Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Deuxième partie. La mise à l’épreuve et l’échec de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre VI. La rupture de 1946

Texte intégral

Vers une réorientation politique occidentale

L’évolution des positions britanniques

  • 1 B. Arcidiacono, « Anglais, Américains et Soviétiques dans les pays occupés de l’Europe danubienne » (...)

1Nous avons eu maintes fois l’occasion de constater les contradictions de l’attitude anglo-saxonne à l’égard de l’URSS, dès les premiers jours de l’alliance anti-hitlérienne. En dépit des réticences et des mises en garde de quelques personnalités, de part et d’autre de l’Atlantique, les deux gouvernements s’étaient montrés, cependant, fondamentalement optimistes quant aux intentions et aux objectifs soviétiques et plaçaient leurs espoirs dans la perpétuation de l’alliance forgée par le conflit. Une des illustrations les plus marquantes de cette volonté avait été les instruments jugés indispensables pour perpétuer la confiance interalliée, et notamment, les Commissions de contrôle interalliées, instaurées en 1944-45 dans les différents pays de l’Europe orientale et centrale libérés par l’Armée rouge, et chargées de superviser leurs affaires pendant l’occupation soviétique jusqu’à la signature des traités de paix. Britanniques et Américains y avaient estimé possible d’influencer le comportement soviétique car leur postulat fondamental était que l’attitude générale de la Russie en Europe serait en grande partie façonnée par sa vision de l’attitude anglo-américaine. Ils s’étaient donc efforcés de montrer qu’ils n’avaient pas de mauvaises intentions à son égard et ne visaient nullement à la priver des fruits légitimes de la victoire commune, « la sainteté de ses confins européens », selon une expression de Bruno Arcidiacono1. Ils devaient au contraire mettre tout en œuvre pour l’aider à en obtenir la garantie afin que l’URSS ne fût pas tentée de le faire seule et par ses propres moyens (cette vision des choses semblait n’accorder de crédit véritable qu’aux intérêts géostratégiques de l’Union soviétique, à la manière de la première thèse historiographique, exposée dans l’introduction de ce travail).

2Ce désir de sauvegarder la collaboration interalliée s’était maintenu, une fois la capitulation allemande signée, lors de la conférence de Potsdam, en juillet 1945, et marqua de son empreinte les travaux du Conseil de Contrôle interallié en Allemagne et ceux des Conseils des Ministres des Affaires étrangères des quatre puissances victorieuses, durant les premiers mois. Mais les actions unilatérales menées par les Soviétiques, tant en Europe orientale qu’en Allemagne même, en dépit des accords conclus, devaient fatalement avoir des implications sur l’attitude anglo-saxonne. Les premiers mois de l’année 1946 furent, en ce sens, décisifs. Le processus de pourrissement interallié, qui offrait les meilleures perspectives possibles aux Soviétiques, de surcroît à moindres frais, mais qui présupposait chez les Occidentaux le maintien d’une attitude conciliante, allait rencontrer des obstacles sérieux et les premières manifestations importantes d’une radicalisation occidentale. Les travaux consacrés à l’étude de cette dernière n’ont pas tranché la question de savoir qui fut l’initiateur du changement du côté des Anglo-Saxons, quoiqu’il apparaisse probable que la volonté fut commune et parallèle.

  • 2 F. Pingel, « Die Russen am Rhein ? Zur Wende der britischen Besatzungspolitik im Frühjahr 1946 », V (...)
  • 3 P. Guillen, La question allemande 1945 à nos jours, Paris, Imprimerie nationale Éditions, 1996, p.  (...)
  • 4 F. Pingel, op. cit., p. 112 et H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstre (...)
  • 5 « The Future Governmental Structure of Germany », en accord avec Montgomery, fut envoyé à Sir A. St (...)

3Jusqu’en décembre 1945, la conception officielle qu’avaient défendue les Britanniques était celle d’une longue occupation de l’Allemagne et de la poursuite de la coopération avec l’URSS. Les travaillistes, en ce sens, s’étaient inscrits dans la lignée de la politique étrangère défendue par Winston Churchill2, sans en partager cependant l’anticommunisme et convaincus même qu’une entente était possible entre leur gouvernement et celui de Staline, entente fondée sur leur caractère socialiste commun. Ces positions allaient être remises en cause du fait des difficultés financières et économiques que connaissait la zone d’occupation britannique. Le fardeau que représentait son assistance était lourd : très déficitaire en matière agricole, la zone britannique devait importer chaque année des produits alimentaires en grande quantité, pour un coût annuel de 300 millions de dollars3. La crise de production et d’approvisionnement nécessitait la révision de la politique menée jusque-là de décentralisation politique et de centralisation économique. Les Britanniques estimaient, de surcroît, impossible de réduire leurs subsides à l’Allemagne tant que les Soviétiques maintiendraient leurs revendications en matière de réparations. Celles-ci rendaient les problèmes financiers britanniques insolubles si l’Allemagne continuait d’être considérée comme une entité économique unique4. Ces impasses qui appelaient une réorientation suscitèrent, de ce fait, un ensemble de réflexions à la fois dans l’Administration militaire en Allemagne et au Foreign Office. Le 20 décembre 1945, le vice-gouverneur de l’Administration britannique en Allemagne, le Général Robertson, rédigea un mémorandum sur les futures structures du gouvernement allemand où, sur la base du constat d’une évolution politique différente dans chacune des zones, il préconisait le maintien d’une administration centrale pour les seules questions économiques et étrangères : les conceptions décentralisatrices et fédéralistes refaisaient ainsi discrètement surface puisque Robertson évoquait ces possibles gouvernements de zone comme des agents du gouvernement fédéral (Agents of the Federal Government)5.

  • 6 Voir supra, chapitre IV.
  • 7 Troutbeck to Street, 23/03/46, FO 945/103, cité par F. Pingel, op. cit., p. 106.

4L’intention des Français de reprendre la question des départements centraux6 à la réunion des Ministres des Affaires étrangères, prévue à Paris au printemps 1946, força l’Administration militaire à pousser plus avant ces suggestions et à s’interroger sur la solution la plus adéquate désormais : devait-on persévérer dans la voie de la création d’une administration centrale ou fallait-il mettre en place un gouvernement constitué des seules zones occidentales ?7 Faisaient écho à ces réflexions des prises de position au Foreign Office qui révélaient également une distanciation par rapport à la politique affichée jusqu’alors. Le contexte international n’y était pas étranger : la coopération avec les Soviétiques aux Nations Unies s’annonçait difficile ; les partis communistes consolidaient leurs assises en Pologne, en France et en Italie ; les mesures politiques et économiques, prises unilatéralement par l’URSS en Allemagne, suscitaient des inquiétudes quant au devenir de la zone britannique.

  • 8 R. Steininger, « Die Rhein-Ruhr Frage im Kontext britischer Deutschlandpolitik 1945/46 », dans H.A. (...)
  • 9 L’administration militaire n’avait pas été avertie de ce revirement, cf. Télégramme FO du 19/07/46  (...)
  • 10 Voir H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 147-175.

5Le 3 avril, un entretien entre Bevin et Hynd, le Directeur du Control Office pour l’Allemagne et l’Autriche, marqua une rupture dans la politique étrangère britannique : la Grande-Bretagne devait renoncer à exercer une influence quelconque sur le devenir de la zone soviétique et de ce fait, s’attacher désormais à renforcer sa propre zone en soutenant le SPD et le CDU contre le KPD et le développement d’organes administratifs allemands8. Les deux hommes préconisaient l’instauration d’une administration commune pour les trois zones occidentales, avec l’assentiment préalable des Américains. Ce projet impliquait non seulement le rejet implicite des décisions de Potsdam mais aussi la rupture avec F Union Soviétique. Le risque d’être perçu comme un semeur de division et un briseur de coalition devait être contré par une propagande destinée à masquer la rupture. Elle devait de ce fait mettre en avant la défense de l’unité allemande et encourager la critique de la politique soviétique9. Les tentatives françaises, réitérées lors de la réunion des Ministres des Affaires étrangères de Paris, de revendiquer le détachement de la Ruhr de la zone britannique ne pouvaient que conforter les Anglais dans cette voie puisque la perte de la Ruhr, sans perspective d’une administration économique centrale, n’était pas acceptable. Ces réflexions sur une nécessaire réorientation de la politique britannique n’étaient pas seulement circonscrites aux cercles dirigeants puisque l’ancien Premier ministre, W. Churchill, avait prononcé de retentissants discours, le premier, à Fulton, aux États-Unis, en mars 1946, et le second à Zürich, en septembre de la même année, dans lesquels il prônait une indispensable prévention contre toute guerre et la nécessaire défense des conditions d’épanouissement des libertés et de la démocratie dans le monde. Il y dénonçait, de même, l’engouement soviétique pour la politique de force qui rendait la traditionnelle doctrine britannique d’équilibre des forces en Europe inadéquate, voire obsolète. L’Occident ne pouvait pas rester inactif devant l’évolution que connaissait l’Europe : s’il ne pouvait rien faire pour la partie orientale sur laquelle un rideau de fer s’était abattu, il fallait défendre les libertés et la démocratie dans la partie occidentale10.

  • 11 Voir H.P. Schwarz, ibid., p. 151.

6La difficulté centrale dans les réflexions britanniques résidait en ce qu’une réorientation de leur politique nécessitait non seulement l’assentiment, mais aussi le soutien ferme des États-Unis. Les discours prononcés par W. Churchill en 1946 avaient ainsi pour objectif non dissimulé de retenir les Américains en Europe : ceux-ci devaient aider la Grande-Bretagne à stabiliser la situation en Europe centrale. Les Britanniques seraient alors en mesure de stopper l’avancée soviétique en Méditerranée et au Moyen-Orient. Les quatre objectifs fondamentaux de la politique extérieure britannique de l’après-guerre pourraient être de ce fait atteints : protection face à l’expansion soviétique, maintien de l’empire britannique, reconstruction et sauvegarde de la paix. À dessein, pour flatter les États-Unis, Churchill avait évoqué, à Zürich, la possibilité de créer une « sorte d’États-Unis d’Europe »11.

Les ambiguïtés américaines

  • 12 Voir chapitre I.
  • 13 K. Schwabe, « Die amerikanische Deutschlandpolitik 1945-1953 », dans Die Deutschlandfrage von der s (...)
  • 14 D. Yergin, La paix saccagée. Les origines de la guerre froide et la division de l’Europe, Paris, éd (...)

7La conférence de Paris, qui se déroula en deux étapes, du 24 avril au 15 mai puis du 15 juin au 12 juillet 1946, fut décisive puisqu’elle révéla une évolution américaine parallèle à celle des Britanniques. Elle devait permettre en effet de consacrer les tendances antisoviétiques qui s’étaient progressivement développées au Département d’État. Jusque-là, la politique américaine avait été marquée par le dessein universel du Président F.D. Roosevelt de créer un nouvel ordre international qui rendrait dorénavant impossible toute guerre mondiale. Sa mise en place présupposait le maintien de bonnes relations avec l’URSS et la neutralisation de l’Allemagne12. Mais, si l’emprise du Président sur la politique étrangère de son pays était indiscutable, il n’en reste pas moins que des divergences existaient entre les différents ministères quant à l’attitude à adopter envers l’Union soviétique et envers l’Allemagne défaite : vis-à-vis de cette dernière, le Ministre des Finances, H. Morgenthau, avait préconisé ainsi des mesures de neutralisation radicales tandis que le Ministère de la Guerre et le Département d’État avaient considéré plutôt qu’une intégration de l’Allemagne pacifique et démocratique dans un système mondial de sauvegarde de la paix était seule à même de satisfaire les intérêts politiques américains13. Cette voie, fondée sur ce que Daniel Yergin, dans un ouvrage consacré à la naissance de la guerre froide, a dénommé « les postulats de Yalta » supposait de poursuivre la collaboration avec l’URSS dans l’après-guerre parce qu’elle minorait le rôle de l’idéologie marxiste-léniniste et les conséquences, en politique étrangère, des pratiques autoritaires du régime soviétique et considérait l’URSS comme une grande puissance traditionnelle cherchant à tirer profit du système international. Mais une telle appréciation était vivement contestée par les partisans « des postulats de Riga » selon lesquels l’URSS était un État révolutionnaire, mû par une idéologie messianique, rejetant implacablement toute idée de coexistence avec l’Occident14.

  • 15 M. Gottlieb, The German Peace Settlement and the Berlin Crisis, New-York, 1960 cité par H.P. Schwar (...)

8Ces divergences, si elles purent être contenues sous Roosevelt et jusqu’à la victoire de la coalition anti-hitlérienne, allaient peu à peu se donner libre cours, profitant de l’inexpérience du Président Truman en politique extérieure. Son Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, J. Byrnes tenta de les concilier jusqu’en 1947, mais son successeur, G. Marshall, consacra la ligne anticommuniste qui devait définir la politique extérieure américaine par la suite. L’année 1946 amorçait ce tournant en voyant se dérouler les dernières joutes entre les partisans des « postulats de Yalta » et ceux des « postulats de Riga », joutes qui marquèrent la victoire de ces derniers dès 1947. Mais jusque-là, les États-Unis menèrent encore ce que Manuel Gottlieb a appelé la « politique de l’ambivalence »15, même s’il devenait de plus en plus évident, tout spécialement depuis la victoire des Républicains aux élections de novembre 1946 au Congrès, que l’esprit de collaboration avec l’URSS s’étiolait. Les initiatives américaines entre le printemps et l’automne 1946 marquaient d’autant mieux cette évolution qu’elles furent conduites, face aux contestations grandissantes, par les partisans d’une collaboration avec l’URSS, le gouverneur militaire en Allemagne, Lucius D. Clay, et le Secrétaire d’État, James Byrnes.

  • 16 Les Britanniques s’étaient rapidement associés à cette mesure.
  • 17 P. Guillen, op. cit., p. 22.
  • 18 W. von Buttlar, op. cit., p. 103-107. Au terme de négociations secrètes entre Sokolovskij et Clay, (...)
  • 19 Voir infra, même chapitre.
  • 20 F. Pingel, op. cit., p. 110 et G. Mai, Der Alliierte Kontrollrat in Deutschland 1945-1948. Alliiert (...)

