Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Deuxième partie. Structuration mandataire et insécurité sur la frontière nord

Chapitre IV. L’insécurité sur la frontière turco-syrienne au début des années 1920

Texte intégral

  • 1 Sur la frontière même, à environ 70 km au nord d’Alep.

1Après la signature de l’accord d’Ankara d’octobre 1921, qui met officiellement fin aux hostilités entre la France mandataire et le pouvoir kémaliste, les incursions répétées de bandes armées venues de Turquie entretiennent, pour quelques années encore, une profonde insécurité dans toute la région nord de la Syrie. Dans ce cadre général, un groupe de réfugiés syriens, installés notamment dans la région de Kilis1, va jouer un rôle de tout premier plan. En scrutant de près les années 1922-1924, on tentera d’abord de saisir leur action dans le secteur le plus occidental de la frontière turco-syrienne, avant d’envisager l’environnement politique régional dans lequel ils agissent.

Une définition « statistique » de l’insécurité

Une tentative de pesée globale

  • 2 SHAT, notamment 4H 108.
  • 3 CADN, fds BM, notamment 1623 et 1624.
  • 4 CAOM, 11 APOM, notamment 35.
  • 5 Pour un territoire délimité en gros au nord et à l’ouest par la frontière turque et la Méditerranée (...)

2D’un point de vue méthodologique, cette entreprise s’appuie sur l’exploitation systématique, presque sérielle, des collections de BR. établis par le SR de la 2e Division du Levant. Cette série, il a fallu la reconstituer en faisant appel aux archives de l’armée du Levant conservées à Vincennes2, aux archives diplomatiques conservées à Nantes3, ainsi qu’aux papiers du colonel Mougin, conservés à Aix-en-Provence au dépôt des Archives d’Outre-Mer4. La lecture de ces différentes sources permet d’abord de préciser l’ampleur du phénomène. Pour la période 1922-1924, j’ai ainsi recensé 381 actions armées, soit à peu près une action tous les trois jours5. En fait, deux périodes peuvent être d’ores et déjà distinguées : pour les années 1922-1923, on dénombre en effet 328 actions, soit une action tous les deux jours, alors que l’année 1924 marque clairement un reflux de l’insécurité avec 53 actions seulement, soit une action par semaine. L’insécurité constitue en tout cas, spécialement lors des deux premières années de l’observation, un horizon sinon quotidien, du moins prévisible pour les populations de ce coin nord-occidental de la Syrie mandataire.

  • 6 Pour évacuer définitivement toute connotation péjorative, j’utiliserai le terme « banditisme » en r (...)

3Il s’agit par ailleurs d’une violence relativement meurtrière. On recense au total 289 victimes réparties comme suit : 93 tués du côté des forces mandataires (troupes supplétives et gendarmerie surtout), 86 victimes parmi les populations civiles et 110 tués du côté des bandes armées. Mais les BR, dont la finalité est avant tout opérationnelle (identifier et débusquer les bandes armées), n’offrent pas dans ce domaine de véritable précision statistique : les officiers de renseignements illustrent ponctuellement leurs propos par quelques chiffres plus qu’ils ne dressent de véritables états des pertes, surtout lorsqu’il s’agit des populations civiles ou des bandes armées. Ces limites étant marquées, on peut malgré tout estimer que c’est entre 300 et 400 personnes qui meurent ainsi pour fait de banditisme6 dans les années 1922-1924, avec une répartition à peu près équilibrée entre les différentes catégories impliquées.

4Rapporté au nombre des actions, on obtient une vision moyenne (en gros une victime par action) qui risque en fait de masquer l’essentiel, à savoir que moins de 5 % des actions (17 actions ayant provoqué chacune la mort de cinq personnes ou plus) représentent près de 45 % des victimes (127 tués sur 289). Épurée de ces pulsions ponctuelles sur lesquelles nous reviendrons plus loin, on garde l’image globale d’une violence maîtrisée qui, tout en restant meurtrière, ne bascule jamais véritablement dans une terreur organisée.

Un essai de typologie

5La mise en place d’une typologie de l’action armée passe par la prise en compte de deux paramètres : l’identité des chefs de bande et le type d’action pratiquée. La combinaison de ces deux indicateurs permet de définir trois niveaux d’insécurité. À un premier niveau, on a l’action ponctuelle et de peu d’ampleur, le vol de quelques têtes de bétail ou l’attaque de voyageurs isolés. La bande se réduit ici à quelques hommes réunis pour l’occasion, et dont le chef, s’il y en a un, reste le plus souvent anonyme. C’est l’image traditionnelle du « coupeur de routes » (qāṭic al-ṭuruq) qui se profile ici, un banditisme de subsistance, surgi à la faveur des carences des économies rurales et de la faiblesse du pouvoir central.

6On trouve ensuite ce que j’ai appelé un « grand banditisme », c’est-à-dire un banditisme organisé autour de noyaux stables à la tête desquels on trouve un certain nombre de personnalités qui reviennent sans cesse dans les BR. C’est par exemple Osman Chaouch qui opère au sud d’Antioche, ou encore Subhi Latkani et Najib Bitar, venus du nord des Alaouites. Après avoir participé, sous la direction d’Ibrahim Hananu notamment, à l’agitation anti-mandataire des années 1920-1921, la plupart de ces hommes, condamnés par les tribunaux militaires français, ont trouvé refuge sur le territoire turc. Sur le plan de l’action proprement dite, trois différences peuvent être notées par rapport au « banditisme-tradition ». Il s’agit d’abord d’incursions, le plus souvent profondes, de quelques dizaines de cavaliers ; une chevauchée qui se traduit sur le terrain par toute une série de coups de main qui tranche donc avec l’action ponctuelle et isolée. Par ailleurs, plus nombreux et surtout plus aguerris, ces hommes s’attaquent à des cibles plus conséquentes : l’action emblématique, ce n’est plus ici l’attaque de voyageurs, mais le pillage de village. Enfin, dernière différence, plus qualitative peut-être : c’est à ce niveau d’insécurité que commence une certaine contestation de l’ordre mandataire. Cela se traduit ici par l’importance croissante de ce que l’on pourrait appeler les cibles institutionnelles : attentat contre des notables francophiles, attaque de fonctionnaires ou de militaires isolés, destruction de matériels et d’infrastructures symbolisant l’emprise coloniale, etc.

  • 7 P. Dumont, « La pacification du Sud-Est anatolien... », art. cit. ; Andrew G. gould, « Lords or Ban (...)

7Dernier niveau d’insécurité enfin, le « banditisme politique », incarné par trois figures incontournables : Mustafa Hadj Husayn, originaire du Djebel Zawiya et ancien compagnon d’Ibrahim Hananu ; cAqil Isqati, originaire de la région de Harim ; et Dede Bey Oğlu Hakki Bey, dernier représentant de la grande dynastie des derebey de Payas, les Küçük Ali Oğullari, dont les exploits dominent toute l’histoire locale des deux premiers tiers du XIXe siècle7. Ces hommes font figure de véritables chefs de guerre, capables d’entraîner à leur suite des centaines d’hommes en armes. Pourtant, la signature politique de cette forme de banditisme ne ressort pas clairement du type d’action pratiquée : cibles institutionnelles et pillages de village marchent encore main dans la main dans le déroulement de la violence politique. Il faut donc aller au-delà de la simple typologie.

Géographies

  • 8 CADN, fds BM, 1624, BR du 14. II.1925.
  • 9 CADN, fds BM, 1623, BR du 23. III.1924.

8La distribution spatiale de l’action armée fait apparaître quatre grandes zones d’insécurité répondant chacune à une logique propre qu’il convient d’évoquer rapidement. Au voisinage immédiat de la frontière, la région de Kilis s’affirme comme un premier foyer d’insécurité sur fond de difficultés économiques importantes. Coupé du débouché alépin par le tracé de la nouvelle frontière, « le commerce de cAyntab et de Kilis est à peu près paralysé et les industries locales y sont ruinées »8. Par ailleurs, tout repli sur les activités agricoles s’avère aléatoire dans la mesure où, à l’échelle locale cette fois, la nouvelle frontière traverse le terroir de Kilis et laisse en territoire syrien une douzaine de villages qui représentent, d’après les officiers de renseignements, 75 % des récoltes du caza9. La précarité des conditions de vie explique l’essor des activités de prédation qui prennent deux formes principales. On a d’abord un régime endémique d’escarmouches. Très largement spontanés, ces coups d’épingle à faible rayon d’action visent des objectifs limités, du bétail surtout, et s’imposent comme ressource d’appoint dans le cadre d’une économie fragilisée. Impliquant peut-être un degré de préparation plus élevé, l’attaque de convois d’émigrants arméniens constitue la deuxième grande facette de ce banditisme de la frontière, au sein duquel Mustafa Hadj Husayn et cAqil Isqati recruteront une partie des hommes nécessaires à leurs expéditions syriennes.

9Deuxième grand foyer d’insécurité, le versant oriental du Gavur Dagh, où populations turques et kurdes perpétuent la tradition guerrière des derebey. Attisée par le tracé de la nouvelle frontière, l’insécurité y prend la forme d’une opposition de voisinage entre d’une part les villages de Khassa et Tiyek, où viennent se réfugier tous ceux qui, pour des raisons politiques ou de droit commun, fuient le territoire syrien, et d’autre part le village de Hajilar, qui sert au contraire de point d’ancrage à l’organisation mandataire au sud de la frontière. Sans cesse alimentées par les bandes kurdes qui sourdent régulièrement de ce no man ’s land politique qu’est la haute vallée du Kara Su, les guérillas villageoises du Gavur Dagh apparaissent comme l’une des filières les plus meurtrières de l’insécurité de ce coin nord-occidental de la Syrie mandataire, puisqu’on y recense 7 des 17 actions ayant provoqué chacune la mort de cinq personnes ou plus. C’est également dans ce vivier de guerriers que Hakki Bey, lui-même originaire de la région, recrutera la plupart de ses hommes.

  • 10 Sur les quartiers d’Alep, cf. infra p. 136-137.

10Troisième front de l’insécurité, l’axe de circulation Alexandrette-Alep, soit 150 km d’une route tout juste rénovée, et qui bien entendu polarise l’activité des coupeurs de route, particulièrement en certains points sensibles comme le col de Beylan au sud d’Alexandrette, le pont de l’Afrin Su, et surtout les abords nord-ouest d’Alep. Dans ce dernier secteur, la logique du coupeur de route rejoint celle des populations flottantes des quartiers d’Alep, qui là aussi agissent sur fond de graves difficultés économiques liées à la perte de l’hinterland anatolien10. Plus au sud enfin, commence le domaine où agissent principalement les bandes organisées venues de Turquie, objet central de notre étude. Mais la géographie du banditisme politique coïncide là encore avec celle du grand banditisme, sous la forme d’incursions profondes qui transpercent la ligne Alep-Antioche, criblent la vallée de l’Oronte, poussant même quelques pointes jusqu’au sud du Djebel Zawiya, à quelque 120 km de Kilis. En fait, plus que dans l’espace, c’est dans la chronologie que va s’inscrire la véritable différenciation entre grand banditisme et banditisme politique.

Chronologies

  • 11 Le graphique à suivre ne prend pas en compte les guérillas villageoises du Gavur Dagh. Celles-ci, e (...)

11Y a-t-il une « conjoncture » des bandes, c’est-à-dire un mouvement à la fois régulier et articulé des différents types de banditisme ? Pour tenter de répondre à cette double question, on ne s’appuiera que sur une séquence chronologique restreinte, couvrant la période janvier 1922-août 192311. À partir de cette date en effet, un certain nombre d’éléments événementiels, sur lesquels nous reviendrons au chapitre suivant, perturbent les rythmes et brouillent le schéma. Sur la base de cet édifice documentaire limité, un certain nombre de remarques peuvent être avancées malgré tout.

Les grands rythmes de l’action armée dans la région ouest d’Alep (1922-1923)

Les grands rythmes de l’action armée dans la région ouest d’Alep (1922-1923)
  • 12 SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 244.

12Y a-t-il tout d’abord un profil chronologique propre à chaque forme de banditisme ? On remarquera dans un premier temps que le mouvement général de l’insécurité semble bel et bien porté et modelé par le banditisme politique : il y a en quelque sorte coïncidence entre les rythmes du banditisme politique et les variations globales de l’insécurité, sous la forme d’un mouvement ondulatoire qui culmine en été et s’affaisse en hiver. On notera ensuite le mouvement apparemment beaucoup plus lourd du « banditisme-tradition ». Aucune tendance ne peut être dégagée ici, ce qui correspond assez bien à l’idée d’un banditisme endémique, substrat sinon incompressible, du moins profondément enraciné dans la réalité sociale : « Le petit banditisme restait d’une constance lancinante ; il s’attaquait aux riches, aux gens ayant dénoncé en justice et fait condamner des malandrins, aux imprudents de tous genres »12.

  • 13 SHAT, 4H 108, BR du 25. IV.1922.

13On soulignera ensuite l’existence de rythmes fortement différenciés entre d’une part, un banditisme politique qui agit, on l’a vu, par grande poussée annuelle et en gros estivale, et un grand banditisme d’autre part, qui fonctionne par pulsions à la fois plus fréquentes (tous les deux ou trois mois) et de moindre ampleur. Cette différenciation, repérée statistiquement, se retrouve dans l’analyse faite par les officiers de renseignements eux-mêmes : « Il est prématuré de tirer une conclusion de tous ces faits, écrit l’un d’eux à la fin du mois d’avril 1922, alors que les hommes de Najib Bitar et Subhi Latkani viennent d’écumer la région de Jisr al-Shughur. Y a-t-il seulement reprise du brigandage ou levées et concentration de tchétés dans un but politique ? Les chefs importants n’ont pas encore fait leur apparition »13.

14Au total, en combinant imbrications typologiques et géographiques d’une part, et différenciations chronologiques d’autre part, l’approche statistique met en évidence un banditisme politique de nature avant tout conjoncturelle, puisant sa force de frappe dans la mobilisation de forces préexistantes, latentes à la façon du « banditisme-tradition », ou bien au contraire déjà constituées dans cadre du « grand banditisme ». Sans vouloir à tout prix retrouver la belle régularité graphique des crises démographiques d’Ancien Régime, on peut malgré tout isoler la séquence chronologique janvier 1922-février 1923, vierge semble-t-il de toute interférence événementielle, et obtenir ainsi un assez beau modèle de « conjoncture » des bandes. À la fin de l’hiver ou au début du printemps, une première pulsion, liée au grand banditisme, permet d’opérer la soudure avec les « grosses affaires » de l’été. Dans le détail des grandes descentes estivales ensuite, le grand banditisme joue une nouvelle fois le rôle d’amorce, avant de se résorber au moment même où culmine le banditisme politique. Cette corrélation inverse reflète le lien structurel des deux variables (l’une se nourrit de l’autre), et partant, la nature essentiellement conjoncturelle du banditisme politique. Lors de la phase de décompression, le banditisme rural traditionnel achève le cycle, et se saisit des opportunités périphériques surgies dans le sillage des grandes bandes politiques. La courbe de l’insécurité se stabilise alors jusqu’à la fin de l’hiver ou le début du printemps, lorsque l’épuisement des prises déterminera le lancement de nouveaux raids en Syrie. À la fois pic d’insécurité et point de contact entre les différentes formes de banditisme, les grandes offensives estivales des bandes armées constituent un champ d’investigation privilégié, pour qui veut s’extraire des sables mouvants de l’illusion statistique, et rejoindre le terrain plus assuré de l’observation concrète.

