Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Conclusion

Texte intégral

1Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’URSS était devenue une grande puissance, jouissant sur la scène internationale d’un prestige dû à ses victoires face à l’Allemagne nazie, participant, avec ses partenaires de la coalition anti-hitlérienne, à la construction du monde de l’après-guerre. Et pourtant, quelques années plus tôt, rien ne semblait augurer une telle évolution. L’attaque allemande de juin 1941, en rompant les clauses du pacte Ribbentrop-Molotov de non-agression mutuelle, avait en effet rendu caduque la stratégie d’attente et d’observation, élaborée en 1939 par Staline, et fait basculer l’URSS dans un conflit dont le maître du Kremlin avait espéré qu’il affaiblirait suffisamment les belligérants, l’Allemagne nazie et les démocraties occidentales, pour ruiner le système capitaliste et annoncer le triomphe du socialisme. Les Occidentaux, épuisés par les épreuves, n’auraient pas été en mesure de s’y opposer. Contraint, à la suite de ce mauvais calcul stratégique, de réorienter radicalement sa politique extérieure et de se tourner désormais vers les démocraties occidentales, la Grande-Bretagne et les États-Unis, pour organiser la lutte contre l’Allemagne nazie, Staline circonscrivit toutefois nettement le cadre de cette future collaboration : les rivalités irréductibles d’intérêts et d’idéologie entre le premier État socialiste et les puissances capitalistes interdisaient toute coopération durable et stable mais, parce que ces dernières apportaient un appui militaire et un soutien économique à l’URSS dans le conflit, toute tension devait être évitée. La politique allemande de Staline justifiait de même une délimitation aussi précise. Celui-ci n’avait pas renoncé à convertir l’Allemagne au socialisme mais la stratégie de 1939, invalidée par l’entrée en guerre précoce de l’URSS, nécessitait quelques réaménagements. La soviétisation du vaincu présupposait toujours son affaiblissement mais celui-ci n’était plus possible que par un accord avec les Occidentaux pour juguler la menace allemande et imposer un traité de paix sévère. Ainsi, paradoxalement, sans le concours allié, il apparaissait difficile, voire impossible pour les Soviétiques, d’espérer imposer leur stratégie allemande. En 1939, Staline avait escompté aussi que la guerre affaiblirait durablement les puissances occidentales. L’échec de ce calcul ne préoccupait toutefois pas le Soviétique outre mesure puisque, dans le cadre de l’idéologie marxiste-léniniste, la paix revenue devait en effet attiser de nouvelles contradictions entre les pays capitalistes et déboucher sur une grave crise de surproduction qui balayerait inéluctablement leurs fondements : que ce soit donc par la guerre ou par la paix, leur destin lui apparaissait scellé.

2Cette refonte stratégique qui mêlait avec désinvolture les dogmes idéologiques et les considérations géopolitiques est une première preuve de la justesse de notre démarche initiale qui consistait à vouloir concilier de façon plus nette les deux composantes caractéristiques de la politique extérieure soviétique, le réalisme politique propre à une puissance traditionnelle et les spécificités idéologiques d’un État révolutionnaire, dans le but de saisir la globalité de la politique allemande de l’URSS entre 1941 et 1955. Cette refonte stratégique opérée par Staline souligne en effet, en premier lieu, l’erreur de minimiser l’importance de l’idéologie dans la conception que les Soviétiques avaient de la collaboration avec les Occidentaux : s’ils avaient certes besoin d’eux, ils n’en oubliaient toutefois pas qu’ils restaient les adversaires de demain. Cette conscience très claire des limites de la coalition anti-hitlérienne donna des atouts considérables à l’URSS dans la conduite des négociations sur l’après-guerre et au début de l’occupation de l’Allemagne défaite : de 1941 à 1945, elle joua ainsi du besoin qu’avaient les Britanniques de son alliance et de la volonté américaine de l’ancrer à son organisation d’une société internationale, pour imposer ses ambitions en Europe de l’Est, y étendre et y consolider son influence puis elle exploita la volonté de ses partenaires de ne pas remettre en cause l’idée de la collaboration, en dépit de sa politique de faits accomplis en Europe de l’Est, pour lancer, dans sa zone, une politique d’occupation unilatérale, indépendamment des structures quadripartites. La délimitation précise du cadre de la collaboration avec les Occidentaux lui interdisait en effet d’envisager une réelle politique commune au Conseil de contrôle interallié. L’URSS misait sur un pourrissement sur pied de ces structures quadripartites, sur leur incapacité, de par des règles de fonctionnement contraignantes, à mettre en œuvre une réelle politique interalliée : cette incapacité devait provoquer une aggravation de la situation économique et politique dans les zones occidentales et donc précipiter la crise du système capitaliste que prédisait l’idéologie marxiste-léniniste. Les zones occidentales ainsi neutralisées et les administrations que l’URSS s’employait à instaurer dans sa zone une fois consolidées, le régime soviétique n’aurait plus eu ainsi qu’à cueillir les fruits du pourrissement avec la signature d’un traité de paix. Toute velléité d’échec semblait, aux yeux de Moscou, entravée à la fois par les présupposés du déterminisme historique et par les règles de fonctionnement du Conseil de contrôle interallié.

