Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Première partie. L’élaboration et la mise en œuvre de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre V. La stratégie Soviétique dans la zone d’occupation

Texte intégral

Un cadre institutionnel complexe

La multiplicité des représentations

1Nous n’avions, jusqu’à ces dernières années, qu’une vision fragmentaire de la politique d’occupation soviétique en Allemagne : si l’histoire de la zone fut très tôt accessible grâce de nombreux témoignages occidentaux, allemands ou même soviétiques, les rouages du système décisionnel, les influences véritables de ses acteurs, le poids de Moscou restaient en revanche mal connus et mal circonscrits. La consultation des Archives nationales de la Fédération de Russie permet aujourd’hui de mieux appréhender ces questions problématiques. La logique d’ensemble apparaît désormais sous une lumière nouvelle même s’il reste encore impossible d’en recréer l’image complète qui supposerait l’accès notamment aux Archives de l’État-major, à celles des organes de Sécurité et de la Présidence de la Fédération de Russie.

  • 1 Ses nombreux rapports étaient en effet destinés au Département international du Comité central, dir (...)
  • 2 Quelques 300 000 militaires soviétiques stationnaient ainsi dans la Zone, voir N.M. Naimark, ibid., (...)
  • 3 Pour plus de détails sur leur action, voir infra, même chapitre.

2Le décompte des organismes soviétiques, présents ou représentés en Allemagne, après la défaite nazie, ne manque pas de déconcerter de prime abord. Parmi les premiers à fouler le sol allemand, on trouve l’Armée rouge, ses commandants militaires et sa Direction politique principale, la GlavPURKKA. Chargée de la propagande politique et, pendant la guerre, de recruter pour Freies Deutschland, celle-ci était directement rattachée au Comité central du PC même si, officiellement, elle dépendait du Commissariat du Peuple de l’Armée1. Le Commandant suprême du Groupe des forces d’occupation soviétiques en Allemagne, issu de la fusion et de la réorganisation des trois fronts de l’Armée rouge, le premier et second fronts biélorusses et le premier front ukrainien, était G.K. Jukov. V.D. Sokolovskij, son premier vice-commandant, en assumait le commandement journalier à Potsdam2. Ils étaient subordonnés à la Direction politique de l’Armée rouge et, avant la mise en place de l’Administration militaire, eurent en charge le pouvoir politique réparti en cinq districts militaires principaux que dirigeaient des commandants3.

  • 4 Soit 20 000 hommes, voir N.M. Naimark, op. cit., p. 21.
  • 5 Ce serait les tâches notamment de la section SMERS – Smert’ špionam – du Département spécial de l’A (...)

3Les troupes du Commissariat du Peuple des Affaires intérieures – NKVD – et celles du Commissariat de la Sécurité d’État – NKGB – avaient aussi investi très tôt le terrain4. Elles étaient, dès 1942, chargées du contre-espionnage et d’encourager les sabotages contre les Nazis5. Elles collaboraient avec la Direction politique de l’Armée rouge. À partir du 10 juin 1945, elles pratiquèrent de même des ingérences fréquentes au sein de la SV AG pour surveiller et dépister d’éventuels espions dans l’administration soviétique. Elles travaillèrent aussi avec la Direction des Affaires intérieures de la SV AG pour dénazifier, poursuivre les opposants, contrôler les forces de police, surveiller les personnalités politiques, les partis et les syndicats allemands et procéder au recensement de la population de la zone soviétique. Quand Staline donna le coup d’envoi de la politique nucléaire soviétique et en confia la direction à Béria en 1945, elles encadrèrent l’opération Wismuth d’extraction de l’uranium dans les mines des Herzgebirge.

  • 6 V.S. Semenov, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-199 (...)
  • 7 « Sovet narodnyh komissarov, postanovlenie 1326-301-SS, 6/06/45 ob organisacii Vœnnoj Administracii (...)

4La clef de voûte du système institutionnel dans la zone d’occupation était l’Administration militaire soviétique en Allemagne, Sovetskaâ Vœnnaâ Administraciâ v Germanii – SVAG –, établie à Berlin-Karlshorst, et ses représentations filières dans les cinq Länder et provinces. Sa création et sa mise en place avaient été décidées très vite. Sur ordre du Maréchal N.A. Bulganin, Commissaire du Peuple à la Défense, le 10 mai 1945, V.D. Sokolovskij, avait en effet chargé V.S. Semenov, troisième vice-conseiller politique de Jukov, et V.V. Kurassov, le chef d’État-major du premier front biélorusse, d’élaborer un projet pour la mise en place d’une administration militaire soviétique en Allemagne et d’établir une liste de candidats pour ses plus hautes fonctions. En une journée, le projet était prêt, présenté à Sokolovskij et à Jukov, envoyé à Moscou, entériné par le Kremlin et publié le lendemain matin en Allemagne6. Le 6 juin, lendemain de la Déclaration quadripartite sur la défaite de l’Allemagne, le Conseil des Commissaires du Peuple promulguait le décret sur la création de la SVAG7.

  • 8 7.a antifašistskuû demokratičeskuû Germaniû : sbornik dokumentov 1945-1949gg, Moscou, Politizdat, 1 (...)
  • 9 Il devait succéder au premier le 10 avril 1946 et occuperait ce poste suprême jusqu’au 29 mars 1949 (...)
  • 10 Lui succéderait K.I. Koval, ancien vice-Commissaire du Peuple pour les machines-outils au printemps (...)
  • 11 Pour plus de précisions sur leurs activités, voir infra, même chapitre.

5Les fonctions de la SVAG, définie par l’ordre n° 1, le 9 juin 1945, étaient de contrôler le respect des conditions de la capitulation de l’Allemagne, d’administrer la zone d’occupation, de mettre en application les principales mesures politiques, économiques et militaires adoptées par le Conseil de contrôle interallié, de rétablir la vie économique et les institutions civiles allemandes qui en dépendraient donc directement8. De juin 1945 à octobre 1949, date de sa dissolution, et forte de 30 à 50 000 collaborateurs, elle allait marquer de son empreinte l’évolution intérieure de sa zone et décider de sa vie politique, économique, culturelle. Le Bureau politique du Comité central du PC avait désigné G.K. Jukov comme commandant suprême, V.D. Sokolovskij premier vice-commandant9, I.A. Serov vice-commandant pour les affaires civiles et V.V. Kurassov chef d’État-major. Cette administration était au sein d’un vaste réseau de subordinations puisque, si l’ensemble était placé sous l’égide du Conseil des Commissaires du Peuple et du Bureau politique du Comité central du PC, chaque direction avait ses propres autorités ministérielles ou commissionnelles. Celles-ci recrutaient le personnel nécessaire et nommaient les directeurs responsables de ces différents départements de la SVAG. Leur nomination était ensuite entérinée par le Conseil des Commissaires du Peuple. Ce procédé établissait de ce fait des subordinations naturelles. La Direction du conseiller politique relevait ainsi du Commissariat du Peuple des Affaires étrangères, la Direction militaire du Commissariat de la Défense, celle des Affaires maritimes et aériennes du Commissariat de la Flotte maritime et aérienne soviétique, celle des Affaires intérieures du Commissariat des Affaires intérieures, etc. Le vice-Commandant suprême pour les affaires économiques, le Général de brigade Sabanin, membre du Comité central du PC10, était subordonné au Commissariat du Peuple du Commerce extérieur mais recevait aussi des directives du comité de réhabilitation des zones libérées, crée en 1944 et devenu en été 1946 l’administration des biens soviétiques à l’étranger dont la mission était de travailler au démantèlement des installations industrielles de la zone allemande et d’assurer le relèvement économique de l’URSS dévastée par la guerre. Le corollaire de ce comité était la commission intersectorielle des réparations qui regroupait une majorité d’officiers de l’Armée rouge. Indépendamment de la SVAG, avait d’ailleurs été créé en Allemagne un Comité spécial directement subordonné au Conseil des Commissaires du Peuple et chargé du désarmement de l’Allemagne11.

  • 12 G. Klimov, Berliner Kreml, op. cit., p. 223.
  • 13 P.A. Abrassimov, 300 Meter vom Brandenburger Tor. Erinnerungen eines Botschafters, Berlin, 1985, p. (...)

6Des liaisons existaient entre ces infrastructures puisque le lieutenant-général Ivan Serov par exemple, dont on retrouve souvent le nom dans les documents d’archives, était à la fois vice-Commandant suprême du Groupe des forces soviétiques, vice-Commandant pour l’Administration civile à la SVAG et de ce fait, tenait sous ses ordres les commandantures militaires locales et les filières de la SVAG à travers toute la zone d’occupation. Il incarnait aussi l’instance de contrôle suprême des administrations locales allemandes. Ancien premier vice-Commissaire du Peuple à la Sécurité d’État, il dirigeait ce service installé dans la zone. Jukov lui-même cumulait de nombreuses fonctions : celle de Commandant suprême de la SVAG, de Commandant suprême du Groupe des forces armées soviétiques en Allemagne et de représentant de l’URSS au Conseil de contrôle interallié. L’Administration Militaire soviétique était composée de nombreux départements dont il serait vain ici de faire l’énumération. Par contre, il convient de souligner que les personnages-clefs de son histoire relevaient en particulier de la Direction du conseiller politique auprès du Commandant suprême. A.J. Vychinskij, A.A. Sobolev et A.A. Smirnov se succéderaient à ce poste jusqu’à la nomination de V.S. Semenov en février 1946. Le conseiller politique s’occupait des questions à caractère politique et international, travaillait en collaboration étroite avec les représentants allemands et expédiait régulièrement à son gouvernement des rapports sur la situation en Allemagne. Sa fonction était primordiale au sein de l’Administration car il avait également en charge la Direction juridique et celle de l’éducation. V.S. Semenov raconte dans ses Mémoires qu’il était de plus appelé à participer aux conférences internationales consacrées à la question allemande et remplissait des fonctions administratives au Conseil de contrôle interallié. Il avait aussi des relations privilégiées avec le Comité central du PC et « était le véritable représentant de la politique du Parti soviétique en Allemagne »12 et le « responsable de la bonne exécution de la ligne politique du Kremlin en Allemagne »13.

Les remaniements

  • 14 V.S. Semenov, op. cit., p. 210.
  • 15 Ibid., p. 232.
  • 16 V.S. Semenov, ibid., p. 232.

7Ces structures rapidement mises en place subirent quelques remaniements au cours des premiers mois. Leur dépendance vis-à-vis de Moscou englobait jusqu’à la gestion des affaires courantes : le système fut donc quelque peu assoupli pour parer à tout immobilisme. Mais le règlement des grandes questions liées à la politique interalliée en Allemagne ne relevait que de Staline qui communiquait, en cas de besoin, directement avec les responsables de l’Administration par le biais d’un téléphone codé. Semenov raconte dans ses Mémoires, qu’en de tels cas, ses décisions étaient aussitôt exécutées, quel que soit le travail en cours14. Des réunions périodiques étaient organisées à Moscou et Molotov venait souvent en visite à Berlin. L’atmosphère de secret et de silence sur les grandes orientations politiques était aussi perceptible à Berlin car les discussions se tenaient toujours dans des cercles très restreints : « Les règles de la conspiration étaient toujours valables et Staline surveillait de très près l’évolution en Allemagne »15. Les premières semaines de travail virent donc une extension institutionnelle au niveau supérieur de la SVAG qui se justifiait par un trop grand cumul des fonctions. Semenov évoque dans ses Mémoires, par exemple, l’impossibilité pour la seule Direction du conseiller politique de couvrir l’ensemble des questions politiques au sein de la zone d’occupation et au Conseil de contrôle interallié16. Le 28 juin 1945, le Comité d’État de Défense (GKO) décida donc de la création d’un organe supplémentaire, chargé des affaires courantes, le Conseil militaire de la SVAG.

  • 17 Voir infra, même chapitre. Lui succédèrent les Généraux V.E. Makarov et A.G. Russkih.
  • 18 Elle devint la Direction de l’Information en 1947.
  • 19 V.S. Semenov, « Rabota sektora propagandy i censury », 15/07-15/10/45, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 125 (...)

8Il recevait ses directives directement du Bureau politique du PC, du Conseil des Ministres et de la Direction politique de l’Armée rouge. Son premier directeur, l’ancien chef du département politique du cinquième front, le Général F.E. Bokov, ne resterait en poste que quelques mois mais allait notamment coordonner les questions liées à l’organisation des syndicats et préparer la fusion du KPD-SPD17. En octobre 1945, sur décision du Conseil des Commissaires du Peuple fut également créée une Direction de la Propagande18 prise en mains par le colonel S.I. Tûl’panov19. Elle faisait ses rapports directement au Comité central du PC et à son Département d’Agitation et de Propagande, par le biais du Conseil militaire de la SVAG, de la Direction politique principale de l’Armée rouge mais aussi du Commissariat du Peuple aux Affaires étrangères. Cette Direction de la Propagande, avec ses dix services et ses 1 500 collaborateurs, devint par la suite l’une des plus grosses structures de l’Administration. La plupart de ses membres, enseignants ou scientifiques dans la vie civile, avaient fait leurs armes pendant la guerre dans les départements d’espionnage et de propagande de l’Armée rouge. Cette Direction eut un rôle-clef dans le développement de la politique d’occupation et couvrit les questions d’idéologie, de propagande, supervisa tous les moyens de communication, collabora avec les organes administratifs allemands locaux, intervint dans des domaines aussi variés que la culture, la religion, les syndicats, les partis politiques et la jeunesse... Elle accapara très vite des fonctions politiques jusque-là réservées au Commandant suprême de la SVAG ou au Conseil militaire. Au printemps 1946, elle dirigeait pratiquement la politique mise en œuvre dans la zone d’occupation. Le Général de brigade LS. Kolesničenko décrivit ainsi son pouvoir : les officiers de cette Direction

  • 20 Kolesničenko à Ponomarev, 29/11/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 572, 1. 95.

« (…) dirigent pratiquement toutes les questions liées à la démocratisation de l’Allemagne, à la direction des partis, des organisations sociales, des syndicats, et d’une façon générale, tout le travail politique effectué dans la population allemande »20.

  • 21 « Sovet narodnyh komissarov, postanovlenie 1326-301-SS, 6/06/45 ob organisacii Vœnnoj Adininistraci (...)
  • 22 Ibid., 11. 57-61.

9Cette situation était facilitée par le fait que le département du conseiller politique avait, dès le début, concentré plutôt son attention sur la politique quadripartite au sein du Conseil de contrôle interallié. La Direction des Affaires économiques subit aussi une restructuration à la fin de l’année 1945. Ses domaines de compétences, très vastes, étaient initialement répartis entre plusieurs départements afin d’exécuter au mieux les tâches assignées à cette structure : désarmement de l’Allemagne, exploitation de l’économie allemande pour réparer les préjudices causés à l’URSS, liquidation et contrôle de l’industrie allemande utilisée à des fins militaires, direction et contrôle des activités des industries et de l’agriculture allemandes, du commerce intérieur et extérieur, des matières premières, de la main-d’œuvre, des finances21. Mais des problèmes de coordination virent très vite le jour entre cette direction et ses différents départements qui conduisirent ces derniers à agir de manière autonome, remettant ainsi en cause l’utilité d’une direction centrale. Le 6 décembre 1945, après consultation avec Molotov, Malenkov et Mikoyan, Jukov obtint une refonte de cette structure : la Direction était supprimée et tous ses pouvoirs étaient remis au vice-Commandant suprême pour les affaires économiques, le Général Koval ; plusieurs départements étaient réorganisés en autres directions et une commission de planification fut mise sur pied22.

10Par le biais de ces institutions, allaient être mises en œuvre les transformations antifascistes et démocratiques, telles, bien sûr, qu’elles avaient été envisagées et développées par le Parti communiste allemand à Moscou et cautionnées par le Kremlin. Dans la présentation de leurs voies et de leurs moyens, nous procéderons à un cloisonnement en deux niveaux, politique et économique d’une part, et idéologique d’autre part. Si cette scission présente plus de commodités et permet une meilleure compréhension, elle est artificielle car il va de soi que ces niveaux sont étroitement imbriqués comme le montrera l’esquisse d’un premier bilan. Il ne s’agit pas non plus de rapporter en détails la vie de la zone soviétique d’occupation mais de mettre en évidence les aspects pertinents pour notre étude.

La mise en œuvre de la politique de conversion au socialisme

Aux niveaux politique et économique

11L’engagement dans le domaine politique allait être précoce dans la zone soviétique et concerner simultanément différents domaines : institutionnel, éducatif, socio-politique. Dans toutes ces questions, le contrôle exercé par les autorités soviétiques fut très contraignant et ne laissa aucune marge de manœuvre aux Allemands. Dès l’arrivée du groupe Ulbricht en Allemagne, les commandants militaires soviétiques avaient commencé de procéder à la mise en place d’administrations allemandes à travers toute leur zone afin d’éviter toute résurgence spontanée de pouvoir local ; la mairie de Berlin avait fait l’objet d’une attention particulière car la capitale symbolisait le point de départ de la mise en œuvre de toute la stratégie soviétique. F. Dahlem, lors d’une réunion du Parti communiste dans un district de la ville, déclara d’ailleurs, de manière très explicite, le 2 août 1945 :

  • 23 IfGA, BPA, 1/2/016, cité par G. Keiderling, « Gruppe Ulbricht » dans Berlin. April bis Juni 1945... (...)

« Berlin est déterminant pour le Reich. Les mesures prises par l’Armée rouge et le Parti sont décisives pour le travail du Parti dans l’ensemble du Reich. (...) Le destin du Reich se décidera ici, dans la zone d’occupation soviétique. Nous devons faire part de notre expérience et de nos erreurs aux autres parties du Reich afin qu’elles ne commettent pas les mêmes »23.

  • 24 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. ci (...)
  • 25 Ces deux provinces deviendront des länder en juillet 1947.
  • 26 Notamment dans le Tägliche Rundschau, organe de la SVAG.
  • 27 S. Creuzberger, op. cit., p. 22-23.

12Les commandants militaires des villes et des provinces avaient aussi institué des administrations communales24. La SV AG poursuivit dans cette voie avec la création d’administrations pour les trois Länder, la Saxe, la Thüringe et le Mecklembourg, et les deux provinces, la Saxe-Anhalt et le Brandebourg25. Le 27 juillet 1945, le Commandant suprême de la SVAG ordonna la création de onze administrations centrales (ordre n° 17) : conçues comme des organes exécutifs, elles déchargeaient en fait les Directions correspondantes de la SVAG et ne relevaient que de cette dernière. Elles n’avaient pas juridiction sur les administrations communales. Leurs règlements reposaient en grande partie sur les ordres et les directives du Commandant suprême de la SVAG qui étaient le plus souvent transmis directement en langue russe ou publiés dans la presse26. Le contrôle de leurs activités était également très serré : les directeurs des administrations centrales et les présidents au niveau des provinces et des Länder devaient, chaque mois, produire à la SVAG un rapport sur la situation dans leur juridiction27. Ses instances suprêmes accordaient une importance considérable à ces rapports sur la situation générale en Allemagne. Un réseau d’officiers de contrôle et de surveillance fut, de ce fait même, institué qui rendait quotidiennement compte de l’humeur de la population et de l’exécution des directives suprêmes.

  • 28 AVPRF, « Central’nœ germanskœ pravitel’stvo » 21/08/45-24/11/45, Fonds 082, opis’ 27, delo 29, papk (...)
  • 29 Im Zeichen des roten Sterns. Erinnerungen an die Tradition der deutsch-sowjetischen Freundschaft, B (...)

