Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Première partie. L’élaboration et la mise en œuvre de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre IV. Les aléas de la collaboration interalliée

Texte intégral

Une entente difficile

Les accords de la Commission consultative européenne

1Si la Première guerre mondiale s’était achevée en 1918 par la signature d’un armistice, prélude à l’organisation d’une grande conférence de paix, la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne nazie, le 8-9 mai 1945, laissa les puissances alliées victorieuses décider seules de son sort. Lors de leur rencontre bilatérale à Casablanca en 1943, les Anglo-Saxons avaient avancé l’idée d’une guerre poussée à son terme, sans paix séparée jusqu’à la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne. La réunion des Ministres des Affaires étrangères en octobre 1943 avait avalisé cet engagement et décidé de la création d’une Commission Consultative européenne afin d’étudier les conditions d’une telle capitulation, l’établissement d’un mécanisme de contrôle interallié pendant une période d’occupation et la délimitation des frontières des trois zones d’occupation :

  • 1 Moskovskaâ konferenciâ Ministrov Inostrannyh Del SSSR, SŠA i Velikobritanii, 19-30 oktâbrâ goda, 19 (...)

« Les gouvernements des trois puissances expriment le souhait que la commission, dans l’une de ses premières tâches, élabore des recommandations détaillées sur les conditions de capitulation, qu’elle les présente à chacun des pays européens avec lesquels les trois puissances sont en guerre, et qu’elle élabore un mécanisme indispensable à la réalisation de ces conditions »1.

  • 2 A.A. Rosin, Poslevœnnœ uregulirovanie v Evrope, Moscou, Mysl’, 1984, p. 27.
  • 3 « Komissiâ Vorošilova po peremiriû i usloviâm kapitulacii », 1/06/44, Vorochilov à Molotov, AVPRF, (...)

2La Commission produisit douze projets d’accord comme base de la politique alliée après la défaite allemande. Les Britanniques avancèrent une proposition sur la capitulation allemande le 15 janvier 1944, les Américains une première ébauche, le 25 janvier puis une seconde le 6 mars 1944, les Soviétiques, le 15 février 1944. Les Occidentaux y présentèrent des propositions très précises touchant aux activités administratives de l’occupation, au contrôle de l’économie allemande...2 Le projet soviétique n’abordait, pour sa part, que les aspects militaires de la capitulation inconditionnelle, incluant le désarmement des forces armées allemandes, la remise des biens militaires et la délimitation des frontières des trois zones d’occupation3.

  • 4 AVPRF, ibid., 11. 17-23.

3Le 1er juin 1944, Vorochilov envoyait un rapport à Molotov sur les divergences relevées entre les projets soviétique, américain et britannique : le premier, y notait-il, se révélait plus exigeant et plus sévère pour la démilitarisation et l’éradication du nazisme4. Il avançait aussi des propositions sur les lignes de démarcation entre les zones : la zone soviétique pourrait occuper 221 003 km2, territoire qui comptait en 1939 24 684 000 habitants ; la zone britannique 135 243 000km2 (25 898 000 habitants) et la zone américaine 115 491 000 km2 (14 538 000 habitants).

  • 5 FRUS, The Conference at Malta and Yalta, 1944, vol. I, p. 158.
  • 6 FRUS, 1944, vol. I.
  • 7 S.L Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 31-32.

4Mais les Britanniques, au début des négociations, refusèrent l’établissement de zones d’occupation bien délimitées. Ils en donnèrent dans leur projet une représentation seulement générale : une Allemagne du Nord-Ouest (pour les Britanniques), une Allemagne de l’Est (pour les Soviétiques) et une Allemagne du Sud (pour les Américains). Les frontières n’étaient pas clairement établies. Le document américain ne se faisait pas plus précis : une Allemagne de l’Est pour les Soviétiques ; une zone nord et une zone sud pour les Anglo-Saxons sans délimitation de leurs compétences respectives. Ces incertitudes étaient dues en fait à l’absence d’accord entre les Occidentaux sur ce point : les Britanniques revendiquaient la partie nord qui concentrait le cœur industriel de l’Allemagne, la Ruhr, le Rhin et les ports laissant aux Américains le sud, avec la responsabilité de l’administration en France, en Italie et dans les Balkans5. En septembre 1944, à la conférence de Québec, les deux alliés devaient cependant trouver un terrain d’entente : les États-Unis acceptèrent l’idée d’une zone d’occupation dans le sud de l’Allemagne mais avec une enclave autour de Brême6. Un protocole d’accord général sur la délimitation des frontières des zones d’occupation put donc intervenir le 12 septembre 1944 à Londres : le territoire allemand, ramené aux frontières de 1937 (l’Anschluss et l’annexion des Sudètes étant considérés comme nuls et non avenus), fut divisé en trois zones d’occupation, la capitale Berlin constituant une région spéciale, occupée conjointement et divisée en trois secteurs. La zone soviétique comprenait le Mecklembourg, la Poméranie, le Brandebourg, la Saxe et la Thuringe, soit 40 % du territoire allemand de 1937, 38 % de sa population et le tiers des ressources économiques. Les frontières des zones britannique et américaine firent l’objet d’un accord séparé le 14 novembre 1944. Ce décalage était dû à la prise en compte de la future participation française à l’occupation de l’Allemagne. Staline l’avait acceptée à Yalta à condition que sa zone fût prise sur les territoires dévolus aux Anglo-Américains. Ce découpage fut effectif le 26 juillet 1945 et la zone française regroupa la Sarre, le Palatinat, le sud de la Rhénanie, prélevés sur la zone britannique, et une partie du pays de Bade et du Wurtemberg, prélevée sur la zone américaine. La France obtenait aussi un secteur à Berlin, pris sur ceux des Anglo-Saxons7.

  • 8 Ils la faisaient dépendre de l’effectivité du désarmement allemand et de la capacité des vaincus à (...)

5De janvier à juillet 1944, les Occidentaux présentèrent, d’autre part, à la commission consultative cinq projets successifs sur la politique interalliée d’occupation ; les Soviétiques n’en avancèrent qu’un seul, le 25 août 1944. Les propositions anglo-saxonnes ne trouvèrent pas grâce aux yeux de la commission Vorochilov chargée de préparer le mémorandum sur les organes de direction interalliée en Allemagne. Les conceptions américaines prévoyaient en effet d’accorder les pleins pouvoirs aux organismes d’occupation, considéraient le futur Conseil de contrôle comme un organe de coordination et ne fixaient pas un terme clair à la période d’occupation8. Vorochilov, dans un rapport à Molotov le 12 juin 1944, devait condamner sévèrement ces propositions :

  • 9 Vorochilov à Molotov, le 12 juin 1944, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 158, papka 16, 1. 74.

« Les projets britannique et américain sur les organes de direction de l’Allemagne occupée sont volumineux, confus et dans la pratique se montreraient peu efficaces »9.

  • 10 FR US, 1944, t. I, p. 299 et suiv.

6Il leur opposait un projet soviétique qui comportait deux points essentiels : un accord de principe pour un Conseil de contrôle interallié et une proposition, celle que les organes d’occupation en Allemagne garantissent les conditions nécessaires à la création d’organes centraux et locaux établis sur des bases démocratiques10. Le Soviétique défendait de surcroît la primauté des commandants de zone qui ne devaient être responsables que devant leur gouvernement. Dans leur optique, le Conseil de contrôle n’avait qu’une fonction de garant de l’unité de la politique interalliée. Vorochilov était explicite à cet égard dans son rapport :

  • 11 AVPRF, op. cit., 1. 74.

« Notre commission estime que chaque commandant, subordonné directement à son gouvernement, doit disposer de tout le pouvoir dans sa zone, durant une première période après la capitulation de l’Allemagne. Un organe exécutif doit également lui permettre de contrôler l’activité des pouvoirs allemands. La commission est d’avis qu’il ne convient pas de créer, durant cette période, un organe interallié coiffant les commandements militaires. Sa mise en place signifierait que l’URSS serait en minorité et cela aurait bien sûr des conséquences néfastes non seulement pour nous mais, pour la bonne exécution des tâches »11.

  • 12 AVPRF, ibid, 1. 75.

7La commission Vorochilov n’envisageait, dans le cadre de la collaboration interalliée, que la création d’organes de coordination, comme par exemple des réunions des commandants militaires, un organe permanent de représentation et deux commissions interalliées pour les problèmes des réparations et des prisonniers de guerre. Le Maréchal soviétique revendiquait aussi le droit pour les Alliés d’avancer de nouvelles exigences durant la période d’occupation en proposant que les Allemands exécutent inconditionnellement les nouvelles obligations politiques, militaires, économiques relatives à la capitulation que pourraient émettre les Alliés. Ils prévoyaient de même un contrôle sévère des mesures de désarmement et la liquidation du nazisme12. Le 14 novembre 1944, les décisions finalement adoptées par la Commission Consultative européenne, inspirées d’ailleurs des propositions soviétiques, prévoyaient, outre le respect de la règle de l’unanimité au sein du Conseil de contrôle, une compétence exclusive des commandants militaires dans leur zone respective. Les tâches du Conseil de contrôle étaient ainsi définies :

  • 13 Sbornik dejstvuûŝih dogovorov, soglašenij i konvencij, zaklûčënnyh SSSR s inostrannymi gosudarstvam (...)

« 1) Garantie de la coordination d’actions des commandants dans leur zone d’occupation respective ; 2) Élaboration de plans et décisions unanimes sur les questions politiques, économiques, militaires concernant toute l’Allemagne, sur la base des instructions reçues par chaque commandant par son gouvernement ; 3) Contrôle des administrations centrales allemandes qui seront placées sous la direction du Conseil de contrôle et seront responsables de la bonne exécution de ses exigences »13.

  • 14 Un accord supplémentaire serait signé le 1er mai 1945 pour entériner la participation française au (...)
  • 15 FRUS, 1944, vol. I, p. 369-370.
  • 16 FRUS, 1945, vol. III, p. 434 et suiv.
  • 17 S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 38.

8Son rôle était de détruire les fondements économiques du militarisme allemand et le système institutionnel national-socialiste, d’éradiquer son idéologie et de mettre en place des mesures de démocratisation de la société civile allemande. La volonté soviétique de pouvoir avancer de nouvelles exigences pendant la période d’occupation fut, en revanche, repoussée par les Anglo-Saxons qui jugèrent qu’elle ouvrait la voie à l’abus et à l’arbitraire. Malgré ce rejet, l’ensemble de ces dispositions assurait cependant aux Soviétiques, comme aux Anglo-Saxons, une réelle liberté de manœuvre en limitant l’influence du Conseil de contrôle dans chaque zone14. En novembre 1944 fut également débattue la question des objectifs matériels de l’occupation. Bien que Moscou eût donné son accord le 25 octobre 1944 pour aborder ces problèmes, son représentant, F. Gusev, n’avait reçu aucune instruction15. Yalta ne devait rien résoudre, la question polonaise, celle de la création des Nations Unies et de la poursuite de la guerre contre le Japon accaparant toute l’attention des négociateurs ; ni Staline ni Roosevelt, d’ailleurs, n’étaient enclins à prendre des décisions définitives sur ce point. Le 3 mars 1945, le Département d’État américain présenta tout de même un mémorandum à la Commission consultative européenne qui exigeait une conformité entre les mesures d’urgence pour une politique d’occupation et un programme à long terme16. Mais les divergences exprimées par le Pentagone et le Ministère américain des Finances permirent au représentant soviétique F. Gusev de protester contre la remise en cause de ce qui avait déjà été conclu sur les attributions du Conseil de contrôle et de refuser toute discussion sur ce projet. Il fallut attendre le 25 juillet 1945 pour voir la signature d’un premier accord concernant ces principes matériels. Ce règlement sur les exigences supplémentaires vis-à-vis de l’Allemagne eut d’ailleurs un caractère essentiellement déclaratif17.

  • 18 Voir supra, chapitre II.
  • 19 Perepiska Predsedatelâ Soveta Ministrov SSSR s Presidentami SŠA i Prem ’er-Ministrami Velikobritani (...)
  • 20 Ibid., Dokumenty n° 311 ot 6/06/45, n° 312 ot 7/06/45, n° 245 ot 8/06/45.
  • 21 Voir supra, chapitre I.
  • 22 Le 22 mai, les Alliés prononçaient la dissolution du gouvernement Dönitz, formé le 5 mai, selon les (...)

9Aucun acte de capitulation ne put voir le jour depuis qu’à Yalta, il avait été décidé d’y inscrire l’idée de démembrement18. Un protocole de capitulation des forces armées allemandes fut signé à Reims le 7 mai et un acte seulement militaire de capitulation inconditionnelle le 8 mai à Berlin pour les Occidentaux, le 9 à Karlshorst pour les Soviétiques. Cette différence de date n’était pas innocente. Dans un télégramme à Churchill et Truman le 7 mai 1945, Staline avait en effet décliné la proposition occidentale d’annoncer ensemble, le 8 mai, la capitulation allemande sous le prétexte suivant : les combats sur le front oriental étant encore très violents, il préférait attendre le 9 pour être sûr que l’ordre de capitulation était bien entré en vigueur19. S’il était vrai que la résistance allemande était encore forte sur le front oriental, Staline ne semblait pas tenir beaucoup non plus à la manifestation symbolique d’une déclaration de capitulation commune. Il avait fait mine d’en accepter le principe jusqu’au 6 mai, reconnaissant, comme Churchill et Truman, l’importance de cette simultanéité pour les Nations Unies. Il devait se rétracter le lendemain, tard dans la soirée. Et le 8 mai, Truman faisait savoir à Molotov que les préparatifs étaient si avancés qu’il était impossible de repousser la date20. Si cette distanciation volontaire le jour de la victoire marquait certes la volonté du Kremlin de s’attribuer les lauriers des combats, elle rappelait surtout les limites de l’alliance de guerre que les Soviétiques avaient posées dès les premiers jours21. Les trois puissances adoptèrent par ailleurs une Déclaration sur la capitulation de l’Allemagne qui comportait des mesures économiques, militaires et politiques valables pour les quatre zones d’occupation. Son premier projet prévoyait la signature du haut commandement militaire et du gouvernement allemands. Mais l’effondrement du gouvernement nazi22 obligea à des modifications et le 12 mai 1945, le texte prit la forme d’une Déclaration des gouvernements soviétique, britannique, américain et français sur la défaite allemande et leur responsabilité du pouvoir suprême en Allemagne. Elle fut entérinée par les quatre gouvernements et signée le 5 juin 1945 par quatre représentants militaires plénipotentiaires allemands dirigeant les forces armées.

  • 23 Voir supra, chapitre II.
  • 24 FO 371/45785/UE3338, cité par J. Foschepoth, « Britische Deutschlandpolitik zwischen Yalta und Pots (...)
  • 25 FO 371/45780/UE2633, ibid., p. 702.
  • 26 12 % contre 27 % à la Grande-Bretagne, dans Memorandum of the Chancellor of the Exchequer Allocatio (...)
  • 27 Ce dernier pourcentage serait prélevé à partir des parts des trois grands car l’URSS répondait des (...)
  • 28 FO 371/45781 / UE 2780, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 705.

