Il faut comprendre ici les trois zones de Mayence, Coblence et Cologne prévues par le traité de Ver (...)

42L’expérience des TOE n’est donc pas, à proprement parler, une expérience secondaire, puisqu’elle concerne 55 % de l’échantillon, soit une proportion identique à celle des officiers ayant une expérience coloniale. Deux théâtres d’opérations extérieures polarisent l’essentiel des trajectoires (53 cas sur 59). Les Balkans d’abord, où l’armée d’Orient37, basée à Salonique à partir d’octobre 1915, perce le front bulgare en septembre 1918. Après les armistices, elle restera présente dans la région sous la forme de plusieurs corps d’occupation : armées de Hongrie et du Danube et corps d’occupation de Constantinople38. Les pays rhénans ensuite39, dont l’occupation de fait s’amorce dès novembre 1918, et qui sera entérinée par les clauses du traité de Versailles. Le principe d’une évacuation anticipée de la Rhénanie sera finalement adopté par la conférence de La Haye en août 1929, en liaison avec l’ajustement progressif de la question des réparations (adoption simultanée du plan Young).

Les coordonnées chronologiques des TOE

43La première étape de l’enquête consiste à préciser les coordonnées chronologiques de cette expérience des TOE, telle qu’elle a été vécue par les officiers de notre échantillon. Le recours aux dates extrêmes de début et de fin de séjour permet simplement de caler ces trajectoires individuelles dans les grands rythmes des relations internationales. Pour l’armée d’Orient, avec mai 1915 comme date de première arrivée et octobre 1923 comme date de dernier départ, on passe ainsi de l’expédition des Dardanelles à l’évacuation d’Istanbul par les Alliés. Pour l’armée du Rhin, les dates extrêmes sont novembre 1918 et juin 1930, autrement dit, de l’armistice à l’évacuation anticipée des deuxième et troisième zones rhénanes.

44Mais l’objectif utilisé est trop grand qui nous fait passer de la promiscuité macabre des plages de Gallipoli aux dernières illusions d’une sécurité collective en sursis. Pour coller d’un peu plus près à la trajectoire de ces officiers, il nous faut abandonner le grand angle des dates extrêmes, et avoir recours par exemple aux dates médianes de début et de fin de séjour. Pour les officiers de notre échantillon passés par l’armée d’Orient, le centre de gravité du séjour dans les Balkans se situe entre février 1919 et mai 1920 : 75 % de ces officiers (20 officiers sur 27) ont partiellement ou totalement séjourné en Orient durant cette période ; pour l’armée du Rhin, cette séquence chronologique médiane est plus étalée, de mai 1921 à janvier 1924, et implique 80 % des officiers concernés. Entre la campagne plus compacte de l’immédiat après-guerre qui s’enracine au cœur même du conflit, et l’occupation plus durable qui penche résolument du côté des années 1920, l’expérience des TOE est sans doute vécue par nos officiers sur des modes assez différents, selon qu’ils séjournent en Orient ou dans les pays rhénans.

  • 40 Les effectifs de l’armée d’Orient varient de 56 000 hommes en décembre 1915 à 221 000 hommes en jui (...)

45Dernière mise au point pour achever la photographie chronologique de cette expérience des TOE : le repérage d’éventuels moments forts dans la mobilisation de nos officiers en Orient et en Rhénanie. Pour les officiers passés par l’armée d’Orient40, trois vagues peuvent être repérées, concentrant à elles seules 70 % des arrivées (19 cas sur 27), et correspondant chacune à un moment clé dans l’histoire de cette armée. Dans sa thèse déjà citée, Patrick Facon montre en effet qu’il y eut comme trois armées d’Orient successives. La première, celle des vétérans de Macédoine débarqués dès le début de la campagne, survit dans une misère morale (absence des permissions), sanitaire (paludisme) et matérielle, jusqu’aux premiers craquements de l’été 1917, lorsque des germes de révolte conduisent le commandement à instaurer un système de relève individuelle. C’est dans ce cadre que s’inscrit la première vague d’arrivées en Orient des officiers de notre échantillon, entre mai 1915 et janvier 1916.

46La deuxième armée d’Orient s’affirme définitivement après l’armistice de septembre 1918, lorsque l’arrivée continue de jeunes recrues, n’ayant pas achevé leur temps sous les drapeaux et venus en Orient à contrecœur, finit par modifier en profondeur la sociologie de l’armée d’Orient. Plus hétérogène, cette nouvelle armée, s’attendant à une simple mission d’occupation des pays vaincus, allait s’opposer avec violence à toute reprise des opérations actives : les mouvements de révolte, qui frappent les unités engagées en Russie méridionale au cours des mois de février-avril 1919, annoncent les fameuses mutineries de la merNoire. C’est lors de l’émergence de cette deuxième armée d’Orient, que la deuxième vague des officiers de notre échantillon arrive dans les Balkans, entre septembre et novembre 1918. Enfin, les événements de Russie méridionale conduisent le commandement à modifier complètement le recrutement de l’armée d’Orient, et à substituer aux unités métropolitaines des régiments de tirailleurs ou de coloniaux, jugés plus sûrs et moins perméables au « mauvais esprit ». C’est pour encadrer cette troisième armée d’Orient, qu’une troisième vague de nos officiers arrive dans les Balkans entre mars et août 1919.

  • 41 Au début des années 1920, l’armée du Rhin compte 6 divisions d’infanterie et 1 division de cavaleri (...)

47L’histoire de l’armée du Rhin paraît finalement moins connue41. Cependant, sa position au cœur même des relations internationales du temps en fait une réalité particulièrement sensible aux aléas de la conjoncture diplomatique, libérant par conséquent quelques éléments d’explication quant au rythme également ternaire qui affecte les arrivées de nos officiers en Rhénanie. C’est entre octobre 1919 et février 1920 qu’une première vague significative d’officiers de notre échantillon arrive en Rhénanie, en application des dispositions négociées à Versailles, prévoyant l’occupation de la rive gauche du Rhin comme garantie militaire contre l’Allemagne. Entre mai et août 1921, on enregistre une deuxième vague d’arrivées de nos officiers, à la suite sans doute de l’échec des deux conférences de Londres de mars-avril 1921, au cours desquelles le désaccord sur la question des réparations semble total entre les Alliés et les autorités allemandes. La pression se fait alors de plus en plus forte : tandis que Düsseldorf, Ruhrort et Duisbourg sont occupées en mars 1921, les Alliés songent également à investir la Ruhr. Les territoires occupés passent ainsi du statut de garantie militaire à celui de moyen de pression dans la question des réparations. Cette logique trouve son terme dans l’occupation du bassin de la Ruhr, décidée par Poincaré en janvier 1923, et qui constitue la trame de fond du troisième et dernier mouvement significatif d’arrivées en Rhénanie d’officiers de notre échantillon, entre janvier 1923 et janvier 1924.

L’expérience des TOE

  • 42 22 % des officiers de l’échantillon à être passés par l’armée d’Orient, et 19 % de ceux qui ont con (...)

48La chronologie de cette expérience des TOE qui charrie, on l’a vu, un nombre important d’officiers de notre échantillon, met ainsi en évidence deux épisodes qui se recoupent chronologiquement sans pour autant se recouvrir. Ce décalage chronologique s’accompagne-t-il de différences structurelles plus profondes ? Pour répondre à cette question, il nous faut d’abord scruter les modes d’insertion de ces deux TOE dans l’ensemble des trajectoires de nos officiers. Le premier constat concerne la faible perméabilité des deux expériences : seuls six officiers de notre échantillon ont servi à la fois en Orient et dans les pays rhénans, soit en gros un officier sur cinq dans chacune des deux armées42. On a donc affaire à des filières plutôt parallèles, qui ne se croisent que relativement peu avant le Levant.