3Si cette composante idéologique est déterminante, elle n’est cependant pas exclusive car la refonte stratégique de la politique allemande opérée par Staline dès 1941 a révélé aussi l’erreur de prétendre que l’URSS, au nom de ses spécificités révolutionnaires, n’aurait pensé qu’à mener une politique séparatiste en Allemagne et faire fi de ses partenaires occidentaux. Un examen plus critique a montré à quel point la politique allemande remodelée par Staline était tributaire, dans sa mise en œuvre, de l’attitude occidentale : basculée dans la guerre plus tôt qu’elle ne l’avait prévu, elle avait besoin de l’Occident pour imposer une neutralisation économique et militaire, indispensable à la fois pour juguler toute résurgence de la menace allemande et pour faciliter la soviétisation de l’Allemagne entière. La fermeté inébranlable de l’URSS dans la question des réparations montra d’ailleurs à quel point cette question était importante pour elle. Lors des négociations, elle défendit un ordre de priorités inverse de celui des Occidentaux en préconisant la primauté du paiement des réparations sur la satisfaction des besoins intérieurs de l’Allemagne et du financement de ses importations nécessaires. Le besoin qu’elle avait des Occidentaux l’obligeait à les ménager, à feindre une volonté de coopération dans les structures interalliées et donc à mener une politique très pragmatique.

4L’existence d’une telle dualité dans la politique soviétique n’était pas sans poser inéluctablement des difficultés de mise en œuvre : louvoyer en permanence entre le dogmatisme et le pragmatisme devait se heurter en effet à d’innombrables problèmes d’application car la rigidité du premier se prêtait mal à la flexibilité nécessaire du second. Les rapports que les Soviétiques entretinrent avec les communistes allemands en exil à Moscou en constituèrent un bon exemple. Placés sous une tutelle implacable et une surveillance directe, ces derniers se montraient cependant impatients d’appliquer les schémas de soulèvement révolutionnaire, sur le modèle de 1917, contredisant en cela la volonté de circonspection de Staline, induite par un contexte interallié contraignant. Loin de songer à une répétition de 1917, le Kremlin voulait en effet instaurer le socialisme par étapes, la première étant de promouvoir la création d’un vaste mouvement antifasciste et démocratique, dont le KPD constituerait l’avant-garde en s’appuyant sur une forte organisation syndicale et en attirant le plus grand nombre possible des membres des anciens partis politiques de la République de Weimar. Il fallait donc museler ces rivaux idéologiques et former une nouvelle génération de communistes, prête à simuler le pluralisme démocratique, pour gagner la confiance de toute la population allemande et consacrer progressivement la mainmise du parti sur l’ensemble de la société allemande. Ce processus devait démarrer dans la zone d’occupation, sous couvert d’un contrôle et d’une surveillance sans relâche du rétablissement de la vie politique, sociale et culturelle, et s’étendre ensuite à l’Allemagne entière. Des moyens considérables et une propagande sur mesure furent mis au service de cette politique. Le discours officiel encensait la magnanimité de l’URSS envers les Allemands et son souci perpétuel d’être à l’écoute de leurs intérêts nationaux, s’efforçait de donner une image attractive de la zone soviétique, comme modèle de développement pour toute l’Allemagne, et se conjuguait aux tentatives d’intervention politique ou syndicale dans les autres zones d’occupation.

5Mais incompréhensions et déviations, dues justement au caractère dualiste de cette politique, engendrèrent des dysfonctionnements, des improvisations et des incohérences dans sa mise en œuvre, auxquels vinrent s’ajouter des problèmes liés au fait que l’URSS poursuivait simultanément des objectifs contradictoires : la satisfaction des intérêts économiques, dans le cadre d’une politique de neutralisation et d’exploitation économique et militaire, allait en effet à l’encontre des objectifs politiques d’une conversion progressive et modérée au socialisme. Cette concomitance d’objectifs contradictoires se trouva de surcroît aggravée par la nature dictatoriale du régime soviétique où Staline décidait seul des grandes orientations politiques et n’informait ses exécutants que des décisions nécessaires à l’exécution de leurs tâches mais où aussi, en dépit d’une organisation pyramidale et excessivement centralisée, les forces centrifuges se donnaient libre cours. À ces dysfonctionnements et ces incohérences, l’URSS répondait par un contrôle accru qui ne pouvait qu’attiser le scepticisme quant à sa volonté d’instaurer réellement un système pluraliste et démocratique.

6Cependant, tant que les puissances occidentales s’en étaient tenues aux principes proclamés à Potsdam et s’étaient référées à une action quadripartite dans les domaines politique et économique, les Soviétiques avaient pu maîtriser les implications de la dualité de leur politique. Tout comme la refonte stratégique en 1941, le changement d’orientation occidentale, qui amorçait en 1946 l’abandon de la collaboration avec l’URSS, prouva à quel point le bon déroulement de la politique allemande de Staline était commandé par une attitude conciliante des Occidentaux. Il révéla aussi que les Soviétiques, prisonniers de leurs conceptions idéologiques dogmatiques, ne pouvaient remettre en cause les postulats de leur politique. L’examen de la période 1946 à 1955 démontra ainsi leur impossibilité de concevoir des relations autrement que dualistes ou même conflictuelles avec les Occidentaux.

