Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Introduction

Texte intégral

1Lorsqu’il arrive à Damas en 1929 en tant que jeune officier du SR du Levant, le lieutenant Rondot prend d’abord contact avec le colonel Tracol, qui dirige alors le service pour la Syrie. Voici en quels termes il se remémore cette première rencontre :

  • 1 Pierre RONDOT, « Syrie 1929, itinéraire d’un officier », in Damas. Miroir brisé d’un Orient arabe, (...)

« Quant à la fin de cet entretien, je ne l’ai pas notée, tant j’étais sûr de m’en souvenir. Avant de me retirer, j’indique au colonel Tracol que j’ai acquis, et commencé de lire, l’ouvrage de Georges Samné, La Syrie. Il approuve ; je lui demande alors s’il peut me recommander quelque autre lecture. Il se tourne vers un rayon de livres, bien garni : il en prend, tour à tour, quelques-uns, lit le titre, ou cite l’auteur, ajoute un bref commentaire plutôt décourageant. Enfin, à l’extrémité du rayon, il saisit un dernier volume, l’entrouvre, sourit, et me dit : “Cela se passait en Grèce, il y a longtemps déjà ; mais dans les campagnes syriennes, on rencontrerait des hommes de cette sorte.” Il me tend le livre : Le Roi des montagnes, d’Edmond About... »1.

2Rechercher dans quelle mesure le face-à-face en quelque sorte implicite, que paraît dévoiler cette anecdote, correspond bien à une réalité forte du Levant des années 1920, constitue d’une certaine manière le premier enjeu du travail proposé ici. Il s’agit en effet d’observer et d’expliquer comment une administration de type colonial d’une part, et un phénomène tel que celui des bandes armées d’autre part, entrent effectivement en résonance, jusqu’à constituer une trame remarquable de l’histoire mandataire dans sa première phase. Un tel objet d’étude appelle naturellement un certain nombre de justifications, à la fois conceptuelles et méthodologiques, qui en retour rendent compte des limites géographiques et chronologiques de l’enquête.

  • 2 Intégrant, selon des dosages variés, la question des bandes armées à l’époque mandataire, les enquê (...)
  • 3 Dont on trouvera une première approche dans Pierre Fournié, L’administration française au Levant (1 (...)

3Deux angles d’attaque différents, mais complémentaires, peuvent être envisagés dans le cadre d’une étude intégrant la question de l’insécurité dans sa problématique. On peut y voir, dans une perspective d’anthropologie historique, une sorte de « fait social total » comme l’écrivait Marcel Mauss, plongeant ses racines au plus profond d’une réalité locale, et dont la complexité et la globalité ne sauraient être rendues que sur le mode monographique, au terme d’une longue intimité avec le terrain (le fieldwork)2. C’est à une tout autre approche que le lecteur est ici convié, relevant plus de l’histoire des relations internationales, que des « études arabes » à proprement parler. Il s’agit en l’espèce d’appréhender les modalités par lesquelles, dans une situation coloniale, un pouvoir de type étatique s’impose à une société locale, et neutralise son potentiel de résistance. Dans le Levant des années 1920, cette mission relève plus particulièrement d’une administration militaire spécifique, le Service des Renseignements3. Le premier objectif de ce travail est donc d’offrir une « histoire totale » de ce service, qui soit à la fois une histoire de son fonctionnement, institutionnel et informel, mais aussi une histoire sociale des officiers qui le composent, et finalement une histoire politique, c’est-à-dire jaugeant son importance relative par rapport à l’ensemble du dispositif mandataire, et par suite estimant son influence sur le cours des événements.

  • 4 Citons notamment, James L. Gelvin, Divided Loyalties. Nationalism and Mass Politics in Syria at the (...)

4On ne pouvait pour autant faire abstraction des vecteurs d’insécurité eux-mêmes, dans la mesure où ceux-ci commandent à l’organisation du SR, voire pèsent sur l’architecture générale de l’édifice mandataire. On a dès lors choisi d’intégrer à l’analyse l’action des bandes armées agissant sur les frontières nord et sud de la Syrie mandataire, parce que, dans les années 1920, elles représentent le vecteur d’insécurité qui interfère de façon la plus nette avec la double structuration du pouvoir mandataire d’une part, et des États sous mandat d’autre part, à travers notamment la question de la stabilisation des frontières. Qu’on nous comprenne bien. Il ne s’agit pas ici d’aborder de manière frontale la problématique des résistances nationalistes au mandat. Il ne s’agit pas, en particulier, de présenter une histoire des différentes révoltes qui agitent les débuts de l’épisode mandataire, en 1920-1921 une première fois, puis en 1925-19274. En nous focalisant au contraire sur la chronique d’un « banditisme ordinaire », on cherchera à faire apparaître des lignes de force demeurées le plus souvent masquées par la densité événementielle des phases insurrectionnelles.

  • 5 Dont certains jalons ont déjà été posés par C. Velud, thèse citée ; et par Marianne LACAZE, Les nom (...)