49Chacune d’elles semble du reste obéir à des logiques de recrutement assez différenciées. À cet égard, les officiers de l’échantillon ayant servi en Orient forment une population assez largement ouverte sur l’expérience nord-africaine, à laquelle 70 % d’entre eux ont participé (19 officiers sur 27). Les 32 officiers de l’échantillon ayant séjourné en Rhénanie, sans pour autant ignorer l’Afrique du Nord (12 d’entre eux y ont servi), forment malgré tout un groupe beaucoup moins ouvert sur l’outre-mer : 17 de ces officiers (53 %) n’ont ainsi aucune expérience coloniale au moment de leur arrivée au Levant. D’une certaine manière, on pourrait dire que les officiers ayant servi en Orient ont finalement connu, sinon une armée coloniale à proprement parler, du moins une armée fortement trempée dans l’expérience coloniale. À l’inverse, l’armée du Rhin paraît bien plus proche, et pas seulement géographiquement, de l’armée de métropole, voire d’une armée de garnison.

Durée Orient-Levant Durée Rhénanie-Levant

Durée Orient-Levant Durée Rhénanie-Levant
  • 43 Calcul de la différence (exprimée en mois) : [date de début de premier séjour au Levant] – [date de (...)

50Enfin, il nous a paru intéressant, dans ce balayage des modes d’insertion des TOE dans l’ensemble des trajectoires de nos officiers, de calculer la durée qui s’écoulait entre la fin du séjour en Orient ou en Rhénanie, et le début du premier séjour au Levant43. Les tableaux ci-dessus donnent les résultats de ce calcul, dont le graphique visualise les principaux enseignements.

51Premier constat : la forte proportion d’officiers passant pour ainsi dire directement, avec un battement qui ne dépasse pas cinq mois, des TOE européens au Levant (50 % des officiers de l’échantillon passés par l’armée d’Orient et 47 % de ceux passés par l’armée du Rhin). Il semble bien qu’il existe, au lendemain de la guerre, une sorte de circuit des TOE, au sein duquel le Levant succède immédiatement aux Balkans ou à la Rhénanie. Une précision doit cependant être apportée. Le calendrier des départs reproduit en effet le décalage précédemment observé dans les arrivées : pour les officiers de l’échantillon passés par l’armée d’Orient, 70 % des départs se concentrent entre octobre 1919 et août 1921, tandis que pour ceux passés par l’armée du Rhin, 63 % des départs s’étalent de mai 1921 à août 1925. L’expérience des Balkans apparaît ainsi comme un véritable prélude au séjour au Levant, une porte d’entrée précisément datée, l’immédiat après-guerre, et à sens unique : le circuit fonctionne presque exclusivement dans le sens Balkans-Levant. Au contraire, l’expérience des pays rhénans, en se prolongeant loin dans les années 1920, est sans doute moins commandée par les nécessités militaires que par le mouvement normal des relèves et des tours de TOE : les séjours en Rhénanie et au Levant s’interpénétrent plus qu’ils ne se succèdent. C’est ce que montre l’existence d’un courant significatif qui fait que dans 28 % des cas, les officiers de l’échantillon ayant servi dans l’armée du Rhin ont connu le Levant avant même d’arriver en Rhénanie. Tous ces officiers retourneront d’ailleurs une nouvelle fois au Levant pour un deuxième séjour, dessinant ainsi une sorte de circuit fermé des TOE.

  • 44 Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, 1985, p. 70-71.
  • 45 G. Pedroncini dir., op. cit., p. 341, de la création de la Garde républicaine mobile en 1921 aux di (...)

52Envisageons maintenant de façon plus concrète ce que fut le contenu historique de ces deux expériences. Le manque d’études sur l’épisode rhénan est fort dommageable. En particulier, il conviendrait de voir dans quelle mesure cette armée d’occupation fut une armée de garnison, assumant par conséquent une mission fort éloignée de la campagne quasi coloniale menée par l’armée d’Orient. L’armée du Rhin ne reste pourtant pas confinée dans ses casernes. Lors de ses interventions dans la Sarre en 1920, et surtout lors de l’occupation de la Ruhr en 1923, l’armée du Rhin est présente dans les mines et les usines (notamment aux usines Krupp le 31 mai 1923). Face à la résistance passive ou aux sabotages, elle est entraînée dans des échauffourées qui, dans la Ruhr, feront une centaine de tués (20 tués du côté français et 76 tués du côté des populations allemandes)44. Bref, l’armée du Rhin est amenée à faire du maintien de l’ordre, au moment même où en France, s’amorce le processus qui conduit à rendre en principe exceptionnelle sa participation à ce type de 45 mission45.

  • 46 Celle du Plasmodium falciparum, l’agent pathogène des formes graves, de la tierce maligne et des ac (...)
  • 47 Cité par P. FACON, thèse citée, p. 209.

53Bien différente est la situation qui prévaut dans les Balkans, où l’armée française se retrouve quasiment dans la position d’une armée coloniale, dont elle possède d’ailleurs, on l’a vu, certaines caractéristiques quant à sa composition. Les conditions sanitaires d’abord. À l’époque, la Macédoine est en effet l’un des derniers foyers de paludisme en Europe. La forme de la maladie y est la plus grave qui soit46. À l’été 1916, on frôle la catastrophe sanitaire : « Toutes les données officielles étaient fausses. Ici, nous avons la forme tropicale et sans la quinine, nous aurions eu un désastre comme à Madagascar. L’armée d’Orient aurait été détruite ; 76 % de nos soldats sont des paludiques »47. Les mesures prophylactiques prises par la suite allaient considérablement réduire les atteintes de première invasion. Par contre, les rechutes restèrent très nombreuses et, en 1917, on peut dire que l’armée d’Orient est composée d’hommes impaludés, développant des formes chroniques du fait des contaminations itératives, marqués pour des années, et parfois pour la vie. Pour un officier de l’échantillon passé par l’armée d’Orient, on diagnostique ainsi en 1932 des « séquelles de paludisme d’Orient », et 25 ans plus tard, en 1957, un « paludisme chronique avec retentissement viscéral sur l’état général : abdomen météorisé, foie hypertrophié, subictère conjonctival, langue saburrale » : à travers la terminologie standard des commissions de réforme, on devine le mal qui s’aggrave, le vieux compagnon morbide qui imprègne le présent et hypothèque l’avenir.

  • 48 Échec de la tentative de jonction avec l’armée serbe en novembre et décembre 1915, avancée bulgare (...)
  • 49 Recrutées parmi les petits paysans et encadrées par des réguliers bulgares ou des officiers de rése (...)
  • 50 P. FACON, thèse citée, p. 245-248.
  • 51 De septembre 1918 à septembre 1920. SHAT, ess d’Alfred Péria, 8Ye, dossier n° 50 550.
  • 52 SHAT, ess de Fernand Olivé, dit Oliva-Roget, 13Yd, Gx4, dossier n° 725.

54Le type de guerre ensuite. En dehors des quatre grandes phases d’engagement contre les troupes bulgares48, l’affrontement présente essentiellement des allures de guérilla, où les bandes de komitadji49 mènent une guerre d’embuscade et de harcèlement. Ce climat d’insécurité conduit l’armée d’Orient à adopter tout l’arsenal des mesures de contre-guérilla : exécution de tout homme pris les armes à la main, désarmement des populations, arrestation d’otages50. C’est dans ce contexte qu’est également reprise la formule des AI, conférant à certains officiers des responsabilités politiques et administratives. C’est ainsi que 5 des 27 officiers de notre échantillon à être passés par l’armée d’Orient ont effectivement assumé de telles responsabilités, dans la région des confins albanais notamment. Citons le capitaine Péria, officier du SR de Florina pendant deux ans51 ; ou encore le lieutenant Oliva-Roget, directeur de la police du territoire de Konitsa, chargé du SR d’un groupe mobile52.

  • 53 SHAT, ess d’Auguste Mortier, 13Yd, Gx4, dossier n° 179 et AD Val-d’Oise, fiche matricule n° 317 de (...)