7Les difficultés financières et économiques de la zone d’occupation britannique, alliées à la dénonciation de l’expansionnisme soviétique et à la montée en puissance de l’anticommunisme, du côté américain, furent à l’origine de la révision de la politique de coopération avec l’Union soviétique, de la remise en cause de la politique répressive menée à l’égard de l’Allemagne et de la fusion, en 1947, des zones anglo-saxonnes à laquelle vint se joindre la zone française en 1948-1949. Si les archives ont révélé que les Soviétiques ne prirent guère au sérieux les premières manifestations de la réorientation politique occidentale et s’en tinrent invariablement à l’application des décisions de Potsdam, les perspectives de reconstruction et d’intégration de l’Europe occidentale qu’annonçait le plan Marshall en 1947, suscitèrent en revanche, dans la zone d’occupation soviétique, des interrogations multiples quant à l’avenir de la politique allemande de l’URSS, interrogations que venaient encore accroître les problèmes non résolus de sa mise en œuvre. Des voix s’élevèrent ainsi pour « construire la zone d’occupation » sur le modèle soviétique, et leurs partisans se trouvèrent confortés dans leurs positions par le durcissement de la politique extérieure soviétique, perceptible dans les années 1947-1948. Celui-ci ne signifia cependant pas une remise en cause de la politique allemande de Staline mais, face aux revers successifs qu’elle avait essuyés, aux impasses qu’elle avait révélées et aux impatiences qu’elle avait suscitées par son absence de perspective à la suite de l’abandon par les Occidentaux des principes de Potsdam, les Soviétiques ne voyaient toutefois d’autre alternative que de laisser construire leur zone d’occupation, pour en préserver les acquis démocratiques et antifascistes, tout en lui refusant leur caution officielle.

8La juxtaposition de ces deux conceptions foncièrement contradictoires explique l’impasse grandissante où se trouvèrent acculés les Soviétiques. La crise de Berlin en 1948-1949 en constitua d’ailleurs une manifestation : l’offensive de grande envergure qu’ils déployèrent à cette époque-là, n’était en effet pas destinée à favoriser la création d’un État est-allemand, ou à renouer véritablement le dialogue quadripartite, ce qui aurait supposé de remédier à l’inapplicabilité des décisions adoptées à Potsdam. L’URSS cherchait en fait à ébranler la détermination occidentale et à influer sur l’opinion publique allemande. Le même désarroi perça lors de la création de l’Allemagne occidentale : l’URSS ne voulait pas de son instauration mais n’entreprenait rien concrètement qui pût détourner les Occidentaux de cette voie, sinon de créer à son tour un État en Allemagne de l’Est, mais en refusant sa transformation officielle en démocratie populaire et en relançant la propagande sur la défense de l’unité allemande. Cette dualité de la politique allemande de l’URSS n’allait pas survivre à l’intégration de l’Allemagne de l’Ouest dans le système de défense occidental. Les tentatives de riposte soviétiques à ce réarmement ne signifièrent nullement une volonté réelle de compromis et de remise en cause des postulats de la politique allemande stalinienne car l’URSS continuait de se référer systématiquement et uniquement aux décisions de Potsdam sans vouloir reprendre de négociations sérieuses sur la formation d’un État général allemand et sur la signature d’un traité de paix. Elle ne voulait pas du réarmement ouest-allemand mais elle n’était cependant pas disposée à payer le prix fort pour obtenir satisfaction, ne serait-ce que sur l’option de la neutralisation militaire de l’Allemagne. Les Soviétiques n’attendaient d’ailleurs aucun compromis de la part des Occidentaux (ceux-ci furent en effet unanimes dans leur rejet des propositions soviétiques de traité de paix en 1952) et savaient de ce fait ne pouvoir empêcher le réarmement ouest-allemand. La propagande mise en œuvre et l’offensive diplomatique déployée en 1952 qui prétendaient, pour la première, déstabiliser la population de la RFA et en faire l’acteur principal de l’échec du réarmement ouest-allemand et, pour la seconde, exploiter les intérêts divergents entre les puissances occidentales et semer la discorde dans le camp adverse, jouaient l’une et l’autre sur un registre déjà maintes fois exploité depuis 1941, l’appel aux Allemands pour la défense de leurs intérêts nationaux. Elles révélaient de même une perception immuable des Occidentaux.

9Cette pérennité remarquable dans la conviction de pouvoir instrumentaliser les aspirations allemandes et cette persistance toujours à raisonner en termes de lutte des classes, dans les rapports que l’URSS entretenait avec les Occidentaux, sont encore les marques indiscutables d’un enfermement idéologique et d’une incapacité, d’une impossibilité à changer de politique car toute modification aurait jeté le discrédit sur la nature même du régime soviétique qui fondait sa raison d’être dans sa supériorité et son opposition aux régimes capitalistes. Mais il ne faut toutefois pas confondre cet enfermement idéologique avec une sincère conviction, en 1952, chez les dirigeants soviétiques, de pouvoir enfoncer un coin dans le camp occidental ou de pouvoir ébranler l’opinion publique allemande et ruiner ainsi le projet européen. La consolidation officialisée de la RDA comme démocratie populaire dès avril 1952, si elle corroborait ce constat d’un enfermement idéologique, n’en révéla pas moins l’apparition d’un désintérêt croissant à l’égard du devenir national allemand, signe à la fois de la conscience d’un échec et de l’impossibilité de l’éviter.

