Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Deuxième partie. La mise à l’épreuve et l’échec de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre VIII. La division politique de l’Allemagne

Texte intégral

La naissance d’un État ouest-allemand

Les formes possibles de l’intégration politique

  • 1 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 133.
  • 2 Ibid., p. 90.

1Depuis le discours de Byrnes à Stuttgart, le 6 septembre 1946, puis l’annonce du plan Marshall, le 5 juin 1947, les États-Unis s’orientaient insensiblement vers la création d’un État ouest-allemand, intégré à l’Europe occidentale. Une telle création devait résoudre deux problèmes : ne paraître consacrer ni la bipolarité émergente ni la division allemande et juguler toute résurgence d’une menace hégémonique. Du fait de ces deux nécessités, cette création ne faisait pas l’unanimité dans les cercles dirigeants américains. Deux conceptions s’affrontaient irréductiblement : celle d’une intégration fédérale, bundestaatlich, et celle d’une intégration confédérale, staatbundlich. John F. Dulles incarnait tout particulièrement cette deuxième conception qu’il avait clairement énoncée lors de son discours du 17 janvier 1947, à New-York. Il s’y était ainsi prononcé pour une intégration d’États allemands séparés, réunis dans une confédération aux cadres lâches, un Staatenbund : il partageait en ce sens les inquiétudes françaises quant à une possible résurgence de l’hégémonie allemande après l’intégration de l’Allemagne occidentale à l’Europe1. Conscient aussi de l’importance décisive de la Ruhr dans ce scénario et du danger que pourrait receler sa séparation définitive du reste de l’Allemagne, il proposait l’européanisation économique et politique de cette région. Avec la Ruhr placée sous le contrôle d’institutions européennes, l’union européenne satisferait ainsi à la fois les intérêts des Nations Unies et ceux de l’Europe en neutralisant les rivalités nationales, en intégrant les Allemands, en assurant un rétablissement économique collectif et en opposant une résistance effective à l’expansionnisme soviétique. Une telle vision trouva l’agrément de nombreux dirigeants politiques américains car, pour reprendre l’expression de H.P. Schwarz, elle permettait de dépasser le simple réflexe de l’anticommunisme et en même temps elle le sublimait avec l’idée européenne2.

2Mais elle avait toutefois un détracteur important en la personne de L.D. Clay qu’appuyait l’administration militaire américaine en Allemagne. À leurs yeux, plusieurs arguments s’inscrivaient en faux contre la thèse avancée par J.F. Dulles. Outre qu’un rétablissement économique fructueux de l’Allemagne de l’Ouest était exclu sans la région de la Ruhr, il ne pouvait de surcroît se développer harmonieusement que si l’Allemagne occidentale était dotée d’un véritable gouvernement. La position de Clay était sous-tendue par deux préoccupations essentielles et interdépendantes : la présence en Europe d’une Union soviétique puissante et expansionniste et la nécessité d’établir un État allemand démocratique. Le gouverneur militaire américain était en effet conscient que le règlement final de la question des structures allemandes dépendait de la marge de détermination que les puissances occupantes occidentales laisseraient aux Allemands et de l’évolution de la situation internationale car la pérennité de la guerre froide avec les Soviétiques faisait apparaître dangereuse l’idée d’un État encore largement soumis au régime de tutelle qui l’apparenterait à un régime colonial : une population considérée comme un objet de la politique internationale serait ainsi tout à fait susceptible de se laisser séduire par la propagande nationale développée par l’Union soviétique. William Henry Chamberlin avait très nettement exprimé cette inquiétude dans le Wallstreet Journal de mars 1948 :

  • 3 Wallstreet Journal, 9/03/48.

« Si les puissances victorieuses traitent l’Allemagne comme une colonie, on ne peut raisonnablement attendre du peuple allemand qu’indifférence et sabotage. Le plan Marshall serait alors d’avance condamné à un échec cuisant... Une approche coloniale ne peut jouer qu’en faveur de la propagande communiste et conduire au désastre... Mais une Allemagne intégrée à l’Europe sur un plan d’égalité, pour reprendre les termes de M. Attlee, offrirait de bien meilleurs gages (...) »3.

  • 4 H.P. Schwarz, op. cit., p. 135.
  • 5 Ibid., p. 138-139.

3Afin de pouvoir ériger un État allemand qui soit un barrage au communisme, il importait donc de lui laisser une certaine autodétermination4. Pour cette même raison, Clay concevait mal le maintien des structures déjà en place dans les zones anglo-saxonnes. Une bizone ou une trizone qui évolueraient dans le cadre des infrastructures de l’administration militaire ne pouvaient en effet être aussi séduisantes, face à la zone soviétique, qu’un État allemand au gouvernement librement élu : l’idée du pouvoir d’attraction des parties occidentales était fondamentale et jugée comme la seule apte à contenir l’expansionnisme soviétique. D’autre part, les difficultés quotidiennes de gestion bipartite de cet espace économique unifié avaient prouvé qu’il valait mieux déléguer le plus de responsabilités possibles aux Allemands. Cette évolution vers l’établissement d’un gouvernement allemand ne signifiait toutefois pas la volonté de renoncer au principe de démocratisation, approuvé à Potsdam. Celui-ci exigeait donc des élections législatives et l’élaboration d’une constitution par les Allemands eux-mêmes5. Il fallait cependant, pour des raisons de sécurité, préserver le contrôle des puissances occupantes. Le compromis trouvé entre les structures centrales et les structures des Länder dans la bizone pouvait d’ailleurs servir là de tremplin à la création d’un État ouest-allemand : dès octobre 1946 en effet, des élections de parlement de Land (Landtag) avaient été organisées dans la zone américaine ; Britanniques et Français avaient suivi l’exemple en avril-mai 1947 : en 1947 donc, tous les parlements de Länder disposaient de la légitimité démocratique conférée par des élections libres. Il ne fallait enfin pas négliger le comportement futur des Allemands eux-mêmes : la concession d’un Etat ne faisait en effet nullement oublier le détachement de la Sarre, le statut d’occupation, celui de la Ruhr et les démontages. Cette conception d’un État ouest-allemand fédéral allait peu à peu s’imposer dans les cercles dirigeants américains en 1947-1948.

Les réticences européennes

  • 6 Voir W. Loth, op. cit., p. 116.
  • 7 Keesing’s Archiv der Gegenwart, 1946/1947, p. 1073 et J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik (...)

4Les discussions sur l’édification d’un État ouest-allemand et sur ses structures politiques n’étaient pas circonscrites aux seuls États-Unis : il fallait en effet compter aussi sur les points de vue spécifiques des puissances européennes. Les Britanniques étaient totalement acquis à la création d’un État ouest-allemand fédéral, mais les Français, sur ce point, n’étaient guère un partenaire accommodant. Si les décisions de Francfort, le 7 janvier 1948, avaient conduit à transformer les organes de la bizone en institutions étatiques6, l’élaboration d’une constitution s’annonçait difficile car Français et Anglo-Américains s’affrontaient sur la nature du futur gouvernement : Les Français privilégiaient l’idée d’une confédération dont la constitution serait élaborée par des délégués des Langtage tandis que les Américains défendaient un gouvernement fédéral fort où l’assemblée constituante serait élue au suffrage universel direct7. Les États-Unis imposèrent finalement cette conception lors de la conférence qui se réunit à Londres sans l’URSS, du 23 février au 6 mars puis du 20 avril au 1er juin 1948. Six pays y avaient été conviés : les trois puissances occupantes occidentales, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et les trois pays du Benelux associés au règlement allemand. Le 2 juin 1948, un communiqué final sur les recommandations adoptées, appelées aussi « les documents de Francfort », était soumis à l’examen des six gouvernements respectifs. Publié le 3 juin, il prévoyait l’instauration d’une autorité internationale pour le contrôle de la Ruhr, à laquelle participeraient le Benelux, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’Allemagne. Il excluait toute séparation politique de la Ruhr qui restait dans les frontières allemandes. L’organisation de la répartition du charbon et de l’acier de cette région devait empêcher toute concentration industrielle, susceptible de se transformer en un instrument d’agression, et devait œuvrer à une participation harmonieuse des Européens au programme de recouvrement économique. Sur le plan politique, les recommandations des Six prévoyaient de « donner aux Allemands la possibilité de réaliser, sur les bases d’un gouvernement libre et démocratique, le rétablissement éventuel de l’unité allemande aujourd’hui interrompue ». Ils s’accordaient pour reconnaître que

« Il serait souhaitable que les Allemands des différents États pussent être désormais libres d’établir l’organisation et les institutions politiques qui leur permettraient d’assumer les responsabilités politiques, compatibles avec les exigences minimales de l’occupation et du contrôle et qui leur permettraient d’assumer définitivement de pleines responsabilités gouvernementales ».

  • 8 Voir le texte du communiqué dans « Sechsmächte-Empfehlung betreffend die Entwicklung der politische (...)

5Les Six recommandaient la tenue d’une réunion entre les gouverneurs militaires des zones d’occupation et les Ministres-présidents allemands, afin d’autoriser ces derniers à s’ériger en Assemblée constituante pour élaborer la constitution d’un État fédéral en conformité avec les principes démocratiques. Les puissances occupantes maintenaient leur autorité suprême et ne prévoyaient pas le retrait de leurs forces d’Allemagne « tant que la sécurité en Europe n’était pas assurée et sans consultation préalable »8.

  • 9 Voir infra, même chapitre.
  • 10 Voir les nombreuses discussions internes suscitées par ce plan, dans K. Schwabe, « Die amerikanisch (...)

6Paradoxalement, les Soviétiques allaient contribuer à trancher les dernières hésitations des Occidentaux. La position intraitable qu’ils avaient affichée dans les négociations quadripartites sur le devenir de l’Allemagne, et notamment lors de la cinquième conférence de Londres du 25 novembre au 15 décembre 1947, dite « conférence de la dernière chance », ne devait en effet qu’être le prélude à une manœuvre spectaculaire déclenchée le 24 juin 19489, le blocus pendant plus de dix mois de Berlin, qui conduirait les Occidentaux à réagir de manière tout aussi spectaculaire, avec l’approvisionnement de la ville par un pont aérien. Ce blocus devait susciter des revirements notables en apparaissant comme une justification inespérée de la volonté de créer un État ouest-allemand en réaction à la menace de l’Est. Ainsi, du côté américain par exemple, L.D. Clay le qualifia de « la chose la plus bête que les Russes pouvaient entreprendre ». Il repoussa de ce fait la solution de neutralisation de l’Allemagne qu’avait avancée G. Kennan, directeur de la Planification au Département d’État, pendant l’été 1948, pour infléchir la position des États-Unis : ceux-ci devaient s’entendre avec l’URSS et laisser s’ériger en Europe centrale une fédération générale allemande neutre qui, de par sa qualité d’État tampon, atténuerait les risques d’une confrontation armée avec l’URSS. Cette solution fut tout aussi fermement rejetée par le nouveau Secrétaire d’État, Dean Acheson, peu avant la conférence des Ministres des Affaires étrangères, le 23 mai 194910.

7Ce rejet constituait une rupture en ce sens qu’il signifiait, dans la politique allemande des États-Unis, que la priorité était désormais définitivement donnée à l’intégration des trois zones d’occupation à l’Europe occidentale, au détriment de la réunification allemande. Clay alla même jusqu’à proposer l’intégration de la zone soviétique au projet occidental : ceci correspondait tout à fait à la volonté d’exploiter la situation de force créée par l’échec du blocus. D. Acheson le formula d’ailleurs ainsi :

  • 11 Congressional Record 1950-1954 : Military Situation in the Far East, Hearings before the Joint Sena (...)

« Nous devons créer des situations de force ; nous devons construire la force. Si nous créons cette force, la situation dans le monde commencera à changer... Ce changement entraînera une différence de positions des parties aux négociations et le Kremlin sera amené à reconnaître les faits accomplis par nos efforts et sera de ce fait disposé à résoudre quelques-uns des conflits survenus entre l’Est et l’Ouest… »11.

  • 12 Voir J. Hacker, Deutsche Irrtümer. Schönfärber und Helfershelfer der SED-Diktatur im West en, Franc (...)
  • 13 Voir H. Möller, « Les changements de la politique d’occupation en Allemagne de 1945 à 1949 », dans (...)

8Du côté français, le blocus permit de montrer où se trouvait la vraie menace pour la sécurité de la France et d’enclencher la réconciliation franco-allemande12. Il facilita enfin l’acceptation des recommandations de Londres par les Ministres-présidents allemands, réticents à l’idée de consacrer la division de l’Allemagne13, mais toutefois conscients qu’ils ne disposaient pas de solution de rechange dans le contexte de la bipolarité émergente. Le 1er juillet 1948, ces documents leur avaient été en effet remis officiellement par les gouverneurs militaires occidentaux. Mais du fait des implications politiques que ces documents recelaient pour l’avenir de la nation allemande, les divergences n’avaient pas été absentes des discussions. Lors de la conférence des Ministres-présidents du 8 au 10 juillet 1948, à l’hôtel Rittersturz de Coblenz, le Ministre-président du Wurtemberg-Hohenzollern, Lorenz Bock, avait ainsi déclaré que l’élaboration d’une constitution pour les trois zones occidentales signifiait la création d’un État à l’Ouest, ce à quoi les Soviétiques réagiraient immédiatement par celle d’un État à l’Est et « ainsi, serait scellé en droit ce qui était déjà arrivé : la division de l’Allemagne » ; il fallait coûte que coûte empêcher une telle évolution. Ce souci avait ainsi nettement transparu dans la réponse que les Ministres-présidents avaient adressée aux Occidentaux, le 10 juillet 1948 : ils y avaient souligné la nécessité, dans les circonstances présentes qui interdisaient tout accord entre les quatre puissances occupantes, d’éviter tout ce qui pourrait approfondir la division entre l’Est et l’Ouest. Lors de la discussion commune avec les gouverneurs militaires le 14 juillet, L.D. Clay avait eu des paroles très dures à l’égard des hésitations des Allemands, ce qui avait provoqué la reprise des discussions.

  • 14 Voir H. Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », p. 255-283 et H. Möller, « Les change (...)

9Les sociaux-démocrates surtout, pour qui le maintien de l’unité allemande avait toujours été un cheval de bataille, étaient divisés. Les uns, à l’instar de leur chef de file, Kurt Schumacher, défenseur depuis 1945 d’une conception volontaire (et non ethnique) de la nation allemande, communauté de solidarité, pacifique, démocrate, socialiste et tolérante qui devait l’emporter sur l’Allemagne communiste de la zone soviétique, se ralliaient de ce fait à l’idée de la création d’un État ouest-allemand, persuadés de son caractère provisoire et escomptant qu’il exercerait un effet magnétique sur l’Allemagne orientale14. Au cours d’une conférence près de Rüdesheim, les 21 et 22 juillet 1948, le maire de Berlin, Ernst Reuter avait ainsi déclaré : « La conquête de la souveraineté est un processus historique », nécessitant une préparation politique de longue haleine. Cette réserve faite, il avait toutefois ajouté :

« Nous pensons que la consolidation politique et économique de l’Ouest est la condition indispensable de notre rétablissement à nous aussi (c’est-à-dire des Berlinois) et du retour à l’Est dans le sein de notre mère patrie commune ».

