Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Première partie. Émergence du pouvoir mandataire

Chapitre I. Antécédents d’un service et origines d’une présence

Texte intégral

  • 1 CADN, fds BM, 437, Instruction confidentielle n° 22/SR du 14. VII.1921.

1Si la naissance légale du Service des Renseignements du Levant n’intervient officiellement que le 14 juillet 19211, il n’en a pas moins, dès cette date, une longue histoire derrière lui. Éclairer cette préhistoire nécessite de forer dans des couches chronologiques d’épaisseur variée. On cherchera d’abord à sonder dans la longue durée d’une double tradition, d’administration militaire des affaires indigènes d’une part, et de présence et d’influence de la France dans l’Empire ottoman d’autre part. Il nous faudra ensuite pénétrer dans la veine riche et complexe de la conjoncture, et naviguer dans les filons heurtés de la Première Guerre mondiale et de son règlement diplomatique et militaire au Moyen-Orient.

Un siècle d’expérience dans l’administration des affaires indigènes

2Lorsque le mandat français se met en place au Levant au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’armée française a déjà derrière elle près d’un siècle d’expérience dans l’administration des affaires indigènes, notamment en terre d’Islam. Dès la conquête de l’Algérie, l’épopée des Bureaux arabes pose les bases de cette expérience que viennent compléter dans l’ entre-deux-siècles les principes d’une « école de guerre coloniale » expérimentés avec succès par Gallieni et son équipe au Tonkin et à Madagascar. C’est finalement dans le cadre du protectorat marocain que s’opère, avec l’éclat que lui confère la personnalité de Lyautey, la synthèse de cette tradition des affaires indigènes, dont la fiabilité est définitivement consacrée par l’épreuve réussie de la Première Guerre mondiale.

L’héritage des Bureaux arabes2

  • 2 Pour ne pas saturer le texte de notes de bas de page, j ’indique d’emblée les références sur lesque (...)

3Dans les années 1830, alors que la politique algérienne de la Monarchie de Juillet se limite encore à la zone côtière, le besoin se fait sentir d’un organe de liaison avec les tribus de l’intérieur. De façon plus ou moins informelle, les officiers des premières unités spéciales indigènes, spahis et zouaves (qui sont encore à l’époque des auxiliaires algériens), jouaient naturellement un rôle important dans la recherche d’informations : ce cadre allait constituer le vivier des premiers officiers spécialisés dans les affaires arabes. C’est ainsi que le capitaine La Moricière, qui participe avec succès à l’organisation des premiers bataillons de zouaves, se voit confier, en avril 1833, la responsabilité d’un « Bureau particulier des affaires arabes », organisme chargé de « suivre avec sûreté et succès les relations avec les tribus ». Son successeur, le capitaine Pellissier de Reynaud, reste en poste jusqu’en novembre 1834, date à laquelle l’institution est provisoirement abandonnée sous cette forme. Le relais est alors pris par le chef d’escadron Marey-Monge, avec le titre d’agha des Arabes, nom d’une ancienne charge turque. Spécialiste des corps irréguliers, organisateur des spahis, celui-ci infléchit l’institution dans un sens plus guerrier que politique (rayonner autour d’Alger et tenir la Mitidja), à un moment où l’émergence du pouvoir d’Abd el-Kader se précise. En avril 1837 enfin, le nouveau gouverneur Damrémont, soucieux de contrôler au plus près la définition de la politique indigène, décide de réactiver l’ancien bureau de La Moricière, et crée une « Direction des affaires arabes » qu’il confie de nouveau au capitaine Pellissier de Reynaud. L’institution se maintiendra jusqu’en mars 1839, date à laquelle son titulaire démissionne à la suite d’un désaccord avec ses supérieurs.

4À la fin des années 1830, ces initiatives n’ont finalement introduit qu’une innovation restreinte dans la conduite de la politique indigène. L’institution des « affaires arabes », telle qu’elle se met en place au cours de la décennie, limite en fait son action à la seule Mitidja et aux abords immédiats d’Alger. Elle est en particulier tenue à l’écart des négociations « oranaises » qui, comme on sait, normalisent pour un temps les relations avec Abd el-Kader (traité de la Tafna de mai 1837). Avec la nomination de Bugeaud comme gouverneur général, les années 1840 s’ouvrent au contraire sur une politique clairement définie, puissamment dotée et impitoyablement appliquée. Et avec le passage de l’occupation restreinte à la conquête totale de l’intérieur, ce qui n’avait été au départ qu’une structure de renseignement et de contact devient un rouage essentiel du dispositif militaire et administratif de l’Algérie coloniale.

5C’est ainsi que le 16 août 1841, Bugeaud ressuscite la Direction des affaires arabes, et la confie au lieutenant-colonel de spahis Daumas, précédemment consul auprès d’Abd el-Kader. Trois ans plus tard, un arrêté ministériel du 1er février 1844 consacre définitivement la naissance des Bureaux arabes, organismes locaux qui exercent auprès des commandants territoriaux (divisions, subdivisions et cercles) une fonction analogue à celle qu’occupe la direction centrale auprès du gouverneur. À cette date, la direction des affaires arabes coiffe ainsi une vingtaine de bureaux, auxquels sont affectés une cinquantaine d’officiers. Ces derniers possèdent une hiérarchie spéciale et, à partir de 1850, une inspection propre qui régule leur avancement. Un véritable corps d’officiers spécialisés dans les « Affaires Indigènes » et distrait du service courant finit ainsi par être créé, dont le statut est définitivement fixé par une circulaire du 21 mars 1867. À cette date, une cinquantaine de postes et annexes, actionnés par près de 200 officiers, enserrent la majeure partie du Tell algérien, en un maillage militaro-administratif que ne viennent guère rogner les quelques poches de territoire civil qui se développent autour des villes côtières et des centres de colonisation de l’intérieur.

  • 3 De la loi du 16 juin 1851 dont l’article 14 dispose qu’« aucun droit de propriété ou de jouissance (...)

6Le glissement vers l’administration militaire directe s’opère par la segmentation croissante de l’influence des khalifas, aghas et autres bachagas, généralement recrutés au sein de l’aristocratie guerrière des tribus, et dont le rôle d’intermédiaire, à mesure que la soumission gagne du terrain, est en effet de plus en plus souvent court-circuité par les officiers. De fait, la charge de khalifa, la plus importante, n’est plus attribuée après 1844, tandis que les Bureaux arabes tendent à actionner directement le rang subalterne des caïds. Enfin, dans le cadre notamment de la politique dite du « Royaume arabe », impulsée par Napoléon III et ses conseillers indigénophiles (parmi lesquels figurent un certain nombre d’officiers des Bureaux arabes), tout un arsenal juridique érige les territoires militaires en une vaste réserve foncière, que l’on cherche à soustraire, autant que faire se peut, à la pression spoliatrice de la colonisation européenne3. Outre leur vocation première de glacis sécuritaire, les territoires militaires deviennent le cadre à l’abri duquel la société indigène pourra s’épanouir de façon équilibrée, grâce à l’action d’officiers qui se voient ainsi investis d’une mission originale d’agents de développement.

7Cible des colons jugulés dans leurs appétits fonciers, compromis sur le terrain par les famines et épidémies de 1867-1868, le « régime du sabre » devient également le symbole du « césarisme » pour une opposition républicaine revigorée par l’évolution parlementaire du régime, et qui fait des questions algériennes un tremplin politique pour son action en métropole. C’est finalement l’effondrement du Second Empire qui sonne le glas du « Royaume arabe », annonçant une nécessaire redéfinition de l’institution des Affaires Indigènes. De fait, le dernier quart du siècle voit s’opérer la liquidation des territoires militaires du Tell algérien, tandis que se confirme au contraire la vocation saharienne et frontalière des officiers des AI.

8L’organisation du protectorat tunisien ne fait que confirmer ce redéploiement. Dans la plus pure tradition, la Tunisie est d’abord découpée en vingt-deux cercles, regroupés en six subdivisions, formant deux divisions. Si l’administration militaire du nord de la Tunisie est supprimée dès le milieu des années 1880 par le résident Paul Cambon, qui initie à cet effet un corps de contrôleurs civils en 1884, elle perdure dans le Sud Tunisien, à partir notamment des subdivisions de Gabès et de Gafsa, en attendant la création des cercles de Médénine en 1889 et de Kebili en 1896, couvrant respectivement les confins tripolitains et sahariens. Ainsi, au moment même où l’extension du territoire civil en Algérie entraîne une réduction des effectifs des AI, l’organisation du « Service de Renseignements » de Tunisie, rebaptisé « Service des Affaires Indigènes » en 1900, ouvre un nouveau champ d’application de la formule des territoires militaires.

  • 4 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 1, P- 78-87.

9L’histoire des AI en Afrique du Nord dans la seconde moitié du XIXe siècle, est bien celle de la transformation de vastes champs d’expansion gouvernés militairement, en un système de marches destiné à tenir le Sahara et ses abords. Une évolution que parachève la création, en décembre 1902, des « Territoires du Sud », regroupant, sous la direction de Laperrine, les territoires de Touggourt, de Ghardaïa, d’Aïn Sefra et des Oasis. Avec un décalage chronologique d’une vingtaine d’années, la même évolution se retrouve au sud du Sahara où, après la dislocation du Soudan français en décembre 1899, le système du gouvernement militaire se maintient sur ses marges érigées en territoires militaires (Tombouctou et Zinder), que le Tchad prolonge plus à l’Est. Comme le montre Jacques Frémeaux, on assiste, au début du XXe siècle, à la stabilisation d’un véritable système saharien militairement administré : « Les territoires militaires se trouvent ainsi, de manière durable, ancrés sur les marches saharo-steppiques du Maghreb au nord, saharo-sahéliennes de l’Afrique noire au sud »4.

Le rôle social et colonial de l’officier5

  • 5 Aux références précédentes, il faut ajouter J. FRÉMEAUX, « L’armée coloniale et la République (1830 (...)
  • 6 « Du rôle social de l’officier dans le service militaire universel ». J’ai utilisé l’édition suivan (...)

10En insérant l’outil militaire dans le cadre citoyen de la conscription universelle, la IIIe République le dote d’une forte charge idéologique, qu’accentue encore le nationalisme blessé par la défaite de 1870. De fait, dans le dispositif républicain d’encadrement de la société, les officiers acquièrent rapidement une place de première importance. Dans le prolongement de l’œuvre accomplie par l’instituteur, l’officier n’est plus uniquement un instructeur militaire, mais bel et bien un éducateur, au sens le plus large du terme, entre les mains duquel les vagues successives des classes d’âge se préparent à l’intégration citoyenne. Dans un célèbre article paru dans la Revue des Deux Mondes du 15 mars 1891, le capitaine Lyautey enregistre cette évolution, qui fait de l’officier « un merveilleux agent d’action sociale »6. Mal accepté sur le moment par la hiérarchie, cet article reflète pourtant des préoccupations bien réelles, qui trouveront une consécration officielle dix ans plus tard. C’est ainsi qu’à partir de 1901, un cours est organisé à Saint-Cyr sur la mission sociale de l’officier, tandis qu’une circulaire du 13 août 1904 fixe à l’officier un programme complet d’instruction civique et morale, où l’hygiène et l’histoire font bonne figure.