10Après la mort de Staline en 1953, la lutte de succession au sein de la direction collégiale à Moscou empêcha toute définition d’une nouvelle politique allemande, mais devant les difficultés quotidiennes grandissantes, la construction du socialisme fut cependant ralentie en RDA. Le cap fut maintenu après la répression de la révolte de juin 1953. L’époque transitoire entre la mort du dictateur et la prise de pouvoir de N.S. Krouchtchev marqua la volonté des dirigeants soviétiques de minimiser la portée des événements de 1953 en RDA, de geler la question allemande en détournant la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Berlin en 1954 vers des conversations sur la sécurité européenne : Molotov, le Ministre soviétique des Affaires étrangères, y avança ainsi un projet de traité général européen de sécurité collective. La signature d’un traité de paix et la participation de l’Allemagne à son élaboration étaient reléguées au second plan. Lors de la conférence de Genève en 1955, les Soviétiques renvoyèrent les Allemands dos à dos : le règlement du problème allemand devenait désormais l’affaire des Allemands eux-mêmes. Or, l’URSS savait qu’un règlement interallemand de cette question interalliée était impossible. Consacrée comme une grande puissance sur la scène internationale, l’URSS masquait ainsi l’échec de ses ambitions allemandes en s’engageant désormais dans la recherche d’une reconnaissance du statu quo en Europe et, corollaire logique, de l’établissement de relations diplomatiques avec les deux Allemagnes sur la base de l’existence de deux États souverains.

11Ce gel de la question allemande confirme notre hypothèse initiale d’une interdépendance entre l’instauration de la division allemande et la montée en puissance de l’État soviétique sur la scène internationale après 1945. L’URSS n’avait pas souhaité la division allemande, mais échouant dans son désir de convertir toute l’Allemagne au socialisme, elle était cependant en mesure de figer une évolution contraire à ses intérêts. Un lien direct de cause à effet existe donc entre la division allemande et la montée en puissance de l’URSS mais il n’est pas exclusif, car l’échec final des ambitions staliniennes a prouvé que les positions occidentales étaient également déterminantes pour le devenir étatique de l’Allemagne.

12En décrivant et en expliquant la dialectique de la formation de la politique allemande de l’URSS, ses objectifs, ses succès et ses échecs, cette étude s’est efforcée de mettre en exergue l’aspect dynamique de ce processus, les superpositions d’événements qu’il recouvre, ses complexités et ses contradictions inévitables. Car, la politique allemande de Staline, contrairement à la perception assez statique et très événementielle propagée jusque-là par l’historiographie occidentale, ne fut pas une succession d’événements et de ruptures nettes ; elle fut au contraire, toute de superpositions et d’enchevêtrements : sa double évolution après 1946 l’atteste parfaitement.

13Les périodisations que l’on rencontre communément dans les monographies consacrées à cette époque sont marquées du prisme de la guerre froide et par l’obsession de rejeter, soit sur l’URSS, soit sur les Occidentaux, la responsabilité du début de la guerre froide. Or, de telles présentations faussent totalement la perception de la nature même de la coalition antihitlérienne qui contenait, dès sa naissance, les germes de sa destruction. Elles faussent surtout celle de la position qu’y détenait l’URSS. Celle-ci ayant fixé, dès les premiers jours de la collaboration interalliée, les limites précises de son engagement, le dépassement de ces limites ne pouvait venir que des Occidentaux eux-mêmes. S’il faut parler du début de la guerre froide, ce ne peut être qu’en référence uniquement à la réorientation de la position occidentale mais en aucun cas à la position soviétique, car cela laisserait croire à un engagement antérieur des Soviétiques plus large qu’il ne fut en réalité et accréditerait une hypocrisie, celle de l’existence d’une réelle collaboration. Ces périodisations ne permettent enfin pas de saisir tout le pragmatisme de la politique soviétique, les prises de position et les abandons circonstanciels de la direction du Kremlin. Celle-ci avait par exemple fortement défendu l’idée de la signature rapide d’un traité de paix drastique à la fin de la guerre ; une fois la présence soviétique acquise sur le terrain, Moscou fut amenée à mettre cette exigence en sourdine pour privilégier le pourrissement du Conseil de contrôle interallié puis, face à la prise d’initiative occidentale, elle reprit l’idée du traité de paix.

14Le prisme de la guerre froide a également conduit à grossir, voire à exagérer certains événements : le durcissement de la politique extérieure soviétique perceptible en 1947-1948, n’a ainsi nullement constitué un changement stratégique dans sa politique allemande. L’historiographie a peut-être confondu nécessité de réorientation et effectivité de cette réorientation. Si cette nécessité fut effectivement ressentie, et logiquement de manière amplifiée aux niveaux exécutifs, rien dans l’attitude soviétique de 1946 à 1949 ne peut en effet être assimilé à un changement stratégique. Les Occidentaux avaient non seulement montré une radicalisation, mais surtout une réorientation de leur politique, car ils passaient du postulat du maintien de l’alliance avec l’URSS à son rejet. Rien de semblable n’eut lieu du côté soviétique, car une réorientation aurait signifié que l’URSS recherchait désormais à creuser les voies d’une coopération véritable avec les Occidentaux. Or, elle ne fit en fait que radicaliser ses positions. On ne peut donc pas parler de rupture dans les positions soviétiques mais de riposte, ce qui situe l’enjeu à un niveau différent : une rupture serait d’ordre stratégique, la riposte est d’ordre tactique. La crise de Berlin en fut un bon exemple. Pour clore ces réflexions qu’inspire l’examen de la politique allemande de Staline, on peut dire qu’il est à la fois vrai et faux d’affirmer que les Soviétiques avaient un plan préétabli pour l’Allemagne : vrai si l’on se place sur les plans idéologique et donc stratégique, car l’URSS voulait la conversion de l’Allemagne au socialisme ; faux, en revanche, si l’on raisonne en termes de tactique car la politique soviétique était conditionnée par l’attitude occidentale et contrainte, de ce fait, à un fort pragmatisme. La politique allemande de Staline fut parfaitement dualiste durant toute la période considérée et cette dualité même portait en germe son échec car les Soviétiques étaient incapables d’en affranchir leur politique mais, de par leur position de force au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ils étaient capables, en revanche, d’en masquer les effets en gelant la question allemande sur le plan international et en la tabouisant sur le plan national.