  • 15 Voir D. Staritz, « Die SED, Stalin und die Gründung der DDR. Aus den Akten des Zentralen Parteiarch (...)

10En revanche, pour d’autres sociaux-démocrates comme Carlo Schmid, la création d’un État ouest-allemand consacrait le sacrifice de la « petite chance » qui pouvait encore subsister d’une entente des quatre puissances d’occupation sur la création d’une Allemagne unie. Dans le contexte des dissensions Est-Ouest, il était toutefois conscient que les Allemands n’avaient guère d’alternative à opposer à la fondation d’un État allemand tronqué. Il fallait donc trancher pour l’une ou l’autre conception, en pleine connaissance des risques. Un accord put ainsi être trouvé le 26 juillet 1948 entre les gouverneurs militaires et les Ministres-présidents en faveur de la formation d’un État fédéral ouest-allemand. Une assemblée constituante avait été réunie du 10 au 23 août à Herrenchiemsee pour élaborer le projet de constitution qui devait ensuite être soumis au Conseil parlementaire. La crise de Berlin et le blocus soviétique avaient ainsi donné une légitimation au travail constitutionnel du Conseil parlementaire du 1er septembre 1948 au 8 mai 1949, à Bonn15.

  • 16 Pour plus de détails sur la question de Berlin, voir P. Dehem, « Le statut de Berlin, sa momificati (...)
  • 17 H. Möller, op. cit., p. 123.
  • 18 Article 146, Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, promulguée par le Conseil parl (...)
  • 19 C. Gusy, « La division du Reich et la création des deux États allemands », dans G. Krebs et G. Schn (...)

11Les décisions s’étaient alors succédé rapidement : après que les gouverneurs militaires eurent fait connaître leur accord le 25 avril 1949, la Loi fondamentale avait été votée le 8 mai 1949, par 53 voix contre 12, sa promulgation avait eu lieu le 23 mai 1949, au terme d’une ratification par tous les Länder à l’exception de la Bavière. En dépit du maintien de la responsabilité tripartite avec l’accord sur la trizone, officiellement reconnue le 8 avril 1949, qui prévoyait la mise en place d’une Haute commission interalliée, chargée d’appliquer le statut d’occupation intervenu le 12 mai et en dépit également du refus de l’incorporation de Berlin16, cette constitution fondait la future autodétermination ouest-allemande même s’il restait encore des étapes à franchir jusqu’à l’octroi définitif de la souveraineté en 1955. Les Ministres-présidents n’avaient voulu donner l’impression ni de créer un État séparé ni de renoncer à la réunification de l’Allemagne ; ils avaient souligné le caractère provisoire de ce nouvel État en choisissant l’appellation Loi fondamentale au lieu de constitution qui lui aurait conféré un caractère définitif17. L’aspect transitoire ressortait de même nettement dans le préambule qui limitait la Loi fondamentale dans le temps : celle-ci perdrait toute légitimité le jour où une constitution, adoptée par l’ensemble du peuple allemand par la voie d’élections libres, entrerait en vigueur18. Comme le fait remarquer judicieusement Christoph Gusy : « Même si de facto les dés étaient jetés depuis longtemps, on voulait encore maintenir ouverte de jure la possibilité d’une réunification »19.

La réaction soviétique

La crise de Berlin en 1948-1949

  • 20 Murphy to Secstate, 3/03/48, FRUS, 1948, vol. II, p. 878 et I. von Münch, op. cit., p. XXXI.
  • 21 Voir supra, même chapitre.
  • 22 FRUS, 1948, vol. II, p. 896.
  • 23 FRUS, 1948, vol. II, p. 916.

12Face à ces initiatives politiques, les Soviétiques avaient délibérément laissé les rapports interalliés s’envenimer au printemps 1948 et multiplié les gestes de provocation à l’encontre des Occidentaux. Ils avaient ainsi critiqué ceux-ci dans la Commandanture de Berlin, afin d’ébranler la conception d’une administration quadripartite de la capitale. Les Soviétiques mirent fin à leur collaboration le 1er juillet 1948 et créèrent une assemblée des représentants de la ville, dirigée par le SED, le 6 septembre 1948. Deux représentations populaires et des administrations différentes furent désormais créées : le 30 novembre 1948 à Berlin-Est et le 5 décembre 1948 à Berlin-Ouest20. Le ton était également monté au Conseil de contrôle interallié, et le 20 mars 1948, lors de la 82e séance, le représentant soviétique, Sokolovskij, avait pris prétexte du refus des Occidentaux d’informer l’URSS des délibérations de la conférence qui se tenait à Londres21 pour quitter la salle. Cette politique de la chaise vide neutralisait de ce fait toute possibilité d’organiser des réunions plénières. Des velléités de fermeture de la zone existaient aussi à cette période : le 31 mars, le commandement soviétique avait ainsi ordonné le contrôle des trains de voyageurs et de marchandises occidentaux à destination de Berlin. Le 2 avril, il avait décidé d’interrompre provisoirement (jusqu’au 1er mai) les services téléphoniques britanniques et américains à Weimar et Magdebourg. Les Américains avaient riposté à ces mesures unilatérales dans une note au gouvernement soviétique qui défendait vigoureusement le droit des États-Unis d’occuper Berlin, au même titre que les Soviétiques22. Les Britanniques avaient soutenu ce point de vue mais les Français s’étaient montrés plus hésitants23.

  • 24 Murphy to Secstate, 1/02/48, FRUS, 1948, vol. II, p. 870.
  • 25 H. Graml, op. cit., p. 207.
  • 26 Protocole publié dans Moskovskie novosti, 18/05/88.

13L’adoption par les Occidentaux d’une réforme monétaire, le 20 juin 1948, allait servir de catalyseur et déclencher l’offensive soviétique. Au Conseil de contrôle interallié, il avait été jusque-là impossible de s’accorder sur une politique monétaire commune : les Occidentaux avaient souhaité établir l’unité économique et émettre de nouveaux DMarks, à Berlin seulement, sous un contrôle quadripartite. Les Soviétiques en revanche n’avaient avancé que l’idée d’une administration financière centrale24. À l’initiative occidentale, les Soviétiques ripostèrent le 24 juin par l’introduction dans leur zone d’une nouvelle monnaie et par l’isolement des voies de communication et d’approvisionnement des secteurs occidentaux25. La frontière interzonale fut à son tour fermée le 30 juin pour, selon la version officielle des Soviétiques, constituer une digue au flux de marks dépréciés qui pouvait inonder la zone soviétique et y ruiner le commerce. La seule voie d’accès restait Berlin et son isolement était présenté comme une condition de survie : jamais, en effet, les Soviétiques ne parlèrent de blocus. Comme condition à la levée des restrictions imposées, les Soviétiques demandaient le retrait de la réforme monétaire dans les secteurs occidentaux de Berlin et la suspension des décisions de la conférence de Londres afin que des représentants des quatre puissances se rencontrassent pour discuter de la question allemande. Ils accusaient les Occidentaux de les avoir contraints à introduire une réforme monétaire à Berlin pour les obliger à créer un Etat est-allemand, ce que Moscou ne souhaitait pas26.

Le sens du blocus

  • 27 Pour la première interprétation, voir H. Graml, op. cit., p. 208. Pour la seconde, voir les positio (...)
  • 28 Cette entreprise est à mettre en parallèle avec la vaste offensive de propagande qui était déployée (...)
  • 29 Voir chapitre IX.
  • 30 Voir supra, chapitre VII.

14Qu’escomptaient donc les Soviétiques de ce blocus qui devait nourrir, par la suite, les hypothèses les plus variées dans l’historiographie occidentale ? Dans le prolongement de la construction de la zone, était-ce enfin le signe de l’imminence de la création d’un État est-allemand ? Voulaient-ils en effet, par cette manœuvre spectaculaire, chasser les Occidentaux de Berlin et en faire la capitale du nouvel État démocratique et antifasciste ? Ou, au contraire, était-ce une tentative désespérée pour faire revenir les Occidentaux à la table de négociations quadripartites ?27 Il reste encore impossible, par manque des documents staliniens, d’éclaircir totalement les intentions du dictateur soviétique dans ce blocus mais il semble toutefois, que ce dernier n’ait eu que des objectifs limités : les Soviétiques ne déployaient une offensive de grande envergure ni pour créer un État est-allemand, ni pour renouer véritablement le dialogue quadripartite. Ce blocus avait apparemment deux cibles : l’opinion publique allemande et la fermeté des résolutions occidentales. L’examen de la période d’avant crise et la consultation des documents d’archives pendant la crise corroborent ce point de vue28. Les Soviétiques avaient enregistré les difficultés des négociations entre les trois puissances occupantes occidentales et le Benelux sur la formation d’un État ouest-allemand en février-mars 1948. Les Français et Les Britanniques qui y avaient requis de même l’assistance militaire des États-Unis, après la prise du pouvoir par les communistes à Prague, avaient essuyé un refus catégorique29. L’âpreté des discussions relançait l’espoir, côté soviétique, que leur entente éclaterait du fait des divergences d’intérêts. De surcroît, les Soviétiques escomptaient qu’une initiative spectaculaire à Berlin, la capitale allemande, ne provoquerait aucune réaction de la part des Occidentaux de par justement leurs dissensions et l’expérience d’un passé récent où les mesures unilatérales adoptées par Staline en Europe et en Allemagne n’avaient suscité qu’une réprobation sans riposte. L’absence de réaction occidentale leur infligerait inévitablement une défaite devant l’opinion publique allemande qui pourrait constater ainsi le caractère illusoire de leur détermination au moment où ils travaillaient à ancrer économiquement et politiquement leurs zones d’occupation à l’Europe occidentale. Dans ce scénario, les Soviétiques espéraient gagner plus particulièrement la population berlinoise à leur cause : la capitale allemande avait en effet concentré, au fil des mois, les manifestations de l’antagonisme croissant entre Soviétiques et Occidentaux. Les signes de tension s’y étaient multipliés car les Occidentaux soutenaient directement les forces d’opposition aux Soviétiques et notamment la social-démocratie. Il fallait y raffermir l’influence du SED. La ville allemande était également en proie à un sentiment de dépression du fait des implications économiques néfastes du plan Marshall30.

15Malgré ces constats, les choses ne semblaient toutefois pas irrémédiablement perdues car les rapports, tant des dirigeants du SED que des autorités occupantes, se montraient relativement optimistes sur les perspectives de succès de la propagande soviétique dans la population berlinoise. Dans un rapport daté de février 1948, Semenov avait certes constaté la permanence des problèmes du SED dans la capitale (notamment liés aux prisonniers de guerre, aux réparations, aux frontières), mais la propagande en faveur de la défense des intérêts nationaux allemands commençait à porter ses fruits :

  • 31 « O političeskih nastrœniâh i otnošeniâh k sovetskim okkupacionnym vlastâm berlinskogo naseleniâ », (...)

« Quant à la conférence de Londres et au point de vue défendu par Molotov sur l’unité nationale et la paix juste, il faut dire que les Allemands commencent à se montrer critiques face à la tournure que prennent les événements. Dans nombre de réponses données sur l’état d’esprit de la population, on peut relever la déclaration suivante : « les Russes sont plus honnêtes que les autres »31.

  • 32 Ibid, 11. 88-98.
  • 33 ZPA NL 36/695, Bl. 2-29, cité par W. Loth, op. cit., p. 120-121.

16Les Berlinois, s’ils se méfiaient toujours des Soviétiques, en avaient une meilleure opinion que l’année précédente et n’affichaient pas d’hostilité à leur égard32. Du 25 mars au 1er avril, la direction du SED avait également fait un rapport à Staline sur la situation en Allemagne qui faisait écho à celui de Semenov. Certes, Pieck avait reconnu les succès de la propagande occidentale et un certain désarroi dans la population, dû notamment aux mesures de nationalisation prises par le SED et à son attitude envers les partis du bloc démocratique, mais le parti gagnait en confiance et le Congrès du Peuple enregistrait des succès notables33. Il fallait donc exploiter cette situation.

  • 34 « Poziciâ SŠA v otnošenii otvetstvennoj noty SSSR ot 14/07/48 o položenii v Berline », 30/07/48-2/0 (...)
  • 35 Ibid., l. 1.
  • 36 Ibid., 1. 2.

17Une fois l’offensive déclenchée, les rapports du Ministère des Affaires étrangères rendirent d’abord compte de la propagande, lancée par l’Union soviétique, pour montrer que les Occidentaux avaient eux-mêmes rendu leur présence impossible à Berlin et que l’URSS, outre qu’elle était prête à prendre en charge l’approvisionnement de la ville, relançait la nécessité des négociations sur le problème allemand34. Les comptes rendus soulignèrent, d’autre part, que l’URSS pariait à la fois sur des divergences entre Occidentaux quant à l’attitude à adopter envers l’URSS et sur le refus d’une politique de force de la part des États-Unis : en août, par exemple, un rapport, recensé dans le Fonds Molotov, insiste sur « l’absence d’unanimité » dans les cercles militaires américains35. Selon ce compte rendu, les quotidiens américains même virulents à l’égard des Soviétiques se prononçaient de plus en plus pour un règlement quadripartite pacifique : « Cette tendance dans la presse américaine s’est nettement accentuée, ces derniers jours, tandis que le ton militaire et agressif s’est considérablement atténué »36. Et le rapport de conclure, après avoir multiplié les citations extraites des revues de presse occidentales, sur la volonté américaine de trouver une issue pacifique à la crise :

  • 37 Ibid., 1. 5.

« Après quelques hésitations et tâtonnements pour tester la détermination de la position soviétique, les cercles dirigeants américains ont résolu de ne pas poursuivre, actuellement, sur la voie de la radicalisation dans la question berlinoise. Ils ne s’opposent pas à des négociations quadripartites à condition de lever le blocus au préalable, ce qui est une manœuvre pour, aujourd’hui, éviter des complications indésirables et demain, reporter toute la responsabilité de l’échec des négociations sur l’URSS »37.

  • 38 Ibid., 1. 7.
  • 39 « Iz dnevnika Molotova », 31/07/48-9/08/47, AVPRF, Fonds 06, opis’ 10, papka 492, delo 37, 11. 44, (...)

18Forts de cette conviction que les Occidentaux allaient céder, Setnenov et Sokolovskij, dans une lettre à Molotov, le 30 août 1948, encourageaient le maintien de la fermeté soviétique sur un texte d’accord quadripartite pour le commerce à Berlin38. C’était bien la ligne générale retenue, car Molotov, au cours de ses rencontres avec les ambassadeurs occidentaux, les 6 et 9 août, devait multiplier les déclarations provocantes et, pêle-mêle, proposer l’émission de DMarks pour toute la capitale, par une banque placée sous contrôle de la SVAG, affirmer que Berlin n’était plus la capitale allemande, que les Occidentaux avaient perdu leurs droits à y stationner leurs troupes d’occupation39.

