Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Deuxième partie. La mise à l’épreuve et l’échec de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre IX. L’intégration des deux États Allemands dans des systèmes défensifs distincts

Texte intégral

Les formes de l’intégration

Les étapes de la construction européenne

  • 1 Voir la position très active des Allemands de l’Ouest sur le statut d’occupation dans W. Abelshause (...)
  • 2 L’expression est le titre d’un ouvrage d’Alfred Grosser paru en 1958, chez A. Colin, Paris, trad. a (...)
  • 3 Sur l’aide accordée par le plan Marshall, voir L. Herbst, Option für den Westen. Vont Marshallplan (...)

1Ni la République démocratique allemande, ni la République fédérale d’Allemagne, ces deux États nouvellement nés, n’avaient les attributs d’une réelle souveraineté. Le successeur de l’Administration militaire, la Commission de contrôle soviétique continuait en RDA de viser toutes les questions de politique intérieure et extérieure, tandis que la RFA conservait un statut d’occupant1 et ses affaires étrangères ressortaient aux hauts Commissaires. Si le Chancelier chrétien-démocrate, Konrad Adenauer, avait su s’imposer comme le symbole de « la démocratie de Bonn »2, il allait cependant devoir procéder par étapes pour conquérir la pleine souveraineté étatique et la reconnaissance de l’égalité des droits de l’Allemagne de l’Ouest dans la communauté des nations. Devaient paradoxalement l’y aider l’accroissement des tensions entre l’Est et l’Ouest au début des années cinquante avec la guerre de Corée et la nécessité ressentie d’un réarmement ouest-allemand. Cette dernière question ne peut être évidemment extraite du contexte général de la construction européenne qui était la condition posée par le plan Marshall à toute aide des États-Unis3 ; certes, il ne peut s’agir, dans ce travail, d’en aborder de façon détaillée les aspects économiques, politiques ou militaires mais une présentation succincte est néanmoins nécessaire pour comprendre la position qu’adopteraient les Soviétiques au début des années cinquante.

  • 4 Truman, Acheson, Marshall, Dulles et Fulbright s’en faisaient les chantres, voir P. Gerbet, La cons (...)
  • 5 J. Rovan, « Konrad Adenauer, d’une Allemagne à l’autre », dans G. Krebs et G. Schneilin, L’Allemagn (...)
  • 6 W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. IX.

2La nécessité de la reconstruction européenne et de l’édification d’une union européenne, perçues par les États-Unis comme le seul moyen d’éviter un engagement permanent de leur part en Europe impliquait celle de rattacher l’Allemagne à ce processus4. Elle apparaissait comme le seul moyen de préserver une paix durable sur le continent. Les Britanniques, en revanche, considéraient la participation américaine à cette entreprise comme la seule solution adéquate aux problèmes de sécurité, d’équilibre des forces en Europe et au redressement de l’Allemagne. Les États-Unis, selon le gouvernement travailliste d’Attlee, contrôleraient mieux l’Allemagne qu’une hypothétique union européenne. L’Allemagne et l’Italie estimaient, pour leur part, que le chemin européen était l’unique moyen de retrouver et de consolider la démocratie. Le Chancelier Adenauer ne perdait certes pas de vue la réunification de l’Allemagne entière mais, convaincu de la volonté expansionniste des Soviétiques en Europe, il estimait qu’elle ne pourrait se réaliser que dans le cadre d’un ancrage ferme et définitif de la RFA à l’Occident, placé sous la protection américaine5. Un tel ancrage, en effet, ne constituait pas à ses yeux un obstacle à la réunification : l’incorporation de la RFA à l’Occident, ainsi que son renforcement militaire dans le cadre occidental, impliqueraient à terme un processus de détente entre l’Est et l’Ouest et ouvriraient la voie à la réunification allemande6. Pour l’ancien maire de Cologne, il y avait donc une interdépendance étroite entre l’intégration à l’Ouest et la réunification allemande puisque le réarmement du monde occidental devait conduire inéluctablement l’URSS à la table de négociations. En 1951, Adenauer déclarait d’ailleurs avec optimisme :

  • 7 « Bericht zur politischen Lage auf der Sitzung des Bundesparteiausschusses der CDU in Bonn », 14/06 (...)

« (Le moment viendra) où la Russie soviétique se demandera : si je ne peux atteindre mon objectif par le biais de la guerre froide, cela vaut-il la peine que je maintienne mon armement (...) ou ne vaut-il pas mieux que je tente des négociations avec les puissances occidentales pour un modus vivendi qui me permettrait de détourner mes forces et mon capital vers les tâches incommensurables qui m’attendent sur le plan interne et sans le règlement desquelles la Russie soviétique ne peut espérer survivre à terme »7.

  • 8 Voir infra, même chapitre.

3Cet ordre de priorités, très tôt défendu, vaudrait au Chancelier d’être, durant de longues années, accusé de sacrifier la réunification allemande à l’ancrage à l’Ouest8. La réussite du projet d’Adenauer présupposait, avant toute chose, la réconciliation avec la France. Le Chancelier admettait parfaitement, comme réalité justifiée, le besoin français de garanties contre un redressement trop rapide de l’Allemagne et contre toute résurgence de la menace allemande. Était de même perçue comme légitime la volonté française de faire contribuer l’Allemagne à la reconstruction d’une économie ruinée par l’occupation et dévastée par des années de guerre :

  • 9 J. Rovan, « Konrad Adenauer, d’une Allemagne à l’autre », op. cit., p. 251.

« C’est dans ce cadre de reconnaissance d’obligations allemandes envers la France que s’inscrit la recherche permanente de compromis supportables qui sera le contenu de sa politique française, compromis entre les revendications légitimes de (la France) et les nécessités de la survie du peuple allemand, survie matérielle au premier degré et survie morale et politique, ce qui signifiait concrètement le maintien de sa capacité de résistance contre les menaces et les séductions soviéto-communistes »9.

4Adenauer poursuivit avec ténacité et obstination la recherche de cette réconciliation à des conditions acceptables pour les deux parties.

  • 10 Voir J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik von 1944 bis 1953 », op. cit., p. 73-74.

5Il avait fort à faire car la position française était assez ambiguë : certes, elle reconnaissait la nécessité de construire l’Europe mais voulait maintenir son rang de puissance mondiale et craignait de ce fait les menaces que sous-tendait, pour sa sécurité et ses ambitions, le relèvement allemand. En 1947- 48, après le départ du Général de Gaulle, ses besoins économiques constants l’avaient conduite, par nécessité plutôt que par conviction, à réorienter progressivement sa politique extérieure : conscient que la réconciliation franco-allemande était la clef de voûte de la construction européenne, Bidault, le Ministre des Affaires étrangères, s’était ainsi rallié à une politique européenne pour encadrer l’Allemagne et où la France aurait une position de leader10.

  • 11 Voir supra, chapitre VII.
  • 12 G. Bossuat, « La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954 », op. cit., p.  (...)

6Face aux positions des uns et des autres, la construction européenne avait évolué selon trois axes, économique (avec la création de l’OECE), politique (avec celle du Conseil de l’Europe) et militaire (avec le Pacte de Bruxelles et le Pacte de l’Atlantique nord). Mais les progrès étaient limités car conflits d’intérêts étatiques et divergences internes marquaient chaque étape de ce processus. Si l’OECE, créée en avril 1948 à Paris11, avait encouragé la coopération mutuelle, la baisse des restrictions aux échanges commerciaux et monétaires et l’établissement d’une union douanière ou d’une zone de libre-échange, elle était demeurée en fait un simple organe de coopération intergouvemementale et n’avait pas ouvert la voie d’une véritable intégration européenne car les Européens s’étaient divisés sur l’opportunité d’instaurer une union douanière. La pratique cependant d’une coopération intereuropéenne avait obligé les Européens à régler leurs questions monétaires et commerciales dans le cadre d’un système de paiements ; la conversion des devises européennes entre elles puis par rapport au dollar était ainsi intervenue dans le cadre de l’Union Européenne des Paiements – UEP –, en septembre 1950, et cette institution, avec le principe de rattacher les monnaies à l’or et au dollar, pouvait apparaître, en dépit des difficultés, comme l’un des fondements possibles d’une véritable coordination intereuropéenne12.

  • 13 La France, la Grande-Bretagne, le Benelux, l’Italie, l’Irlande, le Danemark, la Norvège et la Suède (...)

7La coopération politique et parlementaire, quant à elle, avait abouti, à la suite d’une initiative française, à la constitution d’un groupe de pays attachés à la démocratie libérale et au pluralisme politique, dans un Conseil de l’Europe, crée le 5 mai 1949, à Strasbourg13. Mais les domaines de compétence de cette institution intergouvernementale et interparlementaire ne couvraient cependant pas les questions de politique étrangère ; ses moyens étaient exclusivement diplomatiques, sans engagement obligatoire, son rôle était donc essentiellement consultatif. Les divergences sur le devenir de cette institution allaient, de surcroît, rendre son fonctionnement difficile et susciter maintes illusions et incertitudes.

  • 14 Voir le rôle limité sur le plan international que conférait l’accord du Petersberg à la RFA, le 22  (...)
  • 15 Bossuat, op. cit., p. 8 et J. Schwarz, op. cit., p. 74-76.
  • 16 P. Gerbet, op. cit., 498 p.
  • 17 Les Britanniques se montrèrent réticents à tout élargissement de la CECA à d’autres secteurs économ (...)
  • 18 K. Schwabe, op. cit., p. 50.

8Un des problèmes essentiels auxquels se trouvait confrontée l’entreprise de construction et d’intégration européenne était celui de la nécessaire réconciliation entre la France et l’Allemagne. Les Français se montraient inquiets que l’on relevât l’Allemagne sans créer l’Europe14. Devant l’impossibilité d’instaurer une Europe par le haut, et devant l’échec de l’OECE pour coordonner la politique de relèvement économique, l’idée jaillit de commencer par le bas en développant la coopération dans certains domaines économiques clefs. L’initiative vint des Français avec la déclaration du 9 mai 1950 de Robert Schuman qui annonçait la création de la première institution supranationale, la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier – CECA –15. Ce plan était destiné à faciliter la recherche d’un compromis sur les positions des deux voisins en se focalisant sur la mise en commun des matières premières décisives pour le redressement économique européen : le charbon et l’acier. Outre qu’il devait empêcher une nouvelle guerre, ce choix garantissait, aux yeux de la France, le contrôle de l’industrie lourde allemande et de son potentiel de la Ruhr et du Rhin, par un libre accès au charbon. Il rehaussait son prestige international en assurant l’insertion de l’Allemagne occidentale dans un futur marché commun sans restrictions, ni discriminations ni subventions. À cette dernière, il donnait enfin la possibilité de recouvrer sa souveraineté économique. Une dynamique, une impulsion européenne était ainsi proposée car l’élargissement à d’autres secteurs industriels était inévitable. Le traité de la CECA auquel apposèrent leur signature les Français, les Allemands, les Italiens et le Benelux fut ainsi conclu le 18 avril 1951 à Paris16. Les États-Unis souscrivirent totalement à cette initiative en dépit de la restriction de marge de manœuvre politique qu’elle risquait d’entraîner et de l’absence ostensible de la Grande-Bretagne17. Mais tout progrès dans la voie de l’unification, ne serait-ce que d’une partie de l’Europe, leur paraissait en fait plus important que la perpétuation de la relation spéciale entre Anglo-Saxons18.

La question du réarmement ouest-allemand

  • 19 Voir A. Fontaine, Histoire de la guerre froide, t. I. De la Révolution d’Octobre à la guerre de Cor (...)
  • 20 La supériorité des Soviétiques en forces conventionnelles en Europe était estimée, en avril 1949, à (...)
  • 21 Voir J.F. Kennan, Memoirs 1925-1950, op. cit., p. 397-398.
  • 22 P. Guillen, « La France et la question de la défense de l’Europe occidentale, du pacte de Bruxelles (...)
  • 23 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 84.
  • 24 Voir A. Fontaine, Histoire de la guerre froide, t. II, op. cit., p. 41.

9Ce processus d’une intégration douce des économies européennes connut un brusque coup d’arrêt avec le déclenchement de la guerre de Corée19, le 25 juin 1950, qui, par ses implications, interrompit les quelques premières réflexions sur la construction européenne et donna la priorité au réarmement européen et à l’aide militaire. L’initiative, en matière militaire, était venue des Britanniques, après l’échec de la conférence de Londres en novembre 1947. Compte tenu de l’incapacité des Nations Unies de maintenir la paix du fait de l’antagonisme soviéto-américain, ils s’étaient inquiété des fondements futurs de la sécurité britannique. E. Bevin avait donc proposé une rencontre avec la France et le Benelux afin de discuter des problèmes de défense. J.F. Dulles avait encouragé le processus, d’autant plus que les Français, inquiets sur leur instabilité politique intérieure, étaient réticents à laisser se poursuivre le relèvement économique de l’Allemagne de l’Ouest sans avoir la garantie d’un soutien américain en cas de résurgence de la menace allemande. En 1948-1949, avec le blocus de Berlin, le risque d’un conflit militaire avait obsédé les esprits et si, vers la mi-1948, l’effondrement économique de l’Europe semblait écarté, sa faiblesse militaire apparaissait en revanche désormais menaçante20. En janvier 1948, Bevin avait ainsi proposé une union occidentale à caractère économique, politique et militaire entre la France, le Benelux et la Grande-Bretagne21. Les Français, conscients pour leur part que la France était incapable d’assurer seule sa défense, avaient plaidé pour organiser en commun une défense collective du continent ouest-européen22. Le 17 mars 1948, la Grande-Bretagne, la France et le Benelux avaient signé le Pacte de Bruxelles. S’il était officiellement destiné à prévenir tout revanchisme allemand, il visait aussi à se prémunir contre la menace communiste. Mais ce regroupement avait fait apparaître la pauvreté des moyens militaires dont disposaient les États européens et l’aspect illusoire des garanties. Ces derniers avaient donc souhaité obtenir, plus que la bénédiction politique des États-Unis, leur participation militaire, jugée comme la seule garantie réelle d’une protection face à la menace soviétique. Mais le Congrès américain, confiant dans sa supériorité atomique qui le dispensait d’une politique de réarmement23, ne l’envisageait pas et avait résolu de porter l’essentiel de son attention sur le Programme de relèvement européen. La prise du pouvoir par les communistes en Tchécoslovaquie, les pressions soviétiques exercées sur les États Scandinaves avaient cependant ébranlé cette confiance et presque établi un climat de psychose collective. La reconstitution des forces armées avait ainsi été mise à l’ordre du jour aux États-Unis, de même que le service militaire obligatoire24.

  • 25 North Atlantic Treaty, texte publié par I. von Münch, op. cit., p. 250-253. Il regroupait la France (...)

10La tension qui avait prévalu durant les premiers mois de 1948, lorsque les Soviétiques préparaient le blocus de Berlin, avait conduit à l’adoption, le 1 1 juin 1948, par le Sénat américain, de la résolution Vandenberg qui préconisait l’union, en temps de paix, entre les États-Unis et des pays situés hors de l’hémisphère occidental, union scellée par des accords de sécurité collective dans le souci de maintenir la paix, de renforcer la sécurité nationale et de résister à une attaque soviétique. Grâce à cette résolution, le 4 avril 1949, était signé à Washington, le Traité de l’Atlantique Nord qui rompait de façon éclatante et institutionnalisée avec la tradition isolationniste américaine en prévoyant un engagement militaire des parties contractantes25. La reconstruction économique de l’Europe était ainsi placée sous le bouclier protecteur des États-Unis. Ceux-ci se retrouvaient donc, bon gré mal gré, investis de la fonction de puissance hégémonique de l’Europe occidentale. Mais l’engagement de se porter assistance, s’il était certes couché dans les accords de Washington du 4 avril 1949, n’avait pas paru être une garantie suffisante car il ne prévoyait pas l’automaticité et les Européens appréhendaient que l’on n’en restât aux affirmations de principe et aux déclarations d’intention. Le déclenchement de la guerre de Corée, en faisant craindre à ces pays pour l’effectivité de leur défense, fit éclater l’acuité de la question du réarmement ouest-allemand et imprima ainsi une impulsion décisive à l’intégration de l’Allemagne à l’Europe occidentale. La première, parce qu’elle était située aux marches de la sphère d’influence soviétique, devait en effet être intégrée dans la défense de la seconde. Mais du fait de sa très forte symbolique quelques années à peine après l’effondrement du nazisme qui, par ses ambitions hégémoniques et destructrices, avait mis à genoux l’Europe entière, aucune des décisions relatives au réarmement allemand ne pouvait être une évidence de l’après-guerre :

  • 26 W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. VIII.

« Le principe de la sécurité pour et par la République fédérale d’Allemagne (devait être) lié à celui de la sécurité contre elle. Concrètement, cela signifiait que la RFA, incluse dans une alliance occidentale, devait être activée sur le plan militaire et sécuritaire ; son potentiel devait être exploité mais en même temps, il fallait la contrôler et la discipliner »26.

  • 27 K.. Schwabe, op. cit., p. 50. Ces unités est-allemandes, Bereitschaften der Kasernierten Volkspoliz (...)
  • 28 J. Schwarz, op. cit., p. 77 et P. Guillen, « La France et la question de la défense de l’Europe occ (...)

11La question du réarmement ouest-allemand avait germé à l’automne 1949. Churchill, dans un discours le 16 mai 1950 à Strasbourg, avait prôné l’incorporation d’un contingent allemand dans l’armée européenne. Les Etats-Unis, inquiets devant la faiblesse militaire de l’Europe, avaient commencé eux aussi de penser à réarmer l’Allemagne et ce, d’autant plus que dans la zone soviétique, avaient été mises en place des unités de police27. Face à ces dernières, le chancelier ouest-allemand, Konrad Adenauer, avait demandé l’augmentation des troupes américaines sur le sol européen et le droit pour l’Allemagne de l’Ouest de lever une police à armes lourdes. Truman avait accepté à condition que les Européens fissent un effort de réarmement, mais les Français s’y étaient montrés hostiles pour plusieurs raisons : ils craignaient d’une part, une rupture du processus démocratique et de l’intégration européenne et d’autre part, le changement de statut qu’entraînerait inévitablement le réarmement allemand. Enfin, ils voulaient donner la priorité au réarmement des alliés eux-mêmes, au renforcement de l’OTAN et de ce fait, ne souhaitaient que repousser la ligne de défense occidentale, le plus à l’Est possible, entre l’Elbe et le Rhin28. La guerre de Corée allait cependant faire accepter aux Français le principe de l’inéluctabilité du réarmement ouest-allemand.

  • 29 G. Wettig, Entmilitarisierung und Wiederbewaffnung in Deutschland 1943-1955, Internationale Auseina (...)
  • 30 J. Schwarz, op. cit., p. 77 et P. Guillen, op. cit., p. 90-91.
  • 31 Spofford était le suppléant américain au Conseil atlantique.
  • 32 K. Schwabe, op. cit., p. 51.

12Isolée, car les autres Européens (sauf la Belgique) approuvaient la proposition américaine29, la France choisit la fuite en avant et l’extension du système communautaire aux armées car elle craignait que le réarmement allemand ne compromît les négociations de la CECA. Elle lança donc le plan Pleven, du nom du Président du Conseil français, à l’Assemblée nationale le 24 octobre 1950 : il prévoyait une armée européenne rattachée aux institutions politiques de l’Europe. Ce plan d’une Communauté Européenne de Défense se calquait sur le système prévu par la CECA : l’armée devait être placée sous la responsabilité d’un Ministre européen de la Défense sous le contrôle d’une Assemblée européenne avec un budget militaire commun30. S’ils approuvèrent les bonnes dispositions françaises, les Américains souhaitèrent toutefois accélérer les choses. Deux plans s’opposèrent alors au Conseil atlantique pendant l’été 1950 : le plan Pleven et le plan Spofford qui prévoyait la levée de contingents allemands mis à disposition du commandement atlantique. Mais les Allemands le contestèrent car il instituait une discrimination en ne reconnaissant pas à la RFA l’égalité de droit. Le réarmement allemand paraissait impossible dans le cadre atlantique s’il était limité. Le plan Spofford fut de ce fait rejeté31. Aux négociations de Paris, le 15 février 1951, il fut traité du plan Pleven. Schuman proposa que l’armée européenne fût un élément de l’armée atlantique. H. Truman et son Secrétaire d’État, D. Acheson, approuvèrent l’idée française à condition toutefois que le commandement atlantique ait la haute main sur l’armée européenne. Les États-Unis, longtemps hésitants, se rangèrent en définitive à la proposition française après s’être convaincus qu’il n’existait pas d’autre solution pour obtenir le consensus européen sur le réarmement allemand32.

  • 33 J. Schwarz, op. cit., p. 78.
  • 34 W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. VIII.

13Le projet final de traité, la Communauté européenne de Défense – CED –, fut approuvé par la conférence de Lisbonne des Ministres du Conseil atlantique en février 1952 : il prévoyait une assistance mutuelle en cas d’agression, une administration militaire centrale européenne avec un budget commun. Mais les institutions prévues dans ce cadre se révélaient moins supranationales que ne l’auraient souhaité les Français car leurs partenaires s’opposèrent à la création d’un budget supranational commun et à la mise en place d’un Ministre européen de Défense. Le véritable organe de direction devait être le conseil des Ministres. L’harmonisation des actions du commissariat européen de la Défense (l’exécutif) et de la politique des gouvernements membres devait s’effectuer par l’unanimité des votes. Le contingent autorisé pour les Allemands de l’Ouest était limité à un cinquième de l’ensemble des forces armées ; aucune armée nationale ni aucun Etat-major n’étaient prévus pour la RFA. La France rejetait catégoriquement l’entrée d’une République fédérale souveraine et indépendante dans l’OTAN, ce que Bonn réclamait33. Ce projet conçu par la France paraissait en fin de compte plus avantageux que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord car la France y scellait sa primauté en forces militaires. Mais il présentait toutefois de graves inconvénients : l’engagement français en Indochine et en Afrique du Nord souleva par exemple la crainte de voir l’Allemagne se renforcer militairement. De surcroît, la perspective de devenir une puissance atomique, susceptible de redonner confiance aux Français, qui de ce fait pourraient peser sur l’Allemagne, était entravée dans la CED qui n’aurait pas autorisé une force de frappe nucléaire française34. Ces handicaps, conjugués à la crainte de perdre des éléments de souveraineté nationale et à la volonté de ne pas ruiner toute perspective de coopération avec les Soviétiques, auguraient mal de l’étape suivante, la ratification, qui devait permettre l’entrée en application de ce traité.

  • 35 Elle apparaît très nettement dans les notes et les rapports du Ministère soviétique des Affaires ét (...)

