Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Première partie. Émergence du pouvoir mandataire

Chapitre II. La naissance du mandat dans le tourbillon de l’après-guerre (1920-1921)

Texte intégral

1Après avoir navigué dans les couches profondes et tourmentées de la question d’Orient, on cherchera dans ce chapitre à décoder le contenu événementiel de l’année 1920, qui voit se succéder à un rythme soutenu la signature de l’accord franco-arabe, l’avancée des troupes françaises dans l’intérieur syrien, et l’échec d’un projet visant à doter le mandat naissant d’un corps d’administrateurs spécialisés. Comment expliquer en particulier, six mois à peine après la conclusion de l’accord Faysal-Clemenceau, la résolution finalement militaire de la question syrienne, à savoir l’avancée des divisions françaises en zone Est, le combat de Khan Maysalun et la chute du royaume arabe de Damas en juillet 1920 ? Trois éléments de réponse, dont les effets se conjuguent et se nourrissent mutuellement, paraissent devoir être retenus.

Avancée sur le terrain : l’occupation de la zone Est en 1920

Une condition permissive : les transformations du paysage politique métropolitain

  • 1 G. Khoury, op. cit., p. 296-303. Toutes les citations et données factuelles de ce développement son (...)

2Le premier facteur d’explication tient dans les changements du paysage politique intérieur de la France. En novembre 1919, l’élection de la première législature de l’après-guerre avait amené une majorité de « Bloc national ». Au sein de la « Chambre bleu horizon », la droite nationaliste était très sensible à l’argument de grandeur et de prospérité développé par les leaders du parti colonial. La défaite de Clemenceau aux élections présidentielles du 17 janvier 1920 allait compléter ce basculement de la vie politique française, et amener aux affaires une nouvelle équipe gouvernementale conduite par Paul Deschanel à la présidence de la République, et Alexandre Millerand à la présidence du Conseil et aux Affaires étrangères. Grâce aux travaux de Gérard Khoury, on est en mesure de saisir, à travers l’action de Robert de Caix, les effets que ce changement de personnel politique introduisit dans les affaires syriennes1.

  • 2 Papiers de Caix, Mission au Levant, texte inédit, cité par G. Khoury, op. cit., p. 344.

3Après des études à l’École des Sciences Politiques, le vicomte Robert de Caix de Saint-Aymour rejoint le Journal des débats, où il fera carrière jusqu’en 1919. Parallèlement, il intègre les milieux coloniaux, et collabore dès 1895 au Comité de l’Afrique française, dont il dirigera le bulletin à partir de 1901. Pendant la guerre, il travaille au Bureau de la presse du Quai d’Orsay aux côtés de Philippe Berthelot, et au mois d’avril 1919, il est intégré dans le cycle des négociations qui, dans l’orbite de la conférence de la paix, tentent de régler le sort de la Syrie. Fort de son expérience et de ses contacts, il est tout naturellement nommé secrétaire général de Gouraud à l’automne 1919. C’est en cette qualité qu’il revient à Paris au mois de janvier 1920 pour tenter de convertir la nouvelle équipe gouvernementale à une révision radicale de l’accord négocié entre Clemenceau et Faysal. Robert de Caix, c’est une évidence, s’impose comme un véritable expert de politique coloniale ; mais, comme il l’écrira lui-même, il n’est pas vraiment un spécialiste des affaires syriennes, et encore moins un administrateur colonial : « Non seulement j’ignorais moi-même l’Orient où je n’avais fait que de très courtes apparitions, et aucune en Syrie, mais encore ma carrière de publiciste ne m’avait-elle donnée aucune connaissance de l’administration publique »2.

  • 3 Ibid., p. 195.
  • 4 Ibid. : « Nous étions [Gouraud et de Caix] depuis longtemps liés par une amitié qui s’était formée (...)
  • 5 Papiers de Caix, Mission au Levant, cité par G. Khoury, op. cit., p. 195.

4De fait, la définition que de Caix propose des relations franco-syriennes à établir ne procède pas d’une lecture à froid des sociétés orientales, mais de l’application d’une logique d’empire nourrie de grandeur nationale – « ... j’étais exaspéré à l’idée de voir la France éliminée d’une région où son influence avait été prépondérante, alors que le canon de Verdun nous paraissait devoir avoir un écho beaucoup plus fort que celui des petites batailles livrées par l’armée d’Allenby en Palestine... »3 – et de plusieurs décennies de rivalités coloniales. À ce dernier titre, rappelons que son entrée en politique coloniale est placée sous le signe de Fachoda. C’est en effet en 1895 qu’il intègre le Comité de l’Afrique française, au moment même où le capitaine Marchand présente son projet. Auprès d’Auguste Terrier, il assiste ainsi aux préparatifs et s’imprègne de l’exaltation fiévreuse qui monte dans l’opinion à mesure que l’expédition avance vers Fachoda, et doit se résoudre, comme ses amis, au fiasco final de la politique française du Nil4. Et c’est bien dans le cadre d’un « grand jeu » interimpérialiste que se place résolument, et presque aveuglement, Robert de Caix, lorsqu’il cherche à faire prévaloir ses vues sur les affaires syriennes. Pour lui, il s’agit de « donner une suite à l’accord passé quelques années auparavant avec sir Edward Grey nous réservant comme zone d’influence la Syrie au cas où celle-ci serait détachée de l’Empire turc. Cet accord franco-anglais était une séquelle du traité d’avril 1904 par lequel l’Angleterre se sentant menacée par la politique allemande avait voulu liquider son contentieux avec la France »5.

5Dans ces conditions, on comprend l’opposition acharnée de Robert de Caix au texte, et plus fondamentalement encore, à la philosophie de l’accord du 6 janvier 1920, conçu comme la première étape d’un projet diplomatique tripartite intégrant Faysal comme partenaire à part entière :

  • 6 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 22, fol. 50-77, Note de Robert de Caix du 26.1.1920, citée par G. Khour (...)

« L’esprit de Faysal et du parti qu’il représente ferait de ces perspectives [à savoir la revendication, après entente avec les Français, de la Palestine et de Mossoul pour l’État syrien à constituer] un mirage trompeur (...). Mieux vaudrait, à mon sens, voir les Anglais rester à Mossoul, le sionisme remplir la Palestine (...) que pousser à la création d’un grand État arabe, nationaliste et sans doute monarchique qui serait peu maniable et aurait, par son existence même, une fâcheuse influence sur l’Afrique du Nord. Une Syrie restreinte aux limites de 1916, mais cantonale répondrait beaucoup mieux à nos moyens d’action et à notre intérêt. (...) Espérer régler convenablement avec Faysal tandis que nous ne nous sommes pas entendus avec les Anglais, c’est mettre la charrue avant les bœufs »6.

6C’est précisément ce processus, qui ne laissait guère de place aux responsables arabes, qui prévaut à San Remo, marquant on ne peut mieux l’adoption des principes que Robert de Caix avait donc réussi à imposer. Il est vrai qu’entre-temps, cette crispation impériale de la politique française voyait surgir en Syrie même, une version radicale et populiste du nationalisme arabe.

Un butoir incontournable : l’effervescence populiste dans la zone Est

  • 7 Philip S. Khoury, Urban Notables and Arab Nationalism : the Politics of Damascus 1860-1920, Cambrid (...)
  • 8 Les tanzîmât correspondent stricto sensu au mouvement de réforme (« la remise en ordre ») impulsé p (...)

7Au lendemain de la Première Guerre mondiale, deux grandes mouvances politiques dominent la scène syrienne, différentes à la fois dans leur background sociologique et dans leur culture politique, mais toutes deux issues des élites sociales du temps. Grâce aux travaux de Philip S. Khoury en particulier, on connaît assez bien le milieu des grands notables urbains qui tendent à se constituer en classe au cours du dernier quart du XIXe siècle, sur une double base économique et administrative7. S’agissant de leur pouvoir économique, on rappellera que ces grands notables urbains furent les principaux bénéficiaires de l’intégration croissante des campagnes dans l’économie marchande à partir du milieu du XIXe siècle, grâce au contrôle qu’ils exerçaient sur tous les mécanismes de ponction du surproduit agricole : constitution et consolidation d’une grande propriété privée à la suite des opérations d’enregistrement prévues par le code foncier ottoman de 1858, exploitation des terres de l’État (mīrī) sur la base de droits d’usufruit (tasarruf), exploitation des fermes fiscales (iltizām) qui survivent allègrement à leur abolition de principe par l’État réformateur des tanzîmât8 et gestion des awqāƒ (sing. waqƒ), biens de mainmorte dont les revenus étaient en principe consacrés à l’entretien de fondations pieuses, mais qui jouaient également un rôle dans les stratégies patrimoniales des grandes familles (constitution de rentes contournant les règles de l’héritage, terres faiblement taxées, etc.). Dans le même temps, ces grandes familles de notables urbains sont progressivement intégrées dans le fonctionnement administratif et politique de l’Empire, par le biais notamment des conseils délibératifs introduits auprès des gouverneurs (wālī) dans le cadre de la loi sur les vilayets de 1864, et chargés de superviser l’administration locale à la façon des zemstvos créés la même année dans la Russie de l’après-servage. L’intégration progressive de cette aristocratie provinciale de service dans l’Empire se prolonge en une manière d’acculturation que signalent par exemple la connaissance de plus en plus fréquente de la langue turque, l’adoption des codes vestimentaires ottomans, ou encore l’inflexion des stratégies éducatives en direction des établissements d’enseignement supérieur d’Istanbul (et notamment l’École d’administration civile, mülkiye mektebi, fondée en 1859).

  • 9 Sur cette nouvelle génération, voir Rashid Khalidi, « Ottomanism and Arabism in Syria before 1914 : (...)
  • 10 Par la voix par exemple du journal al-cĀsima (« la capitale »). Cf. J. GELVIN, op. cit., p. 17.

8À partir du début du XXe siècle néanmoins, une nouvelle élite s’affirme dans le paysage politique arabe, portée par de nouvelles filières d’ascension sociale liées à l’inflation et à la réforme de l’appareil d’État (fonctionnaires) et à l’occidentalisation croissante de certains secteurs de la société (professions libérales, ingénieurs, journalistes, professeurs, médecins)9. Or, cette nouvelle élite des « capacités » arrive à maturité au moment même où les possibilités d’activité se dérobent, sous le coup du programme centralisateur et de turquification initié après 1908 par le régime jeune-turc. Relégués aux marges immédiates du système de pouvoir, ces ciṣāmiyyūn (« fils de leurs œuvres »), que célébrera plus tard la propagande officielle du régime chérifien de Damas10, se détachent progressivement de la logique dominante de l’Empire et, pour les plus radicaux d’entre eux, aspirent à une redéfinition de l’identité politique arabe qui irait bien au-delà de la simple réforme décentralisatrice. Organisés dans le cadre de sociétés secrètes comme al-cAhd ou al-Fatāt, ces nationalistes arabes jouent la carte hachémite pendant la guerre, et en retirent les profits politiques escomptés, avec l’instauration à Damas du régime chérifien dont ils fournissent une bonne partie du personnel dirigeant.

9Mais au lendemain de la Première Guerre mondiale, ces deux élites n’exercent plus de monopole sur le débat politique, et le bref épisode du gouvernement chérifien ne saurait se résumer à un face à face entre notables urbains imprégnés de culture impériale et militants activistes rêvant de l’État-nation. Bien plus profondément, on y lit, à la suite du remarquable travail de James Gelvin, l’irruption sur la scène politique de pans entiers de la société syrienne, plèbe urbaine et masses rurales travaillées par des tensions économiques et sociales de longue durée, et précipitées par les malheurs du temps de guerre dans une réappropriation du discours et du combat nationalistes. Trois secteurs de la société syrienne vont être tout particulièrement impliqués dans l’affirmation de ce versant radical et populiste du nationalisme arabe.