  • 40 Ibid., 1. 80 et FRUS, 1948, vol. II, p. 1008.
  • 41 AVPRF, Fonds 06, opis’ 10, papka 39, delo 515, 1. 6.

19Si la tactique soviétique avait semblé montrer, les premières semaines, que sa fermeté pouvait peut-être semer le trouble chez les Occidentaux, ceux-ci, cependant, avaient rétorqué à l’unisson durant les négociations, qu’ils ne renonceraient pas à leur droit d’occupation de Berlin. Les quatre devaient finalement se mettre d’accord sur l’émission, par les Soviétiques, d’un DMark unique pour la ville et sur la levée des restrictions de circulation entre les zones occidentales et Berlin, le 15 août40. Le 27, cependant, les Occidentaux réclamèrent la création d’une commission de contrôle pour l’émission des DM. Les pourparlers s’enlisèrent sur l’interprétation à donner au terme de contrôle et le 7 septembre, ils étaient rompus. Les pays occidentaux mirent la question de Berlin à l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU en octobre 1948. Molotov écrivit alors à Staline, lui proposant d’envoyer Vychinskij à New-York pour mettre tout en œuvre, notamment sur le plan de la propagande, pour saborder l’examen de cette question et voter contre toutes les propositions anglo-saxonnes, en utilisant si besoin le veto41. Devant cette impasse diplomatique, les États-Unis avaient décidé d’organiser un pont aérien afin d’approvisionner les deux millions de Berlinois des secteurs occidentaux. Cette entreprise, dotée de moyens considérables eut une fonction idéologique et symbolique très forte. Son succès devait condamner les Soviétiques à abandonner le blocus, le 12 mai 1949. Ils purent toutefois le faire sans perdre la face. Le 30 janvier 1949, Staline, au cours d’une interview à un journaliste américain, avait en effet posé comme condition à la levée du blocus de Berlin, la suspension des mesures pour instaurer un État ouest-allemand sans évoquer le problème monétaire. Au terme d’un échange de notes diplomatiques, on parvenait à l’accord de Lake-Success, qui prévoyait la levée du blocus, le 4 mai 1949, et la convocation d’une sixième conférence des quatre Ministres des Affaires étrangères pour le 23 mai 1949. Elle n’aboutit à aucun résultat car, tandis que les Soviétiques proposaient le retour aux accords de Potsdam et la réactivation du Conseil de contrôle interallié, les Occidentaux n’avançaient que l’idée d’intégrer les Länder de la zone soviétique dans la Fédération ouest-allemande.

20Par le blocus de Berlin, les Soviétiques avaient ainsi cherché avant tout à casser la spirale de radicalisation en montrant à la population allemande que la détermination des Occidentaux ne survivrait pas en fait à leurs discordes face à une initiative soviétique ferme. En plaçant les Occidentaux devant un choix impossible, abandonner la capitale allemande aux Soviétiques ou abandonner les négociations de Londres pour une hypothétique reprise des pourparlers quadripartites, ils avaient tenté de soumettre leur entente à l’épreuve pour la faire éclater. Mais, par cette démonstration de force, qui ne se voulait pas une épreuve de force, car ils ne tentèrent jamais de porter atteinte au pont aérien lui-même, les Soviétiques n’avaient nullement cherché à reprendre de véritables négociations ou à trouver un compromis avec les Occidentaux sur la question allemande et, la conférence de juin 1949 l’atteste, ils n’avaient été prêts à renoncer à aucun de leurs postulats : l’URSS ne voulait pas de l’établissement d’un État ouest-allemand mais n’entreprenait rien concrètement qui pût détourner les Occidentaux de cette voie. Ce constat, déconcertant pour quiconque veut une explication rationnelle, est cependant réel. Cette crise de Berlin est en fait intéressante à plus d’un titre car, dans sa valeur de test de la détermination occidentale, elle montre que la victoire des volontaristes n’était pas définitive à Moscou : en dépit donc de la construction de la zone qu’il avait été possible de rattacher aux succès des conceptions volontaristes en URSS et de l’annonce de la théorie des deux camps antagonistes, l’URSS continuait de trahir une perception immuable des Occidentaux ; la conception de l’inéluctabilité d’une crise dans les pays capitalistes ou de l’incompatibilité de leurs intérêts imprimait toujours une marque incontestable sur la perception de l’évolution de la situation en Allemagne. La concomitance des deux orientations apparaît en définitive comme un argument supplémentaire qui put justifier une initiative soviétique à Berlin : confrontée toujours plus cruellement à la dichotomie entre le maintien de sa stratégie générale et la nécessité d’aménagements tactiques dans la zone d’occupation, le Kremlin avait tenté de sortir de ce cercle vicieux par une manœuvre spectaculaire.

21L’échec du blocus de Berlin eut des implications politiques paradoxalement plus marquées au niveau international qu’à celui de la zone d’occupation. S’il accéléra l’instauration d’une Allemagne occidentale, il ne trancha pas les dilemmes de la direction soviétique concernant sa politique allemande. Loin de tirer les conclusions qui s’imposaient sur l’effectivité de la détermination et du consensus occidentaux, elle devait continuer d’osciller entre une politique de construction de la zone et une politique tournée vers l’Allemagne entière. Les deux conceptions, juxtaposées dans leur rivalité, subsistèrent ainsi et il ne fut pas tranché entre l’une ou l’autre : la première, la simulation du maintien souhaité de la collaboration interalliée en Allemagne et la défense des intérêts nationaux allemands, continua de prévaloir bien qu’elle essuyât maintenant revers sur revers ; la seconde consacrait le repliement de plus en plus visible sur la zone soviétique, sa soviétisation et le report de la conversion au socialisme de l’ensemble de l’Allemagne. Dans ce contexte, une évolution, quelle qu’elle fût, de la situation ne pouvait venir que des initiatives occidentales. C’est pour cette raison que la levée du blocus n’était intervenue qu’à la veille de la formation d’un État ouest-allemand et la création d’une République démocratique allemande devait s’inscrire dans cette même logique dualiste.

Les hésitations autour de la création d’un État est-allemand

L’ambivalence du Kremlin

  • 42 « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; (...)

22L’instauration d’un État dans la zone d’occupation soviétique, parce qu’elle fut l’objet de discussions pendant presque deux années, illustra en effet parfaitement le cadre dans lequel évoluait désormais la politique allemande de l’URSS, partagée entre sa volonté de maintenir sa stratégie globale et la conscience de devoir sauvegarder, face aux Occidentaux, ses acquis dans sa zone. De 1947 à 1949, les pas en avant, certes cautionnés par le Kremlin, furent ainsi étroitement canalisés. Si, devant les prises d’initiatives occidentales, certains dirigeants du SED se firent souvent pressants parce qu’ils étaient anxieux de sauver la politique soviétique pour préserver leur pouvoir, leur marge de manœuvre devait rester toujours aussi ténue. Tout continuait de dépendre du bon vouloir du dictateur soviétique. La venue des dirigeants du SED à Moscou, du 30 janvier au 7 février 1947, pour des entretiens avec Staline, Molotov, Suslov et Semenov42, avait parfaitement illustré cet état de fait. Il était apparu clairement au SED que le dictateur soviétique voulait éviter l’instauration du fédéralisme en Allemagne qui ne pouvait que consacrer la domination occidentale sur un nouvel État allemand. Staline leur avait déclaré d’ailleurs à ce sujet : « Votre position en faveur de l’unité de l’Allemagne et contre le fédéralisme est la bonne ». Il les avait incités aussi à accroître leurs efforts de propagande vis-à-vis des Allemands de l’Ouest, afin d’éviter la résurgence, comme sous Weimar, d’une coalition entre les sociaux-démocrates et les partis bourgeois. Ceci signifiait donc qu’il fallait « intensifier la lutte pour l’unité de la classe ouvrière ». Pour ce faire, les Soviétiques avaient proposé d’autoriser le SPD de Schumacher dans la zone soviétique, en échange de la légalisation du SED à l’Ouest. Staline et Molotov s’étaient ainsi montrés confiants dans la possibilité de diviser les rangs de la social-démocratie de Schumacher mais le SED était très sceptique à cet égard :

« – Grotewohl : Nous pensons que notre demande d’autoriser le SED dans les zones occidentales va soulever la question de l’autorisation du SPD dans la zone soviétique. Nous pensons qu’il n’est pas nécessaire d’accepter cette dernière. – Réponse : Il est nécessaire de l’accepter. (...) De quoi avez-vous peur ? Des critiques pour ne l’autoriser que dans des limites précises ? (...) Il n’y a pas de raison d’avoir peur. (...) Faites de la contre-propagande. (...) Si vous ne pouvez résister à Schumacher sans l’aide de la puissance occupante, c’est donc que vous êtes faibles ».

  • 43 Besprechung, 31/01/47, IfGA ZPA, NL 36/694, cité par D. Staritz, ibid., p. 3.

23Le 31 janvier 1947, les dirigeants du SED n’avaient pas caché à Staline qu’ils estimaient la stratégie de conquête de toute l’Allemagne dans l’impasse. O. Grotewohl avait alors proposé de réfléchir à la création d’une instance étatique centrale dans la zone d’occupation mais Staline avait aussitôt balayé cette suggestion : « Un organe de zone, rapporta Pieck dans ses notes, ne devait être formé que si les administrations centrales n’étaient pas créées »43. Molotov avait d’ailleurs clôturé les discussions par ces quelques phrases : « Plus vite le gouvernement général de l’Allemagne sera formé, plus vite l’Allemagne se rétablira ». Il avait ajouté que s’il s’avérait impossible d’instaurer un gouvernement central très prochainement, alors la « pire des solutions » serait retenue : un gouvernement unifié dans la seule zone soviétique.

  • 44 SAPMO-BA, ZPA, NL 36/694 (Pieck), b. 7, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 301.
  • 45 Ibid., bb. 8-11, cité par ibid., p. 301 et RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 65-66.
  • 46 Interner Bericht W. Piecks in Moskau am 26. März 1948, dans IfGA ZPA NL 36/695, cit par D. Staritz, (...)
  • 47 Pieck-Notiz : « Ob Regierung in Ostzone, Volksrat, Nationalvers., Aussenabteilung, Missionen, Visen (...)

24Parallèlement à ces rappels martelés à la stratégie globale pour l’Allemagne, le 2 février 1947, la rencontre orchestrée entre Molotov, Semenov et les dirigeants du SED puis celle, le 4 février, entre Suslov, Grotewohl et Pieck, avaient illustré en revanche toute l’ambivalence de la direction du Kremlin. Au cours de la première, Molotov avait indiqué que Staline envisageait la création dans la zone d’administrations centrales qui couvriraient tous les services d’un État, à l’exception de la Défense et de la sécurité interne44. Pendant la seconde, Suslov avait exposé aux deux Présidents du SED l’organisation structurelle du PC et son mode de fonctionnement45. Les dirigeants du SED étaient donc repartis pour Berlin avec, à la fois, la conviction que la stratégie générale allemande demeurait inchangée et celle que Staline réfléchissait aussi à la construction de la zone ! Les rencontres suivantes n’avaient nullement éclairci ces positions. Du 25 mars au 1er avril 1948, lors d’une visite de Pieck à Moscou (il n’y rencontra que Suslov, Mikoyan et Merkulov), il avait été décidé de renforcer à la fois le SED et le Parti communiste dans les zones d’occupation occidentales. Autrement dit, le cap général sur l’Allemagne restait maintenu46. Les conversations sur les formes d’un éventuel État est-allemand s’étaient cependant poursuivies entre le SED et les autorités occupantes, à la suite des décisions adoptées par la conférence de Londres et de l’imminence d’une réforme monétaire à l’Ouest47. Mais rien de concret sur un État est-allemand n’était ressorti de ces entretiens. Cependant, avec le blocus de Berlin entrepris en juin 1948, les dirigeants du SED avaient fait à plusieurs reprises preuve d’impatience. Les prises de position qu’ils défendirent au cours de cette période semblent prouver qu’ils percevaient le blocus comme une manifestation ostensible de la volonté soviétique de se replier sur sa zone d’occupation.

25Ainsi, au cours d’une session du Parti, le 30 juin 1948, consacrée à la planification économique et à la transformation du SED en parti de type nouveau, O. Grotewohl avait notamment déclaré :

  • 48 Neues Deutschland, 1/07/48, Tägliche Rundschau, 2/07/48.

« La division de l’Allemagne nous place devant l’obligation de répondre clairement à la question de savoir où se situe la zone d’occupation soviétique pour l’année à venir. Nous ne pouvons plus éviter cette question. La division de l’Allemagne ne permet plus à la zone d’occupation de chercher à gagner la bienveillance des puissances occupantes occidentales. Il n’en est plus question aujourd’hui. S’il était possible de réaliser les conceptions pleines de fantaisie des partis bourgeois qui ne cessent de proclamer que nous devons être un pont entre l’Est et l’Ouest, alors un tel compromis signifierait pour nous l’orientation vers le capitalisme et, dans le meilleur des cas, la reconstitution d’une république bourgeoise traditionnelle... Mais, cela, camarades, ne peut être notre objectif. Nous ne le voulons pas. La réponse claire à notre question découle de la situation créée par la conférence de Londres : notre parti, en mettant ce plan économique en œuvre, doit s’orienter résolument et sans réserves à l’Est. Notre revendication d’une Allemagne unie demeure intacte... L’évolution qui se dessine dans les démocraties populaires est la seule évolution possible qui nous reste pour réaliser ce plan économique. Comme parti marxiste-léniniste, nous devons le reconnaître et en tirer clairement les conclusions qui s’imposent pour la politique que nous devons mener ces deux prochaines années parallèlement à ce plan économique »48.

26La propagande du SED avait repris et développé ces thèmes durant les semaines suivantes. En septembre 1948, W. LUbricht avait renchéri en évoquant l’évolution sociale de la zone d’occupation sans en tirer cependant les implications politiques :

  • 49 Stenographische Niederschrift über die 13 (27) Tagung des Parteivorstandes der SED am 15-16/09/48, (...)

« Notre tâche consiste à (...) emprunter la voie d’une liquidation et d’une destruction totale des éléments capitalistes, que ce soit à la campagne ou dans les villes. C’est, en deux mots, la voie de la construction socialiste »49.

  • 50 Besprechung beim Marshall am 30. Oktober 1948, zugegen waren Semenov, Kuznecov, Russkih, Tûl’panov, (...)