55La trajectoire d’Auguste Mortier est ici particulièrement intéressante. Né en 1879, Auguste Mortier passe par Saint-Cyr, d’où il sort en octobre 1901 avec le numéro 213/545. En 1908, il entame dans les territoires du Sud algérien une longue carrière africaine, qui le conduira à partir de 1911 au SR du Maroc. En novembre 1915, il rejoint l’armée d’Orient à Salonique et participe aux principaux combats autour de Monastir, où il est blessé à deux reprises. Promu chef de bataillon en novembre 1916, il est ensuite détaché en Albanie en mars 1918 comme administrateur délégué du territoire de Pogradec, avant d’être nommé chef de la mission militaire française auprès des contingents albanais. Ainsi, à une expérience africaine de plus de sept années qui le qualifie comme spécialiste des AI, le chef de bataillon Mortier ajoute une expérience d’officier administrateur en Albanie, tandis que les cinq années qu’il passe en Orient le prédestinent naturellement à poursuivre sa trajectoire au Levant : il s’y imposera comme l’un des principaux cadres du SR, qu’il dirigera d’ailleurs de 1928 à 193153.

  • 54 Le paragraphe qui suit s’inspire directement des chapitres II et V de la thèse de P. Facon.

56Un dernier point semble intéressant à relever pour notre propos54 : l’existence d’une proportion significative d’officiers prolongeant leur séjour en Orient au-delà de la durée réglementaire de 18 mois. La palme revient sans nul doute à la 156e DI qui débarque aux Dardanelles au printemps 1915, et dont 28 % des cadres d’origine sont encore présents en Orient au lendemain de l’offensive de septembre 1918. Une propension que l’on retrouve dans quasiment toutes les unités, y compris chez les soldats, parmi lesquels se constituent progressivement des noyaux de vétérans. On retrouve cette caractéristique parmi les 27 officiers de notre échantillon ayant servi dans l’armée d’Orient :

Durée de séjour en Orient

nombre

pourcentage

– de 1 à 18 mois

16

61,5 %

– de 18 à 36 mois

6

23,1 %

– + de 36 mois

4

15,4 %

57Cette longévité a été un facteur important de la cohésion de l’armée d’Orient, en même temps que la source d’un très fort sentiment d’appartenance, renforcé par l’éloignement et attisé par le discrédit dans lequel elle était tenue. À la lourdeur de l’exil, s’ajoutent en effet un sentiment d’humiliation et une rancœur tenace nés de cette image de « planqués » qui leur colle à la peau (les fameux « jardiniers de Salonique » de Clemenceau) et freine leur avancement : à la différence des tranchées du front occidental, le front d’Orient n’est pas producteur d’héroïsme.

  • 55 Sur les 27 officiers de l’échantillon passés par l’armée d’Orient, dix (37 %) serviront également e (...)

58Un profond malaise s’installe ainsi entre les soldats d’Orient et une métropole qui semble occulter leur victoire et nier leurs sacrifices. Face à la crise de l’avancement qui frappe les cadres passés par les Balkans, et alors que la cohésion de nombreuses familles n’a pas résisté, semble-t-il, à la longueur de la séparation, le sentiment diffus de ne plus avoir grand chose à attendre d’un retour en métropole couve sans aucun doute parmi les vétérans de l’armée d’Orient. À la façon des armées napoléoniennes guerroyant loin de la France pendant de longues années, l’armée d’Orient, dans ses composantes les plus anciennes, finit peut-être par ressembler à une armée en rupture de cause, s’accrochant à son esprit de corps, beaucoup plus qu’à un idéal patriotique que le front d’Occident paraît avoir confisqué. Un état d’esprit qui, à n’en point douter, pèse sur ces hommes lorsqu’ils débarquent en Cilicie55. En effet, au moment même où la nation en liesse célèbre la victoire et la paix retrouvée, les voilà de nouveau confrontés, avec des faux airs de soldats perdus poursuivant leur Anabase, à la guerre de montagne et aux coups de main des tchétés. Dans ses mémoires, le général Zeller trace le portrait de quelques uns de ces soldats oubliés, qu’il croise lors du siège de cAyntab en décembre 1920 :

  • 56 André Zeller, Dialogues avec un lieutenant, Paris, 1971, P- 287-288.

« Puis je partis à la recherche de mon prédécesseur à la batterie, le lieutenant Odion, qui m’attendait dans une hutte de terre aménagée derrière ses canons. Lui aussi semblait euphorique. Mais c’était à l’idée de revoir la France, qu’il avait quittée depuis trois ans, pour arpenter avec sa batterie la Macédoine, la Serbie, la Roumanie et la Turquie. (...) Parmi les rengagés, certains avaient gravi, puis descendu, plusieurs fois, l’échelle des grades. Les uns provenaient du débarquement des Dardanelles d’avril 1915, d’autres de Salonique 1916, de Roumanie 1918, de Constantinople ou d’Odessa 1919 »56.

  • 57 Vingt-quatre officiers (22 % de l’échantillon) arrivent au Levant sans jamais avoir servi ailleurs (...)

59Au total, le passage des officiers de l’échantillon par les TOE non coloniaux me paraît recouvrir deux types d’expérience qui, d’une certaine manière, font écho à la discrimination précédemment établie pour l’expérience coloniale. Le background colonial de la campagne d’Orient fait qu’on y repère une majorité d’officiers (58 %) possédant, soit de solides antécédents coloniaux, ou bien qui acquièrent sur place, à la suite d’un assez long séjour, une certaine expertise dans les affaires orientales. Cette population statistique renvoie évidemment aux officiers de la carrière africaine et coloniale mise en évidence au paragraphe précédent. À l’inverse, seule une minorité des officiers passés par l’armée du Rhin (12,5 %) peut être considérée comme spécialisée des affaires indigènes, coloniales et/ou orientales. La moitié d’entre eux arrivent au contraire au Levant sans autre expérience extra-métropolitaine que le seul séjour en Rhénanie, suivant de la sorte une trajectoire très proche de la filière exclusivement métropolitaine57. Il est temps, on le sent bien, de passer à une analyse longitudinale des carrières, afin de repérer, autant que faire se peut, les quelques filières qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale et dans les années 1920, amènent nos officiers à servir en Syrie et au Liban.

Les filières d’affectation au Levant : formation, expérience et expertise

60À ce stade de l’analyse, l’arrivée en Syrie et au Liban ne signifie pas nécessairement l’intégration effective dans le SR. En choisissant comme paramètre de discrimination la date de début du premier séjour, ce sont d’abord d’éventuelles filières d’affectation dans l’armée du Levant que nous chercherons à mettre en évidence. Le calendrier des arrivées au Levant de nos officiers est le suivant :

date de 1re arrivée

nombre d’officiers

%

décembre 1918 à juin 1920

39

36,1 %

septembre 1920 à décembre 1921

23

21,3 %

juin 1922 à avril 1925

14

13,0 %

juillet 1925 à novembre 1926

25

23,1 %

septembre 1927 à février 1932

7

6,5 %

61Bien que l’échantillon soit construit à partir de documents datant de la seconde moitié des années 1920 et du début des années 1930, on remarquera la place prépondérante qu’occupent les officiers arrivés au tout début de l’épisode mandataire : plus de 57 % des officiers de l’échantillon arrivent ainsi pour la première fois en Syrie et au Liban entre décembre 1918 et décembre 1921. La nouvelle donne introduite par l’occupation de la zone Est, en juillet 1920, me paraît justifier la division de cette phase d’instauration du mandat en deux périodes distinctes, de part et d’autre de cet événement clé. Une troisième et dernière vague d’arrivées coïncide avec la répression de la révolte druze : 23 % des officiers de l’échantillon arrivent ainsi entre juillet 1925 et novembre 1926. Chacune de ces phases a donné lieu à la construction d’un schéma figurant les filières d’affectation, mesurant leur importance respective et indiquant leurs caractéristiques du point de vue de la formation des officiers, formation militaire à proprement parler, mais aussi, le cas échéant, expertise dans les affaires indigènes, coloniales et/ou orientales. Quelques points de repère paraissent nécessaires avant d’entrer dans le détail des vagues d’affectation.

