Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Deuxième partie. La mise à l’épreuve et l’échec de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre VII. La stratégie Soviétique prise en défaut

Texte intégral

La confirmation de la réorientation occidentale

La doctrine Truman

  • 1 K. Schwabe, « Die amerikanische Deutschlandpolitik 1945-1953 », dans Die Deutschlandfrage von der s (...)
  • 2 New York Herald Tribune, 15/10/47.

1En 1946-1947, les rapports interalliés avaient continué de se dégrader. Les conférences des Ministres des Affaires étrangères se succédaient de même, sans résoudre les différends sur le problème allemand. Le 10 mars 1947, s’ouvrait ainsi celle de Moscou, mais l’âpreté de ses délibérations n’augurait pas un aplanissement des divergences. Ainsi, tandis que Molotov rejetait un projet de neutralité de l’Allemagne, soumis à examen par les États-Unis, ceux-ci, par la voix de leur nouveau Secrétaire d’État, le Général G. Marshall, repoussaient les prétentions soviétiques en matière de réparations. L’échec de cette conférence en mars-avril 1947 constitue, selon Klaus Schwabe, une césure dans la politique allemande des États-Unis au sens où elle allait en consacrer la nouvelle orientation, marquée à la fois par une distanciation à l’égard de l’Union soviétique et par la volonté d’assurer le redressement économique de l’Allemagne occidentale1. La césure vint également de ce que George C. Marshall avait succédé à Byrnes au Secrétariat d’État aux Affaires étrangères et il favorisait indiscutablement une ligne plus dure envers l’URSS, autour de conseillers et de personnalités tels que G. Kennan ou G. Harriman... Joseph Alsop commentera d’ailleurs ainsi le changement opéré : « Jusqu’à l’arrivée de G.C. Marshall au Département d’État, la politique américaine était la somme de ce qui pouvait être fait dans une série de petits empires semi-indépendants... »2. Certes, si le Président Truman, depuis le début de son mandat, avait laissé les mains libres à son Secrétaire d’État et n’était intervenu que ponctuellement dans la politique étrangère, celle-ci n’avait pas été exclusivement formulée, décidée et mise en œuvre par le Département d’État : ce dernier avait eu à compter également avec le droit de regard du Ministère de la Défense, de l’État-major, du Congrès et du Président du Comité des Relations extérieures du Sénat, le sénateur Vandenberg. De même, la politique d’occupation avait échappé à son ressort : le gouverneur militaire en Allemagne avait en effet largement participé à la définition de la politique étrangère jusqu’en 1947. Si L.D. Clay et J. Byrnes avaient collaboré cependant en bonne intelligence, il n’en fut pas tout à fait de même avec G.C. Marshall et les frictions entre les deux structures se multiplièrent.

  • 3 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 76-77.
  • 4 New York Times du 30/04/47.
  • 5 Voir J. Carpentier et F. Lebrun dir., Histoire de France, Paris, Seuil, 2e éd. 1992, p. 347.
  • 6 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 78-79.
  • 7 Voir J.B. Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, Dalloz, 1993, 11e éd.
  • 8 Le 19 mars 1945, l’URSS, d’ailleurs, avait dénoncé le traité d’amitié et de neutralité avec la Turq (...)
  • 9 Dans A. Grosser, Affaires extérieures. La politique de la France 1944-1989, op. cit., p. 50.

2Avec Byrnes, l’attitude américaine s’était insensiblement durcie envers l’URSS ; la victoire des républicains en novembre 1946 renforça encore l’orientation anti-soviétique qui acquit, sous Marshall, son caractère définitif dans le cadre d’une stratégie politique mondiale3. Celle-ci devait d’ailleurs incarner l’exigence formulée par le porte-parole du parti républicain, John F. Dulles : « Si les États-Unis, pour la première fois de leur histoire, affichent un intérêt continu pour les affaires européennes, il leur est impératif d’avoir une politique clairement définie »4. Cette nouvelle politique fut nettement orientée contre l’Union soviétique mais l’anticommunisme n’en constitua pas la seule caractéristique. Si les antagonismes d’intérêts étaient certes indiscutables entre les deux grandes puissances, l’aggravation de la situation économique de la Grande-Bretagne et de l’Europe occidentale contraignirent également les États-Unis à intervenir afin d’éviter un effondrement politique des démocraties occidentales européennes. La France et l’Italie vivaient en effet des situations préoccupantes que venait renforcer la crainte qu’un effondrement économique ne fût exploité par les partis communistes au pouvoir5. Mais le retrait des troupes britanniques de Grèce, rendu inévitable par les difficultés financières de la Grande-Bretagne, fut perçu comme l’avertissement le plus sérieux aux États-Unis6. La Grèce était alors plongée dans une guerre civile, qu’attisaient les mouvements partisans monarchiste et communiste, celui-ci étant soutenu directement par la Yougoslavie, la Bulgarie et l’Albanie7. L’influence communiste menaçait de même d’enserrer la Turquie où, au lendemain de la guerre, l’URSS avait lancé une campagne afin d’obtenir une révision des accords de Montreux sur les Détroits et de récupérer, pour l’Arménie et la Géorgie soviétiques, des terres annexées par Istanbul après la Première Guerre mondiale8. Le 12 mars 1947, le Président Truman annonçait au Sénat sa résolution d’empêcher la Grèce et la Turquie de connaître le sort de la Pologne, de la Bulgarie et de la Roumanie, grâce à une aide économique et à un secours militaire : « Les régimes totalitaires imposés à des peuples libres par une agression, directe ou indirecte, sapent les fondations de la paix internationale et en conséquence, la sécurité des États-Unis »9. La résolution de Truman préludait au containment, à l’endiguement des tentatives d’expansion soviétique, en constituant à la périphérie de l’URSS une ceinture d’États hostiles au communisme. Les mesures d’application ne tardèrent pas et en Grèce, par exemple, les États-Unis se substituèrent aux Britanniques en apportant à l’armée gouvernementale grecque une aide matérielle et technique.

Le plan Marshall et ses implications

  • 10 Documents on International Affairs 1947-1948, p. 23-26, cité par M.M. Narinskij, « Plan Marshalla i (...)

3La doctrine Truman devait ouvrir, dans la foulée, des perspectives nouvelles avec l’annonce, faite par George C. Marshall le 5 juin 1947 à Harvard, d’un plan économique destiné à « aider les Européens à recouvrer une bonne santé économique, sans laquelle ni la paix, ni la stabilité n’étaient envisageables »10. L’idée maîtresse du Plan Marshall était que l’Europe devait être le théâtre d’une initiative de reconstruction mais elle devait en porter la responsabilité essentielle, en d’autres termes, les États-Unis apportaient une aide, une assistance économique à condition que les Européens se prissent en mains :

  • 11 Ibid., p. 5.

« (...) L’approche du Général Marshall reposait en partie sur son insistance à ce que les Européens eux-mêmes, et non les États-Unis, conçoivent et élaborent le plan de reconstruction. II n’y aurait aucune utilité, dit le Général dans son discours de Harvard, à ce que, nous, les Américains, nous élaborions et imposions aux Européens un plan dont ils seraient en fin de compte les seuls à subir les effets »11.

  • 12 K. Schwabe, op. cit., p. 42-43.
  • 13 Voir notamment les positions contradictoires défendues par G. Kennan dans son allocution de 1988 et (...)
  • 14 Voir notamment M.P. Leffler, « The United States and the Strategic Dimensions of the Plan Marshall  (...)
  • 15 N. Werth, op. cit., p. 356-357.

4L’aide proposée était multidirectionnelle : pour stabiliser la situation politique et sociale de l’Europe occidentale, elle prévoyait d’une part la reconstruction économique de la vieille Europe par des livraisons de matières premières, de denrées alimentaires, de biens d’investissements qui étaient pour partie gratuites, pour partie financées par crédits mais d’autre part, elle projetait la coordination des efforts de reconstruction des pays participants grâce à la création d’une Organisation européenne de coopération économique, l’OECE, et à celle d’un espace européen économique commun qui fonctionnerait selon les principes capitalistes de libre concurrence12. Le projet américain avait également une orientation anticommuniste, d’autant plus marquée qu’il venait après l’annonce de la doctrine Truman en mars : il visait en effet à déjouer les calculs soviétiques qui escomptaient une détérioration économique de la partie occidentale de l’Europe. S’il fut proposé à l’URSS de débattre de cette initiative, lors de la réunion des quatre Ministres des Affaires étrangères durant ce même mois de juin à Paris, ce n’était pas dans l’optique de l’y associer, contrairement à ce qui a été prétendu depuis par ses initiateurs mêmes et quelquefois reproduit dans l’historiographie occidentale13. Il concernait en fait la seule Europe occidentale mais, pour plusieurs raisons, il avait été proposé à l’Europe entière, parties orientale et soviétique comprises, escomptant secrètement que ces dernières refuseraient. L’historiographie contemporaine tend ainsi à admettre aujourd’hui que cette manœuvre visait, tout en ménageant l’opinion publique internationale, à saper les fondements de l’influence soviétique en Europe de l’Est, en conditionnant la participation des pays de l’Europe orientale à leur rejet d’une orientation économique exclusivement tournée vers l’URSS : de telles exigences rendaient ainsi leur participation hautement hypothétique14. Le 27 juin, Molotov faisait son entrée à la conférence, à la tête d’une délégation imposante de personnalités qui pouvait laisser augurer un changement de position soviétique. Le 29 juin, cependant, les Soviétiques déclinaient les propositions américaines : ils approuvaient certes le principe d’une aide bilatérale sans conditions préalables et sans contrôle, mais contestaient le caractère collectif de l’entreprise qui risquait d’ébranler les fondements de l’influence soviétique en Europe orientale. Le 2 juillet, Molotov rompait les négociations en dénonçant le sacrifice de l’indépendance politique et économique que les États européens opéraient au nom de la satisfaction des besoins et des aspirations de quelques États seulement15.

5L’URSS avait d’abord accueilli la proposition de Marshall avec intérêt car elle y voyait la possibilité de recevoir des crédits américains pour le rétablissement économique de l’Europe. Mais notamment l’économiste E. Varga ou l’ambassadeur à Washington, N.V. Novikov, dénonçaient les intentions politiques des États-Unis et le risque de voir se constituer un bloc d’États européens soumis aux volontés américaines. Molotov, en revanche, estimait possible d’amender le projet de telle sorte qu’il devînt, en fin de compte, un second Lend-Lease. Le refus américain de se rallier à l’interprétation soviétique conduisit au rejet de cette proposition. Dans un premier temps également, Moscou avait envisagé de laisser les États d’Europe orientale y participer dans le but de saboter l’entreprise. Quelques jours ainsi avant l’ouverture de la conférence de Paris, consacrée à l’examen du plan Marshall, un télégramme du Comité central du PC fut expédié le 5 juillet à l’ambassadeur soviétique à Belgrade qui devait transmettre à I.B. Tito :

  • 16 Arhiv Prezidenta Rossijskoj Federacii, Fonds 3, opis’ 63, delo 270, 1. 96, cité par M.M. Narinskij, (...)

« Nous accusons réception de l’intention du gouvernement yougoslave de ne pas participer à la conférence de Paris, le 12 juillet, convoquée par les Britanniques et les Français. Nous nous réjouissons de votre détermination sur la question des crédits américains léonins. Cependant, nous estimons qu’il vaudrait mieux pour vous participer à cette conférence, y envoyer votre délégation pour livrer bataille aux Américains et à leurs satellites, la France et la Grande-Bretagne afin d’empêcher les Américains de faire adopter leur plan à l’unanimité, puis quitter la conférence en entraînant le maximum de délégations des autres pays »16.

  • 17 M.M. Narinskij, ibid., p. 40-41.

6La Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Hongrie et l’Albanie reçurent des télégrammes du même type. Dans la nuit du 6 au 7, la direction soviétique revenait cependant sur sa position, partagée entre sa volonté de faire un éclat face aux Occidentaux, mais préoccupée aussi par l’attrait probable de l’aide économique américaine sur les pays d’Europe orientale. Compte tenu des coalitions au pouvoir, notamment en Pologne et en Tchécoslovaquie, Moscou n’avait pas l’assurance de les contrôler totalement. Le 8, elle conseillait donc de rejeter l’invitation à Paris. Le 10 juillet, soit deux jours avant le début de la conférence internationale de Paris où avaient été conviés 22 pays d’Europe, la Tchécoslovaquie et la Pologne renonçaient ainsi à toute participation ; le 11 juillet, la Roumanie, la Hongrie, l’Albanie et la Finlande déclinaient également l’invitation américaine17.

  • 18 « Dulles Urged a Unified Europe to Meet Challenge of Soviets », New York Herald Tribune, 18/01/47.
  • 19 New York Herald Tribune, 1/05/47.20.
  • 20 Cité par R. Fritsch-Bournazel, L’URSS et les Allemagnes, Paris, FNSP, 1979, p. 47-48.
  • 21 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 126 et 173.

7Ces initiatives n’allaient pas infléchir la nouvelle politique allemande des États-Unis, mais en marquer au contraire la consécration. Car, dans l’évolution logique de la politique américaine, la question de l’association des zones d’occupation en Allemagne au plan Marshall allait se poser désormais très vite : dans la mesure où la crise économique qui secouait l’Europe était largement tributaire du manque d’énergie, et donc du besoin de charbon, le bassin minier de la Ruhr prenait une importance considérable et liait ainsi étroitement le devenir allemand à celui de l’Europe. D’ailleurs, dans un discours le 17 janvier 1947, prononcé au Waldorf-Astoria Hotel de New York, le républicain John F. Dulles avait estimé que le problème allemand ne pouvait trouver de solution satisfaisante que dans le cadre européen : l’unité économique de l’Europe était jugée aussi importante que celle de l’Allemagne18. L’attitude soviétique à la conférence de Moscou avait par la suite conforté G.C. Marshall dans sa conviction d’opposer à l’URSS détermination et action. Les Soviétiques, sans cependant rien concéder de leur position, s’étaient en effet efforcés de présenter les négociations comme un progrès vers un règlement final de la question allemande. Dans le rapport qu’il avait établi sur la conférence, Marshall avait interprété cette attitude d’apparente conciliation de la diplomatie soviétique comme la volonté de jouer avec le temps : « Nous ne pouvons ignorer le rôle du facteur temps. Le patient est en train de mourir pendant que les docteurs délibèrent. »19. Dès le 11 juillet 1947, la charte de l’occupation américaine, très répressive et fondée sur des conceptions punitives qui s’inspiraient d’une paix carthaginoise, le Joint Chiefs of Staff JCS 1067, fut abrogée et remplacée par de nouvelles instructions, les JCS 1779 : « Une Europe ordonnée et prospère demande la contribution économique d’une Allemagne productrice et stable »20. Ces instructions faisaient suite au rapport de la mission économique Hoover, remis en février 1947, après une enquête en Allemagne qui recommandait de hâter le rétablissement des zones américaine et britannique. En août 1947, au terme d’un voyage en Allemagne, G. Kennan et G. Harriman argumentèrent pour que les trois zones occidentales devinssent bénéficiaires de l’aide Marshall. Le marché européen ouvert à la concurrence que souhaitaient voir naître les Américains devait aussi permettre aux Allemands de gagner les devises nécessaires au rétablissement de leur économie. La Grande-Bretagne n’avait rien à opposer à ce projet tout simplement d’abord parce qu’elle favorisait l’intégration de l’économie allemande dans l’économie européenne. Mais, aurait-elle voulu s’y opposer, elle n’aurait de toute façon pu le faire car ses difficultés financières avaient accru sa dépendance à l’égard des Etats-Unis : la crise de la Livre sterling, au début de l’année 1947, avait ainsi conduit les Britanniques à demander que les États-Unis prissent en charge le déficit en importations de la bizone. Les implications de ce transfert furent décisives car la Grande-Bretagne ne fut plus en mesure d’imposer son point de vue sur le développement économique de cette structure duale : les nationalisations, la réforme agraire ou la législation bancaire, planifiées dans de fortes structures centrales, qu’avait envisagées le gouvernement travailliste, mais auxquelles s’opposaient les Américains et notamment le gouverneur militaire L.D. Clay, n’avaient de ce fait plus aucune chance d’aboutir21.