9Sous la houlette de ce dernier, les États-Unis, à l’instar de ce qu’ils avaient tenté les derniers mois de la guerre, multiplièrent les gestes de pression et de compromis durant le premier semestre 1946. Le 3 mai 1946, quelques jours avant le début de la conférence de Paris, le gouverneur militaire L. Clay décida, de manière unilatérale, d’arrêter les livraisons effectuées au titre des réparations dans la zone américaine à destination de l’URSS16. Elle faisait suite à l’impossibilité de régler les différends liés à l’élaboration du plan industriel du 28 mars 1946 au Conseil de contrôle interallié. Les États-Unis se montraient opiniâtres dans leur détermination car leur zone d’occupation connaissait des difficultés économiques semblables à celle des Britanniques : le déséquilibre, dû à un fort déficit agricole et à une industrialisation et une urbanisation élevées, ne pouvait être compensé que par de grosses importations alimentaires dont le montant annuel s’élevait à 200 millions de dollars. S’y ajoutait l’aide d’urgence dispensée par l’armée américaine dans le cadre des GARIOA (Government Appropriations for Relief in Occupied Areas) : 64 millions de dollars en 1945, 468 en 1946, 600 en 1947, 883 en 194817. Cette fourniture gratuite de denrées alimentaires et de matières premières était destinée à pallier le fait que les exportations ne couvraient que le tiers des importations indispensables. Au vu de ces difficultés, les Américains avaient exigé un rationnement uniforme des vivres, ce qui supposait une administration commune des réserves des zones. Ils souhaitaient, d’autre part, être associés au développement de la production de charbon de l’Allemagne centrale et finalement, s’en tenaient à un programme équilibré d’importations-exportations. Le refus des Soviétiques de réduire leurs prétentions en matière de réparations devait ainsi conduire Clay à réagir par la cessation des livraisons au titre des réparations18. Une telle action trahissait la pleine conscience des risques à la fois humanitaires et politiques qu’engendraient la faim, le chômage, la misère dans les zones occidentales : la crainte grandissait que leur désespoir ne conduisît à des réactions dont le communisme tirerait profit. Parallèlement à cette mesure radicale, Byrnes, lors de la conférence de Paris, avançait, quant à lui, une initiative destinée à renforcer la coopération avec l’Union soviétique : il présenta en effet un projet de désarmement de l’Allemagne à ses collègues qui marquait la volonté américaine de prévenir toute résurgence d’une menace allemande en intégrant l’Allemagne unie dans un système international pacifique. Byrnes prévoyait d’instaurer une commission qui veillerait à sa mise en application pendant 25 ans. Face au rejet de ce plan par les Soviétiques19 qui surprit grandement le Secrétaire d’État américain, il ne restait plus à Byrnes qu’à se rallier à l’initiative des Britanniques de considérer leur zone comme une entité économique distincte, orientée vers l’exportation, compte tenu du fait qu’il s’avérait impossible de trouver un accord sur la question de la responsabilité commune en économie. Parce qu’il mesurait les menaces économiques que faisait malgré tout peser l’absence d’une telle entente pour la zone américaine, Byrnes se montra désormais prêt à s’engager dans la voie d’une fusion économique avec une autre zone20.

Vers une remise en cause de la collaboration interalliée

10La décision de créer la bizone fut prise le 25 juillet 1946 et Bevin s’en félicita dans une lettre à Attlee, le même jour :

  • 21 Bevin to Attlee, 25/07/46, FO 371/55589, cité par F. Pingel, ibid., p. 114. La convention serait si (...)

« Ce matin, nous avons décidé de fusionner les zones britannique et américaine. Nous avons un besoin impérieux d’obtenir plus de papier pour l’Allemagne... Je dois mettre en œuvre une campagne de propagande intensive »21.

  • 22 Memorandum of Agreement Between the United States and the United Kingdom, 2/12/46, publié par I. vo (...)
  • 23 F. Pingel, op. cit., p. 114.

11Pour ne pas risquer de heurter la population et les partis politiques allemands, les Anglo-Saxons justifiaient en effet leur décision par une propagande de défense de l’unité allemande, d’un traité de paix et d’une ouverture aux autres zones. Ce souci d’ouverture transparaît nettement dans les termes de l’accord sur la bizone, signé à Washington, le 2 décembre 1946 et entré en vigueur le 1er janvier 194722. L’accord conclu stipulait en effet que « (...) l’objectif des deux gouvernements était d’accomplir l’unité économique de l’Allemagne dans son ensemble, comme le prévoyaient les accords de Potsdam ». La bizone devait ainsi être vue comme « le premier pas vers cet accomplissement ». Les deux gouvernements se déclaraient « prêts à tout instant à entamer des négociations avec chacune des autres puissances occupantes dans le but d’étendre cet accord à leur zone d’occupation ». Cependant, la finalité politique logique qu’impliquait un tel regroupement n’était pas occultée. Et, comme le fait judicieusement remarquer F. Pingel, si l’appel de Bevin était officiellement lancé à toutes les zones d’occupation, seuls en fait la Grande-Bretagne et les États-Unis étaient appelés à se réunir immédiatement sans attendre la réponse des Soviétiques. Et, à ces derniers, on ne proposait que d’adhérer au principe de fusion sans pouvoir le contester23. Le précédent du Conseil de contrôle interallié ne pouvait faire apparaître, de surcroît, un tel ralliement des Soviétiques que comme hautement improbable...

  • 24 Memorandum of Agreement Between the United States and the United Kingdom, 2/12/46, op. cit., paragr (...)
  • 25 « Obsuždenie germanskogo mirnogo dogovora na sessii MID v New-York, Soglašenie ob ekonomičeskom sli (...)
  • 26 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 169-170.
  • 27 Une banque centrale ne fut créée que les 7-8 janvier 1948.

12L’accord de la bizone prévoyait de considérer les deux zones comme un seul espace économique qui regrouperait les ressources disponibles afin d’assurer à la population un niveau de vie uniforme24. L’autosuffisance de cet espace économique devait être garantie d’ici fin 1949. Les deux commandants militaires constituèrent l’agence du Commerce extérieur, Joint-Import-Export-Agency, chargée de superviser la reprise de la production économique. Elle était appelée à passer rapidement sous la responsabilité des Allemands. Des administrations interzonales furent créées à Minden et à Stuttgart pour le commerce, l’approvisionnement, l’industrie et les finances25. Des institutions allemandes, German administrative Agencies, furent de même mises en place, inspirées des mesures américaines de création d’organes de gouvernement régionaux dans les Länder. Dans l’optique de la création de la bizone, le 18 juillet 1946, le Land Nordrhein-Westfalen avait aussi été créé, ce qui avait notamment signifié le rejet de toute internationalisation de la Ruhr : ceci levait définitivement les ambiguïtés des Britanniques sur les revendications françaises concernant cette région car ils admettaient désormais qu’une telle internationalisation aurait posé plus de problèmes qu’elle n’en aurait résolu, une Allemagne sans la Ruhr ne pouvant pas être autonome ; de surcroît, une entité internationale constituée autour du bassin de la Ruhr pourrait menacer les capacités d’exportations de la Grande-Bretagne. Enfin, la volonté soviétique de participer à un contrôle international de la Ruhr recelait le risque de voir l’URSS influer directement sur l’évolution économique de l’Europe occidentale. Le 22 octobre 1946, Bevin soutint ainsi officiellement la revendication française d’instaurer une union économique et administrative avec la Sarre mais rejeta sa politique au sujet du Rhin et de la Ruhr26. Dans le cadre de la bizone, les Américains prirent en mains le contrôle des finances et de l’économie. Des deux côtés de l’Atlantique, on était, de surcroît, conscient que le rétablissement économique des deux zones n’était pas envisageable sans une réforme monétaire mais celle-ci, en 1946, s’avérait inconcevable de suite au niveau politique car elle offrirait facilement matière à faire endosser aux Occidentaux la responsabilité d’une division de l’Allemagne : les questions financières de la bizone relevaient ainsi d’un Comité financier bipartite, Bipartite Finance Committee27, qui recourait tant à la livre sterling qu’au dollar dans ses transactions.

13Si une administration économique interzonale ne signifiait ni pour les Britanniques, ni pour les Américains, la reconnaissance immédiate d’une unité politique, la perspective d’un bloc ouest-allemand, économique mais aussi politique, devenait cependant réelle car l’union économique rendait inéluctable à terme l’union politique. Elle n’était ainsi pas absente des préoccupations qui dominèrent, par exemple, l’entretien sur la bizone des Ministres des Affaires étrangères britannique et américain avec le gouverneur militaire, L.D. Clay, ou bien les préparatifs de la réunion des Ministres des Affaires étrangères de New-York, en automne 1946. Y fut directement posée la question suivante :

  • 28 « Preparations for the Meeting of Council of Foreign Ministers », 5/10/46, FO 945/103, cité par F. (...)

« Devons-nous chercher à établir immédiatement une Allemagne séparée ou devons-nous maintenir l’indépendance des zones combinées américaine et britannique jusqu’à ce qu’elles aient atteint une plus grande stabilité politique et économique ? »28.

14Cette préoccupation exprimait en fait tout le sens de la création de la bizone car celle-ci remettait en cause l’idée de la collaboration avec l’URSS. Cette remise en cause, nous l’avons vu, était plus unanimement acceptée du côté britannique qu’elle ne l’était du côté américain.

  • 29 Voir H.D. Kreikamp, « Die amerikanische Deutschlandpolitik im Herbst 1946 und die Byrnes-Rede in St (...)
  • 30 FRUS, 1946, vol. II, p. 191.
  • 31 Le Département d’État y avait déjà réfléchi au printemps 1946, voir H.D. Kreikamp, op. cit., p. 274
  • 32 Ibid., p. 275.

15Le discours de J. Byrnes à Stuttgart, le 6 septembre 194629 amorce en ce sens la rupture définitive avec toute idée de coopération interalliée effective. Le Secrétaire d’État y exposait sa conception d’un règlement de paix à long terme en Allemagne qu’il souhaitait démocratique et indépendante. S’il se référait expressément aux décisions de Potsdam, Byrnes interprétait désormais les mesures prévues en matière de démilitarisation et de réparations comme ne devant pas entraver le rétablissement industriel et économique de l’Allemagne car il était intrinsèquement lié à celui de l’Europe. Le principe de Potsdam, selon lequel la menace potentielle que représentait l’Allemagne devait être neutralisée par des mesures économiques répressives, était ainsi abandonné. Lui était substituée la conception du maintien de la paix grâce à un désarmement et à une démilitarisation mesurés que les Alliés devaient se contenter d’encadrer. Byrnes reprenait son projet de désarmement du 30 avril 1946 en soulignant que l’objectif primordial de l’occupation militaire devait être de : « démilitariser et de dénazifier l’Allemagne sans cependant entraver les efforts du peuple allemand pour rétablir une économie de paix »30. Ceci supposait d’élaborer de nouvelles règles en matière de réparations, de commerce extérieur et de niveau industriel31. Sa conception d’une démilitarisation de l’Allemagne pour 25 ans, afin de prévenir tout risque d’agression, était également destinée à rassurer les Français en leur offrant une alternative au détachement de régions et à la destruction du potentiel économique allemand puisqu’il prévoyait un engagement américain à long terme en Europe : à Stuttgart, Byrnes devait d’ailleurs insister sur le respect de l’intégrité territoriale allemande et sur le rejet des prétentions françaises sur le Rhin et la Ruhr32.

16Outre la remise en cause des principes adoptés à Potsdam, était nouvelle l’idée d’un engagement américain à long terme en Europe : en rompant avec les tendances isolationnistes traditionnelles des États-Unis, elle constituait une réorientation importante de leur politique. Byrnes était conscient de la portée de cette décision, en particulier pour ses partenaires occidentaux :

  • 33 Undat. Memorandum for Conversation with the President -NA 740.00119 Control (Germany) 9-246 CS/A, c (...)

« Nos amis en Europe craignent aujourd’hui que nous ne voulions pas apporter notre participation aux forces d’occupation, ce qui cause leur manque de confiance. J’espère pouvoir faire un exposé clair qui les rassurerait pleinement »33.

  • 34 Voir infra, même chapitre.

17Ce souci était à mettre en parallèle avec la volonté de clarifier désormais les objectifs de la politique américaine. L’impact qu’avait eu le discours de Molotov du 10 juillet 1946 sur la population allemande34 montrait bien la nécessité pour les États-Unis d’être plus attentifs à la réception de leur politique :

  • 35 Byrnes, Ail in one Lifetime, p 366, cité par H.D. Kreikamp, op. cit., p. 281.

« Le problème était que nous n’avions pas su clarifier suffisamment la politique que nous menions envers l’Allemagne (...). Maintenant, j’estime que notre politique doit être annoncée promptement afin d’impressionner les peuples d’Allemagne et d’Europe »35.

18Mais le discours officiel de Byrnes, en dépit de la réorientation américaine qu’il dessinait, trahissait encore ses espoirs d’une entente avec l’URSS. Ces contradictions existaient en revanche beaucoup moins au niveau des réflexions internes. Si, en effet, au niveau officiel, la distinction à l’égard des positions soviétiques restait implicite et ne perçait que dans des critiques voilées, au niveau interne, les positions devenaient de plus en plus tranchées. Un Office Memorandum du 16 juillet 1946, présentait ainsi la politique américaine de réparations comme devant

  • 36 NA 740 00119 Control (Germany) 7/1946, cité par H.D. Kreikamp, ibid., p. 274.

« (...) empêcher que l’Allemagne ne devienne dépendante économiquement d’un autre pays ou qu’elle ne soit une charge continuelle pour les ressources américaines. Il n’entre pas non plus dans nos intérêts vitaux d’avoir un satellite de l’URSS en Allemagne ou dans l’une de ses parties »36.

  • 37 Voir « Report of the Secretary’s Committee on Germany » du 15 septembre 1946, NA 740.00119 Control (...)

19Le Département d’État s’efforçait donc de réorienter sa politique allemande pour mettre un terme au statu quo interallié. Cette préoccupation fut nettement perceptible dans le rapport Policy Committee on Germany commandé par le Secrétaire d’État, Dean Acheson, le 31 juillet 1946. Il révélait l’influence grandissante du diplomate G. Kennan ou de J.W. Riddleberger, chef de la Division of Central European Affairs, sur la politique étrangère des États-Unis. Ils y dénonçaient la volonté soviétique d’étendre sa domination sur toute l’Allemagne, s’opposaient farouchement à l’idée d’une neutralisation de l’Allemagne qui la laisserait impuissante face à l’influence communiste et préconisaient enfin de neutraliser l’influence soviétique en Allemagne et d’intensifier la propagande en faveur de la défense de l’unité allemande, des libertés personnelles et des fondements démocratiques37.

  • 38 H.D. Kreikamp, ibid., p. 285 ; voir aussi T. Vogelsang, Das geteilte Deutschland, Munich, 1966, p.  (...)

20S’il est sans aucun doute ainsi excessif, comme le fait Kreikamp, de considérer le discours de Byrnes comme une « contre-offensive idéologique » et « un règlement de comptes avec la politique d’occupation soviétique »38, il reste toutefois qu’il amorce nettement une réorientation politique. Celle-ci aurait, selon Kreikamp, un impact très net sur la population allemande. La vie politique y trouverait une impulsion qui lui faisait défaut jusqu’alors. Le discours de Byrnes

  • 39 H.D. Kreikamp, ibid., p. 284.

« (…) sembla conduire en ligne directe et régulière jusqu’à la Loi fondamentale de la République Fédérale d’Allemagne. Depuis cette allocution, la politique d’occupation américaine fut associée, dans l’esprit de nombre d’Allemands, à la renaissance politique et économique »39.

  • 40 Voir infra, chapitre VII.

21Ce début de radicalisation occidentale, fruit du constat de l’impossibilité de mettre en œuvre une politique quadripartite commune, devait trouver une forme de consécration logique, l’année suivante, avec la doctrine Truman puis le plan Marshall40. A partir du printemps 1946, les conceptions des Britanniques et des Américains commençaient donc de changer radicalement en ce qui concernait l’avenir de la collaboration avec les Soviétiques pour la construction du monde de l’après-guerre. Et c’est le vaincu de la guerre, l’Allemagne, qui en était le foyer initiatique, à travers les échecs de la politique quadripartite d’occupation. Les mesures successives que les Occidentaux commençaient à prendre s’éloignaient de plus en plus de l’esprit des principes proclamés à Potsdam.