  • 7 Contradiction tournée en compromis par la loi du 5 juillet 1900 constitutive des troupes coloniales (...)
  • 8 Raoul GIRARDET, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, 1978, p. 109-144.

11À cette fonction éducatrice de l’officier en métropole, répond outre-mer la mise en avant de sa fonction civilisatrice. C’est en effet à la même époque que s’affine et se diffuse une conception du rôle colonial de l’armée, en accord avec les valeurs et l’idéologie de progrès du régime. Cette entrée de l’armée coloniale en République n’avait pourtant rien d’évident. Elle était au moins gênée par un vieux fond de défiance, qu’alimentaient auprès des responsables politiques « la légende noire » d’une armée d’Afrique porteuse du risque prétorien, et la position mal définie des troupes de marine, crypto-armée de métier techniquement indispensable à l’heure de l’expansion coloniale, mais en contradiction avec l’idéal républicain de l’armée citoyenne7. Cependant, bien loin de devenir une maladie honteuse de la République industrielle et capitaliste, la conquête coloniale trouve sa place, au tournant du siècle, dans la geste patriotique du régime8, tandis que sur le terrain, les praticiens mettent définitivement au point un style de « guerre coloniale » ajusté aux préoccupations du régime.

  • 9 D. Rivet, op. cit., 1.1, p. 53-56.

12Cette « école de guerre coloniale » a son histoire, balisée par les campagnes du Tonkin, de Madagascar et des confins algéro-marocains. Le Tonkin, c’est le laboratoire, le banc d’essai où Gallieni, précédé par le colonel Pennequin et bientôt rejoint par Lyautey, expérimente avec succès la « politique des races » (s’appuyer sur les minorités montagnardes dont on arme les villages pour lutter contre les grandes bandes chinoises et vietnamiennes) et la méthode de la « tache d’huile » (ne pas se limiter à l’ouverture de lignes d’étapes, mais se répandre en surface par l’organisation de marchés, la constructions de dispensaires). À Madagascar, de 1896 à 1905, Gallieni – que Lyautey a suivi – peut appliquer sur une grande échelle les méthodes précédemment testées en Indochine. C’est également l’occasion de les populariser par toute une série de publications, qui érigent en doctrine cette pratique nouvelle de la guerre coloniale : parution, sous la signature de Gallieni, du Rapport d’ensemble sur la pacification, l’organisation et la colonisation de Madagascar (1899), ou encore publication, dans la Revue des Deux Mondes, du célèbre article de Lyautey sur Le rôle colonial de l’Armée (1900). C’est enfin l’épopée d’ Aïn Sefra qui, de 1903 à 1910, conduit Lyautey du Sud-Oranais à la Moulouya, dans une sorte d’irrésistible avancée que la propagande du temps fait mousser à la manière d’un « limes exalté comme une frontière civilisatrice »9.

13Elle a ensuite son lexique. Elle est popularisée, « labellisée » pourrait-on dire, par des formules qui font mouche : « Montrer sa force pour ne pas avoir à s’en servir », « Faites que vos administrés ne tremblent qu’à l’idée de votre départ », etc. Elle a son vocabulaire, lénifiant, émollient, qui désamorce la violence première du fait colonial, médiatise et opacifie l’accès aux réalités de la conquête : « pénétration pacifique », « opérations de police », « pacification »... Ces glissements sémantiques, qui deviendront bientôt des standards de la langue de bois, n’en reflètent pas moins pour l’heure des préoccupations bien réelles.

  • 10 « En somme, toute action politique doit consister à discerner et à mettre à profit les éléments pol (...)

14Deux idées-forces structurent en effet cette conception de la guerre coloniale. En amont, il s’agit d’abord de réduire au maximum les opérations militaires proprement dites, et d’éviter en tout état de cause les lourdes colonnes meurtrières, destructrices et inefficaces. À la fureur guerrière et aux affres de la conquête du Soudan, il faut préférer une violence maîtrisée, calculée, modulée avec expertise selon une graduation toujours plus fine, avec pour idéal, rarement atteint, une utilisation exclusivement dissuasive de la force armée. Cette conception implique tout un travail de préparation politique, qui s’appuie d’abord sur une bonne connaissance topographique et ethnographique de la région à soumettre, d’où le célèbre aphorisme de Gallieni, pour qui « un officier qui a réussi à dresser une carte ethnographique suffisamment exacte du territoire qu’il commande est bien près d’en avoir obtenu la pacification complète... ». Ce travail de préparation culmine ensuite avec l’action dissolvante d’officiers de plus en plus spécialisés dans la recherche et l’exploitation des fissures du bloc adverse10, et passés maîtres dans la manipulation segmentaire des sociétés lignagères. Deuxième idée-force de cette conception de la guerre coloniale, « la guerre créatrice de vie ». Une fois la soumission obtenue, il faut « rendre le terrain réfractaire au pirate » par tout un effort de structuration socio-économique, l’ouverture de pistes, l’organisation de marchés, la création d’écoles et d’infirmeries.

Une manière de couronnement : le SR du Maroc11

  • 11 Mêmes références que pour le paragraphe précédent.
  • 12 D’après K. J. PERK. INS, op. cit., p. 47, 117 (20 %) des 579 officiers passés par le SR du Maroc en (...)
  • 13 Les colonels Simon et Berriau, les deux premiers directeurs du SR du Maroc, sont eux-mêmes des anci (...)
  • 14 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, t. 2, op. cit., p. 39.

15Le Service de Renseignements du Maroc se situe à la croisée de ces deux traditions, soumis d’emblée à la proximité géographique des AI d’Algérie et de Tunisie, et à l’influence, incontournable en ce début de siècle, de la formule de la « guerre coloniale ». Cette rencontre, déjà à l’œuvre dans les confins algéro-marocains entre 1903 et 1910, il appartiendra à Lyautey de l’incarner, et de l’élever à la hauteur d’une synthèse-non exempte, sinon de contradictions, du moins de faux-semblants – dans le cadre de la politique indigène du protectorat marocain. Malgré ses inquiétudes quant à une possible algérisation du Maroc, le premier résident général ne peut se passer de l’expérience des officiers venus d’Algérie et de Tunisie. Depuis 1907 du reste, ceux-ci ont déjà procédé par eux-mêmes à la consolidation de la vaste tête de pont de la Chaouïa. Même si l’auto-recrutement finit par s’instaurer12, les AI d’Algérie et de Tunisie n’en demeurent pas moins, durant la phase d’organisation du protectorat, le principal bassin de recrutement des officiers affectés au nouveau service13. Quant aux enseignements de la guerre coloniale, telle qu’elle se pratiquait au Tonkin et à Madagascar, ils sont diffusés à la fois par le haut, Lyautey étant lui-même, on l’a vu, l’un des principaux inspirateurs de cette nouvelle façon de faire la guerre ; et par le bas, du fait de l’engagement important des troupes coloniales dans les affaires marocaines : elles représentent ainsi 40 % des effectifs engagés en 1912 et encore 26 % de ceux de 1915 ; de même, 10 % des officiers faisant partie du SR en 1913 viennent de la Coloniale14.

  • 15 Consul de S.M. auprès du Khédive de 1883 à 1907.
  • 16 Lyautey, Lettres du Tonkin et de Madagascar 1894-1899, cité par Jacques THOBIE et alii, Histoire de (...)

16Cette synthèse, Lyautey l’insère dans le cadre plus large de l’« association », thème qui a alors le vent en poupe parmi les spécialistes et théoriciens de la colonisation, et qui s’oppose à l’assujettissement à la façon algérienne, modèle de plus en plus répulsif à un moment où l’expérience britannique de l’indirect rule, élaborée auprès des États princiers du sous-continent indien, et exportée avec succès dans l’Égypte de Lord Cromer15, sert au contraire de point de référence obligé. Ce n’est pas là une conversion de façade, pour humer l’air du temps, mais une vieille conviction, forgée notamment au contact du gouverneur général de l’Indochine, de Lanessan : « Et voici trois jours qu’il me l’expose, sa politique, avec, je dois le dire, une éloquence et une séduction infinies. Pour te mettre au courant, une fois pour toutes, elle se résume en ceci : faire du protectorat et non de l’administration directe. Au lieu de dissoudre les anciens cadres dirigeants, s’en servir ; gouverner avec le mandarin et non contre le mandarin »16.

  • 17 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 68-70.

17Malgré les résistances au sein même du corps d’occupation français (tentation constante de la « guerre nègre » à la soudanaise, ou de l’administration directe à l’algérienne), et les faux-semblants d’une méthode moins ciselée sur le terrain que dans le discours (une guerre « créatrice de vie » qui tue 100 000 Marocains en trente ans, auxquels s’ajoutent les pertes des troupes françaises estimées à au moins 13 000 morts)17, l’épreuve réussie de la Grande Guerre consacre la fiabilité du Maroc Lyautéen. On sait comment Lyautey fut en mesure de renvoyer en métropole les deux tiers des troupes dont il disposait, sans pour autant abandonner la moindre position face à la résistance marocaine. Alors que Paris lui demandait de se replier sur la côte, Lyautey décide au contraire d’évacuer les troupes de l’hinterland, et de ne conserver que les positions avancées (c’est la fameuse « carapace »), en s’appuyant plus que jamais sur l’action du SR pour contenir la dissidence.

18Ainsi, au lendemain de la Première Guerre mondiale, le SR du Maroc apparaît bien comme le point d’application exemplaire de la tradition des AI et de la « guerre coloniale ». L’efficacité de la méthode lui confère une indéniable légitimité, alors même que ses effectifs ne cessent de gonfler : 194 officiers en 1913, 273 en 1925, pour culminer à près de 300 officiers au milieu des années 1930. Si on y ajoute les 75 officiers des AI d’Algérie et la vingtaine d’officiers servant en Tunisie en 1925, c’est près de 400 officiers spécialisés qui, au milieu des années 1920, tiennent ainsi les confins sahariens et participent à la pacification du Maroc. Quelques années auparavant, l’institution du mandat français en Syrie et au Liban avait ouvert, sur les décombres encore chauds de l’Empire ottoman, un nouveau champ d’application à cette formule des officiers investis de responsabilités politiques et administratives.

Les linéaments d’une Syrie française

Des réseaux consulaires aux « faisceaux communautaires » : le temps des capitulations18

  • 18 Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Paris, 1977, p (...)
  • 19 J. Thobie, op. cit., p. 18-19.

19En germe dans l’alliance politique et militaire négociée entre Soliman le Magnifique et François Ier en 1535, les Capitulations, effectives à partir de l’accord de 1569, jettent les bases juridiques de la présence française dans le Levant. À l’origine, il s’agit d’un acte unilatéral, concédé par le souverain d’un empire au faîte de sa puissance, à une nation alliée, dont les ressortissants bénéficient désormais d’un certain nombre de privilèges commerciaux, fiscaux, religieux, et d’immunités juridiques. Très rapidement étendues aux autres puissances commerciales de l’époque (l’Angleterre dès 1580 et les Provinces-Unies en 1612), renouvelées quasi systématiquement à chaque changement de règne, les Capitulations changent de nature à mesure que l’Empire ottoman s’affaiblit. À cet égard, les innovations introduites en 1740 constituent une étape importante dans l’extension abusive du principe capitulaire : d’une part, la clause de la nation la plus favorisée, explicitement réservée au chapitre commercial mais très rapidement étendue aux droits juridictionnels, s’insère de façon définitive dans ce dispositif ; d’autre part, le principe de la perpétuité des Capitulations est admis, faisant disparaître « le caractère personnel et provisoire de l’acte ainsi accordé »19.