  • 22 Ibid., p. 86.
  • 23 Voir J. Carpentier et F. Lebrun, Histoire de France, op. cit., p. 347.
  • 24 G. Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine 1945-1952, Bruxelles, éd. Complexe, 1992, p.  (...)
  • 25 FRUS, 1948, vol. II, p. 73 ; K.D. Henke, « Politik der Widersprüche. Zur Charakteristik der französ (...)
  • 26 K. Schwabe, op. cit., p. 44-45 et voir infra, chapitre VIII pour la réaction soviétique.
  • 27 Voir « Agreement as to Tripartite Controls », 8/04/49, publié par I. von Münch, Dokumente des getei (...)

8La résistance française à la politique allemande des États-Unis s’avéra en revanche forte. À la conférence sur la coopération économique européenne, tenue à Paris durant l’été 1947, la question de l’octroi de l’aide Marshall aux zones d’occupation avait ainsi été mise à l’ordre du jour. Français et Américains s’affrontèrent sur ce sujet car, si Paris réclamait certes une aide américaine pour lutter contre une économie stagnante, des finances désastreuses et une menace d’effondrement faisant place nette à un parti communiste français entreprenant, elle refusait que les zones d’occupation allemande en fussent bénéficiaires et rejetait le discours américain sur l’indispensable assainissement de l’économie allemande. La construction d’une Europe occidentale face à l’Union soviétique exigeait la participation de la France : il fallait donc la convaincre du bien-fondé des conceptions américaines sans mettre en péril l’idée d’un redressement économique de l’Allemagne, intégré à celui de l’Europe. Il fallait persuader les Français que le plan Marshall n’avait pas pour objectif de créer une Allemagne forte au détriment de la reconstruction française22. Le problème franco-allemand allait constituer, pour les années à venir, un problème central dans les préoccupations américaines. Marshall sut profiter en France de circonstances favorables, engendrées par l’éclatement du tripartisme, le départ des communistes du gouvernement23 et l’échec de la conférence de Moscou qui mit un terme à la politique de bascule de la France entre l’Est et l’Ouest. Fin août 1947, au cours des négociations de Londres, les Français s’engagèrent finalement à accepter l’augmentation du niveau de la production industrielle allemande, prévu par le nouveau plan industriel de la bizone du mois de juillet 1947, et le principe d’une fusion de la zone française avec les zones anglo-saxonnes ; les Américains, quant à eux, cédèrent sur le report de l’inclusion des trois zones dans le plan Marshall. Un an plus tard, en mars 1948, toujours dans le cadre de la conférence sur la coopération économique européenne, mais aussi à la conférence des Ministres des Affaires étrangères, à Londres, en mai-juin, les zones d’occupation occidentales comptèrent désormais au nombre des pays bénéficiaires de l’aide Marshall et participèrent à l’OECE24. La France, pour sa part, obtenait compensation avec la reconnaissance du rattachement économique de la Sarre et se joignait à l’accord sur la répartition de la production de charbon et d’acier de la Ruhr à la conférence de Moscou25. Le moyen de pression indéniable dont jouissaient les États-Unis sur la France grâce à l’aide Marshall permit également de la faire céder sur la question de la réforme monétaire : l’introduction d’une monnaie stable, parallèlement à l’abolition du système d’économie dirigée, hérité de la période hitlérienne constituaient en effet les conditions indispensables à la relance de l’économie et de la compétitivité allemandes. Les deux furent donc réalisées en 1948-1949 sous l’égide américaine. Et du fait que les États-Unis n’avaient pas à tenir compte de l’électorat allemand, ils purent imposer la rigueur nécessaire à leur succès. La volonté de rétablir la compétitivité allemande eut donc des conséquences importantes puisque, d’une part, elle détruisit l’unité monétaire de l’Allemagne et, d’autre part, elle conduisit la France à adhérer officiellement à la bizone, le 8 avril 1949, conformément aux désirs américains26. La trizone prévoyait l’exercice du contrôle suprême par une Haute Commission Alliée composée de trois Hauts Commissaires. Les administrations allemandes se voyaient conférer des responsabilités domestiques plus larges27.

9Amorcé en 1946, le rejet des principes de Potsdam par les Occidentaux s’était ainsi affirmé franchement en 1947, depuis la proclamation de la doctrine Truman et l’annonce du plan Marshall qui, à travers la reconstruction et l’intégration de l’Europe occidentale, cherchaient aussi à endiguer toute menace d’expansion de l’Union soviétique. Comment cette dernière réagirait-elle face aux manifestations toujours plus visibles d’une évolution, certes ponctuée de polémiques, de divergences et d’hésitations, vers une séparation politique et économique, non seulement des différentes zones d’occupation en Allemagne, mais aussi de l’Europe occidentale entière ? Devait-elle rechercher les voies d’un compromis ou, au contraire, s’enfoncer dans cette bipolarité émergente et remettre en cause toute la politique allemande élaborée pendant la guerre ? Si en 1946, l’annonce de la création de la bizone puis le discours de Byrnes à Stuttgart avaient été accueillis plutôt sereinement dans la zone soviétique, la confirmation de la réorientation occidentale au printemps 1947 allait en revanche susciter de multiples interrogations sur les perspectives qu’offrait la politique allemande stalinienne, interrogations que vinrent encore accroître les problèmes non résolus de sa mise en œuvre.

Le désarroi stratégique des Soviétiques

L’absence de perspectives de la zone d’occupation

10Dès l’automne 1946, un certain flottement s’était fait sentir dans la zone d’occupation soviétique. Il s’était traduit par une série d’interrogations touchant aux différentes composantes de la stratégie soviétique en Allemagne. Une réunion, tenue à la Direction de la Propagande de la SVAG les 17 et 18 septembre 1946 avec Panûškin, Burcev et Kuzakov de la commission du Comité central du PC, avait parfaitement révélé cette indécision naissante. Le choix de cette direction n’était bien évidemment pas innocent car elle menait, dans la zone d’occupation, le combat idéologique et la mesure de l’état d’esprit de ses exécutants constituait un excellent baromètre : on les incitait à exposer leur point de vue sur les difficultés rencontrées dans la vie quotidienne de la zone d’occupation pour aussi mieux cerner leurs lacunes idéologiques et les confondre.

  • 28 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlenii propagandy SVAG 17-18/09/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, e (...)

11Cette réunion se voulait un bilan de la politique de la SVAG après une année d’activités28. Et le constat d’un certain malaise ressort, sans équivoque possible. Du fait, par exemple, de l’accroissement de l’antisoviétisme des partis au sein du bloc antifasciste, la question de l’utilité de ce dernier avait été posée de manière très révélatrice, les uns penchant pour sa dissolution, les autres optant pour son maintien, ce qui avait fait s’exclamer le major Dymšin, chef du Département de la culture :

  • 29 Ibid., 1. 68.

« Les camarades développent ici une approche étrange vis-à-vis du bloc. Le fermer, l’ouvrir, ce n’est ni un cirque ni un théâtre, mais une organisation sérieuse, qui rend compte d’un véritable travail politique. De ce point de vue-là, nous avons intérêt à le conserver et à le renforcer sous l’égide du SED »29.

  • 30 Ibid., 1. 113.

12Par cette reprise du discours de propagande sur le rôle assigné au bloc antifasciste, le major éludait délibérément le problème de ses résultats limités. Et il s’efforçait, au contraire, de lui trouver des succès : ainsi, disait-il, si le SED n’avait pas su déployer correctement la lutte contre le CDU et le LDP, il les tenait en revanche solidement arrimés au bloc30. Autre exemple de flottement dans les rangs de la direction de la Propagande : les difficultés que le nouveau parti éprouvait, en dépit de la fusion entre sociaux-démocrates et communistes, à consolider son assise dans la population allemande, suscitaient un certain désabusement. On ne se berçait ainsi guère d’illusions quant à l’origine des succès électoraux du SED, aux scrutins communaux de l’automne 1946 :

  • 31 Ibid., 1. 94.

« Bien sûr, le succès du SED est le résultat de toute une série de mesures politiques et organisationnelles, de toute une série de réformes que nous avons mises en œuvre dans la zone d’occupation, réforme agraire, réforme scolaire, équivalence entre le travail effectué et le salaire attribué... (...) Mais si l’on regarde l’aspect organisationnel, il faut bien dire que le succès du SED n’est pas seulement le fait de l’activité du SED mais de celle également de tous les organes de la SVAG. À vrai dire, nous n’avons aidé que le SED, entravant l’activité des autres partis à son bénéfice. De cette manière, le succès n’est pas dû tant aux efforts du SED, qu’au soutien actif des organes de la SVAG »31.

  • 32 Voir N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, o (...)

13L’augmentation régulière des membres du SED (1,3 million à l’automne 1946, 1,8 million à l’automne 1947), ne masquait pas l’insatisfaction grandissante de la population : en dépit de ses efforts aux élections de 1946, le SED n’eut pas tout le succès escompté. La forte contestation à laquelle de surcroît il se heurtait à Berlin ne faisait qu’ajouter au malaise ambiant. Son échec aux élections du 20 octobre 1946, à Berlin, où il n’obtint en effet que 19,8 % des voix contre 48,7 % au SPD, laissait un goût amer32.

  • 33 Voir chapitre V.
  • 34 « Informacionnye svodki o politiĉeskih sobytiâh v Germanii 20/06/47-25/07/47 », Gribanov à Vychinsk (...)

14La dichotomie grandissante était de plus en plus mal vécue entre le discours officiel sur l’inévitable succès, auprès de la population allemande, d’un vaste mouvement antifasciste-démocratique, auquel le SED imprimerait sa force et son unité, et une réalité plus décevante où, finalement, ce succès ne venait que du recours à des mesures autoritaires et coercitives. Cette réalité remettait ainsi en cause la nécessité de l’hypocrisie du discours démocratique et pluraliste dont beaucoup voyaient mal la finalité. La tactique d’une conversion mesurée et progressive au socialisme que défendait le SED ne s’en trouvait de ce fait guère justifiée ou confortée aux yeux de ses exécutants : les difficultés d’application que rencontrait quotidiennement sa mise en œuvre33 se renforçaient donc au lieu de se résorber. Et l’évolution des positions occidentales ne pouvait qu’exacerber irrémédiablement ces préoccupations sur le plan interne. La détermination grandissante dont faisaient preuve, au fil des mois, les anciens partenaires de la coalition antihitlérienne provoquait surprise, voire désorientation. Les comptes rendus du Ministère des Affaires étrangères déploraient ainsi l’absence de résultats des conférences des Ministres des Affaires étrangères et l’attitude intraitable des Anglo-Saxons, en particulier des États-Unis, sur les questions touchant à l’Allemagne : l’unité politique devait s’effectuer sur une base fédéraliste, le plan Marshall était l’unique moyen de redresser le niveau économique de l’Allemagne et de l’Europe ; l’idée d’un contrôle quadripartite sur la Ruhr était rejetée tant que l’unité allemande ne serait pas effective ; les prétentions soviétiques en matière de réparations étaient fermement repoussées... Les Soviétiques se montraient de même surpris de l’intensité de la campagne antisoviétique menée par les Alliés34. La reprise aussi, par les Occidentaux, de la propagande en faveur de l’unité allemande déroutait totalement :

  • 35 « Spravka o propagande protivnikov edinstva Germanii », A.A. Martynov, 5/01/48, AVPRF, Fonds 082, o (...)

« Les États-Unis et la Grande-Bretagne cherchent à masquer leur objectif de créer un État ouest-allemand séparé par l’insistance qu’il s’agit toujours pour eux de préserver l’unité allemande. Les tentatives de reprendre le slogan de l’unité allemande à l’URSS et aux forces démocratiques allemandes et de l’exploiter selon leurs intérêts sont devenues la caractéristique majeure de la propagande anglo-américaine ces derniers temps »35.

  • 36 I. Filippov, chef du Département politique du service du conseiller politique de la SVAG à S.A. Loz (...)
  • 37 « Obzor o političeskih nastroeniâh i otnošeniâh k sovetskim okkupacionnym vlastâm berlinskogo nasel (...)
  • 38 Son niveau industriel général était supérieur de 25 à 30 % par rapport à celui de l’avant-guerre qu (...)

15Déjà, en mai 1946, le bureau du conseiller politique de la SVAG s’était alarmé de la façon dont les Occidentaux reprenaient à leur profit les thèmes de propagande soviétiques : « La propagande alliée reprend activement toutes les questions politiques en rapport avec la vie quotidienne des Allemands et tend à les exploiter contre nos intérêts »36. Qui plus est, la zone soviétique devait affronter aussi de réelles difficultés économiques qui suscitaient un mécontentement croissant dans la population allemande37. Celles-ci avaient en fait été longtemps occultées ou maîtrisées. Dans une lettre d’information sur la situation en Allemagne datée d’avril 1946, Semenov avait en effet déjà brossé, à cette époque-là, des perspectives économiques à long terme assez négatives pour la partie soviétique. S’il avait débuté son rapport par une comparaison tout à l’avantage de la zone occupée par l’URSS38, il constatait que son rétablissement économique, actuellement rapide, ne manquerait pas de s’essouffler, du fait de l’absence de réserves suffisantes en matières premières :

  • 39 Ibid., 1.47.

« Pour des raisons tout à fait naturelles, l’économie de notre zone a exploité intensivement les excédents d’une production incomplète. Ces surplus sont aujourd’hui épuisés. Depuis le début de l’année en cours, le volume des produits semi-finis, encore en stock après l’effondrement de l’Allemagne hitlérienne, diminue continuellement dans la production totale de notre zone »39.

16Semenov notait parallèlement un accroissement régulier du niveau de production industrielle qui devait s’élever, dans le second semestre 1946, de 5 à 10 % mais il tempérait aussitôt ce bon résultat :

  • 40 Ibid., 1. 48.

« La situation pour toute l’industrie de la zone d’occupation soviétique est réellement tendue à cause du manque de métaux, chaque jour plus nettement perceptible, notamment dans le domaine sidérurgique. Les mesures prises pour pallier cet état de fait sont insuffisantes. Il faudra visiblement importer jusqu’à 50 % de toute la quantité d’acier nécessaire, et importer aussi de la fonte, du charbon pour produire la fonte à la place des 50 % d’acier manquants »40.

17L’industrie textile allait aussi se heurter à de grandes difficultés dans un avenir proche. Semenov concluait même son rapport, en termes voilés, sur la nécessité de compenser les prélèvements de réparations :

  • 41 Ibid., 1. 48.

« Il est notoire que la majeure partie de la production de la zone d’occupation est expédiée en URSS, au titre des réparations. Dans un proche avenir, il faudra visiblement prendre des mesures pour intensifier la production de ces secteurs industriels qui travaillent à la satisfaction des besoins immédiats de la population allemande de notre zone »41.

  • 42 Pieck et Grotewohl à Staline, 3/09/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1094, 11. 94-98.

18Mais l’acuité de ces problèmes économiques n’avait éclaté qu’après l’intégration des zones occidentales au nombre des bénéficiaires du plan Marshall. En en déclinant l’octroi, l’URSS avait ainsi éteint, dans sa zone d’occupation, l’espoir d’un redressement économique fortement stimulé, ce qui eut un impact psychologique indiscutable dans la population et chez les membres du SED et, partant, ébranla encore la crédibilité de ce dernier. Dans une lettre à Staline, le 3 septembre 1947, Grotewohl et Pieck relevèrent ainsi que la situation économique n’apportait pas « l’espoir d’une amélioration substantielle des conditions de vie du peuple travailleur ». Le parti était « en grand danger » du fait des attaques répétées des forces réactionnaires42.