13La tactique mise en œuvre dès l’arrivée du groupe Ulbricht en Allemagne, sauvegarder les apparences démocratiques mais tenir l’ensemble bien en mains, restait à l’ordre du jour. Citons, pour exemple, l’illustration qu’en donne parfaitement le rapport de Sobolev à Smirnov, le 5 septembre 1945, où il énumère les appartenances politiques des directeurs des administrations centrales allemandes : les communistes dirigeaient les administrations de l’agriculture, des finances, du travail et de la sécurité sociale, de l’éducation. Pour les autres départements, les directeurs étaient des sociaux-démocrates ou des sans-parti, auxquels étaient adjoints systématiquement des assistants communistes28. Le contrôle s’exerçait, non seulement sur l’application des mesures décidées dans ces administrations allemandes, mais aussi sur la formation de leurs cadres. Fin janvier 1946, par exemple, la Direction de la Propagande encadra la mise en place d’une école antifasciste destinée à dispenser une formation idéologique et pratique aux fonctionnaires allemands, en général des membres du KPD-SPD, mais aussi des autres partis autorisés. Le programme des cours, établi sur les indications de Tul’panov, prévoyait une étude approfondie du marxisme-léninisme, de l’histoire de l’URSS. Le Colonel, comme il se faisait généralement appeler, n’hésita d’ailleurs pas à dire crûment : « L’objectif principal consistait à former des amis convaincus de l’URSS »29. De 1946 à 1948, environ 500 cadres furent ainsi préparés à exercer leurs fonctions dans l’appareil d’État.

  • 30 Serov à Kruglov, 26/06/46, GARF, Fonds 9401, opis’ 2, delo 138, 11. 55-56, cité par N.M. Naimark, T (...)
  • 31 Sur la police, voir N.M. Naimark, ibid., p. 355.
  • 32 Ibid., p. 357.
  • 33 Département d’Espionnage et d’Information de l’administration allemande de l’Intérieur, DVdI, Abtei (...)

14Un autre exemple flagrant de la volonté des Soviétiques de contrôler le rétablissement de la vie sociale fut la réorganisation de la police allemande. Les archives du Ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie étant toujours inaccessibles, il est difficile de décrire la place de cette police dans les infrastructures mais il semble qu’elle rapportait directement à la Direction des Affaires internes de la SVAG30. La réorganisation fut entreprise dès le mois de mai 1945 dans le but de rétablir l’ordre certes, mais aussi, comme le dirait Erich Mielke, l’un de ses dirigeants31, pour devenir immédiatement l’instrument central de l’ordre démocratique antifasciste. Cette nouvelle police recruta essentiellement parmi les communistes qui avaient été internés dans les camps nazis et bénéficia de l’autorisation du port d’armes aux unités de police allemande, octroyée le 1er janvier 1946, par le Conseil de contrôle interallié32. Fut également mise sur pied une police politique, le Cinquième département de la police criminelle, K-5, afin de surveiller ces fonctionnaires de police. Elle dépendait directement du Commissariat du Peuple des Affaires intérieures et du Commissariat du Peuple de la Sécurité d’État33.

  • 34 Parti populaire démocrate, Parti national allemand, Activistes soviéto-allemands, Ligue pour les dr (...)
  • 35 RCHDINI, « Iz obzora Bûro informacii SVAG o političeskom položenii v Germanii », adressé à G.F. Ale (...)
  • 36 G. Korotkevič, « Dokladnaâ zapiska o partijnom s"ezde CDU 16-17/06/46 », transmis le 25/06/46 par T (...)
  • 37 G. Korotkevič, ibid., 1. 5. Le Congrès du LPD en juillet 1946 ferait l’objet d’un rapport semblable (...)
  • 38 S. Creuzberger, op. cit., p. 30.

15Parallèlement à ces mises en place institutionnelles, les autorités soviétiques s’occupaient d’une des questions les plus fondamentales en 1945- 1946, car elle était au cœur du dispositif politique et stratégique soviétique : celle des partis politiques et de la constitution d’un vaste mouvement antifasciste-démocratique dans la zone d’occupation qui préfigurait son extension voulue à l’ensemble de l’Allemagne. Cet instrument de l’influence soviétique fit, de ce fait, l’objet d’une surveillance et d’un contrôle particulièrement rigoureux. Tout devait se dérouler selon les règles fixées par les Soviétiques eux-mêmes : ils commencèrent par autoriser, de manière unilatérale dans leur zone, la création des partis politiques, le 10 juin 1945. Les petits furent interdits34 et seuls de grands partis comme le SPD, le CDU, le LDP et le KPD reçurent leur autorisation35. Dans l’optique soviétique, une trop grande multitude aurait en effet été synonyme d’éclatement politique, ce qui aurait contrecarré toute main-mise efficace. Les partis autorisés furent, de surcroît, placés sous un contrôle étroit des occupants et fortement encouragés à tenir un discours loyal vis-à-vis des Soviétiques. Pour prévenir tout écart, des observateurs délégués par la Direction de la Propagande étaient chargés de rendre systématiquement compte du déroulement de leurs conférences, de leurs réunions et de leurs sessions. Lors du Congrès du CDU les 16 et 17 juin 1946, par exemple, G. Korotkevič soumit son analyse et ses conclusions sur les travaux des chrétiens-démocrates à Tûl’panov qui les fit ensuite parvenir à M. Suslov, au Comité central du PC. Appréciations et jugements sur la teneur des interventions, sur l’atmosphère du Congrès, sur les réactions de l’assistance, sur l’attitude affichée envers les forces d’occupation truffaient son compte rendu qui concluait sur le « caractère relativement progressiste » du Congrès. La réélection de l’ancienne direction, composée de Jacob Kaiser et d’Ernst Lemmer, était perçue comme un objet de satisfaction car tous deux étaient placés, « dans une large mesure, sous notre influence »36. Le rapport de Korotkevič laissait bien, de surcroît, apparaître la tactique mise en œuvre pour contrôler les partis dits bourgeois : il s’agissait d’isoler, en leur sein, les contestataires en renforçant les éléments jugés loyaux, d’y développer les luttes intestines afin d’éviter que les partis ne deviennent trop puissants37. Le Front uni des partis démocratiques antifascistes (Einheitsfront der antifaschistisch-demokratischen Parteien), crée par la SV AG dès le 14 juillet 1945, devait être l’instrument par excellence de ce contrôle. Il allait permettre de réaliser un double objectif : consacrer l’encadrement des forces politiques renaissantes et canaliser leurs activités par des règles de fonctionnement qui paralysaient toute force centrifuge ou toute formation d’une coalition contraire aux intérêts du KPD. Le Bloc devait, en effet, adopter ses décisions à l’unanimité et reproduisait un schéma centralisé...38.

  • 39 « Pečat’ v Germanii », 30/07/45, G.K. Jukov à Molotov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, papka 120, delo  (...)

16Le KPD fut le grand privilégié dans la mise en place de la vie politique de la zone d’occupation soviétique et bénéficia d’un soutien, à la fois matériel et logistique, considérable39. Une campagne de préparation des fonctionnaires allemands avait même été orchestrée en vue de cette instauration et, du 4 au 11 juin 1945, les lignes stratégiques du Parti leur avaient été exposées en détail : on ne visait l’établissement immédiat ni d’un système soviétique ni du socialisme, mais d’une république parlementaire par la révolution bourgeoise et la constitution d’un parti de masse. Dans son discours, R. Gyptner justifia d’ailleurs cette tactique à sa façon :

  • 40 Rededisposition R. Gyptners, « Der Weg zum Wiederaufbau », IfGA, ZPA, NL 80/9, Bl. 9-14, cité par G (...)

« Le mieux serait d’instaurer le socialisme et une Allemagne soviétique. Nous tenons bien évidemment la société socialiste pour la meilleure qui soit pour l’humanité. Mais elle ne va pas nous tomber toute rôtie dans la bouche ! »40.

  • 41 IfGA, ZPA, NL 36/23, Bl. 36, ibid., p. 92.

17Au terme donc de cette campagne de préparation, le Parti publiait son programme d’action le 11 juin, en avance sur tous les autres et dans de meilleures conditions. Celui-ci avait été définitivement mis au point lors des rencontres entre W. Ulbricht, W. Pieck, A. Ackermann, G. Sobottka, Staline et Molotov début juin 194541 et reprenait les grandes lignes exposées aux fonctionnaires du Parti :

  • 42 Extrait de Tägliche Rundschau, 14/06/45.

« Nous estimons qu’imposer à l’Allemagne le système soviétique serait une erreur car une telle voie ne correspond pas aux circonstances actuelles. Nous pensons donc plutôt que les intérêts fondamentaux du peuple allemand exigent que l’Allemagne emprunte une autre voie compte tenu de sa situation actuelle, et cette voie doit être celle de l’instauration d’un régime antifasciste et démocratique, une République parlementaire et démocratique qui garantirait les droits et les libertés du peuple (...) »42.

  • 43 RCHIDNI, Burcev à Panûškin, Perevod « O Kompartii Germanii », iz razvedsvodki n° 16, 27/10/45, Otde (...)

18Les dix points du programme du KPD allaient donc en ce sens. Citons-en quelques-uns : éradication du nazisme, lutte contre la faim et le chômage, garantie des droits de l’homme, soutien aux travailleurs exploités, expropriation et redistribution des propriétés des Junkers (grands propriétaires), coopération pacifique avec les autres nations, reconnaissance par l’Allemagne de sa dette, due aux préjudices causés dans la guerre43.

  • 44 Cette lettre était en fait faussement datée du 28 avril 1945, dans IFGA, ZPA, NL 100/15, Bl. 1, cit (...)

19Les ingérences directes des Soviétiques dans la vie politique allemande devaient trouver une forme de consécration avec la fusion entre le KPD et le SPD, processus qui fut lancé dès l’automne 1945. La proposition de fusionner les deux partis représentants de la classe ouvrière était, officiellement, venue en premier de la social-démocratie, au printemps 1945. M. Fechner avait fait parvenir une lettre en ce sens à W. Ulbricht, début mai 1945, qui prétendit cependant ne l’avoir jamais reçue44. Le refus opposé par les communistes à cette invitation social-démocrate a pu être interprété, dans l’historiographie occidentale, comme la preuve que le KPD n’avait songé que tardivement à créer un vaste mouvement antifasciste-démocratique et qu’il n’y avait, de ce fait, aucune stratégie préalablement fixée. L’examen des archives a déjà établi la fausseté de cette interprétation. Rappelons la position de W. Pieck défendue devant l’école du Parti n° 12, le 10 mars 1945 :

  • 45 IFGA, ZPA, NL 36/421, Bl. 112-122 et 130-137, ibid., p. 242 et voir supra, chapitre III.

« C’est justement à cause du SPD que nous devons, de toute urgence, créer un front uni dans la classe ouvrière sur la base de notre programme. Car sans ce front, la classe ouvrière ne pourra pas exercer le rôle dirigeant dans la transformation de l’Allemagne. (...) La réalisation de cette mission est la seule garantie de l’effectivité de l’alliance entre la classe ouvrière et le monde paysan et c’est une des conditions essentielles pour la réalisation du programme d’action qui doit sauver l’Allemagne et ouvrir la voie au socialisme »45

20Comment expliquer alors ce rejet ? La réponse pourrait paraître somme toute secondaire dans la mesure où les communistes voulaient de toute façon l’alliance. Mais, par l’habileté tactique qu’il révèle, ce refus semble au contraire très symbolique de l’enjeu politique pour les communistes. W. Ulbricht n’avait d’autre solution que de prétendre n’avoir pas reçu la lettre de Fechner et ce, pour plusieurs raisons. Ce rejet marquait d’abord la volonté communiste de garder l’initiative en ce domaine car, en effet, celle-ci était la clef de la stratégie politique en Allemagne. Elle comptait jouer avec les retombées psychologiques jugées considérables car le parti qui prendrait l’initiative de l’alliance offrait une image d’ouverture, de compromis qui cadrait avec la volonté de se poser en défenseurs des intérêts nationaux allemands. Comme composante de l’offensive idéologique des communistes, l’alliance devait donc forcément être une de leurs initiatives.

  • 46 Voir supra, chapitre III.
  • 47 « Vozzvanie CK SP partii Germanii » 15/07/45, dans Za antifašistskuû demokratičeskuû Germaniû : sbo (...)

21D’autre part, le Parti n’était pas tout à fait prêt à l’alliance au printemps 1945. Au cours de ses délibérations en 1944-1945, il était parti du principe de créer un vaste mouvement progressiste, démocratique antifasciste, mais sans en avoir jamais fixé ni les modalités ni les futures structures. Seule l’idée avait été exprimée d’une nécessaire prépondérance du Parti communiste46. Il lui fallait de surcroît rééduquer au préalable ses troupes sur place et paradoxalement tempérer le caractère trop radical du programme des sociaux-démocrates, qui réclamaient une nationalisation immédiate de l’industrie et de l’agriculture47. Et si Ulbricht, le 12 juin 1945, au cours d’une réunion d’information du KPD, proposa la constitution d’un parti unique sur la base du programme en dix points du KPD, il éluda la question d’une union immédiate. Lors de la première conférence des responsables du Parti de Mecklemburg-Vorpommem, le 5 août 1945, F. Dahlem intervint de la même manière sur cette question :

  • 48 IfGA, ZPA, NL 72-209, Bl. 70, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 95.

« Elle (l’alliance immédiate) serait possible à tout moment, mais nous devons au préalable former les anciens camarades du KPD qui pour la plupart n’ont jamais entendu parler de la « nouvelle politique ». D’autre part, l’état désespéré du SPD ne parlerait pas en faveur de cette idée. Il serait en effet facile d’amener à nous l’aile gauche des sociaux-démocrates. Mais nous nous sommes vite convaincus que cette manœuvre ne serait pas judicieuse, pour cette raison même, car le passage des sociaux-démocrates de notre côté ne signifierait pas la fin de la social-démocratie mais, la renaissance à l’Ouest d’une social-démocratie conservatrice qui, déjà, mène une politique antisoviétique et anticommuniste »48.

  • 49 Voir infra, même chapitre.
  • 50 « Informacionnœ pis’mo n° 1 o političeskom položenii v Germanii », V.S. Semenov à Vychinskij, copie (...)
  • 51 S. Creuzberger, op. cit., p. 25. Voir aussi les témoignages directs de E. Gniffke, Jahre mit Ulbric (...)
  • 52 La règle de la parité serait appliquée pour les élections de la direction du SED le 23 avril 1946 : (...)

22Les démarches pour une fusion des deux partis furent tout de même entreprises à l’automne 1945 alors que le SPD, face à l’évolution politique, sociale et économique de la zone soviétique, ne se montrait plus aussi empressé et voulait se réserver un temps de réflexion49. Les autorités soviétiques soutinrent le processus de fusion de multiples manières : en encourageant d’une part l’organisation de comités d’action en faveur de l’union des deux partis50, en exerçant des pressions sur les structures locales du SPD pour forcer les réticences et les hésitations, notamment fin 1945-début 1946, mais elles se voulaient toutefois discrètes afin que la fusion n’apparût pas à l’avantage du KPD et comme son prolongement51. L’accord de la direction social-démocrate fut obtenu, et le 21-22 avril 1946, le Congrès d’union entre le KPD et le SPD à Berlin (Berliner Vereinigungsparteitag) voyait la constitution d’un Parti socialiste unifié, le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands), sur une base paritaire52. Il ne se voulait pas un parti marxiste-léniniste, mais un parti de masse pluraliste et marxiste. La volonté du Kremlin d’une évolution graduelle transparaissait largement dans le programme du SED :

  • 53 Protokoll des Vereinigungsparteitags der KPD und SPD am 21. und 22. April 1946, Berlin, 1946, p. 17 (...)

« Le Parti socialiste unifié d’Allemagne se bat comme un parti indépendant dans son pays, au nom des intérêts du peuple allemand. En tant que Parti socialiste allemand, il représente les forces les meilleures et les plus progressistes »53.

  • 54 « Informacionnœ pis’mo n° 8 o političeskom položenii v Germanii », 7/06/46-1/07/46, Semenov à Smirn (...)
  • 55 Semenov à Smirnov, « Informacionnœ pis’mo n° 8 o političeskom položenii v Germanii », ibid., 1. 147

23Comme le KPD durant les premiers mois de l’occupation, le SED bénéficia de l’appui massif des autorités soviétiques pour asseoir son influence dans la population allemande. La presse en profita directement. Dans une lettre d’information sur la situation politique en Allemagne, le 18 juillet 1946, V.S. Semenov releva avec satisfaction « les belles possibilités de travail (du SED) auprès de la population allemande » car ce nouveau parti disposait de tirages hebdomadaires considérables (16 560 000 exemplaires pour toute la zone et 3 900 000 pour la seule ville de Berlin) par rapport aux autres partis (1 500 000 exemplaires pour le CDU-LDP)54. Les Soviétiques facilitaient aussi l’organisation des réunions du parti et des mouvements sociaux de jeunes, de femmes, d’intellectuels, de paysans et d’ouvriers55.

  • 56 « Informacionnœ pis’mo n° 2 o političeskom položenii v Germanii 1-15/03/46 », Semenov à Vychinskij, (...)

24Parallèlement à la mise en place et à la structuration d’un mouvement antifasciste dans leur zone d’occupation et dont le nouveau parti se voulait l’avant-garde, les Soviétiques ne perdaient pas de vue les zones occidentales. Le KPD y avait, très tôt, crée des comités d’actions dans les villes. L’URSS se montrait aussi attentive aux retombées politiques et psychologiques de ses réunions et conférences sur les communistes et la population du reste de l’Allemagne. Suite ainsi à la conférence du KPD à Berlin, les 2 et 3 avril 1946, les rapporteurs soviétiques avaient relevé « une renaissance de l’activité des communistes des zones occidentales » qui intervenaient désormais sur les ondes pour défendre la dénazification, la réforme agraire, la liquidation des trusts...56 La fusion entre le KPD et le SPD était aussi perçue comme devant avoir un effet d’entraînement à l’Ouest :

  • 57 « Informacionnœ pis’mo n° 1 o političeskom položenii v Germanii », Semenov à Vychinskij, copies à M (...)

« L’union du KPD et du SPD dans la zone soviétique d’occupation aura une forte influence sur les travailleurs des zones occidentales et pourra ébranler les fondements mêmes de la domination des Sociaux-démocrates conservateurs de l’Ouest »57.

25La reconnaissance du SED dans le Grand Berlin et les autres zones d’occupation constitua ainsi l’un des grands chevaux de bataille. Soviétiques et communistes allemands étaient bien conscients que l’extension de son influence y serait chose malaisée et que les Alliés s’efforceraient de la contrecarrer, mais ils se voulaient optimistes et misaient sur une assise avant tout locale :

  • 58 G. Keiderling, op. cit., p. 251.

« Nous devons tout tenter pour nous opposer à ces efforts en orientant, dès le départ, notre travail dans ces zones d’occupation sur la formation d’un large mouvement antifasciste uni et démocratique dans les entreprises (...) »58.

26Le 28 mai 1946, le SED obtenait sa reconnaissance dans tous les secteurs de la capitale allemande. Dans un rapport daté du 22 juin 1946, V.S. Semenov saluait l’importance de ce résultat pour les perspectives qu’il ouvrait dans les autres zones d’occupation :

  • 59 « Informacionnœ pis’mo n° 7 o političeskom položenii v Germanii 15/05/46-7/06/46 », Semenov à Smirn (...)

« La légalisation du SED à Berlin a une importance politique considérable pour toute l’Allemagne. Elle signifie aussi l’extension de l’activité légale du SED dans les secteurs occidentaux de Berlin »59.

  • 60 Korotkevič, « Dokladnaâ zapiska o partijnom s"ezde CDU 16-17/06/46 », transmis le 25/06/46 par Tûl’ (...)