5Une telle problématique induit par ailleurs une extension en quelque sorte méridienne du champ géographique de l’enquête, débordant au nord sur la Turquie kémaliste, dans la région de Kilis et cAyntab, et au sud sur la Transjordanie hachémite, dans la région d’Irbid. Cet étirement nord-sud se paye en contrepartie d’une atrophie longitudinale, qui fait que le monde des nomades et la question de la frontière syro-irakienne ne seront pas envisagés ici. Les formes spécifiques de la violence bédouine et la politique conduite par le service du Contrôle Bédouin, qui mériteraient du reste une thèse à elles seules5, ne seront abordées qu’incidemment. Chronologiquement enfin, le centre de gravité de notre travail coïncide avec l’existence légale du SR du Levant, de juin 1921 à janvier 1931. Ce n’est pas là naturellement un cadre absolument contraignant. En amont, on plongera allègrement dans la longue durée du XIXe siècle ottoman ou de l’expansion coloniale française. En aval par contre, il nous faudra être plus prudent car, sans s’interdire quelques pointes plus avant dans les années 1930, la fermeture des frontières d’une part, et l’émergence de nouvelles formes de mobilisation politique plus spécifiquement urbaines d’autre part, devraient nous conduire à appréhender la dialectique du pouvoir mandataire et de l’insécurité à partir de nouvelles grilles de lecture.

  • 6 Ce livre est la version remaniée d’une thèse de doctorat, Pouvoir mandataire et insécurité en Syrie (...)

6Ainsi cadré, l’objet de l’étude devait ensuite trouver un rythme d’exposition, susceptible d’en trahir le moins possible la richesse, et donc la complexité. Le plan adopté représente à cet égard un compromis nécessaire entre le chronologique et le thématique. Au tout début des années 1920, c’est l’insécurité sur la frontière turco-syrienne qui, dans le prolongement du conflit de Cilicie, mène le jeu et pèse sur les modalités d’imposition du mandat. L’action persistante de puissantes bandes armées encourage en effet la consolidation d’une administration militaire directe, et débouche sur la création d’un système supplétif particulièrement efficace. À partir des années 1923-1924 au contraire, alors même que la situation tend à se stabiliser plus au nord, c’est l’effervescence sur la frontière sud, annonciatrice de la révolte druze, qui introduit à son tour de nouveaux facteurs évolutifs, en ce sens qu’elle précipite l’extension à la région de Damas des formules de contre-guérilla précédemment élaborées au contact du front turc. Entre ces deux grands pôles structurants de l’enquête, on a inséré l’étude prosopographique du SR du Levant, tandis que deux chapitres introductifs permettent de préciser la syntaxe historique de l’épisode mandataire, dans la longue durée d’abord, la conjoncture ensuite, et l’événementiel enfin6.

Notes

1 Pierre RONDOT, « Syrie 1929, itinéraire d’un officier », in Damas. Miroir brisé d’un Orient arabe, A.-M. Bianquis dir., Paris, 1993, p. 95-104. Le roman d’Edmond About, publié en 1857, relatait l’histoire d’un fameux chef de brigands, Hadgi-Stavros, qui rançonnait les voyageurs dans les montagnes grecques, dans la plus pure tradition clephtique. Le terme de clephtis, qui signifiait « voleur », désignait également les héros de l’insurrection grecque. Cf. Stathis DAMIA-NAKOS, « Banditisme et imaginaire pastoral en Grèce, XIXe-début XXe siècle », Études rurales, 1985, n° 97-98, p. 219-240.

2 Intégrant, selon des dosages variés, la question des bandes armées à l’époque mandataire, les enquêtes suivantes doivent être citées : Christian VELUD, Une expérience d’administration régionale en Syrie durant le mandat français : conquête, colonisation et mise en valeur de la Ğazīra (1920-1936), Thèse de doctorat, Lyon II, 1991 ; Sabrina Mervin, Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du Ğabal cĀmil de la fin de l’Empire ottoman à l’indépendance du Liban, Paris, (Suite note 2)
2000 ; Birgit SCHÄBLER, Aufstände im Drusenbergland, Gotha, 1996. En France, la promotion historiographique des bandes armées, cisābāt en arabe, est le fait de Nadine MÉOUCHY, Les formes de conscience politique et communautaire au Liban et en Syrie à l’époque du mandat, 1920-1939, Thèse de doctorat, Paris IV Sorbonne, 1989.

3 Dont on trouvera une première approche dans Pierre Fournié, L’administration française au Levant (1918-1930), Thèse, École des Chartes, 1986.

4 Citons notamment, James L. Gelvin, Divided Loyalties. Nationalism and Mass Politics in Syria at the Close of Empire, Berkeley, 1998 ; et Lenka BOKOVA, La confrontation franco-syrienne à l’époque du mandat 1925-1927, Paris, 1990.

5 Dont certains jalons ont déjà été posés par C. Velud, thèse citée ; et par Marianne LACAZE, Les nomades et la question des frontières en Syrie à l’époque du mandat français, Mémoire de maîtrise, Paris IV Sorbonne, 1987.

6 Ce livre est la version remaniée d’une thèse de doctorat, Pouvoir mandataire et insécurité en Syrie et au Liban dans les années 1920 : le Service des Renseignements du haut-commissariat français au Levant, Paris I Panthéon-Sorbonne, juin 2001, Prix Jean-Baptiste Duroselle 2002. En reprenant ce texte, je me suis efforcé de tenir compte des remarques du jury, composé des professeurs Jacques Frémeaux (Paris IV), Henry Laurens (INALCO), Daniel Rivet (Paris I) et Jacques Thobie (Paris VIII), directeur de recherche. Qu’ils veuillent bien accepter l’expression de ma gratitude pour leur lecture critique de mon travail. De chaleureux remerciements sont dus aux conservateurs et personnel des centres d’archives, en particulier à Nantes (CADN) et à Vincennes (SHAT). Il n’est que juste, enfin, de remercier le Professeur Robert Frank, sans qui ce livre n’aurait pas vu le jour, et toute l’équipe des Publications de la Sorbonne, à commencer par leur directrice, Élisabeth Momet, sans oublier Martine Tabeaud qui l’avait précédée à la tête de cette maison, et Sonia Bledniak, assistante d’édition.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search