14Les Soviétiques n’étaient pas restés sans réagir aux négociations entreprises par les puissances occidentales pour intégrer la RFA à l’ensemble européen et l’incorporer à leur système de défense. La crainte, de surcroît, de l’impact que pourrait avoir dans la population allemande l’octroi, par les Occidentaux, d’une plus grande autonomie politique pour la République fédérale n’avait pas été non plus absente des préoccupations soviétiques35. Secondés par les Allemands de l’Est et par le parti communiste en l’Allemagne de l’Ouest, les Soviétiques allaient lancer une vaste offensive diplomatique orchestrée en deux volets : elle débuta, à la suite d’une initiative lancée par les Occidentaux en 1950, par des propositions avancées par le gouvernement de la RDA à celui de la RFA, pour se poursuivre avec une série de notes diplomatiques adressées par l’URSS aux trois autres puissances responsables de l’Allemagne. Mais contrecarrer l’intégration ouest-allemande et sa participation militaire à l’Europe occidentale présupposait logiquement une remise en question de la dualité qui marquait la politique soviétique pratiquement depuis le début de la réorientation occidentale. Or les Soviétiques étaient-ils prêts à faire de réels compromis et donc à sacrifier l’une ou l’autre des composantes de leur politique, le renforcement de la RDA ou la stratégie globale pour l’Allemagne ? De quelle manière allaient-ils trancher ce dilemme ?

La préparation de la réaction soviétique

« Les Allemands à une table ! »

  • 36 Semenov et Semičastnov à Gromyko, 26/05/50, AVPRF, Fonds 022, opis’ 3-a, papka 35, delo 55, 11. 15- (...)

15Le premier volet de la riposte soviétique appliquait la méthode de non-implication directe, éprouvée à maintes reprises déjà, pendant et après la guerre, et cautionnée discrètement par les Soviétiques : ceux-ci, en laissant ainsi agir officiellement les Allemands de l’Est, continuaient inlassablement de vouloir faire croire à leur indépendance politique et à leur souveraineté dans la gestion des affaires internationales. Cette méthode répondait au souci de montrer toujours que l’URSS était à l’écoute des intérêts nationaux allemands. Mais depuis la création de la RDA, en cherchant à obliger le gouvernement ouest-allemand au dialogue, cette méthode trahissait de même la quête de la reconnaissance d’une égalité de droit par l’institutionnalisation des contacts entre la RDA et la RFA. Une nouvelle initiative occidentale fut à l’origine du réemploi de cette méthode. Le 26 mai 1950, les trois hauts commissaires alliés avaient en effet transmis au chef de la Commission de contrôle soviétique des notes identiques réclamant le rétablissement de l’unité allemande par la création d’un gouvernement général sur la base d’élections générales libres et d’une liberté d’action pour tous les partis. Les libertés d’expression, de réunion, de presse et de circulation devaient aussi être respectées. Les trois puissances occidentales s’accordaient pour reconnaître que les élections libres d’une Assemblée constituante, placées sous un contrôle international, constituaient le premier pas vers le rétablissement de l’unité allemande. La signature du traité de paix devait suivre immédiatement la formation d’un gouvernement général. Comme le gouvernement de la RFA soutenait cette offre36, les Allemands de l’Est furent contraints de réagir rapidement.

16A la campagne ouest-allemande, la RDA répondit tout d’abord par de violentes diatribes : Ulbricht la rejeta en effet, lors du Congrès de la paix de la jeunesse à Berlin, en dénonçant le caractère non-démocratique de la RFA et l’impérialisme des États-Unis :

  • 37 Archiv der Gegenwart, 27/05/50, p. 2405.

« On nous parle de liberté mais comment peut-il être question de liberté tant que les forces d’occupation américaines mettent leurs pieds sur la table du peuple allemand ? Les puissances occidentales feraient mieux de quitter l’Allemagne aussi vite que possible »37.

17Les organisations populaires et le Front national des partis devaient renchérir le 29 mai 1950, mais en évoquant toutefois la possibilité d’élections générales libres :

  • 38 Archiv der Gegenwart, 29/05/50, p. 2313.

« Les soi-disant élections libres pour toute l’Allemagne proposées par le commissaire américain Mc Cloy ne sont qu’une manœuvre pour détourner l’attention. Derrière ce coup de propagande et de démagogie, se cache le désir à peine voilé d’étendre le statut d’occupation des puissances américaine et britannique à l’ensemble de l’Allemagne... Nous sommes déterminés à créer les conditions pour de véritables élections libres dans toute l’Allemagne et pour l’établissement d’une Allemagne unie, démocratique. Nous sommes déterminés à aider la population ouest-allemande à se libérer de la domination coloniale »38.

  • 39 Archiv der Gegenwart, 1/08/50, p. 2513F et 28/08/50, p. 2550.
  • 40 URSS, Albanie, Bulgarie, Tchécoslovaquie, Pologne, Roumanie, Hongrie et RDA.

18Ce discours n’allait pas ouvrir la voie de concessions pour de véritables négociations mais, au contraire, celle d’un chassé-croisé de propositions et d’intentions qui allaient se révéler purement déclaratoires du côté est-allemand. Le 28 août 1950, un Congrès national allemand fut convoqué à Berlin-Est afin de renforcer le combat national ; Pieck y énuméra ses douze commandements pour une résistance active, toujours fondée sur la défense de l’unité allemande, d’une paix juste et du retrait des troupes d’occupation mais sans plus évoquer, cette fois, la question des élections libres39. La conférence des Ministres des Affaires étrangères des pays de l’Europe de l’Est40, réunie à Prague, les 20-22 octobre 1950, donna le coup d’envoi d’une véritable offensive dénommée « les Allemands à une table ! », Deutsche an einen Tisch ! Le 22 octobre, la Déclaration de Prague répondait aux décisions de la conférence des trois puissances occidentales qui s’était tenue à New York, en septembre 1950, en défendant la conclusion immédiate d’un traité de paix avec l’Allemagne, après le rétablissement de l’unité allemande, conformément aux accords de Potsdam, la renonciation à la militarisation de l’Allemagne de l’Ouest et le retrait des troupes d’occupation dans un délai d’un an. La Déclaration éludait la question d’organiser des élections libres en proposant de créer un Conseil général allemand paritaire afin de préparer un gouvernement provisoire et démocratique :

  • 41 SSSR i vopros ob edinstve Germanii i mirnom dogovore s Germaniej, Moscou, 1952, p. 141. Voir aussi (...)

« Ce conseil doit préparer la formation d’un gouvernement général allemand provisoire, démocratique et pacifique (...) et doit, jusqu’à la création d’un gouvernement général, être associé aux consultations sur la préparation du traité de paix »41.

  • 42 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, vol. I, p. 311.

19Les élections étaient laissées aux bons soins de cette instance42. Le 15 novembre 1950, O. Grotewohl soutint les propositions de Prague et insista sur la parité nécessaire du futur Conseil constituant :

  • 43 Ibid., p. 180. Une telle insistance se comprend quand on sait que la RFA comptait une population pl (...)

« Un point est décisif dans l’exigence de la conférence de Prague d’organiser un Conseil constituant allemand paritaire : dans une telle instance, en effet, une partie ne doit pas être en majorité face à l’autre, car une majorité des voix interdit toute entente »43.

  • 44 Archiv der Gegenwart, 30/12/50, p. 2735A.
  • 45 A. Hillgruber, Deutsche Geschichte 1945-1982. Die deutsche Frage in der Weltpolitik, 4e éd. augment (...)
  • 46 Archiv der Gegenwart, 30/01/51, p. 2793.
  • 47 Archiv der Gegenwart, 5/03/51. p. 2845J.
  • 48 Archiv der Gegenwart, 9/03/51, p. 2850D.

20Le 30 novembre 1950, Grotewohl soumettait ce projet à Adenauer dans une lettre44. Le Chancelier ouest-allemand, approuvé par le SPD, le rejeta lors d’une conférence de presse, tenue le 15 janvier 1951, en rappelant les conditions préalables au rétablissement de l’unité allemande, posées par le gouvernement fédéral et le Bundesrat, dès le 22 mars 1950 : les puissances occupantes devaient promulguer une loi électorale pour élire en toute liberté une Assemblée nationale allemande constituante ; prélude aux élections générales, les partis politiques devaient pouvoir exercer leurs activités sans entraves et les personnalités politiques bénéficier d’une protection contre toute arrestation arbitraire45. En dépit de ce rejet ouest-allemand, une session extraordinaire de la Chambre du Peuple, le 30 janvier, appela le Bundestag à constituer le Conseil paritaire46. Le 5 mars 1951, le Président de la Chambre populaire écrivit aux quatre puissances occupantes afin de demander qu’à la prochaine conférence des Ministres des Affaires étrangères à Paris soit signé un traité de paix et que soient retirées d’Allemagne les troupes d’occupation47. Un échange de notes allait s’ensuivre car le 9 mars 1951, le gouvernement ouest-allemand demanda que le rétablissement de l’unité allemand fût garanti, lors de la conférence de Paris, par l’organisation d’élections libres sous égide internationale. Un parlement élu devait ensuite former un gouvernement général48. Grotewohl répondit au Bundestag, le 14 mars, dans un discours adressé à la Chambre du Peuple où il comparait Konrad Adenauer et Kurt Schumacher à Hitler :

  • 49 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, vol. I, op. cit., p. 46.

« Les déclarations des Docteurs Adenauer et Schumacher concernant leur soutien à l’organisation d’élections générales libres relèvent de la pure hypocrisie. S’ils étaient réellement prêts à franchir ce pas, ils reconnaîtraient que la formation d’un organe général allemand doit précéder la tenue d’élections afin que les représentants de l’Est et de l’Ouest de l’Allemagne s’accordent sur toutes les questions qu’il faut clarifier pour rétablir l’unité, élaborer un traité de paix et procéder à des élections générales »49.

  • 50 Voir G. Zieger, op. cit., p. 28.

21Des mesures de mobilisation populaire se succédèrent ensuite sans relâche. Un plébiscite contre la remilitarisation de l’Allemagne fut d’abord organisé par la Chambre du Peuple les 3 et 5 juin 1951, en dépit des protestations d’anti-constitutionnalité du gouvernement ouest-allemand et 95 % des voix approuvèrent la formule suivante : « Êtes-vous contre la remilitarisation de l’Allemagne et pour la signature d’un traité de paix en 1951 ? »50. La troisième fête mondiale de la Jeunesse pour la paix, du 5 au 19 août 1951, donna ensuite l’occasion d’accentuer la propagande contre la remilitarisation de l’Allemagne ; avec la parution du livre blanc du Conseil national du Front national le 12 août 1951, les appels à la résistance ouest-allemande furent encore multipliés et les apostrophes contre la « clique d’Adenauer » déchaînées. Le 1er septembre 1951, le Comité central du SED publia, dans Neues Deutschland, une lettre ouverte aux communistes et sociaux-démocrates de la RFA où perçait un ton délibérément alarmiste :

  • 51 Archiv der Gegenwart, 3/09/51, p. 3095B.

« La population et surtout la classe ouvrière de l’Allemagne de l’Ouest se retrouvent dans une situation excessivement grave, on peut même dire, désespérée... La remilitarisation, cela signifie la guerre ! Dans ces circonstances dangereuses, la classe ouvrière allemande, ses partis et ses organisations, se voient octroyer la responsabilité énorme de créer une unité d’action, qui doit s’exprimer immédiatement (...) »51.

22La signature, sans la participation soviétique, d’un traité de paix avec le Japon, lors de la conférence de San Francisco du 4 au 8 septembre 1951, puis les accords de Washington du 10 au 14 septembre entraînèrent une modification du discours est-allemand : la demande de constituer un Conseil paritaire fut remplacée par un vibrant appel à organiser des élections libres. Le 15 septembre 1951, O. Grotewohl, devant la Chambre du Peuple devait en effet déclarer :

  • 52 Archiv der Gegenwart, 22/09/51, p. 3122B.

« La création d’une Allemagne unie, démocratique et pacifique ne peut être réalisée que par l’élection libre et démocratique d’une Assemblée nationale allemande. La Chambre du Peuple de la RDA estime que cette élection est urgente et possible, qu’une telle élection doit être organisée à travers toute l’Allemagne en respectant les libertés et égalités de chaque citoyen, la liberté d’action de tous les partis et organisations démocratiques. Ceux-ci doivent avoir le droit de dresser leurs propres listes de candidats et les regroupements de listes doivent être laissés à leur seule appréciation. C’est aussi le droit et la volonté du peuple de voir signer très prochainement un traité de paix avec l’Allemagne qui lui donnerait une pleine souveraineté, lui assurerait son indépendance nationale et conduirait au retrait de toutes les troupes d’occupation »52.

23Les Soviétiques apportèrent discrètement leur caution à cette démarche par le biais du Président de la Commission de contrôle soviétique, le Général V.I. Čuikov, au cours d’une interview accordée au correspondant de l’agence de presse est-allemande, le 20 septembre 1951. Tous les ingrédients de la non-implication directe y étaient réunis :

  • 53 « Otvet predsedatelâ sovetskoj kontrol’noj komissii v Germanii Generala armii V.I. Čuikova na vopro (...)

« Je considère cette proposition de la Chambre du Peuple de RDA comme l’expression de la volonté légitime des élus du peuple de créer une Allemagne unie, pacifique et démocratique, de préserver une paix durable et l’existence indépendante de l’Allemagne (...) Nous estimons que le peuple allemand et ses organes élus ont le droit de prendre en mains le problème du rétablissement de l’unité allemande, sur des bases démocratiques et pacifiques, tout comme ils ont le droit d’exprimer leur point de vue sur la nécessité d’accélérer la signature d’un traité de paix. Ce droit du peuple allemand provient directement des décisions de Potsdam (...) Il est notoire que le gouvernement soviétique a toujours défendu et continue de défendre le rétablissement de l’Allemagne sur des bases démocratiques et pacifiques, la conclusion rapide d’un traité de paix avec le retrait de toutes les forces d’occupation du territoire allemand. De ce fait, il ne faut pas douter que tous les efforts entrepris dans cette direction, par les représentants de l’Allemagne, tant orientale qu’occidentale, trouveront le soutien le plus énergique et absolument désintéressé de l’URSS »53.

  • 54 Archiv der Gegenwart, 20/09/51, p. 3123-3124. Le rejet officiel interviendrait le 27 septembre.
  • 55 19/09/51, Rede im Hüttenkombination-Ost, Fürstenberg, Archiv der Gegenwart, 22/09/51, p. 3122B.

24Mais cette démarche relevait de la pure propagande car la réponse d’Adenauer où il maintenait les exigences ouest-allemandes était déjà connue depuis le 18 septembre54. Lorsque le maire de Berlin-Ouest, Ernst Reuter, proposa d’organiser des élections libres à Berlin qui attesteraient la sincérité des propositions est-allemandes, il essuya un refus de la part de Grotewohl qui renvoya le traitement de cette question à une assemblée représentative de toute l’Allemagne55.

  • 56 Archiv der Gegenwart, 3/11/51, p. 3183D et Bundesministerium für gesamtdeutsche Fragen dir., Die Be (...)

25Le 27 septembre, le Bundestag publiait une loi électorale qui appelait une commission internationale neutre, placée sous l’égide des Nations Unies, à procéder au contrôle des conditions nécessaires au bon déroulement des élections. Une telle proposition ne pouvait trouver l’agrément des Soviétiques dans la mesure où les troupes onusiennes combattaient alors la Corée du Nord soutenue par Moscou. Elle fut de ce fait qualifiée, le 2 novembre, à la Chambre du Peuple, par Grotewohl comme « une manœuvre destinée à reporter indéfiniment les élections pour qu’elles s’enlisent sans espoir »56. La résonance dans la population qu’eut l’idée d’un contrôle des élections par les Nations Unies contraignit cependant la RDA à avancer une contre-proposition.

  • 57 Ibid., p. 56-58. Heuss, dans sa réponse du 7 novembre, rejeta cette offre qu’il qualifia de pas en (...)
  • 58 « Zaâvlenie sovetskogo delegata A.A Malika na zasedanii General’nogo komiteta 6. sessii General’nog (...)

26Dans un échange de notes avec le Président de la RFA, T. Heuss, à partir du 2 novembre, Pieck accusait Adenauer de sceller la division allemande et de transformer l’Allemagne en théâtre et en victime d’une guerre inimaginable. Il insistait sur l’importance des négociations entre Allemands et proposait qu’ils contrôlassent eux-mêmes le bon déroulement des élections dans une commission allemande placée sous l’égide des quatre. Une intervention de l’ONU était condamnée comme une immixtion dans les affaires intérieures des Allemands. La loi électorale de Weimar était proposée comme base de discussions, mais aucune précision n’était apportée sur le déroulement d’élections libres et secrètes. Les organisations sociales conservaient le droit de figurer comme candidats57. Les Soviétiques, une fois de plus, soutinrent la position des Allemands de l’Est, au nom cette fois du respect du droit international public. Lors de la sixième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 9 novembre 1951, le délégué soviétique, A.A. Malik, s’érigea contre le fait de mettre à l’ordre du jour de l’Assemblée la question de la nomination d’une commission internationale neutre, placée sous l’égide de l’ONU afin de vérifier que toutes les conditions étaient réunies pour un bon déroulement des élections dans les différentes parties de l’Allemagne : la question allemande n’entrait pas dans les compétences des Nations Unies, clama-t-il, dans la mesure où elle relevait des seules puissances signataires des accords de Potsdam58. Les Allemands devaient donc eux-mêmes contrôler les conditions nécessaires à la tenue d’élections libres en mettant sur pied une commission de représentants placés sous l’égide des quatre puissances occupantes, si les Allemands le jugeaient nécessaire.

  • 59 « Vystuplenie A.A. Vyšinskogo na plenarnom zasedanii 6. sessii General’nogo Sobraniâ OON, 13/11/51  (...)

27Le 13 novembre 1951, A.A. Vychinskij prenait la relève à la tribune de l’Assemblée pour accuser les Occidentaux de ne penser qu’à consolider la division allemande. Invariablement, la seule voie légale proclamée par les Soviétiques pour régler le problème allemand était le respect des accords de Potsdam et le recours aux conférences des Ministres des Affaires étrangères59. Le 4 décembre 1951, Malik reviendrait, dans la même enceinte, sur ces questions en affichant un discours invariable. Il y jouait de surcroît sur la fierté nationale des Allemands :

  • 60 « Zaâvlenie sovetskogo delegata A.A. Malika v special’nom političeskom komitete 6. sessii General’n (...)

« Les auteurs d’une telle proposition considèrent l’Allemagne comme un pays retardé qui a besoin qu’une commission internationale pose sa marque sur le peuple allemand et lui enseigne comment procéder à des élections dans un parlement. Une telle vision de l’Allemagne ne peut qu’humilier la dignité nationale du peuple allemand. Il va de soi que la délégation soviétique ne peut approuver l’approche des trois puissances (occidentales) vis-à-vis de l’Allemagne et du peuple allemand »60.

  • 61 Celle-ci, dans l’optique soviétique, permettrait en effet de diminuer le quota des députés des part (...)
  • 62 Dokumente zur Aussenpolitik der Deutschen Demokratischen Republik, op. cit., p. 73-76.
  • 63 « Otvet sovetskogo gosudarstva na obraŝenie gosudarstva GDR k gosudarstvam SSSR, S A, Veliko-Britan (...)

28Le 6 février 1952, la RFA publiait un projet de loi sur la tenue d’élections libres pour une assemblée nationale allemande qui ne prévoyait pas, à l’inverse de celle de la RDA, la participation des organisations sociales61. Le 13 février 1952, le gouvernement est-allemand fit parvenir aux quatre puissances responsables de l’Allemagne une lettre où il demandait la signature d’un traité de paix, prévu, disait-il, dans les décisions de Potsdam et encore absent des négociations sept années après la capitulation allemande62. Le 20 février, l’URSS soutenait l’exigence est-allemande63.

  • 64 Voir infra, même chapitre.

29L’offensive diplomatique des Soviétiques, amorcée avec la note de mars 195264, relança logiquement la propagande est-allemande. Le 14 mars 1952, O. Grotewohl salua l’initiative du gouvernement soviétique en termes très généraux :

  • 65 Archiv der Gegenwart, 16/03/52, p. 3387.

« Depuis des années, la possibilité de parvenir à la signature d’un traité de paix et à l’unité n’a jamais été aussi forte ni aussi proche qu’aujourd’hui. Il ne peut y avoir aucun doute que les propositions émises par le gouvernement soviétique vont profondément toucher le peuple allemand et renforcer le mouvement pour la paix et l’unité. Le gouvernement de la RDA considère de son devoir de se rallier aux propositions soviétiques et de mettre tout en œuvre pour que ces propositions deviennent l’exigence de l’ensemble du peuple allemand »65.

  • 66 H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit. Zur sowjetischen Notenkampagne des Jahres 1 (...)
  • 67 G. Zieger, op. cit., p. 49. Le SPD ne répondit pas à cette invitation, voir Die Welt, 29/03/52. Le  (...)
  • 68 G. Zieger, ibid., p. 49.

30Dans son allocution à la Chambre du Peuple, Grotewohl appela la RFA à rompre les négociations avec les puissances occidentales et déclara que l’économie d’une Allemagne réunifiée devait s’organiser selon les principes du plan quinquennal adopté en RDA. Il mit en avant le modèle de libertés démocratiques est-allemandes66. Le 27 mars 1952, le Comité central du SED fit parvenir une lettre au SPD ouest-allemand pour lancer « une action commune de la classe ouvrière contre la résurgence du militarisme allemand, pour un traité de paix et la tenue d’élections libres »67. Le 17 avril, Pieck et Ackermann recommandèrent de « suivre la voie ouverte par Rapallo »68 et le 1er mai, Ulbricht, Pieck et Grotewohl soutinrent solennellement le gouvernement soviétique :

« L’ensemble du peuple des travailleurs défendra, quand ce sera nécessaire, ses acquis avec toute la force possible. La classe ouvrière doit être investie de l’esprit de combat pour garantir l’existence pacifique de la nation ».

  • 69 B. Meissner, Russland, die Westmächte und Deutschland. Die sowjetische Deutschlandpolitik 1943-1953 (...)