22Si la réaction à la politique soviétique de faits accomplis en Europe orientale puis dans la zone même d’occupation en Allemagne pourrait être qualifiée, somme toute, de tardive au regard des initiatives que l’URSS n’avait eu de cesse d’accumuler unilatéralement, 1946 enclenchant un processus dont l’ampleur ne faisait que souligner encore ce contraste, la riposte était pourtant effective et exigeait logiquement une réponse de la part des Soviétiques, voire une révision de leur ligne stratégique, puisque celle qu’ils défendaient jusqu’alors n’était possible que dans la mesure où les premiers jouaient le jeu et se montraient conciliants au nom du maintien de l’unité interalliée. Qu’en serait-il concrètement ? Quelle serait l’attitude soviétique face à cette succession de changements dans la politique occidentale ? Et d’abord, l’avaient-ils pressentie ? Sans omettre les références nécessaires au contexte européen et mondial, l’analyse de la réaction soviétique se bornera essentiellement à examiner les retombées pour la politique allemande.

Des Soviétiques sans réelle méfiance

23L’analyse de la réaction du côté soviétique est complexe car elle varie en fonction du point de vue considéré : décisionnel à Moscou ou exécutif à Berlin, celui-ci se dédoublant entre le niveau des autorités occupantes de la SVAG et le niveau du SED. La nature des réactions, à chacun de ces échelons, va en outre parfaitement refléter la structure pyramidale et le caractère autoritaire du système soviétique ainsi que les champs d’action et de compréhension limités de l’exécutif. Pour le niveau décisionnel, malheureusement, aucun document d’archives n’a pu éclairer directement la position de Staline et, de ce fait, il faut se contenter d’exposer les positions diplomatiques officielles au niveau interallié. Mais leur confrontation avec les rapports établis par les exécutants de la politique stalinienne en Allemagne permet toutefois de mesurer de façon plus précise l’impact de la radicalisation occidentale sur le Kremlin. Les comptes rendus sur la perception préalable du changement vont, à cet égard, bien éclairer les attitudes et permettre de mesurer l’état d’esprit des autorités occupantes et des dirigeants du parti socialiste unifié dans la zone soviétique, à la veille des revirements anglo-saxons.

La perception préalable du changement au niveau des autorités occupantes

24Lorsque l’on considère le niveau de l’Administration militaire, les attitudes dépendent du domaine de compétences de chacun, selon la logique du système institutionnel soviétique reproduit en Allemagne. Ainsi, en novembre 1945, un rapport de la Direction de la Propagande ne voyait, dans les réactions occidentales aux mesures prises par les autorités soviétiques dans leur zone, que de la propagande destinée à compromettre celles-ci aux yeux des Allemands. L’annonce d’un changement occidental n’était qu’un bluff, manifestation de leur impuissance à contrecarrer les succès de la politique d’occupation soviétique :

  • 41 RCHIDNI, « Iz obzora Bûro Informacii SVAG o političeskom položenii v Germanii », envoyé à G.F. Alek (...)

« Les Britanniques et surtout les Américains ont été obligés de revoir leurs positions. Ils ont annoncé à grands cris un nouveau cours politique à l’égard de l’Allemagne. Pour ce qu’il en est, on pourrait le définir avec le proverbe russe : passer d’un extrême à l’autre (...) »41.

  • 42 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, de Semenov à Vychinskij (...)
  • 43 Ibid., 17/03/46, 1. 23.

25Les rapports établis par la Direction du conseiller politique de la SVAG, furent dans ce domaine plus instructifs puisque V.S. Semenov était directement responsable des relations avec les Occidentaux ; le regard porté sur l’évolution de leurs positions était ainsi non seulement moins idéologique mais aussi plus pénétrant. Dans une lettre d’information sur la situation politique en Allemagne, le 9 mars 1946, V.S. Semenov devait lancer une première mise en garde en relevant que les tentatives britanniques et américaines d’établir une union économique entre leurs deux zones méritaient l’attention. Des réunions régulières avaient déjà eu lieu entre les organes dirigeants allemands des administrations des deux zones42. Ce constat de Semenov venait cependant après une longue énumération des déboires occidentaux et, de ce fait, Semenov ne semblait pas y attacher une importance démesurée. Dans une seconde lettre d’information sur la situation politique en Allemagne, le 17 mars 1946, soit donc quelques jours plus tard, Semenov devait pourtant s’interroger sur le sens de l’alarmisme des Occidentaux. Leurs annonces réitérées de famine poursuivaient, à son avis, des buts politiques : « Impression que la Grande-Bretagne a lancé une sérieuse manœuvre avec des objectifs politiques à long terme »43.

26Semenov n’était pas le seul à constater un frémissement du côté occidental au printemps 1946. Les autres rapporteurs du Conseil de contrôle interallié eurent aussi l’occasion de relever une amorce de changement dans l’attitude des partenaires ou, du moins, de déplorer une certaine dégradation. Certes, les rapports entre les vainqueurs n’avaient jamais été exempts de difficultés et les tentatives soviétiques pour investir les zones alliées sur le plan idéologique s’étaient heurtées très tôt à un mauvais-vouloir des Occidentaux. Les Soviétiques avaient eu maintes fois l’occasion d’enregistrer les manifestations hostiles à leur encontre chez les autorités des autres zones. Mais Britanniques et Américains s’en étaient malgré tout toujours tenus au respect de la règle énoncée à Potsdam sur les relations interalliées et n’avaient jamais remis en cause la poursuite de la collaboration quadripartite.

  • 44 Sessions du Comité de coordination du 3 et du 29 octobre 1945, AVP, Fonds 455, opis’ 7, delo 28, pa (...)

27Le climat dans les instances quadripartites se durcissait cependant peu à peu. Les comptes rendus des représentants soviétiques déploraient, avec une fréquence accrue, les reports perpétuels au Conseil de contrôle sur les questions qui intéressaient l’URSS au premier chef : l’acceptation d’une union nationale des syndicats et la création d’une union des partis politiques à l’échelle de toute l’Allemagne. Les États-Unis et la Grande-Bretagne ne se montraient, en effet, plus aussi conciliants sur les initiatives soviétiques en matière syndicale. Ils avaient été favorables à la mise en place de syndicats à l’échelle de toute l’Allemagne à l’automne 1945 et Eisenhower avait même laissé éclater son irritation face à l’obstruction de la France sur cette question et face à sa proposition de simplement confier aux commandants militaires des quatre zones la création de syndicaux zonaux44 mais les Anglo-Saxons changeaient de position dès les premiers mois de 1946. Des polémiques jaillirent ainsi au Conseil de contrôle interallié, en mars-avril, lors de l’examen des recommandations du Congrès syndical mondial sur la création d’organisations syndicales interzonales. L’élection au comité des syndicats libres de Berlin de quelques ouvriers, membres des organisations syndicales de la zone soviétique, puis l’activisme dont ils y firent preuve avaient suscité l’inquiétude et la crainte d’une récupération par les Soviétiques. Et la position que défendaient désormais Britanniques et Américains dans les structures quadripartites en fut fortement marquée. Ils rejoignaient ainsi la France dans son insistance à limiter les possibilités octroyées aux syndicats de coordonner leur action à un niveau général et affichaient une grande fermeté dans ce domaine, à l’instar de L. Clay :

  • 45 AVP, Fonds 455, opis’ 1, delo 25, papka 7, 11. 42-43, cité par S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, ibid.(...)

« Aucun citoyen allemand, dans le secteur américain de Berlin, ne sera autorisé à adhérer aux syndicats unis du grand Berlin. De plus, les autorités américaines insisteront pour limoger de son poste tout citoyen qui aurait contrevenu à cet ordre »45.

  • 46 AVP, Fonds 455, opis’ 1, delo 3, papka 1, 1.74, cité ibid., p. 106.

28Le compromis final ne garantissait ainsi le principe de créer des fédérations syndicales interalliées qu’au niveau zonal. En dépit de la désapprobation du délégué soviétique, Montgomery avait rejeté toute directive qui comporterait un caractère contraignant pour les commandants de zone46.

29Et les premières impatiences, empreintes de critiques voilées, apparaissaient insensiblement du côté soviétique. Ainsi, le 25 juin 1946, Kudrâvcev avait écrit à Smirnov et Vychinskij, dans un compte rendu sur l’activité du Conseil de contrôle interallié :

  • 47 « Otčët o rabote kontrol’nogo soveta za period s 1/04/46 do 20/06/46 », S. Kudrâvcev à Smirnov et V (...)

« Sur la base de ce rapport, on peut constater que la législation en matière de syndicats est incomplète et ne garantit pas le développement uniforme des syndicats dans toutes les zones, ce qui est absolument nécessaire à l’accélération du processus de démocratisation »47.

  • 48 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 100.

30Kudrâvcev avait adopté le même ton pour la question des partis politiques où la France et la Grande-Bretagne faisaient de l’obstruction : « (...) Ils n’ont pas voulu encourager l’activité des partis politiques et leur union à l’échelle nationale. Ils ont constitué un frein dans le processus de démocratisation de l’Allemagne »48. Cette question des partis politiques serait débattue dans les organes quadripartites presque jusqu’à la cessation des fonctions du Conseil de contrôle interallié mais jamais elle ne devait être résolue. Le 29 octobre 1947, les Français, au nom des Occidentaux, se déclaraient hostiles à tout projet autorisant les partis politiques à l’échelle nationale.

31Les obstacles, opposés à la reconnaissance du SED par les autorités occidentales, avaient donné lieu aussi à l’expression de méchants griefs. Dans son rapport, S. Kudrâvcev se faisait accusateur et condamnait les manœuvres britanniques pour retarder le plus possible cette reconnaissance :

  • 49 Ibid., 1. 86.

« Dans les zones occidentales, le SED n’a toujours pas été reconnu et dans la zone britannique, le commandement a même publié un ordre spécial sur l’interdiction d’enregistrer de nouveaux partis sous prétexte que les partis existants déjà représentent soi-disant l’opinion publique et que la création de nouveaux partis pourrait avoir une influence néfaste sur les élections à venir »49.

32Les débats s’enlisaient sur ces questions, fondamentales dans l’approche soviétique, et S. Kudrâvcev notamment pressentit au début de l’été 1946 les implications politiques globales que ces retards pourraient avoir. Au sujet de la montée des tensions dans les structures interalliées, il notait d’ailleurs de manière caractéristique :

  • 50 Ibid., 1. 87.

« On peut dire sans se tromper qu’en grande partie, cette tension des relations est attisée pour prouver que ni les décisions de Berlin ni le Conseil de contrôle interallié ne sont des moyens efficaces pour diriger l’Allemagne. En d’autres termes, les parties britannique et américaine tentent de saboter la bonne exécution des décisions de la conférence de Berlin pour préparer ainsi le terrain à leur révision »50.

Les préoccupations du SED au printemps 1946

  • 51 22 avril 1946, voir supra, chapitre V.
  • 52 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 128, 1091.
  • 53 Ibid., 1. 175.

33Le frémissement était-il également perceptible chez les dirigeants du SED ? Quel était leur état d’esprit au printemps 1946 ? Le parti d’union de la classe ouvrière venait alors juste de se constituer51 et prenait ses marques. Ses préoccupations se révélaient, de ce fait, essentiellement locales au regard des décisions adoptées, lors de la réunion du Comité central du SED, du 23 avril au 4 mai 1946 : nulle évocation n’y était faite d’une amorce de changement dans la politique occidentale et, dans les questions à l’ordre du jour, on ne trouvait, pêle-mêle, que le constat de l’absence d’une reconnaissance du SED dans les secteurs occidentaux, la formation d’une fraction sociale-démocrate à Berlin en réaction à la fusion KPD-SPD, la nécessité, pour le nouveau parti, d’affirmer sa stature étatique et d’intensifier la formation idéologique de ses cadres, et pour la zone d’occupation soviétique, d’être attractive sur le plan économique afin de séduire et de gagner les travailleurs des zones occidentales52. Le nouveau parti était ainsi tout à son organisation politique et idéologique. Et les anciens communistes, qui aspiraient au contrôle et à la direction des affaires, avaient quelques points à éclaircir avec leurs partenaires. Ils s’y employaient en ménageant les étapes. Si le respect impérieux d’un développement mesuré vers le socialisme était à nouveau rappelé53, un des objectifs essentiels de la réunion du SED était ainsi de faire admettre aux partenaires sociaux-démocrates la nécessité d’une plus grande audace dans les réformes économiques, allusion à leurs réserves, voire leurs prises de distance antérieures sur le programme du KPD. Ulbricht devait d’ailleurs répéter à cette occasion : « Un grand nombre de conditions doivent être remplies afin d’instaurer le socialisme et elles font actuellement défaut dans la catastrophe que nous vivons ». Et d’ajouter, qu’à son avis, les forces d’occupation désapprouveraient la mise en place du socialisme dans les circonstances actuelles.

  • 54 « Stenogramma soveŝaniâ po voprosam obrazovaniâ, kul’tury, pečati, radioveŝaniâ i informacii ot 5-8 (...)

34Les 5-8 juin 1946, les sociaux-démocrates étaient de ce fait directement visés dans l’exposé d’Anton Ackermann sur les tâches idéologiques du SED54. Sans s’encombrer de circonlocutions, celui-ci y saluait certes le succès de la fusion entre communistes et sociaux-démocrates, mais pour souligner aussitôt que cette fusion devait aussi avoir un caractère idéologique :

  • 55 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 141, 3551, 1. 10.

« Le SED ne peut être le cadre dans lequel deux orientations politiques et idéologiques jusque-là séparées vont continuer de cohabiter. Non. Il est l’enveloppe d’un seul contenu politique et idéologique et ce contenu est le socialisme scientifique fondé par Marx et Engels. Le parti socialiste unifié doit former un bloc non seulement sur le plan organisationnel, mais aussi au niveau de la volonté politique et spirituelle »55.

35Cette thèse d’Ackermann reprenait à son compte les thèmes déjà largement développés dans la propagande communiste depuis la guerre et s’inscrivait dans la continuité de la stratégie, développée pendant le conflit, de conversion mesurée et progressive vers le socialisme, même si elle se faisait plus insistante sur la finalité du combat de la classe ouvrière, en dépassant l’étape d’une république démocratique-antifasciste. Ackermann écartait ainsi toute ambiguïté lorsqu’il abordait les voies de la conquête des autres couches sociales :

  • 56 Ibid., 1. 25.

« Nous devons ainsi distinguer clairement deux tâches à résoudre au cours de notre travail dans les élites intellectuelles : l’une est la conquête des intellectuels pour une participation active à la reconstruction démocratique de l’Allemagne ; l’autre, qui s’en distingue nettement, est celle de la conquête des intellectuels pour le SED, pour le marxisme, le socialisme et non seulement pour une république démocratique-antifasciste. Les deux constituent nos missions. La résolution de l’une, la conquête des intellectuels pour la reconstruction démocratique, nous facilitera la résolution de l’autre »56.