  • 11 L’ottomanisme (osmanlilik en turc) peut être considéré comme l’horizon idéologique des tanzîmât, à (...)
  • 12 Hasan Kayali, Arabs and Young Turks. Ottomanism, Arabism and Islamism in the Ottoman Empire, 1908-1 (...)

10Dans le tissu urbain des quartiers (ḥāra, pl. ḥārāt) de la vieille ville, les réseaux clientélistes tissés par les grands notables tendent à se relâcher à mesure que ces derniers intègrent la construction politique impériale et flirtent avec le projet ottomaniste11, faussant de la sorte le traditionnel équilibre entre leurs fonctions d’intercesseurs naturels de la société et celles de représentants locaux du pouvoir d’État. En orientant leurs enfants vers les grandes écoles, et en amorçant un exode résidentiel vers les quartiers périurbains pour fuir une pression démographique qui commence à mettre à mal les équilibres spatiaux de la vieille ville, les notables urbains fragilisent le lien, trempé dans l’identité locale et vivifié par de multiples mécanismes de redistribution, qui jouait jusqu’alors le rôle d’amortisseur social et venait combler le fossé séparant l’élite (khāṣṣa) de la plèbe (cāmma). L’intervention martiale de l’État ottoman dans l’économie pendant la guerre, et la poigne répressive du contrôle politique exercé par l’état-major de Djemal Pacha, qu’illustre la déportation en Anatolie de nombreuses familles appartenant aux couches aisées de la société, contribuèrent à amplifier ces premiers grippages du paradigme des notables12.

  • 13 David Dean Commins, Islamic Reform. Politics and Social Change in Late Ottoman Syria, New York-Oxfo (...)

11Ces ratés du système urbain traditionnel vont favoriser l’affirmation de nouveaux groupes, autour desquels va se concentrer une part toujours croissante du fonctionnement social. Première composante de cette société civile en gestation, la frange subalterne des culamā’, menacée dans la longue durée par la sécularisation rampante que les tanzîmât introduisent dans les domaines juridique et éducatif, et en même temps insuffisamment dotée en terme de richesse et de prestige pour être en mesure de s’agréger à la « classe » des grands notables en voie de constitution (à l’inverse par exemple de l’establishment titulaire des grandes fonctions religieuses à la mosquée des Omeyyades). Ces culamā’, qui sont à la base de l’encadrement religieux de proximité (la petite mosquée de quartier, la madrasa, etc.), prolongent très souvent cette immersion dans le tissu profond des relations de quartier, par l’exercice d’une petite activité commerçante de complément qui les relie au monde de la boutique et de l’échoppe (ḥānūt). Ce milieu des « culamā’-boutiquiers » avait constitué avant-guerre l’un des creusets de l’opposition conservatrice à la salafiyya, excitant les foules contre les leaders réformistes de Damas (Jamal al-Din al-Qasimi notamment), et stigmatisant dans les colonnes de son journal, al-Haqā’ iq (« les vérités »), la figure abhorrée du mntafarnij (« l’européanisé »)13.

  • 14 Que michael Johnson traduit en une expression bien sentie : The neighbourhood strong-arm men, dans (...)
  • 15 cAyyarūn et ahdath étudiés par Claude cahen, « Mouvements populaires et autonomisme urbain dans l’A (...)
  • 16 La racine du mot [qbḍ], signifie « agripper », « mettre la main sur », « se saisir de ».
  • 17 Sur les qabadāyāt de Damas à l’époque mandataire, voir Philip S. KHOURY, « Syrian urban Politics in (...)

12Autre groupe urbain qui va jouer un rôle important dans la structuration des organisations populistes, dans leur composante milicienne notamment, les qabaḍāyāt (sing. qabaḍāy)14. Personnalité classique dès lors qu’on traite de sociologie urbaine en terre d’Islam, des émotions urbaines des Xe-XIIe siècles aux machines libanaises des années 1970 et à leur autonomisation milicienne pendant la guerre civile15, le qabaḍāy, par la diversité des situations historiques au cours desquelles il intervient, a de quoi effrayer l’historien qui peut néanmoins se rabattre sur une définition en forme d’idéaltype. D’origine le plus souvent modeste, le qabaḍāy, grâce à sa force physique et à son courage, accède à une sorte de prééminence locale de nature avant tout coercitive ; un pouvoir de contrainte16 que viennent régulièrement rappeler rackets, trafics et crimes de sang, et qu’il met au service d’un notable, unzacīm (pluriel zucamā’), pour lui assurer le contrôle d’une clientèle. Figure centrale du quartier, il peut être amené en certaines circonstances à jouer un rôle d’arbitre à l’intérieur, ou de porte-parole qui saura se faire entendre des pouvoirs extérieurs. Enfant du quartier, il peut en devenir par ses exploits une source de fierté, et alimenter alors un certain nombre de légendes où il sera dépeint sous les traits d’un bandit d’honneur17.

  • 18 Linda Schatkowski-Schilcher, « Violence in Rural Syria in the 1880s and 1890s : State Centralizatio (...)

13Hors les murs de la vieille ville, l’espace périurbain des faubourgs connaît lui aussi de profondes mutations qui vont donner leur plein effet au lendemain de la guerre. L’intégration croissante des économies rurales dans les réseaux de l’échange marchand d’une part, et les besoins d’un appareil d’État en pleine poussée réformatrice de l’autre, aggravèrent sans cesse le poids de la pression fiscale et autres mécanismes de ponction du surproduit agricole. Dans une région comme le Hawran par exemple, véritable grenier à blé de la Syrie méridionale, le resserrement de la contrainte économique s’accompagna d’une tentative de redéfinition des modalités de tenure et des droits de culture, sur une base évidemment défavorable aux intérêts paysans. Destructions volontaires des récoltes, abandon de village, fuite dans les badlands volcaniques du Laja’, constituèrent les premiers signes de la résistance paysanne, sur fond d’exode rural en direction des faubourgs de Damas où venaient se déverser par vagues les fellahs victimes de la paupérisation des campagnes18.

  • 19 Les descendants des chefs des garnisons janissaires qui s’étaient progressivement infiltrés dans ce (...)
  • 20 H. Kayali, op. cit., p. 192-199 ; L. Schatkowski-Schilcher, « The Famine of 1915-1918 in Greater Sy (...)

14Sur place, ils renforçaient le caractère traditionnellement hétéroclite de la démographie des faubourgs, où se mêlaient paysans déracinés, bédouins sédentarisés et population flottante. Dans le quartier du Maydan notamment, qui s’allonge en direction du Hawran comme une excroissance extra-muros de Damas, ils constituaient une main-d’œuvre adaptée au travail sur les marchés aux bestiaux et dans les entrepôts de grain qui se concentraient dans cette zone économique de transit entre production rurale et consommation urbaine. À la façon des aghāwāt de la première moitié du XIXe siècle19, les entrepreneurs de ces secteurs d’activité surent s’ériger en leaders naturels des faubourgs, et enserrer dans les mailles de leur protection des groupes restés en marge des réseaux clientélistes patiemment tissés par les notables de la vieille ville. En 1914-1918, les malheurs de la guerre vont encore renforcer l’influence de ces négociants en grain, acteurs incontournables d’une filière agro-alimentaire plus que jamais stratégique20. En contrôlant, grâce à leurs relations et à leur connaissance des marchés locaux, les dernières et donc précieuses capacités productives d’une économie céréalière globalement sinistrée, ceux d’entre eux qui réussirent à traverser la crise, se dotèrent d’un levier extrêmement puissant de contrôle social, au moment même où la répression politique fragilisait le milieu des notables urbains traditionnels.

  • 21 Erik Jan Zürcher, The Unionist Factor : the Rôle of the Committee of Union and Progress in the Turk (...)
  • 22 La racine commune, [csb], signifie « se grouper », « se rassembler », mais avec une idée de contrai (...)

15Les campagnes enfin, frappées de plein fouet par les malheurs de la guerre, voient également surgir de nouveaux leaders qui vont favoriser l’extension armée et rurale des organisations populistes. Une succession de calamités naturelles, invasion de criquets, sécheresse et récoltes anémiées, enclenche le cycle de la famine et des épidémies, et cingle une économie rurale fragilisée par l’ampleur de sa contribution à l’effort de guerre ottoman (réquisitions en tous genres, désorganisation des transports qu’aggravent les effets du blocus des côtes syriennes par les marines de l’Entente). Par ailleurs, la retraite des armées impériales jette sur les routes des centaines de milliers de démobilisés et de déserteurs, dans ce qui n’est pas uniquement une débâcle militaire, mais répond aussi à une stratégie délibérée de l’état-major turc visant à pourrir l’avancée des troupes alliées par la formation de « grandes compagnies » dévastatrices21. Ce contexte extrêmement troublé va libérer dans la société rurale une tendance violente à l’agglomération solidaire (l’esprit de corps, la caṣabiyya) d’hommes en armes (ciṣābāt ; sing. ciṣāba)22, qui s’enracine naturellement dans le tissu profond des formations tribales (les liens du sang, al-ansāb), mais se nourrit également d’une sorte de chefferie des temps de troubles, qui rassemble, dans le cadre d’un compagnonnage des armes, des paysans affamés, des bandits de grand chemin et autres déserteurs. En liaison avec les comités populistes de Damas ou d’Alep, un certain nombre de leaders locaux, chefs de clan, « seigneurs de guerre » ou notables ruraux, vont progressivement émerger de cette prolifération de bandes armées, et lancer, à partir de la fin de l’année 1919, une guerre de harcèlement contre les positions françaises.

  • 23 Selon l’expression de Joshua M. Landis, Nationalism and the Politics of Zacama : the Collapse of Re (...)

16Coincé entre la fin de l’Empire ottoman et l’institution d’un mandat français, le bref épisode du gouvernement arabe de Damas voit ainsi les couches populaires affleurer sur le terrain politique, par le biais d’une sociabilité nouvelle qui n’est pas le salon urbain des ccyān (les notables) où s’élabore « la politique de la muḍafa »23, ni non plus le club politique et la société secrète où se rêve le modèle « occidentaliste » de l’État-nation, mais une sociabilité qui surgit de la rencontre entre une fraction dissidente et radicale de l’élite nationaliste, et ces nouveaux leaders issus de la société syrienne en fermentation : culamā’’-boutiquiers et qabadāyāt régulant par la base la vie des quartiers, marchands des faubourgs qui contrôlent les filières d’approvisionnement des grandes villes, chefs ruraux enfin, autour desquels se resserre la solidarité des armes.

  • 24 Face au blocage des négociations franco-britanniques à propos de la Syrie, le président Wilson prop (...)
  • 25 Convoqué comme on sait par Faysal à la veille de l’arrivée des enquêteurs américains.