Fonctionnement et organisation des bandes armées

Les « grandes descentes » des bandes armées

  • 14 SHAT, 4H 244, Rapport du commandant Vital, 30. VI. 1922.

15Une grande descente, c’est d’abord un passage en force, le franchissement quasi simultané de la frontière par de très fortes bandes, qui vont véritablement camper en territoire syrien pendant un à deux mois. L’exemple le plus achevé de ce type de grande descente se situe sans doute en septembre 1922, lorsque Hakki Bey pénètre dans la région d’Antioche avec une centaine d’hommes, alors même que Mustafa Hadj Husayn et cAqil Isqati agissent depuis plus d’un mois autour du Djebel Zawiya. À ce moment précis, c’est au bas mot entre 300 et 400 hommes qui tiennent ainsi la campagne syrienne à plus de 100 km de leur point de départ14.

  • 15 SHAT, 4H 108, BR de mai à juillet 1923.

16Une grande descente, c’est ensuite la guérilla tournoyante d’une multitude de groupes armés. La campagne de 1923 met en valeur cette autre facette des grandes offensives d’été. Le 22 mai 1923, Mustafa Hadj Husayn, à la tête d’une centaine d’hommes, attaque le sérail d’Eriha dans le nord du Djebel Zawiya. Le relais est ensuite pris par cAqil Isqati qui, bientôt rejoint par Najib Bitar, écume pendant tout le mois de juin la rive droite de l’Oronte, tandis qu’Osman Chaouch agit sur l’autre rive. Plus au nord enfin, Hakki Bey opère quelques pointes sur le pourtour du lac d’Antioche15. Une grande descente, c’est donc aussi, d’une certaine manière, une sorte de nébuleuse qui mobilise et fédère tout un ensemble de bandes armées : c’est bien à ce niveau que s’opère l’articulation entre grand banditisme et banditisme politique.

  • 16 SHAT, 4H 108, BR du 28. VIII.1922.
  • 17 Huit des 17 actions ayant chacune provoqué la mort de cinq personnes ou plus.

17C’est enfin lors de ces grandes offensives d’été qu’ont lieu les affrontements les plus meurtriers, parfois sous la forme de véritables combats. Le 26 août 1922 par exemple, l’attaque d’un convoi postal dans la vallée de l’Oronte, par les hommes de Mustafa Hadj Husayn et cAqil Isqati, provoque la mort de quinze tirailleurs sénégalais et d’un sous-officier français, après un combat de plus de deux heures16. Avec la guérilla du Gavur Dagh, les grandes descentes d’été des bandes armées représentent ainsi la seconde configuration où l’insécurité bascule parfois de la « violence maîtrisée » à l’affrontement sanglant17.

  • 18 SHAT, 4H 59, BR du 20. VI au 10. VII.1923.
  • 19 SHAT, 4H 108, BR du 27. VI.1923.

18Quel est l’impact réel de ce type d’événement ? Le regain d’activité des bandes armées perturbe d’abord les flux économiques et « les obstacles ainsi apportés à la circulation augmentent le marasme commercial »18. Il parasite également les opérations fiscales, les percepteurs constituant, on s’en doute, une cible privilégiée : en juin 1923 par exemple, cAqil Isqati et Osman Chaouch abattent trois percepteurs, ainsi que les trois gendarmes et les deux gardiens de village qui les accompagnaient19. Mais au-delà de la vie économique, c’est toute l’armature administrative et logistique de la région qui est visée : les lignes télégraphiques sont coupées et les appareils téléphoniques arrachés ; les municipalités sont attaquées et leurs archives détruites.

  • 20 SHAT, 4H 108, BR du 9. VI.1923.
  • 21 SHAT, 4H 108, BR de juillet 1923.

19En s’attaquant « tout spécialement aux villages appartenant à des propriétaires francophiles », les bandes armées visent également les relais locaux du pouvoir mandataire20. Cela prend une dimension particulière lorsque les bandes s’attaquent non seulement aux biens, mais à la personne même des notables locaux : la prise d’otage avec demande de rançon s’affirme en effet comme l’une des pratiques les plus courantes des bandes armées. Ce type d’opération, qui frappe essentiellement les notables ruraux, n’épargne cependant pas tout à fait l’élite des notabilités urbaines : en juillet 1923, c’est par exemple « l’un des plus gros notables d’Alep », Salah al-Din al-Jabiri, qui est enlevé près d’Alep21.

  • 22 SHAT, 4H 59, BR du 20. VI au 10. VII.1923.

20Au total, cette accumulation, dans un laps de temps très court, d’une multitude d’actions extrêmement variées touchant à tous les secteurs de la vie régionale, crée une situation réellement préoccupante pour les autorités mandataires : « Les notables alépins n’osent plus se rendre dans leurs villages, quelques notables ruraux se réfugient à la ville dans la crainte d’une agression éventuelle, les fonctionnaires du fisc hésitent à sortir ; tout le monde se croit menacé, réclame la protection du gouvernement et l’envoi de détachements de troupes sur ses propriétés. On voit des tchétés partout, et cet état de chose crée une atmosphère de malaise et de mécontentement certain »22. La guérilla, qui n’a pas les moyens d’un choc frontal avec l’ordre mandataire, a su se forger, à travers ce type de grande descente, un mode de résistance original et capable d’entraîner à sa suite des secteurs importants de la société. C’est dans le large spectre des motivations ainsi aiguisées que se situe l’origine d’une telle capacité.

Les logiques du banditisme

  • 23 SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 244.

21Le paramètre économique demeure un élément essentiel dans le déclenchement et le développement des grandes campagnes d’été. C’est durant cette période en effet que l’attraction économique se fait la plus forte, lorsque la production agricole culmine avec les moissons, se concentre pour l’estimation des récoltes, et se monétise enfin dans les mains des percepteurs. Chaque année, l’horloge biologique enclenche le mécanisme du banditisme, et détermine « la reprise de l’activité des bandes venues de Turquie, aux époques indiquées par les températures et le rythme des travaux agricoles »23. La perspective du butin élargit ainsi le recrutement des bandes bien au-delà des seuls spécialistes de l’action armée, et fournit pour tous la justification première des risques encourus.

  • 24 SHAT, 4H 244, Rapport cité du 30. VI. 1922.

22Au reste, on l’a vu, l’attaque de percepteurs est une action récurrente dans les faits, mais aussi sans doute emblématique dans les esprits : le détournement du circuit fiscal entraîne la machinerie du banditisme, mais la rattache également aux vieux réflexes paysans de résistance à l’impôt : « Il faut aussi remarquer que ce mouvement de banditisme se produit au moment où les moissons, étalées aux abords des villages sur une ou plusieurs aires, permettent aux agents du fisc une estimation rapide des ressources, qui servira de base à l’établissement de l’impôt. Troubler une région à cette époque, c’est empêcher les tournées de ces agents ou du moins les retarder, jusqu’au moment où la plus grosse partie de la récolte sera engrangée ou dissimulée »24.

23C’est bien à un véritable banditisme social que se rattache ici l’action des bandes armées, dont la progression estivale emprunte largement les cheminements de la jacquerie. Pour illustrer mon propos, j’utiliserai ici un prétexte événementiel, presque un fait divers. Le 10 octobre 1923, Mustafa Bey al-cAzm de Hama, le type même du grand notable urbain, meurt assassiné par les hommes de Mustafa Hadj Husayn :

  • 25 SHAT, 4H 141, Commandant Morbieu à Catroux, 11. X.1922.

« Vus de Damas ou d’Alep, ce ne sont qu’un double assassinat et un rapt, un exploit de bande. Vu de Hama, c’est un acte de rébellion des villageois contre leur seigneur, un sursaut paysan dont tous les fellahs rient sous cape, car il n’y a pas l’ombre d’un doute que ce sont les villageois qui ont appelé les bandits. Mustafa Bey, bon dans le privé, si je puis dire, traitait ses serfs en maître. Il devait, au cours de ce voyage, percevoir non seulement sa part de récolte, mais encore les dîmes dont il était adjudicataire. Et vous savez que Mustafa Hadj Husayn épouse les revendications des paysans contre les adjudicataires et se fait leur champion »25.

  • 26 Colonel Clément-grandcourt, La tactique au Levant, Paris, 1926, p. 76. Il est en effet fréquent de (...)

24Mais le banditisme n’est pas seulement un désordre, une réponse violente aux tensions économiques et sociales qui travaillent la société syrienne du temps. C’est aussi le reflet d’un ordre, le moyen d’une reproduction au moins symbolique du corps social. Dans cette optique, le passage à la bande armée équivaut à une initiation, à un rite de passage. C’est ce que suggère en tout cas l’attraction particulièrement forte que les bandes armées semblent exercer sur les classes d’âge les plus jeunes : « Un signe infaillible de l’existence [des bandes] dans la région, c’est la désertion des villages par tous les musulmans jeunes sans exception »26.

  • 27 SHAT, 4H 108, BR du 3. IX.1922.

25De ces logiques plurielles et complexes, émerge enfin la dimension politique des bandes armées. Bien sûr, les bandes participent à la diffusion des mots d’ordre nationalistes dans la société rurale : au mois d’août 1922 par exemple, une proclamation affichée par les bandes dans un village au sud de Harim « invite les Musulmans à suivre exactement les prescriptions coraniques et à lutter comme l’Égypte (...) pour acquérir leur indépendance. Elle leur rappelle les souffrances de leurs frères de Perse, du Caucase, de l’Inde et leur reproche de ne songer qu’aux amusements sans travailler à conquérir la liberté de la Syrie opprimée »27.

  • 28 CADN, fds BM, 999, Carnet de route de Süleyman Oğlu Hamid, abattu en avril 1924 : « Il commença à p (...)
  • 29 Les bandes enterrent leurs morts « dans la montagne ». CADN, fds BM, 1627, BR du 6. V.1926.
  • 30 CADN, fds BM, 1634, Affiche placardée à Rihaniyye.

26Plus fondamentalement, on pourrait dire qu’à travers l’action des bandes armées, le vieux patriotisme des terroirs accède à la culture nationaliste, et qu’il l’informe aussi en retour. Il s’agit au départ de l’affirmation d’une identité locale, réactivée au cours des nuits passées dans les grottes ou les ravins, dans une sorte de réappropriation de l’espace périphérique, à mesure que l’ordre mandataire avance et investit le quotidien avec ses fonctionnaires, ses percepteurs, ses militaires. Relégués dans les interstices des communautés villageoises, louvoyant aux confins des finages, les « bandits » vivent une sorte d’exil intérieur, qu’interrompt de temps à autre l’éphémère irruption vengeresse sur la place publique du village, au grand jour, les armes à la main, dans une sorte de danse virile exhalant par tous les pores de la peau la fierté et l’honneur recouvrés. Mais les rares carnets de route conservés dans les archives révèlent surtout d’éprouvantes déambulations, les marches forcées ou au contraire les attentes prolongées, le contact risqué avec un parent qui fournira des vivres, ou la rencontre tant redoutée avec un groupe mobile28. Entre ce corps à corps quasi tellurique29 qui réveille des identités de glaise, et le douloureux sentiment d’exil, prompt à s’enflammer pour une nouvelle patrie, se construit peu à peu l’identité politique des bandes armées, un nationalisme de terre et de chair : « Nous, nous souffrons dans la montagne, hiver comme été, pour sauver notre Patrie et notre Religion »30.

Morphologie des bandes armées

  • 31 SHAT, 4H 59, Les forces irrégulières turques sur la frontière syrienne, Note du 11 . V. 1923.

27La morphologie des bandes armées est d’abord caractérisée par l’extrême flexibilité des effectifs. Cette géométrie variable correspond en fait à une structure binaire qui associe à un noyau stable un certain nombre de forces d’appoint : « C’est ainsi qu’il existe à proximité de la frontière des noyaux de bandes, peu nombreux, dix, quinze, vingt-cinq hommes au maximum, qui forment les cadres résolus et hardis, véritables spécialistes du brigandage et qui [trouvent] leurs effectifs complémentaires aussitôt la frontière franchie »31. Les officiers de renseignements ont ainsi calculé que les effectifs des bandes pouvaient varier de un à dix. Mais il s’agit ici d’un potentiel car, dans les faits, un rapport de un à cinq constitue le maximum attesté lors des grandes campagnes d’été. À l’inverse, lors des phases de décompression de l’action armée, lorsque les noyaux des bandes ont regagné la Turquie, l’ensemble des éléments qui les avaient grossis se disperse à nouveau dans les villages : l’insécurité s’installe alors dans une sorte de latence.

  • 32 Clément-Grandcourt, op. cit., p. 76.
  • 33 SHAT, 4H 108, BR du 9. VII. 1922.

28La répartition entre cavaliers et piétons reflète également cette flexibilité de la bande armée : la plupart du temps, seuls les noyaux des bandes sont montés, tandis que les effectifs complémentaires recrutés sur place manœuvrent à pied32. Pour le fellah qui occasionnellement fait le coup de feu dans le cadre d’un « banditisme-tradition » dont on a déjà parlé, le passage à la bande armée ne constitue pas une rupture : c’est d’ailleurs quelque chose de provisoire, quelque chose de presque saisonnier. Il y a là en tout cas un véritable bassin de recrutement que les chefs de bande ne manquent pas de solliciter : « Mustafa Hadj Husayn aurait des agents recruteurs dans de nombreux villages du Djebel Zawiya. Il donnerait une prime de dix livres or à chaque nouvelle recrue »33.

  • 34 Clément-Grandcourt, op. cit., p. 85.

29La morphologie des bandes armées, c’est ensuite une identité matérielle, sensible en particulier à travers le type d’armement utilisé qui situe bien cette structure combattante originale, encore très proche des formes non professionnalisées de la résistance populaire, mais ouverte également à la technicité de la guerre moderne. L’armement des bandes, c’est un ensemble hétéroclite qui va du fusil de chasse et de la pétoire précieusement transmis de génération en génération, aux fusils de guerre les plus récents qui inondent les campagnes syriennes avec la liquidation des stocks de l’armée ottomane : « Ces fusils sont fréquemment d’anciens modèles, vieux Martini, Winchester, parfois même fusils de chasse ou vieilles armes à capsule. Mais il ne faut jamais oublier qu’au Levant, toute la population est armée, que son armement s’est développé et modernisé dans les années qui ont suivi la guerre, qu’il est soigneusement entretenu et, si l’on n’y veille, constamment renouvelé »34.

  • 35 Ibid.
  • 36 « Un exemple de la tranquillité en Syrie », article paru dans une feuille locale de Kilis le 25. VI (...)
  • 37 SHAT, 4H108, BR du 24. V.1923.