31La consolidation de la RDA « constituait la base la plus importante dans la lutte pour une Allemagne démocratique, pacifique et indépendante »69. Les propositions avancées par la RDA auprès du gouvernement ouest-allemand ne peuvent dissimuler, quand on les confronte les unes aux autres, un contenu immuable en dépit de la fréquence des interventions publiques et officielles. Mais cette fréquence même était justement recherchée pour plusieurs raisons : elle devait tout d’abord faire illusion en montrant que les Allemands de l’Est mettaient tout en œuvre pour trouver une solution au problème allemand. La voie choisie pour exposer ces propositions, le dialogue interallemand, voulait de surcroît prouver l’indépendance politique du SED par rapport aux Soviétiques. La fréquence des interventions devait ensuite dissimuler, auprès de l’opinion publique allemande, l’absence de compromis car, en fait, les propositions avancées s’inscrivaient dans le cadre des positions que l’URSS avait déjà défendues : respect des décisions de Potsdam, renonciation à la militarisation de l’Allemagne de l’Ouest, signature d’un traité de paix, retrait des troupes d’occupation dans un délai d’un an et rétablissement de l’unité allemande. La seule nouveauté avait consisté dans l’appel à la constitution d’un conseil paritaire allemand auquel d’ailleurs était confiée la question des élections libres. La position inconfortable du SED, qui ressort dans le flou délibérément entretenu autour de cette dernière, comme dans son report indéterminé, rappelle tout à fait les ambiguïtés des dirigeants est-allemands sur la question du traité de paix en 1947 : tout comme à cette époque-là, ils étaient pris en effet entre la nécessité d’afficher, pour conquérir le peuple allemand, une bonne volonté démocratique et celle de préserver leur domination communiste. La fréquence des propositions est-allemandes s’explique enfin parce que ces dernières préparaient le terrain à une offensive diplomatique soviétique. La mission assignée au KPD à cette époque-là en République fédérale eut d’ailleurs le même objectif.

Les tâches du KPD en RFA au printemps 1952

  • 70 G. Wettig, « Die KPD als Instrument sowjetischer Deutschland-Politik », Deutschland-Archiv, 8-08 (1 (...)
  • 71 I. Bakulin à Semenov, 18/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 66, 1. 6.
  • 72 Ulbricht à Semenov, 6/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 68, delo 11, 11. 97-102.
  • 73 « Ekonomičeskij i političeskij obzor položeniâ zapadnoj Germanii v 1951 godu », 15/03/52, AVPRF, Fo (...)
  • 74 I. Bakulin à Semenov, 18/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 66, 11. 10-12.
  • 75 I. Bakulin à Semenov, 29/02/52, AVPRF, Ibid., delo 5, 1 281.

32Il avait reçu des instructions précises sur la nécessité de soutenir, dans la population ouest-allemande, l’idée que le peuple allemand avait droit à la signature d’un traité de paix, indispensable pour anéantir « les plans bellicistes des impérialistes (occidentaux) » et, éviter la division de l’Allemagne70. Les Allemands de l’Ouest devaient comprendre qu’un tel traité de paix signifierait à la fois « la suppression de tous les accords passés (avec les Occidentaux) qui entravaient l’unité allemande » et le retrait des troupes d’occupation. L’objectif était, grâce à l’action conjuguée du KPD et des organisations sociales implantées en RFA, de mener une campagne destinée à « attaquer le gouvernement et le parlement de Bonn avec une telle quantité de résolutions et d’exigences que l’un comme l’autre cèdent à la forte pression du peuple »71. La social-démocratie, le premier parti ouest-allemand, alors dans l’opposition, n’était pas perdue de vue. Le KPD devait notamment lui proposer d’interpeller en commun le Bundestag contre « les mesures de répression du gouvernement d’Adenauer » et d’exiger la démission du Ministre fédéral de l’Intérieur. Invariablement depuis le début de l’occupation soviétique, il fallait également tenter de séduire la base sociale-démocrate72. Mais le mouvement de lutte nationale devait toutefois expressément demeurer sous l’égide communiste. Ainsi, le Parti populaire allemand, gesamtsdeutche Volkspartei – GVP – dirigé par Gustav Heinemann et Helene Wessel, qui prônait pourtant la réunification allemande en collaborant avec l’URSS, ne trouvait pas grâce aux yeux de cette dernière dans la mesure où son discours national pouvait concurrencer celui du KPD et reléguer celui-ci à l’arrière-scène73. Après l’appel lancé par le gouvernement est-allemand le 13 février 1952, la Commission de contrôle soviétique donna de nouvelles directives aux communistes en RFA. Ils étaient appelés à intervenir publiquement pour défendre cette note, qui devait faire de même l’objet de discussions dans les entreprises, les sections syndicales ; il fallait bien sûr y attirer le plus possible de cadres, de membres et de députés sociaux-démocrates mais il fallait également sensibiliser à l’appel de la RDA les personnalités politiques en vue des autres partis et enfin diffuser largement ce document, en millions d’exemplaires, à travers toute l’Allemagne de l’Ouest74. Le 29 février 1952, la Commission de contrôle soviétique recevait un premier bilan résolument optimiste sur la mise en œuvre de cette offensive75.

  • 76 G. Wettig, « Die KPD als Instrument sowjetischer Deutschland-Politik », op. cit., p. 824.
  • 77 Voir infra.
  • 78 W. Ulbricht à Semenov, 19/03/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 68, delo 11, 11. 159-164.

33Le Bureau politique du SED soutenait de multiples manières les efforts déployés par le KPD pour influencer l’opinion publique ouest-allemande : par ses propositions officielles au gouvernement ouest-allemand tout d’abord, par des messages quotidiennement diffusés par les médias, par l’envoi également d’émissaires en RFA, chargés de clarifier tous les points de la tactique mise en œuvre, et enfin par l’organisation d’énormes manifestations dans les villes est-allemandes76. Après que le gouvernement soviétique eut lancé son offensive diplomatique en mars 1952, proposant la signature d’un traité de paix avec une Allemagne réunifiée77, le Bureau politique du SED enjoignit au KPD de « mobiliser les masses », dans chaque entreprise, dans chaque quartier, dans chaque bourgade. « Toute l’activité du parti et celle des organisations sociales » devait être concentrée sur cette tâche : la formation d’un vaste mouvement populaire résistant à la remilitarisation de l’Allemagne de l’Ouest, par des manifestations et des grèves. Pour riposter à l’annonce faite par K. Adenauer d’une éventuelle interdiction du KPD, le Président Reimann devait dénoncer, le 24 mars 1952, au cours d’une conférence de presse à Munich, la « préparation d’une nouvelle dictature militaire » en RFA et la terreur perpétrée par le Ministère de l’Intérieur « contre les forces démocratiques de l’Allemagne de l’Ouest ». Dans les directives transmises au KPD, était par ailleurs envisagée l’élection d’un comité de combat pour le traité de paix78.

  • 79 Voir chapitre V.
  • 80 G. Wettig, op. cit., p. 827.
  • 81 I. Bakulin à Semenov, 28/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 5, 11. 22-27.

34Mais la mise en œuvre de cette tactique était difficile car le KPD continuait de se débattre dans des problèmes irrésolus depuis le début de l’occupation79. Les comptes rendus expédiés par le Secrétariat du KPD se faisaient pourtant toujours aussi optimistes quant à la possibilité d’ébranler la situation politique en RFA. Le 21 février 1952, Rische assura ainsi sans hésitation aux Soviétiques que l’appel lancé par le gouvernement est-allemand avait soulevé une vague d’approbation dans la population. La seule réserve qu’il consentit à émettre fut pour reconnaître une insuffisante compréhension des implications de la proposition est-allemande, due en fait à une imparfaite connaissance du texte !80 Le rapport du KPD se concluait en insistant longuement sur les perspectives favorables pour l’action communiste en RFA : les activités des membres croissaient ; et bien qu’elle fût restée muette à ce sujet, la population était hostile à une éventuelle interdiction du parti...81 Les Soviétiques se montrèrent moins enthousiastes. Certes, la Commission de contrôle crut bon de reconnaître que « l’idée du combat pour une réunification de l’Allemagne » gagnait toujours plus dans « les consciences des masses sociales-démocrates ». L’appel de la RD A avait reçu de même un écho favorable dans « certains cercles de la bourgeoisie ouest-allemande », et cependant, il fallait « admettre qu’ (il) n’avait pas encore suscité un mouvement de masse ». Le KPD n’était toujours pas parvenu à concilier le combat pour la signature d’un traité de paix avec la résistance de la classe ouvrière à la politique menée par Bonn. La conclusion de la Commission de contrôle tombait sèchement :

  • 82 I. Bakulin à Semenov, 29/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 5, 11. 28- 32. Le comp (...)

« Le Parti communiste n’a pas encore développé (dans la République fédérale) un travail réellement consistant pour propager l’appel du gouvernement de la RD A, et a jusque-là insuffisamment éclairci son sens aux masses ouest-allemandes »82.

  • 83 M. Gribanov, chef de la troisième section européenne du Ministère soviétique des Affaires étrangère (...)

35La faute en incombait aux seuls communistes, « incapables de comprendre comment gagner la sympathie des masses ». L’accusation de sectarisme, « grand obstacle dans la lutte d’influence dans les masses sociales-démocrates », et toujours vivace dans les rapports entretenus avec les « patriotes de la bourgeoisie », couvrait tout aussi facilement les insuffisants résultats du KPD en RFA. Sempiternellement revenaient les mêmes conseils et les mêmes directives. Dans un rapport du Ministère des Affaires étrangères à Gromyko, il était recommandé de « renforcer les militants, sur les plans idéologique et organisationnel », d’« élaborer la tactique adéquate »83 Le 26 mars, Ulbricht, dans un compte rendu à Čuikov, le Président de la Commission de contrôle soviétique, ne disait pas autre chose en proposant que le KPD élaborât un programme d’action fin avril pour corriger les erreurs idéologiques commises : il fallait

  • 84 Ulbricht à Čuikov, 26/03/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 68, delo 11, 1. 231.

« (...) concentrer toutes les forces du Parti sur la création d’une action commune avec les organisations sociales-démocrates, intensifier encore la lutte des syndicats pour le traité de paix et contre le traité général et rechercher les voies d’une consultation générale allemande pour procéder à des élections générales pour une Assemblée nationale »84.

  • 85 Voir infra, même chapitre.
  • 86 I. Fadejkin, vice-directeur des. Affaires allemandes de la Commission de contrôle soviétique, à V.S (...)
  • 87 I. Fadejkin à Semenov, 21/05/52, ibid., 11. 155-158.

36En mai 1952, le Bureau politique du SED encouragea la campagne dirigée par le KPD pour procéder à un référendum dans la population ouest-allemande pour protester contre le Traité général conclu entre la RFA et les puissances occidentales85 et réclamer un traité de paix. Mais cette démarche adoptée par le SED fut violemment critiquée au sein de la Direction des Affaires allemandes de la Commission de contrôle soviétique du fait de l’imprécision qui entourait sa procédure et son déroulement. Aucune mesure suffisante n’était de même envisagée pour conquérir la population agricole et les objectifs à atteindre semblaient des plus flous86. La Commission soviétique avança des contre-projets, axés sur l’organisation d’une « conférence internationale afin de régler la question allemande sans militarisme, dans la paix et la coopération internationale », et d’une « réunion générale allemande des représentants de la jeunesse de RDA et de RFA »87.

37Cette phase des initiatives est-allemandes appuyées par l’activisme du KPD en RFA, préparation à l’offensive diplomatique soviétique, n’obtenait pas ainsi de résultats réellement concluants. Quand le SED se débattait dans ses répétitions et ses tentatives maladroites pour éluder la question des élections libres, le KPD s’enferrait dans l’illusion d’influer sur la population ouest-allemande et cette illusion se nourrissait de ce que les instructions envoyées au KPD n’avaient pas varié d’un iota depuis les années d’occupation. Alors qu’un changement de tactique s’imposait pourtant devant l’échec notable de l’action communiste en RFA, elles brandissaient sans cesse les mêmes objectifs, formulaient continuellement les mêmes critiques et se perdaient en recommandations imprécises. En dépit des résultats peu convaincants de ce premier volet, l’URSS allait tout de même déployer le second volet de son offensive contre l’intégration de l’Allemagne de l’Ouest dans le système occidental et contre les négociations sur son réarmement.

L’offensive diplomatique soviétique

Le renforcement de la propagande

  • 88 Voir les témoignages du Dr. Koester, le député chrétien-démocrate du Landtag de Saxe, du député bav (...)
  • 89 G.M. Bespalov, Bor’ba nemeckogo naroda za edinuû demokratičeskuû Germaniû, Stenogramma publičnoj le (...)
  • 90 Citons seulement quelques titres d’où sont extraites les citations : Lossov, « Banditizm nevidannyh (...)

38L’URSS avait apporté sa contribution à ces préparatifs de différentes manières. Elle avait tout d’abord tenté l’intoxication en cautionnant discrètement auprès des diplomates occidentaux les initiatives est-allemandes et en leur affirmant qu’elle souhaitait l’établissement, non d’une Allemagne communiste, mais d’une Allemagne amicale et neutre sur la scène européenne88. De nombreuses publications avaient aussi vu le jour au début des années cinquante en URSS et en RDA par le biais de la Commission de contrôle : affiches et pamphlets avaient inondé les murs et la presse pour dénoncer la volonté des Occidentaux de transformer l’Allemagne de l’Ouest en « une place d’armes dans la guerre impérialiste préparée par les États-Unis et la Grande-Bretagne contre l’URSS et les démocraties populaires, et où les Allemands joueraient le rôle de chair à canon »89. Des thèmes similaires se retrouvaient de façon récurrente d’un écrit à l’autre90 : dénonciation de la perte de souveraineté pour la RFA, de sa colonisation, de l’attitude d’Adenauer, devenu « un serviteur loyal et obéissant des États-Unis », « le traître des intérêts nationaux allemands », « le laquais des agents américains et britanniques », « la marionnette de Bonn »... Face au « bellicisme » occidental, l’URSS était communément dépeinte comme la seule puissance pacifique et comme le seul ami des intérêts allemands. Cette campagne de propagande contre l’Occident avait falsifié de même sans vergogne l’histoire récente : avaient ainsi été attribués à l’URSS tous les mérites de la coalition contre le régime hitlérien qu’elle avait, en définitive, seule vaincue. C’était de même uniquement grâce à la « politique de fermeté de Staline » que n’avait pas été prise à Potsdam la décision de démembrer l’Allemagne...

  • 91 G.M. Bespalov, SSSR v bor’be za edinstvo Germanii, op. cit., p. 11.
  • 92 K.P. Zueva, « Plan Šumana i sovetskij soûz », dans Istoriâ evropejskoj integracii 1945- 1994, p. 55 (...)

39L’URSS, encore une fois, défendait, seule contre tous dans les conférences des Ministres des Affaires étrangères, les décisions adoptées à Potsdam sur le maintien de l’unité économique et politique allemande. Pêle-mêle étaient énumérées et critiquées toutes les initiatives entreprises par les puissances occidentales depuis quelques années. Le plan Marshall « avait conduit à des résultats complètement absurdes », en limitant les échanges entre l’Est et l’Ouest : une telle politique, disait la propagande, était menée au détriment des Occidentaux car ceux-ci entraient dans une crise économique...91 Le plan Schuman, puis la CED, suscitèrent une réprobation semblable : les monopoles américains, écrivaient les experts soviétiques du Ministère des Affaires étrangères, voulaient exploiter l’union du charbon et de l’acier pour recréer un potentiel militaire en Allemagne de l’Ouest et lancer la troisième guerre mondiale. La CED incarnait parfaitement cette volonté92. Sans relâche, les Soviétiques insistaient sur la perte de souveraineté qu’entraînerait la création d’une communauté de défense et liaient ces questions à celle de l’Allemagne.

  • 93 G.M. Bespalov, SSSR v bor’be za edinstvo Germami, op. cit., p. 16.
  • 94 Voir chapitre III.

40La République fédérale bien sûr était tout aussi exposée aux critiques. Sa constitution était dénoncée pour les trop grands pouvoirs qu’elle accordait aux Länder : « Dans de telles conditions, le gouvernement fédéral ne peut espérer jouer un rôle substantiel et ne détiendra aucun pouvoir réel »93. Imposée, disaient les publicistes soviétiques, à l’Allemagne de l’Ouest par les puissances occidentales, la Loi fondamentale ne jouissait pas du soutien populaire, à l’inverse de celle de la RDA, plébiscitée dans des élections générales. Ces versions revisitées de l’Histoire faisaient apparaître, à l’inverse, la formation de la RDA, « ce fait historique », comme le résultat de la politique pacifique de l’URSS et la mise en place du SED s’était justifiée par la nécessité de l’union de la classe ouvrière pour réaliser efficacement la démilitarisation et la démocratisation de l’Allemagne. Dans les publications lancées à cette époque-là, on constate aussi de manière frappante la reprise des thèmes diffusés pendant la guerre : la distinction entre le peuple allemand et ses dirigeants refaisait surface94, par exemple, tout comme l’idée de la nécessaire gratitude des Allemands vis-à-vis de l’URSS bienfaitrice, gratitude qui supposait implicitement l’amitié avec cette dernière et la reproduction de son modèle politique et social...

41Il n’y a pas lieu de reprendre en détails les multiples publications de cette époque qui sont toutes de la même veine, mais l’intérêt cependant de citer brièvement les grandes lignes de cette propagande soviétique réside dans le constat de son absence totale de nouveauté et dans la reprise même de slogans déjà exploités pendant la guerre : la situation internationale avait pourtant grandement évolué depuis cinq années, mais les Soviétiques continuaient de recourir aux mêmes slogans éculés. Et toujours, dans les écrits, perçait la croyance de détenir la seule idéologie porteuse en Allemagne car, l’histoire en avait donné maints exemples, celle-ci était contre le fédéralisme et ne pourrait jamais accepter l’idée d’une division nationale :

  • 95 G.M. Bespalov, op. cit., p. 13.

« On ignore traditionnellement que la grande majorité du peuple allemand s’est toujours prononcée pour l’unité de l’Allemagne. Elle a brandi le drapeau de l’unification lors des guerres contre Napoléon dans la première moitié du xixe siècle. Ces conflits sont entrés dans l’histoire de l’Allemagne comme des guerres nationales et libératrices. La révolution bourgeoise de 1848 fut de même placée sous l’étendard de la lutte pour l’unité allemande »95.

42Et de même, transparaissait toujours la croyance en une crise imminente dans les pays capitalistes. Une telle pérennité pouvait difficilement annoncer un changement de position officielle de l’URSS face aux Occidentaux ou une réelle volonté de compromis...

La mise au point d’un projet de traité de paix

  • 96 G. Wettig a retracé son histoire sur la base de documents d’archives soviétiques, voir G. Wettig, « (...)
  • 97 Gribanov à Gromyko, 24/02/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 387-Zeo.
  • 98 Voir chapitre VI.
  • 99 Kudrâvcev à V.A. Zorin, 6/03/51, AVPRF, op. cit., A-446.
  • 100 Il énumérait les membres possibles : S.A. Golubinskij, V.N. Pavlov, V.M. Hvostov, V.S. Semenov et S (...)
  • 101 Elle était purement formelle car la politique étrangère relevait toujours du seul Staline. Le Burea (...)
  • 102 Gribanov à Gromyko, 3/08/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 1475/Zeo. Le 9 jui (...)

43L’offensive que le Ministère soviétique des Affaires étrangères s’apprêtait à lancer devait tout à fait corroborer ce constat. Au moment où les deux États allemands débattaient de la tenue d’élections libres, cette instance soviétique achevait en effet de préparer une initiative diplomatique96. Le 24 février 1951, le chef de la section des pays de langue allemande au troisième Département européen, M. Gribanov, avait adressé un projet au vice-Ministre des Affaires étrangères, A.A. Gromyko : à la prochaine conférence des quatre Ministres des Affaires étrangères, prévue du 5 au 22 juin 1951, l’URSS, écrivait-il, ne pouvait plus se permettre de camper invariablement sur les mêmes positions ou de réitérer les mêmes propositions. Gribanov avait ainsi jugé le moment venu d’élaborer un projet de traité de paix pour l’Allemagne, que les délégués soviétiques pourraient soumettre au conseil des quatre Ministres des Affaires étrangères. Il avait proposé de formuler une première ébauche pour le 1er avril 195197 : les principes du traité de paix que Soviétiques et Allemands de l’Est exigeaient depuis 194798 devaient enfin être concrétisés dans un projet. Parallèlement, la Commission de contrôle soviétique à Berlin s’était accordée avec les dirigeants du SED afin que ceux-ci requissent officiellement, auprès des quatre puissances responsables de l’Allemagne, la signature d’un traité de paix. Pieck, Ulbricht et Grotewohl devaient, au nom de la Chambre du Peuple de RDA, soumettre la même demande au Bundestag99. L’initiative que les Soviétiques s’apprêtaient à lancer devait ainsi apparaître comme une réponse à une proposition est-allemande. Mais aucune réflexion concrète n’avait été élaborée avant le 3 août 1951, lorsque Gribanov avait suggéré à Gromyko de poursuivre dans la voie du traité de paix. Il lui avait proposé de convoquer une commission chargée d’élaborer un traité de paix100. Après l’approbation du projet par le Bureau politique101, une note devait être envoyée aux gouvernements des trois puissances occidentales. Gribanov avait justifié sa démarche par ces mots : il faut « faire un pas réel vers un règlement de paix avec l’Allemagne (...) afin de contrer les fausses déclarations des trois puissances sur la fin de l’état de guerre avec l’Allemagne »102.

  • 103 Il avait succédé à Molotov à ce poste en 1949.
  • 104 Gribanov à Vychinskij, 27/08/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 1642/Zeo.
  • 105 Les membres déjà suggérés pour la proposition du 3 août 1951 figuraient sur la liste de Gribanov ma (...)

44Le 15 août 1951, Gribanov avait fait part au Ministre des Affaires étrangères, Vychinskij103, de l’avis de la Commission de contrôle soviétique selon lequel l’URSS pouvait proposer la signature d’un traité de paix sur la base des principes retenus par les Soviétiques à la conférence de Londres en 1947. Il avait continué en développant un programme d’action : le gouvernement de la RD A devait d’abord proposer à Bonn une réunion de représentants des deux gouvernements dans le but de pousser à la signature d’un traité de paix. Berlin-Est ne devait plus exiger la création d’un conseil paritaire afin de ne plus donner prétexte d’un refus par l’Allemagne de l’Ouest. Mais Gribanov avait escompté toutefois le maintien du rejet de Bonn. La RDA devait alors se tourner vers les puissances occupantes pour exiger la signature d’un traité le plus rapidement possible. Selon le scénario envisagé par Gribanov, l’URSS devait alors répondre à l’appel des Allemands de l’Est en se déclarant prête depuis longtemps à une accélération des négociations pour un traité de paix. Un à deux mois plus tard, l’URSS pourrait envoyer une note aux trois Occidentaux qui exposerait les conditions d’un traité de paix. La publication des deux documents était essentielle au bon déroulement du scénario de Gribanov104. Le 27 août 1951, Gribanov avait proposé, avec l’accord de Vychinskij, la constitution d’une commission chargée d’élaborer un projet de traité de paix avec l’Allemagne105.