Construire la zone ?

  • 43 En 1947, dans un rapport interne, Semenov et Sokolovskij avaient évoqué la nécessité d’importer des (...)

19Dès janvier 1948, s’exprimaient en effet ouvertement les premières craintes quant à l’avenir de la zone soviétique qui, de par sa dépendance à l’égard des importations de matières premières, ne pouvait vivre isolée si un État ouest-allemand se créait43. Le pessimisme croissait insensiblement et les membres du SED s’en faisaient l’écho :

  • 44 « Dokladnaâ zapiska Kuznecova o evo poezdke v Saksoniû po poručeniû SVAG i zapis’ evo besedy s pred (...)

« La peur de l’avenir, la peur que les États-Unis et la Grande-Bretagne consacrent tout au rétablissement rapide des zones occidentales et garantissent la relève de la situation matérielle de la population gagne parmi les fonctionnaires du parti, et ce jusqu’aux secrétaires des comités de région. Buhvitc (un président de la direction régionale du SED en Saxe) : Il nous faut montrer que ce n’est pas la fin du monde mais je suis moi-même devenu très sceptique quant à notre avenir »44.

  • 45 Ibid., 1. 11.
  • 46 « Informacionnye svodki o političeskih sobytiâh v Germanii 20/06/47-25/07/47 », Ivanov à Smirnov, 1 (...)

20On réfléchissait à la façon de concurrencer les zones occidentales, en cas de division, mais la seule issue jugée possible était le maintien de l’unité allemande : « (...) Sauver l’Allemagne n’est possible que par l’unité allemande »45. Or, les Allemands de la zone soviétique croyaient de moins en moins en la possibilité de la conserver et considéraient presque la division allemande comme un fait accompli. Le slogan de l’unité allemande que défendait le SED sonnait de plus en plus creux. D’autre part, des éléments du SED profitaient des difficultés internes et externes pour commencer de critiquer ouvertement l’orientation donnée à la zone d’occupation et son alignement excessif sur Moscou46. Dans le bloc antifasciste, les CDU et LDP adoptaient, de manière de plus en plus ostensible, des positions révisionnistes sur les questions où le point de vue du SED était impopulaire, comme par exemple celle des frontières orientales ou des prélèvements sur la production courante. Ils réclamaient de même l’acceptation du plan Marshall et tendaient à développer leur propagande en ce sens.

  • 47 « Vypiska iz otčëta Upravleniâ Informacii SVAG o lekciâh sovetskih oficerov sredi nemeckogo naselen (...)

21Dans ce contexte, tout en continuant de défendre la ligne politique officielle, des voix s’élevaient pour « construire la zone », sans que cela prît pourtant un caractère étatique et gouvernemental puisque l’édification politique de la bizone par exemple était jugée négativement47. Mais la construction de la zone eut très tôt ses défenseurs : en fait, on peut même considérer qu’elle les eut dès le début de l’occupation soviétique en Allemagne, mais ses partisans ne s’affirmeraient qu’au fur et à mesure de la dégradation des conditions nécessaires à l’accomplissement de la stratégie générale allemande des Soviétiques. Que faut-il entendre par là ?

  • 48 Voir chapitre V.

22Nous avons déjà eu l’occasion de relever une certaine incompréhension des objectifs poursuivis par Staline chez les exécutants eux-mêmes en Allemagne, que ce soit, par exemple, au niveau des militants ou des dirigeants eux-mêmes48. Il nous avait semblé ainsi que chacun interprétait la stratégie générale comme il le pouvait, en fonction du poste qu’il occupait et compte tenu aussi des directives assez générales et floues données par le Kremlin. Mais, si cette interprétation semble correcte et confirmée dans les faits, elle n’explique pas tout. Les dysfonctionnements qui résultaient de la mauvaise compréhension des objectifs recherchés ne pouvaient-ils pas, en effet, être encore accrus si les exécutants faussaient délibérément la compréhension de la politique stalinienne ?

  • 49 Voir notamment W. McCagg, Stalin Embattled 1943-1948, Detroit, Wayne State University Press, 1978 ; (...)
  • 50 N.M. Naimark a également établi le même constat dans The Russians in Germany. A History of the Sovi (...)

23Chacun se référait officiellement à la stratégie générale de Staline, mais l’analyse même de la manière dont les exécutants pouvaient l’interpréter peut permettre de mieux comprendre leurs positions réelles. Citons quelques exemples concrets pour mieux saisir ce phénomène : les plus probants furent donnés par Walter Ulbricht et par le chef du Département d’Information de la SVAG, Sergueï Tûl’panov, car le constat d’une mauvaise compréhension de la stratégie stalinienne n’est en effet pas applicable simplement aux dirigeants du SED ; il a pu être établi au sein même de l’administration militaire. Une remarque préliminaire s’impose toutefois sur le choix de ces deux personnages : il ne faudrait pas en induire hâtivement une entente préalable des deux hommes pour tenter d’imposer la construction de la zone, dans les circonstances favorables offertes par l’impasse de la stratégie stalinienne. L’historiographie occidentale avait même été plus loin jusqu’ici en véhiculant longtemps l’idée qu’ils voulurent dès le début imposer la soviétisation de la zone d’occupation. Elle avait cherché de surcroît à rattacher cette thèse à des querelles intestines à Moscou, entre les lieutenants de Staline, Béria, Jdanov, Malenkov... Des liens avaient ainsi été arbitrairement établis entre Tûl’panov et Jdanov, qui auraient tous les deux défendu une solution radicale pour l’Allemagne : la création d’une zone soviétisée. Ulbricht leur serait apparu comme le meilleur homme pour accomplir ce dessein. Face à eux, Jukov, Semenov, Malenkov et Béria auraient, quant à eux, privilégié l’idée d’une Allemagne neutre, unie et antifasciste49. Rien, dans les documents d’archives consultés, n’est venu corroborer ces hypothèses50.

  • 51 B. Bonveč, G. Bordûgov et N.M. Nejmark, SVAG. Upravlenie propagandy (Informacii) i S.I. Tûl’panov 1 (...)
  • 52 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlanii Propagandy SVAG », 17-18/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, (...)

24Elles présupposeraient d’abord que Tûl’panov ou Ulbricht aient eu un rôle véritablement dirigeant dans la zone d’occupation ; or, s’il fut important, il ne fut pas déterminant car chacun des deux n’était qu’un exécutant de la politique stalinienne et leurs activités étaient contrôlées à l’instar de celles de tous les autres. Les activités de Tûl’panov firent, par exemple, à la fois l’objet de rapports du bureau du conseiller politique de la SV AG et de nombreuses enquêtes, ordonnées par l’Administration de la Propagande et de l’Agitation du Comité central du PC51. D’autre part, les rapports d’archives montrent que Tûl’panov avait de bien meilleures relations avec Grotewohl qu’avec Ulbricht : du premier, Tûl’panov saluait « (...) la grande autorité, non seulement parmi les sociaux-démocrates mais aussi parmi les communistes » ; il le considérait comme la seule véritable stature du SED. En revanche, il reprochait à Ulbricht sa trop grande dureté à l’égard de ses collègues52.

  • 53 Nous reviendrons également sur ces critiques dans le chapitre VIII.
  • 54 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 125, delo 321, 1. 37, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A Hi (...)

25Le choix de ces deux personnages est cependant motivé par deux autres raisons : la première est qu’il serait impossible d’établir, avec une précision exhaustive, l’état d’esprit de l’ensemble des exécutants alors que pour ces protagonistes-là, les données existent. La seconde est que ces deux hommes allaient devenir les maîtres d’œuvre de la construction de la zone d’occupation. Il nous est donc apparu essentiel de mieux cerner leur profil. Ce sont en fait les enquêtes établies sur les activités de Tûl’panov qui, à travers leurs critiques et leurs reproches53, permettent le mieux de saisir ses conceptions sur l’organisation de la zone. Dans un rapport adressé à G.F. Aleksandrov, chef de l’administration de la Propagande et de l’Agitation du Comité central, le 30 mars 1946, le Général-Colonel I.V. Sikin, chef de la Glav – PURKKA, déplorait l’insuffisance de la propagande déployée par la Direction de Tûl’panov parmi les couches de la population : les jeunes, les femmes, l’Église, la petite bourgeoisie urbaine et l’intelligentsia étaient négligés54. Or, dans l’optique de la conversion mesurée au socialisme, ces catégories sociales ont toujours été jugées importantes à conquérir. Le conseiller politique de la SVAG reprochait, quant à lui, à Tûl’panov de préférer afficher ses liens avec les dirigeants du SED plutôt que de consacrer ses efforts à une contre-propagande efficace face aux Occidentaux ; or, à court-terme, l’un et l’autre portaient atteinte à la politique allemande de l’URSS : le premier, en effet, faisait trop nettement apparaître le SED comme un instrument de la SV AG et le second permettait aux Occidentaux de marquer des points auprès de la population allemande.

  • 55 Bureau du conseiller politique de la SVAG au Ministère des Affaires étrangères, le 25 mai 1946, I. (...)

« Les liens entre le SED et la SVAG sont évidents pour tous. Pour les masses, le SED apparaît comme une sorte d’intermédiaire entre les Allemands moyens et les autorités occupantes... Ceci réduit l’autorité du SED comme parti national et fournit aux éléments réactionnaires toutes sortes d’arguments pour dépeindre le SED comme un agent de Moscou... »55.

  • 56 Siskin à Jdanov, 3/08/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 147, 1. 1.

26Les élections communales de l’automne 1946 étaient un enjeu si important pour la crédibilité de la politique allemande de Staline qu’il avait justifié la venue d’une commission d’enquête, composée de M.I. Burcev, A.S. Panûškin et K.S. Kuzakov, représentants du Comité central du PC pour vérifier leur bonne préparation. L’envoi de cette commission avait été décidé par Kuznecov et Jdanov à la suite de rapports pessimistes sur l’issue des scrutins pour le SED. Elle élargirait son enquête aux activités générales de la direction de la Propagande de la SVAG56.

  • 57 Le lieutenant-Colonel G. Konstantinovskij de la GlavPURKKA fut envoyé par Burcev avant le départ de (...)
  • 58 Voir supra, chapitre VI.
  • 59 « Stenogramma soveŝaniâ... »., 17-18/09/1946, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 149, 11. 130 i 150
  • 60 Ibid., 1. 146.

27Or, les comptes rendus établis dès avant son arrivée montrèrent que les besoins de l’électorat avaient été négligés dans la campagne orchestrée par la Direction de la Propagande57. Le malaise, d’autre part, de Tûl’panov face à la théorie du socialisme dans un seul pays prônée par le SED est aussi éloquent : si elle visait à rassurer sur les intentions du KPD dans le SED58, Tûl’panov la percevait, pour sa part, comme une déviation du léninisme et du stalinisme susceptible de mettre en danger son caractère marxiste, ouvrier et pro-soviétique59. La déviation qu’il opérait lui-même de la compréhension de cette théorie, montre bien en fait qu’il n’en comprenait pas la finalité véritable. Le chef de la Direction de la Propagande ne pensait qu’à transformer le SED en parti d’ordre, en parti marxiste60. À la suite d’un premier rapport, dressé le 11 octobre 1946 sur les activités de la Direction de la Propagande, la commission d’enquête du Comité central du PC conduisit l’interrogatoire du Lieutenant-Général Bokov du Conseil militaire de la SVAG : celui-ci n’hésita pas à accuser Tûl’panov d’encourager le sectarisme parmi les dirigeants du SED. Or, le sectarisme n’avait-il pas été justement condamné à maintes reprises parce qu’il nuisait à la crédibilité de la politique allemande de Staline ?

  • 61 18/11/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 147, 11. 165-167.
  • 62 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. ci (...)
  • 63 « Stenogramma soveŝaniâ... », 17-18/09/1946, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 149, 1. 128.

28Bokov recommandait aussi de développer plus intensément les relations avec les éléments progressistes des partis bourgeois et accusait la Direction de la Propagande de ne pas faire preuve d’assez de souplesse et de flexibilité sur la question allemande61 : il fallait, selon lui, mettre un terme à la censure et enseigner au SED une manière d’aborder plus franchement les questions brûlantes de l’actualité allemande, à savoir celles concernant les frontières, les prisonniers de guerre et les démontages. Cette approche de Bokov, plus sensible aux problèmes de l’Allemagne dans son ensemble et plus conforme à celle du Kremlin, heurtait en revanche totalement la compréhension des priorités soviétiques pour Tûl’panov62. Dans son interrogatoire, Bokov déplora aussi, par voie de conséquence, l’ignorance, chez Tûl’panov, des principes qui avaient conduit à la formation du bloc antifasciste. L’attitude de ce dernier envers les partis de ce Bloc, le CDU et le LDP, était en effet très sévère : il n’avait lui-même pas caché, lors de la réunion-bilan des 17 et 18 septembre, qu’il considérait que la SVAG se montrait beaucoup trop tolérante à leur égard alors qu’ils n’hésitaient pas à bafouer l’honneur de l’URSS. Il estimait que, pour traiter avec eux, il fallait purement et simplement leur « donner des ordres » et « prendre des mesures administratives appropriées ». Si Tûl’panov reconnaissait qu’il était difficile d’empêcher ces partis de « cracher à la figure des Soviétiques » à Berlin, il était en revanche possible de les museler dans la zone soviétique, où « nous (les Soviétiques) sommes les patrons »63. Dans un tel discours, où devait se situer la simulation du jeu démocratique qu’avait prévue la politique stalinienne ? Tûl’panov faisait montre également d’une impatience qui s’accordait mal avec la prudence requise par cette dernière. Toujours à l’occasion de la réunion-bilan de la Direction de la Propagande en septembre 1946, Tûl’panov avait balayé les sentiments de malaise et d’échec de ses rapporteurs par le rappel d’une réalité, l’URSS était en effet une puissance occupante et le serait encore longtemps. Autrement dit, si la situation intérieure le nécessitait, les autorités soviétiques sauraient bien prendre les choses en mains :

  • 64 Ibid., 1. 127.

« (...) Les membres du SED sont convaincus, les couches de la population allemande dans la zone d’occupation soviétique sont de même persuadées, ou du moins comprennent, que les autorités occupantes soviétiques ne partiront pas de sitôt, en tout cas pas l’année prochaine, que l’URSS est assez forte pour mener sa politique extérieure et sa politique à l’égard de l’Allemagne. Cette compréhension de la force, du rôle et de l’importance de l’URSS sur la scène internationale est fondamentale pour un bon déroulement des élections, pour les assises du SED, pour sa croyance et celle des forces progressistes et surtout des éléments hésitants que leur avenir sera lié pour longtemps, qu’il imprimera une orientation grogressiste nettement pro-soviétique ou, comme ils disent, une orientation à l’Est »64.

  • 65 Ibid, 1. 131.

29De telles paroles réduisaient à néant tout l’enjeu de la simulation du jeu démocratique ; pouvaient-elles correspondre à la mesure et à la prudence que Staline recherchait dans sa politique allemande ? De même, Tûl’panov se complaisait dans la critique des Occidentaux : lors de la réunion de septembre 1946, il opposa le « plan esclavagiste pour l’Allemagne » de J. Byrnes du 6 septembre et le discours du 10 juillet de Molotov, loué comme une contribution essentielle à l’unité de l’Allemagne et à son développement économique65. Il proposa d’exploiter le discours de Byrnes comme un exemple de la manière dont les capitalistes étaient prêts à faire basculer l’Allemagne dans la guerre. Cette harangue très idéologisée correspondait-elle enfin aux interventions publiques au contraire très lénifiantes que Staline multipliait depuis mars 1946 ?