Profil d’ensemble

  • 58 William Serman, Les officiers français dans la Nation (1848-1914), Paris, 1982, p. 7-9.
  • 59 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 92-93 ; K. Perkins, op. cit., p.  (...)

62Au début du XXe siècle, la moitié environ des officiers de l’armée française sortaient des grandes écoles militaires ; l’autre moitié sortait du rang, soit directement, soit en passant par les écoles de « sous-officiers élèves-officiers »58. En ce qui concerne les AI d’Afrique du Nord, les Bureaux arabes de la grande époque ont laissé l’image d’un corps d’élite où se sont illustrées de remarquables personnalités promises aux plus belles carrières. Pour la période 1844-1870, 64 % des officiers ayant servi dans les Bureaux arabes algériens sortent des grandes écoles militaires (Saint-Cyr, Polytechnique et écoles d’application de Saumur et de Metz)59. De 1846 à 1913, l’École spéciale militaire fournit à elle seule plus de la moitié de ces officiers. Cette situation vaut également pour les protectorats : 70 % des officiers ayant servi dans les postes du Sud tunisien entre 1887 et 1914 sortent ainsi des grandes écoles militaires ; quant au Maroc, le soin avec lequel Lyautey s’est attaché à faire du SR une pièce maîtresse du protectorat, laisse penser que l’on devait y retrouver la même élite militaire.

  • 60 Pendant la Grande Guerre, Saint-Cyr fut fermé et ses locaux utilisés pour la formation d’aspirants.

63La Première Guerre mondiale marque une rupture importante dans le profil des officiers des AI. En effet, au risque d’anémier dangereusement l’organisation que Lyautey vient tout juste de mettre en place au Maroc, le front métropolitain attire les meilleurs officiers, exposés comme leurs camarades aux coupes sombres de la guerre de masse. Dans le même temps, l’interruption du fonctionnement normal des grandes écoles60 empêche un véritable renouvellement par le haut des AI pendant et au lendemain de la guerre. Seul le Maroc paraît maintenir tant bien que mal son niveau de recrutement, puisque de 1912 à 1934,49 % des officiers ayant servi dans le SR sortent de Saint-Cyr. En revanche, ce taux s’effondre à 14 % pour l’Algérie des années 1920-1925.

64Sans exercer sur l’élite militaire la même attraction que le Maroc, le Levant réussit néanmoins à limiter quelque peu cette baisse tendancielle du niveau de formation des officiers administrateurs. Au moment de leur arrivée en Syrie et au Liban, 22,2 % des officiers de l’échantillon sont passés par l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, 18,5 % sortent des écoles de sous-officiers élèves-officiers (Saint-Maixent dans 16 cas sur 20) ; et 59,3 % sortent directement du rang. Deux conclusions peuvent être faites selon l’échelle de temps adoptée. Au regard de l’histoire générale des corps d’officiers administrateurs, le SR du Levant apparaît bien, du point de vue de la formation militaire de ses membres, comme un service relativement en retrait par rapport aux réalités africaines d’avant-guerre. Mais si l’on resserre l’analyse sur la période de l’après-guerre et des années 1920, on dira qu’il est tout simplement représentatif de ce moment précis de l’histoire des services spéciaux d’administration coloniale.

  • 61 Papiers Deleuze, Bulletin des promotions des « Croix de Guerre » (1919-1920) et de la « Dernière de (...)

65Bien qu’en infériorité numérique, les saint-cyriens de l’échantillon méritent d’être étudiés de plus près : au moins trois éléments discriminants agissent au sein de ce groupe relativement restreint, sans pour autant remettre en cause l’esprit de corps et le fort sentiment d’appartenance traditionnellement cultivés par les anciens élèves de la « Spéciale ». Premier élément de différenciation : un phénomène de génération, où interfère également la cohorte fortement typée des promotions de l’immédiat après-guerre. Sur les 23 saint-cyriens dont on cerne avec précision le cursus, 13 sont issus des promotions d’avant-guerre (1889 à 1913), et arrivent pour la plupart dans les années 1918-1921. Par contre, seuls trois officiers de l’échantillon sortent des promotions des années 1920 (1922-1925), et arrivent au Levant après la révolte druze. Entre ces deux générations séparées par l’abîme de la Grande Guerre, la promotion des « Croix de Guerre » de 1919-1920 présente la spécificité de rassembler une majorité d’officiers-élèves, lieutenants ou capitaines ayant gagné leurs galons sur le front61. Sept des officiers de l’échantillon sortent ainsi de cette promotion particulière, et cinq d’entre eux arrivent au Levant en 1921.

  • 62 Pour des promotions de l’ordre de 80 élèves ; SHAT, ess de Pierre Capitrel, 6Ye, dossier n° 25 377.

66Deuxième élément de différenciation : le prolongement éventuel de la formation militaire au sein des écoles d’application ou d’état-major. Seuls cinq de nos officiers ont ainsi poursuivi leur cursus au sein de l’école d’application de cavalerie de Saumur et/ou de l’École supérieure de guerre, et sans jamais faire partie, semble-t-il, des officiers les plus en vue du classement final. Le parcours de Pierre Capitrel est le plus complet. Né en 1869, il sort de Saint-Cyr en octobre 1891 avec le numéro 236/447. Après l’année réglementaire dans un régiment, il entre à l’école d’application de cavalerie de Saumur en octobre 1892, d’où il sort l’année suivante avec le numéro 46/65. En octobre 1903, il obtient son brevet d’état-major après ses deux années d’études à l’École supérieure de guerre, au terme desquelles il obtient le numéro de sortie 7762. Chef d’escadron depuis octobre 1914, il est envoyé en mission en Roumanie en 1916, dans le cadre de la préparation de l’entrée en guerre de ce pays aux côtés de l’Entente en août 1916. Promu lieutenant-colonel en avril 1918, il arrive au Levant dès février 1919, et devient chef des services politiques du vilayet d’Alep au lendemain de l’occupation de la zone Est en juillet 1920.

67Dernier facteur discriminant, les résultats obtenus aux examens de sortie de l’école permettent de situer avec plus de précision le niveau global de recrutement de cette fraction de l’échantillon. Sur 13 officiers dont on connaît le numéro de sortie, seuls deux sont à créditer de très bons résultats (dont Louis Coustillière, déjà rencontré, qui sort en 1902 avec le numéro 10/515). La plupart (6 cas sur 13) se situent néanmoins à un rang très correct, puisqu’ils terminent dans le deuxième quart des classements. Quatre officiers enfin terminent dans le dernier tiers.

  • 63 SHAT, Papiers du général Plan, 1K 407, Avec la 2e compagnie du Levant et les bédouins du désert de (...)

68Au total, ces éléments de différenciation ne sont donc pas tels qu’ils puissent remettre en cause l’esprit de corps propre aux anciens de la Spéciale. Au détour des souvenirs du général Plan, qui fut, au tout début des années 1920, l’un des premiers officiers de la 2e compagnie méhariste du Levant, on perçoit toute l’acuité de ce sentiment d’appartenance, d’autant plus fort qu’il est ici aiguisé par cette sorte d’accomplissement de l’officier de renseignements, que réalisent au désert les officiers méharistes : « Nous vivions tous là en camarades : le capitaine Chevillon qui avait notre âge, le lieutenant Flye Sainte-Marie de ma promotion de Saint-Cyr, le lieutenant Roussel, tous en pleine amitié et communion d’esprit, tous anciens saint-cyriens. (...) Tous cyrards de la Croix du Drapeau, de la Grande Revanche, des Croix de Guerre, ce qui explique peut-être notre union et notre foi commune dans le succès de la 2e méhariste »63.