10Il fut ainsi difficile de mener à terme ces négociations pour la mise en place d’une politique interalliée en Allemagne : plus de deux ans, de novembre 1943 à juin 1945, furent nécessaires pour aboutir à des accords somme toute peu contraignants et assez généraux. Si les différends entre Soviétiques et Occidentaux, mais aussi entre Occidentaux eux-mêmes, furent maîtrisés pour permettre d’aboutir, ils ne dissimulèrent pas des divergences fondamentales dans l’interprétation de la collaboration interalliée future. Les Soviétiques se montrèrent à la fois réservés et jaloux de leurs prérogatives. Ils prirent bien garde de toujours défendre une large liberté de manœuvre dans leur future zone en refusant toute idée de subordination à un organisme suprême interallié. De même, leur conception d’une collaboration avec les Occidentaux demeurait nettement circonscrite. L’URSS afficha une détermination semblable lorsqu’elle défendit sa position dans la question des réparations. Le 19 juin se réunissait en effet à Moscou le comité interallié pour les réparations. Les trois partenaires s’y retrouvaient afin d’aplanir les différends non résolus à Yalta23. Les Américains s’y montrèrent cette fois les plus actifs. Leur représentant Pauley souhaitait aboutir à un accord en la matière le plus rapidement possible. Aussi tenta-t-il de bousculer ses partenaires24. Mais les Soviétiques demeurèrent sur leurs positions défendues à Yalta ; ils avaient bien annoncé un nouveau plan de réparations mais il ne vit jamais le jour25. Les Britanniques, pour leur part, reportaient toute prise de décision importante à la période post-électorale. Dans de telles conditions, un succès de cette commission de réparations apparaissait difficile, d’autant plus que les différends n’existaient pas seulement entre Soviétiques et Occidentaux mais entre ces derniers eux-mêmes. Les Britanniques continuaient de s’opposer aux prétentions jugées excessives des Soviétiques, arguant du fait que leur satisfaction n’était possible que grâce à l’exploitation de la main-d’œuvre allemande. Ils proposèrent donc d’accorder 50 % de réparations à l’URSS en y incluant les forces de travail, ce à quoi Pauley ne voulut pas souscrire. Il considérait les prétentions soviétiques justifiées et craignait que la remise en cause de ce point ne conduise les négociations à une impasse. De surcroît, il contestait la volonté britannique d’accorder un pourcentage moindre de réparations aux États-Unis26. Ceux-ci, devait-il affirmer, n’exigeaient des réparations que pour procéder à une répartition entre tous les pays victimes de l’agression nazie et permettre ainsi le rétablissement économique de l’Europe. L’ambassadeur américain à Moscou, A. Harriman, intervint auprès du représentant britannique, Monckton, afin d’apaiser le climat avant l’ouverture de la conférence de Potsdam. La Grande-Bretagne céda à ses exhortations mais dans le seul but, devait-elle déclarer, de maintenir de bonnes relations avec les États-Unis. Cette bonne volonté conduisit au compromis qui accordait 50 % du montant des réparations aux Soviétiques, 20 % aux Britanniques, 20 % aux Américains et 10 % supplémentaires pour les autres pays27. Si les uns et les autres avaient finalement pu s’accorder sur le pourcentage, il n’en restait pas moins à régler le problème des restitutions, réparations au titre des pillages, des démontages et des préjudices causés par les Allemands dans les autres pays. Pauley était venu à Moscou avec la volonté d’aboutir très rapidement à un accord sur ce point. Il avait déjà fait nommer, sans en avertir les Britanniques, un représentant à Francfort sur le Main afin de coordonner cette politique de démontages. Le 26 juin seulement, la Grande-Bretagne en était informée. Le Foreign Office devait déplorer dans une note au Département d’État cette action unilatérale capable de « réduire à néant tous nos efforts pour traiter l’Allemagne comme une entité économique unique et assurer la bonne exécution d’une politique commune aux quatre zones »28. La Grande-Bretagne préférait en fait traiter de cette question dans une commission séparée pour des raisons tactiques : comme devait le faire remarquer un membre du Foreign Office,

  • 29 FO 371/45782 / UE 2900, ibid., p. 705.

« Le désir des Russes d’obtenir des biens des zones occidentales constitue notre seule carte et il serait imprudent de l’abattre tant que nous n’avons pas signé, avec la Russie, d’accord sur un plan général de réparations »29.

  • 30 FO 371/45781/UE 2780 et FO 371/45782/UE 2901, ibid., p. 706.

11Les Soviétiques déclinèrent cette proposition et rejetèrent de même l’idée de considérer les livraisons sur la production courante comme partie intégrante des réparations. La détermination des uns et des autres ne laissait d’autre alternative que de rechercher un compromis sur le projet de Pauley. Les Britanniques acceptèrent ainsi le principe de ces livraisons mais en instituant cependant des réserves et des restrictions telles qu’il apparaissait difficile de mettre cette politique en pratique30. Selon J. Foschepoth, c’était la seule manière pour les Britanniques de freiner les initiatives américaines. Pauley cependant voulait une mise en œuvre rapide et simplifiée et, de ce fait, il refusa de considérer les autres modifications avancées par le partenaire britannique. Potsdam devait reprendre l’examen de ces questions.

  • 31 Pour les Anglo-Saxons, il s’agissait uniquement de prélèvements définitifs : saisie de biens allema (...)

12Ainsi, les résultats de cette commission de Moscou se révélaient plutôt minces. L’accord portait sur la répartition des pourcentages et sur la prise en compte des préjudices portés aux autres États. Ceux-ci devaient faire connaître leurs prétentions à la commission de réparations dans un délai d’un mois. Elle déciderait ensuite quels pays et quelles exigences satisfaire. Une conférence spéciale devait enfin se réunir pour définir un règlement général de cette question des réparations. Il fut impossible de s’accorder sur l’interprétation à donner aux termes de réparations et de prélèvements de la production courante31. La question du montant définitif des réparations n’avait pas été résolue tout comme celle de l’emploi de la main-d’œuvre allemande au titre des réparations, celle de la destruction des entreprises pour raison de sécurité... Les Britanniques s’en tenaient fermement au principe qu’ils avaient défendu déjà à Yalta, le first charge principle, qui préconisait, pour la production industrielle allemande, la primauté de la satisfaction des besoins intérieurs et du financement des importations nécessaires sur le paiement des réparations. Les Soviétiques inversaient cet ordre de priorités. Il ne restait ainsi qu’à porter ces questions à l’ordre du jour de la conférence de Potsdam. Mais les espoirs étaient minces de parvenir à une entente et d’aplanir les différends car le climat politique général, comme les relations soviéto-britanniques, s’étaient notablement dégradés au cours des premiers mois de l’année 1945.

La politique stalinienne des faits accomplis

  • 32 Russian shortcomings at the EAC, FO 371/ 47964/ N 10036, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 707.
  • 33 W. Churchill, The Second World War, t. VI, p. 181.
  • 34 Ibid., p. 261.
  • 35 F. Lœwenheim, F. Langley et H.D. Jonas, Roosevelt and Churchill. Their Secret Wartime Correspondenc (...)

13Les Britanniques doutaient toujours plus de la réelle disposition des Soviétiques à collaborer après la guerre. Les travaux de la Commission consultative européenne ne pouvaient que corroborer cette suspicion. Les Soviétiques s’y étaient montrés dilatory and obstinate et avaient même refusé d’envoyer leurs représentants à la commission de contrôle à Londres32. De plus, les ambitions de Staline en Europe orientale inquiétaient Churchill qui s’efforçait de faire prendre conscience à F.D. Roosevelt du caractère expansionniste de la politique soviétique. À la mort du Président américain, le 12 avril 1945, Churchill eut l’espoir d’influer sur son successeur, Harry S. Truman, afin de durcir la position alliée envers l’URSS. Le 4 mai, lors de la venue d’Eden à San Francisco à la conférence des Nations Unies, fut remis aux collègues américains un mémorandum de Churchill qui offrait un tableau très pessimiste de la situation européenne. Il y exposait ses motifs d’inquiétude quant à l’avancée des troupes soviétiques jusque dans l’Allemagne profonde qui pouvait mettre toute l’Europe orientale sous la coupe de l’URSS33. Il se montrait partisan d’une attitude de fermeté face aux Soviétiques et défendait la nécessité d’aboutir à un accord avec eux avant le retrait de chacun dans sa zone respective. Le 12 mai, il envoyait un télégramme à Truman où, pour la première fois, apparaissait une expression qui ferait florès dans l’histoire de la guerre froide : devant les troupes soviétiques, « (...) était tombé un rideau de fer. Nous ne savons pas ce qui se passe derrière »34. Cette politique de fermeté ne trouva que peu de défenseurs aux États-Unis. Ceux-ci étaient conscients qu’il ne fallait pas compter sur un assouplissement de la position soviétique et ne voulaient pas non plus endosser la responsabilité, aux yeux de la communauté internationale, d’un conflit ouvert entre les deux parties. Les derniers mois avant sa mort, Roosevelt avait pris conscience des violations des accords de Yalta auxquelles Staline se livrait sans scrupules, mais la mise en place de l’ordre international qu’il envisageait présupposait la coopération avec les Soviétiques. De ce fait, il était prêt à fermer les yeux sur ces coups de griffe et à éviter toute tension inutile. Le dernier message qu’il envoya à Churchill reste fidèle à la volonté fermement énoncée de maintenir de bonnes relations avec l’URSS35.

  • 36 Voir supra, chapitre I.
  • 37 Pour plus de détails, voir M. Fülöp, « L’occupation soviétique en Europe centrale et orientale », R (...)
  • 38 Stalin to President Roosevelt, 7/04/45, FRUS, 1945, vol. V, p. 201-203.
  • 39 Voir supra, chapitre I.
  • 40 H. Graml, op. cit., p. 90-91.

14Les protestations de bonne foi de Staline ne s’accompagnaient d’aucune modification dans sa politique de décisions unilatérales en Europe orientale. La dualité de cette dernière vis-à-vis des Occidentaux était cependant toujours perceptible36 : elle les ménageait en jouant sur les termes de libération et d’occupation en Europe orientale et en contenant les tentatives des communistes locaux d’établir des régimes de type soviétique, notamment en Hongrie. Mais elle montrait aussi sa détermination avec la soviétisation immédiate dans les Balkans, en Roumanie, par exemple37. Les Soviétiques maniaient habilement retenue, ménagement et détermination. En Pologne, le comité de Lublin avait été installé comme gouvernement provisoire par les Soviétiques et exprimait, aux dires de Staline, la volonté du peuple polonais38. Alors qu’aucune décision définitive n’avait été adoptée au niveau interallié en ce sens39, l’URSS laissa en juin 1945 l’administration polonaise s’étendre jusqu’à l’Oder-Neisse occidentale après avoir elle-même annexé le nord de la Prusse orientale et Königsberg. Elle alla aussi, juste avant l’ouverture de la conférence de Potsdam, jusqu’à revendiquer l’octroi de bases militaires sur la côte turque et les deux provinces orientales de Kars et d’Ardahan qui lui avaient appartenu jusqu’en 1921. Elle ne répondit pas à la note du gouvernement iranien qui rappelait aux trois puissances leur engagement à se retirer, une fois les hostilités terminées (des unités soviétiques et anglo-saxonnes avaient en effet assuré la protection des gisements de pétrole et des voies de communication pendant la guerre). L’URSS y soutenait même les mouvements séparatistes dans le nord du pays40.

  • 41 L’URSS en avait bénéficié depuis le 7 novembre 1941 et avait reçu des marchandises d’une valeur de (...)
  • 42 Elles seraient également suspendues par une autre directive le 17 août 1945, après la capitulation (...)
  • 43 La cessation des livraisons fut pour elle effective le 21 août 1945. Elle obtiendrait un prêt fin 1 (...)

15Face à cette politique de faits accomplis, les Occidentaux ne se donnèrent pas beaucoup d’alternatives pour réagir dans la mesure où ils ne voulaient pas remettre en cause l’idée de la collaboration avec l’URSS et H. Truman devait, dans ce domaine, emboîter le pas à son prédécesseur. Tentatives de pression et gestes de conciliation marqueraient donc la politique du nouveau Président américain. La question de la cessation des livraisons au titre du Lend-Lease au lendemain de la capitulation allemande en fut un exemple41. Le Sénat américain avait décidé en avril 1945, d’amender la loi sur le Lend-Lease, arguant du fait qu’elle était un acte prévu exclusivement pour la période de la guerre et perdait toute raison d’être à la fin des hostilités. Les fonds du Lend-Lease n’étaient pas destinés à une œuvre de reconstruction et de rétablissement. Ces contraintes liées à la politique intérieure allaient obliger Truman à réagir de manière très significative. Le 11 mai 1945, une directive du Président américain annonçait l’arrêt des livraisons à l’URSS pour les opérations militaires en Europe mais maintenait celles destinées à la poursuite des hostilités contre le Japon42. Les protestations virulentes des Soviétiques le 12 mai provoquèrent un rétablissement partiel de cette aide mais le principe d’une aide inconditionnelle à l’URSS était définitivement abandonné. La cessation du Lend-Lease ne peut être considérée comme une rupture radicale de la position des États-Unis vis-à-vis de l’URSS car elle concerna aussi la Grande-Bretagne43. À l’inverse même, les efforts déployés pour tempérer les décisions du Sénat après la réaction soviétique du 12 mai paraissent plutôt manifester la volonté d’en atténuer la portée dans l’espoir d’assouplir l’attitude soviétique en Europe. Truman tenta, dans cette même optique, d’exercer un moyen de pression économique après que Molotov, le 3 janvier 1945, eut révélé à l’ambassadeur américain à Moscou que l’URSS serait prête à souscrire un crédit de six milliards de dollars après la guerre. Il avait lui-même posé les conditions de cet emprunt : sa durée serait de 30 ans avec des intérêts à 2,25 % ; les neuf premières années seraient exemptées de remboursement, l’URSS se proposant de commencer à régler sa dette annuellement à partir de la dixième année. Molotov n’avait pas justifié cette demande par les besoins de l’économie de son pays, mais la concevait comme une preuve des bonnes dispositions soviétiques à coopérer dans l’après-guerre : elle apportait ainsi en quelque sorte sa contribution au rétablissement de l’économie mondiale. C’était d’ailleurs exactement l’argument auquel Majskij avait eu recours dans la note adressée à Molotov le 5 janvier 1944 où il évoquait la dette morale des États-Unis vis-à-vis de l’URSS :

  • 44 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 168, papka 16, 1. 8.

« Une telle approche au problème des relations économiques entre les États-Unis et l’URSS au lendemain de la guerre est d’autant plus raisonnable que la contribution au rétablissement de l’économie soviétique entraînera inévitablement un accroissement de l’agriculture soviétique ce qui, à son tour, ne pourra avoir que des conséquences positives sur le développement des relations économiques entre les États-Unis et l’URSS tout comme sur l’économie mondiale »44.

16A. Harriman, malgré son étonnement devant le comportement de Molotov qui inversait les rôles créditeur-débiteur sans aucune gêne, avait promis d’appuyer cette demande auprès du gouvernement américain. Le 20 avril, lors d’une entrevue avec l’ambassadeur soviétique, Truman ne se montra guère disposé à débloquer immédiatement un crédit. Il le subordonnait à une réorientation de la politique soviétique en Europe de l’Est mais en termes très diplomatiques. Et chaque fois que les Soviétiques abordèrent cette question avec leurs partenaires américains, ceux-ci se firent évasifs, sans pour autant cacher que l’URSS devait faire preuve de bonne volonté en Europe.

  • 45 President Truman to Stalin, 19/05/45, The Conference of Berlin, 1945, Department of State, Washingt (...)
  • 46 Il désavoua Molotov qui y avait défendu l’idée que chaque membre du Conseil de Sécurité pouvait blo (...)

17Le désir de préserver de bonnes relations avec l’URSS poussa Truman à des gestes ostensibles de conciliation. Ainsi, fit-il dépêcher à Moscou un habitué du Kremlin, H. Hopkins, gravement malade, mais cependant enthousiaste à l’idée d’essayer de rétablir un meilleur climat de confiance et d’aplanir les différends45. Plusieurs entretiens se déroulèrent entre Staline et Hopkins du 26 mai au 6 juin 1945. Le premier s’y montra disposé à quelques gestes d’apaisement pour permettre, par exemple, la poursuite de la session de travail aux Nations Unies46 et pour ouvrir le gouvernement provisoire de Pologne à des non-communistes, dont l’exilé Mikolajczyk : cela devenait effectif le 17 juin et le 5 juillet, les puissances occidentales reconnaissaient le gouvernement provisoire de l’unité nationale qui promettait d’organiser prochainement des élections libres. Mais cette concession de Staline était purement formelle car Mikolajczyk devait se contenter du ministère de l’agriculture et les communistes demeuraient aux postes-clefs du gouvernement. Les entretiens entre les deux hommes révélèrent en fait une irréductibilité et une incompréhension réciproques des intérêts de la partie adverse. Harriman devait le mieux résumer l’esprit de ces rencontres :

  • 47 Harriman to President Truman, 8/06/45, Potsdam-Papers, vol. I, p. 61.