  • 20 Drogman : c’est le terme par lequel on désignait les interprètes dans l’Empire.
  • 21 Bernard LEWIS, Islam et laïcité. La naissance de la Turquie moderne, Paris, 1988, p. 398.
  • 22 J. Thobie, op. cit., p. 20-21. Il s’agit notamment de l’article 32 du traité de Paris de 1856 et de (...)

20Sur cette base juridique singulièrement élargie, les ambassades et consulats vont se doter de puissantes clientèles locales, qui vont en quelque sorte irradier dans tout le corps ottoman. Recrutés au sein des communautés juives, arméniennes, grecques et chrétiennes orientales en général, qui jouent un rôle majeur en tant qu’intermédiaires marchands (le commerce des Échelles) et politiques (secrétaires, drogmans 20), ces réseaux clientélisés sont dans une large mesure soustraits à l’autorité impériale : par le biais des barāt, brevets de protection abusivement accordés par les consuls, ce monde des « protégés »– ou « barataires »– jouit en effet de la plupart des privilèges et immunités initialement prévus pour les seuls Européens : « Les capitulations, jadis concédées avec une condescendance quasi méprisante, s’étaient progressivement transformées en un système de privilèges et d’immunités extra-territoriaux »21. Au cours du siècle suivant, les dispositions capitulaires seront finalement intégrées dans les grands textes diplomatiques qui jalonnent l’histoire de la question d’Orient, parachevant une évolution qui a définitivement « transformé en contrats définitifs les concessions que la Turquie avait jadis accordées à titre précaire. Les privilèges d’autrefois sont devenus des droits »22.

  • 23 C’est précisément à cette époque que le terme de millet en vient à désigner spécifiquement, dans la (...)
  • 24 À cet égard, l’intervention de 1860 marque une étape importante dans la territorialisation de l’inf (...)

21Dans le même temps, les réseaux clientélistes des consulats s’élargissent en de véritables « faisceaux communautaires », sous le double effet d’un vigoureux effort missionnaire d’encadrement éducatif et culturel des communautés chrétiennes, sensible notamment à partir des années 1840 en ce qui concerne les missions catholiques, et de l’évolution interne des millet 23, au sein desquels la montée de nouvelles couches, enrichies et éduquées au contact de l’Occident, vient quelque peu bousculer un ordonnancement traditionnellement dominé par les clergés. Sous l’effet de ces mouvements de fond, les traditionnelles filières d’ingérence économique et juridique se muent en un véritable système d’influence culturel et politique, désormais appuyé sur les bases élargies de l’affirmation communautaire. 11 est vrai que dans cette mutation des relais d’influence de l’Occident dans l’Empire, la France, du fait des relations privilégiées qu’elle entretient avec les Maronites, communauté montagnarde compacte dont le dynamisme démographique déborde désormais sur Beyrouth et rebondit dans l’immigration, est en quelque sorte poussée plus avant sur la pente de la territorialisation24. Mais pour l’heure, le maintien des équilibres géopolitiques de la question d’Orient, milite encore en faveur du statu quo. En cette fin de XIXe siècle, le développement des intérêts économiques européens, facteur désormais essentiel dans les relations internationales, s’accommode encore fort bien, il est vrai, de cette intégrité formelle de l’Empire ottoman.

De l’intégrité au partage de l’Empire : le temps des impérialismes

  • 25 L’ouvrage de référence est bien entendu la thèse de Jacques Thobie.

22Amorcé au milieu du XIXe siècle, le processus de dépendance financière dans lequel va sombrer l’Empire ottoman, prend un tour décisif lors de la banqueroute de 1876, et l’institution consécutive d’une Administration de la Dette publique ottomane (décret de Muharrem de 1881), qui perçoit et administre directement un ensemble de revenus représentant 25 à 30 % des ressources de l’Empire25. En sécurisant le marché ottoman, cette mise sous tutelle des finances de l’Empire favorise par ailleurs une vigoureuse intervention économique aux allures de rush : milieux d’affaires et entrepreneurs des puissances industrielles multiplient alors les investissements directs dans des entreprises de plus en plus importantes, notamment dans les secteurs porteurs tels que les communications (chemins de fer, ports, routes...), les services urbains (gaz, électricité, tramways...) ou l’exploitation des richesses minières.

23Au tournant du siècle, de puissants groupes nationaux ont fini par se constituer, dont les intérêts devenus mitoyens doivent, ou bien s’associer, ou au contraire se concentrer dans des aires d’intervention mutuellement reconnues. À cet égard, les années 1903-1910 voient l’échec des tentatives d’association financière internationale (que symbolise l’abstention française dans l’affaire du Bagdadbahri), alors qu’à l’inverse, l’agglomération nationale du capital se confirme, favorisée, au moins en France, par l’importance du relais étatique dans la constitution d’un capital financier encore insuffisamment stabilisé du point de vue structurel. Les affaires ottomanes, comme le Maroc au même moment, représentent ainsi une étape importante dans la structuration du « triptyque finance-industrie-diplomatie », et dans les mutations de l’instrument de politique étrangère de la IIIe République.

  • 26 C’est-à-dire le groupe financier articulé autour de la Banque impériale ottomane, établissement fon (...)

24De fait, appuyé sur les disponibilités du marché parisien, le front commun de l’Ottomane26 et du gouvernement français représente un atout de choix à l’heure où le partage de l’Empire ottoman en zones d’influence est définitivement amorcé. Au terme de longues et complexes négociations franco-ottomanes, s’inscrivant elles-mêmes dans un ensemble de onze accords chaînés où tous les gouvernements et groupes financiers intéressés à la question de l’Empire sont représentés, l’accord signé le 9 avril 1914, qui ouvre la voie au lancement de la première tranche d’un grand emprunt de consolidation (emprunt 5 % 1914), représente un incontestable succès pour l’impérialisme français. Outre le maintien des Capitulations et le développement de ses écoles et œuvres d’assistance, la France bénéficie en effet de vastes territoires réservés à son action économique :

  • l’Anatolie nord-occidentale, définie par le réseau du Smyrne (Izmir)

  • Cassaba et la ligne Mudanya-Brousse (Bursa) ;

  • l’Anatolie du nord, comprenant la zone des concessions du vaste réseau de la mer Noire et le bassin houiller d’Héraclée (Ereğli) ;

  • La Syrie, au sens large du terme, où les entreprises à capitaux français sont particulièrement nombreuses.

25En dépit des positions officielles des puissances européennes, l’intégrité de l’Empire ottoman n’est plus cet incontournable credo géopolitique qui avait dominé la question d’Orient au siècle précédent. Son partage en zones d’influence préfigure bien un démembrement territorial, désormais inscrit dans la logique des impérialismes concurrents. Anticiper l’événement tout en différant les aléas d’une compétition que l’on sait à haut risque, tel est le sens du dispositif négocié à la veille de la guerre, et qui, dans l’esprit de tous, ne fait que refléter un équilibre instable, un rapport de force à un moment donné. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale amplifie les possibilités de reclassement et précipite le retournement de principe de la question d’Orient.

La difficile définition d’une politique syrienne pendant la Grande Guerre

  • 27 Jacques Thobie, « Moyen-Orient et relations internationales au XXe siècle », avant-propos au numéro (...)
  • 28 Vincent CLOAREC, La France et la question de Syrie. 1914-1918, Paris, 1998. Voir aussi Christopher (...)
  • 29 Sur la problématique du « groupe dirigeant », voir Jean-Claude Allain, « Le groupe dirigeant dans l (...)

26« L’étude de l’installation des mandats, considérée à partir des intérêts eux-mêmes, reste pour l’essentiel à faire »27. Ce constat, qui date de la fin des années 1970, reste malheureusement d’actualité. Si l’on connaît de façon toujours plus précise les complexes méandres diplomatiques qui conduisent, après-guerre, à l’instauration du mandat français en Syrie et au Liban, force est bien de constater que les intérêts économiques et financiers surtout, culturels dans une moindre mesure, ne sont guère associés encore à la réflexion historique dans ce domaine de la recherche28. En revanche, on commence à mieux connaître ces « groupes péri-décisionnels », au sein desquels affleurent et se résolvent tant bien que mal les orientations des divers groupements intéressés à la question29.

  • 30 Opérationnelle au moins depuis mars 1912. Sur cette commission cf. J. Thobie, op. cit., p. 710-712  (...)
  • 31 J. Thobie, op. cit., p. 709. En décembre 1912, Sir Edward Grey, secrétaire d’État au Foreign Office(...)

27L’effort de définition d’une politique syrienne par les instances gouvernementales de la IIIe République commence sans doute à la veille de la Grande Guerre, avec la création, au sein du Quai d’Orsay, d’une Commission des affaires syriennes, cellule chargée de réfléchir aux moyens d’action susceptibles d’être déployés dans la région30. Dans un contexte de crypto-démembrement de l’Empire, confirmé à la fin 1912 par la proclamation officielle de l’abstention britannique31, il s’agit entre autres de coller au mouvement de réforme qui agite les élites syro-libanaises du temps, baignées d’idéologie décentralisatrice en réaction à la politique jeune-turque de Constantinople. À cet égard, la commission va naturellement suivre de près l’organisation et les débats du Congrès arabe syrien, qui se tient à Paris, en juin 1913. Mais ces quelques prémices sont vite étouffés par les enjeux globaux et prioritaires du maintien de l’Empire, à l’heure où vont s’ouvrir de difficiles négociations sur les conditions d’un nouvel emprunt.

28Cette commission nous intéresse néanmoins, en ce sens qu’elle préconise une recomposition du système clientéliste de la France en Syrie, en l’élargissant au-delà des traditionnels relais chrétiens, maronites et grecs catholiques notamment, pour y intégrer, au moins en partie, certaines franges d’une « communauté arabe » identifiée comme musulmane. Dans cette optique, la commission recommande la clientélisation de certains notables musulmans, et la multiplication des contacts avec les Alaouites, les Ismaéliens, ou encore les Chiites. Comme le souligne Vincent Cloarec, elle reste en cela prisonnière d’une vision des sociétés orientales informée par le prisme de la « civilisation du Levant », cette façon, héritée des traditions capitulaires, de lire les réalités politiques de l’Orient arabe en termes confessionnels et de minorité. Quoi qu’il en soit, dans l’éventualité d’un abandon définitif de la politique préservatrice de l’Empire, une politique protectrice des communautés, susceptible d’étendre ses ramifications dans l’intérieur syrien, est désormais en cours d’élaboration. Négatrice dans ses fondements même d’une réalité nationale transconfessionnelle, cette politique est naturellement grosse de désillusions futures. Mais sur le moment, elle bénéficie des vents favorables de la conjoncture diplomatique du temps de guerre.

  • 32 Accords anglo-franco-russes de mars et avril 1915, reconnaissant Constantinople et les Détroits à l (...)

29Présentées avec force au cours du premier semestre 1915, les revendications russes, mais aussi italiennes32, conduisent Français et Anglais à définir, et si possible à harmoniser leurs propres desiderata, et accélèrent par contrecoup la cristallisation syrienne de la politique orientale de la France. A partir de 1915, les groupes de pression intéressés à la question s’activent avec le soutien des chambres de commerce de Lyon et de Marseille, tandis que dans les milieux parlementaires, Étienne Flandin et Georges Leygues se font les promoteurs influents de cette politique.