69Second élément à prendre en compte dans la formation de nos officiers, leurs antécédents en matière d’affaires indigènes, coloniales et/ou orientales. On a précédemment observé, dans le détail des situations particulières à chaque théâtre d’opération, la constitution de noyaux de spécialistes, ayant acquis aux colonies, en Afrique du Nord ou en Orient, une manière d’expertise pouvant les préparer aux fonctions d’officiers administrateurs qu’ils auront à exercer au Levant. Il s’agit donc de faire maintenant la synthèse de ces indications appréhendées jusqu’alors de façon éparse. Le tableau à suivre consignent les principales données.

nombre

%

spécialistes des affaires coloniales

5

4,6 %

spécialistes de l’Afrique du Nord

9

8,3 %

spécialistes des Affaires Indigènes

10

9,3 %

spécialistes des affaires orientales

5

4,6 %

double spécialisation

3

2,8 %

sous-total spécialistes

32

29,6 %

non-spécialistes

36

33,3 %

sans expérience

40

37,0 %

total

108

100,0 %

  • 64 La catégorie « Affaires Indigènes » recouvre les services spécialisés d’Afrique du Nord tandis que (...)

70On remarquera la répartition à peu près équilibrée entre trois types de carrière. Un premier groupe correspond aux officiers qui n’ont connu que le service en métropole et/ou l’occupation des territoires rhénans : 37 % des officiers de l’échantillon arrivent ainsi au Levant sans aucune expérience de l’outre-mer. On a ensuite des officiers ayant effectivement servi aux colonies, en Afrique du Nord ou en Orient, mais sans être devenus pour autant des spécialistes de ce qu’il est convenu d’appeler la politique indigène : un tiers des officiers de l’échantillon n’ont ainsi accompli qu’un court séjour outre-mer, au cours duquel, en général, ils n’ont pas exercé de fonctions politiques et administratives. Enfin, 30 % des officiers de l’échantillon possèdent au contraire une longue expérience de l’outre-mer, et peuvent à ce titre être considérés comme de véritables spécialistes des affaires coloniales, indigènes et/ou orientales. Le détail des spécialisations64 montre un noyau d’« Africains », autour desquels viennent s’agréger quelques vétérans des colonies et de l’armée d’Orient : l’Afrique du Nord fournit bien l’essentiel de ces spécialistes (22 cas sur 32), avec notamment 13 officiers ayant une expérience significative des AI.

71Dernière étape avant d’entrer dans le détail des vagues d’affectation au Levant, le croisement des indicateurs de formation et de spécialisation militaires. Peut-on repérer en particulier une éventuelle corrélation entre l’excellence de la première et l’expertise née de la seconde ? Le tableau à suivre croise ces données.

72Premier constat : la répartition globale des niveaux de formation est en général respectée au sein de chacune des classes d’expertise, avec notamment la prédominance des officiers sortis du rang (pourcentage toujours supérieur ou égal à 50 %), et avec pour seule exception, parmi les non-spécialistes, un nombre moins élevé de saint-cyriens que d’officiers sortis des écoles de sous-officiers élèves-officiers. Par ailleurs, le recours à un indice de proximité tel qu’il a été précédemment défini (taux particulier/taux global) permet de repérer, à défaut d’une véritable corrélation, l’esquisse d’une logique de distribution. En particulier, on remarquera que les officiers de chacune des classes d’expertise se recrutent préférentiellement au sein de niveaux de formation différents : recrutement légèrement préférentiel des officiers ne possédant aucune expérience de l’outre-mer parmi ceux qui sortent directement du rang ; recrutement plus marqué des non-spécialistes parmi les officiers sortis des écoles de sous-officiers élèves-officiers, et surtout recrutement préférentiel des spécialistes parmi les saint-cyriens. Cette logique se retrouve-t-elle uniformément à chacune des étapes qui se sont succédé pour aboutir, au cours des années 1920, à la formation de ce corps original des officiers du SR du Levant ?

Analyse séquentielle

  • 65 J’entends ici par « séjour », non pas le séjour réglementaire de 18 mois, qui peut être renouvelé à (...)

73Les premiers schémas, relatifs aux 39 officiers de l’échantillon qui arrivent au Levant entre décembre 1918 et juin 1920, révèlent l’existence de trois grandes filières d’affectation. Le courant le plus important (17 cas, soit 43,6 % des officiers de cette séquence) charrie des officiers n’ayant aucune expérience de l’outre-mer, et qui arrivent ici directement de métropole (la filière rhénane est pour l’heure quasi inexistante). Par définition novices en matière de politique indigène, ils sortent en général directement du rang (14 cas sur 17), confirmant la corrélation pressentie entre « noviciat » et formation sur le tas. Ce profil influe naturellement sur les modalités d’entrée au SR : 5 officiers sur 17 servent uniquement dans la troupe, et ne rejoindront le SR que lors d’un deuxième séjour au Levant65. Pour les autres, on soulignera l’importance du délai qui sépare l’arrivée au Levant de l’entrée effective dans le SR : 25 mois de service dans les troupes du levant s’écoulent ainsi en moyenne avant qu’un officier de cette filière n’intègre le service.

  • 66 En dehors de la filière précédente où il est l’élément marquant du fait même de son exclusivité, le (...)

74Deuxième grand courant d’affectation, la filière qui conduit 12 officiers, soit directement, soit en transitant par la métropole66, d’Afrique du Nord au Levant. Le contraste avec la filière précédente est ici flagrant. On est loin d’avoir affaire à des novices en matière de politique indigène : la moitié de ces officiers peuvent être considérés comme de véritables spécialistes des affaires indigènes et/ou coloniales. Par ailleurs, la corrélation entre spécialistes et saint-cyriens trouve ici sa plus parfaite expression : 5 des 6 officiers pouvant être considérés comme des spécialistes sortent en effet de la Spéciale. Là encore, le profil joue sur les modalités d’entrée au SR. À la différence de la filière précédente, on peut dire que ces officiers viennent au Levant pour servir au SR : un seul attendra un séjour ultérieur pour y être détaché, tandis que 8 autres intègrent au contraire ce service dès leur arrivée. Au total, la durée moyenne séparant l’arrivée au Levant de l’entrée au SR n’est d’ailleurs plus que de six mois. En fait, entre les officiers expérimentés de la filière africaine et les novices directement venus de métropole, la différence n’est pas uniquement de carrière, mais bel et bien de génération : en 1919, les premiers ont en moyenne 36 ans, et tous sauf un se sont engagés dans l’armée avant 1907 ; quant aux seconds, ils ont en moyenne 27 ans, et 10 d’entre eux se sont engagés au cours de la Première Guerre mondiale (seuls 2 se sont engagés avant 1907).

75Enfin, la filière orientale (9 officiers) voit se côtoyer de jeunes officiers inexpérimentés et quelques Africains chevronnés. On notera ainsi que les quatre plus jeunes officiers de cette filière, âgés de 21 à 26 ans, sortent du rang, n’ont jamais servi en Afrique du Nord, et se sont tous engagés dans l’armée après 1911. Un seul d’entre eux intégrera le SR au cours de son premier séjour au Levant. À l’opposé de ce profil qui renvoie à celui de la filière métropolitaine, on trouve trois officiers ayant longuement servi en Afrique du Nord (entre 4 et 11 années), âgés de 33 à 37 ans au moment de leur arrivée au Levant, et tous engagés dans l’armée avant 1907. On retrouve bien là les principales caractéristiques de la filière africaine. Cette réalité composite de la filière orientale fait écho à l’histoire même de l’armée d’Orient, initialement formée de militaires ayant une forte expérience coloniale, et comme on l’a vu, renouvelée à partir de 1918 par l’arrivée de recrues de plus en plus jeunes, directement venues de métropole.