45Le document finalement produit le 8 septembre contenait un préambule qui insistait sur le respect des décisions de Yalta et de Potsdam, rappelait l’obligation de l’Allemagne d’éradiquer le militarisme et le fascisme, interdisait la participation à des organisations ou à des alliances militaires dirigées contre les puissances ayant participé à la guerre contre l’Allemagne, et exhortait au renforcement des transformations démocratiques dans la partie orientale de l’Allemagne. Un traité de paix devait être signé qui respecterait l’égalité et la justice. Était exigé, conformément aux décisions de Potsdam, le maintien de la Sarre dans les limites allemandes qui devaient, elles-mêmes, être définitivement établies. L’État allemand devait renoncer à toute revendication territoriale envers la Pologne, l’URSS, les Pays-Bas... Sur le plan politique, l’Allemagne devait être réunifiée comme « un État uni, souverain, démocratique et pacifique ». Pour ce faire, il fallait

« (…) écarter tous les obstacles au rétablissement et au renforcement des tendances démocratiques au sein du peuple allemand, prendre toute mesure pour garantir que chacun, se trouvant sous la juridiction allemande, jouisse du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, de la liberté de parole, de presse, d’expression, du culte religieux, de conviction politique et de réunion, sans distinction de race, de sexe, de langue et de religion ».

46Le futur gouvernement allemand s’engageait à

« (…) respecter la libre activité de tous les partis et de toutes les organisations démocratiques qui œuvraient au développement pacifique et démocratique du pays et qui étaient dirigés vers la sauvegarde de la paix et l’instauration de relations amicales entre les peuples ».

  • 106 G. Wettig, « Die Deutschland-Note vom 10. März 1952 auf der Basis diplomatischer Akten des russisch (...)
  • 107 Ces obligations devaient être précisées ultérieurement. Elles contredisaient l’assurance donnée sel (...)
  • 108 Gribanov à Bogomolov A. E, 8/09/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A-1760/Zeo.
  • 109 Gromyko à Staline, daté au plus tard le 21/02/51, AVPRF, Fonds 07, opis’ 25, delo 100, papka 13, A- (...)

47Les transformations démocratiques effectuées dans l’industrie, l’agriculture et dans les autres secteurs économiques devaient être préservées et accentuées, ce qui impliquait non seulement la sauvegarde des mesures prises par les autorités soviétiques dans leur zone d’occupation depuis 1945, mais en étendait le bénéfice à l’ensemble de l’Allemagne unie106. Les contacts économiques que la RFA avait pu établir dans le cadre du processus d’intégration européenne devaient être rompus. Les forces armées, terrestres, maritimes et aériennes de l’Allemagne devaient être « strictement limitées » et « réservées à la défense ». Devait leur être accordée toutefois la possibilité de produire leur armement. Enfin, les troupes d’occupation devaient quitter le territoire allemand dans un délai d’un an après la signature du traité de paix, toutes les bases militaires devaient être supprimées et le nouvel État aurait à s’acquitter de ses obligations en matière de réparations et de restitutions, conformément aux décisions de Potsdam, et ce pour une période de vingt ans107. Pourraient prendre part à la signature du traité de paix les quatre vainqueurs de la coalition anti-hitlérienne et tous les pays ayant souffert de la guerre. Pour l’interprétation et l’exécution du traité de paix, l’Allemagne s’en remettrait aux puissances victorieuses108. Dans une note à Staline commentant ce projet, Gromyko avait souligné la nécessité d’« attirer l’attention du peuple allemand sur la question du combat pour la lutte nationale », afin d’éluder les questions notoirement impopulaires telles que celles liées aux réparations ; aucune occasion ne devait être offerte non plus aux Occidentaux d’exploiter des circonstances défavorables aux Soviétiques109.

  • 110 Gribanov à Bogomolov, 15/09/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 1 lé, papka 250, A- 1810/Zeo.
  • 111 Gribanov à Vychinskij, 20/09/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 1842/Zeo.
  • 112 Il intervint au plus tard le 15 septembre 1951 puisque c’est la date de l’appel de la Chambre du Pe (...)
  • 113 Gromyko à Staline, 10/12/51, AVPRF, Fonds 019, opis’ 2, papka 17, delo 123, 1. 2 ; Gromyko à Stalin (...)

48Le 15 septembre 1951, Gribanov avait soumis un autre projet sensiblement modifié de sa commission110, puis un autre, cinq jours plus tard, à Vychinskij111. En septembre 1951112, avait été adopté un arrêté du Comité central du PC entérinant « la recommandation donnée aux dirigeants de la RDA », d’en appeler au gouvernement de Bonn pour convoquer un conseil général qui traiterait des élections pour former une Allemagne unie, démocratique et pacifique et de l’accélération de la conclusion d’un traité de paix. En cas de refus de Bonn, il était prévu que la RDA s’adresserait directement aux quatre puissances pour accélérer les négociations sur le traité de paix et le retrait des troupes d’occupation. L’URSS devait approuver cette initiative dans une note aux trois Occidentaux113.

  • 114 Gromyko à Staline, 10/12/51, AVPRF, Fonds 019, ibid.

« Actuellement, avait poursuivi Gromyko dans sa note du 10 décembre 1951, la direction et les organisations sociales de RDA poursuivent leur travail d’agitation de masse dans la population pour appeler à la convocation d’un conseil général allemand. Parallèlement, la commission gouvernementale élabore un projet de nouvelle loi électorale que le gouvernement de RDA présentera pour procéder à des élections générales »114.

49Le Ministère des Affaires étrangères avait estimé toutefois nécessaire d’étudier ce projet en détails. Gromyko avait joint à sa note du 10 décembre un exemplaire non daté du modèle de déclaration soviétique :

« Le gouvernement soviétique a reçu le... l’appel du gouvernement de la RDA sur l’accélération de la signature d’un traité de paix avec l’Allemagne, envoyé également aux gouvernements des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. En considération de cet appel, il considère indispensable de faire la déclaration suivante : ... »

50Le 21 janvier 1952, Gromyko avait informé Staline de l’envoi par Semenov et Čuikov d’un projet de la direction du SED pour contrer l’intention des Occidentaux de signer le Traité général avec la RFA. Le SED voulait appuyer ce projet par un appel au peuple allemand ; il était donc jugé opportun que le gouvernement soviétique soutint cette entreprise par l’envoi, aux trois Occidentaux, d’une note condamnant le Traité général, à la mi-février. Le SED voulait ensuite convoquer la Chambre du Peuple afin d’exiger la signature rapide d’un traité de paix et présenter à l’opinion publique allemande les bases d’un tel traité. La publication par l’URSS au mois de mars d’un projet concret devait soutenir cette initiative mais l’idée en fut fortement rejetée par Gromyko : il fallait, certes, développer une « vaste campagne » contre la politique occidentale et s’appuyer sur les forces d’opposition en RFA, mais attirer uniquement l’attention du peuple allemand sur le Traité général en négligeant la question centrale du combat pour le traité de paix lui semblait une erreur tactique, car tous les profits en reviendraient à la RFA, « intéressée à remplacer la question du traité de paix par une propagande bruyante autour du Traité général ». L’attention du peuple allemand pour le combat pour l’unité allemande en serait ainsi savamment détournée. La question centrale autour de laquelle devait se déployer la lutte des forces démocratiques allemandes, avait répété Gromyko, était celles de la signature d’un traité de paix, du retrait des troupes d’occupation et des élections générales dans l’optique d’une Allemagne unie, démocratique et pacifique.

  • 115 Gromyko à Staline, 21/01/52, AVPRF, Fonds 07, ibid.
  • 116 Voir supra, même chapitre.
  • 117 Gromyko à Staline, 25/01/52, AVPRF, Fonds 082, op. cit.

51De même, il avait désapprouvé que les principes d’un traité de paix fussent présentés par la RDA et avait rejeté l’idée de lier l’URSS par un projet clairement formulé qui l’exposerait aux critiques des Occidentaux. Gromyko avait de ce fait exhorté Staline à s’en tenir au projet de septembre 1951 en soulignant que l’exigence d’une signature rapide d’un traité de paix impliquait implicitement la convocation d’une conférence des Ministres des Affaires étrangères. La réaction occidentale devait déterminer, par la suite, une formulation plus précise à ce sujet115. Le 25 janvier, Gromyko, dans une autre note à Staline, avait estimé le moment opportun de mettre en œuvre le projet de septembre 1951. Après le rejet par le Bundestag de la loi électorale de la RDA116, il fallait conserver l’initiative. Il avait donc proposé que la RDA soumît sa requête aux puissances occupantes, que l’URSS soutint cette démarche puis exposa, dans une note, ses principes pour la conclusion d’un traité de paix117. Une telle action, avait-il commenté,

« (...) aurait un impact politique considérable pour renforcer le combat pour la paix et contre la remilitarisation de l’Allemagne de l’Ouest, aiderait les partisans de l’unité allemande et de la paix à déjouer les intentions agressives des trois puissances occidentales qui s’étaient compromises avec le Traité général ».

  • 118 Gromyko à Staline, 28/01/52, AVPRF, Fonds 07, op. cit.
  • 119 Postanovleniâ CK-VKP(b), « O meropriâtiâh po uskoreniû zaklûčeniâ mirnogo dogovora s Gennaniej i so (...)
  • 120 Gribanov à Čuikov et Semenov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 40, delo 11, papka 225, E- 101 a/ge.

52Trois jours plus tard, Gromyko avait accusé réception de l’approbation de Staline et lui avait soumis le projet de traité de paix : le moment était enfin venu, écrivait-il, « de soutenir les forces démocratiques allemandes dans leur combat pour l’unité allemande et l’accélération de la signature d’un traité de paix avec l’Allemagne »118. Le 8 février 1952, l’accord de Staline avait été donné dans un arrêté du Comité central du PC119. Les dirigeants du SED furent appelés à intensifier la campagne de presse pour la signature du traité de paix et le rétablissement de l’unité allemande. C’était une « nouvelle étape dans la lutte du peuple allemand pour liquider la division de l’Allemagne et créer une Allemagne unie »120.

  • 121 C’est également l’avis de G. Wettig au terme de son analyse des documents d’archives soviétiques, o (...)
  • 122 Gromyko à Staline, AVPRF. Fonds 07, op. cit.
  • 123 « Ekonomičeskij i političeskij obzor položeniâ Zapadnoj Germanii v 1951 godu », 15/03/52, copies à (...)
  • 124 Voir chapitre II.
  • 125 « Ekonomičeskij i političeskij obzor položeniâ Zapadnoj Germanii v 1951 godu », 15/03/52, copies à (...)

53Ces réflexions durant l’année 1951 ne laissent aucunement apparaître la volonté d’aboutir à un réel accord avec les puissances occidentales sur le devenir allemand121. Bien au contraire, la poursuite de la stratégie globale pour l’Allemagne était maintenue et l’on escomptait une forte mobilisation de la population ouest-allemande. Des Occidentaux n’était attendue qu’une réponse négative122. La manière dont les hauts fonctionnaires soviétiques percevaient la situation internationale infirme également toute volonté de compromis. Le 15 mars 1952, soit quelques jours après l’envoi de la proposition officielle de traité de paix, le chef de la mission diplomatique en RDA, G.M. Puškin, avait expédié une note détaillée sur l’évolution de la situation en Allemagne de l’Ouest, note qui dépeignait les Occidentaux et la RFA en termes très virulents et bellicistes. Elle établissait une différenciation entre les adversaires à combattre. Les États-Unis occupaient la première place dans cette hiérarchie. « Hostiles à l’unification de l’Allemagne », ils tentaient de convaincre la « bourgeoisie impérialiste allemande » qu’une unification ne pouvait se faire que dans le cadre d’une alliance militaire avec eux123. Puškin recommandait donc que la propagande soviétique contre-attaquât par des allusions au plan Morgenthau de démembrement de l’Allemagne124. Français et Britanniques étaient en conflit avec les positions défendues par les Américains mais n’étaient pas en mesure de résister. Le gouvernement de Bonn, « dictature de la bourgeoisie impérialiste allemande », recourait à des « méthodes de gouvernement fasciste » afin de préparer la remilitarisation de l’Allemagne de l’Ouest. L’opposition de Bonn aux principes de Potsdam venait de ce qu’ils « menaçaient l’existence de l’impérialisme allemand ». Le gouvernement d’Adenauer était « opposé à une unification de l’Allemagne sur des bases démocratiques et pacifiques, et par conséquent, opposé à la signature d’un traité de paix avec une Allemagne unie » car « un règlement pacifique des problèmes allemands signifierait la perte de leurs positions économiques et politiques ». Puskin exhortait donc la politique allemande de l’URSS à « démasquer les partis dirigeants de la bourgeoisie impérialiste ». Comme celle-ci était opposée aux intérêts nationaux allemands, elle voyait « son influence dans les masses presque éteinte »125.

  • 126 Ibid.

54Selon le rapport de Puškin, les forces sociales-démocrates de l’Allemagne de l’Ouest n’offraient aucune alternative politique car leur opposition au gouvernement d’Adenauer n’était que formelle, ce qui « suscitait une vague de mécontentement croissant dans les masses sociales-démocrates ». Si les communistes demeuraient les forces démocratiques fiables de l’Allemagne de l’Ouest, ils n’étaient pas parvenus à gagner la sympathie de la population en dépit des mesures prises au nom du combat pour l’unité allemande (il était fait notamment allusion ici au référendum organisé contre la remilitarisation allemande). Il leur fallait renforcer leur assise idéologique et organisationnelle. Ainsi seulement, ils seraient en mesure de devenir « le parti de masse de la population ouest-allemande, et en particulier de la classe ouvrière, contre la politique de l’occupation et du régime de Bonn »126. L’examen de ce rapport montre donc à quel point toujours la vision que les Soviétiques avaient du monde occidental était idéologisée et à quel point ils raisonnaient en termes de lutte des classes. Toujours persistait la croyance d’un effondrement inévitable du consensus entre ces puissances capitalistes.

Les notes diplomatiques de 1952

  • 127 Voir le texte des notes dans Dokumente zur Deutschlandpolitik der Sowjetunion, p. 291 – 308.
  • 128 Europa-Archiv, 1952, p. 5093. Ils y renoncent dans leur note du 10 juillet car la commission n’aura (...)

55De mars à septembre 1952, fut déclenchée ce que l’on a appelé par la suite « la guerre des notes »127. Dans une première note, le 10 mars 1952, les Soviétiques avancèrent des propositions qui reprenaient le projet Gribanov de septembre 1951 avec l’adjonction faite par Gromyko en décembre 1951 sur la participation possible des anciens nazis à l’édification d’une Allemagne démocratique et pacifique : statut militaire neutre, avec des troupes armées et une industrie militaire en conséquence, statut territorial en conformité avec les décisions de Potsdam, formation d’un gouvernement général allemand laissée à la seule discrétion des Allemands. La note ne pipait mot en effet sur la manière dont les Soviétiques prévoyaient cette dernière. Seul était proposé de « vérifier les conditions qui permettrait la formation la plus rapide possible d’un gouvernement général allemand, conforme aux aspirations du peuple allemand ». Le 25 mars et le 13 mai, les trois gouvernements occidentaux, tout en ne rejetant pas expressément les propositions de l’URSS, rappelèrent la nécessité de contrôler le bon déroulement des élections générales libres par une commission internationale128.

56Le 9 avril, les Soviétiques répondaient puis réitéraient leur démarche, le 24 mai 1954, à la veille de la signature de la CED, puis à nouveau le 23 août 1952. Ils se déclaraient prêts à vérifier les conditions d’un bon déroulement des élections générales allemandes, mais insistaient

« (…) sur le fait que ce contrôle ne devait pas être effectué par une commission de l’Organisation des Nations Unies qui n’est pas compétente pour traiter du règlement de paix avec l’Allemagne, mais par une commission des quatre puissances occupantes en Allemagne ».

57Cette commission pourrait réunir des Allemands, des représentants de la Chambre du Peuple de la République démocratique allemande et du Bundestag de l’Allemagne occidentale. Le gouvernement soviétique relançait de même les questions du traité de paix avec l’Allemagne, de son unification et de la formation d’un gouvernement général allemand sur la base du respect des principes de Postdam et accusait les Occidentaux de vouloir sempiternellement différer les délibérations.

58L’examen attentif de ces notes soviétiques expédiées aux gouvernements occidentaux entre mars et août 1952 souligne parfaitement à la fois l’intangibilité des positions soviétiques et leur volonté d’éluder les questions embarrassantes comme celle des élections libres. Systématiquement, les Soviétiques s’en référaient aux décisions de Potsdam, or celles-ci étaient restées vagues sur la procédure à suivre en matière de formation d’un État général allemand et sur la signature d’un traité de paix. Il aurait donc fallu, pour réellement progresser dans cette double voie, reprendre des négociations sérieuses. Mais en revenant sans cesse à Potsdam, l’URSS bloquait toute évolution tout en voulant faire croire que cet enlisement venait des Occidentaux.

  • 129 Après son passage à Berlin-Ouest, Gerald Rummler, ancien collaborateur du Ministre est-allemand des (...)

59Cette insistance à se référer à Potsdam fait légitimement douter qu’un compromis ait jamais été envisagé avec les puissances occidentales sur la question allemande et, a fortiori, une réunification aux conditions occidentales qui aurait signifié le sacrifice de la RDA. Rien, en tout cas, dans les documents d’archives consultés ne le laisse supposer129. De cette absence découle donc une première évidence : même s’ils ne voulaient pas du réarmement ouest-allemand, les Soviétiques n’étaient pas disposés à payer le prix fort pour obtenir satisfaction, ne serait-ce que sur l’option de la neutralisation militaire de l’Allemagne. En fondant, d’autre part, ses propositions sur le respect toujours des accords de Potsdam, Staline savait pertinemment aussi que les Occidentaux refuseraient son initiative de règlement allemand et n’escomptait d’ailleurs pas une autre attitude de leur part.

60Qu’en conclure alors sinon que, tout en rejetant l’idée d’un réarmement ouest-allemand, qui, comme la création de la RFA, remettait en cause sa stratégie générale allemande et menaçait la sécurité de l’URSS, Staline ne voulait faire aucun compromis sur sa politique allemande, n’en attendait aucun de la part des Occidentaux et savait donc ne pouvoir empêcher le réarmement ouest-allemand ? Dans ce contexte, à quoi bon alors déployer une telle propagande et une telle offensive diplomatique qui prétendaient, pour la première, déstabiliser la population de la RFA et en faire l’acteur principal de l’échec du réarmement ouest-allemand et, pour la seconde, jouer sur les intérêts divergents entre les puissances occidentales et semer la discorde dans le camp adverse ?

61Partons tout d’abord d’un constat flagrant. La propagande en 1952 ne se distinguait pas fondamentalement, dans ses objectifs, de celle mise en œuvre pendant la période de la guerre ou de celle déployée pendant la période d’occupation. Certes, elle avait subi des variations au fil de l’évolution de la situation allemande, mais elle n’avait cependant jamais cessé de jouer sur les mêmes registres : elle en appelait continuellement à la population allemande (en 1952 ouest-allemande) pour défendre ses intérêts nationaux. L’offensive diplomatique était de même sous-tendue par une perception des Occidentaux immuable depuis le début de la guerre.

  • 130 Si l’on raisonne exclusivement en termes de réalisme politique, comme le font W. Loth ou A.M. Filit (...)
  • 131 American Embassy Paris to State Department, 11/04 et 15/04/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité (...)

62Cette pérennité remarquable dans la conviction de pouvoir instrumentaliser les aspirations nationales allemandes et cette persistance toujours à raisonner en termes de lutte des classes, dans les rapports que l’URSS entretenait avec les Occidentaux, sont les marques indiscutables de l’enfermement idéologique et de l’incapacité des Soviétiques de changer de politique : tout compromis aurait supposé en effet qu’ils s’affranchissent d’un dogmatisme qui fondait la raison d’être du régime soviétique sur son opposition et sa supériorité sur les régimes capitalistes. C’est justement cet enfermement idéologique qui les empêchait de satisfaire au moins les exigences de l’option de neutralisation militaire de l’Allemagne130. Cet enfermement ne signifiait cependant nullement une sincère conviction, en 1952, chez les dirigeants soviétiques de pouvoir enfoncer un coin dans le camp occidental. Rien, dans les archives consultées, ne permet en effet d’affirmer qu’ils ont réellement cru, à cette époque-là, pouvoir ébranler l’opinion publique allemande et ruiner ainsi le projet européen. Le lecteur acquiert plutôt l’impression d’un certain automatisme, voire même d’un certain désabusement, inavouable, car en l’absence de solution de rechange, on continue de se référer machinalement à cette croyance et de la proclamer. Un élément vient confirmer cette idée. À la lecture des notes diplomatiques soviétiques, après mars 1952, se dégage en effet très nettement l’impression d’un désintérêt grandissant, perceptible, dans les répétitions multiples131 et dans une rédaction qui paraît avoir été « bâclée ». Le même désintérêt transparaît d’ailleurs aussi dans la reprise immuable des mêmes thèmes mobilisateurs en propagande. Sous cet angle, les manœuvres soviétiques trahissent alors un aveu implicite d’impuissance et partant, d’échec. L’évolution de la politique allemande des Soviétiques, avec la consolidation officialisée de la RDA comme démocratie populaire dès avril 1952, allait corroborer ce double constat d’un enfermement idéologique et d’un désintérêt croissant envers la stratégie générale allemande. Mais avant de l’aborder, revenons quelque peu sur les réactions occidentales aux notes soviétiques.

Les réactions occidentales

La souveraineté et le réarmement ouest-allemands

  • 132 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 76.
  • 133 H. Graml, op. cit., p. 310 et K. Schwabe, op. cit., p. 53.
  • 134 La note du 10 mars suscita apparemment peu de réactions en RFA. Aucun des partis allemands, à l’exc (...)
  • 135 Pour plus de détails, voir H. Graml, ibid., p. 317, 328 et G.H. Soutou, « La France et les notes so (...)
  • 136 « Vertrag über die Beziehungen zwischen der Bundesrepublik Deutschland und den Drei Mächten (Genera (...)

63Les trois puissances occidentales n’avaient nullement été surprises par l’annonce des propositions soviétiques sur le traité de paix. Depuis la conférence des Ministres des Affaires étrangères marquant la fin du blocus de Berlin, en mai 1949, les Soviétiques s’étaient tenus plutôt cois sur la question allemande132. Un aussi long silence avait été interprété comme le signe annonciateur d’une offensive de grande envergure133. L’imminence de la signature du traité de la CED pouvait même, pensait-on, en marquer le déclenchement. Enfin, cette conviction s’était trouvée confortée par les initiatives qu’avait multipliées la RDA auprès de la RFA au cours de l’année 1951. Les propositions soviétiques du 10 mars 1952 entraînèrent un rejet unanime des gouvernements des puissances occidentales, rejet qu’approuva Bonn134. Mais, quoique convaincus de son absence de sincérité, ils choisirent cependant de simuler l’intérêt espérant, par ce biais, réduire à néant ce qu’ils considéraient, dans la manœuvre soviétique, de potentiellement déstabilisateur, voire destructeur, pour la construction européenne135. Les Occidentaux se trouvaient aussi confortés dans l’idée de conclure au plus vite les négociations sur la Communauté européenne de Défense. Le traité instituant la CED fut ainsi signé à Paris, le 27 mai 1952. La veille, les accords contractuels de Bonn avaient été conclus afin de permettre à la RFA de signer, en toute souveraineté, le traité instituant la CED. Ils marquaient la fin du régime d’occupation et conféraient à l’Allemagne de l’Ouest la souveraineté en politique intérieure et extérieure. Celle-ci comportait toutefois une restriction car était imposée à la RFA une obligation démocratique : la réunification ne devait pas être recherchée par la voie militaire136 . De même, les trois puissances occidentales conservaient leurs droits et obligations envers Berlin et l’Allemagne dans son ensemble ainsi que des troupes stationnées sur le territoire ouest-allemand. Ces accords n’envisageaient pas de participation directe de la RFA à l’OTAN mais simplement par le biais de la CED. La RFA se voyait de même interdire la fabrication d’armes ABC et limiter son nombre autorisé de divisions.