17À Damas, une aile dure de l’organisation al-Fatāt se démarque à la suite de la visite de la commission d’enquête américaine King-Crane24, en rejetant en bloc la France, la Grande-Bretagne et toute tutelle étrangère sous quelque forme que ce soit. Ce sont les rāfidūn (« ceux qui contestent », « qui refusent ») parmi lesquels on peut citer Sacid Haydar, Ahmad Muraywid et le cheikh Kamil al-Qassab. Quelques mois plus tard, on retrouve ces personnages au sein d’une nouvelle organisation politique, qui se structure de façon originale à travers le bouillonnement de l’opinion publique damascène, déroutée par la nouvelle de la relève des troupes britanniques par l’armée française, et suspendue aux rumeurs qui filtrent de Paris, où l’émir Faysal paraît engagé sur la voix d’un douloureux compromis. Durant les mois de novembre et décembre 1919, une vaste consultation populaire, qui semble avoir pour but initial la coordination et le renforcement des milices d’autodéfense, débouche en fait sur l’élection d’assemblées de quartier qui vont elles-mêmes déléguer des représentants au sein d’un Haut Comité national (al-lajna al-wataniyya al-culyā). Sous la direction charismatique du cheikh Kamil al-Qassab, cette organisation, qui projette dans le champ jusque-là clos de la politique nationale les groupes intermédiaires précédemment évoqués, revendique pour elle-même une légitimité populaire qu’elle conteste désormais au Congrès syrien25 .

  • 26 E. Zürcher, op. cit., p. 88-93, insiste sur cette matrice unioniste qui accouche des premiers temps (...)

18À Alep, la constitution d’un Comité de la défense nationale (al-lajna al-difāc al-waṭanī) procède également de ce mouvement de radicalisation populiste. À l’automne 1919, les nationalistes arabes les plus radicaux de la ville, parmi lesquels Ibrahim Hananu, prennent le contrôle de la section locale du Nādī al-cArabī, distendent les liens avec l’institution mère de Damas, et se rapprochent d’un certain nombre de notables turcophiles, au premier rang desquels Fath al-Marcashli, qui penchent résolument du côté des comités turcs à forte imprégnation unioniste (les « comités pour la Défense des Droits nationaux », müdafaai hukuk) de Kilis et de cAyntab26. Le comité ainsi constitué devient vite le centre d’un vaste réseau de guérillas locales, couvrant toute la région occidentale d’Alep, et agissant de concert avec les tchétés (c’est-à-dire les bandes – çete – d’irréguliers turcs) qui harcèlent les troupes françaises plus au nord. Armées et financées par le comité d’Alep, ces guérillas vont être progressivement fédérées sous la direction personnelle d’Ibrahim Hananu qui, après avoir démissionné de son siège au Congrès syrien de Damas, prend le maquis et organise une sorte de gouvernement insurrectionnel rural qui va se maintenir jusqu’à l’été 1921.

  • 27 Le Congrès avait été prorogé, au début du mois de décembre 1919, par l’émir Zayd, frère de Faysal, (...)

19On peut insister sur au moins trois évolutions marquantes introduites dans le champ politique syrien par le développement de ce courant populiste et radical du nationalisme arabe. Ces organisations agissent d’abord vers le haut, et pèsent sur la définition de la politique chérifienne. Lors de son retour à Damas en janvier 1920, l’émir Faysal tentera bien, mais en vain, d’étouffer l’effervescence populiste. Bien au contraire, emmené par le cheikh Kamil al-Qassab, le Haut Comité national se structure (création d’un comité administratif permanent en février 1920) et réussit à imposer une ligne dure lorsque le Congrès syrien est réactivé en mars 192027, torpillant de la sorte toute la politique de Faysal basée sur l’accord signé avec Clemenceau. Comme on sait, le Congrès proclame au début de mars 1920 l’indépendance totale du royaume arabe, et réaffirme l’unité de la Syrie englobant la Palestine libérée du sionisme et le Liban, pour lequel un statut particulier est défini sous réserve qu’il se tienne à l’écart de toute influence étrangère. En marge de la déclaration d’indépendance adoptée par le Congrès le 8 mars 1920, une trentaine d’officiers d’origine mésopotamienne proclament également l’indépendance de l’Irak.

  • 28 Initialement, les sections de la Révolution française étaient d’ailleurs des subdivisions urbaines (...)

20Mais le poids de cette opposition politique ne saurait se comprendre sans référence à l’action de ces comités à la base, dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler la nationalisation du lien social infra-politique. Les organisations populistes, appuyées sur l’action des comités de quartier, investissent le champ de la régulation sociale et économique, et mobilisent l’en-bas de la société urbaine. Face à la crise du ravitaillement et au jeu des spéculateurs, les comités promeuvent une conception morale de l’économie. C’est ainsi que le Haut Comité national négocie avec les principaux commerçants du souk al-Hamidiyya, l’une des principales places marchandes de la capitale, une sorte de « Maximum » général des denrées. Dans le Maydan, cAbd al-Qadir al-Sukkar, membre du comité, organise une filière caritative au sein du circuit frumentaire : grâce aux fours qu’il possède dans le quartier, des distributions régulières de pain sont ainsi assurées en faveur des plus démunis. De même, la mobilisation populaire s’opère dans le cadre des milices de quartier organisées par les comités et encadrées par les qabaḍāyāt, plutôt que par le biais d’une conscription que le gouvernement chérifien tente vainement d’imposer par le haut. À la manière du mouvement sectionnaire de la Révolution française28, l’autonomisation croissante des assemblées de quartier achève de faire basculer le radicalisme politique dans la subversion sociale. La collecte de taxes et de contributions en principe volontaires, mais qui prennent de plus en plus souvent l’allure de réquisitions et d’extorsion pure et simple, l’apparition d’une justice autonome dans les quartiers, la clameur qui monte contre les accapareurs et les traîtres en tous genres, tout cela contribue à faire naître un climat de peur sociale au sein des élites, y compris nationalistes.

  • 29 Obsédés par l’obchtchina, le raskol et le souvenir de Pougatchev. Cf. Christine FAURÉ, Terre, terre (...)

21À travers le soutien qu’elles apportent aux guérillas qui prolifèrent dans le plat pays et sur ses franges steppiques et montagnardes, les organisations populistes mobilisent enfin les marges rurales de la société syrienne. Elles financent et équipent les bandes de Mahmud al-Facur, cheikh de la tribu sédentarisée des Fadl (dans la région de Qunaytra), de Kamil bey al-Ascad dans le Djebel cAmil (Sud Liban), ou bien encore celles du chef alaouite Salih al-cAli. Des officiers de l’armée régulière sont détachés auprès des bandes qui reçoivent par ailleurs le renfort de centaines de volontaires qui rejoignent les mujāhidīn dans un climat de fièvre patriotique savamment entretenu par la propagande populiste. Mais en exaltant ainsi les bandes armées ciṣābāt) et les tribus (cashā’ir ; sing. cashīra), les leaders populistes précipitent une remontée de « pensée sauvage » et introduisent l’envers de l’État dans la lutte nationale. À la façon des populistes russes du XIXe siècle29, ils plongent dans les couches les plus profondément enfouies et presque refoulées de l’identité arabe, à la recherche d’une casabiyya originelle, « contre-Léviathan » inquiétant et fascinant, descendu des montagnes ou surgi de la steppe (bādiya) pour faire barrage à l’Occident.

22Ainsi, lorsque Faysal tente de faire accepter l’idée d’une négociation avec la France, il ne se heurte pas simplement à un refus politique de l’élite nationaliste qui peuple son administration, mais il doit faire face à un rejet plus fondamental encore, qui exhale des profondeurs mêmes de la société syrienne, et fait peser sur la fragile construction étatique chérifienne un risque de subversion totale. Ces transformations radicales de la situation intérieure syrienne, qui réduisent considérablement la marge de manœuvre de Faysal, portent en elles l’échec de l’accord du 6 janvier 1920, qui se fondait précisément sur la capacité de l’émir à amener la Syrie sur la voie d’une indépendance négociée et grevée d’un certain nombre de conditions. Elles précipitent dès lors le partage des mandats moyen-orientaux entre la France et la Grande-Bretagne, sanctionné par la conférence de San Remo du 18 au 24 avril 1920, et font germer l’idée d’une intervention militaire directe. Mais à cette date, l’armée française n’est pas encore en mesure d’ouvrir un second front dans l’intérieur syrien. Il lui faut au préalable stabiliser ses positions dans le difficile conflit qui l’oppose aux forces turques, en Cilicie et dans les territoires dits de l’Est, c’est-à-dire de la chaîne de l’Amanus à l’Euphrate. La troisième raison qui explique l’échec de l’accord du 6 janvier 1920, est en effet liée aux vicissitudes de la présence militaire française dans cette dernière région.

L’évolution du front turc comme facteur déclenchant

  • 30 On se reportera à E. Zürcher, op. çit. ; et à Paul Dumont, Mustafa Kemal, Bruxelles, 1983.
  • 31 Pour un traitement global de la question, voir Robert F. ZEIDNER, The Tricolor over the Taurus : th (...)
  • 32 Sur la base notamment d’une lecture croisée du Général Du Hays, Les armées françaises au Levant, 19 (...)
  • 33 Pozanti, Kozan, Marash, cAyntab (Gaziantep), Urfa.

23Il ne saurait être question de présenter ici, même sommairement, l’histoire de la guerre d’indépendance turque30, ni même d’explorer toutes les dimensions de son seul volet cilicien31. On se contentera plutôt d’une présentation synthétique de l’évolution de ce front turc32, qui interfère de façon croissante avec le règlement de la question syrienne, jusqu’à constituer peut-être le facteur déclenchant de l’occupation de la zone Est en juillet 1920. Dans ces régions, la relève des troupes britanniques par l’armée du Levant, réalisée dans de courts délais et avec des effectifs insuffisants, allait considérablement étirer et fragiliser le dispositif français. Celui-ci se résumait en fait à un vernis d’occupation limité aux postes de la voie ferrée et à quelques garnisons avancées33.

  • 34 La 1re division du général Dufieux était stationnée en Cilicie proprement dite, tandis que la 2e di (...)
  • 35 Du 19 janvier, date du début de l’insurrection de la ville, au 13 février 1920, date de l’évacuatio (...)
  • 36 En février-mars 1920, la voie ferrée allait être inutilisable pendant 40 jours.

24Le souci majeur de l’état-major français résidait dans le ravitaillement de la 2e division34, qui ne pouvait se faire qu’à partir de Mersin par la voie ferrée du Bagdadbahn. Le maillon faible du dispositif français se situait ainsi dans la traversée de la chaîne de l’Amanus, entre Osmaniye et Maydan Ekbes, où le chemin de fer était particulièrement exposé aux sabotages du fait de la multiplication des ouvrages d’art. C’est dans cette perspective qu’il faut situer l’épisode de Marash, c’est-à-dire ici la chute du verrou qui fermait l’Amanus aux bandes turques venues du nord35. Sous peine d’asphyxie de la 2e division36, il devenait urgent d’ouvrir un nouvel axe de ravitaillement, en obtenant du gouvernement chérifien la libre utilisation de la section ferroviaire Rayak-Alep, permettant une liaison plus directe depuis le Liban. Mais en butte à l’opposition de l’aile dure du nationalisme arabe, progressivement engagée, à Alep notamment, sur la voie d’une coopération militaire avec les irréguliers turcs, Faysal ne fut jamais en mesure de répondre favorablement aux demandes réitérées du général Gouraud. La 2e division se retrouvait ainsi le plus souvent isolée, et son action était paralysée par la faiblesse et l’irrégularité de son ravitaillement. Le 11 avril 1920, Urfa tombait aux mains des Turcs, tandis que la place de cAyntab paraissait prête à céder à son tour. De son côté, la 1re division était en quelque sorte aspirée dans le bourbier de l’Amanus, où il fallait assurer coûte que coûte le passage des convois, dans cette jugulaire prête à rompre qu’était devenu le Bagdadbahn. Elle était en conséquence amenée à dégarnir ses positions dans la plaine, où elle laissait le champ libre à l’investissement méthodique de la Cilicie par de puissantes bandes turques descendues des contreforts du Taurus. Au cours du printemps 1920, Kozan puis Pozanti passaient ainsi sous contrôle turc.