27Du 12 au 24 décembre 1948, lors de la visite des dirigeants du SED, Ulbricht, Grotewohl, Oelssner et Pieck, à Moscou, les Soviétiques infirmèrent cependant sévèrement cette interprétation. La réunion prévue en octobre avait été reportée à deux reprises, et il avait été demandé aux dirigeants du SED de préparer un rapport sur la situation à Berlin et d’émettre des propositions sur la tenue de prochaines élections. Le 30 octobre, le Maréchal Sokolovskij avait déclaré à Pieck et à Grotewohl que Moscou se préparait à de grandes décisions. Pieck notait à ce propos dans son journal : « Perspective : Évolution de la situation militaire – Puissances occidentales – État occidental ; zone soviétique – autonomie, parlement – gouvernement – rôle du parti »50. Dans la perspective de la rencontre avec Staline, les dirigeants du SED avaient donc dressé une analyse de la situation en Allemagne et des difficultés rencontrées par le SED, analyse qui conduisait à ne qualifier le développement de la zone que de hautement démocratique. Elle n’était pas encore une démocratie populaire. Des propositions concrètes avaient de même été énoncées pour la zone d’occupation :

  • 51 Antwort auf die Fragen zur Besprechung am 18. Dezember 1948, dans IfGA ZPA NL 36/695, Bl. 48, cité (...)

« Si un gouvernement est créé à l’Ouest, il faudra prendre les mesures suivantes dans la zone orientale : 1) Regroupement des organes existants, la commission économique allemande, l’administration allemande pour les affaires intérieures, les administrations centrales pour la justice et pour l’éducation afin d’établir un gouvernement allemand pour la zone d’occupation soviétique ; 2) Transformation du Plenum de la commission économique en chambre populaire ; 3) Mise en place d’une législation pour l’administration de la zone d’occupation (...) »51.

  • 52 Ibid., Bl. 43, cité ibid., p. 7.
  • 53 W. Pieck in der Sekretariatssitzung am 27 Dezember 1948, Antwort auf die Fragen zur Besprechung am  (...)
  • 54 SAPMO-BA, ZPA, NL 36/695, bb. 43, 53, 71, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 312. Conformément à c (...)

28Pour ce qui était du KPD dans les zones occidentales, le SED proposait de renforcer son combat pour l’unité allemande et de favoriser la création de groupes d’opposition au sein de la social-démocratie. Ce rapport établi ne correspondait pas en fait à la politique effectivement menée par le SED dans la zone mais s’efforçait plutôt d’anticiper la position du Kremlin. Les rencontres avec les dirigeants soviétiques le prouvent entièrement. Les notes prises par Pieck le 18 décembre, au cours de sa rencontre avec Staline et Molotov, puis lors de ses entretiens avec le Gosplan et le Secrétariat du Comité central, révélèrent en effet le mécontentement des Soviétiques face aux efforts du SED pour transformer la zone d’occupation en une démocratie populaire à l’instar des pays de l’Europe orientale. Staline exhortait à plus de patience, de prudence et de circonspection pour ce qui était de la formation d’un État est-allemand en répétant qu’un tel gouvernement provisoire ne pouvait être constitué qu’après l’instauration d’un gouvernement dans les zones occidentales. Il ne pouvait pas être encore question de démocratie populaire car la zone n’avait pas d’État uni ; il fallait évoluer vers le socialisme par une « politique opportuniste en zigzag »52. Un gouvernement est-allemand serait élu par une Chambre du Peuple mais des élections générales n’étaient pas envisageables avant le printemps 1950. Compte tenu du rapport de forces au sein du bloc antifasciste, le chef du Kremlin recommandait enfin d’amener les différents partis à accepter l’idée d’une liste électorale unique53. Le pouvoir devait être consolidé à l’Est avant que le SED ne pût espérer transformer la société. Il apparaissait ainsi prématuré de nationaliser toutes les industries. De même, Staline invitait les dirigeants du SED à se montrer plus discrets concernant l’application de leur programme léniniste à la société allemande. Staline approuvait, d’autre part, le soutien accordé au KPD dans les zones occidentales tout en en critiquant cependant les modalités : le combat était mené de manière trop ouverte, il fallait se masquer et réfuter officiellement l’existence de liens étroits entre le KPD et le SED, tout en les consolidant secrètement54.

29Et de réitérer une critique déjà lancée envers les Allemands :

  • 55 D. Staritz, op. cit., p. 7. Il refusa ainsi l’entrée du SED au Kominform sous le prétexte que le pa (...)

« Vous les communistes allemands, vous êtes comme vos ancêtres les Teutons. Vous luttez toujours à visage découvert. C’est peut-être courageux mais c’est souvent très bête. Vous passez votre temps à discuter de démocratie populaire, de la dictature du prolétariat ou d’un ordre social bourgeois-démocrate. Ce genre de discussions est excessivement stupide et nuisible. Il faut y mettre un terme. On ne pourra conduire l’analyse sur l’ordre en Allemagne que lorsqu’on aura gagné. Aujourd’hui, il faut travailler »55.

  • 56 SAPMO-BA, NL 36/695, bb. 36, 57, 69-70, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 313.

30Cependant, en même temps qu’il exhortait les Allemands à plus de circonspection dans la mise en œuvre de leur politique, le dirigeant soviétique les soutenait dans leur rejet de la parité au sein du SED et dans l’instauration d’un parti de type nouveau. Il approuvait aussi la création d’une direction conforme au modèle soviétique : un Bureau politique pour prendre l’exécutif en mains, un petit Secrétariat pour contrôler les activités des services du Parti et le principe des candidatures de parti pour tester la détermination des membres (Ces mesures furent consacrées lors de la première conférence de Parti en janvier 1949. Le centralisme démocratique devint le mode de fonctionnement des institutions)56.

  • 57 Voir infra, même chapitre.
  • 58 Elle avait d’abord été prévue pour fin novembre 1948 puis avait été reportée au 4 décembre 1948 et (...)

31La tâche du SED nous apparaît en fin de compte extrêmement délicate : il pouvait, d’un côté, bolchéviser ses structures mais, de l’autre, il devait exhorter les Allemands de l’Ouest à se joindre au mouvement antifasciste et démocratique national57. Il renforçait la discipline dans ses rangs, réprimait au besoin tout en continuant de jouer le jeu de la coopération avec les partis bourgeois, le CDU et le LDP. Consolider la zone d’occupation pour la préparer à devenir une démocratie populaire mais diriger parallèlement le mouvement démocratique et antifasciste pour la défense de l’unité allemande : la politique des dirigeants du SED se ressentait fatalement de ces ambiguïtés. Après chaque visite à Moscou, leurs interventions officielles se faisaient ostensiblement plus mesurées. La première conférence du SED, du 25 au 28 janvier 194958, s’efforça par exemple de souligner la prudence et la modération requises dans la transformation de la zone d’occupation et la nécessité d’intensifier la lutte nationale. L’opportunité de discuter du passage de la zone à une démocratie de type populaire y fut jugée prématurée du fait de l’absence d’un traité de paix et d’un État unique en Allemagne :

  • 59 Intervention d’O. Grotewohl, « Pervaâ partijnaâ konferenciâ SEPG », 25-28/01/48, RCHIDNI, Fonds 17, (...)

« L’instauration d’une démocratie populaire dans toute l’Allemagne ne sera possible qu’une fois la lutte nationale terminée, comme dans les pays de démocratie populaire, et quand sera crée un seul parti marxiste-léniniste, fondé sur l’union entre les paysans et les intellectuels »59.

  • 60 Ibid., 1. 196.
  • 61 Ibid., 1. 213.
  • 62 Ulbricht lors de la réunion de formation des membres du gouvernement de Saxe, 2- 4/03/49, SAPMO-BA, (...)
  • 63 Notizen zum Brief W. Pieck an Genossen Molotov sowie Disposition zur vorgesehenen Besprechung beim (...)

32La conférence s’acheva par une résolution qui reprenait les thèmes de la défense de l’unité allemande60 et lançait un manifeste appelant le peuple allemand à la lutte61. Suivant les instructions des Soviétiques, Ulbricht, dans ses interventions ultérieures, tenta aussi de faire comprendre à ses camarades qu’il était prématuré de créer une démocratie populaire dans la partie orientale de l’Allemagne : tant qu’il y aurait une économie mixte, conciliant entreprises privées et entreprises étatisées, il était impossible de parler d’économie socialiste. Mais il brossait déjà les perspectives futures possibles en lâchant qu’il serait simple d’adjoindre les économies des zones occidentales à celle de la zone soviétique, dans le cadre du plan bi-annuel 1947-1949 : cela pourrait garantir à cette dernière un rôle dirigeant en Allemagne62. Début mai 1949, W. Pieck souhaita un entretien avec Molotov après l’annonce de la levée du blocus de Berlin, le 4 mai, et en prévision des délibérations de la conférence de Paris, le 23 mai 1949. Il soupesait les chances d’une reprise des fonctions du Conseil de contrôle interallié et celles d’une relance de la question allemande si aucun État ouest-allemand n’était créé63. Molotov laissa ces réflexions sans réponse. La volonté soviétique de ne pas précipiter les choses ressort une fois de plus clairement de ce silence. Il ne fallait réagir qu’une fois la décision irrévocablement prise à l’Ouest de créer un État allemand. Entre-temps, les dirigeants du SED devaient concentrer tous leurs efforts sur l’agitation nationale.

Une propagande offensive

  • 64 « Spravki pravleniâ informacii SVAG po materialam plenumov C. pravleniâ SEPG », Tûl’panov à Smirnov (...)

33Celle-ci faisait l’objet d’une attention particulière depuis 1947 car le bloc démocratique antifasciste s’était en effet révélé quelque peu dépassé par le nouveau contexte international bipolaire. Il fallait rassembler les patriotes de tous bords et intensifier la lutte nationale avec des slogans comme celui du combat pour la défense des principes de Potsdam, l’unité économique et politique de l’Allemagne, la création d’un gouvernement central, la signature d’un traité de paix, le retrait des troupes d’occupation, la fin du statut de la Ruhr, la coopération et l’amitié avec l’URSS...64. Reprenant la tactique développée avec les propositions de constitution générale pour l’Allemagne en 1946 ou de traité de paix en 1947, qui répondaient à des initiatives précises des Occidentaux et cherchaient à prendre l’adversaire de court, une vaste offensive idéologique avait donc été déclenchée dans l’optique d’influer sur les conférences des Ministres des Affaires étrangères. Cette croyance vivace en la possibilité de faire éclater la détermination occidentale et d’exercer des pressions sur l’opinion publique ouest-allemande, ne signifiait cependant nullement, rappelons-le, que les Soviétiques recherchaient une voie réelle de compromis.

34Le 6 décembre 1947, avait ainsi créé le Congrès du Peuple « Pour l’unité de l’Allemagne et une paix juste ». Il était destiné plus précisément à peser sur le déroulement de la conférence des Ministres des Affaires étrangères, réunie à Londres en décembre 1947. Dans un bilan dressé sur ce Congrès, Tûl’panov souligna que

  • 65 « Informaciâ o Germanii », 21/07/47-23/12/47, Tûl’panov à Gribanov, « Informacionnaâ svodka ob itog (...)

« Les interventions de Grotewohl et des autres représentants du SED canalisaient ces aspirations nationales dans le cadre des exigences fondamentales de démocratisation de l’Allemagne, d’exécution de ses obligations à l’égard des alliés et des peuples victimes de l’agression allemande, soumettant leur objectif général à une démocratie allemande unique »65.

  • 66 Ibid., 1. 106.
  • 67 « Zur Einleitung der Besprechung », SAPMO-BA, ZPA, NL 36/695, b. 109, cité par N.M. Naimark, op. ci (...)

35Le Congrès avait également pour objectif de renforcer les assises et l’image du SED, et de le présenter comme le seul parti véritablement rassembleur à l’échelle de toute l’Allemagne66. Cette tentative perdura avec la tenue, le 18 mars 1948, du second Congrès du Peuple, à l’occasion du centenaire de la révolution de 1848. Début mai 1949, une série de réunions se tint à Berlin et à Moscou pour insuffler vie au Front national pour l’Unité et une Paix juste : avec une appellation qui se voulait plus attractive, il succédait au mouvement du Congrès du Peuple dont la rhétorique sur l’unité allemande rebutait de nombreux communistes du SED. L’idée était là de saboter la conférence de Paris, où les Ministres des Affaires étrangères des trois puissances occidentales statuaient sur la création d’un État ouest-allemand. Dans ses notes, résumant sa rencontre avec Staline, le 6 mai 1949, Pieck attribua au dictateur la paternité de cette suggestion : « Afin d’élargir et d’approfondir la résistance et la lutte contre la politique pratiquée par les puissances occidentales, il fut proposé de créer un Front national. La suggestion vint de Staline »67.

  • 68 Ibid., p. 57.
  • 69 Rede auf der 19. Tagung des Parteivorstandes, 27/05/49, SAPMO-BA, ZPA, NL 90/288, (Grotewohl), b. 1 (...)
  • 70 « Spravki upravleniâ informacii SVAG po materialam plenumov C. pravleniâ SEPG », 07-09/1949, Tûl’pa (...)
  • 71 Les votes furent falsifiés, pour plus de détails, voir J. Laufer, « Das Ministerium für Staatssiche (...)
  • 72 I. von Münch, op. cit., p. XXXIV. La constitution de 1946 avait déjà subi des modifications en avri (...)
  • 73 D. Staritz, « National-Demokratische Partei Deutschlands – NDPD », dans M. Broszat éd., SBZ-Handbuc (...)
  • 74 « Pervaâ partijnaâ konferenciâ SEPG », 25-28/01/49, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 99, 1. 189.

36Le Front national fut officiellement lancé par Semenov le 20 mai 194968. Ce vaste mouvement populaire brandissait un manifeste qui en appelait jusqu’aux anciens nazis et anciens militaires des zones occidentales. Le 27 mai, O. Grotewohl informait le Plenum de l’exécutif du SED qu’il lui fallait prendre en mains la question nationale et ne pas hésiter, pour y parvenir, à conclure des alliances purement tactiques avec des partis bourgeois. Il était impératif d’attirer non seulement les ouvriers mais aussi les classes moyennes dans ce mouvement69. Mais, ni le CDU, ni le LDP, ni d’ailleurs les membres du SED, ne s’investirent dans cette entreprise. Ses objectifs demeuraient incompris de la majorité des militants du SED qui pensaient qu’un nouveau parti se créait où tous les anciens, SED compris, seraient fondus. Dans le cadre également de la construction de la zone, on ne voyait plus l’intérêt de poursuivre sur la voie d’une coopération avec les partis bourgeois : « Une grande confusion règne quant au lien existant entre la création d’un front national et la mission de renforcement de l’ordre antifasciste-démocratique dans la zone d’occupation (...) »70. En dépit de ces réticences, un troisième Congrès du Peuple sortit des premières élections sur liste unique, les 15 et 16 mai 194971 ; il entérina la constitution du SED de 1946 qui avait été adoptée, le 19 mars 1949, après quelques petites modifications, par l’organe exécutif, le Conseil du Peuple, dénommé « l’unique représentation légitime du peuple allemand ». Puis il élit un nouveau Conseil du Peuple et confirma la constitution le 30 mai, avec 2087 voix contre une72. Avaient aussi été créés pour assister le SED dans sa quête d’une assise générale allemande, les deux nouveaux venus sur la scène politique dans la zone d’occupation soviétique, deux partis d’obédience communiste, le DBD, parti démocrate des agriculteurs d’Allemagne (Demokratische Bauernpartei Deutschlands), et le NDPD, parti national-démocrate d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deutschlands). Ils avaient été autorisés, le 17 juin 1948, par la Direction de l’Information, mais l’idée en avait germé dès l’automne 1947. Les dirigeants de ces deux partis avaient été associés, au cours de l’année 1948, à la vie politique et parlementaire du Bloc antifasciste, grâce aux appuis discrètement conjugués de communistes peu connus. Ils avaient pour tâche de renforcer l’assise et la légitimité du SED en grignotant le poids des forces oppositionnelles des CDU-LDP73. L’organisation de la conférence de Varsovie, en juin 1948, avait relevé de la même volonté de chercher à déstabiliser les Occidentaux et l’opinion publique ouest-allemande. Elle avait réuni les Ministres des Affaires étrangères de l’URSS, de la Bulgarie, de la Hongrie, de l’Albanie, de la Tchécoslovaquie, de la Yougoslavie, de la Roumanie et de la Pologne et marqué son soutien à la lutte du peuple allemand pour son unité. Tous s’y étaient prononcés également pour la démilitarisation de l’Allemagne, pour un contrôle quadripartite sur la Ruhr, pour un gouvernement central, une démocratie pacifique, un traité de paix et l’exécution des obligations en matière de réparations : chacun des thèmes de la position officielle soviétique avait donc été repris ici74.