  • 137 J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik von 1944 bis 1953 », op. cit., p. 80 ; R. Poidevin, « (...)
  • 138 State Department to American Embassy (Anthony Eden), London, 14/03/52, Moscow Mission Files, box 13 (...)
  • 139 R. Poidevin, « La France devant le problème de la CED... », op. cit., p. 36-57.
  • 140 American Embassy Paris to Sec State, 11/06/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité par H. Graml, o (...)
  • 141 J. Schwarz, op. cit., p. 78.
  • 142 G.H. Soutou, « La France et les notes soviétiques de 1952 sur l’Allemagne », op. cit., p. 270.

64En dépit de la signature du traité instituant la Communauté européenne de Défense, les notes soviétiques avaient cependant ébranlé efficacement la politique du gouvernement français, mais non parce que celui-ci aurait été séduit par les propositions staliniennes : celles-ci allaient en fait à l’encontre des intérêts de sécurité français. La perspective d’une Allemagne neutre et armée au cœur de l’Europe et donc incontrôlable, ou celle d’une Allemagne glissant dans l’orbite soviétique et plaçant cette dernière aux portes de la France ne pouvaient en effet que l’effrayer137. Cette proposition soviétique avait donc eu pour premier effet de stabiliser l’opinion publique française sur la question de la CED jusqu’à la signature de ce traité en mai138. Mais celle-ci, intervenue au terme d’un véritable marathon diplomatique qui avait vu s’affronter les exigences de Bonn pour obtenir souveraineté et égalité de droits, le refus des Anglo-Saxons de tout engagement juridique sur leur stationnement en Europe et les craintes françaises envers une remilitarisation allemande, était loin de lever toutes les hypothèques. La France estimait donc qu’elle n’avait pas à se hâter pour faire ratifier ces accords qui ne pouvaient d’ailleurs entrer en vigueur l’un sans l’autre et dont aucune disposition ne pouvait être exécutée avant ratification139. En juin 1952, la France avançait un projet de réponse à la note du 24 mai des Soviétiques où, à la surprise de ses partenaires anglo-saxons, elle demandait la convocation immédiate d’une conférence des Ministres des Affaires étrangères arguant du fait qu’un échec de cette réunion ferait accepter plus facilement aux yeux de l’opinion publique l’idée du réarmement allemand140. Elle exigea des garanties anglo-saxonnes supplémentaires contre le partenaire ouest-allemand : une présence durable de leurs troupes sur le sol européen, l’obligation d’intervention contre tout membre de la CED qui violerait le traité. À la conférence des six États de la CED, il apparut évident que la France hésitait grandement sur cette alliance militaire non intégrée. Elle demandait à ce que les décisions d’ordre politique et militaire fussent adoptées à l’unanimité par le Conseil de l’OTAN auquel la RFA ne devait jamais être partie. Enfin, elle exigeait d’instituer la possibilité de recourir à un veto national contre toutes les décisions politiques. De telles modifications auraient vidé de son contenu tout le traité de la CED. Cette volonté française de contrôler plus encore l’Allemagne occidentale sans instituer d’obligation semblable pour les Français141 était en fait indissociablement liée à la relance de la polémique, dans les cercles dirigeants, entre les partisans de la coopération avec l’URSS et ceux de l’entente avec l’Allemagne et de la construction européenne. Outre qu’elle alimenta durablement les soupçons des partenaires de la France, elle contribua au rejet du projet de la CED, soumis à ratification à l’Assemblée nationale française, le 30 août 1954142.

  • 143 « Protocol to the North Atlantic Treaty on the Accession of the Federal Republic of Germany », 23/1 (...)
  • 144 J. Schwarz, op. cit., p. 78.
  • 145 Le 25 mars 1957, les traités de Rome furent ainsi signés qui créaient la Communauté économique euro (...)

65Paradoxalement, s’il entraîna l’échec d’une communauté politique, le rejet de la CED permit en revanche de relancer les négociations pour une participation de l’Allemagne de l’Ouest à l’OTAN. La France allait accepter dans ce nouveau cadre, ce qu’elle avait refusé dans celui de la CED : le réarmement ouest-allemand avec des forces armées nationales, la souveraineté et l’entrée dans l’OTAN. L’élargissement du Pacte de Bruxelles à l’Allemagne et l’Italie dans une Union de l’Europe occidentale, – UEO – en permit la réalisation. En octobre 1954, les accords de Paris étaient ainsi signés, assurant la souveraineté à la RFA et ouvrant sa participation à l’OTAN143. La construction européenne, confortée avec un projet de création, présenté le 10 mars 1953 par les six partenaires de la CECA144, d’une Communauté politique européenne, fut par la suite relancée avec la conférence de Messine en juin 1955 qui proposait une intégration économique générale par la création d’un marché commun européen145 .

La polémique en République fédérale

  • 146 Dans une analyse intéressante de la genèse de cette polémique, Manfred Kittel fait remarquer que mê (...)
  • 147 Voir le recensement historiographique opéré par H. Graml, « Nationalstaat oder westdeutscher Teilst (...)

66Aujourd’hui encore, la série de notes soviétiques en 1952 continue de faire l’objet d’interprétations divergentes et de polémiques nourries dans l’historiographie allemande sur la réalité et la sincérité des propositions de l’URSS146. Les esprits allaient s’agiter de longues décennies pour percer à jour les intentions soviétiques : dans le contexte de la guerre froide, Staline n’avait-il pas tenté une offensive de détente ? En refusant son examen, les Occidentaux n’avaient-ils pas laissé irrémédiablement passer une chance de réunifier l’Allemagne ? Le Chancelier Adenauer, mû par l’anticommunisme et la conviction farouche qu’il fallait ancrer la RFA au bloc occidental, n’avait-il pas sciemment bradé la réunification allemande147 ?

  • 148 Pour plus de détails, voir H. Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », dans G. Krebs e (...)
  • 149 Voir notamment les archives américaines citées par H. Graml à ce sujet dans « Die Legende von der v (...)
  • 150 Ancien président de la CDU dans la zone soviétique, il avait émigré à l’Ouest en 1947 et deviendra (...)
  • 151 H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit... », op. cit., p. 321.

67La polémique naquit en RFA au moment de la ratification de la CED qui intervint le 19 mars 1953. Les discussions n’étaient en fait pas tant imputables aux notes soviétiques qu’au réarmement lui-même qui ne faisait pas l’unanimité dans la classe politique ouest-allemande148 et à la conscience que la réunification allemande était désormais reportée dans un avenir incertain149. Les notes soviétiques offraient l’occasion de trouver un bouc émissaire : alors que chacun reconnaissait tacitement l’absence de volonté de compromis soviétique, éclata et s’amplifia la théorie d’une chance gâchée de réunification. Ses défenseurs pour lesquels les propositions soviétiques étaient le signe d’une non-inéluctabilité de la division allemande, accusèrent alors avec véhémence les puissances occidentales et le Chancelier Adenauer d’intransigeance et rejetèrent sur eux la responsabilité de l’absence de règlement de la question allemande. La volonté d’Adenauer d’éviter que l’Allemagne ne retombât dans l’ornière d’une voie particulière, celle d’un pont entre l’Est et l’Ouest, fermement défendue par le chrétien-démocrate Jakob Kaiser150, fut de ce fait totalement méconnue et déformée. Or, cette option, à ses yeux, ne comportait que des risques mortels pour l’Allemagne en risquant de l’isoler sur la scène internationale puis de la faire sombrer dans une catastrophe nationale. Pour Adenauer, une Allemagne neutralisée signifiait la mort de toute politique d’intégration européenne et donc un retrait inévitable des États-Unis d’Europe qui laisserait ainsi une Allemagne affaiblie tombée sous la coupe soviétique. Dans le meilleur des cas, estimait-il, une neutralisation de l’Allemagne rétablirait la situation précaire de l’entre-deux-guerres. Elle signifierait de toute façon le rétablissement de l’autorité quadripartite et la perte de tout ce que la RFA avait pu gagner en matière de souveraineté et d’égalité151.

  • 152 H.P. Schwarz, op. cit., p. 483-564 ; J. Rovan, « Konrad Adenauer, d’une Allemagne à l’autre », dans (...)
  • 153 H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit... », op. cit., p. 325.
  • 154 State Department to American Embassy, London, 15/03/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité ibid., (...)

68Enfin, parce que réunification et ancrage à l’Ouest étaient perçus, à l’époque de la guerre froide, comme s’excluant mutuellement152, on reprocha à Adenauer de trahir les intérêts nationaux allemands. La détermination même du Chancelier ouest-allemand dans la défense de ses convictions lui valut reproches et blâmes. Cette détermination venait de ce qu’il considérait les notes soviétiques comme un premier effet de l’intégration européenne. Poursuivre dans cette voie devait forcément conduire à un assouplissement de la position soviétique. Cette conviction avait d’ailleurs suscité très tôt des résistances au sein même du gouvernement ouest-allemand. Or, si la détermination du Chancelier ne faisait aucun doute, l’examen des positions occidentales a pu démontrer qu’elle n’aurait pu s’imposer aux Occidentaux si ceux-ci avaient réellement souhaité tester la sincérité soviétique153. Mais les puissances occidentales étaient conscientes de l’impact de leur prise de position sur l’opinion publique allemande et ne souhaitaient pas qu’elle pût donner prise à l’opposition au cours politique d’Adenauer. Américains en tête, ils tinrent de ce fait à toujours consulter le Chancelier ouest-allemand sans que cela portât préjudice à leurs intérêts nationaux car l’Allemagne fédérale, encore placée sous régime d’occupation, ne pouvait prétendre mener de réelle politique extérieure et encore moins de politique allemande154.

La « tabouisation » de la question allemande ou une impasse en suspens

Le passage de la RDA à une démocratie populaire

  • 155 W. Otto, « Sowjetische Deutschlandnote 1952. Stalin und die DDR. Bisher unveröffentliche handschrif (...)
  • 156 « Iz dnevnika A.A. Vyšinskogo », 1/04/52, AVPRF, Fonds 07, opis’ 27, papka 160, delo 42.
  • 157 W. Otto, op. cit., p. 382.
  • 158 G. Wettig, « Die Deutschland-Note vom 10. März 1952 auf der Basis diplomatischer Akten des russisch (...)
  • 159 G. Wettig, « Die Stalin-Note vom 10. März 1952 als geschichtswissenschaftliches Problem. Ein gewand (...)
  • 160 W. Otto, op. cit., p. 388.
  • 161 A. Gromyko à Vychinskij, 18/04/52, AVPRF, Fonds 07, opis’ 27, papka 162, delo 42, E- 3347/r.

69Durant les mois qui suivirent l’envoi de la note de mars 1952, l’évolution de la République démocratique démontra que seule une réponse négative des Occidentaux était attendue. L’attitude des dirigeants du SED eux-mêmes prouvait que la proposition d’une Allemagne unie et neutre ne leur faisait nullement craindre pour leur domination politique155. Ce constat ressortit particulièrement des entretiens menés entre Staline et les dirigeants du SED, Pieck, Grotewohl et Ulbricht en avril 1952. Les mots de remerciement qu’avaient prononcés Pieck, le 31 mars 1952, lors de l’accueil de la délégation du SED à Moscou, anticipaient d’ailleurs parfaitement l’état d’esprit de ces conversations : la note diplomatique de l’URSS, déclara-il, « a produit une forte impression non seulement en RDA mais également en Allemagne de l’Ouest » ; la campagne déployée en RDA « donnera de bons résultats » et « révèle des perspectives favorables »156. Cette note fut de même considérée comme « un large mouvement des masses qui a su mettre sous pression les puissances occidentales et le gouvernement d’Adenauer » et la question des élections hors du contrôle de la commission de l’ONU était « envisagée comme un combat de masse pour renverser le gouvernement d’Adenauer », parallèlement aux efforts de mobilisation de la classe ouvrière et des forces patriotiques157. Lors de ces entretiens, il ne fut donc pas question d’une possible entente avec les Occidentaux, mais bien au contraire, du renforcement du cours socialiste en RDA. Y furent ainsi examinées les thèses développées par le SED les 18 et 20 mars 1952 et les propositions du Bureau politique (du SED) dans le cadre de la préparation de la deuxième conférence du Parti qui devait organiser le combat en RFA pour l’unité de l’Allemagne et le traité de paix, tout en consolidant l’ordre social de la RDA158. D’après les notes prises par W. Pieck lors de ses entretiens avec Staline, les 1er et 7 avril 1952, il semble ressortir clairement des discussions que les dirigeants du SED tout comme ceux du Kremlin s’accordaient pour admettre que la RDA devait être érigée contre l’État ouest-allemand. En prévision de la deuxième conférence du Parti pour l’été 1952, il fut prévu de mettre sur pied des forces armées en RDA, « création d’une armée du Peuple – discrètement, mais fermement (...) – la période pacifique est terminée »159, de garantir « la frontière dangereuse » avec l’Allemagne de l’Ouest par des fermetures et d’accélérer la communisation du pays160. La transformation des structures fédérales de la RDA fut de même abordée : on renonçait à garder ces points communs avec la RFA pour instaurer une division en districts, reproduisant fidèlement les structures soviétiques. Des mesures dans le domaine agricole furent enfin adoptées161.

  • 162 Les arrestations de hauts fonctionnaires comme celle de von Hamann (LDP) en 1952 avaient largement (...)

70De retour en RDA, les dirigeants du SED n’allaient pas tarder à appliquer les mesures prévues pour consolider le régime. Lors de la deuxième Conférence du Parti en juillet 1952, W. Ulbricht annonça aux 1 565 délégués que le Comité central du SED avait proposé de mettre à l’ordre du jour des débats la construction progressive du socialisme en RDA : cette formule signifiait ni plus ni moins l’adoption enfin officialisée du modèle étatique stalinien avec son centralisme démocratique, où initiatives et dynamisme étaient muselés par un fonctionnement unilatéral de haut en bas de cette pyramide décisionnelle. Les partis du bloc antifasciste furent définitivement mis au pas. Neue Zeit, pour ne citer que ce seul exemple, publiait ainsi le 26 juillet 1952, que la présidence du CDU « reconnaissait sans réserve le rôle dirigeant du SED comme parti de la classe ouvrière »162. Les forces de contestation possible comme les intellectuels, les paysans ou l’Église évangélique, à laquelle appartenaient 80 % de la population, furent de même sévèrement réprimées.

  • 163 Elles représentaient 73,1 % de la production industrielle brute en 1950 et 79,2 % en 1951. Ulbricht (...)
  • 164 La loi sur le travail, introduite en avril 1950, qui prévoyait l’amélioration des conditions de vie (...)
  • 165 Le beurre, la viande et le sucre restaient ainsi rationnés. Beaucoup de produits étaient absents de (...)
  • 166 H. Weber, op. cit., p. 38.
  • 167 Le Conseil des Ministres composé de 40 membres recensait ainsi 31 dirigeants du SED et celui-ci dom (...)

71La RDA, sous l’impulsion du plan quinquennal (1951-1955) se transformait en une démocratie populaire. Ce plan avait prévu une augmentation de 23 à 45 milliards de marks de la production industrielle ; le revenu agricole devait s’accroître de 25 %, le PIB de 60 % et la productivité de travail de 72 %. Mais si, fin 1952, l’indice de production avait rattrapé et dépassé celui de 1936, la production en biens de consommation restait cependant en deçà du taux d’avant-guerre. Le rôle des entreprises étatisées grandissait : en 1949, on avait pu en recenser 1764 et leur nombre était passé à 5 000 en 1950, regroupant quelques 900 000 employés. En 1953, ce dernier chiffre serait de 1,7 million163. Dans la mesure où la deuxième Conférence du Parti en juillet prévoyait une accélération de la production industrielle lourde, le mot d’ordre avait de nouveau été d’accroître la productivité du travail dans les entreprises164. Dans ces conditions sévères où le ravitaillement de la population restait précaire165, la RDA parvint en 1952-1953 à reconstruire ses infrastructures économiques : la production d’acier, qui avait chuté en 1946 à 150 000 tonnes atteint 2,1 millions en 1953 ; les secteurs énergétique et chimique connurent une progression semblable. La construction du socialisme en RDA conduisit de même à transformer les structures étatiques : fin juillet 1952, les cinq Länder disparaissaient au profit de quatorze districts, supprimant ainsi définitivement toute trace de fédéralisme et d’administration autonome. Les conseils et les sessions de districts constituaient désormais les structures de pouvoir local166. À l’échelon suprême, la Conférence du Parti de juillet mettait en place un Présidium du Conseil des Ministres, petit noyau décisionnel chargé de diriger l’économie populaire et les organes étatiques. La prédominance du SED était indiscutable167.

  • 168 La Commission de Contrôle et le Ministère des Affaires étrangères approuvèrent ces mesures destinée (...)
  • 169 « Postanovlenie CK-KPSS o predloženiâh pravitel’stva GDR i SKK v Germanii otnocitel’no ustanovleniâ (...)
  • 170 « O novoj programme raboty SEPG v zapadnom Berline », 11/02/53 adressé à Gribanov, AVPRF, 30/03/53, (...)

72En 1953, la RDA reproduisait fidèlement le système de domination soviétique, à travers l’appareil du Parti, celui de l’État (gouvernement et administration), la Justice et le Ministère de la Sécurité d’État occupés à réprimer toute dissidence, l’armée, les médias, les organisations de masse et les autres partis transformés en courroies de transmission auprès de toutes les couches sociales. L’intensification de la propagande qui instaura un véritable culte de la personnalité de Staline apportait à la nouvelle démocratie populaire la touche finale, la justification du régime et l’instrument pour masquer ses faiblesses. Le pays de même se repliait dans ses frontières pour contrer toute influence extérieure. En représailles contre la ratification imminente des Accords de Paris par le Bundestag, le Bureau politique du SED demanda ainsi, le 1er décembre 1952, à celui du PC soviétique, par l’intermédiaire de la Commission de contrôle soviétique, l’autorisation de contrôler la circulation entre Berlin-Ouest et Berlin-Est dans la nuit du 5 au 6 décembre, et d’isoler Berlin-Est par un renforcement de la frontière entre secteurs168. Le 2 janvier 1953, le Comité central du PC donnait son approbation dans un arrêté169. Les regards enfin se portaient de nouveau sur Berlin où le SED appelait à l’élaboration d’un nouveau programme d’action pour Berlin-Ouest avec le slogan « Vers un Berlin uni – capitale d’une Allemagne réunifiée » : partant du constat d’une évolution différente des secteurs de l’ancienne capitale du IIIe Reich, où à l’Est, régnait la dictature du prolétariat et à l’Ouest, celle de « la bourgeoisie monopolistique », le SED proposait de renverser la mairie de Reuter, « responsable des maux de la population », d’unir les couches de la population mécontente des secteurs occidentaux dans une lutte pour leurs intérêts nationaux et sociaux sous l’égide de la classe ouvrière. En recherchant un accord quadripartite sur Berlin, le retrait des troupes d’occupation, la liquidation des frontières zonales, le SED se lançait à la conquête de toute la ville170.

Les événements de juin 1953 et la reprise en mains soviétique

  • 171 Û.S. Aksenov, « Apožej Stalinizma : poslevœnnaâ piramida vlasti », Voprosy istorii KPSS, 11 (1990), (...)

73La mort du dictateur soviétique, le 5 mars 1953, sembla donner un coup d’arrêt à l’intensification de l’adaptation de la RDA au modèle soviétique et à son isolement croissant. La disparition de Staline laissa la direction du SED en état de choc. Quant à la direction collégiale de Moscou qui héritait du vide décisionnel créé par la disparition du dictateur, chacun y était plus intéressé à préserver son pouvoir qu’à définir une nouvelle politique extérieure. Jusqu’à sa mort, Staline avait en effet continué de définir seul les grandes orientations en politique domestique ou extérieure. Le Bureau politique ne fonctionnait pas comme un corps décisionnel. Staline créait des commissions ad hoc chargées d’analyser les options possibles et d’élaborer des projets. « Chacun, dans le Bureau politique et ses commissions, jouait de son instrument mais il n’y avait pas de chef d’orchestre »171.

  • 172 A. Knight, Beria, op. cit., p. 227.

74La lutte pour la succession du dictateur avait donc débuté immédiatement et mis en scène Malenkov, le Président du Conseil des Ministres et Béria, le Ministre de la Sécurité d’État face à Molotov. En mars 1953, ce dernier qui avait été écarté du cercle décisionnel durant les dernières années du régime stalinien, fit en effet un retour en force sur la scène politique. Il avait perdu la confiance de Staline à partir de 1949. En 1952, Staline avait procédé à une grande purge au sein du Parti et de sa direction et supprimé le Bureau politique juste après le XIXe Congrès d’octobre 1952, pour le remplacer par un organisme plus large, le Præsidium, composé de 26 personnes afin de diluer les pouvoirs de ses membres. Le dictateur avait maintenu toutefois l’idée d’un bureau informel plus restreint qui regroupait autour de lui Béria, Malenkov, Khrouchtchev, Vorochilov, Kaganovitch, Saburov, Pervuhin et Bulganin. Molotov était devenu membre de ce Præsidium mais ne comptait pas parmi les décideurs proches de Staline172.

  • 173 V.M. Zubok, « Soviet Intelligence and the Cold War : The Small Committee of Information, 1952-1953  (...)

75Si Béria et Malenkov avaient amorcé quelques gestes de détente envers les Occidentaux (avec les questions coréenne ou yougoslave notamment), Molotov, soutenu par le Secrétaire du Parti, N.S. Krouchtchev, allait devenir très vite l’unique autorité en matière de relations internationales au sein du Præsidium du Conseil des Ministres173. Molotov se posa d’emblée en continuateur de la politique stalinienne ce qui signifiait, pour la question allemande, de renouer avec la duplicité et la prudence du dictateur face aux Occidentaux. Le 16 mars 1953, Molotov revenait ainsi sur l’arrêté du Comité central autorisant l’isolement des secteurs de Berlin-Ouest : un nouvel arrêté du Présidium du Conseil des Ministres de l’URSS qualifiait ces mesures de « politiquement désavantageuses et impossibles à adopter » ; elles

  • 174 « Postanovlenie Prezidiuma Soveta Ministrov soûza SSSR. Vopros sovetskoj kontrol’noj komissii v Ger (...)