Le front turc en 1920

Le front turc en 1920

Carte : J.-D MIZRAHI (2000)

25Dans cette situation pour le moins critique, comment endiguer l’effritement accéléré des positions françaises sur le front turc, tout en montant une intervention militaire contre le gouvernement arabe de Damas ? La négociation d’une première pause dans le conflit avec la Turquie, sous la forme d’une suspension d’arme de vingt jours, effective à compter du 30 mai, mais qui allait se prolonger dans la région de cAyntab jusqu’à la fin du mois de juillet, permettait précisément de répondre à cette double exigence. Elle rendait en effet possible, d’une part, la rupture de la solidarité logistique entre les 1re et 2e divisions du Levant, et d’autre part, l’ouverture d’une fenêtre opérationnelle autorisant l’occupation de la zone Est. Il s’agissait bien là des deux volets complémentaires d’une seule et même stratégie militaire globale.

  • 37 Commencé le 12 août 1920, le siège de la ville par les troupes françaises allait se prolonger jusqu (...)
  • 38 Au total, les effectifs de l’armée du Levant sont passés de 20 000 hommes en janvier 1920 à près de (...)

26S’agissant du premier point, la trêve négociée avec les Turcs est mise à profit pour évacuer définitivement les postes de l’Amanus, de Maydan Ekbes à Bahçe, dont les effectifs sont rabattus en Cilicie ; et ceux situés à l’est du Sajur (Tall Abyad, Arab Punar, Birecik et Jarablus), dont les effectifs viennent renforcer la ligne d’étape Sajur-cAyntab. Dans le moyen terme, ce redéploiement général du dispositif français débouche sur une consolidation des fronts, et change le caractère d’un conflit qui, à partir de ce moment, tourne de plus en plus au face-à-face traditionnel entre deux armées régulières engagées dans une guerre de position. Cela se manifeste en Cilicie par le placage du front sur la voie ferrée, avec l’organisation, notamment dans le secteur Ceyhan-Osmaniye, d’une série continue de tranchées et d’organisations défensives analogues aux « positions » de la Grande Guerre en France ; et dans les territoires de l’Est, par l’émergence d’un point de fixation « poliorcétique » autour de cAyntab37. Mais dans l’immédiat, l’évacuation de l’Amanus, et la rupture de la solidarité logistique qu’elle entraîne, exige une prise de contrôle immédiate de la voie ferrée entre Rayak et Alep. Couverte plus au nord par le regroupement des garnisons sur la ligne du Sajur et par la prolongation de fait du cessez-le-feu, renforcée par l’arrivée de nouvelles troupes en mai-juin 192038, l’armée du Levant amorce alors un mouvement vers l’est qui ne s’arrêtera qu’avec l’occupation des villes de l’intérieur syrien et la chute du « royaume arabe » de Faysal.

Variations autour de l’idée de « Royaume arabe »

Les fondements intellectuels du Royaume arabe

  • 39 Henry Laurens, Le royaume impossible. La France et la genèse du monde arabe, Paris, 1990.

27Au terme de ce balayage des trois grands faisceaux explicatifs qui permettent de rendre compte, me semble-t-il, de l’échec prématuré d’une politique d’entente franco-arabe, six mois à peine après qu’elle eut été amorcée par l’accord du 6 janvier, rien n’interdit de se projeter dans le temps long de l’histoire intellectuelle et des représentations, et d’insérer, à la suite des travaux de Henry Laurens, le tourbillon événementiel du premier semestre 1920 dans la problématique du « royaume arabe »39. Comme on sait, le siècle des Lumières constitue en quelque sorte la matrice civilisationnelle de ce projet politique. C’est au milieu du XVIIIe siècle, semble-t-il, que le langage philosophique du moment développe sous le chef de « civilisation », la définition et l’analyse des conditions de réduction de l’état de violence. On attribue généralement au marquis de Mirabeau, la première utilisation du terme dans cette acception (« civilisé » pour « policé »), lorsqu’il se livre, dans L’Ami des hommes ou Traité de la population (1757), à un plaidoyer pour une société rurale comme apaisée dans le respect de la tradition et de l’Église. En l’espace d’un demi-siècle, le terme allait cependant accomplir un saut sémantique majeur, et s’ériger, sous l’effet d’un voisinage prolongé avec deux concepts clés du champ intellectuel des Lumières, en une conception absolue et normative des rapports de société, à vocation éminemment universelle.

  • 40 « Éclaircissement sur divers articles du “Tableau du climat et du sol des États-Unis” », in Œuvres (...)
  • 41 Pierre-Jean Simon, Éléments d’une histoire de la sociologie, t. 1, Presses Universitaires de Rennes (...)

28L’idée de « civilisation » est d’abord travaillée par la philosophie politique des Lumières et subit en quelque sorte l’attraction du « contrat social ». En 1790, Volney considère ainsi que l’idée de civilisation « emporte avec elle les idées de consentement volontaire de ses membres, de conservation de leurs droits naturels de sûreté de personne et de propriété ; de supposition ou d’existence d’un contrat réciproque, régularisant l’usage des forces, circonscrivant la liberté des actions, en un mot, établissant un régime d’équité » ; et de conclure « qu’il n’y a de véritablement civilisés que les peuples qui ont des lois justes et des gouvernements réguliers »40. L’idée de civilisation trouve ensuite sa place dans la philosophie de l’histoire développée par les Lumières, et qui s’ordonne comme on sait autour de la notion de progrès. La pensée chrétienne, de la Cité de Dieu de saint Augustin au Discours sur l’histoire universelle (1681) de Bossuet, avait développé une conception linéaire du devenir historique, conçu comme l’accomplissement d’un plan providentiel dont le sens général n’est accessible que par la foi en la parole divine. La philosophie des Lumières se réapproprie cette conception linéaire de l’histoire, mais en fait, sous l’empire de la Raison, une longue marche de l’humanité vers son bonheur et son perfectionnement moral et matériel. L’idée de progrès, étroitement liée aux avancées scientifiques du temps, indique le sens de l’histoire, qui n’est plus inscrite de toute éternité dans une transcendance divine, mais immanente, surgissant de l’effort même de l’humanité dans son ascension vers les Lumières41. Cette idée de progrès s’impose définitivement, dans le paysage intellectuel du XVIIIe siècle, avec le Tableau philosophique des progrès successifs de l’esprit humain (1750) de Turgot, et trouve, en pleine période révolutionnaire, son expression la plus assurée dans l’œuvre du marquis de Condorcet. Dans son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1794), celui-ci dresse un tableau classificatoire de l’histoire de l’humanité en dix périodes, au terme desquelles la Révolution de 1789 marque l’avènement de temps nouveaux, où la Raison et les Lumières auront triomphé et accouché d’une civilisation à vocation universelle. On sait que Condorcet, pourchassé par la Terreur, mourra en prison peu de temps après.

  • 42 Cité par H. Laurens, op. cit., p. 16.

29La stabilisation thermidorienne voit l’achèvement de cette maturation intellectuelle. Sur la base des principes qui président à la Constitution de l’an III, sensée à la fois parachever le mouvement séculaire des idées et assurer, après les convulsions de la Terreur, le jeu ordonné et apaisé des mécanismes sociaux, l’idée de « civilisation », portée par un cousinage déjà ancien avec la philosophie des Lumières, vient en quelque sorte se nicher à la confluence de ces deux exigences. C’est significativement du Discours préliminaire au projet de constitution pour la république française, prononcé par Boissy d’Anglas le 5 messidor an III (23 juin 1795), que l’on peut dater l’entrée en politique de cette acception normative de « civilisation » : la Révolution française « n’est point la production de quelques individus, mais le résultat des lumières et de la civilisation ; elle est le fruit des siècles et de la philosophie... »42. Mais en même temps qu’elle s’érigeait en norme politique, l’idée de « civilisation » était également portée par un mouvement d’expansion historique, à mesure que la défense patriotique se muait en une guerre de conquête et d’exportation de la Révolution française, fondatrice de républiques-sœurs et accoucheuse de la Grande Nation. Outre des raisons spécifiques qui relèvent de l’histoire politique et des relations internationales du temps, l’expédition d’Égypte procède également de cette volonté d’universalisation de la Révolution française, et est naturellement placée sous le signe de l’œuvre civilisatrice.

  • 43 H. Laurens, op. cit., p. 171.

30Les modalités de cette greffe de civilisation à usage des sociétés orientales allaient être informées par une analyse et une interprétation globales du monde arabo-islamique et de son histoire, trempées dans l’atmosphère intellectuelle des Lumières et de la Révolution française. Deux grandes idées paraissent devoir se détacher de cette vision de l’Orient arabe développée par les élites éclairées du temps. Il y a tout d’abord un destin historique des Arabes en tant que transmetteurs de l’héritage scientifique et philosophique de l’ Antiquité, vision dont on trouve la synthèse dans le texte de Condorcet. Dans cette perspective, les Arabes auraient été en quelque sorte arrêtés sur la voie de la civilisation, à la fois par le triomphe du dogmatisme et de l’obscurantisme religieux (aux dépens de la falsafa, « philosophie hellénistique de l’islam » selon la fameuse expression de Louis Gardet, et de l’ijtihād, c’est-à-dire l’effort d’interprétation personnelle), et par l’asservissement au despotisme militaire et desséchant des envahisseurs Turcs. La deuxième clé interprétative découle précisément de l’application aux sociétés orientales d’une théorie des invasions, courante au XVIIIe siècle, qui explicitait sur une base raciale, l’opposition fondamentale d’Ancien Régime entre une aristocratie d’origine germanique, fondant ses privilèges sur la base d’un droit de conquête, et un Tiers État d’extraction gallo-romaine, qui avait fini par secouer le joug de cette domination en 1789 : « Appliquée mécaniquement au Levant, cette idée mettait en opposition une couche de conquérants turcs opposés à la grande masse des Arabes dominés. La révolte arabe devenait le pendant oriental de la Révolution française »43.

  • 44 Groupe de savants et de philosophes nés entre 1750 et 1765. Dans une perspective condillacienne, il (...)

31L’idée du « royaume arabe », conçu comme agent d’émancipation et de civilisation des sociétés arabes, surgit sur le terrain politique par le biais de l’expédition d’Égypte, qui débarque à Alexandrie à l’été 1798 avec tout l’outillage intellectuel légué par les Lumières, et forte du soutien de toutes les institutions d’enseignement et de recherche dont les Idéologues viennent de doter le pays44. Rétrospectivement, Napoléon tentera d’imaginer le visage d’une Égypte fécondée par le demi-siècle de civilisation qui aurait suivi une issue victorieuse de l’expédition : creusement de canaux, développement des cultures coloniales grâce à l’irrigation, accroissement de la population et de la ville d’Alexandrie, et irrésistible mouvement de la civilisation vers l’intérieur du continent africain.