  • 33 Cité par C. ANDREW et A. S. Kanya-Forstner, art. oit., p. 268.

30Dans le même temps, les points de fixation des milieux « syrianistes » dans l’appareil décisionnel se développent. Si à Constantinople, Bompard reste naturellement fidèle à une conception globale et ottomane des affaires orientales, les représentants diplomatiques en poste en Syrie et en Égypte (notamment François Georges-Picot, au consulat général de Beyrouth) se font les ardents défenseurs du redéploiement syrien de la politique française. De même, dans les services centraux, la création du Bureau de la presse du Quai d’Orsay, offre à Robert de Caix, personnalité importante du parti colonial et du Comité de l’Asie française, un poste d’observation et un cadre d’action privilégiés. Fort de ces atouts, en phase avec la conjoncture diplomatique du moment, le part syrien devient vite incontournable. Lorsqu’en octobre 1915, Georges-Picot est significativement dépêché à Londres pour y mener les négociations franco-britanniques sur la Syrie, Bompard lui confiera, un brin désabusé : « Vos Syriens et vous avez soulevé l’opinion. Elle vous est désormais acquise et force nous sera d’ajouter cette possession aux terres trop nombreuses que nous contrôlons »33.

  • 34 Devenu secrétaire général du haut-commissariat français au Levant, il s’exprimera en ces termes dan (...)
  • 35 Le Congrès français de la Syrie, qui se tient à Marseille en janvier 1919, reprend cette double réf (...)

31À l’heure où s’affirment les revendications françaises sur la Syrie, un certain nombre d’initiatives sont prises afin de préciser le contenu politique que l’on entend donner à cette domination. Au début de l’année 1916, Louis Marin, personnalité importante du groupe colonial à la Chambre des députés, crée, dans le cadre de la Société de géographie, une commission appelée à se prononcer sur les buts de guerre de la France. Les débats portant sur les affaires syriennes sont riches d’enseignements. On y trouve en effet exprimés, par la voix de Robert de Caix, les grands principes qui allaient plus tard présider à l’organisation politique et administrative des futurs États du Levant sous mandat français : la Syrie est un « agrégat de municipes », qui appelle une division politique ayant pour base des « entités cohérentes » tels que le Mont-Liban, la montagne alaouite, Damas et Alep. Entre ces divers groupements, la France jouera le rôle d’arbitre et de lien fédérateur. Quel est le sens profond de cette vision en quelque sorte cantonale de l’organisation politique syro-libanaise selon Robert de Caix34 ? Entre l’affranchissement douloureux et inachevé de l’héritage capitulaire, et le pari pas tout à fait osé d’une construction étatique, le futur secrétaire général du haut-commissariat dessine en fait une impossible synthèse, entre le « protectorat d’ancien régime », engagé depuis la fin du XIXe siècle sur la voie du territoire communautaire, et le « protectorat de type colonial » qui, au Maroc ou en Égypte, réforme, structure, en un mot sécrète l’État du XXe siècle35. Mais à ces visions panoramiques, les tenants d’une Syrie française n’ont guère le loisir de s’abandonner, car sur le terrain, l’offensive britannique militaro-diplomatique détermine en effet un ordre de priorités résolument défensives, au sein duquel le projet politique est singulièrement étouffé.

L’ajustement des ambitions concurrentes

Dans le vif d’une conjoncture glissante : la Grande-Bretagne en position de force

3211 ne saurait être question de présenter ici une chronologie fine et une analyse fouillée des divers accords diplomatiques qui se succèdent durant la guerre, au gré de l’évolution des rapports de force sur le terrain moyen-oriental et des grandes inflexions de la politique internationale. On se contentera d’une prise de vue panoramique, permettant de bien saisir les lignes de force et les règles d’un jeu diplomatique en perpétuelle recomposition. Pour naviguer dans ces conjonctures courtes de la Grande Guerre, il convient d’abord de garder à l’esprit cette réalité première : la Grande-Bretagne se situe bien au cœur du dispositif diplomatique. Au départ, le levier le plus massif, et par conséquent le moins maniable de ce dispositif, concerne les relations avec la France, dont on sait qu’elle fait désormais de la question syrienne une priorité de sa politique orientale. Amorcées à l’automne 1915, les négociations franco-britanniques débouchent, au mois de mai 1916, sur un échange de lettres Grey-Cambon, qui entérine en fait les conclusions d’un mémorandum Sykes / Georges-Picot, rédigé au mois de janvier précédent. Les deux puissances s’entendent sur un projet de partage de la région, qu’elles cartographient et organisent de la manière suivante : chacune d’entre elles disposera d’une zone d’administration, éventuellement directe si elles le souhaitent, désignée dans l’accord par une couleur, et d’une zone d’influence, désignée par une lettre, où elles auront la priorité de l’exploitation économique et financière, ainsi que le monopole de l’encadrement politique et administratif de l’État ou de la confédération d’États arabes qui y sera créée. Enfin, un régime d’administration internationale est prévu en Palestine, dans une zone dite brune.

Conception cartographique : Jean-David MIZRAHI (2000)

  • 36 Haut-commissaire en Égypte depuis la proclamation unilatérale de protectorat le 18 décembre 1914, e (...)
  • 37 Depuis le Protocole de Damas, négocié en mars 1915, et signé au mois de mai suivant. Créée à Paris (...)
  • 38 Yves Besson, Ibn Sacûd Roi bédouin. La naissance du royaume d’Arabie Saoudite, Lausanne, 1980, p. 1 (...)

33Moins contraignante pour l’Angleterre, l’entente avec les Hachémites du Hedjaz prend la forme, juridiquement incertaine, d’une correspondance échangée entre le chérif de La Mecque Husayn, et le haut-commissaire britannique au Caire, Sir Henry Mac-Mahon36. Pour le chef de la famille hachémite, en contact avec les nationalistes damascènes d’al-Fatāt par le biais de son fds Faysal37, il s’agit de monnayer un soulèvement contre les Turcs, en échange de la reconnaissance, par l’Angleterre, de l’indépendance des régions arabes soumises à l’Empire. De son côté, Londres trouve là un appui militaire intéressant sur le front moyen-oriental, et se ménage pour l’avenir un régime préférentiel dans toutes les entreprises économiques, ainsi que dans la future administration de ces régions. Lorsque la correspondance se clôt sur ces principes, un certain nombre de zones d’ombre demeurent néanmoins. La première a trait aux « aménagements administratifs spéciaux » dont doivent bénéficier les vilayets de Bagdad et Bassora, eu égard à l’importance des intérêts britanniques dans la région. Le flou d’appellation ménage ici la compatibilité avec la zone d’administration directe (zone rouge) prévue par les accords Sykes-Picot, qui sont négociés au même moment. Quant au littoral syrien, il ne s’agit plus ici d’ambiguïté, mais d’un contentieux laissé en suspens. Engagée vis-à-vis de la France (de la déclaration de décembre 1912 à la définition de la zone bleue des accords Sykes-Picot), la Grande-Bretagne, par la voix de son représentant au Caire, ne peut considérer cette région « comme purement arabe », et s’attache en conséquence à l’exclure du cadre de l’accord. En dépit de la persistance de ces zones d’ombre et points de désaccord importants, ces lettres scellent l’alliance avec les Arabes et débouchent, en juin 1916, sur la proclamation de la révolte par le chérif Husayn. Un coup d’œil oblique sur le traité négocié au même moment entre Sir Percy Cox, résident britannique pour le golfe Persique, et Ibn Sacud, l’émir du Najd et du Hasa, permet de bien saisir la position de force de l’Angleterre dans ses rapports avec le chérif de La Mecque : comme l’écrit Yves Besson, alors que « le chérif s’engagea sans traité, Ibn Sacud obtint un traité mais ne s’engagea pas »38.

34Mais c’est naturellement sur le terrain militaire que se dessine l’évolution immédiatement perceptible d’un rapport de force extrêmement favorable à la Grande-Bretagne. Sous la houlette du Foreign Office, les Anglais organisent en Égypte une puissante plate-forme logistique et militaire forte de 275 000 hommes, qui transforme le pays en un vaste réservoir de main d’œuvre et de matières premières (création par exemple de l’Egyptian Labour Corps et du Camel Transport Corps). Pour les troupes anglo-impériales, il s’agit d’abord de contenir les deux grandes offensives turques déclenchées à partir du Sinaï (février 1915 et août 1916). Une fois préservée la sécurité du canal de Suez, l’état-major du Caire envisage la rupture du front turc, et prépare à cet effet une vaste offensive sur la Palestine. C’est ce programme que Sir Edmund Allenby se fait fort d’appliquer, lorsqu’il prend le commandement de l’Egyptian Expeditionary Force en juin 1917.

  • 39 Jean-David Mizrahi, « De la “petite guerre” à la Guerre d’indépendance : pratique et expertise de l (...)

35À cette date, la conjoncture militaire est particulièrement favorable. En Mésopotamie, l’occupation de Bagdad, le 11 mars 1917, rétablit une situation passablement compromise par la capitulation, l’année précédente, du général Towshend, à Kut al-Amara (23 avril 1916). Sur les confins égyptiens, la politique arabe impulsée par une remarquable équipe d’experts arabisants, conduite par le chef des services de renseignements militaires, Gilbert Clayton, et où se mêlent officiers de carrière, orientalistes et archéologues, connaît ses premiers grands succès. À l’Ouest, elle neutralise la Sanāsiyya en jouant des rivalités de clans (pacte d’Acroma de juillet 1917)39. Dans la péninsule Arabique, la guérilla périphérique chérifienne qui, depuis l’année précédente, immobilisait les garnisons turques du chemin de fer de Médine, devient avec la prise d’Akaba, le 6 juillet 1917, un élément à part entière du dispositif offensif organisé par Allenby. Détaché depuis octobre 1916 auprès de Faysal, T.E. Lawrence, promu pour l’occasion major, se voit confier la direction opérationnelle du flanc droit de la vaste offensive qui s’annonce en Palestine.

36Celle-ci s’opère en trois temps. La rupture du front palestinien intervient le 7 novembre 1917. Un mois plus tard, le 9 décembre, le général Allenby fait son entrée à Jérusalem. La progression des troupes anglo-impériales se poursuit jusqu’en mars 1918, date à laquelle elles atteignent le Jourdain dans la région de Salt. Au cours du printemps et de l’été 1918, l’offensive britannique marque une pause, rendue nécessaire par l’évolution de la situation sur le front français. Les derniers coups de boutoir allemands sur la Somme, le 21 mars, à la charnière des armées françaises et britanniques, puis dans le secteur anglais des Flandres au début du mois d’avril, provoquent le transfert d’importants effectifs du Moyen-Orient vers la France. Cependant, l’échec de l’ultime offensive allemande sur la Marne, en juillet 1918, ainsi que l’arrivée massive des soldats américains sur le sol français, engagent définitivement les forces alliées, de ce côté-ci de la guerre, sur le « plan incliné de la victoire ». Les opérations peuvent donc reprendre sur les fronts périphériques, que ce soit dans les Balkans à partir de Salonique (percée du front bulgare le 15 septembre 1918), ou en Palestine quatre jours plus tard. Les troupes britanniques, flanquées sur leur droite des contingents arabes de Faysal, bousculent les résistances turques et pénètrent dans Damas le 1er octobre 1918. Elles atteignent Alep le 25 octobre et, tandis que l’armistice de Moudros du 30 octobre consacre la défaite de l’armée turque, poursuivent méthodiquement leur remontée vers le nord en occupant la Cilicie et une partie de l’Arménie.