  • 66 « Beratung mit den Delegierten aus dem Westen und Süden », 23-24/10/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 12 (...)
  • 67 Voir N.M. Naimark, The Russians in Germany..., op. cit., p. 302.
  • 68 SAPMO-BA, ZPA, IV/2/15, Parteivorstand Protokoll, 24-25/10/46, bb. 136, 199, cité par N.M. Naimark, (...)
  • 69 SAPMO-BA, ZPA, IV/2/1/10, Parteivorstand Protokoll, 21-22/05/47, bb. 155-159, cité par N.M. Naimark (...)

30Dans sa compréhension de la stratégie stalinienne, Ulbricht avait maintes fois trahi une déviation semblable et révélé une impatience similaire. Lors d’un entretien avec les délégués de l’Ouest, les 23-24 octobre 1946, il avait ainsi estimé que le KPD des zones occidentales devait définir sa propre stratégie et s’était opposé, à l’inverse de ses camarades, à ce que le SPD et le KPD défendissent une position commune sur le thème de l’unité allemande66. L’annonce de la doctrine Truman et du plan Marshall le conforta dans sa conviction et il se montrait plus intéressé par le règlement des problèmes économiques de la zone que par ceux liés aux zones occidentales et à l’unité de l’Allemagne67. Il estimait ainsi que dans la mesure où le socialisme était indiscutablement l’objectif du SED, l’organisation de la planification devait être à l’ordre du jour. Dès 1945-1946, il avait d’ailleurs enjoint ses camarades d’abandonner l’idée de la révolution pour s’atteler aux questions administratives dans la zone puis exhorté les membres du SED à devenir de vrais directeurs économiques et celui-ci à se transformer en « parti d’ordre »68. Ces conceptions se heurtaient à celles d’Anton Ackermann, de Max Fechner ou d’Otto Meier, que perturbait notamment l’échec de la conférence de Moscou en 1947. La « question politique centrale » était ainsi refoulée par une série de questions dont l’issue dépendait en fait d’un règlement général allemand. Le SED se devait de mobiliser les masses pour l’unité allemande : « Il n’y a pas d’autre manière de sortir de la misère et de la détresse ». Quand Ulbricht ou Pieck œuvraient à renforcer le SED dans la zone d’occupation, Ackermann l’exhortait à devenir un véritable parti allemand qui s’intéresserait à toutes les questions relevant de l’Allemagne entière et pas seulement à celles touchant à la zone69. Les partisans de la première heure d’une construction de la zone soviétique allaient cependant voir leurs positions confortées avec l’évolution de la politique internationale de l’URSS en 1947-1948. Celle-ci mit en évidence, de surcroît, l’imbrication étroite qui existait entre la politique allemande et la politique européenne de l’Union soviétique car les deux allaient connaître une évolution similaire.

Une politique double

Aux origines de la théorie des deux camps antagonistes

  • 70 GERSS, L’Europe occidentale vue de Moscou, Les cahiers de la Fondation pour les études de défense n (...)

31Mais il est difficile d’appréhender totalement cette évolution et d’en comprendre les enjeux si l’on occulte un rappel nécessaire du discours idéologique soviétique dont la perception de l’Occident et l’analyse de la crise du système capitaliste étaient ainsi ébranlées depuis le printemps 1946. La conception soviétique des relations internationales et sa thèse d’une victoire inéluctable du socialisme sur le capitalisme se fondaient, rappelons-le, sur la notion de crise et de rapports de forces entre systèmes sociaux antagonistes : « Le socialisme est un système historiquement en progrès, le capitalisme historiquement en déclin, en crise générale depuis 1917, en crise générale approfondie depuis 1945 »70. L’URSS avait, de ce fait,

  • 71 GERSS, ibid., p. 9-10.

« (...) une perspective dynamique des relations Est-Ouest dans la mesure où sa conception du rapport de force international n’est pas axée seulement sur les rapports inter-étatiques mais inclut aussi les forces économiques et sociales »71.

  • 72 Cette distinction est, certes, quelque peu caricaturale et excessive mais elle aide cependant à la (...)

32Ce rappel d’un double aspect dans la vision soviétique des relations internationales donne à la controverse économique qui agita les instances suprêmes soviétiques, dans l’après-guerre, entre ce que les économistes sont convenus d’appeler les volontaristes et les revitalistes, des implications considérables pour la politique extérieure de l’URSS, tant européenne qu’allemande72.

  • 73 Voir H. Paris, Stratégie soviétique et chute du Pacte de Varsovie. La clef de l’avenir, Paris, Publ (...)
  • 74 Voir notamment N. Naimark et L. Gibianski, The establishment of Communist Regimes in Eastern Europe (...)
  • 75 L.N. Nežinskij, op. cit., p. 16-17. Staline nuancera toutefois sa position lors du XIXe Congrès du (...)

33On pourrait objecter ici que les uns et les autres évoluaient dans un cadre dictatorial, où Staline décidait des grandes questions de politique intérieure et extérieure. Dans ce contexte, comment une controverse économique pouvait-elle avoir des implications sur la conduite de la politique extérieure ? Certes, les conceptions politiques et idéologiques staliniennes demeurèrent inébranlablement celles de l’État soviétique jusqu’à la fin de la vie du dictateur qui devait conserver une vision très manichéenne des relations internationales. Staline n’avait fait que reprendre les convictions de Lénine dès avant la Révolution sur l’inéluctabilité de la guerre entre les régimes capitalistes et le régime soviétique, inéluctabilité due à la lutte des classes et à l’essence même du capitalisme, selon les théories marxistes-léninistes : l’exacerbation des contradictions internes au système capitaliste conduisait au stade suprême, l’impérialisme. Celui-ci était contraint pour surmonter la concurrence internationale de provoquer la guerre, soit contre un autre État capitaliste, soit contre un État socialiste, soit contre les deux. Staline estimait que tant que subsisterait l’impérialisme et tant que l’URSS serait encerclée dans l’étau capitaliste, la guerre serait inévitable73. Cette vision ne tenait pas compte de l’évolution de la situation internationale depuis la Seconde Guerre mondiale : elle passait ainsi sous silence la création d’États tampons en Europe orientale74, l’instauration de régimes communistes en Chine et en Corée du Nord, la détention par l’URSS de l’arme atomique en 1949, et l’affaiblissement, sur la scène européenne, des puissances traditionnelles, comme l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne75. Mais en dépit du despotisme de Staline et de ses conceptions rigides et dogmatiques, l’après-guerre vit l’émergence d’idées dissidentes dans le domaine économique qui nous obligent, pour les comprendre, à une brève rétrospective.

  • 76 J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS 1941-1985, Paris, Éd. de l’EHESS, 1989, p. 5-46.
  • 77 Voir aussi supra, premier chapitre.
  • 78 N.A. Voznessenskij, Voennaâ ekonomika SSSR v period otečestvennoj vojny, Moscou, Gospolitizdat, 194 (...)
  • 79 J. Sapir, op. cit., p. 49.

34L’économie soviétique des années 1929-1941 s’était développée sous l’égide volontariste, que Jacques Sapir a qualifié « d’économie de guerre en temps de paix », parce qu’elle avait été intégralement mobilisée pour un développement accéléré de l’industrie, qu’elle avait procédé d’une centralisation et d’un contrôle administratif direct et systématique dans le cadre d’une forte coercition sociale et politique, d’un arbitraire généralisé et d’une autonomisation des appareils de répression76. Ce mode de régulation économique dirigiste avait connu des crises, notamment en 1937, qui avaient conduit à un certain desserrement du cadre volontariste, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. La nomination de V.A. Voznessenskij à la tête du Gosplan, la planification d’État, en 1938, en avait constitué l’élément le plus visible. S’il avait été auparavant partisan d’un volontarisme outrancier, il en mesurait désormais les limites. En tentant de réorganiser le Gosplan, il s’était rapproché des tenants d’une déconcentration de la prise de décision économique (transferts de compétence à des échelons inférieurs) et d’une plus grande autonomie des entreprises. La guerre était venue bousculer cette évolution et avait vu la suspension de la planification au profit de plans ad hoc, portant sur des productions particulières et des périodes courtes. Les priorités, édictées et mises en œuvre par le Comité d’État de Défense, avaient court-circuité le Gosplan et les différents commissariats77. Mais en 1943, la planification avait repris sa place quand s’était améliorée la situation militaire. L’URSS avait hérité d’une situation hautement paradoxale, quand elle était sortie de la guerre, meurtrie, exsangue, ravagée mais victorieuse78 et le volontarisme n’avait pas été renforcé, bien au contraire, car la guerre en avait révélé les faiblesses et les limites79. Dans le même temps, si l’URSS était sortie incontestablement renforcée de la guerre, les rapport de forces n’étaient, toutefois, guère favorables. Certes, elle était devenue une grande puissance, mais une grande puissance largement surclassée dans la technologie militaire par les Etats-Unis. Sa base industrielle était plus faible qu’en 1941 et elle accusait un grave retard, notamment, dans le domaine de l’énergie atomique. La conscience du paradoxe entre la réalité des forces et la situation apparente put attiser l’affrontement de deux conceptions exclusives qui se refléta dans un débat entre économistes où les divergences se focalisèrent sur l’analyse du capitalisme et de son devenir.

  • 80 Extraits de l’ouvrage d’E. Varga publiés dans Mirovoe hozâjstvo i mirovaâ politika, 1944, 12 (1945) (...)
  • 81 J. Sapir, op. cit., p. 63-88.

35En décembre 1944, Eugène Varga, dans un ouvrage consacré au capitalisme mondial, contesta à mots couverts le credo des dirigeants soviétiques pour lesquels une grave crise de surproduction, attisée par les contradictions d’intérêts entre pays capitalistes, devait balayer leur système de façon imminente. Varga, au contraire, reportait cette dernière dans le long terme, en admettant l’existence de procédures de régulation capitaliste80. Les conceptions s’opposaient ainsi sur la perception que les uns et les autres avaient de la capacité capitaliste occidentale à se ressaisir. Ceux que l’on a appelés par la suite les revitalistes (Voznessenskij, Jdanov) estimaient que la crise du capitalisme était proche et que l’URSS pouvait tirer profit des contradictions entre États-Unis et Grande-Bretagne. De ce fait, on pouvait procéder à des réformes internes, équilibrer la planification et donc, pour contrebalancer la prééminence accordée jusque-là à l’industrie lourde, axer le développement économique soviétique sur l’industrie légère. Les volontaristes (Varga, Malenkov, Béria) constataient, à l’inverse, que le capitalisme avait une capacité inquiétante à gérer ses crises et considéraient de ce fait la reconstruction accélérée de la base militaro-industrielle comme une priorité, privilégiant ainsi l’industrie lourde. Les revitalistes eurent indiscutablement l’avantage jusqu’en 1947, mais les seconds prirent peu à peu le pas en 1947-1948 et la mort de Jdanov en 1948 donna le signal d’une contre-offensive décisive avec le retour aux méthodes coercitives et arbitraires, à une nouvelle collectivisation brutale du bétail en 1948-1949, à la défaite des partisans d’une organisation régionale et au dérapage du IVe Plan quinquennal vers une croissance hyper-volontariste. Ce fut l’heure des travaux gigantesques, comme les plans de développement des grandes centrales hydroélectriques81.

  • 82 La Roumanie et la Bulgarie étaient exclues de ce scénario, voir supra, premier chapitre.
  • 83 Il convient de nuancer ce terme car Staline se montra à plusieurs reprises réticent face aux conclu (...)

36Les implications politiques de cette controverse économique apparaissent alors clairement pour la politique européenne et allemande de Staline : tant que les revitalistes tenaient le haut du pavé, la croyance en une crise imminente du capitalisme justifiait la stratégie soviétique, en Europe orientale et en Allemagne, d’une conversion mesurée et progressive du socialisme82. Le fait désormais que cette croyance fût contestée par la réalité d’un monde capitaliste capable de réguler ses crises, ébranlait les espoirs fondés sur un succès de cette stratégie. La victoire83 des conceptions volontaristes signifiait qu’il fallait, face à l’agressivité des pays capitalistes, renforcer les assises de l’influence soviétique, là où elle avait pu être établie. Pour l’Europe orientale et centrale, il fallait que les communistes détinssent désormais fermement les rênes du pouvoir dans les pays libérés par l’Armée rouge. Ce souci commandait d’y renoncer à l’hypocrisie du pluralisme et aussi de reprendre en mains le mouvement communiste international. Pour l’Allemagne, cette nouvelle vision impliquait à la fois de réviser à la baisse, du moins provisoirement, les perspectives d’extension du socialisme dans tout le pays, mais aussi de préserver, pour reprendre la terminologie soviétique, les « acquis antifascistes et démocratiques » de la zone d’occupation. Elle confortait ainsi les positions d’Ulbricht ou de Tûl’panov et constituait, en quelque sorte, la semence sur un terrain propice. Cette évolution se ferait en plusieurs étapes. Attachons-nous d’abord au contexte européen.

  • 84 L’historiographie russe contemporaine relève aujourd’hui maints parallèles entre ce long télégramme (...)
  • 85 Ibid., p. 14.
  • 86 Ibid., p. 14.
  • 87 Istoriâ vnešnej politiki SSSR 1945-1980, 4e éd., t. II, Moscou, 1981, p. 129-137.
  • 88 S. Courtois, « La face cachée du Kominform », Le Monde, 17-18/11/96, p. 13 et Communisme, 45-46 (19 (...)

37Le 27 septembre 1946, l’ambassadeur soviétique à Washington, N. Novikov, fit parvenir à Moscou, à la demande de Molotov, un long rapport sur la politique extérieure des États-Unis dans l’après-guerre84. L’auteur y dénonçait les manifestations impérialistes de la politique américaine et son désir d’hégémonie mondiale. En Allemagne, les États-Unis visaient à circonscrire le rôle de l’URSS sur la scène internationale car son dessein global était de déclarer la guerre à l’Union soviétique, obstacle principal à son désir de puissance85. Ce rapport de Novikov allait être à l’origine de la conception soviétique d’une « résistance décisive et tous azimuts à l’impérialisme américain »86, une fois la doctrine Truman et le plan Marshall proclamés (jusqu’à cette date-là en effet, nous l’avons vu, Staline avait pris à plusieurs reprises publiquement le contre-pied des thèses de Novikov en déclarant qu’aucune menace de guerre ne se profilait et que la coopération était toujours possible avec l’Occident). Ceux-ci avaient été qualifiés de foncièrement hostiles aux intérêts de l’Europe orientale et de l’URSS87. Le durcissement soviétique prit différents visages. Un de ses signes les plus tangibles fut la reprise en mains ostensible du mouvement communiste international. Avec la dissolution du Komintern, en 1943, « formidable opération d’intox, destinée à prouver la volonté démocratique et l’absence de visées révolutionnaires et annexionnistes de l’URSS », l’URSS avait prétendu qu’il n’y avait plus de direction de la révolution mondiale par le parti bolchevique, que tous les partis communistes se trouvaient sur un pied d’égalité. Mais leur autonomie d’action était en réalité fictive, car l’URSS maintenait fermement son contrôle, notamment sur les Secrétaires généraux des Partis communistes88.

  • 89 G.P. Murasko et A.F. Noskova, « Sovetskij faktor v poslevoennoj vostočnoj Evrope 1945- 1948 », dans (...)
  • 90 Le texte de Jdanov fut publié dans la Pravda le 22 octobre 1947 et celui de Malenkov, « Za pročnyj (...)
  • 91 S. Courtois, op. cit., p. 13 et L.N. Nežinskij, op. cit., p. 15.
  • 92 Voir GERSS, op. cit., p. 47-48.