« Staline montra cependant qu’il ne comprenait pas tout à fait où se situaient les désaccords... Je dois reconnaître qu’il ne comprenait ni ne comprendrait jamais la nature de notre intérêt pour une Pologne libre... Il lui était difficile de comprendre pourquoi nous voulions nous immiscer dans la politique soviétique à l’égard d’un pays comme la Pologne qu’il considérait si important pour la sécurité de la Russie. Il était persuadé que nous avions des arrières-pensées... »47.

18Tous les Américains, loin s’en faut, ne partageaient pas le point de vue d’un Harriman ou d’un G. Kennan sur l’URSS et beaucoup estimaient possible de concilier la mise en place d’un système pluraliste en Europe de l’Est et le maintien de bonnes relations avec l’URSS.

  • 48 Personne ne pouvait se permettre de faire capoter la conférence pour plusieurs raisons. La guerre d (...)
  • 49 Voir supra, chapitre III.
  • 50 Protokollnotizen Wilhelm Piecks zur Besprechung vom 4/05/45, Zentrales Parteiarchiv Nachlass 36/629 (...)

19Cette atmosphère générale, lourde de suspicions et de tensions contenues, aurait forcément des incidences sur la conférence interalliée qui allait débuter à Potsdam, le 17 juillet 1945. La volonté de masquer les divergences pour maintenir un semblant d’unité de la coalition sous-tendrait ces négociations48. L’URSS partait avec deux atouts tactiques de taille en poche : d’une part, elle affichait une unité d’action face aux Alliés qui avaient non seulement du mal à accorder leurs vues sur les intentions réelles de leur partenaire, mais qui défendaient chacun, de surcroît, leurs propres intérêts. D’autre part, en dépit de la dualité de sa position envers les Occidentaux, elle connaissait parfaitement les limites véritables de la coalition anti-hitlérienne puisqu’elle les avait elle-même imposées. Ainsi, au moment de la visite de Hopkins à Moscou et des gestes de conciliation apparente en Europe de l’Est, Staline devait en parallèle rencontrer les dirigeants communistes allemands, venus rendre compte de leurs activités à Berlin49. Le 4 juin 1945, lors de son entrevue avec Pieck, Ulbricht, Ackermann et Sobottka, à laquelle Molotov et Jdanov étaient présents, l’heure était au réalisme côté soviétique : « Perspectives – il y aura deux Allemagnes – malgré l’unité de la coalition », devait noter Pieck dans son journal50. On y était parfaitement conscient en effet que les positions politiques des vainqueurs allaient être « assez différentes dans les trois zones d’occupation » : la perspective envisagée n’était certes pas celle d’une division géographique de l’Allemagne mais d’une division idéologique, avec, côté oriental, une Allemagne dite progressiste et, côté occidental, une Allemagne dite réactionnaire. W. Pieck ne devait pas hésiter à parler d’ailleurs du danger que

  • 51 Lektion in der Parteischule, 10/3/45, Zentrales Parteiarchiv Nachlass 36/ 421 . Bl. 120 und 130, ci (...)

« Dans les zones anglaises et américaines, on favorise les tentatives en faveur de la création d’un contre-poids face à l’influence grandissante de l’Union Soviétique et l’on donne la possibilité aux dirigeants réformateurs de la social-démocratie et des syndicats de retrouver leur influence dans la classe ouvrière contre les communistes »51.

  • 52 Les Britanniques et les Américains voulaient occuper immédiatement les secteurs qui leur étaient im (...)

20Leur volonté, d’autre part, de tenir bien en mains les infrastructures administratives locales dès l’heure de la défaite en Allemagne et la ruse diplomatique à laquelle ils recoururent au mois de juin 1945 pour retarder l’arrivée occidentale à Berlin52 en disaient long sur leur état d’esprit à la veille de la conférence interalliée de Potsdam.

Le compromis de Potsdam

Les décisions adoptées

  • 53 La France n’y avait pas été conviée.
  • 54 C. Attlee lui succéderait le 26 juillet après la victoire électorale des travaillistes.
  • 55 Potsdam-Papers, vol. II, p. 52-56.

21Du 17 juillet au 2 août 1945, eut lieu près de Berlin, à Potsdam, la troisième conférence de la Seconde Guerre mondiale entre les dirigeants des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Union Soviétique53. L’objectif de la rencontre entre Staline, Churchill54 et Truman, accompagnés de leurs Ministres des Affaires étrangères, était de jeter les fondements de l’ordre européen de l’après-guerre, de préparer l’élaboration des traités de paix avec les anciens satellites de l’Allemagne et de préciser les modalités de la politique quadripartite d’occupation de cette dernière. La Conférence allait se révéler une succession de reports ou de compromis boiteux. Le Président Truman et son nouveau Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, James Byrnes, proposèrent d’emblée d’instituer la tenue régulière d’un conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’URSS, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Chine et des États-Unis afin de préparer les traités de paix. Staline et Churchill s’insurgèrent contre l’idée d’une participation chinoise au règlement européen, le premier rejetant de surcroît celle de la France. Un premier compromis fut ainsi élaboré : ne participeraient à la préparation d’un traité de paix que les États ayant apposé leur signature à l’acte de capitulation de l’Allemagne. La première réunion de ce conseil devait se tenir en septembre à Londres55. Truman et Byrnes conditionnaient de même la mise en route des traités de paix à la tenue d’élections libres dans les anciens satellites de l’Allemagne, la Hongrie, La Finlande, la Roumanie et la Bulgarie. Et ils firent comprendre aux Soviétiques que leurs prétentions notamment en Turquie et en Iran n’avaient pas de fondement. Si Staline accepta un retrait de ses troupes d’Iran, il maintint notamment ses revendications concernant la possession de bases stratégiques sur la mer Noire. Chacun demeurant sur ses positions, il ne restait plus qu’à reporter ces questions non résolues au futur Conseil des Ministres des Affaires étrangères.

22Qu’en serait-il de la question allemande ? Sur le statut politique, il fut possible de trouver un terrain d’entente. L’acte de Potsdam s’ouvrirait ainsi sur un préambule sur la responsabilité et la culpabilité de l’Allemagne qui justifiait le régime d’exception qui lui était imposé. Mais les Alliés n’avaient pas l’intention de « supprimer » le peuple allemand ou de le réduire en esclavage. Ils affirmaient leur volonté commune de prendre des mesures pour que l’Allemagne ne menaçât plus jamais ses voisins et ne mît plus en danger la paix du monde. À cet effet, avaient été définis un certain nombre de principes destinés à régir la politique des occupants : décentralisation, décartellisation, démocratisation, dénazification et démilitarisation.

  • 56 A. Fischer, Sowjetische Protokolle..., op. cit., p. 351 et Potsdam-Papers, vol. II, p. 824.
  • 57 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1451.
  • 58 Ibid., p. 1481.

23Les accords intervenus sur le régime d’occupation furent confirmés sans faire l’objet de discussion. Les trois dirigeants s’accordèrent pour envisager une décentralisation des structures politiques et une autonomie des administrations locales allemandes56. Dans ce cadre fédéraliste, des départements centraux allemands devaient également être créés pour administrer les questions liées aux finances, aux transports, aux voies de communication, à l’orientation industrielle et au commerce extérieur. Ils seraient dirigés par des secrétaires d’État, eux-mêmes subordonnés au Conseil de contrôle interallié57. Ces administrations ne devaient pas être considérées comme un gouvernement de l’Allemagne. Elles relevaient en fait d’un régime provisoire dans l’esprit des Alliés et la référence à la tâche prochaine du Conseil des Ministres des Affaires étrangères l’atteste dans le communiqué final de la Conférence : celui-ci devait en effet réfléchir à la préparation du futur traité de paix pour l’Allemagne qui ne pourrait être entériné que par un gouvernement général allemand58. Potsdam reconnaissait ainsi l’existence d’une continuité étatique allemande.

  • 59 Ibid., vol. I, p. 482.
  • 60 L. Clay, Decisions in Germany, New-York, Doubleday Compagny, inc. 1950.

24Les trois puissances victorieuses et responsables du gouvernement provisoire de l’Allemagne se montraient déterminées à démocratiser la société allemande et à établir de nouvelles institutions : les partis politiques démocratiques et les syndicats pourraient ainsi renaître dans l’ensemble du pays. Mais leur création, la mise en place d’autorités élues, l’exercice des libertés publiques seraient laissés à l’appréciation des autorités d’occupation. Il était également prévu de procéder à une réforme de la justice et de l’enseignement, fondement de la rééducation du peuple allemand. La politique interalliée prévoyait de même un programme de dénazification pour expurger la vie sociale et politique allemande : abrogation de la législation nazie, dissolution de toutes les organisations du parti nazi, condamnation des criminels de guerre, éloignement de la vie publique pour tous les nationaux-socialistes, rééducation de la population vers les valeurs et les règles démocratiques59. Le Général Lucius D. Clay, futur gouverneur militaire de la zone américaine, devait définir ainsi l’esprit de cette entreprise : « Elle est la condition de la réhabilitation et du rétablissement allemands, elle est une nécessité pour le développement d’une démocratie allemande saine »60. Des décisions furent également adoptées pour démilitariser l’Allemagne : elle ne pourrait plus avoir d’armée ; ses états-majors et toutes ses unités militaires seraient dissous ; les matériels militaires seraient livrés ; les usines fabriquant du matériel de guerre devaient être démantelées et toute production de matériel dit stratégique interdite. Outre une réduction de la capacité industrielle, ces mesures de désarmement devaient s’accompagner de la dissolution et de l’interdiction des cartels et des trusts, la priorité étant accordée à l’agriculture. Durant la période d’occupation, l’Allemagne serait considérée comme une entité économique au regard des salaires, des prix, des importations et exportations, de la monnaie et des impôts, des voies de communications et des réparations. L’acte de Potsdam prévoyait aussi la fixation d’un niveau maximum de production industrielle, sur la base d’une économie pacifique tournée uniquement vers la satisfaction du marché intérieur, sans excédents exportables et réduite aux besoins essentiels de manière à donner aux Allemands un niveau de vie ne dépassant pas le niveau de vie moyen des autres pays européens (Grande-Bretagne et URSS exceptés). Ces décisions étaient le corollaire logique de celles sur la démocratisation de la société allemande.

  • 61 Minutes of Second Plenary Meeting, 18/07/45. Minutes of Fifth Plenary Meeting, 21/07/45, Potsdam-Pa (...)
  • 62 Minute of Byrnes-Molotov Meeting, 23/07/45, Minutes of Informal Meeting of the Foreign Ministers, 2 (...)
  • 63 Record of the Proceedings of the Berlin Conference 17th July-1st August 1945, CAB 99/38, p. 48, ibi (...)

25À l’ordre du jour des débats de Potsdam, était aussi inscrite la question des frontières allemandes ; la politique de faits accomplis de Staline dans ce domaine ne pouvait qu’envenimer les discussions. Les Occidentaux, s’ils avaient reconnu depuis longtemps le principe d’un dédommagement territorial de la Pologne, n’acceptaient pas en revanche de sanctionner l’ensemble des annexions polonaises. Ils exigèrent donc la réduction des prétentions polonaises, en la liant à l’exécution de la politique de réparations : Churchill devait défendre l’idée que les réparations s’appliquaient à l’Allemagne dans ses frontières de 1937. Les Soviétiques rejetèrent vigoureusement cette idée qui remettait en cause leurs prétentions territoriales comme celles de la Pologne et portait préjudice à leurs intérêts économiques61. Ils préféraient de loin traiter sur la base des changements issus de la guerre. Le 23 juillet, l’initiative devait une fois de plus venir du côté américain. J. Byrnes proposa un compromis pour décrisper les négociations : en échange de concessions sur la question des frontières, il suggéra de diviser la politique de réparations s’il était impossible de trouver une entente sur les questions soulevées lors de la commission de réparations à Moscou. Il s’agissait de laisser chacun prélever ses réparations dans sa zone d’occupation, sans intervention extérieure. En contrepartie, Byrnes déclarait que le gouvernement américain accepterait de voir la Pologne continuer d’administrer la partie de l’Allemagne orientale jusqu’à la frontière Oder-Neisse occidentale. Cette frontière occidentale de la Pologne ferait cependant l’objet d’un tracé définitif dans le futur traité de paix avec l’Allemagne62. Soviétiques et Britanniques adhérèrent à cette base de compromis, les premiers revendiquant cependant de recevoir une part de leurs réparations des zones occidentales. Eden et Bevin acceptèrent à condition de pouvoir recevoir eux-mêmes des livraisons de matières premières des régions administrées par la Pologne et de la zone d’occupation soviétique63.

  • 64 Zone soviétique en Allemagne, Autriche orientale, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Finlande.
  • 65 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1505.

26Le compromis était alors conclu le 28 juillet 1945 : l’URSS prélèverait ses réparations dans sa propre zone d’occupation mais recevrait dix pour cent supplémentaires par des prélèvements effectués sans paiement dans les équipements industriels des zones occidentales, jugés non nécessaires au développement d’une économie de paix, et quinze autres pour cent échangés contre des matières premières, notamment du charbon, du bois, du potassium. Elle aurait de surcroît le droit, au titre des réparations, de posséder des participations dans des entreprises allemandes situées dans les territoires occupés64. Elle prenait en charge sur sa part les réparations destinées à la Pologne65. Le point 19 du protocole des principes économiques comportait finalement aussi une version du first charge principle :

  • 66 Ibid., p. 1483.

« Le paiement des réparations doit laisser au peuple allemand suffisamment de moyens pour subsister sans recourir à une aide extérieure. Dans l’élaboration du programme économique de l’Allemagne, les moyens nécessaires aux importations, autorisées par le Conseil de contrôle interallié, doivent être mis en place. Les prélèvements sur les exportations des biens de production courante et du volume de marchandises doivent servir en premier lieu au paiement de ces importations »66.

27Mais tout futur règlement d’import-export nécessiterait une adoption à l’unanimité dans le Conseil de contrôle interallié. En contrepartie, les Occidentaux déclarèrent que les régions allemandes situées à l’est de l’Oder et de la Neisse occidentale

  • 67 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1491.

« (...) relevaient de l’administration de l’État polonais et de ce fait ne pouvaient en aucun cas être considérées comme partie de la zone d’occupation soviétique en Allemagne (...). Les chefs des trois gouvernements confirment que le tracé définitif de la frontière occidentale de la Pologne doit être reporté jusqu’à la convocation de la conférence de paix »67.

  • 68 Ibid., p. 1495 et H. Graml, op. cit., p. 98-99.

28Britanniques et Américains acceptèrent de surcroît les transferts de population allemande exigés par Staline : ils concernaient non seulement la Tchécoslovaquie ou la Hongrie mais aussi les territoires placés sous administration polonaise. Leur proposition de faire élaborer un plan d’évacuation par le Conseil de contrôle interallié fut repoussée par Staline qui assura qu’elle se ferait dans l’ordre, la discipline et le respect humain et que le Conseil n’avait pas compétence pour imposer des directives aux gouvernements de Prague, de Budapest ou de Varsovie68.

La portée de la conférence

  • 69 H. Graml, ibid., p. 102.
  • 70 Voir supra, même chapitre. Il n’est pas question ici d’une division au sens géographique de l’Allem (...)
  • 71 Klimov, Berliner Kreml, Cologne, p. 172.