Une présence militaire française largement en retrait40

  • 40 Sami Rihana, Aux origines de l’armée libanaise contemporaine, 79/6-/946, Thèse de doctorat, Paris I (...)

37La politique de la France dans cette région ne dispose pas, loin s’en faut, des mêmes atouts militaires. Dans les dernières années de la guerre, l’armée française entretient sur le théâtre moyen-oriental un dispositif éclaté, dont le centre de gravité se situe à Port-Saïd, à la fois port d’attache de la Division navale de Syrie (DNS) depuis février 1915, et plate-forme logistique des principaux détachements français présents dans la région. Placée sous les ordres du contre-amiral Verney depuis mars 1917, la DNS assure l’essentiel du blocus des côtes syriennes, mène la guerre sous-marine, et participe aux différentes offensives qui rythment la campagne de Palestine. Depuis l’été 1915, elle occupe également l’île d’Arwad, située à trois kilomètres des côtes syriennes, face à Tartus, et en a fait un poste avancé placé sous l’autorité du lieutenant de vaisseau Trabaud, nommé gouverneur de l’île. Elle intervient également de façon décisive dans le support logistique (transport des unités, ravitaillement) des troupes terrestres françaises.

38Celles-ci ont pour noyau le Détachement français de Palestine (DFP), créé au début de l’année 1917, et débarqué à Port-Saïd au mois d’avril de la même année. Placé sous le commandement du colonel de Piépape, ancien officier de l’état-major du corps expéditionnaire des Dardanelles, le DFP ne dispose alors que de 2 500 hommes au maximum. Cette présence, à défaut de peser militairement, revêt une signification politique : le débarquement du DFP accompagne en fait la nomination de François Georges-Picot comme haut-commissaire en Palestine-Syrie, le 9 avril 1917.

39Deux autres éléments gravitent autour du DFP. La mission militaire du Hedjaz d’abord, créée en août 1916, et confiée au colonel Brémond et à son adjoint, le commandant Cousse. Au lendemain du déclenchement de la révolte arabe, il s’agissait d’établir un contact direct entre Français et Chérifiens. Au début de 1917, la mission s’installe à al-Wajh, sur les bords de la mer Rouge, et est rejointe au mois d’août par un petit détachement de tirailleurs nord-africains. Sous le commandement du lieutenant Pisani, ces hommes participeront, aux côtés des contingents de l’émir Faysal, à de multiples escarmouches contre les garnisons turques du chemin de fer du Hedjaz. Mais l’influence grandissante de T.E. Lawrence, qui impose une stratégie militaire ayant la Syrie pour horizon politique, va quelque peu marginaliser le rôle des officiers français. À l’inverse de cette mission en quelque sorte périphérique, que la France entretient au Hedjaz, la Légion d’Orient qu’elle organise sur l’île de Chypre a pour vocation d’intégrer à terme le DFP. C’est en novembre 1916 que cette troupe est officiellement créée, sous les ordres du lieutenant-colonel Romieu. Elle est essentiellement composée d’Arméniens, réfugiés ou prisonniers de guerre échappés de l’Empire, ou volontaires issus de l’émigration. Rassemblée et entraînée sur l’île de Chypre, la Légion d’Orient sera finalement transférée en Égypte par les soins de la DNS. Elle constitue dès lors une composante à part entière du DFP.

  • 41 G. Khoury, op. cit., p. 106.

40Néanmoins, la disproportion des forces militaires engagées sur le terrain reste telle, que l’offensive anglaise de novembre 1917, et l’organisation consécutive d’un régime d’occupation militaire en Palestine laissent très largement les représentants français sur la touche, aussi bien dans les domaines administratif que politique. Conscient des graves dangers que cette abstention fait peser sur les intérêts français dans la région, le Comité de l’Asie française, par le biais de Robert de Caix, travaille le Quai d’Orsay pour qu’il obtienne de Clemenceau, président du Conseil et ministre de la Guerre depuis l’automne 1917, un renforcement des troupes françaises de Palestine41. Ce vœu est en partie exaucé et, en mars 1918, les troupes françaises basées en Palestine, devenues pour l’occasion Détachement français de Palestine-Syrie (DFPS), comptent désormais 6 200 hommes. Mais le déclenchement, sur le front français, de la bataille défensive de mars-juillet 1918, interdit tout nouvel apport. La présence militaire de la France est de la sorte maintenue dans une situation de précarité, peu compatible avec le rôle que les milieux syrianistes de métropole entendent lui faire jouer, incompatible en tout cas avec les responsabilités que les accords diplomatiques lui ont assignées. L’heure semble avoir sonné d’un ajustement des ambitions politiques aux moyens réellement déployés.

L’administration militaire provisoire et la création des Services Administratifs du Levant42

  • 42 Général Du Hays, Les armées françaises an Levant, t. 1, L’occupation française en Syrie et en Cilic (...)
  • 43 En décembre 1918, il sera remplacé par l’intendant militaire Copin.

41Au lendemain du retrait turc, le général Allenby, commandant en chef les troupes interalliées en Palestine-Syrie, organise les « Territoires ennemis occupés » (TEO) en trois secteurs d’administration militaire : un secteur sud (Palestine) sous administration britannique, un secteur est (de Karak, à l’est de la mer Morte, jusqu’à Alep) sous administration arabe, et un secteur nord (de Saint-Jean d’Acre à Alexandrette) administré par des officiers français, et placé sous l’autorité du lieutenant-colonel de Piépape, nommé « administrateur en chef » de la zone43. L’ensemble du dispositif est piloté par Allenby en personne, sous la responsabilité duquel les trois administrateurs en chef sont directement placés, sans aucune médiation officielle, dans le cas français, du haut-commissaire Georges-Picot. Au mois de janvier 1919, l’avancée des troupes britanniques en territoire turc conduit à l’aménagement d’un quatrième secteur, correspondant en gros à la Cilicie et à la région Marash-cAyntab, et qui prend dès lors le nom de TEO-Nord (le secteur littoral syro-libanais devenant TEO-Ouest). Conformément aux accords de 1916, ce dernier secteur est également placé sous la responsabilité administrative d’un responsable français, le colonel Brémond, dans les mêmes conditions de subordination politique.

  • 44 SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu cité, p. 7-8.

42Sur le plan militaire, infériorité numérique et subordination hiérarchique se confirment. Les maigres effectifs du DFPS, commandé depuis le mois d’octobre 1918 par le général Hamelin, sont littéralement noyés dans le dispositif militaire britannique. Au cours de l’année 1919, de nouvelles dotations sont pourtant accordées aux Troupes françaises du Levant (nouvelle appellation depuis le mois de janvier) : entre février et avril, le 415e RI débarque ainsi à Beyrouth et se déploie dans tout le Liban côtier ; entre mai et août 1919, c’est au tour du 412e RI de débarquer à Alexandrette et à Mersin, pour prendre position en Cilicie. Au total, les TFL passent de 10 500 hommes environ au début de l’année, à près de 15 000 en septembre 1919, au moment où la relève des troupes britanniques est décidée. Mais cet effort, trop limité encore, ne suffit pas à sortir les troupes françaises de l’étroite dépendance opérationnelle dans laquelle elles se trouvent plongées : entre le Sinaï et les premiers contreforts du Taurus, la Grande-Bretagne entretient plus de 100 000 hommes. Ainsi que le souligne un rapport du colonel Auroux, les TFL sont en fait rattachées au corps d’occupation britannique, « dont elles forment, pour ainsi dire, une brigade. Le général Hamelin a des ordres stricts pour ne déplacer aucune troupe, et à plus forte raison n’exécuter aucune opération de police sans en demander l’autorisation à son chef hiérarchique »44.

43Le schéma à suivre visualise le régime d’administration militaire provisoire sous commandement britannique, tel qu’il se met en place et fonctionne entre octobre 1918 et octobre 1919. Ce schéma appelle deux remarques. Il souligne d’abord l’existence de deux hiérarchies parallèles, qui ne se recoupent finalement qu’en leur sommet, au niveau du staff d’Allenby. Ce cloisonnement très strict, surveillé de près par l’autorité britannique, a bien entendu une portée politique. Il paralyse l’action des responsables français sur le terrain, et la maintient dans les limites d’un contrôle anglais sans faille. Le général Hamelin est ainsi tenu éloigné de toute décision administrative, et a fortiori politique, tandis que l’administrateur en chef de la zone française ne peut actionner directement aucune troupe française, et doit donc constamment s’en remettre, pour appuyer son action, au relais britannique.

44La position faite au haut-commissaire, François Georges-Picot, n’est pas de nature à compenser les défaillances induites par ce fonctionnement en quelque sorte cloisonné de la zone d’administration française. En tant que chief political adviser d’Allenby, le haut-commissaire français n’est en fait intégré à aucune des deux hiérarchies, administrative et militaire, qui font la politique du moment. Son inimitié avec le général Hamelin, qu’attise sans doute le spectacle de leur impuissance commune, ne fait que renforcer cet isolement. C’est donc dans des circonstances particulièrement difficiles, qu’allaient être progressivement organisés les Services Administratifs du Levant (SAL), ouvrant malgré tout, sur les côtes de Syrie et du Liban, un nouveau champ d’application, en principe provisoire, à la formule des officiers investis de responsabilités politiques et administratives.

  • 45 Le « Petit Liban » était administré par un mutasarrif chrétien, mais étranger à la Montagne, releva (...)

45La carte et l’organigramme (p. 37-38) visualisent le profil institutionnel des SAL. L’organisation territoriale de l’institution épouse très largement le maillage administratif ottoman. Les TEO-Ouest recouvrent d’abord l’ancien Mont-Liban, qui fonctionnait depuis 1861 dans le cadre de la mutaṣarrifiyya, régime d’autonomie accordé par la Sublime Porte, sous la pression des puissances européennes, pour tenter de désamorcer les tensions confessionnelles qui venaient d’ensanglanter la montagne45. La création de ce « Petit Liban » avait par ailleurs conduit à l’éclatement territorial du vilayet de Beyrouth en trois secteurs qui, en 1918, passent également en grande partie sous contrôle français :

  • le municipe de Beyrouth, enclavé sur sa façade terrestre dans le territoire autonome de la montagne libanaise ;

  • au nord, les sandjaks de Tripoli et de Lattaquié, auxquels les Français vont provisoirement rattacher le caza de Jisr al-Shughur (vilayet d’Alep) ;

  • au sud, le sandjak de Sayda, rattaché à la zone d’administration française, et les sandjaks d’Acre, de Balqa’ et de Jérusalem qui, en 1918, passent au contraire sous administration britannique.

Le régime d’administration militaire provisoire des TEO (octobre 1918-octobre 1919)

Le régime d’administration militaire provisoire des TEO (octobre 1918-octobre 1919)

46En remontant vers le nord enfin, un sandjak autonome d’Alexandrette, inclus dans la zone Ouest, est constitué à partir des cazas côtiers de l’ancien vilayet d’Alep (Alexandrette, Antioche et Harim), tandis qu’en Cilicie (ancien vilayet d’Adana), l’administration française des TEO-Nord s’organise à partir d’Adana, et tente de rayonner sur la plaine (Mersin, Tarsus) et les premiers contreforts du Taurus (Kozan) et de l’Amanus (Osmaniye).