38Du 21 au 28 septembre 1947, les représentants des six partis communistes d’Europe de l’Est et ceux de la France et de l’Italie se réunirent, sous l’égide soviétique, en Pologne, à Schreiberhau (Szklarska Poreba), où fut créé le Kominform, Informbûro, bureau commun d’information, afin, officiellement, de coordonner les activités des différents partis. La création du Kominform marquait en fait la reconstitution d’une organisation communiste internationale très structurée, où les positions politiques allaient être uniformisées89. Le ton avait été délibérément donné, lors de la présentation du rapport de Jdanov. Il est intéressant d’ailleurs de constater que c’est un revitaliste qui dut tenir ce discours, mais le volontariste Malenkov dut tenir un discours de même teneur à ces réunions... Le fait que les deux hommes défendent le même point de vue souligne l’intervention de Staline90. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les rapports des forces politiques s’étaient modifiés et deux camps s’affrontaient désormais dans le monde : le camp de la paix, de la démocratie et du socialisme opposé à celui du fascisme, de l’impérialisme, de la guerre et du capitalisme. L’objectif du second était de préparer une nouvelle guerre impérialiste en soutenant, de par le monde, les forces antidémocratiques, réactionnaires et fascistes. Celui du premier était au contraire de prévenir toute menace de guerre et d’expansion impérialiste, de renforcer la démocratie et d’éradiquer le fascisme91. Le rapport de Jdanov concluait sur un rappel des fondements de la politique extérieure soviétique. Du fait que les deux systèmes, capitaliste et socialiste, étaient appelés à coexister longtemps, la possibilité d’une collaboration entre l’URSS et les pays capitalistes demeurait possible à condition que fussent respectées les obligations des uns et des autres. Ce concept de coexistence pacifique, qui devait être mis en avant pendant la période krouchtchévienne, était une composante traditionnelle du discours soviétique. Rappelons-en les grandes lignes : la crise du monde capitaliste, attisée par les effets des guerres, génère conflits et tensions graves dans le système international car elle conduit le système capitaliste à une agressivité croissante. Cependant, la force du socialisme, sur le plan militaire, économique, social et politique lui permet d’imposer la coexistence pacifique aux États capitalistes. Depuis la création de l’URSS, à l’exception de la période de la Seconde Guerre mondiale, il a une capacité dissuasive contre une agression armée des pays capitalistes. Ceux-ci ne peuvent alors choisir qu’entre deux stratégies : celle de la guerre froide, de la tension internationale, de l’affrontement, ou celle de la détente et de la coopération économique et technique entre les peuples92.

  • 93 N. Werth, op. cit., p. 357-364, G.P. Murasko et A.F. Noskova, « Sovetskij faktor v poslevoennoj vos (...)

39Quelles implications politiques concrètes cette mobilisation « des forces démocratiques et pacifiques » allait-elle avoir ? Dans le cadre du renforcement du camp socialiste, l’uniformisation des discours politiques impliqua l’abandon de la conception qui avait prévalu jusqu’alors de voies nationales, pacifiques et parlementaires vers le socialisme. Aux gouvernements de coalition, mis en place en 1945-1946 en Europe orientale, succédèrent, dès 1948, des démocraties populaires où les vastes formations antifascistes et démocratiques laissèrent désormais la place aux seuls communistes93. L’opposition y fut muselée, le modèle d’édification soviétique de la société adopté et l’uniformisation par la soviétisation consacrée. La Tchécoslovaquie, la Pologne et la Hongrie à qui l’on reprochait une orientation anti-soviétique dans la direction des affaires, furent de ce fait mises au pas. Attardons-nous quelque peu sur l’exemple tchèque, très révélateur de la façon dont les Soviétiques procédèrent en Europe de l’Est.

  • 94 H. Bogdan, Histoire des pays de l’Est. Des origines à nos jours, Paris, Perrin, 1991, p. 418-424 et (...)

40Pendant toute la durée de la guerre, la Tchécoslovaquie avait conservé un gouvernement en exil dirigé à Londres par le Président de la République Benès. Celui-ci avait choisit de mener une politique d’entente avec les Soviétiques et le 4 décembre 1943, un traité d’amitié et d’alliance était signé entre les deux pays. Un accord politique était de même conclu entre Benès et le Secrétaire Général du Parti communiste tchèque, Klément Gottwald : il prévoyait, à la Libération, un gouvernement d’union dirigé par un homme de gauche et des élections libres et secrètes dans les meilleurs délais. Dans le premier gouvernement après la guerre, les communistes détinrent 8 Ministères sur 25 : outre la vice-Présidence confiée à Gottwald, ils dirigeaient le Ministère de l’Intérieur et celui de l’Information. Le pays maintint sa relation privilégiée avec l’URSS, lança une réforme agraire, des nationalisations et entreprit de châtier les collaborateurs et les traîtres (programme de Kosice). Les premières élections en mai 1946 firent du Parti communiste la principale force politique du pays. Le 2 juillet 1946, Gottwald formait le gouvernement : les communistes s’attribuèrent 9 Ministères dont ceux de l’Intérieur, de l’Information et de la Justice ; 13 allèrent aux autres partis (Jan Masaryk, le fils de l’ancien Président de la République eut en charge les Affaires étrangères). Le Parti communiste tchèque vit son audience s’accroître dès lors sous l’impulsion d’hommes dévoués à Moscou (nouveau Secrétaire Général Rudolf Slansky). Mais, devant cette montée en puissance des communistes, les tensions s’accrurent avec les partis dits bourgeois de la coalition gouvernementale. En février 1948, ils cherchèrent à provoquer la chute du gouvernement Gottwald par une démission en bloc. Devant la pression de la rue orchestrée par les communistes, Benès donna satisfaction à Gottwald et accepta de remplacer les Ministres démissionnaires. Dans le nouveau gouvernement Gottwald, les communistes détenaient désormais douze portefeuilles. Benès démissionnait le 7 juin et mourrait le 3 septembre, permettant à Gottwald de se faire désigner comme le second Président de la République tchécoslovaque. Celle-ci devenait une démocratie populaire. Ce coup de Prague qui réussit avec la complicité de Benès émut la communauté internationale du fait notamment de la disparition tragique de J. Masaryk peu après la prise de pouvoir des communistes94.

  • 95 Voir S. Courtois, op. cit., p. 13.
  • 96 G.P. Murasko et A.F. Noskova, op. cit., p. 107.

41La deuxième conférence du Kominform, qui se tint à Bucarest du 18 au 23 juin 1948, donna le signal des sanctions pour les partis communistes « déviants » : elle excommunia ainsi la Yougoslavie de J. Tito qui contestait le rôle hégémonique de l’URSS dans le mouvement communiste international. La crise avait éclaté au printemps 1948 et entraînerait une vague de purges dans les directions des partis communistes en Europe orientale, en 1948-1949, afin de lutter contre les « velléités titistes-nationalistes ». La dernière conférence du Kominform à Budapest, du 16 au 19 novembre 1949, marqua un changement de mode de contrôle. En septembre, puis en novembre 1949, débutèrent les premiers procès truqués de dirigeants des partis communistes de l’Europe de l’Est : furent condamnés à mort des hauts responsables comme le Hongrois Laszlo Rajk, le Bulgare Trajko Kostov. En 1952, le procès Slansky à Prague s’acheva par onze pendaisons95. En 1949, était crée le Conseil d’Aide économique mutuel : conçu comme une riposte à la mise en place du plan Marshall, il marquait le renforcement du bloc socialiste en liant étroitement les économies des pays d’Europe orientale96.

La construction de la zone

  • 97 « Vestnik službnoj inostrannoj informacii TASS », 30/08/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, papka 172, (...)

42La zone d’occupation soviétique en Allemagne devait connaître une évolution semblable. La nomination de Čarnov, nouveau conseiller politique à la SV AG, en avril 1948, peut être considérée comme un des symboles du repliement de la zone d’occupation soviétique sur elle-même. La presse danoise, recensée par l’agence TASS, le dépeignait comme un partisan résolu de la création d’un gouvernement est-allemand, d’un isolement absolu vis-à-vis de l’Occident, de la libération de Berlin par les troupes d’occupation occidentales et de la transformation du Grand Berlin en sixième Land du futur État (Ces commentaires de la presse danoise, datés du 29 avril 1948, avaient fait l’objet d’un recueil scrupuleux et furent envoyées le 30 avril à Staline, Molotov, Béria, Jdanov, Mikoyan, Vorochilov, Kaganovitch, Malenkov, Krouchtchev, Suslov, Vychinskij, Abakumov et Kuznecev ! Le nom des destinataires révèle que ces coupures de presse n’étaient pas jugées anodines)97.

  • 98 Voir chapitre V et N.M. Naimark, op. cit., chap. 7.
  • 99 BStU, MfSZ, AS 229/66, b. 470, cité ibid., p. 361.
  • 100 « Aufgabengebiet und Struktur der Einheiten K-5 für das Land Sachsen ab 1.01.48 », BStU, MfSZ, AS 2 (...)
  • 101 « Allgemeines über die Aufgaben und den Arbeitsbereich des Kommissariats 5 », BStU, MfSZ, AS 238/66 (...)
  • 102 « Die Kommissariat K-5 », 13/07/49, Friedrich-Ebert-Stiftung, SPD Ostbüro, 0046 A-G, cité ibid., p. (...)
  • 103 « Besprechung zwischen General Kotikow und Vizepräsident Mielke », 30/03/47, BStU, MfSZ, AS 322, bb (...)

43Le durcissement prit différents visages : l’un de ses aspects les plus caractéristiques fut le renforcement de la police politique, qui avait été mise en place dès le début de l’occupation98. L’ordre n° 201 du Commandant suprême de la SVAG, promulgué en août 1947, sur la dénazification le permit largement. Le Cinquième Département de la police criminelle, K-5, devint, grâce à lui, directement responsable de l’éviction des anciens Nazis actifs en poste dans les administrations sociales et économiques. K-5 put ainsi recruter de nouveaux cadres parmi les « classes laborieuses » et les entraîner, dans des écoles spéciales, à la « pénétration et l’investigation » de l’appareil institutionnel dans la zone soviétique. Cet entraînement supposait l’acquisition des méthodes policières soviétiques et contribua de ce fait largement à politiser la police allemande99. K-5, selon les termes de sa charte organisationnelle du 8 janvier 1948, devint une unité divisée en 5 sections : la première était chargée d’enquêter sur les crimes politiques, la seconde prenait en charge les violations des ordres du Conseil de contrôle, la troisième traitait des sabotages liés à la reconstruction, la quatrième des activités anti-démocratiques et la cinquième était un groupe technique d’appoint100. Pour Erich Mielke, leur travail était de « défendre les institutions démocratiques, leur développement futur et la reconstruction économique de la zone soviétique contre toute tentative de sabotage »101. Les membres du SED n’étaient pas épargnés et le Bureau oriental de la social-démocratie rapporta d’ailleurs à leur sujet : « Toutes les personnalités en vue dans la vie publique (de la zone soviétique) font l’objet d’une surveillance constante »102. Mais K-5 ne travaillait pas en dehors de la surveillance étroite du Ministère soviétique de la Sécurité d’État et se transforma même, en 1948-1949, en une sorte de branche de ce Ministère en Allemagne, chargée de travailler dans la population allemande. K-5 devint en décembre 1948 la Direction principale de la Défense de l’économie et de l’ordre démocratique et fut incluse, en octobre 1949, dans le nouveau Ministère de l’Intérieur, dirigé par l’ancien social-démocrate Carl Steinhoff. En février 1950, un Ministère de la Sécurité d’État lui succéda, avec à sa tête, Wilhelm Zaisser, communiste qui avait pris part à la guerre d’Espagne et avait été le chef de la section allemande des écoles antifascistes en Union soviétique. Après les grèves de juin 1953, ce ministère fut incorporé à celui de l’Intérieur pour redevenir indépendant en 1955. La police entière rendait des comptes aux Soviétiques : son budget était en grande partie alimenté par des fonds soviétiques103.

  • 104 « Aufbau einer Abteilung Nachrichten und Information N/I in der DVdI », 11/11/47, BStU MfSZ, AS 229 (...)
  • 105 Ibid., 11. 252-261.
  • 106 E. Mielke, « Polizei und Bevölkerung », Manuskript, BStU, MfSz, AS 238/66, bb. 204- 205, cité ibid.(...)
  • 107 « Recruitment and Preliminary Training of Alert Police », Report RP-231-48, NA, RG 260, box 24, p.  (...)

44Le 11 novembre 1947, avait aussi été mis en place sous la direction d’E. Mielke, un Département de contre-espionnage dans la police. Son objectif était de « contrer les activités des réactionnaires », qui n’hésitaient pas à exploiter toutes sortes de difficultés « subjectives et objectives » dans l’espoir d’ébranler et de saboter les fondements de la démocratie dans la zone104. Sa cible privilégiée était l’opinion publique, par un contrôle sans relâche de la presse et la mise en place, dans toutes les branches de l’économie, des partis politiques, des organisations de masses, d’un réseau permanent d’informateurs dont le but était de « tout savoir et de rendre compte de tout ce qui valait la peine d’être su »105. Dans un discours public, Mielke s’exclama, devant ses auditeurs, qu’un État antifasciste ne devait pas instaurer une police politique et un réseau d’espionnage, tout en insistant sur le fait que la dénonciation d’actes « criminels » à la police ne relevait que de la « vigilance antifasciste »106. Des brigades paramilitaires, fortement centralisées, la Police d’alerte, furent aussi créées en été 1948. 40 unités de 250 hommes furent formées, soit 10 000 soldats, dont les officiers étaient en grande partie issus des camps de prisonniers allemands en URSS. À ceux-ci, on donnait le choix suivant : ou bien accepter l’incorporation dans les rangs de cette police d’alerte ou bien aller compléter les effectifs des mines d’uranium dans les Herzgebirge. Ces unités dont le Major général S.F. Gorokov supervisa la formation constituèrent la base de la future Armée Nationale du Peuple de RDA en 1955107.

  • 108 A.N. Dugin, « Neizvestnij Gulag : dokumenty i fakty », document non publié et cité ibid., p. 395.

45Mais si elles restèrent insignifiantes sur le plan militaire, à cause de problèmes de recrutement, elles assumèrent toutefois un rôle appréciable aux yeux des Soviétiques : celui de maintenir l’ordre sans avoir à compromettre pour ce faire les troupes d’occupation. Mais ce souci paraît quelque peu dérisoire quand on l’oppose aux multiples brutalités, arrestations et internements que les civils allemands, et en particulier, les anciens sociaux-démocrates endurèrent, notamment à partir de 1947-1948. Certes, il reste impossible pour l’instant de chiffrer ces arrestations, mais la position inconfortable du SED, contraint de défendre le système soviétique d’occupation et en même temps d’affronter les questions sur la disparition de citoyens allemands, est en revanche bien connue de la presse occidentale. Conscients de l’impact négatif de ces actes sur la population allemande, les Soviétiques tentèrent, sans cependant rien transformer, d’atténuer la portée des récriminations en mettant un terme à la dénazification au printemps 1948 et en libérant des prisonniers des camps situés en Allemagne : selon les sources soviétiques, quelques 46 000 personnes furent ainsi relâchées durant le printemps et l’été 1948. Des camps restèrent cependant ouverts jusqu’en 1950 : Sachsenhausen, Bautzen, Buchenwald. La plupart des prisonniers avaient été internés sans procédure d’aucune sorte, sous l’accusation vague d’« espionnage », de « possession d’armes », d’« agitation anti-soviétique », de « distribution de pamphlets »108.

  • 109 G.P. Arkad’ev à Smirnov, 20/06/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 150, 1. 8. Voir aussi H. Möller (...)
  • 110 Sokolovskij, Prikaz n° 0315, 9/09/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 150, 1. 30. Son chef serait (...)
  • 111 « Germanskij vopros », AVPRF, Fonds 48z, opis’ 11zh, delo 13, papka 69, 1. 598.