36Le corollaire logique de cette théorie restait la défense des intérêts nationaux allemands :

« La classe ouvrière, les marxistes ne pouvaient plus dire : nous sommes indifférents à l’idée de la patrie mais ils devaient se placer désormais à la tête de toutes les forces progressistes du peuple pour sauver la classe ouvrière et la nation du naufrage. (...) Le parti du travail, comme parti socialiste, doit aussi devenir un parti national, un parti de la représentation ».

  • 57 Ibid., 11. 23-24. Il résout ainsi les contradictions entre positions nationale et internationale, d (...)

37Pour éviter tout amalgame avec une position nationaliste, Ackermann recourut de même plus volontiers à l’épithète patriote, en en soulignant l’adéquation aux conceptions internationalistes : « Le mouvement ouvrier a besoin d’être une force dans son pays pour pouvoir accomplir ses tâches internationalistes »57.

  • 58 Ibid., 1. 58. Contrairement à ce qu’affirme W. Loth, la théorie d’Ackermann n’est pas le signe d’un (...)

38Son développement d’une argumentation pour une voie spécifique vers le socialisme pour l’Allemagne, fondée sur les enseignements du passé, la spécificité de la classe ouvrière allemande et la nécessaire ouverture à toutes les couches sociales, était destiné en fait à apaiser les craintes que pourraient ressentir les sociaux-démocrates, mais aussi les partis du bloc antifasciste, devant la reprise des thèmes développés par la propagande communiste. Si le discours du SED devait épouser fidèlement les conceptions du KPD, il ne fallait pas effrayer les nouveaux partenaires avec un discours trop dogmatique. Le slogan de la voie spécifique vers le socialisme répondait tout à fait à cet objectif58. Mais, en même temps, derrière ce discours de façade, les choses étaient désormais clarifiées sur les desseins des communistes. Si les sociaux-démocrates avaient pu avoir quelques illusions préalables avant la fusion, les premières réunions du SED ressemblaient fort à une mise au point, voire à une mise au pas des anciens sociaux-démocrates, pour leur signifier qui imprimait l’orientation politique et idéologique dans le parti unifié et dans le bloc antifasciste. Cette prise en mains se justifiait aussi par les difficultés à surmonter les manifestations de sectarisme, les réticences multiples à collaborer, les velléités centrifuges.

  • 59 RCHIDNI, « Stenographisches Protokoll über die 3. Sitzung des Parteivorstandes der SED, 18-20/06/46 (...)
  • 60 Ibid., 1. 119.

39Une illustration de cette mise au pas fut offerte, lors de la troisième session du Plenum du SED les 18-20 juin 1946, lorsqu’un ancien social-démocrate de Berlin, Erich Lübbe, tenta à plusieurs reprises d’intervenir pour critiquer la distanciation, insuffisante à ses yeux, du SED vis-à-vis des autorités occupantes : « Nous devrions toujours nous efforcer, lors de nos entretiens avec les camarades et les institutions militaires soviétiques, de marquer les différences fondamentales qui distinguent le peuple allemand du peuple russe »59 ou les arrestations arbitraires auxquelles procédaient régulièrement les autorités soviétiques. Concluant sur l’échec de ses efforts répétés pour faire admettre aux Soviétiques la nécessité de motiver toute arrestation, Lübbe eut ces mots : « Ils n’accordent pas à la notion de liberté individuelle l’importance que nous lui donnions autrefois »60. La réaction de Pieck fut cinglante :

  • 61 Ibid., 1. 119.

« Crois-tu qu’il est digne de notre Plenum de débattre ici de cette question, alors que nous traitons de problèmes politiques ? (...) Si elle est traitée dans les discussions, crois-tu que nous devons adopter ici une résolution de protestation ? Ce serait tout bonnement insensé ! »61.

40Il revint un peu plus tard sur la prise de position de Lübbe, dans une mise en garde générale :

« Camarades, vous devez comprendre que de telles déclarations dans cette enceinte doivent provoquer, pour le moins, les ripostes des camarades conscients de leurs responsabilités quand ils en ont. Où prendrions-nous le droit de parler d’un manque d’humanité et de socialisme chez nos amis russes quand nous sommes si redevables à l’Armée rouge de tout ce que nous avons ! (...) Il n’y a pas une puissance alliée qui ait fait preuve d’autant d’humanité envers le peuple allemand. Mais l’Union soviétique peut constater que dans sa zone d’occupation, ne vivent pas seulement des démocrates ou des socialistes ; les ennemis sont partout à l’œuvre pour saboter l’acquis et susciter des provocations destinées à soutenir les calomnies lancées contre l’URSS sur la scène internationale ».

  • 62 Ibid., 11. 129-130.

41Et Pieck d’ajouter au sujet des arrestations : « Il est insensé de parler de l’existence de prisonniers politiques ici. Il n’y a pas de prisonniers politiques dans la zone soviétique ». L’URSS garantissait également les plus grandes libertés individuelles qui soient62. La riposte de W. Pieck fut jugée mauvaise par Tûl’panov dans un rapport joint à l’envoi, par G. Korotkevič à M.A. Suslov, des décisions les plus importantes de la direction du SED prises au cours de la session des 18-20 juin 1946 :

  • 63 O. Grotewohl fut obligé de s’en démarquer et de souligner que le SED était un parti et non une fili (...)

« La réponse donnée par Pieck a été ferme. Cependant, il faut noter que son intervention sur cette question fut malheureuse et contenait toute une série de formules indéfendables qui laissaient supposer une collaboration étroite et même une subordination du parti à la SVAG. Elle a laissé une impression désagréable chez une grande partie des membres de la direction du parti »63.

  • 64 Voir W. von Buttlar, op. cit., p. 199.

42Ce qui apparaît, avec le recul, comme la manifestation d’une sorte de naïveté de la part de cet ancien social-démocrate, pour avoir cru en la parité au sein du SED ou en la possibilité d’émettre des contestations, démontre au contraire l’habileté avec laquelle les communistes et les autorités soviétiques avaient su dissimuler leurs arrières-pensées politiques derrière un discours de façade pluraliste et démocratique. Le parti communiste, officiellement défunt, renaissait dans le SED et, si le SPD avait été jusque-là ménagé afin de vaincre ses réticences ou ses méfiances, il ne l’était désormais plus. Le printemps 1946 a souvent été considéré comme un point de rupture dans l’évolution politique de la zone d’occupation or, en fait, il ne marque pas la fin d’un pluralisme dans la zone soviétique ou l’amorce de sa soviétisation, puisque ce pluralisme ne fut jamais que de façade et que la soviétisation avait été lancée dès le début de l’occupation, mais la façade pluraliste et démocratique se lézardait plus nettement64.

  • 65 RCHIDNI, « Stenographisches Protokoll über die 3. Sitzung des Parteivorstandes der SED », 18-20/06/ (...)
  • 66 Ibid., 1. 347.
  • 67 « Stenographische Niederschrift über die Presskonferenz 16/12/46. Zentralhaus der Einheit, Berlin » (...)
  • 68 « Stenogramma 1.go zavedaniâ sekretarej SEPG po molodëžnoj rabote », 30/07/46- 1/08/46, 3511, RCHID (...)

43Si cette troisième session de la direction du SED est une manifestation claire de la mise au pas de ses membres, elle est intéressante aussi parce que, pour la première fois, une certaine perception d’un frémissement à l’Ouest ressortait des débats. Mais, celle-ci allait se révéler d’une nature tout à fait différente de celle relevée au niveau des autorités occupantes. Les problèmes internes et spécifiques à la zone d’occupation soviétique requéraient toute l’attention du SED et c’est sans doute dans le but de désamorcer les tensions internes qu’il faut interpréter les quelques ouvertures opérées : l’annonce du retour des premiers prisonniers de guerre pour juillet 1946 ou celle de concessions en matière de dénazification65. L’évolution des positions anglo-saxonnes n’était perçue que dans le cadre des préoccupations du SED. Plus que les velléités d’union entre les zones anglo-saxonnes, c’était, par exemple, l’attitude nettement hostile des autorités occidentales envers le SED qui inquiétait ses dirigeants66. Ce qui gênait aussi le SED vis-à-vis des Occidentaux, c’est que ces derniers le plaçaient sciemment dans une situation inconfortable sur les questions politiques car ils jouaient sur l’impopularité des thèmes défendus par les Soviétiques dans la population allemande. La référence martelée aux principes punitifs, énoncés à Potsdam, ou la question du maintien des frontières orientales conduisaient en effet la propagande allemande à louvoyer entre ambiguïtés et justifications, entre échappatoires et faux-fuyants. Grotewohl, pour justifier la justesse des décisions de Potsdam, insistait ainsi sur la culpabilité allemande et attribuait le marasme économique et financier que vivait l’Allemagne à leur non-respect67. Pieck, quant à lui, interprétait l’insistance à exiger une révision des frontières polono-allemandes comme la tentative de camoufler, aux yeux du peuple allemand, les manœuvres opérées dans la Sarre et dans la Ruhr68.

  • 69 Ibid., 1. 343.
  • 70 Ibid., 1. 345.

44Ces dérobades ou ces accusations prodiguées à l’encontre des Occidentaux trahissaient le fait que le SED ne voulait pas prendre de position tranchée : la question de la Ruhr, disait-il par exemple, était encore à l’examen et la voix du peuple allemand pouvait influer sur la décision finale ; celle des frontières avait été résolue à Potsdam mais elle n’était pas définitive et « nous croyons que les dirigeants des grandes puissances ne commettront pas une injustice lors de la signature du traité de paix’ »69. Tûl’panov était bien conscient de la position inconfortable du SED sur ce point car les autres partis du bloc demandaient ouvertement le réexamen de la question des frontières orientales : « Le SED doit manœuvrer et refuser toute exigence concernant la révision des décisions de Potsdam »70. Dans la campagne pour les élections municipales, prévues en septembre 1946, les autorités soviétiques laissèrent d’ailleurs le SED insister sur le caractère provisoire de la ligne Oder-Neisse et envisager une révision sur ce point dans un futur traité de paix :

  • 71 « Protokoly zasedanij C. Sekret. SEPG », 12/08/46 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 133, 1. 150.

« Par les réformes qu’il mène, le SED tente de reconquérir la confiance et le respect des autres peuples, en particulier des voisins, et souhaite que, dans les négociations imminentes sur le traité de paix, le peuple allemand obtienne un traité supportable. Le SED mettra tout en œuvre pour que dans la question des frontières, la voix du peuple allemand résonne lors de la conférence de paix »71.

  • 72 RCHIDNI, « Stenographisches Protokoll über die 3. Sitzung des Parteivorstandes der SED », 18-20/06/ (...)

45Jamais, cependant, les Soviétiques ne revinrent sur la question de l’Oder-Neisse. Dans ce contexte, cependant, certains percèrent à jour le sens des initiatives occidentales mais elles ne leur inspirèrent pas de craintes excessives car elles permettaient, au contraire, de relancer et de raviver la propagande sur la nécessité de l’union de la classe ouvrière et de l’unité allemande, confortant ainsi les Allemands dans la justesse de la tactique qu’ils défendaient. L’intervention de M. Fechner sur ce thème, lors de la troisième session du Plenum du SED, les 18-20 juin 1946, était éloquente. Il constatait une évolution différente entre les quatre zones d’occupation et un éloignement de l’esprit de Potsdam chez les Britanniques et les Américains. Ces derniers avaient ainsi modifié, le 27 mai 1946, dans les Länder de Bavière, Grande Hesse ou de Bade-Wurtemberg, la nature du conseil pour les affaires courantes et instauré un directoire de Länder. Les Britanniques travaillaient, quant à eux, à élaborer des constitutions de Länder. Les tendances fédéralistes croissaient ainsi dans le sud et l’ouest de l’Allemagne. Fechner remarquait qu’une telle évolution résultait de l’incapacité alliée à mettre en œuvre une politique économique commune, mais il ne lui voyait que peu de chances de réalisation. Les velléités fédéralistes des Anglo-Saxons étaient, au contraire, perçues comme faisant le jeu de la propagande du SED qui devait porter le « drapeau de l’unité », slogan « d’une force d’attraction considérable sur de larges couches de notre peuple »72.

46Cette perception dénotait manifestement une croyance ferme en le rejet du fédéralisme par le peuple allemand et en la position de force du SED parce qu’il soutenait le maintien de l’unité politique et économique de l’Allemagne. Dans son intervention, ce même jour, Erich Gniffke affirma d’ailleurs que le SED détenait la seule idéologie porteuse pour l’avenir :

  • 73 Ibid., 1. 198.

« On recherchera dans les structures fédéralistes à l’Ouest l’origine des difficultés prévisibles et d’ici quelques années, dans une patrie morcelée en treize Länder, tous les hommes progressistes comprendront que la source des maux économiques vient du découpage de l’Allemagne. Si, durant les années à venir, nous défendons clairement et sans aucune ambiguïté le slogan de l’unité étatique inviolable de l’Allemagne, le regard de tous les hommes politiquement progressistes se tournera vers nous. Nous aurons un moyen de pression politique et économique certain en étant en mesure d’assurer l’approvisionnement dans notre zone, quand ce sera chose impossible à l’Ouest du fait du maintien ou de l’érection de nouvelles frontières entre Länder. La garantie de l’approvisionnement agira alors comme un aimant »73.

La défense des accords de Potsdam

  • 74 Pravda et reproduit dans Tägliche Rundschau du 14 mars 1946.

47Cette croyance, ou plutôt cette conviction, de détenir la seule idéologique nationale porteuse pour l’Allemagne n’était que le reflet des convictions du Kremlin où, en mars 1946, Staline intervint publiquement pour défendre l’unité allemande. Mais cette intervention avait aussi un autre sens : celui de prétendre que l’URSS voulait le maintien de la collaboration interalliée, contrairement aux Anglo-Saxons. C’est exactement le sens de l’interview donnée par Staline, le 14 mars à la Pravda, qui se voulait une réponse au discours de Churchill à Fulton : l’URSS n’attendait qu’un comportement loyal de ses voisins. Comme elle, ils devaient continuer de se référer aux décisions adoptées à Potsdam sur le maintien nécessaire de l’unité économique et politique de l’Allemagne74. Mais, si le Kremlin défendait publiquement ces principes proclamés en juillet 1945, il n’entreprenait toutefois rien qui pût permettre leur réelle application. Retracer les étapes de l’accueil que les Soviétiques réservèrent au projet Byrnes de désarmement de l’Allemagne constitue une bonne illustration de ce comportement.

  • 75 FRUS, 1946, vol. II, p. 431.
  • 76 « Prœkt SŠA dogovora o razoruženii i demilitarizacii 16/02/46-22/09/46 », AVPRF, Fonds 082, opis’ 3 (...)
  • 77 FRUS, 1946, vol. II, p. 190.
  • 78 A.M. Filitov, op. cit., p. 71.

