Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’État mandataire

 | 
Jean-David Mizrahi

Liminaires

Texte intégral

On dit du Roi qu ’il est un pasteur simplement pour qu ’il examine les affaires les plus délicates et les intentions les plus secrètes de son troupeau. Quand il néglige de connaître les secrets du peuple et de se tenir au courant de ce qui se passe, il n’a plus du pasteur que le nom et du pouvoir que l’apparence.
Le bon Roi doit avoir pour règle d’être au courant de tout ce qui est caché, enterré, de façon à tout connaître comme il se connaît luimême même ; rien, dans sa politique et l’organisation de son gouvernement ne doit revêtir à ses yeux plus d’importance et de gravité que les renseignements dont nous venons de parler.
Tiré du Livre de la Couronne, attribué à Jâḥiz (776-868), traduit par Charles Pellat, Paris, Les Belles Lettres, 1954, p. 184-185.
Mais toi qui te vantes d’aller à la poursuite des bandits, pour tous les peuples où tu es parvenu, c ’est toi le bandit !
Réponse d’un ambassadeur scythe à Alexandre, d’après Quinte-Curce, Livre VII, 8, 9.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search