47Ainsi constitués, les SAL regroupent une cinquantaine d’officiers en janvier 1919 (dont huit pour la Cilicie), et se stabilisent à hauteur de 90 officiers environ en juillet de la même année (dont 25 pour la Cilicie). Dans l’urgence des premières semaines d’occupation, le DFPS constitue naturellement le principal vivier des officiers détachés aux SAL. Mais dès le début, on organise également le transfert vers la Syrie d’un certain nombre de spécialistes, formés notamment à l’école des AI d’Afrique du Nord. Parmi ces officiers, faisant l’objet, dès octobre 1918, d’une procédure d’affectation au Levant, on retrouve le commandant Canonge du SR du Maroc, ou encore le lieutenant-colonel Niéger, un saharien de l’équipe de Laperrine.

  • 46 SHAT, 7N 4177, Note sur le statut provisoire du personnel des services spéciaux du Levant, octobre  (...)
  • 47 SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu cité, p. 26.

48À l’automne 1919, c’est-à-dire à la veille de la relève des troupes britanniques par les forces françaises, deux questions se posent quant à l’avenir des SAL. Une question de statut d’abord. Les SAL n’étaient qu’une création pragmatique, organisée dans l’urgence des débuts de l’occupation, et structurée au coup par coup, à mesure des nouvelles affectations. De fait, aucun texte organique ne venait asseoir une institution développée dans le cadre d’un régime d’administration provisoire. Pourtant, l’ampleur de la tâche d’un côté, et la nécessité d’attirer des spécialistes hautement qualifiés de l’autre, devaient nécessairement conduire les responsables des affaires syriennes à envisager la création d’un véritable corps spécialisé. Dès le début de l’occupation, une note du ministère des AE allait dans ce sens : « Sans qu’il soit possible actuellement de déterminer exactement le nombre d’officiers qui sera nécessaire, on peut estimer d’ailleurs d’après l’étendue des zones dévolues à l’influence française, qu’il sera assez important pour justifier la création d’un service spécial »46. Ce que le colonel Auroux, de retour d’une mission en Syrie, résume d’une phrase en juillet 1919 : « L’administration syrienne devra être une “carrière” »47. En 1919, les SAL se présentent bien comme une administration militaire certes provisoire, mais prête à se pérenniser en cas de blocage du processus d’institutionnalisation du mandat.

Organisation territoriale des Services Administratifs du Levant (octobre 1918-juillet 1920)

Organisation territoriale des Services Administratifs du Levant (octobre 1918-juillet 1920)

Organigramme des Services Administratifs du Levant (octobre 1918-juillet 1920)

Organigramme des Services Administratifs du Levant (octobre 1918-juillet 1920)
  • 48 SHAT, 7N 4177, Président du Conseil à A.E., 14. X.1918.

49Mais sur le moment, c’est surtout une question de doctrine qui paraît agiter les responsables de la zone d’administration française. Pendant toute cette période, les SAL vont être l’objet d’un conflit de compétence, qui va d’ailleurs très vite dégénérer en rivalité personnelle, entre le général Hamelin et le haut-commissaire Georges-Picot, chacun se disputant le contrôle de l’institution. Le premier, soutenu par sa hiérarchie, n’accepte pas de se voir écarté de toutes les questions administratives, alors même que ses troupes fournissent une bonne part du personnel des SAL. Dès le mois d’octobre 1918, le ministère de la Guerre proteste contre un projet d’organisation présenté par les AE, et dans lequel aucune place n’est faite au commandant du DFPS : « Toutefois j’estime, par modification aux suggestions contenues dans votre dépêche précitée, que pendant la période d’occupation militaire, c’est-à-dire jusqu’à nouvel ordre, le commandement des troupes ne saurait être tenu à l’écart de l’administration du pays. Cette manière d’opérer serait en désaccord avec les enseignements résultant de toutes nos conquêtes coloniales et risquerait d’amener des difficultés et des froissements »48.

  • 49 SHAT, 7N 4177, A.E. à Président du Conseil, 18. X.1918.

50En guise de réponse, le ministère des AE a beau jeu d’asséner cette vérité première : « Me référant aux observations contenues dans cette lettre, je crois devoir appeler toute votre attention sur les conséquences résultant du fait que le commandement militaire en Syrie-Palestine est aux mains du général en chef anglais et non du général français qui n’est qu’un subordonné de celui-ci »49. Autrement dit, l’unité de l’action militaire et administrative est bel et bien réalisée au Levant, mais au niveau du commandement britannique. Maigre consolation pour le général Hamelin, l’omnipotence britannique et le fonctionnement en quelque sorte cloisonné qu’elle impose sur les TEO, ne réservent finalement au haut-commissaire français, qu’une influence à peine plus importante que la sienne.

  • 50 Militaire (Hamelin), administrative (Copin) et politique (Georges-Picot).
  • 51 SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu cité.

51C’est au colonel Auroux qu’il revenait une nouvelle fois de tirer toutes les conclusions de cette situation pour le moins fâcheuse : « Le fait est qu’à l’heure actuelle trois autorités50 de nature différente voisinent, s’ignorent ou ne collaborent que par à-coups, et sous la pression des nécessités du moment. (...) À cela un seul remède, le chef unique, quel qu’il soit, militaire ou civil, ayant l’autorité et la compétence suffisantes pour remettre choses et gens à leur place, sachant imprimer une impulsion harmonieuse à des rouages qui, jusqu’ici, ont tourné au hasard et séparément »51. Le désengagement britannique, négocié au mois de septembre, ouvre précisément la voie à une concentration des pouvoirs militaires et administratifs en une même autorité, celle du général Gouraud, nommé haut-commissaire et commandant en chef des TFL en octobre 1919. Dans le même temps, la perspective de la relève des troupes britanniques activait le transfert en Syrie de la 156e DI de l’armée d’Orient, faisant passer les effectifs des TFL à environ 19 000 hommes. Au terme de grandes manœuvres diplomatiques, qu’il nous faut maintenant évoquer, la France retrouvait ainsi sa liberté d’action sur le terrain.

Un nouveau round diplomatique (1917-1919)52

  • 52 Nadine Picaudou, La décennie qui ébranla le Moyen-Orient 1914-1923, Bruxelles, 1992.
  • 53 Fils d’un pasteur presbytérien, juriste démocrate, Thomas Woodrow Wilson, président des États-Unis (...)
  • 54 Qui passent de 300 000 hommes sur le front en mars 1918, à plus d’un million en juillet de la même (...)

52Ce nouveau round diplomatique se joue d’abord dans un climat international transformé. L’entrée des États-Unis dans le conflit, le 2 avril 1917, précipite un changement de ton dans les relations internationales du temps de guerre. Dans son fameux discours du 9 janvier 1918, le président Wilson53 énonçait en 14 points les grands principes qui, selon lui, devaient présider aux relations internationales de l’après-guerre. En particulier, le principe d’autodétermination devait être appliqué aux nationalités d’Europe centrale et du Moyen-Orient, libérées des tutelles impériales. Or, le rôle déjà essentiel des États-Unis dans le financement et l’équipement de l’effort de guerre de l’Entente, en attendant, pour très bientôt, l’apport massif et décisif de leurs troupes54, fait que les prises de position de Washington pèsent désormais lourdement dans la définition des buts de guerre des Alliés, au Moyen-Orient comme ailleurs. La Grande-Bretagne, forte d’une tradition bien huilée d’indirect rule, et qui peut fort opportunément s’abriter derrière une alliance hachémite dont le caractère nationaliste s’accuse à mesure que la révolte gagne du terrain, dispose à cet égard d’un certain nombre de facilités quant à l’apprentissage de ce nouveau langage diplomatique. Elle n’en perd pas pour autant son latin, et continue d’exceller dans le maniement des combinaisons diplomatiques d’ancien style.

  • 55 La « déclaration Balfour » du 2 novembre 1917 se présente en fait sous la forme d’une lettre adress (...)

53À la fin de l’année 1917, sa marge de manœuvre s’élargit d’ailleurs considérablement. En effet, tout en préparant l’offensive militaire, Londres entreprend une percée diplomatique en introduisant un nouvel acteur dans la donne palestinienne : le projet sioniste. En se déclarant favorable à l’établissement, en Palestine, d’un homeland pour le peuple juif, le gouvernement anglais poursuit en fait deux types d’objectif55. Il agit d’abord en considération de motifs ayant trait à la conduite générale de la guerre : d’une part, rallier l’influente communauté juive américaine à la politique interventionniste de Wilson, à un moment où il ne s’agit plus seulement de financer et d’équiper les puissances de l’Entente, mais d’envoyer des centaines de milliers de soldats américains combattre en Europe ; et d’autre part, miser sur l’influence supposée des Juifs dans une Russie qui ne cesse de pencher vers la révolution, pour tenter de maintenir le gouvernement Kerenski dans une logique de guerre.

54Mais la déclaration Balfour trouve naturellement des points d’application sur le terrain moyen-oriental lui-même, offrant localement à la Grande-Bretagne des gages immédiats, qui masquent encore pour un temps les redoutables problèmes qu’elle ne manquera pas de créer dans un avenir déjà proche. Depuis le milieu de la guerre au moins, la Palestine est l’objet d’un bras de fer entre la France, accrochée à ses intérêts traditionnels et à son système d’influence, et où le protectorat religieux prend une dimension toute particulière, et l’Angleterre impériale qui, à deux reprises, fait la douloureuse expérience des offensives turques à travers le Sinaï, et cherche en conséquence à donner de la profondeur à la couverture terrestre du canal. Le statut international prévu par les accords de 1916 avait permis de différer le règlement particulier du dossier palestinien, sans entraver pour autant l’indispensable règlement d’ensemble entre deux impérialismes concurrents engagés dans le même effort de guerre. Forte de sa supériorité sur le terrain à la veille de l’offensive, l’Angleterre rouvre le dossier de la Palestine, réfute l’idée d’internationalisation, et introduit le sionisme. Ce faisant, elle fragilise les positions françaises, mais cherche également à contenir les exigences arabes laissées en suspens dans les interstices de la correspondance Husayn / Mac-Mahon, et que la progression de la révolte vers le nord vient immanquablement réveiller. Mais, en croyant se ménager ainsi un rôle d’arbitre entre deux clientèles, sioniste et hachémite, aux intérêts avantageusement contradictoires, la Grande-Bretagne en vient en fait à opposer deux nationalismes en lutte pour la même terre, ce qui, bien évidemment, n’a pas exactement la même signification, ni pour elle, ni pour les peuples de la région.

  • 56 Elles vont déboucher sur deux traités franco-anglais et franco-américain de garantie des frontières (...)
  • 57 Le principe en est précisé en avril 1919, dans le cadre d’un accord William Long / Henry Bérenger ( (...)
  • 58 Selon la conception que Robert de Caix tente de faire prévaloir auprès de l’émir Faysal, lors des n (...)