« (...) mettraient en doute la sincérité de la politique du gouvernement soviétique et de celui de la RDA qui défendent activement l’unification de l’Allemagne et la conclusion d’un traité de paix et porteraient un préjudice sérieux à nos succès politiques obtenus en Allemagne de l’Ouest, grâce à la mise en œuvre de cette politique équitable répondant aux intérêts fonciers du peuple allemand »174.

  • 175 G. Wettig, « Zum Stand der Forschung über Berijas Deutschland-Politik im Frühjahr 1953 », Deutschla (...)
  • 176 « K voprosu o predotvrasenii begstva naseleniâ iz GDR v zapadnuû Germaniû », de L.A Baškin, collabo (...)
  • 177 Ibid., 1. 101.

76Mais Moscou devait cependant aller plus loin, au vu des rapports en provenance de RDA. Dès mars-avril 1953, un groupe de fonctionnaires du Comité central du SED et du gouvernement est-allemand avait conclu, au terme d’une analyse de la situation générale du pays, qu’il était impossible de poursuivre dans la voie de l’accélération du socialisme. Au sein du Bureau politique, des hommes comme Wilhelm Zaisser ou Rudolf Herrnstadt notamment, sans remettre en cause l’orientation socialiste, poussaient à plus de flexibilité et même au renvoi du Secrétaire Ulbricht175. Des rapports semblables émanant de la Commission de contrôle à Berlin avaient fait état de l’insatisfaction préoccupante de la population est-allemande qui se manifestait dans un exode croissant vers l’Allemagne de l’Ouest : un rapport daté du 15 mai 1953 adressé à Semenov parlait ainsi de la fuite de quelques 110 333 personnes durant les onze premiers mois de 1952 en plus des 24 732 officiellement autorisés par la RDA, la majorité étant des spécialistes techniques et la moitié des jeunes. La principale raison évoquée était la construction du socialisme en RDA. Déjà, poursuivait le rapport, la commission de contrôle et le SED, attentifs à cet exode de main-d’œuvre, avaient depuis des mois tenté de réagir en améliorant la situation matérielle et le travail de propagande dans la population176 mais ces mesures étaient « inefficaces ». Il fallait en envisager d’autres. Et le rapporteur de proposer de renforcer l’organisation des coopératives agricoles déjà créées, sans en créer de nouvelles et sans rechercher à tout prix la performance, d’accroître la production des biens de consommation en prenant soin de veiller à la qualité des produits et à leur diversité, d’augmenter la construction de maisons individuelles, d’« éviter de recourir aux arrestations massives », de donner plus de responsabilités aux gens sans sortir du cadre légal, de substituer des amendes aux confiscations chez les paysans en cas d’insuffisantes livraisons à l’État, et enfin de renforcer le travail de propagande dans la population, notamment parmi les jeunes en dénonçant la propagande ennemie chargée de saper les fondements du socialisme en RDA et d’épouvanter la population177.

  • 178 C’est ce que Malenkov, le Maréchal Bulganin, Krouchtchev et Molotov affirmèrent au Comité central a (...)

77Ces comptes rendus furent pris au sérieux à Moscou et provoquèrent après le 15 mai une discussion sur les mesures à adopter face à la tension perceptible en RDA : tous les membres du Présidium du Conseil des Ministres s’accordaient pour reconnaître qu’il était nécessaire de mettre un terme à l’accélération de la construction du socialisme en RDA. Béria aurait alors été jusqu’à dénoncer la mise en place même du socialisme en Allemagne de l’Est et prôner la primauté de la neutralisation de l’Allemagne unie sur la nature de son régime politique178. Mais, fin mai 1953, il se retrouvait isolé, face à Molotov, Malenkov, Krouchtchev et Bulganin, attachés au maintien du socialisme en RDA mais soucieux seulement d’en freiner la construction. Dans ses entretiens avec Felix Čuev, Molotov rapporte la teneur des discussions sur la RDA entre les membres du Præsidium. Face à Béria, il aurait déclaré ainsi :

  • 179 Texte de la décision adoptée par le Présidium du PC fin mai 1953 dans Beiträge zur Geschichte der d (...)

« J’ai repris la parole pour dire que je trouvais très important de savoir quelle voie allait emprunter la RDA, qu’en plein centre de l’Europe, le pays capitaliste le plus développé, c’était l’Allemagne, même incomplète. C’est pourquoi il fallait mettre fermement le cap sur la construction du socialisme, mais sans hâte excessive. Quand on serait sûr de pouvoir franchir tel ou tel pas, accélérer »179.

78Une décision prise par le Bureau politique du PC devait ainsi critiquer les erreurs commises par la direction est-allemande :

  • 180 Cité par H. Weber, Die DDR 1945-1990, op. cit., p. 40.

« Dans les conditions actuelles, la décision de renforcer la construction du socialisme en RDA, qui avait été prise par le SED et accepté par le Bureau politique du PC dans sa résolution du 8 juillet 1952, n’était pas correcte »180.

  • 181 G. Wettig, « Zum Stand der Forschung über Berijas Deutschland-Politik im Frühjahr 1953 » Deutschlan (...)
  • 182 Magdebourg, Görlitz, Iéna, Brandebourg, Gera en furent les principaux.
  • 183 AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92, 11. 120-121. Voir aussi A. Mitter, « Die Ereignisse (...)
  • 184 Voir les comptes rendus soviétiques « Informaciâ o položenii v Berline », 17-30/06/53- 17/08/53, Se (...)
  • 185 AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92. Molotov fut à l’origine de cette version des événem (...)

79Sous la pression du PC, et après une visite des dirigeants est-allemands à Moscou du 2 au 4 juin, le Bureau politique du SED décida, le 9 juin 1953, d’adopter un « nouveau cours politique », entériné par le Conseil des Ministres le 11 juin et aussitôt mis en application181. La direction du Parti et de l’État procéda donc à une autocritique, l’inflation dont souffrait le pays jusque-là fut contenue, les répressions cessèrent. Il fut décidé d’accroître la production de biens de consommation, de mieux respecter les libertés et les droits des citoyens et enfin d’emprunter la voie d’un rapprochement entre les deux États allemands. Entre-temps également, la Commission de contrôle soviétique avait été dissoute (29 mai 1953) et V.S. Semenov était nommé haut-commissaire en RDA pour représenter les intérêts soviétiques et contrôler l’exécution par la RDA de ses obligations prévues par Potsdam. Au regard des concessions faites à de nombreuses couches de la population, la classe ouvrière en revanche, fut quelque peu laissée pour compte. Les hausses de productivité décidées en mai ne furent pas retirées en dépit des exigences des ouvriers, et cette intransigeance provoqua une grève des ouvriers du bâtiment dans la Stalinallee de Berlin, le 17 juin. Le mouvement devait s’étendre presque instantanément à l’ensemble du pays, dans des grèves et des manifestations qui touchèrent exclusivement les grands centres de l’industrie est-allemande182 : des exigences purement économiques, on passa aux revendications politiques et à l’appel à des élections libres. Le plus alarmant était que la contestation se propageait également chez les travailleurs, les membres des syndicats, des organisations sociales et des organisations locales du Parti, les piliers du régime : ces derniers ne comprenaient pas le sens du « nouveau cours politique » et affichaient leur mécontentement de n’avoir pas été consultés183. Le commandant soviétique de la ville de Berlin décréta alors l’état d’urgence et fit donner les chars qui matèrent la révolte184. Le SED traita le soulèvement de « putsch fasciste », fomenté par des agitateurs occidentaux, « provocateurs et agents des puissances étrangères »185.

  • 186 « Zasedaniâ komissii A.A Vyšinskogo po podgotovke predloženij dlâ soveta Ministrov SSSR o meropriât (...)
  • 187 Puškin à Vychinskij, « Spravka o predloženiâh Sokolovskogo, Semenovo i Udina o GDR », avec les tamp (...)

80À Moscou, le 2 juillet 1953, une commission dirigée par Vychinskij, le vice-Ministre des Affaires étrangères, fut chargée de présenter au Conseil des Ministres un projet de mesures destinées à la RDA concernant les recommandations possibles à donner au gouvernement est-allemand pour mobiliser la population derrière ses slogans, exploiter au mieux ses ressources intérieures ; les voies d’une aide soviétique, d’un transfert possible des sociétés mixtes soviétiques à la RDA et de la suspension des réparations devaient également être étudiées186. La Commission de contrôle soviétique fut chargée de soumettre des propositions. Le 9 juillet au plus tard, les décisions du Conseil des Ministres concernant les 17 propositions émanant de cette Commission tombaient. Le document qui les recensait leur opposait les mesures définitivement retenues. Citons-en les principales. Ainsi, à la première proposition qui recommandait d’intensifier la poursuite du nouveau cours politique, enclenché le 6 juin 1953, le document répondait : « Il n’est pas nécessaire d’adopter de nouvelles mesures » ; la proposition de démettre Ulbricht de ses fonctions de vice-Premier Ministre afin qu’il se concentrât sur le travail du Comité central du SED fut rejetée tout comme celle de fondre le Ministère de la Sécurité d’État dans celui des Affaires intérieures ou celle de convoquer une session extraordinaire de la Chambre du peuple pour procéder à une critique du gouvernement et à l’éviction des Ministres impopulaires et incompétents ; en revanche, furent retenues l’ idée de renoncer à prélever des réparations, celle d’améliorer l’approvisionnement de la population en biens de consommation, de transférer toutes les sociétés mixtes soviétiques à la RDA. Certaines questions demeurèrent en suspens jusqu’à la visite des dirigeants est-allemands à Moscou : il en fut ainsi de la limitation des fonctions du Secrétariat du CC-SED aux problèmes de l’exécutif et de la formation des cadres, de la révision de la composition du Bureau politique du SED au profit de personnalités plus jeunes187. Ces propositions, tout en maintenant l’orientation générale de socialisation du régime est-allemand, voulaient tenir compte de la situation issue de juin 1953.

81Les mesures finalement retenues montrèrent cependant que les Soviétiques, s’ils avaient bien entendu retentir le signal d’alarme, n’étaient pas disposés à se laisser influencer par ces événements ou à rechercher une voie de compromis sur le régime politique de l’Allemagne orientale. Grâce au soutien soviétique, le SED allait en effet maintenir son orientation politique, à un rythme toutefois plus modéré : la production de biens de consommation fut relancée ; grâce à l’intervention soviétique, le 10 octobre 1953, le gouvernement procéda à une baisse de 10 à 25 % des prix des produits alimentaires. Le 1er janvier 1954, l’URSS renonçait à prélever des réparations en RDA et limitait les frais d’occupation à 5 % du revenu national. Toutes les sociétés mixtes soviétiques non encore étatisées, parmi lesquelles Agfa-Wolfen, Buna (chimie), Krupp-Gruson-Werk furent transmises à la RDA. En dépit de ces améliorations apportées à la vie quotidienne, quelques 331 000 Allemands de l’Est fuirent le régime en 1953 ; en 1954, ils étaient 184 000 et 252 000 en 1955.

  • 188 Compte tenu de la date de la proposition de la Commission de contrôle soviétique sur le renvoi d’Ul (...)
  • 189 Plus de 60 % des membres SED des directions de districts furent ainsi limogés jusqu’en 1954. Les pu (...)
  • 190 H. Weber, ibid., p. 42.

82La position d’Ulbricht sortit renforcée des événements et les partisans des réformes furent évincés en juillet 1953188. En janvier 1954, le Comité central du SED excluait Zaisser, Herrnstadt, Ackermann, Jendretzky et Elli Schmidt, prélude à des purges draconiennes au sein de l’appareil du Parti durant les mois suivants189 : l’alarme avait été chaude et les Soviétiques adoptaient un profil bas en appuyant, parmi les dirigeants est-allemands, ceux qui avaient fait preuve de la plus grande loyauté envers Staline. Le IVe Congrès du Parti en avril 1954 marqua la fin du « nouveau cours politique » en consacrant le maintien du système soviétique stalinien. En octobre 1954, se déroulèrent les élections pour la Chambre du Peuple, et les assemblées de districts : le scénario de 1951 se reproduisit sans faille avec 99,45 % des 98,4 % de votants qui approuvèrent la liste unique190. La fusion entre les organes gouvernementaux et ceux du Parti sur le modèle soviétique devint presque totale avec 20 Ministres issus du SED sur 28 ; 9 membres du SED sur les 13 que comptait le Présidium du Conseil des Ministres. L’industrie lourde redevint prioritaire en 1955 quand le gouvernement encouragea « la concurrence socialiste ». Cette même année, le plan quinquennal affichait des résultats officiels faramineux : la production industrielle, clamait la propagande, avait presque doublé par rapport à 1950 ; la productivité avait augmenté de 50 %. Un nouvel Etat économiquement développé était né dans lequel plus de 40 % des travailleurs étaient employés dans l’industrie et 68 % par l’État. En dépit de ces performances hautement proclamées, le régime est-allemand n’avait cependant pas d’assise populaire stable, souffrait de l’absence de légitimité politique et masquait l’état de crise latent de sa société avec une propagande idéologique incessamment martelée.

  • 191 Voir le texte de la Déclaration dans « Erklärung der Regierung der UdSSR über die Gewährung der Sou (...)
  • 192 De Mirosničenko à Semenov, 4/07/53, copies à Molotov, Vychinskij, Gromyko, Puškin, AVPRF, Fonds 082 (...)
  • 193 Voir chap. 2 de H. Paris, Stratégie soviétique et chute du Pacte de Varsovie, la clef de l’avenir, (...)

83Au niveau international, la RDA obtenait une souveraineté apparemment élargie : le 25 mars 1955, l’URSS proclamait la souveraineté de l’Allemagne de l’Est mais maintenait ses droits envers l’Allemagne entière et les obligations de la RDA envers Potsdam191. Parallèlement, la RDA continuait de défendre le rétablissement de l’unité allemande. Le 4 juillet 1953, soit quelques jours après les événements du 17 juin 1953, Ulbricht avait ainsi demandé aux Soviétiques l’autorisation de transmettre à la radio un discours au nom du gouvernement est-allemand : celui-ci était entièrement consacré à la défense de l’unité allemande, au rappel des propositions de la RDA sur des négociations entre représentants des deux Allemagnes pour rétablir l’unité nationale et permettre la signature d’un traité de paix : on en revenait aux propositions de 1951 avec la recherche d’une reconnaissance étatique pour la RDA...192 Enfin, la RDA adhérait au Pacte de Varsovie, créé le 14 mai 1955. Ce traité d’amitié, de coopération et d’aide mutuelle liant à l’origine huit États socialistes européens, fut mis en place le 14 mai 1955, sous l’égide soviétique. Plus qu’une alliance militaire, car il se superposait aux accords bilatéraux instituant une aide mutuelle avec des clauses militaires déjà conclus entre l’URSS et les démocraties populaires d’Europe orientale, il était l’un des instruments par lesquels l’URSS organisa l’Europe de l’Est en un ensemble politique et militaire cohérent qui proclamait incarner la défense d’un idéal internationaliste commun à ses membres193.

La question allemande : désormais l’affaire des Allemands eux-mêmes

  • 194 Puškin à Vychinskij, 6/07/53, AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 93, 1. 60.

84L’évolution des positions soviétiques au niveau diplomatique dans la période transitoire entre la mort du dictateur et la prise du pouvoir par Krouchtchev (période qui correspond, côté occidental, aux péripéties de la ratification de la CED), allait parfaitement marquer la volonté de réduire la portée des événements de juin 1953, de geler la question allemande et de renvoyer les Allemands dos à dos. Un exemple vient parfaitement illustrer cette tendance : pour la première fois depuis l’occupation soviétique, à une question d’Ulbricht sur le problème de rétablir la libre circulation entre les différents secteurs de Berlin après les événements de juin 1953, Semenov répondit le 6 juillet 1953, sur indication de Molotov, « que la question du rétablissement de la libre circulation à la frontière des secteurs d (evait) être résolue par les amis eux-mêmes en tenant compte de la situation sur le terrain »194.

  • 195 Si juin 1953 a pu constituer pour l’URSS une chaude alerte, les choses furent vite reprises en main (...)

85Dans les notes diplomatiques de l’année 1953, l’Union soviétique s’en tint invariablement à l’idée de créer un gouvernement provisoire allemand et à la participation de représentants de la RFA et de la RDA à la préparation d’un traité de paix. Ainsi, leur note du 5 août 1953, outre qu’elle réduisait à néant tout espoir de changement après juin 1953, reprenait les critiques émises à l’encontre des Occidentaux, accusés de reporter sans répit le règlement de la question allemande195.

  • 196 H.R. Külz, « Die Wiederherstellung einer vorläufigen deutschen Staatsgewalt in den Erörterungen zwi (...)

86Le désaccord persista avec ces derniers sur la question des élections libres ; les uns et les autres ne purent s’accorder que sur la tenue, du 25 janvier au 18 février 1954, d’une conférence des Ministres des Affaires étrangères à Berlin196. Ce sont les Occidentaux qui, le 15 juillet 1953, avaient proposé la tenue d’une conférence quadripartite sur l’Allemagne : en prévision des élections de septembre 1953, Adenauer cherchait en effet à montrer qu’il ne fermait pas la porte à une conférence avec l’URSS et les États-Unis avaient compris que la ratification de la CED était impossible en France sans la preuve de l’intransigeance soviétique. Une longue négociation s’était ensuivie qui aboutit à cette conférence de Berlin.

  • 197 Dokumente zur Aussenpolitik der Sowjetunion, op. cit., p. 425.
  • 198 Voir A. Fontaine, op. cit., p. 91.

87L’attitude adoptée par Molotov lors de cette réunion fut contradictoire et ambiguë. Le 1er février, il proposait un projet soviétique de traité de paix qui reprenait la teneur de la note du 10 mars 1952197. Mais les Occidentaux ne déviaient pas de leur position en exigeant la signature d’un traité de paix par un gouvernement général allemand issu d’élections libres. L’Administration du républicain Dwight David Eisenhower qui succédait en 1953 à celle de Truman poursuivit la même politique envers l’Allemagne : elle était également persuadée que l’intégration de l’Allemagne de l’Ouest à l’Europe occidentale conduirait à la réunification grâce à la force d’attraction de son modèle social et politique. De surcroît, Eisenhower, pour contrer toute propagande soviétique, avait lancé en décembre une double option préventive : le plan des atomes pour la paix (création d’une agence internationale de l’énergie atomique) et la menace d’une révision déchirante de la stratégie américaine en Europe si la CED n’était pas ratifiée198.

  • 199 Voir G.H. Soutou, « La France et les notes soviétiques de 1952 sur l’Allemagne », Revue d’Allemagne(...)

88Lors de cette conférence, la France, pour sa part, avait adopté une position très claire car les événements de juin 1953 en RDA lui avaient démontré que les Soviétiques n’accepteraient jamais le principe des élections libres ; on pouvait donc se ranger à la position adoptée par les Américains dès le début qui consistait à n’évoquer que la question des élections libres pour pouvoir rompre très commodément sur ce thème puisque l’URSS n’accepterait pas de telles élections. C’est donc la position qu’adopta résolument la France à Berlin. Elle rejeta de ce fait sans ambiguïtés les avances faites par l’ambassadeur soviétique à Paris, Vinogradov, le 26 janvier 1954, qui proposait à son homologue Louis Joxe de discuter de la question allemande sur un plan bilatéral pour rompre ainsi l’unité occidentale. L’échec de la conférence de Berlin allait occasionner dans le milieu diplomatique français une véritable jubilation car la reconnaissance implicite du statu quo en Europe permettait de faire d’une pierre deux coups : « (...) garantir la sécurité de la France face à l’Allemagne par la division de celle-ci et la sécurité face à l’URSS Par l’intégration atlantique de la partie occidentale de l’Allemagne divisée »199. Face à l’intransigeance occidentale, Molotov répondit alors :

  • 200 Dokumente zur Aussenpolitik der Sowjetunion, op. cit., p. 422 et J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum (...)

« Cela signifie que l’on ne doit pas élaborer un traité de paix tant qu’un gouvernement général n’est pas formé. Mais de telles objections ne sont pas valables. Il va de soi qu’un traité de paix ne peut être signé que par un gouvernement général, composé d’un parlement issu d’élections libres. Une de nos tâches les plus importantes consiste à accélérer la tenue de ces élections libres. Mais cela ne signifie nullement que les négociations sur cette question qui durent déjà depuis longtemps doivent donner un prétexte pour abandonner la préparation d’un traité de paix (...) C’est pour cette raison que le gouvernement soviétique est d’accord pour faire participer des représentants allemands à toutes les étapes de l’élaboration du traité de paix. Il estime que, jusqu’à la formation d’un gouvernement général, des représentants de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Allemagne de l’Est pourraient collaborer à la préparation d’un traité de paix. L’élaboration finale et l’adoption de ce traité doit se faire par un gouvernement général issu d’élections libres et sa ratification par un parlement général allemand »200.

89Le 10 février, Molotov liait, pour la première fois, le problème allemand et la sécurité européenne en proposant un traité général européen de sécurité collective en Europe :

  • 201 Les notes du gouvernement soviétique des 31 mars et 24 juillet 1954 renfermèrent les mêmes proposit (...)

« (...) Jusqu’à la formation d’un État allemand uni, la République démocratique allemande et la République fédérale allemande peuvent être des membres à part égale de ce traité, et bien sûr à la condition qu’une fois l’Allemagne réunifiée, l’État allemand uni puisse devenir un membre à part entière du traité »201.

  • 202 Europa-Archiv, 1955, p. 7209.

90Puis, après la signature des accords de Paris, le 24 octobre 1954, l’URSS envoyait, le 13 novembre 1954, une note à vingt-trois gouvernements européens et aux États-Unis où elle réclamait la tenue d’une conférence générale européenne sur la sécurité202. N’eut lieu cependant qu’une conférence des pays du bloc de l’Est qui se tint à Moscou du 29 novembre au 2 décembre 1954. En sortit le Pacte de Varsovie, en mai 1955.

  • 203 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 86.

91La proposition soviétique devait être reprise par la suite par les États du Pacte de Varsovie qui proposaient la substitution d’une organisation de sécurité collective au système des alliances et la mise en œuvre d’un désarmement régional (Plan Rapacki). Parce qu’elles concevaient la réunification allemande indépendamment de la mise en place d’un système de sécurité en Europe, ces propositions soviétiques furent rejetées par l’Occident pour qui la réunification devait précéder l’instauration d’un système de sécurité collective. Le plan Eden, exposé lors de la conférence de Genève des Ministres des Affaires étrangères du 27 octobre au 16 novembre 1955203, posait comme préalable la tenue d’élections libres puis l’élaboration d’une constitution avant la formation d’un gouvernement général provisoire pour l’Allemagne. Il avançait ensuite un projet de sécurité européenne pour donner à l’URSS les garanties sur l’absence de menace représentée par une Allemagne réunifiée par la création d’une zone démilitarisée en Europe centrale et la limitation contrôlée des armements.