48Il avait été abordé, pour la première fois, avec les Soviétiques le 24 septembre 1945 à Londres. Auparavant, à Yalta, Staline avait approuvé l’idée d’une neutralisation à long terme de l’Allemagne et Byrnes, dans la capitale britannique, suggéra à Molotov un désarmement pour 25 ans. Celui-ci réagit positivement75. Le 24 décembre 1945, Byrnes présenta donc sa proposition à Staline qui l’assura de son soutien76. Le 14 février 1946, une ébauche de projet fut ainsi expédiée à Moscou77. Le 20 avril seulement, devant l’insistance américaine à connaître le point de vue des Soviétiques sur cette proposition, Molotov répondait laconiquement qu’elle suscitait des réserves dans son gouvernement78. Au troisième département européen, au Commissariat du Peuple aux Affaires étrangères, A. Smirnov, par exemple, avait jugé que le projet comportait beaucoup de points litigieux et doutait de l’opportunité de conclure un tel traité avant la création d’un gouvernement général allemand. Le 5 avril, le commandant suprême de la SVAG, G.K. Jukov jugerait le projet insuffisant, limité seulement à des mesures de désarmement militaire, négligeant celles sur le désarmement économique et sur la démocratisation de l’Allemagne. Il critiquait surtout la volonté américaine de retirer le plus rapidement possible ses troupes d’occupation du système d’inspection :

  • 79 « Prœkt SŠA dogovora o razoruženii i demilitarizacii », op. cit., 11. 23-24.

« Il est bien clair que, sous sa forme actuelle, le projet américain n’est pas envisageable et qu’aujourd’hui, nous ne sommes absolument pas intéressés à faire quelques concessions que ce soit aux tentatives éventuelles des États-Unis de mettre le plus rapidement possible un terme à l’occupation de l’Allemagne. Nous ne pouvons en effet admettre qu’après une telle guerre, on abandonne en chemin le désarmement et la démocratisation de l’Allemagne »79.

  • 80 FRUS, 1946, vol. II, p. 56.
  • 81 Voir le compte rendu de W. von Buttlar, op. cit., p. 67.
  • 82 FRUS, 1946, vol. II, p. 167.
  • 83 FRUS, 1946, vol. II, p. 165 et 366.
  • 84 Ibid., p. 398.
  • 85 A.M. Filitov, op. cit., p. 72.

49Le 15 avril, G. Bidault faisait savoir que la France s’apprêtait à proposer l’examen de ce projet à la prochaine réunion des Ministres des Affaires étrangères80. Fort de cette disposition française, Byrnes informa ses partenaires Molotov et Bevin de son intention de leur soumettre ce projet. Si Bevin se montra enthousiaste, Molotov ne cacha pas son scepticisme mais accepta l’idée d’évoquer la proposition à Paris81. Molotov opposa cependant de sérieuses objections au projet dès le 29 avril 1946, dans un entretien avec Byrnes, en objectant qu’il semblait reporter le désarmement de l’Allemagne jusqu’à la fin de l’occupation. Il entrait donc en contradiction avec les décisions de Potsdam sur une démilitarisation immédiate. Ne vaudrait-il pas mieux, poursuivit-il, créer une commission destinée à vérifier la bonne exécution des mesures de désarmement pour ensuite conclure un traité sur les garanties internationales et sur le contrôle de la démilitarisation ?82 Le 28 avril, puis de nouveau le 13 mai, Molotov avança délibérément d’autres préoccupations que la question allemande, à savoir la nécessité de régler la question des traités de paix avec les anciens satellites allemands, la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie, la Finlande et l’Italie83. De même, Molotov se disait mal informé de l’évolution politique et économique de la Ruhr et manifestait l’intérêt de son gouvernement pour cette question84. Lors de la seconde session de la conférence de Paris (du 15 juin au 12 juillet), Molotov devait revenir, le 9 juillet, sur ses critiques du projet Byrnes et forcer l’attaque, en stigmatisant une volonté de contourner le problème de la reconstruction de l’Allemagne sur des bases démocratiques, de s’éloigner de l’esprit de Potsdam et de reporter la vérification de la mise en œuvre des mesures de démilitarisation (les Soviétiques refusèrent cependant toujours d’ouvrir leur zone d’occupation à une commission d’inspection quadripartite)85. Le projet Byrnes sera définitivement abandonné en avril 1947, lors de la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Moscou.

  • 86 « Du sort de l’Allemagne et du traité de paix avec elle », déclaration faite à la séance du 10 juil (...)
  • 87 Ibid., p. 66.

50Les Soviétiques semblaient donc s’efforcer de retarder le traitement de la question allemande, mais ils effectuaient là une simple manœuvre tactique car, le 10 juillet, Molotov lança une brusque contre-attaque : « Le moment est venu d’aborder la question du sort de l’Allemagne et de son traité de paix »86. Il y reprenait les thèmes de propagande développés dès la période de la guerre sur la volonté de conserver l’unité étatique et nationale de l’Allemagne, de transformer le vaincu en une démocratie pacifique, dotée certes d’une agriculture, d’une économie et d’un commerce extérieur mais sans capacité de se relever comme puissance agressive. Molotov dénonçait les velléités fédéralistes, assimilant par exemple un détachement de la Ruhr à « l’orientation vers l’anéantissement de l’Allemagne et sa transformation en un pays agraire car il n’est pas difficile de comprendre que sans la Ruhr, l’Allemagne ne peut exister en tant qu’État indépendant et viable »87 mais prévoyait un contrôle quadripartite pour le désarmement. Il proposait un plébiscite dans la population allemande, appelée à se prononcer sur la transformation de l’Allemagne en un État fédéral, insistant sur le nécessaire respect des aspirations du peuple. Il réaffirmait enfin la volonté de l’Union soviétique de signer un traité de paix avec l’Allemagne, mais il subordonnait cette signature à la constitution d’un gouvernement allemand unique, démocratique, dénazifié, s’engageant à remplir ses obligations internationales, notamment concernant les réparations. Molotov, enfin, relançait son soutien à la création d’administrations centrales, comme mesure transitoire vers la formation d’un gouvernement futur.

51Ce soutien était purement formel car ne déboucha jamais sur des propositions concrètes, lors des sessions des conseils des Ministres des Affaires étrangères, où il devait être régulièrement évoqué :

  • 88 V.M. Molotov, Questions de politique extérieure. Discours et déclarations, avril 1945- juin 1948, p (...)

« Il va de soi que nous n’avons rien à opposer à la création d’une administration centrale allemande comme mesure de transition vers la formation d’un gouvernement allemand. De ceci, découle la nécessité de régler la question de la formation d’un gouvernement général allemand avant que de parler d’un traité de paix pour l’Allemagne. Aucune administration centrale n’a vu le jour jusqu’à présent bien que l’URSS ait posé il y a déjà un an cette question à la Conférence de Berlin. Elle fut reportée à l’époque mais comme elle est aujourd’hui le premier pas vers la formation du futur gouvernement allemand, elle est devenue de grande actualité »88.

52Des déclarations du même type devaient ponctuer la session du Conseil en mars 1947 à Moscou. Molotov y déclarait, en effet, le 22 mars :

« Si la formation d’une administration centrale en Allemagne continue d’être ainsi reportée, toutes les mesures de rétablissement d’une unité économique vont en souffrir. C’est pourquoi l’URSS estime impossible d’ajourner la formation de cette administration centrale allemande et la prise de mesures préparatoires parallèles pour créer un gouvernement allemand provisoire. C’est la condition nécessaire à une bonne application des mesures politiques et économiques des Alliés pour l’Allemagne entière. C’est aussi la condition nécessaire à l’exécution des obligations de l’Allemagne vis-à-vis des Alliés... »

  • 89 Texte dans W. Cornides et H. Volle, Um den Frieden mit Deutschland. Dokumente zum Problem der deuts (...)

53Le 5 décembre 1947, lors d’une session du Conseil des Ministres des Affaires étrangères, Molotov relançait cette même question en des termes analogues89.

  • 90 FRUS, 1946, vol. II, p. 881.

54Le discours prononcé par Molotov le 10 juillet 1946 mettait un terme, de manière mûrement réfléchie et préméditée, à plusieurs mois de silence officiel sur la question allemande. Il s’adressait de même délibérément, tant aux Occidentaux qu’aux Allemands, et voilait ses piques à l’égard des premiers par des allusions à leur soutien aux projets de démembrement pendant la guerre ou au plan Morgenthau d’agrarisation de l’Allemagne. Il faisait de même savamment siennes les conceptions anglo-saxonnes d’intégrer l’industrie allemande pacifique dans l’économie européenne. Si elle permettait de reprendre l’initiative sur la question allemande, cette offensive tactique et verbale de Molotov révélait surtout la volonté soviétique d’éprouver l’entente qui s’ébauchait entre Anglo-saxons en semant la discorde car, en fait, ses propositions de règlement allemand ne s’écartaient pas fondamentalement des positions défendues jusqu’alors par les Soviétiques dans les négociations interalliées. Les premières réactions anglo-saxonnes attestèrent l’effet de surprise : Byrnes, le 11 juillet, se défendrait aussitôt d’avoir jamais voulu une paix carthaginoise pour l’Allemagne90. Mais le 25 juillet, les Anglo-Saxons annonçaient la création officielle de la bizone, et le 6 septembre, Byrnes prononçait son discours à Stuttgart : la manœuvre de déstabilisation soviétique avait ainsi avorté dès son lancement ? Comment l’attitude soviétique allait-elle évoluer face aux manifestations concrètes des initiatives anglo-saxonnes ? Conservons toujours la même méthode, qui procède par la confrontation des réactions soviétiques officielles avec celles des niveaux exécutifs dans la zone d’occupation.

La perte d’initiative soviétique

Le maintien de la même stratégie pour l’Allemagne

  • 91 « Perepiska Molotova s Bidault po procedure podgotovki mirnogo dogovora s Germaniej », copies à Vyc (...)

55L’annonce de la bizone et la teneur du discours de Stuttgart ne changèrent rien à l’attitude officielle de l’URSS : au cours des mois suivants, dans sa relance de l’examen de la question allemande au niveau diplomatique, elle s’en tint aux décisions de Potsdam et ne voulut pas évoluer en dehors de ce cadre. En octobre 1946, un échange de notes entre G. Bidault et V. Molotov l’atteste. Le 8 octobre, le Ministre français des Affaires étrangères fit remarquer qu’aucune procédure applicable à la convocation d’une conférence pour le règlement de paix avec l’Allemagne n’avait été stipulée à Potsdam. Seul, le conseil des Ministres des Affaires étrangères était habilité à fixer la procédure. Le 15 octobre, Molotov rétorqua qu’au contraire une telle procédure avait été précisée dans les décisions de Potsdam : les quatre puissances qui avaient dicté les conditions de la capitulation et mis en place une occupation militaire devaient préparer le traité de paix91.

  • 92 FRUS, 1946, vol. II, p. 1469. S’il avait une attitude dilatoire pour l’Allemagne, il devait approuv (...)
  • 93 FRUS, 1946, vol. II, p. 1522.
  • 94 Cité par W. von Buttlar, op. cit., p. 178.
  • 95 Churchill serait l’un des tous premiers visés, voir W. von Buttlar, ibid., p. 175.

56Lors d’une session du conseil des Ministres des Affaires étrangères de New-York, le 7 décembre 1946, Molotov proposa de renvoyer la question au printemps 194792. Il n’accepta son examen par les vice-Ministres des Affaires étrangères que sous la pression occidentale93. Jusqu’en février 1947, Staline lui-même multiplia les interventions publiques en se faisant le chantre de la loyauté interalliée. Le 24 septembre 1946, dans une interview accordée à A. Werth du Sunday Times, il balaya ainsi les craintes quant à un conflit possible entre les États-Unis et l’URSS, quant à la volonté anglo-saxonne d’isoler cette dernière et réaffirma sa certitude d’une collaboration amicale entre les puissances victorieuses. Le 4 février 1947, Staline ne pouvait cependant plus nier l’existence de « malentendus » et d’une « certaine dégradation » dans les relations Est-Ouest, mais il s’efforça d’en atténuer la portée : en avril 1947, il parlerait encore de « querelles de famille »94. Simultanément cependant, le ton de la propagande se durcissait peu à peu, avec l’apparition du thème des fomenteurs de guerre, dès le printemps 194695. Elle jugeait que les zones occidentales mettaient trop lentement en œuvre les mesures de dénazification et de démilitarisation. À la tribune des Nations Unies, le 29 octobre 1946, Molotov mettait ainsi en garde contre le possible

  • 96 V.M. Molotov, Questions de politique extérieure. Discours et déclarations avril 1945-juin 1948, op. (...)

« (...) renforcement de l’influence des cercles impérialistes agressifs qui, pour asseoir leur domination dans le monde, pourraient aller jusqu’à un bellicisme sans frein et jusqu’aux manœuvres guerrières les plus folles »96.

57Au niveau diplomatique donc, l’URSS ne prenait pas pour l’instant de nouvelle initiative et s’en tenait fermement et immuablement au cadre institutionnel élaboré à Potsdam. Cette position pourrait paraître paradoxale dans la mesure où les initiatives anglo-saxonnes avaient été lancées sur la base justement du constat de l’inapplicabilité de ces décisions, mais si l’on se remémore les avantages que comportait pour l’URSS la défense de l’Acte de Potsdam, son attitude se révèle au contraire très logique et conséquente, d’autant que le succès des initiatives occidentales restait à établir. Les références appuyées aux acquis quadripartites, loin de manifester l’inquiétude de Moscou, étaient bien plutôt le signe de la confiance et de la sérénité du Kremlin qui maintenait le cap de sa stratégie allemande et se contentait d’une riposte verbale. L’idéologie marxiste-léniniste, et notamment la conviction d’une crise imminente du capitalisme, jouait un rôle prépondérant dans cette vision des choses et dans la perception du monde occidental que les Soviétiques avaient. Et l’URSS était confortée dans son jugement par les comptes rendus de l’Administration militaire soviétique en Allemagne sur la bizone, comptes rendus qui détermineront en retour inéluctablement la position de la délégation soviétique dans les instances quadripartites. Les différents niveaux de réactions aux initiatives anglo-saxonnes éclairent donc, de manière très significative, les processus et les rouages décisionnels dans les institutions soviétiques.

La volonté de dédramatiser de l’Administration militaire

  • 97 « Bûlleteni informacii o položenii v zapadnyh zonah Germanii », 20/12/46-31/12/46, sans nom de rapp (...)
  • 98 L’historiographie russe contemporaine continue, aujourd’hui encore, de véhiculer cette même percept (...)
  • 99 AVPRF, op. cit., 1. 10.
  • 100 A.M. Filitov, op. cit., p. 76.

58Dans les rapports des autorités occupantes, apparut très clairement et très rapidement, en effet, la volonté de dédramatiser l’enjeu et les implications de la bizone. Certes, il y avait la virulence des mots de la propagande : le département de l’Information de la SVAG écrivit, par exemple, que la bizone était une réaction aux positions soviétiques et une manifestation d’antisoviétisme97. Mais, derrière ce discours, la dédramatisation était bien présente et elle se nourrissait d’un fait paradoxal : si les objectifs politiques de la bizone avaient en effet été perçus d’emblée, ils n’inquiétaient pas excessivement dans la mesure où les divers rapporteurs ne voyaient pas quelle finalité économique pouvait comporter le rapprochement de deux zones, grevées de difficultés financières et sociales. De ce fait, et en dépit des perspectives politiques qu’elle impliquait, la bizone n’était pas perçue comme un danger potentiel réel98. Les rapports des Soviétiques se délectaient donc largement des difficultés de sa mise en place « passées au premier plan »99, de l’impopularité de cette décision100 et des divergences entre Britanniques et Américains, chacun la concevant comme une victoire sur le partenaire : les Britanniques travaillistes estimaient qu’elle symbolisait l’accord des États-Unis pour nationaliser les industries allemandes et les Américains, qu’elle marquait la fin de leur prise en charge du déficit britannique dans la zone. Les divergences, soulignait-on, étaient encore accentuées par les visées hégémoniques des États-Unis :

  • 101 AVPRF, op. cit., 1. 11.