55Mais pour l’heure, la Grande-Bretagne, maîtresse du terrain militaire et en position de force diplomatique, est en mesure d’imposer une révision des plans de partage élaborés au début de la guerre. Conforté par son succès électoral de décembre 1918, le cabinet Lloyd George, qui reçoit Clemenceau à Londres peu de temps après, définit trois priorités : consacrer définitivement la mainmise anglaise en Palestine, élargir la zone rouge des accords Sykes-Picot à la région pétrolifère de Mossoul (initialement comprise dans la zone d’influence française), et enfin rouvrir la question syrienne. S’agissant des deux premiers points, la négociation prend d’emblée un tour favorable. Conscient des rapports de force, Clemenceau ne fait guère de problèmes pour abandonner la Palestine, déjà perdue dans les faits, et la région de Mossoul, difficilement contrôlable par la France, à partir d’une installation littorale déjà bien fragile. Pour prix de ces concessions, Clemenceau obtient des garanties britanniques sur les frontières de l’Est56, et une prise de participation de 20 % dans le capital de la Turkish Petroleum C°, détentrice de la concession des pétroles de Mossoul depuis 191257. Le blocage est par contre total dans le volet syrien de la négociation. En poussant Faysal sur le devant de la scène, la Grande-Bretagne mise sur la constitution d’un État arabe sous influence, permettant à la fois de faire basculer l’ancienne zone A en dehors de la sphère française, et de faire œuvre de diversion, à l’heure où les ambitions anglaises sur la Palestine sont désormais claires. Mais entre l’onde de choc arabe, impulsée depuis le Hedjaz, et qui ne cesse de s’amplifier à mesure qu’elle déferle sur la Syrie, et la politique syrienne de la France, qui cherche au contraire à rayonner depuis le littoral et à investir l’intérieur syrien par le biais d’une « fédération d’autonomies locales »58, les positions sont bien évidemment difficilement conciliables. De fait, la diplomatie anglaise n’est pas en mesure d’imposer Faysal à la France. Les premières convulsions de l’Empire britannique ne vont d’ailleurs pas tarder à précipiter son abandon.

  • 59 Nommé le 8 octobre 1919, il débarque à Beyrouth le 21 novembre.

56Tandis que les tensions montent en Afghanistan et en Mésopotamie, l’affirmation politique des mouvements revendicatifs (Gandhi et le Parti du Congrès, Sacd Zaghlul Pacha et le Wafd, assemblée irlandaise – D’ail Éireann – installée à Dublin par le Sinn Fein) s’opère sur fond de flambées insurrectionnelles, qui font vaciller les positions britanniques dans trois secteurs clés de l’Empire. En Irlande, en révolte depuis les Pâques sanglantes d’avril 1916, l’Armée républicaine irlandaise d’une part, les Black and Tans et les Auxies d’autre part, font définitivement basculer l’île dans la guerre ouverte. En Inde, les troubles prennent une ampleur dramatique avec la répression féroce des émeutes d’Amritsar, en avril 1919. Enfin, en Égypte, à la suite de la déportation sur l’île de Malte de Sacd Zaghlul, c’est l’ensemble de la société égyptienne, comprimée par les années de guerre, qui bascule dans la révolte à partir de mars 1919. L’Angleterre tire les conséquences politiques de cette situation et abandonne la Syrie, et par conséquent Faysal, aux Français. C’est le sens de la convention franco-anglaise du 15 septembre 1919, qui prévoit le retrait des troupes britanniques de Cilicie et de la côte syrienne à compter du 1er novembre, et leur relève par les troupes françaises. Le gouvernement français prend acte des nouvelles responsabilités militaires qui lui incombent, et nomme le général Gouraud haut-commissaire et commandant en chef de l’armée du Levant59. Dans le même temps, et en attendant de nouveaux renforts, le transfert en Cilicie de la 156e DI du général Dufieux, stationnée dans les Balkans depuis 1915, est décidé.

  • 60 G. Khoury, op. cit., p. 271-294, 310-319.

57Dans cette nouvelle donne, y a-t-il encore de la place pour une entente politique entre Paris et Damas ? C’est du moins ce que pensent Clemenceau et ses conseillers, Philippe Berthelot, directeur des affaires politiques au Quai d’Orsay depuis juillet 1919, et l’orientaliste Louis Massignon. Faysal n’a guère le choix et, sous l’amicale pression de la Grande-Bretagne, se résout à venir à Paris pour tenter de sauver ce qui peut l’être. Les négociations, amorcées fin octobre 1919, débouchent finalement sur la signature d’un accord, secret et provisoire, le 6 janvier 192060. Le gouvernement français reconnaît dans ce document le « droit des populations de langue arabe, fixées sur le territoire syrien, de toutes confessions, à se réunir pour se gouverner elles-mêmes à titre de nation indépendante » (préambule), mais se réserve un droit de tutelle sous la forme de « conseillers, instructeurs et agents techniques », mis à la disposition du gouvernement syrien par voie contractuelle, et qui travailleront à l’organisation administrative civile et militaire (article 2). Relativement souple dans son principe, cette formule réserve par ailleurs aux intérêts français un certain nombre de garanties économiques et culturelles.

  • 61 Ibid., p. 266-269.

58Mais l’indépendance ainsi octroyée est bel et bien gardée à vue par la France, qui se ménage en effet un certain nombre de filières d’ingérence, jamais très éloignées du protectorat de type colonial. Un contrôle de l’intérieur d’abord, par le biais d’un conseiller financier omniscient (art. 2). Un cloisonnement par l’extérieur ensuite, selon la formule, empruntée au protectorat, d’une représentation diplomatique confiée au Quai d’Orsay (art. 3). Enfin, bien qu’il n’y ait pas d’occupation militaire de la Syrie à proprement parler, l’article 6 souligne malgré tout que la France entend bien jouer d’une militarisation, même indirecte, du contrôle qu’elle exerce sur la Syrie : « Le haut-commissaire (...) aura sa résidence ordinaire à Alep, se maintenant ainsi à proximité de la Cilicie, zone frontière, où les troupes de protection seront normalement concentrées, leur appel à l’intérieur de la Syrie se faisant sur la demande du chef de l’État syrien d’accord avec le haut-commissaire ». De la même manière, on peut aisément imaginer que la constitution d’un Liban indépendant, sous influence maronite, n’ira pas à l’encontre d’une présence militaire française sur les marges occidentales de la Syrie. Sur le plan territorial en effet, les dispositions de l’accord du 6 janvier étaient doubles. D’une part, il permettait une extension littorale du futur État syrien, au détriment de l’ancienne zone bleue des accords Sykes-Picot, correspondant essentiellement à la montagne alaouite ; mais d’autre part, il consacrait « l’indépendance et l’intégrité » d’un État libanais sous mandat français (article 4), à l’heure où les revendications territoriales libanaises venaient de recevoir un écho favorable à Paris61.

  • 62 Ibid., p. 288-290.

59Faysal souscrit néanmoins à ce texte qui, dans son esprit, constitue la première étape d’une ultime tentative pour aboutir à la constitution d’un État syrien par la voie diplomatique. C’est ce qui ressort en tout cas de sa rencontre du 2 décembre 1919 avec Philippe Berthelot62, au cours de laquelle il cherche à obtenir le soutien de la France, dans les négociations qu’il compte ouvrir avec la Grande-Bretagne à propos du rattachement de la Palestine (où il se résout à une présence militaire britannique qu’il sait incontournable, mais écarte tout projet sioniste) et de la région de Mossoul à l’État syrien projeté. L’accord franco-arabe devra donc être suivi d’un accord anglo-arabe, puis d’un accord tripartite consacrant l’enfouissement définitif des accords de 1916 sous un nouveau montage diplomatique, dans l’élaboration duquel les Arabes auront été, cette fois-ci, partie prenante. Ce dispositif pouvait ainsi déboucher sur une amorce présentable d’Etat arabe unitaire, amputé du Liban mais libéré de l’hypothèque sioniste, soumis à une double tutelle étrangère, mais susceptible de jouer des rivalités d’influence entre la France et la Grande-Bretagne.

60Cet accord doit tout à la hauteur de vues de deux personnalités hors normes, Clemenceau, dont on connaît le passé anti-colonial, et Faysal, investi des aspirations nationales et unitaires des populations syriennes. Mais l’individu ne fait pas l’histoire, même au prix d’un grand écart entre ce que Max Weber appelait l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité :

  • 63 Saṭic al-Ḥuṣrī, Yawm Maysalūn, cité et traduit par G. Khoury, op. cit., p. 308.

« Il fut clair que Clemenceau avait fait tout ce qu’il pouvait pour définir les demandes françaises ; il considérait qu’il avait été aux limites extrêmes des concessions qu’un homme politique français pouvait consentir sans trahir ni la cause ni les souhaits traditionnels de son pays. Pour cette raison, il dit à Faysal avec toute sa franchise : “Je vous conseille d’accepter cet accord et de le signer tant que je suis au pouvoir ; car je peux vous assurer qu’un gouvernement succédant au mien n’acceptera même pas une partie de ce que j’ai consenti aujourd’hui” »63.

61Quant à Faysal, il avait si bien conscience de l’hostilité que cet accord rencontrerait à Damas, qu’il l’enveloppa dans les replis d’un secret qu’il ne put jamais dévoiler.

Notes

1 CADN, fds BM, 437, Instruction confidentielle n° 22/SR du 14. VII.1921.

2 Pour ne pas saturer le texte de notes de bas de page, j ’indique d’emblée les références sur lesquelles s’appuie en permanence ce développement : Jacques Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées (1830-1930), Vincennes, 2 t., 1993-1994 ; ID., Les Bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, 1993 ; Kenneth J. Perkins, Qaids, Captains and Colons. French Military Administration in the Colonial Maghrib 1844-1934, New York et Londres, 1981.

3 De la loi du 16 juin 1851 dont l’article 14 dispose qu’« aucun droit de propriété ou de jouissance portant sur le sol du territoire d’une tribu ne pourra être aliéné au profit de personnes étrangères à la tribu », au célèbre sénatus-consulte du 22 avril 1863 qui stabilise la propriété indigène sur la base de l’indivision, collective ou familiale, et arrache la délimitation des terres Carch au service des Domaines, « cette machine à faire du cantonnement clandestin ». Introduction commode à ces questions : Daniel Rivet, « Le rêve arabe de Napoléon III », L’Histoire, n° 140, janvier 1991, p. 26-32.

4 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées..., op. cit., t. 1, P- 78-87.

5 Aux références précédentes, il faut ajouter J. FRÉMEAUX, « L’armée coloniale et la République (1830-1962) », in Les militaires en République, O. Forcade et alii éd., Paris, 1999, p. 101-109 ; Raoul GIRARDET, La société militaire de 1815 à nos jours, Paris, 1998 ; Marc MICHEL, Gallieni, Paris, 1989 ; Daniel RIVET, Lyautey et l’institution du protectorat français au Maroc (1912-1925), Paris, 3 vol., 1996.

6 « Du rôle social de l’officier dans le service militaire universel ». J’ai utilisé l’édition suivante : LYAUTEY, Le rôle social de l’officier, Paris, Éditions Albatros, 1989.

7 Contradiction tournée en compromis par la loi du 5 juillet 1900 constitutive des troupes coloniales. Rattachées au ministère de la Guerre pour les unités stationnées en métropole, les troupes coloniales relevaient outre-mer de l’administration des colonies. Un contingent d’appelés était injecté dans les régiments de la métropole, mais seuls les volontaires étaient envoyés outre-mer pour y compléter les unités formés d’engagés. Cf. Guy Pedroncini dir., Histoire militaire de la France, t. 3, De 1871 à 1940, Paris, 1992, p. 52-69.