  • 75 Tûl’panov à Semenov, 12 mai 1949, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 5, delo 7, papka 28, 1. 43, cité par G. (...)
  • 76 Y avaient participé Dahlem, Shirdewan, Müller, deux collaborateurs de Tûl’panov et trois représenta (...)
  • 77 Tûl’panov à Semenov, 29 juillet 1949, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 7, papka 39, delo 10, 11. 72-75.

37Le second axe de l’agitation nationale demeurait invariablement le KPD dans les zones occidentales. Mais, il n’enregistrait aucun succès notable et était en proie à des problèmes qui monopolisaient les discussions. Le 12 mai 1949, une conférence avait ainsi eu lieu entre le membre du Bureau politique du SED, F. Dahlem, le chef de la commission occidentale du SED, Karl Schirdewan et les membres du secrétariat du KPD, Kurt Müller et Walter Fisch, en présence de Tûl’panov. On admettait volontiers que la situation à l’Ouest s’était notablement dégradée pour le KPD depuis l’introduction de la réforme monétaire occidentale et du plan Marshall, mais ce constat ne pouvait cependant excuser les erreurs commises, les dysfonctionnements et le manque de formation, de dynamisme et d’orientation idéologique : le parti avait agi comme s’il n’était pas marxiste-léniniste75. Une autre réunion s’était tenue le 30 juin 194976. Y avait été reprochée aux communistes occidentaux l’absence de référence à une Allemagne démocratique dans leur slogan pour la création d’une Allemagne indépendante, unie et pacifique. Dahlem s’en était fortement pris à cette lacune : « On doit comprendre que le combat national pour une Allemagne unie est une forme de lutte des classes ». Le KPD ne prenait de même pas expressément parti pour l’URSS : « Et ce, au moment où l’argumentation essentielle de l’ennemi est dirigée contre l’Union soviétique »77. Il avait donc été décidé d’accroître la formation des communistes allemands et de soutenir leur activité.

  • 78 « Spravka upravleniâ informacii SV AG o podgotovke i provedenii vyborov v separativnyj zapadnogerma (...)
  • 79 « O resul’tatah vyborov 14/08/49 », Abramov à Grigorian, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 92, 1. (...)
  • 80 « Bûlleteni upravleniâ informacii SVAG », n° 31, Gulakov à Smirnov et Orlov, RCHIDNI, Fonds 17, opi (...)
  • 81 Neues Deutschland, 5/10/49, p. 4.

38Mais en dépit des efforts pour empêcher la constitution d’un État ouest-allemand par un vaste mouvement populaire et patriotique, le 23 mai, la Loi fondamentale avait été adoptée dans les zones occidentales et les institutions des gouverneurs militaires s’étaient transformées en hauts commissariats occidentaux en Allemagne. Aux élections du premier Bundestag ouest-allemand, le 14 août 1949, avaient gagné le CDU et le CSU, les partis qui défendaient résolument l’intégration à l’Ouest. Le KPD n’avait recueilli, quant à lui, que 5,7 % des suffrages78. Si l’échec du KPD aux élections du Bundestag soulignait la validité des critiques émises à son encontre, il montrait de même l’insuffisance des remèdes apportés. Il en avait été largement débattu dans la zone d’occupation mais rien, fondamentalement, ne fut toutefois remis en question. L’échec était attribué à la fois au « mauvais vote » des Allemands de l’Ouest, trompés « par un système électoral antidémocratique », et à l’incapacité du KPD de faire comprendre au peuple allemand la composante anti-allemande de la politique américaine et la teneur du message du Front national. Le KPD était accusé aussi de ne pas se montrer assez loyal envers les positions de la politique extérieure soviétique79. Dans la zone soviétique, on continua de se montrer résolument optimiste avec la réunion du bloc des partis, le 19 août 1949, qui relançait le même discours de propagande80 et la publication, le 4 octobre 1949, d’une résolution « Le Front national de l’Allemagne démocratique et le Parti de l’unité socialiste d’Allemagne »81 qui prétendait pouvoir appeler rapidement en RFA à la création d’un vaste mouvement populaire pour soutenir les objectifs de la politique allemande de la RDA. Le 5 octobre, W. Pieck, devant la commission du bloc démocratique, soulignait la responsabilité nationale de la RDA envers les Allemands de l’Ouest :

  • 82 Stenographisches Protokoll in Zentrales Staatsarchiv der DDR, Potsdam, Akte A1/3315, Präsidium des (...)

« Nous ne pouvons pas accepter que les choses continuent ainsi là-bas. Nous nous sommes donc promis de mettre en place un ensemble de combattants, à travers le Front national, qui soient capables de contrer cette évolution en Allemagne, de mettre un terme aux « persécutions », et de discréditer ceux qui les mènent de telle manière qu’ils perdent la confiance de la population »82.

  • 83 A. Grosser, L’Allemagne en Occident, Paris, Fayard, 1985, p. 71.

39Il fallait, pour ce faire, intensifier la propagande sur les réalisations dans la zone soviétique afin que la population ouest-allemande pût juger « en toute impartialité ». L’intensification de la propagande nationale n’empêcha nullement, le 7 septembre, le Bundestag ouest-allemand de siéger pour la première fois, le 12 septembre, le libéral Theodor Heuss d’être élu Président de la République fédérale, et le 15, Konrad Adenauer de devenir le premier chancelier fédéral83. La partie orientale de l’Allemagne se devait de trancher ses dilemmes.

La création de la République démocratique allemande

Les mesures d’État

  • 84 Assistèrent également aux entretiens le nouveau Commandant suprême de la SVAG, Čuikov, Semenov, le (...)
  • 85 Ibid., Bl. 117-121, publiée ibid., p. 10-12.
  • 86 Ibid., Bl. 339-342, publié ibid., p. 9 et 14.
  • 87 Pour la composition détaillée du gouvernement de RDA, proposée par les Soviétiques et les modificat (...)
  • 88 « Stenographische Niederschrift über die 22 (36) Tagung des Parteivorstandes der SED am 4. Oktober  (...)

40Du 17 au 28 septembre 1949, une délégation du SED se rendit à Moscou. Composée de Pieck, Oelssner, Grotewohl et Ulbricht, elle rencontra les membres du Bureau politique, Molotov, Béria, Malenkov, Bulganin, Mikoyan et Kaganovitch84. Le SED était porteur d’une lettre à Staline qui requérait notamment son avis sur la formation du gouvernement et la procédure à suivre pour sa constitution85. Une réponse lui fut remise, probablement le 27 septembre86. Elle prévoyait une session du comité du SED pour créer un gouvernement provisoire, remettre au Bureau politique l’intégralité du pouvoir et négocier avec les autres partis du bloc antifasciste la constitution du gouvernement. Pour la procédure à suivre, elle recommandait le remplacement de la Chambre du Peuple provisoire par une Chambre permanente, au terme d’élections générales à listes uniques de candidats. Le gouvernement devait compter 18 membres, parmi lesquels neuf SED aux postes-clefs, trois CDU, trois LDP, un NDP, un DBP et un sans-parti87. De retour à Berlin, Pieck présenta au comité du Parti, réuni du 4 au 9 octobre 1949, l’ensemble de ces mesures qui prirent le nom de « mesures d’État ». Il débuta son exposé de façon solennelle. À cause de la situation de « détresse nationale » qu’avait provoquée la création de la RFA, expliqua-t-il, un gouvernement avait dû être formé en Allemagne orientale, mais il avait un caractère provisoire88 :

  • 89 Ibid., copie en Russie, 1. 23.

« Le peuple allemand a l’obligation, dans les circonstances actuelles, de créer un centre qui représenterait et défendrait les intérêts nationaux, politiques, économiques et culturels du peuple allemand. On s’est souvent interrogé sur la nécessité de créer un État est-allemand. Nous avons jusque-là, lorsque ces suggestions venaient à nous, toujours dit que nous devions attendre de voir ce qui se passerait dans l’État séparé ouest-allemand... »89.

41En passant ensuite aux négociations qu’il avait fallu engager avec les partis bourgeois, Pieck se montrait moins lyrique. On leur attribuait des fonctions, certes, mais limitées :

  • 90 Ibid., copie en Russie, 1. 31. Leur fonction serait de coordonner le travail avec les partis dirige (...)

« L’élection de trois vice-ministres présidents vient de la nécessité de faire participer directement au gouvernement les dirigeants des partis politiques sans leur donner de porte-feuilles ni de compétences particuliers »90.

  • 91 Ibid., 1. 33.

42Les prétentions supplémentaires du CDU furent ainsi jugées excessives : « Il veut encore un secrétaire d’État. Or, il a déjà un vice-ministre président, trois ministres, du Commerce, du Travail et des Postes et deux secrétaires d’État. Ça suffit ! »91. Pieck apportait de surcroît la confirmation que les prisonniers de guerre allemands seraient renvoyés en Allemagne, à l’exception des condamnés et ce, afin de couper l’herbe sous le pied des critiques.

  • 92 Voir le texte de la constitution de la RDA, « Verfassung der Deutschen Demokratischen Republik vom  (...)
  • 93 « Erklärung des Vorsitzenden der Sowjetischen Kontrollkommission, zur Übergabe von Verwaltungsfunkt (...)

43Le 7 octobre, le deuxième Conseil du Peuple se constituait en Chambre provisoire du Peuple et la constitution entrait en vigueur : la République Démocratique Allemande était née92. La Chambre provisoire des cinq Länder était aussi créée ; le 11 octobre, en session commune avec la Chambre du Peuple, elle élisait W. Pieck comme premier Président de la RDA ; le 12 octobre, le gouvernement dirigé par O. Grotewohl prenait ses fonctions, après que la Commission économique allemande lui eut transféré ses compétences administratives. Le 11 novembre 1949 enfin, le Général V.J. Čuikov annonçait la délégation des pouvoirs de l’Administration militaire soviétique en Allemagne au gouvernement est-allemand et la création d’une Commission de contrôle en ses lieu et place. Ce transfert ne marquait toutefois nullement l’acquisition pour la RDA de la souveraineté car la nouvelle commission avait pour mission de « contrôler l’application des décisions de Potsdam et des autres mesures communes décidées par les quatre puissances alliées ». Le gouvernement provisoire de la RDA s’engageait à les respecter et à remplir ses obligations en matière de démilitarisation, démocratisation et réparations. La Commission maintiendrait de surcroît un contrôle permanent sur les fonctions du nouvel État93.

Les attributs d’une démocratie populaire

  • 94 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, 1954, vol. I, p. 46.
  • 95 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 298, 11. 26-29,05-09/1950.
  • 96 Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED im Zentral (...)
  • 97 Exposé d’Ulbricht, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 298, 11. 26-29, 05-09/1950.

44En dépit de la création officielle de la RDA, l’URSS n’abandonna cependant pas sa stratégie globale pour l’Allemagne car le SED allait prendre grand soin de maintenir les apparences d’une démocratie, afin de ne pas saper les fondements de sa revendication de protecteur des intérêts nationaux allemands : le 13 mars 1950, par exemple, le conseil des Ministres de la RDA émit une protestation contre la séparation de la Sarre94. Le 25 avril 1950, dans l’exposé de la situation et des tâches du SED, Ulbricht appela au maintien de la lutte pour l’unité allemande95. Pendant la phase de création du régime est-allemand, le SED appela ainsi constamment ses membres et ses alliés à prendre les décisions à l’unanimité pour marquer le contraste avec la RFA, « ce ridicule jeu de marionnettes », manipulé par les États-Unis. Il voulait lui opposer un « gouvernement du travail » (selon l’expression consacrée durant les premiers mois), actif, entreprenant et soutenu par la totalité des partis96. Il fallait aussi prouver que la RDA était l’unique modèle de développement politique, économique et social pour l’ensemble de l’Allemagne97. Ce discours de propagande était destiné certes, à la population allemande des deux États, mais aussi aux partis alliés du SED afin de les dissuader de toute opposition. En brandissant la nécessaire cohésion nationale et gouvernementale au nom de la défense des intérêts du peuple allemand et du maintien de la paix, le SED voulait museler les partis « bourgeois ».

  • 98 Massenagitation beim SED-Parteivorstand : Situationsberichte aus bürgerlichen Parteien vom 9/06/49, (...)

45Si la volonté soviétique de laisser perdurer l’illusion d’un véritable pluralisme à travers la composition du gouvernement est-allemand apparaît claire dans ses motivations, il semble plus difficile en revanche de comprendre l’attitude des dirigeants des partis du CDU et du LPD. Comment ces partis pouvaient-ils encore espérer jouer un rôle quelconque dans le nouvel État qui se mettait en place ? La réponse est bien sûre malaisée car elle supposerait de sonder les consciences de personnalités aujourd’hui disparues, mais de l’examen des archives est-allemandes et soviétiques, il ressort que ces dirigeants avaient réellement cru pouvoir influer à terme sur l’évolution de la RDA à cause de la constitution qui défendait une démocratie parlementaire où pourraient s’exprimer les différences. Insister sur la réalité de leur croyance illustre bien d’ailleurs la volonté des Soviétiques de toujours simuler un jeu démocratique et pluraliste. Tous, bien sûr, au sein du CDU ou du LDP, ne se montraient pas également optimistes mais les moins sceptiques avaient calculé qu’au terme des élections directes et secrètes prévues par la constitution (article 51), le SED perdrait de l’influence98. De plus, certains, à l’instar du Président du LDP, Hermann Kastner, espéraient pouvoir jouer du fait que l’URSS avait besoin des partis bourgeois, et surtout du LDP, pour asseoir la crédibilité de son discours sur la défense d’une Allemagne unie, démocratique et pacifique. Le 2 décembre 1949, lors d’une réunion du comité directoire du LDP, Kastner devait déclarer :

  • 99 Protokoll der Sitzung des Geschäftsführenden Vorstandes vom 2. Dezember 1949, p. 3, dans Archiv des (...)