30Et de fait, au début des années 1920, le Mauser s’impose : « Les Mauser, en parfait état d’entretien, étaient ou du modèle turc ou, beaucoup plus souvent, du modèle allemand, et des millésimes très récents, 1917, 1918. On a même trouvé un fusil du millésime 1920 ! »35 ; il devient, un peu à la manière de la Kalashnikov tiers-mondiste, l’arme emblématique des bandes, le symbole de la guérilla nationaliste. Voici par exemple comment un article publié dans une feuille locale de Kilis célèbre les exploits des bandes armées : « Au nord-est d’Alep existent des jardins, rendez-vous des riches propriétaires. Tout ce monde passait là des heures délicieuses quand tout à coup quelques longs Mauser pointèrent des massifs et arrêtèrent net les joyeux ébats »36. Mais il n’est pas rare que les bandes utilisent également un armement plus lourd. Dans les réclamations que le général Weygand transmet sans cesse aux autorités d’Ankara via le colonel Mougin, le thème de l’utilisation par les bandes de grenades et de fusils-mitrailleurs revient comme une antienne. En fait, dans la plupart des cas, ce type d’armement apparaît avec les grandes descentes d’été et demeure le quasi-monopole des bandes les plus importantes. L’exemple le plus topique reste ici l’attaque du sérail d’Eriha par les hommes de Mustafa Hadj Husayn, qui disposaient à cette occasion de grenades et d’au moins trois fusils-mitrailleurs37.

  • 38 SHAT, 4H108, BR du 18. VI.1923.
  • 39 SHAT, 4H108, BR du 14. IX.1923.
  • 40 Jean-David Mizrahi, « De la “petite guerre” à la Guerre d’indépendance : pratique et expertise de l (...)

31D’une façon générale, on peut dire qu’à travers l’action des bandes armées perce une certaine culture militaire, sensible on vient de le voir dans l’armement, mais qui se retrouverait tout aussi bien dans l’habillement : « Une partie des hommes composant cette bande portaient des uniformes de l’armée turque, mais coiffés de keffiehs »38, ou encore dans les capacités de manœuvre : « Dès la prise de contact [la bande Hakki Bey] donne l’impression d’une force bien encadrée, dispersée par petits groupes de quinze à vingt ; elle manœuvre à la voix et au geste, chaque groupe disposant de deux fanions : un blanc et un rouge »39. Pour beaucoup de ceux qui composaient le noyau dur des bandes armées, cette culture militaire avait été acquise dans l’armée ottomane40. Après 1918, ils prolongèrent cette expérience et l’orientèrent vers la guérilla dans le cadre des « grandes compagnies » de démobilisés et de déserteurs qui furent à l’origine des premières bandes nationalistes turques, ou lors des révoltes anti-mandataires qui éclatèrent en 1920-1921 dans tout le nord syrien, sous la direction d’Ibrahim Hananu et de quelques conseillers militaires détachés de l’armée turque. En 1922 en tout cas, l’action des bandes armées s’inscrit dans une relation déjà bien établie entre un savoir-faire militaire et la tradition armée de populations encore réfractaires à la monopolisation de la violence légitime par l’État.

Les bases arrière du banditisme

  • 41 SHAT, 4H 244, Rapport du 4. VIII.1922.
  • 42 SHAT, 4H 108, BR du 2.11.1922.
  • 43 SHAT, 4H 244, Rapport du 4. VIII. 1922.

32C’est essentiellement à Kilis et cAyntab, dans les quartiers désertés par les Arméniens, que les bandes se sont installées en blocs apparemment compacts. Mais il convient de signaler également, à l’est de Kilis, l’existence d’une véritable petite poche de banditisme. Un rapport rédigé en août 1922 nous permet d’appréhender la situation dans ce dernier secteur. Adossées sur la frontière, située à quelques centaines de mètres plus au nord, les bandes armées contrôlaient en fait tout le bassin supérieur du Quwayk, entre Kilis à l’ouest et Tchoban Bey à l’est, occupant notamment les villages de Jekke, « situé sur un piton dominant toute la plaine et placé pour être un repaire de bandits, ce qu’il est effectivement »41, et de Hamili, où « flotte le drapeau turc »42. Les perquisitions, opérées alors que les tchétés se sont provisoirement réfugiés de l’autre côté de la frontière, amènent la découverte d’un petit arsenal composé de fusils de guerre, de grenades à main ou encore de détonateurs. Le rapport de mission nous apprend également que les propriétaires légitimes de ces villages, notables turcs de Kilis opposés à la politique des bandes, « ne pouvaient plus approcher de leurs biens depuis quatre ans par suite de la présence des bandits qui les recevaient à coups de fusils »43. L’exploitation agricole du terroir, attestée par les récoltes trouvées sur place, s’était donc poursuivie indépendamment des traditionnels rapports agraires, auxquels les bandes armées avaient substitué leur propre système de protection et de prélèvement du travail paysan. À la faveur des troubles de l’après-guerre, une sorte de micro-société guerrière s’était ainsi constituée dans la région, petite « république de bandits » squattant les domaines que les malheurs du temps avaient arrachés au contrôle effectif de leurs propriétaires légitimes.

  • 44 SHAT, 4H 59, Les forces irrégulières..., note citée.
  • 45 Cf. infra p. 169-170.

33Au total, pour l’ensemble de la région, c’est au bas mot une centaine de combattants qui ont ainsi trouvé refuge du côté turc de la frontière, à Kilis, cAyntab, et dans le bassin supérieur du Quwayk44. Certains ont été suivis dans l’exil par leurs familles ou ont fait souche sur place. Et lorsqu’en décembre 1923, l’État kémaliste décide d’organiser un premier refoulement des tchétés vers l’intérieur, c’est entre 200 et 300 personnes qui sont ainsi déplacées vers la Cilicie45.

  • 46 Description quelque peu emphatique des « longues caravanes » convoyant le butin vers la Turquie dan (...)
  • 47 SHAT, 4H 108, les BR de septembre 1922 résonnent bien sûr de ces exploits.
  • 48 Par exemple SHAT, 4H 108, BR du 19. VII.1922.
  • 49 SHAT, 4H 108, BR du 20. IX.1923.

34Pour subvenir à leurs besoins, les bandes ne disposent apparemment que du butin ramené de leurs incursions en Syrie : bétail surtout, espèces sonnantes et trébuchantes, effets divers (armes, bijoux et étoffes). S’il est malheureusement impossible de proposer une estimation globale de ce butin, on peut malgré tout penser que les bandes armées opéraient une ponction économique relativement importante sur l’arrière-pays syrien46. Les BR nous offrent en tout cas quelques exemples d’opérations particulièrement fructueuses : le 19 septembre 1922, Hakki Bey intercepte au débouché du col de Beylan deux automobiles de la Société Française d’Entreprise (qui vient tout juste de terminer la construction du pont de l’Afrin Su), dérobant aux passagers une somme de 15 000 francs ; une semaine plus tard, la même bande dévalise un collecteur d’impôt dans la région d’Antioche et le déleste de 14 000 francs47 ! Une fois en Turquie, le butin va être écoulé suivant deux modalités principales. On a soit un système de vente à la criée sur la place publique à Kilis ou à cAyntab48, soit, à la façon de la bishāra (« bonne nouvelle ») algérienne, la restitution des biens aux anciens propriétaires contre remboursement : « À la nuit tombée [la bande] relâche les conducteurs en leur disant : Vous n’avez qu’à venir à Kilis chercher vos animaux. On vous les rendra contre remboursement en or »49.

  • 50 SHAT, 4H 108, BR du 10. VII.1922.

35L’injection des richesses tirées du pillage dans une économie locale plus ou moins sinistrée s’accompagne peut-être de quelques amorces de reclassements sociaux : « Les commerçants sont ruinés par la contrebande qui, au contraire, enrichit les tchétés et les villageois de la zone frontière »50. Mais ces quelques prémices ne sauraient véritablement menacer le pouvoir économique des propriétaires terriens qui détiennent les bases les plus solides de la richesse locale. En effet, en maintenant des relations cordiales avec les autorités mandataires qui contrôlaient une bonne partie de leurs propriétés, les « notables » (pour reprendre la terminologie des BR) ont su préserver leurs intérêts et conserver la jouissance de leurs biens restés en territoire syrien.

  • 51 SHAT, 4H 108, BR du 24. IV.1922.
  • 52 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 173, fol. 186-187 ; SHAT, 4H 108, BR du 22. XI.1923.

36En ce qui concerne les tchétés eux-mêmes, y a-t-il enrichissement et partant promotion sociale de leur groupe ? Il y a bien en effet quelques signes évoquant une certaine consolidation des fortunes. En étant propriétaire de plusieurs boutiques à Kilis, Mustafa Hadj Husayn paraît disposer d’une certaine assise matérielle. Mais cette relative aisance s’explique en partie par une fortune personnelle préexistante51. cAqil Isqati semble également soucieux de consolider sa fortune lorsqu’il acquiert, en décembre 1923, un lot important de terrains, d’une valeur de 600 livres turques or nous disent les documents, à Kuzniye (aujourd’hui Kuzuini), dans les environs de Kilis52. Mais s’il s’engage sur cette voie, c’est qu’il désire présenter des gages de stabilité à un moment où l’État kémaliste organise le refoulement des tchétés vers la Cilicie.

  • 53 SHAT, 4H 108, BR du 9.1.1923.
  • 54 SHAT, 4H 108, BR du 16. X.1923.

37Pour la grande majorité des tchétés, la fortune est éminemment instable et volatile et les conditions de vie plus précaires. Cela implique bien sûr un recours beaucoup plus fréquent à l’action armée et la répétition « d’opérations de soudure » permettant d’attendre les grandes campagnes d’été. Ainsi s’explique le rythme en quelque sorte convulsif du grand banditisme : « Il est à peu près certain que, chefs mis à part, les tchétés n’ont plus de moyens d’existence. Ils ont liquidé à peu près tout leur butin de l’été dernier et à l’heure actuelle, certains vendraient même leurs chevaux. Il semble donc que si ces individus ne sont pas ramenés à l’intérieur du pays turc, ils ne manqueront pas de recommencer à bref délai leurs exploits sur notre territoire »53. Donc, à part peut-être, et de façon très ponctuelle, pour les chefs de bande les plus puissants, l’économie du banditisme ne débouche pas sur de véritables stratégies à long terme, et s’inscrit au contraire dans une sorte de culture de l’aléatoire : « Les bandits qui ont réussi à liquider la totalité du butin mènent joyeuse vie et dépensent sans compter »54.

  • 55 Par exemple CADN, fds BM, 1623, BR du 2. IV.1924.
  • 56 SHAT, 4H 108, BR des 18. X. 1923 et 4. X. 1922.

38Cette dernière citation met en avant ce que l’on pourrait appeler un style de vie ostentatoire, c’est-à-dire tout un ensemble de comportements publics fortement tranchés qui signifient la prééminence sociale en même temps qu’ils la produisent. On le voit bien à travers l’utilisation qui est faite d’une partie du butin pour s’assurer de l’accord tacite, voire du soutien plus actif, d’un certain nombre de fonctionnaires influents55. Cette pratique, loin de s’enfermer dans un système souterrain de corruption, se prolonge au contraire en une convivialité affichée qui assure la publicité de ces relations de pouvoir : « Tous les chefs de bande vont ouvertement au sérail » et « on les rencontre dans les cafés de la ville attablés avec des personnages jouissant d’une certaine honorabilité »56.

  • 57 SHAT, 4H 108, BR du 16. X.1923.
  • 58 SHAT, 4H 108, BR du 18. X. 1923. Toujours à propos de cAqil Isqati, un autre BR souligne : « Il vit (...)
  • 59 Voir supra, p. 126, n. 36.
  • 60 SHAT, 4H 108, BR du 8. X. 1923.
  • 61 CADN fds BM, 1634, BR du 22. IV.1926.

39Toute une série de comportements codés mettent en scène l’entrée des tchétés dans le paysage quotidien. Dans les rues de la ville, ils ont le geste large – « Leurs largesses les rendent sympathiques »57 – et la voix qui porte : au cours d’une réunion publique, cAqil Isqati se fait fort de rapporter à Kilis la tête d’un notable francophile, avant d’ajouter : « J’ai fait plus fort que ça à Idlib ! »58. C’est tout un imaginaire qui se structure finalement autour des bandes armées. Dans les feuilles locales, on l’a vu, on célèbre l’héroïsme des tchétés : après le coup des jardins d’Alep, « ces hommes ont pris la direction de Bab où, non loin du jardin de la ville, ils ont envoyé dans l’autre monde un officier et deux soldats français. On dit que les auteurs de ces exploits numérotent tous leurs coups ; on dit que ce sont les patriotes d’Alep »59. La rumeur populaire, en exaltant la baraka des plus grands chefs de bande, témoigne aussi de la dimension charismatique des bandes armées : « Hakki Bey, disent les irrédentistes, travaille pour la Patrie et Dieu le protège. Il n’a pas eu de pertes et c’est pour cacher les leurs que les Français racontent que des bandits ont été tués »60. Au printemps 1926, on refuse d’abord de croire à la mort du célèbre cAqil Isqati, et lorsqu’il faut bien se rendre à l’évidence, « une légende se forme dans l’Amik. Elle est la suivante : cAqil était invulnérable aux balles. Il secouait son vêtement et les faisait tomber les soirs de chaque engagement. Il a fallu une bombe d’avion pour le tuer »61.

  • 62 CAOM, 11APOM, 35, Interrogatoire d’un membre de la bande Hakki Bey, 17. X.1923.
  • 63 Comme par exemple le pillage des épaves dans certaines communautés littorales de la France d’Ancien (...)
  • 64 SHAT, 4H 108, BR du 22 novembre 1922.

40S’il est une circonstance au cours de laquelle réalité et imaginaire tendent à se rapprocher au plus près, elle est sans doute à rechercher lors du départ en campagne des bandes armées : « La bande quitta Khassa vers 17 heures sous les encouragements des fonctionnaires et de la population qui lui prodiguaient leurs vœux »62. La procession festive qui accompagne le départ des bandes armées me paraît être un « événement intégrateur »63 autour duquel se resserre et s’affirme la communauté politique, à l’instar de ce qui se passe lors du rituel à la fois inverse et équivalent de l’expulsion cathartique des populations arméniennes : « Les Turcs de cAyntab accompagneraient les Arméniens jusqu’à la sortie de la ville au son des tambourins »64.

41L’étude des bandes armées met ainsi en évidence une réalité fortement typée, avec ses mécanismes, sa logique propre. Mais les bandes agissent également dans un environnement politique particulier, avec lequel elles entretiennent un certain nombre de relations.

L’environnement politique régional : un nationalisme de la frontière

Les Comités nationalistes de Kilis et de cAyntab

  • 65 SHAT, 4H 76, Bulletin périodique de juillet 1924.

42Si le rôle d’Ankara est souvent mis en avant dans les interventions diplomatiques que l’insécurité sur la frontière ne cesse de provoquer, sur le terrain, les officiers de renseignements insistent plutôt sur les origines plus spécifiquement régionales de ces événements : « Dans tout autre pays que la Turquie actuelle, la complicité du gouvernement central serait évidente dans le développement d’un pareil scénario. En fait, il est difficile de distinguer si le gouvernement d’Ankara encourage ou tolère ces mouvements ou s’il n’est pas simplement incapable de se faire obéir »65. Pour ces officiers, l’institution nationaliste majeure qui fonctionne alors en relation avec les bandes, ce sont ce qu’ils appellent les « comités extrémistes », ou « comités locaux » de Kilis et de cAyntab.

  • 66 SHAT, 4H 108, BR du 12 mai 1922.
  • 67 SHAT, 4H 108, BR du 4. III.1922.
  • 68 P. DUMONT et F. GEORGEONS, « La mort d’un empire 1908-1923 », in R. Mantran dir., op. cit., p. 594.