27Les Soviétiques faisaient les mêmes calculs, certes avec plus de réserves, pour chaque parti du bloc démocratique et antifasciste. Ainsi, Korotkevič, le rapporteur de la Direction de la Propagande de la SV AG au Congrès du CDU en juin 1946, devait-il approuver l’orientation gesamtdeutsch imprimée par son Président J. Kaiser : « Les premiers pas sont faits vers une extension de notre influence sur le CDU des zones occidentales »60. Les mêmes espoirs ponctueraient le rapport de Semenov sur le Congrès du LDP en juillet 1946. Il escomptait, sans vouloir cependant surestimer les chances de succès, une possible infiltration à l’Ouest grâce à la fusion des groupes LDP des quatre zones d’occupation :

  • 61 V.S. Semenov, « Informacionnœ pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii », 1- 20/07/46, RCHID (...)

« Le fait qu’à la tête de la direction du grand LDP, il y ait des dirigeants du LDP de la zone soviétique peut avoir une importance positive quant à notre influence sur le travail de ce parti dans les zones occidentales »61.

  • 62 OSNP : Ob"edinenie svobodnyh nemeckih profsoûzov. « Iz obzora Bûro informacii SVAG o političeskom p (...)
  • 63 Voir supra, chapitre IV.

28Dans cette offensive tactique, la question syndicale était une composante non négligeable. Les communistes s’étaient attelés dès l’été 1945 à la mise en place de syndicats libres dans la zone soviétique62. Très tôt aussi, le 20 octobre 1945, à la neuvième session du Conseil de contrôle interallié, les Soviétiques s’étaient efforcés, nous l’avons vu, de faire reconnaître à leurs partenaires la nécessité d’une union syndicale à l’échelle de toute l’Allemagne. Si Britanniques et Américains s’étaient déclarés prêts à envisager l’examen de cette question, les Français y avaient opposé un refus catégorique63. Mais les Soviétiques ne désespéraient pas d’obtenir gain de cause et parallèlement, ils poussaient les syndicats de leur zone d’occupation à coordonner leurs actions avec celles des autres organisations par des conférences interzonales.

  • 64 SAPMO-BA, ZPA, IV 2/7/227, bb. 10-23, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 151. Pour plus de détails (...)
  • 65 W. Pieck, « Die demokratische Bodenreform-Deutschlands Aufbauproblem- die Kraft der demokratischen (...)
  • 66 B. Bonveča, G. Bordûgova et N.M. Nejmarka, dir., SVAG. Upravlenie propagandy – informacii- i S.I. T (...)
  • 67 N.M. Naimark, op. cit., p. 155.
  • 68 Voir à ce titre N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva, op. cit., p. 209.

29Le dynamisme, si on peut le qualifier ainsi, des Soviétiques ne se borna pas au domaine politique, il concerna de même l’éducation en lançant une réforme scolaire dès les premiers mois d’occupation. Les questions économiques furent également l’objet d’une attention particulière. Au cours du mois d’août 1945, communistes et Soviétiques élaborèrent une réforme agraire qui prévoyait de faire démarrer un projet d’expropriations dans la Saxe-Anhalt, le 28 août, puis de le lancer dans les autres provinces : le 5 septembre, dans le Mecklembourg, le 6 dans le Brandebourg, le 10 en Thüringe et le 11 en Saxe. Ils comptaient sur la spontanéité du mouvement pour rassurer notamment les classes moyennes quant aux intentions des occupants64. Le 2 septembre, la veille du lancement de ces expropriations, W. Pieck, dans un discours intitulé Junkerland in Bauernhand, donna les caractéristiques de cette réforme. Elles étaient très nettement politiques. Pieck présenta en effet le projet comme la possibilité pour les masses pauvres et dépossédées de se débarrasser des Junkers et des grands propriétaires en s’emparant de leurs biens65. Les terres de plus de 100 hectares devaient être confisquées sans compensation pour être transformées en parcelles de 5 à 10 hectares selon la nature du sol. Les biens de l’Église devaient être épargnés pour ne pas s’aliéner la population croyante, alors que ceux ayant appartenu à l’État ou au Parti national-socialiste étaient appelés à devenir des fermes expérimentales. La réforme concernerait ainsi 770 000 hectares66. L’objectif déclaré des Soviétiques était de promouvoir une réforme progressive, mesurée, contrôlée, conforme à la politique générale de transformations démocratiques et antifascistes mais elle devait aussi permettre d’assurer l’approvisionnement des troupes d’occupation et d’éviter toute tension sociale dans les campagnes67. Aussi, toute référence à des termes comme ceux de collectivisation ou de dékoulakisation furent-ils soigneusement biffés des discours pour ne pas permettre d’établir de parallèle avec la réforme promulguée en URSS en 192968.

  • 69 Rapporté par E. Gniffke, op. cit., p. 125.

30Cette modération délibérée dans la présentation des objectifs économiques marqua l’ensemble des réformes proposées lors de cette première période d’occupation. Le 7 janvier 1946, lors d’une conférence économique réunissant des experts du KPD et du SPD, le rapporteur communiste, B. Leuschner, inscrivit la présentation des propositions de son Parti dans cette optique : s’il envisageait la dissolution des grandes banques, la mise en place d’un nouveau système bancaire en créant des entités dans les Länder et dans les provinces subordonnées aux administrations locales, l’expropriation des grands propriétaires, l’épuration des anciens membres du Parti national-socialiste dans les entreprises, l’incorporation des syndicats dans les nouvelles structures économiques, il les replaçait dans un cadre stratégique précis : l’économie allemande conservait son caractère capitaliste, car les circonstances ne permettaient pas l’établissement immédiat du socialisme. Leuschner préconisait toutefois une planification partielle, seule jugée apte à permettre le rétablissement économique allemand69.

Au niveau idéologique

  • 70 Les institutions soviétiques fonctionnaient sur la base de ce qui fut appelé centralisme démocratiq (...)

31Le discours de propagande mis au service de ces transformations politiques et économiques visait à les justifier. Il reposait essentiellement sur l’emploi et la manipulation de deux termes, démocratie et antifascisme. L’insistance à recourir au premier n’était pas innocente puisqu’elle jouait sur l’ambiguïté et l’opposition entre les définitions que lui donnaient Occidentaux et Soviétiques. Pour les premiers, la démocratie incarnait un mode de gouvernement où le peuple exerçait la souveraineté, tandis que les seconds dissimulaient, derrière le recours à ce concept, certes l’éligibilité de tous les organes du pouvoir étatique, mais en fait leur subordination inconditionnelle et leur obligation d’exécuter toute décision des organes supérieurs, ce qui trahissait une monopolisation de la direction des affaires publiques ou privées et une unicité de la décision politique70.

  • 71 Nous n’en aborderons cependant ici qu’un aspect, nous réservant le droit de discuter des ambiguïtés (...)
  • 72 Voir supra, chapitre III.
  • 73 Nous verrons infra les implications d’une telle présentation.

32Il convient aussi de s’attarder particulièrement sur le second terme, antifascisme, qui constitua l’un des fleurons de la propagande soviétique en Allemagne71. Pendant les années de guerre, le terme de fascisme avait été, à dessein, employé dans un sens spécifique et restrictif : il avait servi à qualifier les agresseurs et à les dissocier du peuple allemand. Les fascistes incarnaient la « clique hitlérienne opprimante » dont les intérêts nuisaient à ceux de la nation et du peuple allemands. Fascisme était le plus souvent associé aux termes asservissement ou répression ; à de rares occasions seulement, il devait être assimilé à celui d’impérialisme72. Il est étonnant de constater les efforts que déployèrent les Soviétiques pendant la guerre pour définir, ou plutôt pour ne pas définir le fascisme, car dans la propagande, il devait conserver des contours très imprécis : elle n’eut ainsi recours, qu’à de très rares occasions, aux concepts idéologiques marxistes-léninistes pour désigner ou qualifier l’ennemi73. L’emploi du terme antifascisme pendant l’occupation constitua un relais logique, puisqu’il fut mis au service des mêmes préoccupations : d’une part, se proclamer défenseur des intérêts nationaux allemands et d’autre part, rassurer Allemands et Occidentaux sur les intentions de l’URSS. Celle-ci cherchait à donner une image modérée de ses actions, se voulait flexible et non provocatrice. Cette volonté apparaissait dans le souci toujours de mettre en sourdine son vocabulaire idéologique marxiste-léniniste. Le concept d’antifascisme présentait des avantages immédiats : il conférait une honorabilité politique certaine, sous-entendait le maintien de l’unité de vue entre les partenaires de la coalition anti-hitlérienne et surtout, comme le concept de fascisme pendant la guerre, sa globalité le préservait de toute définition très précise.

  • 74 Pour ne donner qu’un exemple, les correspondances privées étaient examinées de manière systématique (...)
  • 75 Voir à ce titre A. Abusch, Stalin und die Schiksalsfragen der deutschen Nation, Berlin, Aufbau-Verl (...)

33Forte de ces concepts généraux, l’URSS chercha à mettre en œuvre la même tactique qu’en 1941-1945, à savoir être l’observateur des aspirations allemandes qu’elle ne voulait pas paraître commander. Elle cherchait à se cantonner délibérément dans son rôle de puissance occupante qui laissait une large liberté de manœuvre aux Allemands. Cette position d’arbitre était une façon de faire croire à un mouvement spontané. Le contrôle qu’elle exerçait ne faisait cependant aucun doute74. L’URSS chercha tous les moyens de justifier un thème que la propagande de guerre, surtout celle du KPD, avait commencé de développer : celui d’une gratitude nécessaire des Allemands à l’égard des Soviétiques qui se montraient disposés, en dépit de tous les dommages causés, à les remettre dans le droit chemin. La reconnaissance de cette magnanimité et de cette mansuétude fut un cheval de bataille pour les autorités soviétiques75.

  • 76 Nachrichten für die Bevölkerung, Tägliche Rundschau, Berliner Zeitung.
  • 77 M.I. Burcev, « Spravka o političeskoj rabote sredi naseleniâ Germanii », Iûl’ 1945, RCHIDNI, Fonds  (...)
  • 78 Smirnov à Vychinskij, 26/09/45, AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, delo 3, papka 120, 1. 42.

34Et les moyens mis au service de cette offensive idéologique étaient considérables. La 7e section lança, dès les premiers jours de l’occupation, une propagande écrite et orale afin de convaincre les Allemands de se soumettre au régime d’occupation car les Soviétiques n’avaient que de bonnes intentions à l’égard de l’unité étatique de l’Allemagne. Des bulletins d’information furent diffusés périodiquement par les stations de radio et les journaux qui avaient fait leur apparition dès le mois de mai 194576. M.I. Burcev, le chef de la 7e Section, dut recruter des officiers supplémentaires pour superviser l’élaboration de cette presse de propagande77. Quand la Direction de la Propagande fut créée à la SVAG, les attributions de la 7e Section diminuèrent notablement. Il avait été question de transférer toutes ses compétences en matière de propagande et de censure à la Direction du conseiller politique auprès du Commandant suprême de la SVAG, mais le conseil militaire s’y était opposé, car F.E. Bokov envisageait de créer un véritable centre qui concentrerait tous les efforts politiques et idéologiques des Soviétiques dans la population allemande. C’est ce qu’allait devenir la Direction de la Propagande avec Tûl’panov et elle absorba, à l’automne 1947, toutes les compétences de la 7e section qui cessa ainsi d’exister78.

  • 79 Protokollnotizen Wilhelm Piecks zur Besprechung vom 4/06/45, Zentrales Parteiarchiv Nachlass 36/629 (...)
  • 80 Compte rendu de la conférence des fonctionnaires du Parti, 6 juin 1945, IFGA, BPA 1/3/12/125, cité (...)
  • 81 G.A. Belov et V.S. Semenov... dir., Za antifašistskû-demokratičeskuû Germaniû, Sbornik dokumentov 1 (...)
  • 82 Voir supra, chapitre III.
  • 83 Zdorov à Panûškin, 25/04/46, « Kratkaâ dokladnaâ zapiska o sliânii KP v SEPG », RCHIDNI, Fonds 17, (...)

35Si les moyens qu’elle mettait en œuvre pour la propagande étaient considérables, l’URSS destinait plutôt sa propre action idéologique au niveau interallié, dans le Conseil de contrôle notamment, mais aussi dans les conférences des Ministres des Affaires étrangères. Elle y défendit par exemple les principes proclamés à Potsdam du maintien de l’unité économique et politique de l’Allemagne. Pour la propagande développée dans la zone d’occupation, elle devait, de préférence, recourir à la méthode, éprouvée déjà pendant la guerre, qui consistait à mettre le KPD, puis le SED, en première ligne. Les moyens de la SVAG furent, pour ce faire, largement mis à leur disposition. Lors de sa rencontre avec les dirigeants communistes, le 4 juin 1945, Staline avait montré qu’il misait sur le KPD pour lancer l’offensive idéologique multidirectionnelle. Les communistes ou les agents allemands à la solde des Soviétiques ne pouvaient être, en effet, que les meilleurs porte-parole et vulgarisateurs possibles de ses thèmes qui englobaient la magnanimité des Soviétiques, la défense de l’unité nationale allemande et la création d’une Allemagne nouvelle et démocratique79. Les directives soviétiques orientaient la lutte pour la conquête de l’Allemagne à tous les niveaux d’action : il fallait mettre en avant l’idée que les Occidentaux avaient pris l’initiative des plans de démembrement alors que Staline y était opposé ; il fallait œuvrer à l’unité de l’Allemagne par l’unité du KPD et de son Comité central ; le combat antifasciste devait être mené, au cours de cette première étape, par une révolution bourgeoise-démocrate pour établir un gouvernement bourgeois-démocrate et permettre ainsi la préparation idéologique de la population allemande à la conversion au socialisme car « le peuple allemand n’ (était) pas mûr pour le pouvoir soviétique »80. Le KPD trouva un soutien dans le Front qui regroupait les partis politiques autorisés dans la zone d’occupation, le bloc démocratique et antifasciste. Le rôle de celui-ci était de rassurer Allemands et Occidentaux sur les intentions soviétiques en propageant une bonne image de l’URSS, libérateur et protecteur du peuple allemand, respectueuse du pluralisme politique et soucieuse d’appliquer scrupuleusement les décisions de Potsdam dans sa zone d’occupation. Si le Bloc avait aussi une autre fonction, celle de « répondre aux intérêts vitaux de la nation allemande »81, le KPD se réservait cependant jalousement la prétention d’incarner et de défendre au mieux ces intérêts. Dès le printemps 1945, il avait commencé à moduler son discours idéologique en ce sens82. Cette composante apparut aussi nettement dans son appel le 11 juin 1945. Et la fusion avec le SPD lui permit d’établir une symbiose définitive entre les intérêts de la classe ouvrière et ceux de la nation allemande. C’est en ce sens aussi qu’il avait été si important que le KPD gardât l’initiative de proposer la fusion. La légitimation de sa revendication à se poser toujours en seul garant des intérêts nationaux allemands était à ce prix. Et il avait défendu l’idée de la fusion au nom des intérêts nationaux allemands. Les rapports que les autorités soviétiques avaient établis sur les étapes de ce processus l’attestent largement. Ainsi, dans son compte rendu sur le 15e Congrès du KPD, les 19 et 20 avril 1946, le vice-chef de la Direction de la Propagande de la SVAG, le sous-lieutenant Zdorov, notait : « Les rapports et les allocutions ont souligné les efforts déployés par les travailleurs et par les partis ouvriers pour préserver l’unité nationale, étatique et économique de l’Allemagne » ; il faisait aussi remarquer que le slogan de l’Allemagne unie avait aidé à faire la fusion83.

36Toute occasion de se poser en défenseur de l’unité allemande était exploitée et le KPD cherchait le plus possible à garder l’initiative en ce domaine. Les rapports que les Soviétiques établissaient sur les activités du KPD en rendent, là encore, parfaitement compte. Le 9 février 1946, par exemple, W. Ulbricht avait déclaré à la conférence des syndicats de Berlin : « La Ruhr appartient à l’Allemagne car sans elle, l’Allemagne ne peut survivre. La Ruhr est et reste allemande ». Dans une lettre d’information sur la situation politique en Allemagne datée du 9 mars 1946, V.S. Semenov devait relever que cette déclaration avait eu une grande résonance dans le pays et à l’étranger, avait accru la popularité du KPD et contribué à renforcer son autorité car il était le seul à avoir pris position sur cette question. La radio britannique se montrait préoccupée devant cette tactique, continuait Semenov :

  • 84 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, V.S. Semenov à Vychinsk (...)

« Les communistes ne manquent pas une occasion d’accroître leurs forces... Les observateurs en Allemagne prévoient que les communistes pourront tenter de soulever une vague de nationalisme dans tout l’État et exploiter le mécontentement de la population avec le slogan Allemagne unie »84.

  • 85 Ibid., 1. 9.
  • 86 K. Schumacher n’avait en fait jamais cessé de défendre l’unité de l’Allemagne, voir infra et chapit (...)

37L’agence Reuter, le 24 février 1946, devait remarquer que les déclarations d’Ulbricht sur la Ruhr et les slogans du KPD sur la future construction étatique allemande rejoignaient les prises de position sur la création d’un parti ouvrier unique. La question de la Ruhr, continuait-elle, était sans doute pour les communistes un instrument de conquête des masses85. Semenov approuvait nettement le choix de cette tactique offensive car il notait que les autres partis de la zone soviétique s’étaient sentis obligés de soutenir le slogan du KPD pour ne pas perdre pied dans la population allemande et essayer de paralyser la portée de ce slogan. Des sociaux-démocrates en Bavière qui, jusque-là, défendaient l’idée de l’indépendance de la Bavière agitaient maintenant le drapeau de l’unité allemande. De même, le Président du SPD dans la zone britannique, K. Schumacher, lors de sa venue à Berlin le 27 février 1946, avait refusé de prendre position sur la question de la Ruhr mais, à son retour, il s’était déclaré en faveur de l’unité allemande, visiblement après consultation avec les autorités britanniques86. Semenov concluait donc son rapport avec une pointe très nettement optimiste pour les perspectives ouvertes :

  • 87 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, de Semenov à Vychinskij (...)

« La tendance générale du développement de la vie politique en Allemagne en février 1946 a consisté en la poursuite de l’exacerbation de la lutte entre les alliés pour le gain de l’Allemagne et de celle entre les partis politiques et les classes sociales à l’intérieur de l’Allemagne »87.

  • 88 Zdorov à Panûškin, « Kratkaâ dokladnaâ zapiska o sliânii KPD v SEPD », 25/04/46, RCHIDNI, Fonds 17, (...)
  • 89 Zdorov à Panûškin, ibid., 1. 95.

38Une fois créé, le SED reprit à son compte les thèmes mobilisateurs de la propagande du KPD et notamment celui de défenseur des intérêts nationaux allemands. Dans les tâches assignées au SED, le jour du Congrès unificateur, le 20 avril 1946, Grotewohl donna comme conditions prioritaires au rétablissement de l’Allemagne « la sauvegarde, conformément aux décisions de Potsdam, de l’unité économique allemande et le maintien en Allemagne de la Ruhr et de la région du Rhin »88. Les Soviétiques encourageaient la diffusion de cette image dans la population. Zdorov la présentait ainsi au lendemain seulement de la fusion entre le KPD et le SPD : « Ce parti uni se pose en parti de l’unité nationale allemande, ce qui lui confère le soutien massif des couches populaires »89.