  • 204 Ibid., p. 86.
  • 205 Il fut remplacé à la tête du gouvernement par Bulganin.

92Cette évolution vers des conversations sur la sécurité européenne allait de pair, du côté soviétique, avec la volonté de geler le règlement de la question allemande. La signature d’un traité de paix et la participation de l’Allemagne à son élaboration furent ainsi désormais relégués au second plan. Pour la dernière fois, le 1er février 1954, le gouvernement soviétique revint sur l’idée d’une participation de l’Allemagne à l’élaboration d’un traité de paix, car en effet, ni à la conférence des chefs de gouvernements (du 18 au 23 juillet 1955), ou à celle des Ministres des Affaires étrangères (27 octobre – 16 novembre 1955) qui se tinrent l’une et l’autre à Genève, cette question ne fut plus évoquée204. Et si l’URSS n’abandonnait pas le déclaratoire sur la nécessité de la réunification allemande, dès la conférence de Berlin, en 1954, Moscou commençait de se dégager de sa responsabilité directe sur la question de la réunification allemande en évoquant la théorie des deux États. La politique allemande des Soviétiques semblait donc désormais orientée vers la recherche d’une reconnaissance internationale pour la RDA et pour la dernière fois, dans le communiqué final du sommet de Genève, le 23 juillet 1955, ils acceptaient officiellement d’évoquer l’idée d’une réunification allemande par le biais d’élections générales libres. Mais l’interprétation qu’en firent Occidentaux et Soviétiques divergeait car Krouchtchev, le nouvel homme fort du régime depuis l’éviction de Malenkov le 8 février 1955205, s’opposait à toute solution qui impliquerait le sacrifice des conquêtes sociales et politiques réalisées en RDA. Revenant de Genève, il fit une halte à Berlin-Est où il eut ces mots le 26 juillet 1955 :

  • 206 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, vol. III, p. 225.

« Nous avons expliqué avec une grande sincérité à Genève que dans la mesure où sur le territoire de l’Allemagne étaient désormais nés deux États avec un ordre social et économique différent, le règlement de la question allemande est devenu une affaire difficile »206.

  • 207 Voir le texte intégral dans Europa-Archiv, 1955, p. 8118.

93Il renchérissait ainsi à la déclaration faite peu de jours auparavant par Bulganin, le 23 juillet, à Genève : « (...) deux Allemagnes se sont formées – la République démocratique allemande et la République fédérale d’Allemagne –, chacune avec ses structures sociales et économiques propres (...) »207. La politique soviétique affichait désormais la quête de la reconnaissance du statu quo en Europe et, corollaire logique, l’établissement de relations avec les deux Allemagnes sur la base de l’existence de deux États souverains : en juin 1955, l’URSS proposait à Adenauer de venir à Moscou normaliser les relations diplomatiques des deux pays ; le 20 septembre, la RDA et l’URSS signaient un traité sur leurs relations qui prônait l’égalité de droit entre les deux États et la non-ingérence dans les affaires intérieures. En novembre de la même année, Molotov, tout en s’opposant à l’idée de développer les relations Est-Ouest, déclarait que la réunification allemande ne pourrait résulter que d’un rapprochement graduel des deux États allemands.

Notes

1 Voir la position très active des Allemands de l’Ouest sur le statut d’occupation dans W. Abelshauser et W. Schwengler, Wirtschaft und Rüstung. Souveränität und Sicherheit, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 1997, vol. IV. Anfänge westdeutscher Sicherheitspolitik 1945-1956, éd. Militärgeschichtlichen Forschungsamt, p. 200, 215.

2 L’expression est le titre d’un ouvrage d’Alfred Grosser paru en 1958, chez A. Colin, Paris, trad. all. Die Bonner Demokratie. Deutschland von draussen gesehen, Düsseldorf, K. Rauch, 1960.

3 Sur l’aide accordée par le plan Marshall, voir L. Herbst, Option für den Westen. Vont Marshallplan bis zum deutsch-französischen Vertrag, Munich, 1989, p. 45 et G. Bossuat, « La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954 », Les notes bleues de Bercy, 13 (1993), p. 7.

4 Truman, Acheson, Marshall, Dulles et Fulbright s’en faisaient les chantres, voir P. Gerbet, La construction de l’Europe, Paris, Notre siècle, Imprimerie nationale, 1983.

5 J. Rovan, « Konrad Adenauer, d’une Allemagne à l’autre », dans G. Krebs et G. Schneilin, L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, op. cit., p. 235-254.

6 W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. IX.

7 « Bericht zur politischen Lage auf der Sitzung des Bundesparteiausschusses der CDU in Bonn », 14/06/52, cité ibid., p. X.

8 Voir infra, même chapitre.

9 J. Rovan, « Konrad Adenauer, d’une Allemagne à l’autre », op. cit., p. 251.

10 Voir J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik von 1944 bis 1953 », op. cit., p. 73-74.

11 Voir supra, chapitre VII.

12 G. Bossuat, « La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954 », op. cit., p. 8.

13 La France, la Grande-Bretagne, le Benelux, l’Italie, l’Irlande, le Danemark, la Norvège et la Suède composèrent cette entité qui devait s’élargir, en août 1949, à la Grèce et à la Turquie, en 1950, à la RFA, l’Islande et la Sarre.

14 Voir le rôle limité sur le plan international que conférait l’accord du Petersberg à la RFA, le 22 novembre 1949, dans I. von Münch, « Niederschrift der Abmachungen zwischen den Alliierten Hohen Kommissaren und dem Deutschen Bundeskanzler auf dem Petersberg am 22.11.49 », dans Dokumente des geteilten Deutschland..., op. cit., p. 226-229.

15 Bossuat, op. cit., p. 8 et J. Schwarz, op. cit., p. 74-76.

16 P. Gerbet, op. cit., 498 p.

17 Les Britanniques se montrèrent réticents à tout élargissement de la CECA à d’autres secteurs économiques pour atteindre l’union politique.

18 K. Schwabe, op. cit., p. 50.

19 Voir A. Fontaine, Histoire de la guerre froide, t. I. De la Révolution d’Octobre à la guerre de Corée 1917-1950, Paris, Fayard, 1965, p. 462-466 et t. II. De la guerre de Corée à la crise des alliances 1950-1967, 1967, p. 13-23.

20 La supériorité des Soviétiques en forces conventionnelles en Europe était estimée, en avril 1949, à 200-220 divisions, voir « Denkschrift von General Lt a. D. Speidel. Gedanken zur Sicherung Westeuropas », cité par W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. 353. En Europe occidentale, n’étaient stationnées que 13 divisions : 2 britanniques, 2 américaines, 7 françaises et 2 belges.

21 Voir J.F. Kennan, Memoirs 1925-1950, op. cit., p. 397-398.

22 P. Guillen, « La France et la question de la défense de l’Europe occidentale, du pacte de Bruxelles (mars 1948) au plan Pleven (octobre 1950) », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, 144 (1986), p. 79.

23 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 84.

24 Voir A. Fontaine, Histoire de la guerre froide, t. II, op. cit., p. 41.

25 North Atlantic Treaty, texte publié par I. von Münch, op. cit., p. 250-253. Il regroupait la France, le Canada, la Belgique, le Danemark, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

26 W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. VIII.

27 K.. Schwabe, op. cit., p. 50. Ces unités est-allemandes, Bereitschaften der Kasernierten Volkspolizei – KVP – comptaient, dès l’été 1950, 50 000 hommes, voir H. Weber, Die DDR 1945-1990, op. cit., p. 30.

28 J. Schwarz, op. cit., p. 77 et P. Guillen, « La France et la question de la défense de l’Europe occidentale, du pacte de Bruxelles (mars 1948) au plan Pleven (octobre 1950) », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, 144 (1986), p. 96.

29 G. Wettig, Entmilitarisierung und Wiederbewaffnung in Deutschland 1943-1955, Internationale Auseinandersetzung um die Rolle der Deutschen in Europa, Munich, R. Oldenbourg, 1967.

30 J. Schwarz, op. cit., p. 77 et P. Guillen, op. cit., p. 90-91.

31 Spofford était le suppléant américain au Conseil atlantique.

32 K. Schwabe, op. cit., p. 51.

33 J. Schwarz, op. cit., p. 78.

34 W. Abelshauser et W. Schwengler, op. cit., p. VIII.

35 Elle apparaît très nettement dans les notes et les rapports du Ministère soviétique des Affaires étrangères dès l’été 1951.

36 Semenov et Semičastnov à Gromyko, 26/05/50, AVPRF, Fonds 022, opis’ 3-a, papka 35, delo 55, 11. 15-21.

37 Archiv der Gegenwart, 27/05/50, p. 2405.

38 Archiv der Gegenwart, 29/05/50, p. 2313.

39 Archiv der Gegenwart, 1/08/50, p. 2513F et 28/08/50, p. 2550.

40 URSS, Albanie, Bulgarie, Tchécoslovaquie, Pologne, Roumanie, Hongrie et RDA.

41 SSSR i vopros ob edinstve Germanii i mirnom dogovore s Germaniej, Moscou, 1952, p. 141. Voir aussi J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 78.

42 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, vol. I, p. 311.

43 Ibid., p. 180. Une telle insistance se comprend quand on sait que la RFA comptait une population plus élevée que la RDA.

44 Archiv der Gegenwart, 30/12/50, p. 2735A.

45 A. Hillgruber, Deutsche Geschichte 1945-1982. Die deutsche Frage in der Weltpolitik, 4e éd. augmentée, Berlin, Kohlhammer Urban-Taschenbücher, 1983, p. 50.

46 Archiv der Gegenwart, 30/01/51, p. 2793.

47 Archiv der Gegenwart, 5/03/51. p. 2845J.

48 Archiv der Gegenwart, 9/03/51, p. 2850D.

49 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, vol. I, op. cit., p. 46.

50 Voir G. Zieger, op. cit., p. 28.

51 Archiv der Gegenwart, 3/09/51, p. 3095B.

52 Archiv der Gegenwart, 22/09/51, p. 3122B.

53 « Otvet predsedatelâ sovetskoj kontrol’noj komissii v Germanii Generala armii V.I. Čuikova na vopros korrespondenta telegrafnogo agenstva GDR », 20/09/51, publié dans Germanskaâ demokratisčeskaâ republika. Dokumenty i materialy po voprosu vosstanovleniâ edinstva Germanii, sbornik n° 10, otdel informacii sovetskoj kontrol’noj komissii v Germanii, Berlin, 1952, p. 5-6.

54 Archiv der Gegenwart, 20/09/51, p. 3123-3124. Le rejet officiel interviendrait le 27 septembre.

55 19/09/51, Rede im Hüttenkombination-Ost, Fürstenberg, Archiv der Gegenwart, 22/09/51, p. 3122B.

56 Archiv der Gegenwart, 3/11/51, p. 3183D et Bundesministerium für gesamtdeutsche Fragen dir., Die Bemühungen der Bundesrepublik um Wiederherstellung der Einheit Deutschlands durch gesamtdeutsche Wahlen. Dokumente und Akte, 4e éd., Bonn, 1953, p. 113.

57 Ibid., p. 56-58. Heuss, dans sa réponse du 7 novembre, rejeta cette offre qu’il qualifia de pas en arrière.

58 « Zaâvlenie sovetskogo delegata A.A Malika na zasedanii General’nogo komiteta 6. sessii General’nogo Sobraniâ OON », 9/11/51, Pravda, 11/11/51, p. 7.

59 « Vystuplenie A.A. Vyšinskogo na plenarnom zasedanii 6. sessii General’nogo Sobraniâ OON, 13/11/51 », Pravda, 14/11/51.

60 « Zaâvlenie sovetskogo delegata A.A. Malika v special’nom političeskom komitete 6. sessii General’nogo Sobraniâ OON », 4/12/51, Pravda, 6/12/51.

61 Celle-ci, dans l’optique soviétique, permettrait en effet de diminuer le quota des députés des partis non-marxistes. Aux élections de l’automne 1950, en RDA, elle avait, rappelons-le, assuré le succès du SED en lui apportant 33 % des suffrages exprimés, voir chapitre VIII.

62 Dokumente zur Aussenpolitik der Deutschen Demokratischen Republik, op. cit., p. 73-76.

63 « Otvet sovetskogo gosudarstva na obraŝenie gosudarstva GDR k gosudarstvam SSSR, S A, Veliko-Britanii i Francii », Pravda, 21/02/52. Voir aussi A. Gromyko à Staline, 15/02/52, AVPRF, Fonds 07, opis’ 25, papka 100, delo 13, A-100/gi et « Postanovlenie CK-PC », dans Dokumente zur Deutschlandpolitik der Sowjetunion, vol. I, Berlin-Est, 1957, p. 288.

64 Voir infra, même chapitre.

65 Archiv der Gegenwart, 16/03/52, p. 3387.

66 H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit. Zur sowjetischen Notenkampagne des Jahres 1952 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 3 (1981), p. 323.

67 G. Zieger, op. cit., p. 49. Le SPD ne répondit pas à cette invitation, voir Die Welt, 29/03/52. Le 3 avril, le Bundestag relançait pour sa part le problème des élections libres sur la base de ses propositions émises le 6 février précédent.

68 G. Zieger, ibid., p. 49.

69 B. Meissner, Russland, die Westmächte und Deutschland. Die sowjetische Deutschlandpolitik 1943-1953, op. cit., 1953, p. 298-299.

70 G. Wettig, « Die KPD als Instrument sowjetischer Deutschland-Politik », Deutschland-Archiv, 8-08 (1994), p. 816-829.

71 I. Bakulin à Semenov, 18/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 66, 1. 6.

72 Ulbricht à Semenov, 6/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 68, delo 11, 11. 97-102.

73 « Ekonomičeskij i političeskij obzor položeniâ zapadnoj Germanii v 1951 godu », 15/03/52, AVPRF, Fonds 082, opis’ 40, papka 254, delo 6, 11. 1-129.

74 I. Bakulin à Semenov, 18/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 66, 11. 10-12.

75 I. Bakulin à Semenov, 29/02/52, AVPRF, Ibid., delo 5, 1 281.

76 G. Wettig, « Die KPD als Instrument sowjetischer Deutschland-Politik », op. cit., p. 824.

77 Voir infra.

78 W. Ulbricht à Semenov, 19/03/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 68, delo 11, 11. 159-164.

79 Voir chapitre V.

80 G. Wettig, op. cit., p. 827.

81 I. Bakulin à Semenov, 28/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 5, 11. 22-27.

82 I. Bakulin à Semenov, 29/02/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 5, 11. 28- 32. Le compte rendu du représentant de la Commission de contrôle à Berlin, S. Den’gin à Semenov, le 18 mars 1952, établirait un constat tout aussi réservé dans la sphère de pouvoir même des Soviétiques, à Berlin-Est, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 5, 11. 71-73.

83 M. Gribanov, chef de la troisième section européenne du Ministère soviétique des Affaires étrangères, à A. Gromyko et au Secrétariat général du PCUS, 29/03/52, AVPRF, Fonds 082, opis’ 40, papka 254, delo 6, 1. 128, ici 11. 14-16.

84 Ulbricht à Čuikov, 26/03/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 68, delo 11, 1. 231.

85 Voir infra, même chapitre.

86 I. Fadejkin, vice-directeur des. Affaires allemandes de la Commission de contrôle soviétique, à V.S. Semenov, 17/05/52, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 13, papka 66, delo 5, 11. 143-150.

87 I. Fadejkin à Semenov, 21/05/52, ibid., 11. 155-158.

88 Voir les témoignages du Dr. Koester, le député chrétien-démocrate du Landtag de Saxe, du député bavarois CSU, Dr. Josef Müller, lors d’entretiens avec Semenov, Čuikov, dans Kenneth Dayton, Chief Internal and Govenmental Affairs Division, Office of Political Affairs, HICOQ, 17/01/50, Berlin Mission Files, box 2579, cités par H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit. Zur sowjetischen Notenkampagne des Jahres 1952 », VierteIjahrshefte für Zeitgeschichte, 3 (1981), p. 312.

89 G.M. Bespalov, Bor’ba nemeckogo naroda za edinuû demokratičeskuû Germaniû, Stenogramma publičnoj lekcii, pročitannoj v central’nom lektorii obŝestva v Moskve, Moscou, éd. Pravda, 1950, p. 3.

90 Citons seulement quelques titres d’où sont extraites les citations : Lossov, « Banditizm nevidannyh razmerov », Berlin, 1949 ; G.F. Zastavenko, Germaniâ v 1945-1959gg, Lekciâ, pročitannaâ v vœnno-političeskoj Akademii, Moscou, éd. VPA, 1951 ; A. Abusch, Stalin und die Schiksalsfragen der deutschen Nation, Berlin, Aufbau Verlag, 3e éd., 1952.

91 G.M. Bespalov, SSSR v bor’be za edinstvo Germanii, op. cit., p. 11.

92 K.P. Zueva, « Plan Šumana i sovetskij soûz », dans Istoriâ evropejskoj integracii 1945- 1994, p. 55-67 et voir aussi la campagne virulente lancée dans la Pravda, pendant l’été 1951.

93 G.M. Bespalov, SSSR v bor’be za edinstvo Germami, op. cit., p. 16.

94 Voir chapitre III.

95 G.M. Bespalov, op. cit., p. 13.

96 G. Wettig a retracé son histoire sur la base de documents d’archives soviétiques, voir G. Wettig, « Die Dcutschland-Note vont 10. März 1952 auf der Basis diplomatischer Akten des russischen Aussenministeriums. Die Hypothese des Wiedervereinigungsangebots », Deustchland-Archiv, 7 (1993), p. 794. Nous nous sommes contentée d’ajouter quelques documents supplémentaires qui ne viennent pas invalider l’analyse de Wettig sur cette question.

97 Gribanov à Gromyko, 24/02/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 387-Zeo.

98 Voir chapitre VI.

99 Kudrâvcev à V.A. Zorin, 6/03/51, AVPRF, op. cit., A-446.

100 Il énumérait les membres possibles : S.A. Golubinskij, V.N. Pavlov, V.M. Hvostov, V.S. Semenov et S.B. Krylov et lui-même.

101 Elle était purement formelle car la politique étrangère relevait toujours du seul Staline. Le Bureau politique devait ainsi se réunir entre 1947 et 1950 pour discuter essentiellement de la politique de cadres, voir J.S. Aksenov, « Apožej Stalinizma : poslevœnnaâ piramida vlasti », Voprosy istorii KPSS, 11 (1990), p. 100.

102 Gribanov à Gromyko, 3/08/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 1475/Zeo. Le 9 juillet 1951, la République française et le gouvernement britannique mettaient fin aux conséquences de l’état de guerre en ce qui concernait le statut des ressortissants allemands en France. Les États-Unis firent la même proclamation le 24 octobre 1951. Le décret du Præsidium du Soviet suprême de l’URSS déclarant la fin de l’état de guerre entre l’URSS et l’Allemagne n’intervint, quant à lui, que le 25 janvier 1955, voir I. von Münch, op. cit., p. 57-59.

103 Il avait succédé à Molotov à ce poste en 1949.

104 Gribanov à Vychinskij, 27/08/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 1642/Zeo.

105 Les membres déjà suggérés pour la proposition du 3 août 1951 figuraient sur la liste de Gribanov mais y avait été ajouté le nom du chef de la mission diplomatique soviétique en RDA, G. M. Puškin, dans Gribanov à Vychinskij, 27/08/51, dans AVPRF, ibid. Dans une autre liste recensée dans le fonds du vice-Ministre des Affaires étrangères, A.E. Bogomolov, figure également le nom de ce dernier, voir « O sozdanii komissii po podgotovke prœkta osnov mirnogo dogovora s Germaniej », Gribanov à Vychinskij, 27/08/51, AVPRF, Fonds 019, opis’ 2, papka 17, delo 123, 1. 1. M.G. Gribanov proposait de donner un délai d’un mois à cette commission pour produire un projet, mais Vychinskij, dans une résolution manuscripte en haut de la page, inscrirait : « délai 10 jours / jusqu’au 6/09 ».

106 G. Wettig, « Die Deutschland-Note vom 10. März 1952 auf der Basis diplomatischer Akten des russischen Aussenministeriums. Die Hypothese des Wiedervereinigungsangebots », Deustchland-Archiv, 7 (1993), p. 794.

107 Ces obligations devaient être précisées ultérieurement. Elles contredisaient l’assurance donnée selon laquelle les dettes allemandes de 1919 à 1945 devaient être supprimées.

108 Gribanov à Bogomolov A. E, 8/09/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A-1760/Zeo.

109 Gromyko à Staline, daté au plus tard le 21/02/51, AVPRF, Fonds 07, opis’ 25, delo 100, papka 13, A-124/ag.

110 Gribanov à Bogomolov, 15/09/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 1 lé, papka 250, A- 1810/Zeo.

111 Gribanov à Vychinskij, 20/09/51, AVPRF, Fonds 082, opis’ 38, delo 112, papka 250, A- 1842/Zeo.

112 Il intervint au plus tard le 15 septembre 1951 puisque c’est la date de l’appel de la Chambre du Peuple à la RFA.

113 Gromyko à Staline, 10/12/51, AVPRF, Fonds 019, opis’ 2, papka 17, delo 123, 1. 2 ; Gromyko à Staline, 21/01/52, AVPRF, Fonds 07, opis’ 25, delo 100, papka 13, A-124/ag ; Gromyko à Staline, 25/01/52 ; AVPRF, Fonds 082, opis’ 40, delo 11, papka 255, E-101a-Ge ; Gromyko à Staline, 28/01/52, AVPRF, Fonds 07, ibid., A-173/g.

114 Gromyko à Staline, 10/12/51, AVPRF, Fonds 019, ibid.

115 Gromyko à Staline, 21/01/52, AVPRF, Fonds 07, ibid.

116 Voir supra, même chapitre.

117 Gromyko à Staline, 25/01/52, AVPRF, Fonds 082, op. cit.

118 Gromyko à Staline, 28/01/52, AVPRF, Fonds 07, op. cit.

119 Postanovleniâ CK-VKP(b), « O meropriâtiâh po uskoreniû zaklûčeniâ mirnogo dogovora s Gennaniej i sozdaniâ edinogo. demokratičeskogo i mirolûbivogo germanskogo gosudarstva », 8/02/52, AVPRF, Fonds 07, ibid., A-1633ss/6 u E-1499/ag.

120 Gribanov à Čuikov et Semenov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 40, delo 11, papka 225, E- 101 a/ge.

121 C’est également l’avis de G. Wettig au terme de son analyse des documents d’archives soviétiques, op. cit., p. 79.

122 Gromyko à Staline, AVPRF. Fonds 07, op. cit.

123 « Ekonomičeskij i političeskij obzor položeniâ Zapadnoj Germanii v 1951 godu », 15/03/52, copies à Molotov, Vychinskij, Staline, AVPRF, Fonds 82, opis’ 40, delo 042-Ge/2, 254, E-1248/A-675/3.