46Autre signe de durcissement dans la zone soviétique : une commission économique allemande, Deutsche Wirtschaftskommission – DWK –, fut instaurée le 4 juin 1947, sur l’ordre du Commandant suprême de la SVAG, Sokolovskij, après son retour d’un voyage à Moscou. G.P. Arkad’ev du bureau du Conseiller politique entendit parler de cet ordre pour la première fois après le retour de Sokolovskij : l’ordre venait donc directement du Kremlin109. Créée en réponse à la formation du conseil économique de la bizone, fin mai 1947, et placée sous la juridiction directe de la Direction de la Planification économique de la SVAG110, elle devint le centre de l’économie centralisée destiné à socialiser l’appareil économique en regroupant les secteurs clés tels que l’industrie, les transports, les matières premières, l’énergie, l’agriculture, le commerce et l’approvisionnement. Le 12 février 1948, elle obtint le droit d’émettre des instructions et des décrets, applicables à tous les organes administratifs allemands de la zone. Ses structures se voyaient de surcroît renforcées par l’institution d’une présidence et d’un bureau exécutif permanents. Et jusqu’en 1949, elle fut, selon les termes de l’ouvrage consacré à la question allemande et édité par le Ministère russe des Affaires étrangères, « l’organe de gouvernement légal, administratif et exécutif en fait le plus élevé dans la zone soviétique d’occupation »111 : elle agit en fait comme une véritable bureaucratie gouvernementale.

  • 112 La transformation serait effective lors de la 11e session du Comité du Parti, les 29-30 juin 1948, (...)

47Le SED subit également les effets du durcissement soviétique. Un parti de « type nouveau », marxiste-léniniste fut ainsi mis en place lors du deuxième Congrès du SED, du 20 au 24 septembre 1947112. Il entraîna une reprise en mains énergique au niveau de la propagande et de la discipline de parti. Le 30 juin 1948, lors de la réunion de l’exécutif du Parti, une résolution fut adoptée sur « Le renforcement et l’amélioration de l’enseignement du Parti » qui se concluait par ces mots :

  • 113 F. Oelssner, « Wie die SED begann, sich zu einer Partei neuen Typus zu entwickeln », manuscript, SA (...)

« Nous ne pouvons remplir les grandes tâches qui nous attendent dans les domaines économique, politique et culturel que si nous transformons notre Parti socialiste unifié en un parti du combat pour le Marxisme-Léninisme, en un véritable parti de type nouveau »113.

  • 114 « Pervaâ partijnaâ konferenciâ SEPG », 25-28/01/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 99, 1. 130.

48Lors de la première conférence du Parti en janvier 1949, Grotewohl définissait ainsi le parti de type nouveau : marxiste-léniniste, il constituait « l’avant-garde de la classe ouvrière », « la forme suprême de l’organisation de classe prolétarienne », fondée sur le principe du centralisme démocratique et défenseur de l’internationalisme114 : c’était, ni plus ni moins, la reconnaissance officielle que l’Union soviétique servait de modèle de développement. Ulbricht, d’ailleurs, à l’occasion d’un discours prononcé à l’école de police de Berlin, en août 1948, l’avait déjà consacré :

« La relation étroite avec l’URSS est la condition préalable à la victoire de la classe ouvrière en Allemagne, et sans l’URSS derrière nous, sans le soutien fraternel de l’URSS, nous ne pouvons vaincre, nous ne pouvons accéder au pouvoir ».

  • 115 « Die Partei neuen Typus », Rede Ulbrichts auf der Höheren Polizeischule Berlin, 27/08/48, Abschrif (...)
  • 116 Neues Deutschland, 22/08/48.
  • 117 « An die Partei neuen Typus », 28/10/48, dans E. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, op. cit., p. 364-369.
  • 118 « Aus der Entschliessung der 13. Tagung des parteivorstandes vom 15-16/09/48 », SAPMO-BA, ZPA, 2/4/ (...)
  • 119 Sokolovskij/ Russov Malenkovu, 2/09/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 121, delo 363, 1. 2.
  • 120 « Spravka o propagande protivnikov edinstva Germanii », A.A. Martynov, 5/01/48, AVPRF, Fonds 082, o (...)

49Il ajouta que toutes les institutions de la zone devaient étudier le mode de développement et d’organisation soviétique115. Cet alignement ostensible sur Moscou avait aussi marqué l’abandon, lors du Plenum de juillet 1948, de la thèse d’A. Ackermann sur la voie spécifique vers le socialisme pour l’Allemagne (Il devait faire son autocritique publique dans Neues Deutschland le 24 septembre 1949. Il n’était ainsi plus question de ménager les apparences et cette mesure découla directement de la crise yougoslave en 1948). Au cours de ce même Plenum, fut demandée ouvertement la démission des membres du SED qui refusaient de prendre part aux activités du Parti. Pour Ulbricht, le SED ne devait plus tolérer les critiques à l’égard de l’expérience soviétique : « Ceux qui mènent ou soutiennent l’agitation contre l’URSS n’ont pas leur place dans nos rangs »116. Erich Gniffke craignit alors l’arrestation ou l’internement et prit le parti de fuir à l’Ouest, en octobre 1948. Dans une lettre, il établit un rapport direct entre le regain de persécution vis-à-vis des anciens sociaux-démocrates et la transformation du SED en un parti totalitaire. Il écrirait d’ailleurs qu’il lui était plus facile de quitter le parti en 1948 qu’il ne l’aurait été en 1947 : « J’aurais eu alors à quitter le SED, aujourd’hui, je quitte le Parti de type nouveau, ou pour être plus précis, le KPD d’Ulbricht en 1932 »117. Une commission de contrôle du Parti fut de ce fait instaurée, à la mi-septembre 1948, dans le but d’expulser les « agents du SPD » et de bolchéviser le Parti118. Une nouvelle vague de purges s’ensuivit. À cette époque aussi, l’emprise du parti communiste sur les structures de la SVAG, amorcée lors du remplacement du Maréchal Jukov au printemps 1946, s’accentua : en septembre 1948, on dénombrerait 3 011 communistes en poste dans la SVAG. 82 % de ses civils et 69 % de ses militaires avaient leur carte du Parti119. La volonté d’extension aux zones occidentales passa également au second plan. En février 1947, après le Plenum du SED, il apparut désormais que la constitution d’un parti unique dans les zones occidentales était impossible. Devaient se créer seulement des comités de collaboration entre le KPD et le SED dans le but de favoriser une union progressive entre les communistes et les sociaux-démocrates120.

  • 121 M. Richter, Die Ost-CDU 1948-1952. Zwischen Widerstand und Gleichschaltung (Forschungen und Quellen (...)

50Le durcissement soviétique se manifesta bien évidemment dans la vie politique de la zone d’occupation et les partis du bloc antifasciste en subirent les répercussions de plein fouet. Un des événements les plus significatifs, à cet égard, fut le conflit ouvert entre les présidents du CDU, Jakob Kaiser, Ernst Lemmer et les autorités soviétiques, en décembre 1947, et leur destitution publique. Lors du deuxième Congrès du parti en septembre, ils avaient pourtant été reconduits à la présidence du mouvement, sous l’œil vigilant de la SVAG. Le déclenchement des hostilités devait avoir lieu à cause de l’attitude adoptée par Kaiser envers le Congrès populaire pour l’Unité et une Paix juste. Kaiser se mit en effet à contester la légitimité de ce congrès qui ne s’appuyait, disait-il, que sur une partie des forces politiques du pays et de ce fait, contribuait à en sceller les divisions. Le refus de Kaiser de cautionner la propagande de la politique allemande des Soviétiques portait inévitablement un coup à la crédibilité de cette dernière. La fermeté du CDU obligea les Soviétiques à intervenir ouvertement pour une remise au pas : le 20 décembre 1947, la SVAG convoqua Otto Nuschke et Georg Dertinger, deux membres du CDU à sa botte, afin de les informer des remaniements qu’elle imposait dans la direction du CDU. Hugo Dickmann et Reinhold Lobedanz, troisième et quatrième vice-présidents, et les six présidents du CDU au niveau des Länder devaient désormais prendre la tête du parti. Par ordre de la SVAG, donc, Kaiser et Lemmer furent démis de leurs fonctions121.

51L’idée d’une « construction de la zone » avait eu ainsi très tôt ses partisans en Allemagne, tant du côté des dirigeants du SED, que de l’administration militaire : insatisfaits des composantes de la politique allemande stalinienne, ils en discernaient de surcroît mal la finalité. Cette idée s’était insensiblement affermie au fil des mois, avec les revers successifs qu’avait essuyés la ligne politique générale, les impasses qu’elle avait révélées et les impatiences qu’elle avait suscitées par son absence de perspective face à l’abandon des principes de Potsdam par les Occidentaux. Se nourrissant aussi des difficultés économiques qui avaient ajouté aux incertitudes croissantes quant aux lendemains de la zone d’occupation, la construction de cette dernière s’imposa, mue par la volonté grandissante de ne mettre en péril ni la présence soviétique en Allemagne ni les acquis démocratiques et antifascistes ; elle se trouva confortée avec le durcissement de la politique internationale soviétique, symbolisé en 1947 par la théorie des deux camps antagonistes. Celui-ci consacra l’abandon, par la direction soviétique, du simulacre de pluralisme politique et démocratique dans les pays d’Europe orientale. Le même processus dans la zone soviétique et son glissement vers la création d’un État est-allemand semblaient donc irréversibles, mais il faudrait cependant attendre plus de deux années avant que cette dernière n’intervînt, et de surcroît seulement après l’instauration de la République fédérale d’Allemagne. Comment expliquer que cette création ait été ainsi différée ?

Une stratégie générale inchangée

  • 122 Dans son dernier ouvrage Les problèmes économiques du socialisme en URSS, paru en 1952, Staline rep (...)

52Tout simplement parce qu’en fait, en dépit des mesures manifestes vers un développement différencié de la zone d’occupation, Staline n’avait pas renoncé à sa stratégie globale pour l’Allemagne. Il devait même encore se montrer, à plusieurs reprises, ostensiblement optimiste quant à ses chances de succès122.

  • 123 W. Loth, op. cit., p. 115.
  • 124 Iz dnevnika V.S. Semenova. Beseda s Pieck i Grotewohl, 27/10/47, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 44 (...)

53La victoire des volontaristes doit donc être nuancée puisque, si elle se manifestait par des mesures tangibles, elle n’avait cependant pas impliqué une remise en cause de la ligne politique globale pour l’Allemagne. À Szklarska Poreba, Jdanov avait ainsi certes constaté l’émergence d’une bipolarité dans le monde, mais il s’était aussi prononcé pour une Allemagne démocratique, démilitarisée, unie et pacifique123. Les comptes rendus sur la situation économique dans les zones occidentales continuaient d’entretenir toujours la certitude d’un effondrement imminent dû à une grave crise économique. Leur situation y était toujours décrite comme mauvaise, l’humeur y était à la dépression, car l’attente d’un rapide redressement économique se révélait vaine et l’approvisionnement s’était encore dégradé. Les Soviétiques persistaient à placer leurs espoirs dans un accroissement des divergences entre Britanniques et Américains124. Une victoire complète des volontaristes aurait logiquement supposé l’abandon des composantes essentielles de la politique affichée jusqu’alors, à savoir la simulation du pluralisme politique et la défense de la coopération interalliée. Elle aurait supposé surtout un soutien ouvert du Kremlin au renforcement de la zone. Or, rien de tel ne se produisit. La caution demeura tacite. Les documents concernant directement le point de vue de Staline restent encore inaccessibles, ce qui rend difficile l’élucidation de cette ambiguïté. Il nous faut donc nous replonger dans les archives de la zone.

  • 125 Voir supra, même chapitre.
  • 126 Voir à ce titre le rapport de la commission d’enquête du Comité central du PC du 11 octobre 1946 (R (...)

54Nous avions exposé les positions des partisans de la première heure de la construction de la zone à travers des comptes rendus d’activité et des rapports soviétiques qui se révélaient très critiques à leur égard125. En 1946- 1947, de nombreux rapports appelaient ainsi à la destitution de Tûl’panov126 du fait de son approche beaucoup trop rigide et dogmatique : l’homme était considéré comme un personnage encombrant, qui mettait en danger la bonne marche de la politique allemande stalinienne. Ulbricht posait aussi problème pour les Soviétiques qui dénonçaient son ardeur excessive et compromettante, son dédain pour les partenaires sociaux-démocrates. Même Tûl’panov dirait de lui :

  • 127 « Stenogramma zasedanij komissii », 16/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed. – hr 149,1. 157.

« Je ne vois pas de sectarisme chez Ulbricht ; il comprend bien l’organisation du travail, peut mener n’importe quelle intrigue politique et en garder le secret. Mais personne ne lui fait confiance. Il est plus précis que quiconque dans ses formulations, il comprend tout mieux que les autres, mais personne ne l’aime à cause de ses sarcasmes. (...) Il est bon orateur, bon administrateur mais, son niveau théorique, peut-être insuffisant, le conduit à faire quelques erreurs, ici, à Berlin. Ce sont souvent des erreurs insignifiantes mais que les sociaux-démocrates prennent mal »127.

55Les Soviétiques supportaient de même assez mal la virulence des critiques d’Ulbricht à l’égard des alliés occidentaux. Lors de la conférence du KPD, le 2-3 mars 1946, il s’en était ainsi violemment pris à ces derniers, ce que lui reprocha V.S. Semenov :

  • 128 « Informacionnoe pis’mo n° 2 o političeskom položenii v Germanii 1-15/03/46 », Semenov à Vychinskij (...)

« Il faut dire que dans les allocutions de certains délégués, et en particulier dans celle d’Ulbricht, il y avait beaucoup trop de piques acerbes envers la politique des forces occupantes en Allemagne de l’Ouest »128.

  • 129 A. Sobolev, V. Poliakov, V. Fedossev, V. Nemcinov et G. Konstantinovskij à A.A. Jdanov, RCHIDNI, Fo (...)

56Après l’annonce de la théorie des deux camps antagonistes, et en dépit des mesures prises pour construire la zone d’occupation, les critiques émises à l’encontre des tentatives de Tûl’panov ou d’Ulbricht pour instaurer le socialisme dans la zone soviétique ne cessèrent jamais : ces dernières continuèrent de faire l’objet de rapports qui les qualifiaient de prématurées et les jugeaient négativement. La commission du Comité central réunie en mars 1948 pour apprécier les activités de la Direction de l’Information de la SV AG reprocha ainsi à Tûl’panov d’attaquer les partis bourgeois et de maltraiter leurs représentants : la Direction de l’Information regardait le CDU et le LDP comme des ennemis au lieu de travailler avec eux, d’isoler les éléments réactionnaires et soutenir les éléments progressistes129 :

  • 130 Ibid, 1. 27.

« Le Colonel Tûl’panov ne comprend pas les perspectives historiques pour le développement de l’Allemagne. (Il) ne comprend pas la répartition des rapports de forces dans la zone et n’est intéressé que par les petites combines. Il manque de la flexibilité diplomatique indispensable, de tact politique et de l’habileté à manœuvrer. Il n’a pas les qualités organisationnelles nécessaires et ne peut mener le travail politique en Allemagne »130.

  • 131 Ibid, 1. 23.
  • 132 Konstantinovskij à Sikin, 17/08/48, ibid., 1. 6.
  • 133 Ibid., 1. 3.
  • 134 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 573, 1. 63. En dépit de leurs divergences, Semenov et Tûl’panov (...)
  • 135 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 572, 11. 3-4.