39Une autre composante importante de la propagande diffusée était l’image à donner de la zone d’occupation soviétique que l’on voulait attractive. Un des instruments privilégiés en fut la foire de Leipzig, sorte de village à la Potemkine, organisée du 8 au 12 mai 1946 pour la première fois depuis la guerre, et directement destinée à « l’Occident allemand » auquel on voulait montrer les succès politiques et économiques réalisés à l’Est mais aussi rappeler la nécessité de l’unité économique allemande et de la liquidation des frontières interzonales. Cette offensive publicitaire et médiatique fut très scrupuleusement organisée car la foire de Leipzig était une tradition séculaire à la popularité mondiale et les Soviétiques, en la reprenant à leur compte, cherchaient un impact maximal. Elle fut préparée avec le plus grand soin, à la fois par la Direction économique et par la Direction de la Propagande de la SVAG : 2 746 firmes exposèrent dont 204 occidentales, 400 000 personnes la visitèrent ; la presse sous contrôle de la SVAG fut chargée d’en populariser le succès. De nombreux rapports, expédiés directement à M. Suslov, furent établis sur les déclarations des visiteurs étrangers, qui étaient perçus comme les meilleurs vulgarisateurs possibles de l’image de la zone soviétique. L’un d’entre eux notamment ne fut pas dupe du stratagème :

  • 90 « Vyskazyvaniâ predstavitelej zapadnyh zon Germanii, posetivših Lejpcigskoj ârmarku », Burcev à Sus (...)

« Ce que nous avons vu à Leipzig est tellement étourdissant et correspond si peu à ce que nous attendions, à ce que nous appréhendions qu’une fois rentrés à la maison, si nous racontons exactement ce que nous y avons vu, nous serons des propagandistes parfaits pour la zone soviétique »90.

40Les journalistes occidentaux, venus couvrir l’événement, devaient faire le même constat. Le major Tugarev rapporterait d’ailleurs à leur sujet, avec un contentement visible :

  • 91 Ibid, 1. 153.

« On sentait dans leurs déclarations des pointes d’envie et il leur aurait été bien plus agréable d’assister à une telle foire, non à Leizpig, mais dans une ville quelconque des zones occidentales d’occupation »91.

41Dès les premiers mois donc après la fin des hostilités, les Soviétiques, par le truchement du KPD, du SED mais aussi du bloc antifasciste, cherchèrent à donner un visage attractif à leur zone d’occupation, à montrer qu’ils y réorganisaient la vie politique, économique et culturelle, en vainqueurs magnanimes et défenseurs des intérêts nationaux allemands. Leurs efforts de propagande en ce sens s’adressaient, non aux Allemands de leur propre partie, mais exclusivement à ceux de « l’Occident » et se conjuguaient à leurs tentatives d’intervention politique ou syndicale dans les zones occidentales, au niveau de la population et des entreprises. L’efficacité de cette propagande voulait résider dans sa retenue, car la mise en avant systématique des performances et de l’organisation de la zone soviétique était une manière indirecte d’attirer aussi l’attention sur les autres zones. Et là, les rapports d’archives soviétiques le prouvent amplement, leur situation en 1945-1946 était assez dramatique.

Les fondements de l’optimisme

  • 92 « Iz informacii razvedyvatel’nogo upravleniâ genstaba Krasnoj Armii », 25/01/46, AVPRF, Informacii (...)
  • 93 « Iz informacii razvedyvatel’nogo upravleniâ genstaba Krasnoj Armii », ibid., 1. 2.

42Des comptes rendus dressaient en effet régulièrement l’état des lieux dans les zones occidentales et le tableau qu’ils brossaient était passablement sombre. Citons, par exemple, celui du service de renseignements de l’État-major de l’Armée rouge, établi le 25 janvier 1946. Il commençait par présenter leurs atouts, notamment ceux de recouvrir 53 % du territoire allemand dans ses anciennes frontières, de posséder 45 % de la surface labourable, 54 % des chemins de fer, 93 % des réserves de charbon, 72 % des réserves de minerai de fer, 37 % des réserves de lignite, 90 % de la production de fer et d’acier, 70 % de la production chimique, 57 % de la puissance électrique. En dépit de ces données, les zones occidentales n’étaient pas exemptes de difficultés aiguës92. On pouvait y dénombrer en effet 7 à 8 millions de chômeurs. Il y avait 2 852 000 prisonniers de guerre dans la zone américaine ; certes, en décembre 1945, 2 400 000 avaient été libérés mais, il en restait encore 600 000 dans les camps (dont 200 225 à transférer dans la zone française), selon des données remises par le chef du département des prisonniers de guerre auprès du Commandement suprême des forces américaines et britanniques93.

  • 94 Voyage de Werner Mussler dans la zone française d’occupation, 18/12/45-6/01/46, AVPRF, Fonds 082, o (...)
  • 95 Dans les zones britannique et américaine, l’indice de production industrielle atteignait, en effet, (...)
  • 96 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, de Semenov à Vychinskij (...)
  • 97 H.D. Kreikamp, « Die amerikanische Deutschlandpolitik im Herbst 1946 und die Byrnes-Rede in Stuttga (...)

43Quant à la situation économique des zones occidentales, elle s’était gravement détériorée, en particulier dans la zone française. Les descriptions des conditions de vie pour cette dernière étaient assez catastrophiques : rationnement, vide culturel et politique car les partis et les administrations allemandes n’y avaient été autorisés que fin décembre 1945, recrudescence du marché noir, hostilité de la population locale envers les forces françaises d’occupation...94 Les comptes rendus soviétiques rapportaient, avec force détails, les craintes des responsables occidentaux de voir éclater des manifestations, des émeutes de famine et d’assister à un effondrement de l’activité des entreprises. Le 28 février 1946, Robertson avait annoncé une baisse des normes d’approvisionnement dans la zone britannique ; Kœnig dans une conférence de presse, le 25 février de la même année, avait déclaré que la production était dans une situation telle dans la zone française qu’il fallait recourir à des importations. Le 19 février, le chef de la direction agricole de l’Administration Militaire américaine devait avouer que, pour maintenir des normes d’alimentation quotidienne, l’importation de 100 000 tonnes de marchandises était inéluctable. Clay avait également évoqué dans une conférence de presse, le 28 février 1946, le recours probable à une baisse des normes alimentaires du fait de la production déficitaire95. La radio britannique, de surcroît, était entrée en jeu en réclamant de laisser à l’Allemagne une plus forte capacité de production et d’ouvrir les frontières interzonales ; elle critiquait d’autre part le détachement, entériné par la conférence de Potsdam, de vastes régions agricoles orientales au profit des Polonais et accentuait sa campagne en faveur de la création des départements centraux96. Les difficultés économiques étaient, pour une large part, attribuées aux revendications draconiennes des Soviétiques en matière de réparations car la croissance de la production était entravée par les mesures de démilitarisation excessives97.

  • 98 Cet étalage délibéré dans la presse, particulièrement net au début de l’année 1946, était très prob (...)
  • 99 Voir M. Heller et A. Nekrich, op. cit. et N. Werth, op. cit., p. 330-331. Nous y reviendrons aussi (...)

44Les rapports soviétiques sont innombrables pour rapporter les inquiétudes occidentales98 et cette insistance, voire cette complaisance à détailler les difficultés et la dégradation économique des autres zones d’occupation donne en fait une clef de compréhension de la politique allemande de l’URSS. Au moment où les autorités occupantes soviétiques avaient réussi à mettre en branle la vie politique, économique et idéologique dans leur zone, conformément aux objectifs que Moscou leur avait assignés, les zones occidentales vivaient des mois difficiles de pénurie et de dysfonctionnements. Les comptes rendus soviétiques induisaient de ces difficultés occidentales que l’occupation soviétique commençait sous les meilleurs auspices possibles. Cette mise en rapport n’est paradoxale qu’en apparence : elle n’apparaît en fait plus si étonnante si on la rattache à la perception du monde capitaliste telle qu’elle était véhiculée par l’idéologie marxiste-léniniste. Celle-ci prônait en effet que les démocraties occidentales subiraient, à court-terme, une fois les armes déposées, une ultime crise économique qui devait balayer irrévocablement leurs fondements99.

  • 100 Voir chapitre IV.
  • 101 Voir infra, chapitre VI.

45À la lumière de cet éclairage idéologique, il est désormais plus aisé de comprendre le sens de la politique de conversion au socialisme. La mise en exergue du contraste de développement entre les zones d’occupation peut être en effet mise en parallèle avec le fait que le Kremlin misait sur l’incapacité du Conseil de contrôle interallié de faire appliquer ses décisions et de mettre en œuvre une politique commune. Si ce Conseil n’était pas conçu comme un instrument direct de la politique allemande soviétique, au sens où elle ne comptait pas en exploiter les structures pour étendre son influence en Allemagne100, il avait cependant une certaine utilité : celle de provoquer, par son absence de fonctionnement, une aggravation de la situation économique et politique dans les zones occidentales ; l’URSS semblait espérer pouvoir gagner à la cause défendue par le KPD et le SED les Allemands épuisés par les privations et les difficultés dans les zones occidentales et informés de l’organisation de la zone soviétique et de ses bonnes intentions à leur égard. Le régime soviétique n’aurait plus eu, en définitive, qu’à cueillir les fruits du pourrissement avec la signature d’un traité de paix, car, rappelons-le, le compromis de Potsdam prévoyait qu’un tel traité serait signé par un gouvernement général allemand. Et il n’y avait pas lieu de craindre que cette politique fût prise en défaut. Toute velléité d’échec semblait en effet, aux yeux de Moscou, entravée à la fois par les présupposés du déterminisme historique et par les règles de fonctionnement du Conseil de contrôle interallié. Toute sa propagande s’articulait autour de cet espoir. Jusqu’en 1947-48 au moins, l’URSS eut des raisons de penser que cette stratégie réussirait101. La perception de cette logique politique globale des Soviétiques semble claire et pourtant, dès le commencement, elle devait être déformée et sujette à de multiples hypothèses et interrogations. De l’occupation soviétique, l’historiographie occidentale retiendra en effet surtout un caractère chaotique, improvisé et désordonné qui ne fut pas sans dérouter durablement les Occidentaux sur les intentions véritables de leurs partenaires. À quoi pouvait-être due une telle dichotomie ?

46Au fait tout simplement qu’incohérences, contradictions, dysfonctionnements et improvisations mirent à mal la ligne politique générale du Kremlin. Celle-ci, dans sa mise en œuvre, exigeait en effet de concilier l’idéologie marxiste-léniniste et le pragmatisme pour simuler le jeu démocratique. Or, le problème venait de ce que le pragmatisme interdisait logiquement tout plan préétabli et détaillé pour la mise en œuvre de la politique allemande alors que l’idéologie, en revanche, impliquait une évolution bien encadrée. La rigidité de l’idéologie marxiste-léniniste s’accordait mal avec les nécessités d’une politique pragmatique. Cette contradiction, située au cœur même du processus, était impossible à résoudre. Mais un tel paradoxe n’explique pas tout. En effet, à cette équation insoluble vinrent s’ajouter des problèmes liés à la nature même de la politique allemande de l’URSS qui, outre la conversion au socialisme, voulait aussi la neutralisation économique et militaire de l’Allemagne. Une telle concomitance d’objectifs contradictoires se trouva de surcroît aggravée par le mode de gestion dictatoriale du régime soviétique avec toutes les implications politiques et économiques qu’il pouvait comporter. Attachons-nous donc d’abord à exposer les problèmes dus au cadre très délimité dans lequel évoluait la politique de conversion au socialisme puis les implications de la concomitance des deux options contradictoires aggravées par les dysfonctionnements d’un mode de gestion dictatoriale.

Esquisse d’un premier bilan

Les problèmes d’application

47Les problèmes liés à la difficile conciliation entre idéologie et pragmatisme se manifestèrent très nettement au niveau politique et idéologique. Ils se situaient au cœur même du processus politique, ce qui devait avoir des effets réellement pervers sur la mise en œuvre de la politique dans la zone d’occupation. Les ambiguïtés de cette dernière y éclatèrent très tôt car les entorses que pouvait accepter une Realpolitik se heurtaient inévitablement à l’idéologie marxiste-léniniste : son cadre dogmatique rigide s’inscrivait forcément en faux contre la grande flexibilité qu’exigeaient le pragmatisme et l’opportunisme. L’instrument de la politique allemande du Kremlin, le SED, devait incarner par excellence ces contradictions inhérentes à la stratégie soviétique et en subir de plein fouet les répercussions.

  • 102 H. Weber, « Die sowjetische Militäradministration in Deutschland und das Parteiensystem der SBZ/DDR (...)
  • 103 D. Heimerl, « La social-démocratie allemande face au défi communiste de 1945 à nos jours », Revue f (...)
  • 104 H. Ménudier, ibid., p. 264-265.
  • 105 Rapporté par E. Gniffke, op. cit., p. 121.

48La fusion du KPD et du SPD, à l’origine de la naissance du SED, si elle était effective en 1946, dissimulait en effet de multiples problèmes. Elle ne s’était déjà point déroulée sans heurts102. La position des sociaux-démocrates avait évolué depuis le moment où ils avaient proposé une action commune, au printemps 1945 : ils ne s’étaient, par la suite, plus guère empressés et avaient privilégié un rapprochement par étapes qui éclaircirait au préalable tous les différends idéologiques. Cette évolution coïncidait en fait avec l’organisation de la social-démocratie à Berlin : O. Grotewohl avait créé en juin 1945, avec Max Fechner et Gustav Dahrendorf, la commission centrale du SPD (Zentralausschuss der SPD), renouant par là-même avec celle du même nom fondée en 1933 par l’ancien comité directeur et qui devait maintenir le parti dans l’illégalité : ils prétendaient ainsi représenter le SPD non seulement dans la zone soviétique mais dans l’ensemble de l’Allemagne. Pour ce faire, ils s’étaient efforcés de resserrer les liens avec la social-démocratie, dirigée par K. Schumacher, dans la zone britannique, ce que les Soviétiques avaient d’abord vu d’un bon œil dans l’optique de leur stratégie générale allemande. Mais les efforts déployés en ce sens avaient échoué car Schumacher, depuis son retour sur la scène politique allemande, en mai 1945, outre qu’il voyait en O. Grotewohl un concurrent possible pour la présidence de la social-démocratie allemande, n’avait cessé de considérer la social-démocratie de Berlin comme un avant-poste de l’expansionnisme des Soviétiques, désireux, qui plus est, d’abreuver le corps affaibli du parti communiste allemand avec le sang social-démocrate103. L’hostilité entre Hanovre et Berlin était donc d’autant plus vive que Schumacher était catégoriquement opposé à toute création d’un parti unique de gauche avec les communistes alors que ce projet était, du moins durant les premiers mois, favorablement envisagé chez les sociaux-démocrates de la zone soviétique, qu’une lutte commune contre les Nazis avait rapprochés des communistes. Les rencontres organisées se transformèrent de ce fait en fiasco : il en fut ainsi, lors de la conférence des délégués des zones occidentales autour de Schumacher, des représentants du comité directeur du SPD en exil à Londres (Erich Ollenhauer, Erwin Schoettle et Fritz Heine), plutôt favorables à Schumacher et les représentants de Berlin avec O. Grotewohl et la commission centrale à Wennigsen, près de Hanovre, les 5 et 6 octobre 1945. Au terme de débats houleux, il fut cependant convenu que jusqu’à l’unité retrouvée de l’Allemagne, Schumacher représenterait le SPD dans les zones occidentales et Grotewohl le SPD dans la zone soviétique. Les deux directions devaient se concerter avant toute décision et le SPD de Berlin n’était pas autorisé à fusionner avec le KPD104. Face aux communistes, le SPD avait donc cherché à gagner du temps lors de la première conférence dite des Soixante, le 20-21 décembre 1945. Si les communistes y étaient venus avec un projet sur les fondements et les objectifs d’un parti uni, les sociaux-démocrates s’étaient, au préalable, accordés sur une déclaration en dix points qui rejetait l’idée d’une union réservée à la seule zone soviétique. Elle ferait, dirent-ils en substance, en effet penser à la communauté internationale que le SPD avait cédé à une pression extérieure. Une telle union exigeait aussi un temps de réflexion et l’approbation du Congrès général du parti105. À l’instigation d’Ulbricht, on trouva une solution de compromis pour le communiqué final : si la nécessité de l’union était clairement réaffirmée, elle en renvoyait cependant la décision finale au Congrès des partis. Les principes démocratiques devaient de surcroît présider à l’organisation du nouveau parti dont l’objectif déclaré était le socialisme dans une république démocratique et parlementaire.

  • 106 Ibid., p. 102-103.
  • 107 Ibid., p. 104.
  • 108 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. ci (...)

49En dépit de ces concessions verbales, les pressions avaient été renforcées pour accélérer la fusion. Dès l’automne 1945, les sociaux-démocrates s’étaient montrés de plus en plus irrités par les manières brusques des communistes auxquels ils reprochaient de chercher à imposer leur bon-vouloir et leur mainmise sur l’électorat social-démocrate : la volonté maladroitement exprimée par le KPD d’associer le SPD aux célébrations de la révolution d’Octobre en 1945 en avait été un bon exemple de même que celle d’établir une liste commune pour les futures élections106. Les sociaux-démocrates avaient de même été agacés par la façon de procéder des communistes qui proposaient des initiatives communes lors de réunions publiques, sans consultation préalable, pour les mettre ainsi devant l’impossibilité de refuser. À maintes reprises, et notamment à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, W. Pieck n’avait pas hésité, par exemple, à évoquer les projets de fusion entre le KPD-SPD comme une réalité déjà effective. Il avait en effet terminé son discours par cet appel : « Vive la collaboration fraternelle entre les communistes et les sociaux-démocrates dirigée vers leur union dans un parti du travail uni »107. Les sociaux-démocrates avaient tenté de répondre en arguant de la nécessité de tenir compte de la volonté de la base parce qu’une entreprise de cette sorte ne pouvait se décider seulement au sommet. Ils devaient se plier toutefois à la volonté soviétique le 11 février 1946, après des votes assez confus des délégués régionaux. Les autorités occupantes voulurent prévenir toute tentative d’organiser un référendum sur l’union dans la zone d’occupation mais Berlin, du fait de l’existence de trois secteurs occidentaux, posa problème en ce domaine. L’adhésion des militants sociaux-démocrates à la fusion avait été surestimée par le Département de la Propagande de la SVAG, par Pieck et GrotewohL Lorsque l’assentiment fut donné par Tûl’panov pour organiser un référendum à Berlin, le conseiller politique Semenov critiqua vertement la précipitation avec laquelle cette décision avait été prise. Elle obligeait à une manœuvre pour empêcher tout camouflet : on repoussait l’idée d’un référendum au 31 mars 1946 et, entretemps, on convoquait une conférence du SPD à Berlin le 21 février qui adopterait une résolution approuvant la fusion, ce qui invalidait de ce fait la nécessité d’organiser un référendum. La manœuvre échoua car le 21 février vit retentir l’appel au référendum dans les districts de Berlin qui le réclamaient. Les Soviétiques empêchèrent sa tenue par la force dans leur secteur mais ceux de Berlin-Ouest le mirent en place : 12 % des sociaux-démocrates y votèrent l’union quand 82 % la rejetèrent. Cependant, 62 % des militants contre 23 approuvaient parallèlement l’idée d’une collaboration future avec le KPD108.

  • 109 Voir Grotewohl to Bokov, 13/03/46, SAPMO-BA, ZPA, NL 90/314, b. 30 et Grotewohl to Jukov, 6/12/45, (...)
  • 110 Voir notamment le rapport sur les dirigeants du SED daté du 7 décembre 1946 et remis à A.A. Kuzneco (...)
  • 111 N.M. Naimark, op. cit., p. 281.
  • 112 S. Tûl’panov, « O položenii s ob"edineniem dvuh rabočih partii KPG i SDPG v gor. Berline », 26/02/1 (...)