L’ébranlement d’un modèle de civilisation

32Cet éclairage nouveau porté sur le dispositif d’entente franco-arabe de janvier 1920, ce déplacement à rebours en quelque sorte des lignes de fuite de cet accord, nous permettent-ils d’appréhender des profondeurs restées jusqu’alors dans l’ombre du foisonnement événementiel ? La prise de vue, semble-t-il, ne manque pas de pertinence. Dès la première entrevue du 21 octobre 1919, initiant le cycle des négociations qui allaient aboutir à la signature du traité, Clemenceau, qui emporte l’adhésion de Faysal, se place dans une perspective toute imprégnée de réminiscences du « royaume arabe » :

  • 45 D’après les mémoires de Muhammad Rustum Haydar, conseiller de Faysal pendant les négociations. Trad (...)

« La nation arabe est grande par son histoire et par sa civilisation, et elle l’a manifesté pendant la guerre. (...) C’est pourquoi j’éprouve pour elle du respect et de la considération. Il est aussi indéniable que les nations occidentales se sont développées et élevées d’une manière admirable. Le monde oriental et le monde occidental se rencontrent et fusionnent dans le pays de l’émir. Je déclare sur l’honneur que je suis loin de tout ce qui conduit à la conquête et à l’impérialisme sous toutes ses formes. Les liens de la France et de la Syrie ne datent pas d’aujourd’hui et je voudrais que l’œuvre de la France qui est occidentale rejoigne l’action arabe qui est orientale, dans un contexte de justice, d’égalité et de droit. Cela est possible »45.

33En aval, le général Gouraud, à la différence de Robert de Caix par exemple, n’oppose pas au traité et à la philosophie qui le sous-tend une hostilité de principe, même si ses préoccupations immédiates le conduisent à en privilégier un réquisit, le maintien de l’ordre. Cela ressort particulièrement bien de cette lettre qu’il adresse le 20 janvier 1920 à un de ses hommes de confiance, l’officier interprète Trenga, détaché à Alep en tant qu’officier de liaison :

  • 46 Passages soulignés par moi. SHAT, Papiers Trenga, 1K207, Gouraud à Trenga, 20. I.1920.

« Mon cher Trenga, soyez très prudent. Je vous le recommande expressément, en vous mettant au courant pour votre information personnelle et confidentielle, des exigences de la situation politique actuelle. Comme les journaux l’ont publié, l’émir Faysal est revenu de France après s’être mis d’accord avec notre gouvernement et pour faire accepter à son peuple la formule d’indépendance de la Syrie que j’ai toutes raisons de croire devoir être celle de l’avenir ; cette formule ne doit pas exclure la collaboration française. Il est donc de notre intérêt de ne pas faire échec à l’œuvre que poursuit actuellement à Damas l’émir Faysal. C’est une œuvre d’ordre et d’apaisement. Je veux croire qu’elle réussira. En tout cas, je suis décidé à faire à l’émir le plus largement, le plus loyalement crédit, à attendre de lui, ce qu’il nous promet actuellement : une Syrie calme, ordonnée, docile à ses ordres et favorable à notre influence »46.

34On sent bien que le souci d’ordre qui transparaît de ce document va bien au-delà de la simple exigence sécuritaire. Sa portée est en quelque sorte morale, et nous renvoie en définitive vers cette matrice civilisationnelle accoucheuse du « royaume arabe », dont le noyau originel consistait précisément en la recherche des conditions de réduction de l’état de violence, perçu à la fois comme l’avant et l’envers de l’état de civilisation.

  • 47 Le mot est construit à partir de la racine nūr, « lumière ».

35Cette résurgence, presque anachronique au début des années 1920, de l’idéologie plus que de l’idée de « royaume arabe », est-elle en mesure d’emporter l’adhésion des différents courants de la société politique syrienne ? Vis-à-vis des « chérifiens », c’est-à-dire les nationalistes arabes qui dominent après-guerre l’administration et le gouvernement arabes de Damas, le hiatus est évidemment et essentiellement d’ordre politique, et tient au fait que ces hommes, le plus souvent formés à l’école de l’Occident, se sont réappropriés et ont en quelque sorte « nationalisé » le projet civilisateur hérité des Lumières. Significativement, dans les discours et les journaux qui distillent la propagande du régime chérifien, les nationalistes de Damas s’autoproclament mutanawwirūn, c’est-à-dire « ceux qui sont éclairés »47. Dans le journal al-cAṣima, qui fait office de feuille officielle, on peut lire cet éditorial qui, dans la forme comme dans le fond, apparaît bien comme un lointain mais fidèle écho à la longue rêverie de Napoléon à Sainte-Hélène :

  • 48 Al-cĀsima du 7 mai 1919, traduit et cité par J. Gelvin, op. cit., p. 17.

« [Regardant vers le futur] Je voyais la richesse se répandre à travers le pays et les chemins de fer relier entre eux des villages et des fermes prospères. Je voyais les paysans utiliser les techniques agricoles les plus modernes, le commerce se développer et l’industrie florissante. Damas m’apparaissait comme étant la plus avancée des cités du point de vue de sa construction. Ses rues et ses avenues étaient recouvertes d’asphalte et le Barada était comme la Seine, traversant la ville d’est en ouest. (...) Je voyais Alep : son eau, amenée par des canaux depuis l’Euphrate, venait inonder ses jardins et ses parcs et oindre son désert aride... Des usines avait été construites à travers tout le royaume de telle sorte que le pays n’avait plus à importer d’Occident des produits manufacturés, mais exportait au contraire ses productions jusqu’en Chine, en Inde et en Afrique. Son peuple était toujours plus prospère (...) et venait se placer au premier rang des nations avancées »48.

  • 49 Philip S. Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism (1920-1945), Londr (...)

36Dans le cas de ces élites nationalistes, il y a donc bien refus politique, mais aucunement rejet de civilisation. C’est du côté de l’opposition populiste, et plus encore de la fermentation populaire qui l’accompagne, qu’il convient de rechercher cette fêlure profonde, cette incompatibilité majeure entre la formule politique du traité, dont on a mis au jour les soubassements intellectuels, et les réalités syriennes du moment, gagnées par l’agitation populiste. Il n’est pas inutile de recourir ici à la médiation de ce troisième acteur de la société politique syrienne, à savoir les notables urbains, attentifs à ces temps de trouble qu’ils décodent avec un outillage intellectuel propre, mais où l’idée de « civilisation », bien que construite sur une base différente, est de la même manière remise en cause par l’affirmation d’un discours et d’une pratique populistes. Le document qui suit est tiré de toute une série de rapports manuscrits, anonymes et non datés, rédigés en français par une personnalité arabe d’Alep qui, durant tout le premier semestre 1920, maintient un contact étroit avec l’officier de liaison français. On peut le dater de mai-juin 1920, et l’attribuer selon toute vraisemblance à Shakir Nicmat al-Shacabani. Né en 1871, celui-ci est issu d’une grande famille de notables sunnites de la ville, tout à fait représentative de cette « aristocratie provinciale de service » déjà mentionnée. Après des études supérieures à Istanbul, il est amené à séjourner de nombreuses années en France. Parlant couramment le français, réputé francophile, il devient au lendemain de la guerre le porte-parole d’un courant politique alépin, méfiant vis-à-vis du régime de Damas, partisan d’une collaboration raisonnée avec la France, et recrutant principalement dans le milieu des anciens hauts fonctionnaires de l’Empire49 :

  • 50 SHAT, 4H 112, Rapport d’informateur non daté.

« Le départ de l’émir Faysal [en Europe] devient de plus en plus prochain. Les journaux de Damas en parlent et préparent l’opinion publique (comme si elle comptait pour quelque chose chez nous). Enfin. Ce qu’il y a d’important pour nous, est que si l’émir part, la Syrie toute entière tombera dans une anarchie complète. La lajna al-difāc, le Club arabe, le Pacte [al- cAhd], les associations musulmanes sont autant de centres d’anarchie. Composés surtout par des gens pauvres, sans aucun intérêt dans le pays, ex-unionistes acharnés, voyant tout leur intérêt dans l’anarchie, ajoutez qu’ils détiennent seuls le pouvoir et peuvent à n’importe quel moment mobiliser des bandes d’affamés, si nombreux aujourd’hui, et sous couleur de patriotisme et de fanatisme, menacer tout ordre public. (...) Si les culamā’, les notables, les gens raisonnables sont tout à fait opposés à ces actes, n’y a-t-il pas plus de 60 % de la population sans travail depuis quatre à six mois, mourant de faim et attendant le moindre signal, surtout avec l’excitation actuelle, pour piller, tuer et commettre les pires atrocités ? Déjà les hommes clairvoyants pressentent cet état et l’autre jour quelques-uns, musulmans, sont venus chez moi me priant de fonder un parti secret ayant pour but de s’opposer au gouvernement pour [de ?] la guerre et pour l’anarchie. Mais osent-ils se déclarer ? Moi, avec tout mon courage civique, l’oserai-je ? Non »50.

37Ce que l’on trouve à lire dans ce beau document, c’est l’ébranlement d’une vision du monde, le choc culturel subi par l’élite des grands notables sous le coup de l’intrusion brutale du peuple dans le champ politique. L’agitation populiste, et l’effervescence populaire qui l’accompagne, heurtent d’abord l’ancien haut fonctionnaire, formé dans le culte du service de l’État (devlet-i osmaniye), et imprégné des principes qui faisaient du pouvoir politique le garant de la cohésion ottomane : en maintenant l’ordre (nizâm) et en faisant régner la justice (adalet), deux concepts clés du vocabulaire politique ottoman, l’État avait pour fonction première de maintenir à sa place chacune des composantes d’une construction impériale parcourue par de multiples lignes de fracture sociales, confessionnelles, ethniques, etc. Elles heurtent ensuite le grand notable urbain pétri de ce civisme urbain qui, dans le champ intellectuel islamique, représente précisément une norme civilisatrice majeure. Dans la langue arabe, civilisation, urbanité (madaniyya) et sédentarité (ḥaḍariyya) évoluent ainsi dans le même champ sémantique. Fait de civilisation, cette culture citadine très forte assigne à chacun sa place au sein de l’ensemble urbain, dont la cohésion et le fonctionnement global sont ainsi assurés en dépit d’importantes lignes de segmentation sociale.

38L’opposition des registres est patente. D’un côté, on a l’« ordre public » et le « courage civique », qui est le fait de « gens raisonnables » et « clairvoyants » ; et de l’autre l’« anarchie » et l’« excitation » des « gens pauvres » et des « bandes d’affamés ». L’irruption des seconds dans le champ politique a quelque chose d’irrecevable pour ce grand notable urbain, incrédule devant l’existence d’une opinion publique, mais surtout inquiet face à la subversion de l’ordre de la cité. Renversement d’un ordre social d’abord, dans la mesure où le champ politique se trouve investi par « des gens pauvres, sans aucun intérêt dans le pays » et des « bandes d’affamés ». Un préjugé de classe en quelque sorte qui n’est pas sans rappeler la philosophie de la Constitution de l’an III, telle que l’avait définie Boissy d’Anglas dans son discours déjà cité, et qui sanctionnait, on s’en souvient, l’entrée en politique de l’idée de civilisation :

  • 51 Cité dans l’article « Boissy d’Anglas » de l’Encyclopœdia Universalis.

« Nous devons être gouvernés par les meilleurs [c’est-à-dire] ceux qui possèdent une propriété, sont attachés à la tranquillité qui la conserve, et qui doivent à cette propriété, et à l’aisance qu’elle donne, l’éducation qui les a rendus propres à discuter avec sagacité et justesse... Un pays gouverné par les propriétaires est dans l’ordre social, celui où les non propriétaires gouvernent est dans l’état de nature »51.