« À en juger par les dernières informations, il ressort nettement que les désaccords ne concernaient pas seulement les ratios de production et les parts de crédits financiers mais comportaient un caractère pjus profond et étaient liés aux intérêts des États-Unis dans l’industrie de la Ruhr »101.

  • 102 AVPRF, ibid., 1. 12.

59Et le rapporteur du Département de l’Information de la SVAG de se gausser implicitement de la longueur des débats entre Britanniques et Américains et de pressentir une fin prochaine à cette aventure du fait de l’attitude beaucoup trop conciliante des premiers qui multipliaient les concessions102 :

  • 103 AVPRF, ibid., 1. 15.

« L’union économique n’a pratiquement pas dépassé le cadre de la propagande. Aucune amélioration économique substantielle ni d’accroissement de leurs relations économiques n’a eu lieu entre les zones occidentales »103.

  • 104 « Dvuhzonal’nœ ob"edinenie », 27/11/47-4/12/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 81, papka 154, Ge  (...)
  • 105 Voir H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 172 et voir aussi infra, chapitre (...)

60Cette perception de la bizone se maintiendra durablement puisque, fin 1947, on trouve encore des rapports énumérant les difficultés de la bizone, qui perduraient en dépit de la réorganisation de ses organes avec notamment la création du conseil économique, le 29 mai 1947, et détaillant les divergences conceptuelles entre Britanniques et Américains sur la construction étatique de l’Allemagne104 : ces rapports opposaient notamment les positions fédéralistes des Américains et celles des travaillistes britanniques qui, au nom d’une économie planifiée socialiste, envisageaient des structures nettement centralisées105.

  • 106 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlenii propagandy SVAG, 16/09/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed. (...)

61La portée du projet Byrnes était également relativisée et le discours, prononcé par Molotov sur la défense de l’unité allemande, apparaissait comme la meilleure riposte possible. La conviction du succès de cette propagande s’étalait assez nettement dans les comptes rendus, en particulier de la direction de la Propagande, et elle devait être opposée en tous points au discours de Byrnes. Celui-ci, en effet, n’inquiétait pas car il s’articulait autour de la notion de fédéralisme, or celle-ci « n’avait pas le soutien des Allemands »106. Les rapporteurs soviétiques en Allemagne se montraient assez optimistes et confiants, et la délégation de l’URSS dans les structures quadripartites réactivait les questions laissées en suspens. La volonté d’en revenir et de s’en tenir au cadre défini à Potsdam était en effet très nettement perceptible dans les structures interalliées. Les Soviétiques relancèrent ainsi la question des départements centraux en soulignant l’urgence et la nécessité d’une prise de décision immédiate, en insistant sur la pérennité du soutien soviétique à l’idée d’une politique commune quadripartite :

  • 107 S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 118.

« La situation politique actuelle de l’Allemagne n’a pas atteint le seuil de développement des fondements démocratiques qui réunirait les conditions de la création d’un gouvernement central allemand. La démocratisation est mise en œuvre de façon insatisfaisante et les organes locaux n’ont pas encore l’expérience nécessaire de direction. Les partis démocratiques et les syndicats ne sont pas assez renforcés et leurs activités ne s’exercent pas à l’échelle nationale ; elles se limitent aux zones. Reconnaissant cependant qu’il est nécessaire de donner au peuple allemand la responsabilité de la direction dans les différents services industriels et administratifs du pays, il faut mettre en place immédiatement des départements centraux allemands qui seraient dirigés par des Secrétaires d’État, conformément au point 9, sous-point 15, paragraphe 3 des décisions de la conférence de Berlin »107.

Les ambiguïtés des propositions du SED

62Le Kremlin et les autorités occupantes en Allemagne réagissaient de manière plutôt sereine à l’égard des premières initiatives occidentales et se contentaient de riposter par la défense constante des décisions de Potsdam et la relance des questions en suspens de la politique interalliée. Qu’en serait-il au niveau des dirigeants allemands du SED ? Fidèles à leur méthode éprouvée pendant la guerre, les Soviétiques allaient de nouveau recourir au principe de non-compromission personnelle, de non-implication directe et mettre le parti allemand en avant : le 10 juillet, Molotov avait lancé une riposte verbale et émis un ensemble de propositions concernant l’avenir de l’Allemagne ; le SED allait devoir les concrétiser avec l’élaboration d’une constitution pour l’Allemagne entière. Cette tactique répondait toujours aux mêmes objectifs : ne pas endosser de responsabilité officielle, en cas d’échec, et gagner à sa cause la plus grande majorité d’Allemands par ces démonstrations d’indépendance qui voulaient leur faire croire à la possibilité de décider de leur sort dans la zone soviétique. Les Soviétiques continuaient donc d’estimer que c’était la tactique la plus prometteuse. Le contraste éclatait avec l’attitude prônée par les Anglo-saxons qui proposaient de constituer un conseil national allemand composé des Ministres-présidents des anciens Länder afin d’élaborer une constitution à caractère fédéral. Du côté soviétique, ce sont au contraire les Allemands qui proposent, du moins en apparence...

  • 108 Voir supra, chapitre V.

63La nervosité, la précipitation dans laquelle la constitution pour l’Allemagne fut conçue et débattue font ressortir de façon remarquable à la fois une perception fragmentaire des enjeux politiques internationaux, impliquée par la subordination, l’alignement et l’absence de marge de manœuvre des dirigeants du SED par rapport à Moscou et, en même temps, leur difficulté à gérer au quotidien, dans la zone d’occupation, les contradictions de la stratégie soviétique et à évacuer ses ambivalences dans un programme cohérent108. Elles allaient enfin révéler la peur du SED de perdre l’initiative en matière de propagande auprès de la population allemande.

64Une commission du SED pour l’élaboration du projet de constitution fut créée le 11 novembre 1946 et O. Grotewohl ouvrit la séance. Dès les premiers mots, il était clair que les Allemands avaient été pris de court par les propositions de Molotov sur la question allemande en juillet. Ainsi, Moscou n’avait pas jugé nécessaire d’avertir au préalable les Allemands de ce qu’elle entreprenait :

  • 109 « Stenographische Niederschrift über die Sitzung des Verfassungsauschusses 11/11/46 », RCHIDNI, Fon (...)

« Au cours des négociations précédentes et de par les liens que nous avons pour nous permettre de nous faire une idée de l’évolution des choses, il est devenu évident que la décision sur le destin de l’Allemagne est bien plus proche que nous ne l’avions supposé. On s’occupe déjà de la question de la reconstruction étatique de l’Allemagne, c’est-à-dire de sa forme constitutionnelle »109.

65En dépit du fait qu’ils avaient été tenus dans l’ignorance, les Allemands devaient se mettre au diapason et c’est à eux qu’il revenait de présenter un projet de constitution générale allemande à la communauté internationale. Présenter seulement, et non élaborer, car la commission allait en effet avoir à statuer, et même plutôt à entériner, un produit déjà fini qui comportait 123 articles.

  • 110 « Verfassungsentwurf für die deutsche demokratische Republik 14/11/46 », Protokol 54, RCHIDNI, Fond (...)
  • 111 AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, papka 132, delo 52, Ge. 600, 16/08/46-30/12/46, 1. 125.
  • 112 AVPRF, ibid., 1. 125.
  • 113 AVPRF, ibid., 1. 125.
  • 114 AVPRF, ibid., 1. 127.

66Ce projet avait été élaboré avec l’assentiment, voire la participation active, des autorités occupantes pendant l’été 1946, puisque des documents d’archives signalent son existence à ce moment-là. Le 15 août 1946, en effet, le vice-conseiller politique de la SVAG, N. Ivanov, avait fait parvenir à A.A. Smirnov deux projets d’Ulbricht sur une déclaration de la direction du SED au sujet de la création d’un gouvernement général allemand et d’un projet de constitution en 123 articles. Ce dernier visait l’instauration d’une République allemande, démocratique et indivise, composée de plusieurs Länder. Le pouvoir devait émaner du peuple, par le biais d’élections de représentants et d’une participation à la vie sociale. Un parlement, composé de députés élus au suffrage universel, représenterait l’organe législatif suprême de l’État ; les libertés de commerce et économiques devaient être préservées tout comme l’accès à la propriété. Cartels, monopoles, trusts demeuraient interdits, les acquis de la réforme agraire dans la zone soviétique devaient être étendus à l’ensemble de l’Allemagne à laquelle serait de même appliquée une planification économique. Les libertés religieuses seraient reconnues110. L’opportunité de publier cette déclaration avait été perçue différemment du côté soviétique : si le vice-conseiller politique de la SVAG la trouvait déplacée, Bokov, le chef du Conseil militaire de l’administration, la recommandait en revanche vivement111. Le 25 août, V.S. Semenov, dans une lettre à Vychinskij, l’appuyait également, arguant du fait qu’elle était une « mesure efficace pour contrer les projets de constitution des Alliés »112. Le 4 octobre, dans un rapport sur le projet de constitution, Durdenevskij associait les références innombrables et « quelquefois excessives » à la constitution de Weimar à une mesure de propagande destinée à la fois à contrer les initiatives alliées et à ne pas effrayer la bourgeoisie113 mais, à l’inverse de Smirnov qui en saluait l’effet de propagande, il dénonçait son caractère artificiel et surfait : « (...) il n’est pas le fruit de l’expérience mais a été constitué par des juristes » et procure « une impression d’afféterie et de préméditation »114. Les partisans de retarder l’annonce de ce projet eurent apparemment le dernier mot puisque les réunions de la commission du SED en novembre marquèrent l’officialisation du projet.

67Grotewohl truffa son allocution d’ouverture d’une série de justifications, destinées en premier lieu à faire admettre l’idée de simplement entériner le projet. Mais elles étaient aussi le signe d’une certaine inquiétude, celle de perdre l’initiative sur la question allemande face aux Occidentaux car le ton trahissait une certaine précipitation. Grotewohl invitait ainsi les autres membres du SED à contrer le projet d’élaboration d’une constitution fédérale que les États-Unis avaient confié à l’ancien chancelier du Reich, le Docteur Wirth :

  • 115 « Stenographische Niederschrift über die Sitzung des Verfassungsauschusses 11/11/46 », RCHIDNI, Fon (...)

« Si nous n’interceptons pas le projet de constitution de Wirth, nous serons obligés de laisser l’initiative aux Américains, aux Anglais et à leurs affidés dans la partie orientale de l’Allemagne, ce qui n’est nullement souhaitable. Nous serions, dans ce cas, distancés et ne conserverions que la possibilité de réagir à ce projet. Compte tenu que nous donnons l’impulsion politique la plus vive à l’Est et que nous avons crée les conditions les plus solides pour un développement démocratique et pacifique de l’Allemagne et pour une éradication du fascisme, notre objectif doit être de freiner les débats à venir sur la constitution afin de contraindre les autres parties de l’Allemagne à se plier à notre approche »115.

  • 116 Ibid., 1. 3.
  • 117 Ibid., 1. 3.

68L’objectif affiché du SED était donc d’élaborer un document qui serait considéré comme une « base sérieuse de négociations par tous les participants »116. Il devrait s’en tenir au principe d’un État unique avec une administration décentralisée117. L’entreprise était délicate et Grotewohl n’en dissimulait nullement les périls :

  • 118 Ibid., 1. 4.

« Nous devons à tout prix trouver une voie qui permettrait de concilier nos conceptions fondamentales avec les données politiques actuelles, c’est-à-dire avec la position des Alliés et des partis politiques dans les zones occidentales de l’Allemagne pour aboutir à un accord acceptable »118.

  • 119 Ibid., 1. 4.

69Au terme de ce long préambule, Grotewohl avertissait d’emblée ses collègues qu’il n’était pas possible de se consacrer à une étude détaillée des 123 articles du projet de constitution dans les circonstances actuelles. Le temps pressait, il fallait donc se contenter d’une approche globale afin que le projet pût être prêt d’ici trois jours et présenté au Plénum du Parti, et ce « (…) même si certains articles ne nous conviennent pas. En aucun cas, nous ne devons laisser l’avantage à l’autre partie ! »119. La précipitation avait marqué de même toutes les étapes de cette élaboration puisque, le 5 septembre 1946 déjà, la SVAG avait reçu un projet bâclé par la direction du Comité central du SED – Ulbricht, Pieck, Grotewohl et Fechner – Le texte soumis à l’étude avait été annoté, dans sa marge, de nombreux points d’interrogation en rouge. Il frappe par son caractère vague et imprécis. Citons-en simplement quelques exemples :

« article 1. L’Allemagne est une république démocratique indivise. Cette république regroupe les pays allemands. (...) article 3. Tout le pouvoir de l’État appartient au peuple. (...) article 4. Tous les Allemands, quels que soient leur naissance, leur sexe, leur situation sociale, leur profession ou leur confession, ont les mêmes droits. (...) ».

  • 120 « Prœkt konstitucii DRG », de Bokov à Kuznecov, 5/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 127,1. (...)

70Enfin, dans l’article 7 consacré à la distinction entre les droits allemands et à l’exclusion des agitateurs impérialistes, nazis ou militaristes, il était écrit : « Ils peuvent être privés du droit de vote. Les détails seront définis par la loi »120.

71Afin de gagner le plus grand nombre de partisans, l’élaboration du projet s’appuyait sur une étude de la constitution de Weimar dont les atouts et les lacunes avaient été analysés. Le 14 novembre 1946, lors du 7e Plenum de la Direction centrale du SED, Grotewohl expliqua sans aucune ambiguïté que la constitution de Weimar était la référence de base pour gagner une majorité d’Allemands au projet du SED :

  • 121 « Stenogramma 7. Plenuma Central’nogo Pravleniâ SEPG, 14/11/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed. (...)

« Il était évident que pour avoir la majorité indispensable sur la constitution, il faudrait d’abord s’appuyer sur la constitution de Weimar pour créer les conditions psychologiques nécessaires afin d’assurer une large majorité au travail constitutionnel »121.

  • 122 Ibid., 1. 10.

72Sa faiblesse principale résidait, aux yeux des juristes rédacteurs, dans la division des pouvoirs qu’elle avait instaurée. Il fallait désormais respecter le pouvoir du peuple et renforcer le rôle d’un parlement, comme organe d’expression populaire. D’autre part, devait être également réglée la question des rapports entre le pouvoir central et les Länder. Il était donc suggéré de laisser les Länder subsister, en favorisant parallèlement l’érection d’un pouvoir central : conserver les Länder, « centres étatiques véritables de l’expression de la volonté politique » et « encourager l’émergence d’une expression unique de la volonté politique »122.