29Potsdam est souvent considéré comme une tentative de sauver l’unité de la coalition par l’acceptation de la division de l’Allemagne qui, aux dires de nombreux historiographes, n’aurait pas été perçue comme définitive ou irréparable par ses protagonistes69. Contrairement à ce que prétendent les défenseurs de cette interprétation, la perspective de deux Allemagnes avait été parfaitement perçue par les Soviétiques et ne semblait pas les gêner outre mesure70. Par rapport à leurs prétentions affichées à Yalta en matière de réparations, ils avaient certes obtenu un montant moindre mais cela ne prouve nullement une volonté de concession pour sauver l’unité de la coalition. Les documents d’archives avaient montré leur extrême détermination en ce domaine et Molotov avait même déclaré pendant les délibérations que le gouvernement soviétique appliquerait sa politique de réparations dans sa zone s’il ne devait pas y avoir d’accord général pour l’Allemagne. L’accord n’était pas un sacrifice pour les Soviétiques mais le maximum de ce qu’ils pouvaient espérer recevoir : une politique d’obstruction aurait compromis toute livraison des zones occidentales sans sanctionner leur politique de réparations dans leur zone d’occupation. Ils y conservaient de surcroît une entière liberté d’action. Moscou devait d’ailleurs considérer les décisions de Potsdam, et notamment celles concernant les réparations, comme « le plus grand succès de la diplomatie soviétique »71.

  • 72 CAB 99/38, p. 221, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 709.
  • 73 FO 371/45786/UE 3381, ibid., p. 710.

30Quant à Truman et Byrnes, ils attachèrent plus d’importance à sauver la conférence du fiasco qu’à s’interroger sur le préjudice porté à l’unité allemande. Byrnes devait déclarer que les États-Unis étaient, dans ces négociations, plus intéressés à « écarter toutes les sources possibles de rupture entre les gouvernements alliés »72. Ils étaient conscients que le maintien d’une unité politique ou économique de l’Allemagne était irréaliste. Le 28 juillet 1945, Mark Turner, un membre de la délégation à Potsdam, devait écrire au Trésor britannique : « J’ai discuté de cette question avec des Américains la nuit dernière mais il était évident qu’ils me considéraient juste comme un idéaliste »73. Le Foreign Office notait le 31 juillet :

« Quoi que nous fassions pour sauvegarder le principe de l’unité économique sur le papier, le plan américain, si l’on s’en tient aux conceptions énoncées, est tel qu’il sera, dès le départ, impossible d’administrer l’Allemagne comme une entité (...) ».

31Par conséquent, il était

  • 74 FO 934/1/4/34, ibid, p. 714.

« (...) inconcevable qu’une Allemagne, qui ne serait pas traitée comme une entité économique, pût être traitée comme une entité politique bien longtemps »74.

  • 75 J. Foschepoth, op. cit., p. 711.

32Côté britannique, on était peu enclin à mettre l’unité économique de l’Allemagne en danger mais l’entente des États-Unis et de l’Union Soviétique paralysait toute contestation durable. Aux yeux des Britanniques, seul le maintien d’une Allemagne unie dans les frontières de 1937 pouvait permettre l’autosuffisance de la population sans peser sur l’économie affaiblie de la Grande-Bretagne. L’acceptation du plan américain signifiait pour les Britanniques un accroissement des charges car, en effet, le détachement des régions situées à l’est de l’Oder-Neisse équivalait à la perte de vingt-cinq pour cent de la surface agricole allemande. Les déplacements de population allemande entraîneraient aussi une aggravation de l’approvisionnement dans les zones d’occupation. Les Britanniques étaient conscients des contradictions que recelaient les compromis économiques de Potsdam : le souhait des vainqueurs était de considérer l’Allemagne comme une entité économique et politique mais l’accord sur une politique zonale de réparations n’aurait-il pas fatalement des conséquences sur l’effectivité du travail du Conseil de contrôle interallié, comme institution suprazonale ? D’autre part, comment l’Allemagne pourrait-elle subvenir à ses besoins et maintenir un niveau de vie minimum si elle payait les réparations exigées, prenait en charge les frais d’occupation, voyait son industrie lourde réduite pour des raisons de sécurité ? Comment définir enfin ce qui n’était pas nécessaire à une économie de paix dans les livraisons à fournir à l’URSS, au titre de ses réparations ? Les Britanniques craignaient donc des mesures d’assistance inévitables qui grèveraient lourdement leur budget national75. Un membre du Foreign Office écrivit, le 30 juillet 1945, dans un mouvement de résignation :

  • 76 PRO, FO 934/1/4-34, cité par H. Graml, op. cit., p. 103-104.

« Quel que soit notre désir de garantir le principe de l’unité économique sur le papier, ce plan américain rend d’emblée caduque toute administration unitaire de l’Allemagne »76.

33Sir David Waley, représentant de l’Échiquier dans la délégation britannique à Potsdam, déclara à la fin de la conférence : il n’y a plus rien d’autre à faire que

  • 77 PREM- Premier Minister, 8/48, ibid., p. 104.

« (...) d’établir une frontière au cœur de l’Allemagne. À l’Est, tout sera administré par la Russie et placé dans le système soviétique du socialisme d’État. À l’Ouest, tout relèvera des administrations britanniques, française et américaine dans le but de rétablir une activité économique normale le plus vite possible »77.

  • 78 J. Foschepoth, op. cit., p. 713.

34Sauver l’unité de la coalition par la division de l’Allemagne était irréaliste, car, comme le fait judicieusement remarquer J. Foschepoth, l’unité de l’Allemagne conditionnait l’unité de la coalition78. Chacun en était bien conscient à la conférence de Potsdam. Mais il fallait au moins sauver les apparences alors que les hostilités avec le Japon n’étaient pas terminées. Les intérêts divergents des uns et des autres le commandaient aussi et sur ce point, on peut parler d’une réelle entente.

  • 79 En russe Soobŝeniâ o Berlinskoj konferencii trëh deržav, en anglais Report on the Tripartite Confer (...)
  • 80 Voir infra, même chapitre.

35Le 1er août 1945, Staline, Truman et Attlee signèrent donc le Protocole tripartite de la Conférence de Berlin et le 2 août, le communiqué tripartite sur la Conférence de Berlin79. Il fut porté à la connaissance du gouvernement provisoire de la France avant la clôture de la conférence. Elle y opposa de nombreuses réserves dans six notes, le 7 août 194580. Le document fut également publié en Allemagne en 1946. En 1947, les publications institutionnelles américaines et britanniques le présenteraient sous le titre Protocol of The Proceedings of the Berlin Conference. S’il y est traditionnellement fait référence sous l’appellation Les accords ou L’acte de Potsdam, le qualificatif est en fait faux car il ne s’agit nullement d’un accord au sens juridique de ce terme : les trois ne signèrent qu’un protocole et un communiqué, porteurs de résolutions. On ne peut évacuer le constat de l’absence d’homogénéité des 14 paragraphes du protocole :

  • 81 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, Cologne, Verlag W/P, 1968, p. 12.

« (Ils) contien (nent) un ensemble de décisions, de recommandations, d’intentions et de souhaits tantôt clairs, tantôt ambigus, sur la politique d’après-guerre des trois puissances vis-à-vis de l’Allemagne et des autres États européens. La décision de créer un Conseil des Ministres des Affaires étrangères est claire. Une des tâches urgentes fixées à ce conseil est d’élaborer des traités de paix... avec différents États européens et de préparer un règlement pacifique, en réalité un Diktat de paix à l’Allemagne. Le paragraphe sur les principes politiques et économiques fondamentaux pour le traitement de l’Allemagne pendant la période d’occupation contient nombre d’ambiguïtés. Certes, il expose quelques accords clairs comme par exemple, l’affirmation que l’Allemagne doit être totalement désarmée et démilitarisée. De même, il ressort clairement des décisions de Potsdam que l’Allemagne doit être considérée comme une entité politique et économique. De nombreux principes sont cependant énoncés avec des formules si vagues, si imprécises, avec des ajouts du style « aussi vite que possible », « à mettre en pratique autant que possible » qu’ils laissent une grande marge de manœuvre aux commandants de zone »81.

36Les mois qui suivirent la signature de ces accords allaient prouver leurs difficultés d’application dans l’Allemagne occupée et montrer que ces compromis ne devaient pas survivre longtemps aux divergences entre Alliés. Sans reprendre l’ensemble des questions qui ont agité la politique interalliée, ce qui constituerait une énumération fastidieuse et hors de propos, attachons-nous directement à des exemples qui permettront d’éclairer la position soviétique.

Les difficultés d’application

La vie quotidienne au Conseil de contrôle interallié

  • 82 FRUS, 1945, vol. III, p. 820. Pour les discussions entre Alliés sur le siège du Conseil de contrôle (...)
  • 83 Allied Control Authority, OMGUS, Archiv IfZ, MF-100, cité par H. Graml, op. cit., p. 106 et « Prœkt (...)

37Le Conseil de contrôle interallié avait été désigné comme l’instance où devait s’exercer le gouvernement quadripartite des vainqueurs. Ses quatre représentants, le Maréchal G. Jukov, le Général Eisenhower, le Feldmarschall Montgomery et le Général Kœnig prirent leurs fonctions lors de la première réunion officielle, à Berlin, le 30 juillet 194582. Un comité permanent de coordination fut mis en place et devait se révéler le véritable organe de discussion et de décision. Il était composé de leurs quatre substituts, le Général Vassili Sokolovskij, Lucius D. Clay, Sir Brian Robertson et Louis Kœltz. L’appareil du Conseil de contrôle comportait aussi un secrétariat permanent et douze directoires pour les questions financières, politiques, économiques et de transports auxquels soixante comités permanents ou provisoires étaient rattachés83.

38D’emblée, le Conseil se heurta aux hypothèques de Potsdam : chaque question suscita des polémiques, des interprétations différentes et de ce fait fut sempiternellement ballottée des comités spéciaux aux Directorats, du Comité de coordination au Conseil de contrôle, de veto en reports répétés pour consultations auprès des gouvernements. Du fait de l’unanimité requise pour les décisions, l’enlisement menaça très vite les activités quadripartites. V.S. Semenov, alors conseiller politique du représentant soviétique au Conseil, le décrit dans un rapport le 16 mai 1946 :

  • 84 AVPRF, « Prœkt otčëta o rabote kontrol’nogo soveta v Germanii 07/45-31/03/46 », ibid., 1. 16.

« Autour de chaque problème résolu ou à résoudre, il y avait des discussions sans fin qui pouvaient s’éterniser quelquefois des mois entiers. Des documents étaient portés à l’ordre du jour des sessions du Conseil de contrôle, souvent ils subissaient des modifications, voire des transformations suite aux nouvelles propositions des parties, ils revenaient ensuite dans les discussions du Comité de coordination ou du Conseil »84.

39Kudrâvcev, vice-conseiller politique à l’Administration militaire soviétique, mettrait lui aussi en évidence les dysfonctionnements de l’appareil quadripartite dans une note le 29 avril 1946 :

  • 85 AVPRF, ibid., 1. 6, S. Kudrâvcev, « Spravka o vypolnenii kontrol’nym sovetom rešenij Berlinskoj kon (...)

« Il faut cependant remarquer que la mise en application d’une décision, quelle qu’elle soit, dans les différentes zones se révèle extraordinairement difficile du fait que chaque commandant de zone, conformément aux décisions adoptées, n’est pas tenu de présenter au Conseil de contrôle des rapports spéciaux sur le travail effectué »85.

  • 86 V.S. Semenov, AVPRF, ibid., 1. 20.
  • 87 AVPRF, ibid., 1.21.

40Les quatre puissances occupantes se montrèrent de surcroît différemment actives. Semenov voyait les Britanniques très attachés à défendre leurs intérêts, les Français tombés dans la dépendance des premiers pour sauvegarder les leurs, les Américains concentrés dans leur rôle d’arbitre amical entre Britanniques et Soviétiques86. Quant à ces derniers, Semenov leur reconnaissait certes une bonne formation et des compétences mais un manque certain d’initiatives : il déplorait par exemple que la délégation soviétique n’eût soumis à l’examen du Directoire sur le désarmement que 6 propositions sur un total de 29 en 1945 (elles portaient sur la destruction des armements chimiques, sur le déminage total du territoire allemand, sur la destruction des fortifications notamment souterraines, sur la prise des armes dans la population allemande, sur la démilitarisation du sport)87. Au Directoire militaire et maritime, le comportement de la délégation soviétique était encore pire, notait Semenov :

  • 88 V.S. Semenov, ibid., 1. 24.

« En six mois, elle ne s’est pas montrée suffisamment active pour mettre de nouvelles questions à l’ordre du jour (...). La défense des positions soviétiques est aussi inégale. Ainsi, la délégation soviétique s’est montrée déterminée et a obtenu l’adoption d’une partie de ses propositions dans la question de la création d’un institut hydrographique allemand dans la zone britannique, qui serait au service de la navigation maritime alliée dans la mer du Nord (...). Par contre, dans une autre question plus importante, celle du contrôle de l’administration chargé du dragage des mines, la délégation soviétique n’a pas pu faire valoir ses droits (...) »88.

  • 89 Ibid., 1. 24.
  • 90 Ibid., 1. 23.
  • 91 Ibid., 1. 24.

41Durant les premiers mois, le Conseil de contrôle adopta pourtant un certain nombre de directives et de lois notamment sur l’abolition de la législation nazie (20/09/45), sur la liquidation des organisations nazies (20/10/45), sur la démobilisation et la dissolution des forces armées allemandes (10/11/45), sur les châtiments de criminels de guerre (20/12/45), sur l’interdiction des postes à responsabilité pour les nationaux-socialistes (12/01/46)89. Les conflits n’étaient cependant pas absents des délibérations. Ils devaient notamment éclater sur le projet soviétique d’éradication de la littérature nazie dans toutes les zones d’occupation : les Français l’approuvèrent tout en le jugeant trop général, les Britanniques le rejetèrent en arguant qu’il serait impossible d’en contrôler l’exécution et qu’une telle loi renforcerait l’intérêt de la population pour ce genre de littérature90. La question initialement traitée au Directoire militaire fut renvoyée au Directoire politique sans cependant trouver de règlement. Ce qui fit dire à Semenov dans son rapport que « les Britanniques sont d’une grande patience envers le militarisme allemand »91.

  • 92 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 11.
  • 93 La fixation du niveau de production d’acier à accorder à l’Allemagne suscita notamment des divergen (...)
  • 94 V.S. Semenov, ibid., 1. 18.
  • 95 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 12.

42Si malgré tout des décisions purent être adoptées dans le domaine du désarmement et de la démilitarisation, les questions à caractère économique ou politique rencontrèrent de nombreux obstacles. Au mois de mars 1946, Kudrâvcev déplorait dans son rapport qu’aucune mesure n’ait encore été prise concernant la décentralisation de l’économie allemande que les Soviétiques concevaient en termes de décartellisation et de déconcentration industrielle92. Elle était pourtant à l’examen depuis novembre 1945. Il fallut attendre le 26 mars 1946 pour voir naître un plan de l’économie allemande d’après-guerre93 et fin mars, également, pour que le Conseil de contrôle commande un plan de réparations au Directoire économique, destiné à établir la liste des démontages d’équipements et d’installations industrielles. Auparavant, le 7 décembre 1945, grâce aux « efforts incessants des Soviétiques »94, le comité de coordination avait entériné la première liste des livraisons prélevées par avance au titre des réparations sur les zones occidentales. Elle fut suivie d’une seconde, le 2 avril 1946 : dans les deux cas, les Soviétiques accusèrent les Britanniques de freiner les fournitures ou de ne livrer que du matériel sans valeur95. Semenov salua la conclusion de ces accords, « étape extrêmement importante dans la mise en œuvre des décisions de Potsdam », en mettant tout de même un bémol à cette satisfaction :

  • 96 V.S. Semenov, ibid., 1. 48.

« (...) Tout le problème sera maintenant d’appliquer les dispositions et les mesures envisagées par ce plan. On peut déjà dire que cette application va se heurter à de grandes difficultés d’autant plus que les structures de l’industrie lourde sont situées dans les zones de nos alliés occidentaux »96.