« Le Russe pense qu’il a et qu’il aura besoin de nous pour construire une Allemagne unie mais que sans nous, il ne pourra y avoir une telle Allemagne. Le CDU n’entrera pas en pourparlers, M. Kaiser s’en occupe. Le SED n’entamera de négociations ni avec le CDU, ni avec Schumacher, ni avec les Anglais, les Français ou les Américains... Nous sommes le seul parti qui permette d’établir la liaison avec l’autre côté, nous sommes les seuls à avoir la possibilité d’entamer des négociations »99.

  • 100 Ibid., p. 24.

46Le LDP, comme le CDU d’ailleurs, pensait jouer un rôle d’opposition constructive dans la Chambre provisoire du Peuple100.

  • 101 Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED im Zentral (...)
  • 102 Protokoll n° 57 der Sitzung des kleinen Sekretariats des Politbüros am 17. Oktober 1949, Bl. 26-28. (...)
  • 103 PA/IGA, NL 36/Akte 736, cité par S. Suckut, ibid.., p. 377. Les purges touchèrent les différents pa (...)

47Il n’y avait cependant aucun doute possible sur les intentions politiques du SED. Au cours de la réunion de son comité directeur, du 4 au 9 octobre 1949, Gerhart Eisler avait en effet martelé : « Si nous fondons un gouvernement, nous ne l’abandonnerons jamais, ni par des élections, ni par d’autres voies ». Ulbricht avait renchéri aussitôt : « Certains ne l’ont pas encore compris ! »101. Dès le 17 octobre 1949, le secrétariat du Bureau politique du SED avançait les grandes lignes de son programme de gouvernement : elles prévoyaient que les lois et arrêtés d’importance seraient visés par le Bureau politique du SED, avant toute publication par les instances gouvernementales102. Un organe de contrôle des groupes de partis, subordonné au Bureau politique, devait également être créé dans l’appareil d’État. Au cours d’une conversation avec Semenov, conseiller politique de la Commission de contrôle soviétique, le 14 février 1950, W. Pieck nota : « Les partis vont disparaître. Quelle voie ? – Nous allons vers le socialisme mais en zigzag, nous n’en parlons pas »103.

  • 104 La lettre de Staline du 27/09/49 y faisait d’ailleurs expressément référence mais, dès 1948, le SED (...)
  • 105 « Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED », 9/10/ (...)
  • 106 Ibid., 11. 144-145 et S. Suckut, op. cit., p. 373.
  • 107 Voir un exposé plus détaillé dans S. Suckut, « Die Entscheidung zur Gründung der DDR... », op. cit.(...)
  • 108 J. Laufer, ibid., p. 17-30.
  • 109 Ibid., p. 22-23.

48Dans ce contexte, des élections parlementaires n’étaient envisageables que dans le cadre de listes uniques104. Mais compte tenu des intentions des partis du bloc démocratique, le plus difficile semblait obtenir leur assentiment à la liste unique. Les élections furent donc reportées à l’automne 1950 : le SED se donnait ainsi le temps de convaincre ses partenaires. Lors du Congrès du Parti, le 9 octobre 1949, Pieck avait mis en garde ses collègues : pour ne pas saper les fondements du Front national, il fallait demeurer silencieux sur les véritables intentions du SED concernant les élections : « (...) Je vous défends de déclarer dès aujourd’hui que nous avons l’intention d’instituer des listes uniques pour les prochaines élections »105 ; il espérait aussi obtenir des résultats meilleurs que ceux du troisième Congrès du Peuple en mai 1949 et comptait, pour ce faire, sur les effets positifs du premier plan quinquennal et surtout sur l’échec du modèle ouest-allemand106. Le SED devait parvenir, en imposant son mode de gouvernement dès les premiers jours, à circonscrire toute velléité d’influence des partis bourgeois sur le cours de la politique et à briser peu à peu leur résistance à l’acceptation de la liste unique. La répartition des sièges à la Chambre du Peuple et dans les représentations populaires fut connue le 7 juillet 1950. Les partis et les organisations conservaient le droit de désigner leurs candidats mais leur confirmation devait émaner des commissions du bloc et le contrôle était assuré par des assemblées d’électeurs et par le Ministère de la Sécurité d’État. De cette manière, le SED, qui ne pouvait en réalité prétendre qu’à 25 % des sièges à la Chambre du Peuple et 20 % aux Landtage, s’assura la majorité absolue des candidats en présentant des membres du SED comme candidats des organisations populaires. La loi électorale, élaborée au sein du Ministère de l’Intérieur, fut adoptée le 9 août 1950 par la Chambre du Peuple. Elle s’efforçait d’atténuer le paradoxe entre le respect, proclamé dans la constitution, du scrutin proportionnel et la liste électorale unique, au nom de « la responsabilité nationale » et de la « sauvegarde des acquis »107. Comme on craignait toutefois que ce slogan de la défense des intérêts nationaux allemands se révélât insuffisant, le 15 octobre 1950, lorsque se déroulèrent les premières élections en RDA, pour la Chambre du Peuple, les conseils de Länder, de circonscriptions et les représentations communales, des falsifications, organisées sous l’égide du Ministère de la Sécurité d’État, assurèrent la victoire du SED108. Les électeurs avaient été appelés à se prononcer sur le maintien de la paix, l’unité démocratique de l’Allemagne, le traité de paix avec l’Allemagne entière, le retrait des troupes d’occupation, l’instauration démocratique d’une économie pacifique et indépendante, l’amélioration des conditions de vie de la population, l’édification d’un ordre démocratique, la sauvegarde et l’épanouissement d’une culture démocratique109. 99,7 % des votes défendirent la liste unique et Pieck salua bruyamment cette victoire :

  • 110 Archiv der Gegenwart, 15/10/50, p. 2625A.

« Notre peuple, dans une unanimité et une détermination sans précédent, a donné au monde entier la preuve qu’il était prêt à lutter pour la paix, pour une Allemagne unie, démocratique et pacifique, pour l’unité de notre nation, et à lutter de toutes ses forces au renforcement de l’ordre démocratique et de la construction de notre république »110.

  • 111 Grigorian, Président de la Commission de politique extérieure du CC-PC à Bakunin, compte-rendu du 3(...)
  • 112 Tout fut mis au service de la propagande pour l’unité allemande jusqu’au nom du musicien J.S. Bach, (...)

49L’issue des élections montrait, selon la terminologie officielle, que le peuple de la RDA se reconnaissait comme un pouvoir des ouvriers et des paysans. La RDA, dans son fonctionnement, évoluait donc à grands pas vers un régime de démocratie populaire tout en maintenant un discours général allemand. Citons encore quelques exemples probants. Lors du 3e Congrès du SED, du 20 au 24 juillet 1950, il fut décidé de renforcer le développement de la RDA, grâce au plan quinquennal. Dans son intervention sur les perspectives économiques, Ulbricht accorda une « grande importance nationale » à ce dernier parce qu’il permettrait d’intensifier la lutte pour une Allemagne progressiste « où le niveau de vie serait supérieur à celui de l’Allemagne impérialiste ». Ulbricht présenta les réalisations déjà effectives de l’économie est-allemande : au premier semestre 1950, le secteur industriel nationalisé représentait 68 % de l’économie quand le secteur des entreprises privées était tombé à 32 %. Tout le secteur bancaire était nationalisé. Mais il fallait faire progresser lentement les structures économiques vers l’étatisation totale. Ulbricht annonça aussi une augmentation de la production industrielle deux fois supérieure à celle de 1936 : pour l’atteindre, il fallait cependant accroître la productivité par habitant de 60 %. Ulbricht encouragea donc le stakhanovisme en saluant au passage les performances de l’activiste Adof Henneke qui, en 1948, avait dépassé ses normes de production. Lors de ce Congrès du SED, il fut de même prévu de renforcer le centralisme démocratique au sein du Parti. Mais la volonté perdurait toutefois de maintenir les apparences d’un pluralisme et d’un parlementarisme, symboles du maintien de la stratégie générale pour l’Allemagne. Le discours de propagande restait ainsi invariablement consacré à la nécessité d’organiser la défense des intérêts nationaux111 et les Allemands continuaient d’en être le porte-parole privilégié112. Dans son discours du 11 octobre 1949, le Président de la RDA, W. Pieck, avait de même refusé de parler de reconnaissance pour les deux gouvernements crées, mais au contraire des possibilités de rapprochement et de rétablissement de l’unité allemande par des efforts conjoints :

  • 113 Pravda, 13/10/49.

« Il ne s’agit pas ici d’obtenir la reconnaissance mutuelle du gouvernement fédéral ouest-allemand et de celui de la RDA. Il s’agit plutôt de servir, côte à côte, les intérêts du peuple allemand. Si le gouvernement fédéral ouest-allemand et le parlement fédéral ouest-allemand y souscrivent, nous nous rapprocherons alors les uns des autres, effacerons la division de l’Allemagne et créerons une Allemagne indivise »113.

L’opposition de deux conceptions nationales

  • 114 Voir chapitre V.
  • 115 Article 1 de la constitution, voir le texte dans I. von Münch, op. cit., p. 301-323.

50En dépit de la constitution de la RDA, l’URSS tentait donc toujours de concilier, avec pragmatisme, les deux objectifs contraires que la réorientation occidentale en 1946 avait impliqués : le renforcement de la partie orientale devenue la RDA, dans le cadre d’une progression prudente vers un régime de démocratie populaire, et le maintien parallèle de la stratégie globale pour l’Allemagne. Cette conciliation nécessaire se trouva consacrée dans le discours national mis au service du nouvel État avec l’idée que la RDA incarnait le noyau-modèle d’une future Allemagne unie, idée qui reprenait avec pragmatisme et opportunisme l’ambition au départ allouée à la zone d’occupation soviétique, qui consistait à séduire les autres zones occidentales par son mode organisationnel, ses principes démocratiques et antifascistes114 : cette même ambition était désormais reportée sur la République démocratique allemande. Certes, l’exercice du pouvoir de ses institutions étatiques était pour l’instant seulement circonscrit à la partie orientale de l’Allemagne, mais le gouvernement ouest-allemand était considéré de facto face au gouvernement de jure est-allemand : celui-ci s’arrogeait donc le droit de décider pour l’Allemagne entière. La constitution stipulait d’ailleurs expressément : « La République tranche toutes les questions importantes pour l’existence et le développement du peuple allemand dans son ensemble »115.

  • 116 Ibid., p. XXVIII. La position de la RDA ne reprenait que celle des Soviétiques. Mais les positions (...)
  • 117 « Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED », 9/10/ (...)

51Mais il n’y avait cependant pas reconnaissance d’une identité avec le Reich allemand : la RDA, à l’inverse de la RFA, partait en effet du postulat que le Reich avait disparu en 1945 ou, tout du moins, après la création des deux États en 1949116 . Elle ne se voyait pas non plus comme le successeur du Reich. La RDA était née à la suite de l’adoption de la constitution de « l’Allemagne indivise et démocratique » de laquelle devait émaner « une force d’attraction et de conviction » telle qu’elle rassemble l’ensemble de la nation allemande derrière « les forces politiques réelles, capables de conduire l’Allemagne vers un avenir lumineux »117. Le Manifeste du Front national, adopté le jour même de l’entrée en vigueur de la constitution, symbolisait la combativité du peuple allemand :

  • 118 Ibid., 1. 210.

« Il s’agit de rassembler toutes les forces de toutes les couches sociales de la population afin de lutter contre la politique des puissances occidentales qui aspirent non seulement à diviser et étrangler l’Allemagne mais aussi à attirer le peuple allemand dans une nouvelle guerre »118.

  • 119 « Diskussionsbeitrag Ackermanns, 2. Tagung des ZK der SED », 24/08/50, IfGA, ZPA, NL 90, n° 44, b. (...)
  • 120 « Diskussionsbeitrag Dahlems, 26 (40) Sitzung des Parteivorstandes der SED », 02- 03/06/50, IfGA, Z (...)
  • 121 Voir G. Zieger, Die Haltung von SED und DDR zur Einheit Deutschlands 1949-1987, Cologne, Verlag Wis (...)

52Les références martelées à la constitution de Weimar, aux droits et aux libertés des citoyens, l’absence explicite de formules sur l’instauration d’une démocratie populaire sous-tendaient ce même dessein de gagner l’Allemagne entière. Le SED propagea l’idée qu’une « résistance nationale » allait éclore en RFA contre la politique menée par les États-Unis119. Franz Dahlem, responsable au Comité central du SED de l’activisme dans la partie occidentale de l’Allemagne, définit en juin 1950 trois conditions essentielles pour influer sur les rapports internes de la RFA : la RDA devait être la base de la création d’une République démocratique allemande dans toute l’Allemagne ; il fallait lancer toutes ses forces en Allemagne de l’Ouest afin de populariser la politique de la RDA et enfin inventer de nouvelles méthodes pour attirer toutes les forces sociales dans la lutte nationale120. La constitution n’avait d’ailleurs pas corrigé l’appellation de République Démocratique allemande donnée par le projet de la précédente constitution, en 1946 : cette continuité symbolisait la volonté soviétique de considérer la RDA comme le premier pas vers l’établissement d’une telle république dans toute l’Allemagne121. L’union soviétique apportait sa contribution en proclamant à haute voix que la RD A était la seule à appliquer les décisions de Potsdam. Le 1er octobre 1949, le gouvernement soviétique avait ainsi fait parvenir une note aux gouvernements des trois puissances occidentales pour dénoncer la constitution d’un gouvernement séparé à Bonn en violation des accords de Potsdam :

  • 122 Cité ibid., p. 60.

« On ne peut qualifier la création d’un État séparé dans les zones occidentales de l’Allemagne que comme l’accomplissement de la politique de séparation menée, durant ces dernières années, par les gouvernements des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, en violation du traité de Potsdam dans lequel ces États avaient accepté, avec l’URSS, le devoir de considérer l’Allemagne comme une entité... »122.

  • 123 Archiv der Gegenwart, 7/10/49, p. 2092.
  • 124 Le texte de la déclaration est publié par I. von Münch, op. cit., p. 496-497. L’Oder-Neisse fut dés (...)

53Enfin une note avait été adressée aux quatre puissances responsables de l’Allemagne pour demander le réexamen de la question allemande et la signature d’un traité de paix123. Ces prises de position officielles n’empêchaient nullement les actions unilatérales : l’URSS laissa ainsi la RDA et la Pologne signer le traité de Görlitz, le 6 juillet 1950, qui reconnaissait l’intangibilité de la frontière Oder-Neisse124. La Déclaration de Prague, le 23 juin 1950, répondait aux mêmes objectifs : la RDA et la Tchécoslovaquie ne se reconnaissaient pas de revendications territoriales et ne souhaitaient pas modifier leur frontière commune. Le transfert des Allemands hors de Tchécoslovaquie fut aussi « définitivement réglé » et les deux gouvernements s’engageaient à intensifier leurs relations. L’allégeance à l’URSS y était explicitement déclarée :

  • 125 « Deklaration der Regierungen der Deutschen Demokratischen Republik und der Tschechoslowakischen Re (...)