  • 52 Archétype de cette littérature de l’Ordre moral, jouant de la peur sociale au lendemain de la Commu (...)
  • 53 Mary DOUGLAS, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, 1992. L’impu (...)

39Et de fait, pour notre observateur alépin, le bouillonnement de la société syrienne au lendemain de la guerre relève bien de la remise en cause d’un ordre de civilisation. L’irruption du peuple dans le champ politique et la dissolution du lien social en ces temps de troubles font en effet peser sur la cité la menace de l’« anarchie » (la récurrence quasi obsessionnelle du mot est en soi significative), c’est-à-dire ici l’envers des idéaux d’ordre (nizâm ottoman) et de civilisation (madaniyya islamique). Dans l’esprit de ce grand notable urbain, choqué par le pillage, le meurtre, et « les pires atrocités » perpétrées dans une atmosphère d’« excitation » collective qui n’est pas sans rappeler la description de la Commune par Paul de Saint-Victor52, cette dispersion anomique du corps social ottoman est presque vécue comme une sorte de mutilation rituelle, une bouffée d’impur au sens où l’entendait Mary Douglas53, où l’on voit poindre l’ombre de la jāhiliyya, l’ère antéislamique, période d’obscurantisme et de violence, avant et envers de l’état de civilisation.

40Ce long détour par l’histoire intellectuelle et des représentations peut nous aider à mieux saisir le sens d’un échec, celui de l’entente franco-arabe dont l’accord du 6 janvier 1920 entendait poser les bases diplomatiques. En tant qu’il relevait de l’idéologie du « royaume arabe », forgée plus d’un siècle auparavant, ce texte supposait l’existence d’un certain ordre de la société, plus ou moins consciemment défini en Occident sous le chef de « civilisation », et que la grande notabilité citadine des villes syriennes paraissait susceptible d’accorder à ses exigences propres, à savoir celles de la civilisation urbaine et ottomane de l’Islam. Or, au lendemain de la Première Guerre mondiale, le « rejet de civilisation » n’était pas tant le fait des élites nationalistes, qui s’étaient en quelque sorte réapproprié le « programme de civilisation » comme base de leur indépendance politique, mais surgissait des profondeurs mêmes de la société syrienne, par le biais de la radicalisation populiste à l’œuvre dans le champ politique.

  • 54 Dans un entretien qu’il accorde à Berthe-Georges Gaulis en 1920, l’émir Faysal explique ainsi que « (...)

41Pour qualifier ce potentiel de refus et de subversion qui rejetait l’Occident et menaçait la mainmise des élites locales, les observateurs français, qui n’avaient qu’une appréhension indirecte de ces transformations profondes, utilisèrent souvent le terme de « bolchevisme ». Ce n’était pas là simplement le résultat d’un raccourci pratique et trompeur, relativement fréquent dans le discours colonial, attribuant à l’action d’une puissance extérieure la prolifération des mots d’ordre nationalistes ; ni même celui d’une intoxication par les élites nationales elles-mêmes, promptes à utiliser l’argumentaire du « cordon sanitaire »54. Sous ce vocable de bolchevisme, les hommes du terrain entendaient exprimer une réalité beaucoup plus complexe, où se mêlaient inextricablement revendications nationales, révolte sociale et convulsions messianiques :

  • 55 CADN, fds BM, 2345, Gouraud à Diplomatie, 21. V. 1920.

« La théorie bolcheviste, écrit Gouraud en mai 1920, demeure mal connue en ces régions, et incomplètement interprétée. Elle se résume en une tendance certaine à l’établissement de l’anarchie, à la revendication du partage des richesses, et dans tous les cas, à la lutte pour l’expulsion des étrangers. Ces idées simples mêlées aux croyances religieuses des masses populaires musulmanes déterminent un courant d’opinion dont le général de Lamothe me signale l’analogie avec le mahdisme africain. Certains notables qui avaient jusqu’ici favorisé le mouvement nationaliste sont effrayés aujourd’hui de cette orientation et voudraient endiguer le flot montant ; mais il est déjà trop tard car l’union des masses populaires se confirme sans eux, et par conséquent, à leurs dépens »55.

Recul dans la doctrine : l’impossible création d’un corps spécialisé d’administrateurs du mandat

Ambitions mandataires

42Au cours de l’été 1920, la liquidation du gouvernement arabe de Damas par l’armée française achève de démanteler la politique esquissée par l’accord du 6 janvier, et permet au contraire l’organisation d’une Syrie fédérale et cantonale ajustée aux principes précédemment définis par Robert de Caix. Entre le 30 août et le 2 septembre 1920, toute une série d’arrêtés paraissent ainsi au bulletin officiel du haut-commissariat, qui dessinent les contours politiques et territoriaux des États du Levant sous mandat : État du Grand-Liban, Gouvernements de Damas et d’Alep, Territoire des Alaouites, auxquels viendra s’ajouter l’année suivante l’État du Djebel Druze. Pour contrôler les administrations locales appelées à se développer dans le cadre politique ainsi constitué, Robert de Caix envisage la création d’un corps spécialisé d’agents du mandat :

  • 56 CADN, fds BM, 363, Esquisse de l’organisation de la Syrie sous le Mandat français, Note de Robert d (...)

« Signalons en terminant qu’une des grosses difficultés que nous allons avoir à résoudre est celle de recruter le personnel adéquat. Elle n’est pas très grave sans doute pour les services techniques, mais elle l’est pour celui du contrôle. Il faut des hommes capables de ne pas laisser aller une administration tout en évitant d’intervenir directement dans son fonctionnement, appelés à conseiller et à contrôler sans se rendre trop pesants. (...) Le recrutement des contrôleurs doit être très large ; il s’agit d’assurer une tâche nouvelle dans notre politique d’expansion, et le Département devrait dès à présent s’occuper de recruter dans des milieux variés le personnel voulu »56.

  • 57 Le texte du décret est repris dans L’Asie française, n° 189, février 1921, p. 69-71.

43L’instrument juridique de cette ambition allait prendre la forme d’un décret portant création d’un corps de « conseillers contrôleurs » en Syrie, daté du 12 décembre 1920, et paru au Journal officiel quatre jours plus tard57. Il s’agissait en l’occurrence de favoriser la constitution d’un personnel spécialisé dans le contrôle administratif et politique des États sous mandat, à l’exclusion de la tutelle spécifiquement technique. À cette fin, le texte définissait d’abord un cadre statutaire susceptible de garantir une carrière, et donc de stabiliser le personnel visé. Il déclinait ainsi une hiérarchie en quatre grades et une échelle de traitement. Quant à l’avancement, il devait se faire uniquement au choix, sur le modèle du contrôle civil marocain organisé par Lyautey en 1913. Le texte prévoyait ensuite un stage de deux années, associant trois semestres d’apprentissage pratique sur le terrain et six mois d’études au haut-commissariat. Au terme de ce cycle, un examen devait permettre la sélection des candidats. Le décret précisait enfin l’aire de recrutement de ce nouveau corps d’administrateurs du mandat. Trois filières étaient envisagées :

  • les titulaires d’une licence de l’Université ou les diplômés d’une grande école, ENS, Polytechnique, Sciences politiques, Langues orientales, HEC, École coloniale ;

  • les fonctionnaires des AE, du cadre des contrôleurs civils de Tunisie ou du Maroc, des administrations algériennes ou des colonies ;

  • les officiers en service actif et notamment ceux ayant déjà fait partie des Services Administratifs du Levant de l’ancienne zone Ouest.

  • 58 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247,29, Note sur les conseillers contrôleurs, 27. III.1922.
  • 59 D. Rivet, op. ait., t. 1, p. 207 ; K. Perkins, op. cit., p. 199.
  • 60 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 52, fol. 258-263, Robert de Caix à Bargeton, 10. II.1921.

44Ce large éventail est l’expression d’une volonté bien établie des rédacteurs, qui insistent sur « la capacité intellectuelle » des candidats, et ne font pas de la connaissance de l’administration une condition sine qua non du recrutement : « Au contraire, il y a tout intérêt à enrichir l’esprit du corps à créer par l’apport d’éléments intellectuels d’origine très variée »58. De même, l’intégration d’officiers dans ce corps d’administration civile ne correspond pas simplement à une disposition transitoire, assurant le fonctionnement du service en attendant la formation des premières promotions de conseillers contrôleurs. Plus fondamentalement, l’organisation projetée est bien dans l’esprit du décloisonnement entre autorités civiles et militaires que Lyautey a imposé au Maroc, avec le secret espoir d’élimer les pesanteurs et les routines corporatistes, au profit d’une mentalité de pionniers exclusivement attachés à « faire » le Maroc59. Ainsi conçu, le corps des conseillers contrôleurs entretient une réelle affinité avec le contrôle civil marocain, et au-delà, avec le Civil Service des colonies britanniques. Au total, l’esprit de ce texte est bien défini par Robert de Caix lui-même : il répond à « la nécessité d’avoir ici une sorte d’aristocratie administrative dans le corps des conseillers-contrôleurs qu’il convient de recruter autant que possible par un stage de plus en plus probatoire. (...) Il faut bien que nous ayons un statut pour le seul corps des fonctionnaires qui doit être notre armature ici. Tous les techniciens peuvent être des passants détachés pour plus ou moins longtemps en Syrie (...). Mais il faudra bien des conseillers-contrôleurs pour être les délégués du haut-commissaire auprès des différents gouvernements »60.

Opposition parlementaire

  • 61 L’année 1920 s’achève en effet sans que le budget 1921 ait été discuté.
  • 62 L’Asie française, n° 188, janvier 1921, p. 30-35.
  • 63 Débats reproduits dans L’Asie française, n° 193, juin 1921, p. 252-265.
  • 64 Revue des Deux Mondes, 1er avril 1921, p. 693-704.

45Mais ce texte ne sera jamais appliqué. D’emblée, il se heurte à l’hostilité du Parlement qui en obtient la suspension à l’occasion du vote de douzièmes provisoires à la fin du mois de décembre 192061, avant de l’enterrer définitivement lors du vote de la loi de finances du 30 avril 1921. Le propos se fait volontiers polémique. Au cours de la séance du Sénat du 30 décembre 1920, Victor Bérard ouvre le feu nourri des critiques : « Ce décret, de l’avis de tous les techniciens – et ils sont nombreux parmi les membres de la commission [des AE] – organisait, non pas simplement l’occupation, ni même la tunisification, ou la marocanisation, mais l’algérisation de la Syrie. Voilà ce que nos collègues de la commission, qui ont une expérience des affaires de protectorat ou d’administration coloniale, nous ont tous affirmé »62. Au cours de la discussion du budget au mois d’avril 1921, la question est de nouveau soulevée, mais s’élargit et se dilue dans une attaque en règle contre l’ensemble de l’administration française du Levant, jugée pléthorique et de piètre qualité63. Dans sa chronique bimensuelle de la Revue des Deux Mondes, Raymond Poincaré résume ces critiques : « On dirait que certains ministères ont pris plaisir à envoyer en Syrie des fonctionnaires de rebut et que l’Orient est devenu un paradis réservé aux agents qui ont eu la mauvaise chance de ne pas réussir dans la métropole. (...) En règle générale, les employés de tous grades sont trop nombreux et mal choisis »64.

  • 65 François BURDEAU, La troisième République, Paris, 1996, p. 83-84 et passim. La carrière de Victor B (...)
  • 66 L’Asie française, n° 193, juin 1921, P- 258.