  • 97 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 10.
  • 98 Ibid., 1. 10 ; V.S. Semenov, ibid., 1. 80.

43De même, se voyait freinée l’élaboration de principes fondamentaux pour l’activité des partis politiques de toutes les zones d’occupation. Kudrâvcev déplora dans sa note qu’une attitude commune des puissances occupantes envers les partis n’ait pu faire l’objet d’un consensus. La tentative effectuée en ce sens par le Directoire politique s’était soldée par un échec du fait de l’opposition française à l’idée soutenue par les Soviétiques d’une union des partis démocratiques à l’échelle de toute l’Allemagne97. Rien non plus n’avait été adopté sur la création de syndicats pour tout le pays, soumis à examen par les Soviétiques, à cause encore de l’obstruction de la France qui prévoyait de laisser dans ce domaine une entière latitude aux commandants de zones98.

  • 99 H.G. Kowalski, « Die European Advisory Commission als Instrument alliierter Deutschlandplanung 1943 (...)

44À ces blocages et ces enlisements, venait s’ajouter l’absence de règlement d’une question politique d’autant plus importante qu’elle conditionnait la raison d’être même du Conseil de contrôle interallié : celle de la création d’administrations centrales allemandes. Car, fait en soi paradoxal mais illustration parfaite des ambiguïtés des décisions de Potsdam, les structures quadripartites existaient bel et bien au niveau décisionnel, mais le Conseil de contrôle interallié avait commencé ses travaux sans que rien ne fût encore mis en place pour l’application d’une politique commune en matière de finances, de transports, de moyens de communication, d’orientation industrielle et de commerce extérieur. Le maintien de l’unité économique et politique de l’Allemagne en requérait pourtant expressément le règlement. Mais les départements centraux, ces entités administratives que Potsdam avait prévues d’instaurer dans le cadre de la décentralisation politique et de l’autonomie des administrations locales allemandes, allaient très vite constituer une pierre d’achoppement dans les négociations interalliées. Leur instauration avait pourtant déjà été évoquée dans les délibérations de la Commission consultative européenne, puis décidée à Potsdam, sans que des controverses fussent apparues entre Américains, Soviétiques et Britanniques99. En fait, cet accord avait été possible justement parce que ses termes étaient restés insuffisamment définis au préalable et il n’allait pas résister à la nécessité d’une définition plus précise qui ferait éclater les divergences d’interprétation des puissances victorieuses.

La question des départements centraux en novembre 1945

  • 100 Europa-Archiv, 1954, p. 6743-6747 et Potsdam-Papers, vol. Il, p. 1554. Pour plus de détails sur la (...)

45Les Français, quatrième puissance associée au contrôle de l’Allemagne, devaient actionner le détonateur. Dès la seconde session du Conseil de contrôle, le 10 août 1945, le gouvernement provisoire de la France opposa en effet un veto formel à tout rétablissement d’un gouvernement central en Allemagne. Le 7 août 1945, dans des notes envoyées simultanément aux trois signataires de Potsdam, le Ministre français des Affaires étrangères, Georges Bidault, avait d’ailleurs fait connaître les réserves de son gouvernement : elles portaient sur le rétablissement d’un gouvernement central allemand, l’autorisation des partis politiques, la création de départements centraux, les principes économiques, les frontières allemandes et l’évacuation des populations allemandes de Hongrie, Pologne et Tchécoslovaquie100. Lorsque les Français opposèrent de nouveau un refus formel à l’autorisation de syndicats à l’échelle de l’Allemagne entière le 20 octobre, lors de la neuvième session du Conseil, Eisenhower s’emporta :

  • 101 Minutes of Ninth meeting of Control Council, 20/10/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 847.

« La délégation américaine pense que le Conseil de contrôle doit agir comme une entité économique unique. Si le Conseil de contrôle ne peut obtenir l’unanimité sur ce point ni formuler de lois pour l’Allemagne entière, alors il vaut mieux qu’il cesse ses activités »101.

  • 102 Murphy to SecState, 10/08/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 831.
  • 103 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1541, 1550, 1554-1555.

46Le Général Kœnig essaya de justifier l’attitude française en disant que son gouvernement n’avait pas été représenté à la Conférence de Potsdam et n’avait pas été signataire du protocole final ; de ce fait, elle ne se sentait pas liée par ses décisions102. Kœnig omettait cependant de rappeler que la France avait accepté l’invitation d’envoyer un délégué au Conseil de contrôle interallié sans remettre en cause l’ensemble des principes de Potsdam et en se déclarant prête à discuter des points litigieux103.

  • 104 Memorandum by the French Delegation to the Council of Foreign Ministers, Control and Administration (...)
  • 105 Minutes of Twenty-Third FM-Meeting, 26/09/45, ibid., p. 400.

47Le 13 septembre, Georges Bidault transmit, lors du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de Londres, un mémorandum du gouvernement français intraitable sur la conception de la sauvegarde de la sécurité nationale face à l’Allemagne : il avait été prématuré, selon la position française, de stopper le processus naturel de la désintégration politique de l’Allemagne et, de ce fait, la France rejetait l’idée de la création de départements centraux104. Elle se montrait de même sceptique quant à l’évolution naturelle d’un ensemble d’États allemands, même s’ils menaceraient moins la sécurité européenne qu’un État centralisé. Forte de ces constats, la France affichait donc ses prétentions : dans la mesure où Potsdam avait entériné le transfert de régions est-allemandes à l’administration polonaise, elle revendiquait, pour sa part, ce que de Gaulle avait déjà annoncé à Staline à Moscou, en décembre 1944, à savoir le détachement de la région du Rhin et de la Westphalie, Ruhr comprise. La France ne pourrait accepter la mise en place d’institutions centrales qu’à cette condition. Bidault expliqua à ses collègues que la France envisageait par-là l’internationalisation de la Ruhr, la création d’un État autonome du Rhin et l’incorporation de la Sarre dans sa sphère économique105.

  • 106 R. Murphy – conseiller politique de L.D Clay et représentant du Département d’État en Allemagne – t (...)
  • 107 Caffery to SecState, 3/11/45, ibid., p. 890.
  • 108 Murphy to SecState, 4/12/45, ibid., p. 921.

48En octobre, dans des délibérations avec les Britanniques, elle se montra plus précise sur la commission internationale de la Ruhr, sur l’occupation militaire permanente des régions allemandes situées à l’est du Rhin et sur le transfert de la Sarre à l’État français106. Dans un entretien le 3 novembre 1945 avec Jefferson Caffery, l’ambassadeur américain à Paris, le Général de Gaulle reprit l’idée d’un démembrement de l’Allemagne : pourquoi ne pas former des États séparés à partir de la Bavière, du pays de Bade, de Hesse-Kassel, de Hesse-Darmstadt et du Hanovre, quitte à voir ces États se constituer en fédération par la suite ?107 De Gaulle reprit l’argument de la sécurité en disant qu’une fois les troupes américaines évacuées du continent européen, il resterait toujours, face à la seule France, l’ennemi allemand. Car il ne fallait pas compter sur les Anglais, épuisés au sortir des hostilités. Pour mieux convaincre les Américains, de Gaulle avança aussi l’argument du risque de soviétisation de l’Allemagne si de tels départements centraux étaient institués. En décembre 1945, les Français apposèrent aussi, dans cette même logique, leur veto au projet d’administration générale allemande pour les Postes108.

  • 109 Voir notamment W. Loth, Stalins Ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit., p. (...)

49L’obstruction française est traditionnellement perçue comme la cause essentielle de l’enlisement des négociations sur le thème des départements centraux et par voie de conséquence, la responsable de la division allemande109. Attribuer l’entière responsabilité de cet échec à la France est fallacieux, car un examen de la position de ses partenaires va révéler bien des ambiguïtés et permettre de tempérer ce jugement.

  • 110 Murphy to SecState, 29/09/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 879.
  • 111 Murphy to SecState, 18/10/45, ibid., p. 884.
  • 112 Minutes of Meeting of the Secretaries of State, War and Navy, 6/11/45, ibid., p. 893.
  • 113 Murphy to SecState, 24/11/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 911.
  • 114 Murphy to SecState, 22/12/45, ibid., p. 921.

50Les États-Unis furent les premiers à réagir aux prétentions françaises. L.D. Clay tenta de convaincre le Département d’État et le Ministère de la Guerre à Washington de faire pression économiquement et politiquement sur la France pour l’obliger à respecter les décisions de Potsdam et débloquer la situation. Son conseiller politique, R. Murphy œuvra dans le même sens. Le 24 septembre 1945, Clay proposa même au Ministère de la guerre de passer outre au veto français et d’instaurer une politique tripartite en Allemagne. Il demandait donc les pouvoirs pour négocier avec les Britanniques et les Soviétiques l’instauration de départements centraux en Allemagne. En cas d’échec, devait-il ajouter, il ne resterait rien d’autre à faire que d’instituer un appareil administratif pour la seule zone américaine. Cela conduirait vraisemblablement à un démembrement allemand110. Avant même d’obtenir une réponse officielle du Ministère de la Guerre, il prenait contact avec Sokolovskij et Robertson en ce sens, en présence même de Kœnig ou de Kœltz111. Le Ministre de la Guerre américain, Robert P. Patterson, soutint les propositions de Clay auprès du Département d’État112. Le 20 octobre 1945, soit un mois plus tard, Clay obtenait les pouvoirs de favoriser des négociations directes avec la Grande-Bretagne et l’URSS pour créer des départements centraux pour les trois zones. Le 24 novembre 1945, Sokolovskij faisait cependant savoir au comité de coordination qu’il ne pouvait pas négocier d’accord séparé puisque les décisions de Potsdam requéraient des organes centraux pour les quatre zones113. Londres s’étant toujours montrée évasive sur la question, le comité de coordination entérina l’échec d’une solution trizonale, le 21 décembre 1945114.

  • 115 W. Von Buttlar, op. cit., p. 84-85 et J. Gimbel, The American Occupation of Germany. Politics and t (...)
  • 116 H. Graml, op. cit., p. 119.
  • 117 Report on Franco-American Conversations Held in Washington, November 13-20 1945, Concerning the Fut (...)
  • 118 A. Whyte, « Quadripartite Rule in Berlin. An Interim Record of the First Year of the Allied Control (...)

51Comment expliquer ce refus soviétique et britannique de passer outre au veto de la France et d’exclure cette dernière des institutions interalliées en Allemagne ? Les États-Unis eux-mêmes s’étaient-ils montrés suffisamment persuasifs auprès de leurs collègues ? S’il a été excessif de prétendre que les États-Unis n’ont rien fait pour contrer l’obstruction française quand ils en avaient les moyens115, il est vrai que leurs initiatives en ce sens se manifestèrent de manière surtout ponctuelle. Il y eut des pressions américaines sur la France mais, selon H. Graml, il ne faudrait pas les surestimer, car les États-Unis voulaient lui conserver son rang international et ne pas s’aliéner son opinion publique116. L’auteur note d’ailleurs que la délégation française, dirigée par Couve de Murville, en visite à Washington du 13 au 20 novembre 1945 n’avait pas rencontré de forte opposition de la part des Américains sur les questions débattues. Les Français eurent même l’impression au terme des rencontres que les Américains seraient disposés à discuter à nouveau de la question du rattachement économique de la Sarre à la France et d’une forme d’internationalisation de la Ruhr117. Les Américains ont cru, en partie jusqu’en octobre 1946, qu’en obtenant une révision de la position française, on pouvait résoudre le problème118.

  • 119 F. Pingel, « Die Russen am Rhein ? Die Wende der britischen Besatzungspolitik im Frühjahr 1946 », V (...)

52Si les États-Unis cherchèrent à ne pas trop froisser le partenaire français, qu’est-ce qui motivait les Britanniques dans leur attitude élusive ? Ils n’approuvaient pas les prétentions françaises mais ils avaient, en fait, depuis l’annonce du veto, toujours privilégié l’idée de discussions bilatérales entre la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’URSS pour ne pas mettre ce problème à l’ordre du jour du Conseil des Ministres des Affaires étrangères, ce qui aurait nécessité une décision rapide. Ils espéraient, par cette manœuvre, faire revenir les Français sur leur position sans risque de camouflet pour ces derniers, dont ils voulaient le maintien au sein des institutions quadripartites. D’autre part, Londres n’était pas insensible à l’argument de la soviétisation inéluctable d’un gouvernement central allemand et de ce fait, ne cherchait nullement à précipiter les choses au Conseil de contrôle119.

La position soviétique

53Elle fait, dans cette question des départements centraux allemands, l’objet d’une polémique nourrie depuis de nombreuses décennies et est au cœur d’hypothèses multiples, contradictoires et fragmentaires. Les avis convergent en général pour reconnaître que l’URSS voulait étendre son influence à l’ensemble de l’Allemagne à plus ou moins longue échéance. En revanche, ils divergent sur les moyens à mettre en œuvre pour ce faire et la question des départements centraux est au cœur des désaccords : ceux-ci avaient-ils en effet un rôle à jouer dans la stratégie soviétique ? Moscou en recherchait-elle vraiment l’instauration ?

54Les Soviétiques le prétendirent toujours au niveau officiel et beaucoup d’historiens prêtent foi à ce soutien sur la base d’arguments variables. Pour W. Loth par exemple, les Soviétiques étaient les seuls à véritablement souhaiter leur mise en œuvre et ils avaient même présenté un projet sur l’organisation des départements centraux à Potsdam qui ne fut repris que de façon édulcorée dans le communiqué final car

  • 120 W. Loth, Stalin ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit., p. 36.

« Les Alliés occidentaux étaient prêts à adhérer à l’idée de quelques départements allemands centraux mais pas à celle d’une coordination des activités des administrations provinciales et d’une acceptation de fonctions liées au règlement de questions d’intérêt général »120.

  • 121 Ibid., p. 36 et 223.

55Selon cet historien, ce soutien était motivé par la volonté des Soviétiques de préserver l’avenir de la coalition anti-hitlérienne ; ils étaient même prêts à envisager un développement politique de l’Allemagne sur le modèle occidental pour cette raison. L’objectif final était bien d’étendre le socialisme à l’ensemble du pays mais il était reporté à une date indéterminée121.

  • 122 Selon lui, cet espoir fut sincère jusqu’en juillet 1946, date de l’annonce de la bizone, dans H.P. (...)
  • 123 L.D. Clay, Decisions in Germany, op. cit., p. 42-43.
  • 124 M. Balfour, Four-Power Control in Germany 1945-1946, dans Four-Power Control in Germany and Austria (...)
  • 125 H. Bodensieck, « Zur Geschichte der Spaltung Deutschlands bis 1949 », Gesellschaft, Staat, Erziehun (...)

56D’autres auteurs rejoignent cette théorie d’une URSS voulant s’appuyer sur les infrastructures quadripartites, perçues en quelque sorte comme des courroies de transmission pour asseoir son influence en Allemagne à plus ou moins long terme. C’est la position notamment de H.P. Schwarz122 mais aussi de L.D. Clay, persuadé que le Kremlin se serait servi de ces institutions, non pour unifier la politique économique et politique en Allemagne, mais pour poursuivre des buts égoïstes123. En ce sens, M. Balfour les rejoint, qui estime que Staline s’était aligné sur ses partenaires en décembre 1945 au Conseil de contrôle parce qu’il attendait des États-Unis qu’ils se fassent obéir par le turbulent Français grâce à quelques livraisons d’approvisionnement124. L’économique aussi est souvent un argument de poids dans cette thèse : de tels départements centraux auraient, disent Bodensieck ou Loth, permis à l’URSS de participer au contrôle de l’industrie lourde ouest-allemande, concentrée dans la région de la Ruhr et du Rhin. Selon eux, le danger d’une alliance entre les Américains et le capital allemand était toujours présent125.