50Ce référendum révèle bien toute l’ambiguïté des positions sociales-démocrates qui envisageaient, dans leur majorité, de travailler avec les communistes mais s’opposaient à une union officielle : compte tenu en effet de la manière dont les communistes se comportaient pour l’obtenir, celle-ci mettait en danger l’avenir d’une social-démocratie autonome dans la zone soviétique. Le revirement du président du SPD dans la zone soviétique, Otto Grotewohl, au sujet de la fusion, constitue une bonne illustration de ces ambiguïtés. Il reste aujourd’hui encore l’objet de spéculations dans l’historiographie : en novembre 1945, Grotewohl avait en effet, dans un discours à Dessau, nettement marqué son scepticisme envers une fusion rapide puis, en février 1946, il avait finalement accepté cette idée. Les pressions habilement exercées sous forme d’attentions prodiguées par le Colonel Tûl’panov, le Maréchal Jukov ou le Général Bokov de la SVAG semblent avoir largement contribué à ce changement de position109. Le succès de ces démarches transparaît d’ailleurs nettement dans l’évolution de l’appréciation portée sur Grotewohl par les rapports d’archives soviétiques : ils le dépeignent en effet comme prudent, voire réticent avant la fusion puis, par la suite, comme une recrue de choix110. N.M. Naimark explique aussi le comportement de Grotewohl par la pression des militants qui souhaitaient voir mettre un terme aux exhortations soviétiques et par la conscience du dilemme où se trouvait le SPD à Berlin, à la fois critiqué par Schumacher et menacé de perdre toute possibilité de participer à la vie politique dans la zone soviétique111. Il faut enfin rappeler que les Soviétiques n’avaient reculé devant aucune mesure pour imposer la fusion : intimidations, menaces, voire arrestations avaient en effet ponctué le processus. Tûl’panov, notamment, avait appelé en février 1946, les commandants locaux à une « lutte tenace (...) avec les ennemis de l’unité disséminés à travers la zone d’occupation »112. Pieck admit lui-même, lors de la seconde conférence des Soixante, en février 1946, que les Soviétiques n’avaient pas hésité à recourir à des pressions contre les militants locaux du SPD :

  • 113 « Stenographische Niederschrift über die gemeinsamE Konferenz des Zentralausschuss der SPD und des (...)

« On entend souvent dire qu’ici, dans la zone soviétique, le processus de l’union a été précédé d’une campagne de force et de pressions menée par les autorités occupantes. Camarades, on ne doit pas regretter ce procédé si, à ce prix, l’unité de la classe ouvrière a pu être accomplie et si la réaction a pu être fermement contenue... Mais, camarades, je vous dirai ceci avec une totale bonne foi : lorsque nous avons eu vent que des commandants trop zélés avaient essayé d’accélérer l’entente entre les deux partis par des pressions quelconques, nous avons protesté avec la plus grande énergie auprès du gouvernement militaire suprême parce que nous comprenions qu’une telle intervention des commandants était inutile »113.

  • 114 H. Weber, « Die sowjetische Militäradministration in Deutschland und das Parteiensystem der SBZ/DDR (...)

51Ces divers épisodes qui révélaient toujours plus franchement l’existence, côté communiste, d’une discordance entre les intentions proclamées et la réalité, entachèrent, de manière indélébile, les relations entre communistes et sociaux-démocrates de la zone soviétique, relations qui n’étaient, par ailleurs, guère exemptes de méfiance et de ressentiments, hérités d’une histoire douloureuse. Les deux partis s’étaient en effet combattus dans les années de l’entre-deux-guerres. Rivale dans la conquête de la classe ouvrière dans l’Allemagne de Weimar, la social-démocratie avait été fortement vilipendée et attaquée dans les rangs communistes. Arguant de ce passé, le président du SPD dans le Land de Thüringe, H. Brill, fit diffuser une circulaire prônant l’opposition à l’union. Il mettait en garde les membres du SPD contre ce qu’il estimait une reprise d’un slogan déjà exploité par le KPD en 1923, la tactique du Front uni à la base, Einheitsfront-Taktik, pour miner les assises de la social-démocratie, faire du KPD le seul représentant de la classe ouvrière et introduire dans l’État le système du monopartisme114.

  • 115 « Informacionnœ pis’mo n° 1 o političeskom položenii v Germanii 9/03/46 », Semenov à Vychinskij, AV (...)
  • 116 « Stenogramma soobŝenij tt. Ackermana, Ul’brihta i Sobottka o položenii v Germanii », 7 / 06 / 45, (...)
  • 117 « Stenogramma soobŝenij », 7/06/1945, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 750, 1. 7.

52En dépit du contrôle et de l’encadrement strict des autorités soviétiques, des signes de tensions et de « sectarisme », des velléités de scission menaçaient donc le processus unitaire, conçu pour conquérir toute l’Allemagne ; certains voulaient recréer les partis communiste et social-démocrate, refusaient d’intégrer le SED ou y entraient pour en saborder les activités. Côté social-démocrate, Leipzig, Weimar et Magdeburg et surtout Berlin résistaient à l’union115. Côté communiste, les oppositions étaient toutes aussi vives et les difficultés pour faire agréer par la base la nouvelle politique décidée au Kremlin allaient, chaque jour, nécessiter une dépense d’énergie et de capacité de conviction, préjudiciable bien évidemment à l’ensemble du projet. Les communistes qui avaient vécu clandestinement dans l’Allemagne hitlérienne posaient notamment problème. Ils n’avaient pas été mis au fait de la « nouvelle politique » défendue par le Kremlin ; l’effondrement de l’Allemagne nazie et l’arrivée de l’Union soviétique avaient marqué à leurs yeux, l’avènement possible d’une république soviétique. Dès la capitulation de l’Allemagne, les rapports soviétiques avaient multiplié ainsi les tentatives enthousiastes pour instaurer un tel pouvoir, au niveau local, à partir de soviets : une alliance avec les sociaux-démocrates ou avec les partis dits bourgeois ne se justifiait donc pas puisque les efforts conjugués d’un Parti communiste très centralisé et la présence de l’Armée rouge devaient permettre l’instauration d’une « Allemagne soviétique ». Durant les premières semaines de l’occupation, le problème avait atteint une ampleur considérable car les instructions données aux commandants étaient très vagues et ceux-ci agissaient avec une grande autonomie116. Aux interdictions d’établir une république soviétique, ces communistes locaux avaient répondu invariablement : « D’accord, nous n’appellerons pas cela un pouvoir soviétique, mais ce le sera de toute façon. Il ne peut en être autrement »117.

53Le parti pris du KPD de créer un vaste mouvement démocratique et antifasciste qui inclurait la social-démocratie et les partis dits bourgeois suscita ainsi l’incompréhension chez nombre de militants. Ces partis qui avaient été si fortement combattus dans l’entre-deux-guerres devenaient désormais les partenaires obligés... Un ancien communiste, devenu instructeur du SED, devait parfaitement rendre compte de l’état d’esprit des troupes, en juillet 1946 :

  • 118 « Zapiska zamestitelâ načal’nika politotdela politsovetnika v Germanii, Informacionnœ pis’mo n° 10  (...)

« Nos fonctionnaires n’étaient souvent pas à un niveau idéologique adéquat et considéraient la fusion des partis comme une sorte de réconciliation autour d’une chope de bière. Ils ne voyaient pas les raisons historiques qui rendaient cette union véritablement nécessaire et se contentaient de se soumettre à la discipline du Parti. Cela concerne tout aussi bien les anciens communistes et les anciens sociaux-démocrates. Ils n’ont pas compris la nouvelle langue du parti comme l’expression de nouvelles relations mais estiment qu’il s’agit simplement d’une manœuvre »118.

54Pour d’anciens militants communistes, leur parti commettait un suicide en « pactisant » avec la social-démocratie ou s’orientait vers la droite. Un ouvrier de Pankov devait, d’ailleurs, avouer de manière très significative, à l’occasion d’élections syndicales en juin 1946 :

« J’ai perdu toute orientation. Jusqu’à présent, je comprenais quelle ligne je devais suivre, en tant que membre du Parti. Maintenant, je ne comprends plus rien. Il me semble que le Parti a pris à droite ».

  • 119 Ibid., 1. 225.
  • 120 Nous en avons déjà eu des exemples avec Pieck lors des préparatifs aux missions d’avril-mai 1945, v (...)

55Il alla jusqu’à faire une proposition qui soulignait bien son incompréhension : « Le problème est que le SED est débordé politiquement. Ce ne serait pas mal s’il existait aujourd’hui deux partis des travailleurs. Le second pourrait attirer la partie de la population qui s’est éloignée du SED »119. Et les anciens dirigeants communistes ne se montraient pas forcément capables d’expliquer la ligne à suivre : l’avaient-ils d’ailleurs bien comprise eux-mêmes ? Même des personnalités comme W. Ulbricht ou W. Pieck, pourtant en contact avec Staline, ne semblaient pas toujours saisir où le dirigeant soviétique voulait en venir120. L’attitude de ces personnalités était éloquente et somme toute semblable dans leur désarroi : certaines étaient récalcitrantes face à la nouvelle ligne politique, à l’instar des militants ; d’autres, au contraire, manifestaient une allégeance excessive vis-à-vis de Moscou et ce zèle était tout autant préjudiciable. Ces derniers, à l’exemple de W. Ulbricht, se démarquaient ostensiblement de leurs troupes en cherchant à promouvoir l’arrivée de nouvelles recrues ou rappelaient avec insistance leur ancien état de communiste, quitte à en oublier leur nouvelle étiquette.

56Ce démarrage difficile eut fatalement des répercussions sur la mise en place et l’organisation des structures du SED. Nombre de rapports établis par des observateurs soviétiques déplorèrent, avec agacement, la lenteur organisationnelle du SED et sa propension à perdre du temps en palabres inutiles. Tûl’panov et Korotkevič firent un rapport en ce sens à M. Suslov, le premier, le 7 juin 1946, et le second, le 22 août 1946 : ils y dénoncèrent le trop grand attachement du SED à des questions dérisoires. Écoutons Korotkevič :

  • 121 Korotkevič à Suslov, 22/08/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 132, 05-07/1946, 1. 140. et auss (...)

« Le Secrétariat central consacre beaucoup de temps à des questions secondaires et aujourd’hui tout à fait inutiles, comme celles par exemple de savoir comment surmonter les problèmes liés à l’ameublement de l’édifice du parti, à l’accueil des meubles pour les écoles du parti, à la dénomination des rues et des places avec le nom des dirigeants du SED, à l’émission de marks dotés des portraits des dirigeants du SED »121.

57Outre que l’intérêt porté à ces questions apparemment futiles rend bien compte des relations difficiles entre communistes et sociaux-démocrates, il révélait également la nature des rapports que le SED entretenait avec les autorités occupantes. Le chef du département culturel de la SVAG, le major Dymšin, déplora ainsi, lors d’une réunion-bilan de la direction de la Propagande, les 17 et 18 septembre 1946, les effets pervers de ce que le SED s’en remettait à la SVAG pour toute décision :

  • 122 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlenii propagandy SVAG, 17-18/09/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, (...)

« Le parti se trouve placé sous notre très forte tutelle. De plus, nous travaillons beaucoup pour ce parti et cela se traduit par le fait qu’il se détache de la lutte et cesse d’être le parti combatif qu’il devrait être. Il est sans arrêt bousculé, on lui confie des missions préparées à l’avance et toujours on lui dicte les choses. Cette façon de procéder est bien sûr indispensable mais, en même temps, il n’est pas bon que le SED s’en remette trop à la SVAG »122.

58Le 19 septembre 1946, lors d’un rapport oral sur les activités de son département des partis, le lieutenant-colonel, P.F. Nazarov, interrogé par Burcev, Panûškin et Korotkevič de la commission d’enquête du Comité central du PC, sur la préparation des documents politiques du SED, confirma cette dépendance vis-à-vis de l’Administration militaire :

  • 123 « Stenogramma soveŝaniâ apparata upravleniâ propagandy SVAG s mestnymi organami upravlaniâ ob itoga (...)

« Pratiquement tous les documents qui sortent du SED sont préparés chez nous. S’ils conçoivent un projet, il est examiné chez nous, et nous y apposons toutes nos remarques. Il n’existe, de même, aucun document que nous ayons élaboré et qu’ils aient entériné sans réserves (...) »123.

  • 124 « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii 1-20/07/46 », V.S. Semenov, RCHIDNI (...)

59Ces dysfonctionnements se répercutèrent inexorablement sur le discours du SED qui affichait un manque flagrant d’unité de vue entre communistes et sociaux-démocrates. Si ce constat était souvent regretté dans les départements de la SVAG124, les ambiguïtés du discours idéologique et politique du SED y étaient attribuées, en premier lieu, à l’insuffisance de la formation et de la propagande dans les rangs mêmes du parti :

  • 125 « Stenogramma zasedanij komissii », Tûl’panov, 16/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 149, 1 (...)

« Les communistes et les sociaux-démocrates n’ont pas compris les nouvelles formes de la lutte pour le pouvoir, la voie choisie vers le socialisme. Ils n’ont pas compris que le SED n’est pas une manœuvre tactique mais qu’il réunit les conditions même pour atteindre... ce que, dans notre pays, nous avons obtenu différemment. Ils ne parlent pas de la dictature du prolétariat mais de la démocratie. Ils ne comprennent pas le sens de la lutte après 1945 »125.

  • 126 Voir « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii 1-20/07/46 », V.S Semenov, RCH (...)

60Les contradictions du discours étaient ainsi fréquentes. Le SED ne se présentait pas comme un parti marxiste-léniniste mais en avait des accents, chez certains orateurs. À l’inverse, il avait du mal à formuler une plateforme résolument progressiste et démocratique et restait flou sur des concepts importants comme, par exemple, l’inviolabilité de la propriété privée (La préparation des élections communales en 1946 dans la zone le montrerait bien. Or, l’affirmation de ce principe était importante de par son impact sur la population allemande)126.

  • 127 Cité par V.S. Semenov, op. cit., p. 231.
  • 128 Korotkevič à Suslov et Panûškin, 22/07/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 59,1. 13.
  • 129 « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; (...)

61Les thèmes de propagande souffraient des mêmes handicaps. La manipulation que les Soviétiques opéraient du concept de défense de l’unité allemande posait ainsi problème ; beaucoup, notamment parmi les sociaux-démocrates, comme E. Gniffke, se demandaient ce que l’URSS visait réellement à travers ce concept. Parmi les questions qui persistaient à demeurer problématiques, venaient en premier lieu celles des prisonniers politiques, de la responsabilité et des frontières allemandes. La première agitait périodiquement les réunions de la direction du SED car l’impossibilité, ne serait-ce que de nouer une correspondance avec les camps soviétiques, était très mal perçue et de surcroît exploitée par la presse occidentale. Cette question fut fréquemment abordée par Pieck, Grotewohl ou Ulbricht lors de des entretiens avec Staline. Mais celui-ci leur demandait imperturbablement de prendre patience et d’attendre la reconstruction des régions dévastées par la guerre : « Nous avons besoin d’une forte défense territoriale pour garantir une paix forte »127. En juillet 1946, cependant, le Comité central du PC promit d’« améliorer » les voies de communication entre les prisonniers et leurs familles et d’établir la liste des prisonniers décédés128. Lors de la visite des dirigeants du SED à Moscou, en janvier-février 1947, Molotov ne fit en revanche que promettre le retour des centaines de prisonniers de guerre qui s’étaient distingués dans les écoles antifascistes129.

  • 130 Le 31 janvier 1947, au cours des entretiens avec Staline et Molotov, à la question des dirigeants d (...)
  • 131 « Stenogramma soobŝenij », 7/06/1945, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 750, 1. 166.

62Les frontières allemandes ne faisaient pas non plus l’objet d’un consensus chez les dirigeants du nouveau parti et se heurtaient à l’intransigeance soviétique130. Grotewohl, par exemple, devait à maintes reprises irriter les Soviétiques par des prises de position publiques « imprévisibles » en dépit de son allégeance et de ses initiatives dans d’autres domaines. Dès septembre 1945, puis dans son discours du 11 novembre, Grotewohl avait ainsi contesté la frontière Oder-Neisse et revendiqué pour l’Allemagne, une capacité agricole et industrielle suffisante pour subvenir aux besoins de la population. La question de la responsabilité collective allemande se heurta, elle aussi, à une farouche résistance des Allemands, des sociaux-démocrates, des partis du bloc, voire des communistes eux-mêmes et fit dire à Ackermann qu’on pourrait croire que 90 % des Allemands avaient fait partie de la résistance pendant la guerre...131

  • 132 M.I. Burcev, « Spravka o političeskoj rabote sredi naseleniâ Germanii », Iûl’ 1945, RCHIDNI, Fonds  (...)
  • 133 « Iz dokladnoj zapiski o programmnyh trebovaniâh i taktičeskih lozungah buržuaznyh partij sovetskoj (...)

63La 7e Section de la Direction principale de l’Armée rouge fut contrainte, au cours de la première année d’occupation, de renoncer à l’un de ses thèmes de propagande les plus forts, celui de la responsabilité générale allemande dans les destructions. Elle avait organisé des meetings en plein air auxquels assistaient généralement des milliers d’Allemands, mais les interventions à ces réunions furent souvent ponctuées, voire même interrompues, par les prises de position virulentes de jeunes Allemands. Dans un rapport, le major-général M.I. Burcev, chef de la 7e Section, déplora ce comportement : « Pendant les meetings, ils (les jeunes Allemands) font preuve d’hostilité et le plus souvent posent des questions provocantes »132. Semenov releva, dans une note d’information sur la situation politique en Allemagne, que les difficultés que rencontrait le SED, en matière de propagande, venaient justement de ses positions floues sur la frontière Oder-Neisse ou sur la responsabilité allemande. Sa situation en porte-à-faux avait nécessairement un impact sur la portée de son influence dans la population et était, de surcroît, exploitée par les autres partis (Le LDP, le CDU et le groupe des sociaux-démocrates de Berlin, soutenu par K. Schumacher, devaient de plus en plus chercher à exploiter les ambiguïtés du SED sur la question des frontières. Le CDU était partisan du retour à l’Allemagne des territoires situés à l’Est de la Neisse sans toutefois en parler ouvertement ; le LDP estimait qu’il fallait changer les frontières orientales, sous peine de commettre la plus grande faute que les Alliés aient jamais faite. Les deux partis tentaient de reprendre à leur compte les thèmes de propagande du SED comme la défense des intérêts nationaux allemands)133. Mais Semenov cherchait, cependant, à atténuer l’aspect négatif de ces conséquences en rappelant que le SED avait misé sur le meilleur slogan possible, la défense de l’unité allemande :

  • 134 « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom polozenii v Germanii 1-20/07/46 », V.S. Semenov, RCHIDNI (...)

« Dans la lutte pour l’influence sur les masses, le SED doit en permanence affronter des difficultés liées à sa reconnaissance ouverte d’une responsabilité du peuple allemand pour le déclenchement de l’agression contre les autres peuples et par voie de conséquence, pour sa reconnaissance de la légitimité des exigences alliées de recevoir des réparations. Il va de soi que le problème ainsi posé ne peut pas en imposer à la majorité des Allemands. Les réactionnaires s’efforcent d’attiser ces mauvaises dispositions et de les exploiter à leur profit. Cependant, la position conséquente du SED sur la question de la future construction étatique allemande, la lutte contre le séparatisme suscitent incontestablement des réactions positives dans la population et obligent nombre de ceux qui ne sont pas d’accord avec le SED sur la responsabilité dans la guerre et sur les réparations à soutenir le SED comme le parti le plus conséquent dans la défense de l’unité allemande »134.

64Les ambiguïtés du jugement du conseiller politique ressortent nettement dans ce recours ostensible au thème de la défense des intérêts nationaux allemands tout comme dans sa tentative de détourner l’objet réel de ses critiques dans une direction moins inconfortable pour l’URSS. Selon lui ainsi, l’insuffisante influence ou le manque d’autorité du SED sur la population allemande venait de ce qu’il était trop à l’écart des préoccupations de la population et ne jouait pas assez sur des thèmes et des images porteurs comme la défense de l’ordre et des lois : les Allemands, rappelait-il,

  • 135 Ibid., 1. 87.