43On peut essayer de définir ce type d’organisation en insistant sur trois aspects principaux. Un comité nationaliste sur la frontière turco-syrienne, c’est d’abord, au début des années 1920, un pouvoir largement autonome qui domine la vie politique locale. Ses membres contrôlent directement des points névralgiques de la vie municipale. C’est ainsi par exemple que Hadj Sharif Zade Muhammad, l’un des principaux responsables du comité de Kilis, obtient en mai 1922 la présidence du conseil municipal de la ville66. De façon plus générale, le comité agit comme un formidable groupe de pression, exerçant une influence majeure sur les fonctionnaires, les forces de police ou les gardes-frontière : « Les fonctionnaires suivent les directives du comité, lui soumettent pour avis les décisions à prendre, les nominations et les plaintes ou réclamations »67. D’une certaine manière, on pourrait dire ici que l’action de ces comités prolonge le « style » Union et Progrès, celui d’une structure parallèle de pouvoir « qui bien souvent double la hiérarchie provinciale des valis, des mutessarifs et des caymakams »68. Au début des années 1920 en tout cas, ce type d’institution est significatif d’un moment de l’histoire du mouvement kémaliste, où celui-ci, en quelque sorte aspiré par le front grec, laisse subsister sur ses franges un certain nombre d’autonomies locales propices au développement de cette sociabilité des comités.

  • 69 SHAT, 4H 108, BR du 9. VI.1923.

44Un comité nationaliste, c’est ensuite un comité insurrectionnel qui lève et organise des bandes armées à la façon des komitadji, et leur assigne des objectifs en accord avec ses intérêts politiques : le comité de Kilis « demanderait aux bandes de s’attaquer tout spécialement aux villages appartenant à des propriétaires francophiles. On affirme que les munitions sont fournies aux brigands par le Comité pour la Défense des Droits de Kilis, qui disposerait du stock de munitions destiné à l’armement des habitants de la zone frontière »69. En fournissant armes et munitions, et en mettant leur influence au service des bandes, les comités nationalistes de la frontière contribuent ainsi au réveil périodique de ce « banditisme politique » déjà évoqué.

45Un comité nationaliste, c’est enfin un refuge politique pour un certain nombre d’opposants syriens ayant fui l’occupation française de leur pays. On peut citer ici le cheikh Rida al-Rifaci, militant turcophile alépin qui, serré de près par les autorités mandataires en 1922, se réfugie à cAyntab ; ou bien encore Hadj Fath al-Marcashli qui, la même année, s’installe dans un semi-exil sur ses terres à l’est de Kilis. Figure de proue de ce milieu de réfugiés politiques alépins en contact étroit avec les comités nationalistes de la frontière, Fath al-Marcashli, issu d’une famille de grands propriétaires terriens d’Alep, exerce une influence majeure sur toute la vallée supérieure du Quwayk, où ses propriétés servent de refuge aux bandes qui infestent la région.

  • 70 SHAT, 4H 108, BR du 31. I.1922.
  • 71 E. Zürcher, op. cit., p. 87-93.

46Préciser les origines politiques de ce type de comité demeure une tâche malaisée pour qui travaille à partir des indications, partielles et par définition fragmentées, des bulletins de renseignements. La lecture continue de cette source permet néanmoins de dégager un certain nombre d’indices qui, rapportés à ce que l’on sait de l’histoire générale des premiers temps du mouvement national turc, permettent de proposer une généalogie assez sûre de ces comités nationalistes de la frontière. À la tête de ces comités, on trouve un groupe dirigeant restreint, composé en général d’une dizaine de personnes au maximum. 11 s’agit, la plupart du temps, de personnalités impliquées dans la lutte nationale depuis plusieurs années déjà, et ayant joué notamment un rôle important dans la résistance à l’occupation française des années 1919-1921. Hadj Sharif Zade Muhammad, par exemple, était connu pour avoir dirigé à cette époque une bande de tchétés sous son nom de guerre d’Islam Bey70. Les comités nationalistes de la frontière apparaissent donc clairement comme les héritiers directs des Comités pour la Défense des Droits (Müdaƒaai Hukuk) qui, dans ce secteur comme dans toutes les autres régions menacées ou envahies par des troupes étrangères, jetèrent les bases de la lutte nationale turque dès la fin 191871.

  • 72 P. dumont et F. GEORGEON, in R. Mantran dir., op. cit., p. 594-595 ; B. Lewis, op. cit., p. 403-405
  • 73 E. Zürcher, op. cit., p. 88-93.
  • 74 PRO, FO 371, 4141, fol. 1694, Mark Sykes, 2.1.1919.
  • 75 SHAT, 4H 108, BR du 4. III.1922.

47Lorsqu’elles sont parfois mentionnées, les professions exercées par les membres des comités renvoient très clairement à la petite bourgeoisie urbaine des juristes (avocats et juges d’instruction), fonctionnaires et autres médecins. On a là, d’une certaine manière, un échantillon représentatif des « classes moyennes turques montantes » qui, comme on sait, constituaient à côté du corps des officiers, l’une des principales composantes de l’assise sociale de l’unionisme72. L’importance du rôle joué par le comité Union et Progrès dans le lancement précoce d’un mouvement de résistance nationale a déjà été soulignée, par Erik Jan Zürcher notamment, qui montre bien que ces comités pour la Défense des Droits nationaux (müdaƒaai Hukuk) s’appuyaient sur une logistique unioniste très poussée73. Comme dans le reste du pays, on retrouve à cAyntab cette matrice qui va accoucher des premiers temps de la révolte. En janvier 1919, un document anglais décrit ainsi la situation : « Depuis l’occupation, le comité Union et Progrès a lancé des journaux à cAyntab et à Marash, dont le contenu est censé pousser l’élément turc à la révolte. La propagande unioniste est maintenant basée sur les points suivants : 1. les Alliés vont bientôt être divisés ; 2. le devoir des Musulmans est de s’armer et de s’organiser afin de profiter de la première opportunité pour attaquer les Arméniens »74. Ce qui finalement se dévoile progressivement, c’est une ascendance politique qui rattache les comités nationalistes de la frontière, d’abord aux comités pour la Défense des Droits nationaux de la guerre d’indépendance, et au-delà, aux sections unionistes locales. En 1922 en tout cas, c’est encore dans « l’ancienne maison du comité Union et Progrès » que le comité nationaliste de Kilis tient la plupart de ses réunions75, pour ce qui est à la fois une vieille habitude et une signature politique.

  • 76 Dankwart A. Rustow, « The Army and the Founding of the Turkish Republic », World Politics, 1959, p. (...)
  • 77 Maurice AGULHON, La République au village, Paris, 1979.
  • 78 SHAT, 4H 108, BR du 25.1.1922. Par exemple à Karnabe, à 9 km au nord-ouest de Kilis, ou à Musabeyli (...)
  • 79 Version turque de cette « Maison des hommes » des sociétés rurales de la Méditerranée septentrional (...)
  • 80 Maurice AGULHON, « Les Chambrées en Basse Provence : histoire et ethnologie », in ID., Histoire vag (...)

48On ne saurait trop insister sur l’importance de ces cercles qui plongeaient à la rencontre des populations anatoliennes jusque dans les plus petites villes de province, fonctionnant comme autant de centres de propagande et de rayonnement76, et occupant de la sorte une position hautement stratégique dans ce que Maurice Agulhon appelle « la descente de la politique vers les masses »77. Certains documents font d’ailleurs allusion à l’existence d’un tissu de petits sous-comités ruraux, innervant la campagne des alentours de Kilis, et relevant du comité de la ville78. Ce qu’il faut deviner derrière ces quelques annotations éparses, c’est la rencontre entre un modèle politique urbain, le comité unioniste ou nationaliste, et une sociabilité villageoise traditionnelle, articulée autour de l’oda (la chambre d’hôtes collective) ou de l’ocak (le foyer)79, et qui, à la manière des chambrées paysannes dans la Provence de la première moitié du XIXe siècle, préside à l’acculturation politique, républicaine ici et nationaliste là, des communautés rurales80.

49Au total, l’action des comités nationalistes de la frontière s’inscrit à la croisée de deux lignes de continuité politique. Du côté turc, on l’a vu, elle sanctionne un mouvement profond d’élargissement des sociabilités politiques amorcé à l’époque jeune-turque avec le bourgeonnement des sections unionistes locales, et prolongé pendant la guerre d’indépendance par les comités pour la Défense des Droits nationaux. Du côté syrien, en associant à leur action des hommes comme Fath al-Marcashli, ou encore le cheikh Rida al-Rifaci, l’un des principaux organisateurs des milices de quartier en 1920, les comités nationalistes de la frontière recueillent en quelque sorte l’héritage alépin de ce versant populiste et radical du nationalisme arabe qui, à l’époque de Faysal, avait définitivement rompu avec « la politique des notables ».

Le comité secret de l’Union islamique à Alep

  • 81 On peut suivre de près cette instruction grâce aux rapports du capitaine Gros de Vaud, rapporteur d (...)

50S’appuyant sur les relations étroites qu’ils entretiennent avec un certain nombre de réfugiés syriens, les comités nationalistes de Kilis et de cAyntab étendent leur influence bien au-delà de la frontière, et rayonnent sur toute la Syrie du Nord. Dans ces territoires sous contrôle mandataire, les formes d’organisation adoptées seront naturellement plus discrètes, voire clandestines, comme c’est le cas ici avec le comité secret dit de l’Union islamique (al-ittiḥād al-islāmī), qui fonctionne à Alep durant le premier semestre 1923. Infiltré par des agents du SR dès le mois de mai, ce comité est finalement démantelé en juillet, et ses membres condamnés par le conseil de Guerre d’Alep81.

  • 82 Odile Moreau, « La dimension religieuse de la guerre d’indépendance », in La Turquie entre trois mo (...)

51Les premières mentions d’une organisation fonctionnant à Alep en connexion étroite avec les comités de la frontière datent de 1922, et sont à mettre en relation avec la propagande faite autour de la présence en ville d’Ahmad Sharif al-Sanusi. On sait que, depuis plusieurs années déjà, le petit-fils du fondateur de la célèbre Sanāsiyya avait mis le prestige dont il jouissait dans le monde musulman, au service des nationalistes turcs qui l’utilisaient pour promouvoir la solidarité islamique avec les populations de l’Orient arabe82. C’est dans ce contexte que, à partir du mois de février 1922, un groupe clandestin va se structurer autour de la personnalité d’Ahmad Sharif al-Sanusi, dont les principaux animateurs sont précisément Rida al-Rifaci et Fath al-Marcashli. Les activités de ce groupement encore plus ou moins informel risquant de troubler l’ordre public, Ahmad Sharif al-Sanusi est reconduit à la frontière turque le 22 novembre 1922, tandis que Rida al-Rifaci et Fath al-Marcashli préfèrent, comme on l’a vu, quitter volontairement la Syrie.

  • 83 Celle organisée par exemple au début du mois de juillet 1923 par Ahmad Hamdi Bey, membre important (...)
  • 84 PRO, FO 371, 7848, fol. El0962/274/89, Activity of Red Hand Society. Ce document signale l’existenc (...)

52Au début de l’année 1923, plusieurs délégués du comité de Kilis sont envoyés à Alep afin de réactiver les réseaux restés en sommeil, et certains personnages déjà impliqués dans les affaires de 1922 sont alors relancés : Osman Nuri, inspecteur des postes et télégraphes de l’État d’Alep, ou bien encore Jamil efendi, ex-capitaine de l’armée turque. Très rapidement, une véritable organisation clandestine voit le jour sous le nom d’« Union islamique ». Le mode de financement, qui reste globalement obscur, devait vraisemblablement combiner des fonds venus de Turquie et des ressources propres : collectes populaires souvent organisées au nom du Croissant rouge83, paiement d’un droit d’affiliation au comité, donations plus ou moins spontanées de notables d’Alep, etc.84

53Le démantèlement du comité et les perquisitions opérées amènent la découverte d’une organisation extrêmement complexe : le comité avait ses archives dont les principales lettres étaient dûment numérotées. Le comité possédait également des statuts bilingues, en turc et en arabe, qui ne sont malheureusement pas conservés dans les dossiers consultés, et des cachets officiels portant en exergue les formules suivantes : « Les Fidèles sont des frères. Alep » ou encore : « Comité de l’Union islamique. Section des forces nationales ». Un service régulier d’émissaires assurait chaque semaine la liaison avec les comités de Kilis et de cAyntab, « les lettres étant généralement portées par des chameliers au service de Fath al-Marcashli ». Les réunions du comité avaient lieu en général « tous les vendredis, tantôt chez un membre, tantôt chez l’autre, et des précautions étaient prises pour écarter les curieux. En cas de besoin, elles avaient lieu la nuit ». Dans la pratique, le comité de l’Union islamique semble rompu aux techniques de la clandestinité, qu’il ritualise à la façon des carbonari et des sociétés secrètes révolutionnaires du XIXe siècle : on peut signaler ici, pour les nouveaux affiliés, la prestation d’un serment de fidélité : « Je jure, par Dieu, qu’aucun mal ou tromperie ne sera commis de notre part, à votre égard... », suivie de la remise des insignes du comité ; ou bien encore la tenue portée par les délégués de Kilis pour conserver leur anonymat au cours des réunions : robe rouge, cagoule et serre-tête.

54La première mission de ce comité est de favoriser l’action des bandes armées venues de Turquie, et de leur offrir un soutien logistique une fois entrées sur le territoire syrien. Il s’agit en particulier d’acquérir des armes et de constituer des caches dans les propriétés rurales de certains membres du comité. De cette manière, les bandes peuvent franchir la frontière désunies et désarmées, comme le feraient de simples fellahs, à un moment où le dispositif mandataire aux frontières se resserre. Le comité est également chargé de travailler l’opinion publique dans le sens de la solidarité islamique et de l’amitié turco-arabe. Il veille ainsi à la propagation de nouvelles alarmistes susceptibles de trouver un certain écho dans la société locale, et assure la distribution de tracts et de journaux turcs interdits en Syrie. En sens inverse, le comité disposait d’un réseau de renseignements dont les agents étaient orientés par un questionnaire témoignant d’une gamme très large de préoccupations : renseignements militaires (effectifs et mouvement des unités, recrutement des forces locales et des milices), état d’esprit de la population, etc. Enfin, dans l’hypothèse d’un conflit armé entre la Turquie et la France, le comité devait préparer et assurer l’exécution du plan suivant : occupation du Sérail, attaque des postes de police et de gendarmerie, attaque des isolés français dans la ville, protection des consulats américains et anglais.

  • 85 PRO, FO 371, 9053, fol. E9385/867/89, Trial of members of Turkish revolutionary committee, 5. IX.19 (...)