  • 1 Preuve en est la répression des soulèvements en Hongrie et en Pologne en 1956.
  • 2 Neues Deutschland du 4 mars 1956 où il dénie à Staline le droit de figurer parmi les classiques du (...)
  • 3 Le deuxième homme du SED, Karl Schirdewan, le chef du Service de la Sécurité d’État, Ernst Wollwebe (...)
  • 4 Processus de normalisation des rapports de la RFA avec les pays de l’Europe de l’Est, excluant jusq (...)
  • 5 La constitution de 1968 affirmait cependant dans son préambule que la RDA était un État socialiste (...)
  • 6 Archiv der Gegenwart, 1974, p. 18977. Ce durcissement est-allemand allait de pair avec les progrès (...)

Une brève rétrospective de l’évolution de la politique allemande des Soviétiques par la suite va montrer que ce gel de la question allemande perdura, sur le plan international, pratiquement jusqu’à la réunification de l’Allemagne en 1990. En dépit de la dénonciation opérée par Krouchtchev des méthodes répressives et totalitaires du pouvoir stalinien, lors du XXe Congrès du PC en 1956, la déstalinisation ne s’accompagna pas en effet d’une remise en cause des fondements de la politique extérieure en Allemagne et en Europe orientale1. En RDA, si Ulbricht condamnait les errements du stalinisme2, la 28e session du Comité central du SED en juillet 1956 ne changeait cependant rien à la ligne de conduite politique3. La RDA s’en tenait à la théorie des deux États mais continuait d’invoquer le lien national qui les unissait. Puis, avec le début de l’Ostpolitik4, l’État est-allemand introduisit l’Abgrenzungspolitik, la politique de la démarcation vis-à-vis de la RFA, créa une nationalité propre le 20 février 19675, puis dans une révision de la Constitution, le 27 septembre 1974, abandonna désormais toute référence à la nation allemande pour n’insister que sur les spécificités de ses structures politiques et socio-économiques. La RDA ne se considérait dès lors plus comme un État socialiste de la Nation allemande mais se définissait comme un « État socialiste d’ouvriers et de paysans »6. Le traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle conclu entre la RDA et l’URSS, le 7 octobre 1975, confirma certes cette division nationale aux yeux du monde communiste puisque les deux pays supprimaient la clause de réunification contenue dans le précédent traité d’amitié de 1964, mais en y rappelant les droits et les responsabilités des quatre puissances sur l’Allemagne entière, l’URSS se refusait toutefois à signer un traité de paix avec la seule RDA et soulignait donc par là même implicitement que la question allemande restait une question en suspens...

  • 7 Ce constat d’une « tabouisation » de la question allemande est conforté d’ailleurs par les ambiguït (...)
  • 8 Citons pour exemple les Mémoires posthumes du conseiller politique de la SVAG, W.S. Semenjow, Von S (...)
  • 9 S.A. Seraev, Istoriâ SSSR. Epoha socialisma. Učebnœ posobie dlâ istoričeskogo fakulteta pedogogičes (...)

15L’Europe et l’Allemagne vivaient ainsi à l’heure de la confrontation et de la bipolarité et sur le plan interne en URSS, la question allemande était également taboue. Dès la mort de Staline, en effet, l’historiographie soviétique devint muette sur le problème allemand ou s’enferra dans une tentative de récupération, présentant comme la réalité de la politique allemande de l’URSS entre 1941 et 1955 ce qui en fait, à cette époque-là, était blâmé pour « sectarisme » et « déviationnisme » : les publications postérieures à 1953 éludèrent ainsi totalement la volonté de Staline de procéder à une conversion mesurée et progressive au socialisme et de simuler un jeu démocratique face aux Occidentaux. Elles ne mirent en avant que l’idée de la création d’un État socialiste. D’une façon générale, dans les ouvrages soviétiques, l’histoire de l’Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale commença en effet à la création de la République démocratique allemande en 19497. Les manuels qui abordaient le thème de l’occupation de l’Allemagne biffèrent tout simplement les années 1945 à 1949 et gardèrent le silence sur l’existence et les fonctions de l’Administration militaire soviétique : il faudrait attendre le début des années 90 pour voir apparaître, en Russie, les premiers témoignages biographiques évoquant son existence8. Quand il était fait mention de la zone d’occupation, c’était pour signaler, en deux phrases courtes et lapidaires, les transformations socialistes qui y furent mises en œuvre (démocratisation, dénazification et démilitarisation). Les comptes rendus restèrent toujours très sommaires : « Pour la première fois, sur le sol allemand, fut créé un gouvernement de type nouveau : un gouvernement des travailleurs et des paysans »9. Ce silence et cette tentative de récupération, en soi éloquents, ne furent pas les seules marques de l’échec de la politique allemande de Staline. Les omissions délibérées, les falsifications évidentes et les justifications maladroites et a posteriori dont furent truffées, dans l’après-guerre, les publications officielles de l’URSS ou de l’Allemagne de l’Est sur la politique extérieure, les manuels scolaires ou les monographies contemporaines en constituèrent aussi des preuves supplémentaires. Ils propagèrent ainsi largement l’image qui consacrait l’URSS dans un rôle de rédempteur face à un peuple allemand responsable des hostilités. Toujours, il était fait référence à l’aide généreuse que les Soviétiques apportèrent à l’édification d’une Allemagne nouvelle et démocratique :

  • 10 V. Eggerat, Kuda idët Gennaniâ ?, Moscou, 1968, p. 249, cité par S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, Soû (...)