46Par-delà les joutes oratoires des débats parlementaires et les campagnes de presse qui s’en font l’écho, quel est le sens profond de ce refus du décret du 12 décembre 1920 ? Deux niveaux d’explication doivent être pris en considération. Ce refus doit d’abord être interprété comme une manifestation, voire une étape, dans le processus de rééquilibrage qui affecte le fonctionnement institutionnel de la IIIe République dans les années 1920. La création, en 1902, de commissions permanentes au sein de la Chambre des députés, système étendu après-guerre au Sénat, avait introduit une profonde transformation du travail parlementaire. Dans les années 1920, les plus puissantes de ces commissions, en particulier celles des Affaires étrangères et des finances, se posèrent en rivales de l’autorité ministérielle, tandis que certains responsables, Millerand en tout premier lieu, cherchaient au contraire à renforcer l’exécutif et à contenir l’influence grandissante des parlementaires65. Les débats qui nous intéressent trahissent effectivement, à plusieurs reprises, ce jeu en profondeur d’une tectonique institutionnelle qui affleure parfois de façon explicite. C’est ainsi qu’au cours des débats du mois d’avril 1921, Victor Bérard interpelle Aristide Briand en ces termes : « Voilà notre état d’esprit, Monsieur le président du Conseil, et voilà pourquoi nous venons à vous pleins de confiance, mais voulant que la collaboration entre l’autorité gouvernementale et le contrôle parlementaire prenne un autre chemin »66.

  • 67 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 55, fol. 85, Déclaration de Victor Bérard, décembre 1920.

47On comprend que, dans ce contexte, la création des États syriens par voie d’arrêtés du haut-commissaire, c’est-à-dire en dehors de tout débat public, alors même qu’il s’agissait là d’une décision engageant dans le long terme la politique de la France, ait été plutôt mal acceptée par les parlementaires : « L’unanimité de la commission des [AE] a désapprouvé la politique syrienne amorcée par le décret du 12 décembre, lequel a eu pour résultat de nous ramener aux pires aventures algériennes et de mettre à notre charge toutes les responsabilités administratives, financières et militaires d’États syriens, créés, on ne sait trop par qui, en dehors de toutes discussions parlementaires, en dehors même de tout décret gouvernemental, en vertu de décisions militaires qui n’ont jamais été portées à la connaissance du public »67.

  • 68 SHAT, Papiers P. Lyautey, 1K 247, 29, Note sur les conseillers contrôleurs, 27. III.1922.
  • 69 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 55, fol. 145-148, Note de Jonnart, 17. IV.1921.

48Mais en rejetant le décret du 12 décembre, les parlementaires entendaient surtout s’opposer à la création d’un « corps permanent de fonctionnaires français dans les territoires sous mandat », dont ils estimaient l’effectif futur à environ 80 agents68. Le sentiment qui domine au sein des commissions est le suivant : créer une véritable administration de contrôle altère forcément le principe du simple contrôle de l’administration. Robert de Caix, plus homme de dossier que véritable praticien, entendait éviter cet écueil de l’intervention directe en s’appuyant sur l’excellence du personnel utilisé. L’ancien gouverneur général de l’Algérie, Jonnart, n’y croit pas. Au terme d’une enquête menée sur place, ils stigmatise les ambitions, qui confinent à l’illusion, de la première équipe du mandat : « Trop de précipitation, avec les meilleures intentions du monde, ne pourrait que compromettre nos intérêts et notre influence. J’ai apporté de Syrie l’impression qu’on y travaille trop fiévreusement, comme si l’on entendait en quelques mois transformer toute l’administration syrienne, en faire une administration modèle, et régler toutes les questions d’un tour de main »69. Contre l’administration modèle, mais rigide et étendue, dont rêve Robert de Caix, Jonnart préconise une tutelle souple et légère, inspirée de l’indirect rule pratiquée par les Anglais en Égypte avant-guerre :

  • 70 Ibid.

« Les conseillers ne doivent être à aucun titre des chefs de service. Ils ne doivent pas avoir sous leurs ordres un bureau composé d’un personnel français. (...) Dans ma pensée, le conseiller a pour mission de se tenir dans un cabinet voisin de celui du directeur syrien, afin de s’entretenir avec lui des principales affaires, de le guider, de redresser ses méthodes. (...) Les agents et fonctionnaires venus de la métropole ne seraient pas placés sous les ordres des conseillers ; ils seraient détachés de leur administration pour devenir fonctionnaire syrien, sous les ordres des autorités syriennes. C’est ce qui se passe en Égypte où les fonctionnaires anglais détachés deviennent fonctionnaires égyptiens, et portent même tous le tarbouch »70.

49Mais la Syrie post-faysalienne n’est pas l’Égypte khédiviale. Où trouver en particulier, depuis la liquidation du gouvernement arabe de Damas, les relais locaux nécessaires à l’indirect rule, ces native screens actionnés par la main invisible de lord Cromer ? Cette conception souple de l’exercice du mandat n’est sans doute pas compatible avec l’organisation politique dont hérite la Syrie au lendemain de Maysalun. D’une certaine manière, on pourrait dire que le décret du 12 décembre cherchait à consolider administrativement les décisions politiques prises à l’été 1920, et qu’il était ainsi structurellement nécessaire à cette Syrie cantonale et fédérale échafaudée par Robert de Caix : complexe, instable et largement artificielle, elle portait en elle la prolifération administrative du contrôle mandataire. L’échec du décret du 12 décembre stoppe net le développement normal de cet organisme, qui naît à l’histoire affaibli d’une terrible tare congénitale, privé à la fois de réels points d’ancrage dans une société politique syrienne qu’il a très largement démantelée, et des instruments nécessaires au maintien de l’édifice institutionnel qu’il a voulu lui substituer.

  • 71 CADN, fds BM, 437, Instructions confidentielles n° 22/SR du 14. VII.1921 et n° 55/SR du 1.1.1922.

50C’est au cœur de ces redoutables contradictions que le SR du Levant aura à se frayer sa propre voie. Prenant acte de l’échec du décret du 12 décembre 1920, les responsables mandataires s’orientent en effet vers la mise en place d’un service d’administration militaire, dans le prolongement des solutions adoptées en 1918-1919 dans le cadre des Services Administratifs du Levant. Autrement dit, faire du provisoire qui dure. Le 14 juillet 1921, une première instruction organique crée officiellement le Service des Renseignements du Levant, légèrement retouchée six mois plus tard pour tenir compte de l’évacuation définitive de la Cilicie71. Avancée sur le terrain et recul dans la doctrine ; c’est bien de cette tension, me semble-t-il, que naît le SR du Levant, en tant que corps d’officiers provisoirement détachés dans des fonctions politiques et administratives, et subitement projetés dans la trame constitutive du mandat lui-même.

Notes

1 G. Khoury, op. cit., p. 296-303. Toutes les citations et données factuelles de ce développement sont extraites de cet ouvrage, qui s’appuie notamment sur les papiers privés de Robert de Caix, retrouvés par l’auteur.

2 Papiers de Caix, Mission au Levant, texte inédit, cité par G. Khoury, op. cit., p. 344.

3 Ibid., p. 195.

4 Ibid. : « Nous étions [Gouraud et de Caix] depuis longtemps liés par une amitié qui s’était formée au Comité de l’Afrique française où fréquentaient la plupart des officiers qui avaient rempli ou espéraient remplir des missions en Afrique. J’étais là particulièrement pour la rédaction du bulletin du Comité comme collaborateur le plus proche d’Auguste Terrier qui en était le secrétaire général et qui avait joué un rôle important dans la conception et l’organisation des missions confiées à nos officiers en Afrique ». Résumé par François Deloncle en novembre 1890, le projet fondamental du comité était précisément de « réunir des fonds et, de concert avec le gouvernement, d’organiser sans bruit des explorations dont on apprend le départ en même temps que le succès », cité par Jacques THOBIE et alii, Histoire de la France coloniale, t. 1, Des origines à 1914, Paris, 1991, p. 644.

5 Papiers de Caix, Mission au Levant, cité par G. Khoury, op. cit., p. 195.

6 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 22, fol. 50-77, Note de Robert de Caix du 26.1.1920, citée par G. Khoury, op. cit., p. 299-300.

7 Philip S. Khoury, Urban Notables and Arab Nationalism : the Politics of Damascus 1860-1920, Cambridge, 1983.

8 Les tanzîmât correspondent stricto sensu au mouvement de réforme (« la remise en ordre ») impulsé par l’État ottoman entre 1839 et 1876, mais qui de façon plus générale donne sa tonalité d’ensemble au XIXe siècle ottoman.

9 Sur cette nouvelle génération, voir Rashid Khalidi, « Ottomanism and Arabism in Syria before 1914 : a reassessment », in ID. et alii éd., The Origins of Arab Nationalisai, New York, 1991, p. 50-69.

10 Par la voix par exemple du journal al-cĀsima (« la capitale »). Cf. J. GELVIN, op. cit., p. 17.

11 L’ottomanisme (osmanlilik en turc) peut être considéré comme l’horizon idéologique des tanzîmât, à savoir la promotion d’un sentiment d’appartenance politique supra-national, à l’instar de la réflexion théorique menée au même moment en Autriche-Hongrie par certains penseurs de la social-démocratie, pour qui le fait national n’était visiblement pas soluble dans le socialisme, Karl Renner ou Otto Bauer.

12 Hasan Kayali, Arabs and Young Turks. Ottomanism, Arabism and Islamism in the Ottoman Empire, 1908-1918, Berkeley, 1997, p. 192-199 ; J. Gelvin, op. cit., p. 24.

13 David Dean Commins, Islamic Reform. Politics and Social Change in Late Ottoman Syria, New York-Oxford, 1990, p. 104-123.

14 Que michael Johnson traduit en une expression bien sentie : The neighbourhood strong-arm men, dans « Polical Bosses and their Gangs : Zucamā’ and Qabadāyāt in the Sunni Muslim Quarters of Beirut », in Patrons and Clients in Mediterranean Societies, E. Gellner et J. Waterbury éd., Londres, 1977, p. 208.

15 cAyyarūn et ahdath étudiés par Claude cahen, « Mouvements populaires et autonomisme urbain dans l’Asie musulmane du Moyen Âge », Arabica, 1959, n° 1, p. 225-250 ; caṣabiyyāt urbaines étudiées par Michel seurat, « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli : étude d’une caṣabīyya urbaine », in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, Beyrouth, 1985, p. 45-86.

16 La racine du mot [qbḍ], signifie « agripper », « mettre la main sur », « se saisir de ».

17 Sur les qabadāyāt de Damas à l’époque mandataire, voir Philip S. KHOURY, « Syrian urban Politics in Transition : the Quarters of Damascus during the French Mandate », International Journal of Middle East Studies, 16 (1984), p. 507-540.

18 Linda Schatkowski-Schilcher, « Violence in Rural Syria in the 1880s and 1890s : State Centralization, Rural Intégration and the World Market », in Peasants and Politics in the Modern Middle East, F. Kazemi et J. Waterbury éd., Miami, 1991, p. 50-84.

19 Les descendants des chefs des garnisons janissaires qui s’étaient progressivement infiltrés dans ces métiers liés au dehors de la ville, et s’étaient constitués en un groupe politique dont les rivalités avec les notables de la vieille ville dominent la chronique événementielle du XVIIIe siècle syrien, avant de fusionner finalement avec leurs anciens rivaux, quelque part au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, pour donner naissance à cette absentee landowning-bureaucratic elite déjà mentionnée.