57La commission déplorait de même que Tûl’panov laissât certains dirigeants du SED, comme Ulbricht, Pieck ou Grotewohl, concentrer trop de pouvoirs entre leurs mains131. Le rapport du Colonel Konstantinovskij en août 1948 au Comité central du PC, releva lui aussi les mêmes « erreurs politiques grossières » chez Tûl’panov, notamment dans ses relations avec les « éléments non prolétariens » de la population allemande, l’élite intellectuelle et les petites classes moyennes. Or, il oubliait que « dans les rangs du CDU et du LDP, il y avait des dizaines de milliers de travailleurs et de paysans qui avaient besoin de se dégager de l’idéologie bourgeoise »132. Il l’accusa de bafouer les ordres explicites de la commission du Comité central du PC pour développer la politique du bloc antifasciste dans la zone133. Il cita, à l’appui de ses accusations, les rapports de V.S. Semenov selon lesquels Tûl’panov disait « ostensiblement et de façon continuelle » à ses collaborateurs qu’ils pouvaient ignorer les recommandations de la commission du Comité central quant à la nécessité de travailler avec les partis bourgeois134. Les officiers de cette Direction accomplissaient alors leur tâche sur de mauvaises bases puisqu’ils étaient mal informés, continuait Konstantinovskij. Ils croyaient ainsi que la construction d’une République socialiste était en cours en Allemagne et que l’étape du bloc antifasciste et démocratique était dépassée. Selon eux, le temps était déjà venu de passer d’une politique de bloc à un front populaire135.

58Ces critiques émises par les commissions d’enquête du Comité central du PC à l’encontre de Tûl’panov montre que la soviétisation de la zone était considérée à Moscou comme mettant en péril les objectifs à long terme de la politique allemande de l’URSS. Les secrétaires du Comité central et leurs représentants dans la Direction politique de l’Armée rouge estimaient que la zone ne devait pas suivre l’exemple des partis communistes en Europe orientale. Le SED ne fut ainsi pas invité aux sessions du Kominform. Tûl’panov lui-même dut faire comprendre aux dirigeants du SED qu’ils ne pouvaient pas se situer au même niveau de développement historique que les autres partis européens. En avril 1948, donc juste avant que la Yougoslavie ne fût blâmée au Kominform, il fut contraint de leur dire sans détours :

  • 136 Cité par W. Leonhard, Die Revolution entlässt ihre Kinder, Cologne, Kiepenheuer/ Witsch, 1955, p. 4 (...)

« La Yougoslavie a déjà atteint l’autre bord (un État socialiste) ; la Bulgarie est en train de franchir les dernières étapes pour l’atteindre ; la Pologne et la Tchécoslovaquie sont encore au milieu de la rivière, suivies par la Hongrie et la Roumanie, qui ont effectué le tiers du parcours, tandis que la zone soviétique d’occupation ne s’est éloignée du banc bourgeois que de quelques pas »136.

  • 137 Information communiquée par le Colonel Victor Mukin, directeur du département d’archives historique (...)
  • 138 Major Roger Welles, « Speech of Colonel Tûl’panov on Occasion of SED Conference, 25/01/49 », Report (...)

59Les critiques émises à l’encontre de Tû’lpanov continuèrent d’affluer à l’automne 1948. Le Comité central demanda, une nouvelle fois, une enquête sur les activités de la Direction de l’Information de la SVAG, le 11 septembre 1948. Tûl’panov dut même se soumettre à un interrogatoire officiel mené à Moscou, par le Maréchal N.A. Bulganin137. Lors de la première conférence de Parti du SED en janvier 1949, Tûl’panov, sans la permission de Moscou, prononça un discours très critique à l’égard des Occidentaux, où il insistait sur le fait que l’Allemagne était déjà divisée en deux parties et que l’Union soviétique soutenait fermement le SED. La retransmission du discours à la radio fut interrompue brusquement ; il ne fut pas non plus reproduit dans la presse138.

  • 139 Il devint alors professeur d’économie politique à l’Université d’État de Léningrad et n’obtint qu’u (...)
  • 140 Ulbricht s’en référait, dans son travail, essentiellement à Nazarov, mais aussi à Tûl’panov, Bokov (...)

60En dépit de la persistance des critiques par les instances suprêmes soviétiques à l’égard de Tûl’panov ou d’Ulbricht depuis 1946, le premier serait maintenu à son poste jusqu’en septembre 1949139, date à laquelle la zone soviétique était sur le point de se constituer en République Démocratique où le second occuperait le poste de vice-Président. C’est justement du caractère paradoxal de ce constat qu’il est possible de tirer quelques premières conclusions sur l’attitude de Staline à l’égard de la question allemande : il lui aurait été, en effet, facile de se défaire de Tûl’panov ou d’Ulbricht. S’il les laissait en place, ce n’était pas parce qu’il ne connaissait pas leurs déviations, les rapports l’attestent indiscutablement, mais parce qu’il ne désapprouvait pas totalement leurs positions140. Or, si la zone soviétique se repliait sur elle-même, cela signifiait logiquement que l’Union soviétique remettait en cause sa stratégie globale pour l’Allemagne et renonçait à convertir l’ensemble de l’Allemagne au socialisme pour ne se consacrer qu’à sa zone ? Les critiques à l’égard des partisans de cette option infirment cette idée. Alors, comment expliquer cette incohérence ?

61Résumons-nous : rien ne prouve que le glissement vers la construction de la zone fut prémédité et tout démontre au contraire qu’il n’avait pas les faveurs du Kremlin. Or, tout atteste également que la construction de la zone après 1947 s’est opérée en toute connaissance de cause car elle ne pouvait s’imposer sans l’aval de Moscou. Cette incohérence ne peut s’expliquer en fait que par la simple juxtaposition des deux conceptions avec toutes les implications que cela comporte. La stratégie globale allemande inflexiblement maintenue dut composer désormais avec la volonté grandissante de ne mettre en péril ni la présence de l’URSS en Allemagne, ni les acquis démocratiques et antifascistes de la zone d’occupation. Tout en confirmant ce constat, l’examen des circonstances liées à la division politique de l’Allemagne puis à l’insertion des deux nouveaux États dans des systèmes défensifs distincts va tenter d’en saisir les raisons.

Notes

1 K. Schwabe, « Die amerikanische Deutschlandpolitik 1945-1953 », dans Die Deutschlandfrage von der staatlichen Teilung Deutschland bis zum Tode Stalins, op. cit., p. 42.

2 New York Herald Tribune, 15/10/47.

3 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 76-77.

4 New York Times du 30/04/47.

5 Voir J. Carpentier et F. Lebrun dir., Histoire de France, Paris, Seuil, 2e éd. 1992, p. 347.

6 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 78-79.

7 Voir J.B. Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Paris, Dalloz, 1993, 11e éd.

8 Le 19 mars 1945, l’URSS, d’ailleurs, avait dénoncé le traité d’amitié et de neutralité avec la Turquie, dans M. Heller et A. Nekrich, L’utopie au pouvoir. Histoire de l’URSS de 1917 à nos jours, op. cit., p. 382 ; N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva 1900-1991, op. cit., p. 353-357.

9 Dans A. Grosser, Affaires extérieures. La politique de la France 1944-1989, op. cit., p. 50.

10 Documents on International Affairs 1947-1948, p. 23-26, cité par M.M. Narinskij, « Plan Marshalla i Sovetskij Soûz », dans A.S. Namazovoj et B. Emerson dir., Istoriâ evropejskoj integracii 1945-1994, Moscou, IVI-RAN, 1995, p. 30. Voir ausi la position de G. Kennan dans « The Marshall Plan and the Future of Europe. New Wind blowing from the East », Allocution de G. Kennan à la conférence internationale de Berlin organisée par le German Marshall Fund en juin 1987 à l’occasion du 40e anniversaire du Plan Marshall, Transatlantic perspectives, 17 (1988), p. 4.

11 Ibid., p. 5.

12 K. Schwabe, op. cit., p. 42-43.

13 Voir notamment les positions contradictoires défendues par G. Kennan dans son allocution de 1988 et dans ses Memoirs, vol. I : 1925-1950, op. cit., p. 338.

14 Voir notamment M.P. Leffler, « The United States and the Strategic Dimensions of the Plan Marshall », Diplomatic History, 1988, t. XII, n° 3, p. 283 et K. Schwabe, op. cit., p. 43.

15 N. Werth, op. cit., p. 356-357.

16 Arhiv Prezidenta Rossijskoj Federacii, Fonds 3, opis’ 63, delo 270, 1. 96, cité par M.M. Narinskij, « Plan Marsalla i sovetskij soûz », dans A.S. Namazova et B. Emerson dir., Istoriâ evropejskoj integracii 1945-1994, Moscou, IVI-RAN, 1995, p. 39.

17 M.M. Narinskij, ibid., p. 40-41.

18 « Dulles Urged a Unified Europe to Meet Challenge of Soviets », New York Herald Tribune, 18/01/47.

19 New York Herald Tribune, 1/05/47.20.

20 Cité par R. Fritsch-Bournazel, L’URSS et les Allemagnes, Paris, FNSP, 1979, p. 47-48.

21 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 126 et 173.

22 Ibid., p. 86.

23 Voir J. Carpentier et F. Lebrun, Histoire de France, op. cit., p. 347.

24 G. Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine 1945-1952, Bruxelles, éd. Complexe, 1992, p. 81-103. L’Organisation Européenne de Coopération Économique regroupait l’Autriche, le Bénélux, le Danemark, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, le Portugal, la Grande-Bretagne, la Suède, la Suisse, la Turquie et les zones d’occupation en Allemagne. États-Unis et Canada furent membres associés en 1950.

25 FRUS, 1948, vol. II, p. 73 ; K.D. Henke, « Politik der Widersprüche. Zur Charakteristik der französischen Militärregierung in Deutschland nach dem Zweiten Weltkrieg », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 30 (1982), p. 515 et A. Grosser, Affaires extérieures. La politique de la France 1944-1989, op. cit., p. 37-38.

26 K. Schwabe, op. cit., p. 44-45 et voir infra, chapitre VIII pour la réaction soviétique.

27 Voir « Agreement as to Tripartite Controls », 8/04/49, publié par I. von Münch, Dokumente des geteilten Deustchland..., op. cit., p. 69-70.

28 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlenii propagandy SVAG 17-18/09/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 149, 1. 2.

29 Ibid., 1. 68.

30 Ibid., 1. 113.

31 Ibid., 1. 94.

32 Voir N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 294.

33 Voir chapitre V.

34 « Informacionnye svodki o politiĉeskih sobytiâh v Germanii 20/06/47-25/07/47 », Gribanov à Vychinskij, 24/08/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 85, papka 154a, Ge 724, 11. 40-46.

35 « Spravka o propagande protivnikov edinstva Germanii », A.A. Martynov, 5/01/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, papka 172, delo 82, Ge. 720, 1. 76.

36 I. Filippov, chef du Département politique du service du conseiller politique de la SVAG à S.A. Lozovskij, 25/05/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 153, 1. 3.

37 « Obzor o političeskih nastroeniâh i otnošeniâh k sovetskim okkupacionnym vlastâm berlinskogo naseleniâ », par la direction de l’organisation urbaine du SED à Berlin, 18/02/48 expédié par Semenov à Vychinskij le 12/03/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, papka 172, delo 82, Ge 720, 11. 87-98.

38 Son niveau industriel général était supérieur de 25 à 30 % par rapport à celui de l’avant-guerre quand, dans les zones anglo-saxonnes, il n’excédait pas 12 à 15 % chez les Britanniques et 15 à 20 % chez les Américains, dans « Infomiacionnoe pis’mo n° 4, 1- 15/04/46 », Semenov à Sokolovskij, Molotov, Vychinskij, Dekanozov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, Ge 725, 1. 44.

39 Ibid., 1.47.

40 Ibid., 1. 48.

41 Ibid., 1. 48.

42 Pieck et Grotewohl à Staline, 3/09/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1094, 11. 94-98.

43 En 1947, dans un rapport interne, Semenov et Sokolovskij avaient évoqué la nécessité d’importer des matières premières d’Union soviétique pour aider la population allemande, « O proezde v Moskvu delegacii CP-SEPG. Poziciâ SEPG po osnovnym voprosam germanskoj problemy 1947 », de Sokolovskij et Semenov à Molotov, copies transmises à Stalin, Beria, Jdanov, Malenkov, Mikoyan, Voznessenskij, Dekanozov, Vychinskij, Smirnov et Suslov, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 44, delo 660, 1. 4.

44 « Dokladnaâ zapiska Kuznecova o evo poezdke v Saksoniû po poručeniû SVAG i zapis’ evo besedy s predsedatelâmi oblastnogo pravleniâ SEPG Kënenom i Buhvitcem », Gribanov à Smirnov, 5/01/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, papka 172, delo 35, Ge 720, 1. 10.

45 Ibid., 1. 11.

46 « Informacionnye svodki o političeskih sobytiâh v Germanii 20/06/47-25/07/47 », Ivanov à Smirnov, 17/06/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 85, papka 154a, Ge724, 1. 13.

47 « Vypiska iz otčëta Upravleniâ Informacii SVAG o lekciâh sovetskih oficerov sredi nemeckogo naseleniâ », Alekseev à Smirnov, 18/03/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, delo 82, papka 172, Ge 172, 11. 104-106.

48 Voir chapitre V.

49 Voir notamment W. McCagg, Stalin Embattled 1943-1948, Detroit, Wayne State University Press, 1978 ; W. Hahn, Postwar Soviet Politics : The Fall of Zdanov and the Defeat of Moderation 1946-1953, New-York, Ithaca, Cornell University Press, 1983 ; G.D. Ra’anan, International Policy Formation in the USSR. Factional Debates during the Zhdanovshina, Hamden, Connecticut, Archon., 1983 et dans une certaine mesure aussi A. Knight, Béria, op. cit.

50 N.M. Naimark a également établi le même constat dans The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 318-319. Nous reviendrons cependant sur la question des divergences dans les instances suprêmes à Moscou.

51 B. Bonveč, G. Bordûgov et N.M. Nejmark, SVAG. Upravlenie propagandy (Informacii) i S.I. Tûl’panov 1945-1949, op. cit.

52 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlanii Propagandy SVAG », 17-18/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 149, 1. 156. Quant à Pieck, il l’estimait mais le trouvait trop bavard.

53 Nous reviendrons également sur ces critiques dans le chapitre VIII.

54 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 125, delo 321, 1. 37, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of The Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 324.

55 Bureau du conseiller politique de la SVAG au Ministère des Affaires étrangères, le 25 mai 1946, I. Filippov à S.A. Lozovskij, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 153, 1. 3.

56 Siskin à Jdanov, 3/08/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 147, 1. 1.

57 Le lieutenant-Colonel G. Konstantinovskij de la GlavPURKKA fut envoyé par Burcev avant le départ de la commission d’enquête du Comité central du PC pour étudier la préparation des élections locales de Berlin, dans Burcev à Suslov, ibid., 1. 1-15.

58 Voir supra, chapitre VI.

59 « Stenogramma soveŝaniâ... »., 17-18/09/1946, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 149, 11. 130 i 150.

60 Ibid., 1. 146.

61 18/11/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 147, 11. 165-167.

62 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 337.

63 « Stenogramma soveŝaniâ... », 17-18/09/1946, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 149, 1. 128.

64 Ibid., 1. 127.

65 Ibid, 1. 131.

66 « Beratung mit den Delegierten aus dem Westen und Süden », 23-24/10/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 139, 871., ici 1. 22.

67 Voir N.M. Naimark, The Russians in Germany..., op. cit., p. 302.

68 SAPMO-BA, ZPA, IV/2/15, Parteivorstand Protokoll, 24-25/10/46, bb. 136, 199, cité par N.M. Naimark, ibid., p. 302.

69 SAPMO-BA, ZPA, IV/2/1/10, Parteivorstand Protokoll, 21-22/05/47, bb. 155-159, cité par N.M. Naimark, ibid., p. 303.

70 GERSS, L’Europe occidentale vue de Moscou, Les cahiers de la Fondation pour les études de défense nationale, n° 33, Paris, Les sept épées, 1984, p. 9-103, ici p. 47. Voir aussi L.N. Nežinskij et LA. Čelysev, « O doktrinal’nyh osnovah sovetskoj vnešnej politiki v gody holodnoj vojny », p. 9-47, dans L.N. Nežinskij dir., Sovetskaâ vnešnaâ politika v gody holodnoj vojny 1945-1985. Novoepročenie, Moscou, Meždunarodnye otnošeniâ, 1995, p. 10.