  • 126 A.M. Filitov, Germanskij vopros : ot raskola k ob"edineniû. Novœ pročenie, op. cit., p. 45.

57Mais, objecte von Buttlar, si les Soviétiques avaient réellement considéré les départements centraux allemands comme un instrument de soviétisation, ils auraient tout mis en œuvre pour leur instauration et les auraient défendus au Conseil de contrôle, face à l’obstruction de la France en décembre 1945. Et pourquoi avoir opposé un refus à la proposition trizonale américaine ? Les auteurs précités n’abordent absolument pas cette question. Elle poussera A. Filitov ou H. Graml, insatisfaits, à rechercher ailleurs une réponse plausible. Le premier estime que le refus soviétique de soutenir la proposition américaine tenait à la fois aux doutes éprouvés par le Kremlin quant à la sincérité de cette démarche et à ce que l’historien appelle « la demi-alliance » avec la France : du fait de leurs meilleures relations avec ce pays, les Soviétiques ne voulaient pas les mettre en péril en faisant pression sur la France dans la question allemande126. On ne retrouve cependant pas trace de cette idée d’une « demi-alliance » entre Soviétiques et Français dans les archives consultées. En revanche, à plusieurs reprises, ces derniers ont tenté un rapprochement avec Moscou sans que celle-ci ne donne suite à ces démarches.

  • 127 Proposal by the Soviet delegation : on Ruhr Industrial District, 30/07/45, Potsdam-Papers, vol. II, (...)
  • 128 Minutes of Twenty-Third CFM-Meeting, 26/09/45, FRUS, 1945, vol. II, p. 404.
  • 129 H. Graml., op. cit., p. 107 ; A. Fischer, Sowjetische Protokolle zur Deutschlandpolitik..., op. cit (...)
  • 130 K.D. Henke, « Politik der Widersprüche. Zur Charakteristik der französischen Militärregierung in De (...)

58Graml s’intéresse aussi à la France, mais sous un autre angle. Il défendra ainsi l’idée selon laquelle les Soviétiques ne croyaient pas à l’efficacité des départements centraux pour imposer leur influence. Ils ne voulurent pas exclure la France des négociations quadripartites car ils estimaient sa proposition de créer une commission internationale pour la Ruhr plus à même de leur permettre d’étendre leur influence jusqu’au Rhin que les administrations centrales. Déjà à Potsdam, continue Graml, les Soviétiques avaient fait connaître leur souhait de participer à un contrôle de la Ruhr127. Depuis le Conseil des Ministres des Affaires étrangères jusqu’au dernier des entretiens directs soviéto-français en décembre 1945, ils n’auraient jamais rejeté les plans français128. Staline, d’autre part, avait pressenti très tôt une possible politique d’obstruction de la France si elle participait au Conseil de contrôle car elle suivrait ses propres objectifs : n’avait-elle pas d’ailleurs fait connaître très tôt sa volonté d’exploiter les richesses allemandes pour reconstruire l’économie de la France129 ? Il était alors clair, poursuit Graml, qu’une politique de réparations et de maintien de l’unité économique allemande telles que l’entendaient les Occidentaux ne pourrait trouver l’agrément des Français130.

  • 131 Sur la position des Français libres sur la question allemande, voir R. Poidevin, « Frankreich und d (...)
  • 132 V. Molotov, Questions de politique extérieure. Discours et déclarations, avril 1945-juin 1948, Mosc (...)
  • 133 Tägliche Rundschau, 8/06/46.
  • 134 Voir supra, chapitre I.
  • 135 Voir supra, chapitre II. Certes, il l’a évoquée à plusieurs reprises, notamment lors de ses entreti (...)
  • 136 Voir supra, chapitre IV. Le Conseil de contrôle interallié adopta d’ailleurs officiellement la diss (...)

59Mais, si, en effet, comme le prétend Graml, l’URSS était séduite par l’idée française d’internationaliser la Ruhr, objectif qu’elle connaissait depuis longtemps, pourquoi Staline avait-il accepté si difficilement l’idée d’une participation française à la politique quadripartite en Allemagne ?131 Et pourquoi, après le vote défavorable de décembre 1945, Moscou n’a-t-il rien fait pour sauver la proposition française ? Elle ne la soutint pas plus le 15 mai 1946 quand Bidault devait déclarer, lors de la première session de la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Paris, que si l’on pouvait résoudre le problème de la Ruhr, de la Sarre et de la région du Rhin, il serait alors possible de trouver un accord sur la question des départements centraux. Le Français devait réitérer sa proposition le 16, approuvé par Byrnes, mais Molotov répondit laconiquement qu’il entendait parler du lien établi entre ces deux questions pour la première fois. Cette phrase ne fut suivie d’aucune prise de position. Molotov ne critiqua ouvertement les prétentions françaises que le 17 mars 1947 à la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Moscou132. En juin 1946, les Français réitérèrent leur refus à la création de départements centraux et le Tägliche Rundschau, l’organe de presse de l’Administration militaire soviétique en Allemagne, se contentera de rapporter cette décision sans faire aucun commentaire133. Contre la thèse de Graml, il y a enfin deux arguments à ne pas négliger, l’un d’ordre géostratégique et l’autre tout bonnement idéologique. Les intérêts de sécurité soviétiques en Europe, tels qu’ils furent définis pendant la guerre, ne recommandaient pas d’aider au renforcement de la France sur le continent européen134. Lui accorder la Sarre allait à l’encontre des objectifs géostratégiques soviétiques. L’étude de la question du démembrement a également conduit à constater que, depuis 1941, Staline n’avait jamais sérieusement envisagé le détachement de la région Rhin-Ruhr135. Seul, le démembrement de la Prusse avait réellement gagné son suffrage et sa politique européenne dans les derniers mois de la guerre avait montré qu’il s’était chargé en partie tout seul de sa réalisation136. Enfin, on ne peut négliger la composante idéologique de l’État soviétique : comment Staline pouvait-il penser s’en remettre à une puissance capitaliste pour atteindre ses objectifs ?

  • 137 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, Cologne, Verlag W/P, 1968, p. 126 ; W. Wagne (...)
  • 138 Murphy to SecState, 5/09/45 et 11/09/45, FR US, 1945, vol. III, p. 1048 et 1051.
  • 139 Murphy to SecState, 11/09/45, ibid., p. 1052.

60Ces questions sans réponse satisfaisante conduisent à envisager l’hypothèse d’une duplicité des Soviétiques au Conseil de contrôle interallié sur la question des départements centraux allemands. J. Hacker, par exemple, doutera de la sincérité du soutien de Moscou à leur instauration et il les percevra plutôt comme le relais de celles que les Soviétiques avaient déjà instaurées dans leur zone d’occupation137. L’ordre n° 17 du 27 juillet 1945 de l’Administration Militaire soviétique en Allemagne sur l’établissement des administrations centrales allemandes, publié le 13 septembre, avait en effet déjà conduit à l’instauration de onze administrations centrales dans leur zone138. Hacker se fonde aussi sur les déclarations de représentants de l’Administration Militaire soviétique (Sovetskaâ Voennaâ Administraciâ v Germanii – SVAG – ). Le 11 septembre, Arkadi Sobolev, un conseiller politique de la SVAG, devait déclarer à Murphy, lors d’un entretien privé, que ces administrations centrales zonales étaient nécessaires et qu’il n’y aurait pas de gouvernement central allemand avant des années139. S. Tûl’panov, de la Direction de l’Information et de la Propagande de la SVAG de 1946 à 1949, écrivit au sujet de l’objectif poursuivi par ces institutions :

  • 140 S.I. Tûl’panov, « Die Rolle der Sowjetischen Militäradministration im demokratischen Deutschland », (...)

« Les administrations centrales zonales avaient été instaurées car elles pouvaient très vite se transformer en organes généraux allemands dont on a proposé la création. Elles devaient faciliter la mise en place de l’unité économique et n’avaient pas comme objectif, comme ce fut le cas avec les organes allemands des zones occidentales, de consacrer une division zonale »140.

  • 141 W. Cornides, Die Weltmächte und Deutschland. Geschichte des jüngsten Vergangenheit 1945-1955, 3e éd (...)
  • 142 G. Wettig, Entmilitarisierung und Wiederbewaffnung in Deutschland 1943-1955, Internationale Auseina (...)
  • 143 W. Wagner, op. cit., p. 180, repris par W. von Buttlar, op. cit., p. 87.

61Hacker voit une autre raison de douter de la sincérité des Soviétiques, sur un plan, cette fois, purement fonctionnel : il rappelle à juste titre que les départements centraux étaient appelés à appliquer les décisions prises à l’unanimité du Conseil de contrôle et auraient donc été suspendus à la menace permanente du veto d’une des quatre puissances141. D’autre part, renchérit Wettig, le Conseil ne prévoyait aucune autorité possible aux puissances occidentales dans la zone soviétique mais permettait, au contraire, à l’URSS de bloquer des mesures occidentales non souhaitables dans les autres régions allemandes142. Il ne présentait donc aucune menace pour l’évolution intérieure de leur zone d’occupation. Cette idée conduira Wagner et von Buttlar à conclure un peu hâtivement que les Soviétiques soutenaient le projet des départements centraux mais ne le jugeaient pas prioritaire : « Au mieux les départements centraux pouvaient être mis au service de leurs propres objectifs, au pire conduits à l’échec »143.

62Curieusement, l’idée du contrôle par le veto n’a été que partiellement développée et les réflexions sont restées focalisées sur les conséquences de son application éventuelle pour les départements centraux et sur l’impunité qu’elle conférait aux Soviétiques dans leur zone d’occupation. Or, si l’on reste dans la logique de von Buttlar ou de Wettig, comment les Soviétiques comptaient-ils exploiter en leur faveur un instrument inexploitable pour les autres ? Ils pouvaient certes jouer du contrôle par le veto, mais les Occidentaux disposaient de ce même droit... Et si les Soviétiques ne s’engageaient pas sincèrement dans la création de tels organes administratifs centraux, que conclure alors pour les infrastructures quadripartites en général dont le fonctionnement dépendait de cette création ?

  • 144 Voir infra, chapitre V.

63Il reste une réponse possible, celle d’une volonté délibérée de la part des Soviétiques de laisser le Conseil de contrôle, et partant les départements centraux allemands, pourrir sur pied. Plusieurs indices le laissent effectivement penser. En premier lieu, ils tenaient fermement à maintenir ses règles du jeu, malgré les dysfonctionnements qu’elles occasionnaient pour la mise en œuvre d’une politique quadripartite : quand Truman lui-même remettait en cause le droit de veto en novembre 1945, l’URSS voulait confirmation du maintien de la règle de l’unanimité et du droit de veto en avril 1946. Elle était pertinemment consciente de leurs effets pervers et les exploitait en connaissance de cause. Dans sa zone d’occupation, elle imposa ainsi la règle de l’unanimité lors de la constitution du Front uni des partis antifascistes et démocratiques en juillet 1945 pour paralyser toute velléité de contestation sous couvert de pluralisme144. Le 23 novembre 1945, veille du rejet officiel par les Soviétiques de la proposition trizonale américaine, Jukov, le Commandant suprême de la SVAG avait reçu cette réponse de son gouvernement :

  • 145 Smirnov à Dekanozov, AVPRF, « Central’nœ germanskœ pravitel’stvo 21/08/45- 24/11/45 », dans Fonds 0 (...)

« Il n’est pas utile d’accepter les propositions américaines car l’adoption des propositions sus-mentionnées du représentant américain pourrait constituer un précédent de violation du principe établi au Conseil de contrôle selon lequel toutes les décisions au Conseil doivent être prises à l’unanimité »145.

64C’était bloquer délibérément toute possibilité de règlement. Un tel comportement fait douter de leur intérêt à une politique de réelle collaboration quadripartite.

65Le problème des négligences au niveau fonctionnel dans les infrastructures soviétiques en Allemagne accroît encore le scepticisme. Des responsables soviétiques s’en sont plaints à maintes reprises. On pourrait en multiplier les exemples au niveau de la SV AG. V.S. Semenov, dans un rapport le 18 décembre 1945, déplorait l’impréparation des organes compétents de l’Administration Militaire à l’organisation des départements centraux et le fait que seuls les Occidentaux avaient fait des propositions sérieuses dans ce domaine :

  • 146 Semenov à Jukov, le 18/12/45, dans AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 64, papka 134, Ge. 721, 11. 2-3

« Nos représentants sont intervenus sans avoir un point de vue clairement exprimé ou élaboré ce qui a conduit quelquefois à des discussions avec les Alliés sur des points de détail. Il y eut aussi des cas où sur une même question, nos représentants défendaient une position dans les comités et son exact contraire dans les Directoires. Rien ne prouve pour l’instant qu’au moment où les départements centraux allemands seront instaurés, nous serons en mesure de mettre en place le contre-poids souhaitable aux centres occidentaux, en matière de sélection des cadres allemands ou que nous pourrons, comme les Occidentaux, avoir à notre disposition un solide réservoir d’organisateurs allemands, connus à l’échelle du pays et satisfaisants par leur harakteristika politique. En tout cas, dans les services de la SVAG, on n’a toujours pas élucidé la question des candidatures à promouvoir aux postes importants »146.

66Une remarque vient immanquablement à l’esprit en lisant ces lignes : Staline aurait-il laissé se commettre de telles négligences fonctionnelles et tactiques sur la question des réparations par exemple ? Cela lui ressemblait peu quand il avait une question à cœur... Elles peuvent donc être légitimement assimilées à un désintérêt qui montrerait bien que Staline ne voulait pas fixer les structures interalliées au-delà d’un certain seuil. La meilleure preuve, c’est qu’il devait lui-même commettre de semblables négligences quand il s’était agi d’organiser la partie soviétique au Conseil de contrôle. Le dictateur ne s’était en effet guère montré empressé pour l’investir. Les requêtes de Vorochilov pour accélérer le recrutement d’un personnel compétent l’avaient attesté dès 1944. Dans une lettre à Staline et Molotov, le 22 septembre 1944, le Maréchal justifiait ainsi son empressement :

  • 147 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 158, papka 16, 11. 81-82.

« Je pense que c’est une question très urgente et très importante. La situation peut évoluer si rapidement et de telle façon que nous pourrions avoir du retard dans le recrutement du personnel nécessaire ce qui nous serait, bien évidemment, préjudiciable »147.

67Cette demande avait fait suite aux informations reçues du représentant soviétique à Londres, F. Gusev. Celui-ci rappelait que l’examen de la question du mécanisme de contrôle en Allemagne était presque achevé et que les Alliés se préparaient déjà au recrutement de leur personnel. Les Soviétiques, quant à eux, n’avaient encore rien mis en route. Staline n’avait pas fait preuve d’une grande hâte en la matière car, le 29 novembre 1944, soit presque deux semaines après l’adoption d’un accord sur le mécanisme de contrôle interallié en Allemagne, Vorochilov devait réitérer sa demande lors de la remise pour entérinement du document :

  • 148 AVPRF, ibid, 1. 90.

« Les Britanniques et les Américains sont depuis longtemps déjà prêts au travail dans ces organes. Je pense qu’il est indispensable que nous procédions maintenant au recrutement d’un groupe spécial d’officiers. Ils pourraient suivre un stage de préparation (...). Je vous avais déjà fait parvenir le 22 septembre une note détaillée à cet effet avec des listes de noms possibles »148.

  • 149 Une note de V. Val’kov et de 1. Lavrov à Vychinskij et Dekanozov le 11 mai 1945 parlera de plus de  (...)
  • 150 Smirnov à Vychinskij, 6/12/45, AVPRF, ibid., 1. 125.