8 Raoul GIRARDET, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, 1978, p. 109-144.

9 D. Rivet, op. cit., 1.1, p. 53-56.

10 « En somme, toute action politique doit consister à discerner et à mettre à profit les éléments politiques utilisables, à neutraliser et à détruire les éléments locaux non utilisables ». GALLIENI, Principes de pacification et d’organisation, cité par M. Michel, op. cit., p. 161.

11 Mêmes références que pour le paragraphe précédent.

12 D’après K. J. PERK. INS, op. cit., p. 47, 117 (20 %) des 579 officiers passés par le SR du Maroc entre 1912 et 1934, viendraient des AI d’Algérie-Tunisie.

13 Les colonels Simon et Berriau, les deux premiers directeurs du SR du Maroc, sont eux-mêmes des anciens des AI algériennes.

14 J. Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, t. 2, op. cit., p. 39.

15 Consul de S.M. auprès du Khédive de 1883 à 1907.

16 Lyautey, Lettres du Tonkin et de Madagascar 1894-1899, cité par Jacques THOBIE et alii, Histoire de la France coloniale, t. 2, 1914-1990, Paris, 1990, p. 17.

17 D. Rivet, op. cit., t. 2, p. 68-70.

18 Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Paris, 1977, p. 13-45 ; Henry Laurens, L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, 1993, p. 35-36, 65-71 ; Robert MANTRAN dir., Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989, passim.

19 J. Thobie, op. cit., p. 18-19.

20 Drogman : c’est le terme par lequel on désignait les interprètes dans l’Empire.

21 Bernard LEWIS, Islam et laïcité. La naissance de la Turquie moderne, Paris, 1988, p. 398.

22 J. Thobie, op. cit., p. 20-21. Il s’agit notamment de l’article 32 du traité de Paris de 1856 et de l’article 8 du traité de Berlin de 1878.

23 C’est précisément à cette époque que le terme de millet en vient à désigner spécifiquement, dans la langue ottomane, les communautés non musulmanes.

24 À cet égard, l’intervention de 1860 marque une étape importante dans la territorialisation de l’influence française dans la région. À la suite de violents affrontements interconfessionnels mettant aux prises Maronites et Druzes, un corps expéditionnaire français débarque à Beyrouth à l’été 1860, et s’installe pour quelques temps dans la montagne pour rassurer les populations chrétiennes et distribuer des secours.

25 L’ouvrage de référence est bien entendu la thèse de Jacques Thobie.

26 C’est-à-dire le groupe financier articulé autour de la Banque impériale ottomane, établissement fondé en 1853 qui constitue le fer de lance de l’impérialisme français dans l’Empire.

27 Jacques Thobie, « Moyen-Orient et relations internationales au XXe siècle », avant-propos au numéro spécial de la revue Relations internationales, 19 (automne 1979), p. 233.

28 Vincent CLOAREC, La France et la question de Syrie. 1914-1918, Paris, 1998. Voir aussi Christopher ANDREW et A. S. Kanya-Forstner, « La France à la recherche de la Syrie intégrale », Relations internationales, 19 (automne 1979), p. 263-278 ; Michel SEURAT, « Le rôle de Lyon dans l’installation du mandat français en Syrie : intérêts économiques et culturels, luttes d’opinion (1915-1925) », Bulletin d’études orientales, 31 (1971), p. 129-165.

29 Sur la problématique du « groupe dirigeant », voir Jean-Claude Allain, « Le groupe dirigeant dans la conduite des relations internationales », Relations internationales, 41 (printemps 1985), p. 79-92 ; et Jacques THOBIE, « La dialectique forces profondes-décision dans l’histoire des relations internationales », ibid., p. 29-38.

30 Opérationnelle au moins depuis mars 1912. Sur cette commission cf. J. Thobie, op. cit., p. 710-712 ; et V. Cloarec, op. cit., p. 38-39.

31 J. Thobie, op. cit., p. 709. En décembre 1912, Sir Edward Grey, secrétaire d’État au Foreign Office, autorise Poincaré à déclarer au Sénat que « le gouvernement anglais n’a, en Syrie, ni l’intention d’agir, ni dessein, ni aspiration politique d’aucune sorte ».

32 Accords anglo-franco-russes de mars et avril 1915, reconnaissant Constantinople et les Détroits à la Russie, et revendications italiennes sur Antalya et sa région, exprimées à l’occasion de la conférence de Londres d’avril 1915.

33 Cité par C. ANDREW et A. S. Kanya-Forstner, art. oit., p. 268.

34 Devenu secrétaire général du haut-commissariat français au Levant, il s’exprimera en ces termes dans une note de janvier 1920 : « Dans l’ensemble, la Syrie est une seule région géographique : elle a besoin au moins dès à présent, de l’unité douanière et monétaire. 11 convenait de prévoir des organes communs à ces cantons. Mais il fallait que leur lien fût fédératif et non unitaire, que l’organe fédéral émanât de cantons, morceaux à organiser avant d’organiser l’ensemble (...). Ainsi organisée la Syrie devait, pendant un certain nombre d’années au moins, être comme un vitrail dont le plomb serait français », MAE, E-Levant, Syrie-Liban, 22, fol. 50-77, Note de Robert de Caix du 26.1.1920, cité par Gérard D. Khoury, La France et l’Orient arabe, Paris, 1993, p. 300-301.

35 Le Congrès français de la Syrie, qui se tient à Marseille en janvier 1919, reprend cette double référence, – le « protectorat positif » à établir sur la Syrie s’inscrit dans le prolongement du « protectorat moral séculaire », – en dépit d’une contradiction fondamentale mal perçue sur le moment : comment faire reposer l’émergence d’un État moderne, sur des structures politiques, communautaires ou autres, instrumentalisées et renforcées depuis des siècles par les puissances occidentales, dans le cadre de leur action précisément dissolvante de l’autorité centrale ottomane ? On est ici à l’opposé du protectorat lyautéen, matrice politique d’un Maroc moderne sécrété à l’abri de l’autorité restaurée du Makhzen.

36 Haut-commissaire en Égypte depuis la proclamation unilatérale de protectorat le 18 décembre 1914, et la déposition, le lendemain, du khédive cAbbas Hilmi, que le déclenchement de la guerre avait surpris à Constantinople.

37 Depuis le Protocole de Damas, négocié en mars 1915, et signé au mois de mai suivant. Créée à Paris en 1911, la société secrète al-Fatāt s’installe à Damas en 1914. Forte d’environ 200 membres, son programme se démarque des autres organisations politiques arabes du moment, et dépasse l’idéologie décentralisatrice et autonomiste pour revendiquer plus clairement l’indépendance des pays arabes.

38 Yves Besson, Ibn Sacûd Roi bédouin. La naissance du royaume d’Arabie Saoudite, Lausanne, 1980, p. 123. Le traité entre la Grande-Bretagne et Ibn Sacud est signé le 26. XII.1915.

39 Jean-David Mizrahi, « De la “petite guerre” à la Guerre d’indépendance : pratique et expertise de la guérilla dans l’Empire ottoman finissant », Revue Historique des Armées, juin 2003.

40 Sami Rihana, Aux origines de l’armée libanaise contemporaine, 79/6-/946, Thèse de doctorat, Paris IV Sorbonne, 1986, p. 36-100 ; Pierre FOURNIÉ et Jean-Louis Riccioli, La France et le Proche-Orient 1916-1946, Paris, 1996, p. 47-58.

41 G. Khoury, op. cit., p. 106.

42 Général Du Hays, Les armées françaises an Levant, t. 1, L’occupation française en Syrie et en Cilicie sous le commandement britannique (nov. 1918-nov. 79/9), Vincennes, 1979, p. 19-34, 106-109 ; Edmond Rabbath, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Beyrouth, 1986, p. 288-292 ; SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu d’un voyage en Syrie du 29 juin au 25 juillet 1919.

43 En décembre 1918, il sera remplacé par l’intendant militaire Copin.

44 SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu cité, p. 7-8.

45 Le « Petit Liban » était administré par un mutasarrif chrétien, mais étranger à la Montagne, relevant directement de Constantinople, avec l’assistance d’un Conseil administratif de 12 membres, représentant les six principales communautés du pays. Ce statut introduisait le confessionnalisme dans le tissu institutionnel du Mont-Liban. Cf. Engin AKARLI, The Long Peace. Ottoman Lebanon 1861-1920, Berkeley, 1993.

46 SHAT, 7N 4177, Note sur le statut provisoire du personnel des services spéciaux du Levant, octobre 1918.

47 SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu cité, p. 26.

48 SHAT, 7N 4177, Président du Conseil à A.E., 14. X.1918.

49 SHAT, 7N 4177, A.E. à Président du Conseil, 18. X.1918.

50 Militaire (Hamelin), administrative (Copin) et politique (Georges-Picot).

51 SHAT, 4H 1, Colonel Auroux, Compte rendu cité.

52 Nadine Picaudou, La décennie qui ébranla le Moyen-Orient 1914-1923, Bruxelles, 1992.

53 Fils d’un pasteur presbytérien, juriste démocrate, Thomas Woodrow Wilson, président des États-Unis depuis 1913, réélu en 1916, tourne le dos à la politique du « gros bâton » (big stick) de son prédécesseur. Theodor Roosevelt.

54 Qui passent de 300 000 hommes sur le front en mars 1918, à plus d’un million en juillet de la même année.

55 La « déclaration Balfour » du 2 novembre 1917 se présente en fait sous la forme d’une lettre adressée par le secrétaire d’État aux Affaires étrangères du cabinet Lloyd George, à Lord Rothschild, représentant l’Organisation sioniste mondiale.

56 Elles vont déboucher sur deux traités franco-anglais et franco-américain de garantie des frontières françaises, annexés au traité de Versailles et signés comme lui le 28 juin 1919.

57 Le principe en est précisé en avril 1919, dans le cadre d’un accord William Long / Henry Bérenger (président du Comité général du pétrole mis en place par le gouvernement français à la suite de la crise de ravitaillement de 1917). La France facilitera par ailleurs la construction d’un oléoduc vers la Méditerranée. L’accord pétrolier est confirmé à San Remo en avril 1920. Après introduction du capital américain en 1927, la TPC deviendra l’Irak Petroleum C° en 1929.

58 Selon la conception que Robert de Caix tente de faire prévaloir auprès de l’émir Faysal, lors des négociations parisiennes d’avril 1919. Cf. G. Khoury, op. cit., p. 213.

59 Nommé le 8 octobre 1919, il débarque à Beyrouth le 21 novembre.

60 G. Khoury, op. cit., p. 271-294, 310-319.

61 Ibid., p. 266-269.

62 Ibid., p. 288-290.

63 Saṭic al-Ḥuṣrī, Yawm Maysalūn, cité et traduit par G. Khoury, op. cit., p. 308.

Table des illustrations

Légende Conception cartographique : Jean-David MIZRAHI (2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Le régime d’administration militaire provisoire des TEO (octobre 1918-octobre 1919)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Organisation territoriale des Services Administratifs du Levant (octobre 1918-juillet 1920)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Organigramme des Services Administratifs du Levant (octobre 1918-juillet 1920)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/45366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search