  • 123 Ibid., 1. 22.
  • 124 Ibid., 1. 22.
  • 125 « Stenographische Niederschrift über die Presskonferenz 16/12/46. Zentralhaus der Einheit », Berlin (...)

73Les membres participant à la commission du SED manifestèrent une certaine insatisfaction devant l’impossibilité d’apporter des corrections à ce projet qu’on leur présentait ainsi dans l’urgence. Ils soulignèrent de ce fait sans ambages les imprécisions et les contradictions que leur inspirait l’exposé sur les pouvoirs des Länder et du centre123. Mais Grotewohl mit assez durement un terme aux objections en insistant sur la « nécessité d’aller aux faits et de ne pas s’attacher aux détails »124. La réception du projet se ressentit aussi largement de la précipitation dans laquelle il fut conçu : le 16 novembre 1946, lors d’une conférence de presse donnée à l’occasion de sa publication dans Neues Deutschland, Grotewohl et Pieck se heurtèrent à une certain incompréhension, perceptible dans les questions posées à son sujet : « Si la constitution est adoptée, le SED laisserait-il le SPD investir la zone d’occupation soviétique ? ». Pieck répondit obligeamment : « Ce n’est pas une constitution pour la zone soviétique mais pour l’ensemble de l’Allemagne ». À une autre question sur la durée envisagée de cette constitution, il répondit tout aussi patiemment : « Ce n’est pas une constitution mais un projet. À la première occasion, le peuple allemand doit prendre position »125. Les références appuyées à la constitution de Weimar, la dénonciation du fédéralisme étaient l’objet d’une même perplexité :

« Les Länder qui ont intégré la République de Weimar en 1933 avaient des constitutions différentes. Pourquoi est-il impossible aujourd’hui d’instaurer un État unitaire avec des Länder aux constitutions différentes ? »

74Pieck, d’ailleurs, n’eut pas une réponse franchement convaincante :

  • 126 Ibid., 1. 15.

« Les différences de constitution mettent en danger la constitution d’un État unique. Si l’on part de l’idée que l’Allemagne n’est pas constituée en un État unique mais en Länder indépendants, alors la question de savoir comment sont adoptées les constitutions des Länder devient d’une importance secondaire. Cela signifierait en réalité que tout ce que la volonté allemande entreprend pour sa reconstruction serait affaibli de façon regrettable »126.

75Cette conférence de presse n’évacuait en fait nullement les ambiguïtés de la position soviétique elle-même : envers le concept de fédéralisme, tout d’abord, car l’URSS était composée de républiques dites fédérales, et sa zone d’occupation, de provinces et de Länder. Si, dans la réalité, ce principe ne contredisait pas celui de la centralisation des pouvoirs, dans la propagande, en revanche, qui présentait le fédéralisme comme une mesure de démembrement et de division, le pouvoir de conviction de l’URSS s’en retrouvait amoindri. Ces contradictions conduisirent à des faux-fuyants répétés et à une attitude en permanence défensive dans la presse de la zone d’occupation :

  • 127 Tägliche Rundschau, 26/11/46.

« La création d’un gouvernement dans la province de la Saxe ainsi que dans d’autres provinces et Länder de la zone, n’a rien à voir avec les tendances séparatistes et fédéralistes, appliquées partiellement dans d’autres régions de l’Allemagne »127.

76Toute l’ambiguïté de la constitution résidait de même dans le fait qu’elle devait rester fidèle à l’esprit de Potsdam pour ne pas saper les fondements de la stratégie soviétique, qu’elle devait séduire la population allemande, d’où ses références explicites à la constitution de Weimar mais, parallèlement, il était bien évident qu’elle ne pouvait pas sacrifier l’objectif de conversion progressive au socialisme. Ce projet devait ainsi résoudre une sorte de quadrature du cercle : comment en effet dénoncer les mesures fédéralistes, mises en œuvre par les Anglo-Saxons dans leurs zones, alors que l’on avait soi-même une structure fédérale, et sans soutenir non plus trop ostensiblement l’idée d’un gouvernement central qui aurait supposé que les décisions de Potsdam sur la politique commune en Allemagne fussent effectivement appliquées, ce que l’URSS ne pouvait sérieusement envisager si elle voulait préserver sa marge de manœuvre dans sa zone d’occupation ? Aussi les uns et les autres manœuvraient-ils au mieux entre les incohérences de cet engagement sans espoir de les résoudre.

  • 128 « Stenographische Wiederschrift über die Rede anlässlich der Kundgebung der SED Gross-Berlin », 19/ (...)

77Il en fut ainsi de Grotewohl, le 19 novembre 1946, qui revint à nouveau sur ce projet en déclarant que l’absence d’un gouvernement central attisait les difficultés économiques, mais une décentralisation trop poussée ne garantirait pas la sécurité. Il fallait donc trouver un équilibre entre les deux voies128. Grotewohl cherchait à éluder les définitions imprécises par une vigoureuse harangue au peuple allemand contre les visées particularistes occidentales :

  • 129 Ibid., 1. 55.

« Devant une telle démesure, nous avons le devoir de dire que les constitutions de Länder, concoctées en Allemagne, répondent sans doute aux intérêts des alliés mais ne correspondent pas à ceux du peuple allemand ! L’Allemagne doit sortir de la confusion engendrée par ce jeu constitutionnel »129.

78Le projet du SED se voulait en dehors des luttes politiciennes :

  • 130 Ibid., 1. 55.

« Il est né du désir de chercher, en commun avec tous les partis et les représentants de la vie publique en Allemagne, le chemin de la reconstruction d’une politique allemande combattante, active et antifasciste130

79Ce durcissement verbal à l’égard des Occidentaux reflétait la volonté de dissimuler les faiblesses d’une position inconfortable. Et, toujours, comme une litanie, revenait l’idée de défendre les intérêts du peuple allemand à qui s’adressait en premier lieu le projet de constitution. L’appel aux Allemands demeurait la ligne de propagande de référence, voire le recours ultime dans toutes les situations : sa mise en avant ne comportait pas d’ambiguïtés et servait, dans une parfaite adéquation, les intérêts de la stratégie soviétique. La proposition d’une constitution ne se révélait cependant ni réellement probante, ni franchement convaincante. Fruit de la précipitation, elle révélait surtout que les Soviétiques et les Allemands ne faisaient que réagir aux initiatives occidentales sans vouloir cependant faire de réelles concessions ; en s’en tenant immuablement aux positions défendues à Potsdam, ils cherchaient aussi à ne pas laisser l’initiative à la partie adverse et à ce que l’Occident ne s’emparât pas de la propagande sur l’unité allemande.

  • 131 Voir supra, chapitre IV.
  • 132 « Direktivy sovetskoj delegacii v sovete SMID po podgotovke mirnogo dogovora s Germaniej », 27/02/4 (...)
  • 133 De premières réflexions sur le traité de paix avaient en effet été élaborées, en septembre 1946, sa (...)
  • 134 Smirnov et Semenov notamment y participèrent, dans AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 29, papka 149, (...)
  • 135 « Prœkt. Osnovnye direktivy po podgotovke mimovo dogovora s Germaniej, 15/01/47 », transmis à Molot (...)

80La proposition d’élaborer un traité de paix releva de la même logique. Il n’en avait jamais été, jusque-là, précisément question entre les puissances victorieuses et Potsdam, en termes très flous, en avait reporté la signature après l’étape préliminaire de la démocratisation et de la dénazification de l’Allemagne131. Molotov l’avait abordé dans son discours du 10 juillet à la conférence de Paris mais rien ne fut vraiment élaboré avant le début de l’année 1947, quand les États-Unis annoncèrent qu’ils abandonnaient l’idée d’un traité de paix pour lancer celle d’un statut international132. Les Soviétiques ne firent donc, une fois encore, que réagir à une initiative occidentale133. Une commission, dirigée par Vychinskij, fut constituée le 8 janvier 1947134 qui produisit, non un réel projet de traité de paix, mais des directives destinées à la délégation soviétique pour la conférence des vice-Ministres des Affaires étrangères de Londres, les 15 et 16 janvier 1947. Elles furent ensuite reprises systématiquement par les représentants soviétiques à toutes les conférences des Ministres des Affaires étrangères ou aux réunions de leurs suppléants. Ces directives proposaient le désarmement total, la liquidation du potentiel militaro-industriel, la démilitarisation de l’Allemagne, la dénazification, le maintien de la Ruhr et du Rhin dans les limites allemandes, l’institution d’un contrôle interzonal quadripartite, un référendum sur les structures politiques futures, les réparations d’un montant de 10 milliards pour l’URSS et l’exécution, par l’Allemagne, de ses obligations démocratiques et militaires135.

  • 136 Le projet, bien évidemment, n’avait pas été conçu hors du contrôle de la SVAG. Le simple envoi à Mo (...)
  • 137 « O prœzde v Moskvu delegacii CP-SEPG. Poziciâ SEPG po osnovnym voprosam germanskoj problemy 29/01/ (...)

81Parallèlement à cette prise de position officielle somme toute très conservatrice, qui ne remettait pas en cause la position de l’URSS défendue depuis Potsdam, les Soviétiques avancèrent de nouveau le pion allemand. La direction du SED vint en effet dans la capitale soviétique, afin de consulter Staline au sujet du traité de paix, à la veille de la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Moscou. Au préalable, Sokolovskij et Semenov avaient expédié un rapport détaillé à Molotov et leur exposé de la position du SED sur le traité de paix était agrémenté de commentaires approbateurs136. Ce projet du SED reprenait fidèlement les thèmes déjà développés par Molotov à Paris et chacun de ses points visait ostensiblement à gagner les suffrages de la population allemande : dénonciation de la bizone et du statut international, de l’acte unilatéral proposé par les États-Unis en lieu et place d’un traité de paix ; opposition à l’idée d’un plébiscite sur celui-ci ; participation de représentants allemands, issus des partis démocratiques, des syndicats et des organisations de masse à l’élaboration d’un traité de paix ; plébiscite sur la question des structures étatiques allemandes ; constitution des administrations centrales prévues à Potsdam en y adjoignant des départements supplémentaires pour le commerce extérieur, l’agriculture, la planification économique ; cette administration centrale devait diriger la vie économique du pays, veiller à l’exécution des obligations en matière de réparations, organiser les importations, les exportations et la politique financière137. Le projet prévoyait, cependant, qu’en cas d’échec de la conférence de Moscou, il serait souhaitable d’instaurer un conseil zonal dans la partie soviétique, composé de représentants des partis, des syndicats et des organisations sociales afin de réguler les relations économiques avec les organes similaires des zones occidentales. L’optique générale allemande n’était pas abandonnée même si le SED se faisait prudent et patient :

  • 138 Ibid., 1. 3.

« Après cette étape transitoire imposée, il sera possible dans l’avenir de créer un gouvernement central allemand. Cependant, celui-ci ne pourra être constitué qu’après des élections générales. Dans la mesure où de telles élections pourraient être défavorables actuellement pour le SED dans les zones occidentales, le parti peut attendre »138.

  • 139 Ibid., 1. 4.
  • 140 Note de Suslov à Molotov, 29/01/47, ibid., 1. 20.

82La présentation de ce projet de traité de paix s’inscrivait dans le cadre toujours de la stratégie de conversion de l’Allemagne entière au socialisme. En dépit d’un contexte interallié tendu, le rapport de la SVAG s’attardait en effet largement sur la situation en Allemagne et dans le SED en brossant des perspectives favorables, et réaffirmait l’espoir d’unifier la classe ouvrière dans toute l’Allemagne139. Dans ce cadre, le traité de paix, qui, jusque-là, ne faisait pas partie de la palette du discours de propagande, était désormais jugé indispensable car le SED estimait que « son rejet éventuel entraverait définitivement l’extension des forces démocratiques en Allemagne »140.

83Tout semblait donc se passer un peu comme si les Occidentaux n’avaient pas en fait modifié leur politique et comme si leur esprit de conciliation marquait toujours les rapports interalliés. Mais ces positions étaient-elles encore bien adaptées à la situation ? Soviétiques et Allemands n’y percevaient-ils pas un certain anachronisme, voire une réelle inadéquation politique, face à l’évolution de la situation internationale ? La confirmation de la réorientation occidentale, incarnée par la doctrine Truman et le plan Marshall, va révéler que les choses en fait étaient plus nuancées qu’elles n’ont été dépeintes jusque-là, car, face à la ligne officielle soviétique qui consistait à poursuivre dans la voie initiale sans offrir de perspectives, une tendance que l’on peut qualifier de défensive commençait de s’installer progressivement, depuis la prise d’initiative anglo-saxonne. Elle ébauchait une révision sinon stratégique, du moins tactique, au niveau de la zone d’occupation.

Notes

1 B. Arcidiacono, « Anglais, Américains et Soviétiques dans les pays occupés de l’Europe danubienne », Relations internationales, 79 (1994), p. 369.

2 F. Pingel, « Die Russen am Rhein ? Zur Wende der britischen Besatzungspolitik im Frühjahr 1946 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 30 (1982), p. 103.

3 P. Guillen, La question allemande 1945 à nos jours, Paris, Imprimerie nationale Éditions, 1996, p. 22 et voir chapitre V.

4 F. Pingel, op. cit., p. 112 et H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der aussenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945-1949, Stuttgart, Klett-Cota, 2e éd., 1980, p. 166.

5 « The Future Governmental Structure of Germany », en accord avec Montgomery, fut envoyé à Sir A. Street, directeur du Département politique au Control Office de l’Allemagne et de l’Autriche, voir J. Thies, « What is going on in Germany ? Britische Militärverwaltung in Deutschland 1945/1946 », dans C. Scharf et HJ. Schröder, Die Deutschlandpolitik Grossbritanniens und die britische Zone 1945-1949, Wiesbaden, 1979, p. 30.

6 Voir supra, chapitre IV.

7 Troutbeck to Street, 23/03/46, FO 945/103, cité par F. Pingel, op. cit., p. 106.

8 R. Steininger, « Die Rhein-Ruhr Frage im Kontext britischer Deutschlandpolitik 1945/46 », dans H.A. Winkler dir., Politische Weichenstellungen im Nachkriegsdeutschland 1945-1953, Göttingen, 1971, p. 111-166.

9 L’administration militaire n’avait pas été avertie de ce revirement, cf. Télégramme FO du 19/07/46 à Strang et échange de notes du 22/07/46 FO 945/16, cité par F. Pingel, op. cit., p. 112.

10 Voir H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 147-175.

11 Voir H.P. Schwarz, ibid., p. 151.

12 Voir chapitre I.

13 K. Schwabe, « Die amerikanische Deutschlandpolitik 1945-1953 », dans Die Deutschlandfrage von der staatlichen Teilung Deutschlands bis zum Tode Stalins, Studien zur Deutschlandfrage, Göttinger Arbeitskreis, vol. XIII, Berlin, Duncker und Humblot, 1994, p. 37-62.

14 D. Yergin, La paix saccagée. Les origines de la guerre froide et la division de l’Europe, Paris, éd. Complexe, trad., 1990, p. 13-14.

15 M. Gottlieb, The German Peace Settlement and the Berlin Crisis, New-York, 1960 cité par H.P. Schwarz, op. cit., p. 76.