71 GERSS, ibid., p. 9-10.

72 Cette distinction est, certes, quelque peu caricaturale et excessive mais elle aide cependant à la compréhension de cette controverse.

73 Voir H. Paris, Stratégie soviétique et chute du Pacte de Varsovie. La clef de l’avenir, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 39.

74 Voir notamment N. Naimark et L. Gibianski, The establishment of Communist Regimes in Eastern Europe 1944-1949, Westview press, 1997.

75 L.N. Nežinskij, op. cit., p. 16-17. Staline nuancera toutefois sa position lors du XIXe Congrès du PC, en 1952, voir infra.

76 J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS 1941-1985, Paris, Éd. de l’EHESS, 1989, p. 5-46.

77 Voir aussi supra, premier chapitre.

78 N.A. Voznessenskij, Voennaâ ekonomika SSSR v period otečestvennoj vojny, Moscou, Gospolitizdat, 1947.

79 J. Sapir, op. cit., p. 49.

80 Extraits de l’ouvrage d’E. Varga publiés dans Mirovoe hozâjstvo i mirovaâ politika, 1944, 12 (1945). Le double constat d’une régulation des crises dans les pays capitalistes et du changement du rapport de forces au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (l’URSS n’était plus le seul État socialiste) conduisit de même Varga à s’interroger sur le caractère inéluctable de la guerre entre pays capitalistes et socialistes. La puissance accrue du socialisme faisait-il de la guerre le seul recours possible dans le conflit permanent avec le capitalisme ? Varga estimait que les guerres n’étaient plus inévitables ni entre États impérialistes, ni entre ces derniers et les États socialistes, voir H. Paris, Stratégie soviétique et chute du Pacte de Varsovie. La clef de l’avenir, op. cit., p. 51-53 et J.C. Romer, Des thèses de Varga entre 1945-1949 aux thèses du 20e Congrès du PCUS. Étude comparative, mémoire de 3e cycle, FNSP, 1972.

81 J. Sapir, op. cit., p. 63-88.

82 La Roumanie et la Bulgarie étaient exclues de ce scénario, voir supra, premier chapitre.

83 Il convient de nuancer ce terme car Staline se montra à plusieurs reprises réticent face aux conclusions avancées par ses partisans, voir infra et chapitre VIII.

84 L’historiographie russe contemporaine relève aujourd’hui maints parallèles entre ce long télégramme et celui qu’adressa G.F. Kennan au Département d’État le 22 février 1946 sur la politique extérieure soviétique, voir L.N. Nežinskij, op. cit., p. 13-14.

85 Ibid., p. 14.

86 Ibid., p. 14.

87 Istoriâ vnešnej politiki SSSR 1945-1980, 4e éd., t. II, Moscou, 1981, p. 129-137.

88 S. Courtois, « La face cachée du Kominform », Le Monde, 17-18/11/96, p. 13 et Communisme, 45-46 (1996). Pour plus de détails sur la dissolution du Komintern, voir P. Broué, Histoire de l’internationale communiste 1919-1943, Paris, Fayard, 1997. À l’époque de la guerre froide, dans un ouvrage paru en 1977, Lily Marcou avait écrit, quant à elle, qu’en 1943, « l’idée d’un organisme structuré, centralisateur, permanent du mouvement communiste international semblait périmée car les Partis communistes avaient atteint un degré de maturité politique et les particularités nationales prédominaient, ce qui conduisit à la dissolution du Komintern... », Lily Marcou, Le Kominform : le communisme de guerre froide, Paris, FNSP, 1977.

89 G.P. Murasko et A.F. Noskova, « Sovetskij faktor v poslevoennoj vostočnoj Evrope 1945- 1948 », dans L.N. Nežinskij, Sovetskaâ vnešnaâ politika v gogy holodnoj vojny 1945-1985. Novoepročenie, op. cit., p. 69-115.

90 Le texte de Jdanov fut publié dans la Pravda le 22 octobre 1947 et celui de Malenkov, « Za pročnyj mir, za narodnuû demokraciû ? », le 1er décembre 1947, voir W. Loth, op. cit., p. 109. Le chapitre suivant permettra de mieux saisir les raisons de la présence simultanée des deux hommes en Pologne, voir chapitre VIII.

91 S. Courtois, op. cit., p. 13 et L.N. Nežinskij, op. cit., p. 15.

92 Voir GERSS, op. cit., p. 47-48.

93 N. Werth, op. cit., p. 357-364, G.P. Murasko et A.F. Noskova, « Sovetskij faktor v poslevoennoj vostočnoj Evrope 1945-1948 », dans L.N. Nežinskij, Sovetskaâ vnešnaâ politika v gogy holodnoj vojny 1945-1985. Novoe pročenie, op. cit., p. 107 et J.C. Romer, op. cit., pour plus de détails sur le passage progressif de ces pays au socialisme.

94 H. Bogdan, Histoire des pays de l’Est. Des origines à nos jours, Paris, Perrin, 1991, p. 418-424 et F. Fejtö, Histoire des démocraties populaires, t. I : L’ère de Staline 1945-1952, Paris, Seuil, éd. 1979, p. 208-221.

95 Voir S. Courtois, op. cit., p. 13.

96 G.P. Murasko et A.F. Noskova, op. cit., p. 107.

97 « Vestnik službnoj inostrannoj informacii TASS », 30/08/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, papka 172, delo 82, Ge. 720, 1. 181.

98 Voir chapitre V et N.M. Naimark, op. cit., chap. 7.

99 BStU, MfSZ, AS 229/66, b. 470, cité ibid., p. 361.

100 « Aufgabengebiet und Struktur der Einheiten K-5 für das Land Sachsen ab 1.01.48 », BStU, MfSZ, AS 229/66, b. 372, cité ibid., p. 362.

101 « Allgemeines über die Aufgaben und den Arbeitsbereich des Kommissariats 5 », BStU, MfSZ, AS 238/66, b. 343, cité ibid., p. 362.

102 « Die Kommissariat K-5 », 13/07/49, Friedrich-Ebert-Stiftung, SPD Ostbüro, 0046 A-G, cité ibid., p. 363.

103 « Besprechung zwischen General Kotikow und Vizepräsident Mielke », 30/03/47, BStU, MfSZ, AS 322, bb. 17, cité ibid., p. 368.

104 « Aufbau einer Abteilung Nachrichten und Information N/I in der DVdI », 11/11/47, BStU MfSZ, AS 229/66, bb. 266-267, cité ibid., p. 365.

105 Ibid., 11. 252-261.

106 E. Mielke, « Polizei und Bevölkerung », Manuskript, BStU, MfSz, AS 238/66, bb. 204- 205, cité ibid., p. 366.

107 « Recruitment and Preliminary Training of Alert Police », Report RP-231-48, NA, RG 260, box 24, p. 2, cité ibid., p. 371.

108 A.N. Dugin, « Neizvestnij Gulag : dokumenty i fakty », document non publié et cité ibid., p. 395.

109 G.P. Arkad’ev à Smirnov, 20/06/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 150, 1. 8. Voir aussi H. Möller, « Les changements de la politique d’occupation en Allemagne », dans G. Krebs et G. Schneilin, op. cit., p. 120-121.

110 Sokolovskij, Prikaz n° 0315, 9/09/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 150, 1. 30. Son chef serait Heinrich Rau.

111 « Germanskij vopros », AVPRF, Fonds 48z, opis’ 11zh, delo 13, papka 69, 1. 598.

112 La transformation serait effective lors de la 11e session du Comité du Parti, les 29-30 juin 1948, voir G. Wettig, « Die KPD als Instrument der sowjetischen Deutschland-Politik. Festlegungen 1949 und Implementierungen 1952 », Deutschland-Archiv, (8) 1994, p. 817.

113 F. Oelssner, « Wie die SED begann, sich zu einer Partei neuen Typus zu entwickeln », manuscript, SAPMO-BA, ZPA, NL 215/84, b. 46, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 311.

114 « Pervaâ partijnaâ konferenciâ SEPG », 25-28/01/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 137, ed.hr 99, 1. 130.

115 « Die Partei neuen Typus », Rede Ulbrichts auf der Höheren Polizeischule Berlin, 27/08/48, Abschrift, Hoover Institution Archives, Briegleb, box 1, n° 46, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 311.

116 Neues Deutschland, 22/08/48.

117 « An die Partei neuen Typus », 28/10/48, dans E. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, op. cit., p. 364-369.

118 « Aus der Entschliessung der 13. Tagung des parteivorstandes vom 15-16/09/48 », SAPMO-BA, ZPA, 2/4/8, bb. 1-2, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 311.

119 Sokolovskij/ Russov Malenkovu, 2/09/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 121, delo 363, 1. 2.

120 « Spravka o propagande protivnikov edinstva Germanii », A.A. Martynov, 5/01/48, AVPRF, Fonds 082, opis’ 35, papka 172, delo 82, Ge. 720, 1. 69.

121 M. Richter, Die Ost-CDU 1948-1952. Zwischen Widerstand und Gleichschaltung (Forschungen und Quellen zur Zeitgeschichte, vol. XIX), Düsseldorf, 1991, p. 32.

122 Dans son dernier ouvrage Les problèmes économiques du socialisme en URSS, paru en 1952, Staline reprit d’ailleurs encore une fois la thèse de l’inévitabilité de la crise générale et de la chute du monde capitaliste dans le cadre du déterminisme historique. Il critiqua de ce fait les camarades qui estimaient, qu’en vertu de l’évolution des rapports de force depuis 1945, la guerre n’était plus inévitable entre les pays capitalistes et que l’impérialisme ne générait pas inévitablement la guerre. Ses critiques visaient notamment E. Varga dont l’ouvrage Les changements survenus dans l’économie capitaliste à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, paru en 1946, avait été sévèrement condamné. Si Staline désapprouvait totalement la thèse d’une absence de caractère inévitable de la guerre entre États impérialistes, il admit, d’abord avec nuance, plus franchement lors du XIXe Congrès du PC russe en 1952, que la guerre entre le camp capitaliste et le camp socialiste n’était plus inévitable tout en demeurant possible, voir I.V. Stalin, Ekonomičeskie problemy socializma v SSSR, Moscou. 1952, p. 32-35. La voie était alors ouverte vers ce que les Occidentaux ne prendront en compte qu’à la suite du XXe Congrès du PC en 1956 : une coexistence pacifique entre les deux systèmes sociaux opposés. Krouchtchev insufflera un contenu nouveau à ce concept traditionnel : coexistence pacifique ne signifiera plus simple absence de guerre mais amélioration des rapports, raffermissement de la confiance et développement de la coopération, voir H. Paris, Stratégie soviétique et chute du Pacte de Varsovie. La clef de l’avenir, op. cit., p. 52- 53. Le retour en force des volontaristes après 1947 fut sans doute rendue possible par les absences de plus en plus fréquentes de Staline qui aurait subi une légère attaque en 1945 puis une seconde en 1947. Sa maladie s’aggravait : il a été dit que vers 1949, il était devenu complètement paranoïaque et assumait mal l’idée de la vieillesse et de la mort. L’examen de son corps après sa mort conduisit l’un des médecins à penser que la sérieuse artériosclérose dont il souffrait depuis de nombreuses années avait sans doute eu un impact sur ses activités politiques et sur ses décisions : « C’est un homme essentiellement malade qui dirigeait l’État ». Il déléguait de plus en plus ses responsabilités en matière de gestion des affaires internationales et intérieures. De 1947 à 1951, ses vacances au bord de la mer Noire, durèrent de la fin août à la fin novembre ou début décembre. La concurrence entre les lieutenants de Staline à Moscou faisait donc rage pour le pouvoir. Ces absences répétées ont eu inéluctablement des incidences sur la conduite de la politique allemande de l’URSS mais il reste difficile de les mesurer, voir A. Knight, Beria, op. cit., p. 200-233.

123 W. Loth, op. cit., p. 115.

124 Iz dnevnika V.S. Semenova. Beseda s Pieck i Grotewohl, 27/10/47, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 44, delo 660, 1. 25.

125 Voir supra, même chapitre.

126 Voir à ce titre le rapport de la commission d’enquête du Comité central du PC du 11 octobre 1946 (RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 54, 1. 82), celui de l’Administration des cadres du Comité central du PC du 12 novembre 1946 (Žukov et Katûšin à Kuznecov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 54, 1. 99), les deux lettres adressées à Staline en janvier 1947, préparées, comme le suppose Naimark, par G. Aleksandrov, M. Suslov et I. Sikin (RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 125, delo 475, 11. 8-13 i 27-28, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 338) : tous ces rapports demandent la destitution de Tûlpanov en termes très sévères. Il y en aurait encore par la suite, voir infra, même chapitre.

127 « Stenogramma zasedanij komissii », 16/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed. – hr 149,1. 157.

128 « Informacionnoe pis’mo n° 2 o političeskom položenii v Germanii 1-15/03/46 », Semenov à Vychinskij, copies à Molotov, Sokolovskij et Dekanozov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, Ge 725, 1. 13.

129 A. Sobolev, V. Poliakov, V. Fedossev, V. Nemcinov et G. Konstantinovskij à A.A. Jdanov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 572, 1. 21, cité par N.M. Naimark, op. cit., p 342.

130 Ibid, 1. 27.

131 Ibid, 1. 23.

132 Konstantinovskij à Sikin, 17/08/48, ibid., 1. 6.

133 Ibid., 1. 3.

134 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 573, 1. 63. En dépit de leurs divergences, Semenov et Tûl’panov travaillèrent souvent de concert, comme a pu le relever N.M. Naimark, op. cit., p. 550, note 96.

135 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 572, 11. 3-4.

136 Cité par W. Leonhard, Die Revolution entlässt ihre Kinder, Cologne, Kiepenheuer/ Witsch, 1955, p. 495-496.

137 Information communiquée par le Colonel Victor Mukin, directeur du département d’archives historiques de l’État-major général russe à N.M. Naimark, op. cit., p. 550, note 104.

138 Major Roger Welles, « Speech of Colonel Tûl’panov on Occasion of SED Conference, 25/01/49 », Report n° RP-28-49, p. 1-4, 2/02/49, National Archives, Record Group 260, box 110, cité ibid., p. 347.

139 Il devint alors professeur d’économie politique à l’Université d’État de Léningrad et n’obtint qu’une seule fois, en 1965, l’autorisation de se rendre en RDA. Il mourut en 1984.

140 Ulbricht s’en référait, dans son travail, essentiellement à Nazarov, mais aussi à Tûl’panov, Bokov et le Comité central du PC à Moscou pour des conseils sur les orientations notamment économiques. N.M. Naimark formule quelques hypothèses au sujet du maintien de Tûl’panov en dépit des demandes réitérées de destitution : il est probable qu’il a bénéficié de la protection du Général Russkih, responsable des questions politiques de la zone d’occupation. De surcroît, malgré le fait qu’il soit devenu Général-major en mai 1949, le rôle dévolu à Tûl’panov s’est progressivement réduit dans l’administration militaire quand celui de Semenov s’accroissait. Celui-ci devait en effet avoir accès au rang d’ambassadeur en janvier 1949 et devint conseiller politique de la Commission soviétique de contrôle après la création de la RDA en octobre 1949, voir N.M. Naimark, op. cit., p. 347. Ces hypothèses n’infirment nullement celles que nous sommes amenés à émettre sur l’attitude de Staline.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search