55Avant d’aborder la composition sociale de ce comité de l’Union islamique, une première remarque s’impose : aucune personnalité nationaliste marquante n’est directement impliquée dans cette affaire qui, d’une certaine manière, ne concerne que des exécutants ; les véritables commanditaires, on l’a vu, se sont réfugiés en Turquie dès l’année précédente. Sur place, comme l’écrit un observateur britannique, « aucune des personnes condamnées n’a de véritable importance locale, bien que toutes aient une certaine influence dans leur propre milieu »85. À la tête de l’Union islamique, constituant en quelque sorte le cercle intérieur du comité, on trouve une vingtaine de personnes, principalement recrutées dans le milieu des officiers turcs en retraite (c’est le cas notamment de Jamil efendi et de son oncle Behcet Bey) et parmi les fonctionnaires de l’État d’Alep : Sami Bey et Osman Nuri, respectivement directeur et inspecteur dans l’administration des postes et télégraphes, Muhammad Sabri dit Topal, fonctionnaire des finances, ou encore Ahmad Hamdi Bey, directeur de l’agence de la Banque agricole de Syrie à Alep, et son adjoint cAbdullah efendi.

56Au-delà de ce noyau dirigeant, le comité rassemblait à peu près une centaine d’affiliés, parmi lesquels deux catégories peuvent être identifiées à partir des sources disponibles. Le comité entretenait d’abord dans chaque quartier un certain nombre d’agents de renseignements, chargés à la fois de collecter les informations dont on a parlé plus haut, et de travailler l’opinion publique en orchestrant des campagnes de nouvelles, en lançant les rumeurs, en distribuant des tracts. La liste de ces agents pour le quartier Muhammad Bey fait ainsi apparaître dix-sept personnes appartenant toutes au petit peuple de la ville : 5 portefaix, 3 jardiniers, 3 tisserands, etc.

57Une deuxième catégorie remarquable de la sphère des affiliés est constituée par ceux que les documents appellent les « chefs de quartier », par l’intermédiaire desquels le comité était sensé pouvoir mobiliser, en cas de besoin, plusieurs centaines d’hommes. On peut citer ici les plus importants d’entre eux, cAbd al-Fath al-Baytar et Kanju Hamada, figures dominantes du quartier de Bab al-Nayrab, ou encore Hadj Ahmad Abu Kadru al-Masri, riche marchand du quartier al-Qasila, et son fils Abdo al-Masri. Certains documents trouvés lors des perquisitions montrent clairement que le comité était en train de mettre en place une véritable formation paramilitaire organisée à partir des quartiers : chaque quartier devait ainsi fournir un contingent organisé en compagnies, elles-mêmes fractionnées en sections d’une dizaine d’hommes. Toute une hiérarchie, au sein de laquelle les anciens membres de l’armée turque semblent avoir eu un rôle particulier, aboutissait au chef de quartier qui assurait le lien avec le comité. Chaque quartier gardait ainsi son autonomie vis-à-vis de ses voisins.

  • 86 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 33, fol. 119-121.
  • 87 CADN fds BM, 997, Rapport sur l’affaire Behcet Bey et consorts, 27. VIII.1923.
  • 88 Organisées à Damas à partir du printemps 1936. Cf. P. K. houry, Syria and the French mandate..., op (...)
  • 89 CADN, fds BM, 492, Délégué général à AE, 10. VH.1936 ; et Note sur les formations paramilitaires de (...)
  • 90 CADN, fds BM, 492, Sûreté Générale d’Alep.

58Pivot de cette extension du comité dans le tissu profond de la ville, la personnalité des « chefs de quartiers » appelle un certain nombre de remarques. On retrouve ici les fameux qabaḍāyāt déjà croisés dans la longue durée de la sociologie urbaine en terre d’Islam. À l’échelle de l’histoire mandataire, deux points de repère peuvent être donnés. Le premier rappelle le rôle majeur tenu par ces personnages à l’époque chérifienne, dans la mobilisation des milices de quartier notamment : cAbd al-Fath al-Baytar et Kanju Hamada commandaient ainsi les volontaires de leur quartier86 ; dans un autre registre, Ahmad Abu Kadru al-Masri avait apporté un soutien actif à la guérilla rurale d’ibrahim Hananu, au sein de laquelle son fils Abdo al-Masri avait du reste combattu87. Le second point de repère renvoie aux groupes paramilitaires qui surgissent dans le paysage politique syrien de la seconde moitié des années 1930, et notamment à cette Garde nationale (Ḥaras al-waṭaniyya), qui représente la version locale des fameuses Chemises de fer (Qumṣān al-ḥadīdiyya)88. Connu sous les appellations diverses de « Section des forts », « Lions d’Alep » ou « Gardes Hananu », l’élément de choc de cette Garde nationale repose, nous disent les documents, sur environ 200 hommes recrutés parmi les « repris de justice, récidivistes chevronnés, hommes de main pour ne pas dire plus ; Abdo al-Masri étant lui-même le digne chef d’une telle troupe »89. Un autre document nous indique que « la plupart de ces hommes avaient appartenu aux bandes dirigées par Ibrahim Hananu pendant les rébellions de 1920-1922 et y avaient fait leur preuve »90. En tant que forme de regroupement solidaire, les qabadāyāt représentent en quelque sorte le pendant urbain des cisābāt rurales. Entre les deux réalités, les liens sont évidemment étroits, les quartiers populaires d’Alep constituant, comme on peut s’en douter, l’un des principaux bassins de recrutement du banditisme :

  • 91 SHAT, 4H 108, BR du 26. X.1923. cAbd al-Qadir Hajjar était effectivement une figure connue du milie (...)

« Dans la journée du 23 octobre, plusieurs individus sont signalés à Alep, comme faisant du recrutement dans les quartiers excentriques. Une souricière est tendue. Elle permet de mettre la main sur un sujet syrien qui, avec plusieurs comparses, tente de racoler des volontaires dans un café. Arrêté et fouillé, il est trouvé porteur d’une lettre de cAbd al-Qadir Hajjar, tchété connu d’Alep à la solde de Fath al-Marcashli. Cette lettre est une invitation à prendre du service dans les bandes, et d’amener des gaillards. Il est assuré à chacun d’eux : une jument, un fusil et dix livres comme frais de voyage, la considération du gouvernement “car notre parole est écoutée”, et la certitude de s’enrichir : “Plusieurs d’entre nous ont acheté un terrain de vigne pour 2 000 livres or” »91.

Les associations patriotiques et culturelles

  • 92 SHAT, 4H 108, BR du 25.1.1923 ; CADN, fds BM, 545, Grande Assemblée Nationale à Ministère turc des (...)

59Le « Comité du Salut de la ville d’Antioche » nous fournit un premier exemple d’association culturelle et patriotique, dont l’activisme politique interfère avec l’action des bandes armées. Conformément aux dispositions de l’accord franco-turc du 20 octobre 1921, qui prévoyait pour les habitants de race turque du sandjak d’Alexandrette « toute facilité pour leur développement culturel », ce comité est fondé à Antioche en 1922, avec pour vocation officielle « de travailler au développement intellectuel et économique de la 92 région »92.

  • 93 SHAT, 7N 4184, Rapport d’informateur du 27. VII.1923.
  • 94 SHAT, 4H 108, BR du 25. I.1923 ; CADN, fds BM, 545, Weygand à AE, 12. X.1923.

60Afin de renforcer son audience locale, l’association multiplie par ailleurs les actes de bienfaisance : elle organise ainsi des cérémonies religieuses à la mémoire des victimes de guerre, vient en aide aux familles des personnes condamnées par les tribunaux français, ou bien encore organise des souscriptions au profit du Croissant Rouge93. Le comité est par ailleurs très fortement suspecté d’apporter une aide active aux bandes de tchétés, sous les formes habituelles de ravitaillement en vivres, armes et munitions. En tout cas, les soupçons pesant sur l’association conduiront à une première perquisition de son siège social en janvier 1923, suivie de sa dissolution pure et simple à une date qu’il n’a malheureusement pas été possible de préciser, mais qui en tout état de cause est antérieure à octobre 192394.

  • 95 SHAT, 4H 111, BR du 23. III.1921 ; CADN, fds BM, 545, Notice sur le comité de propagande turque dan (...)

61Les principaux responsables de l’association ont tous un solide passé unioniste derrière eux. Si le principal leader unioniste de la place, le dénommé Ahmad Agha Türkman Zade, a préféré gagner la Turquie dès le mois de mars 1921, son frère cAbd al-Ghani est quant à lui directement impliqué dans la création du comité. Autres personnalités éminentes de cette association, le docteur Nuri Bey, « inféodé depuis longtemps au parti Union et Progrès pour le compte duquel il est resté durant toute la guerre comme médecin de la municipalité », ou encore Suraya Bey, président de la municipalité95.

  • 96 Paul Jacquot, Antioche centre de tourisme, Antioche, 1931, p. 161 ; Élisabeth PICARD, « Retour au S (...)
  • 97 Reyhanh, à environ 75 km au nord-est d’Antioche.

62Second exemple d’association patriotique et culturelle, le « Foyer d’Antioche et d’Alexandrette » (Antakya ve Iskenderun Ocaği) prend naissance, en dépit de son nom, dans un tout autre milieu que le vieux tissu urbain d’Antioche. Il trouve son origine dans la vaste plaine de l’Amik, dont les riches terres noires s’étendent sur quelque 130 000 ha au nord de la ville96. Domaine par excellence de la grande propriété latifundiaire, la plaine est soumise à l’influence d’une poignée de grandes familles, turques pour la plupart, au premier rang desquelles les Kara Mürsel Zade, qui rayonnent à partir de leur centre de Rihaniyye97. A la tête de cette puissante famille, on trouve trois frères, couramment désignés dans les documents comme les « Beys de l’Amik » : Ihsan Bey, Tayfur Bey et Inayet Bey, tous trois passés en Turquie en 1921.

  • 98 P. Jacquot, op. cit., p. 165.
  • 99 Le passage qui suit s’appuie sur le recoupement de nombreux documents, principalement puisés dans l (...)
  • 100 Zâde, dans l’usage ottoman, indique la notabilité.

63Les « villages misérables de fellahs arabes, métayers ou colons de gros propriétaires turcs », « les maisons regroupées autour de la demeure et des champs du maître »98, dessinent ici un paysage social d’hacienda. Appuyés sur cette autorité traditionnelle de grands propriétaires terriens, les Beys de l’Amik sont en mesure de mobiliser, y compris depuis leur exil, de puissantes clientèles armées99. Celles-ci s’appuient d’abord sur les liens du sang et les alliances familiales. Sur place, les bandes organisées par les Beys de l’Amik peuvent ainsi compter sur le soutien de leurs cousins, cAbdürrahman Bey de Küçük Avare, et Kemal Bey de Çatal Höyük. L’ost des beys draine ensuite un certain nombre d’aghas (ağa), terme par lequel les documents désignent les membres de familles souvent riches, mais d’extraction plus récente que les beys, et ne disposant pas de ce fait de la même influence. Dans le cas présent, les officiers du SR insistent tout particulièrement sur le rôle des Behaderli Zade100. On retrouve ainsi, au nord de Kilis, dans une petite propriété d’Ihsan Bey, un certain nombre de membres de cette famille, dont Mahmud Agha, condamné à Antioche pour son implication dans des affaires mettant également en cause Hakki Bey. Enfin, les documents reviennent à plusieurs reprises sur les « domestiques », que l’on pourrait comparer aux « nourris » ou criados du Moyen Âge ibérique, vivant sous le même toit que le maître, à la fois gardes du corps et agents de la contrainte extra-économique. C’est ainsi qu’on retrouve, également à Kilis, les dénommés Süleyman efendi et Tatar Ahmed efendi, tous deux signalés comme anciens « domestiques » de Mustafa Pacha, le père des Beys de l’Amik.

  • 101 SHAT, 4H 111, BR du 15. VI.1921 ; 4H 61, BR du 27. VII.1921.
  • 102 François-Xavier Guerra, Le Mexique. De l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, 1985, t. 1, p. 181-1 (...)

64Par leurs relations, notamment avec le milieu unioniste d’Antioche (Inayet Bey est un proche de Ahmad Agha Türkman Zade), leurs antécédents comme agents de l’État (Ihsan Bey avait exercé les fonctions de caymakam de la circonscription voisine de Beylan) ou comme combattants nationalistes (Tayfur Bey est signalé en 1921 à la tête d’une bande de 200 hommes dans la région du Gavur Dagh, où il prend le titre de « Chef du mouvement nationaliste de Khassa, Beylan, Rihaniyye et du Kurd Dagh »)101, les Beys de l’Amik sont également en prise sur les évolutions de la politique moderne. À la façon des caciques du Mexique porfirien, ils forment ainsi un lien nécessaire, quasi structurel, entre une élite politique réformatrice acquise à la modernité nationale, et une société locale préservatrice des hiérarchies traditionnelles102.

  • 103 François Georgeon, « Les Foyers Turcs à l’époque kémaliste 1923-1931 », Turcica, 1982, p. 168-215 ; (...)
  • 104 SHAT, 4H 108, BR des 14. XI.1922 et 7. XII.1922.
  • 105 SHAT, 4H 59, BR du 13. I.1923, Correspondance interceptée, Lettre d’un élève du lycée d’Adana à son (...)
  • 106 Le 5 janvier 1922, conformément à l’accord franco-turc du 20 octobre 1921.

65Coupés de leur base traditionnelle de pouvoir, les Beys de l’Amik vont du reste donner en exil la pleine mesure de leur savoir-faire et de leurs relations politiques, en étant à l’origine directe d’une association particulièrement active : le Foyer d’Antioche et d’Alexandrette qui fonctionne à Adana en 1922-1923, sur le modèle des Foyers turcs (Türk Ocaği) alors en pleine renaissance103. Cette organisation a tout d’abord une existence informelle : les BR font ainsi état à la fin de 1922, d’une sorte de « congrès politique », réunissant dans un hôtel d’Adana un certain nombre de personnalités qui « se donnent comme les représentants des aspirations du sandjak d’Alexandrette »104. Avant même d’avoir une existence légale, le Foyer d’Antioche et d’Alexandrette se fait une place sur la scène politique locale, et, dans une sorte d’adhésion patriotique teintée de convention sociale, s’attire la sympathie de l’élite nationaliste, au même titre que le Foyer turc de la ville par exemple : « Il y a une association ici [à Adana], appelée Foyer Turc ; tous les gens comme il faut s’y réunissent. (...) L’hôtel de Brousse, qui est le plus joli hôtel d’Adana, est le lieu qui doit être visité par tous ceux qui sont originaires d’Antioche, car c’est là que se trouvent les grands cœurs de la défense du droit »105. Un exemple de manifestation orchestrée par les Beys de l’Amik est la participation d’une importante délégation du sandjak aux festivités commémorant le premier anniversaire de la rétrocession de la ville d’Adana à la Turquie106 :

  • 107 SHAT, 4H 59, BR du 13. I.1923, Extraits de correspondances interceptées. À l’heure où le pays vit e (...)

« Vendredi 5 janvier est l’anniversaire de la reprise d’Adana. Nous tous, les élèves, commerçants et autres originaires d’Antioche et environs, nous nous réunirons à l’hôtel de Brousse et nous participerons aux manifestations en un groupe spécial. Nous préparons un drapeau pour cette fête qui portera en son centre la phrase suivante : “Antioche ne se séparera jamais de la Turquie”. Il y aura une fête le 5 janvier au soir au Foyer Turc d’Adana. Antioche y sera représentée par une jeune fille habillée en noir, les mains enchaînées »107.

66C’est finalement en juin 1923 que le Foyer d’Antioche et d’Alexandrette est officiellement inauguré à Adana :

  • 108 SHAT, 4H 63, BR du 6. VIL 1923, Extrait d’un article paru à Constantinople le 18. VI. 1923.