124 Voir chapitre II.

125 « Ekonomičeskij i političeskij obzor položeniâ Zapadnoj Germanii v 1951 godu », 15/03/52, copies à Molotov, Vychinskij, Staline, AVPRF, ibid., 11. 124-128.

126 Ibid.

127 Voir le texte des notes dans Dokumente zur Deutschlandpolitik der Sowjetunion, p. 291 – 308.

128 Europa-Archiv, 1952, p. 5093. Ils y renoncent dans leur note du 10 juillet car la commission n’aurait pas accès à Berlin-Est et à la zone soviétique.

129 Après son passage à Berlin-Ouest, Gerald Rummler, ancien collaborateur du Ministre est-allemand des Affaires étrangères, Dertinger, a déclaré à un fonctionnaire américain le 18 avril 1952 que Dertinger aurait entendu de la bouche même de Puškin, le chef de la mission diplomatique soviétique en RDA, que les notes diplomatiques de l’URSS n’étaient qu’une vaste manœuvre de propagande et que l’URSS n’avait aucunement l’intention de sacrifier le régime est-allemand dans des élections générales libres, placées sous l’égide d’une commission internationale. Il n’y avait donc rien à craindre pour la direction du SED, HICOG-Berlin, 18/04/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité par H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit. Zur sowjetischen Notenkampagne des Jahres 1952 », op. cit., p. 334.

130 Si l’on raisonne exclusivement en termes de réalisme politique, comme le font W. Loth ou A.M. Filitov, on ne peut qu’être amené à considérer que les dirigeants du Kremlin, pressés par la perspective d’un réarmement ouest-allemand dans le système occidental, n’avaient pas eu d’autre alternative que de rechercher un compromis avec les puissances occidentales. Parce qu’ils voulaient défendre à tout prix l’option de la neutralisation allemande, ils envisageaient ainsi forcément des négociations et un marchandage ; pour ces auteurs, il est évident que les Soviétiques auraient été prêts à payer le prix fort pour aboutir à un compromis sur l’Allemagne, en offrant l’auto-détermination politique contre la neutralisation militaire, voir W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit. et A.M. Filitov, Germanskij vopros ot raskola k obʺedineniû. Novœ pročenie, op. cit. Or, rien dans les documents d’archives consultés ne vient étayer ce postulat et ces auteurs ont bien du mal à démontrer cette évidence.
À l’inverse, il est intéressant de noter que les partisans de l’idée que ces notes diplomatiques n’étaient que bluff et poudre aux yeux, éprouvent autant de difficultés à expliquer cette offensive soviétique. De ce fait, comme leurs adversaires, ils posent des postulats. H. Graml, par exemple, établit une interdépendance entre l’absence de volonté de compromis soviétique et la consolidation de la RDA. Selon lui, les Soviétiques n’ont bluffé que pour renforcer cette dernière, voir H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit. Zur sowjetischen Notenkampagne des Jahres 1952 », op. cit., p. 311. Rien, dans les documents d’archives soviétiques, n’est venu cependant corroborer l’idée d’une telle interdépendance.

131 American Embassy Paris to State Department, 11/04 et 15/04/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité par H. Graml., ibid., p. 332.

132 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 76.

133 H. Graml, op. cit., p. 310 et K. Schwabe, op. cit., p. 53.

134 La note du 10 mars suscita apparemment peu de réactions en RFA. Aucun des partis allemands, à l’exception du KPD, n’était en effet disposé à abandonner l’exigence de la tenue d’élections générales libres sous le contrôle d’une commission internationale de l’ONU. Il fallait donc que l’URSS démontrât sa bonne foi en sacrifiant la domination du SED en RDA. Si le SPD exigea publiquement le 18 mars d’éprouver la sincérité de la proposition soviétique, c’était pour des motifs essentiellement électoraux et pour mettre à mal l’assise politique du chancelier Adenauer car ses prises de position sur la note soviétique révélaient tout son scepticisme. Des négociations pouvaient être possibles si l’URSS accordait les libertés fondamentales en RDA. Mais elle n’en prenait pas le chemin, HICOQ-Berlin to HICOQ-Bonn, 11/03/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité par H. Graml, op. cit., p. 318. Voir aussi M. Kittel, « Genesis einer Legende. Die Diskussion um die Stalin-Noten in der Bundesrepublik 1952-1958 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, vol. III, 1993, p. 355-389 et R. Morsey, Die Deutschland-Politik Adenauers, Rheinisch-Westfälische Akademie der Wissenschaften Vorträge G. 308, Westdeutscher Verlag, 1991. En dépit de ce consensus sur ce principe des élections, la RFA, par la suite, allait très vite se diviser sur les propositions soviétiques, voir infra, même chapitre.

135 Pour plus de détails, voir H. Graml, ibid., p. 317, 328 et G.H. Soutou, « La France et les notes soviétiques de 1952 sur l’Allemagne », Revue d’Allemagne, 7/8/9 (1988), p. 267.

136 « Vertrag über die Beziehungen zwischen der Bundesrepublik Deutschland und den Drei Mächten (Generalvertrag) vont 26. Mai 1952 in der Fassung vom 23. Oktober 1954 », publié par I. von Münch, op. cit., p. 229-234.

137 J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik von 1944 bis 1953 », op. cit., p. 80 ; R. Poidevin, « La France devant le problème de la CED : incidences nationales et internationales (été 1951 à été 1953) », Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, 129 (1983), p. 35-57 ; G.H. Soutou, « La France, l’Allemagne et les accords de Paris », Relations internationales, 52 (1987), p. 451-470 et G.H. Soutou, « La France et les notes soviétiques de 1952 sur l’Allemagne », Revue d’Allemagne, op. cit., p. 271.

138 State Department to American Embassy (Anthony Eden), London, 14/03/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité par H. Graml, op. cit., p. 329.

139 R. Poidevin, « La France devant le problème de la CED... », op. cit., p. 36-57.

140 American Embassy Paris to Sec State, 11/06/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité par H. Graml, op. cit., p. 337.

141 J. Schwarz, op. cit., p. 78.

142 G.H. Soutou, « La France et les notes soviétiques de 1952 sur l’Allemagne », op. cit., p. 270.

143 « Protocol to the North Atlantic Treaty on the Accession of the Federal Republic of Germany », 23/10/1954, publié par I. von Münch, op. cit., p. 253-255. Le 5 mai 1955, la RFA voyait la levée du statut d’occupation et la dissolution de la Haute Commission interalliée, voir ibid., p. 249-250.

144 J. Schwarz, op. cit., p. 78.

145 Le 25 mars 1957, les traités de Rome furent ainsi signés qui créaient la Communauté économique européenne et la Communauté européenne de l’énergie atomique, Euratom.

146 Dans une analyse intéressante de la genèse de cette polémique, Manfred Kittel fait remarquer que même la réunification de l’Allemagne ne l’a pas éteinte, voir M. Kittel, op. cit., p. 355.

147 Voir le recensement historiographique opéré par H. Graml, « Nationalstaat oder westdeutscher Teilstaat. Die sowjetischen Noten vom Jahre 1952 und die öffentliche Meinung in der Bundesrepublik », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 25 (1977), p. 821-864, ou celui de M. Kiefer, « Die Reaktion auf die Stalin-Noten in der zeitgenössischen deutschen Publizistik. Zur Wiederlegung einer Legende », Deutschland-Archiv, 1 (1989).

148 Pour plus de détails, voir H. Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », dans G. Krebs et G. Schneilin, op. cit., p. 277.

149 Voir notamment les archives américaines citées par H. Graml à ce sujet dans « Die Legende von der verpassten Gelegenheit... », op. cit., p. 339.

150 Ancien président de la CDU dans la zone soviétique, il avait émigré à l’Ouest en 1947 et deviendra le Ministre fédéral des Affaires allemandes de 1949 à 1957.

151 H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit... », op. cit., p. 321.

152 H.P. Schwarz, op. cit., p. 483-564 ; J. Rovan, « Konrad Adenauer, d’une Allemagne à l’autre », dans G. Krebs et G. Schneilin, op. cit., p. 235-254.

153 H. Graml, « Die Legende von der verpassten Gelegenheit... », op. cit., p. 325.

154 State Department to American Embassy, London, 15/03/52, Moscow Mission Files, box 1389, cité ibid., p. 327.

155 W. Otto, « Sowjetische Deutschlandnote 1952. Stalin und die DDR. Bisher unveröffentliche handschriftliche Notizen W. Piecks », Beiträge zur Geschichte der Arbeiterbewegung, 3 (1991), p. 379.

156 « Iz dnevnika A.A. Vyšinskogo », 1/04/52, AVPRF, Fonds 07, opis’ 27, papka 160, delo 42.

157 W. Otto, op. cit., p. 382.

158 G. Wettig, « Die Deutschland-Note vom 10. März 1952 auf der Basis diplomatischer Akten des russischen Aussenministeriums... », op. cit., p. 786-805.

159 G. Wettig, « Die Stalin-Note vom 10. März 1952 als geschichtswissenschaftliches Problem. Ein gewandeltes Problemverständnis, Deutschland-Archiv, 2 (1992), p. 162.

160 W. Otto, op. cit., p. 388.

161 A. Gromyko à Vychinskij, 18/04/52, AVPRF, Fonds 07, opis’ 27, papka 162, delo 42, E- 3347/r.

162 Les arrestations de hauts fonctionnaires comme celle de von Hamann (LDP) en 1952 avaient largement contribué à briser toute résistance, voir H. Weber, Die DDR 1945-1949, op. cit., p. 33.

163 Elles représentaient 73,1 % de la production industrielle brute en 1950 et 79,2 % en 1951. Ulbricht prévoyait d’atteindre 81 % fin 1952. Ce pourcentage s’était accru avec le transfert de sociétés mixtes soviétiques à l’économie est-allemande : en 1951, elles contribuaient pour encore 32 % de la production et employaient 13 % de la population active, ibid., p. 35.

164 La loi sur le travail, introduite en avril 1950, qui prévoyait l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, garantissait le droit au travail, requérait aussi une augmentation de la productivité.

165 Le beurre, la viande et le sucre restaient ainsi rationnés. Beaucoup de produits étaient absents des rayonnages et la qualité offerte laissait à désirer. Le salaire moyen d’un ouvrier était de 312 marks en 1951. À titre de comparaison, un kilo de beurre coûtait 24 marks, un kilo de sucre 12 marks, une robe 108 marks et une chemise 40 marks... Les produits rationnés coûtaient moins cher tout comme les moyens de transport.

166 H. Weber, op. cit., p. 38.

167 Le Conseil des Ministres composé de 40 membres recensait ainsi 31 dirigeants du SED et celui-ci dominait le Présidium avec 12 membres sur 16. L’appareil de parti enfla en dépit des grands procès lancés par Ulbricht contre des hauts fonctionnaires, à l’instar de ceux déjà mis en place en Pologne, en Tchécoslovaquie... : en 1948, il comptait 200 000 personnes dont 2 000 dans le comité central de l’appareil.

168 La Commission de Contrôle et le Ministère des Affaires étrangères approuvèrent ces mesures destinées à contrer l’infiltration en RDA, Télégramme de T. Semičastnov, de V.S. Semenov et d’I.I. Il’icev (chef de la mission diplomatique soviétique à Berlin), adressé à Malik, troisième Département européen du MID, le 3/12/52. Malik le fit parvenir à Staline le 4 décembre. Copies à Béria, Malenkov, Kaganovitch, Krouchtchev, Saburov, Pervuhin, dans AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92, ind. 720/b, 11. 1-2.

169 « Postanovlenie CK-KPSS o predloženiâh pravitel’stva GDR i SKK v Germanii otnocitel’no ustanovleniâ ohrany na granice vostočnogo sektora Berlina ». L’arrêté chargeait de même Semenov et Semičastnov de transmettre ces décisions à Ulbricht, AVPRF, ibid., 1. 3.

170 « O novoj programme raboty SEPG v zapadnom Berline », 11/02/53 adressé à Gribanov, AVPRF, 30/03/53, ibid., 11. 85-89.

171 Û.S. Aksenov, « Apožej Stalinizma : poslevœnnaâ piramida vlasti », Voprosy istorii KPSS, 11 (1990), p. 100-101.

172 A. Knight, Beria, op. cit., p. 227.

173 V.M. Zubok, « Soviet Intelligence and the Cold War : The Small Committee of Information, 1952-1953 », Diplomatic History, XIX, 3 (1995), p. 457.

174 « Postanovlenie Prezidiuma Soveta Ministrov soûza SSSR. Vopros sovetskoj kontrol’noj komissii v Germanii po Berlinu », après envoi par Sokolovskij et Puskin le 16 mars 1953 à Molotov (à sa demande) du projet d’isolement des secteurs de Berlin.

175 G. Wettig, « Zum Stand der Forschung über Berijas Deutschland-Politik im Frühjahr 1953 », Deutschland-Archiv, 6 (1993), p. 674-682.

176 « K voprosu o predotvrasenii begstva naseleniâ iz GDR v zapadnuû Germaniû », de L.A Baškin, collaborateur du conseiller politique et de Voronicev, chef du service des transports et des communications à V.S. Semenov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92, 11. 99-100.

177 Ibid., 1. 101.

178 C’est ce que Malenkov, le Maréchal Bulganin, Krouchtchev et Molotov affirmèrent au Comité central après l’arrestation de Béria le 26 juin 1953 pour trahison d’État, voir F. Čuev, Sto sorok besed s Molotovym, Moscou, 1991, p. 332-337 et « Delo Beriâ. Plenum CK-KPSS. Iûl’ 1953 goda. Stenografičeskij otčët », Izvestiâ CK-KPSS, 1 (1991), p. 139-214 et 2 (1991), p. 141-208 ; J. Richter, « Re-examining Soviet Policy toward Germany in 1953 », Europe-Asia Studies, 4 (1993), p. 671-691. Les prises de position de Béria auraient soulevé une vague de protestations au sein du Praesidium. Pour Molotov, il était impossible qu’une Allemagne bourgeoise soit neutre ou pacifique envers l’URSS. La paix ne pouvait résulter que du communisme. Les documents manquent encore pour éclaircir totalement ce point mais il semblerait que Béria ait essayé de sonder les voies d’une Allemagne unifiée, neutre et démocratique, comptant sur les divergences entre SPD et CDU en RFA. Début mai, il se serait renseigné auprès du Comité d’information sur la position en politique extérieure du SPD en RFA. Mais il aurait été surpris par la réponse qui lui fut donnée : le SPD ne viserait qu’à consolider l’orientation occidentale de la RFA, voir V.M. Zubok, « Soviet Intelligence and the Cold War : The Small Committee of Information, 1952-1953 », Diplomatic History, vol. XIX, 3 (1995), p. 453-472. Dans son analyse établie à partir de documents d’archives soviétiques, Wettig estime, quant à lui, que les accusations de trahison portées contre Béria dans la question allemande sonnent plutôt comme une justification nécessaire de sa chute car il doute que Béria ait conçu une réelle politique allemande. Il fait remarquer justement que le problème demeure de savoir ce que Béria recherchait exactement auprès du Comité d’Information, voir G. Wettig, « Zum Stand der Forschung über Berijas Deutschland Politik im Frühjahr 1953 », Deutschland-Archiv, 6 (1993), p. 678. La rapidité avec laquelle il s’est ensuite rangé à l’avis de Molotov après sa mise en minorité corrobore en tout cas l’idée qu’il jugeait son maintien dans la course au pouvoir plus important que ses idées en politique allemande. Selon les historiens qui se sont penchés sur « l’affaire Béria » dans les documents d’archives, il semblerait aussi que Béria ait été exécuté début juillet et non en décembre 1953, comme le prétendit l’URSS par la suite.

179 Texte de la décision adoptée par le Présidium du PC fin mai 1953 dans Beiträge zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung 5 (1990), p. 651-654. La date n’est pas connue avec exactitude. Citation dans F. Čuev, Sto sorok besed s Molotovym, op. cit., p. 274.

180 Cité par H. Weber, Die DDR 1945-1990, op. cit., p. 40.

181 G. Wettig, « Zum Stand der Forschung über Berijas Deutschland-Politik im Frühjahr 1953 » Deutschland-Archiv, 6 (1993), p. 682.

182 Magdebourg, Görlitz, Iéna, Brandebourg, Gera en furent les principaux.

183 AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92, 11. 120-121. Voir aussi A. Mitter, « Die Ereignisse im Juni und Juli 1953 in der DDR », Aus Politik und Zeitgeschichte, B 5/1991, 25/01/91, p. 31-41, plus spécialement p. 32.

184 Voir les comptes rendus soviétiques « Informaciâ o položenii v Berline », 17-30/06/53- 17/08/53, Semenov à Molotov et Bulganin, 17/06/53, AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 93. Pour l’essentiel, ils étaient adressés à Molotov et Bulganin, avec copies pour Béria, Vorochilov, Krouchtchev, Kaganovitch, Mikoyan, Saburov, Pervuhin, Vychinskij et Gromyko. Il n’y a plus de copie adressée à Béria après le 19 juin 1953. Voir aussi H. Weber, Die DDR 1945-1990, op. cit., p. 40-41.

185 AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92. Molotov fut à l’origine de cette version des événements, voir Semenov à Molotov, 18/06/53, AVPRF, ibid., delo 93, 1. 10.

186 « Zasedaniâ komissii A.A Vyšinskogo po podgotovke predloženij dlâ soveta Ministrov SSSR o meropriâtiâh po GDR », 2/07/53. Les membres composant cette commission étaient : Kumykin, Maletin, Semenov, Udin, Puškin, Zaharov, Homâkov, Gribanov, dans AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 92, 1. 114. La réorganisation des forces soviétiques en RDA était également à l’ordre du jour.

187 Puškin à Vychinskij, « Spravka o predloženiâh Sokolovskogo, Semenovo i Udina o GDR », avec les tampons de Vychinskij et de Gromyko, 9/07/53, AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 93, 11. 64-68.

188 Compte tenu de la date de la proposition de la Commission de contrôle soviétique sur le renvoi d’Ulbricht et de celle de la décision finalement prise par le Conseil des Ministres, entre le 2 et le 9 juillet 1953, il est improbable que le maintien d’Ulbricht ait dépendu de l’arrestation de Béria, le 26 juin 1953. Selon G. Wettig, c’est l’habileté politique d’Ulbricht face à ses adversaires qui permit son maintien au pouvoir. Il serait à l’origine du lien établi entre les réformistes est-allemands et Béria pour se débarrasser des premiers, voir G. Wettig, « Sowjetische Wiedervereinigungsbemühungen im ausgehenden Frühjahr 1953 ? », Deutschland-Archiv, 9 (1992), p. 943-958.

189 Plus de 60 % des membres SED des directions de districts furent ainsi limogés jusqu’en 1954. Les purges concernèrent de même plus de 70 % des premiers et seconds secrétaires de districts, voir H. Weber, Die DDR 1945-1990, op. cit., p. 41.

190 H. Weber, ibid., p. 42.

191 Voir le texte de la Déclaration dans « Erklärung der Regierung der UdSSR über die Gewährung der Souveränität an die DDR vom 25 März 1954 », dans I. von Münch, op. cit., p. 329-331. Le 20 septembre 1955, la Commission soviétique à Berlin-Est fut dissoute sur décision du Conseil des Ministres de l’URSS mais celle-ci conserva le contrôle de la circulation des Alliés vers Berlin-Ouest, et renouvela son adhésion aux accords quadripartites sur l’Allemagne dans son ensemble et sur Berlin. Les troupes soviétiques continuèrent de même de stationner sur le territoire est-allemand, voir H. Weber, ibid., p. 45.

192 De Mirosničenko à Semenov, 4/07/53, copies à Molotov, Vychinskij, Gromyko, Puškin, AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 93, 11. 55-58.

193 Voir chap. 2 de H. Paris, Stratégie soviétique et chute du Pacte de Varsovie, la clef de l’avenir, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995 et C. Delmas, Le Pacte de Varsovie, Paris, PUF, 1981.

194 Puškin à Vychinskij, 6/07/53, AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 93, 1. 60.

195 Si juin 1953 a pu constituer pour l’URSS une chaude alerte, les choses furent vite reprises en mains. En témoigne la manière d’évoquer ces événements à peine deux mois après leur déroulement : « En ce qui concerne la question allemande, il serait illusoire de détourner notre attention des faits réellement importants en accordant une quelconque importance à la provocation fasciste du 17 juin 1953 (...) », AVPRF, Fonds 082, opis’ 41, papka 280, delo 93, 1. 91. Le 3 juillet 1953, Molotov avait déjà refusé une aide alimentaire gratuite offerte, le 27 juin 1953, par les États-Unis d’un montant de 15 millions de dollars, ibid., 1. 95. Ce refus n’empêcha guère les États-Unis de faire parvenir à la population est-allemande des paquets de vivres : les rapports soviétiques comptabilisèrent ainsi l’envoi de 2 600 000 paquets jusqu’au 16 août 1953 (date de la fin de la première campagne. Les dons se poursuivirent par la suite sauf pour Berlin-Est).

196 H.R. Külz, « Die Wiederherstellung einer vorläufigen deutschen Staatsgewalt in den Erörterungen zwischen Ost und West seit 1945 », Europa-Archiv, 1955, p. 7514. Voir le texte des notes soviétiques du 5 août, du 28 septembre et du 26 novembre 1953 dans Dokumente zur Aussenpolitik der Sowjetunion, op. cit., p. 334, 358 et 368. Sur la conférence de Berlin, voir A. Fontaine, op. cit., p. 85-87.

197 Dokumente zur Aussenpolitik der Sowjetunion, op. cit., p. 425.

198 Voir A. Fontaine, op. cit., p. 91.

199 Voir G.H. Soutou, « La France et les notes soviétiques de 1952 sur l’Allemagne », Revue d’Allemagne, 7-8-9 (1988), p. 272.

200 Dokumente zur Aussenpolitik der Sowjetunion, op. cit., p. 422 et J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 85.

201 Les notes du gouvernement soviétique des 31 mars et 24 juillet 1954 renfermèrent les mêmes propositions. L’URSS y ajouta même l’idée d’une participation soviétique à l’OTAN, voir Europa-Archiv, 1954, p. 6944 ; J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 86 et Ministerstvo Inostrannyh Del, Obmen notami meždu pravitel’stvom SSSR i pravitel’stvami SŠA, Veliko-Britanniî i Francii po germanskomu voprosu i po voprosu o kollektivnoj bezaposnosti v Evrope (dekabr’ 1953 goda -noâbr’ 1954 goda), Moscou, 1954, p. 10.

202 Europa-Archiv, 1955, p. 7209.

203 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 86.

204 Ibid., p. 86.

205 Il fut remplacé à la tête du gouvernement par Bulganin.

206 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, vol. III, p. 225.

207 Voir le texte intégral dans Europa-Archiv, 1955, p. 8118.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search