Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Note sur la translittération des mots arabes

Texte intégral

1Entre la nécessaire remise en ordre des transcriptions phonétiques et éminemment instables que l’on trouve dans les documents d’archives, et l’adoption systématique d’une translitération « lourde » de type AFNOR, la solution adoptée ici se décline en trois registres dont l’habillage diacritique s’accroît avec la spécificité du lexique envisagé. À un premier niveau, la francisation est adoptée pour les noms géographiques connus et usuels (Alep mais non Halab), et les termes passés dans le langage courant et enregistrés comme tels dans le Petit Robert : « djebel », « cheikh », etc. À un deuxième niveau, on distinguera le registre onomastique. Pour la transcription des noms de lieux et de personnes, très nombreux, une transcription simplifiée, du type de celle utilisée dans les travaux de recherche anglo-saxons, nous a paru amplement suffisante. Enfin, pour des termes techniques ou des notions importantes, on est revenu à une transcription plus rigoureuse, restituant notamment les emphatiques et la vocalisation longue. En général, ce dernier lexique apparaîtra de surcroît en italiques. Ce ne sont là que les grands axes d’un système qui, à l’usage, s’avère suffisamment souple pour épouser les inflexions du contexte. Un même terme peut en effet relever de plusieurs registres : au début des années 1920, le principal « cheikh » du Hawran réside à « Shaykh Miskin », et porte le titre de shaykh al-mashāyikh. Le tableau de la page suivante fournit les équivalences.

2Enfin, les points de détail suivants nécessitent le rappel de quelques conventions :

  • le tā ’ marbūta est noté « a », mais « at » en état construit ;
  • l’assimilation du lām de l’article défini n’est pas restituée par écrit ;
  • la hamza n’est pas notée en position initiale.

3Dans le domaine turcophone, on s’est efforcé d’adopter l’alphabet de 1928, dont certaines lettres peuvent poser problème à un lecteur non spécialiste :

  • le « c » se prononce « j » ;
  • le « ç » se prononce « tch » ;
  • le « ğ », yumuṣak g, provoque l’allongement de la voyelle qui le précède, (dağ, « montagne ») ;
  • le « i », (i sans point) n’a pas non plus d’équivalent en français : quelque part entre le « i » et le « e » pour faire court ;
  • le « ș » se prononce « ch ».
Lettre arabe transcription onomastique transcription pré-AFNOR
hamza
alif a ā
bā’ b b
tā’ t t
tā’ th th
jīm j j
hā’ h h
dāl d d
dāl dh dh
rā’ r r
zīn z z
sīn s s
šīn sh sh
sād s s
dād d d
tā’ t t
zā’ z z
c
ayn
c c
gayn gh gh
fā’ f f
qāf q q
kāf k k
lām 1 l
mīm m m
nūn n n
hā’ h h
wāw ? w/u ? w/ū
yā’ ? y/i ? y/ï

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search