« Le Foyer a pour but de faire toutes les démarches et tous les sacrifices d’ordre scientifique, social, littéraire et historique pour la reprise et le rattachement d’Antioche et d’Alexandrette à la Mère Patrie. (...) Le Foyer envisage la publication d’un journal hebdomadaire pour exposer et faire connaître à l’opinion publique et au monde civilisé les buts et les efforts du Foyer, la situation géographique, ethnographique et économique, ainsi que l’évolution sociale de la région d’Antioche et d’Alexandrette, et pour défendre les droits de cette région. Le Foyer ne s’occupera d’aucune affaire politique du pays autre que celle de la libération de la région d’Antioche et d’Alexandrette »108.

  • 109 SHAT, 4H 63, BR du 18. VI.1923. On estime à l’époque la population turque du sandjak à 87 000 habit (...)
  • 110 La conférence de Lausanne s’ouvre le 20 novembre 1922 ; les négociations, rompues le 4 février 1923 (...)

67Lors de l’inauguration, le très influent Rasim Bey, un homme d’affaires de Tarsus, prononce un discours « dans lequel il affirme qu’Antioche et Alexandrette sont pour la Turquie, ce qu’étaient l’Alsace et la Lorraine pour la France [et dont] la conclusion est la suivante : “Que les Français sachent bien que 500 000 Turcs ne consentiront jamais à être séparés de la Turquie. Toute paix qui serait basée sur la séparation de ces 500 000 Turcs de leur Mère Patrie, sera et demeurera précaire” »109. Principalement dirigés contre la France, ces propos, replacés dans le contexte de la longue et difficile négociation de Lausanne110, sonnent également comme une manière de pression sur le gouvernement central d’Ankara.

  • 111 Les dispositions de l’accord franco-turc du 20 octobre 1921 seront finalement reprises dans le cadr (...)
  • 112 SHAT, 4H 63, BR du 18. VI.1923.

68C’est là l’autre réalité du Foyer d’Antioche et d’Alexandrette, celle d’un groupe de pression agissant dans le sens d’une réouverture du dossier d’Alexandrette, dans le cadre du règlement global de la question turque qui se négocie alors111. Le texte du télégramme qui est envoyé à Ismet Pacha, le négociateur turc de Lausanne, est à cet égard explicite : « Les 500 000 Turcs d’Antioche et d’Alexandrette, qui versent leur sang depuis quatre ans, réclament leur union à la Turquie de n’importe quelle manière. Ils protestent à l’unanimité contre tous agissements ou manœuvres contraires à cette union et sont résolus à rectifier avec leur sang toute décision contraire à cette légitime aspiration »112.

  • 113 Création du Parti du Peuple (Halk Firkasi) – un projet annoncé dès le 7 décembre 1922 – et dissolut (...)
  • 114 SHAT, 4H 59, BR du 6 au 30. IV.1923 ; 7N 4184, Consulat Adana à haut-commissariat, 17. III.1923.

69Les responsables du Foyer d’Antioche et d’Alexandrette s’étaient du reste déjà manifestés auprès de Mustafa Kemal, à l’occasion de son voyage en Cilicie au printemps 1923, une des étapes de la vaste tournée qu’il entreprit alors dans les provinces, à un moment charnière des réformes politiques devant conduire à la proclamation de la république113. À cette occasion, une délégation d’Antioche et d’Alexandrette rappelait au Gazi qu’il n’y avait que « deux minces rails de chemin de fer à franchir pour venir délivrer les populations turques du joug des Français. Il y répondit par ces mots que tous les journaux d’Adana ont enregistré avec force commentaires : “Un foyer turc qui date de cinq siècles ne saurait rester en des mains étrangères” »114.

  • 115 SHAT, 7N 4184, Note sur le voyage de Mustafa Kemal en Cilicie, De Lamothe à Guerre, le 9. IV. 1923.
  • 116 Ibid. Le colonel Çolak Selâhettin (Köseoğlu), l’un des principaux leaders du groupe d’opposition pa (...)

70Une note que le SR consacre à ce voyage, introduit cependant une distinction entre ces encouragements donnés en public par « un chef de parti » dans un esprit de « surenchère électorale », et la position du « chef d’État » donnée au cours de conversations privées : « Aux membres de la délégation d’Antioche et d’Alexandrette, il aurait déclaré en effet, dans une entrevue privée, qu’il ne sacrifierait pas un soldat turc pour les libérer, se contentant de prier Allah pour qu’il exauce leurs vœux »115. Si Mustafa Kemal est ainsi conduit à parler un double langage, c’est qu’il cherche à ne pas se laisser déborder par ses adversaires politiques qui tiennent les rênes de la région : « A Adana, il se trouve l’hôte forcé de Subhi Pacha, président du parti extrémiste, lequel est tout puissant à la municipalité comme au vilayet d’Adana, et qui dispose du journal Yeni Adana. (...) À Mersin, il est dans le fief du colonel Selahettin, l’un de ses adversaires les plus acharnés de la Grande Assemblée Nationale »116.

  • 117 Le traité de Lausanne sera bien ratifié par la GAN le 23 août 1923, à une écrasante majorité (215 v (...)
  • 118 Comme le déclare un adversaire du traité de Lausanne à la tribune de la GAN : « Ce n’est pas avec l (...)

71En trouvant un écho favorable auprès des députés de Cilicie notamment, la cause défendue par le Foyer d’Antioche et d’Alexandrette se retrouve finalement projetée au cœur même des tensions de politique intérieure du moment. Certaines franges de l’opposition parlementaire s’emparent ainsi de la question du sandjak, comme de celle de Mossoul d’ailleurs, et dénoncent comme autant de trahisons du Pacte National les positions, jugées trop souples, défendues à Lausanne sur ces dossiers. En prônant au contraire une ligne dure et intransigeante, ces groupes d’opposition tentent de rebondir face à la montée en puissance de Mustafa Kemal117. Au total, cet épisode caractérise bien la situation d’un pouvoir kémaliste alors en pleine transition, balançant entre le pouvoir insurrectionnel qu’il cesse tout juste d’être, et l’État centralisé qu’il est en passe de devenir, c’est-à-dire, sur le plan de la politique extérieure, entre les exigences du Pacte National fondateur et les nécessités d’une stratégie globale de reconnaissance internationale118. Comme on le verra au chapitre suivant, cette transition a également ses prolongements sur le plan de la politique intérieure.

« Dire et mal dire » : propagande nationaliste et opinion populaire119

  • 119 Comme l’indique le sous-titre, on gardera à l’esprit les réflexions des historiens de l’opinion pub (...)

72À partir des centres émetteurs ainsi identifiés, une vaste campagne de propagande est menée dans l’ensemble de la région frontière, explicitement turcophile dans le sandjak d’Alexandrette, insistant plus volontiers sur la solidarité islamique entre Turcs et Arabes à Alep même. Saisir la portée réelle et comprendre la nature profonde de cette propagande implique de ne pas se satisfaire des seuls vecteurs apparents du discours nationaliste. Il faudrait, pour bien faire, plonger au contact de l’opinion populaire, et saisir les prises de parole du peuple lui-même. De cette entreprise trop ambitieuse, faute de sources véritablement à l’écoute des bruissements de la ville, nous ne retiendrons qu’une problématique, qui nous servira de guide tout au long d’une reconnaissance se déroulant en deux temps. On cherchera d’abord à restituer l’acoustique de la propagande nationaliste sur la frontière, qui voit le discours, d’abord figé dans l’écrit, rebondir très vite dans le champ de la culture orale. Puis, dans un second temps, on empruntera le chemin inverse, en cherchant à remonter du fait d’opinion au discours nationaliste.

  • 120 SHAT, 7N 4184, L’attitude hostile de la presse turque à notre égard, 12. II.1923.
  • 121 SHAT, 7N 4184, Note sur le voyage de Mustafa Kemal en Cilicie, 9. IV.1923 : « À Adana, le parti ext (...)

73La propagande nationaliste qui s’exerce sur la frontière turco-syrienne au début des années 1920 est d’abord une propagande turcophile ciblée sur la question du sandjak d’Alexandrette. Elle prend la forme de violentes campagnes de presse, régulièrement orchestrées par le grand titre régional, le Yeni Adana120, organe quasi officiel de ces milieux nationalistes régionaux qui, on l’a vu, tentent d’imposer une ligne dure lors des négociations de Lausanne121. La violence du ton et la thématique guerrière de cette propagande sont bien rendues par ces quelques extraits :

  • 122 SHAT, 4H 108, BR du 10. III. 1923, Traduction d’un article du Yeni Adana du 25.11.1923.

« Au-dessus du Taurus commencent à briller les pointes des baïonnettes qui anéantirent naguère l’armée hellène. Frères opprimés ! Sans vous tromper en aucune façon, nous voulons être les premiers à vous donner l’heureuse nouvelle. Des sommets du Taurus on entend une voix : c’est la voix de Mehmedjik (sobriquet populaire donné au soldat turc) qui va sauver ses frères de la mort et de la souffrance. Frères dans la servitude ! Vos tourments ne dureront plus très longtemps. Ceux qui vous les font endurer vont être châtiés. Nous le redisons encore une fois avant de terminer : ce jour-là est proche »122.

  • 123 Le « sandjak victorieux ». Aujourd’hui la ville s’appelle Gaziantep.
  • 124 SHAT, 4H 108, BR du 25. X.1922.
  • 125 SHAT, 4H 108, BR du 15. II.1923.

74Sur la frontière même, à cAyntab et Kilis, des feuilles sont créées à la fin de l’année 1922 pour relayer localement l’action du Yeni Adana. Il s’agit du Gazi Sanjak123, dont on reparlera plus bas, et du journal Kilis, que dirige l’un des membres les plus éminents du comité nationaliste de la ville, l’avocat Raghib efendi124. Ses colonnes s’ouvrent à la plume incendiaire d’Ihsan Bey, qui « fait insérer dans les feuilles locales de Kilis de violents articles contre notre politique. Une de ses récentes productions a pour titre “La vilenie française dépasse la sauvagerie grecque” »125.

  • 126 A. Farge, op. cit., p. 106.
  • 127 SHAT, 4H 63, BR du 20. X. 1922.
  • 128 SHAT, 7N 4184, Rapport d’informateur, 26. VII.1923.

75Bien qu’elle en utilise le support au départ, il ne s’agit pas là d’une propagande écrite. Au reste, elle s’adresse en priorité aux couches populaires souvent illettrées, et ne prend donc tout son sens que dans le champ de l’oralité. Elle n’est que l’émission d’un contenu destiné à rebondir et à fluctuer dans le vaste champ sonore des rumeurs de la ville. Elle se diffuse en rafales, par ouï-dire, et se nourrit de contradictions. Son manque évident de fiabilité n’est en rien une faiblesse ; bien au contraire, c’est sa force, sa nature même, le texte écrit se glissant alors avec aisance dans les replis d’une parole publique faite de « narrations mi-fictives mi-réelles, jamais vérifiables, qui se transmettent oralement et circulent librement »126. Lors d’une interview qu’il accorde au Yeni Adana, le général Moheddin Pacha, de retour de Syrie où il a participé aux négociations frontalières, évoque en ces termes l’influence du journal cilicien : « Durant mon séjour en Syrie, il m’a été donné de constater le prestige dont [le Yeni Adana] jouissait. Il est considéré là-bas comme une mélodie venant de l’Anatolie et les nouvelles qu’il apporte sont aussitôt répandues »127. Aspirée dans le champ de l’oralité populaire par le biais des lectures publiques et des distributions gratuites128, la feuille imprimée devient, à la façon des « nouvelles à la main » du XVIIIe siècle, une feuille volante qui passe de main en main, un pamphlet placardé sur les murs de la ville, avant de s’affranchir de la matérialité même de son support, et de s’évaporer dans les ondes de la parole publique.

  • 129 CADN, fds BM, 1480, BR du 21. XI.1925.
  • 130 Voir par exemple les tracts polycopiés dissimulés sous les tapis de prière de plusieurs mosquées d’ (...)

76Presse, tracts et iconographie nationalistes participent de cette même prise de parole. Les tracts d’abord, qui bien souvent sortent des mêmes imprimeries que les feuilles de Kilis ou de cAyntab129. À côté de thèmes classiques comme l’appel au sacrifice ou la référence aux nobles ancêtres et à la grandeur passée130, on notera l’importance des bandes armées dans le discours nationaliste :

  • 131 SHAT, 4H 108, BR du 18. X.1923.

« L’on ne peut recouvrer son honneur qu’après l’avoir lavé par le sang. Noble Peuple ! Les événements ont appris aux nations que pour secouer le joug du despote, il faut organiser des bandes et faire une révolte générale. Or, ces bandes ont été organisées et leur ligne de conduite a été tracée. (...) Notre parti a donné des ordres décisifs aux chefs des bandes (ciṣābāt) et des tribus (cashā’ir) en vue d’attaquer ceux qui viennent coloniser notre pays, et de les chasser, car, bien entendu, le meilleur moyen de les renvoyer de chez nous est de les mettre aux prises avec les bandes et les tribus. Nous publions la présente circulaire pour que vous en preniez connaissance. Salut à celui qui suit le droit chemin. Le Parti national révolutionnaire (al-Ḥizb al-waṭanī al-thawrī) »131.

  • 132 François Georgeon, « Kémalisme et monde musulman 1919-1938. Quelques points de repère », Cahiers du (...)
  • 133 SHAT, 4H 108, BR du 16. XI.1922.

77L’iconographie ensuite. Comme dans tout le monde islamique, les succès militaires turcs, et notamment la prise de Smyrne en septembre 1922, projettent la figure de Mustafa Kemal au cœur de l’imagerie et de l’imaginaire nationalistes132. Dès le mois de novembre, « il a été mis en vente à Alep des chromos glorifiant les succès nationalistes turcs »133. Au mois de juin 1923, la propagande par l’image associe le prestige kémaliste et la solidarité islamique :

  • 134 SHAT, 4H 63, BR du 18. VI.1923.

« En ce moment, on répand un peu partout une image représentant Mustafa Kemal (personnifiant les musulmans turcs), entre le Sénoussi (personnifiant les musulmans africains) et Saladin (personnifiant les musulmans arabes). Les propagandistes turcs s’efforcent actuellement de persuader la population que les Turcs ne recherchent que la gloire de l’Islam et qu’ils considèrent les Arabes comme des frères auxquels ils considèrent comme un devoir d’apporter l’indépendance. On répète que les Turcs ne reviendraient plus en maîtres, mais en amis et alliés de la Syrie »134.

  • 135 SHAT, 4H 108, BR du 9. II.1923.
  • 136 SHAT, 4H 108, BR du 19. XII.1922, et BR du 27. XII.1922.
  • 137 Wilhem E. Mühlmann, Messianismes révolutionnaires du tiers monde, Paris, 1968.