39 officiers affectés au Levant entre décembre 1918 et juin 1920

10 officiers affectés au Levant entre décembre 1918 et juin 1920 et pouvant être considérés comme des spécialistes des affaires indigènes, coloniales et/ou orientale

10 officiers affectés au Levant entre décembre 1918 et juin 1920 et pouvant être considérés comme des spécialistes des affaires indigènes, coloniales et/ou orientale

Conception graphique : J.-D. MIZRAHI (199)

23 officiers affectés au Levant entre septembre 1920 décembre 1921

23 officiers affectés au Levant entre septembre 1920 décembre 1921

10 officiers affectés au Levant entre septembre 1920 et décembre 1921 et pouvant considérés comme des spécialistes des affaires indigène, coloniales et/ou orientale

10 officiers affectés au Levant entre septembre 1920 et décembre 1921 et pouvant considérés comme des spécialistes des affaires indigène, coloniales et/ou orientale

76Lanouvelle donne introduite par l’occupation de la zone Est à l’été 1920, conduit-elle à une recomposition des filières d’affectation ? Les schémas à suivre, relatifs aux officiers arrivés entre septembre 1920 et décembre 1921, en témoignent : le tarissement de la filière métropolitaine et le ralentissement de la filière nord-africaine sont partiellement compensés par l’émergence encore timide d’une filière rhénane, et la résistance (en valeur absolue), ou l’affirmation (en valeur relative), de la filière orientale.

77On notera en outre le déplacement de l’axe d’expertise, de la filière nord-africaine à la filière orientale, cette dernière fournissant à elle seule 6 des 10 spécialistes de cette période. Il semble bien qu’en 1921, l’armée d’Orient libère plus facilement ses éléments les plus expérimentés, éléments qu’elle retenait encore les années précédentes, lorsque sa mission d’armée d’occupation étaient toujours d’actualité. Cette permutation des filières de spécialistes s’accompagne par ailleurs d’un certain nombre de changements quant à la formation des officiers concernés. On assiste en effet à un véritable retournement du rapport formation/expertise précédemment établi : en 1918-1920, 100 % des saint-cyriens et seulement 12 % des officiers sortis du rang pouvaient être considérés comme des spécialistes ; en 1920-1921 au contraire, seuls 37,5 % des saint-cyriens, mais 50 % des officiers sortis du rang présentent un profil spécialisé. Cette évolution s’explique notamment par l’importance (5 saint-cyriens sur 8) que prennent ici les promus de 1919 (Croix de Guerre), tous engagés volontaires des classes 1914-1918, ayant combattu sur le front français pendant tout leur temps de guerre, et n’ayant par conséquent que très peu servi en Afrique du Nord ou dans les Balkans.

25 officiers affectés au Levant entre juillet 1925 et novembre 1926

25 officiers affectés au Levant entre juillet 1925 et novembre 1926

6 officiers affectés au Levant entre juillet 1925 et novembre 1926 et pouvant être considéres comme des spécialistes des affaires indigènes, coloniales et/ou orientale

6 officiers affectés au Levant entre juillet 1925 et novembre 1926 et pouvant être considéres comme des spécialistes des affaires indigènes, coloniales et/ou orientale

Conception graphique J.-D. MIZHAHI (1999)

78Les schémas relatifs à la période juillet 1925-novembre 1926 font apparaître les principales caractéristiques des filières d’affectation mobilisées à l’occasion du déclenchement de la révolte druze. Devant la gravité de la situation, les deux grands bassins de recrutement de l’armée française sont à nouveau sollicités pour fournir la majorité des cadres dirigés sur l’armée du Levant en 1925-1926. De fait, on assiste à la réactivation des filières nord-africaine et métropolitaine qui avaient eu tendance à se rétracter depuis 1920. Par ailleurs, ces schémas témoignent de l’extinction quasi complète à cette date de la filière orientale, que vient compenser la consolidation d’une filière rhénane désormais bien installée dans le fonctionnement général des TOE.

  • 67 Un ensemble d’individus ayant vécu un événement semblable en même temps.
  • 68 57 % des spécialistes contre seulement 21 % des novices ont ainsi rejoint l’armée avant 1907 ; ces (...)

79Au terme de cette analyse, deux types de parcours bien spécifiques peuvent être mis en évidence. On a d’abord un noyau d’une vingtaine de spécialistes, formés à l’école nord-africaine, auxquels viennent s’agréger une dizaine de vieux coloniaux et autres vétérans de l’armée d’Orient. Ces officiers, qui formeront les premiers cadres du SR du Levant, se rattachent en définitive à l’équipe dirigeante qui, au tout début des années 1920, préside à l’organisation du mandat. À l’autre extrémité de l’éventail des carrières, une quarantaine d’officiers n’ont au contraire jamais servi outre-mer. Le calcul de l’année médiane de naissance donne, par rapport aux spécialistes, un écart de 8 années (1885 pour les spécialistes et 1893 pour les novices). Entre les deux groupes, cet écart marque, sinon une véritable rupture de génération, du moins un évident phénomène de cohorte67, la Première Guerre mondiale se substituant pour les novices à l’aventure coloniale des spécialistes68.

80Pour les spécialistes, l’entrée au SR peut en grande partie se lire comme la continuation d’une carrière, voire l’accomplissement d’une vocation. La brièveté du délai qui, dans leur cas, sépare l’arrivée au Levant du détachement au SR, semble l’attester : les deux tiers d’entre eux n’attendent pas six mois avant d’intégrer le service. Ces spécialistes arrivent donc au Levant pour exercer d’emblée une mission d’ordre politique et administrative. À l’inverse, ce passage n’est généralement pas immédiat pour les novices, dont l’entrée au SR n’intervient en moyenne qu’après 18 mois de présence, soit à la fin d’un premier séjour réglementaire. Pour ces officiers, la question doit donc être reformulée : qu’est-ce qui fait que ces hommes, arrivés au Levant avec leurs unités, ballottés par l’histoire et le hasard des affectations, choisissent au terme d’un premier séjour d’intégrer le SR du Levant, faisant par conséquent le choix d’une rupture selon toute vraisemblance durable avec le service en métropole ? Un premier élément de réponse peut être cherché du côté des origines sociales de ces officiers.

81On notera que le profil social des officiers considérés comme tout à fait novices en matière de politique indigène est très exactement l’inverse de celui des spécialistes. Ces derniers, dont on a déjà signalé le recrutement préférentiel parmi les saint-cyriens, sont d’origine bourgeoise dans une proportion nettement supérieure à celle calculée à partir de l’échantillon total. Au contraire, le recrutement des officiers n’ayant aucune expérience de l’outre-mer est très nettement orienté vers les classes populaires, dont est issu un officier de cette catégorie sur deux (contre 1 sur 4 pour la classe des spécialistes). Originaires des couches les plus défavorisées de la société, sortant généralement du rang (dans deux cas sur trois), ces officiers ont finalement assez peu à attendre de l’armée en terme de promotion sociale, en dehors de la difficile et fragile extraction que la guerre leur a permis d’opérer, mais que la paix leur interdit sans doute de prolonger. Face cette fermeture des perspectives, le SR du Levant leur offre l’opportunité d’une vie en marge des pesanteurs hiérarchiques et des mécanismes de sélection qui ne jouent pas, ils le savent, en leur faveur.

  • 69 Papiers Deleuze, lieutenant Pellerin à capitaine Deleuze, 1. X.1933, et lieutenant Tatin à capitain (...)

82Second élément d’explication : la volonté d’échapper à la vie de garnison et à la morne existence des casernes. C’est d’abord une constante, qui restera valable bien après les lendemains de la Grande Guerre. Au cœur des années 1930, la correspondance privée du capitaine Deleuze, alors chef du Contrôle Bédouin de Syrie, en témoigne : « Mon cher capitaine, Je suis actuellement en garnison à Pau et je pense ne pas y moisir car malgré que la France soit un pays magnifique, je trouve que dans l’armée on est mieux au loin » ; plus explicite, un autre correspondant lui écrit : « Je suis actuellement en garnison en France à Stenay, au 91e Régiment d’infanterie. Mais je suis dégoûté de la vie de France »69.