« Les officiers de la SVAG nous aidèrent énergiquement dans ce domaine. L’Histoire ne connaît pas un tel précédent où une puissance victorieuse ait agit comme l’a fait l’URSS. Malgré les dommages militaires monstrueux que lui a causés l’Allemagne hitlérienne, elle nous a apportés toute l’aide matérielle et spirituelle possible pour aider le peuple vaincu à déployer ses talents créatifs »10.

16De même, l’insistance sur le fait que l’occupation était une situation sans précédent dans l’histoire de la Russie ou de l’URSS était une manière d’excuser par avance toutes les erreurs et tous les échecs ultérieurs. Dès l’introduction d’un ouvrage publié en 1995 et consacré à la politique d’occupation soviétique en Allemagne, M.I. Semirâga, ancien membre de la SVAG, avait souligné le caractère exceptionnel de cette situation pour l’URSS sur le plan idéologique :

  • 11 M.I. Semirâga, op. cit., p. 5.

« Dans les trois fronts armés en février-mars 1945, deux millions et demi de soldats soviétiques vont se retrouver investis du rôle de libérateurs du peuple allemand et d’occupants de l’Allemagne. Dans ces lointaines années, le statut d’occupant contredisait la nature de l’homme soviétique, car conformément à l’éducation marxiste-léniniste qu’il avait reçue et par vocation, il ne pouvait être que le libérateur des chaînes impérialistes des masses ouvrières »11.

17De même, pouvait-on lire dans le recueil de documents diplomatiques soviétiques et est-allemands publiés en 1969 :

  • 12 Ministerstvo Inostrannyh Del SSSR-Ministerstvo Inostrannyh Del GDR, Za antifašistskuû-demokratičesk (...)

« Après la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne hitlérienne, il incombait à l’URSS d’être placée, pour la première fois pour un État socialiste, devant la mission d’assumer les fonctions de puissance occupante. Elle devait mener une politique d’assistance et de soutien sans réserves aux forces démocratiques allemandes, fondée sur la prise en compte des intérêts nationaux du peuple allemand. Le concept même d’occupation devait en acquérir un contenu nouveau, sans précédent jusque-là dans l’histoire »12.

  • 13 Voir à ce titre l’ouvrage de J. Lévesque, 1989 : La fin d’un empire. L’URSS et la libération de l’E (...)
  • 14 Il était également directeur du Département Relations Internationales des pays socialistes à l’Inst (...)
  • 15 V. Dašiŝev, « Vostok-Zapad : poisk novyh otnošenij », Literaturnaâ Gazeta, 18/05/88, p. 14. Cet heb (...)

18Les postulats de la politique allemande menée entre 1941 et 1955 ne furent remis en cause qu’à l’occasion du débat instauré sur la politique extérieure de l’URSS, pendant la Perestroïka, en 1987-1988. Encore faut-il nuancer cette remise en cause qui s’entoura de contradictions, d’ambiguïtés et qui limita la portée de ses critiques et des perspectives de règlement de la question allemande. La Perestroïka, sous l’égide du nouveau Secrétaire Général de l’URSS, M. S. Gorbatchev, avait prôné dès 1985, une volonté de restructuration politique, économique et sociale interne, la mise en place d’un nouvel ordre international fondé sur un dépassement de la bipolarité, la désidéologisation des relations internationales, la régulation des armements et une politique de rapprochement progressif et contrôlé des deux blocs antagonistes13. Mais cette politique de réformes et cette vaste remise en cause générale épargnèrent, jusqu’en 1988-1989, toute critique sur la conduite de la politique extérieure de l’URSS et par ricochet, de sa politique allemande dont les fondements avaient été jetés entre 1941 et 1955 : « Est-il possible que, dans ce domaine, tout ait été parfait chez nous et que nous n’ayons eu d’autres voies d’action possibles que celles que nous avons choisies ? », s’interrogea alors Vâčeslav Dasisev, un historien de l’Académie des Sciences de l’URSS14 dans un article retentissant, paru le 18 mai 1988 dans la Literaturnaâ Gazeta15 Et l’auteur de dénoncer la faillibilité du système stalinien et de fragiliser la symbolique de la forteresse assiégée. Tous les choix politiques de Staline furent jetés à bas : le pacte Molotov-Ribbentrop d’août 1939 devint, pour Dašiŝev, l’illustration parfaite de l’aveuglement de Staline qui avait provoqué une rupture de l’équilibre traditionnel des puissances en Europe en laissant la France et l’Angleterre seules face à l’Allemagne nazie, compromettant ainsi la solidarité occidentale envers l’URSS au moment de l’attaque allemande. Ce déséquilibre européen s’était accentué au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec l’émergence de régimes socialistes en Europe de l’Est :

  • 16 V. Dašiŝev, ibid., p. 15.