68La solution que Staline apporta fut notamment de placer les principaux responsables de l’Administration Militaire soviétique dans les organes quadripartites... La mise en place de l’appareil soviétique dans le mécanisme de contrôle en Allemagne et la coordination de ses activités administratives ne fit l’objet d’un projet qu’après le 1 1 mai 1945 alors que la partie américaine, par exemple, était déjà, à cette date-là, très structurée et largement représentée dans tous ses départements149. Le manque de préparation apparaissait aussi nettement dans une requête de Jukov adressée à Molotov, le 29 novembre 1945, où il demandait la création d’un appareil permanent de 51 personnes auprès des structures quadripartites. Le 6 décembre, Smirnov reprendrait cette requête dans une note adressée à Vychinskij en se faisant plus précis : il demandait l’autorisation de créer un secrétariat permanent auprès de la délégation soviétique au Conseil de contrôle, vu la somme de travail dans les structures quadripartites150. Dans ce contexte très pragmatique, la volonté des Soviétiques de collaborer apparaît assez problématique.

  • 151 AVPRF, ibid., 1. 70.

69Dans les sessions du Conseil et de ses ramifications, ils affichaient d’autre part le plus souvent une attitude dilatoire, attentiste, sans grande initiative. Les participants occidentaux aux réunions quadripartites ont quelquefois mis cette absence de position claire des Soviétiques, leurs reports pour consultations nécessaires avec leur gouvernement, sur le compte d’une mauvaise circulation de l’information dans les structures soviétiques. Il est difficile d’abonder en ce sens car la consultation des archives a montré que divers canaux avaient été installés pour recueillir l’information venant du Conseil de contrôle et la faire remonter directement au Kremlin. La récolte de données était même pléthorique... Par le canal officiel, toutes les informations étaient d’abord consignées par la direction du conseiller politique de la SVAG. Les notes étaient ensuite expédiées en plusieurs exemplaires à différents départements du Commissariat du Peuple des Affaires étrangères – NKID –, à celui des Affaires intérieures – NKVD – et au Kremlin. De plus, chaque responsable devait fournir ses propres rapports. Cette concurrence parallèle, conjuguée à un cloisonnement dans une même institution assurait de surcroît un contrôle efficace. Citons un seul exemple : dans une note au vice-Commissaire des Affaires étrangères, Vychinskij, le 5 octobre 1945, Smirnov, chef de la 3e section de ce même Commissariat, se plaint de Sobolev, conseiller politique de la SVAG, qui n’a pas transmis au NKID, pour approbation préalable, les projets de décision du Conseil de contrôle sur la création de départements centraux pour les postes et communications, avant de les soumettre à l’examen des Directoires et du comité de coordination. Or, Sobolev, dans une lettre à Vychinskij datée du 29 septembre lui avait fait part des délibérations prochaines au Conseil de contrôle sur ces questions...151.

70Si les initiatives soviétiques au Conseil étaient rares, elles étaient en revanche sélectives. Car, au vu des décisions adoptées par le Conseil de contrôle, on constate en effet que les Soviétiques ont su, à l’occasion, se montrer entreprenants, persuasifs pour exhorter les Occidentaux à les adopter et à les appliquer : il en va ainsi des mesures de dénazification et de démilitarisation dans leurs zones. Mais ils n’envisageaient pas sérieusement une politique commune sur le plan politique et économique car elle aurait supposé de dépasser le cadre très délimité de la collaboration instaurée avec les Occidentaux au début de la guerre. Or, rien n’attestait d’une volonté de changement dans ce domaine. En juin 1945, Staline n’avait-il pas prévenu les dirigeants communistes allemands qu’il y aurait deux Allemagnes ?

  • 152 Voir supra, chapitre II.
  • 153 Voir infra, chapitre V.
  • 154 Murphy to SecState, 11/09/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 868.

71Souvenons-nous aussi des contradictions et des non-dits de la commission de Litvinov sur le démembrement allemand. Elle n’arrivait pas à concevoir un affaiblissement efficace de l’Allemagne car elle était plus que sceptique quant au devenir de l’alliance avec les Occidentaux. Il suffit de se rappeler les réflexions de M.M. Litvinov, le 14 mars 1944, sur l’absence d’alternatives au démembrement : celui-ci ne pourrait contrecarrer les velléités inévitables du nationalisme allemand, mais compte tenu du fait qu’un maintien de l’unité de vues entre les Alliés était improbable, il n’y avait pas d’autre alternative152. La politique autonome que l’URSS avait lancée dans sa zone, dès avant l’instauration des structures quadripartites, s’inscrit aussi en faux contre l’idée d’un soutien réel à une politique commune. Et les initiatives anglo-saxonnes furent toujours poliment repoussées, au nom fallacieusement invoqué du respect chronologique des décisions de Potsdam. Citons pour seul exemple la question agricole : les Soviétiques avaient lancé dans leur zone une réforme agraire depuis le 3-12 septembre153 et le 11 septembre, le représentant soviétique au Conseil de contrôle devait déclarer qu’il jugeait prématuré l’instauration d’administrations centrales pour l’approvisionnement et l’agriculture. Il valait mieux s’occuper de mettre d’abord en place celles prévues par Potsdam154.

72Il semblerait donc qu’il faille comprendre la volonté soviétique de maintenir la collaboration interalliée dans l’après-guerre en Allemagne dans un sens précis et restrictif : l’URSS n’avait besoin des Occidentaux que pour réunir les conditions d’un traité de paix sévère, indispensable à l’affaiblissement, au contrôle et à la soviétisation qu’elle voulait y instaurer. Cela s’inscrit tout à fait dans la logique politique qu’elle avait remodelée pendant les années de guerre. Il y avait donc une bonne dose de cynisme et de pragmatisme dans cette exploitation du Conseil de contrôle : étant donné qu’il existait, autant profiter de ce qu’il pouvait donner... Et parce que les Soviétiques maintenaient toujours le cap d’une stratégie globale pour l’Allemagne, ils ne pouvaient accepter la proposition trizonale des Américains en décembre 1945 car elle comportait un risque séparatiste. Ils ne pouvaient pas non plus croire en une résolution rapide de l’enlisement suscité par les Français. Smirnov, par exemple, avait pressenti, le 26 octobre 1945, que le blocage serait long.

73Les Soviétiques semblaient en fait avoir compris avant tout le monde qu’apporter son soutien au projet des départements centraux allemands ne coûtait pas grand-chose dans la mesure où il était irréalisable. Et la question n’est pas de savoir si ce soutien était sincère ou non, il était surtout tactique, verbal et présentait d’ailleurs plus d’avantages que d’inconvénients : il ne leur collait pas une étiquette de briseur de coalition, mais plutôt au contraire, une image de défenseur de l’unité allemande. Et les exhortations d’un Semenov ou d’un Kudrâvcev pour une plus grande prise d’initiative dans les délibérations du Conseil ou pour une meilleure préparation aux départements centraux ne contredisent nullement cette théorie car elles s’inscrivent dans la logique d’un État dictatorial : Staline avait besoin de faire croire à sa volonté de maintenir la collaboration interalliée en Allemagne.

74Les premiers à convaincre de cette duperie ne pouvaient être les Occidentaux : il fallait d’abord que les exécutants eux-mêmes fussent crédibles... Quand Semenov dénonçait, par exemple, l’impréparation de la SVAG à la mise en place des départements centraux, on le sent au fait de l’enjeu politique, le gain de l’Allemagne, et aussi investi dans sa mission de relais entre les structures interalliées et soviétiques. En revanche, on comprend qu’il lui manquait des clefs de compréhension globale de la tactique soviétique :

  • 155 AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 64, papka 134, Ge. 721, 1. 4.

« Il serait extrêmement souhaitable de réunir le maximum d’informations sur les Allemands connus que les alliés ont en réserve pour les candidatures de cadres, et ce afin de les étudier et si besoin, de présenter des jugements bien argumentés sur les candidats probables que les alliés vont avancer pour les postes à responsabilité dans les départements et des informations pour récuser les personnages indésirables. Car, nous ne pouvons ni ne devons en aucun cas laisser les États-Unis et la Grande-Bretagne accaparer ces départements avec leurs centres de sélection des cadres allemands »155.

75Semenov avait peut-être conscience de ses lacunes car il écrira dans ses Mémoires posthumes, dans le chapitre consacré à ses fonctions à l’Administration militaire, qu’à l’occasion des réunions à Moscou, il assistait, discret et silencieux, aux délibérations du Bureau politique sur l’Allemagne car :

  • 156 V.S. Semenov, op. cit., p. 232.

« Je pouvais parfaitement distinguer différents niveaux : à Moscou, on avait toutes les hauteurs et les profondeurs de la vie internationale sous les yeux alors que nous, à Berlin, nous étions confrontés à d’autres soucis et vivions dans d’autres circonstances »156.

  • 157 AVPRF, « Kontrol’nyj Sovet Germanii 11/05/45-29/12/45 », Fonds 082, opis’ 27, delo 30, papka 123, G (...)
  • 158 Voir supra, chapitre II.
  • 159 Vorochilov et ses collaborateurs avaient, rappelons-le, travaillé à la mise en place des structures (...)

76Le même constat pourrait être établi lorsque Smirnov réagit au veto français à la création de départements centraux pour les postes et les communications. Constatant que ce veto touchait l’essence même du projet sur les administrations centrales, il proposa à Molotov le 27 octobre 1945 de soumettre à nouveau cette question au Conseil de contrôle et si la France s’y opposait encore, l’URSS pourrait proposer de la transmettre à l’examen des gouvernements concernés157. Le Kremlin, nous l’avons vu, n’avait pas donné suite à cette suggestion. Le même scénario, la même logique avaient déjà été appliqués avec la commission de démembrement pendant la guerre158 et avec celle aussi sur les conditions d’armistice159. Mais les réflexions élaborées par ces deux Commissions entraient dans le cadre des options envisagées de la stratégie soviétique. Le Conseil de contrôle n’était, en revanche, même pas perçu comme une option possible à mettre au service des intérêts soviétiques et que l’on garderait en sous-main. Une question se pose désormais : si ce dernier n’était pas envisagé comme un instrument de la politique de conversion au socialisme et si sa seule utilité était de faire durer le plus longtemps possible l’illusion d’une coopération interalliée, comment Staline envisageait-il de parvenir à la signature d’un traité de paix ? L’examen de la mise en œuvre de la politique allemande de l’URSS, au lendemain de la victoire, va tenter de répondre à cette question. Mais avant d’en aborder les voies et les moyens, il convient de replacer le projet soviétique dans le contexte institutionnel de sa zone d’occupation.

Notes

1 Moskovskaâ konferenciâ Ministrov Inostrannyh Del SSSR, SŠA i Velikobritanii, 19-30 oktâbrâ goda, 1943, p. 348, cité par S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, Soûzniki i germanskij vopros 1945-1949gg, op. cit., p. 26 et FRUS, 1945, European Advisory Commission, 1968, vol. III, p. 545-554.

2 A.A. Rosin, Poslevœnnœ uregulirovanie v Evrope, Moscou, Mysl’, 1984, p. 27.

3 « Komissiâ Vorošilova po peremiriû i usloviâm kapitulacii », 1/06/44, Vorochilov à Molotov, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 158, papka 16, 1. 16.

4 AVPRF, ibid., 11. 17-23.

5 FRUS, The Conference at Malta and Yalta, 1944, vol. I, p. 158.

6 FRUS, 1944, vol. I.

7 S.L Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 31-32.

8 Ils la faisaient dépendre de l’effectivité du désarmement allemand et de la capacité des vaincus à établir un gouvernement stable et pacifique, en février-novembre 1944.

9 Vorochilov à Molotov, le 12 juin 1944, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 158, papka 16, 1. 74.

10 FR US, 1944, t. I, p. 299 et suiv.

11 AVPRF, op. cit., 1. 74.

12 AVPRF, ibid, 1. 75.

13 Sbornik dejstvuûŝih dogovorov, soglašenij i konvencij, zaklûčënnyh SSSR s inostrannymi gosudarstvami, Moscou, 11e éd., 1955, p. 63 et Agreement on Control Machinery in Germany, 14/11/44, dans I. von Münch, Dokumente des geteilten Deutschland. Quellentexte zur Rechtslage des Deutschen Reiches, der Bundesrepublik Deutschland und der Deutschen Demokratischen Republik, Stuttgart, Alfred Kröner, 1968, p. 29-32.

14 Un accord supplémentaire serait signé le 1er mai 1945 pour entériner la participation française au Conseil de contrôle interallié.

15 FRUS, 1944, vol. I, p. 369-370.

16 FRUS, 1945, vol. III, p. 434 et suiv.

17 S.I. Viskov et V.D. Kul’bakin, op. cit., p. 38.

18 Voir supra, chapitre II.

19 Perepiska Predsedatelâ Soveta Ministrov SSSR s Presidentami SŠA i Prem ’er-Ministrami Velikobritanii vo vremâ Velikoj Otečestvennoj vojny 1941-1945gg, t. Il, Perepiska s F. Rusvel’tom i G. Trumenom avg 1941-dek 1945g, Dokument n° 313 ot 7/06/45, Ministerstvo Inostrannyh Del SSSR, 2e éd., Moscou, Politizdat., 1989, p. 243-245.

20 Ibid., Dokumenty n° 311 ot 6/06/45, n° 312 ot 7/06/45, n° 245 ot 8/06/45.

21 Voir supra, chapitre I.

22 Le 22 mai, les Alliés prononçaient la dissolution du gouvernement Dönitz, formé le 5 mai, selon les instructions laissées par Hitler, pour expédier les affaires courantes. Les Soviétiques s’étaient vigoureusement opposés à la reconnaissance de ce gouvernement de substitution, Pravda du 20 mai 1945. Ils y voyaient une répétition de novembre 1918 et la menace d’un adoucissement des conditions de paix par les Occidentaux.

23 Voir supra, chapitre II.

24 FO 371/45785/UE3338, cité par J. Foschepoth, « Britische Deutschlandpolitik zwischen Yalta und Potsdam », op. cit., p. 702.

25 FO 371/45780/UE2633, ibid., p. 702.

26 12 % contre 27 % à la Grande-Bretagne, dans Memorandum of the Chancellor of the Exchequer Allocation of Reparations, 12/06/45, FO 371/45780/ UE 2676, ibid., p. 703.

27 Ce dernier pourcentage serait prélevé à partir des parts des trois grands car l’URSS répondait des prétentions polonaises, les États-Unis et la Grande-Bretagne de celles du Commonwealth, de la France, de la Norvège, des Pays-Bas, de la Belgique et du Luxembourg.

28 FO 371/45781 / UE 2780, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 705.

29 FO 371/45782 / UE 2900, ibid., p. 705.

30 FO 371/45781/UE 2780 et FO 371/45782/UE 2901, ibid., p. 706.

31 Pour les Anglo-Saxons, il s’agissait uniquement de prélèvements définitifs : saisie de biens allemands à l’étranger, livraison de la flotte de commerce, des installations portuaires, de l’aviation civile, démontages d’usines.

32 Russian shortcomings at the EAC, FO 371/ 47964/ N 10036, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 707.

33 W. Churchill, The Second World War, t. VI, p. 181.

34 Ibid., p. 261.

35 F. Lœwenheim, F. Langley et H.D. Jonas, Roosevelt and Churchill. Their Secret Wartime Correspondence, Londres, 1975, p. 709, cité par H. Graml, op. cit., p. 67.

36 Voir supra, chapitre I.

37 Pour plus de détails, voir M. Fülöp, « L’occupation soviétique en Europe centrale et orientale », Relations Internationales, 79 (1994), p. 339-342.

38 Stalin to President Roosevelt, 7/04/45, FRUS, 1945, vol. V, p. 201-203.

39 Voir supra, chapitre I.

40 H. Graml, op. cit., p. 90-91.

41 L’URSS en avait bénéficié depuis le 7 novembre 1941 et avait reçu des marchandises d’une valeur de dix milliards de dollars, dans G. Herring, Aid to Russia 1941-1946. Strategy-Diplomacy. The Origins of the Cold War, New York, 1973.

42 Elles seraient également suspendues par une autre directive le 17 août 1945, après la capitulation inconditionnelle du Japon, voir L.V. Pozdeeva, « Lend-Liz dlâ SSSR : diskussiâ prodolžaetsâ », dans O.A. Ržeševskij, op. cit., p. 331.