  • 70 SHAT, 7N 4177, lieutenant Weiser (en garnison en Rhénanie) à ?, s.d. (ca 1919-1920).
  • 71 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 43, qui cite cette lettre d’Henri de Bournazel à un ami prêtre : « Je (...)
  • 72 Louis Dillemann, « Les Français en Haute-Djezireh (1919-1939) », Revue Française d’Histoire d’Outre (...)

83Au lendemain du premier conflit mondial, ce refus de la vie en garnison prend néanmoins des accents particuliers, où pointe le traumatisme de la guerre : « Mon cher Jacques, Je reconnais la sincérité de ton amitié. Tu me demandes si je consens à partir en Cilicie. Ma réponse est oui. Ici, c’est la tristesse noire ; la démobilisation crée des vides irréparables dans nos unités. Nos vieux guerriers s’en vont peu à peu et il ne reste plus que des mal dressés venant du dépôt. L’occupation n’est donc pas, pour cette raison, particulièrement intéressante »70. Après avoir entamé leur vie d’adulte dans l’enfer des tranchées, les jeunes gens de cette génération vont chercher, au Maroc comme au Levant, « un exutoire à leur violence, un remède à l’ennui d’une carrière en garnison qui ne peut plus avoir pour eux qu’une saveur dérisoire »71. Dressant le portrait de deux jeunes officiers qui trouvèrent la mort en 1923, au terme d’une folle équipée qui les mena jusqu’aux rives du Tigre, Louis Dillemann, qui fit lui-même partie du SR du Levant à la fin des années 1920, écrit ces quelques lignes lourdes de sens : « L’autre chef de peloton, le lieutenant Carer, de l’artillerie coloniale, était de la classe 17. Happé par la guerre, comme Regard et tant d’autres officiers du Levant, avant d’avoir été inséré dans la vie sociale, il était resté dans l’armée à condition de continuer une vie d’action hors des casernes de la métropole »72.

84Avec ces « enfants de la guerre », poursuivant outre-mer une cathartique fuite en avant, et ces « fils de l’Empire », restés fidèles à une carrière de spécialiste aux allures de vocation, on a finalement cerné les deux profils les plus typés de nos officiers, entre lesquels vient se nicher l’irréductible diversité des existences.

Notes

1 Pour la consultation desquels j’ai bénéficié d’une dérogation du général Mourrut, chef du SHAT, série Y, archives collectives et individuelles de personnel.

2 CADN, États nominatifs des officiers du SR au 1. II.1925, 5. VIII.1926, 1.1.1929 (fds BM, 840) et 1. I.1931 (437).

3 Affaires militaires et organismes de temps de guerre (1800-1940).

4 Pour les officiers nés à Paris avant 1893 : AD Paris ; pour les officiers nés en Algérie depuis plus d’un siècle : CAOM ; pour les officiers nés en Algérie depuis moins d’un siècle : Ministère des AE, Direction des Français à l’étranger, Service Central d’État Civil à Nantes.

5 Jean-Luc PINOL et André Zysberg, Métier d’historien avec un ordinateur, Paris, 1995, p. 6.

6 Jean-Luc Pinol, Les mobilités de la grande ville. Lyon (fin XIXL-début XXe), Paris, 1991, p. 355-384.

7 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, 1991, p. 337-338 ; J.-L. Pinol, op. cit., p. 343 etpassim.

8 Cf. Carte p. 424.

9 Détail des catégories complexes : Grand Ouest (Bretagne, Basse-Loire, Maine, Anjou), Normandie (Normandie et Basse-Seine), Nord-Picardie (Flandre, Artois, Picardie), Nord-Est (Lorraine, Vosges, Jura, Côte d’Or et Franche-Comté), Bourgogne (Nivernais, Morvan et Auxerrois), Centre (Touraine, Orléanais, Berry), Ouest-Atlantique (Bordelais, Charente, Guyenne, Périgord), Auvergne (Auvergne, Cantal, Limagne), Piémont pyrénéen (Pyrénées, Pays basque, Béarn, Gascogne, Toulousain, Roussillon).

10 On notera par exemple que sur les 11 officiers originaires du Nord-Est dont on connaît la profession du père, 8, c’est-à-dire 72,7 %, viennent du monde des classes moyennes ; or, pour l’ensemble des 92 officiers de l’échantillon, 38, c’est-à-dire 41,3 %, sont originaires de ces classes moyennes : l’indice de proximité est ici égal à 72,7 (proportion régionale des classes moyennes) divisé par 41,3 (proportion globale des classes moyennes), soit 1,8, ce qui indique, pour cette région, un recrutement préférentiel des officiers dans les classes moyennes.

11 Le calcul d’un indice de proximité, tel qu’il a été défini plus haut, donnerait ici 3,8 pour les instituteurs du Grand Ouest et 2,2 pour les officiers du Nord-Est.

12 L’indice de proximité serait ici de 4 pour les propriétaires et de 2 pour les agriculteurs.

13 20 % des officiers originaires de ce Sud pyrénéen sont d’ascendance aristocratique, alors que ce taux n’est que de 8,3 % si l’on considère l’ensemble de l’échantillon. Au Maroc, 6,8 % des officiers de renseignements sont d’origine aristocratique en 1913 et 7,3 % en 1925. D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 47.

14 L’indice de proximité serait ici de 5,2 pour les agriculteurs.

15 Cinquante-deux mois de août 1914 à novembre 1918.

16 Guy Pedroncini dir., Histoire militaire de la France, t. 3, De 1871 à 1940, p. 264-267. Les auteurs donnent les chiffres suivants pour la subdivision de Béziers : de 7 à 8 % d’engagements volontaires pour les classes 1914 à 1917, près du quart de la classe 1918 et près du tiers de la classe 1919 !

17 Ibid., p. 266 ; à Béziers, un tiers d’engagements volontaires pour la classe 1919 et pas un seul dans l’infanterie.

18 Ibid., p. 257-258, est donné le calendrier de la mobilisation anticipée des classes 1914-1919.

19 Décédés et disparus (non retrouvés parmi les prisonniers et, par suite, vraisemblablement presque tous morts) ; les chiffres des pertes sont tirés du tableau de la p. 290, ibid.

20 Il s’agit des classes militaires 1912 et 1913 déjà sous les drapeaux au moment de la mobilisation, et des classes 1914 et 1915, les premières à être incorporées par anticipation, fin août-début septembre pour la première, et en décembre 1914 pour la seconde.

21 SHAT, ess de Maurice Blondel, 8Ye, dossier n° 122 561.

22 SHAT, ess de Louis Coustillière, 13Yd, Gx4, dossier n° 199.

23 SHAT, ess de Jean Tracol, 8Ye, dossier n° 116 792.

24 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 174, 185 : en vue d’étudier l’adaptation aux territoires de l’AOF du système des compagnies sahariennes d’Algérie.

25 SHAT, ess d’Édouard Arnaud, 13Yd, Gx4, dossier n° 418.

26 Surtout après 1887. Cf. G. Pedroncini dir., op. cit., p. 46-47.

27 Grignotage du Maroc oriental à partir d’Aïn Sefra, expéditions d’Oujda et de Casablanca de 1907, instauration du Protectorat amorcée au printemps 1911 par la marche sur Fès et parachevée par la répression de l’insurrection de 1912, retour de flamme insurrectionnel de l’été 1918 au printemps 1919, guerre du Rif enfin, en attendant la pacification du Sud marocain et des confins mauritaniens au cours des années 1931-1934.

28 À la suite de la bataille de Kousseri, sur les bords du lac Tchad, le 22 avril 1900.

29 SHAT, ess de Georges Trenga, 8Ye, dossier n° 9 520.

30 Ce profil statistique correspond à deux cas de figure : il s’agit soit d’officiers qui, arrivés au Maghreb en 1913-1914, doivent repartir en métropole dès le début du conflit ; soit d’officiers qui arrivent en fin de conflit (1918) avant d’être très rapidement dirigés sur le Levant pour y renforcer les troupes du général Hamelin.

31 SHAT, ess de Hyppolyte Thémoy, 8Ye, dossier n° 63 372.

32 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 62.