20 H. Kayali, op. cit., p. 192-199 ; L. Schatkowski-Schilcher, « The Famine of 1915-1918 in Greater Syria », in Problems of the Modem Middle East in Historical Perspective. Essays in Honour of Albert Hourani, J. Spagnolo éd., Reading, 1992, p. 229-258.

21 Erik Jan Zürcher, The Unionist Factor : the Rôle of the Committee of Union and Progress in the Turkish National Movement (1905-1926), Leyde, 1984, p. 87-93 ; ID., « Between Death and Désertion. The Experience of the Ottoman Soldier in World War I », Turcica, 28 (1996), p. 235-258. L’auteur estime à un demi-million le nombre total de déserteurs dans l’année ottomane pour toute la durée de la guerre.

22 La racine commune, [csb], signifie « se grouper », « se rassembler », mais avec une idée de contrainte qui s’applique aussi bien au vecteur qu’à la victime de cette force : « empoigner », « saisir à pleines mains », « bander », « serrer ».

23 Selon l’expression de Joshua M. Landis, Nationalism and the Politics of Zacama : the Collapse of Republican Syria, 1945-1949, Ph. D., Princeton University, 1997, p. 29. La mudafa, c’est-à-dire le lieu où s’exerce l’hospitalité, la diyāfa.

24 Face au blocage des négociations franco-britanniques à propos de la Syrie, le président Wilson propose dès le mois de février l’envoi sur place d’une commission d’enquête, exclusivement américaine après l’abstention franco-anglaise, chargée de recueillir l’avis des populations. Ce sera la fameuse commission King-Crane qui visitera la région en mai-juillet 1919, mais dont les conclusions n’auront aucune portée immédiate.

25 Convoqué comme on sait par Faysal à la veille de l’arrivée des enquêteurs américains.

26 E. Zürcher, op. cit., p. 88-93, insiste sur cette matrice unioniste qui accouche des premiers temps du mouvement national turc.

27 Le Congrès avait été prorogé, au début du mois de décembre 1919, par l’émir Zayd, frère de Faysal, à qui avait été confiée l’expédition des affaires courantes pendant la négociation parisienne de l’accord du 6 janvier 1920.

28 Initialement, les sections de la Révolution française étaient d’ailleurs des subdivisions urbaines (une cinquantaine à Paris) établies pour servir de cadre aux assemblées électorales. Ce n’est qu’avec la crise de l’été 1792 qu’elles devinrent les lieux de maturation de la sans-culotterie militante, et d’exercice d’une démocratie directe et sourcilleuse. Michel VOVELLE, La Révolution française 1789-1799, Paris, 1992, p. 84.

29 Obsédés par l’obchtchina, le raskol et le souvenir de Pougatchev. Cf. Christine FAURÉ, Terre, terreur, liberté, Paris, 1979, p. 56-57 : « Pour les militants, trouver dans les plages du passé, dans les traces de groupes qui avaient résisté à la constitution de l’État despotique (vieux croyants, brigands, groupes cosaques), un support de renversement ; ressusciter l’épopée enfouie du peuple russe. (...) Des enclaves, arrêtées dans leur évolution à des âges divers, composaient la trame bigarrée de ce corps. Les populistes en avaient fait une carte : le mir, les cosaques, la communauté des vieux croyants, la révolte de Pougatchev et sa mobilité mongole ».

30 On se reportera à E. Zürcher, op. çit. ; et à Paul Dumont, Mustafa Kemal, Bruxelles, 1983.

31 Pour un traitement global de la question, voir Robert F. ZEIDNER, The Tricolor over the Taurus : the French in Cilicia and Vicinity, 1918-1922, Ph. D., University of Utah, 1991 ; Karen NAKKACHE, La France, la Cilicie et les territoires environnants de 1918 à 1923, Thèse de doctorat, Nice, 1999.

32 Sur la base notamment d’une lecture croisée du Général Du Hays, Les armées françaises au Levant, 1919-1939, t. 2, Le temps des combats 1920-1921, Vincennes, 1979, p. 223-431 ; et du Livre d’or des Troupes du Levant 1918-1936, Beyrouth, 1937, p. 31-80.

33 Pozanti, Kozan, Marash, cAyntab (Gaziantep), Urfa.

34 La 1re division du général Dufieux était stationnée en Cilicie proprement dite, tandis que la 2e division du général de Lamothe s’installait au début de l’année 1920 dans les territoires dits de l’Est, aussi appelés « confins militaires du Nord », entre Amanus et Euphrate.

35 Du 19 janvier, date du début de l’insurrection de la ville, au 13 février 1920, date de l’évacuation définitive des troupes françaises, les combats auraient fait du côté français 160 tués, 170 disparus et 280 blessés. La retraite de Marash à Islahiye, en pleine tempête de neige, fit peut-être un millier de morts parmi les réfugiés arméniens qui suivirent les troupes françaises dans leur débâcle.

36 En février-mars 1920, la voie ferrée allait être inutilisable pendant 40 jours.

37 Commencé le 12 août 1920, le siège de la ville par les troupes françaises allait se prolonger jusqu’à la capitulation turque, le 8 février 1921. Mais à cette date, la bataille diplomatique était en passe d’être remportée par les Turcs.

38 Au total, les effectifs de l’armée du Levant sont passés de 20 000 hommes en janvier 1920 à près de 70 000 hommes à la fin de cette même année. Cf. Du Hays, op. cil., p. 94-96.

39 Henry Laurens, Le royaume impossible. La France et la genèse du monde arabe, Paris, 1990.

40 « Éclaircissement sur divers articles du “Tableau du climat et du sol des États-Unis” », in Œuvres de Volney, Paris, 1826, t. 4, p. 413, cité par H. Laurens, op. cit., p. 12.

41 Pierre-Jean Simon, Éléments d’une histoire de la sociologie, t. 1, Presses Universitaires de Rennes II, 1987, p. 148-172.

42 Cité par H. Laurens, op. cit., p. 16.

43 H. Laurens, op. cit., p. 171.

44 Groupe de savants et de philosophes nés entre 1750 et 1765. Dans une perspective condillacienne, ils basent leur réflexion sur l’idée que la pensée se construit à travers l’appréhension physique du monde sensible, d’où le rejet des spéculations métaphysiques et un penchant méthodologique pour le fait observable à défaut d’être expérimental. On citera Destutt de Tracy (1754-1836), Georges Cabanis (1757-1808), ami de Condorcet et médecin de Mirabeau, et bien sûr Constantin-François Volney (1757-1820), dont le célèbre Voyage en Égypte et en Syrie (1787) trace en quelque sorte la voie à l’expédition de Bonaparte. Ils accueillent 1789 avec enthousiasme et s’engagent sur une ligne proche des Girondins. Méfiants vis-à-vis des masses dont les « journée » insurrectionnelles ne sont que des explosions irrationnelles, ils contribuent à la Constitution de l’an III et sont à l’origine de la plupart des créations nouvelles dans les domaines de l’éducation et de la recherche : l’institut et ses trois classes, l’École normale, l’École polytechnique, les Écoles centrales, etc.

45 D’après les mémoires de Muhammad Rustum Haydar, conseiller de Faysal pendant les négociations. Traduit et cité par G. Khoury, op. cit., p. 274.

46 Passages soulignés par moi. SHAT, Papiers Trenga, 1K207, Gouraud à Trenga, 20. I.1920.

47 Le mot est construit à partir de la racine nūr, « lumière ».

48 Al-cĀsima du 7 mai 1919, traduit et cité par J. Gelvin, op. cit., p. 17.

49 Philip S. Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism (1920-1945), Londres, 1987, p. 113, 261.

50 SHAT, 4H 112, Rapport d’informateur non daté.

51 Cité dans l’article « Boissy d’Anglas » de l’Encyclopœdia Universalis.

52 Archétype de cette littérature de l’Ordre moral, jouant de la peur sociale au lendemain de la Commune, et proposant une lecture pathologique des violences collectives qui inspirera plus tard sa Psychologie des foules (1895) à Gustave Le Bon. Paul de SAINT-VICTOR, « L’orgie rouge », in Barbares et bandits, la Prusse et la Commune, Paris, 1871, p. 245-255.

53 Mary DOUGLAS, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, 1992. L’impureté réside dans le mélange de phénomènes appartenant à des catégories différentes.

54 Dans un entretien qu’il accorde à Berthe-Georges Gaulis en 1920, l’émir Faysal explique ainsi que « le bolchevisme serre la Turquie de plus en plus près ; déjà, ses émissaires sont partout. Ils ont franchi les barrages qui leur étaient opposés, les voici aujourd’hui parmi nous dans le sud. Ils propagent leurs doctrines et leurs adhérents se multiplient. Voici le fléau qui menace les civilisations d’Occident ». B.-G. gaulis, La question arabe, Paris, 1930, p. 111.

55 CADN, fds BM, 2345, Gouraud à Diplomatie, 21. V. 1920.

56 CADN, fds BM, 363, Esquisse de l’organisation de la Syrie sous le Mandat français, Note de Robert de Caix du 17. VII. 1920, 43 pages.

57 Le texte du décret est repris dans L’Asie française, n° 189, février 1921, p. 69-71.

58 SHAT, Papiers Pierre Lyautey, 1K 247,29, Note sur les conseillers contrôleurs, 27. III.1922.

59 D. Rivet, op. ait., t. 1, p. 207 ; K. Perkins, op. cit., p. 199.

60 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 52, fol. 258-263, Robert de Caix à Bargeton, 10. II.1921.

61 L’année 1920 s’achève en effet sans que le budget 1921 ait été discuté.

62 L’Asie française, n° 188, janvier 1921, p. 30-35.

63 Débats reproduits dans L’Asie française, n° 193, juin 1921, p. 252-265.

64 Revue des Deux Mondes, 1er avril 1921, p. 693-704.

65 François BURDEAU, La troisième République, Paris, 1996, p. 83-84 et passim. La carrière de Victor Bérard, principal artisan de l’opposition au décret, illustre bien ce moment parlementaire de la politique française du début des années 1920. Né en 1864, Victor Bérard passe par l’École Normale Supérieure d’où il sort agrégé d’histoire en 1887. Il devient membre de l’École française d’Athènes et soutient en 1894 une thèse de doctorat ès lettres sur l’ Origine des cultes arcadiens. En 1904, Ernest Lavisse lui confie le secrétariat général de la Revue de Paris, pour laquelle il rédige de nombreux articles de politique étrangère. Élu sénateur du Jura au lendemain de la guerre, il présida les commissions des AE et de l’enseignement : « 11 participa à ce titre à de très nombreux débats : on peut même dire qu’il s’y mêlait constamment, se sachant toujours écouté avec la plus vive attention et le plus grand intérêt. (...) Enfin, il n’est pas de discussions budgétaires auxquelles il n’ait pris part en donnant toutefois sa préférence aux budgets de l’instruction publique et des AE ». Jean Jolly dir., Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, Paris, 1960-1977, vol. 2, p. 545.

66 L’Asie française, n° 193, juin 1921, P- 258.

67 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 55, fol. 85, Déclaration de Victor Bérard, décembre 1920.

68 SHAT, Papiers P. Lyautey, 1K 247, 29, Note sur les conseillers contrôleurs, 27. III.1922.

69 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 55, fol. 145-148, Note de Jonnart, 17. IV.1921.

70 Ibid.

71 CADN, fds BM, 437, Instructions confidentielles n° 22/SR du 14. VII.1921 et n° 55/SR du 1.1.1922.

Table des illustrations

Titre Le front turc en 1920
Légende Carte : J.-D MIZRAHI (2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search