« (...) ont été élevés dans le respect scrupuleux de la légalité et de l’ordre. Le SED ne l’a pas assez pris en compte alors qu’il aurait remporté de francs succès en se présentant comme un parti porteur d’ordre. Il aurait pu défendre l’exigence du respect des nouvelles lois, des nouvelles normes juridiques, la soumission aux règlements des forces d’occupation et le respect de l’ordre social »135.

65Mais le SED était-il réellement en mesure de véhiculer le modèle d’ordre qu’évoque ici Semenov, quand tensions et conflits larvés habitaient anciens communistes et anciens sociaux-démocrates, quand la règle de parité, décidée initialement pour les postes à responsabilité, était chaque jour plus ouvertement bafouée ?

  • 136 Un des exemples les plus nets serait celui de la brutale mise au pas du CDU en décembre 1945. Ses c (...)

66Si le SED vivait de premiers mois difficiles, il en allait de même avec le bloc démocratique antifasciste. Dans le déroulement de la vie politique d’occupation, l’hypocrisie du pluralisme avait très tôt éclaté et suscité des éclats136 que la subordination totale des communistes allemands aux autorités soviétiques ne faisait qu’exacerber. De même, les maladresses de ces dernières qui voulaient tenir les autres partis politiques autorisés sous leur coupe, ne pouvaient que porter atteinte au discours officiel d’un pluralisme sincère dans la zone soviétique. Écarts et discordances entre la théorie et la pratique étaient trop criants pour que ce dernier puisse être crédible. Les élections des communes, des districts et des Länder en automne 1946 le montreraient sans ambiguïtés. L’enregistrement des candidats des partis « bourgeois » se fit de manière restrictive par les commandants de la SV AG qui privilégièrent de même ostensiblement le SED pour l’affichage des placards électoraux, la diffusion des journaux... Les discours des candidats, et les candidats eux-mêmes, devaient recevoir au préalable l’agrément des autorités de la SVAG qui écartaient sans ménagement les personnalités indésirables.

  • 137 V.S. Semenov, « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii », 1- 20/07/46, copie (...)

67Des observateurs à la solde des Soviétiques ou des officiers soviétiques assistaient également aux réunions de ces partis pour rendre compte de la conformité des positions défendues ou des écarts affichés. Dans ce dernier cas, la répression ne se faisait pas attendre : les réunions étaient immédiatement suspendues et les délégués fautifs menacés d’emprisonnement. Les résolutions adoptées par ces partis étaient systématiquement visées, si ce n’est même élaborées, par l’Administration militaire soviétique. Cela posait quelquefois problème. Le Congrès du LDP, en juillet 1946, en offrit un bon exemple. Semenov relate, dans un rapport, un incident survenu lors de la lecture d’une allocution où la Direction de la Propagande de la SVAG avait apporté des correctifs qui ne correspondaient pas au programme du LDP. L’orateur fut conspué et dut revenir, dans la confusion et l’improvisation, sur les positions qu’il venait de défendre137. L’URSS n’hésita pas, durant les années difficiles 1945-1947, à user de tous les moyens en son pouvoir pour attirer sous son obédience les personnalités influentes des autres partis : dans ces périodes de rationnement, elle offrait des paquets de vivres, les pajoks, pour circonvenir les volontés trop tièdes et les amener à collaborer. Elle ne recula pas non plus devant des moyens de pression directe et procéda de même à des arrestations arbitraires. Ces méthodes ne pouvaient qu’attiser le scepticisme quant à la volonté soviétique d’instaurer un système pluraliste et démocratique.

  • 138 « Dokladnaâ zapiska o partijnom c"ezde CDU 16-17/06/46 », Tûl’panov à Suslov, visée par Korotkevič, (...)

68Malgré cet encadrement et ce contrôle des directions qui se voulaient de chaque instant, ces partis non-communistes ne se pliaient ainsi pas si facilement à la volonté soviétique. Ils jouaient en fait de la marge de manœuvre ténue que devaient leur laisser les autorités occupantes afin de prouver la réalité du pluralisme dans la zone d’occupation. Si les Soviétiques pensaient qu’il suffisait de museler les dirigeants pour neutraliser un parti, le déroulement du Congrès du CDU, en juin 1946, prouva la fausseté de cette vision des choses : les dirigeants, Jakob Kaiser ou Ernst Lemmer, affichaient une position loyale envers les Soviétiques en soutenant la réforme agraire et en se prononçant pour le maintien de l’unité allemande, par exemple, mais il n’en allait pas de même des délégués dont certains n’hésitaient pas à réclamer la levée des frontières interzonales, le retour en Allemagne des zones orientales détachées, celui des prisonniers de guerre et l’arrêt des transferts de population de Pologne. De même, l’assistance se montra réservée sur l’idée d’une socialisation partielle de l’industrie ou sur la nécessité de la réforme agraire138. Ces prises de position contradictoires, même si elles n’avaient aucune chance d’aboutir, alourdissaient l’atmosphère politique et contribuaient à lézarder la façade démocratique que l’URSS avait imaginée.

La concomitance d’objectifs contradictoires

  • 139 « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; (...)

69À ces obstacles rencontrés dans la gestion au quotidien de la politique allemande de l’URSS, vint s’ajouter la difficulté de concilier les deux composantes contradictoires de cette dernière car l’URSS en Allemagne, menait, rappelons-le, deux options de front, celle de la neutralisation économique et militaire, et celle de la conversion au socialisme. Or, la satisfaction des intérêts économiques, par une politique de réparations et d’exploitations allait fatalement à l’encontre des intérêts politiques qui visaient à s’assurer du passage de l’Allemagne entière dans la sphère d’influence soviétique, en cherchant à gagner progressivement les suffrages de la population allemande. Les Soviétiques en avaient bien conscience mais ne faisaient rien pour pallier ces problèmes. Citons la réponse laconique et exemplaire qui fut donnée lors de la visite des dirigeants du SED à Moscou, du 30 janvier au 7 février 1947. À Grotewohl qui faisait remarquer combien il était difficile pour le SED de travailler dans un contexte de démontages, de prélèvements incessants, de problèmes économiques, on répondit ainsi : « Oui, c’est difficile pour le Parti »139. Cette politique de neutralisation économique devait avoir un impact politique déplorable sur l’option de conversion au socialisme. Et la nature dictatoriale du régime soviétique ne fit qu’aggraver ce problème parce que Staline décidait seul des grandes orientations politiques et n’informait ses exécutants que des décisions ou des orientations nécessaires à l’exécution de leurs tâches. Chaque partie du tout, dans le système mis en place par les Soviétiques en Allemagne, avait donc ses objectifs propres à assumer qui répondaient à l’une ou l’autre des deux options étudiées : contradictions et incohérences étaient forcément à la clef puisque les deux étaient maintenues alors qu’elles étaient difficilement conciliables. Ceci peut expliquer en partie l’impression d’une absence de politique à long terme que laisse la période d’occupation soviétique dans les ouvrages consacrés à son examen.

  • 140 Voir chapitre III.
  • 141 La reconversion en économie de paix ne se fit cependant pas au profit de la production des biens de (...)
  • 142 Voir Vnešnaâ politika Sovetskogo Soûza, 1945 g, Moscou, 1949, p. 36.
  • 143 Selon des données soviétiques citées par N. Werth, op. cit., p. 329.
  • 144 Voir pour plus de détails M. Heller et A. Nekrich, op. cit., p. 375-380 et V.A. Kozlov et S.V. Miro (...)

70Le maintien de ces deux options contradictoires s’explique, nous l’avons vu, parce que l’URSS voulait éradiquer toute résurgence de la menace allemande et faire payer l’Allemagne pour les crimes commis et pour la reconstruction de son économie140. En 1945, l’URSS était en effet sortie ravagée, dévastée par les épreuves de la guerre et en proie à de multiples problèmes : elle devait opérer une reconversion nécessaire de sa production industrielle, totalement consacrée aux besoins du front depuis 1941, ce qui avait entraîné la chute de la production des biens de consommation et la diminution des ressources141 ; elle devait relancer la construction de logements, déjà faible avant la guerre et devenue urgente dans l’après-guerre du fait des destructions massives occasionnées par l’occupation allemande142. La population, qui accusait la perte d’environ 27 millions d’habitants tant civiles que militaires, atteignait à peine le niveau de 1939143 ; des famines sévissaient, des manifestations nationalistes et des mouvements insurrectionnels avaient, de surcroît, éclaté en Ukraine, dans les Pays baltes, en Asie centrale144.

  • 145 Le Conseil des Commissaires du Peuple deviendrait ainsi le Conseil des ministres, Pravda, 20 mars 1 (...)
  • 146 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. ci (...)
  • 147 Voir à ce titre A. Knight, Béria, op. cit., p. 200-300.
  • 148 Voir supra, chapitre V.

71La reprise en mains s’était déroulée dans le cadre de profonds remaniements institutionnels. Dès le 4 septembre 1945, le Comité d’État à la Défense (GKO) avait été dissous et ses fonctions attribuées au Conseil des Commissaires du Peuple (Sovnarkom). L’État soviétique avait subi une réorganisation générale autour de Ministères, au début de l’année 1946145. Pour la zone d’occupation en Allemagne, les décisions transitaient désormais d’une part, par le Secrétariat du Comité central du PC et ses secrétaires responsables des questions internationales, Jdanov, puis, après sa mort en 1948, Suslov ; d’autre part, par l’Administration politique principale de l’Armée rouge, son commandant, le Général Sikin et le chef de la 7e Section, le Général Burcev146. Mais les changements ne s’étaient pas arrêtés là car la nature même de l’exercice du pouvoir avait évolué. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la direction soviétique, très restreinte autour de Staline, avait affiché une unanimité sans failles sur la gestion des affaires internes et externes en URSS. Les circonstances étaient exceptionnelles, ce qui explique cette extrême concentration, incontestée de 1941 à 1945, mais la période de l’après-guerre, si elle ne remit pas le despotisme de Staline en question, avait vu cependant renaître les forces centrifuges dans le système soviétique147. Leur résurgence permet d’expliquer une multiplicité d’intérêts contradictoires en présence, source de gros problèmes de gestion. La multiplicité des représentations institutionnelles dans la zone d’occupation en constitue, à ce titre, une manifestation et une implication directes148. Deux domaines vont incarner par excellence la réalité de ces problèmes : les institutions représentatives en Allemagne et les questions économiques.

Les implications d’un mode de gestion dictatoriale

  • 149 B. Bonveč, G. Bordûgov et N.M. Nejmark, dir., SVAG, Upravlenie propagandy nformacii i S.I Tûl’panov (...)
  • 150 Ulbricht to Žukov, draft, May 31, 1945, SAPMO-BA, ZPA, NL 182/246, V-Ulbricht-, b. 22, cité par N.M (...)

72Les dysfonctionnements opérationnels et gestionnels concernèrent au premier chef, si l’on procède de façon chronologique, les commandantures militaires. Les premiers mois de l’occupation, la politique mise en œuvre par les commandantures militaires régionales ou locales se révéla confuse et chaotique du fait de l’atomisation excessive au niveau des décideurs et partant, de l’absence d’une hiérarchie claire. Ces commandantures étaient constituées le plus souvent de cinq départements, politique, propagande, économie et approvisionnement, affaires militaires et sécurité, ce dernier travaillant de façon très autonome. Après juin 1945, elles firent le plus souvent fi des directives de l’Administration militaire et maintinrent quelquefois de véritables pouvoirs despotiques alors que, dans le cadre d’un système pyramidal très centralisé, le Commandant suprême, son premier vice-Commandant et le responsable de l’Administration civile promulguaient des ordres et directives applicables à tous les niveaux des institutions de la zone d’occupation. En dépit des mesures énergiques prises par Jukov dès l’été 1945 pour remédier à l’état d’anarchie dans les commandantures militaires, la Direction de la SVAG ne devait jamais parvenir totalement à mettre un terme à ces violations administratives par manque d’une définition claire des hiérarchies et des compétences. Reflet d’un mode de fonctionnement qui reproduisait celui des structures du pouvoir dans l’URSS de l’après-guerre, celui-ci venait notamment de l’ambiguïté des directives données par Staline qui pouvaient s’interpréter de différentes manières. Si cela pouvait donner une certaine liberté de manœuvre aux exécutants, aucune prise d’initiative n’était ainsi stimulée et les responsabilités restaient mal définies. En comparaison, par exemple, avec le gouverneur Lucius D. Clay dans la zone américaine, Jukov disposait donc de peu de pouvoirs. Certes, le premier dut s’imposer face aux interventions de Washington, mais la tutelle et le contrôle prenaient une autre dimension dans la zone soviétique où il n’y avait pas de réelle unicité de commandement149. Citons quelques exemples concrets. Certains commandants s’appuyaient essentiellement sur les communistes allemands, négligeant les autres partis et les sans-parti antifascistes, ou recouraient sans vergogne à des anciens nazis, ce qui contrevenait directement aux ordres de la SVAG. Ulbricht, par exemple, excédé par le recours systématique du commandant de Friedenau (Berlin) à des anciens nazis pour les administrations locales, n’hésita pas à jouer de ses relations avec le NKVD pour nettoyer cette structure150.

  • 151 HQ Berlin Command, « Special Intelligence Memorandum 177 », May 2, 1947, p. 2, National Archives, R (...)
  • 152 S. Creuzberger, op. cit., p. 19.
  • 153 Altuchow, Zum politisch-ideologischen Kampf der SED und der KPdSU(b) / SMAD um die Herausbildung ei (...)
  • 154 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 682, 1. 22.

73Corruption, clientélisme, exploitation étaient des maîtres-mots. Incompétence ou méconnaissance des réalités du terrain aggravaient encore la situation. La ville de Dresde, autre exemple, comptait quatre commandantures, une pour la ville, une pour le district, une pour la province et une pour le premier régiment de blindés. La mauvaise répartition des tâches et des responsabilités occasionna de multiples interférences151. De tels dysfonctionnements administratifs eurent fatalement des répercussions au niveau économique puisque les commandants n’hésitèrent pas parfois à intervenir directement dans la reconstruction économique des localités152. Les premières élections locales à l’automne 1946 et l’attribution aux administrations allemandes de responsabilités plus élargies par les Soviétiques firent diminuer le nombre de commandantures : de 507 en avril 1946, elles passèrent à 325 en août de cette même année pour ne plus être que 157 en juin 1947153. Le Comité central devait parallèlement tenter de professionnaliser ces entités en impliquant les responsables de la SVAG dans la nomination des militaires régionaux et locaux. En dépit de ces efforts, les plaintes continuèrent d’affluer au Comité dénonçant l’incurie, l’impéritie, la corruption et le clientélisme chez ces commandants154.

  • 155 H.A. Welsh, Revolutionärer Wandel auf Befehl ? Entnazifizierungs- und Personalpolitik in Thüringen (...)
  • 156 Sur la politique des cadres de la SVAG, voir N.M. Naimark, op. cit., p. 29.

74La SVAG était aussi aux prises avec d’autres difficultés quotidiennes. Elle disposait ainsi à sa création de peu de personnel qualifié. Beaucoup d’officiers furent surpris de leur nomination et l’assumèrent de mauvais gré. La perspective de devoir encore rester en Allemagne pour une période indéterminée au lieu de rentrer en Union soviétique fut souvent accueillie avec incompréhension155. Il fut nécessaire de recourir à des civils de l’appareil d’État soviétique pour pallier les dysfonctionnements de l’Administration militaire. Les candidatures étaient étudiées par le Comité central du PC, les officiers, quant à eux, étaient sélectionnés par la Direction politique de l’Armée rouge. Les mutations permanentes de cadres, propres à susciter et à entretenir l’incertitude et la peur, étaient l’une des conditions essentielles de la survie même du système dictatorial soviétique. Des purges rythmèrent donc également la vie de l’Administration : à l’automne 1946, puis en 1947 et 1948, nombre d’officiers furent ainsi concernés. Des départements spéciaux pour les cadres furent instaurés en 1946156. Les conditions de vie en Allemagne n’étaient pas faites non plus pour attirer foule de candidats : isolement, surveillance... Si, au début de l’occupation, les officiers avaient un niveau de vie bien supérieur à celui dont ils auraient pu rêver en URSS, à partir de 1947, la dévaluation du rouble et l’appréciation du Mark devaient inverser ce rapport.

  • 157 W. Matschke, « Die industrielle Entwicklung in der Sowjetischen Besatzungszone Deutschlands 1945-19 (...)

75Attachons-nous maintenant au domaine économique. Des intérêts divergents s’y affrontèrent en effet en particulier durant les deux premières années de l’occupation. Des rivalités éclatèrent dans la zone d’occupation soviétique au sujet notamment des réparations et des démontages d’installations industrielles. Malenkov, secrétaire du Comité central du PC, était chargé de contrôler l’activité des ministères économiques, intéressés par les dépouilles de l’Allemagne, et dirigeait aussi le puissant comité pour la réhabilitation des zones libérées, mis en place fin 1944 pour encadrer notamment le désarmement économique de l’Allemagne. Le secrétaire du Comité central, Jdanov, et le Ministre du Commerce extérieur, Mikoyan, étaient opposés à la politique du Comité car ils voulaient laisser à l’Allemagne la possibilité de payer ses réparations et pensaient que les questions économiques devaient être résolues par le Gosplan, la planification d’État. Les décisions de ce dernier auraient été mises en application par le Ministère du Commerce extérieur. Cette opposition transparut dans la concurrence acharnée qui vit le jour entre le Comité de Malenkov et la Direction des réparations de la SVAG. Face aux opérations autonomes du premier qui pratiquait une surenchère de démontages désordonnés et immédiats à l’origine de pertes et de dommages considérables, la SVAG s’en tenait à l’idée de laisser un noyau d’installations industrielles en Allemagne157.

  • 158 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of The Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. ci (...)
  • 159 Ministerstvo Inostrannyh Del : Istoriko-diplomatičeskœ upravlenie, « Germanskij vopros vo vzaimootn (...)
  • 160 « Prikaz », 5/04/46, GARF, Fonds 7184, opis’ 2, delo 4, 1. 7.
  • 161 G. Mai, Der Alliierte Kontrollrat in Deutschland 1945-1948. Alliierte Einheit-deutsche Teilung ?, o (...)

76Le Comité interministériel fort de ses 70 000 collaborateurs, le plus souvent des officiers, réquisitionna pourtant dès mai 1945 sans que les responsables de la SVAG pussent y trouver à redire. Pendant la première année d’occupation surtout, il avait en effet un accès illimité aux installations industrielles, aux marchandises et aux équipements158. Jusqu’au 2 août 1945, date fixée par les Alliés pour cesser toutes prises de guerre, des bataillons de trophées de guerre parcoururent la zone d’occupation pour prendre possession d’installations industrielles, militaires, de laboratoires scientifiques, d’équipements en imprimerie, en communication... Des comités spéciaux nommés par le Conseil des Commissaires du peuple opéraient dans chaque province, supervisant ces démontages. Selon des données du Ministère des Affaires étrangères, sur cette première période, les Soviétiques s’emparèrent de 1 280 000 tonnes de matériel (materialy) et de 3 600 000 tonnes d’équipements (oborudovanie). À cela venaient s’ajouter les prises innombrables de produits agricoles, réquisitionnés et expédiés en URSS159. Les activités économiques de la SVAG furent en grande partie réduites à la satisfaction des besoins de ces fonctionnaires des réparations. Elles subirent leurs interventions répétées notamment lorsqu’il s’avéra impossible de remplir les plans en matière de réparations établis par la direction soviétique. Les efforts déployés par certains, et notamment par le Général LS. Kolesničenko de la SVAG de Thuringe, pour rationaliser les démontages, en subordonnant l’accès aux installations industrielles à un contrôle rigoureux, se révélèrent vains160. Plusieurs fois, Jukov ou Sokolovskij assurèrent aux Allemands Pieck, Grotewohl que telle ou telle usine ne serait pas démontée. Quelques temps plus tard, ils étaient contraints de revenir sur leur déclaration car de toute évidence, la décision ne relevait pas des instances juridiques de la SVAG. Les prélèvements divers auxquels les Soviétiques procédèrent dans leur zone d’occupation de 1945 à 1953 s’élevèrent à 66,40 milliards de RM/DM (démontages, trophées de guerre, sociétés mixtes, prélèvements sur la production courante... pour la seule année 1953, le montant fut de 34,70 milliards de RM/DM)161.