« Ces résultats étaient tout à fait satisfaisants pour nous, écrit Dašišev en se référant à la mise en place du système mondial du socialisme, mais le renforcement évident des positions soviétiques, l’émergence d’une influence soviétique en Europe centrale et orientale ont été compris par nos alliés de la veille dans la coalition antihitlérienne comme une rupture significative de l’équilibre européen, menaçant leurs intérêts »16.

  • 17 V. Dašiŝev, « Dorigi, kotorye nam vybiraût », Komsomolskaâ Pravda, 19/07/88.
  • 18 E. Pozdnâkov, « Nacional’nœ i internacional’nœ v vnešnej politike SSSR », Meždunarodnaâ žizn’, 06 ( (...)

19Dašišev alla plus loin dans sa critique de la mauvaise gestion de la politique étrangère de l’URSS en disant qu’elle provenait aussi de l’absence, dans le passé, de conciliation et d’adéquation entre les objectifs de politique extérieure et les choix politiques intérieurs et du manque de transparence et de culture démocratique de la diplomatie soviétique17. Elguiz Pozdnâkov, collaborateur scientifique à l’Institut de l’Économie mondiale et des Relations Internationales de Moscou, poursuivit dans la voie des critiques en consacrant, en juin 1989, un article entier à la confusion chez les Soviétiques d’un grand nombre de concepts clefs comme ceux d’intérêts nationaux, étatiques mais aussi de sécurité nationale18. Cette confusion proviendrait à la fois d’une absolutisation du rôle de l’État et de la dualité de la politique extérieure soviétique qui s’est toujours heurtée au caractère irréconciliable des objectifs politiques concrets de l’État et des conceptions idéologiques de lutte des classes et d’internationalisme prolétarien :

  • 19 Ibid., p. 9.

« L’idée d’exporter la révolution mondiale ou celle de la forteresse assiégée ont, par exemple, longtemps coexisté de manière étrange avec la nécessité d’établir des relations inter-étatiques normales avec le reste du monde »19.

20Cette dualité, continuait l’auteur, conduisit à ce que les intérêts de sécurité soviétiques fussent toujours envisagés sous l’angle idéologique : ils participèrent longtemps de la représentation déformée de la partie adverse, de stéréotypes et de la culture d’une psychose obsidionale, ce qui provoqua une évaluation faussée de la situation globale et mena l’URSS dans une impasse.

21Si les critiques adressées à l’encontre de la conduite générale de la politique étrangère soviétique rivalisèrent de virulence, elles se firent plus ambiguës quand elles s’attaquèrent à la politique allemande : la « tabouisation », depuis des décennies, de la question nationale allemande avait laissé des traces... La perception du problème allemand, telle qu’elle ressort des écrits de cette époque, révélait en effet parfaitement la réduction qu’avait opéré l’historiographie officielle depuis la mort de Staline : à l’instar de la politique appliquée par ses successeurs, la question allemande n’était plus qu’une affaire de stratégie et de sécurité... Les aspirations nationales allemandes qui avaient été pourtant le fer de lance de toute la propagande soviétique de 1941 à 1953 étaient occultées. Les prises de position durant la polémique sur la question allemande furent symboliques de cet état de fait. Eduard Shevarnadze, le Ministre des Affaires étrangères, justifia ainsi l’attitude élusive de M.S. Gorbatchev sur cette question, dans L’avenir s’écrit liberté... :

  • 20 E. Shevarnadze, L’avenir s’écrit liberté..., Paris, Odile Jacob, 1991, p. 241.

« En 1986, il était inconcevable de poser ce problème (de la division allemande) au niveau du principe car l’URSS était trop habituée à penser que l’existence de deux États allemands garantissait de façon fiable la sécurité de l’URSS et de l’Europe. Nous avions payé un prix démesuré pour cela. Les souvenirs de guerre et de la victoire l’emportaient sur les nouvelles conceptions des limites de la sécurité (...) »20.

22Quant à Dašiŝev, dans son article de la Literaturnaâ Gazeta en mai 1988, s’il qualifia la division allemande d’exemple éclatant de la politique expansionniste de Staline, il prôna toutefois le maintien du statu quo territorial et politique en Europe, le mieux à même de servir les intérêts de sécurité soviétiques et ceux des ambitions gorbatchéviennes :

  • 21 V. Dašiŝev, « Nekotorye aspekty germanskoj problemy », Mémorandum à l’adresse de M.S. Gorbatchev et (...)

« Il est pour tous évident que le statu quo né de l’Histoire est une réalité incontournable et que toute modification de cette réalité pourrait entraîner une perte de la stabilité et de la sécurité en Europe »21.

23Les dirigeants soviétiques affichaient une position figée et répétaient inlassablement la nécessité de maintenir le statu quo en Europe et l’existence de deux États souverains et indépendants. Avec la question allemande, se posait en effet le problème des répercussions immédiates et concrètes de la relecture de l’Histoire à laquelle procédait la Nouvelle Pensée.

24Si l’URSS détruisait elle-même l’héritage du passé, si elle brisait les piliers idéologiques et historiques de l’État, comment conserverait-elle son unité et sa puissance ? Si, pour ces raisons multiples, les dirigeants soviétiques ne pouvaient s’affranchir des postulats hérités de l’époque stalinienne, ils n’étaient cependant plus en mesure de les imposer dans le contexte de restructuration interne, de repliement sur elle-même que connaissait l’URSS : dans un vaste élan national, la question allemande se réglait alors contre eux et presque sans eux, annonçant, dans ce dénouement, l’effondrement du régime soviétique.