78Au débouché de ces multiples faisceaux, l’opinion populaire se dérobe le plus souvent au regard de l’historien. Immatérielle, la parole publique ne se laisse que difficilement capter au gré de micro-événements fossilisés presque par hasard dans la mémoire écrite du mandat. Ce qu’on saisit alors, c’est d’abord un prurit, une insatisfaction politique qui démange l’épiderme du quotidien. À Alep, ce sont des attroupements qu’il faut disperser devant les boutiques qui exposent des icônes nationalistes récemment reçues135. À Antioche, « une manifestation a eu lieu le 15 décembre [1922] au soir dans le principal café de la ville. Des consommateurs ont demandé à l’orchestre de chanter l’hymne nationaliste qui a été écouté debout. Les spectateurs qui ne se levèrent pas furent l’objet d’observations »136. Ce que l’on perçoit ensuite, c’est une ambiance, une atmosphère finalement assez proche de ce que Wilhem Mühlmann appelait le « milieu charismatique »137. Les rapports de l’armée restituent parfois cette acoustique de la rumeur et de la propagande intimement mêlées dans l’opinion populaire :

  • 138 SHAT, 4H 59, BR du 20. V au 20. VI.1923 ; 7N 4184, Rapport d’ensemble sur la Syrie, 4. III.1922.

« En Syrie, la propagande revêt les formes les plus diverses. Parfois, c’est une campagne de faux bruits, de légendes, prédisant l’arrivée toute prochaine de l’armée d’Ankara. (...) De pareils racontars agissent toujours sur une population ignorante, crédule, à l’imagination fertile, surtout quand il est fort difficile d’organiser une contre-propagande. (...) Il ne faut pas négliger ce travail des fausses nouvelles, car il faut songer à leur crédit auprès des Syriens si facilement portés aux conceptions merveilleuses »138.

  • 139 Entre 1724 et 1781, la lieutenance générale de police parisienne fait fonctionner un réseau d’infor (...)

79Seconde tentative : reconstituer la généalogie d’un fait d’opinion ; aller cette fois de la parole publique au discours nationaliste. C’est entendu, les bulletins de renseignements ne sont pas des gazetins de police, cette source exceptionnelle produite par la lieutenance générale de police parisienne au cours du XVIIIe siècle139. Pourtant, lorsqu’un fait d’opinion prend une ampleur certaine, lorsqu’il se transforme en mouvement d’opinion, comme c’est le cas en mai-juin 1923, les BR rompent alors avec les habituels stéréotypes sur l’inexistence politique de la « populace », et font apparaître des liens entre mécontentements populaires et écrits séditieux.

Iconographie nationaliste

Iconographie nationaliste

Centre des archives diplomatiques de Nantes, fonds Beyrouth Mandat (Série Cabinet politique)

  • 140 SHAT, 4H 108, BR du 14. VI.1923.
  • 141 SHAT, 4H 108, BR du 18. V. 1923.
  • 142 SHAT, 4H 108, BR du 24. V. 1923.

80Tout commence par des « conversations entendues dans les petits cafés maures de la ville [d’Alep], révélant un mauvais état d’esprit, caractérisé par le découragement chez les uns et par le réveil très net du sentiment de haine vis-à-vis de l’infidèle dans la masse populaire »140. Le mouvement revêt également des formes plus actives : « Dans plusieurs mosquées de la ville, des discours ont été prononcés sur la nécessité pour les Musulmans de ne pas imiter les Européens dans leurs modes et d’observer la décence des mœurs. D’autre part, des exemplaires imprimés d’une poésie critiquant les modes modernes féminines et les coutumes indécentes importées d’Europe ont été distribués »141. Les autorités mandataires sont définitivement alertées lorsque « les jets d’acide sur les toilettes des femmes musulmanes vêtues à la mode moderne se multiplient » dans les rues d’Alep142. Or, cette clôture morale et intellectuelle paraît bel et bien déclenchée à l’origine par tout un travail d’investissement politique de l’opinion populaire.

  • 143 MAE, E-Levant, Turquie, 562, fol. 164-168, L’organisation de la propagande panislamique, 4. IV1923  (...)
  • 144 Ibid.

81Les institutions religieuses sont les premières impliquées. Dès le début du mois d’avril, un rapport indique l’inflexion des sermons des khuṭabā ’ (sing. khatīb, celui qui prononce le prône – khutba – du vendredi) « dans le sens de l’exaltation de la solidarité religieuse au détriment de l’étranger »143. Surtout, il met en avant le rôle des associations de bienfaisance, les jamācāt al-khayriyya, dont les créations se multiplient et se ramifient alors dans tous les grands centres urbains. À Damas par exemple, une « ligue de la piété » encourage ses fidèles « à se livrer fréquemment à des exercices pieux, à s’enturbanner, à porter la barbe comme les imams, à fuir la civilisation occidentale, à éviter tout rapport avec les Chrétiens, etc. »144.

  • 145 CADN, fds BM, 997, Note sur la propagande turcophile en Syrie, 7. VIII.1923.
  • 146 MAE, E-Levant, Turquie, 562, fol. 164-168, rapport cité.
  • 147 CADN, fds BM, 997, Rapport du général Billotte, juin 1923.
  • 148 SHAT, 4H 108, BR du 24. V.1923.

82À l’origine de cette fermentation religieuse, les rapports français signalent en particulier l’action de la kattāniyya, une tarīqa syrienne en relation étroite avec la Turquie. Dès 1922, on sait ainsi que le cheikh Kattani est appelé auprès de Ahmad Sharif al-Sanusi, dont on a souligné le rôle dans le dispositif de propagande à la frontière turque145. Dans un rapport de 1923, il est même présenté comme son disciple le plus actif en Syrie : « Cheikh Kattani a commencé par recruter des adhérents dans tous les grands centres syriens. La majeure partie des culamā’ des villes syriennes se sont ralliés à la secte et ont entraîné, ipso facto, les grandes sociétés religieuses et philanthropiques musulmanes dont l’influence sur les masses est incontestable »146. A Alep, des liens avec les comités nationalistes de la frontière sont également établis. On retrouve ainsi le comité dit de la « Main rouge » (kaƒƒal-aḥmar), déjà rencontré pour son rôle dans le financement de l’Union islamique, à l’origine de l’agitation anti-occidentale : « C’est lui qui aurait entrepris, à Alep, la réaction contre les mœurs européennes (campagne contre le luxe et contre les modes féminines, boycottage des tissus et effets d’habillement de provenance étrangère, lutte contre l’alcool). Une annexe de ce comité fonctionne sous le nom de “société anti-alcoolique” et s’occupe avec un fanatisme tout particulier de ramener la population aux mœurs d’autrefois »147. Dès le mois de mai, cette dernière organisation obtient d’ailleurs du préfet de police de la ville l’interdiction de la vente de l’arak après vingt heures148.

83Mais au-delà de cette ascendance directe, qui ne se donne à voir qu’au travers de recoupements et de fortes présomptions, pouvant satisfaire l’officier de renseignements, mais moins l’historien, il est nécessaire d’envisager les termes d’une filiation en quelque sorte idéologique. Ce qui donne tout son sens à la parole publique convulsionnaire du printemps 1923, c’est une sorte de grammaire corporelle dont on retrouve la syntaxe dans les feuilles turques de la frontière, presque un an auparavant. À la fin de juin 1922, le Gazi Sanjak publie ainsi l’article suivant, intitulé « Le luxe est contraire à notre caractère et à notre programme » :

  • 149 SHAT, 4H 108, BR n° 154 du 1. VII.1922.

« La dernière guerre nous a laissé, entre autres maux atteignant nos mœurs, celui qu’on appelle la mode. C’est la mode qui pousse nos femmes à apporter des transformations incessantes à leurs tcharchafs, à leurs chaussures, etc. Les vêtements qu’elles portent sont loin d’être hygiéniques, ils nuisent au contraire à leur santé. Cette déplorable tendance conduit au gaspillage de l’argent que les hommes ne doivent pas tolérer. Si nous arrivons à mettre fin à cette mode inadmissible, nous pourrons, dans un avenir prochain, reconstruire notre ville meurtrie et augmenter nos biens et nos revenus »149.

84Une sorte d’hygiénisme nationaliste s’élabore plus ou moins confusément, qui fait que sur les corps se lisent des tensions politiques et sociales, et dans la chair, pénètre la souillure de l’occupation :

  • 150 Suit une série de conseils intéressant les personnes malades. SH AT, 4H 108, BR du 26. VI.1922.

« Sous prétexte de répandre la civilisation, les Français avaient envahi notre pays et noyé cAyntab et sa population sous un déluge de feu et de sang. Ils nous ont rendu notre ville après avoir retiré leurs troupes et leurs canons au sud de la voie ferrée. Mais cette évacuation n’est que superficielle car ils ont laissé dans nos murs des fléaux destructeurs qui, tout en se dissimulant, n’en continuent pas moins leurs ravages. L’un de ces fléaux, l’une de ces machines de guerre, c’est la syphilis, le mal des Francs, qu’ils ont propagée au moyen des maisons de tolérance installées par leurs soins. Oui, l’occupation française continue toujours sous la forme de cette terrible maladie, dite mal des Francs ou des Européens. Si nous ne nous défendons pas avec énergie contre ce fléau, notre ruine est certaine »150.

  • 151 Lui-même surgi peut-être de cette grande inflexion de la première moitié du XIXe siècle qui, dans l (...)

85Face à ce bouillon de culture qui infecte la ville, les officiers du SR, fidèles en cela à l’un des grands poncifs du discours colonial151, ont naturellement tendance à valoriser un monde rural qu’ils cherchent à préserver de la contamination urbaine. En faisant pénétrer le bacille nationaliste au cœur même des cazas, les bandes armées constituaient cependant un obstacle majeur à cette neutralisation politique des campagnes. La préservation de ce que les officiers pensaient devoir être un sanctuaire justifiait dès lors la mise en œuvre d’un nouvel appareil répressif.

Notes

1 Sur la frontière même, à environ 70 km au nord d’Alep.

2 SHAT, notamment 4H 108.

3 CADN, fds BM, notamment 1623 et 1624.

4 CAOM, 11 APOM, notamment 35.

5 Pour un territoire délimité en gros au nord et à l’ouest par la frontière turque et la Méditerranée, au sud par le Djebel Zawiya, et à l’est par le secteur Bab-Tchoban Bey. Voir infra les cartes p. 164.

6 Pour évacuer définitivement toute connotation péjorative, j’utiliserai le terme « banditisme » en référence non pas aux « bandits », mais aux « bandes armées », c’est-à-dire une structure regroupant un certain nombre d’hommes en armes, sans préjuger de leurs motivations. Il s’agit ici de « tchétés » (çete), terme générique par lequel les officiers français désignaient tous les irréguliers turcs, et dont l’équivalent arabe serait à rechercher du côté des cisābāt évoquées au chapitre II.

7 P. Dumont, « La pacification du Sud-Est anatolien... », art. cit. ; Andrew G. gould, « Lords or Bandits ? The Derebeys of Cilicia », International Journal of Middle East Studies, 1976, n° 4, p. 485-506. Le terme de oğul, « fils » en turc, est utilisé par insertion anthroponymique (suffixé sous sa forme possessive, oğlu au singulier et oğullari au pluriel) pour former le nom de famille, en milieu tribal notamment (à la façon du ibn arabe). Les derebey, « seigneurs de la vallée », s’érigent à la faveur du relâchement politique du XVIIIe siècle ottoman en potentats locaux prédateurs ou notables ruraux protecteurs, selon les points de vue, les cas, les circonstances. Le grand-père de Hakki Bey était le célèbre Mustuk Bey, qui frappa l’imagination de nombre de voyageurs occidentaux au milieu du XIXe siècle. Mais à l’heure du mouvement de réforme et de centralisation de l’État ottoman, les derebey pouvaient bien survivre en marge, l’heure n’était plus aux enclaves régionales quasi indépendantes que la Porte avait dû accepter au siècle précédent.

8 CADN, fds BM, 1624, BR du 14. II.1925.

9 CADN, fds BM, 1623, BR du 23. III.1924.

10 Sur les quartiers d’Alep, cf. infra p. 136-137.

11 Le graphique à suivre ne prend pas en compte les guérillas villageoises du Gavur Dagh. Celles-ci, en obéissant à des logiques tribales et locales très marquées, faussent en effet une analyse centrée sur l’action armée dans l’intérieur syrien. Lissage uniquement graphique de la courbe.

12 SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 244.

13 SHAT, 4H 108, BR du 25. IV.1922.

14 SHAT, 4H 244, Rapport du commandant Vital, 30. VI. 1922.

15 SHAT, 4H 108, BR de mai à juillet 1923.

16 SHAT, 4H 108, BR du 28. VIII.1922.

17 Huit des 17 actions ayant chacune provoqué la mort de cinq personnes ou plus.

18 SHAT, 4H 59, BR du 20. VI au 10. VII.1923.

19 SHAT, 4H 108, BR du 27. VI.1923.

20 SHAT, 4H 108, BR du 9. VI.1923.

21 SHAT, 4H 108, BR de juillet 1923.

22 SHAT, 4H 59, BR du 20. VI au 10. VII.1923.

23 SHAT, Papiers Pichot-Duclos, 1Kmi 10, fol. 244.

24 SHAT, 4H 244, Rapport cité du 30. VI. 1922.

25 SHAT, 4H 141, Commandant Morbieu à Catroux, 11. X.1922.

26 Colonel Clément-grandcourt, La tactique au Levant, Paris, 1926, p. 76. Il est en effet fréquent de compter des adolescents parmi les hommes arrêtés ou abattus par les forces mandataires.

27 SHAT, 4H 108, BR du 3. IX.1922.

28 CADN, fds BM, 999, Carnet de route de Süleyman Oğlu Hamid, abattu en avril 1924 : « Il commença à pleuvoir, et à 4 heures [du matin], nous sommes arrivés au village, où on est allé à la maison de notre camarade. Nous étions si fatigués et si mouillés que notre cœur tremblait ».

29 Les bandes enterrent leurs morts « dans la montagne ». CADN, fds BM, 1627, BR du 6. V.1926.

30 CADN, fds BM, 1634, Affiche placardée à Rihaniyye.

31 SHAT, 4H 59, Les forces irrégulières turques sur la frontière syrienne, Note du 11 . V. 1923.

32 Clément-Grandcourt, op. cit., p. 76.

33 SHAT, 4H 108, BR du 9. VII. 1922.

34 Clément-Grandcourt, op. cit., p. 85.

35 Ibid.

36 « Un exemple de la tranquillité en Syrie », article paru dans une feuille locale de Kilis le 25. VI.1923 ; traduction dans CAOM, 11APOM, 35, Weygand à AE, 7. VII.1923.

37 SHAT, 4H108, BR du 24. V.1923.

38 SHAT, 4H108, BR du 18. VI.1923.

39 SHAT, 4H108, BR du 14. IX.1923.

40 Jean-David Mizrahi, « De la “petite guerre” à la Guerre d’indépendance : pratique et expertise de la guérilla dans l’Empire ottoman finissant 1908-1923 », Revue Historique des Armées, Juin 2003.

41 SHAT, 4H 244, Rapport du 4. VIII.1922.

42 SHAT, 4H 108, BR du 2.11.1922.

43 SHAT, 4H 244, Rapport du 4. VIII. 1922.

44 SHAT, 4H 59, Les forces irrégulières..., note citée.

45 Cf. infra p. 169-170.

46 Description quelque peu emphatique des « longues caravanes » convoyant le butin vers la Turquie dans : « Ce qui se passe en Syrie : pillage, razzias, assassinats », L’Humanité, 6. III. 1924 ; citons plutôt ces « sept chevaux ou mulets chargés de butin » qui traversent la frontière en décembre 1923, CAOM, 11APOM, 35, Weygand à Mougin, 14. XII.1923.