« Les deux gouvernements sont conscients que le combat du peuple allemand pour la création d’une Allemagne unie, démocratique et pacifique comme la politique des deux États destinée à renforcer le camp de la paix mondiale sous l’égide du plus puissant rempart de la paix, l’Union des Républiques socialistes soviétiques, servent à maintenir et à garantir la paix en Europe et dans le monde entier »125.

  • 126 Le statut de l’Allemagne défaite fit l’objet de discussions parmi les juristes allemands : deux ten (...)
  • 127 À la suite de la signature du traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle entre la RDA (...)
  • 128 I. von Münch, op. cit., p. XXVIII. Cette position donna naissance, au milieu des années 50, à la do (...)
  • 129 H. Miard-Delacroix, « Une seule Allemagne ? Théorie et pratique du Alleinvertretungsanspruch », dan (...)
  • 130 Voir Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, op. cit, p. 16.

54La réunification allemande était de ce fait immuablement envisagée sur la base des décisions de Potsdam tandis qu’en République Fédérale d’Allemagne, le concept de réunification impliquait la disparition de la RDA et l’extension du régime politique ouest-allemand à l’ensemble de l’Allemagne. Ces positions radicalement opposées provenaient d’une interprétation différente du statut de l’Allemagne : la position officielle de l’Allemagne occidentale s’appuyait sur la théorie du noyau de l’État qui établissait une identité entre l’Etat allemand fondé en 1871 et la RFA (Identitätstheorie) et proclamait que l’Empire allemand avait continué d’exister après 1945, en dépit de la capitulation allemande, de l’autorité exercée par les quatre puissances occupantes et de la création de deux États allemands126. La revendication d’identité marquait donc l’absence de succession d’État au sens du droit international public. Cette affirmation d’une continuité avait des implications politiques et juridiques certaines. Sur le plan politique, elle signifiait tout d’abord un refus de reconnaître le second État allemand : celui-ci, affirmait-elle, avait été créé en violation du droit à l’autodétermination du peuple et du fait de l’absence d’élections libres, ne pouvait prétendre à aucune légitimité politique. Ce déni d’existence de l’autre État allemand fondait l’Alleinvertretungsanspruch127, selon lequel le gouvernement de la RFA était seul habilité à prononcer des déclarations internationales valables pour toute l’Allemagne128. Cette revendication, rappelle Hélène Miard-Delacroix dans un colloque sur l’Allemagne de l’après-guerre, comportait une dimension idéologique (l’anticommunisme faisait la quasi-unanimité dans les forces politiques ouest-allemandes), politico-morale (les « règles de la pensée libérale, [...] antidote au nazisme et moyen de rejeter tout nouveau monolithisme et toute suppression de liberté ») et juridique129. La théorie de la continuité étatique comportait logiquement une autre implication politique concernant l’Allemagne dans son ensemble : la réunification des deux États ne pouvait s’opérer que par simple extension de l’ordre juridique de l’État noyau, Kernstaat, au reste de l’Allemagne, sur la base des frontières de 1937. L’article 23 de la Loi fondamentale laissait ouverte cette voie de règlement en prévoyant une extension possible du champ d’application territorial de la Loi à « d’autres parties de l’Allemagne » : les Länder de la partie orientale de l’Allemagne étaient ainsi implicitement visés130. Lors de la création de la RDA, le gouvernement ouest-allemand, le 21 octobre 1949, qualifia d’ailleurs le Bundestag de « représentant légitime du peuple allemand » :

  • 131 « Erklärung der Bundesregierung vor dem Bundestag zur Bildung der Deutschen Demokratischen Republik (...)

« (...) Après l’effondrement total de toute l’organisation étatique de l’Allemagne incarnée par la capitulation inconditionnelle, des institutions ne peuvent prétendre fonder un État légitime que si elles reposent sur le libre choix de la population. Personne ne peut affirmer que les structures établies dans la zone soviétique repose sur le libre choix de la population de cette zone. Elles sont nées sur ordre de la Russie soviétique et avec la participation d’une petite minorité d’Allemands dévoués à sa cause. (...) La République fédérale d’Allemagne, en revanche, repose sur la reconnaissance librement exprimée d’environ 23 millions d’Allemands. La République fédérale d’Allemagne incarne donc, jusqu’à l’établissement de l’unité allemande, la seule organisation étatique légitime du peuple allemand. (...) (Elle) se sent responsable du sort des 18 millions d’Allemands qui vivent dans la zone soviétique. (...) (Elle) est seule habilitée à parler au nom du peuple allemand... »131.

  • 132 A. Bleckmann, « Le processus d’unification de l’Allemagne. Aspects de droit constitutionnel et de d (...)
  • 133 Voir chapitre IX.

55Berlin apparaissait comme l’avant-poste et le rempart de la partie occidentale et démocratique de l’Allemagne. Sur le plan juridique, l’affirmation d’une continuité étatique signifiait en premier lieu le maintien de la nationalité allemande. De ce fait, les habitants de l’Allemagne de l’Est n’étaient pas considérés comme des étrangers et les affaires générales allemandes ne dépendaient pas du Ministère des Affaires étrangères. En dépit d’une restriction territoriale du domaine d’application de son autorité, l’affirmation d’une continuité étatique impliquait de même que la RFA était obligatoirement responsable des obligations conventionnelles et financières de l’Empire allemand132. La RFA assumait, par exemple, les dettes du Reich et le Bundestag protesta, selon la même logique, contre la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse effectuée unilatéralement par la RDA, dans le traité de Görlitz avec la Pologne : conformément aux accords de Potsdam, les territoires situés au-delà de la ligne Oder-Neisse étaient sous administration provisoire de la Pologne et le règlement définitif ne devait intervenir que dans le cadre d’un traité de paix. Ils continuaient donc d’appartenir au territoire national allemand. Les accords de Paris en 1954133 le rappelèrent expressément.

56Deux États allemands étaient donc nés, radicalement opposés dans leurs conceptions nationales, et cette opposition découlait largement de la consécration de la bipolarité sur la scène internationale. La détermination occidentale ne faiblissait nullement dans son dessein d’intégrer l’Allemagne de l’Ouest à l’Europe démocratique et libérale. Si les Soviétiques, en revanche, avaient certes scellé le sort de leur zone avec la création d’un État est-allemand, ils ne renonçaient toutefois pas à viser l’ensemble de l’Allemagne. Fait paradoxal, mais ô combien réel : en dépit de l’évolution de la situation internationale, la même tactique de simulation du jeu démocratique en RDA, alliée à la propagande pour la défense des intérêts nationaux allemands, continuait invariablement de sous-tendre cette volonté de conquête. La croyance opiniâtre en la possibilité de briser le consensus occidental ne semblait pas faiblir non plus. Mais une politique allemande soviétique marquée d’une telle dualité pouvait-elle perdurer encore longtemps ? C’est encore une initiative occidentale, le réarmement ouest-allemand, qui allait contraindre l’URSS à choisir. L’examen des circonstances liées à cet épisode va en révéler les modalités.

Notes

1 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 133.

2 Ibid., p. 90.

3 Wallstreet Journal, 9/03/48.

4 H.P. Schwarz, op. cit., p. 135.

5 Ibid., p. 138-139.

6 Voir W. Loth, op. cit., p. 116.

7 Keesing’s Archiv der Gegenwart, 1946/1947, p. 1073 et J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik von 1944 bis 1953 », dans Die Deutschlandfrage von der staatlichen Teilung Deutschlands bis zum Tode Stalins, op. cit., p. 63-82.

8 Voir le texte du communiqué dans « Sechsmächte-Empfehlung betreffend die Entwicklung der politischen und wirtschaftlichen Organisation Deutschlands vom 2. Juni 1948 », publié par I. von Münch, op. cit., p. 82-91.

9 Voir infra, même chapitre.

10 Voir les nombreuses discussions internes suscitées par ce plan, dans K. Schwabe, « Die amerikanische Deutschlandpolitik 1945-1953 », dans Die Deutschlandfrage von der staatlichen Teilung Deutschland bis zum Tode Stalins, op. cit., p. 46 ; FRUS, vol. II, 1948, p. 1288-1296 ; G. Kennan, Memoirs 1925-1950, op. cit., p. 423.

11 Congressional Record 1950-1954 : Military Situation in the Far East, Hearings before the Joint Senate Committee on Armed Services and Foreign Relations, 82nd Congress, 1st Session, USPGO, Washington, 1951, 2083, cité par H.P. Schwarz, op. cit., p. 145.

12 Voir J. Hacker, Deutsche Irrtümer. Schönfärber und Helfershelfer der SED-Diktatur im West en, Francfort/Main, Berlin, Ullstein, 1994, p. 77 et J. Schwarz, « Französische Deutschlandpolitik von 1944 bis 1953 », op. cit., p. 72-73.

13 Voir H. Möller, « Les changements de la politique d’occupation en Allemagne de 1945 à 1949 », dans G. Krebs et G. Schneilin, L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, op. cit., p. 109-126.

14 Voir H. Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », p. 255-283 et H. Möller, « Les changements de la politique d’occupation en Allemagne 1945-1949 », p. 109-126, dans G. Krebs et G. Schneilin, op. cit.

15 Voir D. Staritz, « Die SED, Stalin und die Gründung der DDR. Aus den Akten des Zentralen Parteiarchivs des Instituts für Geschichte der Arbeiterbewegung », Aus Politik und Zeitgeschichte, B5/25/01/1991, p. 3.

16 Pour plus de détails sur la question de Berlin, voir P. Dehem, « Le statut de Berlin, sa momification, son lifting », Allemagnes d’aujourd’hui, 07/12 (1989), p. 59-60.

17 H. Möller, op. cit., p. 123.

18 Article 146, Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, promulguée par le Conseil parlementaire le 23 mai 1949, texte en vigueur le 23 août 1976, Public Document, Georg Gehringer Gmbh, Kaiserslautern, trad. de l’Office de presse et d’information du gouvernement de la RFA, Bonn, 1982, p. 84.

19 C. Gusy, « La division du Reich et la création des deux États allemands », dans G. Krebs et G. Schneilin, op. cit., p. 204. Souligné par nous.

20 Murphy to Secstate, 3/03/48, FRUS, 1948, vol. II, p. 878 et I. von Münch, op. cit., p. XXXI.

21 Voir supra, même chapitre.

22 FRUS, 1948, vol. II, p. 896.

23 FRUS, 1948, vol. II, p. 916.

24 Murphy to Secstate, 1/02/48, FRUS, 1948, vol. II, p. 870.

25 H. Graml, op. cit., p. 207.

26 Protocole publié dans Moskovskie novosti, 18/05/88.

27 Pour la première interprétation, voir H. Graml, op. cit., p. 208. Pour la seconde, voir les positions du Général Marshall et de G. Kennan, 3/07/48, FRUS, 1948, vol. II, p. 947.

28 Cette entreprise est à mettre en parallèle avec la vaste offensive de propagande qui était déployée à cette époque par le SED, voir infra, même chapitre.

29 Voir chapitre IX.

30 Voir supra, chapitre VII.

31 « O političeskih nastrœniâh i otnošeniâh k sovetskim okkupacionnym vlastâm berlinskogo naseleniâ », 18/02/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, delo 82, papka 172, 1. 94.

32 Ibid, 11. 88-98.

33 ZPA NL 36/695, Bl. 2-29, cité par W. Loth, op. cit., p. 120-121.

34 « Poziciâ SŠA v otnošenii otvetstvennoj noty SSSR ot 14/07/48 o položenii v Berline », 30/07/48-2/08/48, V. Golohov, 29/07/48, Fonds 06, opis’ 10, papka 37, delo 491, 1. 6.

35 Ibid., l. 1.

36 Ibid., 1. 2.

37 Ibid., 1. 5.

38 Ibid., 1. 7.

39 « Iz dnevnika Molotova », 31/07/48-9/08/47, AVPRF, Fonds 06, opis’ 10, papka 492, delo 37, 11. 44, 70, 72-73.

40 Ibid., 1. 80 et FRUS, 1948, vol. II, p. 1008.

41 AVPRF, Fonds 06, opis’ 10, papka 39, delo 515, 1. 6.

42 « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; notes de W. Pieck, SAPMO-BA, ZPA, NL 36/694, bb. 1-7, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 299. Voir aussi B. Bonwetsch et G. Bordûgov, « Stalin und die SBZ : Ein Besuch der SED-Führung in Moskau vom 30. Januar-7 Februar 1947 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2 (1994), p. 279-303. Les citations ci-dessous en sont extraites.

43 Besprechung, 31/01/47, IfGA ZPA, NL 36/694, cité par D. Staritz, ibid., p. 3.

44 SAPMO-BA, ZPA, NL 36/694 (Pieck), b. 7, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 301.

45 Ibid., bb. 8-11, cité par ibid., p. 301 et RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 65-66.

46 Interner Bericht W. Piecks in Moskau am 26. März 1948, dans IfGA ZPA NL 36/695, cit par D. Staritz, op. cit., p. 4.

47 Pieck-Notiz : « Ob Regierung in Ostzone, Volksrat, Nationalvers., Aussenabteilung, Missionen, Visen », IfGA ZPA NL 36/695, Bl. 99 und 109, cité par ibid., p. 5.

48 Neues Deutschland, 1/07/48, Tägliche Rundschau, 2/07/48.

49 Stenographische Niederschrift über die 13 (27) Tagung des Parteivorstandes der SED am 15-16/09/48, im Zentralhaus der Einheit in Berlin, dans IfGA ZPA IV 2/1/26, Bl. 43, cité par D. Staritz, op. cit., p. 6.

50 Besprechung beim Marshall am 30. Oktober 1948, zugegen waren Semenov, Kuznecov, Russkih, Tûl’panov, Pieck, Grotewohl, IfGA ZPA NL 36/735, Bl. 154, cité ibid., p. 6.

51 Antwort auf die Fragen zur Besprechung am 18. Dezember 1948, dans IfGA ZPA NL 36/695, Bl. 48, cité ibid., p. 6-7.

52 Ibid., Bl. 43, cité ibid., p. 7.

53 W. Pieck in der Sekretariatssitzung am 27 Dezember 1948, Antwort auf die Fragen zur Besprechung am 18. Dezember 1948, dans IfGA ZPA NL 36/695, Bl. 68.

54 SAPMO-BA, ZPA, NL 36/695, bb. 43, 53, 71, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 312. Conformément à cette injonction, le 3 janvier 1949, le KPD décidait de retirer ses membres du comité du SED.

55 D. Staritz, op. cit., p. 7. Il refusa ainsi l’entrée du SED au Kominform sous le prétexte que le parti « n’était pas assez mûr ».

56 SAPMO-BA, NL 36/695, bb. 36, 57, 69-70, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 313.

57 Voir infra, même chapitre.

58 Elle avait d’abord été prévue pour fin novembre 1948 puis avait été reportée au 4 décembre 1948 et enfin au 14 janvier 1949.