16 Les Britanniques s’étaient rapidement associés à cette mesure.

17 P. Guillen, op. cit., p. 22.

18 W. von Buttlar, op. cit., p. 103-107. Au terme de négociations secrètes entre Sokolovskij et Clay, ces livraisons seront toutefois reprises à l’automne 1946, voir H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 118.

19 Voir infra, même chapitre.

20 F. Pingel, op. cit., p. 110 et G. Mai, Der Alliierte Kontrollrat in Deutschland 1945-1948. Alliierte Einheit-deutsche Teilung ?, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 1995, p. 160.

21 Bevin to Attlee, 25/07/46, FO 371/55589, cité par F. Pingel, ibid., p. 114. La convention serait signée le 5 septembre 1946.

22 Memorandum of Agreement Between the United States and the United Kingdom, 2/12/46, publié par I. von Münch, Dokumente des geteilten Deutschland. Quellentexte zur Rechtslage des Deutschen Reiches, der Bundesrepublik und der Deutschen Demokratischen Republik, Stuttgart, Alfred Kröner Verlag, 1968, p. 65-68.

23 F. Pingel, op. cit., p. 114.

24 Memorandum of Agreement Between the United States and the United Kingdom, 2/12/46, op. cit., paragraphe 2.

25 « Obsuždenie germanskogo mirnogo dogovora na sessii MID v New-York, Soglašenie ob ekonomičeskom sliânii zon Velikobritanii i SSA. Dokumenty », AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 45, delo 666, GE 193, 3/12/46-12/12/46 et F. Pingel, op. cit., p. 113.

26 H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 169-170.

27 Une banque centrale ne fut créée que les 7-8 janvier 1948.

28 « Preparations for the Meeting of Council of Foreign Ministers », 5/10/46, FO 945/103, cité par F. Pingel, op. cit., p. 114.

29 Voir H.D. Kreikamp, « Die amerikanische Deutschlandpolitik im Herbst 1946 und die Byrnes-Rede in Stuttgart », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 4 (1981), p. 271.

30 FRUS, 1946, vol. II, p. 191.

31 Le Département d’État y avait déjà réfléchi au printemps 1946, voir H.D. Kreikamp, op. cit., p. 274.

32 Ibid., p. 275.

33 Undat. Memorandum for Conversation with the President -NA 740.00119 Control (Germany) 9-246 CS/A, cité par H.D. Kreikamp, ibid., p. 275. Son plan de démilitarisation en Allemagne était ainsi conditionné par le maintien de la présence militaire américaine en Europe.

34 Voir infra, même chapitre.

35 Byrnes, Ail in one Lifetime, p 366, cité par H.D. Kreikamp, op. cit., p. 281.

36 NA 740 00119 Control (Germany) 7/1946, cité par H.D. Kreikamp, ibid., p. 274.

37 Voir « Report of the Secretary’s Committee on Germany » du 15 septembre 1946, NA 740.00119 Control (Germany) 9-1546 CS/A, cité par H.D. Kreikamp, ibid., p. 275 et voir le télégramme du 22 février 1946 sur la politique extérieure soviétique envoyé au Département d’État par G. Kennan, dans G.F. Kennan, Memoirs 1925-1950, Londres, Hutchinson and Co Ldt, 1967.

38 H.D. Kreikamp, ibid., p. 285 ; voir aussi T. Vogelsang, Das geteilte Deutschland, Munich, 1966, p. 33.

39 H.D. Kreikamp, ibid., p. 284.

40 Voir infra, chapitre VII.

41 RCHIDNI, « Iz obzora Bûro Informacii SVAG o političeskom položenii v Germanii », envoyé à G.F. Aleksandrov par la Direction de l’Information de la SVAG, 3/11/45, Fonds 17, opis’ 125, delo 321, 1. 226.

42 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, de Semenov à Vychinskij, Molotov, Jukov, Dekanozov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv. 725/1, Ge 725, 1. 8.

43 Ibid., 17/03/46, 1. 23.

44 Sessions du Comité de coordination du 3 et du 29 octobre 1945, AVP, Fonds 455, opis’ 7, delo 28, papka 7, 11. 173-175, cité par S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 103.

45 AVP, Fonds 455, opis’ 1, delo 25, papka 7, 11. 42-43, cité par S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, ibid., p. 104.

46 AVP, Fonds 455, opis’ 1, delo 3, papka 1, 1.74, cité ibid., p. 106.

47 « Otčët o rabote kontrol’nogo soveta za period s 1/04/46 do 20/06/46 », S. Kudrâvcev à Smirnov et Vychinskij, 25/06/46, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 66, papka 134, Ge. 722, 1. 107.

48 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 100.

49 Ibid., 1. 86.

50 Ibid., 1. 87.

51 22 avril 1946, voir supra, chapitre V.

52 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 128, 1091.

53 Ibid., 1. 175.

54 « Stenogramma soveŝaniâ po voprosam obrazovaniâ, kul’tury, pečati, radioveŝaniâ i informacii ot 5-8 iûnâ 1946 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 141, 3551. Il reprenait en fait ici la teneur d’un article, « Gibt es einen besonderen deutschen Weg zum Sozialismus ? » paru dans Einheit, 1 (1946), p. 23-42 qui avait fait suite à la visite d’Ulbricht à Moscou, du 28 janvier au 6 février 1946, destinée à régler les derniers détails de la fusion.

55 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 141, 3551, 1. 10.

56 Ibid., 1. 25.

57 Ibid., 11. 23-24. Il résout ainsi les contradictions entre positions nationale et internationale, de la même manière qu’elles le furent dans les années vingt en URSS, voir à ce titre H. Carrère d’Encausse, L’empire éclaté. La révolte des nations en URSS, Paris, Flammarion, 1978, en particulier le chapitre premier.

58 Ibid., 1. 58. Contrairement à ce qu’affirme W. Loth, la théorie d’Ackermann n’est pas le signe d’une distanciation des Allemands vis-à-vis de Moscou. Elle porte, au contraire, nettement la marque d’un alignement même si l’orateur niait avec force, dans le sillage des autres anciens dirigeants communistes, toute idée de subordination ou de calque sur le modèle soviétique. La réaffirmation d’une loyauté nécessaire du SED envers l’Union soviétique ne signifie cependant pas autre chose.

59 RCHIDNI, « Stenographisches Protokoll über die 3. Sitzung des Parteivorstandes der SED, 18-20/06/46 », Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 129, 1. 118.

60 Ibid., 1. 119.

61 Ibid., 1. 119.

62 Ibid., 11. 129-130.

63 O. Grotewohl fut obligé de s’en démarquer et de souligner que le SED était un parti et non une filiale de la SVAG, ibid., 1. 341.

64 Voir W. von Buttlar, op. cit., p. 199.

65 RCHIDNI, « Stenographisches Protokoll über die 3. Sitzung des Parteivorstandes der SED », 18-20/06/46, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 129, 1. 72.

66 Ibid., 1. 347.

67 « Stenographische Niederschrift über die Presskonferenz 16/12/46. Zentralhaus der Einheit, Berlin », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 143, 11/1946-12/1946, 1361, ici 1. 6.

68 « Stenogramma 1.go zavedaniâ sekretarej SEPG po molodëžnoj rabote », 30/07/46- 1/08/46, 3511, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 140, 1. 66.

69 Ibid., 1. 343.

70 Ibid., 1. 345.

71 « Protokoly zasedanij C. Sekret. SEPG », 12/08/46 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 133, 1. 150.

72 RCHIDNI, « Stenographisches Protokoll über die 3. Sitzung des Parteivorstandes der SED », 18-20/06/46, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 129, 11. 147-150.

73 Ibid., 1. 198.

74 Pravda et reproduit dans Tägliche Rundschau du 14 mars 1946.

75 FRUS, 1946, vol. II, p. 431.

76 « Prœkt SŠA dogovora o razoruženii i demilitarizacii 16/02/46-22/09/46 », AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, papka 127, delo 9, Ge 113, 1. 15.

77 FRUS, 1946, vol. II, p. 190.

78 A.M. Filitov, op. cit., p. 71.

79 « Prœkt SŠA dogovora o razoruženii i demilitarizacii », op. cit., 11. 23-24.

80 FRUS, 1946, vol. II, p. 56.

81 Voir le compte rendu de W. von Buttlar, op. cit., p. 67.

82 FRUS, 1946, vol. II, p. 167.

83 FRUS, 1946, vol. II, p. 165 et 366.

84 Ibid., p. 398.

85 A.M. Filitov, op. cit., p. 72.

86 « Du sort de l’Allemagne et du traité de paix avec elle », déclaration faite à la séance du 10 juillet 1946, dans V.M. Molotov, op. cit., p. 64-73.

87 Ibid., p. 66.

88 V.M. Molotov, Questions de politique extérieure. Discours et déclarations, avril 1945- juin 1948, p. 67.

89 Texte dans W. Cornides et H. Volle, Um den Frieden mit Deutschland. Dokumente zum Problem der deutschen Friedensordnung 1941-1948, mit einem Bericht über die Londoner Aussenministerkonferenz vom 25. November bis 15. Dezember 1947, Oberursel (Taunus), 1948, p. 95, cité par J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, op. cit., p. 124.

90 FRUS, 1946, vol. II, p. 881.

91 « Perepiska Molotova s Bidault po procedure podgotovki mirnogo dogovora s Germaniej », copies à Vychinskij, Dekanozov, Gusev, Bogomolov, Smirnov, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, delo 665, papka 45, Ge 193, 1/10/46-18/10/46.

92 FRUS, 1946, vol. II, p. 1469. S’il avait une attitude dilatoire pour l’Allemagne, il devait approuver en revanche, à la surprise générale, lors de la troisième session, du 4 novembre au 12 décembre 1946, et après une obstruction préliminaire, l’élaboration des traités de paix pour les anciens satellites de l’Allemagne nazie : Italie, Roumanie, Hongrie, Bulgarie et Finlande, voir W. von Buttlar, op. cit., p. 172-173.

93 FRUS, 1946, vol. II, p. 1522.

94 Cité par W. von Buttlar, op. cit., p. 178.

95 Churchill serait l’un des tous premiers visés, voir W. von Buttlar, ibid., p. 175.

96 V.M. Molotov, Questions de politique extérieure. Discours et déclarations avril 1945-juin 1948, op. cit., p. 251-276.

97 « Bûlleteni informacii o položenii v zapadnyh zonah Germanii », 20/12/46-31/12/46, sans nom de rapporteur, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 4, papka 155, Ge 725, 1. 10.

98 L’historiographie russe contemporaine continue, aujourd’hui encore, de véhiculer cette même perception de la bizone. A.M. Filitov écrit, par exemple, que celle-ci avait été présentée, par les Anglo-Saxons, comme n’ayant que des motivations économiques car les deux zones connaissaient de graves difficultés, mais le bon sens, objecte l’historien russe, n’y voit pas de raison économique : associer deux déficits ne peut résoudre le déficit, dans A.M. Filitov, op. cit., p. 76.

99 AVPRF, op. cit., 1. 10.

100 A.M. Filitov, op. cit., p. 76.

101 AVPRF, op. cit., 1. 11.

102 AVPRF, ibid., 1. 12.

103 AVPRF, ibid., 1. 15.

104 « Dvuhzonal’nœ ob"edinenie », 27/11/47-4/12/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 81, papka 154, Ge 720, 11. 60-103.

105 Voir H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik..., op. cit., p. 172 et voir aussi infra, chapitre VII.

106 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlenii propagandy SVAG, 16/09/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 149, 1. 167.

107 S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 118.

108 Voir supra, chapitre V.

109 « Stenographische Niederschrift über die Sitzung des Verfassungsauschusses 11/11/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 127, 1. 1.

110 « Verfassungsentwurf für die deutsche demokratische Republik 14/11/46 », Protokol 54, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 133, 11. 150-160.

111 AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, papka 132, delo 52, Ge. 600, 16/08/46-30/12/46, 1. 125.

112 AVPRF, ibid., 1. 125.

113 AVPRF, ibid., 1. 125.

114 AVPRF, ibid., 1. 127.

115 « Stenographische Niederschrift über die Sitzung des Verfassungsauschusses 11/11/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 127, 1. 3.

116 Ibid., 1. 3.

117 Ibid., 1. 3.

118 Ibid., 1. 4.

119 Ibid., 1. 4.

120 « Prœkt konstitucii DRG », de Bokov à Kuznecov, 5/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 127,1. 75.

121 « Stenogramma 7. Plenuma Central’nogo Pravleniâ SEPG, 14/11/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 131, 361., ici 1. 9.

122 Ibid., 1. 10.

123 Ibid., 1. 22.

124 Ibid., 1. 22.

125 « Stenographische Niederschrift über die Presskonferenz 16/12/46. Zentralhaus der Einheit », Berlin, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 143. 11/1946-12/1946, 1. 15.

126 Ibid., 1. 15.

127 Tägliche Rundschau, 26/11/46.

128 « Stenographische Wiederschrift über die Rede anlässlich der Kundgebung der SED Gross-Berlin », 19/11/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 127, 11. 49-56.

129 Ibid., 1. 55.

130 Ibid., 1. 55.

131 Voir supra, chapitre IV.

132 « Direktivy sovetskoj delegacii v sovete SMID po podgotovke mirnogo dogovora s Germaniej », 27/02/47-8/11/47, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 4, delo 673, 1. 17. Les Soviétiques critiquèrent ce projet de statut international car, dirent-ils, il enlevait aux Allemands la responsabilité d’exécuter le traité de paix.

133 De premières réflexions sur le traité de paix avaient en effet été élaborées, en septembre 1946, sans doute dans le sillage du discours de Byrnes à Stuttgart, mais elles ne furent reprises qu’au début de l’année 1947, à la suite donc de la prise d’initiative américaine, cf Fonds 06, opis’ 9, delo 670, papka 45, Ge. 193 : « Procedura po vyrabotke mirnovo dogovora s Germaniej », 18/09/46-27/09/46.

134 Smirnov et Semenov notamment y participèrent, dans AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, delo 29, papka 149, 11. 9-10.

135 « Prœkt. Osnovnye direktivy po podgotovke mimovo dogovora s Germaniej, 15/01/47 », transmis à Molotov, Vychinskij, Smirnov, Semenov, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 45, delo 671, 11. 5-15 et « Sovet Ministrov Inostrannyh Del-Londonskaâ sessiâ- 14/06/47- 18/12/47 », AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, papka 149, delo 30, 11. 10-14.

136 Le projet, bien évidemment, n’avait pas été conçu hors du contrôle de la SVAG. Le simple envoi à Moscou l’atteste. Mais il est frappant de constater les faux-semblants dans les méthodes de travail, où chacun simule la comédie d’une conception autonome.

137 « O prœzde v Moskvu delegacii CP-SEPG. Poziciâ SEPG po osnovnym voprosam germanskoj problemy 29/01/1947 », de Sokolovskij et Semenov à Molotov, copies transmises à Stalin, Beria, Jdanov, Malenkov, Mikoyan, Voznessenskij, Dekanozov, Vychinskij, Smirnov et Suslov, AVPRF, Fonds 06, opis’ 9, papka 44, delo 660, 11. 1-2.

138 Ibid., 1. 3.

139 Ibid., 1. 4.

140 Note de Suslov à Molotov, 29/01/47, ibid., 1. 20.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search