  • 162 Les Occidentaux firent de même en dépit des engagements pris à Potsdam, voir N.M. Naimark, op. cit.(...)
  • 163 Voir V. Zubok, « How the Soviet Intelligence Service Split the American Bomb », 1re et 2e partie, N (...)
  • 164 A. Knight, op. cit., p. 204.
  • 165 Voir A. Knight, ibid., p. 205.
  • 166 Voir le compte rendu de N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of The Soviet Zone of Occu (...)

77Parallèlement à cette politique de réparations, une vaste rafle avait été improvisée avant que les armes ne se fussent tues : des savants allemands, parmi lesquels nombre de chimistes et de physiciens, des laboratoires d’industries militaires avaient été réquisitionnés et transférés en URSS avec tous leurs équipements : au total, pouvaient ainsi avoir été évacués 10 à 15 000 scientifiques allemands, techniciens et main-d’œuvre avec leurs familles162. Dans le cadre du développement de la politique atomique de l’URSS, de telles « acquisitions humaines » étaient également jugées nécessaires. Les savants soviétiques avaient commencé de travailler sur l’énergie atomique dès avant l’entrée en guerre de l’URSS et connaissaient bien l’état des recherches théoriques et expérimentales menées en Occident dans ce domaine. La guerre avait interrompu ce travail mais provisoirement car, dès la fin 1942, les études reprenaient. Des agents de renseignement soviétiques informaient de l’avancée des travaux en Grande-Bretagne et aux États-Unis163. Un nouveau projet de recherches sur l’arme atomique fut mis sur pied sous la direction de Kurčakov. Molotov en avait la charge au Bureau politique mais il fut remplacé par Béria, au milieu de l’année 1945164. Ce changement de responsabilité coïncide d’ailleurs avec l’explosion de la bombe américaine à Hiroshima et Nagasaki en août 1945 qui provoqua une accélération de la recherche soviétique afin de rattraper les États-Unis dans ce domaine. Un conseil technico-scientifique placé sous l’autorité du Sovnarkom fut alors créé. Un comité spécial de la Bombe atomique fut aussi mis en place le 20 août 1945 sous la responsabilité de Béria165. Parce que l’URSS avait un besoin pressant en matières premières disponibles pour l’énergie atomique, elle conduisit des opérations d’extraction en Tchécoslovaquie, en Bulgarie puis en Allemagne, avec un projet ultra-confidentiel d’extraction de l’uranium, dans les Herzgebirge, sur la frontière avec la Tchécoslovaquie en été 1946166. Les recrutements de savants allemands pour la recherche atomique furent organisés par Béria. Dès l’été 1945, deux groupes de scientifiques, l’un placé sous l’égide de Manfred von Ardenne, l’autre de Gustav Hertz, furent dirigés vers Souhoumi en Abkazie, où un laboratoire avait été construit. Le Ministère des Affaires intérieures contrôlait ces installations de manière très stricte.

  • 167 L’opposition entre Malenkov et Jdanov ne tenait pas seulement à ces questions économiques. Dès la f (...)
  • 168 Aussi appelée Administration des réparations, elle fut placée sous l’autorité de l’Administration m (...)
  • 169 A. Knight, Beria, op. cit., p. 217-219.
  • 170 « Otčët o rabote otdelenij nauki i tekniki za vtoroj kvartal aprel’-iûn’ 1946 goda », GARF, Fonds 7 (...)

78Dans la rivalité au sein des instances suprêmes sur la politique de réparations, de démontages, de réquisitions à la fois humains et matériels, d’exploitation de la main-d’œuvre, Malenkov devait perdre la bataille ainsi que sa place au Secrétariat du Comité central en mai 1946 où il fut remplacé par un protégé de Jdanov, N.S. Pastoliŝev167. Une enquête officielle sur les activités du Comité fut déclenchée pendant l’été 1946, à la suite d’un débat sur les installations industrielles allemandes. La commission d’enquête, sous l’influence de Jdanov, recommanda l’interruption du désarmement économique de l’Allemagne. En décembre 1946, les interventions des différents Commissariats du Peuple sur l’appareil économique de la SV AG furent largement réduites, le comité de Malenkov dissous et ses fonctions alors attribuées à l’Administration des biens soviétiques à l’étranger168. Son directeur en fut Merkoulov et son assistant, Dekanozov, qui quitta pour ce faire le Ministère des Affaires étrangères169. Les Soviétiques, s’ils continuèrent malgré tout à procéder à l’évacuation de nombreux savants allemands vers l’URSS et à des prélèvements sur la production courante, s’attachèrent désormais aussi à développer le potentiel confisqué, sur place, dans la zone d’occupation. En septembre 1946, une administration pour l’étude des Sciences et Technologies en Allemagne fut ainsi rattachée à la SVAG, sur décision du Conseil des Ministres : les experts soviétiques s’y montrèrent soucieux d’acquérir le savoir-faire allemand et de profiter du haut niveau technologique et des méthodes de production en Allemagne. Cette nouvelle administration fut donc chargée de superviser le travail de bureaux de Science et Technologie dans toutes les provinces et les grandes villes de la zone soviétique170.

79Au terme de ces premiers mois d’occupation, quel premier bilan peut-on tirer de la politique allemande de Staline ? Certes, en comparaison des zones d’occupation occidentales, celle-ci avait très tôt lancé la mise en œuvre de ses objectifs en Allemagne : elle avait réorganisé la vie politique, culturelle, économique de sa zone d’occupation de manière unilatérale et indépendamment du Conseil de contrôle interallié. Avaient été déployés, pour ce faire, des moyens considérables et une propagande sur mesure. L’URSS avait recouru essentiellement à des exécutants pour élargir la portée de son discours : le KPD, puis le SED et le bloc antifasciste et démocratique, s’étaient fait les défenseurs des intérêts allemands, de l’unité politique et économique de l’Allemagne vaincue et avaient cherché à donner l’image la plus attractive possible de la zone soviétique, comme modèle de développement pour toute l’Allemagne. Cette stratégie avait de bonnes perspectives de réussite car, dans le même temps, et conformément à la conviction d’une crise imminente du capitalisme, les zones occidentales vivaient des premiers mois d’occupation difficiles, marqués par les pénuries, les rationnements, les mécontentements et les dysfonctionnements qu’était venue renforcer l’incapacité du Conseil de contrôle interallié de mettre en œuvre la politique commune prévue par les décisions de Potsdam.

80Malgré ces aspects positifs, la zone d’occupation soviétique n’était pas non plus exempte de toutes difficultés, liées notamment au fait que la ligne politique de conversion au socialisme conciliait mal la rigidité du cadre idéologique marxiste-léniniste et les exigences d’une politique pragmatique, rendue nécessaire par la prise en compte des puissances occidentales. En dépit également d’un contrôle de tout instant, les instruments de la politique stalinienne en Allemagne ne se révélaient pas non plus de parfaits exécutants. Ils révélaient l’hypocrisie du système pluraliste et démocratique que l’URSS avait prétendu instaurer. Il n’était pas possible de remédier à ces dysfonctionnements du fait de la nature dictatoriale du régime soviétique où Staline décidait seul des grandes lignes stratégiques, mais où aussi, en dépit d’une organisation pyramidale et centralisée, les forces centrifuges se donnaient libre cours. Celles-ci furent notamment exacerbées par le fait que la politique stalinienne avait maintenu en Allemagne la poursuite d’objectifs foncièrement antagonistes, exploitation économique, prélèvement de réparations et conversion mesurée et progressive au socialisme. Chacun avait un rôle assigné dans la politique mise en œuvre, et assumait sa mission, à son échelon, en concurrence directe avec les autres, sans qu’existassent une collaboration et une cohésion d’ensemble. Ainsi, s’épanouissait un faisceau de contradictions fondamentales qui eut diverses implications néfastes dans le système d’occupation soviétique et se manifesta dans des dysfonctionnements opérationnels, administratifs et des improvisations multiples. Cependant, tant que les puissances occupantes occidentales s’en tenaient aux principes proclamés à Potsdam et se référaient à une action quadripartite dans les domaines politique et économique, les Soviétiques avaient pu contenir, d’une poigne ferme, ces dysfonctionnements, ces incohérences et ces improvisations. Mais, c’était justement là que le bât blessait, car le changement d’orientation et de tonalité occidentales, qui s’amorça en 1946, allait révéler à quel point le bon déroulement de la politique allemande des Soviétiques était conditionné, voire commandé, par l’attitude des Occidentaux. Les implications allaient en être considérables et décisives pour l’évolution de la politique allemande de Staline.

Notes

1 Ses nombreux rapports étaient en effet destinés au Département international du Comité central, dirigé par Dimitrov et Panûškin auxquels succéderaient par la suite A. Jdanov puis M. Suslov, dans N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 20.

2 Quelques 300 000 militaires soviétiques stationnaient ainsi dans la Zone, voir N.M. Naimark, ibid., p. 21.

3 Pour plus de détails sur leur action, voir infra, même chapitre.

4 Soit 20 000 hommes, voir N.M. Naimark, op. cit., p. 21.

5 Ce serait les tâches notamment de la section SMERS – Smert’ špionam – du Département spécial de l’Administration de la Sécurité d’État, chargé du contre-espionage militaire et de la sécurité politique au sein des forces armées, voir A. Knight, Beria, op. cit., p. 173. Cette direction du contre-espionnage fut rattachée en mai 1946 au Ministère de la Sécurité d’État.

6 V.S. Semenov, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-1991, op. cit., p. 207-208.

7 « Sovet narodnyh komissarov, postanovlenie 1326-301-SS, 6/06/45 ob organisacii Vœnnoj Administracii po upravleniû SVAG », AVPRF, Meropriâtiâ SVAG, Fonds 082, opis’ 27, delo 9, papka 120, Ge. 123, 11. 8-13. L’organisation du gouvernement militaire soviétique empruntait largement aux schémas des structures américaines, dans G.K. Žukov, « O neobhodimosti podgotovki k organisacii Central’nyh Germanskih Administrativnyh Departamentov », 21/12/45, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 64, papka 134, 1. 2.

8 7.a antifašistskuû demokratičeskuû Germaniû : sbornik dokumentov 1945-1949gg, Moscou, Politizdat, 1969, p. 67.

9 Il devait succéder au premier le 10 avril 1946 et occuperait ce poste suprême jusqu’au 29 mars 1949, date à laquelle V.D. Čuikov le remplacerait.

10 Lui succéderait K.I. Koval, ancien vice-Commissaire du Peuple pour les machines-outils au printemps 1946.

11 Pour plus de précisions sur leurs activités, voir infra, même chapitre.

12 G. Klimov, Berliner Kreml, op. cit., p. 223.

13 P.A. Abrassimov, 300 Meter vom Brandenburger Tor. Erinnerungen eines Botschafters, Berlin, 1985, p. 83.

14 V.S. Semenov, op. cit., p. 210.

15 Ibid., p. 232.

16 V.S. Semenov, ibid., p. 232.

17 Voir infra, même chapitre. Lui succédèrent les Généraux V.E. Makarov et A.G. Russkih.

18 Elle devint la Direction de l’Information en 1947.

19 V.S. Semenov, « Rabota sektora propagandy i censury », 15/07-15/10/45, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 125, delo 321, 11. 156-161.

20 Kolesničenko à Ponomarev, 29/11/48, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 572, 1. 95.

21 « Sovet narodnyh komissarov, postanovlenie 1326-301-SS, 6/06/45 ob organisacii Vœnnoj Adininistracii po upravleniû SV AG, AVPRF, Meropriâtiâ SVAG », Fonds 082, opis’ 27, delo 9, papka 120, Ge. 123, 11. 14-15.

22 Ibid., 11. 57-61.

23 IfGA, BPA, 1/2/016, cité par G. Keiderling, « Gruppe Ulbricht » dans Berlin. April bis Juni 1945..., op. cit., p. 104.

24 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 11-20.

25 Ces deux provinces deviendront des länder en juillet 1947.

26 Notamment dans le Tägliche Rundschau, organe de la SVAG.

27 S. Creuzberger, op. cit., p. 22-23.

28 AVPRF, « Central’nœ germanskœ pravitel’stvo » 21/08/45-24/11/45, Fonds 082, opis’ 27, delo 29, papka 122, Ge. 721, n° 71.

29 Im Zeichen des roten Sterns. Erinnerungen an die Tradition der deutsch-sowjetischen Freundschaft, Berlin-Est, 1974.

30 Serov à Kruglov, 26/06/46, GARF, Fonds 9401, opis’ 2, delo 138, 11. 55-56, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945- 1949, op. cit., p. 359.

31 Sur la police, voir N.M. Naimark, ibid., p. 355.

32 Ibid., p. 357.

33 Département d’Espionnage et d’Information de l’administration allemande de l’Intérieur, DVdI, Abteilung K, 13/04/48, BstU, MfSZ, AS 282/67, b. 12, ibid, p. 363.

34 Parti populaire démocrate, Parti national allemand, Activistes soviéto-allemands, Ligue pour les droits de l’homme, Alliance des amis de l’URSS...

35 RCHDINI, « Iz obzora Bûro informacii SVAG o političeskom položenii v Germanii », adressé à G.F. Aleksandrov, sans nom d’expéditaire, 3/11/45, Fonds 17, opis’ 125, delo 321, 11. 164-226.

36 G. Korotkevič, « Dokladnaâ zapiska o partijnom s"ezde CDU 16-17/06/46 », transmis le 25/06/46 par Tûl’panov à Suslov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr. 146, 1. 3.

37 G. Korotkevič, ibid., 1. 5. Le Congrès du LPD en juillet 1946 ferait l’objet d’un rapport semblable, voir V.S. Semenov, « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii », 1-20/07/46, copies à Molotov, Sokolovskij, Vychinskij, Dekanozov, Suslov et Smirnov, RCHIDNI, ibid., 06-10/1946,1. 103.

38 S. Creuzberger, op. cit., p. 30.

39 « Pečat’ v Germanii », 30/07/45, G.K. Jukov à Molotov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, papka 120, delo 4,1. 1.

40 Rededisposition R. Gyptners, « Der Weg zum Wiederaufbau », IfGA, ZPA, NL 80/9, Bl. 9-14, cité par G. Keiderling, op. cit., p. 93 et p. 460. Pour les questions liées à l’idéologie à promouvoir, cf infra.

41 IfGA, ZPA, NL 36/23, Bl. 36, ibid., p. 92.

42 Extrait de Tägliche Rundschau, 14/06/45.

43 RCHIDNI, Burcev à Panûškin, Perevod « O Kompartii Germanii », iz razvedsvodki n° 16, 27/10/45, Otdel Kontrarazvedki Upravleniâ amerikanskoj vœnnoj administracii v Germanii, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 148, 1. 30.

44 Cette lettre était en fait faussement datée du 28 avril 1945, dans IFGA, ZPA, NL 100/15, Bl. 1, cité par G. Keiderling, op. cit., p. 288.

45 IFGA, ZPA, NL 36/421, Bl. 112-122 et 130-137, ibid., p. 242 et voir supra, chapitre III.

46 Voir supra, chapitre III.

47 « Vozzvanie CK SP partii Germanii » 15/07/45, dans Za antifašistskuû demokratičeskuû Germaniû : sbornik dokumentov 1945-1949 gg, Moscou, éd. Političeskaâ literatura, 1969, p. 79-80.

48 IfGA, ZPA, NL 72-209, Bl. 70, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 95.

49 Voir infra, même chapitre.

50 « Informacionnœ pis’mo n° 1 o političeskom položenii v Germanii », V.S. Semenov à Vychinskij, copies à Molotov, Jukov, Dekanozov, 9/03/46, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv. 725/1, 11. 1-12.

51 S. Creuzberger, op. cit., p. 25. Voir aussi les témoignages directs de E. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, op. cit., p. 95-169 ou W. Leonhardt, Die Revolution entlässt ihre Kinder, Cologne-Berlin, 1955, p. 433.

52 La règle de la parité serait appliquée pour les élections de la direction du SED le 23 avril 1946 : le communiste W. Pieck et le social-démocrate O. Grotewohl étaient élus présidents du SED, W. Ulbricht de l’ex-KPD et M. Fechner de l’ex-SPD vice-présidents. Le Secrétariat central du parti voyait sociaux-démocrates et communistes se côtoyer dans la collaboration, dans RCHIDNI, « Vaznejŝie rešeniâ Pravleniâ i CK SEPG », Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 128, 109s. Le SED était le parti le plus puissant puisqu’il regroupait les militants sociaux-démocrates (681 000 en mars 1946) et communistes (375 000 en décembre 1945 et 600 000 en mars).

53 Protokoll des Vereinigungsparteitags der KPD und SPD am 21. und 22. April 1946, Berlin, 1946, p. 172, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 282.

54 « Informacionnœ pis’mo n° 8 o političeskom položenii v Germanii », 7/06/46-1/07/46, Semenov à Smirnov, copies à Molotov, Vychinskij, Sokolovskij, Dekanozov et Lozovskij, 18/07/46, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv 725/1, 1. 145.

55 Semenov à Smirnov, « Informacionnœ pis’mo n° 8 o političeskom položenii v Germanii », ibid., 1. 147.

56 « Informacionnœ pis’mo n° 2 o političeskom položenii v Germanii 1-15/03/46 », Semenov à Vychinskij, copies à Molotov, Sokolovskij, Dekanozov, 17/03/46, AVPRF, ibid., 1. 15.

57 « Informacionnœ pis’mo n° 1 o političeskom položenii v Germanii », Semenov à Vychinskij, copies à Molotov, Jukov, Dekanozov, 9/03/46, ibid., 1. 3.

58 G. Keiderling, op. cit., p. 251.

59 « Informacionnœ pis’mo n° 7 o političeskom položenii v Germanii 15/05/46-7/06/46 », Semenov à Smirnov, copies à Molotov, Vychinskij, Sokolovskij, Dekanozov et Lozovskij, 22/06/46, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv. 725/1, 1. 120.

60 Korotkevič, « Dokladnaâ zapiska o partijnom s"ezde CDU 16-17/06/46 », transmis le 25/06/46 par Tûl’panov à Suslov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr. 146, 1. 4.

61 V.S. Semenov, « Informacionnœ pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii », 1- 20/07/46, RCHIDNI, ibid., 1. 104.

62 OSNP : Ob"edinenie svobodnyh nemeckih profsoûzov. « Iz obzora Bûro informacii SVAG o političeskom položenii v Germanii », 3/12/45, seul le nom du destinataire est indiqué, G.F. Aleksandrov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 125, delo 321, 11. 164-174.

63 Voir supra, chapitre IV.

64 SAPMO-BA, ZPA, IV 2/7/227, bb. 10-23, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 151. Pour plus de détails sur cette réforme, voir H.G. Merz, « Bodenreform in der SBZ. Ein Bericht aus dem Jahre 1946 », Deutschland-Archiv, 24 (1991), p. 1159-1170 et H. Weber, Die DDR 1945-1986, Munich, 1988, p. 127.

65 W. Pieck, « Die demokratische Bodenreform-Deutschlands Aufbauproblem- die Kraft der demokratischen Einheit », Berlin, 19/09/45, dans Reden und Aufsätze : Auswahlband, Berlin, Dietzverlag, 1948, p. 72-73.