Notes

1 Preuve en est la répression des soulèvements en Hongrie et en Pologne en 1956.

2 Neues Deutschland du 4 mars 1956 où il dénie à Staline le droit de figurer parmi les classiques du marxisme.

3 Le deuxième homme du SED, Karl Schirdewan, le chef du Service de la Sécurité d’État, Ernst Wollweber, et le Secrétaire du CC-SED, Gerhart Ziller qui, dans le sillage de la déstalinisation réclamaient le départ d’Ulbricht et l’instauration de réformes furent vaincus lors de la 35e session du CC-SED en février 1958, voir H. Weber, Die DDR 1945-1990, op. cit., p. 46-47.

4 Processus de normalisation des rapports de la RFA avec les pays de l’Europe de l’Est, excluant jusqu’alors toutes relations inter-étatiques classiques, selon la définition donnée par B. Guérin dans L’évolution juridique de l’Allemagne de 1945 au Traité fondamental, op. cit., p. 131.

5 La constitution de 1968 affirmait cependant dans son préambule que la RDA était un État socialiste de la Nation allemande, dans Archiv der Gegenwart, 6/04/68, p. 13849. Mais ce fut la dernière allusion de la RDA à l’unité nationale. Ses dirigeants s’en tinrent par la suite à la division nationale.

6 Archiv der Gegenwart, 1974, p. 18977. Ce durcissement est-allemand allait de pair avec les progrès de l’Ostpolitik. Pour plus de détails sur cette dernière, sur le traité de Moscou du 12 août 1970 et sur le Traité fondamental entre la RFA et la RDA, le 21 décembre 1972, voir B. Guérin, op. cit., p. 131-147.

7 Ce constat d’une « tabouisation » de la question allemande est conforté d’ailleurs par les ambiguïtés des juristes sur la question de la disparition de l’État allemand, datée soit en 1945, soit en 1949, voir chapitre VIII.

8 Citons pour exemple les Mémoires posthumes du conseiller politique de la SVAG, W.S. Semenjow, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-1991, op. cit. et l’ouvrage d’un officier de la SVAG, M. I. Semirâga, Kak my upravlâli Germaniej, op. cit.

9 S.A. Seraev, Istoriâ SSSR. Epoha socialisma. Učebnœ posobie dlâ istoričeskogo fakulteta pedogogičeskogo instituta, Prosveŝenie, Moscou, 1983, p. 355 ; A.M. Samsonov, Kratkaâ istoriâ SSSR. Ot Velikoj Oktâbr’skoj socialističeskoj revolûcii do naših dnej, Moscou, Nauka, 1983, p. 486-487 ; Istoriâ SSSR s drevnejŝih vremën do naših dnej, t. XI ; LA. Vâzankin, Sovetskij Soûz na puti k razvitomu socializmu 1945-1950, Moscou, Nauka, 1980, p. 26-29 ; Istoriâ kommunističeskoj partii Sovetskogo Soûza, t. V. KPSS nakanune i v gody velikoj otečestvennoj vojny, v period upročeniâ i razvitiâ socialističeskogo obŝestva, Moscou, Izd. političeskoj iiteratury, 1983, p. 112-117. Toutes les éditions successives depuis 1953 furent ainsi épurées.

10 V. Eggerat, Kuda idët Gennaniâ ?, Moscou, 1968, p. 249, cité par S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, Soûzniki i germanskij vopros 1945-1949gg, op. cit., p. 82.

11 M.I. Semirâga, op. cit., p. 5.

12 Ministerstvo Inostrannyh Del SSSR-Ministerstvo Inostrannyh Del GDR, Za antifašistskuû-demokratičeskuû Germaniû, Sbornik dokumentov 1945-1949, (pod red. G.A. Belov / V.S. Semenov), Moscou, éd. pol. lit., 1969, p. 8.

13 Voir à ce titre l’ouvrage de J. Lévesque, 1989 : La fin d’un empire. L’URSS et la libération de l’Europe de l’Est, Paris, FNSP, 1995.

14 Il était également directeur du Département Relations Internationales des pays socialistes à l’Institut d’économie du système socialiste mondial de Moscou.

15 V. Dašiŝev, « Vostok-Zapad : poisk novyh otnošenij », Literaturnaâ Gazeta, 18/05/88, p. 14. Cet hebdomadaire moscovite était consacré à l’actualité politique et aux chroniques littéraires.

16 V. Dašiŝev, ibid., p. 15.

17 V. Dašiŝev, « Dorigi, kotorye nam vybiraût », Komsomolskaâ Pravda, 19/07/88.

18 E. Pozdnâkov, « Nacional’nœ i internacional’nœ v vnešnej politike SSSR », Meždunarodnaâ žizn’, 06 (1989), p. 3-14.

19 Ibid., p. 9.

20 E. Shevarnadze, L’avenir s’écrit liberté..., Paris, Odile Jacob, 1991, p. 241.

21 V. Dašiŝev, « Nekotorye aspekty germanskoj problemy », Mémorandum à l’adresse de M.S. Gorbatchev et d’E. Shevarnadze, 27/11/87, 26 p. Dašiŝev devait cependant peu à peu s’affranchir de la vision qui subordonnait le problème national allemand aux seuls intérêts de sécurité soviétiques.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search