43 La cessation des livraisons fut pour elle effective le 21 août 1945. Elle obtiendrait un prêt fin 1945, à des conditions cependant lourdes.

44 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 168, papka 16, 1. 8.

45 President Truman to Stalin, 19/05/45, The Conference of Berlin, 1945, Department of State, Washington, 1960, vol. I, p. 21.

46 Il désavoua Molotov qui y avait défendu l’idée que chaque membre du Conseil de Sécurité pouvait bloquer par son veto toute discussion sur des litiges.

47 Harriman to President Truman, 8/06/45, Potsdam-Papers, vol. I, p. 61.

48 Personne ne pouvait se permettre de faire capoter la conférence pour plusieurs raisons. La guerre d’abord n’était pas terminée car le Japon continuait de résister ; les États-Unis comme l’URSS allaient devoir bientôt démobiliser leurs grandes armées pour des raisons à la fois psychologiques et économiques, dans H. Graml, op. cit., p. 93.

49 Voir supra, chapitre III.

50 Protokollnotizen Wilhelm Piecks zur Besprechung vom 4/05/45, Zentrales Parteiarchiv Nachlass 36/629, Bl. 62. Cette date de réunion a fait l’objet d’une polémique entre chercheurs allemands car elle est différente de celle donnée par le calendrier de W. Pieck, dans R. Badstübner et W. Loth, Wilhelm Pieck. Aufzeichnungen zur Deutschlandpolitik 1945-1953, Berlin, Akademie Verlag, 1994.

51 Lektion in der Parteischule, 10/3/45, Zentrales Parteiarchiv Nachlass 36/ 421 . Bl. 120 und 130, cité par W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit., p. 21.

52 Les Britanniques et les Américains voulaient occuper immédiatement les secteurs qui leur étaient impartis dans la capitale allemande mais les Soviétiques s’employèrent à retarder leur entrée en exigeant le retrait préalable des troupes américaines et britanniques des régions occidentales de la Zone d’Occupation soviétique, la Saxe, la Thuringe et le Mecklembourg. Celui-ci ne serait effectif que le 29 juin 1945.

53 La France n’y avait pas été conviée.

54 C. Attlee lui succéderait le 26 juillet après la victoire électorale des travaillistes.

55 Potsdam-Papers, vol. II, p. 52-56.

56 A. Fischer, Sowjetische Protokolle..., op. cit., p. 351 et Potsdam-Papers, vol. II, p. 824.

57 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1451.

58 Ibid., p. 1481.

59 Ibid., vol. I, p. 482.

60 L. Clay, Decisions in Germany, New-York, Doubleday Compagny, inc. 1950.

61 Minutes of Second Plenary Meeting, 18/07/45. Minutes of Fifth Plenary Meeting, 21/07/45, Potsdam-Papers, vol. II, p. 89-208.

62 Minute of Byrnes-Molotov Meeting, 23/07/45, Minutes of Informal Meeting of the Foreign Ministers, 23/07/45, Potsdam-Papers, vol. II, p. 274, 295.

63 Record of the Proceedings of the Berlin Conference 17th July-1st August 1945, CAB 99/38, p. 48, ibid., p. 708.

64 Zone soviétique en Allemagne, Autriche orientale, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Finlande.

65 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1505.

66 Ibid., p. 1483.

67 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1491.

68 Ibid., p. 1495 et H. Graml, op. cit., p. 98-99.

69 H. Graml, ibid., p. 102.

70 Voir supra, même chapitre. Il n’est pas question ici d’une division au sens géographique de l’Allemagne mais d’une référence à une Allemagne « progressiste » et à une Allemagne « réactionnaire ».

71 Klimov, Berliner Kreml, Cologne, p. 172.

72 CAB 99/38, p. 221, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 709.

73 FO 371/45786/UE 3381, ibid., p. 710.

74 FO 934/1/4/34, ibid, p. 714.

75 J. Foschepoth, op. cit., p. 711.

76 PRO, FO 934/1/4-34, cité par H. Graml, op. cit., p. 103-104.

77 PREM- Premier Minister, 8/48, ibid., p. 104.

78 J. Foschepoth, op. cit., p. 713.

79 En russe Soobŝeniâ o Berlinskoj konferencii trëh deržav, en anglais Report on the Tripartite Conference of Berlin.

80 Voir infra, même chapitre.

81 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, Cologne, Verlag W/P, 1968, p. 12.

82 FRUS, 1945, vol. III, p. 820. Pour les discussions entre Alliés sur le siège du Conseil de contrôle interallié et le choix final de Berlin, voulu par les Soviétiques, voir G. Mai, Der Alliierte Kontrollrat in Deutschland 1945-1948. Alliierte Einheit-deutsche Teilung ?, Munich, R. Oldenbourg, 1995, p. 42-43.

83 Allied Control Authority, OMGUS, Archiv IfZ, MF-100, cité par H. Graml, op. cit., p. 106 et « Prœkt otčëta o deâtel’nostâh kontrol’nogo Soveta v Germanii 30/07/1945 – 31/03/ 1946 » de V.S. Semenov à Smirnov, 16/05/46, AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 66, papka 134, Ge. 722, 1. 16.

84 AVPRF, « Prœkt otčëta o rabote kontrol’nogo soveta v Germanii 07/45-31/03/46 », ibid., 1. 16.

85 AVPRF, ibid., 1. 6, S. Kudrâvcev, « Spravka o vypolnenii kontrol’nym sovetom rešenij Berlinskoj konferencii v otnošenii Germanii v sootvetstvii s kalendarnym planom », n° 16/025349, 29/04/46.

86 V.S. Semenov, AVPRF, ibid., 1. 20.

87 AVPRF, ibid., 1.21.

88 V.S. Semenov, ibid., 1. 24.

89 Ibid., 1. 24.

90 Ibid., 1. 23.

91 Ibid., 1. 24.

92 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 11.

93 La fixation du niveau de production d’acier à accorder à l’Allemagne suscita notamment des divergences entre les parties, voir Semenov à Smirnov, 16/05/46, « Prœkt otčëta o rabote kontrol’nogo soveta v Germanii 07/1945-31/03/46 », AVPRF, ibid., 11. 41-44.

94 V.S. Semenov, ibid., 1. 18.

95 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 12.

96 V.S. Semenov, ibid., 1. 48.

97 S. Kudrâvcev, ibid., 1. 10.

98 Ibid., 1. 10 ; V.S. Semenov, ibid., 1. 80.

99 H.G. Kowalski, « Die European Advisory Commission als Instrument alliierter Deutschlandplanung 1943-1954 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 1971, p. 277 et FRUS, 1944, vol. I, p. 300 et 400.

100 Europa-Archiv, 1954, p. 6743-6747 et Potsdam-Papers, vol. Il, p. 1554. Pour plus de détails sur la position française, voir W. Abendroth, « Frankreich und das Potsdamer Abkommen », Zeitschrift für Politik, 1954, p. 71-76 et G. Mai, Der Alliierte Kontrollrat in Deutschland 1945-1948. Alliierte Einheit-deutsche Teilung ?, Munich, R. Oldenbourg, 1995, p. 83-92.

101 Minutes of Ninth meeting of Control Council, 20/10/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 847.

102 Murphy to SecState, 10/08/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 831.

103 Potsdam-Papers, vol. II, p. 1541, 1550, 1554-1555.

104 Memorandum by the French Delegation to the Council of Foreign Ministers, Control and Administration of Germany, 13/09/45, FRUS, 1945, vol. II, p. 177.

105 Minutes of Twenty-Third FM-Meeting, 26/09/45, ibid., p. 400.

106 R. Murphy – conseiller politique de L.D Clay et représentant du Département d’État en Allemagne – to SecState, 2/10/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 844.

107 Caffery to SecState, 3/11/45, ibid., p. 890.

108 Murphy to SecState, 4/12/45, ibid., p. 921.

109 Voir notamment W. Loth, Stalins Ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit., p. 40

110 Murphy to SecState, 29/09/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 879.

111 Murphy to SecState, 18/10/45, ibid., p. 884.

112 Minutes of Meeting of the Secretaries of State, War and Navy, 6/11/45, ibid., p. 893.

113 Murphy to SecState, 24/11/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 911.

114 Murphy to SecState, 22/12/45, ibid., p. 921.

115 W. Von Buttlar, op. cit., p. 84-85 et J. Gimbel, The American Occupation of Germany. Politics and the Military 1945-1949, op. cit., p. 42-43.

116 H. Graml, op. cit., p. 119.

117 Report on Franco-American Conversations Held in Washington, November 13-20 1945, Concerning the Future Status of the Rheinland and the Ruhr, 20/11/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 896.

118 A. Whyte, « Quadripartite Rule in Berlin. An Interim Record of the First Year of the Allied Control Authority », International Affairs, vol. XXIII, 1, p. 30-41.

119 F. Pingel, « Die Russen am Rhein ? Die Wende der britischen Besatzungspolitik im Frühjahr 1946 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 30 (1982), p. 98-116.

120 W. Loth, Stalin ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit., p. 36.

121 Ibid., p. 36 et 223.

122 Selon lui, cet espoir fut sincère jusqu’en juillet 1946, date de l’annonce de la bizone, dans H.P. Schwarz, Vom Reich Zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der aussenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945-1947, Neuwied et Berlin, 1966, p. 237.

123 L.D. Clay, Decisions in Germany, op. cit., p. 42-43.

124 M. Balfour, Four-Power Control in Germany 1945-1946, dans Four-Power Control in Germany and Austria 1945-1946, Londres / New York/Toronto, p. 192.

125 H. Bodensieck, « Zur Geschichte der Spaltung Deutschlands bis 1949 », Gesellschaft, Staat, Erziehung, 1963, p. 101-118 et 174-193 ; W. Loth, op. cit., p. 223. Dans aucun des documents d’archives de la Fédération de Russie qu’il nous a été donné de consulter, il n’est fait mention de la crainte des Soviétiques d’une possible entente entre Allemands et Occidentaux à leurs dépens.

126 A.M. Filitov, Germanskij vopros : ot raskola k ob"edineniû. Novœ pročenie, op. cit., p. 45.

127 Proposal by the Soviet delegation : on Ruhr Industrial District, 30/07/45, Potsdam-Papers, vol. II, p. 1000.

128 Minutes of Twenty-Third CFM-Meeting, 26/09/45, FRUS, 1945, vol. II, p. 404.

129 H. Graml., op. cit., p. 107 ; A. Fischer, Sowjetische Protokolle zur Deutschlandpolitik..., op. cit., p. 114.

130 K.D. Henke, « Politik der Widersprüche. Zur Charakteristik der französischen Militärregierung in Deutschland nach dem Zweiten Weltkrieg », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 30 (1982), p. 500-537.

131 Sur la position des Français libres sur la question allemande, voir R. Poidevin, « Frankreich und die deutsche Frage 1943-1949 », dans J. Becker et A. Hillgruber éd., Die deutsche Frage im 19. und 20. Jahrhundert. Schriften der philosophischen Fakidtäten der Universität Ausgburg, Munich, Verlag Ernst Vögel, 1983, p. 405.

132 V. Molotov, Questions de politique extérieure. Discours et déclarations, avril 1945-juin 1948, Moscou, éd. en langues étrangères, 1949, p. 390.

133 Tägliche Rundschau, 8/06/46.

134 Voir supra, chapitre I.

135 Voir supra, chapitre II. Certes, il l’a évoquée à plusieurs reprises, notamment lors de ses entretiens avec A. Eden, le 16 décembre 1941, à Moscou. Il se disait d’accord pour un détachement de la région du Rhin en reportant la définition de son statut à une date ultérieure. Mais rien ne devait se concrétiser, voir Arhiv Prezidenta Rossijskoj Federacii, Fonds 45, opis’ 1, delo 279, 11. 10-21 cité par O.A. Ržeševskij, « K istorii anglo-sovetskogo dogovora 1942g », op. cit., p. 138.

136 Voir supra, chapitre IV. Le Conseil de contrôle interallié adopta d’ailleurs officiellement la dissolution de la Prusse, en février 1947.

137 J. Hacker, Sowjetunion und DDR zum Potsdamer Abkommen, Cologne, Verlag W/P, 1968, p. 126 ; W. Wagner, Die Teilung Europas. Geschichte der sowjetischen Expansion bis zur Spaltung Deutschlands 1918-1945, Stuttgart, 1959, p. 178.

138 Murphy to SecState, 5/09/45 et 11/09/45, FR US, 1945, vol. III, p. 1048 et 1051.

139 Murphy to SecState, 11/09/45, ibid., p. 1052.

140 S.I. Tûl’panov, « Die Rolle der Sowjetischen Militäradministration im demokratischen Deutschland », dans 50 Jahre Triumph des Marximus-Leninismus, Berlin-Est, 1967, p. 59.

141 W. Cornides, Die Weltmächte und Deutschland. Geschichte des jüngsten Vergangenheit 1945-1955, 3e éd., Tübingen, Rainer Wunderlich Verlag, 1965, p. 74 repris par W. von Buttlar, op. cit., p. 87.

142 G. Wettig, Entmilitarisierung und Wiederbewaffnung in Deutschland 1943-1955, Internationale Auseinandersetzung um die Rolle der Deutschen in Europa, Munich, R. Oldenbourg, 1967 repris aussi par J. Hacker, op. cit., p. 128.

143 W. Wagner, op. cit., p. 180, repris par W. von Buttlar, op. cit., p. 87.

144 Voir infra, chapitre V.

145 Smirnov à Dekanozov, AVPRF, « Central’nœ germanskœ pravitel’stvo 21/08/45- 24/11/45 », dans Fonds 082, opis’ 27, delo 29, papka 122, Ge. 721, 1. 18.

146 Semenov à Jukov, le 18/12/45, dans AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 64, papka 134, Ge. 721, 11. 2-3.

147 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 158, papka 16, 11. 81-82.

148 AVPRF, ibid, 1. 90.

149 Une note de V. Val’kov et de 1. Lavrov à Vychinskij et Dekanozov le 11 mai 1945 parlera de plus de 4000 personnes disponibles et compétentes côté États-Unis, voir AVPRF, « Kontrol’nyj Sovet Germanii 11/05/45-29/12/45 », dans Fonds 082, opis’ 27, delo 30, papka 123, Ge. 722, 1. 40.

150 Smirnov à Vychinskij, 6/12/45, AVPRF, ibid., 1. 125.

151 AVPRF, ibid., 1. 70.

152 Voir supra, chapitre II.

153 Voir infra, chapitre V.

154 Murphy to SecState, 11/09/45, FRUS, 1945, vol. III, p. 868.

155 AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 64, papka 134, Ge. 721, 1. 4.

156 V.S. Semenov, op. cit., p. 232.

157 AVPRF, « Kontrol’nyj Sovet Germanii 11/05/45-29/12/45 », Fonds 082, opis’ 27, delo 30, papka 123, Ge. 722, 1. 53.

158 Voir supra, chapitre II.

159 Vorochilov et ses collaborateurs avaient, rappelons-le, travaillé à la mise en place des structures interalliées dans l’Allemagne occupée, et si leurs réflexions avaient été à la base des accords de la Commission consultative européenne, ils avaient été aussi amenés à envisager, de façon très floue, une seconde période d’occupation qui partait du postulat du maintien de la collaboration entre Soviétiques et Occidentaux et du transfert progressif des fonctions de contrôle des commandants suprêmes à une Commission de contrôle interalliée, voir « Prœkt memoranduma komissii po voprosam peremiriâ. Memorandum o strukture organov soûznikov na territorii okkupirovannoj Germanii », 22/07/1944, AVPRF, Fonds 082, opis’ 28, delo 1, papka 177, 11. 50-53. Compte tenu de l’intérêt que Staline portait au Conseil de contrôle interallié, l’existence d’un autre organe de contrôle, géré par les quatre vainqueurs, apparaissait très problématique.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search