47 SHAT, 4H 108, les BR de septembre 1922 résonnent bien sûr de ces exploits.

48 Par exemple SHAT, 4H 108, BR du 19. VII.1922.

49 SHAT, 4H 108, BR du 20. IX.1923.

50 SHAT, 4H 108, BR du 10. VII.1922.

51 SHAT, 4H 108, BR du 24. IV.1922.

52 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 173, fol. 186-187 ; SHAT, 4H 108, BR du 22. XI.1923.

53 SHAT, 4H 108, BR du 9.1.1923.

54 SHAT, 4H 108, BR du 16. X.1923.

55 Par exemple CADN, fds BM, 1623, BR du 2. IV.1924.

56 SHAT, 4H 108, BR des 18. X. 1923 et 4. X. 1922.

57 SHAT, 4H 108, BR du 16. X.1923.

58 SHAT, 4H 108, BR du 18. X. 1923. Toujours à propos de cAqil Isqati, un autre BR souligne : « Il vit largement et dépense sans compter. On admire ses beaux chevaux de race qu’il promène en ville », CADN, fds BM, 1988, BR du 27. VII.1925.

59 Voir supra, p. 126, n. 36.

60 SHAT, 4H 108, BR du 8. X. 1923.

61 CADN fds BM, 1634, BR du 22. IV.1926.

62 CAOM, 11APOM, 35, Interrogatoire d’un membre de la bande Hakki Bey, 17. X.1923.

63 Comme par exemple le pillage des épaves dans certaines communautés littorales de la France d’Ancien Régime ; cf. le passionnant travail d’Alain cabantous, Les côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France (1680-1830), Paris, 1993.

64 SHAT, 4H 108, BR du 22 novembre 1922.

65 SHAT, 4H 76, Bulletin périodique de juillet 1924.

66 SHAT, 4H 108, BR du 12 mai 1922.

67 SHAT, 4H 108, BR du 4. III.1922.

68 P. DUMONT et F. GEORGEONS, « La mort d’un empire 1908-1923 », in R. Mantran dir., op. cit., p. 594.

69 SHAT, 4H 108, BR du 9. VI.1923.

70 SHAT, 4H 108, BR du 31. I.1922.

71 E. Zürcher, op. cit., p. 87-93.

72 P. dumont et F. GEORGEON, in R. Mantran dir., op. cit., p. 594-595 ; B. Lewis, op. cit., p. 403-405.

73 E. Zürcher, op. cit., p. 88-93.

74 PRO, FO 371, 4141, fol. 1694, Mark Sykes, 2.1.1919.

75 SHAT, 4H 108, BR du 4. III.1922.

76 Dankwart A. Rustow, « The Army and the Founding of the Turkish Republic », World Politics, 1959, p. 541.

77 Maurice AGULHON, La République au village, Paris, 1979.

78 SHAT, 4H 108, BR du 25.1.1922. Par exemple à Karnabe, à 9 km au nord-ouest de Kilis, ou à Musabeyli, à 26 km au nord-ouest de la ville.

79 Version turque de cette « Maison des hommes » des sociétés rurales de la Méditerranée septentrionale. Cf. Lucienne Roubin, Chambrettes des Provençaux. Une Maison des hommes en Méditerranée septentrionale, Paris, 1970.

80 Maurice AGULHON, « Les Chambrées en Basse Provence : histoire et ethnologie », in ID., Histoire vagabonde, t. 1, Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, 1988, p. 17-59.

81 On peut suivre de près cette instruction grâce aux rapports du capitaine Gros de Vaud, rapporteur de l’affaire auprès du conseil de Guerre d’Alep, CADN, fds BM, 997. Sauf indication contraire, toutes les pièces citées sont conservées dans ce carton.

82 Odile Moreau, « La dimension religieuse de la guerre d’indépendance », in La Turquie entre trois mondes, M. Bazin et alii éd., Paris, 1998, p. 381-395 ; SHAT, 4H 63, BR du 18. III.1923.

83 Celle organisée par exemple au début du mois de juillet 1923 par Ahmad Hamdi Bey, membre important du comité et directeur de l’agence locale de la Banque agricole de Syrie.

84 PRO, FO 371, 7848, fol. El0962/274/89, Activity of Red Hand Society. Ce document signale l’existence en septembre 1922 d’une Société de la Main Rouge, spécialisée dans l’extorsion de fonds au moyen de lettres de menaces.

85 PRO, FO 371, 9053, fol. E9385/867/89, Trial of members of Turkish revolutionary committee, 5. IX.1923.

86 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 33, fol. 119-121.

87 CADN fds BM, 997, Rapport sur l’affaire Behcet Bey et consorts, 27. VIII.1923.

88 Organisées à Damas à partir du printemps 1936. Cf. P. K. houry, Syria and the French mandate..., op. cit., p. 471-476.

89 CADN, fds BM, 492, Délégué général à AE, 10. VH.1936 ; et Note sur les formations paramilitaires de Syrie et du Liban, 14. VIII.1937.

90 CADN, fds BM, 492, Sûreté Générale d’Alep.

91 SHAT, 4H 108, BR du 26. X.1923. cAbd al-Qadir Hajjar était effectivement une figure connue du milieu des tchétés.

92 SHAT, 4H 108, BR du 25.1.1923 ; CADN, fds BM, 545, Grande Assemblée Nationale à Ministère turc des AE, 3. X.1923.

93 SHAT, 7N 4184, Rapport d’informateur du 27. VII.1923.

94 SHAT, 4H 108, BR du 25. I.1923 ; CADN, fds BM, 545, Weygand à AE, 12. X.1923.

95 SHAT, 4H 111, BR du 23. III.1921 ; CADN, fds BM, 545, Notice sur le comité de propagande turque dans le sandjak d’Alexandrette, 29. X.1929.

96 Paul Jacquot, Antioche centre de tourisme, Antioche, 1931, p. 161 ; Élisabeth PICARD, « Retour au Sandjak », Maghreb-Machrek, n° 99, 1983, p. 52-53.

97 Reyhanh, à environ 75 km au nord-est d’Antioche.

98 P. Jacquot, op. cit., p. 165.

99 Le passage qui suit s’appuie sur le recoupement de nombreux documents, principalement puisés dans les références ci-après : outre les BR toujours précieux, CADN, fds BM, 545 et 999 ; SHAT, 7N 4184, Rapport d’informateur du 27. VII.1923.

100 Zâde, dans l’usage ottoman, indique la notabilité.

101 SHAT, 4H 111, BR du 15. VI.1921 ; 4H 61, BR du 27. VII.1921.

102 François-Xavier Guerra, Le Mexique. De l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, 1985, t. 1, p. 181-183 : « Cette liaison entre deux mondes hétérogènes est assurée par le cacique. Il est à la fois autorité de la société traditionnelle, membre par sa culture politique du peuple politique et rouage de l’État moderne ». Il s’agit du caciquisme nouvelle manière, et non pas des autorités indiennes coutumières qui servaient de relais au temps de la colonisation espagnole.

103 François Georgeon, « Les Foyers Turcs à l’époque kémaliste 1923-1931 », Turcica, 1982, p. 168-215 ; ID., « Nationalisme et populisme en Turquie : l’expérience des Foyers Turcs (1912-1931) », Cahiers du GETC, n° 1, hiver 1984-1985, p. 19-29.

104 SHAT, 4H 108, BR des 14. XI.1922 et 7. XII.1922.

105 SHAT, 4H 59, BR du 13. I.1923, Correspondance interceptée, Lettre d’un élève du lycée d’Adana à son oncle habitant Antioche. Le lycée d’Adana est l’un des principaux lieux de scolarisation pour les enfants de la bonne société turque du sandjak d’Alexandrette.

106 Le 5 janvier 1922, conformément à l’accord franco-turc du 20 octobre 1921.

107 SHAT, 4H 59, BR du 13. I.1923, Extraits de correspondances interceptées. À l’heure où le pays vit encore dans un climat de mobilisation et d’exaltation des forces nationales (les troupes grecques viennent tout juste d’être défaites), cette manifestation n’a encore rien d’une célébration ritualisée à la façon d’un « lieu de mémoire ». Ce n’est que dans la seconde moitié des années 1920 qu’elle endossera effectivement ce trait, glissement bien senti par le consul de France à Adana : « La célébration [en 1929] de la rétrocession de la Cilicie à la Turquie et de son évacuation par l’armée française a eu lieu hier, au milieu du plus grand calme. Les discours, revues, cortèges et réjouissances diverses n’ont donné lieu à aucune remarque particulière. Cette année, plus encore qu’en 1928, cette fête a perdu de son ancien caractère xénophobe et agressif. Elle tend à devenir une simple commémoration patriotique ». CADN, fds BM, 2554, Consul Adana à haut-commissaire, 6.1.1929.

108 SHAT, 4H 63, BR du 6. VIL 1923, Extrait d’un article paru à Constantinople le 18. VI. 1923.

109 SHAT, 4H 63, BR du 18. VI.1923. On estime à l’époque la population turque du sandjak à 87 000 habitants.

110 La conférence de Lausanne s’ouvre le 20 novembre 1922 ; les négociations, rompues le 4 février 1923, reprendront le 23 avril suivant ; le traité est finalement signé le 24 juillet 1923.

111 Les dispositions de l’accord franco-turc du 20 octobre 1921 seront finalement reprises dans le cadre du traité de Lausanne. Cf. J. Thobie, « Le nouveau cours... », art. cit.

112 SHAT, 4H 63, BR du 18. VI.1923.

113 Création du Parti du Peuple (Halk Firkasi) – un projet annoncé dès le 7 décembre 1922 – et dissolution de la Grande Assemblée Nationale en avril 1923 ; sur cette tournée voir E. Zürcher, op. cit., p. 132-133 et P. Dumont, Mustafa Kemal, op. cit., p. 144-145.

114 SHAT, 4H 59, BR du 6 au 30. IV.1923 ; 7N 4184, Consulat Adana à haut-commissariat, 17. III.1923.

115 SHAT, 7N 4184, Note sur le voyage de Mustafa Kemal en Cilicie, De Lamothe à Guerre, le 9. IV. 1923.

116 Ibid. Le colonel Çolak Selâhettin (Köseoğlu), l’un des principaux leaders du groupe d’opposition parlementaire organisé en 1921, et connu sous le nom de « Second groupe » (Ikinci Grup).

117 Le traité de Lausanne sera bien ratifié par la GAN le 23 août 1923, à une écrasante majorité (215 voix sur 225 votants), L’Asie française, n° 215, octobre 1923, p. 367.

118 Comme le déclare un adversaire du traité de Lausanne à la tribune de la GAN : « Ce n’est pas avec le cœur que nous avons souscrit à la partie du traité de Lausanne qui nous sépare de nos frères méridionaux », L’Asie française, n° 215, octobre 1923, p. 367.

119 Comme l’indique le sous-titre, on gardera à l’esprit les réflexions des historiens de l’opinion publique en France au XVIIIe siècle, en particulier Arlette FARGE, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, 1992.

120 SHAT, 7N 4184, L’attitude hostile de la presse turque à notre égard, 12. II.1923.

121 SHAT, 7N 4184, Note sur le voyage de Mustafa Kemal en Cilicie, 9. IV.1923 : « À Adana, le parti extrémiste est tout-puissant à la municipalité comme au vilayet, et dispose du journal le Yeni Adana ».

122 SHAT, 4H 108, BR du 10. III. 1923, Traduction d’un article du Yeni Adana du 25.11.1923.

123 Le « sandjak victorieux ». Aujourd’hui la ville s’appelle Gaziantep.

124 SHAT, 4H 108, BR du 25. X.1922.

125 SHAT, 4H 108, BR du 15. II.1923.

126 A. Farge, op. cit., p. 106.

127 SHAT, 4H 63, BR du 20. X. 1922.

128 SHAT, 7N 4184, Rapport d’informateur, 26. VII.1923.

129 CADN, fds BM, 1480, BR du 21. XI.1925.

130 Voir par exemple les tracts polycopiés dissimulés sous les tapis de prière de plusieurs mosquées d’Alep en juin 1923 : « Ö vous nos frères syriens, les ancêtres vous adressent de leurs tombeaux les paroles suivantes : Éveillez-vous de votre torpeur (...). Soyez courageux ! Où est cette vaillance qui fait votre renommée ? Tâchez de ne pas supporter la bassesse de la servitude. Mourrez respectés, mais ne vivez jamais méprisés ! », signé du Comité national syrien (al-lajna al-waṭaniyya al-sūriyya). SHAT, 4H 108, BR du 14. VI.1923.

131 SHAT, 4H 108, BR du 18. X.1923.

132 François Georgeon, « Kémalisme et monde musulman 1919-1938. Quelques points de repère », Cahiers du GETC, n° 3, 1987, p. 1-38.

133 SHAT, 4H 108, BR du 16. XI.1922.

134 SHAT, 4H 63, BR du 18. VI.1923.

135 SHAT, 4H 108, BR du 9. II.1923.

136 SHAT, 4H 108, BR du 19. XII.1922, et BR du 27. XII.1922.

137 Wilhem E. Mühlmann, Messianismes révolutionnaires du tiers monde, Paris, 1968.

138 SHAT, 4H 59, BR du 20. V au 20. VI.1923 ; 7N 4184, Rapport d’ensemble sur la Syrie, 4. III.1922.

139 Entre 1724 et 1781, la lieutenance générale de police parisienne fait fonctionner un réseau d’informateurs, les « mouches », chargés de traquer « à la volée » ce qui se dit sur le roi et sur les événements dans les principaux lieux publics, promenades, cabarets, jardins, places et carrefours.

140 SHAT, 4H 108, BR du 14. VI.1923.

141 SHAT, 4H 108, BR du 18. V. 1923.

142 SHAT, 4H 108, BR du 24. V. 1923.

143 MAE, E-Levant, Turquie, 562, fol. 164-168, L’organisation de la propagande panislamique, 4. IV1923 ; Élisabeth Picard, « Les nationalistes arabes de Syrie et d’Iraq et le kémalisme », Cahiers du GETC, n° 3, 1987, p. 40-59.

144 Ibid.

145 CADN, fds BM, 997, Note sur la propagande turcophile en Syrie, 7. VIII.1923.

146 MAE, E-Levant, Turquie, 562, fol. 164-168, rapport cité.

147 CADN, fds BM, 997, Rapport du général Billotte, juin 1923.

148 SHAT, 4H 108, BR du 24. V.1923.

149 SHAT, 4H 108, BR n° 154 du 1. VII.1922.

150 Suit une série de conseils intéressant les personnes malades. SH AT, 4H 108, BR du 26. VI.1922.

151 Lui-même surgi peut-être de cette grande inflexion de la première moitié du XIXe siècle qui, dans l’histoire occidentale des représentations, voit s’opérer le retournement de valeur du statut de la grande ville, encore centre de diffusion du progrès et de la civilisation au XVIIIe siècle, désormais réalité inquiétante (les « classes dangereuses » de Louis Chevalier), répulsive (les « miasmes » d’Alain Corbin) et défigurée (la « cité carbonifère » de Lewis Mumford).

Table des illustrations

Titre Les grands rythmes de l’action armée dans la région ouest d’Alep (1922-1923)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Iconographie nationaliste
Crédits Centre des archives diplomatiques de Nantes, fonds Beyrouth Mandat (Série Cabinet politique)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search