59 Intervention d’O. Grotewohl, « Pervaâ partijnaâ konferenciâ SEPG », 25-28/01/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 99, 11. 82-83.

60 Ibid., 1. 196.

61 Ibid., 1. 213.

62 Ulbricht lors de la réunion de formation des membres du gouvernement de Saxe, 2- 4/03/49, SAPMO-BA, ZPA, NL 277/4, bb. 6-10, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 56.

63 Notizen zum Brief W. Pieck an Genossen Molotov sowie Disposition zur vorgesehenen Besprechung beim Genossen Molotov, Antwort auf die Fragen zur Besprechung am 18. Dezember 1948, dans IfGA ZPA NL 36/695, Bl. 81, cité par D. Staritz, op. cit., p. 7.

64 « Spravki pravleniâ informacii SVAG po materialam plenumov C. pravleniâ SEPG », Tûl’panov à Smirnov, 26/07/49, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 92, 1. 9.

65 « Informaciâ o Germanii », 21/07/47-23/12/47, Tûl’panov à Gribanov, « Informacionnaâ svodka ob itogah narodnogo kongressa za edinstvo Germanii i spravedlivyj mir », 8/12/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 79, papka 154, 11. 104-105.

66 Ibid., 1. 106.

67 « Zur Einleitung der Besprechung », SAPMO-BA, ZPA, NL 36/695, b. 109, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 57.

68 Ibid., p. 57.

69 Rede auf der 19. Tagung des Parteivorstandes, 27/05/49, SAPMO-BA, ZPA, NL 90/288, (Grotewohl), b. 172, ibid., p. 57.

70 « Spravki upravleniâ informacii SVAG po materialam plenumov C. pravleniâ SEPG », 07-09/1949, Tûl’panov à Smirnov, 26/07/49, RCHIDNI. Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 92, 1. 9 et voir aussi supra pour l’attitude des partis dits bourgeois.

71 Les votes furent falsifiés, pour plus de détails, voir J. Laufer, « Das Ministerium für Staatssicherheit und die Wahlfälschungen bei den ersten Wahlen in der DDR », Aus Politik und Zeitgeschichte, B5/1991,25/01/91, p. 19.

72 I. von Münch, op. cit., p. XXXIV. La constitution de 1946 avait déjà subi des modifications en avril 1948.

73 D. Staritz, « National-Demokratische Partei Deutschlands – NDPD », dans M. Broszat éd., SBZ-Handbuch. Staatliche Verwaltungen, Parteien, gesellschaftliche Organisationen und ihre Führungskräfte in der Sowjetischen Besatzungszone Deutschlands 1945-1949, Munich, 1990, p. 578.

74 « Pervaâ partijnaâ konferenciâ SEPG », 25-28/01/49, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 99, 1. 189.

75 Tûl’panov à Semenov, 12 mai 1949, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 5, delo 7, papka 28, 1. 43, cité par G. Wettig, op. cit., p. 818.

76 Y avaient participé Dahlem, Shirdewan, Müller, deux collaborateurs de Tûl’panov et trois représentants du SED, ibid., p. 820.

77 Tûl’panov à Semenov, 29 juillet 1949, AVPRF, Fonds 0457a, opis’ 7, papka 39, delo 10, 11. 72-75.

78 « Spravka upravleniâ informacii SV AG o podgotovke i provedenii vyborov v separativnyj zapadnogermanskij parlament », 12/1949-05/1950, note du major Mulin, chef du département de l’information sur l’Allemagne à la direction de la propagande et du lieutenant Gulaev adressée à V.G. Grigorian, 31/10/49, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 102, 1. 31.

79 « O resul’tatah vyborov 14/08/49 », Abramov à Grigorian, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 92, 1. 30 et « Zasedaniâ Politburo SEPG 19-20/08/49 », Mulin à Smirnov, 23/08/49, RCHIDNI. Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 93, 1. 4.

80 « Bûlleteni upravleniâ informacii SVAG », n° 31, Gulakov à Smirnov et Orlov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 91, 1. 50, 14/09/1949.

81 Neues Deutschland, 5/10/49, p. 4.

82 Stenographisches Protokoll in Zentrales Staatsarchiv der DDR, Potsdam, Akte A1/3315, Präsidium des Deutschen Volksrats, 21. Sitzung, p. 3, cité par S. Suckut, « Die Entscheidung zur Gründung der DDR. Die Protokolle der Beratungen der SED-Parteivorstandes am 4. und 9. Oktober 1949 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 1 (1991), p. 141.

83 A. Grosser, L’Allemagne en Occident, Paris, Fayard, 1985, p. 71.

84 Assistèrent également aux entretiens le nouveau Commandant suprême de la SVAG, Čuikov, Semenov, le conseiller politique, Grigorian, le directeur du département de l’étranger du Comité central soviétique et Smirnov, le directeur du département pour l’Allemagne et l’Autriche, dans IfGA ZPA NL 36/395, Bl. 103, cité par D. Staritz, op. cit., p. 9.

85 Ibid., Bl. 117-121, publiée ibid., p. 10-12.

86 Ibid., Bl. 339-342, publié ibid., p. 9 et 14.

87 Pour la composition détaillée du gouvernement de RDA, proposée par les Soviétiques et les modifications dues aux négociations avec le bloc démocratique, voir D. Staritz, op. cit., p. 14. et S. Suckut, op. cit., p. 140. Mais ces modifications furent somme toute mineures au regard du pouvoir que détenaient les ministères accordés aux partis dits bourgeois, car l’instance véritable de gouvernement était le Bureau politique. De surcroît, la marge de manœuvre des présidents des Chambres était réduite car le travail devait être obligatoirement collégial.

88 « Stenographische Niederschrift über die 22 (36) Tagung des Parteivorstandes der SED am 4. Oktober 1949 », copies conservées en Russie, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 96, 11. 23-124, ici 11. 23-26, 03/1950 et en Allemagne dans IfGA ZPA IV 2/1/37, Bl. 38, publié par S. Suckut, op.cit., p. 146-169.

89 Ibid., copie en Russie, 1. 23.

90 Ibid., copie en Russie, 1. 31. Leur fonction serait de coordonner le travail avec les partis dirigeants pour créer un bloc gouvernemental.

91 Ibid., 1. 33.

92 Voir le texte de la constitution de la RDA, « Verfassung der Deutschen Demokratischen Republik vom 7.10.49 », publié par I. von Münch, op. cit., p. 301-323.

93 « Erklärung des Vorsitzenden der Sowjetischen Kontrollkommission, zur Übergabe von Verwaltungsfunktionen an deutsche Behörden vom 11.11.49 », publié ibid., p. 325-327.

94 Dokumente zur Aussenpolitik der DDR, 1954, vol. I, p. 46.

95 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 298, 11. 26-29,05-09/1950.

96 Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED im Zentralhaus der Einheit, 9/10/49, IfGA, IV/2/1/38, cité par S. Suckut, « Die Entscheidung zur Gründung der DDR... », op. cit., p. 171.

97 Exposé d’Ulbricht, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 298, 11. 26-29, 05-09/1950.

98 Massenagitation beim SED-Parteivorstand : Situationsberichte aus bürgerlichen Parteien vom 9/06/49, S. 2, PA/IGA, NI 36/720, cité par S. Suckut, « Innenpolitische Aspekte der DDR-Gründung. Konzeptionelle Differenzen, Légitimations- und Akzeptanzprobleme », Deutschland-Archiv, 4 (1992), p. 371.

99 Protokoll der Sitzung des Geschäftsführenden Vorstandes vom 2. Dezember 1949, p. 3, dans Archiv des Deutschen Liberalismus, Bestand LDPD, Akte Vd 1037, cité par S. Suckut, ibid., p. 371.

100 Ibid., p. 24.

101 Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED im Zentralhaus der Einheit, 9/10/49, cité par S. Suckut, « Die Entscheidung zur Gründung der DDR... », op. cit., p. 161.

102 Protokoll n° 57 der Sitzung des kleinen Sekretariats des Politbüros am 17. Oktober 1949, Bl. 26-28. Anlage n° 5 zu Tagesordnungspunkt 28 : « Richtlinien über die Fertigstellung von Vorlagen und wichtigen Materialen für die Regierung und Regierungsstellen zur Entscheidung durch die zuständigen Organe des Parteivorstandes sowie über die Kontrolle der Durchführung der Entscheidungen », Bl. 26, PA/IGA, I IV/2/3/57, cité par S. Suckut, ibid.., p. 375.

103 PA/IGA, NL 36/Akte 736, cité par S. Suckut, ibid.., p. 377. Les purges touchèrent les différents partis, notamment le CDU et son vice-président, Hugo Hickmann, dont la destitution devait être exigée par la Commission de contrôle soviétique en janvier 1950.

104 La lettre de Staline du 27/09/49 y faisait d’ailleurs expressément référence mais, dès 1948, le SED et le PCUS s’étaient accordé pour n’autoriser d’élections générales qu’à cette condition, PA/IGA, NL 36, Akte 695, B. 35 und 68, cité par S. Suckut, « Innenpolitische Aspekte der DDR-Gründung... », op. cit., p. 372. L’expérience du SED dans la zone d’occupation le rendait également nécessaire : aux élections de l’automne 1946, où il n’avait pas été possible d’imposer la liste unique, le SED s’était trouvé en mauvaise posture, voir supra.

105 « Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED », 9/10/49, copie conservée en Russie RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 96, 1. 210.

106 Ibid., 11. 144-145 et S. Suckut, op. cit., p. 373.

107 Voir un exposé plus détaillé dans S. Suckut, « Die Entscheidung zur Gründung der DDR... », op. cit., p. 125-169 et J. Laufer, « Das Ministerium für Staatssicherheit und die Wahlfälschungen bei den ersten Wahlen in der DDR », Ans Politik und Zeitgeschichte, B5/1991, 25/01/91, p. 20-23.

108 J. Laufer, ibid., p. 17-30.

109 Ibid., p. 22-23.

110 Archiv der Gegenwart, 15/10/50, p. 2625A.

111 Grigorian, Président de la Commission de politique extérieure du CC-PC à Bakunin, compte-rendu du 3e Congrès du SED, 20-24/07/50, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed. – hr 298, 1. 102, 12/08/50.

112 Tout fut mis au service de la propagande pour l’unité allemande jusqu’au nom du musicien J.S. Bach, symbole du peuple allemand, RCHIDNI, de Bakunin à Grigorian, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 297, 11. 69-70.

113 Pravda, 13/10/49.

114 Voir chapitre V.

115 Article 1 de la constitution, voir le texte dans I. von Münch, op. cit., p. 301-323.

116 Ibid., p. XXVIII. La position de la RDA ne reprenait que celle des Soviétiques. Mais les positions des juristes est-allemands ou soviétiques ne sont pas dénuées d’ambiguïtés car certains défendent l’idée du maintien de l’État allemand après 1945, voir par exemple G.I. Tunkin, Berlin-Frage, p. 358, 360, cité par J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 88. Lorsque les Soviétiques mettront fin à l’état de guerre avec l’Allemagne, le 25 janvier 1955, ils partiront de l’idée du maintien de l’État allemand.

117 « Stenographische Niederschrift über die 23 (37) erweiterte Parteivorstandssitzung der SED », 9/10/49, copie conservée en Russie dans RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 96, 11. 125-210, ici 1. 138.

118 Ibid., 1. 210.

119 « Diskussionsbeitrag Ackermanns, 2. Tagung des ZK der SED », 24/08/50, IfGA, ZPA, NL 90, n° 44, b. 5, cité par M. Lemke, « Doppelte Alleinvertretung. Die nationalen Wiedervereinigungskonzepte der beiden deutschen Regierungen und die Grundzüge ihrer politischen Realisierung in der DDR 1949-1952/53 », Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 6 (1992), p. 538.

120 « Diskussionsbeitrag Dahlems, 26 (40) Sitzung des Parteivorstandes der SED », 02- 03/06/50, IfGA, ZPA, NL 90, n° 41, b. 212, cité par ibid., p. 538.

121 Voir G. Zieger, Die Haltung von SED und DDR zur Einheit Deutschlands 1949-1987, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 1988, p. 10-12.

122 Cité ibid., p. 60.

123 Archiv der Gegenwart, 7/10/49, p. 2092.

124 Le texte de la déclaration est publié par I. von Münch, op. cit., p. 496-497. L’Oder-Neisse fut désormais dénommée « la frontière de la paix et de l’amitié ».

125 « Deklaration der Regierungen der Deutschen Demokratischen Republik und der Tschechoslowakischen Republik betreffend die Umsiedlung und Fragen der Gebiets- und Grenzansprüche vom 23. Juni 1950 », publiée ibid., p. 510-511.

126 Le statut de l’Allemagne défaite fit l’objet de discussions parmi les juristes allemands : deux tendances s’opposèrent, celle qui prônait la continuité entre le Reich et la RFA et celle pour laquelle le Reich était mort en 1945. Pour plus de détails, voir les positions des défenseurs de l’idée de la continuité étatique, Ingo von Münch, op. cit. ; P. März, Dokumente zu Deutschland 1944-1994, Munich, Olzog, 1996, W. Fiedler, « Die Kontinuität des deutschen Staatswesens im Jahre 1990 », Archiv des Völkerrechts, IV (1993), p. 340 et G. Guérin, L’évolution du statut juridique de l’Allemagne de 1945 au Traité fondamental, op. cit. Pour Hans Kelsen ou Michel Virally, au contraire, l’État allemand était mort en mai 1945, voir American Journal of International Law, vol. XXXIX, p. 518-526, et M. Virally, « L’administration internationale de l’Allemagne du 8 mai 1945 au 24 avril 1947 », Paris, 1948, p. 89 cités par J. Hacker, op. cit., p. 88.

127 À la suite de la signature du traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle entre la RDA et la Pologne le 15 mars 1967, et du rejet émis par la RDA qui le traiterait d’usurpation, Alleinvertretungsanmassung, ce droit ne serait plus simplement juridique mais deviendrait également un devoir moral et politique.

128 I. von Münch, op. cit., p. XXVIII. Cette position donna naissance, au milieu des années 50, à la doctrine Hallstein selon laquelle la RFA romprait ses relations diplomatiques avec tout pays ayant reconnu l’État est-allemand. En 1957, ce fut le cas avec la Yougoslavie, en 1963, avec Cuba.

129 H. Miard-Delacroix, « Une seule Allemagne ? Théorie et pratique du Alleinvertretungsanspruch », dans G. Krebs et G. Schneilin, L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, op. cit., p. 209.

130 Voir Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, op. cit, p. 16.

131 « Erklärung der Bundesregierung vor dem Bundestag zur Bildung der Deutschen Demokratischen Republik und zur Lage Berlins vom 21. Oktober 1949 », publié dans I. von Münch, op. cit., p. 202-205.

132 A. Bleckmann, « Le processus d’unification de l’Allemagne. Aspects de droit constitutionnel et de droit international public », Pouvoirs, 66/67 (1993), p. 21-28.

133 Voir chapitre IX.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search