66 B. Bonveča, G. Bordûgova et N.M. Nejmarka, dir., SVAG. Upravlenie propagandy – informacii- i S.I. Tûl’panov 1945-1949, op. cit., p. 55.

67 N.M. Naimark, op. cit., p. 155.

68 Voir à ce titre N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva, op. cit., p. 209.

69 Rapporté par E. Gniffke, op. cit., p. 125.

70 Les institutions soviétiques fonctionnaient sur la base de ce qui fut appelé centralisme démocratique. Lénine avait initialement destiné ce concept à l’organisation des structures du Parti. Il serait étendu par la suite aux organes de gouvernement. Le centralisme démocratique ne serait bien sûr pas officiellement appliqué à la zone d’occupation soviétique en Allemagne et il faudrait attendre 1949 pour le voir consacré.

71 Nous n’en aborderons cependant ici qu’un aspect, nous réservant le droit de discuter des ambiguïtés de ce concept infra.

72 Voir supra, chapitre III.

73 Nous verrons infra les implications d’une telle présentation.

74 Pour ne donner qu’un exemple, les correspondances privées étaient examinées de manière systématique afin de voir l’impact des mesures que les autorités soviétiques ou que le KPD puis le SED étaient amenés à prendre. Il en fut ainsi notamment pour la fusion entre le KPD et le SPD, voir à ce titre les rapports transmis par le vice-Ministre de la Sécurité d’État S. Ogol’cov à Panûškin, Ministerstvo Gosudarstvennoj Bezopasnosti, 5/06/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 148, 12/1945-12/1946, 1. 181.

75 Voir à ce titre A. Abusch, Stalin und die Schiksalsfragen der deutschen Nation, Berlin, Aufbau-Verlag, 1952.

76 Nachrichten für die Bevölkerung, Tägliche Rundschau, Berliner Zeitung.

77 M.I. Burcev, « Spravka o političeskoj rabote sredi naseleniâ Germanii », Iûl’ 1945, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 791, 1. 110.

78 Smirnov à Vychinskij, 26/09/45, AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, delo 3, papka 120, 1. 42.

79 Protokollnotizen Wilhelm Piecks zur Besprechung vom 4/06/45, Zentrales Parteiarchiv Nachlass 36/629, Bl 62. Étaient présents W. Pieck, W. Ulbricht, A. Ackermann et G. Sobottka, dans R. Badstübner et W. Loth, Wilhelm Pieck. Aufzeichnungen zur Deutschlandpolitik 1945-1953, Berlin, Akademie Verlag, 1994.

80 Compte rendu de la conférence des fonctionnaires du Parti, 6 juin 1945, IFGA, BPA 1/3/12/125, cité par G. Keiderling, op. cit., p. 470 et 486.

81 G.A. Belov et V.S. Semenov... dir., Za antifašistskû-demokratičeskuû Germaniû, Sbornik dokumentov 1945-1949, Moscou, Ministerstvo Inostrannyh Del SSSR-Ministerstvo Inostrannyh Del GDR, éd. pol. lit., 1969, p. 6.

82 Voir supra, chapitre III.

83 Zdorov à Panûškin, 25/04/46, « Kratkaâ dokladnaâ zapiska o sliânii KP v SEPG », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 148, dekabr’ 1945-dekabr’ 1946, 1. 89.

84 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, V.S. Semenov à Vychinskij, Molotov, Jukov et Dekanozov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv. 725/1, Ge 725, 1. 9.

85 Ibid., 1. 9.

86 K. Schumacher n’avait en fait jamais cessé de défendre l’unité de l’Allemagne, voir infra et chapitre IX.

87 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, de Semenov à Vychinskij, Molotov, Jukov, Dekanozov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv. 725/1, Ge 725, 1.9.

88 Zdorov à Panûškin, « Kratkaâ dokladnaâ zapiska o sliânii KPD v SEPD », 25/04/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr. 148, 12/1945-12/1946, 1. 92.

89 Zdorov à Panûškin, ibid., 1. 95.

90 « Vyskazyvaniâ predstavitelej zapadnyh zon Germanii, posetivših Lejpcigskoj ârmarku », Burcev à Suslov, 24/05/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 148, 12/1945-12/1946, 1. 151.

91 Ibid, 1. 153.

92 « Iz informacii razvedyvatel’nogo upravleniâ genstaba Krasnoj Armii », 25/01/46, AVPRF, Informacii o Germanii, 25/01/46-31/12/46, Fonds 082, opis’ 30, delo 63, papka 134, Ge. 720, 1. 2.

93 « Iz informacii razvedyvatel’nogo upravleniâ genstaba Krasnoj Armii », ibid., 1. 2.

94 Voyage de Werner Mussler dans la zone française d’occupation, 18/12/45-6/01/46, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, papka 134, delo 61, Ge 700, 1. 20. Pour une réévaluation de la politique française dans sa zone d’occupation, voir A. Lattard, « Zielkonflikte französischer Besatzungspolitik in Deutschland. Der Streit Laffon-Kœnig 1945-1947 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 39 (1991), p. 1-35. Sur l’ambivalence de la politique française à l’égard de l’Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, voir la mise au point faite par R. Hudemann, « Revanche ou partenariat ? À propos des nouvelles orientations de la recherche sur la politique française à l’égard de l’Allemagne en 1945 », dans G. Krebs et G. Schneilin, L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, op. cit., p. 127-152 ou D. Hüser, Frankreichs « doppelte Deutschlandpolitik ». Dynamik aus der Defensive-Planen, Entscheiden, Umsetzen in gesellschaftlichen und wirtschaftlichen, innen- und aussenpolitischen Krisenzeiten 1944-1950, Berlin, Duncker und Humblot, 1996.

95 Dans les zones britannique et américaine, l’indice de production industrielle atteignait, en effet, en 1946, 35 % de celui de 1938, celui de la production courante 20 % de l’indice de 1938, « Doklad o položenii v Germanii », Džûbenko à Smirnov, 10/09/47, AVPRF, Fonds 082, opis’ 34, papka 154, delo 79, 1. 41.

96 « Informacionnœ pis’mo o političeskom položenii v Germanii n° 1 », 9/03/45, de Semenov à Vychinskij, Molotov, Jukov, Dekanozov, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, papka 155, inv. 725/1, Ge 725, 1. 8.

97 H.D. Kreikamp, « Die amerikanische Deutschlandpolitik im Herbst 1946 und die Byrnes-Rede in Stuttgart », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 4 (1981), p. 284.

98 Cet étalage délibéré dans la presse, particulièrement net au début de l’année 1946, était très probablement destiné à annoncer et justifier une réorientation de la politique allemande occidentale, voir infra, chapitre VI.

99 Voir M. Heller et A. Nekrich, op. cit. et N. Werth, op. cit., p. 330-331. Nous y reviendrons aussi dans le chapitre VII.

100 Voir chapitre IV.

101 Voir infra, chapitre VI.

102 H. Weber, « Die sowjetische Militäradministration in Deutschland und das Parteiensystem der SBZ/DDR », Deutschland-Archiv, 15 (1982), p. 1068.

103 D. Heimerl, « La social-démocratie allemande face au défi communiste de 1945 à nos jours », Revue française de science politique, février / juin 1987, p. 136. Grande figure politique allemande sous la République de Weimar et violemment anticommuniste, Kurt Schumacher (1895-1952) reprend en mains la social-démocratie dans la zone britannique dès août 1945 dans l’optique d’imposer le rôle dirigeant du SPD et de faire prévaloir l’idée d’un socialisme démocratique dans une Allemagne unie : H. Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », dans G. Krebs et G. Schneilin, L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, op. cit., p. 255-287.

104 H. Ménudier, ibid., p. 264-265.

105 Rapporté par E. Gniffke, op. cit., p. 121.

106 Ibid., p. 102-103.

107 Ibid., p. 104.

108 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 282.

109 Voir Grotewohl to Bokov, 13/03/46, SAPMO-BA, ZPA, NL 90/314, b. 30 et Grotewohl to Jukov, 6/12/45, SAPMO-BA, ZPA, NL 90/314, b. 16, cité par N.M. Naimark, ibid., p. 278.

110 Voir notamment le rapport sur les dirigeants du SED daté du 7 décembre 1946 et remis à A.A. Kuznecov par M. Suslov, « Spravočnik o rukovoditelâh Socialističeskoj Edinoj Partii Germanii », RCHIDNI, Fond 17, opis’ 128, ed.hr 62, 1. 6.

111 N.M. Naimark, op. cit., p. 281.

112 S. Tûl’panov, « O položenii s ob"edineniem dvuh rabočih partii KPG i SDPG v gor. Berline », 26/02/1946, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 931, 1. 213.

113 « Stenographische Niederschrift über die gemeinsamE Konferenz des Zentralausschuss der SPD und des Zentralkomitees der KPD mit den Bezirksvertretern zu Berlin », 26/02/46, SAPMO-BA, ZPA, I 2/2/20, b. 11, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 19451949, op. cit., p. 280.

114 H. Weber, « Die sowjetische Militäradministration in Deutschland und das Parteiensystem der SBZ/DDR », Deutschland-Archiv, 15 (1982), p. 1067 et P. Ayçoberry, La question nazie. Les interprétations du national-socialisme 1922-1975, Paris, Seuil, 1979, p. 78-79.

115 « Informacionnœ pis’mo n° 1 o političeskom položenii v Germanii 9/03/46 », Semenov à Vychinskij, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30a, delo 3, Ge 725, papka 155, 1. 1 et E. Gniffke., op. cit., p. 114.

116 « Stenogramma soobŝenij tt. Ackermana, Ul’brihta i Sobottka o položenii v Germanii », 7 / 06 / 45, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 39, 1. 32.

117 « Stenogramma soobŝenij », 7/06/1945, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 750, 1. 7.

118 « Zapiska zamestitelâ načal’nika politotdela politsovetnika v Germanii, Informacionnœ pis’mo n° 10 o političeskom položenii v Germanii 20/07-15/08/1946, 23/08/46 », visée par Panûškin et Korotkevič, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr. 146, 1. 224, oktâbr’ 1946.

119 Ibid., 1. 225.

120 Nous en avons déjà eu des exemples avec Pieck lors des préparatifs aux missions d’avril-mai 1945, voir chapitre III. Nous reviendrons plus en détails sur le cas d’Ulbricht dans le chapitre VII.

121 Korotkevič à Suslov, 22/08/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 132, 05-07/1946, 1. 140. et aussi Tûl’panov à Suslov, « Dokladnaâ zapiska o nedostatkah v rabote SEPG », 7/06/46, RCHDINI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 148, 12/1945-12/1946.

122 « Stenogramma soveŝaniâ v upravlenii propagandy SVAG, 17-18/09/46 », RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 149, 1. 66.

123 « Stenogramma soveŝaniâ apparata upravleniâ propagandy SVAG s mestnymi organami upravlaniâ ob itogah raboty po demokratizacii Germanii, provedeniû obŝinnyh vyborov i zadačah organov SVAG, 19/09/46 », RCHDINI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 150, 1. 58.

124 « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii 1-20/07/46 », V.S. Semenov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 146, 1. 90.

125 « Stenogramma zasedanij komissii », Tûl’panov, 16/09/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 149, 1. 153.

126 Voir « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii 1-20/07/46 », V.S Semenov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 146, 1. 87.

127 Cité par V.S. Semenov, op. cit., p. 231.

128 Korotkevič à Suslov et Panûškin, 22/07/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 59,1. 13.

129 « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; notes de W. Pieck, SAPMO-BA, ZPA, NL 36/694, bb. 1-7, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 299. Voir aussi B. Bonwetsch et G. Bordûgov, « Stalin und die SBZ : Ein Besuch der SED-Führung in Moskau vom 30. Januar-7 Februar 1947 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2 (1994), p. 279-303.

130 Le 31 janvier 1947, au cours des entretiens avec Staline et Molotov, à la question des dirigeants du SED si l’on pouvait envisager de « petites corrections » sur la frontière de l’Oder-Neisse, Molotov répondrait par un non sec : voir « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; notes de W. Pieck, SAPMO-BA, ZPA, NL 36/694, bb. 1-7, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 299. Voir aussi B. Bonwetsch et G. Bordûgov, « Stalin und die SBZ : Ein Besuch der SED-Führung in Moskau vom 30. Januar-7 Februar 1947 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2 (1994), p. 279-303.

131 « Stenogramma soobŝenij », 7/06/1945, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 750, 1. 166.

132 M.I. Burcev, « Spravka o političeskoj rabote sredi naseleniâ Germanii », Iûl’ 1945, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 791, 1. 110.

133 « Iz dokladnoj zapiski o programmnyh trebovaniâh i taktičeskih lozungah buržuaznyh partij sovetskoj zony okkupacii nakanune predvybornoj kampanii », Šapošnikov à Suslov, 9/06/46, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr 148, 51.

134 « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom polozenii v Germanii 1-20/07/46 », V.S. Semenov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr146, 11. 89-90.

135 Ibid., 1. 87.

136 Un des exemples les plus nets serait celui de la brutale mise au pas du CDU en décembre 1945. Ses chefs, Hermès et Streiber, seraient renvoyés pour s’être opposés aux réformes agraire et scolaire : voir « Pečat’ Germanii », Smirnov à Semenov, note de Koblâkov, 19/12/45, AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, delo 4, papka 120, 11. 33-34.

137 V.S. Semenov, « Informacionne pis’mo n° 9 o političeskom položenii v Germanii », 1- 20/07/46, copies à Molotov, Sokolovskij, Vychinskij, Dekanozov, Suslov et Smirnov, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr. 146, 06-10/1946, 1. 103.

138 « Dokladnaâ zapiska o partijnom c"ezde CDU 16-17/06/46 », Tûl’panov à Suslov, visée par Korotkevič, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, ed.hr. 146, 11. 3-4.

139 « Beseda u tovariŝa I.V. Stalina », 31/01/47, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 1091, 11. 43-53 ; notes de W. Pieck, SAPMO-BA, ZPA, NL 36/694. bb. 1-7, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 299. Voir aussi B. Bonwetsch et G. Bordûgov, « Stalin und die SBZ : Ein Besuch der SED-Führung in Moskau vom 30. Januar-7 Februar 1947 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2 (1994), p. 279-303.

140 Voir chapitre III.

141 La reconversion en économie de paix ne se fit cependant pas au profit de la production des biens de consommation mais visa essentiellement à rétablir la production industrielle. Le volume total de production n’atteignait que 92 % de son niveau d’avant-guerre. Mais à partir de 1948, la production industrielle serait déjà supérieure de 18 % à celle de l’avant-guerre et continuerait de croître par la suite, voir M. Heller et A. Nekrich, op. cit., p. 386.

142 Voir Vnešnaâ politika Sovetskogo Soûza, 1945 g, Moscou, 1949, p. 36.

143 Selon des données soviétiques citées par N. Werth, op. cit., p. 329.

144 Voir pour plus de détails M. Heller et A. Nekrich, op. cit., p. 375-380 et V.A. Kozlov et S.V. Mironenko éd., Osobaâ papka Stalina, t. I, Osobaâ papka V.M Molotova, t. II, Arhiv novejŝej istorii Rossii, iz materialov Sekretariata NKVD-MVD-SSSR, 1944-1956gg, katalog dokumentov Blagosvet, GARF i centr izučeniâ Rossii i Sovetskogo Soûza, Moscou, 1994.

145 Le Conseil des Commissaires du Peuple deviendrait ainsi le Conseil des ministres, Pravda, 20 mars 1946 ; A. Knight, Béria, op. cit., p. 212 et M. Heller et A. Nekrich, op. cit., p. 385.

146 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 349.

147 Voir à ce titre A. Knight, Béria, op. cit., p. 200-300.

148 Voir supra, chapitre V.

149 B. Bonveč, G. Bordûgov et N.M. Nejmark, dir., SVAG, Upravlenie propagandy nformacii i S.I Tûl’panov 1945-1949, op. cit., p. 8. Pour la position de L.D. Clay dans la zone américaine, voir aussi le chapitre VI.

150 Ulbricht to Žukov, draft, May 31, 1945, SAPMO-BA, ZPA, NL 182/246, V-Ulbricht-, b. 22, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 15.

151 HQ Berlin Command, « Special Intelligence Memorandum 177 », May 2, 1947, p. 2, National Archives, Record Group 260 – OMGUS, Office of the Military Government, box 24, cité par N.M. Naimark, ibid., p. 14.

152 S. Creuzberger, op. cit., p. 19.

153 Altuchow, Zum politisch-ideologischen Kampf der SED und der KPdSU(b) / SMAD um die Herausbildung eines neuen, freudschaftlichen Verhältnisses zwischen dem deutschen und dem sowjetischen Volk, April 1946-November 1947, Dissertation A, Parteihochschule Karl-Marx beim ZK der SED, Berlin, 1985, p. 29-30, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 16.

154 RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 682, 1. 22.

155 H.A. Welsh, Revolutionärer Wandel auf Befehl ? Entnazifizierungs- und Personalpolitik in Thüringen und Sachsen 1945-1948, Schriftenreihe der Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, Münich, 1989, p. 23 cité par S. Creuzberger, op. cit., p. 19.

156 Sur la politique des cadres de la SVAG, voir N.M. Naimark, op. cit., p. 29.

157 W. Matschke, « Die industrielle Entwicklung in der Sowjetischen Besatzungszone Deutschlands 1945-1948 », dans Wirtschaft im geteilten Deutschland, vol. II, Berlin, 1988, p. 112, cité par S. Creuzberger, op. cit., p. 21.

158 N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of The Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 26.

159 Ministerstvo Inostrannyh Del : Istoriko-diplomatičeskœ upravlenie, « Germanskij vopros vo vzaimootnošeniâh SSSR, SŠA, Anglii i Francii v period ot Berlinskoj Konferencii do obrazovaniâ dvuh germanskih gosudarstv 1945-1949gg », t. I, 1963, AVPRF, Fonds 48z, opis’ 11zh, delo 13, papka 69, 1. 274.

160 « Prikaz », 5/04/46, GARF, Fonds 7184, opis’ 2, delo 4, 1. 7.

161 G. Mai, Der Alliierte Kontrollrat in Deutschland 1945-1948. Alliierte Einheit-deutsche Teilung ?, op. cit., p. 394.

162 Les Occidentaux firent de même en dépit des engagements pris à Potsdam, voir N.M. Naimark, op. cit., p. 204-250.

163 Voir V. Zubok, « How the Soviet Intelligence Service Split the American Bomb », 1re et 2e partie, New Times, 16-17 (1991), p. 36-37, 37-40.

164 A. Knight, op. cit., p. 204.

165 Voir A. Knight, ibid., p. 205.

166 Voir le compte rendu de N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of The Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 235-238 et « Soviet Atomic Energy Program, Status », Office of Scientific Intelligence Report, CIA / SI 113-51, 28 / 07 / 51, DDQ 6, n° 2, avril-juin 1980, b. 135, cité par A. Knight, op. cit., p. 209.

167 L’opposition entre Malenkov et Jdanov ne tenait pas seulement à ces questions économiques. Dès la fin des années 30, les deux hommes s’étaient heurtés sur les fonctions à donner au Secrétariat du Comité central : Malenkov prônait une forte implication dans les questions économiques tandis que Jdanov défendait un rôle plus politique, voir S. Fitzpatrick, « Culture and Politics under Stalin : a Reappraisal », Slavic Review 35, 2, (juin 1976), p. 211- 231.

168 Aussi appelée Administration des réparations, elle fut placée sous l’autorité de l’Administration militaire.

169 A. Knight, Beria, op. cit., p. 217-219.

170 « Otčët o rabote otdelenij nauki i tekniki za vtoroj kvartal aprel’-iûn’ 1946 goda », GARF, Fonds 7184, opis’ 1, delo 148, 11. 6-16, cité par N.M. Naimark, op. cit., p. 528.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search