33 Pour en terminer avec la conquête du « Maroc utile ». Ibid., t. 2, p. 8.

34 Jacques Frémeaux, « Expédition de guerre et imaginaire colonial : Autour de L’Escadron blanc », in D’un Orient l’autre, t. 1, Paris, 1991, p. 281-297.

35 SHAT, ess d’Augustin de Labarrière, 8Ye, dossier n° 69 858.

36 Pour simplifier, l’expression « théâtres d’opérations extérieures » (TOE) sera utilisée ici pour les seuls théâtres d’opérations européens, Rhénanie et Balkans.

37 Patrick Facon, Soldats français de l’armée d’Orient (1915-1919). Recherches sur le moral et approche des mentalités, Thèse de 3e cycle, Paris X Nanterre, 1977-1978 ; voir aussi G. Pedroncini dir., op. cit., p. 186-201.

38 Les dernières troupes françaises évacuent les Dardanelles en septembre 1922.

39 Il faut comprendre ici les trois zones de Mayence, Coblence et Cologne prévues par le traité de Versailles, auxquelles s’ajoute l’occupation de la Ruhr de janvier 1923 à août 1925, et les opérations de maintien de l’ordre dans la Sarre sous administration internationale.

40 Les effectifs de l’armée d’Orient varient de 56 000 hommes en décembre 1915 à 221 000 hommes en juin 1918. Au total, environ 400 000 hommes sont passés par les Balkans entre 1915 et 1919 ; P. FACON, thèse citée, p. 146-169.

41 Au début des années 1920, l’armée du Rhin compte 6 divisions d’infanterie et 1 division de cavalerie, soit environ 100 000 hommes. À la même époque, la moitié de ses régiments d’infanterie est indigène : G. Pedroncini dir., op. cit., p. 328-333.

42 22 % des officiers de l’échantillon à être passés par l’armée d’Orient, et 19 % de ceux qui ont connu l’armée du Rhin.

43 Calcul de la différence (exprimée en mois) : [date de début de premier séjour au Levant] – [date de fin de séjour en Orient/Rhénanie] ; un résultat négatif indique l’antériorité du séjour au Levant.

44 Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, 1985, p. 70-71.

45 G. Pedroncini dir., op. cit., p. 341, de la création de la Garde républicaine mobile en 1921 aux dispositions de la loi sur l’organisation générale de l’armée du 13 juillet 1927.

46 Celle du Plasmodium falciparum, l’agent pathogène des formes graves, de la tierce maligne et des accès pernicieux.

47 Cité par P. FACON, thèse citée, p. 209.

48 Échec de la tentative de jonction avec l’armée serbe en novembre et décembre 1915, avancée bulgare de l’été 1916 repoussée au nord de Monastir à la fin de l’année, combats meurtriers du printemps 1917 autour de Monastir et dans la boucle de la Çerna, et percée victorieuse du front bulgare en septembre 1918.

49 Recrutées parmi les petits paysans et encadrées par des réguliers bulgares ou des officiers de réserve grecs farouchement royalistes et constantiniens.

50 P. FACON, thèse citée, p. 245-248.

51 De septembre 1918 à septembre 1920. SHAT, ess d’Alfred Péria, 8Ye, dossier n° 50 550.

52 SHAT, ess de Fernand Olivé, dit Oliva-Roget, 13Yd, Gx4, dossier n° 725.

53 SHAT, ess d’Auguste Mortier, 13Yd, Gx4, dossier n° 179 et AD Val-d’Oise, fiche matricule n° 317 de la classe 1899.

54 Le paragraphe qui suit s’inspire directement des chapitres II et V de la thèse de P. Facon.

55 Sur les 27 officiers de l’échantillon passés par l’armée d’Orient, dix (37 %) serviront également en Cilicie.

56 André Zeller, Dialogues avec un lieutenant, Paris, 1971, P- 287-288.

57 Vingt-quatre officiers (22 % de l’échantillon) arrivent au Levant sans jamais avoir servi ailleurs qu’en métropole.

58 William Serman, Les officiers français dans la Nation (1848-1914), Paris, 1982, p. 7-9.

59 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 2, p. 92-93 ; K. Perkins, op. cit., p. 40-47.

60 Pendant la Grande Guerre, Saint-Cyr fut fermé et ses locaux utilisés pour la formation d’aspirants.

61 Papiers Deleuze, Bulletin des promotions des « Croix de Guerre » (1919-1920) et de la « Dernière de la Grande Guerre » (1920-1921), avril 1941.

62 Pour des promotions de l’ordre de 80 élèves ; SHAT, ess de Pierre Capitrel, 6Ye, dossier n° 25 377.

63 SHAT, Papiers du général Plan, 1K 407, Avec la 2e compagnie du Levant et les bédouins du désert de Syrie, p. 61 ; ID., Carnet de route d’un officier des guerres des IIIe, IVe et Ve Républiques, p. 75.

64 La catégorie « Affaires Indigènes » recouvre les services spécialisés d’Afrique du Nord tandis que la catégorie « Afrique du Nord » concerne uniquement des officiers ayant accompli un long séjour au Maghreb, mais sans expérience des AI. Les trois officiers ayant une double spécialisation sont tous passés par les AI.

65 J’entends ici par « séjour », non pas le séjour réglementaire de 18 mois, qui peut être renouvelé à la demande de l’intéressé après des congés interrupteurs, mais toute présence continue au Levant non interrompue par une affectation sur un autre théâtre d’opération.

66 En dehors de la filière précédente où il est l’élément marquant du fait même de son exclusivité, le séjour en métropole n’est ni figuré sur le schéma, ni pris en considération dans l’analyse ; mais il va de soi que tous les officiers de l’échantillon ont servi en France à un moment ou un autre de leur carrière.

67 Un ensemble d’individus ayant vécu un événement semblable en même temps.

68 57 % des spécialistes contre seulement 21 % des novices ont ainsi rejoint l’armée avant 1907 ; ces proportions s’inversent quasiment pour les engagements postérieurs à 1914 : 23 % des spécialistes et 50 % des novices.

69 Papiers Deleuze, lieutenant Pellerin à capitaine Deleuze, 1. X.1933, et lieutenant Tatin à capitaine Deleuze, 27. VII.1933.

70 SHAT, 7N 4177, lieutenant Weiser (en garnison en Rhénanie) à ?, s.d. (ca 1919-1920).

71 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 43, qui cite cette lettre d’Henri de Bournazel à un ami prêtre : « Je suis d’une génération de désaxés. La vie de chef de peloton dans une petite garnison m’écœure. (...) Cela ne vaut pas une trentaine de guerriers avec lesquels vous faites du sport le jour du baroud. Voilà le métier d’officier tel que je le comprends. Voilà un chic métier... ».

72 Louis Dillemann, « Les Français en Haute-Djezireh (1919-1939) », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, 1979, n° 242-243, p. 46.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Le traumatisme de la Grande Guerre
Légende % des officiers de renseignements appartenant à la classe d’âge– o – % des pertes de la classe d’âge lors de la Première Guerre mondiale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Durée Orient-Levant Durée Rhénanie-Levant
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende 39 officiers affectés au Levant entre décembre 1918 et juin 1920
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre 10 officiers affectés au Levant entre décembre 1918 et juin 1920 et pouvant être considérés comme des spécialistes des affaires indigènes, coloniales et/ou orientale
Légende Conception graphique : J.-D. MIZRAHI (199)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre 23 officiers affectés au Levant entre septembre 1920 décembre 1921
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre 10 officiers affectés au Levant entre septembre 1920 et décembre 1921 et pouvant considérés comme des spécialistes des affaires indigène, coloniales et/ou orientale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre 25 officiers affectés au Levant entre juillet 1925 et novembre 1926
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 6 officiers affectés au Levant entre juillet 1925 et novembre 1926 et pouvant être considéres comme des spécialistes des affaires indigènes, coloniales et/ou orientale
Légende Conception graphique J.-D. MIZHAHI (1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45401/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search